PreprintPDF Available
Preprints and early-stage research may not have been peer reviewed yet.

Abstract and Figures

Cette contribution revient de façon synthétique et critique sur la vingtaine de jugements rendus en la matière. Il s’est agi premièrement d’établir les faits ayant donnés lieu à une poursuite judiciaire, puis d’analyser leurs résultats, et - dans les cas portés devant les instances judiciaires - de présenter les sanctions infligées. La présente analyse permet de fournir de nouvelles connaissances non seulement sur le phénomène terroriste tel qu’il s’exprime en Suisse, mais également sur la façon dont les acteurs phares de la lutte contre le terrorisme dans la chaîne pénale appréhendent le phénomène, pour interroger finalement la pertinence des mesures policières de lutte contre le terrorisme. Il apparaît que le droit pénal couvre déjà l’intégralité de l’éventail d’actes qui pourraient être considérés comme faisant partie d’une mobilisation pour un groupe terroriste djihadiste, jusqu’à criminaliser toute expression de sympathie pour de tels groupes dans l’espace numérique.
Content may be subject to copyright.
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani
Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal
pénal fédéral
Analyse des procédures pénales de 2004 à 2020
Cette contribution analyse les procédures pénales relatives au terrorisme dji-
hadiste conduites devant le Tribunal pénal fédéral. Il s’est agi d’établir les faits
ayant donné lieu à une poursuite judiciaire, puis leurs conséquences. Il appa-
raît que le droit pénal couvre déjà l’intégralité de l’éventail d’actes qui pour-
raient être considérés comme faisant partie d’une mobilisation pour un groupe
terroriste djihadiste, jusqu’à réprimer toute expression de sympathie dans l’es-
pace numérique. Cette étude fournit ainsi de nouvelles connaissances sur le
phénomène en Suisse et questionne la pertinence des mesures policières de
lutte contre le terrorisme.
Catégories d’articles : Aperçu de la jurisprudence avec commentaires
Domaines juridiques : Procédure pénale ; Droit pénal ; Police et ordre;
Infractions contre la santé publique, les transports publics et la paix publique ;
Procédure pénale fédérale
Proposition de citation : Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le
Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
ISSN 1424-7410, jusletter.weblaw.ch, Weblaw AG, info@weblaw.ch, T +41 31 380 57 77
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Table des matières
I. Introduction
II. Méthodologie
III. Statistiques relatives aux procédures pénales
1. Généralités
2. Personnes prévenues
3. Mesures de contrainte
4. Condamnations, acquittements et recours
5. Sanctions
6. Faits
7. Qualification juridique
IV. Analyse de la jurisprudence
1. Par rapport à l’art. 260ter CP
a. In abstracto
b. In concreto
aa. Nature « criminelle » des organisations terroristes djihadistes
bb. Participation (ch. 1 al. 1)
cc. Soutien (ch. 1 al. 2)
dd. Sympathie
2. Par rapport à l’art. 2 al. 1 LAQEI
a. In abstracto
b. In concreto
aa. Organisation d’actions de propagande
bb. Autres variantes
3. Par rapport à l’art. 135 CP et son importance pratique
a. In abstracto
b. In concreto
aa. Possession (al. 1bis)
bb. Autres variantes (al. 1)
4. Observations supplémentaires
V. Remarques conclusives
1. Sur la répression visible devant le Tribunal pénal fédéral
2. Sur la répression peu visible devant le Ministère public de la Confédération
3. Sur la nécessité des mesures policières de lutte contre le terrorisme
I. Introduction
[1] Alors que le peuple suisse est appelé à se prononcer le 13 juin 2021 sur le référendum contre
les mesures policières de lutte contre le terrorisme1, ce dernier phénomène est identifié comme
posant une « menace [. ..] élevée » selon le Service de renseignement de la Confédération (SRC)2.
La Suisse n’a pour l’heure pas connu d’attentat comme en ont vécu notamment la France et
l’Allemagne cette dernière décennie3, mais le phénomène n’y est pas inexistant. Au mois de no-
vembre 2020, le SRC dénombrait en eet 49 « personnes à risque » représentant « une menace
1Loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT; FF 2020 7499). Cette novelle modifie la
Loi fédérale instituant des mesures visant au maintien de la sûreté intérieure du 21 mars 1997 (LMSI; RS 120).
2Service de renseignement de la Confédération (SRC), La Sécurité de la Suisse 2020. Rapport de situation du SRC,
Berne août/septembre 2020, p. 13 et p. 44, disponible sous https://www.vbs.admin.ch/content/vbs-internet/
fr/ueber-das-vbs/organisation-des- vbs/die-verwaltungseinheiten-des-vbs/-der-nachrichtendienst-des-bundes.
download/vbs-internet/fr/documents/servicederenseignement/rapportsdesituation/NDB-Lagebericht-2020- f.pdf
(consulté le 27 avril 2021).
3Nous reviendrons sur les attaques de Morges (septembre 2020) et Lugano (novembre 2020) : N 31 et 93.
2
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
prioritaire pour la sécurité intérieure et extérieure de la Suisse » ; il repérait également à cette
date, dans le cadre de son « monitoring du djihad », 690 personnes depuis 2012 – soit 20 de
plus par rapport à mai 2020 – qui, sur Internet et en particulier les réseaux sociaux, témoignent
d’une sympathie pour des organisations terroristes djihadistes en diusant de la propagande y
relative ou en s’entretenant avec des personnes défendant l’idéologie de ces groupes4. Depuis
l’année 2001, marquant le début de la « guerre contre le terrorisme » ensuite des attentats du
11 septembre, ce sont 92 « voyageurs du djihad » qui ont quitté la Suisse pour gonfler les rangs
d’une organisation terroriste sur son théâtre d’opérations en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen,
en Somalie, en Syrie et en Irak5. Certaines personnes en sont revenues, alors que d’autres, au-
jourd’hui détenues par des forces kurdes en Syrie, cherchent à être rapatriées, mais se heurtent
à la stratégie du Conseil fédéral qui se refuse à agir « activement », sans interdire le retour des
ressortissants suisses6. Dite stratégie a tout récemment été fortement critiquée par l’ONU7. Ces
diérents chires se répercutent sur le terrain du droit pénal, car ils se rapportent à des comporte-
ments d’individus qui, pour certains d’entre eux, déclenchent son application. Ainsi, le Ministère
public de la Confédération (MPC) fait état dans son Rapport de gestion 2020 de 35 « enquêtes
pénales pendantes » pour « terrorisme » en 2016, 34 en 2017, 30 en 2018, 31 en 2019 et 26 en
20208.
[2] C’est donc dans le contexte des attentats perpétrés ces dix dernières années dans des pays voi-
sins et du développement de la guerre en Syrie et en Irak que la Suisse a décidé de renforcer son
arsenal politique et juridique pour répondre à la menace terroriste. En particulier, l’Assemblée
fédérale a adopté au mois de septembre 2020 deux projets de loi anti-terroristes. Le premier9
consacre dans la loi la jurisprudence selon laquelle l’art. 260ter du Code pénal10 vise non seule-
ment les organisations criminelles, mais aussi les organisations terroristes11, ce que la nouvelle
mouture de l’incrimination prévoira expressément, aux côtés d’un nouvel art. 260sexies CP sur le
recrutement, la formation et le voyage en vue d’un acte terroriste12. Ces infractions entreront en
vigueur le 1er juillet 202113. Évoqué dans les premières lignes, le second projet se rapporte donc
aux mesures policières pour les « terroristes potentiels » n’ayant commis aucune infraction, mais
chez qui des « indices concrets et actuels » laissent présumer qu’ils mèneront des « activités terro-
4SRC, Terrorisme (Novembre 2020), disponible sous https ://www.vbs.admin.ch/fr/themes/recherche-renseigne-
/voyageurs-djihad.html (consulté le 27 avril 2021).
5SRC (n. 4).
6Kastriot Lubishtani/Damien Scalia/Gaëlle Sauthier/Anne-Laurence Graf, Le droit au retour en Suisse des
« voyageurs du djihad » et de leurs enfants : vers une obligation de rapatriement pour la Confédération ?, RDS 2021
I, p. 341, p. 341 ss.
7Experts indépendants des droits de l’homme de l’ONU, Suisse : Deux jeunes filles enlevées et détenues dans un
camp sordide en Syrie doivent être rapatriées chez elles, Genève 21 avril 2021, disponible sous https://www.ohchr.
org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=27021&LangID=F (consulté le 27 avril 2021).
8Ministère public de la Confédération (MPC), Rapport de gestion 2020, Berne janvier 2021, 36, disponible sous
https://www.bundesanwaltschaft.ch/dam/mpc/fr/dokumente/taetigkeitsbericht_ba_2020.pdf.download.pdf/BA_
TB2020_FR_Online.pdf (consulté le 27 avril 2021).
9Objet parlementaire n° 18.071.
10 Code pénal suisse du 21 décembre 1937 (CP ; RS 311.0).
11 ATF 145 IV 470, c. 4.7.2; ATF 133 IV 58, c. 5.3 ; ATF 132 IV 132 = JdT 2007 IV 133, c. 4.1.2.
12 FF 2020 7651.
13 Conseil fédéral, Lutte contre le terrorisme : entrée en vigueur de dispositions pénales renforcées, Berne 31 mars
2021, disponible sous https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-82906.html
(consulté le 27 avril 2021).
3
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
ristes » (art. 23e pLMSI14). Ces mesures comprennent l’obligation de se présenter et de participer
à des entretiens (art. 23k pLMSI), l’interdiction de contact (art. 23l), l’interdiction géographique
(art. 23m) et de quitter le territoire (art. 23n) et l’assignation à résidence (art. 23o)15.
[3] Critiquée de part et d’autre et notamment dans une lettre ouverte d’environ 60 Professeurs
des universités suisses16, la Loi sur les mesures policières de terrorisme a été élaborée dans l’idée
que « la police ne peut en principe intervenir que si une infraction a déjà été commise » et qu’elle
constituerait la « base légale permettant à la police d’agir plus facilement à titre préventif »17. Or
le dispositif pénal, déjà avec les incriminations existantes, à l’instar des art. 260ter et 260bis CP
(actes préparatoires délictueux) , couplé aux infractions nouvelles adoptées et qui entreront bien-
tôt en vigueur, remonte très loin en amont sur l’iter criminis18, permettant dès lors aux autorités
de poursuite pénale de faire usage des mesures de contrainte (art. 196 ss du Code de procédure
pénale19) d’autant plus tôt. Dans le débat public, il semble donc régner un manque de clarté
concernant l’aptitude du droit pénal à écarter la menace terroriste en Suisse20.
[4] Avec cette contribution, nous souhaitons apporter un éclairage au sujet de l’appréhension
judiciaire pénale du terrorisme djihadiste en prenant 2004 le dies a quo, année de création du Tri-
bunal pénal fédéral, et l’année 2020 pour dies ad quem, puisque la présente année n’est pas close.
Cela permettra de mettre en lumière sur une période de plus de quinze ans la phase ultime de
l’« entonnoir pénal »21 par la présentation des comportements ayant donné lieu à une poursuite
pénale, leur qualification juridique et, cas échéant, leur sanction. Une telle analyse apportera
ainsi de nouvelles connaissances non seulement sur le terrorisme djihadiste tel qu’il s’exprime
en Suisse, mais également sur la façon dont les autorités de poursuite et de jugement y font face,
14 Le « p » se réfère au fait que l’adoption de la loi est suspendue à l’approbation ou au rejet du peuple.
15 Pour un examen des (nombreuses) questions soulevées par cette loi : Markus Mohler, PMT-Gesetz : Verfahren und
Zweckerreichung, sui generis 2021; Patrice Martin Zumsteg, Das geplante Bundesgesetz über polizeiliche Mass-
nahmen zur Bekämpfung von Terrorismus (PMT) – Verfassungsgrundlage und Verfahrensrecht, sui generis 2021 ;
Markus Mohler, PMT-Gesetz : Wichtige Bestimmungen sind weder verfassungs- noch EMRK-Konform, sui gene-
ris 2021 ; Markus Mohler, Dem PMT-Gesetz fehlt die Verfassungsgrundlage, sui generis 2021; Sven Zimmerlin,
Das Bundesgesetz über polizeiliche Massnahmen zur Bekämpfung von Terrorismus, Sécurité & Droit 2020, p. 184,
p. 184 ss ; Hans Vest, Terrorismusbekämpfung – erweiterte Vorfelddurchleuchtung und -kriminalisierung oder
Mut zur Lücke?, RSJ 2020, p. 323, p. 325 ss ; Gloria Gaggioli/Ilya Sobol, Counter-terrorism control orders come
to Switzerland : is assigned residence for « potential terrorists » compatible with art. 5 ECHR?, EJIL :Talk! du
6 juin 2020 ; Kastriot Lubishtani/Hadrien Monod, Mesures policières de lutte contre le terrorisme. Analyse cri-
tique du projet de loi fédérale, Sécurité & Droit 2020, p. 19, p. 19 ss.
16 Expertes universitaires en droit, Lettre ouverte sur le projet de Loi federale sur les mesures policieres de lutte
contre le terrorisme, 23 septembre 2020, disponible sous http://www.ius-gentium.ch/wp-content/uploads/2013/
11/MPT_Lettre-ouverte_Universitaires.pdf (consulté le 27 avril 2021).
17 Conseil fédéral, Explication du Conseil fédéral pour la votation populaire du 13 juin 2021, Berne 5.3.2021, p. 12,
disponible sous https ://www.admin.ch/dam/gov/fr/Dokumentation/Abstimmungen/JUNI2021/Abstimmungs-
broschuere_13-06-2021_fr_UA.pdf.download.pdf/Abstimmungsbroschuere_13-06-2021_fr_UA.pdf (consulté le
27 avril 2021).
18 Vest (n. 15), 328 ss; Nathalie Dongois/Kastriot Lubishtani, Un droit pénal publicisé dans le contexte de la sécu-
rité nationale à l’épreuve de la menace terroriste, in : Véronique Boillet/Anne-Christine Favre/Vincent Martenet
(édit.), Le droit public en mouvement. Mélanges en l’honneur du Professeur Etienne Poltier, Genève/Zurich/Bâle
2020, p. 167, p. 178 ss.
19 Code de procédure pénale suisse du 5 octobre 2007 (CPP; RS 312.0).
20 Les MPT illustrent d’ailleurs la nature protéiforme de l’arsenal de lutte contre le terrorisme. En dehors du droit
pénal, la Suisse fait usage des instruments infra- et extra-pénaux ressortissant au droit public. A ce titre, nous
pouvons mentionner les expulsions et les interdictions d’entrée en Suisse (art. 67 et 68 de la Loi fédérale sur les
étrangers et l’intégration du 16 décembre 2005 [LEI; RS 142.20]) ainsi que le retrait de nationalité (art. 42 de la Loi
fédérale sur la nationalité du 20 juin 2014 [ LN ; RS 141.0.]).
21 «Crime funnel » : Yanick Charette/Vere van Koppen, A capture-recapture model to estimate the eects of extra-
legal disparities on crime funnel selectivity and punishment avoidance, Security Journal 2016, p. 561, p. 562.
4
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
tout en permettant d’enrichir les débats concernant la nécessité des mesures policières de lutte
contre le terrorisme sur lesquelles le peuple est appelé à se prononcer.
[5] Pour ce faire, nous nous concentrerons sur le résultat des procédures pénales portées devant
le Tribunal pénal fédéral (TPF), car la juridiction est fédérale en ce qui concerne les infractions
liées au terrorisme (art. 24 al. 1 CPP ; art. 2 al. 3 Loi Al-Qaïda et Etat islamique22). Les quelques
procédures ouvertes par les autorités de poursuite cantonales sont en eet reprises par le MPC,
puis jugées par le TPF, à l’exception de celles relatives aux mineurs23. Cela étant, certaines pro-
cédures en matière de terrorisme sont closes par une ordonnance de classement (art. 319 ss CPP)
ou pénale, mais nous n’en discuterons qu’en conclusion, compte tenu de l’étendue limitée de la
présente contribution. Les cas jugés par le TPF sont a priori les aaires les plus graves, dans la me-
sure où la procédure de l’ordonnance pénale ne permet de sanctionner une personne que d’une
peine privative de liberté de six mois au plus (art. 352 al. 1 let. d CPP)24.
[6] Après avoir présenté notre méthodologie (II.), nous discuterons des statistiques relatives à
ces procédures pénales, dont le nombre de personnes accusées, condamnées ou acquittées, les
infractions retenues et les recours (III.). Il s’agira par la suite d’analyser la jurisprudence et plus
précisément la portée des art. 260ter CP et 2 LAQEI, pour mettre ensuite en exergue le rôle que
joue l’art. 135 CP sur la représentation de la violence dans la répression du terrorisme en pratique
(IV.), en terminant l’analyse avec des remarques conclusives. (V.).
