Transferts des migrants, ouverture sur l'extérieur et dépenses publiques dans les pays en développement

Article (PDF Available) · January 2010with43 Reads
Source: RePEc
Abstract
Cet article examine l'impact des transferts des migrants sur les dépenses publiques dans les économies du monde en développement. Nous testons l'argument selon lequel, il s'opère une substitution partielle entre l'assurance publique et l'assurance privée qu'offrent les transferts des migrants dans les pays ouverts sur l'extérieur. La capacité des transferts des migrants à effectivement jouer ce rôle d'assurance contre les chocs, est évaluée en construisant des mesures de cyclicité des transferts des migrants vis-à-vis du PIB réel qui ont l'avantage de pouvoir varier par pays et par année. Il apparaît que la contracyclicité des transferts des migrants concerne à peu près la moitié des pays de l'échantillon et qu'elle a été particulièrement marquée durant le milieu des années 1990. Par ailleurs, nos estimations économétriques montrent que l'ouverture commerciale est une variable déterminante pour expliquer la contracyclicité des transferts. Ensuite, sur la base d'un modèle théorique simple inspiré de Rodrik (1998) et d'estimations économétriques à partir d'un échantillon de 67 pays en développement, nous montrons d'une part que l'ouverture commerciale exerce bien une pression à la hausse des dépenses publiques et d'autre part, que cet impact décroît avec le niveau de transferts des migrants reçus. Il apparaît en outre que c'est véritablement lorsque les transferts des migrants sont contracycliques qu'ils conduisent à une baisse de la consommation publique.//
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Document de travail de la série
Etudes et Documents
E 2010.11
TRANSFERTS DES MIGRANTS, OUVERTURE SUR L’EXTERIEUR ET DEPENSES
PUBLIQUES DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT
Christian Ebeke
1
Clermont Université, Université d’Auvergne, CERDI
Mars 2010
1
Centre d’Etudes et de Recherches sur le Développement International (CERDI-CNRS), Université
d’Auvergne. 65 Bd François Mitterand 63000 Clermont Ferrand, France. Tel: (+33) 4 73 17 75 07,
Fax: (+33) 4 73 17 74 28. Je tiens à remercier Jean-Louis Combes pour ses remarques et
suggestions.
Courriel: christian_hubert.ebeke@u-clermont1.fr
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Résumé
Cet article examine l’impact des transferts des migrants sur les dépenses publiques dans les
économies du monde en développement. Nous testons l’argument selon lequel, il s’opère une
substitution partielle entre l’assurance publique et l’assurance privée qu’offrent les transferts des
migrants dans les pays ouverts sur l’extérieur. La capacité des transferts des migrants à effectivement
jouer ce rôle d’assurance contre les chocs, est évaluée en construisant des mesures de cyclicité des
transferts des migrants vis-à-vis du PIB réel qui ont l’avantage de pouvoir varier par pays et par
année. Il apparaît que la contracyclicité des transferts des migrants concerne à peu près la moitié des
pays de l’échantillon et qu’elle a été particulièrement marquée durant le milieu des années 1990. Par
ailleurs, nos estimations économétriques montrent que l’ouverture commerciale est une variable
déterminante pour expliquer la contracyclicité des transferts. Ensuite, sur la base d’un modèle
théorique simple inspiré de Rodrik (1998) et d’estimations économétriques à partir d’un échantillon
de 67 pays en développement, nous montrons d’une part que l’ouverture commerciale exerce bien
une pression à la hausse des dépenses publiques et d’autre part, que cet impact décroît avec le niveau
de transferts des migrants reçus. Il apparaît en outre que c’est véritablement lorsque les transferts des
migrants sont contracycliques qu’ils conduisent à une baisse de la consommation publique.
Mots clés : Transferts des migrants, ouverture, consommation publique, cyclicité
Codes JEL : F24 E62 O12
Abstract
This paper analyzes the impact of remittances on government size in developing countries. We test
the hypothesis that there is a partial substitution between public insurance by government spending
and a private insurance by remittances in more opened countries. The insurance role of remittances is
evaluated by computing yearly panel data coefficients of remittances’ cyclicality with respect to real
GDP cycle. It appears that remittances are become more countercyclical during 1990s. Moreover,
there is a strong association between trade openness and the countercyclicality of remittances
received by developing countries. From a simple theoretical model close to Rodrik (1998) one and
on the basis of econometric estimations using a large sample of developing countries (67) and a
dynamic panel data estimator, we find that trade openness is positively associated to government
spending and this impact decreases with the level of remittances received. Moreover, it is when
remittances are effectively countercyclical that the mechanisms described here operate.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
1. INTRODUCTION
Un des résultats le plus important en matière de politique économique appliquée aux pays
en développement (PED) est celui de l’existence d’une corrélation positive entre l’ouverture
sur l’extérieur et la taille de l’Etat mesurée comme la part de la consommation publique dans
le produit intérieur brut (PIB). Plusieurs arguments sont évoqués pour expliquer ce résultat.
Le premier argument met en avant la possibilité que la globalisation économique dans
laquelle les économies du monde en développement sont généralement encouragées à faire
le choix, fait peser sur ces dernières, des risques importants de volatilité. Ainsi par exemple,
plus une économie est ouverte, plus elle est exposée à d’importants chocs extérieurs (termes
de l’échange, prix des matières premières) qui engendrent des fortes instabilités (Easterly et
al., 2000; Santiago et Bruno, 2008). L’ouverture extérieure est également une source
d’instabilité parce qu’elle peut engendrer un glissement sectoriel des facteurs de production
des secteurs des biens non-échangeables vers le secteur des biens échangeables. Face aux
risques d’instabilités qu’engendre une plus grande ouverture, Rodrik (1998) montre par
exemple que la taille des Etats est plus élevée dans les pays ouverts car l’Etat y joue un rôle
d’assurance face aux chocs auxquels sont exposés ces pays.
Le deuxième argument avancé pour expliquer la relation positive entre la globalisation
économique et le poids des dépenses publiques dans le PIB est du domaine de l’économie
politique. En effet, lorsque les pays connaissent des chocs positifs au niveau des termes de
l’échange ou des prix des principaux produits d’exportation, on observe que les dépenses
publiques peuvent augmenter plus que proportionnellement à l’augmentation du revenu de
l’Etat. Cet effet dit de « voracité » a été mis en perspective par Tornell et Lane (1999) et il
est la résultante d’une absence d’institutions fortes et de la présence de plusieurs groupes
d’intérêt dans la société. Collier et Gunning (1999) expliquent cette incapacité des autorités
publiques a mettre en place une politique de revenu permanent en présence de chocs positifs
par plusieurs facteurs : une asymétrie des effets sur la politique budgétaire, des erreurs
d’optimisme et des erreurs de pessimisme et un comportement de free-riding observé au
niveau des différents ministères. En ce qui concerne les erreurs d’appréciation, les
gouvernements ne vont pas accroître le niveau d’épargne publique en réponse à un choc
positif parce que, par exemple, ils anticipent à tort que les chocs positifs seront relativement
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
permanents. Les dépenses publiques totales peuvent également augmenter en moyenne dans
les économies ouvertes parce qu’aucun des ministères n’est prêt à transférer ses dépenses
dans le futur car il anticipe que les autres entités publiques n’en feront pas autant. Ainsi de
manière plus générale, les pressions politiques dans les économies ouvertes conduisent à une
baisse de l’effort fiscal et à un accroissement des dépenses publiques, donc à des déficits
publics plus importants (Talvi et Vegh, 2005).
