Thesis

Politiques publiques éducatives et inégalités en Nouvelle-Calédonie

Authors:
To read the full-text of this research, you can request a copy directly from the author.

Abstract

Cette thèse se focalise sur relations entre les politiques publiques d’éducation et les inégalités en Nouvelle-Calédonie. Notre étude se positionne dans le contexte de rééquilibrage de l’Accord de Nouméa. Nous mesurons les inégalités d’accès aux différents niveaux de diplômes entre 1996 et 2019 selon l’origine ethnique (Chapitre 2). Si ces inégalités tendent à se réduire sur cette période, des écarts demeurent pour les niveaux de diplômes les plus élevés. Nous explorons également les relations entre la ségrégation résidentielle urbaine du Grand Nouméa et la réussite scolaire individuelle au regard de la politique de sectorisation (Chapitre 3). Les élèves qui fréquentent un établissement dont la carte scolaire est marquée par une surreprésentation des catégories socio-professionnelles les plus favorisées réussissent le mieux au Diplôme national du brevet. En revanche, la composition ethnique n’y apparait pas liée. Par ailleurs, nous montrons que la réussite scolaire individuelle est également liée à la composition des classes et des établissements scolaires (Chapitre 4) en classe de troisième. Enfin, à partir d’une recherche expérimentale, nous mettons en évidence une discrimination ethnique dans la recherche de lieu de stage (Chapitre 5). Les candidatures d’origine kanak reçoivent significativement moins de réponses non-négatives de la part des entités professionnelles, que les candidatures d’origine non-kanak.

No full-text available

Request Full-text Paper PDF

To read the full-text of this research,
you can request a copy directly from the author.

ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
This paper explores the relationship between ethnic diversity and adolescent educational outcomes at a very fine level. The French Labor Force Survey is used to obtain information on neighborhood composition and we use repetition of the school year at age 15 to 16 as an indicator of school underperformance. We use the method of Bayer, Ross, and Topa (2008) to take account of endogeneity. Although high ethnic diversity of the residential area and educational success seem to be negatively related at first sight, we show that the causal relationship between the two disappears when all confounding factors are properly controlled for. This result is robust for alternative definitions of origin.
Article
Full-text available
We study the sources of racial disparities in income using anonymized longitudinal data covering nearly the entire U.S. population from 1989 to 2015. We document three results. First, black Americans and American Indians have much lower rates of upward mobility and higher rates of downward mobility than whites, leading to persistent disparities across generations. Conditional on parent income, the black-white income gap is driven by differences in wages and employment rates between black and white men; there are no such differences between black and white women. Hispanic Americans have rates of intergenerational mobility more similar to whites than blacks, leading the Hispanic-white income gap to shrink across generations. Second, differences in parental marital status, education, and wealth explain little of the black-white income gap conditional on parent income. Third, the black-white gap persists even among boys who grow up in the same neighborhood. Controlling for parental income, black boys have lower incomes in adulthood than white boys in 99% of Census tracts. The few areas with small black-white gaps tend to be low-poverty neighborhoods with low levels of racial bias among whites and high rates of father presence among blacks. Black males who move to such neighborhoods earlier in childhood have significantly better outcomes. However, less than 5% of black children grow up in such areas. Our findings suggest that reducing the black-white income gap will require efforts whose impacts cross neighborhood and class lines and increase upward mobility specifically for black men.
