Pierre L’Heureux's scientific contributions

Citations

... The feeling of shame of this participant could be associated with a failure to achieve a normative standard of masculinity and/or to a mismatch with the dominant social class of the group. On the one hand, previous studies have shown that men from lower social classes experienced higher pressure to live up to traditional normative masculinity (Bouchard, St-Amant, & Tondreau, 1996) and were more prone to shame should they feel they do not meet the idealized standards of masculinity (Tremblay & L'Heureux, 2010). On the other hand, Bourdieu (1979Bourdieu ( , 2016 described the social malaise of individuals who have not embodied the hierarchical structure of a given social space, what he calls 'class defectors' are more subject to experienced shame and anxiety. ...
... For'Hommes s'appuyait sur la formation Intervenir auprès des hommes [3], qui est axée sur la prise en compte de la socialisation masculine dans l'intervention, le processus de demande d'aide des hommes, les difficultés de l'intervention et les obstacles systémiques et organisationnels qui nuisent à la réponse à la demande d'aide. C'est que de façon générale, la socialisation masculine a des effets sur la façon dont les hommes se préoccupent de leur santé physique et mentale ainsi que sur leurs rapports avec les services d'aide. ...
... En état de détresse, il peut sembler naturel de demander de l'aide, mais rappelons que cette démarche va à l'encontre des principes d'une socialisation masculine qui édicte qu'un homme doit être fort, autonome et fier (Berger, Addis, Green, Mackowiak et Goldberg, 2012 ;Vecina, 2017 ;Wexler, 2014). Le fait de demander de l'aide, c'est prendre un risque, voire même empirer la situation, ce qui peut impliquer des coûts affectifs lors des premiers contacts avec l'organisme, alors que les hommes sont confrontés à un sentiment d'échec, surtout s'ils ont posé des gestes répréhensibles (L'Heureux, Tremblay, Nolet et Lusignan, 2019). De plus, la socialisation masculine tend à favoriser l'expression de la colère plutôt que de la tristesse ou de la vulnérabilité, de sorte que l'homme en situation de crise ou de souffrance risque de donner l'impression qu'il est violent ou résistant parce que, par exemple, il parle fort (Deslauriers, Baron et Negura, 2019). ...