II. Méthodologie
[7] Pour mener cette recherche, tous les arrêts du TPF disponibles sur son site Internet et rela-
tifs aux art. 260ter CP et 2 LAQEI ont été identifiés, ainsi que ceux du Tribunal fédéral (TF) s’y
référant. Le choix de ces deux infractions repose sur le fait qu’elles entrent systématiquement en
jeu pour les autorités lorsqu’il est question du terrorisme djihadiste. Pour aner la recherche,
d’autres arrêts ont été identifiés à l’aide des mots-clés « al-qaida », « al-kaida », « Islamischer
Staat », « Etat islamique », « djihad », « jihad », « dschihad », « terror », « islamis* », mais aussi
«RS 122 », « SR 122 », « Bundesgesetzes über das Verbot der Gruppierungen » ou encore « Al-
Qaïda/IS-Gesetz », car la LAQEI n’est malheureusement pas citée de manière uniforme par la
jurisprudence. Les informations les plus pertinentes ont été extraites de ces arrêts et ordonnées,
à savoir notamment celles concernant le comportement faisant l’objet d’une poursuite pénale, la
personne accusée, les mesures de contrainte et les sanctions.
[8] Si les décisions des autorités judiciaires fédérales sont librement accessibles sur Internet, il
en va autrement pour les ordonnances pénales, les ordonnances de classement, les ordonnances
de non-entrée en matière et les actes d’accusation du MPC, mais aussi les décisions des autorités
cantonales25. Ainsi, nous avons formulé plusieurs demandes d’accèsà ces documents anonymisés,
22 Loi fédérale interdisant les groupes « Al-Qaïda » et « Etat islamique » et les organisations apparentées du
12 décembre 2014 (LAQEI; RS 122.0).
23 Kastriot Lubishtani, Terrorisme et droit pénal des mineurs : une équation complexe valant le détour par
Winterthour, forumpoenale 2020, p. 141, p. 141.
24 Nous verrons plus tard que seules quelques ordonnances pénales ont été contestées pour être finalement jugées par
le TPF : N 16.
25 Dans cette contribution, les jugements prononcés à l’encontre des mineurs ne seront pas abordés, mais nous évo-
quons les demandes auprès des autorités compétentes dans le cadre de la méthodologie pour nous permettre de
brosser un tableau complet.
5
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
par courriel ou par écrit, au MPC, au TPF, mais aussi aux autorités cantonales (des mineurs) des
cantons de Zurich et de Genève.
[9] Pour les ordonnances pénales, de classement et de non-entrée en matière, le MPC a édicté
des lignes directrices générales au sujet des « demandes de consultation et de renseignements »
concernant de tels documents, ainsi que des « règles spéciales [. . . ] dans le domaine du terro-
risme ». Le MPC ne communique ces documents que « sous une forme anonymisée », en exami-
nant toute demande « de cas en cas et après consultation de la direction de la procédure » et en ne
répondant plus « aux demandes sans objet précis visant à récolter des informations générales »26.
Suite à une demande formulée de manière générale, précisée ultérieurement en mentionnant spé-
cifiquement plusieurs infractions, le MPC nous a accordé l’accès à onze (11) ordonnances pénales
et de classement qui avaient été transmises aux professionnels des médias. Pour obtenir d’autres
décisions, nous avons dû croiser les informations parues dans la presse, dans la jurisprudence du
TPF, mais aussi du Tribunal administratif fédéral (TAF) ou encore d’un document de la Mission
permanente de la Suisse auprès de l’ONU. Fastidieux, ce processus nous a tout de même permis
de formuler de nouvelles demandes et cinq (5) autres décisions supplémentaires nous ont été
transmises.
[10] S’agissant des actes d’accusation, le MPC nous a renvoyé au TPF. Le 21 août 2020, une
demande a été adressée à cette dernière autorité pour obtenir l’acte d’accusation de la cause
SK.2019.71. Il n’y a été répondu par la négative que le 6 novembre 2020, soit quatre jours après les
attentats survenus à Vienne qui ont été évoqués pour justifier le refus, le timing pouvant laisser
songeur.
[11] Auprès des juridictions pénales des mineurs enfin, le Tribunal des mineurs de Winterthour
nous a communiqué deux jugements concernant deux individus27. L’une de ces décisions a fait
l’objet d’un appel devant le Tribunal cantonal de Zurich, dont l’arrêt n’a pas été publié sur le
site Internet de cette autorité. Cette dernière, dans une décision formelle, mais sans indication
aucune des voies de recours, a refusé l’accès à cet arrêt, au motif que la procédure concernait une
mineure, alors même que le jugement de l’autorité inférieure avait été transmis à un des auteurs
et résumé dans une revue juridique.28 Enfin, le Tribunal des mineurs de Genève a également
refusé l’accès à un jugement de condamnation, dans une aaire qui avait au préalable fait l’objet
d’un arrêt du Tribunal fédéral29, parce que, le jugement étant frappé d’appel, il risquerait d’être
annulé.
[12] La pratique des diverses autorités impliquées soulève des questions fondamentales à la lu-
mière du principe de la publicité de la justice consacré par l’art. 30 al. 3 Cst.30, 6 CEDH31 et
concrétisé par l’art. 69 CPP32, mais aussi par rapport à la liberté de la science (art. 20 Cst.). En
eet, il est apparu que le statut de chercheuse et chercheur du monde académique agissant dans
26 MPC, Ordonnances pénales et décisions, disponible sous https://www.bundesanwaltschaft.ch/mpc/fr/home/
zugang-zu-amtlichen-dokumenten/strafbefehle--einstellungs--und-nichtanhandnahmeverfuegungen.html
(consulté le 27 avril 2021).
27 Lubishtani (n. 23), p. 141.
28 Lubishtani (n. 23), p. 141.
29 Arrêt TF 1B_426/2019 du 19 septembre 2019.
30 Constitution fédérale de la Confédération suisse du 18 avril 1999 (Cst.; RS 101).
31 Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950
(CEDH ; RS 0.101).
32 Arrêt TF 1C_394/2018 du 7 juin 2019.
6
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
le cadre de leurs recherches scientifiques n’est nullement pris en compte par les autorités et qu’il
leur est accordé un accès similaire à celui de tout justiciable, c’est-à-dire moindre que celui dont
bénéficient les professionnels des médias.
III. Statistiques relatives aux procédures pénales
1. Généralités
[13] Depuis 2004 et jusqu’à 2020, le TPF a jugé au total quinze (15) procédures pénales relatives
à des aaires de terrorisme djihadiste. La grande majorité de ces procédures a eu lieu dans le
contexte de la dernière décennie d’attentats sur sol européen du terrorisme djihadiste ensuite de
l’expansion territoriale de l’organisation État islamique qui a atteint son apogée en juin 2014. À
titre de comparaison, trois (3) procédures ont été conduites devant le TPF entre 2004 et 2014
avec onze (11) personnes formellement mises en accusation cette période durant, alors qu’il y a
eu douze (12) procédures et dix-huit (18) personnes jugées par le TPF entre 2014 et 2020.
[14] La langue de la procédure a été l’allemand dans onze (11) des procédures conduites à
Bellinzone, alors que le français et l’italien l’ont été respectivement à deux (2) reprises.
[15] Ces procédures sont relativement complexes, ce qui se reflète dans la durée de la procédure
préliminaire, ainsi que dans leurs coûts. En moyenne, 882 jours, soit près de 2.5 ans, se sont
écoulés entre l’ouverture de la procédure pénale contre une personne prévenue et sa mise en ac-
cusation. Les frais judiciaires, les émoluments et les débours de la procédure préliminaire menée
par le MPC, ainsi que les frais et les émoluments du tribunal et de la défense se sont élevés à un
total d’environ CHF 4 mio. La procédure la plus chère a coûté un peu moins de CHF 800’000.–33
et la moins chère environ CHF 17’000.–34.
[16] Quatorze (14) procédures ont été conduites selon les règles de procédure (ordinaire) de pre-
mière instance et une (1) seule selon celles de la procédure simplifiée35. Dans trois (3) procédures,
une ordonnance pénale a été prononcée par le MPC et la personne prévenue l’a contestée, ce qui
a débouché sur un procès devant le TPF36. Le MPC a donc engagé l’accusation devant le TPF dans
douze (12) procédures. En outre, dans quatre (4) procédures parmi les quinze, le TPF a d’abord
décidé de renvoyer l’acte d’accusation au MPC qui l’a complété, puis soumis à nouveau à l’autorité
de jugement37.
[17] Vingt-neuf (29) personnes au total ont comparu devant le TPF. Cela signifie que dans plu-
sieurs procédures – six (6) exactement – plusieurs personnes ont été mises en accusation. Plus
précisément, trois (3) procédures impliquaient deux (2) personnes38, alors qu’il a été question
33 Arrêt TPF SK.2006.15_B du 28 février 2007.
34 Arrêt TPF SK.2019.49 du 3 septembre 2020.
35 Arrêt TPF SK.2017.39 du 18 août 2020.
36 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019 ; SK.2019.63 du 12 décembre 2019 ; SK.2019.38 du 26 juin 2020.
37 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014 ; décisions TPF SK.2018.52 du 12 octobre 2018 ; SK.2019.69 du 21 novembre
2019 ; SK.2019.62 du 13 novembre 2019.
38 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007 ; SK.2013.39 du 2 mai 2014 ; SK.2019.71 du 11 septembre 2021 (pas encore
publié).
7
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
dans les trois (3) autres procédures restantes de trois (3) personnes39, de quatre (4) personnes40 et
de sept (7) personnes, respectivement41. Dans chacune des neuf (9) autres procédures restantes,
une (1) seule personne faisait l’objet d’une mise en accusation.
2. Personnes prévenues
[18] Vingt-sept (27) prévenus étaient des hommes, tandis qu’une (1) femme était prévenue en
qualité de co-auteure42 et une (1) autre au titre d’auteure principale43. Neuf (9) prévenus étaient
des ressortissants suisses, dont six (6) des binationaux. Parmi ceux-ci, un (1) binational turco-
suisse a fait l’objet d’un retrait de nationalité (art. 42 LN44)45 qu’il a contesté ; la cause est pen-
dante devant le TAF selon des informations obtenues auprès du Secrétariat d’État aux Migrations
(SEM). Neuf (9) prévenus détenaient une autorisation de séjour ou d’établissement. Dix (10) pré-
venus étaient des demandeurs d’asile : la demande d’asile était soit pendante pour sept (7) d’entre
eux soit rejetée pour trois (3) personnes qui avaient été admises à titre provisoire (art. 83 LEI).
Une (1) prévenue n’avait jamais résidé en Suisse, mais y séjournait lors de son interpellation.
[19] Vingt-trois (23) prévenus présentaient un casier judiciaire vierge. Les six (6) autres prévenus
avaient été condamnés pour des comportements divers réprimés par la Loi sur la circulation
routière46 pour trois (3) d’entre eux, la Loi sur les armes47 pour un (1) prévenu, ainsi que pour
violation d’une obligation d’entretien (art. 217 CP) pour un (1) autre prévenu. Enfin, un (1) des
prévenus avait été condamné à plusieurs reprises pour entrée illégale (art. 115 LEI), menaces
(art. 180 CP) et contrainte (art. 181).
[20] Dix-neuf (19) des prévenus étaient au chômage et dépendaient de l’aide sociale au moment
du jugement. Cinq (5) prévenus n’avaient pas de revenu imposable et étaient endettés. En outre,
trois (3) prévenus avaient un emploi et un revenu mensuel régulier au moment du jugement.
Finalement, la situation économique de la personne condamnée par le biais d’une procédure
simplifiée est inconnue.
3. Mesures de contrainte
[21] Vingt (20) des prévenus ont été détenus à titre provisoire pendant un jour au moins. En
moyenne, la durée de la détention provisoire ou pour motifs de sûreté a été de 325 jours, soit
environ onze (11) mois (médiane : 285 jours, soit 9.5 mois). La plus longue période de détention
39 Arrêt TPF SK.2017.49 du 16 juin 2018.
40 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016.
41 Arrêt TPF SK.2006.15_B du 28 février 2007.
42 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014.
43 Arrêt TPF SK.2017.43 du 15 décembre 2017.
44 Outre ce cas, un retrait est entré en force, une procédure a été classée et un possible retrait est étudié dans une
dizaine de cas selon les renseignements obtenus auprès du SEM.
45 Arrêt TPF SK.2017.39 du 18 août 2020.
46 Loi fédérale sur la circulation routière du 19 décembre 1958 (LCR; RS 741.01).
47 Loi fédérale sur les armes, les accessoires d’armes et les munitions (LArm ; RS 514.54).
8
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
entre l’ouverture de la procédure et le jugement de première instance a été de 1246 jours, soit
3 ans et 5 mois environ48 et la plus courte d’un jour49.
[22] Cinq (5) prévenus n’ont pas été libérés avant l’issue du jugement. Les quinze (15) prévenus
remis en liberté avant le jugement se sont vu imposer des mesures de substitution (art. 237 CPP) :
il s’agissait notamment de la saisie des documents d’identité et autres documents ociels, de
l’obligation de se présenter et l’obligation de se soumettre à un contrôle de la police allant jusqu’à
permettre l’accès en tout temps au logement, au véhicule et aux ressources informatiques.
4. Condamnations, acquittements et recours
[23] Dans un premier temps, le TPF a reconnu coupable vingt-cinq (25) personnes et en a ac-
quitté quatre (4) autres. Quinze (15) de ces verdicts ont été contestés devant le TF par la voie du
recours : à treize (13) reprises contre des jugements de condamnation par les personnes reconnues
coupables et condamnées et à deux (2) reprises par le MPC contre des jugements acquittant des
personnes poursuivies50.
[24] Six (6) recours ont été rejetés par le TF51. Ce dernier en a partiellement admis trois (3) éma-
nant de personnes condamnées par le TPF et lui a renvoyé la cause : dans deux (2) cas, l’annula-
tion du jugement de l’autorité inférieure avait trait à la sanction imposée52 et dans un (1) cas la
condamnation pour le chef de violation de l’art. 23 al. 2 LSEE53 a été annulée et la cause renvoyée
pour nouveau jugement54. À une (1) reprise, le TF a admis le recours d’une personne condamnée
dans sa totalité55. Quant au deux (2) recours du MPC, ils ont été admis par le TF qui a renvoyé
la cause au TPF. Trois (3) recours contre des jugements de condamnation du TPF sont encore
pendants devant le TF56.
[25] Dans six (6) cas au total, le TPF a donc dû juger les personnes prévenues une seconde fois. Les
six (6) personnes ont toutes été reconnues coupables. Contre ces seconds jugements de condam-
nation, quatre (4) personnes ont recouru devant le Tribunal fédéral57. Un (1) de ces recours a été
rejeté par le TF58, confirmant ainsi la culpabilité reconnue par le TPF, et trois (3) recours contre
le deuxième jugement de condamnation sont toujours pendants.
[26] Au total, vingt-sept (27) personnes ont été reconnues coupables par le TPF après un premier
ou un second jugement et deux (2) personnes ont été définitivement acquittées de tous les chefs
d’accusation. Il existe à la date du 27 avril 2021 vingt-et-une (21) condamnations définitives et
48 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020.
49 Arrêt TPF SK.2019.74 du 7 octobre 2020.
50 Arrêt TPF SK.2017.49 du 16 juin 2018 (pour les deuxième et troisième accusés).
51 Arrêt TF 6B_645/2007 et 6B_650/2007 du 2 mai 2008 ; 6B_57/2015 et 6B_81/2015 du 27 janvier 2016 ;
6B_948/2016 du 22 février 2017 et 6B_169/2019 du 26 février 2020.
52 Arrêt TF 6B_1104/2016 et 6B_1132/2016 du 7 mars 2017.
53 Loi fédérale du 26 mars 1931 sur le séjour et l’établissement des étrangers (RO 49 279), abrogée le 1er janvier 2008
(RO 2007 5437).
54 Arrêt TF 6B_215/2007 du 2 mai 2008.
55 Arrêt TF 6B_56/2019 du 6 août 2019.
56 Arrêt TPF SK.2019.71 du 11 septembre 2021 (concernant deux personnes) et SK.2020.11 du 8 octobre 2020.
57 Arrêt TPF SK.2017.10 du 31 octobre 2017, SK.2019.74 du 7 octobre 2020, SK.2019.49 du 3 septembre 2020 et,
concernant deux (2) personnes), SK.2020.7 du 27 octobre 2020.
58 Arrêt TF 6B_1385/2017 du 3 août 2018 suite à l’arrêt TPF SK.2017.10 du 31 octobre 2017.
9
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
exécutoires et autant de personnes reconnues coupables. Parmi celles-ci, six (6) personnes n’ont
finalement pas été reconnues coupables en relation à des infractions relatives au terrorisme. En
conséquence, à ce jour, il y a quinze (15) personnes dont la culpabilité a définitivement été recon-
nue pour des infractions en lien avec le terrorisme djihadiste depuis 2004.
