Technical ReportPDF Available

Les Inondations au Niger 1998-2020

Authors:
  • Direction de la Météorologie Nationale du Niger

Abstract and Figures

This report analyses the floods events in Niger registered since 1998 up to 2020 by the National Floods Database developed by the ANADIA2 Project in Niger. Impacts of floods have been analysed on time and geographical bases in order to provide an updated picture of the trends and distribution of such a new threat for a semi-desertic country.
Content may be subject to copyright.
Les Inondations au Niger 1998-2020
Année 2021
Rapport n. 27
Institut de BioEconomie CNR de Florence (IBE-CNR)
Polytechnique de Turin DIST (PoliTO-DIST)
Direction de la Météorologie Nationale (DMN)
Direction de l’Hydrologie (DH)
Direction des Statistiques (DS)
Conseil National pour l’Environnement et le Développement
Durable (CNEDD)
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
Cette étude a été réalisée dans le cadre du Projet ANADIA 2.0 par une équipe de travail
pluridisciplinaire composée par :
Vieri Tarchiani (IBE-CNR), Edoardo Fiorillo (IBE-CNR), Hassimou Issa (CC/SAP), Lawan
Gaptia Katiellou (DMN), Maurizio Tiepolo (DIST), Aissatou Sita (DMN), Daoura Neino
Mahamadou (CNEDD), Mohamed Housseini Ibrahim (DH), Aliou Moumouni Tankari (DS),
Aissa Liman Diallo (DMN).
Pour citer ce rapport :
Tarchiani V., Fiorillo E., Hassimou I., Katiellou L.G., Tiepolo M., Sita A., Mahamadou D.N.,
Housseini Ibrahim M., Tankari A.M., Liman Diallo A. Les Inondations au Niger 1998-2020.
Projet ANADIA2.0, Rapport 27, 2021. DOI: 10.13140/RG.2.2.33927.52645
L’étude a été cofinancée par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement,
lIstitut de BioEconomie (ex IBIMET) du Conseil National des Recherches d’Italie, le
Dipartimento Interateneo di Scienze, Progetto e Politiche del Territorio et la Direction de la
Météorologie Nationale du Niger à travers le projet ANADIA2.0.
ANADIA 2.0
Projet AdaptatioN Au changement climatique,
prévention des catastrophes et
veloppement agrIcole
pour la curité Alimentaire deuxme phase
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
3
Les Inondations au Niger
TABLE DES MATIERES
1 Introduction ............................................................................................................................ 5
2 Méthodologie .......................................................................................................................... 6
3 Résultats ................................................................................................................................. 8
3.1 Contexte national .......................................................................................................................... 8
3.2 Situation Régionale ..................................................................................................................... 10
3.3 Situation Départementale ........................................................................................................... 13
4. Discussion ............................................................................................................................ 24
5. Conclusion ............................................................................................................................ 27
6. Bibliographie ........................................................................................................................ 27
Annexes ................................................................................................................................... 29
A.1 Incidence des inondations par département ................................................................................ 29
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Niger, nombre de personnes et de localités affectées par an par les inondations entre
1998 et 2017 ................................................................................................................................... 9
Figure 2 : Niger, pertes de maisons, cultures et de bétail à cause des inondations par an entre 1998
et 2020 ............................................................................................................................................ 9
Figure 3 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d’événements par localité 1998-
2020.............................................................................................................................................. 10
Figure 4 : Evolution du Nombre de localités affectées par région 1998-2020 ................................ 12
Figure 5 : Evolution du Nombre de personnes affectées par région 1998-2020 ............................ 12
Figure 6 : Evolution du Nombre de maisons détruites par région 1998-2020 ................................ 12
Figure 7 : Evolution du Nombre de hectares de cultures perdus par région 1998-2020 ................ 13
Figure 8 : Incidence totale des inondations dans la région d'Agadez ............................................ 13
Figure 9 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région d'Agadez ............................................................................................................................ 14
Figure 10 : Incidence totale des inondations dans la région de Diffa ............................................. 15
Figure 11 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Diffa .............................................................................................................................. 15
Figure 12 : Incidence totale des inondations dans la région de Dosso .......................................... 16
Figure 13 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Dosso ............................................................................................................................ 17
Figure 14 : Incidence totale des inondations dans la région de Maradi ......................................... 17
Figure 15 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Maradi ........................................................................................................................... 18
Figure 16 : Incidence totale des inondations dans la région de Niamey ........................................ 19
Figure 17 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Niamey .......................................................................................................................... 19
Figure 18 : Incidence totale des inondations dans la région de Tahoua ........................................ 20
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
4
Les Inondations au Niger
Figure 19 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Tahoua .......................................................................................................................... 21
Figure 20 : Incidence totale des inondations dans la région de Tillabéry ....................................... 21
Figure 21 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Tillabéry ........................................................................................................................ 23
Figure 22 : Incidence totale des inondations dans la région de Zinder .......................................... 23
Figure 23 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la
région de Zinder ............................................................................................................................ 24
Figure 24 : distribution des événements d'Inondation pendant la saison des pluies 1998-2020 .... 25
Figure 25 : Evolution du nombre d'événements par mois 1998-2020 # Seulement les événements
pour lesquels la date exacte est explicitée .................................................................................... 26
Figure 26 : Incidence des inondations au Niger par département 1998-2020 ................................ 26
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Régressions des impacts des inondations au Niger 1998-2020 .................................. 10
Tableau 2 : Impacts des inondations par Région 1998-2020 ......................................................... 10
Tableau 3 : Incidence par région des localités et des personnes affectées 1998-2020 ................. 11
Tableau 4 : Maximum des Localités et Personnes affectés par an et par région ........................... 11
Tableau 5 : Indicateurs statistiques des régressions linéaires pour Localités, Personnes affectées et
Maisons détruites par Région sur la période 1998-2020. .............................................................. 11
Tableau 6 : Région d'Agadez (1998-2020) .................................................................................... 14
Tableau 7 : Région de Diffa (1998-2020) ...................................................................................... 15
Tableau 8 : Région de Dosso (1998-2020).................................................................................... 16
Tableau 9 : Région de Maradi (1998-2020) ................................................................................... 18
Tableau 10 : les plus graves inondations de la région de Niamey (1998-2020) ............................. 19
Tableau 11 : Région de Tahoua (1998-2020) ................................................................................ 20
Tableau 12 : Région de Tillabéry (1998-2020) .............................................................................. 22
Tableau 13 : Région de Zinder (1998-2020) .................................................................................. 24
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
5
Les Inondations au Niger
1 Introduction
Depuis le début du siècle, comme l'a souligné pour la première fois Tarhule (2005), les inondations
extrêmes ont été un enjeu crucial pour le développement des pays sahéliens. En effet, un nombre
croissant d'inondations et d'impacts liés aux inondations ont été signalés par de nombreux auteurs
(Nka et al., 2015) et la fréquence des inondations est particulièrement alarmante dans le bassin du
moyen fleuve Niger (Amogou et al., 2010; Descroix et al., 2012 ; Aich et al., 2015). Ces événements
ont souvent des conséquences désastreuses pour la population, les infrastructures, l'environnement
et les secteurs économiques. Au cours de la dernière décennie, les inondations qui ont frappé
Ouagadougou et Bobo Dioulasso (Burkina Faso) en 2009, la série d'inondations qui ont frappé
Niamey (Niger) en 2010, 2012, 2017 et 2019 et celles affectant Mopti et Bamako (Mali) en 2019 ont
été particulièrement importantes.
La fréquence de ces événements catastrophiques, malgré la reprise limitée des tendances
climatiques après la longue sécheresse qui a affecté la région dans les années 1970 et 1980, est
appelée le «paradoxe du Sahel» (Descroix et al., 2018). Les études hydrologiques des dernières 25
années montrent clairement deux phénomènes opposés : la réduction du ruissellement dans les
bassins versants soudano-guinéens et l'augmentation dans les bassins sahéliens (Descroix, 2018).
