ArticlePDF Available

Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces - Psilidae of France (Diptera: Acalyptrata): checklist and identification keys for genera and species.

Authors:
  • Independant Entomologist

Abstract and Figures

ABSTRACT - The study of more than 1300 specimens updates the situation concerning the Diptera of the Psilidaefamily. A list of the French fauna (continental) is proposed, accompanied by illustrated determination keys for the six genera and 37 French species (with five other potential species). For the genus Chamaepsila, the proposed key is provisional. The illustration of the genitalia of Chamaepsila villosula male is however unpublished. A few elements of ecology (notably chorology and larval habitats) of the species cited are also detailed from elements collected in the literature. RÉSUMÉ - L’examen de plus de 1300 spécimens actualise la situation à propos des Diptères de la famille des Psilidae. Une liste de la faune française (continentale) est proposée, accompagnée de clés de détermination illustrées des six genres et des 37 espèces françaises (avec cinq autres espèces potentielles). Pour le genre Chamaepsila, la clé présentée est provisoire. L’illustration des pièces génitales du mâle de Chamaepsila villosula est cependant inédite. Quelques éléments d’écologie (chorologie et habitats larvaire notamment) des espèces citées sont également détaillés à partir des éléments rassemblés dans la littérature.
Content may be subject to copyright.
naturae
Phil WITHERS† & Jocelyn CLAUDE
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) :
checklist et clés de détermination
des genres et des espèces
2021 9
art. 2021 (9) — Publié le 14 avril 2021
www.revue-naturae.fr
Directeur De la publication / Publication director : Bruno David,
Président du Muséum national d’Histoire naturelle
réDacteur en chef / editor-in-chief : Jean-Philippe Siblet
assistante De réDaction / assistant editor : Sarah Figuet (naturae@mnhn.fr)
Mise en page / Page layout : Sarah Figuet
coMité scientifique / scientific board :
Luc Abbadie (UPMC, Paris)
Luc Barbier (Parc naturel régional des caps et marais d’Opale, Colembert)
Aurélien Besnard (CEFE, Montpellier)
Vincent Boullet (Expert indépendant ore/végétation, Frugières-le-Pin)
Hervé Brustel (École d’ingénieurs de Purpan, Toulouse)
Patrick De Wever (MNHN, Paris)
Thierry Dutoit (UMR CNRS IMBE, Avignon)
Éric Feunteun (MNHN, Dinard)
Romain Garrouste (MNHN, Paris)
Grégoire Gautier (DRAAF Occitanie, Toulouse)
Olivier Gilg (Réserves naturelles de France, Dijon)
Frédéric Gosselin (Irstea, Nogent-sur-Vernisson)
Patrick Haffner (UMS PatriNat, Paris)
Frédéric Hendoux (MNHN, Paris)
Xavier Houard (OPIE, Guyancourt)
Isabelle Le Viol (MNHN, Concarneau)
Francis Meunier (Conservatoire d’espaces naturels – Hauts-de-France, Amiens)
Serge Muller (MNHN, Paris)
Francis Olivereau (DREAL Centre, Orléans)
Laurent Poncet (UMS PatriNat, Paris)
Nicolas Poulet (OFB, Vincennes)
Jean-Philippe Siblet (UMS PatriNat, Paris)
Laurent Tillon (ONF, Paris)
Julien Touroult (UMS PatriNat, Paris)
couverture / cover :
Mâle de Loxocera cf. albiseta (Schrank, 1803). Crédit photo : Johan Verstraeten, Diepenbeek (Belgique) le 24 juin 2018.
Naturae est une revue en ux continu publiée par les Publications scientiques du Muséum, Paris
Naturae is a fast track journal published by the Museum Science Press, Paris
Les Publications scientiques du Muséum publient aussi / The Museum Science Press also publish:
Adansonia, Zoosystema, Anthropozoologica, European Journal of Taxonomy, Geodiversitas, Cryptogamie sous-sections Algologie, Bryologie, Mycologie,
Comptes Rendus Palevol.
Diffusion – Publications scientiques Muséum national d’Histoire naturelle
CP 41 – 57 rue Cuvier F-75231 Paris cedex 05 (France)
Tél. : 33 (0)1 40 79 48 05 / Fax : 33 (0)1 40 79 38 40
diff.pub@mnhn.fr / https://sciencepress.mnhn.fr
© Publications scientiques du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 2021
ISSN (électronique / electronic) : 1638-9387
115
NATURAE • 2021 (9)
© Publications scientiques du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. www.revue-naturae.fr
KEY WORDS
French Fauna,
Loxocera,
Chyliza,
Psilosoma,
Chamaepsila,
Psila,
Oxypsila.
MOTS CLÉS
Faune de France,
Loxocera,
Chyliza,
Psilosoma,
Chamaepsila,
Psila,
Oxypsila.
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist
et clés de détermination des genres et des espèces
Phil WITHERS
F-01600 Sainte Euphémie (France)
Jocelyn CLAUDE
Amis de la réserve naturelle du lac de Remoray,
28 rue de Mouthe, F-25160 Labergement-Sainte-Marie (France)
jocelyn.claude@espaces-naturels.fr
Soumis le 29 décembre 2019 | Accepté le 26 novembre 2020 | Publié le 14 avril 2021
Ce travail est dédié à Phil Withers, décédé soudainement à 65 ans quelques mois après
la soumission de ce manuscrit. Cet article sur les Psilides de France continentale est un élé-
ment de plus pour la diptérologie française, à laquelle Phil aura fortement contribué
durant toute sa vie. Pour cette famille au moins, les connaissances de Phil sont transmises à
temps et rendues disponibles aux futures générations de diptéristes, il y tenait tant...
Whiters† P. & Claude J. 2021. — Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des
genres et des espèces. Naturae 2021 (9): 115-135. https://doi.org/10.5852/naturae2021a9
RÉSUMÉ
L’examen de plus de 1300 spécimens actualise la situation à propos des Diptères de la famille des
Psilidae. Une liste de la faune française (continentale) est proposée, accompagnée de clés de déter-
mination illustrées des six genres et des 37 espèces françaises (avec cinq autres espèces potentielles).
Pour le genre Chamaepsila, la clé présentée est provisoire. L’illustration des pièces génitales du mâle
de Chamaepsila villosula est cependant inédite. Quelques éléments d’écologie (chorologie et habitats
larvaire notamment) des espèces citées sont également détaillés à partir des éléments rassemblés dans
la littérature.
ABSTRACT
Psilidae of France (Diptera: Acalyptrata): checklist and identication keys for genera and species.
e study of more than 1300 specimens updates the situation concerning the Diptera of the Psilidae
family. A list of the French fauna (continental) is proposed, accompanied by illustrated determina-
tion keys for the six genera and 37 French species (with ve other potential species). For the genus
Chamaepsila, the proposed key is provisional. e illustration of the genitalia of Chamaepsila villosula
male is however unpublished. A few elements of ecology (notably chorology and larval habitats) of
the species cited are also detailed from elements collected in the literature.
116 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
INTRODUCTION
Les Psilidés sont une petite famille de Diptères acalyptères.
Les larves des espèces sont très probablement toutes phyto-
phages, mais mal connues. Certaines associations sont bien
documentées, issues des données d’horticulture et d’agricul-
ture, par exemple Chamaepsila rosae (Fabricius, 1794), rava-
geuse des cultures notamment de carottes (Daucus carota L. ;
Degen 1998). Elle se développe également dans les racines
de plantes comme le Panais cultivé, le Céleri, les berces, les
anthrisques ainsi que dans la Ciguë. Les associations des
larves des autres espèces de Psilides avec leurs plantes hôtes
sont mentionnées principalement par Chandler (1975) et
Shatalkin & Merz (2010) mais restent encore incomplètes.
D’importantes perspectives de connaissance sur l’écologie
larvaire des espèces dans leur milieu naturel demeurent.
Cepoint vaut notamment pour les espèces montagnardes
dont les plantes hôtes sont totalement inconnues.
Il y a environ 50 espèces de Psilides en Europe (Oos-
terbroek 2006), séparées par Shatalkin & Merz (2010)
en deux sous-familles, Psilinae et Loxocerinae. En France,
la base des données Fauna Europaea (https://fauna-eu.
org, dernière consultation le 23 septembre 2020) ne signale
cependant la présence d’aucune espèce de cette famille et
dix espèces seulement sont renseignées dans l’INPN, ce qui
est incomplet. Pourtant dans la Faune de France no28 à
propos des Diptères brachycères, Séguy (1934) comprend
21 espèces. De nombreuses découvertes et avancées taxi-
nomiques ayant eu lieu depuis, et en l’absence de synthèse
existante sur cette famille, nous proposons donc ci-dessous
une liste de la faune des Psilides de France et des clés per-
mettant la séparation des six genres et des 37espèces selon
la nomenclature en vigueur.
CHECKLIST ET NOMENCLATURE
DES PSILIDAE DE FRANCE
PSILIDAE MAcquArt, 1835
LOXOCERINAE
Loxocera Meigen, 1803
sous-genre Imantimyia
albiseta (Schrank, 1803)
fulviventris Meigen, 1826
nigrifrons (Macquart, 1835)
sylvatica Meigen, 1826
sous-genre Loxocera
aristata (Panzer, 1801)
sous-genre Platystyla
homannseggi Meigen, 1826
PSILINAE
Chamaepsila Hendel, 1917
atra (Meigen, 1826)
bicolor (Meigen, 1826)
buccata (Fallén, 1826)
clunalis (Collin, 1944)
confusa Shatalkin & Merz, 2010
ephippium (Zetterstedt, 1847)
humeralis (Zetterstedt, 1847)
limbatella (Zetterstedt, 1847)
luteola (Collin, 1944)
nigra (Fallén, 1820)
nigricornis (Meigen, 1826)
obscuritarsis (Loew, 1856)
pallida (Fallén, 1820)
pectoralis (Meigen, 1826)
persimilis Wakerley, 1959
quadrilineata (Strobl, 1898)
rosae (Fabricius, 1794)
sardoa Rondani, 1876
strigata Collin, 1959
unilineata (Zetterstedt, 1847)
villosula Meigen, 1826
Chyliza Fallén, 1820
annulipes Macquart, 1835
extenuata (Rossi, 1790)
leptogaster (Panzer, 1798)
nova Collin, 1944
vittatata Meigen, 1826
Oxypsila Frey, 1925
abdominalis (Schummel, 1844)
Psila Meigen, 1803
metaria (Linnaeus, 1758)
merdaria Collin, 1944
Psilosoma Zetterstedt, 1860
andouini Zetterstedt, 1835
lefebvrei (Zetterstedt, 1835)
DÉTERMINATION DES PSILIDAE
Les membres de cette famille sont assez faciles à reconnaître
(Fig. 1). Ils sont généralement dépourvus de soies thora
-
ciques (soies acrostichales normalement absentes ou peu
développées) ; ils ont de zéro à une paire de soies notopleu-
rales, pleures sans soies mais parfois avec des petits chèts ;
l’aile présente une ligne de faiblesse verticale entre la nervure
sous-costale et la n de la cellule bm (Fig. 2) et la cellule cup
présente une fermeture droite (nervure CuA2). Les espèces
présentent un aspect brillant, parfois de coloration orange
ou jaune (partiellement ou totalement) et quelquefois noires.
Souvent la face est rétrécie. La chetotaxie utilisée est reportée
dans les Figures 3 et 4.