Combes et Saadi-Sedik (2006) font la distinction entre l’ouverture naturelle des économies
et la politique d’ouverture dans leur analyse des effets de l’ouverture sur la politique
budgétaire. Ils aboutissent au résultat selon lequel, les explications théoriques décrites ci-
dessus sont plus compatibles dans des pays naturellement ouverts. Tandis que dans des pays
avec une politique d’ouverture, les finances publiques ne se détériorent pas en moyenne.
L’idée est que la politique d’ouverture est le reflet d’une capacité globale à mettre en place
des institutions fortes qui assurent une bonnes gestion des affaires publiques. Tandis que
dans les pays où l’ouverture naturelle prédomine, l’absence d’institutions fortes conduit à
des dérapages budgétaires et à une politique budgétaire à la merci des groupes d’intérêt ou
de la population.
Dans cette littérature qui met en relation l’ouverture commerciale avec les dépenses
publiques, l’une des dimensions les plus importantes de la globalisation économique actuelle
a été occultée. Il s’agit de la migration internationale de main d’œuvre avec pour corollaire,
les envois de fonds des migrants vers leurs pays d’origine (transferts des migrants). Les
transferts des migrants se distinguent des autres formes de revenu que peuvent recevoir les
pays en développement par plusieurs traits. En effet, comme le soulignent Chami et al.
(2008), les transferts des migrants sont moins volatils que les autres sources de capitaux
privés à l’instar des investissements de portefeuille, des investissements directs étrangers ou
de l’aide publique au développement. Par ailleurs, ils sont en forte augmentation depuis plus
d’une décennie et dépassent largement aujourd’hui, le volume de l’aide publique au
développement reçu par les pays les plus pauvres. En outre, contrairement aux autres flux de
capitaux privés, les transferts des migrants ne nécessitent pas de contrepartie de la part des
autorités publiques, ils ne sont pas sujets à la contagion, aux paniques, aux bulles ou aux
pressions politiques (Kapur et Singer, 2006). Ils peuvent avoir un impact stabilisateur s’ils
sont par exemple contracycliques ou moins volatils que les autres flux de capitaux. Cet
impact stabilisateur des transferts des migrants est renforcé par l’absence de corrélation
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
parfaite entre le cycle du pays d’origine et le cycle du pays d’accueil. Ainsi par exemple,
une crise financière qui engendre une forte dépréciation du taux de change est un choc
négatif pour une économie en développement dans la mesure où elle augmente le prix des
importations des biens consommés. A contrario, elle constitue un choc positif pour celui qui
transfère de l’argent à sa famille. Yang (2008b) montre par exemple que la crise asiatique de
1997 qui a conduit à une forte dépréciation du Peso Phillipin a permis aux familles des
migrants de recevoir en monnaie locale plus de transferts des migrants et cela a eu des effets
positifs sur l’éducation des enfants.
Plusieurs articles ont montré que les transferts des migrants réduisent la volatilité du PIB
(Spatafora, 2005; Fajnzylber et al., 2007; Bugamelli et Paterno, 2008; Chami et al., 2009)
ainsi que la probabilité de retournement du compte courant (Bugamelli et Paterno., 2009).
Dans le premier cas, c’est le caractère contracyclique des transferts des migrants qui permet
la réduction de la volatilité macroéconomique, dans le deuxième cas, c’est leur capacité à
fournir des réserves de changes aux pays même en périodes difficiles qui maintient la
confiance des investisseurs et prévient les sudden-stop ou les sorties brutales de capitaux.
La contracyclicité des transferts des migrants a été mise en avant par plusieurs articles les
uns analysant la corrélation entre les cycles des transferts des migrants et du PIB (Sayan,
2006; Gupta et al., 2009 ; Neagu et Schiff, 2009) et d’autres se basant sur le comportement
des transferts des migrants lorsque les pays sont frappés par des chocs négatifs forts (Ratha,
2005; Ratha, 2006; Kapur et McHale, 2005; Halliday, 2006 ; Yang et Choi, 2007 ; Yang,
2008a). Cependant, les transferts des migrants peuvent également être procycliques
lorsqu’au lieu d’être motivée uniquement par l’altruisme, ils sont motivés par la recherche
de l’intérêt personnel du migrant dans une optique de diversification de son portefeuille. Le
risque pour un pays qui reçoit des transferts des migrants procycliques est alors que ceux-ci
peuvent exacerber davantage le cycle économique.
Les études sur l’impact des transferts des migrants dans les pays en développement sont
nombreuses et variées. Plusieurs travaux ont ainsi mis en avant l’importance des transferts
des migrants en matière d’acumulation du capital humain (Edwards et Ureta, 2003 ; Ebeke,
2010), d’investissement (Woodruff et Zenteno, 2007), de réduction de la pauvreté (Adams et
Page, 2005; Gupta et al., 2009) et des inégalités (Koechlin et Leon, 2007; Chauvet et
Mesplé-Somps, 2007), de croissance économique (Pradhan et al., 2008 ; Giuliano et Ruiz-
Arranz, 2009; Catrinescu et al., 2009 ; Lee et al., 2009) et d’assurance privée face aux chocs.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Cependant, d’autres travaux ont aussi relevé la possibilité que les transferts des migrants
puissent avoir des effets négatifs notamment en assujettissant les économies au syndrome
hollandais via l’impact sur le taux de change réel (Amuedo-Dorantes et Pozo, 2004; Bourdet
et Falck, 2006 ; Lartey et Acosta, 2008) ou en détériorant la qualité institutionnelle (Abdih et
al., 2008) ou enfin, en induisant un comportement d’aléa moral chez les personnes qui les
reçoivent et qui tendent à réduire leur participation au marché du travail ; ce qui débouche
sur une moindre croissance économique (Chami et al., 2005).
Cependant, bien que cette littérature apporte des réponses intéressantes sur les effets des
transferts des migrants en matière de développement, force est de constater que peu d’études
ont analysé sur le plan théorique et empirique, l’impact des transferts des migrants sur un
autre agent économique : l’Etat. En effet, si les transferts des migrants sont effectivement
une certaine forme d’assurance pour les ménages de ces pays en développement contre
toutes sortes de chocs exogènes, et que justement, dans les pays en développement les
gouvernements jouent généralement ce rôle d’assureur en dernier ressort en accroissant le
niveau des dépenses publiques, on peut envisager que le niveau des dépenses publiques soit
plus réduit dans des pays ouverts sur l’extérieur et qui reçoivent des transferts des migrants.
L’objectif de cet article est de montrer que les transferts des migrants affectent les choix de
politique économique de la part des gouvernements des économies ouvertes du monde en
développement, en leur offrant une « bouffée d’oxygène » face à l’objectif de stabilisation
de l’économie en présence de chocs extérieurs. Cette réflexion est importante pour au moins
deux raisons. D’une part, les pays en développement doivent maintenir des niveaux de
dépenses publiques à des seuils raisonnables afin d’assurer la solvabilité intertemporelle des
finances publiques et maintenir l’endettement public à un niveau tel qu’il ne devienne un
fardeau. D’autre part, ces ajustements budgétaires sont rendus difficiles étant donné que
parallèlement à l’objectif de stabilisation des finances publiques, ces pays ont un second
objectif, s’ouvrir davantage sur l’extérieur pour s’approprier les effets positifs postulés de
l’intégration à l’économie mondiale. Sachant que l’ouverture sur l’extérieur fait peser des
risques importants de volatilité qui nécessitent une réponse publique, les transferts des
migrants peuvent permettre d’atteindre ce double objectif de réduction du niveau de
dépenses publiques et de globalisation économique. Nous testons l’hypothèse selon laquelle,
les transferts des migrants atténuent l’impact de l’ouverture commerciale sur la
consommation publique.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Nous commençons par un rapide tour d’horizon de la littérature sur la relation entre les
transferts des migrants et les dépenses publiques dans les pays en développement (Section
2). La Section 3 revisite le modèle théorique de Rodrik (1998) que nous amendons pour
intégrer les transferts des migrants et discuter des conséquences des transferts des migrants
sur les dépenses publiques dans les économies ouvertes. Dans la Section 4, nous proposons
une étude de la cyclicité des transferts des migrants en rapport au PIB pour mieux saisir dans
quelle mesure les transferts des migrants sont effectivement une forme d’assurance pour les
pays en développement. Pour cela, nous calculons un coefficient des contracyclicité des
transferts des migrants qui ont l’avantage de varier dans le temps et d’être spécifique à
chaque pays. Deux méthodes économétriques sont retenues : des régressions successives sur
des fenêtres de 10 ans et la méthode des moindres carrés ordinaires avec pondération locale
et normale (Local Gaussian-weighted ordinary least squares). Nous montrons que la
contracyclicité des transferts des migrants s’est renforcée depuis le début des années 1990 et
qu’elle est observée dans environ la moitié des pays en développement de notre échantillon.
