ArticlePDF Available

La pensée militaire du duc Charles V de Lorraine et ses sources

Authors:

Abstract

This paper analyzes the military thought of Duke Charles V of Lorraine (1643-1690) and its sources. He was one of the greatest captains of the 17th cen- tury, he fought the French and Ottoman armies on both fronts of the Habsburg Monarchy and achieved considerable victories. The majority of the sources of his campaigns are conserved in Vienna in the collections of the Maison de Lorraine of the Austrian National Archives (Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Lothringisches Hausarchiv), but we can find others in different other European archives (Paris, Budapest etc.). After a brief presentation of the biography of Charles of Lorraine, this work turns to the origins of his military thought. Then, his diaries of cam- paigns are presented and analyzed by subjects. Finally, the study examines the military reforms proposed in the posthumous work Testament politique attributed to the Duke of Lorraine. Historical sources describing his decision-making con- firm the idea that Charles of Lorraine was one of the most significant strategists of his time.
NUOVA
RIVISTA INTERDISCIPLINARE DELLA SOCIETÀ ITALIANA DI STORIA MILITARE
Società Italiana di Storia Militare
Fascicolo 7. Giugno 2021
Storia Militare Moderna
a cura di
VIRGILIO ILARI
Direttore scientico Virgilio Ilari
Vicedirettore scientico Giovanni Brizzi
Direttore responsabile Gregory Claude Alegi
Redazione Viviana Castelli
Consiglio Scientico. Presidente: Massimo De Leonardis.
Membri stranieri: Christopher Bassford, Floribert Baudet, Stathis Birthacas, Jeremy
Martin Black, Loretana de Libero, Magdalena de Pazzis Pi Corrales, Gregory Hanlon,
John Hattendorf, Yann Le Bohec, Aleksei Nikolaevič Lobin, Prof. Armando Marques
Guedes, Prof. Dennis Showalter (†). Membri italiani: Livio Antonielli, Marco Bettalli,
Antonello Folco Biagini, Aldino Bondesan, Franco Cardini, Piero Cimbolli Spagnesi,
Piero del Negro, Giuseppe De Vergottini, Carlo Galli, Roberta Ivaldi, Nicola Labanca,
Luigi Loreto, Gian Enrico Rusconi, Carla Sodini, Donato Tamblé,
Comitato consultivo sulle scienze militari e gli studi di strategia, intelligence e geopolitica:
Lucio Caracciolo, Flavio Carbone, Basilio Di Martino, Antulio Joseph Echevarria II,
Carlo Jean, Gianfranco Linzi, Edward N. Luttwak, Matteo Paesano, Ferdinando Sanfelice
di Monteforte.
Consulenti di aree scientiche interdisciplinari: Donato Tamblé (Archival Sciences),
Piero Cimbolli Spagnesi (Architecture and Engineering), Immacolata Eramo (Philology
of Military Treatises), Simonetta Conti (Historical Geo-Cartography), Lucio Caracciolo
(Geopolitics), Jeremy Martin Black (Global Military History), Elisabetta Fiocchi
Malaspina (History of International Law of War), Gianfranco Linzi (Intelligence),
Elena Franchi (Memory Studies and Anthropology of Conicts), Virgilio Ilari (Military
Bibliography), Luigi Loreto (Military Historiography), Basilio Di Martino (Military
Technology and Air Studies), John Brewster Hattendorf (Naval History and Maritime
Studies), Elina Gugliuzzo (Public History), Vincenzo Lavenia (War and Religion),
Angela Teja (War and Sport), Stefano Pisu (War Cinema), Giuseppe Della Torre (War
Economics).
Nuova Antologia Militare
Rivista interdisciplinare della Società Italiana di Storia Militare
Periodico telematico open-access annuale (www.nam-sism.org)
Registrazione del Tribunale Ordinario di Roma n. 06 del 30 Gennaio 2020
Direzione, Via Bosco degli Arvali 24, 00148 Roma
Contatti: direzione@nam-sigm.org ; virgilio.ilari@gmail.com
© 2020 Società Italiana di Storia Militare
(www.societaitalianastoriamilitare@org)
Graca: Nadir Media Srl - Via Giuseppe Veronese, 22 - 00146 Roma
info@nadirmedia.it
Gruppo Editoriale Tab Srl -Viale Manzoni 24/c - 00185 Roma
www.tabedizioni.it
ISSN: 2704-9795
ISBN Fascicolo 7: 978-88-9295-190-7
NUOVA
RIVISTA INTERDISCIPLINARE DELLA SOCIETÀ ITALIANA DI STORIA MILITARE
Società Italiana di Storia Militare
Fascicolo 7. Giugno 2021
Storia Militare Moderna
a cura di
VIRGILIO ILARI
In copertina: Targa sbalzata e ageminata appartenuta a Enrico II, re di Francia, attribuita
a Étienne Delaune, Jean Cousin il Vecchio e Baptiste Pellerin, Fontainebleau 1555
circa, New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 34.85. Public domain.
159
La pensée militaire du duc Charles V
de Lorraine et ses sources
by Ferenc TóTh
AbsTrAcT. This paper analyzes the military thought of Duke Charles V of Lorraine
(1643-1690) and its sources. He was one of the greatest captains of the 17th cen-
tury, he fought the French and Ottoman armies on both fronts of the Habsburg
Monarchy and achieved considerable victories. The majority of the sources of his
campaigns are conserved in Vienna in the collections of the Maison de Lorraine
of the Austrian National Archives (Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Lothringisches
Hausarchiv), but we can nd others in different other European archives (Paris,
Budapest etc.). After a brief presentation of the biography of Charles of Lorraine,
this work turns to the origins of his military thought. Then, his diaries of cam-
paigns are presented and analyzed by subjects. Finally, the study examines the
military reforms proposed in the posthumous work Testament politique attributed
to the Duke of Lorraine. Historical sources describing his decision-making con-
rm the idea that Charles of Lorraine was one of the most signicant strategists
of his time.
Keywords: duKe chArles V oF lorrAine, eArly Modern hungAriAn hisTory,
hisTory oF lorrAine, hAbsburg MonArchy, oTToMAn eMpire, greAT TurKish
wAr (1683-1699), rAiMondo MonTecuccoli
L
e duc Charles V de Lorraine, surnommé duc sans duchés, fut un des
plus grands capitaines du XVIIe siècle. Il combattait les armées fran-
çaises et ottomanes sur les deux fronts de la Monarchie des Habsbourg
et remporta des victoires considérables. Malgré les nombreuses recherches effec-
tuées sur l’activité de ce grand capitaine du XVIIe siècle, les historiens négli-
gèrent jusqu’à nos jours d’analyser les principaux éléments de sa réflexion. Cela
s’explique par le fait que les sources sur sa vie sont dispersées dans différentes
archives européennes. La collection la plus importante de sources est conservée
à Vienne dans les collections de la Maison de Lorraine des Archives nationales
NAM, Anno 2 – n. 7
DOI
: 10.36158/97888929519075
Giugno 2021
160 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
autrichiennes (Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Lothringisches Hausarchiv)1. Les
journaux des campagnes militaires qui font partie de cette collection furent dé-
couverts à l’occasion des commémo rations historiques. En 1933, pour le 250e
anniversaire du second siège turc de Vienne Ferdinand Stöller édita un journal
fort intéressant de cette série2. En 1986, un journal fragmentaire de l’an 1686 fut
publié par les historiens hongrois3. Tout récemment, deux ouvrages synthétiques
ont été publiés sur sa vie et ses exploits militaires4. Dans cette étude, je me pro-
pose de présenter quelques caractéristiques de sa pensée militaire qui constituait
une étape importante dans le développement du haut commandement de l’armée
impériale à l’époque moderne.
Le duc Charles V de Lorraine,
une vie exceptionnelle au service impérial
Charles V de Lorraine était le ls Nicolas-François de Vaudémont et de Claude
de Lorraine qui s’enfuirent en 1634 à l’étranger. Comme la Lorraine était occupée
par les troupes françaises, le jeune homme vécut à Vienne à la cour de l’empe-
reur Léopold Ier qui lui donna une formation digne d’un futur souverain. Ensuite,
il partit avec son père à Paris où il passa quelques années dans la cour royale. En
1662, son oncle, le duc Charles IV, conclut un traité avec Louis XIV5 par lequel
il lui remettait ses duchés tout en gardant le titre ducal jusqu’à sa mort. Déçu de
cette nouvelle, le jeune Charles de Lorraine quitta Paris et s’engagea dénitive-
1 Sur l’histoire des Archives de la Maison de Lorraine (Lothringisches Hausarchiv) voir :
Jakob seidl, « Das Lothringische Hausarchiv als Geschichtsquelle », Historische Blätter,
7 (1937), pp. 33-45., et plus récemment : Hubert collin, « Les archives de la Maison de
Lorraine à Vienne », in Jean-Paul bled – Eugène FAucher – René TAVeneAux (dir.), Les
Habsbourg et la Lorraine, Actes du colloque international organisé par les Universités de
Nancy II et Strasbourg III dans le cadre de l’UA 703 (Nancy II – CNRS) – 22, 23, 24 mai
1987, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1988, pp. 29-37.
2 François le bègue, « Journal de la première campagne en Hongrie en 1683 », in Ferdinand
sTöller (Hrsg.), Neue Quellen zur Geschichte des Türkenjahres 1683, Innsbruck, 1933,
pp. 55-127.
3 Károly MollAy (éd.), Lotharingiai Károly hadinaplója Buda visszafoglalásáról 1686
(Journal militaire de Charles de Lorrain sur la reprise de Bude), Budapest, HIM, 1986.