De nombreux chercheurs affirment qu'au Sahel, outre la récente reprise des précipitations, toujours
en dessous des niveaux d'avant 1970, et la multiplication des épisodes pluvieux extrêmes (Panthou
et al., 2014), le principal moteur des inondations est la forte dégradation des terres et de la végétation
qui a progressivement réduit la capacité de rétention d'eau du sol, conduisant à un ruissellement
plus important et plus rapide (Mahé et al., 2005). En effet, même dans le cadre d'un soi-disant
«reverdissement» du Sahel, l'augmentation récente du signal de la végétation saisonnière observée
par satellite à l'échelle régionale sahélienne (Herrmann et al., 2005), les investigations ont mis en
évidence que cette évolution de la végétation n'est pas spatialement uniforme, et de vastes zones
restent affectées, par contre, par une dégradation, comme le Nord-Est du Burkina Faso et le Sud-
Ouest du Niger. En effet, de nombreuses études parmi lesquelles Leblanc et al. (2008) et Fiorillo et
al. (2017) ont montré comment de vastes zones de végétation naturelle ont été défrichées au cours
des dernières décennies, principalement pour ouvrir de nouvelles zones à l'agriculture et,
deuxièmement, pour l'approvisionnement en bois de chauffage. Ces modifications réduisent la
quantité d'eau nécessaire pour un événement pluvieux à provoquer une inondation et contribuent à
une augmentation de la fréquence des inondations. L'impact conjoint de la dégradation des sols et
de l'augmentation des précipitations extrêmes a entraîné une extension du réseau de drainage et la
rupture des bassins endoréiques qui contribuent à une nouvelle augmentation des débits (Mahé et
al., 2005 ; Mamadou et al., 2015).
Au Niger, l'augmentation des inondations a été démontrée à l'échelle du pays par Fiorillo et al. (2018)
analysant les données officielles collectées par le gouvernement sur les dommages de 1998 à 2017.
Concernant les impacts régionaux et sous-régionaux des inondations, les zones Sud-Ouest du pays
se sont révélées être les plus exposées aux risques d'inondation. Au cours des 20 dernières années,
la littérature scientifique s'est principalement concentrée sur les changements de l'ampleur des
inondations du fleuve Niger en essayant de comprendre à la fois les changements en cours dans
les caractéristiques hydrologiques et les principaux facteurs déclenchant l'augmentation des
inondations dans la région. Cependant, Tiepolo et al. (2016; 2018) ont démontré que le fleuve Niger
n'est que une des causes du risque d'inondation, et que la plupart des évènements ne sont pas liés
à une dynamique fluviale.
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
6
Les Inondations au Niger
En Afrique de l'Ouest, les données utiles pour caractériser les événements climatiques, leurs
conséquences et leurs impacts sont souvent rares et spatialement non homogènes, et il en va de
même pour les données sur les inondations. Dans le passé, les chercheurs ont analysé les séries
chronologiques des inondations en utilisant principalement des informations tirées des média et des
bases de données mondiales sur les catastrophes. Tarhule et al. (2005) ont utilisé des informations
tirées de comptes rendus de journaux entre 1970 et 2000 pour analyser la fréquence des inondations
et leurs impacts au Sahel. Aich et al. (2015) ont analysé les séries chronologiques des inondations
à travers le bassin du fleuve Niger dérivées de trois sources différentes: le NatCatService de la
société de réassurance de Munich, la base de données (EM-DAT) de l'Université de Louvain et la
base de données du Dartmouth Flood Observatory. Toutes les données sont basées sur des revues
de presse des organisations respectives et la collecte de données provenant de sources officielles.
Comme l'ont déclaré les auteurs eux-mêmes, les chiffres rapportés dans ces enquêtes diffèrent
souvent considérablement d'une source à l'autre.
Par contre, il y a un besoin extrême d’informations fiables pour améliorer la compréhension des
risques et des impacts des inondations, pour développer des stratégies de prévention et
d'atténuation appropriées, et pour fournir une image plus complète de la vulnérabilité de la région
aux risques hydrologiques. Depuis 1998, le Dispositif National de Prévention et de Gestion des
Catastrophes et Crises Alimentaires (DNPGCA) a collecté au Niger des données sur les inondations
enregistrant les localités et les populations affectées, les dates des inondations et les dommages.
Initialement, ces données ont été collectées dans la plupart des cas au niveau départemental ou
régional, sous forme papier et sans unités de mesure homogènes; depuis les premières années de
la dernière décennie, le système a été affiné et les informations sur les inondations sont désormais
collectées au niveau des localités de manière standardisée. Depuis 2014, la Cellule de Coordination
du Système d’Alerte Précoce (CC/SAP) a mise en place, avec le support du projet ANADIA
(Adaptation au Changement Climatique et Reduction des Risques de Catastrophe en Agriculture
pour la Sécurité Alimentaire au Niger), une base de données relationnelle, dénommée BDINA (Base
de Données sur les Inondations au Niger ANADIA) afin de stocker les données numériques et
permettre l'évaluation des impacts des inondations. La base de données est à accès libre sur le web
(www.inondations-niger.org).
Exploitant les informations publiées par la BDINA, l'objectif de cette étude est de fournir à la
communauté scientifique et aux décideurs politiques une source de données référencée et fiable
concernant les inondations au Niger, évaluant les tendances spatiales et temporelles entre 1998 et
2020 au niveau régional et sous-régional.
2 Méthodologie
La collecte systématique de données sur les inondations par une agence officielle du Niger a
commencé à la fin du 20ème siècle car une prise de conscience et une perception réelle de ce type
d'aléa n'ont finalement été atteintes par les décideurs politiques aux niveaux national et local qu'à
cette période. Jusque-là, les inondations étaient considérées comme des événements sporadiques
et leurs conséquences considérées comme négligeables par rapport à celles causées par les
sécheresses et autres types de risques. La BDINA a été créée en 2014 et rassemble les données
sur les impacts des inondations au Niger qui ont été collectées depuis 1998 par le DNPGCA et sont
mises à jour chaque année. Les informations enregistrées comprennent les dates des inondations,
les localités concernés, les personnes touchées, les pertes humaines, les pertes de récoltes et de
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
7
Les Inondations au Niger
bétail ainsi que d'autres dommages occasionnels ou quantifiés de manière hétérogène comme
l'équipement, les infrastructures publiques (par exemple hôpitaux et écoles) et les infrastructures de
transport telles que routes et ponts. Aucune information n'est fournie concernant les causes, les
types d'inondations et la taille des zones inondées. Les inondations ne sont enregistrées dans la
base de données que si elles ont causé des dommages à des personnes ou à des biens. Jusqu'en
2014, les données sur les inondations étaient collectées de manière hétérogène et principalement
sur des formulaires en papier; par conséquent, avant leur intégration dans la base de données, les
données ont été vérifiées pour éliminer les incohérences et les doublons, ont été harmonisées et, si
nécessaire, converties en une seule unité de mesure. Les inondations survenues au cours des
premières années depuis le début du suivi (1998-2002) sont souvent décrites simplement au niveau
régional ou départemental et seul le nombre de localités inondées est disponible, sans information
spécifique concernant leurs toponymes. Depuis 2003, CC/SAP et DNPGCA ont développé un cadre
spécifique pour suivre la vulnérabilité de la population aux catastrophes et à l’insécurité alimentaire;
il s'appuie sur un dense réseau local ancré au niveau de la commune, connu sous le nom
d'Observatoires de Suivi de la Vulnérabilité (OSV). Le mécanisme couvre les principales zones
vulnérables du pays et, parmi les différentes actions qu'il mène, collecte les données sur les
inondations et leurs impacts. Ces données, après avoir été validées par des commissions
multidisciplinaires officielles aux niveaux départemental et régional, sont finalement centralisées au
niveau national par le DNPGCA qui le transmet, depuis 2012 au Ministère de l’Action Humanitaire
et Gestion des Catastrophes. La CC/SAP gère la base de données.