Par ailleurs, l’ouverture commerciale apparaît être un déterminant significatif du degré de
contracyclicité des transferts des migrants. La section 5 est consacrée au test empirique de
notre hypothèse. Les régressions sont réalisées par la méthode des moments généralisées en
panel dynamique (System-GMM) afin de pallier au mieux l’endogénéité de certains des
régresseurs. Nous débutons avec un échantillon de 67 pays en développement observés sur
la période 1970-2008. Les résultats ne permettent pas en effet, de rejeter notre hypothèse
selon laquelle les transferts des migrants atténuent l’impact de l’ouverture sur la
consommation publique. Nous testons la robustesse de ce résultat en utilisant en lieu et
place du volume de transferts des migrants dans les régressions, la variable mesurant leur
cyclicité (Section 6). Les résultats sont conformes à nos attentes dans la mesure où, les
régressions suggèrent que des transferts des migrants contracycliques contribuent davantage
à une réduction de la taille du secteur public dans les pays relativement ouverts sur
l’extérieur. Nous concluons l’article à la Section 7 par des implications de politiques
économiques.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
2. REVUE DE LA LITTERATURE SUR LA RELATION ENTRE LES
TRANSFERTS DES MIGRANTS ET LES DEPENSES PUBLIQUES
Les études empiriques qui ont testé l’impact des transferts des migrants sur les dépenses
publiques sont relativement rares et récentes. On peut néanmoins les classer en deux
catégories : la première catégorie regroupe deux articles qui ont analysé l’impact des
transferts spécifiquement sur les dépenses publiques d’éducation (Dustmann et Speciale,
2005 et Ziesemer, 2008) tandis que la deuxième catégorie regroupe deux articles ayant
retenu comme variable dépendante, la consommation publique totale et qui ont
véritablement analysé la relation, en liaison avec la globalisation (Kapur et Singer, 2006 ;
Shahbaz et al., 2008).
Dustmann et Speciale (2006) testent l’impact des transferts des migrants sur deux
échantillons, le premier composé uniquement de pays en développement et l’autre étant un
échantillon mondial. En retenant comme méthodes d’estimation les moindres carrés
ordinaires avec effets fixes ainsi que les moments généralisés (GMM-System) sur des
données de panel, ils aboutissent à une relation non linéaire, en U-inversé, entre les
transferts et les dépenses publiques d’éducation. La pente positive traduit un effet de
demande de services publics d’éducation tandis que la pente négative traduit un relâchement
de la contrainte financière qui pesait sur les ménages, ces derniers pouvant désormais faire le
choix d’un financement privé de l’éducation de leurs enfants.
Ziesemer (2008) teste l’impact des transferts des migrants sur les dépenses publiques
d’éducation sur un échantillon composé uniquement de pays en développement sur la
période 1960-2005. L’auteur estime l’impact sur deux sous-échantillons, l’un composé de
pays dont le revenu par tête est inférieur à 1200USD (les pays pauvres) et l’autre composé
de pays dont le revenu par tête annuel est supérieur à 1200USD (les pays riches). La
méthode d’estimation principalement retenue est la méthode des moments généralisés en
panel dynamique (GMM-System). Il conclue qu’à long terme, les gouvernements des pays
pauvres dépensent davantage en éducation quand les transferts affluent, contrairement au
résultat dans l’échantillon de pays riches.
L’étude qui semble être directement en relation avec notre problématique est celle de Kapur
et Singer (2006). Les auteurs testent explicitement l’hypothèse selon laquelle les
gouvernements des pays en développement tendent à réduire leurs dépenses courantes
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
lorsque les populations reçoivent les transferts de l’étranger, autrement dit, que les transferts
permettent à ces gouvernements de moins en moins intervenir. En retenant un échantillon
composé de 114 pays en développement sur la période 1995-2002, ils testent l’impact des
transferts rapportés au PIB sur le taux de consommation publique. La méthode d’estimation
est les moindres carrés ordinaires. Ils concluent que les transferts affectent négativement et
significativement les dépenses publiques ; en effet, le résultat est qu’une variation d’un écart
standard du taux des transferts, conduit à une réduction de 1% du taux des dépenses
publiques.
Shahbaz, Rehman et Hussain (2008) également, se sont récemment intéressés aux résultats
empiriques de Kapur et Singer (2006) et proposent de conduire une estimation similaire
portant sur le Pakistan, un récipiendaire non négligeable de transferts. En retenant la période
1971-2006, ils conduisent une analyse en séries temporelles débouchant sur une estimation
d’un modèle à correction d’erreur entre les dépenses publiques et ses déterminants, dont les
transferts des migrants. En contrôlant pour un ensemble de variables comme l’inflation, le
ratio de dépendance, l’ouverture commerciale, le PIB par tête et les inégalités de revenu
ainsi que le taux d’urbanisation, ils concluent que les transferts réduisent significativement à
long terme les dépenses publiques.
Notre étude est dans la continuité des deux études précédentes, mais s’en distingue à
plusieurs à niveaux. Premièrement, nous pensons que la bonne façon de tester l’idée selon
laquelle les transferts atténuent les effets de la globalisation et de la vulnérabilité structurelle
sur les dépenses publiques est d’introduire dans un modèle linéaire de dépenses publiques un
terme croisé des transferts avec l’indicateur d’exposition aux chocs, dont on s’attend à ce
que le coefficient estimé soit négatif. En effet, l’introduction d’une variable multiplicative
entre l’ouverture et les transferts permettrait de saisir dans quelle mesure l’effet marginal de
l’ouverture et donc de l’exposition aux chocs, sur la consommation publique, décroît avec le
niveau de transferts reçus. Nous saisirons ainsi grâce à cette spécification, un effet (non-
linéaire) de l’ouverture, conditionné par le niveau de transferts des migrants reçus par
chaque pays. Le coefficient de la variable interactive devrait ainsi être négatif pour illustrer
l’idée selon laquelle, l’impact total de l’ouverture sur la consommation publique décroît
avec le niveau de transferts.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Deuxièmement, bien que nous restreignions notre échantillon aux pays en développement
également, nous retenons une période relativement plus longue pour tirer profit du
maximum d’information contenue dans les données.
Troisièmement, nous aurons recours à des méthodes d’estimations en panel plus robustes
(estimateur du System-GMM), permettant de contrôler pour l’hétérogénéité inobservée entre
pays, pour de l’endogénéité des variables explicatives à l’instar des transferts des migrants
ainsi que pour l’inertie de la variable dépendante.