4 Laurent JAlAberT, Charles V de Lorraine ou la quête de l’État (1643-1690), Metz, Éditions
des Paraiges, 2017. et Ferenc TóTh, A hercegség nélküli herceg. Lotaringiai Károly (1643-
1690) (Le duc sans duchés. Charles de Lorrain (1643-1690)), Pécs-Budapest, Kronosz
Kiadó – Magyar Történelmi Társulat, 2021.
5 C’était le traité de Montmartre (le 6 février 1662).
161
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Portrait du jeune Charles de Lorraine.
(Bibliothèques de Nancy)
162 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
ment au service de l’empereur6. Protant de la nouvelle guerre entre la Monarchie
des Habsbourg et l’Empire ottoman il participa à la bataille de Saint-Gotthard, le
premier août 1664, où il se distingua7.
En 1675, il fut nommé chef suprême des armées impériales et prit aussi le titre
de duc de Lorraine et de Bar, car son oncle était mort la même année. Toutes les
puissances européennes le reconnurent comme tel, à l’exception de la France, qui
occupait les duchés à cette époque8. En septembre 1683, il contribua à la levée du
siège de Vienne avec le roi Jean III Sobieski.
6 Voir récemment sur l’histoire des tentatives de Charles V de Lorraine pour récupérer ses
États : L. JAlAberT, Charles V …, cit.
7 Ferenc TóTh – Alain peTioT, « Un héros chevaleresque et chrétien : le prince Charles de
Lorraine à la bataille de Saint-Gotthard (1664) », Le Pays Lorrain n° 3, 2016, p. 255-264.
8 Il en résulta son surnom : le duc sans duchés.
Dessin représentant Charles de Lorraine à la bataille de Saint-Gotthard.
(Bibliothèques de Nancy)
163
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Représentation du siège de Vienne dans l’Abrégé historique et iconographique de la
vie de Charles V duc de Lorraine dédié à Son Altesse Royale Leopold I. son digne
successeur című munkában. (Bibliothèques de Nancy)
164 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
Ensuite, il mena plusieurs campagnes en Hongrie occupée par les Turcs et se
distingua dans la reconquête de ce pays. En 1686, il réussit à reprendre la ville de
Bude, ouvrant ainsi une campagne rapide et victorieuse qui chassa les Turcs de la
Slavonie et de la Transylvanie. En 1687, le duc Charles V assista à Presbourg au
couronnement de l’archiduc Joseph comme roi de Hongrie. Le duc de Lorraine
y suivit la cour avant de regagner Innsbruck, chef-lieu de son gouvernement du
Tyrol. Il avait fait une visite à l’empereur Léopold pour prendre congé de lui.
L’entrevue se tint le 29 décembre. Le duc remit à l’empereur un mémoire manus-
crit dont il était l’auteur avec la recommandation de le lire attentivement, de le
faire lire à Joseph et aux membres de la famille impériale. Le mémoire était inti-
tulé : Testament politique de Charles, duc de Lorraine et de Bar, en faveur du roi
de Hongrie et de ses successeurs arrivant à l’Empire9.
Les victoires remportées par Charles de Lorraine ouvrirent la route des
Balkans et permirent la conquête de la Transylvanie. En 1688, pour des raisons
de santé, il transmit le commandement de l’armée à l’Électeur de Bavière qui ter-
mine la campagne par la prise de Belgrade. Lors de la guerre de la Ligue d’Augs-
bourg (1688-1697), le duc reçut de nouveau le commandement de l’armée impé-
riale pour opérer sur le Rhin. Il s’empara de Mayence le 8 septembre 1689 et de
Bonn, le 12 octobre. Il mourut à Wels le 18 avril 1690, dans sa quarante-huitième
année. Son corps, d’abord inhumé dans l’église des Jésuites d’Innsbruck, fut ra-
mené à Nancy et déposé dans la chapelle ronde de l’église des Cordeliers au cours
d’une pompe funèbre qui se déroula le 19 avril 170010.
Les origines de la pensée militaire du duc de Lorraine
Parmi les inuences qui déterminèrent la carrière militaire de Charles de
Lorraine, il convient de rappeler la tradition guerrière des ducs de Lorraine. Son
oncle était un passionné de la guerre et devint un des chefs de guerres les plus ré-
putés de la guerre de Trente Ans11. Il s’intéressa aux questions scientiques mi-
9 Voir sur ce sujet : Ferenc TóTh, « Réexions sur la politique et la diplomatie d’un prince
éclairé avant les Lumières : Le Testament politique de Charles V, duc de Lorraine », Revue
d’histoire diplomatique, 3, (2015), pp. 225-243.
10 Stéphane gAber, Et Charles V arrêta la marche des Turcs... Un Lorrain sauveur de l’Oc-
cident chrétien, Nancy Presses Universitaires de Nancy, 1986, pp. 103-107.
11 Voir sur ce sujet : Jean-Charles FulAine, Le Duc Charles IV de Lorraine et son armée
1624–1675, Metz, Éd. Serpenoise, 1997.
165
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
litaires et encouragea les innovations dans ce domaine12. Toutefois, son compor-
tement imprévisible et son attachement à l’empereur provoquèrent l’hostilité du
roi de France qui s’empara de la Lorraine. Même après son abdication en 1639,
le duc Charles IV continua de combattre dans l’armée impériale. Il se distingua
dans les opérations contre les Suédois et les Français. En 1635, il tenta de recon-
quérir ses états sans succès. Ensuite, il combattait dans l’Empire durant la n de
son règne suivi par la noblesse lorraine qui donna beaucoup de grands capitaines
de la guerre de Trente Ans. La population lorraine restait pendant ce temps-là pro-
fondément attaché à sa personne et versèrent même dix-huit ans après son départ
l’« impôt ducal » pour les frais de ses campagnes13. Ses régiments constituaient la
base des effectifs armés les plus dèles de son neveu qui le reconnurent comme
leur chef après la mort de Charles IV. Cette petite armée comprenait deux compa-
gnies de chevau-légers, deux de gardes, sept régiments de cavalerie et deux régi-
ments de dragons. Le contingent lorrain composé d’environ 2500 hommes fut par
la suite intégré dans l’armée impériale où les fameux régiments lorrains conser-
vèrent encore longtemps la mémoire de leurs origines14.
Une autre inuence considérable venait de l’Italie par l’intermédiaire de
Raimondo Montecuccoli. Charles de Lorraine rencontra Montecuccoli à la ba-
taille de Saint-Gotthard (le 1er août 1664) pour la première fois. Montecuccoli de-
vint par la suite le maître de Charles de Lorraine qui gardait même après sa mort,
la mémoire du grand penseur militaire italien. En France, le nom de Montecuccoli
était largement associé au nom de son grand adversaire : Turenne15. Charles de
Lorraine eut la chance de connaître ces deux grands capitaines pendant les opéra-
12 Notons ici les innovations pyrotechniques de Jean Appier Hanzelet qui était à son service :
Eugène ory, Étude sur la pyrotechnie de Jean Appier Hanzelet Maître dex feux articiels
de S. A. le Duc de Lorraine Charles IV livre imprimé en 1630 à Pont-à-Mousson avec
mention du révolver et de la mitrailleuse, Pont-à-Mousson, 1874.
13 René TAVeneAux, « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », in J.-P. bled – E. FAucher
– R. TAVeneAux (dir.), Les Habsbourg et la Lorraine…, cit., pp. 13-14. Cf. F. des roberT,
Campagnes de Charles IV, 2 vol., Paris-Nancy, 1883-1888.
14 Alain peTioT, « Un héritage du duc Charles V. Les régiments lorrains dans l’armée impé-
riale », in Renate Zedinger – Wolfgang schMAle (Hrsg.), Franz Stephan von Lothringen
und sein Kreis – L’empereur François Ier et le réseau lorrain – L’imperatore Francesco
I e il circolo lorenese, Jahrbuch der Österreichischen Gesellschaft zur Erforschung des
achtzehnten Jahrhunderts Bd. 23, Bochum, 2009, pp. 51-60.
15 Avec le mot de Jean Bérenger, nous pouvons considérer Montecuccoli comme « l’adver-
saire le plus sérieux » de Turenne. Jean bérenger, Turenne, Paris, Fayard, 1987, p. 362.
166 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
tions militaires rhénanes de la guerre de Hollande. Charles de Lorraine honorait
la mémoire de Montecuccoli en gardant soigneusement ses manuscrits conser-
vés en secret pendant longtemps. Le grand penseur militaire italien lui remit ses
« mémoires » en janvier 1776, au moment du passage du commandement de l’ar-
mée impériale16. Dorénavant, les écrits et les plans secrets de Montecuccoli furent
conservés dans le cabinet privé du duc de Lorraine17. Plusieurs copies circulaient
après la mort du généralissime entre les mains de ses successeurs qui en faisaient
faire d’autres. Nous devons des versions apocryphes souvent utilisées par les édi-
teurs à l’activité de Charles de Lorraine. Finalement c’était lui qui contribua le
plus à la diffusion des idées de son maître en offrant quelques-uns de ses manus-
crits, notamment le célèbre Della guerra col Turco in Ungheria contenant l’his-
toire de la bataille de Saint-Gotthard, au prince de Conti. Le prince de Conti,
François-Louis de Bourbon (1664-1709), était lui-même aussi un honnête homme
cultivé et militaire distingué de son temps. Après avoir bénécié d’une éducation
soignée, il fut envoyé à l’armée et il participa aux opérations des Pays-Bas et du
Luxembourg en 1683-84. Le 20 mars 1685, il s’enfuit avec son frère pour al-
ler faire la guerre en Hongrie et fut privé de son régiment. Le prince Charles de
Lorraine le reçut dignement, mais bientôt un lien d’amitié sincère remplaça les
16 « Mr. le Comte de Montecuculi estant sur le point de retourner à la Cour, receut ordre
de l’Empereur de remettre à S. A. le commandement de son armée, il le t reconnoistre
au mois de janvier 1676 commandant de la dite armée et luy donna les memoires et les
instructions nécessaires, pendant l’hiver S. A. se prépara à la campagne et se forma le
dessein du siege de Philisbourg quoyqu’il n’eust ny le fond ny les choses nécessaires
pour une entreprise de cette conséquence dans cette veue, il s’appliqua particulièrement
à faire avancer les ouvrages de Lauterbourg, et de prévenir l’introduction du secours que
les François méditoient de jetter dans Philisbourg… » Österreiches Staatsarchiv (ÖStA),
Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Lothringisches Hausarchiv Kt. 50 Journal des campagnes
du duc de Lorraine fol. 56.