Les données de la BDINA sont donc beaucoup plus précises et complètes que celles utilisées dans
d'autres études basées sur des sources médiatiques ou des données dérivées de bases de données
mondiales sur les catastrophes, en particulier pour les petites catastrophes et/ou concernant les
zones moins accessibles. Les entrées BDINA sont régulièrement contrôlées en termes de
redondance, incohérences et incomplétude. Cependant, les enregistrements des inondations ne
sont pas tous complètes, principalement en raison de la difficulté de géolocaliser précisément
certaines localités inondées indiquées par l’OSV.
Dans ce travail, les données sur les impacts des inondations utilisées sont pour la période 1998-
2020. Les références statistiques sur la population et l’habitat sont fournies par le Recensement
Général de la Population et de l’Habitat 2012 (RGPH 2012).
Les indicateurs statistiques utilisés sont :
R2_L
Coefficient de détermination de la régression linéaire localités affectées
pente_L
Pente de la régression linéaire localités affectées
P_value_L
Valeur-p de la régression linéaire localités affectées
TOT_L
Total localités affectées
%_L
Pourcentage des localités affectées par rapport au total des L
MAX_L%
Maximum des localités affectés par an en pourcentage sur les localités
RENALOC
MAX_L_An
Année du Maximum des Localités affectées
INC_L
Incidence localités affectées
R2_P
Coefficient de détermination personnes affectées
pente_P
Pente de la régression linéaire personnes affectées
P_value_P
Valeur-p de la régression linéaire personnes affectées
TOT_P
Total personnes affectées
%_P
Pourcentage des personnes affectées par rapport au total des P
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
8
Les Inondations au Niger
MAX_P%
Maximum des personnes affectés par an en pourcentage sur la population
RGPH2012
MAX_P_An
Année du Maximum des Personnes affectées
INC_P
Incidence personnes affectées
INC_TOT
Incidence totale
L’incidence des personnes affectées (INC_P), en accord avec Tiepolo et al. (2018) est calculée pour
une quelconque unité administrative comme :
INC_P = (P_unitéx/Ptot_RGPH2012_unitéx)
(P_NER/Ptot_RGPH2012_NER)
P_unitéx est le nombre de personnes affectées de l’unité administrative x.
Ptot_RGPH2012_unitéx est le nombre total de personnes de l’unité administrative x au RGPH2012.
P_NER est le nombre total de personnes affectées au Niger.
Ptot_RGPH2012_NER est le nombre total de personnes au RGPH2012 au Niger.
L’incidence des localités affectées (INC_L) est calculée pour une quelconque unité administrative
comme :
INC_L = (L_unitéx/Ltot_RGPH2012_unitéx)
(L_NER/Ltot_RGPH2012_NER)
L_unitéx est le nombre de localités affectées de l’unité administrative x.
Ltot_RGPH2012_unitéx est le nombre total de localités de l’unité administrative x au RGPH2012.
L_NER est le nombre total de localités affectées au Niger .
Ltot_RGPH2012_NER est le nombre total de localités au RGPH2012 au Niger.
L’incidence totale est calculée pour une quelconque unité administrative comme le produit de
l’incidence des localités affectées et l’incidence des personnes affectées :
INC_TOT= INC_L x INC_P
3 Résultats
3.1 Contexte national
Selon les données de la BDINA, au Niger de 1998 à 2020, un total de 3 115 290 personnes et
environ 7 100 localités ont été touchées par des inondations (Figure 1) avec plus de 225 000
maisons détruites et des pertes d'environ 205 000 hectares de cultures et 46 540 UBT (Figure 2).
Une forte augmentation du nombre de localités et de personnes touchées est manifeste au cours
de la période 1998-2020. La tendance montre une augmentation non linéaire ; la plupart des
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
9
Les Inondations au Niger
dommages sont concentrés dans la période 2010-2020. Pour les localités, les personnes et les
maisons les régressions sont significatives (Tableau 1) et le taux de croissance du nombre de
personnes affectées et de maisons détruites par an est impressionnant (plus de 14 000 nouvelles
personnes affectées et de 1 100 maisons par an).
Figure 1 : Niger, nombre de personnes et de localités affectées par an par les inondations entre 1998 et 2017
La tendance est moins nette en ce qui concerne les pertes de récoltes et de bétail, cette dernière
étant caractérisée par des événements épisodiques en 2010, 2012, 2016 et 2020.
Figure 2 : Niger, pertes de maisons, cultures et de bétail à cause des inondations par an
entre 1998 et 2020
R2
Significativité (P value)
Pente
Localités affectées
0.55
4.19529E-05
33.57
Personnes affectées
0.40
0.001091883
14714.93
Maisons détruites
0.40
0.001174932
1185.26
Pertes de cultures (ha)
0.04
0.356847792
531.39
0
100000
200000
300000
400000
500000
600000
700000
0
200
400
600
800
1000
1200
1400
1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018 2020
Nombre de personnes
Nombre de localités
Localités affectées Personnes affectées
Lineare (Localités affectées ) Lineare (Personnes affectées )
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
0
10000
20000
30000
40000
50000
60000
70000
80000
90000
100000
1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018 2020
Maisons et UBT
Hectares
Pertes de cultures (ha) Pertes d'elevage (UBT) Maisons
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
10
Les Inondations au Niger
Pertes d'elevage (UBT)
0.14
0.079052653
216.65
Tableau 1 : Régressions des impacts des inondations au Niger 1998-2020
3.2 Situation Régionale
La distribution spatiale des localités
inondées montre que aucune Région
du pays est épargnée par les
inondations, même si une plus forte
concentration est observée dans la
bande sud du pays et long le Fleuve
Niger, les Dallols, le Goulbi, la Korama,
la Koumadougou et autour du massif de
l’Air. La Figure 3 montre aussi le
nombre de fois que les différentes
localités ont été inondées. Dans toutes
les Régions il y a des localités inondées
plusieurs fois dans la période en
analyse. Les localités en vert dans la
carte ont été inondées une seule fois en
24 ans, par contre celles en rouge ont
été inondées plus de 5 fois, c’est-à-
dire chaque 5 ans ou moins.
Au niveau régional, Tillabéry et Dosso sont les régions plus touchées ((Tableau 2) avec
respectivement le 23 et le 18 percent des personnes affectées, le 24 et 22 percent des localités
touchées, le 16 et 20 percent des maisons détruites et enfin le 57 et le 18 percent des cultures
affectées. La région de Maradi aussi est touchée significativement avec le 19% des localités, le 16%
des personnes et le 18% des maisons. La région de Niamey a eu le 18% des maisons détruites de
l’ensemble du pays, par contre les régions de Agadez et Tahoua ont eu respectivement le 31 et le
24 percent du bétail emporté au Niger.
Région
Localités
N.
Localités
%
Personnes
N.
Personnes
%
Maisons
N.
Maisons
%
Cultures
(ha)
Cultures
%
Bétail
(UBT)
Bétail
%
AGADEZ
635
9%
311 496
10%
7 776
3%
25 947
13%
13 957
31%
DIFFA
156
2%
72 996
2%
6 168
3%
650
0%
1 595
4%
DOSSO
1 579
22%
565 829
18%
45 972
20%
36 241
18%
99
0%
MARADI
1 350
19%
489 545
16%
40 749
18%
9 938
5%
1 565
3%
NIAMEY
311
4%
336 436
11%
40 111
18%
1 663
1%
137
0%
TAHOUA
517
7%
302 457
10%
21 186
9%
4 575
2%
10 648
24%
TILLABERI
1 677
24%
728 300
23%
36 027
16%
117 717
57%
8 843
20%
ZINDER
899
13%
308 231
10%
27 183
12%
8 342
4%
7 999
18%
Total
7 124
100%
3 115 290
100%
225 172
100%
205 074
100%
44 844
100%
Tableau 2 : Impacts des inondations par Région 1998-2020
L’analyse de l’incidence des inondations par rapport aux localités et aux personnes affectées montre
que Niamey et Agadez sont les deux régions avec incidence plus forte par rapport aux localités et à
la population affectées. Ce qui veut dire que même si en valeur absolu ceux deux régions n’ont pas
Figure 3 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre
d’événements par localité 1998-2020
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
11
Les Inondations au Niger
eu la plus grand partie des dégâts, par rapport aux effectifs de la population et le nombre de localités
présentes (RGPH 2012) elles sont les régions les plus affectées par les inondations.