3. UN MODELE THEORIQUE DE LA RELATION ENTRE LA GLOBALISATION,
LES TRANSFERTS DES MIGRANTS ET LA CONSOMMATION PUBLIQUE
Le point de départ de notre travail est le modèle de Rodrik (1998). L'auteur propose un
argument pour expliquer la corrélation positive entre l'ouverture sur l'extérieur et la
consommation publique. Ainsi, les pays relativement plus ouverts tendent à avoir des
dépenses publiques élevées parce que les gouvernements recourent à la consommation
publique comme mécanisme d'assurance des populations contre les chocs récurrents liés à
une ouverture sur l'extérieur importante. Nous prenons appui sur cette principale conclusion
de Rodrik pour imaginer maintenant un monde avec des transferts des migrants qui tendent à
jouer aussi ce rôle d'assurance. Nous augmentons ainsi le modèle de Rodrik de cette
caractéristique particulière de la globalisation actuelle que sont les envois de fonds des
migrants internationaux.
3.1. Ouverture sur l'extérieur et taille de l'Etat: cas d'une économie sans transferts des
migrants
On considère une économie qui exporte une quantité fixe x d'un bien et qui produit
également deux autres biens: un bien fourni par le secteur public et un bien similaire produit
par le secteur privé. La dotation totale de l'économie en travail est normalisée à 1 avec
λ
la
part employée dans le secteur public (l'administration) et
λ
1 celle employée dans le
secteur privé. On appelle
π
le prix des exportations en termes de quantités importées (ce
qui est équivalent aux termes de l'échange);
π
est une variable aléatoire de moyenne
m
π
et
de variance
2
σ
. On retient aussi que le bien exporté n'est pas consommé dans le pays et que
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
le bien importé n'est pas produit dans l’économie. Le solde commercial est donc en tout
temps équilibré et l'économie importe la quantité
x
π
.
Les importations sont des inputs intermédiaires qui augmentent la productivité dans le
processus de production du bien privé domestique. La fonction de production du bien privé
est supposée linéaire dans le travail et s'écrit:
(
)
λπ
= 1xf
(1)
Et l'offre du bien fourni par le secteur public est donnée par
(
)
λ
h
avec 0
>
h et 0
<
h .
Le gouvernement détermine la taille du secteur public avant la réalisation de
π
. Pour
simplifier, les biens fournis par les secteurs public et privé sont des substituts dans la
consommation.
2
Le problème du gouvernement est de choisir
λ
de façon à maximiser
l'utilité d'un agent représentatif:
(
)
(
)
(
)
(
)
[
]
λπλλ
λ
+
1max xhuEV (2)
avec
(
)
u
, la fonction d'utilité de l'agent représentatif.
(
)
0>
u
et
(
)
0<
u
.
En effectuant un développement limité de Taylor de
(
)
λ
V
à l'ordre 2 et autour de
m
π
, on
obtient l'approximation suivante:
( ) ( ) ( )( ) ( ) ( )( )( )
22
2
11
1
1
σλλπλλπλλ
xxhuxhuV
mm
+
++= (3)
On observe que l'utilité espérée de l'agent décroît avec la variance des termes de l'échange
pondérée par les exportations. La condition de premier ordre donne:
2
Nous définissons la consommation des agents privés en termes de consommation des biens et des services.
L’hypothèse selon laquelle les biens et services publics et privés sont des substituts dans la consommation de
l’agent représentatif est plausible dans la mesure où les ménages par exemple, peuvent faire le choix de
recourir au secteur privé dans les domaines de l’éducation, la santé et même les services de sécurité
(gardiennage) ou d’énergie (Abdih et al., 2008).
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
( ) ( ) ( ) ( )( ) ( ) ( )
011
2
1
22
2
22
=
+
uxxhuxu
m
λσπλλσ
(4)
La condition suffisante pour que le terme entre crochets soit positif est que l'agent
représentatif soit prudent dans la consommation
(
)
(
)
0>
u
. Partant de
(
)
0>
λ
h
, on
conclue que la taille optimale du secteur public
λ
augmente avec le risque lié à l'ouverture
sur l'extérieur
22
σ
x
.
En effet, si l’on considère deux situations, l’une où le risque
22
xR
σ
=
est nul et l’autre où
0
>
R
, on a les relations suivantes :
Cas 1
: 0
=
R
et
(
)
xh
m
πλ
=
1
Cas 2
: 0
>
R
et
( )
(
)
(
)
( ) ( ) ( )
+
+=
uxu
ux
xh
m
2
2
22
2
22
2
1
1
1
λσ
λσ
πλ
Ce qui conduit à l’égalité suivante :
( ) ( )
(
)
(
)
( ) ( ) ( )
+
+
=
uxu
ux
hh
2
2
22
2
22
12
1
1
1
λσ
λσ
λλ
Sachant que
(
)
(
)
( ) ( ) ( )
0
1
1
1
2
2
22
2
22
<
+
uxu
ux
λσ
λσ
car
(
)
0<
u
, on a l’inégalité suivante :
(
)
(
)
12
λλ
hh
<
Et partant de la nature concave de la fonction
h
, on conclue que :
12
λλ
>
. On constate bien
que la taille du secteur public dans le cas où le risque lié à l’ouverture est élevé
(
)
2
λ
est plus
grande que celle en situation d’absence de risque
(
)
1
λ
.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
3.2. Ouverture sur l'extérieur et taille de l'Etat: Cas d'une économie avec transferts
des migrants
Nous prenons maintenant en compte le fait que l'agent représentatif puisse recevoir un
transfert de fonds provenant de l'extérieur. Ainsi, en plus du revenu issu de la production,
l'agent reçoit des transferts des migrants
(
)
π
r
qui sont contracycliques vis-à-vis des termes
de l'échange avec
(
)
0<
π
r
et
(
)
0>
π
r
.
3
On réécrit la fonction d'utilité espérée de la
manière suivante:
(
)
(
)
(
)
(
)
(
)
[
]
πλπλλ
rxhuEW ++ 1
(5)
En effectuant un développement limité de Taylor de
(
)
λ
W
à l'ordre 2 et autour de
m
π
, on
obtient l'approximation suivante:
(
)
(
)
(
)
(
)
(
)
mm
rxhuW
πλπλλ
++=
1
( ) ( )( ) ( ) ( ) ( )( )
mmm
rxhurx
πλπλπλσ
++
++
11
1
2
2
(6)
On obtient toujours le résultat que la variance des termes de l'échange réduit l'utilité espérée
de l'agent représentatif. Cependant, lorsqu'on compare l'expression (6) à (3), on observe que
les transferts des migrants atténuent l’impact du risque lié à l'ouverture sur l'extérieur sur
l'utilité de l'agent.
4
La condition de premier ordre par rapport à
λ
donne:
( ) ( ) ( )( ) ( ) ( )( ) ( ) ( )( ) ( )
011
2
1
2
2
2
=
+
++
urxxxhurxu
mmm
πλσπλπλσ
(7)
3
En effet, il semble plus plausible de penser que les transferts des migrants réagissent aux conséquences des
termes de l’échange sur le revenu. Lorsqu’une dégradation des termes de l’échange engendre des pertes de
revenu chez les agents privés, des transferts contracycliques sont alors observés. L’idée selon laquelle les
transferts seraient contracycliques vis-à-vis des termes de l’échange n’est donc en réalité qu’une simplification
dans le modèle théorique et représente en quelque sorte la forme réduite d’une relation structurelle entre les
termes de l’échange, le revenu des agents privés et les transferts. Dans la section 4 de cet article, nous prenons
en compte spécifiquement l’impact des variations exogènes des termes de l’échange sur le revenu pour
apprécier la contracyclicité des transferts dans un échantillon large de pays en développement.