17 Le savant Marsigli évoqua dans sa lettre écrite à Venise le 22 avril 1684 à Charles de Lor-
raine d’avoir vu des plans et notices de Bude parmi les écrits de Montecuccoli dans son
cabinet secret : « Infatti in una lettera già ricordata a Carlo di Lorena (cognato dell’Im-
peratore e comandante in capo delle truppe imperiali successore del Montecuccoli in tali
cariche Marsili riferisce di aver visto la pianta di Buda nel «Gabinetto» dello stesso Duca
di Lorenae specicamente «fra i scritti del Montecuccoli». » Rafaela gherArdi, Potere e
costituzione a Vienna fra Sei e Settecento. Il «buon ordine» di Luigi Ferdinando Marsili,
Bologna, Il Mulino, 1980, pp. 267-268. Cf. Rafaela gherArdi – Fabio MArTelli, La pace
degli eserciti e dell’economia. Montecuccoli e Marsili alla Corte di Vienna, Bologna, Il
Mulino, 2009, p. 272.
167
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
cérémonies compliquées
dans les rapports entre
les deux personnalités ti-
trées18. Le prince de Conti
et son entourage se dis-
tinguaient dans les opé-
rations de la guerre de re-
conquête de la Hongrie,
notamment durant la ba-
taille d’Esztergom et lors
du siège d’Érsekújvár.
Comme le prince de Conti
était allé en Hongrie sans
l’autorisation de Louis
XIV, il devait bientôt ren-
trer, craignant la colère du
roi qui ne lui pardonna ja-
mais cette escapade. Cette
histoire qui t beaucoup
de bruit en son temps,
nous intéresse d’autant
plus que le prince rendit
alors un grand service à
l’art militaire en France,
comme nous l’explique
l’éditeur, Jacques Adam19, en se procurant le manuscrit de Montecuccoli : « C’est
18 « Son Altesse marque dans ses lettres qu’il a vu les Princes de Conty et de la Roche-
sur-Yon dans les formes ordinaires. (…) Ils le sont voir après dans le camp de Barcand
et l’ont prié de ne point faire de cérémonies avec eux, il leur a donné une tante et autres
choses nécessaires pour leur accommodement ayant laissé leur équipage derrière. Ils lui
ont ensuite fait faire compliment qu’ils seraient tous les jours dans sa tente et à le suivre
s’ils n’étaient obligés de garder des mesures pour leur Roy, ayant pour Son Altesse une
estime et une vénération sans égal. » ÖStA, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Hausarchiv,
Lothringisches Hausarchiv Kt. 51 Journaux de campagnes de Charles de Lorraine avec
diverses lettres qu’il a escrites sonnets et félicitations qu’il a receues p. 624-625.
19 Jacques Adam (1663-1735), homme de lettres et traducteur français.
Portrait de Raimondo Montecuccoli.
(Collection privée)
168 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
Monseigneur le Prince de Conty à qui la France doit ces Mémoires. Il les ap-
porta de Hongrie, copiez sur l’original du Prince Charles de Lorraine. C’est lui
qui me les t traduire avant que j’eusse l’honneur d’être à vous, et c’est depuis
qu’il m’eut coné l’instruction de Votre Altesse Sérénissime que je les ai revus
avec toute l’exactitude dont je suis capable. »20 Il s’agit donc d’un don du duc de
Lorraine au prince de Conti qui fut coné à un traducteur et éditeur scientique
bien formé. À la différence des autres éditions précédentes, cet éditeur se chargea
également de la correction des noms propres et géographiques ainsi que de la ré-
daction des notes de l’ouvrage. Ces notes sont si bien réussies que même le plus
célèbre éditeur italien du XIXe siècle, Guiseppe Grassi, trouva utile de les incor-
porer dans sa publication21.
Nous pouvons considérer Montecuccoli comme le modèle pour la future
carrière de Charles de Lorraine. En tant que président du Conseil aulique de la
Guerre, Montecuccoli était considéré comme le véritable créateur de l’armée im-
périale. Sa pensée constitue une transition de la pensée militaire classique vers
la pensée stratégique moderne. Bien que le terme n’existe pas encore, nous pou-
vons considérer Montecuccoli comme le premier penseur stratégique de l’époque
moderne. Dans ses œuvres, nous retrouvons les principes de la stratégie de nos
jours lorsqu’il décrit très précisément la stratégie de son temps. Dans ses célèbres
Mémoires, il commence par la dénition de la guerre en général il termine avec
les particularités de la guerre contre les Turcs en Hongrie. Il décrit très soigneu-
sement les préparatifs nécessaires pour la guerre et il accorde une importance
primordiale aux questions logistiques, notamment aux problèmes de transport
et de ravitaillement. En adaptant sa pensée à la géographie hongroise, il élabore
un projet d’offensive en s’appuyant sur les principaux cours d’eau du Bassin des
Carpates : sur le Danube au milieu, sur le Drave au sud-ouest et dans la Haute
Hongrie à l’est. C’est à partir de ce projet grandiose que la guerre de reconquête
de la Hongrie se réalisera après le second siège de Vienne. Ainsi la pensée u-
viale de Montecuccoli jouera un rôle considérable dans les plans de Charles de
Lorraine et d’Eugène de Savoie22.
20 Mémoires de Montecuculi generalissime des troupes de l’Empereur : ou Principes de l’Art
Militaire en général, Paris, 1712. Introduction.
21 Giuseppe grAssi, Opere di Raimondo Montecuccoli (2 vol.), Torino, 1821.
22 Voir à ce sujet : Philippe roy – Ferenc TóTh, La défaite ottomane. Le début de la re-
conquête hongroise (1683), Paris, Economica, 2014. Cf. Friedrich F. von Mühlwer-
169
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Les journaux des campagnes de Charles V de Lorraine
Soucieux de noter les réexions sur papier, Charles de Lorraine nous laissa
plusieurs versions de ses journaux de campagnes. Les plus connus sont certai-
nement les manuscrits conservés aux archives de Vienne. Parmi ceux-ci, nous
connaissons plusieurs types de journaux. Le manuscrit le plus élaboré et visible-
ment destiné à une publication est un recueil intitulé Journal des campagnes de
Charles V de Lorraine qui raconte l’histoire de ses campagnes de 1683 jusqu’en
1689. Son rédacteur fut vraisemblablement l’abbé François Le Bègue23. Ce der-
nier établit ce texte en utilisant plusieurs sources des événements traités. Parmi
ces sources, il convient de souligner les journaux manuscrits autographes de
Charles V de Lorraine. Ces écrits se trouvant actuellement dans plusieurs ar-
chives européennes ne sont pas encore entièrement découverts, ni analysés, mais
ils présentent un intérêt particulier du point de vue de notre sujet. A l’heure ac-
tuelle, nous connaissons trois registres de documents qui contiennent des jour-
naux personnels du duc de Lorraine et qui sont regroupés selon les années des
campagnes concernées. Hormis les notes autographes du duc, ces recueils de
textes contiennent des états des troupes, des itinéraires des armées, des plans de
campagnes, des mémoires et correspondances en plusieurs langues (français, al-
lemand, italien et latin). Ces textes sont souvent incomplets, inachevés compor-
tant des pages blanches et des lacunes dans les textes qui montrent que leurs
auteurs les préparèrent surtout comme aide-mémoire an de faciliter la rédac-
tion de l’histoire des campagnes. Non seulement la quantité, mais la qualité des
textes sont très inégales. L’orthographe et l’écriture de ces écrits présentent par-
fois d’énormes difcultés aux lecteurs qui veulent déchiffrer leur contenu exact.
Cela prouve qu’ils étaient pris sur le lieu des opérations et le vif du sujet qui y
apparaît leur confère une importance primordiale. Il s’agit de trois campagnes
ainsi relatées dans trois registres. Le premier registre consacré à l’année 1685
se trouve inséré dans le carton 51 des archives de la Maison de Lorraine des
Th-gärTner, « Die Operationen des kaiserlichen General-Lieutenants Herzog Carl V. von
Lothringen im Feldzuge 1683 », Organ der militär-wissenschaftliche Vereine, XXVIII.
Bd. (1884), pp. 75-102.
23 Voir à ce sujet : Ferenc TóTh, « Le Journal de Charles V de Lorraine comme source pour
l’histoire de la reconquête de la Hongrie sur les Turcs », Histoire, Economie & Société, 34,
3, (2015), pp. 90-103.
170 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
Archives Nationales Autrichiennes24. Cette collection reliée dans un parchemin
médiéval présente un recueil de documents relatifs à la campagne de 1685. Le se-
cond registre se trouve aujourd’hui à Budapest dans les Archives d’Histoire mili-
taire25. D’après ses anciennes cotes, il fut conservé auparavant dans les Archives
de la guerre (Kriegsarchiv) de Vienne. Il fut donné à la Hongrie par les autorités
autrichiennes en vertu du traité austro-hongrois de Baden (le 28 mai 1926) sur
les archives communes. Il contient un recueil de documents et notes relatifs à la
campagne de 1686. Comme le principal événement de cette année fut la prise de
Bude, on peut comprendre qu’il fut choisi pour son importance historique hon-
groise. Ce registre fut d’ailleurs intégralement publié en 198626.