Figure 1 : Evolution des cas portés devant le TPF (2004-2020)
5. Sanctions
[27] Parmi les vingt-sept (27) personnes condamnées (vingt-une [21] condamnations définitives
et six [6] pendantes), des peines privatives de liberté ont été prononcées dans vingt-deux (22) cas,
avec en sus une peine pécuniaire dans quatre (4) de ces cas. Neuf (9) des peines privatives de
liberté ont été prononcées avec sursis et trois (3) avec un sursis partiel, ce qui signifie que dix
(10) peines privatives de liberté fermes ont été infligées. Dans cinq (5) cas, le TPF a uniquement
prononcé des peines pécuniaires, dont deux (2) avec sursis.
[28] La peine la plus clémente a été une peine-pécuniaire de 25 jours-amende, à CHF 100.– le jour,
avec sursis59. La sanction la plus sévère a été une peine privative de liberté de 70 mois, couplée à
une expulsion et une interdiction d’entrée sur le territoire d’une durée de 15 ans60.
[29] Dans vingt-trois (23) cas, le TPF a prononcé des sanctions inférieures à ce qu’avait requis le
MPC ou n’en a pas prononcée du tout en cas d’acquittement que ce qu’avait requis le Ministère
public de la Confédération et dans trois (3) cas à des sanctions plus sévères. Dans trois (3) cas, le
TPF a suivi le réquisitoire du MPC.
[30] Les prévenus reconnus coupables ont également été condamnés à payer les frais de procédure
compris entre CHF 2’000.– et 152’000.– (moyenne : CHF 18’613.-- ; médiane : CHF 7’160.–). Sept
(7) prévenus ont touché des indemnités ensuite d’un acquittement complet ou partiel variant
entre CHF 1’000.– et 93’000.– (moyenne : CHF 29’182 ; médiane : CHF 18’000.–)61 .
59 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020.
60 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020.
61 Cinq (5) de ces indemnités concernent l’arrêt TPF SK.2006.15_B du 28 février 2007. Dans cette aaire, les prévenus
avaient passé jusqu’à une année et demie en détention provisoire ou pour motifs de sûreté et ont tous été acquittés
du chef d’infraction à l’art. 260ter CP.
10
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
6. Faits
[31] Depuis 2004, aucun acte de terrorisme ou aucun acte de violence motivé par le terrorisme
djihadiste n’a été commis sur sol suisse et porté devant le TPF. À cet égard, il y a toutefois
lieu de relever que l’instruction relative aux attaques de Morges (septembre 2020) et de Lugano
(novembre 2020) est toujours en cours et que l’issue de ces procédures pourrait changer ce constat.
[32] Pour l’heure, les comportements qui ont fait l’objet d’une poursuite en relation au terrorisme
djihadiste avaient essentiellement trait à des activités sur des plateformes en ligne. En eet, deux
(2) procédures impliquant quatre (4) personnes au total concernaient l’exploitation de sites Inter-
net sur lesquels figuraient du matériel de propagande, à l’instar de photos et de vidéos, ainsi que
de commentaires glorifiant les chefs des organisations terroristes djihadistes principales comme
Oussama Ben Laden62. Trois (3) personnes ont récemment été condamnées en relation à la pro-
duction d’un entretien filmé avec un rebelle djihadiste dans le conflit syrien63. Dans le cas de
quatre (4) personnes, le TPF a retenu que leurs activités sur Internet servaient à maintenir un
réseau lié à une organisation terroriste64.
[33] Pour neuf (9) personnes condamnées, les comportements qui leur étaient reprochés se li-
mitaient exclusivement à des activités sur les réseaux sociaux tels que Facebook, YouTube et les
applications de messagerie comme WhatsApp et Telegram, consistant dans l’envoi et/ou le par-
tage de vidéos, d’images et de commentaires65.
[34] Les activités dans l’espace virtuel et électronique apparaissent comme étant la règle, tandis
que celles dans l’espace physique constituent l’exception. Dans une (1) procédure impliquant
quatre (4) personnes, la procédure a été ouverte pour des soupçons relatifs à un potentiel attentat,
mais en bout de course les personnes impliquées n’ont été condamnées que pour leurs activités
sur les réseaux sociaux66. Il était en outre reproché à deux (2) personnes d’avoir tenté de voyager
en direction du territoire syro-irakien pour rejoindre l’EI67. Outre des activités sur les réseaux
sociaux, le principal prévenu dans la cause SK.2019.71 et le seul accusé dans la cause SK.2017.39
ont été condamnés pour avoir recruté des personnes pour des organisations terroristes ou pour
les avoir aidés à voyager à l’étranger aux fins de rejoindre une telle organisation sur le théâtre de
ses opérations. Dans la cause SK.2020.11 enfin, le prévenu a été condamné pour avoir entretenu
des contacts avec des personnes à l’étranger aliées à des organisations terroristes, mais aussi
pour avoir encouragé une personne dans sa volonté de mener une attaque contre le Hezbollah ou
l’armée américaine.
7. Qualification juridique
[35] Les deux principales infractions utilisées pour la répression des activités relatives au terro-
risme djihadistes sont l’art. 260ter CP et l’art. 2 al. 1 LAQEI. Au total, vingt-et-une (21) personnes
62 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007 ; SK.2013.39 du 2 mai 2014.
63 Arrêt TPF SK.2017.49 du 15 juin 2018 ; SK.2020.7 du 27 octobre 2020.
64 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014 ; SK.2015.45 du 18 mars 2016 ; SK.2020.11 du 8 octobre 2020.
65 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019 ; SK.2019.63 du 12 décembre 2019 ; SK.2019.38 du 26 juin 2020;
SK.2019.74 du 7 octobre 2020, SK.2019.49 du 3 septembre 2020 ; et SK.2019.71 du 11 septembre 2020.
66 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016.
67 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016 et SK.2017.43 du 15 décembre 2017.
11
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
ont été condamnées pour une des deux infractions : dans douze (12) cas pour l’art. 260ter CP et
dans onze (11) pour l’art. 2 LAQEI, avec deux (2) cas pour les deux infractions. Ce concours entre
ces deux infractions pour ces deux cas s’explique par le fait que les comportements reprochés
avaient eu lieu avant et après le 1er janvier 201568, date d’entrée en vigueur de la LAQEI qui est
une lex specialis et qui prime l’art. 260ter CP, contrairement à l’Ordonnance Al-Qaïda qui pré-
voyait une réserve en faveur des « dispositions pénales plus sévères ». Dans la cause SK.2020.11,
c’est toutefois l’art. 260ter CP qui a été utilisé pour permettre à justifier a posteriori des mesures
de surveillance secrètes, puisque l’art. 2 LAQEI ne figure pas au catalogue des infractions prévu
par l’art. 269 al. 2 CPP.
[36] Pour huit (8) personnes, la variante de « soutien » à l’organisation criminelle (art. 260ter ch. 1
al. 2 CP) a été retenue, tandis que la variante de la « participation » (ch. 1 al. 1) n’a été retenue que
pour trois (3) personnes. Par rapport à l’art. 2 al. LAQEI, la variante de l’« organisation d’actions
de propagande » est retenue pour neuf (9) personnes, celle de la « mise à disposition de ressources
personnelles » pour une (1) personne et la variante de « l’encouragement de toute autre manière »
pour une (1) autre personne.
[37] Dans neuf (9) cas, l’art. 135 CP sur la « représentation de la violence » est également retenu,
dont cinq (5) fois dans sa variante de la « possession » (al. 1bis).
[38] D’autresinfractions ont également été retenues dans treize (13) cas en relation avec les infrac-
tions précitées. Il s’agissait à une (1) reprise de l’art. 226 CP (fabrication, dissimulation, transport
d’explosifs ou de gaz toxiques), à une (1) reprise également de l’art. 259 CP (provocation publique
au crime ou à la violence), de l’art. 252 CP (faux dans les certificats) à une (1) reprise, de l’art. 95
LCR dans un (1) cas, à deux (2) reprises de l’art. 251 CP (faux dans les titres), et des art. 115
et 116 LEI, ou leurs prédécesseurs dans la LSEE (entrée, sortie et séjours illégaux) pour neuf (9)
personnes.
68 RO 2014 4565.
12
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Tableau 1 : Récapitulatif des arrêts TPF (2004–2020)
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
1 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Art. 23 al.
1 LSEE
Art. 23 al.
2 LSEE
Membre d’un réseau international
favorisant la délivrance de visas
illégaux à des yéménites pour leur
permettre de déposer des
demandes d’asile en Suisse sous
fausses identités; ledit réseau ne
constitue pas une organisation
criminelle, car pas commission de
crimes. Liens avec Al-Qaïda non
retenus.
PPL 11
mois ; PPéc
30 j.–a.
2 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Soutien logistique au réseau par
l’hébergement de personnes, mais
aucune intention ne peut être
retenue. Liens avec Al-Qaïda non
retenus.
Acquitte-
ment de
tous les
chefs d’ac-
cusation.
13
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
3 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Art. 23 al.
1 LSEE
Art. 23 al.
2 LSEE
Contribution informatique au
réseau. Liens avec Al-Qaïda non
retenus.
PPéc 30
jours
(couverte
par DP).
4 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Art. 23 al.
2 LSEE
Art. 252
CP
Fabrication de faux documents
d’identité pour le réseau. Liens
avec Al-Qaïda non retenus.
PPL 8
mois ; PPéc
30 j.–a.
5TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007 ;
TF
6B_215/2007
du 2 mai 2008 ;
TPF SK.2008.9
du 10 août
2009 ;
TF
6B_745/2009
du 12
novembre 2009
Art. 23 al.
2 LSEE
Soutien logistique au réseau par
l’accueil et l’hébergement de
personnes. Liens avec Al-Qaïda
non retenus.
PPL 9
mois ; PPéc
30 j.–a.
6 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Art. 23 al.
2 LSEE
Favorisation de l’entrée illégale et
du séjour illégal en Suisse (détaché
du réseau). Liens avec Al-Qaïda
non retenus.
PPéc 45
j.–a.
7 TPF
SK.2006.15_B
du 3 janvier
2007
Art. 23 al.
1 LSEE
Art. 23 al.
2 LSEE
Soutien logistique au réseau par la
facilitation de l’entrée illégale et du
séjour illégal de personnes sous de
fausses identités; déposé lui-même
une demande d’asile sous une
fausse identité. Liens avec
Al-Qaïda non retenus.
PPéc 90
j.–a.
14
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
8 TPF SK.2007.4
du 21 juin
2007 ;
TF
6B_645/2007
du 2 mai 2008
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 259
CP
Art. 135
CP
Art. 226 al.
3CP
Création de six (6) sites web
destinés à diuser du matériel de
propagande du groupe Al-Qaïda
(revendications d’attentats, vidéos,
images, instructions pour
fabrication de bombes) réunissant
des membres de groupes
djihadistes ; rôle de « content
provider » ; toléré des messages
incitant à la violence ; incitation à
la violence contre des journalistes
français pris en otages. Soutien.
PPL 2 ans,
dont 6
fermes,
avec sursis
pendant 3
ans.
9 TPF SK.2007.4
du 21 juin
2007 ;
TF
6B_650/2007
du 2 mai 2008
Art. 260ter
ch.1 al. 2
CP
Art. 135
CP (art. 25
CP)
Modératrice du forum de deux sites
web, dont l’un hébérgeant une
vidéo de Ayman Al-Zawahiri
(Al-Qaïda) ; rôle de « content
provider » ; posté des liens vers des
vidéos de massacres. Soutien.
PPL 12
mois avec
sursis
pendant 3
ans.
10 TPF
SK.2013.39 du
2 mai 2014 ;
TF
6B_57/2015 du
27 janvier 2016
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 251
ch. 1 al. 3
CP
Membre d’un groupe djihadiste
associé avec Al-Qaïda (ZDNAA);
établissement du groupe par des
activités sur Internet ; la mise en
circulation de matériel de
propagande sur un site web.
Soutien.
PPL 3 ans
et 3 mois.
11 TPF
SK.2013.39 du
2 mai 2014 ;
TF
6B_81/2015 du
27 janvier 2016
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 251
ch. 1 al. 3
Reçoit des instructions de la part
du premier accusé concernant la
modération du site web (forums);
fait partie du groupe ZDNAA.
Soutien.
PPL 2 ans
avec sursis
pendant 3
ans.
15
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
12 TPF
SK.2015.45 du
18 mars 2016 ;
TF
6B_1132/2016
du 7 mars
2017 ;
TPF
SK.2017.10 du
30 octobre
2017
Art. 260ter
ch. 1 al. 1
CP
Art. 116 al.
1 lit. a LEI
Contacts avec des membres d’un
groupe djihadiste en Syrie et
considéré comme « activiste,
coordinateur et logisticien » pour le
groupe. Participation.
PPL 3 ans
et 8 mois.
13 TPF
SK.2015.45 du
18 mars 2016
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 116 al.
1 lit. a LEI
Création d’un compte sur Facebook
et envoi de demandes d’amitié à
des sympathisants djihadistes
autour du monde et, par là, mise en
réseau et soutien de groupe
djihadiste. Soutien.
PPL 3 ans
et 6 mois.
14 TPF
SK.2015.45 du
18 mars 2016 ;
TF
6B_1104/2016
du 7 mars
2017 ;
TPF
SK.2017.10 du
30 octobre
2017
Art. 260ter
ch. 1 al. 1
CP
Art. 115 al.
1 lit. b LEI
Contacts avec des membres d’un
groupe djihadiste en Syrie ; voyagé
en Suisse pour soutenir l’EI dans
ses activités. Participation.
PPL 3 ans
et 6 mois.
15 SK.2015.45 du
18 mars 2016
Soutien à l’EI à travers des activités
sur Facebook. Non-démontré.
Acquitte-
ment de
tous les
chefs d’ac-
cusation.
16
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
16 TPF SK.2016.9
du 15 juillet
2016 ;
TF
6B_948/2016
du 22 février
2017
Art. 2 al. 1
LAQEI
Arrêté à l’aéroport après avoir
franchi la porte d’embarquement
pour prendre un avion vers la
Turquie ; intention de rejoindre le
territoire syro-irakien et les rangs
de l’EI ; glorifié des attentats par
WhatsApp ; contacts avec des
personnes en Suisse qui ont fini par
rejoindre le territoire syro-irakien.
Encouragement de toute autre
manière.
PPL 18
mois avec
sursis
pendant 3
ans.
17 TPF
SK.2017.39 du
18 août 2017
(Procédure
simplifiée)
Art. 2, al. 1
et 2,
LAQEI
Prosélytisme ; encouragement à
soutenir l’EI et partir combattre ;
partage de la propagande ; facilite
le voyage de deux personnes en
zone de guerre syro-irakienne.
Soutien.
PPL 2 ans
et 6 mois,
dont 6
fermes,
avec sursis
pendant 3
ans.
18 TPF
SK.2017.43 du
15 décembre
2017
Art. 2, al. 1
et 2,
LAQEI
(art. 22 CP)
Voyage depuis l’Egypte via la Crète
pour rejoindre le territoire
syro-irakien ; intention de vivre
dans l’EI. Tentative de mise à
disposition de ressources
humaines.
PPL 18
mois, dont
6 fermes,
avec sursis
pendant 3
ans ;
Obligation
de se
soumettre
à un suivi
de
probation
et à un
traitement
psycholo-
gique.
17
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
19 TPF
SK.2018.52 du
12 octobre
2018
(Renvoi au
MPC) ; TPF
SK.2019.23 du
15 juillet 2019
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 2 al. 1
LAQEI
Art. 135 al.
1bis CP
Partagé 8 publications sur Facebook
contenant de la propagande pour
l’EI ; partagé sur un autre site web
une vidéo et 11 photos qui
glorifient le djihad armé. Soutien ;
organisation d’actions de
propagande ; possession.
PPL 7 mois
PPéc 40
j.–a.
20 TPF
SK.2019.63 du
18 décembre
2019 (Suite à
une
ordonnance
pénale)
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 2 al. 1
LAQEI
Art. 135 al.
1bis CP
Partagé 8 publications (images,
vidéos, commentaires) faisant de la
propagande pour l’EI ; possession
de 13 vidéos/images qualifiées de
représentations de la violence.
Soutien ; organisation d’actions de
propagande ; possession.
PPL 5 mois
avec sursis
pendant 2
ans.
21 TPF
SK.2019.38 du
26 juin 2020
(Suite à une
ordonnance
pénale)
Art. 2 al. 1
LAQEI
Art. 135 al.
1bis CP
Publié une photo sur Facebook
montrant les infrastructures de l’EI
dans une lumière positive; publié
un commentaire en réponse à un
post sur l’exécution d’un pilote de
manière acritique. Possession de
deux photos, reçues par WhatsApp
et sauvegardées dans le cache du
téléphone, constituant des
représentations de violence.
Organisation d’actions de
propagande ; possession.
PPéc 25
j.–a. avec
sursis
pendant 2
ans.
22* TPF
SK.2020.11 du
8 octobre 2020
Art. 260ter
ch. 1 al. 1
CP
Art. 135 al.
1 CP
Art. 95 al.