117
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
c DES gEnrES EuroPéEnS
1. Troisième article antennaire au moins quatre fois plus long
que le deuxième (Figs 5, 6) ……………………… Loxocera
– Troisième article antennaire au plus trois fois plus long que
le deuxième (Figs 7-9) ………………………………… 2
2. Genae moins grandes qu’un tiers de la hauteur de l’œil.
Prol de la face concave (Figs 7, 8). Cellule anale plus courte
que deuxième cellule basale (Fig. 2) ……………… Chyliza
– Genae plus grandes qu’un tiers de la hauteur de l’œil. Prol
faciale droit ou légèrement convexe (Fig. 9). Cellule anale
égale à la deuxième cellule basale ………………….……… 3
3. Soies notopleurales absentes. Fémur 3 du mâle : épaissi et
courbé (Figs 10, 11) …………………………… Psilosoma
– Soies notopleurales présentes ………………………… 4
4. Soies post-verticales présentes …………… Chamaepsila
– Soies post-verticales absentes …………………………… 5
5. Une paire de soie dorsocentrale ……………………… Psila
– Soies dorsocentrales absentes. Pièces génitales Fig. 12.
…………………………………………………… Oxypsila
cLéS DES ESPècES frAnçAISES
Les clés d’espèces ci-dessous intègrent les travaux de Séguy
1934 ; Wang 1988 ; Carles-Tolra 1993 et Shatalkin & Merz
2010. Elles comprennent de nombreux critères inédits basés
sur les spécimens que nous avons examinés. Sauf mention
contraire, les critères concernent les mâles et les femelles.
Pour les abréviations, se reporter aux Figures 3 et 4.
Entre crochets [], d’autres espèces potentiellement présentes
en France sont indiquées.
LOXOCERA Meigen, 1803
Après le travail de Greve & Skartveit (2001), ce genre a été révisé
par Buck & Marshall (2006) avec une redénition phylogé
-
nétique au niveau mondial. Ils ont reconnu deux sous-genres
(Loxocera sensu stricto et Imantimyia Frey, 1925). Ce dernier est
composé de trois groupes d’espèces. Ils ont également démon-
tré l’utilité des caractéristiques des œufs dans la séparation des
espèces, un élément qui pourrait être aussi utile dans toute cette
famille. Shatalkin & Merz (2010) ont cependant considéré que
Platystyla Macquart, 1835 pouvait avoir un statut de sous-genre
et reéter les relations phylogénétiques (taxinomie déjà suggérée
par DeMeijere [1947]). Cette nomenclature, largement reprise
depuis Chandler (2012) et Rotheray et al. (2013), est utilisée ici.
1. Les trois segments antennaires sont de même longueur,
arista aplatie, blanche et insérée au milieu du troisième seg-
ment (Fig. 13) ………………… (Platystyla) hoffmannseggi
– Seul le troisième segment antennaire est allongé, arista
insérée a la base du troisième segment (Fig. 6) ……………… 2
2. Face entièrement jaune (parfois rougeâtre) …………… 3
Face noire ou avec bande médiane noire ……………… 4
fig. 1. — Chyliza extenuata (Rossi, 1790). Crédit photo : Pierre Bornand (Suisse) le 22 avril 2019. Attention, cet individu, fraîchement éclos, présente sur sa tête
le sac de la ptiline, organe évaginable provisoire lui permettant de sortir de sa pupe.
118 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
fig. 2
. — Aile de Chyliza sp., tiré de Lyneborg 1964. Abréviations : bm, seconde
cellule basale ; br, première cellule basale ; CuA2, nervure anale ; cup, cellule
anale ; dm, cellule discale ; r1, cellule radiale ; R1, nervure radiale ; sc, nervure
subcostale.
fig. 3
. — Chétotaxie de la tête de face de Chamaepsila sp., tiré de Lyneborg 1964.
Abréviations : oc, ocellaires ; ors, orbitales ; pvt, post-verticales ; vt, soies verticales.
fig. 4. — Chétotaxie du thorax de Psila sp., tiré de Lyneborg 1964. Abrévia-
tions : dc, dorsocentrales ; n, soies notopleurales ; pa, post-alaires ; sa, supra-
alaires ; sc, scutellaires.
fig. 5
. — Prol de la tête de Loxocera aristata (Panzer, 1801), tiré de Lyneborg 1964.
fig. 6. — Habitus de Loxocera fulviventris Meigen, 1826, tiré de Séguy 1934. fig. 7
. — Prol de la tête de Chyliza leptogaster (Panzer, 1798), tiré de Séguy 1934.
sc R1
r1
dm
CuA2
cup
bm
br
Ligne de faiblesse
fig. 8
. — Prol de la tête de Chyliza extenuata (Rossi, 1790), tiré de Séguy 1934.
fig. 9
. — Prol de la tête de Psila metaria (Linnaeus, 1758), tiré de Séguy 1934.
oc
ors
vt
vt
pvt
vt
sc
dc
pa
sa
n
119
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
fig. 10. — Habitus du mâle de Psilosoma andouini Zetterstedt, 1835, tiré de Séguy 1934.
fig. 11. — Fémur du mâle de Psilosoma lefebvrei (Zetterstedt, 1835), tiré de
Lyneborg 1964.
fig. 12
. — Genitalia du mâle d’Oxypsila abdominalis (Schummel, 1844), tiré
de Shatalkin 1986.
fig. 13. — Habitus de la femelle de Loxocera offmannseggi Meigen, 1826, tiré de Séguy 1934.
120 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
3. Front noir ……………………… (Imantimyia) nigrifrons
– Front jaune (sauf le triangle ocellaire noir et parfois les
parties latérales bordant les yeux dans la partie proche du
vertex) ………………………………(Imantimyia) albiseta
4. Troisième article antennaire aussi long que l’arista (maximun
moins de 1,5 fois plus long). Front souvent rougeâtre avec un
triangle noir dans les parties latérales bordant les yeux. Les ter-
gites sont d’un jaune variable, parfois totalement noires, méso-
notum rougeâtre, scutellum noir ……… (Loxocera) aristata
[L. (Loxocara) maculata Rondani, 1876 a longtemps été consi-
déré par plusieurs auteurs comme synonyme de L.aristata.
Cette espèce a cependant été restituée par Shatalkin & Merz en
2010. Elle est proche de L. aristata mais dière par son thorax
presque entièrement noir, y compris le scutellum. Enrevanche,
aucune diérence nette des structures génitales des mâles n’a
été trouvée à ce jour. Par conséquent, tout spécimen se référant
à la description de L.maculata, nous intéresse pour analyse]
– Troisième article antennaire beaucoup plus long (1,5 à 2 fois)
que l’arista ……………………………………………… 5
5. Scutellum jaune. Front avec de longs triangles jaunes de
chaque côté d’un triangle médian noir. Face jaune avec bande
médiane noire ……………………… (Imantimyia) sylvatica
– Scutellum foncé. Front noir. Face noire avec bandes argentées
(à sec). Habitus Fig. 6 ………… (Imantimyia) fulviventris
CHYLIZA Fallén, 1820
1. Arista avec poils denses, noirs et épais (Figs 1, 8). Tête,
mésonotum et abdomen noirs. Pattes jaunes, mais les fémurs
présentent un anneau noir à l’apex. Ailes fumées …… extenuata
– Arista avec poils éparses, courts ou longs mais ns (Fig. 7) … 2
2. Mésonotum entièrement jaune rougeâtre, souvent avec des
bandes longitudinales noires. Tête jaune, partie antérieure du
front et partie supérieure de l’occiput brune. Pattes jaunes,
troisième fémur avec une tâche marron à l’apex …… vittata
– Mésonotum noir, parfois avec une ligne jaune entre la base
de l’aile et le scutellum ; l’humérus peut être aussi jaune, et le
scutellum partiellement ou entièrement jaune …………… 3
3. Fémurs entièrement jaunes …………………………… 4
– Fémurs 2 et 3 avec un anneau noir à l’apex. Arista nement
pubescente. Abdomen à pilosité blanchâtre ……… annulipes
4. Front principalement noir. Tibia 1 du mâle avec une série
antéro-ventrale de petites épines érigées (Figs 14, 15). Femelle
avec le deuxième article antennaire partiellement marron. Partie
supérieure du lobe post-pronotal entièrement noire … leptogaster
– Front principalement jaune. Tibia 1 du mâle avec une série
antéro-ventrale de petites épine courbées (Figs 16, 17). Femelle
avec le deuxième article antennaire jaune. Partie supérieure du lobe
post-pronotal un peu variable, mais normalement jaune … nova
[C. leguminicola Melander a été signalé au Danmark en 2011
(Bygebjerg et al. 2011). L’espèce néarctique est associée aux
Lupins (Lupinus polyphyllus Lindl.). Les ailes sont enfumées
quasi-totalement et le mésonotum porte les poils dorés. Les
yeux sont plus petits que chez les autres espèces, avec les genae
larges (la moitié de la hauteur de l’œil). Il n’est pas exclu que
cette espèce soit présente ailleurs en Europe, y compris en
France, dans les jardins notamment.]
PSILOSOMA Zetterstedt, 1860
1. Soies orbitales et dorsocentrales absentes. Femelle : sans
bourrelet protubérant sur la sixième tergite, en position latérale.
Mâle : Fémur et tibia 3 épaissis et courbés, fémur avec une dent
basale (Fig. 10). Pièces génitales Fig. 18. ………… andouini
– Soie orbitale (1) et dorcocentrales (2 et plus) présentes. Femelle :
avec un bourrelet protubérant sur la sixième tergite en position
latérale. Mâle : Fémur 3 épaissi, sans dent basale (Fig. 11). Pièces
génitales Fig. 19. ……………………………… lefebvrei
CHAMAEPSILA Hendel, 1917
Cette clé est provisoire, notamment le couplet no13, séparant
C.pectoralis de C.strigata. En l’absence d’examen des mâles
de C.limbatella, C. luteola, C.pectoralis, et C.strigata, nous
avons simplement repris les éléments (parfois vagues) de la
littérature. Nous proposons également une illustration inédite
des pièces génitales du mâle de C. villosula. La Figure 20 détaille
les diérentes pièces génitales du mâle.
Dans le texte de Séguy (op. cit.) trois autres espèces sont
citées : C. atrimana (synonyme de C. buccata) de l’Europe
centrale ; C. morio (Zetterstedt) des Alpes Orientales et C.rufa
(Meigen) aussi des Alpes Orientales. Il n’est pas exclu que ces
deux dernières espèces, surtout C. rufa, se trouvent égale-
ment en France dans les Alpes (C. rufa est d’ailleurs intégrée
à cette clé). Nous insistons donc sur la nécessité de vérier
soigneusement tout spécimen atypique. Il n’est également pas
exclu que de nouvelles espèces, alpine notamment, ne soient
à décrire prochainement.
De nombreux couplets concernant les soies, une attention
particulière doit être apportée à ce critère : des spécimens
peuvent être frottés (soies parfois manquantes mais les pores
de leur insertion restent visibles sur le tégument) ; des indi-
vidus présentent des soies parfois réduites, dans ce cas elles
sont toujours plus grandes que les poils.