Enn un troisième registre vient d’être découvert qui fait partie visiblement de
la même série ancienne. Il s’agit d’un registre réunissant des documents du même
genre que les deux ouvrages précédents qui concernent la campagne de 1687. Ce
dernier est conservé à la Bibliothèque Nationale de France où il fut classé parmi
les manuscrits allemands ce qui explique pourquoi il n’a pas encore été sufsam-
ment étudié par les chercheurs27. L’importance de ces trois registres réside dans le
fait que nous pouvons identier, grâce aux textes autographes du duc de Lorraine,
les rapports exactes entre ses notes personnelles et le Journal rédigé et mis au
net par l’abbé Le Bègue. Ces derniers textes peuvent être considérés comme des
sources primordiales pour la pensée militaire du duc de Lorraine.
24 ÖStA, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Hausarchiv, Lothringisches Hausarchiv Kt. 51 N° 1
La campagne de S. A. S. Charles V 1685
25 HM HIM, Hadtörténeti Levéltár (Archives d’histoire militaire, Budapest), Collection de
l’époque ottomane 1686 n° 1
26 K. MollAy (éd.), Lotharingiai Károly…, cit.
27 Bibliothèque Nationale de France, série Ms. All. 100 Recueil de copies de lettres et de
notes journalières relaties à la campagne de Hongrie en 1687. Voir sur ce manuscrit :
Ferenc TóTh, « Le vrai visage d’une bataille. Réexions à propos de la découverte d’une
source inédite sur la campagne de 1687 en Hongrie à la Bibliothèque Nationale de France »
à paraître dans la revue Dix-Septième Siècle.
171
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Représentation du siège de Bude dans Sébastien Leclerc Les actions glorieuses de S. A.
S. Charles [V], duc de Lorraine című művében. (Bibliothèques de Nancy)
172 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
Les éléments de la pensée militaire de Charles de Lorraine
d’après ses journaux
Les différents journaux des campagnes du duc de Lorraine comportent beau-
coup d’informations surtout sur les événements de la guerre turque en Hongrie.
Ces textes se présentent avant tout comme des descriptifs des opérations mili-
taires où les campagnes sont présentées dans l’ordre chronologique et d’une ma-
nière bien structurée. Les préparatifs des campagnes y sont minutieusement dé-
crits, avec des tableaux détaillés contenant les effectifs des forces en présence.
Même s’il ne s’agit que de chiffres sur le papier, ces données fournissent des élé-
ments précieux pour les militaires de l’époque. Comme Montecuccoli, Charles
de Lorraine accordait une importance primordiale aux questions logistiques de la
guerre28. En particulier, il insista sur la mise en place des moyens nanciers bien
avant le commencement des campagnes. On trouve dans ses notes laconiques des
événements, des noms des lieux du passage du duc et de ses troupes, des princi-
pales opérations militaires, les récits des affrontements, les détails de la composi-
tion et des marches des troupes impériales et des armées alliées. Ces sources four-
nissent également des renseignements très importants pour les opérations sui-
vantes : des descriptions des localités, surtout des forteresses, des lignes de com-
munications qui existaient entre elles ainsi que des détails logistiques (existence
des lieux pour les camps, des ponts pour traverser les cours d’eau, des ressources
de ravitaillement, du fourrage, des puits etc.).
La grande valeur des journaux autographes du duc de Lorraine comme sources
réside dans le fait qu’il s’agit d’un récit immédiat et instantané des événements
militaires vus par le commandant d’une armée. Elle nous reète ainsi les idées du
chef militaire sur la nature de la guerre. Par exemple, le texte nous décrit bien le
« brouillard » de la guerre, pour emprunter l’expression de Clausewitz, ainsi que
les hésitations du commandant lors des événements indéterminés29. Les journaux
28 Comme les auteurs anciens, Montecuccoli considérait l’argent comme le « nerf de la
guerre ». Dans ses Mémoires, il consacre un chapitre entier à l’argent où il cite le fameux
passage lié à son nom : « L’argent produisant tant d’effets merveilleux, dont les His-
toires sont remplies, faut-il s’étonner si un certain homme étant enquis combien de choses
étoient nécessaires à la guerre, il répondit, trois ; l’argent, l’argent, l’argent. » Mémoires
de Montecuculi, generalissime des troupes de l’Empereur, tome I, Amsterdam, Wetstein,
1752, p. 67.
29 Clausewitz dénit ainsi l’incertitude de la guerre dans son célèbre ouvrage : « Une dif-
173
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
autographes, à l’inverse des journaux élaborés par l’abbé Le Bègue, comportent
les atermoiements du chef de guerre qui devait balancer entre plusieurs possibili-
tés dans ses choix d’itinéraires ou dans ses options tactiques.
Les journaux autographes du duc sont également intéressants pour d’autres
raisons, notamment parce qu’ils indiquent bien le lien entre la politique et la
guerre. À cette époque, le commandement des forces militaires dans la Monarchie
des Habsbourg était assez compliqué. Normalement, l’empereur assurait le haut
commandement de ses armées, charge qu’il déléguait aux commandants en chef.
Il existait plusieurs fonctions de cette qualité. Le plus haut s’appelait « généra-
lissime » titre que l’empereur attribuait très rarement après la guerre de Trente
ans. Ensuite, le niveau le plus élevé du commandement correspondait au rang
de Generalleutnant que le duc de Lorraine reçut après la mort de Raimondo
Montecuccoli, survenue en 168030. Néanmoins, la situation était un peu com-
pliquée car l’empereur séparait les charges de Montecuccoli entre Charles de
Lorraine et le margrave Herman de Bade qui devint président du Conseil de
guerre aulique (Hofkriegsrat), organe suprême de l’administration militaire ayant
des compétences dans le haut commandement et même dans la diplomatie avec
l’Empire ottoman ! Entre les deux personnages il existait une mésintelligence,
voire une haine mutuelle qui entravait souvent les opérations militaires31. Ainsi,
la chaîne de commandement des campagnes en Hongrie pendant la guerre turque
était un jeu complexe entre plusieurs acteurs où en cas de différends le mot de
l’Empereur devait l’emporter.
Dans ce système de décision suivant les instructions impériales à distance, il ne
s’agit pas seulement d’une « continuation de la politique avec d’autres moyens »,
mais également d’une direction continuellement concertée entre le pouvoir impé-
rial et un corps collectif de généraux. Comme les principaux objectifs de la cam-
pagne étaient des sièges, souvent de longue durée à cette époque, cette technique
culté toute caractéristique de la guerre est la grande incertitude qui frappe toutes les don-
nées : l’action a toujours lieu dans une certaine pénombre, un brouillard ou le clair de lune
peuvent donner aux choses une dimension exagérée ou une apparence grotesque. » Carl
von clAusewiTZ, De la guerre, éd. Gérard Chaliand, Paris, Perrin, 2006, p. 123. Voir sur
cet auteur récemment : Bruno colson, Clausewitz, Paris, Perrin, 2016.
30 Voir sur le fonctionnement du commandement suprême dans l’armée impériale : Michael
hochedlinger, Austria’s Wars of Emergence 1683-1797, Londres, Longman, 2003, pp.
112-114.
31 L. JAlAberT, Charles V…, op. cit., pp. 416-417.
174 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
du partage de la responsabilité des décisions pouvait en principe bien fonction-
ner sans grande surprise. La véritable possibilité de prendre une initiative radicale
dans les événements résidait dans une bataille décisive que Charles V de Lorraine
recherchait rarement d’ailleurs dans les campagnes.
En revanche, il accordait une importance très grande à la petite guerre dans
les opérations militaires. Dans ce domaine, il avait une expérience dans diffé-
rentes campagnes aussi bien en Europe occidentales dans les campagnes contre
les Français dans les combats contre les Turcs ou les révoltés hongrois qui pra-
tiquaient avec bravoure la petite guerre à l’orientale. Ses journaux sont pleins
de descriptions de cette manière de combattre dont il reconnut l’utilité dans les
campagnes. Après le succès de la cavalerie légère hongroise dans les guerres
turques et dans la guerre de Trente ans. Le premier régiment composé des sol-
dats hongrois des conns fut constitué sous le nom de régiment de cavalerie hon-
groise sous la direction de François Barkóczy32 en 1672/73. Durant la guerre de
la reconquête sur les Turcs, et surtout après 1683, déjà trois régiments de hus-
sards (Barkóczy, Gombos33 et Petneházy34) combattaient dans l’armée impériale.
Malgré leurs succès, l’évaluation de ces régiments au sein de l’armée impériale
n’était pas encore tout à fait positive. Ils se trouvaient souvent à la n des listes
des régiments ou bien on les mentionnait dans les revues des troupes comme des
unités fort différentes et très particulières. Après la libération du château de Bude
un quatrième régiment nommé régiment de cavalerie croate a été fondé sous la
direction de Jean Horváth35. Charles de Lorraine employa environ 2500 cavaliers
hongrois en Rhénanie au cours de la campagne de 1689. Ils y furent très utiles
dans la reconnaissance des mouvements ennemis ainsi que dans les opérations
de petite guerre. Par ailleurs, le duc de Lorraine reconnut l’importance d’autres
troupes légères levées en Allemagne dont il compléta son armée. Les opérations
des fameux chenapans36 furent souvent évoquées dans le journal de la campagne
32 Barkóczy, François (v. 1627-1709), comte de, colonel kouroutz, vice-général impérial et
général au service du prince François II Rákóczi.