Région
Localités N.
Localités RENALOC
INC_L
Personnes N.
Population RGPH 2012
INC_P
INC_TOT
AGADEZ
635
1 301
2.33
12%
311 496
487 620
3.51
DIFFA
156
2 662
0.28
2%
72 996
593 821
0.68
DOSSO
1 579
5 048
1.50
9%
565 829
2 037 713
1.53
MARADI
1 350
5 587
1.16
6%
489 545
3 402 094
0.79
NIAMEY
311
184
8.08
52%
336 436
1 026 848
1.80
TAHOUA
517
4 461
0.55
3%
302 457
3 328 365
0.50
TILLABERI
1 677
6 214
1.29
4%
728 300
2 722 482
1.47
ZINDER
899
8 597
0.50
3%
308 231
3 539 764
0.48
Total
7 124
34 054
1
5%
3 115 290
17 138 707
1
Tableau 3 : Incidence par région des localités et des personnes affectées 1998-2020
Si on analyse le nombre de localités et de personnes affectées sur base annuelle la plupart des
régions à marqué le record en 2020. Par rapport aux localités, en 2020, Niamey a eu le 52% de ses
localités affectées et Agadez le 12%. Par rapport aux personnes affectées Agadez en 2020 a eu le
21% de sa population totale (RGPH 2012) et Niamey le 12%. Tillabéry avait eu le 10% de sa
population affectée en 2012.
Région
MAX_L%
MAX_Année
MAX_P%
MAX_Année
AGADEZ
12%
2020
20%
2020
DIFFA
2%
2012
4%
2012
DOSSO
9%
2012
6%
2012
MARADI
6%
2020
4%
2020
NIAMEY
52%
2020
12%
2020
TAHOUA
3%
2020
3%
2020
TILLABERI
4%
2013
10%
2012
ZINDER
3%
2020
2%
2019
Total
5%
2020
6%
2020
Tableau 4 : Maximum des Localités et Personnes affectés par an et par région
L’analyse des tendances dans le temps à travers des modèles de régression linéaire (Tableau 4)
montre que toutes les régions ont des tendances à la hausse. Cependant, le coefficient de
détermination (R2) et le P value (significativité) montrent que ces tendances sont significatives
seulement pour certaines variables et certaines régions.
Tableau 5 : Indicateurs statistiques des régressions linéaires pour Localités, Personnes affectées et Maisons détruites par
Région sur la période 1998-2020.
Localités
Personnes
Maisons
Région
R2
p-value
Pente
R2
p-value
Pente
R2
p-value
Pente
AGADEZ
0.480438
0.000246
4.17
0.165476
0.054062
1572.53
0.055572
0.278871
26.67
DIFFA
0.297218
0.007138
0.80
0.207984
0.02873
410.00
0.408127
0.001034
42.79
DOSSO
0.152579
0.065351
5.70
0.278018
0.009726
2574.96
0.163881
0.055347
210.6
MARADI
0.478431
0.000256
8.70
0.43645
0.000601
3047.97
0.442491
0.000533
307.33
NIAMEY
0.114276
0.114643
1.28
0.179448
0.043981
1846.84
0.138982
0.079776
222.64
TAHOUA
0.394364
0.001335
2.78
0.301094
0.006701
1350.81
0.378998
0.001765
103.05
TILLABERI
0.097681
0.146512
3.19
0.064014
0.244099
2219.66
0.071895
0.216082
117.58
ZINDER
0.5162
0.000113
5.92
0.426267
0.000732
1692.12
0.38764
0.00151
154.54
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
12
Les Inondations au Niger
Particulièrement importantes en termes de taux de croissance significatif sont les personnes à
Maradi (plus de 3 000 nouvelles personnes affectées par an), à Dosso (plus de 2 500) à Niamey
(plus de 1 800) et à Agadez (plus de 1 500). Tillabéry à un taux de croissance élevé (plus de 2 200
en plus chaque année) mais il n’est pas significatif à cause du grand nombre de personnes affectées
en 2012, ce qui rends la tendance non linéaire.
Figure 4 : Évolution du Nombre de localités affectées par région 1998-2020
Figure 5 : Evolution du Nombre de personnes affectées par région 1998-2020
Figure 6 : Evolution du Nombre de maisons détruites par région 1998-2020
0
100
200
300
400
500
AGADEZ DIFFA DOSSO MARADI NIAMEY TAHOUA TILLABERI ZINDER
0
50000
100000
150000
200000
250000
300000
AGADEZ DIFFA DOSSO MARADI NIAMEY TAHOUA TILLABERI ZINDER
0
2000
4000
6000
8000
10000
12000
14000
16000
18000
AGADEZ DIFFA DOSSO MARADI NIAMEY TAHOUA TILLABERI ZINDER
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
13
Les Inondations au Niger
Figure 7 : Evolution du Nombre de hectares de cultures perdus par région 1998-2020
3.3 Situation Départementale
Au niveau départemental, dans les paragraphes suivantes chaque région est analysée par rapport
au nombre de localités et de personnes affectées. L’incidence est aussi calculée par rapport à ceux
deux indicateurs et à leur produit (Incidence totale)
3.3.1 Région d’Agadez
Dans la région d’Agadez, le département le plus affecté est Tchirozerine, tant pour le nombre de
localités que pour les personnes.
L’incidence pour les deux est très élevée ainsi que celle totale. L’année la pire a été le 2020. Ce
département est celui avec l’incidence totale plus élevée du Niger. Par la suite il y a Ingall et
Aderbissinat (où en 2010 le 41% de la population RGPH 2012 - a été affectée).
Figure 8 : Incidence totale des inondations dans la région d'Agadez
0
2500
5000
7500
10000
12500
15000
AGADEZ DIFFA DOSSO MARADI NIAMEY TAHOUA TILLABERI ZINDER
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
14
Les Inondations au Niger
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
AGADEZ
ADERBISSINAT
5%
2017
0.52
41%
2 010
2.72
1.42
AGADEZ
ARLIT
13%
2019
2.48
3%
2 010
0.67
1.65
AGADEZ
BILMA
20%
2017
1.46
6%
2 017
0.40
0.59
AGADEZ
IFEROUANE
6%
2015
0.62
25%
2 020
2.46
1.52
AGADEZ
INGALL
20%
2016
1.86
13%
2 010
2.05
3.82
AGADEZ
TCHIROZERINE
30%
2020
4.29
37%
2 020
5.59
23.98
Tableau 6 : Région d'Agadez (1998-2020)
La plupart des inondations ont touché des localités situées sur les contreforts du Massif de l'Aïr
(départements d'Arlit, d'Iferouane, d'Aderbissinat, de Tchirozerine) et ont touché des villages dans
des zones inondables sur les bords des koris mais aussi la Ville de Agadez (département de
Tchirozerine) en raison des débordements du kori Telwa (l’un des 28 bassins versants de l’Aïr) qui
la traverse. Il faut souligner que dans cette zone, même si les précipitations annuelles sont rares
(environ 100 mm par an), elles peuvent être très intenses en raison de l’effet convectif du massif
granitique l’Air et peuvent engendrer des forts ruissellements à cause de la faible capacité
d’infiltration des sols peu profonds et des affleurements rocheux.
Figure 9 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région d'Agadez
3.3.2 Région de Diffa
La région de Diffa est parmi les moins touchées par les inondations. Aucun département a une
valeur d’incidence totale supérieur à 1. Seulement Maine-Soroa a une incidence par rapport à la
population de 1,47.