1. Deux paires de soies scutellaires. Pièces génitales Fig. 21.
…………………………………………………obscuritarsis
– Une paire de soies scutellaires (sc) ……………………… 2
2. Soies dorso-centrales (dc) :
– Une paire ……………………………………………… 3
– Deux paires …………………………………………… 7
– Trois paires ou plus ………………………………… 17
3. Deux soies verticales (vt). Soies post-verticales (pvt)
parallèles. Pièces génitales Fig. 22. Mésonotum et abdomen
noir ……………………………………………… buccata
– Trois soies verticales (vt). Soies post-verticales (pvt) diver-
gentes …………………………………………………… 4
[Mésonotum et abdomen jaune rougeâtre Fig. 23. …… rufa ]
121
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
fig. 14. — Tibia de Chyliza leptogaster (Panzer, 1798), tiré de Lyneborg 1964.fig. 15
. — Tibia de Chyliza leptogaster (Panzer, 1798), tiré de Bygebjerg et al. 2011.
fig. 16. — Tibia de Chyliza nova Collin, 1944, tiré de Lyneborg 1964. fig. 17. — Tibia de Chyliza nova Collin, 1944, tiré de Bygebjerg et al. 2011.
fig. 18. — Genitalia du mâle de Psilosoma andouini Zetterstedt, 1835, tiré de
Shatalkin 1986.
fig. 19
. — Genitalia du mâle de Psilosoma lefebvrei (Zetterstedt, 1835), tiré
de Shatalkin 1986.
0,2 mm
0,2 mm
fig. 20. — Genitalia du mâle de Chamaepsila confusa Shatalkin & Merz, 2010,
tiré de Shatalkin & Merz 2010. Abréviations : aa, apodème de l’édéage ; ae,
édéage ; ep, épandrium ; h, hypandrium ; p, paramère ; pa, bras parameral.
ep
ae
h
p
pa
aa
0,2 mm
fig. 21. — Genitalia (sans l’épandrium) du mâle de Chamaepsila obscuritarsis
(Loew, 1856), tiré de Shatalkin 1986.
122 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
4. Soies du corps noires …………………………………… 5
– Soies du corps jaunes. Epandrium et paramère Fig. 24.
………………………………………………… ephippium
5. Mésonotum complètement noir (pièces génitales non illus-
trées) ………………………………………… limbatella
– Mésonotum partiellement jaune ……………………… 6
6. Mésonotum avec lignes longitudinales noires (rarement
absentes). Pièces génitales Fig. 25, épandrium Fig. 26
……………………………………………… quadrilineata
– Mésonotum jaune. Epandrium Fig. 27. Edéage en forme
de raquette ………………………………………… bicolor
7. Trois paires de soies verticales (vt) ……………………… 8
– Deux paires de soies verticales (vt), front complètement
noir. Pièces génitales Fig. 28. ……………………… sardoa
[si le front est jaune antérieurement (pièces génitales non
illustrées) …………………………………… nigrotaeniata]
8. Mésonotum :
– jaune complètement …………………………………… 9
– jaune avec trois stries noires. Pièces génitales Fig. 29.……
……………………………………… unilineata pour partie
– noir …………………………………………………… 11
9. Dessous du scutellum jaune. Arista avec des poils plus
courts que le diamètre basal de l’arista …………………… 10
– Dessous du scutellum marron ou noir, au moins centrale-
ment. Arista avec des poils plus longs que le diamètre basal de
l’arista. Pièces génitales Fig. 29. ……… unilineata pour partie
10. Troisième segment antennaire jaune. Soies de la tête et
du mésonotum jaunes. Genae aussi haute que la hauteur de
l’œil. Pièces génitales Fig. 30. ……………………… pallida
– Troisième segment antennaire noir ou avec une marge dorsale
foncée. Soies de la tête et du mésonotum brunes. Genae aussi
haute que la moitié de la hauteur de l’œil. Pièces génitales
non illustrées ……………………………………… luteola
11. Lobe post-pronotal (humerus) jaune ……………… 12
– Lobe post-pronotal (humerus) noir (ou brun) ……… 14
12. Mésopleure noire, avec anépimeron parfois jaune. Scutel-
lum roux. Pièces génitales Figs 31, 32. …………… humeralis
– Au moins la moitié ventrale du mésopleure jaune ……… 13
13. Mésopleure jaune avec un triangle noir sur le katepister-
num (pièces génitales non illustrées)………… pectoralis
– Marge supérieure du mésopleure noire (pièces génitales non
illustrées) ………………………………………… strigata
14. Pleures jaunes antérieurement (parfois rousses). Lobe
post-pronotal noir à brun. Prélabrum jaune …………… 15
– Pleures complétement noires à brunes. Lobe post-pronotal
noir. Prélabrum noir …………………………………… 16
15. Palpes jaunes. 3e segment antennaire noir, mais jaune ven-
tralement à la base. Pièces génitales Figs 33, 34. … persimilis
– Palpes noirs apicalement. 3e segment antennaire noir. Pièces
génitales Fig. 20 …………………………………… confusa
16. Troisième article antennaire noir. Fémur 1 en dessous avec une
rangé de poils longs. Pièces génitales Figs 35, 36. … nigricornis
– Troisième article antennaire noirâtre mais jauni autour de
la base de l’arista. Fémur 1 en dessous sans une rangée de
poils longs. Pièces génitales Figs 37, 38. ……………… rosae
17. Pattes complètement ou partiellement jaunes ……… 18
– Pattes totalement noires ……………………………… 19
18. Pattes entièrement jaunes. Tête pour la plupart jaune. Soies
dorsocentrales (dc) antérieures plus courtes et nes que les deux
autres. Capsule génitale grande Fig. 39. …………… villosula
– Tibia et tarse jaunes, dernier tarsomère foncé. Fémur noir
avec genou pâle. Tête noire. Toutes les soies dorsocentrales
(dc) de même taille. Pièces génitales Fig. 40. ……… nigra
19. Mâle : pièces génitales petites sans paramère digitiforme
(Fig. 41). Femelle : septième segment abdominal étroit, faisant
partie de l’ovipositeur. Genoux pâles ………………… atra
20. Mâle : pièces génitales grandes, avec paramère digitiforme (Fig.
42). Femelle : septième segment abdominal large, avec ovipositeur
séparé. Genoux vraisemblablement foncés …………… clunalis
PSILA Meigen, 1803
1. Troisième article antennaire jaune-orange, noirci à la base
de l’arista. Pièces génitales Fig. 43. ……………… fimetaria
– Troisième article antennaire unicolore (jaune-orange), sans
tache noire à la base de l’arista. Pièces génitales Fig. 44. …
……………………………………………………merdaria
[Psila helvetica Shatalkin & Merz, 2010 est documentée de la
Suisse : cette espèce a un troisième article antennaire noir et
une ou plusieurs rayures noires sur le mésonotum.]
OXYPSILA Frey, 1925
Une seule espèce (montagnarde) ……………… abdominalis
MATÉRIEL EXAMINÉ, DISTRIBUTION
ET HABITAT LARVAIRE DES ESPÈCES FRANÇAISES
Le matériel examiné provient de nos propres récoltes et de
celles de nos collègues. Plus de 1300 individus ont été déter-
minés pour réaliser ce travail. Sauf mention contraire, nos
collections se trouvent dans nos locaux respectifs. Elles sont
mentionnées au cas par cas avec les sigles suivants :
– Coll. = collection ;
– PW = Phil Withers ;
– ARNLR = Amis de la Réserve naturelle du lac de Remoray ;
123
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
A
B
0,1 mm 0,1 mm
fig. 22
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila buccata (Fallén, 1826), tiré de
Shatalkin 1986.
fig. 23
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila rufa (Meigen, 1826), tiré de
Shatalkin 1986.
fig. 24
. — Epandrium du mâle (A) et paramère en vue ventrale (B) de Chamaep-
sila ephippium (Zetterstedt, 1847), tiré de Carles-Tolra 1993.
fig. 25. — Genitalia du mâle de Chamaepsila quadrilineata (Strobl, 1898), tiré
de Shatalkin 1986.
fig. 26
. — Epandrium du mâle en vue latérale de Chamaepsila quadrilineata
(Strobl, 1898), tiré de Carles-Tolra 1993.
fig. 27. — Epandrium du mâle en vue latérale de Chamaepsila bicolor (Meigen,
1826), tiré de Carles-Tolra 1993.
0,2 mm
A
B
fig. 28
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila sardoa Rondani, 1876, tiré de
Shatalkin 1986.
fig. 29. — Genitalia du mâle (A) et paramère gauche (B) de Chamaepsila uni-
lineata (Zetterstedt, 1847), tiré de Shatalkin & Merz 2010.
124 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
0,2 mm par
A
B
0,2 mm
0,2 mm
fig. 30
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila pallida (Fallén, 1820), tiré de
Shatalkin & Merz 2010.
fig. 31
. — Genitalia du mâle (A) et paramère droit (B) de Chamaepsila humeralis
(Zetterstedt, 1847), tiré de Shatalkin 1986.
fig. 32
. — Édéage de Chamaepsila humeralis (Zetterstedt, 1847), tiré de
Wakerley 1959.
fig. 33
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila persimilis Wakerley, 1959, tiré
de Wakerley 1959.
fig. 34. — Édéage de Chamaepsila persimilis Wakerley, 1959, tiré de Waker-
ley 1959.
fig. 35. — Genitalia du mâle de Chamaepsila nigricornis (Meigen, 1826), tiré
de Shatalkin 1986.
fig. 36. — Genitalia du mâle de Chamaepsila nigricornis (Meigen, 1826), tiré
de Wakerley 1959.
fig. 37. — Genitalia du mâle de Chamaepsila rosae (Fabricius, 1794), tiré de
Shatalkin 1986.
125
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
fig. 38. — Genitalia du mâle de Chamaepsila rosae (Fabricius, 1794), tiré de
Wakerley 1959.
fig. 39. — Genitalia du mâle (A) et épandrium droit en vue latérale (B) de Cha-
maepsila villosula Meigen, 1826.
fig. 40. — Genitalia du mâle (A) et édéage (B) de Chamaepsila nigra (Fallén,
1820), tiré de Shatalkin 1986.
fig. 41
. — Genitalia du mâle (A) et paramère droit (B) de Chamaepsila atra
(Meigen, 1826), tiré de Shatalkin 1986.
A
B
ae
A
B
fig. 42
. — Genitalia du mâle de Chamaepsila clunalis (Collin, 1944), tiré de
Shatalkin 1986.
fig. 43. — Genitalia du mâle (A) et paramère (B) de Psila metaria (Linnaeus,
1758), tiré de Shatalkin 1986.
par
A
B
par
A
B
par
A
B
fig. 44. — Genitalia du mâle (A) et paramère (B) de Psila merdaria Collin, 1944, tiré de Shatalkin 1986.
126 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
– RNNGA = Réserve naturelle nationale des Gorges de
l’Ardèche ;
– RNCLJR = Réserve naturelle de la Combe Lavaux – Jean
Roland ;
– CL = Christophe Lauriaut ;
– XL = Xavier Lair ;
– PYG = Pierre-Yves Gloaguen).