4
On rappelle que
(
)
0<
π
r
et
(
)
0>
π
r
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
De l’équation (7) on tire l’égalité suivante qui correspond à la détermination de la taille du
secteur public dans le cas où le risque est non nul et que les transferts sont contracycliques :
Cas 3
: 0
>
R
, 0
>
r
, et
( )
(
)
(
)
(
)
(
)
( ) ( ) ( )( ) ( )
++
+
+=
urxu
urxx
xh
m
m
m
2
3
2
3
2
3
1
1
1
πλσ
πλσ
πλ
Sachant que
(
)
0
<
m
r
π
, on a effet :
(
)
(
)
23
λλ
hh
>
.
5
Ce qui donne finalement
23
λλ
<
.
On aboutit au résultat suivant: la valeur optimale de la taille du secteur public est plus faible
dans une économie ouverte avec transferts des migrants comparativement à la situation sans
transferts des migrants. Il en résulte que l’impact des transferts sur la sensibilité de la taille
du secteur public au risque lié à l’ouverture sur l’extérieur est donné par : 0
23
<
λλ
.
Cette prédiction du modèle théorique est intéressante dans la mesure où elle met en exergue
la capacité pour des pays en développement de pouvoir faire face au dilemme d’une
stratégie d’ouverture sur l’extérieur et d’une politique d’ajustement budgétaire par le biais
d’une réduction des dépenses publiques. Ce dilemme auquel font face les gouvernements de
ces pays peut être résumé dans la représentation du triangle d’ « incompatibilités » ci-
après :
Ajustement budgétaire
Ouverture sur
l’extérieur
Assurance macroéconomique
5
Cela provient du fait que
(
)
(
)
(
)
( ) ( ) ( )( ) ( )
(
)
( ) ( ) ( )
+
<
++
+
uxu
x
urxu
rxx
m
m
2
22
22
2
2
2
1
1
1
1
1
1
λσ
λσ
πλσ
πλσ
.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Chaque sommet du triangle renvoie à un objectif de politique économique que peut
poursuivre un gouvernement. Il y en a trois : l’assurance macroéconomique (stabilisation), la
réduction de la taille de l’Etat (ajustement budgétaire) et enfin, l’ouverture sur l’extérieur.
Notre hypothèse est qu’il est extrêmement difficile pour les pays en développement de
poursuivre simultanément ces trois objectifs. En effet, ils ne peuvent qu’en atteindre à
chaque fois que deux, au détriment du troisième. Par exemple, un pays qui s’ouvre sur
l’extérieur est exposé à des chocs externes qui accroissent les risques de volatilité. Si le
gouvernement est par ailleurs soucieux de la stabilisation macroéconomique, il va
augmenter les dépenses publiques en réaction aux chocs. Il vient que l’objectif de réduction
du niveau des dépenses publiques est difficilement atteignable. Inversement, si le
gouvernement a pour objectifs la stabilisation macroéconomique et des dépenses publiques
encadrées, il ne peut faire le choix de s’ouvrir totalement sur l’extérieur. Enfin, les objectifs
d’ouverture et d’ajustement budgétaire se feront au détriment de l’objectif de stabilisation de
l’économie par le biais de dépenses publiques.
Lorsque qu’on considère la possibilité que les ménages puissent recevoir des transferts des
migrants, le triangle d’ « incompatibilités » précédent n’en est plus un. Les transferts des
migrants jouent en quelque sorte le rôle de « stabilisateurs automatiques » des économies
(Chami et al., 2009) et le Gouvernement peut plus facilement, poursuivre les deux autres
objectifs.
4. LA CYCLICITE DES TRANSFERTS DES MIGRANTS
Nous proposons dans cette section, de mesurer la cyclicité des transferts des migrants sur la
période 1970-2008. Comme nous l’avons souligné à l’introduction, les transferts des
migrants peuvent constituer un mécanisme d’assurance privée pour les populations qui les
reçoivent et un facteur de réduction du niveau de consommation publique dans les
économies ouvertes s’ils sont relativement contracycliques.
La contracyclicité des transferts des migrants a été mise en avant par plusieurs articles les
uns analysant la corrélation entre les cycles des transferts des migrants et du PIB (Sayan,
2006; Gupta et al., 2009) et d’autres se basant sur le comportement des transferts des
migrants lorsque les pays ou les ménages sont frappés par des chocs négatifs forts (Ratha,
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
2005; Ratha, 2006; Kapur et McHale, 2005; Yang et Choi, 2007; Halliday, 2006 ; Giuliano
et Ruiz-Arranz, 2009 ; Gupta et al., 2009 ; Neagu et Schiff, 2009).
Des coefficients de cyclicité moyenne des transferts des migrants dans l’ensemble des pays
en développement sont présents dans certains articles. Giuliano et Ruiz-Arranz (2009)
examinent la corrélation entre les cycles des transferts et du PIB (les cycles étant obtenus par
le filtre de Hodrick-Prescott) dans un échantillon large de pays en développement sur la
période 1975-2002. Les auteurs concluent que les transferts des migrants sont procycliques
dans deux tiers des pays de leur échantillon, ce qui suggère l’existence d’un motif
d’investissement (recherche du profit par les migrants) dans la décision d’envoyer de
l’argent.
Gupta et al. (2009) mettent en lumière une corrélation négative entre le cycle des transferts
des migrants et le cycle du PIB en Afrique sub-saharienne sur la période 1996-2006 alors
que les transferts des migrants exhibaient une forte procyclicité durant la période 1980-
1995.
Neagu et Schiff (2009) s’intéressent également à la question de la cyclicité des transferts des
migrants vis-à-vis du PIB dans chaque pays en développement. L’analyse statistique basée
sur le calcul pour chaque pays d’un coefficient de corrélation entre le cycle des transferts et
le cycle du PIB aboutit aux résultats selon lesquels les transferts des migrants sont
procycliques dans 70% des 116 pays en développement analysés.
Sayan en 2006, est parmi les premiers auteurs à s’être intéressé à une analyse de la cyclicité
des transferts des migrants dans différents pays. Il retient ainsi 12 pays en développement et
émergents pour lesquels les données sur les transferts des migrants existent sur la période
1976-2003, pour calculer des coefficients de cyclicité des transferts des migrants définis
comme la corrélation entre le cycle des transferts des migrants et le cycle du PIB dans
chaque pays. Le cycle est mesuré en termes de la déviation de chaque série autour d’une
tendance déterministe de forme polynomiale ou d’une tendance calculée à l’aide du filtre de
Hodrick-Prescott. L’auteur aboutit aux résultats suivants : (i) lorsqu’on considère les
transferts des migrants et le PIB du groupe des 12 pays, les transferts des migrants sont
contracycliques vis-à-vis du PIB, (ii) mais lorsqu’on analyse les situations individuelles des
différents pays, les transferts sont contracycliques dans certains pays (Inde et Bangladesh),
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
procycliques dans d’autres (Jordanie et Maroc) et acycliques dans le reste des pays (Algérie,
Côte d’Ivoire, République Dominicaine, Jamaïque, Lesotho, Pakistan, Sénégal et Turquie).
Pour intéressantes qu’elles soient, les études précédemment présentées ont néanmoins
quelques limites. Premièrement, ces différentes études ont généralement calculé pour chaque
pays ou groupe de pays, un coefficient de corrélation entre le cycle de l’activité économique
des pays receveurs et le cycle des transferts de migrants. Elles n’ont ainsi pas pris en compte
l’existence d’une variabilité temporelle qui pourrait affecter la cyclicité des transferts des
migrants dans le temps.