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
15
Les Inondations au Niger
Figure 10 : Incidence totale des inondations dans la région de Diffa
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
DIFFA
BOSSO
6%
2012
0.45
2%
2 012
0.30
0.13
DIFFA
DIFFA
5%
2012
0.54
5%
2 020
0.56
0.30
DIFFA
GOUDOUMARIA
1%
2016
0.09
1%
2 017
0.15
0.01
DIFFA
MAINE-SOROA
1%
2018
0.21
17%
2 012
1.47
0.31
DIFFA
N'GOURTI
0%
2018
0.07
1%
2 020
0.18
0.01
DIFFA
N'GUIGMI
4%
2015
0.77
4%
2 020
0.96
0.74
Tableau 7 : Région de Diffa (1998-2020)
A Diffa, les inondations sont concentrés dans le Sud de la Région et sont dues surtout aux crues de
la Komadougou, rivière tributaire du lac Tchad (Maine Soroa, Diffa) ou aux fortes pluies (Nguigmi).
Figure 11 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Diffa
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
16
Les Inondations au Niger
3.3.3 Région de Dosso
La région de Dosso est parmi les plus affectées par les inondations. Le département de Gaya a un
incidence totale de 15.85, deuxième après Tchirozerine à Agadez. En 2012 Gaya a eu le 18% de
ses localités affectées et en 2017 le 22% de sa population (RGPH 2012). Le département de Dosso
a aussi un incidence totale élevée (2,93), suivi par Tibiri (2,19). Le 2012 et le 2013 ont été les années
les pires pour la plupart des départements.
Figure 12 : Incidence totale des inondations dans la région de Dosso
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
DOSSO
BOBOYE
7%
2013
1.53
4%
2 013
0.94
1.44
DOSSO
DIOUNDIOU
12%
2012
1.07
8%
2 012
1.19
1.28
DOSSO
DOGONDOUTCHI
3%
2015
0.73
3%
2 013
0.86
0.63
DOSSO
DOSSO
18%
2012
1.91
12%
2 012
1.50
2.86
DOSSO
FALMEY
7%
2013
0.86
10%
2 013
1.01
0.87
DOSSO
GAYA
18%
2012
3.51
22%
2 017
4.41
15.49
DOSSO
LOGA
2%
2000
0.31
2%
1 999
0.25
0.08
DOSSO
TIBIRI (DOUTCHI)
5%
2012
1.44
8%
2 012
1.50
2.15
Tableau 8 : Région de Dosso (1998-2020)
La région de Dosso est affectée par trois types d’inondation, le débordement du fleuve Niger, le
ruissellement superficiel et la remontée de la nappe phréatique. Les zones en proximité des rives
du fleuve Niger sont périodiquement inondées par le débordement du fleuve, avec des
conséquences graves principalement en 2012, 2013, 2015 et 2020.
L'autre zone principale les inondations se produisent sont les Dallols. La région de Dosso en
compte trois : i) le Dallol Bosso qui traverse les départements de Loga, Boboye et Falmey, sur une
longueur de 155 Km, ii) le Dallol Maouri dans les départements de Dogondoutchi, Tibiri, Dioundiou,
et Gaya sur une longueur de 360 km, et iii) le Dallol Fogha, d’une longueur de 260 km dans les
départements de Dosso et Gaya. Ici, les inondations sont principalement causées par le
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
17
Les Inondations au Niger
ruissellement de surface de petits bassins du haut plateau qui se déversent dans les vallées fossiles
en concomitance avec la remontée de la nappe phréatique. Enfin, plusieurs localités sont parfois
affectées par des crues soudaines et surfaciques qui ne sont pas liées ni à la dynamique du fleuve
ni à celle des dallols. La plupart des dégâts sont survenus en 2012 en raison d'événements
pluviométriques extrêmes et de la crue du Fleuve.
Figure 13 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Dosso
3.3.4 Région de Maradi
Maradi est la troisième
région en termes de
personnes et localités
affectées au Niger. Les
départements de Aguie,
Guidan Roumdji,
Madarounfa et la Ville de
Maradi ont une incidence
totale élevée
(respectivement de 2,32,
3,28, 2,45 et 2,54). Le
département de Dakoro,
par contre a une
incidence totale très faible
(0,1). A Maradi, le 2020 a
été l’année qui a causé
plus de dégâts dans 5
départements sur 9.
Figure 14 : Incidence totale des inondations dans la région de Maradi
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
18
Les Inondations au Niger
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
MARADI
AGUIE
12%
2020
1.77
9%
2 020
1.31
2.31
MARADI
BERMO
2%
2010
0.25
20%
2 010
1.51
0.38
MARADI
DAKORO
2%
2019
0.32
1%
2 012
0.31
0.10
MARADI
GAZAOUA
8%
2020
0.87
6%
2 020
0.64
0.56
MARADI
GUIDAN-ROUMDJI
14%
2020
1.91
9%
2 020
1.70
3.25
MARADI
MADAROUNFA
38%
2011
3.38
4%
2 020
0.71
2.40
MARADI
MAYAHI
3%
2013
0.53
2%
1 999
0.44
0.23
MARADI
TESSAOUA
7%
2020
1.09
4%
1 999
0.95
1.03
MARADI
VILLE DE MARADI
50%
2020
8.06
4%
2 020
0.31
2.48
Tableau 9 : Région de Maradi (1998-2020)
Dans la région de Maradi, les inondations sont principalement causées par le ruissellement de
surface et affectent les départements de sud-ouest (départements de Madarounfa, Guidan Roumdji,
Ville de Maradi), qui font partie du bassin fluvial saisonnier de Goulbi ; d'autres zones
particulièrement affectées sont les départements de l'est de Aguié et de Tessaoua, qui font partie
du bassin fluvial saisonnier de N'kaba.
Figure 15 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Maradi
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
19
Les Inondations au Niger
3.3.5 Région de Niamey
La région de Niamey a une incidence par rapport aux localités de 8.17 et par rapport aux personnes
de 1.83, pour une incidence totale de 14.93.
La région de Niamey est particulièrement affectée par le
débordement du fleuve Niger, qui atteint des niveaux de
plus en plus élevés, provoquant des inondations
récurrentes des zones bâties et cultivées et affectant des
milliers de personnes. Mais les inondations fluviales ne
sont pas le seul risque hydrologique à Niamey, car les
crues soudaines sont également récurrentes,
principalement en raison de la faiblesse des systèmes de
drainage et du manque d'entretien.
Figure 16 : Incidence totale des inondations dans la région de Niamey
Plusieurs quartiers de Niamey sont significativement affectés car ils sont construits dans des zones
inondables. Si la rive gauche est peu sujette aux inondations de manière générale, la rive droite,
urbanisée depuis les années 1970, est située sur des dépôts alluviaux et est donc plus vulnérable.
La commune 5, en rive droite, a été en partie construite dans le remous d'un lit de rivière, qui se
réactive périodiquement après les crues. Les zones inondables de rive droite concernent le quartier
Lamordé, l'Université Abdou Moumouni, le continuum Zarmagandey-Karadjé-Saguia Sur la rive
gauche, le quartier amont de Goudel et la zone aval de Saga, situés sur des dépôts alluviaux, sont
également particulièrement exposés aux inondations.
Année
Type
Personnes affectées
1998
Fluvial
27 135
2010
Fluvial
17 624
2012
Fluvial
45 464
2013
Fluvial
65 037
2017
Pluvial
49 294
2019
Fluvial
6 310
2020
Fluvial
119 809
Tableau 10 : les plus graves inondations de la région de Niamey (1998-2020)
Figure 17 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Niamey
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
20
Les Inondations au Niger
3.3.6 Région de Tahoua
La région de Tahoua est très peu affectée par les inondations, sauf le département de Bagaroua,
qui a un incidence totale très élevée (4,85), et le département de Illela (2,36). Bagaroua, en 2020, a
eu les 16% de sa population (RGPH 2012) affectés par les inondations et en 2010 les 16 pourcent
des localités. Tous les autres départements ont une incidence faible à très faible (Keita a 0.01). Le
2020 est l’année la plus représentée parmi celles quand il y a eu inondation à Tahoua.