Thesis
Full-text available
Cette thèse cherche à approfondir la nature et la forme des relations entre les inégalités éducatives et le développement. Elle s’inscrit dans le prolongement des analyses engagées sur les liens éducation/croissance et inégalités/croissance, en essayant d’apporter un éclairage complémentaire sur ces deux relations. Elle vise à retracer de manière stylisée l’évolution des inégalités éducatives particulièrement dans les pays en développement et à caractériser la non-linéarité de la relation à partir de l’estimation de modèles non-paramétriques et semi-paramétriques. Cette thèse est constituée de trois chapitres auxquels correspondent des objectifs, des bases de données et des méthodologies spécifiques. Dans un premier chapitre, nous proposons une nouvelle base mondiale sur les inégalités d’éducation. La majorité des travaux sur la relation entre capital humain et développement économique ont principalement appréhendé la mesure du capital humain à travers des mesures de l’éducation en utilisant notamment la moyenne d’années de scolarisation (stock du capital humain). Notre base de données, qui présente une mesure alternative du capital humain, tend à améliorer sensiblement le mode de calcul des inégalités de l’éducation. Elle exploite toute la richesse des données désagrégées, corrige les pondérations inappropriées et affine certaines hypothèses réductrices sur les durées des cycles d’enseignement et les niveaux d’éducation retenus. Nous avons aussi généralisé la formule proposée par Berthélemy (2006) sur l’indice de Gini de l’éducation. Le domaine de variation possible de cet indice est identifié graphiquement selon la moyenne d’années de scolarisation et les durées cumulées des cycles d’enseignement. Nous mettons en évidence, dans le cadre du chapitre II, l’existence d’une relation non linéaire entre les inégalités dans l’éducation et le développement économique en utilisant des modèles non-paramétriques et semi-paramétriques qui n’exigent pas de formes fonctionnelles prédéfinies à l’avance. Plusieurs phases sont ainsi mises en évidence : les trois premières sont repérées seulement par rapport aux niveaux de développement ; deux autres sont identifiées à la fois par des seuils de développement et d’inégalité d’éducation ; une sixième et dernière phase est définie par rapport au seul niveau d’inégalité d’éducation. Nous montrons que c’est dans la troisième et cinquième phases que la réduction de l’inégalité d’éducation présente l’impact le plus bénéfique sur le développement économique.Au-delà du schéma général mis en évidence sur le plan transnational dans les chapitres I et II, nous explorons dans le chapitre III la nature de cette relation au plan régional dans le cas du Maroc, pour lequel nous disposons de données aux niveaux communal et provincial. La non-linéarité de la relation est aussi confirmée. La troisième phase repérée au chapitre II est subdivisée, dans le cas des provinces marocaines, en deux sous phases qui présentent un impact différencié selon un seuil de développement et d’inégalité d’éducation.
Article
Full-text available
A small island economy, New Caledonia stands out amidst other French overseas territories, and even more so the islands of Oceania, for its high standard of living and human development. However, it also suffers from the disadvantages common to small island economies (remoteness, small market size, etc.). The slowdown in growth observed over the last few years reveals how the New Caledonian model of “extensive” growth is losing pace overall: producing more from more inputs to satisfy the domestic demand, protecting itself from international competition in the process, and drawing largely on nickel mining. This article aims to assess the competitiveness of New Caledonia's economy. It puts forward labour productivity indicators for the main market sectors of the New Caledonian economy from 1992 to 2014 to derive changes in unit costs and finally in real exchange rates. It shows that labour productivity has tended to stagnate since the early 2000s, while at the same time increases in minimum wage contribute to an increase in unit costs and a decline in competitiveness. © 2018, Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques. All rights reserved.
Thesis
Full-text available
L’objectif de ce travail est d’analyser les déterminants des inégalités de performances scolaires de 56 392 élèves en fin de cycle primaire dans 2 603 établissements scolaires situés dans 647 districts des 12 pays d’Afrique australe et orientale (Afrique du Sud, Botswana, Kenya, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Ouganda, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe) à partir de la troi-sième enquête de 2007 du Consortium de suivi de la qualité de l’éducation en Afrique orientale et australe (SACMEQ III). Le travail s’articule autour de trois chapitres. Il s’agit d’étudier, dans le premier chapitre, l’influence des caractéristiques individuelles de l’élève et de l’école sur les per-formances scolaires, ainsi que le rôle important des caractéristiques régionales. Dans le deuxième chapitre, nous cherchons à analyser comment l’inspection des établissements scolaires et leur ac-cessibilité par rapport au domicile des élèves agissent sur l’eÿcience scolaire. Le dernier chapitre propose d’étudier les facteurs socio-économiques et les conditions de scolarité déterminant les per-formances et les inégalités scolaires entre les filles et les garçons, compte tenu de leurs origines socio-économiques. Pour ce faire, nous avons utilisé di˙érentes approches économétriques, à savoir une modélisation multiniveau dans le premier chapitre, un modèle de frontière non paramétrique dans le chapitre deux et un modèle d’économétrie spatiale dans le chapitre trois. Les résultats montrent que les acquis des élèves, l’eÿcience des établissements et les inégalités scolaires entre les filles et les garçons sont très hétérogènes en Afrique australe et orientale. Les résultats révèlent que les élèves qui enregistrent des scores relativement élevés sont situés dans les régions urbaines riches et ayant accès aux moyens de transport. De profondes inégalités scolaires existent du fait de la carence de transports, d’infrastructures routières, éducatives et de santé particulièrement pour les districts situés en milieu rural et dans les quartiers pauvres des grandes villes. Il est également montré que les variables touchant les missions d’inspection des écoles, l’utilisation de la langue d’instruction à la maison et la sécurité dans le milieu scolaire jouent un rôle important dans la réussite des élèves. Les résultats obtenus permettent une meilleure compréhension du système sco-laire dans ces pays.