1 lit. c LCR
Fait partie d’un réseau
international lié à l’EI ; contacts
avec des membres de l’EI sur
internet ; envoi d’environ USD
7’500.– sous forme de versements
ponctuels à des membres associées
à l’EI ; modération d’un groupe sur
Telegram dans lequel circulait de la
propagande EI. Possession de 38
vidéos/images représentant de la
violence. Participation ;
possession.
PPL 5 ans
et 10 mois ;
Expulsion
du
territoire
Interdiction
d’entrée de
15 ans.
18
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
23* TPF
SK.2019.69 du
21 novembre
2019 (Renvoi
au MPC) ; TPF
SK.2019.74 du
7 octobre 2020
Art. 2 al. 1
LAQEI
Art. 135 al.
1bis CP
Disque dur avec trois sermons de
leaders du groupe Al-Shabaab
appelant au djihad armé, des
photos et vidéos montrant les
activités d’Al-Shabaab ; disque dur
a été connecté à autre ordinateur et
fichiers des sermons transférés.
Possession de 13 images/vidéos
représentant de la violence.
Organisation d’actions de
propagande ; possession.
PPL 5 mois
avec sursis
pendant 2
ans.
24* TPF SK.2018.8
du 7 novembre
2018 ;
TF
6B_56/2019 du
6 août 2019 ;
TPF
SK.2019.49 du
3 septembre
2020
Art. 2 al. 1
LAQEI
Art. 135 al.
1CP
Partagé une vidéo sur Facebook
avec le drapeau de l’EI et, par là,
fait de la propagande pour l’EI.
Partagé cinq (5) vidéos sur
Facebook considérées comme
représentation de la violence.
Organisation d’actions de
propagande ; exposition et rendu
accessible.
PPéc 180
j.–a. avec
sursis
pendant 2
ans.
25 TPF
SK.2017.49 du
15 juin 2018 ;
TF
6B_169/2019
du 26 février
2020
Art. 2 al. 1
LAQEI
Production et diusion d’un
entretien filmé avec une figure
connue des rebelles dans le conflit
syrien promouvant l’idéologie
d’Al-Qaïda, car ledit rebelle
appartient au groupe Jaysh Al-Fath,
auquel est associé le groupe Jabhat
Al-Nusra qui lui est alié au
groupe Al-Qaïda ; production et
diusion d’un deuxième film
similaire. Organisation d’actions
de propagande.
PPL 20
mois avec
sursis
pendant 2
ans.
19
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
26* TPF
SK.2017.49 du
15 juin 2018 ;
TF
6B_114/2019
du 26 février
2020 ; TF
SK.2020.7 du
27 octobre
2020
Art. 2 al. 1
LAQEI
Organisé la publication de
l’entretien filmé par le premier
accusé ; organisation d’une
conférence de presse pour diuser
la vidéo. Organisation d’actions de
propagande.
PPL 18
mois avec
sursis
pendant 3
ans.
27* TPF
SK.2017.49 du
15 juin 2018 ;
TF
6B_114/2019
du 26 février
2020 ;
TPF SK.2020.7
du 27 octobre
2020
Art. 2 al. 1
LAQEI
Fait une mention publique de
l’entretien filmé par le premier
accusé ; participé à la conférence de
presse organisée par le deuxième
accusé en tant qu’intervenant.
Organisation d’actions de
propagande.
PPL 15
mois avec
sursis
pendant 3
ans.
28* TPF
SK.2019.62 du
13 novembre
2019
(Renvoi au
MPC) ; TPF
SK.2019.71 du
11 septembre
2020
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Art. 135
CP, al. 1 et
1bis, CP
Rejoint et soutenu un groupe
apparenté à l’EI ; recrutement de
quatre personnes pour le groupe ;
partage de 7
vidéos/images/commentaires à
travers les réseaux sociaux;
sauvegarde de 5 fichiers sur
téléphone. Soutien ; possession.
PPL 50
mois.
20
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Indi-
vidu
Arrêts Qualifica-
tion
juridique
retenue
Faits retenus Sanction
29* TPF
SK.2019.62 du
13 novembre
2019 (Renvoi
au MPC) ; TPF
SK.2019.71 du
11 septembre
2020
Art. 260ter
ch. 1 al. 2
CP
Via WhatsApp, partagé avec une
personne trois images promouvant
l’EI. Soutien.
PPéc 100
j.–a. avec
sursis
pendant 2
ans.
* : Recours pendant.
IV. Analyse de la jurisprudence
1. Par rapport à l’art. 260ter CP
a. In abstracto
[39] Alors que les années de plomb dans la décennie 1970 avec le terrorisme des Brigades rouges,
de la Rote Armee Fraktion et du Front de libération de la Palestine frappent l’Europe, le législa-
teur a tenté de répondre au phénomène en introduisant en 1981 l’art. 260bis CP, tout en rejetant
l’infraction sur l’« association de malfaiteurs » que proposait le Conseil fédéral69. Une dizaine
d’années plus tard, l’art. 260ter CP sur l’« organisation criminelle » a cette fois-ci eu les faveurs
de l’Assemblée fédérale et est entré en vigueur le 1er août 199470. À l’instar de l’art. 260bis CP,
l’art. 260ter CP fait démarrer la répression au stade des actes préparatoires pour réprimer un com-
portement situé en amont d’une infraction concrète que la disposition cherche à prévenir pour, in
fine, protéger la sécurité publique face à toute mise en danger71. Il vise à permettre aux autorités
de s’aranchir de la preuve de la « chaîne de causalité » entre une infraction déterminée et une
organisation pour poursuivre et condamner des individus qui déploient pour elle une certaine
activité72.
69 Mara Todeschini, Terrorismusbekämpfung im Strafrecht Eine Erörterung des Art. 260ter StGB und des Al-Qaïda/
IS-Gesetzes sowie zur Diskussion stehender Gesetzesanpassungen, Zurich/Bâle/Genève 2019, N 30 s.; Gunhild
Godenzi, Strafbare Beteiligung am kriminellen Kollektiv. Eine Explikation von Zurechnungsstrukturen der Ban-
den-, Organisations- und Vereinigungsdelikte, Berne 2015, p. 221 ss ; Maria Luisa Cesoni/Konstantin von Zwehl,
La Suisse, ou l’incrimination de l’organisation criminelle comme protection de la place financière, in : Maria Luisa
Cesoni (édit.), Criminalité organisée : des représentation sociales aux définitions juridiques, Paris/Bruxelles/
Genève 2004, p. 105, p. 106 ss ; Carla Del Ponte, L’organisation criminelle, RPS 1995, p. 240, p. 240 s. Voir éga-
lement : FF 1980 I 1216, 1223.
70 RO 1994 1614.
71 Laurent Moreillon/Kastriot Lubishtani, Aspects choisis de l’incrimination du terrorisme. Etude de droit com-
paré suisse, allemand, français et anglais, RPS 2018, p. 499, p. 527 ; Godenzi (n. 69), p. 320; Marc Engler, in : Bas-
ler Kommentar Strafrecht II, Marcel Alexander Niggli/Hans Wiprächtiger (édit.), 4eéd., Bâle 2017, Art. 260ter N 4
(cité : BSK StGB-Auteur) ; Cesoni/von Zwehl (n. 69), p. 144 ; Del Ponte (n. 69), p. 242.
72 BSK StGB-Engler (n. 71), Art. 260ter N 13 ; Godenzi (n. 69), p. 227.
21
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
[40] S’agissant de sa typicité plus précisément, l’art. 260ter CP incrimine la « participation » (ch. 1
al. 1) et le « soutien dans son activité criminelle » (al. 2) à une « organisation qui tient sa structure
et son eectif secrets et qui poursuit le but de commettre des actes de violence criminelle ou de
se procurer des revenus par des moyens criminels ». L’incrimination est ainsi construite de façon
à appréhender les personnes gravitant autour de l’organisation en fonction de leur degré d’im-
plication dans ses structures : par la variante de la « participation » pour les membres déployant
une activité pour des raisons évidentes et par la variante du « soutien » pour les intermédiaires
qui ne sont pas des membres, mais servent de pont entre l’organisation et l’économie légale, la
politique et la société73. L’appartenance en tant que telle, en revanche, n’est pas réprimée74.
[41] Malgré des voix critiques relevant les dicultés d’application de l’infraction, le Conseil fé-
déral jugeait en 2010 que l’art. 260ter CP ne présentait aucune « lacune matérielle » nécessitant
l’action du législateur75. En 2015, il acceptait cependant une motion revenant à la charge en
demandant un examen de l’opportunité d’une révision76. Se reposant sur « les besoins et les pro-
positions des autorités de poursuite pénale, notamment du MPC »77, cette impulsion politique
a débouché sur le nouvel art. 260ter CP sur les « organisations criminelles et terroristes » dont
l’entrée en vigueur est prévue pour le 1er juillet 2021.
[42] En substance, la nouvelle mouture de l’art. 260ter CP incrimine expressément l’organisation
terroriste aux côtés de l’organisation criminelle, en reprenant la définition positive du terrorisme
figurant à l’art. 260quinquies al. 1 CP, sans la définition négative des al. 3 et 4 de la même dis-
position78, alors même que cela avait pourtant été recommandé par la Conférence des cantons
des directeurs de justice et police (CCDJP) dans sa proposition du 8 septembre 201679. La seule
exception instaurée concerne l’activité des organisations humanitaires et permet de répondre en
partie aux craintes exprimées par celles-ci au vu d’un précédent étatsunien80. Cela étant, la por-
tée de la norme a été étendue pour les deux types d’organisation, en ce sens que la variante du
« soutien » n’est plus subordonnée à la nature « criminelle » de l’activité soutenue. Alors que
le critère du secret permettait de distinguer plus clairement l’organisation réprimée de celle lé-
gale, il a supprimé pour l’organisation criminelle81. Enfin, la sanction a été rehaussée et sera de
10 ans, plutôt que 5 ans actuellement, ou de 3 ans au moins et de 20 ans au plus pour la personne
« exerçant une influence déterminante au sens de l’organisation » (art. 260ter al. 3 nCP).
73 Ludivine Livet/Maria Dolivo-Bonvin, in : Commentaire romand, Code pénal II, Alain Macaluso/Laurent
Moreillon/Nicolas Queloz (édit.), Bâle 2017, art. 260ter N 22 (cité : CR CP II-Auteur) ; Godenzi (n. 69), p. 322.
74 FF 2018 6469, 6511 ss.
75 Conseil fédéral, Rapport sur d’éventuelles modifications ou extensions des normes pénales contre le crime orga-
nisé, Berne 10.12.2010, 27, disponible sous https://www.ejpd.admin.ch/dam/bj/fr/data/aktuell/news/2010/
2010-12-10/ber-br-f.pdf.download.pdf/ber-br-f.pdf (consulté le 27 avril 2021).
76 Motion 15.3008 du 10 février 2015.
77 FF 2018 6469, 6508.
78 Voir la proposition de la minorité V lors des travaux parlementaires soutenue par 71 voix pour, mais rejetée par
119 voix contre (BO 2020 N 1005).
79 Le Message (FF 2018 6469, 6507) fait référence à ce document, mais il n’est pas public et nous a été remis par la
CCDJP suite à une demande d’accès.
80 Voir : arrêt United States Supreme Court 08-1498, Holder c. Humanitarian Law Project du 21 juin 2010.
81 Vest (n. 15), p. 331, y voit une erreur.
22
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
b. In concreto
aa. Nature « criminelle » des organisations terroristes djihadistes
[43] Parce que l’art. 260ter CP se rapporte aux organisations « criminelles », l’application de cette
infraction aux organisations « terroristes » n’est pas forcément évidente. En eet, s’il est possible
de partir de l’idée qu’une organisation terroriste poursuit « le but de commettre des actes de
violence criminelle » pour parvenir à ses objectifs politiques, qu’ils relèvent de l’idéologie ou
du religieux notamment, il est toutefois douteux que de telles organisations soient « secrètes ».
Contrairement aux organisations mafieuses pour lesquelles la discrétion est une règle d’or, les
organisations terroristes cherchent en eet à apparaître au grand jour et à tirer profit de la mé-
diatisation de leurs actions82. Les principales figures de ces organisations sont qui plus est géné-
ralement connues.
[44] S’agissant d’Al-Qaïda, la Ière Cour de droit public du Tribunal fédéral a jugé dès 2002 qu’il
s’agissait d’une « organisation criminelle au sens de l’art. 260ter CP » dans le cadre d’une pro-
cédure d’entraide83, pour ensuite considérer en 2004 qu’il en allait plus globalement ainsi du
« réseau international d’Al-Qaïda »84. Même si cette qualification n’est pas douteuse en soi, elle
ne repose que sur l’accusation des autorités américaines imputant à cette organisation les atten-
tats du 11 septembre 2001. Elle a néanmoins été reprise sans autre examen par le TPF dans l’un
de ses tous premiers arrêts sur le terrorisme djihadiste85, puis confirmée par la Cour de droit
pénal du Tribunal fédéral86. En 2014, le TPF a examiné plus en profondeur la question de la
qualification de l’organisation Al-Qaïda, relevant qu’elle avait été établie au préalable de façon
« apodictique »87. Cela étant, il a considéré que la responsabilité d’Al-Qaïda dans les attentats
du 11 septembre 2001 était notoirement connue et confirmée par Ben Laden lui-même, ajoutant
de surcroît qu’elle et les groupes apparentés avaient fait l’objet d’une interdiction formelle par le
Conseil fédéral et d’une inscription sur une liste du Conseil de sécurité de l’ONU88. Cela rendait
implicitement cette organisation « criminelle ». Suite à l’éclatement d’Al-Qaïda toutefois, cette
qualification a été rétrécie pour ne valoir que pour son « noyau dur », mais pas nécessairement
pour les organisations gravitant autour qui ne se consacrent pas à une activité criminelle89.
[45] L’Etat islamique a également été qualifié d’« organisation criminelle » par le TPF en 2016,
nonobstant l’absence de démonstration du MPC dans son acte d’accusation : cela relevait de l’évi-
dence au vu des sources librement accessibles, à l’instar de l’appréciation du Conseil de sécurité90.
Le TF a ensuite confirmé cet arrêt en jugeant que cette organisation était « manifestement et in-
discutablement » ( « oensichtlich und unstreitig ») une organisation criminelle91. Qui plus est, le
82 Todeschini (n. 69), N 100; Frédéric Bernard, L’Etat de droit face au terrorisme, Genève/Zurich/Bâle 2010,
p. 144 ss.
83 Arrêt TF 1A.194/2002 du 15 novembre 2002, c. 3.7.
84 ATF 131 II 235 = JdT 2007 IV 29, c. 2.12.
85 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 mai 2007, c. 4.2.1.
86 Arrêt TF 6B_645/2007 et 6B_650/2007 du 2 mai 2008, c. 7.1.
87 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 1.3.4/a).
88 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 1.3.4/a).
89 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 1.3.4/c), d) et e).
90 Arrêt TPF SK.2014.45 du 18 mars 2016, c. I/2.1. Notons que dans les arrêts TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016 et
SK.2020.11 du 8 octobre 2020 l’autorité judiciaire ne s’est pas attachée à déterminer si l’organisation en question
appartenait au « noyau dur » de l’EI.
91 Arrêt TF 6B_1132/2016 du 7 mars 2017, c. 6.1.
23
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
« caractère terroriste » à la fois d’Al-Qaïda et de l’EI est considéré comme « notoire en Suisse » au
vu de leur interdiction légale92.
[46] Ce glissement de qualification d’une Cour à l’autre du Tribunal fédéral et de la procédure
d’entraide à la procédure pénale est discutable. La question de savoir si une organisation est « cri-
minelle » ou non revêt en eet une importance fondamentale nécessitant un examen approfondi
par la Cour de droit pénal du Tribunal fédéral. S’il ne fait que peu de doute que les organisa-
tions Al-Qaïda et Etat islamique tombent sous le coup de l’art. 260ter CP, force est d’admettre
qu’il n’est pas satisfaisant que l’autorité judiciaire suprême de la Confédération (art. 188 Cst.)
se contente des accusations d’autorités étrangères. Il est au contraire nécessaire que les autori-
tés suisses procèdent elles-mêmes à un examen des conditions légales édictées par le législateur,
ce que le Tribunal pénal fédéral a également précisé : « on ne peut se satisfaire de la qualifica-
tion terroriste précédemment retenue par des autorités extrajudiciaires pour retenir la réalité des
faits »93.