6
Deuxièmement, les études publiées jusqu’à ce jour ont généralement calculé des coefficients
de corrélation propres à chaque pays. Cependant, Forbes et Rigobon (2002) ont montré les
limites des approches basées sur le calcul de coefficients de corrélation entre des séries de
différentes unités d’observations affichant des niveaux de volatilité différents. La stratégie
efficiente et robuste consisterait plutôt à calculer des coefficients de sensibilité des transferts
au cycle de l’activité pour chaque pays à partir d’estimations économétriques.
Troisièmement, les articles précédents n’ont en réalité fondé leurs conclusions qu’à partir de
simples analyses de relations de corrélation et pas de relations causales entre le cycle du PIB
et celui des transferts. En effet, cette limite est particulièrement importante dans la mesure
où la tendance générale à observer une plus grande procyclicité des transferts n’est peut être
que le fait d’un problème d’endogeneité du cycle PIB. Plus précisément, l’estimation d’un
coefficient de corrélation positif peut être tout simplement le reflet d’une causalité inverse
positive entre les transferts et l’activité économique des pays receveurs. Cela est d’autant
plus plausible que des articles récents ont montré un impact positif des transferts des
migrants sur la croissance économique (Pradhan et al., 2008 ; Giuliano et Ruiz-Arranz,
2009 ; Catrinescu et al., 2009 ; Lee et al., 2009). Une stratégie plus rigoureuse consisterait
6
On peut en effet envisager que la cyclicité des transferts des migrants ne soit pas un phénomène immuable et
qu’elle puisse varier dans le temps dans chaque pays. Elle peut par exemple varier dans un pays lorsqu’il y a
une correspondance entre le cycle de ce pays et le cycle du PIB des principaux pays d’accueil des migrants
pour une année et pas pour une autre. Elle peut également être différente entre les premières années et les
années plus récentes, si la situation dans le pays d’origine fait que, les transferts des migrants n’ont plus pour
objectif le financement de la consommation des proches, mais un motif d’investissement. On observerait alors
une transition dans la cyclicité des transferts des migrants allant de la contracyclicité initiale vers une plus
grande procyclicité en fin période.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
ainsi à instrumenter le cycle du PIB dans une équation expliquant le cycle des transferts des
migrants.
La stratégie empirique que nous retenons dans cet article permet simultanément de pallier
les limites des études antérieures. Plus spécifiquement il s’agit de déterminer la nature de la
cyclicité des transferts des migrants vis-à-vis du PIB dans:
- chaque pays en développement pour lesquels des données relativement longues sont
disponibles et consécutives
- une approche semi-paramétrique permettant de calculer des coefficients de cyclicité des
transferts qui puissent varier dans le temps et dans chaque pays
- une approche qui tient compte et corrige pour l’endogénéité potentielle du PIB dans
l’équation économétrique.
Nous nous inspirons des études sur la mesure de la cyclicité de la politique budgétaire dans
les pays en développement pour spécifier l’équation de cyclicité des transferts des migrants
(Thornton, 2008; Ilzetzki et Vegh, 2008). Nous mesurons la cyclicité en régressant le
différentiel du logarithme naturel des transferts des migrants sur le différentiel du logarithme
naturel du PIB réel et sur un trend linéaire.
7
L’équation prend la forme générale suivante :
(
)
(
)
titittitititi
atayar
,,3,2,,1,
loglog
ε
+++= (8)
r, y et t représentent respectivement les transferts des migrants reçus par un pays, le PIB
et le trend linéaire.
est l’opérateur de différences premières, i et t représentent
respectivement les indices pays et années.
ti
a
,3
mesure le terme constant qui ici, est
spécifique à chaque pays et à chaque année. Le coefficient qui nous intéresse
particulièrement dans cette équation est le coefficient
ti
a
,1
qui mesure la cyclicité des
transferts des migrants par rapport au PIB. Il est indicé i,t tout comme la constante
ti
a
,3
, pour
mettre en évidence le fait qu’ils varient chaque année et dans chaque pays. Les transferts des
migrants sont considérées comme procycliques lorsque 0
,1
>
ti
a et contracycliques lorsque
0
,1
<
ti
a .
7
Les transferts des migrants sont évalués en terme réel en déflatant la série des transferts dans chaque pays, par
le déflateur du PIB américain. Cette démarche a été précédemment adoptée par Sayan (2006).
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
La stratégie d’identification de
ti
a
,1
)
s’appuie sur des estimations réalisées par la méthode
des doubles moindres carrés. Plus précisément, pour chaque pays et à chaque année, le cycle
du PIB est instrumenté par trois variables : le cycle du PIB retardée de deux années, le taux
d’investissement domestique retardé d’une année et le taux de croissance des termes de
l’échange.
Plusieurs arguments militent en faveur du choix de ces variables comme des restrictions
d’exclusion pertinentes. Premièrement, il est plausible que la conjoncture d’il y a deux ans
ainsi que le niveau d’investissement antérieur soient des bons prédicteurs de la conjoncture
actuelle et ne soient pas directement reliés aux transferts des migrants autre que via leurs
impacts sur le cycle actuel de l’activité économique.
Deuxièmement, nous faisons l’hypothèse que la variation des termes de l’échange ne
détermine le volume des transferts reçus que via l’impact qu’ils ont sur le revenu agrégé (le
PIB).
8
De plus, nous restons proches du modèle théorique spécifié dans cet article dans la
mesure où instrumenter le cycle du PIB par la variation des termes de l’échange dans
l’équation des transferts, revient à saisir uniquement l’impact des variations exogènes du
PIB provenant de la dynamique positive ou négative des termes de l’échange. La forme
réduite du modèle avec variables instrumentales met en relation ainsi les transferts avec les
deux précédentes variables instrumentales y compris la variation des termes de l’échange.
Ce qui correspond aux hypothèses du modèle théorique.
9
La grande difficulté consiste à pouvoir estimer pour chaque pays, des coefficients de
régression spécifiques à chaque année. Plusieurs méthodes sont envisageables et dans le
cadre de cet article, nous en retenons principalement deux : la méthode des régressions
8
La relation positive entre une variation positive des termes de l’échange et la croissance économique est bien
ancrée dans la littérature. Une amélioration des termes de l’échange (le prix des exportations rapporté au prix
des importations) favorise l’expansion du secteur exportateur, augmente les profits et encourage la production
domestique. Il en résulte ainsi une plus forte croissance économique (Mendoza, 1997 ; Bleaney et Greenaway,
2001 et Aghion et al., 2009).
9
Dans le modèle théorique de la section 3, nous avons fait l’hypothèse selon laquelle les transferts étaient
contracycliques vis-à-vis des termes de l’échange. Autrement dit, que les transferts affluent lorsque les termes
de l’échange se dégradent et se contractent lorsque ceux-ci s’améliorent (motif d’assurance). En réalité, les
transferts réagissent plus à l’effet des termes de l’échange sur le revenu domestique, que directement aux
termes de l’échange. Cette hypothèse du modèle théorique est simplement une simplification d’une relation en
deux temps. (1) un choc négatif des termes de l’échange peut engendrer une baisse de l’activité domestique, (2)
la baisse de l’activité domestique induit un afflux de transferts motivés par l’altruisme des migrants. Ainsi,
l’hypothèse retenue dans le modèle théorique est simplement une formulation de la forme réduite du modèle
empirique à variables instrumentales.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
successives sur des fenêtres de 10 ans (10-years Rolling Window Regressions, 10YRW) et
la méthode des moindres carrés ordinaires avec pondération locale et normale (Local
Gaussian-weighted ordinary least squares, LGWOLS).