Article
Full-text available
This study focuses on the links between ethnic discrimination, housing discrimination, and the ethnic composition of neighborhoods at a specific spatial level, that of the city quarter. Our goal is to determine whether discrimination exacerbates residential segregation. We measure discrimination and access to housing in Greater Nouméa, the capital of New Caledonia, by ethnic background, distinguishing between the people of Kanak (the indigenous people) and those of European descent. Between October 2015 and February 2016, four applicants individually responded to 342 real-estate rental ads, made a total of 1,368 responses. Two of the applicants made their Kanak origin known through their surnames, while two others similarly made their European origin known. In each pairing, an applicant signaled financial and professional stability by explicitly indicating that he was a civil servant. A particularity of the study was to analyze these data statistically by crossing it with the ethnic distribution of neighborhoods. Severe discrimination regarding access to private rental housing for Kanak applicants in all neighborhoods was found. Signaling stability strongly reduced discrimination against Kanak applicants. This discrimination is linked to the behavior of landlords and, to a lesser extent, to the actions of real-estate agencies. The difficulties accessing housing are solely due to discrimination linked to the social precariousness of Kanaks in neighborhoods where Kanaks are most represented. They are also linked to ethnic discrimination against Kanaks in neighborhoods dominated by Europeans. Housing providers thus play an active role in residential segregation.
Article
Full-text available
This study assesses the educational distribution in rural and urban areas––both at national and provincial levels––by employing the education Gini coefficient and decomposition analyses. The findings of the study reveal that rural and urban educational inequalities are generally improving over time as shown by the education Gini estimates for rural and urban areas. Decomposition analyses show that, at the national level, the rural-urban education inequality gap or Rural-Urban Gap is the main contributor to education inequality; in contrast, at the provincial level, the main contributor is the inequality within rural areas. This implies that educational provision should be enhanced in rural areas. The paper pays particular attention to the province of Tawi-Tawi which is the only province that experienced an increase in both rural and urban educational inequalities. Accounting for sex subgroups, modified decomposition analysis is able to ascertain that such observation is due to the dismal educational distribution of its rural population. On the other hand, the negative inequality growth contributions of its urban population could be viewed as a possible evidence of labor migration.
Article
Full-text available
The measurement of discrimination in employment is a key variable in understanding dynamics in the nature of, and change in "race relations". Measuring such discrimination using 'situation' and 'correspondence' tests was influenced by John Rex's sociological analyses, and earlier work, begun in America, was continued in England in the 1960s, and further replicated in Europe and America in later decades. This literature is reviewed, and the methodologies of testing for employment discrimination are discussed. Recent work in Britain and the Netherlands is considered in detail in the light of changing social structures, and the rise of Islamophobia. Manchester, apparently the city manifesting the most discrimination in Britain, is considered for a special case study, with a focus on one individual, a Muslim woman seeking intermediate level accountancy employment. Her vita was matched with that of a manifestly indigenous, white Briton. Submitted vitas (to 1043 potential employers) indicated significant discrimination against the Muslim woman candidate. Results are discussed within the context of Manchester's micro-sociology, and Muslim women's employment progress in broader contexts. We conclude with the critical realist comment that the "hidden racism" of employment discrimination shows that modern societies continue, in several ways, to be institutionally racist, and the failure to reward legitimate aspirations of minorities may have the effect of pushing some ethnic minorities into a permanent precariat, with implications for social justice and social control in ways which may deny minority efforts to "integrate" in society's employment systems.