Le matériel provient principalement de l’ex-région Rhône-
Alpes et de l’ex-Franche-Comté. Plusieurs spécimens proviennent
cependant des Pyrénées-Orientales (Argelès-sur-Mer), des
Hautes-Alpes (Abriès-Ristolas), du Cotentin (Vauville), de la
Haute-Marne (Vals-des-Tilles), ou encore des Vosges (Plainfaing,
Le Valtin). Ce travail n’est donc qu’une vision encore partielle
de la faune française. De nombreuses espèces sont signalées
comme potentiellement présentes en France dans les clés de
détermination. Pour compléter, les photos postées sur la Gale-
rie du monde des insectes (abrégé dans les textes GIO – http://
galerie-insecte.org/galerie, dernière consultation le 13septembre
2019) ont également été vériées et intégrées (dans la mesure
des déterminations possibles à partir des images).
Les données sur la répartition européenne proviennent du
site Fauna Europaea, avec quelques compléments de littérature.
Les informations sur l’écologie larvaire proviennent des
articles cités en introduction, complétées au cas par cas par
d’autres publications.
Les symboles et accolés signient qu’il s’agit d’un ou
plusieurs couples (en fonction du nombre qui les précède).
Loxocera MEIgEn, 1803
Ce genre semble associé aux Joncacées. De Meijere (1947)
a décrit notamment les larves trouvées à la base des tiges de
Juncus eusus L. (De Meijere 1941).
Loxocera (Imantimyia) albiseta (Schrank, 1803)
Syn. Loxocera ichneumonea auctt.
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Bonnevaux-le-Prieuré, 7 septembre 2013, 1
; Cléron,
24 mai 2010, 1, 6 octobre 2010, 1 ; Frasne, 19juillet 2017,
1, 9 août 2017, 21, 23 août 2017, 1, 15 septembre 2017,
1, 4 octobre 2018, 1; Houtaud, 25juillet 2014, 1, 5 sep-
tembre 2014, 51, 19 septembre 2014, 3, 7 octobre 2014,
3 ; Labergement-Sainte-Marie, 16août 2009, 1, 26septem-
bre 2009, 2, 11 septembre 2012, 1, 27 mai 2014, 4, 25
août 2016, 1, 6 octobre 2016, 2, 17septembre 2018, 21 ;
Remoray-Boujeons, 13 août 2010, 1, 15 septembre 2010, 1,
15 septembre 2011, 1, 6 octobre 2011, 1♂♀, 4 octobre 2018,
1114, 25 octobre 2018, 1 , Coll.ARNLR ;
– Jura : Mignovillard, 31 juillet 2018, 35, 3 août 2018,
4
3
, 17 août 2018, 15inds, 4 juillet 2019, 1
; Les Rousses,
22 septembre 2015, 1, 23 août 2018, 3, Coll.ARNLR ;
– Manche : Lessay, 18 juillet 2007, 1
, 16 août 2001, 1
,
Coll.XL ; Savigny, 25 juillet 2007, 1, 22 juillet 2006, 1,
Coll.XL.
AutrES DonnéES.
–Toute la France (Séguy 1934) ;
– Ain : Marais de Lavours (Withers 2014) ;
– Puy-de-Dôme : Orléat, 30 août 2012, cliché de H. Dumas
(sur GIO) ;
– Finistère : Pont-Croix, 27 août 2018, 2, Coll. PYG.
H
AbItAt
LArvAIrE
. Non décrit. Comme en Suisse (Shatalkin&
Merz 2010), cette espèce est toujours observée en tourbière.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Danemark, Espagne,
Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Po-
logne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Sicile,
Slovaquie, Suède, Suisse (Sumner 2018a).
Loxocera (Imantimyia) fulviventris Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Frasne, 17 août 2018, 31, 30 août 2018, 1 ;
Labergement-Sainte-Marie, 13 juillet 2009, 1
, 30 août 2009,
1 ; Remoray-Boujeons, 15 septembre 2011, 21 ;
– Jura : Mignovillard, 31 août 2018, 1♂♀, 4 octobre 2018,
1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES. Vosges : Gérardmer (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Finlande, Hongrie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, République
Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Loxocera (Imantimyia) nigrifrons (Macquart, 1835)
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 21 juin 2019, 1
,
4juillet 2019, 2♂♀, Coll.ARNLR ;
– Haute-Marne : Vals-des-Tilles, 22 juin 2016, 1
, Coll.ARN-
LR ;
– Jura : Mignovillard, 17 août 2018, 2, Coll.ARNLR ;
– Morbihan : Guidel, 11 septembre 2000, 1 (cf. nigrifrons),
Coll.XL. ;
– Puy-de-Dôme : La Godivelle, 26 juillet 2017, 1, Coll.ARN-
LR.
AutrES DonnéES.
– Hautes-Pyrénées (Séguy 1934) ;
– Landes (Séguy 1934) ;
– Ain : Marais de Lavours (Withers 2014).
HAbItAt LArvAIrE. Sur Euphorbiasp.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Danemark, Finlande,
Hongrie, Norvège, Pologne, Royaume-Uni, Suède, Suisse
Loxocera (Imantimyia) sylvatica Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Forêt de la Réna, 7 septembre 2003, 1, Coll.PW ;
St. Jean de urigneux, 29 juillet 2004, 1, 25 juillet 2007,
127
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
1, 17-24 juillet 2012, 1, 12 août-2 septembre 2012, 2,
Coll.PW ; Mijoux, 26 août 2013, 1, 9 juin 2015, 1, 8juil-
let 2015, 1, 21 juillet 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Cléron, 30 juin 2009, 1
; Labergement-Sainte-
Marie, 25 juillet 2014, 1, 25 octobre 2018, 2 ; Le Bizot,
19 juillet 2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Gironde : La Jehaye, 14 juillet 1988, 1, Coll.PW ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 18 juillet 2017, 3, 5 sep-
tembre 2017, 1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Bellefontaine, 16 juillet 2013, 1
; Mignovillard,
16 juin 2019, 11
, 27 juin 2019, 7
, 5 juillet 2019, 5
,
Coll.ARNLR ;
– Savoie : Cruseilles, 3 juin 1995, 1, Coll.PW ;
– Vosges : Plainfaing, 1 juillet 2009, 21, 22 août 2009, 1,
13 juillet 2010, 21, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES. Puy-de-Dôme : Mont-Dore (le Capucin)
(Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Luzula sylvatica (Huds.) Gaudin (Chan-
dler 1975)
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Danemark, Finlande,
Hongrie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Royaume-
Uni, Slovaquie, Suède, Suisse.
Loxocera (Loxocera) aristata (Panzer, 1801)
M
AtérIEL
ExAMIné
. Espèce très commune (la plus commune
des Psilidés), observée en grand nombre (♂♀ ; n = 506) dans
nos échantillons et sur de très nombreux sites ces dix dern-
ières années (sauf précision contraire) dans les départements
et communes suivant :
– Ain : Échenevex, Mijoux, oiry, Coll.ARNLR ;
– Alpes-de-Haute-Provence : Jausiers, Coll.CL ;
– Ardèche : Païolive, Coll.PW ; Saint-Remèze, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Bonnevaux-le-Prieuré, Bonnétage, Cléron, Frasne,
Houtaud, Labergement-Sainte-Marie, Remoray-Boujeons,
Coll.PW/ARNLR ;
– Côte-d’Or : Gevrey-Chambertin, Coll.ARNLR ;
– Gard : Concoules, Coll. CL ;
– Hautes-Alpes : Vars, Coll.CL ; Abriès-Ristolas, Coll.ARNLR ;
– Haute-Marne : Vals-des-Tilles, Coll.ARNLR ;
– Isère : Séchilienne, Lac Luitel, 30 mai 1994, 2, Coll.PW ;
– Jura : Bellefontaine, Chaux-des-Prés, Lajoux, Mignovillard,
Morez, Les Rousses, Coll.ARNLR ;
– Pyrénées-Orientales : Porté-Puymorens, Coll.XL. ;
– Savoie : Cormet de Roselend, 8 août 1993, 1♂♀, Coll.PW ;
Sixt-fer-à-Cheval, Coll.XL ;
– Vosges : Le Valtin, Plainfaing, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-
Bas, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni,
Slovaquie, Slovénie, Suisse, Turquie. Signalée aussi d’Israël.
Loxocera (Platystyla) homannseggi Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Saône, 31 août 2016, 13, Coll.PW ; 31 août
2016, 1♂♀, 20 octobre 2016, 1♂♀ ; More, 20 octobre 2016,
1♂♀ ; Labergement-Sainte-Marie, 17 septembre 2018, 1,
25 octobre 2018, 1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Ardennes (Séguy 1934) ;
– environs de Paris : Rambouillet (Séguy 1934)) ;
– Puy-de-Dôme : Mont-Dore (Séguy 1934) ;
– Allier : Bayet, Broût-Vernet (Séguy 1934) ;
– Val-d’Oise : Amenucourt, 15 septembre 2007, cliché d’Edith
Konik (sur GIO) ;
– Finistère : Guengat, 12 septembre 2016, 1, Coll°PYG.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Hongrie, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, Slovaquie,
Suisse.
chamaepsiLa HEnDEL, 1917
Syn. TeTrapsiLa frEy, 1925
Chamaepsila atra (Meigen, 1826)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Mijoux, 24 juin 2015, 1
, Coll.PW ; Échenevex,
24juin 2015, 1 ; oiry, 19 juin 2014, 3, 3 juillet 2014,
2, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 8 juin 2009, 2
,
Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 27 juin 2017, 4, Coll.PW ;
28 juin 2016, 4♂♀, 27 juillet 2016, 2, 11 août 2016, 9,
Coll.ARNLR ;
– Isère : Le Sappey en Chartreuse, 15-18 mai 1993, 4, 29mai
1994 ,1, Coll.PW ; Crolles, 22 juillet 2019, 1, 8août
2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Chapelle des Bois, 29 mai 1992, 1♂♀ ; Forêt de Mont
Noir, 30 mai 1992, 1, Coll.PW ; Chaux-des-Prés, 17 juin
2015, 1 ; Les Rousses, 10 juillet 2015, 1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Hautes-Alpes : Lautaret (Séguy 1934) ;
– Alpes occidentales et orientales : 800-2200 m. (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Po-
logne, République Tchèque, Royaume-Uni, Roumanie,
Slovaquie, Suisse.
128 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
Chamaepsila bicolor (Meigen, 1826)
Syn. Chamaepsila nigromaculata (Strobl, 1909)
MAtérIEL ExAMIné.
Jura : Chapelle des Bois, 12 juillet 2017, 1
, coll. PW ;
Les Rousses, 15 juin 2018, 1 ; Lajoux, 5 septembre 2013,
1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Hautes-Pyrénées : Tramesaigues (Séguy 1934) ;
– Paris (Séguy 1934) ;
– Puy-de-Dôme : Mont-Dore, La Bourboule (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Utilise les racines et la base des tiges de
Tanacetumsp., Leucanthemum vulgare Lam., Succisasp. (Os-
borne 1955 ; Chandler 1975).
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Autriche, Danemark,
Italie, Pologne, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie,
Suisse.
Chamaepsila buccata (Fallén, 1826)
Syn. Chamaepsila gracilis (Meigen, 1826)
Syn. Chamaepsila atrimana (Meigen, 1826)
(La synonymie de ce taxon est assez confuse : Soos (1985) a
étudié la situation et a signalé que la description de Fallén
(13décembre1826) précède celle de Meigen (31 décembre
1826) pour C.gracilis. Ces deux noms sont donc synonymes
de C.buccata)
MAtérIEL ExAMIné. Aucun
AutrES DonnéES.