10
4.1. La méthode des régressions successives (10 years rolling windows)
On réécrit l’équation (9) de la manière suivante :
(
)
(
)
ττττ
ε
,,32,1,
loglog
itiitiiti
atayar
+++=
(9)
pour chaque
(
)
4,5 + tt
τ
Ainsi, on utilise pour chaque pays i, des fenêtres de 10 ans pour estimer la cyclicité des
transferts des migrants à chaque année centrale de la plage. Cependant, pour intéressante
qu’elle soit, cette méthode souffre néanmoins de l’inconvénient lié au fait qu’on perd pour
chaque pays, les cinq premières et les quatre dernières années. Par ailleurs, le fait qu’on
estime un coefficient pour chaque pays à chaque année en retirant une observation et en
ajoutant une autre, entraîne que le coefficient de cyclicité
it
a
1
va beaucoup varier lorsque la
nouvelle observation est fortement différente de celle qu’on retire. Cela a pour
conséquences, une cyclicité affectée par des changements transitoires. Les changements
dans la série de coefficients ne proviendront donc pas forcément des changements dans le
voisinage immédiat à la date t, mais des changements intervenus dans les observations
antérieures de 5 ans ou postérieures de 4 ans. Pour remédier à ces limites méthodologiques,
nous recourons à une deuxième technique économétrique plus flexible.
4.2. La méthode LGWOLS
Cette méthode est relativement similaire à celle des 10YRW. Mais, au lieu de d’estimer à
chaque fois la cyclicité sur une plage de données sur 10 ans, nous prenons en compte dans
les régressions, la totalité de la profondeur temporelle pour chaque pays et les observations
10
Une stratégie d’estimation des coefficients de cyclicité par la méthode des variables instrumentales est
couplée à l’une et l’autre des méthodologies (LGWOLS et 10YR) pour l’identification de l’impact du cycle du
PIB sur le cycle des transferts. Les instruments ont été discutés précédemment dans le texte.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
sont pondérées par un facteur Gaussien centré à la date t. Les régressions sont une fois de
plus, réalisées pour chaque pays et à chaque année. Nous réécrivons le problème de la
manière suivante :
(
)
(
)
ττττ
ε
,,3,2,1,
loglog
ititiiiti
atayar
+++=
(10)
τ
ε
i
~
)(
,0
2
τ
σ
t
w
N avec
(
)
=
2
2
2
exp
2
1
)(
σ
τ
πσ
τ
t
w
t
Contrairement à la méthode précédente, toutes les observations pour chaque pays sont
utilisées et les changements dans les coefficients estimés sont effectivement dus à des
changements dans les observations voisines de la date t étant entendu que les données au
voisinage de la date t se voient attribuer le poids le plus important.
11
4.3. Evolution de la contracyclicité des transferts des migrants depuis 1970
Le Graphique 1 et le Tableau 1 présentent l’évolution de la contracyclicité des transferts
des migrants dans les pays en développement (PED). Nous avons retenu dans le calcul des
coefficients, tous les pays en développement qui disposent d’au moins 10 observations
consécutives sur les transferts des migrants sur la période 1970-2008. Nous avons calculé
pour chaque année, le nombre de pays pour lesquels la contracyclicté des transferts des
migrants a été observée et rapporté cette valeur au nombre total de pays pour lesquels nous
avons pu calculer une mesure de la cyclicité.
Les résultats des estimations des séries de la cyclicité des transferts des migrants par les
deux méthodes retenues sont présentés d’une part en termes d’évolution du pourcentage de
pays en développement dans lesquels les transferts des migrants sont contracycliques
11
Dans la pratique, nous retenons à l’instar de Aghion et Marinescu (2008), que
5
=
σ
. Ce choix est effectué
pour obtenir un lissage suffisant des coefficients estimés.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
(Graphique 1) et d’autre part, l’évolution de ce pourcentage selon les différentes régions
(Tableau 1).
a) Une relative contracyclicité des transferts des migrants
Il résulte de l’observation du Graphique 1 que les transferts des migrants alternent selon les
années contracyclicité et procyclicité. On observe par exemple que le pourcentage de pays
pour lesquels les transferts apparaissent contracycliques est supérieur à 50% à la fin des
années 70, au milieu des années 1990 et entre 2004 et 2006 lorsqu’on interprète les résultats
obtenus par la méthode LGWOLS. En moyenne, on est autour de 45% des pays en
développement dans lesquels les transferts sont contracycliques sur la période 1970-2008.
Par ailleurs, on observe une tendance similaire avec la méthode 10YR.
Nos résultats indiquent que les transferts sont beaucoup plus contracycliques,
comparativement aux résultats des études antérieures. Ceci peut s’expliquer en partie par la
supériorité statistique des techniques économétriques employées dans notre analyse. Nous
avons dépassé le simple cadre d’analyses de corrélation et préféré une analyse causale et
dynamique de la relation entre le PIB et les transferts.
Graphique 1.
Le résultat selon lequel les transferts des migrants sont en moyenne devenus plus
contracycliques que procycliques durant les années 1990 et 2000 est révélateur de leur
capacité à être effectivement un mécanisme d’assurance privée pour les ménages. Ce résultat
est par exemple compatible avec celui décelé par Gupta et al. (2009) pour qui, les transferts
des migrants sont contracycliques en moyenne sur la période 1996-2006 dans la région de
l’Afrique subsaharienne.
Ce qui est par ailleurs important de retenir c’est que d’une part, la cyclicité des transferts est
un phénomène dynamique et non immuable. D’autre part, l’existence de transferts
procycliques est également un résultat non négligeable et important à souligner. Comme le
remarquent Sayan (2006) et Giuliano et Ruiz-Arranz (2009), la cyclicité des transferts est
révélatrice de deux motifs qui dirigent ces flux. D’une part, des transferts procycliques
mettent en exergue le motif d’investissement et de recherche de profit qui accompagne ces
flux. Les migrants réagissant effectivement pour saisir des opportunités d’investissement et
des niveaux de rentabilité importants qui sont observés quand la conjoncture dans leur pays
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
d’origine est bonne. Cependant, cette procyclicité peut avoir des effets pervers lorsque les
transferts amplifient le cycle, et se contractent dès que la conjoncture se dégrade, amplifiant
ainsi le coût des récessions. D’autre part, des transferts contracycliques sont plutôt motivés
par l’altruisme des migrants qui réagissent à la détérioration des revenus et des conditions de
vie de leurs proches. Ce type de transferts constitue ainsi une forme d’assurance privée dont
bénéficient les ménages.
L’hypothèse de cet article est que les transferts des migrants, en jouant un rôle d’assurance,
protègent les populations des économies ouvertes contre des chocs auxquels elles font face,
ce qui réduit ainsi le rôle d’assureur en dernier ressort des autorités publiques. En réalité, ce
rôle d’assurance devrait ainsi se traduire et être renforcé par des transferts contracycliques. Il
semble ainsi intéressant de vérifier que l’exposition des économies aux chocs extérieurs –
mesurée par leur degré d’ouverture commerciale – accroît (réduit) la contracyclicité (la
procyclicité) des transferts des migrants. Autrement dit, l’on devrait s’attendre à observer
des transferts contracycliques dans les pays en développement caractérisés par des taux
d’ouverture extérieure élevés.
b) De l’hétérogénéité de la contracyclicité des transferts des migrants dans les pays en
développement durant la période 1990-2008
L’évolution dans le temps de la cyclicité des transferts fait ressortir l’existence d’une
hétérogénéité entre les régions. La comparaison de l’évolution de la contracyclicité des
transferts des migrants entre les différentes régions est présentée dans le Tableau 1. Dans le
tableau sont affichés les pourcentages à l’intérieur de chaque région, des pays pour lesquels
les transferts des migrants sont contracycliques. On constate que la contracyclicité des
transferts des migrants sur la période 1990-2008 est particulièrement marquée pour les
régions Afrique sub-saharienne, Asie centrale et orientale et dans une moindre mesure, la
région Amérique latine.