33 Gombos, Émeric ( ?- ?), colonel de hussards.
34 Petneházy, David (v. 1645-1686/1687), capitaine, ensuite colonel dans l’armée de Thököly,
puis colonel au service impérial.
35 Voir sur ce sujet : Ferenc TóTh, « La diffusion des hussards en Europe XVe siècle - XIXe
siècle », Cahiers d’études et de recherches du musée de l’Armée, 6 (Année 2005-2006),
pp. 221-236.
36 Chenapan, maradeur (aussi snapane, snaphaine « maradeur » au xViie siècle), le mot
175
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
de cette année37. Charles de Lorraine s’inspirait de la guerre orientale par d’autres
méthodes empruntées aux campagnes précédentes. Notamment, lors du siège de
Mayence, il se servit des archers « à la tartare » pour réduire le moral des défen-
seurs38.
Comme nous l’avons montré plus haut, les mémoires du duc furent réem-
ployées par un érudit François Le Bègue. Par ailleurs, à cette époque, les sou-
verains attendaient souvent un grand historien, l’équivalent moderne d’un Tite-
Live, capable de composer pour la postérité le récit glorieux de leurs règnes.
De manière en apparence très modeste, les premiers mémorialistes, dès le xViie
siècle, se présentaient comme les collecteurs d’informations préparatoires au tra-
vail futur du grand historien qui devait faire la synthèse panoramique et la belle
rhétorique. Les mémoires représentaient le témoignage parcellaire, sans ambition
de style, mais garanti par l’expérience du témoin. D’une manière rétrospective,
le Journal de Charles V de Lorraine, rédigé par François Le Bègue, fut considéré
comme modèle du genre et rebaptisé Mémoires mss. de M. Le Bègue. Ce fut plus
tard le ls du duc Charles V, le duc Léopold qui chargea des historiens de rédi-
ger la grande histoire de son ancêtre. Ce travail fut coné dans un premier temps
au père Du Poncet39, puis à l’abbé Charles-Hyacinthe Hugo40 qui fut ensuite écar-
vient très probablement de l’allemand Schapphahn singiant « arquebuse ».
37 Voir sur cette campagne : Paul wenTZcKe, « Letzte Heerfahrt. Herzog Karl V. von Lothrin-
gen im zweiten Reichskrieg gegen Frankreich (1689) », Elsaß-Lothrigisches Jahrbuch,
XX (1942), pp. 239-271.
38 « Le Duc qui avoit eu cet avis d’ailleurs voulant tascher d’affoiblir la garnison par la
desertion aussy bien que par le feu s’avisa de faire jetter dans la place des billets à des
eches en la maniere que les Tartares attachent les feux d’artice pour bruler les villes.
Ces billets portoient que les generaux de l’Empereur et de ses alliez ayant esté avertys
que les soldats de la garnison de Mayence apprehendoient d’en sortir crainte d’estre mal
traittez dans le camp, il les assuroit qu’ils y trouveroient toute sorte de seureté et de bon
traittement, soit qu’ils voulussent prendre service, soit qu’ils voulussent passer ailleurs. »
ÖStA, Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Hausarchiv, Lothringisches Hausarchiv Kt. 51 N° 3
Beschreibung der Feldzüge Herzogs Karl V. von Lothringen (1683-89) fol. 323.
39 Le père Du Poncet, (1649-1729), professeur à l’université de Pont-à-Mousson qui pronon-
ça une oraison funèbre en hommage à Charles V pour le récit des exploits de son père. Voir
Oraison funebre de Tres-Haut, Tres-Puissant & Tres-Excellent Prince Charles V (…) pro-
noncée devant Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Lorraine (…) en l’Eglise Pri-
matiale de Nancy le 23 avril 1700 par le Père Duponcet de la C. de Jésus, Nancy, 1700.
40 Charles-Hyacinthe Hugo (1667-1739), prémontré, abbé d’Étival et historiographe. Les
manuscrits biographiques de Charles V de Lorraine par le père Charles-Hyacinthe Hugo
se trouvent aujourd’hui dans la Bibliothèque Municipale de Nancy : BMN, Ms 1845-1846
176 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
té à cause de ses idées politiques et ses démarches ecclésiastiques41. Finalement,
les journaux manuscrits des campagnes de Charles V de Lorraine, encore conser-
vés ensemble aux archives ducales à Nancy, furent véritablement exploités à
l’époque des Lumières par le savant historien Dom Augustin Calmet42. Ce der-
nier s’intéressait davantage à l’image du héros chrétien qu’au stratège moderne
et ces sources restèrent ainsi jusqu’à nos jours inexploités du point de vue des
sciences militaires.
(1032-1033) Vie de Charles 5 duc de Lorraine (par le père Hugo) et MS 825 (86) Histoire
de la vie de Charles V du père Hugo (copie du manuscrit précédent).
41 L’abbé Hugo, auteur d’un ouvrage gloriant la famille ducale (Traité historique et cri-
tique sur l’origine et le généalogie de la Maison de Lorraine publié à Berlin en 1711
sous le pseudonyme Baleicourt), avait une virulente réputation gallophobe. Par ailleurs, le
Père Hugo, comme abbé d’Etival, était un partisan de la création du diocèse de Saint-Dié
comme le duc de Lorraine. En 1724, il abandonna cette perspective et chercha à obtenir
de Rome le droit de conférer la conrmation dans les paroisses de son abbaye nullius. En-
suite, à la n de sa vie il menait une lutte contre l’évêque de Toul pour défendre son abbaye
nullius et empêcher l’union de celle-ci à la manse épiscopale. Ces démarches n’eurent pas
beaucoup de succès à cause de l’accord de Vienne de 1735. Information aimablement four-
nie par M. Nicolas Richard. Cf. Olivier ToussAinT, Les Lorrains et la n de la maison du-
cale. Entre délité et nostalgie (1735-1749), Haroué, Gérard Louis, 2018, pp. 127-131.
42 Dom Augustin Calmet (1672-1757), exégète et érudit lorrain. Originaire de la région de
Commercy, il entra dans la vie religieuse au prieuré du Breuil. Il t ses études à l’univer-
sité de Pont-à-Mousson. Après ses études, il entra dans l’ordre bénédictin où il prononça
ses vœux en 1689. Il continua ensuite ses études de philosophie et de théologie à Toul et à
Munster. Il fut ordonné prêtre en 1696. Il fut chargé d’expliquer les saintes Écritures qui lui
t une réputation en matière d’exégèse et d’histoire biblique. Il publia entre 1706 et 1716
ses Commentaires sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui devinrent
rapidement un ouvrage de référence. Il t paraître également un Dictionnaire historique et
critique de la Bible en 1720 à Paris qui fut traduit en latin, allemand et anglais. Dom Calmet
vécut successivement à Munster, à Moyenmoûtier, à Paris, au couvent des Blancs-Man-
teaux, à Saint-Mihiel où il termina les 26 volumes de son Commentaire sur l’Ancien et
le Nouveau Testament, au prieuré de Lay-Saint-Christophe, à l’abbaye Saint-Léopold de
Nancy. C’est là qu’il publia la première édition de sa monumentale Histoire ecclésiastique
et civile de Lorraine, ouvrage qui lui avait été commandé par le duc Léopold. Voir récem-
ment sur l’activité historiographique de Dom Calmet : Thomas nicKlAs, « « Afrmer, nier,
ou demeurer dans le doute. » Lothringens Geschichtsschreiber Dom Calmet in der histo-
riographische Grauzone », in Thomas nicKlAs (Hrsg.), Glaubensformen zwischen Volk
und Eliten. Frühneuzeitliche Praktiken und Diskurse zwischen Frankreich und dem Heili-
gen Römischen Reich, Universitätsverlag Halle-Wittemberg, 2011, pp. 43-57.
177
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Les réformes militaires proposées dans le Testament politique
de Charles de Lorraine
Une autre source, quoique fort controversée, mérite également notre atten-
tion. Le Testament politique de Charles duc de Lorraine et de Bar43, un recueil de
pensées et de recommandations pour le gouvernement intérieur et extérieur de la
Monarchie des Habsbourg, rédigé en 1687 sous le nom de Charles V de Lorraine,
fut publié pour la première fois en 1697 à Lipsic (Leipzig) et à Cologne44.
Cet ouvrage fortement lié aux événements du règne de Léopold Ier connut des
publications ultérieures ainsi que des traductions45. Malgré sa large présence dans
les grandes bibliothèques européennes, ce texte à caractère politique ne suscita
pas beaucoup d’échos parmi les experts en la matière. En dépit de son titre clair,
la question de l’identité de l’auteur de ce document t couler beaucoup d’encre
et les catalogues des bibliothèques gardent toujours les résultats des controverses
bibliographiques des siècles précédents. Beaucoup d’auteurs et experts de livres
anciens contestèrent l’authenticité de cet ouvrage. Parmi ceux-ci, il convient de
rappeler Pierre Bayle, Voltaire ou le bibliographe Jean-Christophe Mylius. Le
comte d’Haussonville, grand historien de la Lorraine française, consacra toute
une partie de son ouvrage à la question de l’authenticité de cet ouvrage. Après
avoir dépouillé les archives du Ministère des Affaires Étrangères, il découvrit
une copie manuscrite du testament avec un mémoire explicatif qu’il trouva au-
thentique46. Il n’est pas question pour moi de m’inscrire dans cette querelle histo-
43 Testament politique de Charles, duc de Lorraine et de Bar, déposé entre les mains de l’em-
pereur Léopold à Presbourg, le 29 novembre 1687, en faveur du roi d’Hongrie et ses suc-
cesseurs arrivant à l’Empire, Lipsic (Leipzig ?), 1696.