– Nord de la France (Séguy 1934) ;
– Environs de Paris (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Semble être associée entre autre aux Api-
acées (Daucus, Anthriscus, Angelica – Hennig 1941).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne (Stuke 2006), Bel-
gique, Danemark, Finlande, Hongrie, Italie (dont Sicile),
Lituanie, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, Royaume-
Uni, Slovaquie, Suisse. Transpaléarctique, elle est également
retrouvée en Mongolie (Soos 1974), Chine (Wang & Yang
1996) et l’est de la Russie (Shatalkin 1986).
Chamaepsila clunalis (Collin, 1944)
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Remoray-Boujeons, 8 juin 2012, 2, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 17 juillet 2017, 1
, Coll.PW ;
– Jura : Mijoux, 21 juillet 2015, 2, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Espagne, République
Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie.
Chamaepsila confusa Shatalkin & Merz, 2010
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 27 mai 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 14 juin 2017, 1
,
Coll.ARNLR ;
– Isère : Bourg d’Oisans, 2 juillet 2020, 4♀♂, Coll.JC ;
– Jura : Mijoux, 9 juin 2015, 1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES. Le paratype de cette espèce est de Haute-
Savoie : Parmenaz (Shatalkin & Merz 2010)
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. République Tchèque, Slovaquie,
Suisse.
Chamaepsila ephippium (Zetterstedt, 1847)
M
AtérIEL
ExAMIné
. Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 22 juillet
2016, 2, 24 août 2016, 1, 07 octobre 2017, 8, 2 août
2019, 1, 19 juillet 2019, 1♀♂, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne.
Chamaepsila humeralis (Zetterstedt, 1847)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : oiry, 16 juin 2014, 3, Coll.PW ; oiry, 19juin
2014, 1
♂♀
, 3 juillet 2014, 3
♂♀
, 30 juillet 2014, 4
Coll.ARN-
LR ; Mijoux, 24 juin 2015, 8 août 2015, 2♂♀, Coll. PW ;
4août 2015, 1
; Echevenex, 24 juin 2015, 1
, 8 juillet
2015, 3 Coll.ARNLR ;
– Alpes-Maritimes : Mercantour, Col de Salèse, 29 août 2010,
1 ; Biot, 3-10 octobre 2010, 1, Coll.PW ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 07 octobre 2017, 1, 27juin-
5 septembre 2019, 4,14, Coll.ARNLR ;
– Isère : Cirque de Saint Même, 30 mai 2007, 1, Coll.PW ;
Crolles, 22 juillet 2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Lajoux, 24 juillet 2013, 6, 5 septembre 2013, 2 ;
Morez, 16 juillet 2013, 1, Coll.ARNLR ;
– Vosges : Plainfaing, 1 juillet 2009, 1, Coll.ARNLR.
A
utrES
DonnéES
. Documentée également des Hautes-Alpes
à Montgenèvre (Carles-Tolra 1993).
HAbItAt LArvAIrE. Est connue pour utiliser les inorescences
des Ombellifères comme Heracleumsp. (Sheppard, 1991) et
Myrrhis odorata (L.) Scop., 1771. D’autres associations sont
possible (Chandler 1975).
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Danemark, Finlande,
Hongrie, Italie, Pologne, République Tchèque, Roumanie,
Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila limbatella (Zetterstedt, 1847)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : oiry, 30 août 2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Cléron, 15 septembre 2009, 1, Coll.ARNLR.
129
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
HAbItAt LArvAIrE. Sur les Chrysanthemumsp. cultivés.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Danemark, Espagne,
Finlande, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, Roumanie,
Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila luteola (Collin, 1944)
M
AtérIEL
ExAMIné
. Doubs : Labergement-Sainte-Marie,
16août 2009, 1, 24 juin 2011, 2, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Danemark, République Tchèque,
Royaume-Uni, Slovaquie.
Chamaepsila nigra (Fallén, 1820)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Culoz, 21 avril 2013, 1
♂♀
, Coll.PW ; Échenevex,
24juin 2015, 1 ; Mijoux, 24 juin 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Ardèche : Païolive, 10 février-5 mai 2011, , Coll.PW ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 5 juin 2012, 1
,
Coll.ARNLR ;
– Isère : Le Sappey en Chartreuse, 29-31 mai 1994, 1
2
,
Coll.PW ; Crolles, 22 juillet 2019, 6, Coll.ARNLR ;
– Jura : Chapelle des Bois, 29 mai 1992, 1, Coll.PW ; La-
joux, 20 juin 2013, 41 ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 27 juillet 2016, 1
, 11 août
2016, 1, 19 juillet 2019, 1,Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Somme : Amiens (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées : Tramesaigues, Gavarnie (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Hongrie, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Répub-
lique Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila nigricornis (Meigen, 1826)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Echenevex, 24 mai 2015, 1
, Coll.PW ; 27 mai 2015,
1
; Mijoux, 24 juin 2015, 1
; oiry, 16 juin 2014, 1
,
30juillet 2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Côte-d’Or, Gevrey-Chambertin, 19 mai 2015, 1
, Coll.RN-
CLJR ;
– Doubs : Cléron, 2010, 1 ; Labergement-Sainte-Marie,
2août 2009, 1, 29 mai 2011, 1, 19 juin 2012, 1, 26
mai 2016, 1, 14 mai 2018, 1, 6 juin 2019, 3, 21 juin
2019, 9, 4 juillet 2019, 2 ; Remoray-Boujeons, 2 juin
2010, 1, 15 septembre 2011, 1, 29 mai 2011, 1, 17
juillet 2012, 1, Coll.ARNLR ;
– Isère : Crolles, 4 août 2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Chapelle des Bois, 28 juin 2017, 1
♂♀
, Coll. PW ;
Chaux-des-Prés, 28 octobre 2015, 1
; Lajoux, 20 juin 2015,
1 ; Mignovillard, 8 mai 2018, 5, 8 juin 2018, 4, 22 juin
2018, 1
, 17 août 2018, 1
, 4 octobre 2018, 2
; Les Rousses,
16 juin 2015, 2, Coll.ARNLR ;
– Seine-et-Marne : Gouaix, 7 mai 2015, 1 ; Neuvry, 7 mai
2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 28 juin 2016, 1
, 7 octobre
2017, 2, Coll.ARNLR ;
– Manche : Vauville, mai 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Normandie : Lessay, mai 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Puy-de-Dôme : La Godivelle, 22 mai 2018, 3, Coll.ARN-
LR.
H
AbItAt
LArvAIrE
. L’espèce semble associée aux Apiacées.
Elle ravage les cultures de Daucus, mais vit également dans les
racines des plantes ornementales comme les Chrysanthèmes
(Chrysanthemumsp – Shatalkin & Merz 2010). Elle est enn
signalée dévorant des salades (Lactuca sativa L. 1753 ; Glend-
enning 1952 ; Vernon 1962).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne,
République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie,
Suisse. Signalée aussi d’Israël.
Chamaepsila obscuritarsis (Loew, 1856)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 27 avril 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 3 juin 2011, 24 juin
2011, 21, Coll.PW, 6 juin 2019, 4, 21 juin 2019, 356 ;
Remoray-Boujeons, 24 juin 2011, 1, Coll.ARNLR ;
– Isère : Crolles, 8 août 2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Puy-de-Dôme : La Godivelle, 6 juin 2018, 1
, Coll.ARNLR ;
– Vosges : Plainfaing, 29 mai 2009, 1, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Ré-
publique Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie,
Suisse.
Chamaepsila pallida (Fallén, 1820)
Syn. Chamaepsila debilis (Egger, 1862)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : oiry, 16 juin 2014, 1
, 30 juillet 2014, 1
, Coll.ARN-
LR ;
– Doubs : Cléron, 15 septembre 2009, 1
; Remoray-Boujeons,
25 mai 2011, 1, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 19 juillet 2019, 3, 2 août
2019, 1, Coll.ARNLR
– Jura : Lajoux, 16 juillet 2013, 1
, 5 septembre 2013, 2
4
,
Coll.ARNLR ;
– Rhône : Charnay, 23 mai-31 juillet 1992, 1, Coll.PW.
130 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
AutrES DonnéES. Hautes-Pyrénées : Tramesaigues (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. L’espèce est potentiellement présente sur Hera-
cleum sphondylium L. (Sheppard 1991) et Arctiumsp. D’autres
association avec d’autres espèces sont possible (Chandler 1975).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Po-
logne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni,
Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila pectoralis (Meigen, 1826)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 21 juillet 2015, 3
; Mijoux, 24 juin 2015,
10
; oiry, 19 mai 2014, 1
, 3 juin 2014, 1
, Coll.ARNLR ;
– Isère : Le Sappey en Chartreuse, 26 mai-1 juin 2007, 1,
Coll.PW ;
– Jura : Lajoux, 5 septembre 2013, 1, Coll. ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Seine-et-Oise : Rambouillet (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées : Luz, Tramesaigues (Séguy 1934) ;
– Haute-Savoie : Chamonix (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Finlande, Hongrie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, République
Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila persimilis Wakerley, 1959
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 24 juin 2015, 2, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Cléron, 15 septembre 2009, 1, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 24 août 2016, 1, Coll.ARN-
LR ;
– Pyrénées-Orientales : Forêt de la Massane, 8 septembre
2009, 1, Coll.PW ;
– Seine-et-Marne : Gouaix, 12 juin 2015, 1
, Coll.ARNLR ;
– Var : Étang de Villepey, 25 avril 2010, 2, 1, Coll.PW.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne (Stuke 2006),
Danemark, Espagne, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-
Uni, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila quadrilineata (Strobl, 1898)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 8 juillet 2015, 3, 21 juillet 2015, 5,
Coll.ARNLR ; Mijoux, 8 août 2015, 2, Coll.PW ; 21 juillet
2015, 1, 4 août 2015, 1, Coll.ARNLR ; oiry, 30 juillet
2014, 5, Coll.PW, ; 16 juin 2014, 1, 3 juillet 2014, 1,
30 juillet 2014, 32, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 10 août 2016, 2
, 18 juillet
2017, 1, 5 septembre 2017, 2, Coll.PW ;
– Jura : Bellefontaine, 16 juillet 2013, 1
; Lajoux, 5 septembre
2013, 1 ; Les Rousses, 10 juillet 2015, 6, 10 juillet 2018,
33, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES. Documentée également de Montgenèvre
(Carles-Tolra 1993).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne (Stuke 2006), Au-
triche, Suisse.
Chamaepsila rosae (Fabricius, 1794)
MAtérIEL ExAMIné.
– Doubs : Cléron, 28 septembre 2016, 1 ; Labergement-
Sainte-Marie, 14 septembre 2019, 1, Coll.ARNLR ;
– Dordogne : Saint Saud Lacoussière, 20 mai-10 juin 2013,
1, Coll.PW ;
– Jura : Chaux-des-Prés, 1 juin 2015, 1, 17 juin 2015, 5 ;
Mignovillard, 4 octobre 2018, 1, Coll.ARNLR ;
– Savoie : Lac d’Annecy, Roc de Chère, 11 septembre 1991,
1, Coll.PW ;
– Vosges : Le Valtin, 29 mai 2009, 1
, 1 juillet 2009, 1
,
Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Ardennes (Séguy 1934) ;
– Environs de Paris : l’Hay , Maisons-Latte (Séguy 1934) ;
– Finistère : Morlaix (Séguy 1934) ;
– Puy-de-Dôme : Royat (Séguy 1934) ;
– Allier (Séguy 1934) ;
– Haute-Garonne : Saint-Béat (Séguy 1934) ;
– Aude (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées : Arrens, Luz, Gavarnie, Aragnouet ;
– Drôme ;
– Var : Hyères (Séguy 1934) ;
– Bouches-du-Rhône : Marseille, Aix (Séguy 1934) ;
– Corse (Séguy 1934) ;
– Ain : Marais de Lavours (Withers 2014).