Figure 18 : Incidence totale des inondations dans la région de Tahoua
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
TAHOUA
ABALAK
2%
2020
0.17
5%
2 016
0.46
0.08
TAHOUA
BAGAROUA
16%
2010
2.15
16%
2 020
2.25
4.85
TAHOUA
BIRNI N'KONNI
9%
2014
0.79
6%
1 999
0.58
0.46
TAHOUA
BOUZA
4%
2020
0.55
2%
2 016
0.22
0.12
TAHOUA
ILLELA
16%
2020
1.94
7%
2 020
1.22
2.36
TAHOUA
KEITA
3%
2020
0.20
1%
2 020
0.07
0.01
TAHOUA
MADAOUA
4%
2020
0.58
7%
2 020
0.70
0.40
TAHOUA
MALBAZA
15%
2020
0.81
5%
2 020
0.35
0.28
TAHOUA
TAHOUA
2%
2013
0.22
3%
2 013
0.27
0.06
TAHOUA
TASSARA
2%
2016
0.35
8%
2 016
0.86
0.30
TAHOUA
TCHINTABARADEN
2%
2017
0.23
2%
2 017
0.25
0.06
TAHOUA
TILLIA
3%
2020
0.36
1%
2 018
0.10
0.04
TAHOUA
VILLE DE TAHOUA
9%
2020
0.92
3%
2 018
0.32
0.29
Tableau 11 : Région de Tahoua (1998-2020)
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
21
Les Inondations au Niger
Figure 19 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Tahoua
3.3.7 Région de Tillabéry
La région de Tillabéry, en valeur absolu est la région plus touchée par les inondations au Niger.
Trois départements (Ayerou, Kollo et Say) ont une incidence totale très élevée. Kollo, en 2012, a eu
le 31% de sa population (RGPH 2012) affectée, contre le 29% de Say et le 28% de Balleyara (en
2020). Par contre les deux départements de Banibangou et Bankilare ont une incidence très faible.
A Tillabery, les années les pires en termes de personnes affectées pour la plupart des départements
ont été en ordre le 2012 et le 2020.
Figure 20 : Incidence totale des inondations dans la région de Tillabéry
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
22
Les Inondations au Niger
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
TILLABERI
ABALA
9%
2009
1.12
6%
2 015
1.26
1.42
TILLABERI
AYEROU
3%
2010
0.36
11%
2 020
1.01
0.36
TILLABERI
BALLEYARA
23%
2020
2.44
28%
2 020
2.57
6.27
TILLABERI
BANIBANGOU
3%
2006
0.35
1%
2 006
0.13
0.04
TILLABERI
BANKILARE
7%
2020
0.33
2%
2 020
0.13
0.04
TILLABERI
FILINGUE
11%
2012
1.77
7%
2 012
1.07
1.90
TILLABERI
GOTHEYE
4%
2010
0.73
5%
2 010
0.57
0.41
TILLABERI
KOLLO
10%
2013
1.76
31%
2 012
3.17
5.57
TILLABERI
OUALLAM
6%
2013
1.05
5%
2 012
1.00
1.06
TILLABERI
SAY
13%
2012
2.96
29%
2 012
3.43
10.13
TILLABERI
TERA
5%
2020
0.80
4%
2 010
0.63
0.51
TILLABERI
TILLABERI
4%
2011
0.96
8%
2 012
1.19
1.14
TILLABERI
TORODI
4%
2003
0.76
7%
2 012
0.65
0.49
Tableau 12 : Région de Tillabéry (1998-2020)
La région de Tillabéry est menacée principalement dans deux zones géomorphologiques. Les
localités situées sur les rives du fleuve Niger sont périodiquement inondées par les débordements
du fleuve, avec des conséquences graves principalement en 2010, 2012, 2013, 2015, 2019 et 2020.
Plusieurs études ont déjà mis en évidence l’augmentation et les changements dans les
caractéristiques et la magnitude des crues du fleuve Niger (Amogou et al 2010, Descroix et al. 2012,
Sighomnou et al. 2013, Descroix et al. 2018). De plus, Amogu (2010) et Mamadou (2015) ont indiqué
un ensablement du lit du fleuve Niger et un dépôt sur plusieurs cônes alluviaux qui réduisent la
section du cours d'eau et augmentent le niveau d'eau pour un débit donné. Les localités riveraines
du fleuve Niger inondées durant de la période d’étude sont plusieurs centaines. Néanmoins, il faut
tenir compte du fait que, dans certains cas, ces localités situées sur les rives du fleuve Niger ont été
inondées par des écoulements de surface provenant de petits sous-bassins en amont, et non par le
débordement du fleuve. L'autre zone principale les inondations se produisent sont les vallées
fossiles des Dallols. Ici, les inondations sont principalement causées par le ruissellement de surface
des petits bassins du plateau supérieur qui se déversent dans les vallées fossiles et/ou par la
remontée de la nappe phréatique qui est peu profonde et limite l'infiltration. La plupart des
dommages ont eu lieu en 2012 et 2020 en raison des saisons de pluies extraordinairement
excédentaires. D'autres inondations sont occasionnellement causées par le débordement des
affluents éphémères de la rive droite du fleuve Niger (Gorouol, Dargol, Gouroubi, mais surtout la
Sirba que en 2012 et 2020 a causé d’importants dégâts. Enfin, des localités sont parfois affectées
par des crues soudaines et aréales dans de petits bassins endoréiques, principalement dans les
zones situées en rive gauche du fleuve.
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
23
Les Inondations au Niger
Figure 21 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Tillabéry
3.3.8 Région de Zinder
Zinder est une région peu touchée par les inondations : 5 départements sur 11 ont une incidence
totale très faible et autres 4 en ont une faible. Aucun département n’a une incidence totale supérieure
à 1.
Figure 22 : Incidence totale des inondations dans la région de Zinder
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
24
Les Inondations au Niger
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
ZINDER
BELBEDJI
2%
2018
0.22
2%
2 018
0.13
0.03
ZINDER
DAMAGARAM TAKAYA
1%
2020
0.17
3%
2 010
0.38
0.06
ZINDER
DUNGASS
3%
2015
0.30
2%
2 019
0.16
0.05
ZINDER
GOURE
5%
2019
0.60
3%
2 019
0.48
0.29
ZINDER
KANTCHE
4%
2019
0.44
4%
2 020
0.65
0.28
ZINDER
MAGARIA
12%
2019
1.28
5%
2 019
0.82
1.05
ZINDER
MIRRIAH
6%
2013
0.74
3%
2 013
0.47
0.35
ZINDER
TAKEITA
1%
2016
0.13
1%
2 007
0.10
0.01
ZINDER
TANOUT
1%
2020
0.17
1%
2 020
0.28
0.05
ZINDER
TESKER
3%
2020
0.22
13%
2 010
0.85
0.18
ZINDER
VILLE DE ZINDER
11%
2010
1.72
3%
2 010
0.40
0.69
Tableau 13 : Région de Zinder (1998-2020)
Le sud-ouest de la région de Zinder. Ici, la plupart des inondations ont affecté des localités du bassin
de la Korama (départements de Magaria, Mirriah et Ville de Zinder), qui fait partie du bassin du lac
Tchad.
Figure 23 : Distribution spatiale des localités inondées et nombre d'événements 1998-2020 dans la région de Zinder
4. Discussion
Les tendances temporelles des inondations montrent en général une augmentation nette qui est
marquée par des ans de pic qui sont principalement le 2012 et le 2020, mais peuvent changer selon
la région et a variable observée. En début de série, jusqu’à 2009, les évènements sont en nombre
réduit, touchent une quantité limitée de personnes et n’ont pas une tendance nette à la hausse. À la
suite du pic de 2012, la tendance à la hausse continue mais en dents de scie avec un paroxysme
en 2020. Le changement abrupt de tendance est du surement à un changement de comportement
hydrologique plus que à un changement dans le profil de la saison des pluies. Comme maintes
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
25
Les Inondations au Niger
études le montrent, et aussi comme vérifié sur le terrain, les changements d’occupation des sols et
de gestion des terres a induit une forte réduction de la capacité de rétention des sols et une forte
augmentation du ruissellement (Descroix et al., 2018 ; Aich et al., 2015 ; Mahe et al., 2005). De plus,
la rive gauche du fleuve Niger était autrefois caractérisée par la présence de nombreux petits
bassins endoréiques qui dans les dernières années, à la suite de l’augmentation du ruissellement,
tendent à devenir exoréiques contribuant aussi aux inondations (Mamadou et al., 2015).