Article
Full-text available
La Nouvelle‑Calédonie se caractérise dans l’ensemble de l’outre‑mer français par un niveau de PIB par habitant élevé et une croissance forte. Cependant, dans ce pays «riche » , les inégalités sont patentes. Le développement industriel du pays a conduit à de fortes disparités géographiques qui se superposent aux inégalités ethniques. Ainsi, les caractéristiques socio‑économiques des Kanak, peuple autochtone, diffèrent significativement de celles des non‑Kanak. Dans ce contexte, des politiques de réduction des inégalités ont été mises en place il y a plus de 20 ans. C’est au regard de cette période de rééquilibrage qu’est ici analysée l’évolution des inégalités liées à l’insertion sur le marché du travail. En utilisant les données des quatre derniers recensements de la population (1989, 1996, 2004 et 2009), cette étude montre que, en 20 ans, le niveau d’éducation de la population calédonienne a fortement progressé. Cette évolution a été plus rapide pour les Kanak que pour les non‑Kanak, conduisant à une réduction de l’impact de la communauté d’appartenance sur l’accès aux diplômes. Cependant, les inégalités d’accès aux diplômes restent préoccupantes : en 2009, un jeune non‑kanak a sept fois plus de chances d’obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur qu’un jeune kanak. Parallèlement à cette forte réduction des inégalités dans l’accès aux diplômes, les rapports de chances relatives non‑Kanak / Kanak d’accès à l’emploi ne diminuent que faiblement entre 1996 et 2009. Les Kanak sont toujours marginalisés dans l’accès aux plus hauts diplômes et aux plus hautes responsabilités. Cependant, à toutes les dates, la prise en compte des caractéristiques individuelles et, notamment, du niveau d’éducation conduit à une forte réduction de l’impact de la communauté d’appartenance sur l’accès à l’emploi, même s’il reste significatif. Les inégalités d’accès aux diplômes constituent donc le principal facteur d’inégalités dans l’insertion professionnelle.
Article
Full-text available
De nombreuses études portant sur les pays anglo‑saxons font état de salaires plus faibles pour la population homosexuelle, à caractéristiques productives observables données. Cet écart suggère la présence de comportements discriminatoires, même s’il ne suffit pas à la prouver formellement. En ce qui concerne la France, cette question n’avait encore fait l’objet d’aucune étude statistique, faute de données adaptées. Cet article tente de combler ce manque à l’aide des données de l’enquête Emploi, en y sélectionnant les individus cohabitants avec une personne de même sexe dont ils se déclarent «ami » . Cette approche, la seule possible à ce jour, est par nature indirecte et partielle : elle exclut les homosexuels qui vivent seuls et ne cible donc qu’une partie de la population d’intérêt. À l’inverse, elle peut incorporer des individus co‑résidents avec une personne de même sexe pour de toutes autres raisons que l’orientation sexuelle. Des filtrages additionnels sont proposés pour essayer de limiter ce biais ; ils consistent à exclure les individus qui sont les plus susceptibles de cohabiter pour des raisons notamment économiques (étudiants, retraités, personnes ayant des salaires peu élevés…) ou de migration. Une approche économétrique permet alors de comparer les salaires de ce groupe à ceux du reste de la population. Elle fait ressortir un écart négatif pour les hommes qui ne peut se réduire aux caractéristiques productives observées et dont une partie pourrait donc se lire en termes de discrimination. Il est de l’ordre de ‑ 6 % à ‑ 7 % dans le secteur privé et de ‑ 5 % à ‑ 6 % dans le secteur public. Un tel écart ne s’observe pas en revanche pour les femmes ; cette asymétrie est conforme aux résultats des études menées sur d’autres pays. La qualification ne suffit pas à éviter ce désavantage salarial : dans le secteur privé, il apparaît même plus élevé pour les travailleurs qualifiés que pour les non‑qualifiés. Il s’accroît également avec l’âge.