H
AbItAt
LArvAIrE
. Espèce associées aux Brassicacées et aux Api-
acées (Ellis et al. 1992 ; Grichanov et al. 2005). Elle est connue
comme ravageuse des carottes (Daucus carota L., 1753) mais se
développe aussi dans les racines des Brassicacées, notamment
dans les genres comme Pastinacasp., Apiumsp., Anthriscussp.,
Heracleumsp. ainsi que Coniumsp. Elle est également citée en
association avec de nombreuses autres famille, les Solanacées
(Hardman & Ellis 1982) et potentiellement sur des Astéracées
(Miles 1956 ; Van’t Sant 1961) et Poacées (Beirne 1971).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Croatie,
Danemark, Espagne, Hongrie, Italie, Lituanie, Pays-Bas,
Pologne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni,
Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suisse. Elle est également connue
en région Est-Paléarctique notamment en Chine (Wang &
131
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
Yang 1996), en Mongolie (Soos 1974), dans la zone d’Amure
(Shatalkin 1986) et dans les îles Sakhalin et Kuril. L’espèce a
accidentellement été introduite en Amérique du Nord (Hooper
et al. 2002) et en Nouvelle Zélande (Evenhuis 1989).
Chamaepsila sardoa Rondani, 1876
Syn. Chamaepsila anceyi Séguy, 1934
MAtérIEL ExAMIné. Aucun
AutrES DonnéES. Var : Le Beausset (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Espagne, Slovaquie et dernière-
ment au sud de la Suisse. Signalé aussi d’Israël.
Chamaepsila strigata Collin, 1959
M
AtérIEL
ExAMIné
. Ain : oiry, 3 juillet 2014, 3, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Slovaquie, Serbie, Monténégro,
Macédoine.
Chamaepsila unilineata (Zetterstedt, 1847)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Mijoux, 24 juin 2015, 1, Coll.ARNLR ; oiry,
30juillet 2014, 14, Coll.PW ; 19 juin 2014, 13,
3juillet 2014, 9
, 30 juillet 2014, 6
, 14 août 2014, 6
,
Coll.ARNLR ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 26 juin 2011, 1
,
Coll.PW ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 18 juillet 2017, 1
, Coll.PW.
AutrES DonnéES. Hérault : Lunel-Viel, 26 octobre 2016,
cliché J.-J. Porteneuve (GIO initialement identié comme
C.bicolor).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Finlande, République Tchèque,
Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chamaepsila villosula Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : oiry, 30 juillet 2014, 2, Coll.PW ; 16 mai 2014,
1, 30 juillet 2014, 719, 14 août 2014, 812, 30 août
2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 30 août 2014, 1
,
Coll.PW.
A
utrES
DonnéES
. Hautes-Alpes, Montgenèvre (Shatalkin
& Merz 2010).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Hongrie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Suisse.
chyLiza fALLén, 1820
Chyliza annulipes Macquart, 1835
Syn. Chyliza fuscipennis (Robineau-Desvoidy, 1830)
Syn. Chyliza fuscipennis auct. nec Robineau-Desvoidy,
1830
MAtérIEL ExAMIné.
– Ardèche : Païolive, 10 février-5 mai 2011, 1, Coll. PW ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 26 mai 2011, 1,
6mai 2019, 1 ; Rochejean, 6 mai 2017, 1, Coll.ARNLR ;
– Pyrénées-Orientales : Prats-de-Mollo-la-Preste, 8 juin 2019,
1, Coll.XL ;
– Var : La Garde Freinet, 21 février 2017, Les Mayons, 24avril
2016, Coll.CL,
– Vosges : Le Valtin, 29 mai 2009, 1, Coll.ARNLR.
H
AbItAt
LArvAIrE
. Associé aux écoulements des blessures des
arbres résineux (Lyneborg 1987 ; Winter 1988)).
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Danemark, Finlande,
France, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Répub-
lique Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chyliza extenuata (Rossi, 1790)
Syn. Chyliza atriseta Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Cublize, Marais de Lavours, 21-28 avril 2011, 1
,
Coll.PW ; Échenevex, 9 juin 2015, 1, Coll.ARNLR ;
– Ardèche : Saint-Remèze, 15 avril 2015, 1, 19 juin 2016,
1♂♀, Coll. RNNGA ;
– Doubs : Cléron, 8 juin 2016, 10 inds, 22 juin 2016, 3 inds,
6 juillet 2016, 4 inds, 25 juin 2016, 2 inds ; Labergement-
Sainte-Marie, 26 juin 2011, 1, Coll. PW ; 11 juillet 2014,
1, Coll.ARNLR ;
– Dordogne : Saint Saud Lacoussière, 20 mai-10 juin 2013,
1, Coll. PW ; J
– Jura : Prémanon, 15 juin 2018, 1, Coll.ARNLR ;
– Isère : Le Sappey en Chartreuse, 29-31 mai 1994, 1
,
Coll.PW ;
– Manche : Flamanville, 1 juin 2018, 1, Coll.XL ;
– Pyrénées-Orientales : Boulternère, 28 avril 2016, 1
; Pézilla-
la-Rivière, 30 avril 2017, 1, Coll.XL.
AutrES DonnéES.
– Environs de Paris (Séguy 1934) ;
– Finistère : Fouesnant (Séguy 1934) ;
– Corrèze : Argentat (Séguy 1934) ;
– Ille-et-Vilaine : Saint-Briac-sur-Mer, 3 juin 2014, cliché de
Patrick Le Mao (sur GIO) ;
– Isère : Les Roches de Condrieu, 3 juin 2006, cliché de
Chriscraft (sur GIO) ;
– Val-d’Oise : Lunel-Viel, 21 avril 2008, cliché EdithKonik
132 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
(sur GIO) ;
– Val-de-Marne : Villiers-sur-Marne, 17 juin 2009, cliché de
Philippe Legros (sur GIO) ;
– Vendée : Sainte-Radégonde-des-Noyers, 11 mai 2019, cliché
de Jérémie Lemarié (sur GIO).
HAbItAt LArvAIrE. L’espèce attaque la partie basale épaisse
des tiges des Orobanches, provoquant une galle souterraine
notamment sur la tige d’Orobanche elatior Sutton, d’O. rapum-
genistae uill. et d’O. hederae Vaucher ex Duby (Giard 1900 ;
Hennig 1941 ; Chandler 1975 ; Sumner 2018b).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Espagne,
Hongrie, Italie (dont Sicile), Pays-Bas, Pologne, Portugal,
République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse. Ré-
pertoriée également en Turquie et en Israël.
Chyliza leptogaster (Panzer, 1798)
Syn. Chyliza obscuripennis Loew, 1858
Syn. Chyliza permixta Rondani, 1876
Syn. Chyliza scutellata (Fabricius, 1798)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : oiry, 19 juin 2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Ardèche : Le Ray Pic, 26 août 2000, 1, Coll. PW ;
– Doubs : Bonnevaux-le-Prieuré, 14 juillet 2013, 1
; Cléron,
8 juillet 2010, 1
; Labergement-Sainte-Marie, 29 mai 2011,
1, 28 mai 2018, 1, 13 août 2018, 1, Coll.ARNLR ;
– Isère : Prémol, 30 mai 1994, 1, Coll. PW ;
– Jura : Bellefontaine, 16 juillet 2013, 1, Coll.ARNLR ;
– Lozère : Pourcharesses, 25 mai 2017, Coll.CL ;
– Manche : Domjean, 10 mai 2017, 1, Coll.XL.
AutrES DonnéES.
– Seine-et-Oise : Rambouillet (Séguy 1934) ;
– Maine-et-Loire : Saint-Rémy-la-Varenne (Séguy 1934) ;
– Saône-et-Loire : Mâcon (Séguy 1934) ;
– Eure : Cracouville (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées: Luz, Massey, Aureilhan, scierie, jardin
(Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Associé aux feuillus (Dengler 1997). Elle
provoque des galles sur Physocarpus opulifolius (L.) Raf., 1838
mais la taxinomie du genre n des années 1990 n’était pas
stable. Il est donc possible qu’un autre Chyliza soit responsable
des galles sur le Physocarpe à feuilles d’obier.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie (dont Sicile), Lituanie,
Norvège, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, Roumanie,
Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
Chyliza nova Collin, 1944
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : forêt de la Réna, 1 mai 2003, 1, Coll. PW ; oiry,
Crêt de la Neige, 30 juillet 2014, 1
, Coll. PW ; 3 juillet
2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Rochejean, 6 juin 2017. 1♂♀, Coll.ARNLR ;
– Haute-Savoie : Gaillard, 28 mai 1992, 2, Coll. PW ;
– Jura : 21 juin 2013, 4, 16 juillet 2013, 1, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, Norvège, Pays-Bas, République Tchèque, Roum-
anie, Slovaquie, Suisse.
Chyliza vittata Meigen, 1826
MAtérIEL ExAMIné. Espèce la plus repandue de ce genre :
– Côtes-d’Armor : Hilion, 12 juin 2010, 1, Coll.XL ;
– Doubs : Bonnétage, 27 juin 2016, 1
; Cléron, 24 juin 2010,
4, 8 juillet 2010, 3 ; Frasne, 5 juillet 2017, 2, 19juillet
2017, 1, 6 juin 2018, 1, 6 juin 2018, 1, 22 juin 2018,
1, 4 juillet 2018, 1, Coll.ARNLR ; Labergement-Sainte-
Marie, observée de très nombreuses reprises n=51 entre 2009
et 2019 ; Remoray-Boujeons, 24 juin 2011, 2, 11 juin 2018,
1, Coll. PW ; Rochejean, 28 juin 2017, 1, 23 juillet 2017,
1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Mignovillard, 8 juin 2018, 1
, 22 juin 2018, 8
,
4 juillet 2018, 1, 13 août 2018, 1 ; Prémanon, 16 juillet
2018, 1, Coll.ARNLR ;
– Seine-et-Marne : Gouaix, 12 juin 2015, 1, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Ardennes (Séguy 1934) ;
– Oise : Forêt de Coye (Séguy 1934) ;
– Environs de Paris : Chaville, Maisons-Latte, Rambouillet
(Séguy 1934) ;
– Jura : Clairvaux (Séguy 1934) ;
– Loiret : Malesherbes (Séguy 1934) ;
– Aube : Bar-sur-Seine (Séguy 1934) ;
– Landes (Séguy 1934) ;
– Yvelines : Saint-Germain-en-Laye, 17 mai 2015, cliché de
Gilles Carcassès (sur GIO) ;
– Gard : Saint-Julien-de-Peyrolas, 3 mai 2016, cliché de Fran-
çoise Vaselli (sur GIO).
HAbItAt LArvAIrE. Documenté comme présent dans les rac-
ines (creusant des galeries) de l’Orchidée Neottia nidus-avis (L.)
Rich. (De Meijere 1940 ; Petit 1982) mais d’autres Orchidées
sont potentiellement utilisées, C. vittata ayant été trouvée dans
les lieux où N. nidus-avis n’est pas présente (Chandler 1975).