44 La première édition du Testament politique fut publiée en 1696 à Lipsic (Leipzig ?) dans
l’atelier d’un certain George Weitman. Le philologue Anatole de Montaiglon, après avoir
examiné le papier et les caractères, considéra celle-ci comme une publication réalisée très
probablement en France. Anatole de MonTAiglon, « Introduction », in Testament politique
du duc de Lorraine, Paris, 1866, p. 11.
45 Voir sur les autres éditions de cet ouvrage : Ferenc TóTh, « Une source méconnue de
l’histoire des Habsbourg : Le Testament politique de Charles V, duc de Lorraine ». In:
Renate Zedinger (dir.), Innsbruck 1765. Prunkvolle Hochzeit, fröhliche Feste, tragischer
Ausklang – Noces fastueuses, fêtes joyeuses, n tragique Magnicent wedding, joyous
feasts, dramatic end (Jahrbuch der Österreichischen Gesellschaft zur Erforschung des 18.
Jahrhunderts n° 29), , Bochum, 2015. pp. 71-84.
46 Joseph d’hAussonVille, Histoire de la réunion à la France, Tome III, Paris, 1857, pp.
373-374.
178 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
rique qui est encore loin d’être résolue. Certaines idées sont proches des pensées
de Charles V de Lorraine, d’autres (surtout les réexions politiques) sont proba-
blement des ajouts ultérieurs. Toutefois, les parties concernant les réformes mili-
taires nous paraissent plausibles
Le texte proprement dit du Testament politique comporte des constatations po-
litiques concernant la situation générale de l’Europe tout en proposant des pro-
jets d’action an de consolider la puissance des Habsbourg en Autriche et en
Hongrie. La première observation porte sur l’avenir du trône d’Espagne. D’après
l’auteur, une succession allait s’ouvrir en Espagne à la mort prochaine de Charles
II, problème qui préoccupait les puissances européennes depuis la n des années
166047. Le chapitre suivant traite sur le fonctionnement de l’État absolu par le
rabaissement des ordres dans les pays gouvernés, par un réseau d’espions dans les
cours européennes et par l’éloignement du clergé du gouvernement. Dans la par-
tie concernant les nances, l’auteur nous présente des idées particulièrement mo-
dernes en proposant l’élargissement des impôts et des taxes sur toutes les couches
sociales, sans exceptions et sans privilèges. Ensuite, il souligna l’importance des
grandes manufactures de l’État dont il proposa la fondation de trois spécialisées
sur des branches industrielles différentes à Prague, à Bolzano et à Vienne. En tant
que bon mercantiliste, il voulait favoriser le commerce et amasser non seulement
de l’argent dans le pays, mais aussi les artisans et créateurs étrangers, en parti-
culier les Français. Il attacha une importance particulière aux mines de Hongrie
qu’il voulait rendre plus rentables par un arrangement avec la noblesse hongroise.
Ses plans de réformes ne s’arrêtaient pas là : il préconisa l’abolition du servage
et l’amélioration du niveau de vie des démunis. Enn, il exhorta les Habsbourg
d’attirer sur leurs terres « tous les philosophes qui donneront des preuves assu-
rées de quelque singularité dans toutes les parties de la Physique, an de s’attirer
ce qu’il y a de plus excellent dans l’Europe48 » ce qui signierait aujourd’hui un
knowledge-based society.
Le cinquième chapitre prend en considération les réformes à introduire dans
les affaires militaires. Le but des réformes était de former une armée forte et ef-
47 Cf. Jean bérenger, « Une tentative de rapprochement entre la France et l’Empereur », Re-
vue d’histoire diplomatique, 4, (1965), pp. 1-24.
48 Testament politique de Charles… op. cit., p. 79.
179
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Page de titre du Testament politique de Charles de Lorraine.
(Bibliothèques de Nancy)
180 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
cace qui pouvait égaler et même surpasser l’armée française de Louis XIV.49
Dans cette partie, en tant que bon disciple de Montecuccoli, l’auteur insiste sur
l’importance de l’argent dans la constitution de l’armée ce qui conrme aussi ses
propos sur les nances ci-dessus. Il propose la formation d’une armée permanen-
te de 20 mille soldats répartis dans six ou huit brigades selon les nationalités des
soldats (Hongrois, Italiens, Lorrains, Flamands, Allemands etc.) ce qui accen-
tue davantage ses théories sur les caractéristiques des nations européennes. Tout
en soulignant les avantages des militaires français dans le brassage des éléments
différents dans cette armée internationale, l’écrivain défend de « mêler d’étran-
gers parmi les Lorrains » ce qui renforce le rôle éminent et séparé des régiments
lorrains de l’armée impériale50. La méthode culturaliste – le génie militaire des
nations – l’emploi des Hongrois dans des unités nationales – régiments de hus-
sards.
An de favoriser le perfectionnement des sciences militaires, il préconisa la
fondation d’une Académie de mathématiques, certainement dans la perspective
de former des ofciers des armes savantes (artillerie et génie). Pour la défense des
frontières militaires des conns hongrois, il proposa l’emploi des milices suisses.
Dans le débat séculaire autour des principes du mérite et de la naissance dans la
carrière militaire, il semblait favoriser le premier et proposa même aux jeunes ari-
stocrates de faire leur apprentissage dans des régiments de fortune. Par ailleurs, il
s’opposa ouvertement à la corruption et du gaspillage des ofciers. A propos de
l’argent enn, l’auteur ajoutait que, pour un prince régnant, il était indispensable
de savoir se procurer de l’argent et qu’il fallait absolument disposer de l’argent
nécessaire pour la campagne suivante dès le mois d’octobre de l’année précéden-
te an de fournir les magasins à partir des produits des manufactures de l’État
pour le mois de janvier. Autre point fort du projet de réformes militaires était la
49 « C’est la conduite que j’ay toûjours davantage admirée dans l’oeconomie de cette
Couronne qui a mis ma famille à l’aumône, & qui m’a rendu avanturier. Il ne faut pas
seulement l’imiter, mais il est aisé de la surpasser, même de l’y supplanter, en éloignant
des défauts qu’elle y a laissé, le plus grand desquels est de ne point donner d’entré assurée,
ou de methode réguliere pour avancer la fortune des soldats de service, qui cause toutes les
desertions françoises. » Idem. p. 86.
50 Voir à ce sujet : Alain peTioT, «Un héritage du duc Charles V. Les régiments lorrains dans
l’armée impériale», In : Renate ZedingerWolfgang schMAle (Hg.), Franz Stephan von
Lothringen und sein Kreis, Jahrbuch der Österreichischen Gesellschaft zur Erforschung
des achtzehnten Jahrhunderts 23, Bochum 2009, 51–60.
181
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
construction d’un « hôpital double », c’est à dire un hôpital pour les malades et
un hospice pour les invalides. En tant que défenseur du principe du mérite il en-
courageait l’avancement des ofciers sans partialité et en bonne répartition an
de leur assurer une carrière honorable. Il souligna l’importance du service de ren-
seignement secret par l’emploi constant des espions et de l’exécution des paie-
ments dans l’armée par des employés ables. Enn, il accordait une importance
primordiale à l’élevage des chevaux pour les besoins de l’armée en proposant la
création des haras et la défense de la sortie des chevaux du pays.
A la n du Testament, un chapitre supplémentaire fut ajouté dont le sujet porte
sur les affaires extérieures et la diplomatie. Évidemment, certaines propositions
de l’auteur furent suivies par les successeurs de l’Empereur Léopold Ier. La poli-
tique de la monarchie autrichienne envers l’Espagne en témoignait après la guer-
re de Succession d’Espagne. De même, les conquêtes en Italie semblaient conr-
mer les principes du Testament politique. De cette manière, Charles VI s’instal-
lait dans le Milanais et cona la Toscane à François de Lorraine après la guerre
de Succession de Pologne. Probablement, c’étaient les idées concernant les af-
faires religieuses de la pensée de Charles V qui eurent une inuence bien dura-
ble sur la politique des Habsbourg. La méance envers les ordres ecclésiastiques,
notamment les Jésuites, et les idées éclairées de Marie-Thérèse et de Joseph II
avaient vraisemblablement des racines remontant à l’époque de leur ancêtre lor-
rain.51 En effet, la politique extérieure impériale du début du XVIIIe siècle ain-
si que le gouvernement du duc François III, l’Empereur François Ier descendant
direct de Charles V de Lorraine, et sa femme Marie-Thérèse d’Autriche sembla-
ient bien adopter certains principes du Testament. Le lien entre son texte et les
décisions impériales reste néanmoins ou et caché. Au-delà des prophéties poli-
tiques, économiques, diplomatiques et militaires, ce texte connut surtout une vo-
gue dans l’historiographie française qui en t parfois un texte fondamental de la
politique des Habsbourg.
51 Jacques chArles-gAFFioT, Charles-Alexandre de Lorraine, un prince en sa maison, Pute-
aux, 2012, pp. 147–149.