[47] L’importance de cette qualification s’est fait jour lorsque les autorités judiciaires ont été
confrontées à une « émanation » des Tigres tamouls, c’est-à-dire une organisation autre qu’Al-
Qaïda ou l’EI ou encore d’autres ayant par le passé été qualifiées de « criminelles » dans le cadre
d’une procédure d’entraide94. Dans cette procédure, le TPF a procédé à une analyse extensive et
minutieuse de cette organisation, en ayant recours à l’expertise du Professeur Robert Roth pour
« des questions spécifiques relatives au droit international pénal » et à Thomas Unger « pour une
expertise relative à l’histoire du mouvement LTTE »95. Il convient de saluer ce procédé, rendu
nécessaire par la maxime de l’instruction (art. 6 CPP), lorsque l’organisation en cause n’est pas
notoirement « terroriste » ou qu’elle n’a fait que l’objet d’un examen sommaire dans des procé-
dures d’entraide. Dans cette aaire, le Tribunal fédéral a retenu que cette organisation figurait sur
la liste des organisations terroristes de plus de 32 États et que plusieurs « attaques de nature ter-
roriste », dont un attentat à la bombe contre un autobus civil provoquant la mort de 64 personnes,
lui étaient imputables96. Néanmoins, il n’a pas retenu l’art. 260ter CP, comme le TPF en raison de
l’incertitude entourant la qualification juridique de l’organisation par les autorités suisses qui,
pendant longtemps, n’ont pas ouvert de procédure, alors que l’organisation en cause agissait au
vu et au su des autorités97.
[48] En définitive, notre Haute Cour retient qu’« il est malaisé de prévoir si une organisation ayant
notamment commis des actes terroristes pourrait être considérée comme une organisation crimi-
nelle », en précisant également que l’art. 260ter CP « n’a jamais été conçu comme une disposition
applicable à un mouvement pouvant à la marge se livrer à des actes terroristes mais poursuivant
par ailleurs d’autres objectifs directs, ainsi la conduite d’une lutte armée conventionnelle, la ges-
tion quasi-étatique d’un territoire ainsi que la reconnaissance de l’indépendance d’une commu-
92 ATF 145 IV 470, c. 4.7.2.
93 Arrêt TPF SK.2016.30 du 14 juin 2018, c. 2.4.2/a). A ce sujet, cf. : Frédéric Bernard, Lois contre le terrorisme et
Etat de droit, SJ 2016, p. 177, p. 193 s.
94 ATF 145 IV 470, c. 4.7.2 et références citées.
95 Arrêt TPF SK.2016.30 du 14 juin 2018, c. L.
96 Sur ce point, le Tribunal fédéral (ATF 145 IV 470, c. 4.6) a néanmoins contredit l’autorité inférieure qui considérait
qu’il n’était « pas établi que [cette organisation] ait commis les actes de violence qui lui sont imputés » (arrêt TPF
SK.2016.30 du 14 juin 2018, c. 2.4.2/a).
97 ATF 145 IV 470, c. 4.8.
24
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
nauté ethnique »98. Il s’ensuit que l’imputabilité d’actes terroristes à une organisation ne signifie
pas que celle-ci doive nécessairement être qualifiée de « criminelle » ou « terroriste », mais qu’il
convient de procéder à une analyse de toutes les circonstances du cas d’espèce.
bb. Participation (ch. 1 al. 1)
[49] La « participation » à une organisation criminelle au sens de l’art. 260ter ch. 1 al. 1 CP vise
quiconque y est fonctionnellement enrôlé et y déploie des activités qui concourent à son but cri-
minel99. Elle suppose ainsi une coopération avec l’organisation qui, d’une part, dénote une appar-
tenance à celle-ci et, d’autre part, exclut qu’une contribution unique à l’organisation soit qualifiée
comme un acte relevant de la participation100. En outre, les activités déployées par les membres
participant à l’organisation ne doivent pas nécessairement être illégales en elles-mêmes101.
[50] Dans le contexte du terrorisme djihadiste, s’est posée la question de savoir si la participa-
tion impliquait une appartenance au « noyau dur » ( « Kern ») de l’organisation criminelle. Le TF
a répondu par la négative, en considérant que cette variante de l’infraction doit être définie de
manière large compte tenu du but de l’incrimination102. Néanmoins, il a laissé entendre que le
TPF était parvenu à la conclusion inverse dans la cause SK.2013.39103. Cette interprétation nous
semble erronée. En eet, la Cour de Bellinzone ne cherchait dans l’arrêt en question qu’à déter-
miner si l’organisation Zentrum Didi Nwe Auslandsabteilung appartenait au « réseau international
d’Al-Qaïda », pour revenir sur ses pas et retenir que la portée de la qualification « criminelle » de
l’organisation Al-Qaïda devait être réduite à son seul « noyau dur » compte tenu la déstabilisation
et des changements de structures dont elle a fait l’objet104. Ainsi, la « participation » n’est pas li-
mitée au noyau dur et appréhende plus largement toute personne appartenant au « cercle élargi »
( « erweiterten Kreis ») de l’organisation criminelle et qui est prête, sur la durée, à suivre des ins-
tructions en tant que preneuse d’ordre factuel (faktischen Befehlsempfängers), indépendamment de
la place dans l’ordre hiérarchique105.
[51] La distinction entre les membres participant à l’organisation en faisant partie du « noyau
dur » et les autres membres n’a donc pas d’importance en termes de qualification juridique :
tous sont des participants sous l’angle de l’art. 260ter ch. 1 al. 1 CP. Elle peut assurément porter
à conséquence sur la sanction néanmoins, mais cela ne peut être confirmé en l’occurrence, étant
donné qu’aucune des quatre (4) personnes condamnées pour « participation » dans les procédures
ici examinées n’appartenait à ce noyau. À l’avenir, cet élément pourrait jouer un rôle plus déter-
minant à condition que le membre de ce noyau exerce « une influence déterminante au sein de
l’organisation », cas pour lequel le législateur prévoit une peine privative de liberté de 3 à 20 ans
(art. 260ter al. 3 nCP).
98 ATF 145 IV 470, c. 4.7.2 et 4.8.
99 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. B./1.2.3 ; SK.2015.45 du 18 mars 2016, c. II./1.5.
100 Arrêt TPF SK.2016.30 du 14 juin 2018, c. 2.3.2.
101 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. B./1.2.3 ; SK.2015.45 du 18 mars 2016, c. II./1.5.
102 Arrêt TF 6B_1104/2016 et 1132/2016 du 7 mars 2017, respectivement c. 2.3 et 6.2.3.
103 Arrêt TF 6B_1104/2016 et 1132/2016 du 7 mars 2017, respectivement c. 2.3 et 6.2.3.
104 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 1.3.4.
105 Arrêt TF 6B_1104/2016 et 1132/2016 du 7 mars 2017, respectivement c. 2.3 et 6.2.
25
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
[52] La participation à une organisation criminelle appréhende divers types de comportements
dans le spectre du terrorisme djihadiste. Il ressort de la jurisprudence analysée en la matière
qu’une personne entretenant des contacts avec les membres d’un groupe terroriste djihadiste
en Syrie et agissant pour lui en Suisse comme « activiste, coordinateur et logisticien » est un
membre participant à une organisation criminelle106. Il en va de même pour la personne qui,
aliée à l’EI, se rend en Suisse et prévoit de devenir active pour le groupe en Europe107. En est
également membre y participant la personne qui appartient au réseau international de l’EI en
modérant un groupe Telegram sur lequel s’échange de la propagande djihadiste, en opérant des
virements ponctuels à des personnes associées à cette organisation, en endoctrinant en outre des
personnes et en encourageant une personne dans son intention de commettre un attentat-suicide
à l’étranger108.
[53] S’agissant du degré de réalisation de l’infraction, la participation à une organisation crimi-
nelle ne peut être réprimée ni au stade de la tentative ni dans la phase des actes préparatoires109.
[54] Enfin, le législateur n’a pas déterminé de niveau de gravité distinct entre la « participation » et
le « soutien » dans la loi par rapport à la sanction. Or le degré d’implication dans l’organisation de
la première variante par rapport à la seconde peut être considéré comme supérieur. Cela permet
de comprendre pourquoi les sanctions les plus sévères, à chaque fois des peines privatives de
liberté, l’ont été pour les trois (3) personnes condamnées pour participation à une organisation
criminelle : 3 ans et 6 mois, 3 ans et 8 mois110 et 5 ans et 10 mois111.
cc. Soutien (ch. 1 al. 2)
[55] Le « soutien » à une organisation criminelle selon l’art. 260ter ch. 1 al. 2 CP appréhende tout
comportement de personnes qui, n’étant pas intégrées dans les structures de l’organisation, ren-
forcent concrètement son activité criminelle, sans qu’un lien de causalité entre l’acte de soutien
et l’acte criminel de l’organisation ne doive être démontré112. Dès lors, le destinataire du soutien
doit être l’organisation criminelle elle-même pour ses activités criminelles, raison pour laquelle
le « simple appui à l’un des membres de l’organisation » n’est pas susant113.
[56] Outre les cas dans lesquels le soutien concernait des activités de recrutement pour l’EI
(causes SK.2019.71 et SK.2020.11), cette variante de l’incrimination a essentiellement été ap-
pliquée dans les procédures du terrorisme djihadiste en relation à des actes relevant de la propa-
gande sur Internet. Néanmoins, la jurisprudence a dû préciser sur le plan matériel et temporel la
relation entre l’art. 260ter ch. 1 al. 2 CP et l’art. 2 LAQEI réprimant l’organisation d’« actions de
propagande » pour les organisations concernées que sont Al-Qaïda, l’Etat islamique et les groupes
apparentés (art. 1 LAQEI).
106 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016, c. VI./2.3.1.
107 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016, c. VI./4.2.1.
108 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020, respectivement c. 2.6.6, 2.6.4, 2.6.3 et 2.6.1.
109 Arrêt TPF SK.2016.15 du 28 février 2007, c. 4.4.
110 Arrêt TPF SK.2017.10 du 30 octobre 2017.
111 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020, c. 6.7.
112 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016, c. II./1.6.
113 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2017, c. 4.2.2.
26
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
[57] Matériellement d’abord, des actes de propagande en faveur d’organisations criminelles peu-
vent être qualifiés de soutien à celles-ci au sens de l’art. 260ter ch. 1 al. 2 CP, à la condition
d’avoir pour eet de renforcer le potentiel criminel de celles-ci ; à défaut, un tel comportement
n’est appréhendé que par l’art. 2 LAQEI114. Ainsi, l’art. 260ter ch. 1 al. 2 CP est d’application
plus restrictive que l’art. 2 LAQEI. Lart. 260ter nCP ne changera pas la donne matériellement,
étant donné qu’un soutien à des activités de nature criminelle ne sera plus requis. Au moment
de l’abrogation de la LAQEI, le nouvel art. 74 al. 4 de la Loi sur le renseignement115 pour les
organisations interdites par le Conseil fédéral (al. 1 cum al. 4) prendra le relai, mais devrait céder
le pas à l’art. 260ter nCP selon le Conseil fédéral116.
[58] Temporellement ensuite, en présence d’un comportement répondant à la typicité des deux
infractions, la loi spéciale et postérieure, c’est-à-dire l’art. 2 al. 1 LAQEI depuis son entrée en
vigueur le 1er janvier 2015, prime117. Il s’ensuit que l’art. 260ter CP est applicable pour les faits
antérieurs à cette date.
[59] Devant le Tribunal pénal fédéral, un soutien à une organisation criminelle a été retenu à dié-
rents niveaux des utilisateurs d’un site Internet ou des réseaux sociaux. En premier lieu, le four-
nisseur de contenu (content provider) créant et administrant un site web sur lequel s’échangent
du matériel de propagande en faveur d’organisations terroristes, des instructions relatives à la
confection de bombes, ainsi que des messages incitant à la violence commet un acte de soutien à
une organisation criminelle, tout comme la modératrice de ce site web118. Deuxièmement, il y a
également soutien à une organisation criminelle pour l’utilisateur publiant sur un tel site web des
liens Internet vers des vidéos de massacres119 ou mettant en ligne, sur Facebook, plusieurs pu-
blications contenant de la propagande pour l’État islamique dont des photos glorifiant le djihad
armé120. Ensuite, soutient aussi une organisation criminelle l’utilisateur créant un compte Face-
book pour une personne associée à l’EI et envoyant des demandes d’amitié à des sympathisants
du terrorisme djihadiste à travers le monde121. Se référant à la « notion pénale de propagande »
( « strafrechtlicher Propagandabegri»), le Tribunal pénal fédéral a tout d’abord considéré qu’elle
doit revêtir un caractère public et avoir pour but d’influencer un grand nombre de personnes,
si bien qu’une personne voulant faire adhérer une seule personne à sa cause ne s’adonne pas
à un acte de propagande pénalement répréhensible122. Pourtant, la même cour de Bellinzone a
dernièrement retenu un acte de soutien pour la personne envoyant sur WhatsApp à une seule
personne, et non à un groupe, trois photos considérées comme relevant de la propagande pour
l’EI123. Par ailleurs, l’art. 260ter CP étant une infraction intentionnelle, le soutien suppose une
activité consciente et donc l’intention qui comprend également le dol éventuel. C’est pourquoi le
fait pour le fournisseur de contenu de savoir que de tels messages et documents sont partagés sur
114 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 1.3.7.
115 Loi fédérale sur le renseignement du 25 septembre 2015 (LRens; RS 121).
116 FF 2018 6469, 6524.
117 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2019, c. 1.15.
118 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2017, c. 4.2.6.
119 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2017, c. 4.2.6.
120 Arrêt TPF SK.2018.52 du 12 octobre 2018.
121 Arrêt TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016.
122 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 3.3.4.
123 Arrêt TPF SK.2019.71 du 11 septembre 2020, c. III./4.3.5.
27
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
le site web qu’il administre et de les tolérer engage sa responsabilité pénale pour soutien par dol
éventuel124.
[60] Force est de constater qu’un comportement peut facilement être interprété comme un acte
de soutien à une organisation criminelle et que la jurisprudence est mouvante. Il sut en eet de
relayer, que ce soit par l’envoi à une ou plusieurs personnes sur un service de messagerie électro-
nique comme WhatsApp ou Telegram, ou de publier sur un réseau social tel que Facebook, Twitter
ou YouTube, une image ou une vidéo avec l’emblème de l’organisation criminelle en question125.
À cet égard, il est toutefois permis de s’interroger sur la véritable aptitude de cet acte à renforcer
la capacité de nuisance de l’organisation criminelle. En outre, le Tribunal fédéral a admis dans un
autre contexte que celui du terrorisme djihadiste qu’un « j’aime » à une publication d’un autre
utilisateur et son « partage » sur Facebook élargissait le cercle initial des destinataires126. Cela
pose donc la question de savoir si un simple « j’aime » à une vidéo de propagande pourrait être
assimilé à un acte de soutien à une organisation terroriste, mais doit, selon nous, recevoir une
réponse négative. Cependant, la suppression de la nature « criminelle » de l’activité à soutenir
avec l’art. 260ter nCP devrait achever de confirmer les interprétations jurisprudentielles parfois
extensives, si ce n’est les étirer davantage.
[61] Finalement, les peines prononcées à l’encontre de personnes condamnées pour soutien à une
organisation criminelle sont variables. Une (1) personne a été condamnée à une peine-pécuniaire
de 100 jours-amende qui a été prononcée avec sursis pendant deux ans127. Trois (3) autres à des
peines privatives de liberté de 12 mois au plus, dont deux (2) avec sursis, l’une de 5 mois et
l’autre de 12 mois128, ainsi qu’une (1) dernière peine ferme de sept (7) mois pour une personne
se trouvant à l’étranger au moment de sa condamnation129. Dans les causes SK.2007.4 et 2013.39,
les peines privatives de liberté de 2 ans, dont 6 fermes et la quotité de la peine restante avec
sursis, de 2 ans avec sursis et de 3 ans et 3 mois fermes ont sanctionné des auteurs ayant déployé
une importante énergie criminelle en permettant la mise en place d’un réseau sur Internet de
terroristes djihadistes. La sévérité de la peine privative de liberté de 3 ans et 6 mois dans la cause
SK.2015.45 est à mettre en relation avec le contexte politiquement chargé en raison des attentats
perpétrés en fin d’année 2015 dans la France voisine130 ; cette sanction n’a pas été contestée par
la personne condamnée en question, alors que le Tribunal fédéral a admis les recours de ses co-
accusés, en retenant que les peines prononcées étaient excessivement lourdes131. Enfin, une (1)
personne a été condamnée à 4 ans et 2 mois dans la cause SK.2019.71.
dd. Sympathie
[62] La jurisprudence a coutume d’armer que les « simples sympathisants » ou « admirateurs »
d’organisations criminelles ou terroristes ne satisfont pas aux éléments constitutifs de la variante
124 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007, c. 4.2.6.
125 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 3.2.2 ; SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 5.3.4.
126 ATF 146 IV 23, c. 2.2.3 s.
127 Arrêt TPF SK.2019.71 du 11 septembre 2021.
128 Arrêt TPF SK.2019.63 du 18 décembre 2019, respectivement SK.2007.4 du 21 juin 2017.
129 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019.
130 A cet égard : Ahmed Ajil/Manon Jendly, Fabriquer un « dangereux ennemi terroriste » : une étude de cas suisse
sur les implications d’une prophétie, Déviance et Société 2020, p. 633, p. 652.
131 Arrêt TF 6B_1104/2016 et 6B_1132/2016 du 7 mars 2017.
28
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
du « soutien »132. La doctrine considère également que la sympathie ne fait pas l’objet d’une
répression pénale133. Pourtant, la ligne de démarcation entre soutien illicite et sympathie et ad-
miration licites n’est pas claire.