Article
Full-text available
The authors draw data from the College Roommate Study (ROOM) and the National Longitudinal Study of Adolescent Health to investigate gene-environment interaction effects on youth binge drinking. In ROOM, the environmental influence was measured by the precollege drinking behavior of randomly assigned roommates. Random assignment safeguards against friend selection and removes the threat of gene-environment correlation that makes gene-environment interaction effects difficult to interpret. On average, being randomly assigned a drinking peer as opposed to a nondrinking peer increased college binge drinking by 0.5-1.0 episodes per month, or 20%-40% the average amount of binge drinking. However, this peer influence was found only among youths with a medium level of genetic propensity for alcohol use; those with either a low or high genetic propensity were not influenced by peer drinking. A replication of the findings is provided in data drawn from Add Health. The study shows that geneenvironment interaction analysis can uncover social-contextual effects likely to be missed by traditional sociological approaches.
Article
1 Introduction L'une des particularités de l'espace académique suisse est de présenter un ensemble très diversifié de systèmes éducatifs dans un espace national restreint du point de vue géographique. Dans un pays de 7.5 millions d'habitants, on peut considérer que chacun des 26 cantons propose un système éducatif spécifique, tant du point de vue de l'âge réel d'entrée en enseignement primaire, que de la nature et de la précocité des différents paliers d'orientation ou encore des programmes et des curricula suivis par les élèves. Cette diversité académique est, d'un point de vue politique et national, un handicap que devraient progressivement résoudre les politiques d'harmonisation en voie de négociation (HarmoS). Toutefois, ce handicap devient un avantage réel pour le sociologue désireux de comparer les systèmes éducatifs et leurs conséquences sur les compétences des élèves. Bien mieux que les comparaisons internationales, qui risquent toujours d'attribuer aux différences de structures éducatives ce qui relève de facteurs culturels ou sociaux, les comparaisons intercantonales ont le mérite de proposer au sociologue de l'école un espace scolairement assez différencié pour lé-gitimer les comparaisons, et assez fortement unifié pour les rendre intelligibles. Le propos de cet article est donc de tirer avantage de cette situation pour comprendre la nature et l'ampleur des inégalités scolaires en Suisse et la façon dont ces inégalités se déclinent dans les différents contextes éducatifs cantonaux. Plus précisément, les questions qui nous préoccupent concernent les mécanis-mes de production des compétences éducatives et leurs liens avec l'organisation des systèmes éducatifs. Cette question classique de la sociologie de l'école est à l'origine de la discipline dans l'après deuxième guerre mondiale, tant aux Etats-Unis (Jencks, 1979) qu'en France (Bourdieu et Passeron, 1964 ; Baudelot et Establet, 1971) et en Suisse (Girod, 1981). On se questionne alors sur la relation entre d'une part la nature des systèmes éducatifs et d'autre part leurs conséquences sur les inégalités scolaires. Les résultats de ces premiers travaux sont encore, pour une bonne partie d'entre eux, d'actualité. Ils questionnent en effet les modes de répartition des élèves dans différentes filières ou dans différents établissements, pour montrer que la ségrégation scolaire, qu'elle passe par des orientations précoces dans des filières différenciées et
Article
This article updates and expands an earlier study investigating the gaps in inequality indicators between different ethnic groups in Aotearoa New Zealand (NZ). The present study updates the same inequality indicators across categories of health, knowledge and skills, employment, standard of living, and cultural identity, using more recent data. It is also extended to incorporate the third-largest ethnic group in NZ, Asian people. This ethnic group is often excluded from inequality discussions, as Asian people are typically believed to outperform, or at least be on par with, the European ethnic group.
Article
I use variation in the age at which children move to show that where an Australian child grows up has a causal effect on their adult income, education, marriage, and fertility. In doing so, I replicate the findings of Chetty and Hendren (2018a) in a country with less inequality, more social mobility, and different institutions. Across all outcomes, place typically matters most during the teenage years. Finally, I provide suggestive evidence of peer effects using cross-cohort variation in the peers of permanent postcode residents: those born into a richer cohort for their postcode tend to end up with higher incomes themselves. (JEL D63, J13, J62, R23, Z13)
Article
Recent research has highlighted a negative impact of inequality on economic growth. We re-evaluate this hypothesis focusing on both inequality and poverty and their interaction. We replicate previous results showing that inequality has a negative impact on growth. However, we show that when we account for both inequality and poverty, the negative effect of inequality on growth appears to be concentrated amongst countries with high poverty. This would argue for policies targeted towards alleviating poverty even if they have no effect on inequality.