182 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
Conclusion
Le génie militaire du duc Charles V de Lorraine fut apprécié de manières
différentes par ses contemporains. Le maréchal de Villars le rencontrant en 1683
lui consacre un portrait élogieux : « Le Prince Charles de Lorraine est un homme
de grande valeur et de cette valeur naturelle qui compte pour rien les plus grands
rils sans croire qu’on doive luy estre obligé de s’y exposer sans ostentation, en-
n incapable de craindre et de chercher à montrer qu’il ne craint pas, il a beau-
coup de sang froid dans l’occasion52. » Dans ses Mémoires, il le nomme un « gé-
néral respectable et consommé53 », mais il lui reproche quand même son caractère
trop prudent et hésitant et le considère plutôt un bon général et non grand stra-
tège54. Toutefois, cette image souvent reprise par les historiens mérite bien une
réévaluation. En général, ses décisions étaient justes et il réagit bien aux change-
ments de la situation militaire. Il essayait d’exclure le hasard par une bonne pré-
paration des campagnes et en accordant une importance primordiale aux ques-
tions logistiques. Comme ses journaux de campagnes et les autres sources étu-
diées nous le montrent, il se distingua dans les territoires très différents, aussi
bien en Europe occidentales que sur les conns du Royaume de Hongrie contre
les Turcs. Ses opérations en Alsace et en Rhénanie en 1677-78, sa contribution à
la levée du siège de Vienne en 1683 ou son commandement lors de la bataille de
Nagyharsány (1687) nous montrent bien ses capacités de stratège. L’empereur lui
accordait une conance sans limites et, malgré ses fréquentes maladies, et il ne
voulait pas se séparer de sa personne. Les sources historiques décrivant les mé-
canismes des prises de décisions conrment davantage l’idée que Charles de
Lorraine était l’un des commandants les plus importants et les plus remarquables
de son temps. Même les chroniqueurs hongrois très critiques envers lui à cause
de son attachement à l’empereur témoignent d’un grand respect pour le duc de
Lorraine. Le mémorialiste transylvain Mihály Cserei nota les phrases suivantes
lors de sa mort : „Il n’y avait pas de prince aussi glorieux dans toute l’Europe,
après le hongrois Jean Hunyadi dont la nation turque avait été battue tant de fois,
dans des combats face à face, et que les Turcs craignaient comme ce grand vail-
lant et intelligent duc de Lorraine55.”
52 Cité par L. JAlAberT, Charles V…, op. cit., p. 397.
53 Mémoires du maréchal de Villars, Tome I, Paris, 1884, p. 103.
54 L. JAlAberT, Charles V…, op. cit., p. 433.
55 Cité par László nAgy, A török világ végnapjai Magyarországon (Les derniers jours de
l’occupation turque en Hongrie), Budapest, 1986, p. 173. (traduit par Ferenc Tóth).
183
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
Portrait du duc Charles V de Lorraine (de Charles Herbel).
(Bibliothèques de Nancy)
184 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
sources
Bibliothèque Municipale de Nancy, série Ms 1845-1846 (1032-1033) Vie de Charles 5
duc de Lorraine (par le père Hugo) et MS 825 (86) Histoire de la vie de Charles V du père
Hugo (copie du manuscrit précédent).
Bibliothèque Nationale de France, série Ms. All. 100 Recueil de copies de lettres et de
notes journalières relatives à la campagne de Hongrie en 1687.
HM HIM, Hadtörténeti Levéltár (Archives d’histoire militaire, Budapest), Collection de
l’époque ottomane 1686 n° 1.
Österreiches Staatsarchiv (ÖStA), Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Lothringisches
Hausarchiv Kt. 50-51 Journaux des campagnes du duc de Lorraine.
Testament politique de Charles, duc de Lorraine et de Bar, déposé entre les mains de
l’empereur Léopold à Presbourg, le 29 novembre 1687, en faveur du roi d’Hongrie et ses
successeurs arrivant à l’Empire, Lipsic (Leipzig ?), 1696.
bibliogrAphie
bérenger, Jean, «Une tentative de rapprochement entre la France et l’Empereur», Revue
d’histoire diplomatique, 4, (1965), pp. 1-24.
bérenger, Jean, Turenne, Paris, Fayard, 1987.
clAusewiTZ, Carl von, De la guerre, éd. Gérard Chaliand, Paris, Perrin, 2006.
chArles-gAFFioT, Jacques, Charles-Alexandre de Lorraine, un prince en sa maison,
Puteaux, Du Net, 2012.
collin, Hubert, «Les archives de la Maison de Lorraine à Vienne», in bled, Jean-Paul –
FAucher, Eugène –TAVeneAux, René (dir.), Les Habsbourg et la Lorraine, Actes du
colloque international organisé par les Universités de Nancy II et Strasbourg III dans
le cadre de l’UA 703 (Nancy II – CNRS) – 22, 23, 24 mai 1987, Nancy, Presses
Universitaires de Nancy, 1988, pp. 29-37.
colson, Bruno, Clausewitz, Paris, Perrin, 2016.
d’hAussonVille, Joseph, Histoire de la réunion à la France (4 vol.), Paris, Michel Lévy
frères, 1854-1860.
du ponceT, Père, Oraison funèbre de Tres-Haut, Tres-Puissant & Tres-Excellent Prince
Charles V (…) prononcée devant Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Lorraine
(…) en l’Eglise Primatiale de Nancy le 23 avril 1700 par le Père Duponcet de la C.
de Jésus, Nancy, 1700.
FulAine, Jean-Charles, Le Duc Charles IV de Lorraine et son armée 1624–1675, Metz,
Éd. Serpenoise, 1997.
gAber, Stéphane, Et Charles V arrêta la marche des Turcs... Un Lorrain sauveur de l’Oc-
cident chrétien, Nancy Presses Universitaires de Nancy, 1986.
185
F. TóTh • La pensée miLiTaire du duc charLes V de Lorraine eT ses sources
gherArdi, Raffaella, Potere e costituzione a Vienna fra Sei e Settecento. Il «buon ordine»
di Luigi Ferdinando Marsili, Bologna, Il Mulino, 1980.
gherArdi, Raffaella –MArTelli, Fabio, La pace degli eserciti e dell’economia.
Montecuccoli e Marsili alla Corte di Vienna, Bologna, Il Mulino, 2009.
grAssi, Giuseppe, Opere di Raimondo Montecuccoli (2 vol.), Torino, 1821.
hochedlinger, Michael, Austria’s Wars of Emergence 1683-1797, Londres, Longman,
2003.
JAlAberT, Laurent, Charles V de Lorraine ou la quête de l’État (1643-1690), Metz,
Éditions des Paraiges, 2017.
le bègue, François, «Journal de la première campagne en Hongrie en 1683», in sTöller,
Ferdinand (Hrsg.), Neue Quellen zur Geschichte des Türkenjahres 1683, Innsbruck,
1933, pp. 55-127.
MollAy, Károly (éd.), Lotharingiai Károly hadinaplója Buda visszafoglalásáról 1686
(Journal militaire de Charles de Lorrain sur la reprise de Bude), Budapest, HIM, 1986.
MonTAiglon, Anatole de (éd.), Testament politique du duc de Lorraine, Paris, Académie
des bibliophiles, 1866.
MonTecuccoli, Raimondo, Mémoires de Montecuculi generalissime des troupes de l’Em-
pereur : ou Principes de l’Art Militaire en général, Paris, 1712.
MonTecuccoli, Raimondo, Mémoires de Montecuculi, generalissime des troupes de
l’Empereur (2 vol.), Amsterdam, Wetstein, 1752.
MühlwerTh-gärTner, Friedrich F. von, «Die Operationen des kaiserlichen General-
Lieutenants Herzog Carl V. von Lothringen im Feldzuge 1683», Organ der Militär-
wissenschaftlichen Vereine, XXVIII. Bd. (1884), pp. 75-102.
nAgy, László, A török világ végnapjai Magyarországon (Les derniers jours de l’occupa-
tion turque en Hongrie), Budapest, Zrínyi, 1986.
nicKlAs, Thomas, ««Afrmer, nier, ou demeurer dans le doute.» Lothringens
Geschichtsschreiber Dom Calmet in der historiographische Grauzone», in nicKlAs,
Thomas, (Hrsg.), Glaubensformen zwischen Volk und Eliten. Frühneuzeitliche
Praktiken und Diskurse zwischen Frankreich und dem Heiligen Römischen Reich,
Universitätsverlag Halle-Wittemberg, 2011, pp. 43-57.
ory, Eugène, Étude sur la pyrotechnie de Jean Appier Hanzelet Maître des feux arti-
ciels de S. A. le Duc de Lorraine Charles IV livre imprimé en 1630 à Pont-à-Mousson
avec mention du révolver et de la mitrailleuse, Pont-à-Mousson, Imprimerie Eugene
Ory, 1874.
peTioT, Alain, «Un héritage du duc Charles V. Les régiments lorrains dans l’armée impé-
riale », in Renate Zedinger – Wolfgang schMAle (Hrsg.), Franz Stephan von Lothringen
und sein Kreis – L’empereur François Ier et le réseau lorrain – L’imperatore Francesco
I e il circolo lorenese, Jahrbuch der Österreichischen Gesellschaft zur Erforschung
des achtzehnten Jahrhunderts Bd. 23, Bochum, Verlag Dr. Dieter Winkler, 2009, pp.
51-60.
186 Fascicolo 2 / N.7 (2021) - storia Militare ModerNa
roberT, F. des, Campagnes de Charles IV, 2 vol., Paris-Nancy, Champion-Sidot, 1883-
1888.
roy, Philippe –TóTh, Ferenc, La défaite ottomane. Le début de la reconquête hongroise
(1683), Paris, Economica, 2014.
seidl, Jakob, «Das Lothringische Hausarchiv als Geschichtsquelle», Historische Blätter,
7 (1937), pp. 33-45.
TAVeneAux, René, « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », in bled, Jean-Paul –
FAucher, Eugène –TAVeneAux, René (dir.), Les Habsbourg et la Lorraine, Actes du
colloque international organisé par les Universités de Nancy II et Strasbourg III dans
le cadre de l’UA 703 (Nancy II – CNRS) – 22, 23, 24 mai 1987, Nancy, Presses
Universitaires de Nancy, 1988, pp. 13-14.
TóTh, Ferenc, A hercegség nélküli herceg. Lotaringiai Károly (1643-1690) (Le duc sans
duchés. Charles de Lorrain (1643-1690)), Pécs-Budapest, Kronosz Kiadó – Magyar
Történelmi Társulat, 2021.
TóTh, Ferenc, «La diffusion des hussards en Europe XVe siècle - XIXe siècle», Cahiers
d’études et de recherches du musée de l’Armée, 6 (Année 2005-2006), pp. 221-236.