[63] À cet égard, il convient de rappeler que lorsque l’art. 260ter CP fut créé, le Conseil fédéral
présentait le champ d’application de la variante du « soutien » comme ne visant pas « le sympa-
thisant qui, par exemple, fait de la publicité pour les buts de l’organisation en sprayant des slo-
gans »134. Plus récemment, à l’occasion de l’inclusion expressis verbis des organisations terroristes
à l’art. 260ter nCP et l’extension de la variante du soutien, il expliquait à nouveau que « le légis-
lateur n’a jamais eu la volonté, et pour cause, de qualifier la simple expression d’une sympathie
ou le pur fait de partager en son for intérieur les idées d’une organisation [.. .] de participation
au sens du droit pénal »135. Non seulement le Conseil fédéral explique-t-il que la simple sympa-
thie n’est pas pénalement appréhendée, ce qui va de soi en vertu du principe cogitationis pœnam
nemo patitur étant donné qu’il s’agit d’une pure pensée dans le for intérieur de l’auteur136, mais
il ajoute qu’en plus une manifestation concrète et dans le monde réel de celle-ci ne l’est pas non
plus. Le gouvernement l’armera clairement dans son avis à la motion 15.3008 : « [d]u point de
vue de l’État de droit, un simple sentiment d’appartenance ou une manifestation de sympathie à
l’égard d’une organisation ne saurait être un élément constitutif susant, car le droit suisse ne
punit pas la simple opinion »137.
[64] Lorsque l’expression de cette sympathie est eectuée en ligne et implique de facto un par-
tage ou une extension de l’accessibilité d’un contenu, vu la portée extensive que la jurisprudence
donne à la variante de « soutien », il semble dicile de déterminer s’il existe encore une zone
non-punissable pour tout acte de sympathie, cas échéant, lesquels.
2. Par rapport à l’art. 2 al. 1 LAQEI
a. In abstracto
[65] Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, le Conseil fédéral a décidé de réagir au
plus vite pour incriminer divers comportements en relation avec l’organisation Al-Qaïda. Par
voie d’ordonnance, il a interdit cette organisation dès le 8 novembre 2001 et réprimé par ce biais
l’association à cette dernière, ainsi que le soutien personnel ou matériel, l’organisation d’actions
de propagande en sa faveur ou pour ses objectifs et le recrutement d’adeptes138. Cette ordonnance
est restée en vigueur plus de dix ans sous cette forme, car elle a été prorogée à trois reprises par le
132 Arrêt TF 6B_645/2007 et 650/2007 du 2 mai 2008, c. 7.3.1 ; TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007, c. 4.2.6 ; ATF 133 IV
235 = JdT 2007 IV 119, c. 4.2.
133 Moreillon/Lubishtani (n. 71), 544 s.; Umberto Pajarola/Moritz Oehen/Marc Thommen, in : Jürg-Beat
Ackermann et al. (édit.), Kommentar Kriminelles Vermögen. Kriminelle Organisation, vol. II, Zurich/Bâle/Genève
2018, Art. 260ter N 466 ss.
134 FF 1993 III 269, 294.
135 FF 2018 6469, 6512 s.
136 Dongois/Lubishtani (n. 18), p. 179.
137 Conseil fédéral, Avis du 2 septembre 2015 en réponse à la motion 15.3008 du 10 février 2015.
138 Art. 1 et 2 de l’ordonnance du Conseil fédéral instituant des mesures à l’encontre du groupe « Al-Qaïda » et d’orga-
nisations apparentées du 7 novembre 2001 (RO 2001 3040 ; 2002 376).
29
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Conseil fédéral139. Dans un second temps, l’Assemblée fédérale l’a également prorogée dès 2012
sous la forme d’une ordonnance140 pour en faire dès 2015 une loi fédérale, mais reposant sur
la clause d’urgence (art. 165 al. 1 Cst.)141. Cette loi fédérale devait échoir au 31 décembre 2018
(art. 4 al. 4 LAQEI), mais a été prolongée jusqu’à la fin de l’année 2022 (art. 4 al. 3)142.
[66] Cette façon de légiférer pénalement en dehors du processus législatif ordinaire a suscité des
critiques dans la doctrine. Le principe de la légalité (art. 1 CP) tolère dans des situations ex-
ceptionnelles que des lois d’incrimination et de sanction figurent dans des ordonnances, mais à
la condition, notamment, qu’une telle réglementation soit limitée dans le temps et incorporée
dans une loi formelle si elle perdure143.Saxer a ainsi qualifié l’ordonnance de « verfassungsrecht-
lich nicht haltbar » en raison de ses diverses prolongations144, tandis que Biaggini a relevé que
le transfert vers une loi fédérale urgente n’avait pas fait sortir la réglementation de la sphère de
l’extraordinaire dans laquelle elle avait été placée145.
[67] D’un point de vue matériel, l’art. 2 al. 1 LAQEI réprime quatre comportements distincts, à
savoir l’« association », la « mise à disposition des ressources humaines ou matérielles », l’« orga-
nisations d’action de propagande » avec, en sus, une clause générale et subsidiaire visant l’« en-
couragement des activités [de l’organisation] de toute autre manière ». La disposition vise ainsi à
protéger la sécurité publique avant que des infractions pénales ne soient commises146. Les deux
premières variantes sont donc similaires aux comportements incriminés à l’art. 260ter CP147, si
bien qu’il existe des recoupements entre les deux infractions. Le champ d’application de l’art. 2
al. 1 LAQEI est toutefois plus étendu de par sa clause générale permettant de réprimer un très
large éventail d’actes148. Alors que les organisations visées par la LAQEI sont discriminées et éta-
blies dans la loi (art. 1), il en va autrement à l’art. 260ter CP qui se réfère à des critères abstraits
devant, de cas en cas, être examinés pour déterminer si une organisation est « criminelle » ou
non149.
[68] Instrument répondant à une situation d’urgence lorsqu’elle a été adoptée, la LAQEI est vouée
à disparaître, mais les comportements qu’elle réprime continueront de l’être par l’entremise de
l’art. 74 al. 4 LRens qui est mot pour mot calqué sur l’art. 2 al. 1 LAQEI. À cet égard, le Conseil
fédéral a indiqué qu’il prononcerait une décision formelle d’interdiction au sens de l’art. 74 al. 1
nLRens s’agissant des organisations concernées par la LAQEI. Il aurait toutefois pu fixer l’abroga-
tion de cette loi au moment de l’entrée en vigueur l’art. 260ter nCP le 1er juillet 2021, étant donné
139 RO 2003 4485 ; 2005 5425 ; 2008 6271.
140 RO 2012 1.
141 RO 2014 4565.
142 RO 2018 3345.
143 Dans la jurisprudence : ATF 123 IV 29, c. 3a); 122 IV 258, c. 2a). Dans la doctrine : José Hurtado Pozo/Federico
Illiánez, in : Laurent Moreillon/Nicolas Queloz/Alain Macaluso/Nathalie Dongois (édit.), Commentaire romand.
Code pénal I, Bâle 2020, art. 1 N 21 ; BSK StGB-Popp Berkemeier (n. 71), Art. 1 N 2.
144 Urs Saxer, in : Bernhard Waldmann/Eva Maria Belser/Astrid Epiney (édit.), Basler Kommentar. Bundesverfassung,
Bâle 2015, Art. 185 N 108.
145 Giovanni Biaggini, « Ausserordentliche Umstände » – oder : Gefangen in der « Notrechts-Falle »?, ZBl 2012,
p. 109, p. 109.
146 Arrêt TF 6B_948/2016 du 22 février 2017 et 6B_169/2019 du 26 février 2020, respectivement c. 4.1 et 2.1.
147 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juin 2016, c. 1.14.1.
148 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juin 2016, c. 1.14.
149 Moreillon/Lubishtani (n. 71), p. 528 ss.
30
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
que les organisations Al-Qaïda et EI, ainsi que les organisations apparentées, sont assurément des
organisations terroristes d’ores et déjà reconnues par la jurisprudence.
b. In concreto
aa. Organisation d’actions de propagande
[69] L’« organisation d’actions de propagande » désigne de manière générale toute action visant
à influencer le destinataire d’une communication qu’elle qu’en soit le médium sur le plan idéo-
logique, que ce soit dans les domaines culturels, sociaux, politiques ou religieux, dans le but
de gagner l’esprit de tiers ou de renforcer leurs convictions150. Dans le contexte de l’art. 2 al. 1
LAQEI, cette variante incrimine toutes les activités de propagande qui promeuvent de manière
active l’idéologie et les valeurs des organisations Al-Qaïda et Etat islamique interdits à l’art. 1
LAQEI151.
[70] Tombent sous le coup de cette variante les publications sur tout réseau social et d’autres sites
Internet consistant en des images ou des vidéos d’atrocités commises par une organisation visée
à l’art. 1 LAQEI qui est notamment reconnaissable par la présence de son drapeau152. Il en va
également ainsi de la publication d’une image montrant les infrastructures médicales de l’État
islamique avec la légende « Pour ceux qui pensent que l’État islamique en Lybie manquerait de
moyens médicaux. / Photos d’un hôpital moderne et totalement équipé de l’État islamique en
Lybie » : agissant de cette manière, l’auteur indique à toute personne lisant ce message qu’il est
possible de mener une vie normale sous le règne de l’EI et que celui-ci dispose des infrastructures
nécessaires à cet égard, en donnant tort à quiconque penserait le contraire153. En outre, la pro-
duction et la dissémination d’un entretien filmé avec une figure connue des rebelles syriens, mais
dont l’organisation qu’il dirige a une filiation proche avec Al-Qaïda, est également une action
de propagande, de même que l’organisation d’une conférence de presse présentant cet entretien,
ainsi que la participation en tant qu’intervenant à cette dernière conférence154. Le transfert via
un disque dur sur l’ordinateur d’un tiers de trois sermons de leaders de la milice Al-Shabaab,
aliée à l’EI, appelant à mener le djihad armé contre tous les infidèles, est également un acte
de propagande155. Finalement, est également considérée comme propagande la tenue de discus-
sions en personne ou par voie électronique visant à convaincre des personnes de l’idéologie de
l’EI (prosélytisme)156.
[71] Quand bien même une personne s’adonne à une action de propagande sans éprouver une
quelconque sympathie pour l’Etat islamique et sans proximité aucune avec cette organisation, la
jurisprudence retient qu’elle s’est accommodée du risque de renforcer le potentiel de l’organisa-
tion, l’infraction pouvant être commise par dol éventuel157.
150 Arrêt TPF SK.2017.49 du 15 juin 2018, c. 2.2.3 s. ; SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 3.1.1 s. ; SK.2019.38 du 26 juin
2020, c. 3.3.2 s.
151 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 3.2.2 ; SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 3.3.4.
152 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 5.4 ; SK.2019.63 du 12 décembre 2019, c. 2.1.
153 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 5.3.2.
154 Arrêt TPF SK.2020.7 du 27 octobre 2020.
155 Arrêt TPF SK.2019.74 du 7 octobre 2020, c. 2.3.2 s.
156 Arrêt TPF SK.2017.39 du 18 août 2017.
157 Arrêt TPF SK.2019.49 du 3 septembre 2020, c. 16.10.
31
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
[72] Les sanctions infligées à raison de cette variante de l’infraction ont toutes été prononcées avec
sursis, à l’exception d’une personne se trouvant à l’étranger lors de sa condamnation qui a été
condamnée cumulativement à une peine privative de liberté de 7 mois et d’une peine pécuniaire
de 40 jours-amende158. Deux personnes ont ainsi été sanctionnées de peines pécuniaires avec
sursis, l’une de 25 jours-amende159, l’autre de 180 jours-amende160, et deux autres personnes à
une peine privative de liberté de 5 mois avec sursis pour chacune d’entre elles161. Enfin, trois
personnes ont été condamnées à des peines privatives de liberté plus sévères en comparaison des
autres condamnations, mais avec sursis : à 20, 18 et 15 mois de peine privative de liberté162.
bb. Autres variantes
[73] Trois autres variantes à l’art. 2 al. 1 LAQEI sont envisagées, au premier rang desquelles figure
le fait de « s’associer sur le territoire suisse » à une organisation interdite au sens de l’art. 1
LAQEI. Si la version en langue française ne traduit pas de véritable proximité avec la variante de
la « participation » envisagée à l’art. 260ter CP, il en va autrement pour celles en allemand et en
italien, puisque dans les deux normes il est question de « beteiligt » et « partecipa ». Par conséquent,
la jurisprudence relative à l’art. 260ter ch. 1 al. 1 CP peut être reprise mutatis mutandis pour la
variante de l’« association ». Cela étant, il n’y a pour l’heure pas de cas d’application pour cette
variante. Le Tribunal pénal fédéral n’a pas qualifié, dans le cadre d’une procédure simplifiée, le
fait pour une personne d’avoir facilité l’accès à la zone de conflit syro-irakienne en Suisse et en
Turquie de deux « foreign fighters »163.
[74] De la même manière, la variante de la « mise à disposition de ressources humaines ou ma-
térielles » correspond à celle du « soutien » au sens de l’art. 260ter ch. 1 al. 2 CP, le Tribunal
pénal fédéral ayant privilégié dans l’interprétation la version allemande, sans toutefois relever
que les versions française et italienne sont concordantes164. Le renvoi à la jurisprudence relative
à la disposition du Code pénal sur l’organisation criminelle est tout de même justifié.
[75] Lorsqu’il s’est agi de qualifier le voyage pour rejoindre le territoire contrôlé par l’Etat isla-
mique, la variante de la « mise à disposition de ressources humaines » n’a toutefois pas été retenue
et il lui a été privilégié celle de l’« encouragement [de] ses activités de toute autre manière » qui a
une portée plus large165. Pourtant, cette variante correspond à une clause générale et subsidiaire
qui est « problématique »166 du point de vue de l’exigence de certitude du droit pénal et se trouve
dans une « relation de tension » avec le principe nulla poena sine lege certa (art. 1 CP)167. C’est la
raison pour laquelle est requise en outre une proximité (Tatnähe) entre le comportement en cause
158 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019.
159 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020.
160 Arrêt TPF SK.2019.49 du 3 septembre 2020.
161 Arrêt TPF SK.2019.63 du 18 décembre 2019 ; SK.2019.74 du 7 octobre 2020.
162 Arrêt TPF SK.2017.49 du 15 juin 2018 ; SK.2020.7 du 27 octobre 2020.
163 Arrêt TPF SK.2017.39 du 18 août 2017.
164 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juin 2016, c. 1.14.1.
165 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016, c. 1.14.
166 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016, c. 2.3.1.
167 Arrêt TF 6B_948/2016 du 22 février 2017, c. 4.2.1; Andreas Eicker,Zur Interpretation des Al-Qaïda- und IS-
Gesetzes durch das Bundesstrafgericht in Fall eines zum Islamischen Staat Reisenden, in : Jusletter 21 novembre
2016, N 6.
32
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
et les crimes de l’Etat islamique168. Le TPF a justifié l’application de cette variante au motif que
l’intéressé avait salué plusieurs personnes, avait en outre été salué par elles devant une mosquée
quelques jours avant son départ et que celles-ci devaient être au courant de son départ en vue
de gonfler les rangs de l’EI. L’auteur a ainsi suscité l’admiration des personnes restées sur places
et potentiellement intéressées à en faire de même169. Entouré d’une certaine publicité, ce départ
avait non seulement un eet de propagande considérable (erhebliche propagandistische Wirkung),
mais il a en plus encouragé des tiers à agir en ce sens et donc renforcé le pouvoir d’attrait de l’or-
ganisation170. Dès lors, l’infraction est considérée comme réalisée, quand bien même l’auteur est
arrêté par la police après avoir franchi la porte d’embarquement en attendant d’être transporté à
destination par la compagnie aérienne.
[76] Il est toutefois à noter que, sans remettre en cause la qualification retenue par le TPF, le
Tribunal fédéral a jugé que déterminer si un tel comportement relevait de la variante de la « mise
à disposition » ou de la clause générale d’« encouragement de toute autre matière » n’était pas
pertinent (einerlei)171.
[77] Un autre voyage à destination de la Syrie également interrompu a néanmoins fait l’objet
d’une qualification diérente dans un arrêt du TPF postérieur, tant d’un point de vue matériel
que par rapport au degré de réalisation de l’infraction. Tout d’abord, il a été retenu une « mise
à disposition de ressources humaines » dans le cas d’une personne vivant isolée dans un pays
étranger et n’ayant pas fait connaître son voyage à de tiers, si ce n’est un passeur. La qualification
repose sur le fait que, par son voyage, l’auteur entendait aller mener une vie volontaire (freiwilliges
Leben) sous le régime de l’EI, ce qui irait indubitablement de pair avec son renforcement, étant
donné que son existence en tant qu’État autoproclamé conquis dépend de sa capacité à s’appuyer
sur des ressources humaines172. Dans la mesure où la personne vivait en Égypte et se rendait en
Grèce pour atteindre la Turquie et enfin gagner la Syrie, mais qu’elle s’est fait arrêter à la frontière
gréco-turque, c’est une tentative qui a été retenue173. Si la qualification matérielle nous semble
être correcte, le degré de réalisation retenu surprend toutefois, étant donné que l’infraction en
cause porte sur des actes préparatoires et que l’application de l’art. 22 CP est de ce fait exclue174.