Elle est également observée au Japon sur les genres Yoaniasp.,
Gastrodiasp., Epipactissp. (Kato et al. 2006 ; Suetsugu 2013,
2016a ; Sugiura 2016) et Calanthesp. (Suetsugu 2016b).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Espagne, Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-
Bas, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-
Uni, Slovaquie, Suisse.
133
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
oxypsiLa frEy, 1925
Oxypsila abdominalis (Schummel, 1844)
MAtérIEL ExAMIné. Aucun.
AutrES DonnéES. Hautes-Alpes : Réallon, 29 juin 2009,
cliché de Vincent Derreumaux (sur GIO).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Hongrie, Italie,
Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Suisse.
psiLa MEIgEn, 1803
Psila metaria (Linnaeus, 1758)
M
AtérIEL
ExAMIné
. Espèce assez commune, observée en
grand nombre (♂♀ ; n = 237) dans nos échantillons et sur de
très nombreux sites ces dix dernières années (sauf précision
contraire) dans les départements et communes suivantes :
– Ain : Grand Colombier, Coll. PW ; Mijoux, Coll.ARNLR ;
oiry, Crêt de la Neige, Coll. PW ;
– Alpes-de-Haute-Provence : Jausiers ; Larche, Coll.CL ;
– Doubs : Cléron ; Houtaud, Coll.ARNLR ; Labergement-
Sainte-Marie, Coll.ARNLR/PW ; Remoray-Boujeons,
Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes :Manteyer, Vars, Coll.CL ; Abriès-Ristolas,
Coll.ARNLR ;
– Haute-Savoie : Morillon, Coll. PW ;
– Isère : Le Sappey en Chartreuse, Coll. PW ;
– Jura : Chaux-des-Prés, Lajoux, Mignovillard, Morez,
Coll.ARNLR ;
– Rhône : Forêt de la Cantinière, Coll. PW ;
– Vosges : LeValtin, Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Ardennes (Séguy 1934) ;
– Beauvais (Séguy 1934) ;
– Environs de Paris, l’Hay, Meudon, Rambouillet (Séguy
1934);
– Vosges (Séguy 1934) ;
– Allier (Séguy 1934) ;
– Oise : Clermont (Séguy 1934) ;
– Lot : Montfaucon (Séguy 1934) ;
– Rhône : Lyon, Chartreuse (Séguy 1934) ;
– Haute-Savoie : Abondance (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées : Luz, Gavarnie,Tramesaigues, Cerfeuil
(Séguy 1934) ;
– Ain : Marais de Lavours (Withers 2014).
H
AbItAt
LArvAIrE
. Associé aux racines des Cypéracées, notam-
ment du genre Carexsp. (Balachowsky & Mesnil 1936 ; Chan-
dler 1975). Elle peut être également retrouvée en association
avec des Apiacées comme Daucus carota, Anthriscus sylvestris
(L.) Hom., Apium graveolens L., Chaerophyllum aureum L.
(Freuler & Fischer 1991 ; Degen 1998).
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Belgique, Danemark,
Finlande, Hongrie, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Po-
logne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni,
Slovaquie, Suisse.
Psila merdaria Collin, 1944
MAtérIEL ExAMIné. Espèce assez fréquente :
– Ain : Échenevex, 18 août 2015, 1 ; oiry, 30 août 2014,
1, Coll.ARNLR ;
– Ardèche : Saint-Remèze, 15 avril 2015, 1, Coll.°RNNGA ;
28 avril 2015, 3, 27 mai 2015, 1, 15, Coll.ARNLR ;
– Doubs : Houtaud, 13 juin 2014, 1
, 8 août 2014, 1
;
Labergement-Sainte-Marie, 24 juin 2009 au 21 juin 2019
(n=21) ; Remoray-Boujeons, 11 juin 2011, 1, Coll.ARNLR ;
– Haute-Savoie : Mont Saxonnex, 23 août 1994, 1
, Coll. PW ;
– Jura : Bellefontaine, 21 juin 2013, 1, 13 juillet 2013, 2 ;
Chaux-des-Prés, 17 juin 2015, 1
; Lajoux, 24 juin 2013, 3
,
26 août 2013, 1 ; Morez, 27 septembre 2013, 3, 24 juillet
2014, 1, Coll.ARNLR ;
– Vosges : LeValtin, 22 août 2009, 1, Coll.ARNLR.
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
DIStrIbutIon EuroPéEnnE. Allemagne, Danemark, Espagne,
Hongrie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque,
Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse.
psiLosoma ZEttErStEDt, 1860
Psilosoma andouini Zetterstedt, 1835
MAtérIEL ExAMIné.
– Haute-Alpes : Risoul, 9 août 1997, 1 ; Névache, 6 août
1999, 1 ; Abriès-Ristolas, 10 juillet 2016, 1, 20 septembre
2016, 3
, 5 septembre 2017, 2
, Coll. PW ; 24 août 2016, 1
,
7 septembre 2017, 5, 2 et 23 août 2019, 3, Coll.ARNLR ;
– Isère : Vercors, gorges du Bruyant, 24 août 1992, 1
, Coll. PW ;
– Savoie : Bramans 29 juillet 2016, 1
; Cormet de Roselend,
8 août 1993, 25, Coll. PW ;
– Vosges : LeValtin, 22 juillet 2009, 1, 22 août 2009,
13
4
; Plainfaing, 22 juillet 2009, 4
2
, 22 août 2009,
1,Coll.ARNLR.
AutrES DonnéES.
– Haute-Savoie : Morgins (Séguy 1934) ;
– Hautes-Pyrénées : Arrens (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Finlande, Italie,
Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Suisse.
Psilosoma lefebvrei (Zetterstedt, 1835)
MAtérIEL ExAMIné.
– Ain : Échenevex, 4 août 2015, 1 ; oiry, 14 août 2014,
4, Coll.ARNLR ; Mijoux, 14 août 2015, 1, Coll. PW ;
– Doubs : Labergement-Sainte-Marie, 22 août 2014, 1
,
134 NATURAE • 2021 (9)
Whiters† P. & Claude J.
22juin 2017, 1
, 10 août 2017, 2
, 14 août 2014, 4
,
22août 2017, 6 ; Remoray-Boujeons, 8 juillet 2011, 3,
9juillet 2011, 1, Coll.ARNLR ;
– Hautes-Alpes : Abriès-Ristolas, 2 juillet 2017, 2, 7 sep-
tembre 2017, 1, Coll.ARNLR ;
– Jura : Chaux-des-Prés, 1 septembre 2015, 1 ; Mignovil-
lard, 4juillet 2018, 2 ; Morez, 5 septembre 2013, 9,
Coll.ARNLR ;
– Savoie : Cormet de Roselend, 8 août 1993, 5♂♀, Coll. PW ;
– Vosges : Plainfaing, 22 juillet 2009, 4
1
; LeValtin, 14août
2010, 1, Coll.ARNLR.
A
utrES
DonnéES
. Hautes-Pyrénées : Aragnouet (Séguy 1934).
HAbItAt LArvAIrE. Non décrit.
D
IStrIbutIon
EuroPéEnnE
. Allemagne, Danemark, Finlande,
Italie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-
Uni, Slovaquie, Suisse.
ENVOI D’ÉCHANTILLONS : APPEL À DONNÉES
Toute personne désirant faire conrmer sa collection ou des
spécimens diciles peut adresser des échantillons (si possible
en alcool) à l’adresse postale de Jocelyn Claude (15 rue du
Bief, 71460 Cormatin). Toute amélioration de couplet des
clés ou remarque peut également nous être adressée par mail.
Remerciements
Nous remercions Bruno Tissot (Amis de la RN du lac de
Remoray) pour les nombreux tests des clés de détermination
et nos échanges fructueux. Merci également à Christophe
Lauriaut et Xavier Lair pour leurs remarques pertinentes et
la communication de leurs données. Remerciements aussi à
Pierre-Yves Gloaguen pour ses données.
Ce travail s’inscrivant principalement dans la valorisation
du matériel non-cible récolté par tente Malaise lors d’études
Syrph-the-Net, nous remercions inniment nos collègues du
réseau des Réserves naturelles (RN) qui ont bien voulu nous
coner le matériel provenant de leur sites protégés : Séverine
Staut (RN de la tourbière de Mathon, Lessay), Nicolas Bazin
et Lucas Gleise (RN des gorges de l’Ardèche, Saint-Remèze),
Romaric Leconte (RN de Chalmessin, Vals-des-Tilles), Laurent
Serviere et Nicolas Francois (RN de la Combe Lavaux – Jean
Roland, Gevrey-Chambertin), Dominique Langlois (RN du
ravin de Valbois, Cléron), Joseph Garrigue (RN de la forêt
de la Massane, Argelès-sur-Mer), Fabrice Darinot (RN du
Marais de Lavours, Béon, Ceyzérieu, Culoz, Flaxieu, Pollieu),
Alain Blocet Anne-Laure Bonato (RN Abriès-Ristolas Mont
Viso, Abriès-Ristolas), Julien Dabry (RN de Tanet-Gazon-
du-Faing, Le Valtin, Plainfaing), Julien Schwartz (RN de la
Bassée), Johann Rosset, (RN de la Haute Chaîne du Jura,
Mijoux, Échenevex, oiry), Suzanne Foret (RN des Hauts
de Chartreuse, Chapareillan, Crolles).
Pour le prêt de leurs superbes photos, merci à Johan Verstrae-
ten et Pierre Bornand. Merci également à Anatole Shatalkin,
Miguel Carles-Tolra, Rune Bygebjerg et Jes Elnif pour leur
aimable autorisation d’utilisation des illustrations.
Mention spéciale enn à Anatole Shatalkin pour son aide
notamment dans le dénouement des synonymes de Cha-
maepsila buccata.
Merci enn à Cédric Vanappelghem et Pascal Dupont
pour leur travail de relecture ainsi qu’à Sarah Figuet pour la
mise en page.
RÉFÉRENCES
bALAcHowSky A. & MESnIL L. 1936. — Les insectes nuisibles aux
plantes cultivées, Tome 2. Busson, Paris, 781 p.
b
EIrnE
b. P. 1971. — Pest insects of annual crop plants in Canada.
Memoirs of the Entomological Society of Canada 78: 63-65. https://
doi.org/10.4039/entm10378fv
b
uck
M. & M
ArSHALL
S. 2006. Revision of New World Loxocera
(Diptera: Psilidae), with phylogeneic redenition of Holarctic
subgenera and species groups. European Journal of Entomology
103 (1): 193-219. https://doi.org/10.14411/eje.2006.022
bygEbjErg r., Munk t. & ELnIf j. 2011. Chyliza leguminicola
Melander, 1920 (Diptera: Psilidae) new to the Palaearctic fauna.
Entomologiske Meddelelser 79 (2): 73-84.
cArLES-toLrA M. 1993. A new species of Chamaepsila Hendel
from the Czech Republic, with a key to the Bicolor-Group spe-
cies (Diptera, Psilidae). Graellsia 49: 91-95.
cHAnDLEr P. 1975. — Observations on Plant Associations of the
Psilidae (Diptera). Entomological Record & Journal of Variation
87 (1): 13-17.
cHAnDLEr P. j. 2012. — Corrections and changes to the Diptera
Checklist (28). Changes to the Irish Diptera List (18).Dipterists
Digest(New series)19 (2): 187-188.