Article
New Caledonia began creating its first educational project in the early 2000s. After more than ten years of negotiations, this project was voted at the beginning of 2016 by the Congress of New Caledonia and its implementation was made possible thanks to a three-year plan voted at the end of 2016 and applied in February 2017. Does this educational project entail the creation of an emancipated Caledonian school system and identity? First, I recall the steps that enabled the gradual and chaotic construction of this educational project. Next, I study the new place given to Kanak languages and culture by asking if the Kanak identity has really found its place in the Caledonian school system. Finally, I discuss how the educational project and the three-year plan focus on New Caledonian citizenship.
Article
We show that the neighborhoods in which children grow up shape their earnings, college attendance rates, and fertility and marriage patterns by studying more than 7 million families who move across commuting zones and counties in the United States. Exploiting variation in the age of children when families move, we find that neighborhoods have significant childhood exposure effects: the outcomes of children whose families move to a better neighborhood-as measured by the outcomes of children already living there-improve linearly in proportion to the amount of time they spend growing up in that area, at a rate of approximately 4% per year of exposure. We distinguish the causal effects of neighborhoods from confounding factors by comparing the outcomes of siblings within families, studying moves triggered by displacement shocks, and exploiting sharp variation in predicted place effects across birth cohorts, genders, and quantiles to implement overidentification tests. The findings show that neighborhoods affect intergenerational mobility primarily through childhood exposure, helping reconcile conflicting results in the prior literature. © The Author(s) 2018. Published by Oxford University Press on behalf of the President and Fellows of Harvard College. All rights reserved.
Article
Understanding whether labor market discrimination explains inferior labor market outcomes for many groups has drawn the attention of labor economists for decades—at least since the publication of Gary Becker’s The Economics of Discrimination in 1957. The decades of research on discrimination in labor markets began with a regression-based “decomposition” approach, asking whether raw wage or earnings differences between groups—which might constitute prima facie evidence of discrimination—were in fact attributable to other productivity-related factors. Subsequent research—responding in large part to limitations of the regression-based approach—moved on to other approaches, such as using firm-level data to estimate both marginal productivity and wage differentials. In recent years, however, there has been substantial growth in experimental research on labor market discrimination—although the earliest experiments were done decades ago. Some experimental research on labor market discrimination takes place in the lab. But far more of it is done in the field, which makes this particular area of experimental research unique relative to the explosion of experimental economic research more generally. This paper surveys the full range of experimental literature on labor market discrimination, places it in the context of the broader research literature on labor market discrimination, discusses the experimental literature from many different perspectives (empirical, theoretical, and policy), and reviews both what this literature has taught us thus far, and what remains to be done.
Article
Gender Contribution to Inequality in the Public Sector: a Regional Analysis Regional disparities in terms of gender wage gap exhibited in the French private sector led to wonder is the same situation holds in the public sector. The depiction and the measure of the contribution of gender to wage inequality within the public services reveal the existence of a systematic bias against women, which holds in all the French regions. To go beyond this simple statement, the comparison of the results obtained in the various regions requires to propose an index of intensity of the contribution of gender to wage inequality allowing to analyse them with a unified scale. The intensities determined in every category and in every sub-sector of public services show that regions of the South and from the East of France are those where women support the highest disparities. On the contrary DOM or Limousin are little affected. The comparison of these results and estimations made for the private sector reveals a very important geographical correspondence between each other.