Il s’ensuit une extension critiquable du champ de punissabilité dicilement compatible avec le
principe de la légalité (art. 1 CP).
[78] En termes de sanction, les comportements subsumés par ces diérentes variantes et jugés
par le TPF ne concernaient qu’un voyage mis en échec en direction de la Syrie. Ils ont tous deux
été sanctionnés par une peine privative de liberté de 18 mois, dont 6 mois fermes avec un sursis
partiel de 3 ans pour la quotité restante de la peine175, et avec un sursis complet de 3 ans dans
l’autre cas176. La cause SK.2017.39, dont l’issue est une peine privative de liberté de 2 ans et
6 mois, dont 6 fermes, est particulière, étant donné qu’il s’agissait d’une procédure simplifiée.
168 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016, c. 1.14.3 ; TF 6B_948/2016 du 22 février 2017, c. 4.2.1.
169 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016, c. 1.14.
170 Arrêt TF 6B_948/2016 du 22 février 2017, c. 4.2.2.
171 Arrêt TF 6B_948/2016 du 22 février 2017, c. 4.2.2.
172 Arrêt TPF SK.2017.43 du 15 décembre 2017, c. 2.4.3.
173 Arrêt TPF SK.2017.43 du 15 décembre 2017, c. 2.4.3.
174 Lubishtani (n. 23), p. 146.
175 Arrêt TPF SK.2017.43 du 15 décembre 2017.
176 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016.
33
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
3. Par rapport à l’art. 135 CP et son importance pratique
a. In abstracto
[79] Aux côtés des art. 260ter CP et 2 LAQEI dont la pertinence est évidente pour le terrorisme
djihadiste, l’art. 135 CP relatif à la « représentation de la violence » est une infraction faisant
régulièrement son apparition dans le cadre des procédures examinées. Entrée en vigueur en 1990
ensuite d’une forte pression politique, cette incrimination est calquée sur l’infraction de porno-
graphie (art. 197 CP) relativement aux comportements réprimés177, les deux dispositions visant
cependant des représentations de nature diérente. Le bien juridiquement protégé par l’infrac-
tion est dicilement identifiable et la doctrine, divisée sur cette question, met en avant la protec-
tion de la jeunesse d’une part et, d’autre part, la protection du sens moral de tout un chacun qui
serait heurté par de telles représentations, voire incité à reproduire les mêmes comportements178.
Or le lien entre une représentation de la violence et la violence qu’elle peut engendrer repose sur
des « fondements scientifiques [.. .] extrêmement controversés »179.
[80] L’art. 135 al. 1 CP vise des comportements se rapportant à des « représentations de la vio-
lence » qui sont définies par le législateur positivement comme « [illustrant] avec insistance des
actes de cruauté envers des êtres humains ou des animaux portant gravement atteinte à la dignité
humaine » et négativement en ne « [présentant] aucune valeur d’ordre culturel ou scientifique
digne de protection »180. À l’origine, le champ de punissabilité de cette infraction était déjà en-
visagé largement par le législateur avec pas moins de dix comportements distincts devant être
réprimés, de la « fabrication » au fait de « rendre accessible », en passant par la « promotion » de
ladite représentation. Il a néanmoins fait l’objet d’une extension en 2002 avec la pénalisation de
l’« acquisition », l’« obtention » et la « possession » de représentations de violence avec l’art. 135
al. 1bis CP. L’incrimination de ces comportements pour les représentations de violence est justi-
fiée par le Conseil fédéral par renvoi aux motifs concernant l’art. 197 CP : la consommation de
pornographie dure augmentant en Suisse, elle entraîne la fabrication de représentation l’illus-
trant et représentant un vécu concret181. Pour les représentations de violence en revanche, il est
uniquement indiqué que « la demande [. . . ] incite, aussi, à la commission de délits graves »182,
sans qu’aucune hausse de la consommation de ces représentations et donc de la demande n’ait au
préalable été établie, contrairement aux représentations pornographiques. Cela permet de s’in-
terroger sur la véritable nécessité de l’extension de l’art. 135 CP de manière générale au regard
du principe de subsidiarité du droit pénal183.
177 BSK StGB-Hagenstein (n. 71), art. 135 N 1 s. ; CR CP II-Ros (n. 72), art. 135 N 2 s. ; Ursula Cassani, Les représen-
tations illicites du sexe et de la violence, RPS 1993, p. 428, p. 441.
178 ATF 131 IV 16, c. 1.2; ATF 128 IV 25, c. 3a) ; BSK StGB-Hagenstein (n. 71), Art. 135 N 1 s. ; CR CP II-Ros (n. 73),
art. 135 N 3 et 5.
179 Cassani (n. 177), p. 441 s. Voir également : arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007, c.6 .2.1 ; BSK StGB-Hagenstein
(n. 71), Art. 135 N 8.
180 BSK StGB-Hagenstein (n. 71), Art. 135 N 10 ss.
181 FF 2000 2769, 2802 ; arrêt TF SK.2007.4 du 21 juin 2007, c. 6.2.7.
182 FF 2000 2769, 2809.
183 Stefan Trechsel/Peter Noll/Mark Pieth, Schweizerisches Strafrecht. Allgemeiner Teil I, 7eéd., Zurich 2017,
p. 23.
34
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
b. In concreto
aa. Possession (al. 1bis)
[81] La « possession » au sens de l’art. 135 al. 1bis CP requiert une maîtrise physique, directe ou
indirecte, ainsi que la volonté correspondante, et correspond à la notion pénale de « détention »
( « Gewahrsam »)184.
[82] Cette variante de l’infraction doit toutefois être distinguée de la stricte consommation de
représentations de la violence qui ne fait pas l’objet d’une répression pénale185. La solution est
diérente en présence de représentations pornographiques, le législateur ayant expressément in-
criminé leur consommation (art. 197 al. 5 CP). En pratique toutefois, la distinction est délicate
par rapport à la mémoire-cache, soit les sauvegardes intermédiaires et automatiques de données
relatives à des représentations consommées, de navigateurs Internet notamment. À cet égard,
le Conseil fédéral a lui-même jugé que la présence de données dans la mémoire-cache n’était,
en règle générale, pas constitutive d’une « possession » punissable186. Le Tribunal fédéral a re-
tenu cette interprétation dans un premier temps187, mais il a ensuite opéré un revirement de
jurisprudence dans le cadre de l’art. 197 ch. 3bis CP, en ce sens que quiconque laisse sciemment
des données relatives à une représentation prohibée dans la mémoire-cache se rend coupable de
« possession »188. Interprétée ainsi, cette notion est extrêmement large et ce caractère étendu ne
correspond pas à la volonté du législateur tout en confinant, dans les faits, à la répression de la
simple consommation189. Si celle-ci peut être réprouvée, elle n’est pas pour autant réprimée par
le législateur dans le cadre des représentations de violence. Cette interprétation est discutable du
point de vue du principe de la légalité (art. 1 CP).
[83] L’interprétation extensive critiquable de cette incrimination elle aussi critiquable a précisé-
ment servi au TPF pour retenir la variante de la « possession » à l’encontre d’une personne ayant
visionné une vidéo sur les méthodes d’exécution de l’EI, comprenant des images d’exécutions et
de cadavres190. Il en est allé de même pour une personne qui, sans avoir nécessairement visionné
des photos contenant des représentations de violence, en l’occurrence des photos de cadavres dé-
membrés dans le contexte de la guerre civile syrienne, les avait reçues via WhatsApp, cela même
si elles avaient été enregistrées automatiquement sur la galerie photos du téléphone, mais sup-
primées, car les images n’ont en revanche pas été supprimées de l’historique des conversations
dans l’application mobile en question191. Enfin, dans une autre procédure, le TPF a retenu la pos-
session pour une personne qui avait reçu douze images et une vidéo représentant des exécutions,
184 ATF 137 IV 208 = JdT 2012 IV 114, c. 4.1 et 4.2.1. Voir à ce sujet : Thierry Godel/Carmine Gionata, Saisir la por-
nographie enfantine à l’ère du numérique, forumpoenale 2021, p. 130, p. 135.
185 CR CP II-Ros (n. 73), art. 135 N 33 ; BSK StGB-Hagenstein (n. 71), Art. 135 N 71.
186 FF 2000 2769, 2804.
187 Arrêt TF 6B_289/2009 du 16 septembre 2009, c. 1.4.5 ; 6S.254/2006 du 23 novembre 2006, c. 3.3.
188 ATF 137 IV 208 = JdT 2012 IV 114, c. 4.2.2.
189 Mentionnons ici que le législateur français avait instauré en 2016 une incrimination de « consultation habituelle de
sites terroristes » (art. 421-2-5-2 du Code pénal français adopté par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016). Celle-ci a été
censurée une première fois par le Conseil constitutionnel français, au motif qu’elle porte « une atteinte à l’exercice
de la liberté de communication qui n’est pas nécessaire, adaptée et proportionnée » (décision Conseil Constitution-
nel n° 2016-611 QPC du 10 février 2017, § 16). Elle a ensuite été rétablie (loi n° 2017-258 du 28 février 2017) pour
être une seconde fois censurée par le même organe judiciaire (décision n° 2017-682 QPC du 15 décembre 2017).
190 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 6.5.2.
191 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 6.15.
35
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
des décapitations et des cadavres de personnes tuées par l’EI, car la personne ne saurait faire
valoir être un utilisateur d’Internet peu entraîné (ungeübter Internetnutzer) et aurait dû eacer le
matériel sauvegardé sur le téléphone192.
[84] Dans les procédures pour terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, l’art. 135
CP n’a jamais été retenu à lui seul, mais toujours aux côtés d’autres infractions. Par rapport à la
sanction, les personnes reconnues coupables de possession de représentations de la violence ont
été condamnées à une peine pécuniaire de 25 jours-amende, avec sursis pendant 2 ans193, à une
peine privative de liberté de 5 mois avec sursis pendant 2 ans194 et enfin à une peine privative de
liberté de 7 mois et d’une peine pécuniaire de 40 jours-amende pour une personne se trouvant à
l’étranger lors de sa condamnation195.
bb. Autres variantes (al. 1)
[85] Trois autres procédures ont fait intervenir diverses variantes de l’art. 135 al. 1 CP qui se
recoupent entre elles.
[86] Dans la cause SK.2007.4, le TPF a retenu toutes les variantes de l’infraction, à l’exception
de celles de l’« exposition » et de l’« ore » pour une personne ayant diusé et toléré des images
et des liens vers des vidéos d’exécutions sur un site web dont il était l’administrateur, ainsi que
téléchargé des dizaines de vidéos d’exécution sur son ordinateur196.
[87] L’infraction peut être commise sous toutes ses variantes par dol éventuel. À cet égard, il a été
retenu dans la cause SK.2020.11 qu’une personne avait « pris en dépôt » des images et des vidéos
montrant des actes de violence extrême commis par l’EI, au motif qu’elle les avait possédées dans
le dessein éventuel de les diuser ultérieurement, même s’il n’était pas possible de prouver qu’elle
avait spécifiquement téléchargé ou stocké ces représentations197.
[88] Lorsqu’une représentation de la violence se rapporte à une organisation criminelle au sens
de l’art. 260ter CP et que le comportement commis est constitutif à la fois de « participation »
ou « soutien » à une telle organisation, mais aussi d’une des variantes de l’art. 135 CP, la juris-
prudence a admis un concours idéal entre les deux infractions, l’art. 135 CP étant absorbé par
l’art. 260ter CP198. Il en va de même lorsque ce n’est pas l’art. 260ter CP qui s’applique, mais
l’art. 2 LAQEI qui absorbe également l’art. 135 CP199.
[89] De la même manière que pour l’art. 135 al. 1bis CP, aucune personne n’a été condamnée
uniquement pour violation de l’art. 135 al. 1 CP et il est donc dicile de tirer des conclusions
par rapport aux sanctions. Dans la cause SK.2020.11 toutefois, le TPF a indiqué aggraver la peine
privative de liberté de 10 mois supplémentaires pour les faits tombant sous le coup de l’art. 135
192 Arrêt TPF SK.2019.69 du 21 novembre 2019, c. 3.3.2.
193 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020.
194 Arrêt TPF SK.2019.63 du 12 décembre 2019.
195 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019.
196 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007, c. 6.4.
197 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020, c. 4.4.4.
198 Arrêt TPF SK.2013.39 du 2 mai 2014, c. 3.2.4.
199 Arrêt TPF SK.2016.9 du 15 juillet 2016, c. 2.4.3.3 ; SK.2019.49 du 3 septembre 2020, c. 18.3.
36
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
al. 1 CP200. Pour une autre personne, la peine pécuniaire a été augmentée de 80 jours-amende201.
Enfin, une personne a été sanctionnée par une peine privative de liberté de 2 ans, dont 6 fermes
et la quotité de la peine restante avec sursis202.
4. Observations supplémentaires
[90] La diculté de gérer les diérents niveaux – l’organisation au niveau macro et la culpabi-
lité de l’individu au niveau micro – se lit en filigrane dans tous les jugements soumis à l’ana-
lyse. Il est dans la nature des infractions de la lutte anti-terroriste, tant avec l’art. 260ter CP que
l’art. 2 al. 1 LAQEI, d’établir la culpabilité d’un individu à travers l’examen des liens qu’il en-
tretient ou non avec l’activité criminelle de l’organisation. En eet, l’autorité de jugement étudie
toujours les activités de l’organisation et leur nature licite ou non, afin de déterminer si eec-
tivement il s’agit d’une organisation répréhensible. Or il apparaît que, dans l’évaluation de la
culpabilité des personnes accusées, il n’est pas toujours aisé de déterminer si les juges sont en
train de juger l’organisation ou la personne.
[91] À titre illustratif, il a été retenu que les publications de matériel de propagande par un pré-
venu étaient particulièrement graves, car elles avaient eu lieu dans le courant de l’année 2015,
soit, selon le TPF, « in einer Phase, als dieser [der IS] auf dem Zenit seiner Macht stand und Rei-
sebewegungen ausländischer Anhänger in die eroberten Gebiete ihren Höhepunkt fanden »203. Dans
un autre cas, un des magistrats lors de l’audience a demandé au prévenu s’il était d’accord avec
les éléments se trouvant dans les prêches retrouvés sur un disque dur lui appartenant204. Enfin,
dans les causes SK.2017.49 et SK.2020.7, les trois personnes condamnées l’ont été en relation à la
production d’un entretien filmé d’une personne associée à l’organisation Al-Qaïda et le fait que
l’interviewer ne prenne pas une posture critique pendant l’entretien a été jugé comme étant un
facteur aggravant.
[92] Il va de soi que le même comportement envisagé par la loi puisse être jugé diéremment
en fonction de la nature et de la gravité des activités criminelles de l’organisation en question.
Néanmoins, les liens avec les organisations criminelles sont souvent extrêmement ténus et forcé-
ment, dans une certaine mesure, construits dans la quête de l’établissement des faits. En eet, une
personne partageant des vidéos et des images de l’Etat islamique adhère-t-elle véritablement à
tout ce que Daesh fait et à tous les objectifs et toutes les activités de l’organisation ?
V. Remarques conclusives
1. Sur la répression visible devant le Tribunal pénal fédéral
[93] A titre général, il est possible de constater au terme de cette étude que le terrorisme djihadiste
existe bel et bien en Suisse et cela sous diérentes facettes. Si des actes de violence physique
200 Arrêt TPF SK.2020.11 du 8 octobre 2020, c. 6.5.
201 Arrêt TPF SK.2019.49 du 3 septembre 2020, c. 19.8.
202 Arrêt TPF SK.2007.4 du 21 juin 2007.
203 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019, c. 7.5.1.
204 Notes de terrain Bellinzone dans la cause SK.2019.74.
37
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
n’ont pas encore été jugés par les autorités judiciaires fédérales en attendant les jugements dans
les aaires de Morges et de Lugano, des personnes ont été accusées et condamnées pour des
comportements allant pour certains de l’envoi par WhatsApp d’une vidéo montrant des scènes
de violence, la diusion active de la propagande djihadiste sur Internet, le prosélytisme et pour
d’autres le recrutement de personnes pour le djihad armé, cela jusqu’au départ vers le territoire
syro-irakien pour combattre dans les rangs de groupuscules djihadistes. La répression pénale est
lourde et 2020 a vu deux importantes aaires être jugées par le TPF avec, à la clé, le prononcé des
peines les plus sévères en matière de terrorisme djihadiste depuis 2004.
[94] Le droit pénal suisse du terrorisme ne connaît pour l’heure qu’une seule infraction portant
spécifiquement sur le terrorisme, à savoir l’art. 260quinquies CP sur le financement du terrorisme.