L'analyse des tendances au niveau régional montre deux comportements différents. Dosso et
Tillabéry ont le maximum de tous les dégâts en 2012, même si la médiane après 2012 est nettement
supérieure à celle d’avant le 2012. Le 2020 est une année critique mais non comparable au 2012.
Un autre groupe comprend les régions de Maradi, Tahoua, Niamey et Zinder, qui ont une tendance
régulière à la hausse pour toutes les variables, et effectivement les tendances sont significatives.
Pour ces régions normalement e 2020 est l’an de pic, sauf que pour Zinder où le 2019 a été pire que
le 2020.
L’analyse statistique des tendances n’est significative que dans certaines régions et particulièrement
là où il n’y a pas eu de pics significatifs (comme le 2012 à Tillabéry et Dosso).
En tout cas, il convient de souligner que la signification statistique de cette analyse est fortement
affectée par les courtes séries historiques disponibles ; d'autre part, les pentes des régressions
linéaires au niveau régional montrent que dans la décennie 2010-2020 les indicateurs liés aux
inondations augmentent fortement.
A l’intérieur de la saison des pluies, la plupart des inondations s’avère dans le mois d’aout, suivi par
le mois de juillet et en troisième position le mois de septembre (Figure 7).
Figure 24 : distribution des événements d'Inondation pendant la saison des pluies 1998-2020
Cette distribution est en accord avec la distribution de la pluviométrie au Niger et aussi avec les
changements climatiques. En effet le mois d’aout montre aussi la plus forte croissance sur la série
du nombre d’événements (Figure 8).
0
300
600
900
1200
1500
1800
2100
4 5 6 7 8 9 10
Nombre d'événements
Mois
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
26
Les Inondations au Niger
Figure 25 : Evolution du nombre d'événements par mois 1998-2020 # Seulement les événements pour lesquels la date
exacte est explicitée
La distribution géographique des inondations, en termes de personnes et localités affectées, montre
un gradient décroissant Sud-Nord en ligne avec les isohyètes avec l’exception de la région d’Agadez
où les phénomènes d’inondation sont fortement conditionnés par la présence du Massif de l’Air.
Figure 26 : Incidence des inondations au Niger par département 1998-2020
0
50
100
150
200
250
300
350
400
2002
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Nombre d'événements
7
8
9
Lineare (7)
Lineare (8)
Lineare (9)
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
27
Les Inondations au Niger
5. Conclusion
Au Niger, les inondations constituent depuis une décennie un des majeurs risques qui impactent sur
le développement socio-économique et sur la sécurité alimentaire des populations. Ceci s’avère
particulièrement vrais dans les départements qui connaissent la combinaison des différentes
dynamiques. Par exemple, le département de Gaya, dans la région de Dosso, connait des
évènements dus à la crue du fleuve Niger, à l’inondation des dallols et aux inondations soudaines.
L’analyse de l’évolution des inondations est un élément important pour la détermination du risque à
ce type d’aléa. Le risque se compose de plusieurs éléments parmi lesquels la fréquence de l’aléa,
l’exposition et la vulnérabilité. Comme démontré par plusieurs études réalisés dans le cadre du projet
ANADIA dans sa première et deuxième phase (Tiepolo et al. 2016, Tiepolo et al. 2018), les données
contenues dans la BDINA revêtent une importance cruciale pour la détermination du risque
d’inondation. La compréhension de ce dernier est à la base de la prise de décision dans la
planification des actions pour la réduction du risque de catastrophe et pour l’adaptation au
changement climatique, désormais parties intégrantes des stratégies de développement durable.
Cependant, jusqu’à l’heure actuelle, la planification locale au Niger n’a pas encore pris en compte
d’une manière généralisée le risque d’inondation dans les spécificités locales. Les différents types
d’inondation demandent des mesures d’atténuation ou d’adaptation différentes qui ne peuvent pas
être déterminées à priori. L’analyse approfondie des événements passées dans chaque unité
administrative peut permettre d’identifier les mesures les plus appropriées et donc de répondre aux
besoins réels des populations. La BDINA a été créé pour répondre à ce besoin et pour cela a été
conçue ouverte à tout utilisateur à travers le site web www.inondations-niger.org. L’exploitation des
données est gratuite pour toutes les utilisations sauf celles commerciales.
6. Bibliographie
Aich V., Liersch S., Vetter T., Andersson J.C.M., Müller E.N., Hattermann F.F. (2015),
«Climate or land use? - Attribution of changes in river flooding in the Sahel zone», Water
Switz, 7, 27962820
Amogu O., Descroix L., Yéro K.S., Le Breton E., Mamadou I., Ali A., Vischel T., Bader J.C.,
Moussa I.B., Gautier E. (2010), «Increasing river flows in the Sahel? », Water, 2, 170199
Bai J., Perron P. (2003), «Computation and Analysis of Multiple Structural Change Models»,
Journal of Applied Econometrics, 18, 1-22
Descroix L., Genthon P., Amogu O., Rajot J.L., Sighomnou D., Vauclin M. (2012), «Change
in Sahelian rivers hydrograph: The case of recent red floods of the Niger River in the Niamey
region», Glob Planet Chang, 9899, 1830
Descroix L., Guichard F., Grippa M., Lambert L., Panthou G., Mahé G., Gal L., Dardel C.,
Quantin G., Kergoat L. (2018), «Evolution of surface hydrology in the Sahelo-Sudanian Strip:
An updated review», Water, 10, 748
Descroix L. (2018), Processus et enjeux d’eau en Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne,
Editions des archives contemporaines: Paris, France, doi:10.17184/eac.9782813003140
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
28
Les Inondations au Niger
Descroix, L., Guichard, F., Grippa, M., Lambert, L., Panthou, J., Mahe, G., Gal, L., Dardel,
C., Quantin, G., Kergoat, L., et al. (2018), «Surface hydrology evolution in the Sahelo-
Sudanian stripe: An updated review», Water, 10, 748.
Fiorillo E., Maselli F., Tarchiani V., Vignaroli P. (2017), «Analysis of land degradation
processes on a tiger bush plateau in SouthWest Niger using MODIS and LANDSAT
TM/ETM+ data», Int J Appl Earth Obs Geoinf, 62, 5668
Fiorillo E., Crisci A., Issa H., Maracchi G., Morabito M., Tarchiani V. (2018), «Recent changes
of floods and related impacts in Niger based on the ANADIA Niger Flood Database», Climate,
6, 59
Herrmann S.M., Anyamba A., Tucker C.J. (2005), «Recent trends in vegetation dynamics in
the African Sahel and their relationship to climate», Glob Environ Chang, 15, 394404
Leblanc M.J., Favreau G., Massuel S., Tweed S.O., Loireau M., Cappelaere B. (2008), «Land
clearance and hydrological change in the Sahel: SW Niger», Glob Planet Chang, 61, 135
150
Mahe G., Paturel J.E., Servat E., Conway D., Dezetter A. (2005), «The impact of land use
change on soil water holding capacity and river flow modelling in the Nakambe River,
Burkina-Faso», J Hydrol, 300, 3343.