Article
Le Maroc fait partie des pays en développement dont le niveau des acquis des élèves reste relativement faible. En dépit des efforts engagés en vue d’améliorer en partie la qualité des apprentissages, les résultats des enquêtes internationales et nationales révèlent de faibles niveaux des acquis. Dès lors, l’objectif de cet article est de revenir sur les facteurs qui influencent les performances scolaires des élèves. Nous nous intéressons plus spécifiquement aux déterminants microéconomiques de la qualité de l’éducation à travers les performances des élèves. Les études sur les déterminants des performances scolaires sont riches d’enseignement. Les premières contributions se sont focalisées sur le rôle de l’environnement familial dans l’explication de la réussite des élèves (Coleman, 1966, par exemple). D’autres, plus récemment, ont abordé les facteurs liés à l’établissement scolaire. Pour autant, les contributions récentes mettent en avant l’importance à la fois de l’environnement familial et de l’école (Hanushek, 2003). Des travaux plus récents oulignent également l’influence des pairs sur les performances scolaires. Le présent travail s’inscrit dans cette logique. Son originalité se situe à un double niveau. La première réside dans la mise en évidence de l’ensemble des facteurs explicatifs des performances des élèves et des inégalités scolaires. Malgré l’existence d’une littérature abondante sur le sujet, cette question n’a pas été abordée, à notre connaissance, dans le cas marocain. La seconde cherche à corriger les problèmes d’endogénéité dans les modèles multiniveaux. Enfin, La technique d’imputation adoptée permet de traiter de façon pertinente les valeurs manquantes dans les bases de données. Cet article est structuré en trois parties. La première aborde la littérature empirique sur les déterminants de la réussite scolaire des élèves. La deuxième partie examine le modèle utilisé et décrit la base de données du Programme national d’évaluation des acquis (PNEA). Elle examine l’approche et la méthodologie utilisée. Enfin, la troisième partie traite des résultats obtenus et nous permet de formuler les principaux enseignements pouvant être tirés de nos résultats en matière de politiques publiques.
Article
Using a quasi-random allocation of students to classes in a French university, we are able to estimate peer effects and teacher effects, with a specific attention to non-linear peer effects. We find that teacher effects are strong, as found at other levels of the education system, but that peer effects have very limited impact. This implies that restricting student access to some universities is of no benefit to remaining students in terms of academic performance. In contrast, attention to teacher performance should be strong at the higher education level.
Article
Junior high school separates. Class origin, school trajectories and vocational training By leaning on longitudinal data produced by the Depp , we would first like to reconstruct the school trajectories of pupils who entered junior high school in 1995. The main aim of this article, however, is not only to show that junior high school can only be called « unique » if the social sorting that takes place at this level of the school system is minimized, but also that vocational training is an essential element of this system. Indeed, it has the specific function of offering a « path to salvation » to working‑class kids who are the most difficult in school socialization and/or have the most problems in learning, and who because of these two reasons are excluded from general and long‑term studies. Junior high school thus appears to be an institution that operates school and social sorting, and this through three procedures that produce cumulative effects: placement in atypical classes, repeating, and counseling at the end of junior high school. In addition, we lean on field studies led in vocational secondary schools to show how pupils retrospectively give meaning to their school paths, so as to improve the explanation of working‑class kids’ school trajectories.
Article
— Introduction – Since 2007 – and seemingly after a brief lull — public policy evaluation is increasingly present in public discourse. This is evidenced by the constitutional reform of 2008 that made provisions for the evaluation of public policies within the very text which acts as the backbone of the French Republic, the series of governmental initiatives enhancing the role of evaluation in public policy and the renewal of impact assessment methods: have these actually translated into a resurgence for the domain of evaluation for France? This thematic compilation relies on the work carried out during the Journées Françaises de l’Evaluation, which were held in Grenoble during June 2013. Their programme aimed to take stock of the different ways in which evaluation is performed and innovates. It also addressed the controversies surrounding this topic. By using substantive articles on current evaluation trends in France, testimonials on leading practices as well as a reflexive approach, this article addresses two main points: firstly, the current issues raised within the field of evaluation in France, and secondly, the critical examination of key issues such as measurement, and the delicate relation between individual evaluation and collective evaluation. Finally, it will explore evaluation criteria and suggest avenues for future research.
Article
Delattre Eric, Leandri Noam, Meurs Dominique, Rathelot Roland. Introduction - Trois approches de la discrimination : evaluations indirectes, experimentation, discriminations ressenties. In: Economie et statistique, n°464-466, 2013. Inegalites et discriminations : questions de mesure. pp. 7-13.