TóTh, Ferenc, «Le Journal de Charles V de Lorraine comme source pour l’histoire de la
reconquête de la Hongrie sur les Turcs», Histoire, Economie & Société, 34, 3, (2015),
pp. 90-103.
TóTh, Ferenc, «Réexions sur la politique et la diplomatie d’un prince éclairé avant les
Lumières : Le Testament politique de Charles V, duc de Lorraine», Revue d’histoire
diplomatique, 3, (2015), pp. 225-243.
TóTh, Ferenc, «Une source méconnue de l’histoire des Habsbourg : Le Testament po-
litique de Charles V, duc de Lorraine». in Zedinger, Renate (dir.), Innsbruck 1765.
Prunkvolle Hochzeit, fröhliche Feste, tragischer Ausklang – Noces fastueuses, fêtes
joyeuses, n tragique – Magnicent wedding, joyous feasts, dramatic end (Jahrbuch
der Österreichischen Gesellschaft zur Erforschung des 18. Jahrhunderts n° 29),
Bochum, Verlag Dr. Dieter Winkler, 2015, pp. 71-84.
TóTh, Ferenc –peTioT, Alain, «Un héros chevaleresque et chrétien : le prince Charles de
Lorraine à la bataille de Saint-Gotthard (1664)», Le Pays Lorrain, 3, (2016), p. 255-
264.
ToussAinT, Olivier, Les Lorrains et la n de la maison ducale. Entre délité et nostalgie
(1735-1749), Haroué, Gérard Louis, 2018
wenTZcKe, Paul, « Letzte Heerfahrt. Herzog Karl V. von Lothringen im zweiten
Reichskrieg gegen Frankreich (1689) », Elsaß-Lothrigisches Jahrbuch, XX (1942),
pp. 239-271.
Venetia rules the Rivers. La geo-strategia
uviale veneziana (1431-1509)
di Federico Moro
Razmysl, il misterioso “ingegnere”
di Ivan il Terribile,
di MArio corTi
The Military Status of the Ionian Islands
in 1589 based on the Report
by Giovanni Battista del Monte,
by KosTAs g. TsiKnAKis
Letteratura di viaggio e osservazioni militari
a cavallo fra Cinque e Seicento.
Gli scritti di Filippo Pigafetta,
Leonardo Donà e Silvestro Querini
di Toni Veneri
La pensée militaire du duc Charles V
de Lorraine et ses sources,
par Ferenc ToTh
Defending the Regno di Morea.
Antonio Jansic and the Fortress of Modon,
by eric g. l. pinZelli
Forticazione campale e ordini di battaglia.
Un esempio piemontese del 1743,
di roberTo sconFienZA
Metamorfosi di un condottiero.
Castruccio Castracani
da Machiavelli ad Algarotti,
di denise Aricò
Les ressources de l’Europe
contre les ressources du monde?
La marine de Napoléon
contre la Royal Navy,
par nicolA TodoroV
Milano città militare
in età napoleonica (1800-1814),
di eMAnuele pAgAno
L’esercito dissolto:
Gaetano Abela e la IV Divisione Val di Noto
nella rivoluzione siciliana del 1820-21,
di giAcoMo pAce grAVinA
“Italianissimo but not simpatico”.
Hugh Forbes nella Rivoluzione Italiana
del 1848-49,
di ViViAnA cAsTelli e Virgilio ilAri
Paolo Solaroli di Briona.
Un sarto novarese tra India e Risorgimento,
di ToMAso ViAlArdi di sAndigliAno
Virgilio ilAri, Scrittori Militari
Italiani dell’età moderna.
Dizionario bio-bibliograco
1410-1799
[di denise Aricò]
Michel preTAlli, Penser et dire
la ruse de guerre.
De l’Antiquité à la Renaissance
[di williAM bonAcinA]
ioAnnA iordAnou, Venice’s
Secret Service. Organizing
Intelligence in the Renaissance
[di FrAncesco biAsi]
Frédéric chAuViré, The New
Knights: The Development of
Cavalry in Western Europe,
1562-1700
[di lucA doMiZio]
ilyA bercoVich, Motivation in
War. The Experience of Common
Soldiers in Old-Regime Europe
[roberTo sconFienZA]
L G, Lesercito
del papa. Istituzione militare,
burocrazia curiale e nobiltà
nello Stato della Chiesa
(1692-1740)
[di G B]
elinA gugliuZZo e giuseppe
resTiFo, Una battaglia europea.
Francavilla di Sicilia
20 giugno 1719
[di MAriAgrAZiA rossi]
Aron weiss MiTchell,
The Grand Strategy
of the Habsburg Empire,
1700-1866.
A Study In Interstitial Time
Management
[di eMAnuele FArruggiA]
MArio corTi, Italiani d’arme
in Russia. Artigiani, ingegneri,
ufciali in un esercito straniero
(1400-1800)
[di Virgilio ilAri]
crisTiAno beTTini, Come
progettavano i velieri.
Alle origini dell’architettura
moderna di navi e yacht
[di MArio roMeo]
Storia militare moderna
Articles
Reviews
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Charles V Leopold, duke of Lorraine (1643-1690) military and political career was strongly attached to the early modern history of Hungary, because of his important role played as commander in chief during the Great Turkish War of 1683-1699. The aim of this study is to explain the role played by Charles V of Lorraine in the reconquest of Hungary and in the formation of a new relationship between Hungary and the Habsburg Empire. Thanks to this Journal, we can get a much more detailed overview about the military and political career of Charles V, Duke of Lorraine, one of the main actors of the liberation of Hungary from the Turkish occupation. It allows us to have a better understanding of the specific activities of the Duke, such as the organisation and command of the army, as well as the political role of the Duke as a military officer. Finally, we focus on the issue whether he could benefit at the occidental theatre of wars from his experiences obtained in Hungary by the application of the small war.
Vie de Charles 5 duc de Lorraine (par le père Hugo) et MS 825 (86) Histoire de la vie de Charles V du père Hugo
  • Bibliothèque Municipale De Nancy
  • Ms Série
Bibliothèque Municipale de Nancy, série Ms 1845-1846 (1032-1033) Vie de Charles 5 duc de Lorraine (par le père Hugo) et MS 825 (86) Histoire de la vie de Charles V du père Hugo (copie du manuscrit précédent).
All. 100 Recueil de copies de lettres et de notes journalières relatives à la campagne de Hongrie en 1687
  • Série Bibliothèque Nationale De France
  • Ms
Bibliothèque Nationale de France, série Ms. All. 100 Recueil de copies de lettres et de notes journalières relatives à la campagne de Hongrie en 1687.
Archives d'histoire militaire, Budapest), Collection de l'époque ottomane 1686 n° 1
  • Hadtörténeti Hm Him
  • Levéltár
HM HIM, Hadtörténeti Levéltár (Archives d'histoire militaire, Budapest), Collection de l'époque ottomane 1686 n° 1.
  • Hubert Collin
  • Les
  • De La Maison De Lorraine À Vienne
collin, Hubert, «Les archives de la Maison de Lorraine à Vienne», in bled, Jean-Paul -FAucher, Eugène -TAVeneAux, René (dir.), Les Habsbourg et la Lorraine, Actes du colloque international organisé par les Universités de Nancy II et Strasbourg III dans le cadre de l'UA 703 (Nancy II -CNRS) -22, 23, 24 mai 1987, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1988, pp. 29-37.
Tres-Puissant & Tres-Excellent Prince Charles V (…) prononcée devant Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Lorraine (…) en l'Eglise Primatiale de Nancy le 23 avril 1700 par le Père Duponcet de la C
  • Du Poncet
  • Oraison Père
  • Funèbre De Tres-Haut
du ponceT, Père, Oraison funèbre de Tres-Haut, Tres-Puissant & Tres-Excellent Prince Charles V (…) prononcée devant Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Lorraine (…) en l'Eglise Primatiale de Nancy le 23 avril 1700 par le Père Duponcet de la C. de Jésus, Nancy, 1700.
  • Jean-Charles Fulaine
  • Le Duc Charles
  • I V De Lorraine
FulAine, Jean-Charles, Le Duc Charles IV de Lorraine et son armée 1624-1675, Metz, Éd. Serpenoise, 1997.
Mémoires de Montecuculi generalissime des troupes de l'Empereur : ou Principes de l'Art Militaire en général
  • Raimondo Montecuccoli
MonTecuccoli, Raimondo, Mémoires de Montecuculi generalissime des troupes de l'Empereur : ou Principes de l'Art Militaire en général, Paris, 1712.
Operationen des kaiserlichen General-Lieutenants Herzog Carl V. von Lothringen im Feldzuge 1683», Organ der Militärwissenschaftlichen Vereine
  • Friedrich F Mühlwerth-Gärtner
  • Von
  • Die
MühlwerTh-gärTner, Friedrich F. von, «Die Operationen des kaiserlichen General-Lieutenants Herzog Carl V. von Lothringen im Feldzuge 1683», Organ der Militärwissenschaftlichen Vereine, XXVIII. Bd. (1884), pp. 75-102.
Appier Hanzelet Maître des feux artificiels de S. A. le Duc de Lorraine Charles IV livre imprimé en 1630 à Pont-à-Mousson avec mention du révolver et de la mitrailleuse, Pont-à-Mousson
  • Eugène Ory
  • Étude Sur La Pyrotechnie De
ory, Eugène, Étude sur la pyrotechnie de Jean Appier Hanzelet Maître des feux artificiels de S. A. le Duc de Lorraine Charles IV livre imprimé en 1630 à Pont-à-Mousson avec mention du révolver et de la mitrailleuse, Pont-à-Mousson, Imprimerie Eugene Ory, 1874.