ThesisPDF Available

L'économie circulaire, une innovation au service du développement territorial ? The circular economy, an innovation for territorial development ?

Authors:

Abstract and Figures

L’économie circulaire se présente comme un nouveau modèle économique permettant de faire face aux défis actuels du système économique linéaire. Aujourd’hui reprise dans plusieurs pays comme un levier d’évolution des pratiques et des modèles de développement économique, ses démarches sont de plus en plus expérimentées dans les territoires, dans un contexte de transition socioécologique et énergétique. L’objectif de la thèse est de déterminer dans quelle mesure l’économie circulaire peut constituer, par son caractère innovant, une opportunité pour les territoires de mettre en oeuvre des processus de développement territorial. Le cadre d’analyse mobilise différentes théories et méthodes quantitatives et qualitatives dans le but de mieux comprendre les implications de l’ancrage territorial et l’importance des dispositifs de gouvernance pour la mise en place des stratégies d'économie circulaire sur les territoires. Les résultats montrent une croissance locale de l’économie circulaire, en phase avec les enjeux de plus en plus importants en termes de politiques publiques en faveur de l’emploi et de compétitivité de l’économie. Ils indiquent que le défi actuel n’est pas seulement une question d’innovations technologiques autour de l’efficience des ressources et de la création de valeur, mais aussi d’hybridation des actions et de capacité à faire coopérer des parties prenantes variées pour la mise en oeuvre d’externalités territoriales positives. L’exemple de la méthanisation permet de mettre en évidence le rôle du contexte local dans la capacité à générer ces activités nouvelles qui, par leurs vertus économiques et sociales contribuent à créer de nouveaux liens et des processus durables, grâce à l’activation ou au renforcement des proximités et de leurs potentiels.
: Poids des zones emplois dans la localisation des établissements circulaires sur le territoire métropolitain entre 2008 et 2015 Il est également possible d'observer les effets de l'action publique territorialisée dans les cartes de la figure 4, qui présentent l'évolution de la part des établissements circulaires de chacune des zones d'emploi ramenée au nombre total d'établissements implantés sur le territoire métropolitain. Elles indiquent clairement que les territoires qui ont connu la progression la plus significative des activités circulaires (figure 3 ; taux de croissance d'établissements circulaires) étaient des lieux d'implantation moins privilégiés en début de la période considérée (figure 4 ; Part des ZE dans le nombre total d'établissements circulaires en 2008). Cette observation met en évidence une sorte de rattrapage des territoires, renforçant l'hypothèse des effets positifs des politiques publiques locales dans le développement de l'économie circulaire. L'enjeu en termes d'action publique est en effet de plus en plus important et a gagné en intérêt depuis quelque temps, notamment pour les entreprises, qui considèrent les circularités comme une stratégie majeure de mise en place opérationnelle du développement durable (Maillefert et Robert, 2017). On observe également que la localisation des établissements circulaires a quasiment évolué dans la même proportion que celle des emplois, confirmant les disparités entre les moitiés sud et nord du pays dans la croissance des activités circulaires (figure 3). Ceci semble induire une proximité géographique d'activités économiques favorable à l'apparition de bassins de main-d'oeuvre locale ancrée autour des questions d'économie circulaire (Doré, 2021).
… 
Content may be subject to copyright.
A preview of the PDF is not available
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
L'objectif de cet article est de fournir des éléments de réflexion sur la place de l'espace et la dimension territoriale dans les processus d'économie circulaire ainsi que d'interroger leur contribution au développement durable des territoires. Nous commençons par examiner les racines territoriales des grandes stratégies d'économie circulaire définies par les pouvoirs publics français en faisant une place particulière à l'écologie industrielle et territoriale, qui manifeste un intérêt plus fort pour les dimensions spatiales des processus circulaires. Dans une seconde partie, nous interrogeons la capacité réelle de l'économie circulaire à contribuer au développement durable de la société dans son ensemble et à sa mise en action au niveau local : après avoir proposé une définition du développement territorial durable, nous procédons à un examen des différentes stratégies en cours fondées sur les principes ainsi définis. Our paper aims to provide elements of reflection on the spatial and territorial dimensions in circular economy processes and to question their contribution to a sustainable territorial development. We start by examining the territorial roots of the major circular economy strategies defined by the French public authorities and devote a special place to industrial and territorial ecology, which shows a stronger interest in the spatial dimensions of circular processes. In the second part, we question the circular economy's actual capacity to contribute to the sustainable development of society as a whole and to its implementation at the local level: after proposing a definition of sustainable territorial development, we assess the various existing strategies based on the principles thus defined.
Article
Full-text available