Pourtant, celle-ci n’a jamais été appliquée et c’est donc ailleurs qu’est la clé de ce dispositif avec
l’art. 260ter CP et l’art. 2 LAQEI. Alors que cette dernière disposition a spécifiquement trait au
terrorisme, jamais la notion n’y est évoquée, tandis que l’art. 260ter CP permet bel et bien de
sanctionner des actes en relation à des organisations terroristes et le législateur entend en faire
une incrimination terroriste à part entière avec l’art. 260ter nCP. Il est plus surprenant en revanche
de constater que l’art. 135 CP est régulièrement appliqué à l’encontre de personnes soupçonnées
de soutenir une organisation criminelle, même si les procédures pénales ne sont pas ouvertes
sur la base de cette infraction. Dans les faits, cette infraction permet aux autorités de poursuite
de faire condamner une personne quand une partie de ses activités en lien avec le phénomène
djihadiste ne satisfont pas aux conditions des dispositions anti-terroristes précitées. Il s’ensuit
que cette disposition, par la pratique, doit être considérée comme faisant partie de l’arsenal pénal
de la lutte contre le terrorisme.
[95] Force est de constater que les comportements qui ont fait l’objet de poursuites se réduisent
dans la majorité des cas à l’espace virtuel. Cela n’est pas si étonnant, puisque la force des organ-
siations djihadistes est justement de réunir à travers le monde des personnes partageant des idées
similaires quant à la nécessité de mener une guerre en passant par la Toile, ses plateformes et,
surtout, ses réseaux sociaux. Or si l’acte de terrorisme ultime à prévenir est l’attentat, il apparaît
évident que l’arsenal pénal anti-terroriste suisse permet aux autorités d’intervenir très en amont
dans l’iter criminis. La seule réception de vidéos de propagande205 ou la publication d’une seule
vidéo de ce type206 susent à déclencher une poursuite pénale avec l’ensemble de ses consé-
quences et des pouvoirs qu’elle confère à l’autorité pénale. De même, la diusion d’un entretien
qui pourrait relever du domaine journalistique, mais qui a été jugée comme relevant de la pro-
pagande et ayant valu aux personnes concernées de lourdes peines en comparaison à d’autres
comportements sanctionnés207.
[96] Tant au niveau des observations descriptives qu’en terme d’analyse jurisprudentielle, il est
donc possible de relever un arsenal pénal au champ d’application étendu, ainsi que son extension
par l’interprétation judiciaire. Cela a pour conséquence de couvrir un nombre plus élevé d’acti-
205 Arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020.
206 Arrêt TPF SK.2019.23 du 15 juillet 2019.
207 Arrêt TPF SK.2017.49 du 15 juin 2018 et SK.2020.7 du 27 octobre 2020. Voir à ce sujet deux articles de presse
jugeant que les autorités judiciaires ont franchi la ligne rouge : Daniel Ryser, Selbst miserabler Journalismus
ist kein Verbrechen, WOZ, 10 mai 2018, disponible sous https ://www.woz.ch/-8c41 (consulté le 27 avril 2021) ;
Andreas Maurer, Meinungsfreiheit oder Terror-Propaganda? Der Islamische Zentralrat steht vor Gericht,
Aargauer Zeitung, 15 mai 2018, disponible sous https ://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/meinungsfreiheit-oder-
terror-propaganda-der-islamische-zentralrat-steht-vor-gericht-ld.1504334 (consulté le 27 avril 2021).
38
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
vités associées à la mouvance djihadiste, ainsi que d’acteurs gravitant dans la sphère des grou-
puscules djihadistes. Malgré l’armation répétée que la sympathie n’est pas en soi pénalement
répréhensible, il apparaît que les autorités pénales poursuivent et sanctionnent toute expression
de sympathie pour des organisations comme l’EI, même si celle-ci est loin d’être expresse208. Les
dernières années ont ainsi vu le développement d’une stratégie pénale très répressive couvrant,
pour ainsi dire, l’intégralité du spectre d’une quelconque mobilisation en faveur de la cause dji-
hadiste.
[97] En résumé, des procédures pénales sont ouvertes et des mesures de contrainte imposées, ou
du moins disponibles pour les autorités de poursuite, cela même pour des actes bénins qui se
trouvent dans une sphère qui ne peut même pas être raisonnablement qualifiée comme relevant
de la « préparation de la préparation de la préparation »209. Ce constat se confirme également à
l’analyse – toutefois brève – des actes poursuivis par le MPC sans que la poursuite ne débouche
sur une mise en accusation devant le TPF. Il s’agit là des ordonnances (pénales, de classement,
de non-entrée en matière) émises par le MPC. Alors que le MPC fait état d’« environ 70 pro-
cédures pénales » en cours à la fin de l’année 2020210, il apparaît en eet que seule une partie
des procédures conduites par lui finissent devant l’autorité de jugement, si bien que la majorité
des décisions sont ponctuées par une ordonnance (pénale, de classement ou de non-entrée en
matière) par l’autorité de poursuite.
2. Sur la répression peu visible devant le Ministère public de la
Confédération
[98] Comme indiqué supra, nous avons obtenu des décisions concernant seize (16) personnes
ayant fait l’objet d’une procédure préliminaire entre 2014 et 2020. Dans huit (8) cas, la procédure
a été classée et, dans les huit (8) autres cas, le MPC a prononcé une condamnation par la voie de
l’ordonnance pénale. La peine privative de liberté maximale de 180 jours-amende a été prononcée
dans six (6) cas et il s’est agi d’une peine pécuniaire de 20 jours-amende à une reprise ; ces sept (7)
sanctions ont toutes été prononcées avec un sursis complet avec une durée d’épreuve de 2 à 4 ans.
Dans un cas, le MPC a ordonné un travail d’intérêt général de 600 heures, soit l’équivalent d’une
peine de 150 jours. Dans quatre (4) cas sur le total des huit ordonnances pénales, la sanction était
également assortie d’une amende entre CHF 2’000.– et 8’000.–.
[99] Les comportements retenus par le MPC dans ses ordonnances pénales ont, eux aussi, prin-
cipalement trait à la sphère électronique, à l’instar de l’envoi de vidéos de l’EI par WhatsApp, la
publication du drapeau de cette organisation sur les réseaux sociaux ou encore des « j’aime » sur
des photos relevant clairement de la propagande djihadiste, comme des actes de violence com-
mis par cette organisation terroriste. L’activité sur Internet, aussi anodine qu’elle puisse paraître,
208 Lubishtani (n. 23), p. 147. Un exemple illustratif est la qualification de propagande retenue pour la publication
sur Facebook d’une photo d’un hôpital censé être maintenu par l’Etat islamique, accompagné d’un commentaire
« Photos d’un hôpital moderne et et totalement équipé de l’Etat islamique », au motif que cela donnait une image
positive de cette organisation (arrêt TPF SK.2019.38 du 26 juin 2020, c. 5.3.2.).
209 Certes, il ne faut pas sous-estimer l’importance des activités sur Internet pour les trajectoires vers l’engagement
violent, mais cela ne justifierait de considérer toute la panoplie d’actes qui puissent être commis sur Internet de
manière apodictique comme des actes préparatoires d’un crime violent.
210 MPC, Lutte contre le terrorisme : perquisition et arrestations dans le canton de Fribourg, Berne 2 octobre 2020, dis-
ponible sous https://www.bundesanwaltschaft.ch/mpc/de/home/medien/archiv-medienmitteilungen/news-seite.
msg-id-80584.html (consulté le 27 avril 2021).
39
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
mais qui relève d’un quelconque encouragement à des activités d’organisations terroristes djiha-
distes, apparaît comme étant systématiquement sanctionnée. Une aaire plus sérieuse concernait
le voyage réussi en Syrie d’une personne pour « accomplir le Jihad » et ainsi son engagement
physique dans la lutte armée de l’EI; en comparaison avec certaines procédures menées devant le
TPF, il est étonnant que le MPC n’ait pas choisi, au vu de la gravité des faits, de porter l’accusation
devant l’autorité judiciaire, sans même sanctionner ces faits d’une peine privative de liberté, mais
d’un travail d’intérêt général.
[100] Si les ordonnances pénales du MPC, ainsi que les jugements de condamnation du TPF per-
mettent d’analyser l’évolution de la punissabilité des activités relatives au terrorisme djihadiste,
les ordonnances de classement nous renseignent quant à elles sur l’évolution de la sensibilité du
« filet pénal ». En eet, elles permettent de tenir compte des types de comportements qui en-
gendrent un « soupçon » menant à l’ouverture d’une procédure pénale et à la « disponibilité »
de mesures de contrainte, bien que les soupçons ne puissent être confirmés par la suite. Il est
ainsi apparu que des procédures sont ouvertes suite à la transmission aux autorités de pour-
suite d’informations émanant du SRC211 ou en raison du signalement émanant de particuliers ou
d’institutions selon lequel une personne serait supposée mener une « activité terroriste » souvent
vaguement définie. Une procédure pénale est parfois ouverte parce que des messages éveillant
la suspicion des autorités sont identifiés ou parce que des virements de fonds sont signalés par
l’organe compétent au motif, par exemple, que la personne en question voudrait partir dans tel
pays.
[101] Alors que les diérentes accusations portées devant le TPF démontrent déjà la puissance de
l’arsenal pénal et sa force préventive pour appréhender des activités préparatoires concernant le
phénomène du terrorisme djihadiste, les ordonnances pénales et les ordonnances de classement
du MPC prouvent que le dispositif pénal peut déclencher encore plus tôt ses moyens.
3. Sur la nécessité des mesures policières de lutte contre le terrorisme
[102] Au vu de ce qui précède, se pose la question de la nécessité des mesures policières de lutte
contre le terrorisme soumises au vote populaire le 13 juin 2021 prochain.
[103] Ces mesures porteraient-elles sur des actes qui ne sont pas déjà couverts par le droit pénal
d’aujourd’hui et qui sera renforcé à partir du 1er juillet 2021 ? Il s’agirait ainsi de ce qui a été
appelé dans la littérature un « net-widening », c’est-à-dire un élargissement du filet de contrôle
social formel qui permettrait d’englober davantage d’activités au travers d’instruments normatifs
nouveaux212. Si tel est le cas, il est dicile de percevoir quels seraient concrètement les actes qui
pourraient déclencher les mesures policières de lutte contre le terrorisme. Il devrait logiquement
s’agir d’actes qui seraient plus détachés encore de tout acte de violence. De ce point de vue, il
n’est pas déraisonnable de penser que de tels instruments feraient avancer l’État sur le terrain
dangereux du « Gesinnungsstrafrecht ».
[104] Finalement, il se pourrait que ces mesures permettent d’eacer le droit pénal et ses ga-
ranties pour le remplacer par un droit administratif moins protecteur, mais répressif également.
211 Sur la qualité de preuve d’éléments recueillis par le SRC, cf. : Nadja Capus, L’attribution de la qualité de preuve –
une action négligée, sui generis 2020, N 36 ss.
212 Thomas G. Blomberg/Julie Mestre, Net-Widening. The Encyclopedia of Theoretical Criminology, p. 1 ss.
40
Ahmed Ajil / Kastriot Lubishtani, Le terrorisme djihadiste devant le Tribunal pénal fédéral, in : Jusletter 31 mai 2021
Ces mesures seront-elles utilisées dans les procédures qui, aujourd’hui, s’achèvent par un classe-
ment devant le MPC? Elles permettraient assurément à fedpol, bras armé du MPC, de recourir
à des mesures de contrainte similaires à celles existant dans la procédure pénale, sans pour au-
tant devoir se soucier que l’aaire aboutisse ou non à une condamnation pénale et instruire à
charge comme à décharge (art. 6 al. 2 CPP). L’autorité se trouverait dans une position plus fa-
vorable, parce qu’elle pourrait prendre des mesures très restrictives aux droits fondamentaux
des personnes concernées, sans devoir démontrer une culpabilité, mais en pouvant se contenter
d’armer une dangerosité potentielle.
[105] En définitive, dans la mesure où le droit en vigueur permet déjà de réprimer des compor-
tements potentiellement terroristes très en amont de la commission d’un acte de violence, les
mesures policières de lutte contre le terrorisme proposées apparaissent superflues et susceptibles
de se révéler très problématiques dans leur application.
Ahmed Ajil (MA & MLaw), Doctorant en criminologie à l’Université de Lausanne.
Kastriot Lubishtani (MLaw), Doctorant en droit à l’Université de Lausanne.
41
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Dans cette affaire, les prévenus avaient passé jusqu'à une année et demie en détention provisoire ou pour motifs de sûreté et ont tous été acquittés du chef d
  • Cinq
Cinq (5) de ces indemnités concernent l'arrêt TPF SK.2006.15_B du 28.2.2007. Dans cette affaire, les prévenus avaient passé jusqu'à une année et demie en détention provisoire ou pour motifs de sûreté et ont tous été acquittés du chef d'infraction à l'art. 260 ter CP.
FF 2018 6469, 6507) fait référence à ce document, mais il n'est pas public et nous a été remis par la CCDJP suite à une demande d'accès
  • Le Message
Le Message (FF 2018 6469, 6507) fait référence à ce document, mais il n'est pas public et nous a été remis par la CCDJP suite à une demande d'accès.
N 100; F. Bernard, L'Etat de droit face au terrorisme
  • Todeschini
Todeschini (n. 69), N 100; F. Bernard, L'Etat de droit face au terrorisme, Genève/Zurich/Bâle 2010, 144 ss.
2016, c. I/2.1. Notons que dans les arrêts TPF SK
  • Tpf Arrêt
  • Sk
Arrêt TPF SK.2014.45 du 18.3.2016, c. I/2.1. Notons que dans les arrêts TPF SK.2015.45 du 18 mars 2016 et SK.2020.11 du 8 octobre 2020 l'autorité judiciaire ne s'est pas attachée à déterminer si l'organisation en question appartenait au « noyau dur » de l'EI.
Terrorisme et droit pénal des mineurs : une équation complexe valant le détour par Winterthour
  • K Lubishtani
K. Lubishtani, Terrorisme et droit pénal des mineurs : une équation complexe valant le détour par Winterthour, forumpoenale 2020, 141, 146.
N 1 s.; Ros, in: CR CP II (n. Error! Bookmark not defined.), art. 135 N 2 s.; U. Cassani, Les représentations illicites du sexe et de la violence
  • Hagenstein
Hagenstein, in: BSK StGB (n. 71), art. 135 N 1 s.; Ros, in: CR CP II (n. Error! Bookmark not defined.), art. 135 N 2 s.; U. Cassani, Les représentations illicites du sexe et de la violence, RPS 1993, 428, 441. 179 ATF 131 IV 16, c. 1.2 ; ATF 128 IV 25, c. 3a) ;
441 s. Voir également: arrêt TPF SK
  • Cassani
Cassani (n. 178), 441 s. Voir également: arrêt TPF SK.2007.4 du 21.6.2007, c.6.2.1; Hagenstein, in: BSK StGB (n. 71), art. 135 N 8.
Voir à ce sujet deux articles de presse jugeant que les autorités judiciaires ont franchi la ligne rouge : Daniel Ryser
  • Tpf Arrêt
  • Sk
Arrêt TPF SK.2017.49 du 15 juin 2018 et SK.2020.7 du 27 octobre 2020. Voir à ce sujet deux articles de presse jugeant que les autorités judiciaires ont franchi la ligne rouge : Daniel Ryser, Selbst miserabler Journalismus ist kein Verbrechen, WOZ, 10 mai 2018, disponible sous https ://www.woz.ch/-8c41 (consulté le 27 avril 2021) ; Andreas Maurer, Meinungsfreiheit oder Terror-Propaganda ? Der Islamische Zentralrat steht vor Gericht, Aargauer Zeitung, 15 mai 2018, disponible sous https ://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/meinungsfreiheit-oderterror-propaganda-der-islamische-zentralrat-steht-vor-gericht-ld.1504334 (consulté le 27 avril 2021).
il ne faut pas sous-estimer l'importance des activités sur Internet pour les trajectoires vers l'engagement violent, mais cela ne justifierait de considérer toute la panoplie d'actes qui puissent être commis sur
  • Certes
Certes, il ne faut pas sous-estimer l'importance des activités sur Internet pour les trajectoires vers l'engagement violent, mais cela ne justifierait de considérer toute la panoplie d'actes qui puissent être commis sur Internet de manière apodictique comme des actes préparatoires d'un crime violent.
ATF 123 IV 29, c. 3a) ; 122 IV 258, c. 2a)
  • Dans La Jurisprudence
Dans la jurisprudence : ATF 123 IV 29, c. 3a) ; 122 IV 258, c. 2a). Dans la doctrine : José Hurtado Pozo/Federico Illiánez, in : Laurent Moreillon/Nicolas Queloz/Alain Macaluso/Nathalie Dongois (édit.), Commentaire romand. Code pénal I, Bâle 2020, art. 1 N 21 ; BSK StGB-Popp Berkemeier (n. 71), Art. 1 N 2.