Mamadou I., Gautier E., Descroix L., Noma I., Moussa I.B., Maiga O.F., Genthon P., Amogu
O., Malam Abdou M., Vandervaere J.-P. (2015), «Exorheism growth as an explanation of
increasing flooding in the Sahel», Catena, 131, 130139
Nka B.N., Oudin L., Karambiri H., Paturel J.E., Ribstein P. (2015), «Trends in floods in West
Africa: Analysis based on 11 catchments in the region», Hydrol Earth Syst Sci, 19, 4707
4719
Panthou G., Vischel T., Lebel T. (2014), «Recent trends in the regime of extreme rainfall in
the Central Sahel», Int J Climatol, 34, 39984006
Sighomnou D., Descroix L., Genthon P., Mahé G., Moussa I.B., Gautier E., Mamadou I.,
Vandervaere J.P., Bachir T., Coulibaly B. (2013), «La crue de 2012 à Niamey: Un paroxysme
du paradoxe du Sahel?», Sécheresse, 24, 313
Tarhule A. (2005), «Damaging rainfall and flooding: The other Sahel hazards», Clim Chang,
72, 355377
Tiepolo M., Bacci M., Braccio S. (2018), «Multihazard Risk assessment for planning with
climate in the Dosso Region, Niger», Climate, 6, 67
Tiepolo M, Braccio S. (2016), «Flood Risk Assesment at Municipal Level in the Tillabéri
Region, Niger», In Planning to cope with tropical and subtropical climate change, Tiepolo
M., Ponte E., Cristofori E., Eds., De Gruyter: Berlin, Germany, 221-242
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
29
Les Inondations au Niger
Annexes
A.1 Incidence des inondations par département
Région
Départments
MAX_L%
MAX_L_an
INC_L
MAX_P%
MAX_P_an
INC_P
INC_TOT
TAHOUA
MALBAZA
1%
2013
0.07
1%
2 013
0.09
0.01
ZINDER
TAKEITA
1%
2016
0.12
1%
2 007
0.10
0.01
DIFFA
N'GOURTI
0%
2018
0.07
1%
2 020
0.18
0.01
DIFFA
GOUDOUMARIA
1%
2016
0.09
1%
2 017
0.15
0.01
TAHOUA
KEITA
3%
2020
0.20
1%
2 020
0.08
0.01
ZINDER
BELBEDJI
2%
2018
0.23
2%
2 018
0.15
0.03
TAHOUA
TILLIA
3%
2020
0.36
1%
2 018
0.11
0.04
TILLABERI
BANKILARE
7%
2020
0.34
2%
2 020
0.13
0.04
ZINDER
TANOUT
1%
2020
0.16
1%
2 020
0.28
0.05
TILLABERI
BANIBANGOU
3%
2006
0.35
1%
2 006
0.13
0.05
ZINDER
DUNGASS
3%
2015
0.30
2%
2 019
0.16
0.05
TAHOUA
TCHINTABARADEN
2%
2017
0.23
2%
2 017
0.25
0.06
TAHOUA
TAHOUA
2%
2013
0.24
3%
2 013
0.28
0.07
ZINDER
DAMAGARAM
TAKAYA
1%
2020
0.18
3%
2 010
0.41
0.07
DOSSO
LOGA
2%
2000
0.31
2%
1 999
0.25
0.08
TAHOUA
ABALAK
3%
2020
0.19
5%
2 016
0.48
0.09
MARADI
DAKORO
2%
2019
0.32
1%
2 012
0.32
0.10
TAHOUA
BOUZA
4%
2020
0.55
2%
2 016
0.22
0.12
DIFFA
BOSSO
6%
2012
0.45
2%
2 012
0.30
0.14
ZINDER
TESKER
3%
2020
0.22
13%
2 010
0.86
0.19
TAHOUA
MADAOUA
1%
2020
0.45
4%
2 020
0.51
0.23
MARADI
MAYAHI
3%
2013
0.54
2%
1 999
0.44
0.24
TAHOUA
VILLE DE TAHOUA
8%
2020
0.88
3%
2 018
0.32
0.28
DIFFA
DIFFA
5%
2012
0.54
5%
2 020
0.55
0.29
ZINDER
GOURE
5%
2019
0.61
3%
2 019
0.49
0.30
ZINDER
KANTCHE
4%
2020
0.45
5%
2 020
0.68
0.31
TAHOUA
TASSARA
2%
2016
0.36
8%
2 016
0.88
0.31
DIFFA
MAINE-SOROA
1%
2018
0.21
17%
2 012
1.48
0.31
TAHOUA
BIRNI N'KONNI
9%
2014
0.62
6%
1 999
0.52
0.32
ZINDER
MIRRIAH
6%
2013
0.74
3%
2 013
0.48
0.35
TILLABERI
AYEROU
3%
2010
0.36
11%
2 020
1.02
0.37
MARADI
BERMO
2%
2010
0.25
20%
2 010
1.53
0.39
TILLABERI
GOTHEYE
4%
2010
0.74
5%
2 010
0.57
0.42
TILLABERI
TORODI
4%
2003
0.70
7%
2 012
0.61
0.43
TILLABERI
TERA
5%
2020
0.81
4%
2 010
0.64
0.52
MARADI
GAZAOUA
7%
2020
0.85
6%
2 020
0.64
0.55
AGADEZ
BILMA
20%
2017
1.48
6%
2 017
0.41
0.60
DOSSO
DOGONDOUTCHI
3%
2015
0.74
3%
2 013
0.87
0.64
ZINDER
VILLE DE ZINDER
11%
2010
1.72
3%
2 010
0.41
0.70
ANADIA2 Rapport N. 27 2021
30
Les Inondations au Niger
DIFFA
N'GUIGMI
4%
2015
0.78
4%
2 020
0.97
0.76
DOSSO
FALMEY
7%
2013
0.87
10%
2 013
1.02
0.89
ZINDER
MAGARIA
12%
2019
1.23
5%
2 019
0.77
0.94
MARADI
TESSAOUA
7%
2020
1.10
4%
1 999
0.96
1.05
TILLABERI
OUALLAM
6%
2013
1.07
5%
2 012
1.02
1.08
TILLABERI
TILLABERI
4%
2011
0.97
8%
2 012
1.20
1.16
DOSSO
DIOUNDIOU
12%
2012
1.09
8%
2 012
1.20
1.31
TILLABERI
ABALA
9%
2009
1.13
6%
2 015
1.28
1.45
AGADEZ
ADERBISSINAT
5%
2017
0.53
41%
2 010
2.75
1.45
DOSSO
BOBOYE
7%
2013
1.55
4%
2 013
0.95
1.48
AGADEZ
IFEROUANE
6%
2015
0.62
25%
2 020
2.49
1.55
AGADEZ
ARLIT
13%
2019
2.51
3%
2 010
0.67
1.69
TILLABERI
FILINGUE
11%
2012
1.79
7%
2 012
1.09
1.94
DOSSO
TIBIRI (DOUTCHI)
5%
2012
1.45
8%
2 012
1.51
2.19
MARADI
AGUIE
12%
2020
1.77
9%
2 020
1.31
2.32
TAHOUA
ILLELA
16%
2020
1.96
7%
2 020
1.23
2.42
MARADI
MADAROUNFA
38%
2011
3.41
4%
2 020
0.72
2.45
MARADI
VILLE DE MARADI
50%
2020
8.15
4%
2 020
0.31
2.54
DOSSO
DOSSO
18%
2012
1.93
12%
2 012
1.52
2.93
MARADI
GUIDAN-ROUMDJI
13%
2020
1.92
9%
2 020
1.71
3.28
AGADEZ
INGALL
20%
2016
1.88
13%
2 010
2.08
3.90
TAHOUA
BAGAROUA
16%
2010
2.22
17%
2 020
2.32
5.13
TILLABERI
KOLLO
10%
2013
1.78
31%
2 012
3.21
5.70
TILLABERI
BALLEYARA
23%
2020
2.46
28%
2 020
2.60
6.41
TILLABERI
SAY
13%
2012
3.05
29%
2 012
3.51
10.72
NIAMEY
VILLE DE NIAMEY
52%
2020
8.33
12%
2 020
1.85
15.40
DOSSO
GAYA
18%
2012
3.55
22%
2 017
4.46
15.85
AGADEZ
TCHIROZERINE
30%
2020
4.35
38%
2 020
5.71
24.87
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.