Biogas is a process for producing renewable energy, which has recently gained interest in contributing to a territorial strategy for the deployment of the circular economy. The projects, which are collective in nature, bring together multiple actors or local stakeholders from a wide variety of backgrounds. The article proposes to analyze the territorial governance of this type of project by studying the relations of synergy and cooperation between stakeholders in the case study of the Syndicat Mixte du Point Fort (SMPF) of Cavigny (France). The results of the analysis of interaction and coordination networks show that local stakeholders develop dense relational networks that vary throughout the project. This high density is indicative of the importance of group cohesion in interactions, which is necessary to create a framework of trust and consultation that favors the success of territorial renewable energy projects. The measure of centrality of the interacting actors shows that the project leader (SMPF) plays the role of assembler and facilitator of the interaction networks facilitating the sharing of flows, knowledge, and collective learning.
Article
Full-text available
This contribution essentially aims to highlight the contribution of the circular economy in territorial development and the new industrial strategy for Europe. We highlight the main challenges of the circular economy and present the main obstacles to its deployment today. Finally, we propose the establishment of a European industrial and territorial ecology.
Article
Full-text available
Given the goal set by the French government to open 1000 biogas plants by 2020, we feel it is important to investigate the factors linked to the success or failure of anaerobic digestion projects, especially as the inherent challenges mean that there are barely 300 in operation today. We thus developed a conceptual framework to help us examine territorial energy transition projects, which we applied to an empirical analysis of the biogas production process. We conducted a quantitative study (logit model with 91 anaerobic digestion projects) and a qualitative study (49 semi-structured interviews and 455 articles from the regional daily press) to identify and understand the processes through which anaerobic digestion projects reach a successful outcome or, conversely, fail. Our findings indicate that projects may be abandoned or interrupted due to the presence of groups of protestors who are often apprehensive of such schemes and do not trust the project leaders. Lack of anticipation and early dialogue tends to exacerbate the ensuing challenges. Furthermore, social acceptance appears to be correlated with proximity to the biogas plants but not to the size of the digester. Finally, operating and/or investment subsidies appear to have a positive and significant effect on a project’s success. In this study, we highlight the need to introduce locally defined policies rather than one-size-fits-all policies in order to develop renewable energy projects in specific regions.
Article
Full-text available
After a new and ambitious reform, referred to as the ‘Territorial Big Bang’, France was confronted, from the end of 2018, with the revolt of the yellow vests, often originating from the country’s most peripheral or troubled territories. These oppositions and contestations from the territories may seem all the more astonishing since the ambitious territorial reform initiated in 2015 and which took shape with the NOTRE and MAPTAM laws aimed precisely at repositioning the role of the territories at each scale. How and why have we arrived at the current result, which seems to revive the historical territorial divide between Paris and the provinces, transforming it into an opposition between the major cities and the rest of France? In this article, we show how the territorial reform of 2015 was a failure and we take stock of the fact that far from affirming a new stage of decentralization, it has consisted above all in favouring large structures and the search for economies of scale, and has left behind territories that don’t matter anymore for the public policies.
Thesis
Les démarches d’écologie industrielle et territoriale (EIT) représentent un potentiel d’action concret pour rendre nos modes de production et de consommation plus soutenables. Leur mise en œuvre reste compliquée en raison de coopérations interentreprises peu évidentes à initier. Plusieurs dispositifs méthodologiques, façonnés par un ensemble d’outils et de méthodes, ont été élaborés afin de faciliter ces coopérations, mais ils ont rarement eu l’effet escompté. Depuis peu sont expérimentés de nouveaux dispositifs méthodologiques s’appuyant sur une approche plus intuitive et des outils plus performants. Le travail présenté ici vise à déterminer, à travers trois cas d’étude, si ces nouveaux dispositifs facilitent l’émergence de relations interentreprises favorables à la mise en place de synergies. Pour chaque terrain, nous avons cherché à identifier les relations interentreprises et leur évolution dans le temps en mobilisant l’analyse des réseaux sociaux, et d’autre part, à comprendre les logiques sous-jacentes de ces interactions grâce au corpus de l’économie de la Proximité. Nos résultats montrent que les dispositifs méthodologiques étudiés facilitent l’identification de synergies et la mise en relation des entreprises. Cette dernière semble toutefois insuffisante pour amener les entreprises à coopérer et un accompagnement post atelier paraît indispensable. Nos résultats viennent également nuancer l’importance de la préexistence d’un socle de références commun entre les acteurs pour mener à bien une action collective dans les démarches d’EIT.