Article
Collectée en 2008, l’enquête Handicap-Santé permet pour la première fois de documenter statistiquement l’ampleur des discriminations liées à l’état de santé ou de handicap ressenties par les personnes vivant en France, dans des ménages ordinaires. 2,3 millions de personnes de 18 ans et plus vivant dans un logement ordinaire en France déclarent ainsi avoir subi des comportements stigmatisants au cours de leur vie en raison de leur état de santé ou de handicap : moquerie, mise à l’écart, traitements injustes ou refus de droit. Les personnes ayant des problèmes de santé ou de handicap déclarent beaucoup plus fréquemment que les autres être confrontées à des comportements stigmatisants, et les plus jeunes sont particulièrement concernés. Ces expériences discriminatoires constituent donc une composante de leur vie. Ce constat est conforté lorsque les effets différenciés des caractéristiques sociodémographiques sur la propension à se dire discriminé sont pris en compte. L’ampleur de cette surdéclaration varie selon la nature des altérations fonctionnelles subies et selon la façon de percevoir subjectivement son état de santé. En particulier, les personnes ayant des altérations fonctionnelles cognitives sont nettement plus nombreuses que les autres à se déclarer victimes de comportements stigmatisants. Une reconnaissance administrative de handicap est également associée à un surcroît de ressenti significatif d’expériences discriminatoires. Une analyse plus fine suggère que des facteurs contextuels, transversaux aux différents types d’altérations fonctionnelles, comme l’existence de personnes pour les aider ou l’âge de survenue de l’altération fonctionnelle, pourraient jouer un rôle.
Article
In the last and current decade, the W ake County school district reassigned numerous students to schools, moving up to five percent of the enrolled population in any given year. Before 2000, the explicit goal was balancing schools'racial composition; after 2000, it was balancing schools'income composition. Throughout, finding space for the area's rapidly expanding student population was the most important concern. The reassignments generate a very large number of natural experiments in which students experience new peers in the classroom. Using panel data on students before and after they experience policy-induced changes in peers, we explore which models of peer effects explain the data. We also review common models and econometric identification of peer effects. Our results reject the popular linear-in-means and single-crossing models as stand-alone models of peer effects. We find support for the Boutique and Focus models of peer effects, as well as for a monotonicity property by which a higher achieving peer is better for a student's own achievement all else equal. Our results indicate that, when we properly account for the effects of peers'achievement, peers'race, ethnicity, income, and parental education have no or at most very slight effects. W e compute that switching from race-based to income-based desegregation has at most very slight effects, so that W ake County's numerous reassignments mainly affected achievement through the redistribution of lower and higher-achieving peers.
Article
Cette étude, réalisée par Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire ((École des hautes études en sciences sociales), utilise les données du panel primaire 1997 et du panel secondaire 1995 et exploite les discontinuités liées au franchissement des seuils d'ouverture et de fermeture de classes pour estimer l'impact des tailles de classes réduites sur la réussite scolaire. Au niveau des écoles primaires,l'étude met en évidence grâce à cette méthode des impacts positifs nettement plus élevés que ceux supposés habituellement. Une réduction d'un élève par classe de la taille de CE1 conduit à une augmentation de 0,7 point du score obtenu par les élèves défavorisés aux évaluations de mathématiques de début de CE2. D'après ces estimations, la suppression de la légère politique de ciblage des moyens actuellement en vigueur en faveur des ZEP (taille moyenne des classes de 20,9 en ZEP, contre 22,8 hors ZEP) conduirait à une progression de 14 % de l'écart moyen de réussite scolaire entre écoles ZEP et non-ZEP. Inversement, une forte politique de ciblage (réduction supplémentaire de cinq élèves des tailles de classe en ZEP, à moyens constants) conduirait à une réduction supplémentaire de 46 % de l'inégalité de réussite scolaire. En utilisant les mêmes méthodes pour les collèges et les lycées, cette étude met en évidence des effets statistiquement significatifs mais quantitativement plus faibles que dans le primaire. La suppression des ZEP aboutirait à une augmentation de l'inégalité de 10 % au collège et de 3 % au lycée, et une forte politique de ciblage (cinq élèves de moins en ZEP) conduirait à une réduction de l'inégalité de 22 % au collège et 4 % au lycée. Ces résultats indiquent que des politiques réalistes de ciblage des moyens peuvent avoir un effet considérable sur la réduction des inégalités scolaires, mais que ces politiques gagneraient probablement à se concentrer sur les plus jeunes élèves. Les résultats de cette étude n'engagent que leurs auteurs, et ne sauraient en aucun cas engager la DEP. (présentation éditeur)