Tableau 1.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
c) L’ouverture sur l’extérieur, un déterminant majeur de la contracyclicité des
transferts des migrants
Cette section analyse le rôle de l’ouverture sur l’extérieur sur la contracyclicité des transferts
des migrants. A notre connaissance, il s’agit de la première étude examinant les
déterminants de la cyclicité des transferts des migrants. Nous testons l’hypothèse selon
laquelle les transferts des migrants sont en moyenne fortement contracycliques dans les pays
en développement affichant des niveaux d’ouverture extérieure importants. Pour cela, nous
estimons le modèle économétrique suivant :
tiitititi
uOuvXa
,,,,1
'
εθβ
+++=
)
(11)
ti
a
,1
)
est l’indicateur de cyclicité calculé précédemment à l’aide des méthodes LGWOLS
et 10YR en variables instrumentales. X’ et Ouv sont respectivement le vecteur des variables
de contrôle et l’indicateur d’ouverture commerciale (exportations plus importations de biens
et services en pourcentage du PIB). Parmi les variables de contrôle, on introduit : le niveau
de développement (mesuré par le logarithme naturel du PIB par tête), le niveau de
développement financier, des variables de dépendance démographique et le taux
d’investissement public.
12
i
u renvoie aux effets fixes pays introduits pour contrôler pour
l’hétérogénéité inobservée invariante dans le temps. Le modèle est estimé sur des données
annuelles couvrant la période 1970-2008. Toutes les variables explicatives du modèle sont
mesurées en logarithme naturel et les statistiques descriptives ainsi que la liste des pays
retenus sont présentées dans le Tableau 2. L’hypothèse testée est : 0
<
θ
.
12
Le niveau de développement devrait être négativement corrélé à la procyclicité des transferts si l’on suppose
que les transferts seraient davantage contracycliques dans les pays les plus pauvres (ceci est d’ailleurs conforté
par le résultat d’une plus forte contracyclicité des transferts en Afrique sub-saharienne observée dans le
Tableau 1). Le niveau de développement financier est introduit pour capter l’idée d’une complémentarité ou
d’une substitution entre les transferts et le système financier. Par exemple, lorsque le système financier local
est peu développé, on peut s’attendre à ce que les transferts se substituent à celui-ci pour aider les populations à
financer l’investissement. Il pourrait donc en résulter une relation négative entre le niveau de développement
financier et la procyclicité des transferts (Giuliano et Ruiz-Arranz, 2009). Cependant, les transferts peuvent
être d’autant plus procycliques que le système financier est développé et est donc en mesure de recueillir la
masse de fonds qui arrive pour être redirigée vers de l’investissement. Les variables démographiques
(pourcentage de la population âgée de moins de 14 ans et de plus de 65 ans) devraient être négativement
corrélées à la procyclicité des transferts car il semble plausible que les migrants seront d’autant plus altruistes
(les transferts seront donc contracycliques) que leurs proches ne sont pas sur le marché du travail. Finalement,
l’investissement public est introduit pour capter un effet de complémentarité entre l’investissement public et
les transferts procycliques (financement de l’investissement privé). Le niveau de développement financier est
mesuré par le rapport de la monnaie et de la quasi-monnaie (M2) sur le PIB.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
Tableau 2.
Les résultats des estimations sont présentés dans les Tableaux 3 et 4. On note que quel que
soit l’indicateur de procyclicité retenu et les variables de contrôles introduites, l’impact de
l’ouverture est statistiquement significatif et négatif dans toutes les spécifications. Ainsi,
l’hypothèse selon laquelle un fort degré d’ouverture sur l’extérieur des pays en
développement est associé à une réception de transferts des migrants contracycliques n’est
pas rejetée par les données.
Tableaux 3 et 4.
Ce résultat vient en partie conforter nos attentes dans la mesure où nous postulions que la
réception des transferts dans les économies ouvertes réduit le rôle d’assurance joué par les
gouvernements. L’ouverture, en impliquant des transferts relativement plus contracycliques
n’aurait donc plus un effet important sur la taille des gouvernements des pays recevant des
transferts. Nous testons cette hypothèse dans la section 5 à l’aide d’un modèle
économétrique de la consommation publique.
5. STRATEGIE ECONOMETRIQUE
Nous proposons dans cette section un modèle économétrique de la relation entre les
transferts des migrants et les dépenses publiques dans les économies ouvertes. Une fois le
modèle économétrique présenté, les résultats des régressions par la méthode du System-
GMM sont discutés.
5.1. Le modèle économétrique
Pour mettre en évidence l’hypothèse selon laquelle l’impact marginal de l’ouverture
commerciale sur les dépenses publiques décroît avec le niveau de transferts des migrants
reçus, on attend ainsi un signe négatif du coefficient des transferts des migrants croisés avec
le degré d’ouverture des économies dans l’équation des dépenses publiques.
Notre modèle est complété par une série de variables de contrôle habituellement introduites
dans les modèles de dépenses publiques, à savoir la valeur retardée du taux des dépenses
publiques, le niveau de revenu par tête conformément à l’hypothèse théorique que la taille
de l’Etat est un bien normal (Loi de Wagner), le degré d’ouverture conformément à la thèse
de Rodrik (1998), deux variables démographiques à savoir le taux de dépendance et le taux
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
d’urbanisation. Le taux de dépendance qui est mesuré comme la part des inactifs dans la
population totale, devrait agir positivement sur les dépenses publiques. Le niveau de
l’inflation peut être à la fois une cause de la taille de l’Etat, mais aussi, une conséquence du
fait d’un financement inflationniste du déficit public à travers le seigneuriage. L’inflation
peut également influencer les dépenses publiques via son effet sur les recettes fiscales.
Conformément à l’effet Keynes-Olivera-Tanzi, les impôts étant collectés avec retard,
l’inflation non seulement érode la base fiscale, mais aussi réduit la valeur réelle des impôts
collectés.
L’équation des dépenses publiques prend la forme suivante :
(
)
tititititititititi
rouvouvrXgg
,,,3,2,1,1,,
εηαθθθβρ
+++×+++
+=
(12)
g représente le taux de consommation publique, X est le vecteur des variables de contrôle
(PIB par tête, ratio de dépendance démographique, taux d’urbanisation, taux d’inflation et
taille de la population), ouv est l’ouverture commerciale, r les transferts des migrants,
i
α
et
t
η
sont respectivement l’effet fixe pays et temporel,
it
ε
est le terme d’erreur
idiosyncratique, i et t sont les indices pays et période. Toutes les variables du modèle à
l’exception des muettes pays et période, sont exprimées en logarithme naturel.
A partir de l’équation (12), on devrait pouvoir évaluer dans quelles proportions les transferts
atténuent l’impact de l’ouverture sur les dépenses publiques et partant, contribuent à réduire
le rôle de l’Etat comme assureur en dernier ressort. Deux coefficients retiendront
particulièrement notre attention, le coefficient
2
θ
et le coefficient
3
θ
. Plus spécifiquement,
on s’attend à ce que 0
2
>
θ
)
et 0
3
<
θ
)
. Autrement dit, l’impact total de l’ouverture
commerciale sur la consommation publique
(
)
it
r
32
θθ
+ devrait être d’autant plus négatif que
les transferts reçus sont élevés.
halshs-00552983, version 1 - 6 Jan 2011
CERDI, Etudes et Documents, E 2010.11
5.2. L’échantillon et les variables
Notre échantillon est composé d’au maximum 67 pays.
13
L’analyse couvre la période 1970-
2008, laquelle est subdivisée en huit sous-périodes. Toutes nos variables sont des moyennes
quinquennales pour chacune des sous-périodes.
Notre principale variable d’intérêt, les transferts des migrants reçus p