DE MEIjErE j. c. H. 1940. Uber die Larven der in Orchideen
minienrenden Dipteren. Tijdschrift Voor Entomologie 83: 122-127.
DE MEIjErE j. c. H. 1941. — Pupariën van Loxocera in stengels
van Juncus. Entomologische Berichten (Amsterdam) 10: 286-287.
DE MEIjErE j. c. H. 1947. — Over eenige Dipterenlarven waar-
onder een galmug, die mijngangen maakt, en twee Dipteren,
die gallen op paddenstoelen veroorzaken. Tijdschrift Voor Ento-
mologie 88: 49-62.
DEgEn t. 1998. — Host-Plant Acceptance by the Carrot Fly: Some
Underlying Mechanisms and the Eelationship to Host Plant Suit-
ability. èse, Université de Bâle, 135 p.
D
EngLEr
k. 1997. Zur Lebensweise von Chyliza leptogaster Panzer
und Ch. nova Collin (Psilidae; Diptera) und ihre Bereutung als
Urheber von Bastnekrosen arr Laubbaumen. Studia Diperologica
(4) 1: 143-164.
ELLIS P. r., HArDMAn j. A. & SAw P. L. 1992. — Host plants of
the carrot y, Psila rosae (F.) (Dipt., Psilidae). e Entomologist’s
Monthly Magazine 128: 1-10.
E
vEnHuIS
n. L. 1989. Family Psilidae, in E
vEnHuIS
N. L. (éd.),
Catalog of the Diptera of the Australasian and Oceanian Regions.
Bishop Museum Press, Honolulu & E. J. Brill, Leiden: 473.
frEuLEr j. & fIScHEr S. 1991. — Méthodes de contrôle et uti-
lisation des seuils de tolérance pour les ravageurs des cultures
maraîchères de pleine terre. 2e édition. Revue suisse Viticulture,
Arboriculture et Horticulture 23 (2): 101-124.
gIArD A. 1900. Sur la biologie de Chyliza vittata Mg. (Dipt.).Bul-
letin de la Société entomologique de France 5 (16): 316.
g
LEnDEnnIng
r. 1952. Psila nigricornis Meig. (Diptera, Psi-
lidae), a new pest of possible economic importance. Canadian
Entomologist 84: 107. https://doi.org/10.4039/Ent84107-4
grEvE L. & SkArtvEIt j. 2001. e genus Loxocera (Psilidae,
Diptera) in Norway. Norwegian Journal of Entomology 48 (2):
329-334.
135
Les Psilidae de France (Diptera : Acalyptrata) : checklist et clés de détermination des genres et des espèces
NATURAE • 2021 (9)
grIcHAnov I. y., ovSyAnnIkovA E. I., SAuEIcH M. I. &
S
HAtALkIn
A. I. 2005. Area and zone of harfulness of Chamaep-
sila rosae (Fabr.) (Diptera. Psilidae). Vestnik zashcfrity rastenii (Palnt
Protection News) (Sant Pattrburg Pushkin) I : 73-75 (In Russian).
H
ArDMAn
j. A. & E
LLIS
P. r. 1982. An investigation of the
host range of the carrot y. Annals of Applied Biology 100: 1-9.
HEnnIg w. 1941. — Psilidae, in L E. (éd.), Die Fliegen der
palaearktischen Region. Schweizerbart, Stuttgart: 1-38. https://
doi.org/10.1007/BF02338309
HooPEr I. r. E., DIxon P. L. & LArSon D. j. 2002. — Distri-
bution and scasonal activity of adult carrot rust y (Diptera:
Psilidae). e Canadian Entomologist 134 (5): 703-706. https://
doi.org/10.4039/Ent134703-5
kAto M., tSujI k. & kAwAkItA A. 2006. — Pollinator and stem-
and corm-boring insects associated with mycoheterotrophic orchid
Gastrodia elata. Annals of the Entomological Society of America 99:
851-858. https://doi.org/10.1603/0013-8746(2006)99[851:PAS
ACI]2.0.CO;2
LynEborg L. 1964. — Danske acalyptrate uer. 2. Psilidae, Platy-
stomidae og Otitidae (Diptera). Entomologiske Meddelelser 32:
367-388.
LynEborg L. 1987. On the life history of Chyliza annulipes
Macquart, 1835 (Diptera: Psilidae). Entomologiske Meddelelser
32: 27-29.
M
ILES
M. 1956. Carrot y as a pest of lettuce. Plant Pathology 5: 152.
ooStErbroEk P. 2006. — e European Families of the Diptera :
Identication, Diagnosis, Biology. KNNV Publishing, Utrecht,
206p. https://doi.org/10.1163/9789004278066
oSbornE P. 1955. A rst record of Psila bicolor on cultivated
chrysanthemums. e Entomologist’s Monthly Magazine 91: 118.
PEtIt j. 1982. — Chronique de la Montagne Saint Pierre IX. Un
orchidophile peu ordinaire : Chiliza vittata Meigen (Diptères,
Psilidés). Revue variétoise d’Histoire naturelle 39: 61-64.
rotHErAy g. E., HAncock E. g. & LySZkowSkI r. L. 2013. —
e psilid y Imantimyia albiseta (Diptera, Psilidae) in Scotland.
Dipterists Digest 20: 131-134.
Séguy E. 1934. — Diptères (Brachycères). Lechevallier & ls, (coll.
Faune de France; 28), Paris, 832 p., 903 g.
SHAtALkIn A. I. 1986. — Review of the eastern palaearctic ies of
Psila Mg. (Diptera, Psilidae,) with the key to Palaearctic species.
Trudy Zoologischkogo Instituta AN SSSR 146: 23-43.
SHAtALkIn A. I. & MErZ b. 2010. — e Psilidae (Diptera, Aca-
lyptrata) of Switzerland, with description of two new species
from Central Europe. Revue suisse de Zoologie 117 (4): 771-800.
S
HEPPArD
A. w. 1991. Heracleum sphondylium L., biological ora
of the British Isles No. 171. List Br. Vasc. Pl. No. 311. Journal of
Ecology 79: 235-258. https://doi.org/10.2307/2260795
SooS A. 1974. — Taxonomic und faunistssche Unterchungen uber
die Psiliden (Diptera) aus der Mongolei. Annales Historico Natu
-
rales Musei Nationnalis Hungari 66: 241-250.
SooS A. 1985. — Untersuchungen einiger Psiliden-Typen aus der
Zetterstedt’schen Sammlung nebst Beschreibung einer neuen
Art (Diptera: Psilidae). Acta zoologica hungarica 31: 235-244.
StukE j.-H. 2006. — Die Megamerinidae, Micropezidae, Psilidae
und Tanypezidae (Diptera) Niedersachsens und Bremens. Braun-
schweiger Naturkundliche Schriften 7 (3): 613-630.
SuEtSugu k. 2013. Delayed autonomous self-pollination in
two Japanese varieties of Epipactis helleborine (Orchidaceae).
Botanical Journal of the Linnean Society 173: 733-743. https://
doi.org/10.1111/boj.12111
S
uEtSugu
k. 2016a. Infestation of the mycoheterotrophic orchid
Yoania japonica by the two-winged y, Chyliza vittata (Diptera:
Psilidae). European Journal of Entomology 113: 393-396. https://
doi.org/10.14411/eje.2016.050
S
uEtSugu
k. 2016b. e Autotrophic Orchid Calanthe nip-
ponica is a Potential Host Plant of Japanese Populations of the
Two-Winged Fly, Chyliza vittata (Diptera: Psilidae). Entomological
News 126: 3. https://doi.org/10.3157/021.126.0309
SugIurA n. 2016. Mate-seeking and oviposition behavior of
Chyliza vittata (Diptera: Psilidae) infesting the leaess orchid
Gastrodia elata. Entomological Science 19: 129-132. https://doi.
org/10.1111/ens.12177
SuMnEr D. P. 2018a. European Atlas: Micropezids & Tany-
pezids 1 (Diptera, Nerioidea & Diopsoidea). Dipterists Forum
Recording Scheme Report 1 (1): 7. https://doi.org/10.13140/
RG.2.2.34834.99529
SuMnEr D. P. 2018b. — Observations on Phytomyza orobanchia
Kaltenbach, 1864 (Diptera, Agromyzidae) and Chyliza extenu-
ata Rossi, 1790 (Diptera, Psilidae), both new to Wales, on Ivy
Broomrape (Orobanche hederae). Dipterists Forum Occasional
Publication 1: 7. https://doi.org/10.13140/RG.2.2.31761.35686
vAnt SAnt L. E. 1961. Levenswijze en bestrijding van de
wortelvlieg (Psila rosae F.) in Nederland. Verslagen van Landbou-
wkundige Onderzoekingen 67 (1): 1-131.
v
Ernon
j. D. r. 1962. Observations on the biology and control
of the chrysanthemum stool miner. Plant Pathology 11: 38-41.
wAkErLEy S. b. 1959. A new species of Psila (Diptera : Psilidae)
from Northern England. Proceedings of the Royal Entomological
Society of London. Series B, Taxonomy 28: 107-108.
wAng x. 1988. — Identication Key of the Westpalaeartic Spe-
cies of Chamaepsila (Diptera : Psilidae). Stuttgarter Beiträge zur
Naturkunde, Ser A 417: 1-13.
wAng x. & yAng c. 1996. Psilidae, in xEE W. & cHAo C.
(éds), Flies of China, Vol. 1. Liaoning Science and Technologiy
Press, Shenyang: 424-456.
w
IntEr
t. g. 1988. Larvae of Cyliza fuscipennis (Robineau-
Desvoidy) in coniferous resin. Entomologist’s Monthly Magazine
124: 73-75.
wItHErS P. 2014. Le Marais de Lavours, une zone humide majeure
pour la faune des diptères, in DArIno F. (éd.), Bilan de 30 ans
d’études scientiques dans le Marais de Lavours (1984-2014),
Bulletin de la Société linnéenne de Lyon (hors-série) 3: 153-168.
Soumis le 29 décembre 2019 ;
accepté le 26 novembre 2020 ;
publié le 14 avril 2021.
Preprint
Full-text available
European Atlas: Nerioidea & Diopsoidea (Diptera). Country presences determined from literature and other published sources
Preprint
Full-text available
Phytomyza orobanchia Kaltenbach, 1864 (Diptera, Agromyzidae). Chyliza extenuata Rossi, 1790 (Diptera, Psilidae)
Article
Full-text available
Chyliza vittata is known to utilize leaves, stems and underground parts of several leafy and leafless orchids. Compared to the well-recorded feeding habits of C. vittata in Europe, its feeding habits in Japan are poorly studied. Thus, further records of its host plants and the habits of its larvae in Japan are likely to reveal the similarities and differences in its feeding habits in Europe and Japan. The current study reports C. vittata feeding on the stems of the mycoheterotrophic orchid Yoania japonica in central Japan. This study also showed that in spite of the small size of Yoania its reproductive success is not severely reduced when infested with C. vittata, whereas the robust stems of Gastrodia elata, which is its main host plant in Japan, are thought to be a defence against infestation by C. vittata. © Institute of Entomology, Biology Centre, Czech Academy of Sciences, České Budějovice.
Article
Full-text available
The New World species of Loxocera Meigen are revised incuding two new species, L. (Imantimyia) ignyodactyla Buck sp. n. from Costa Rica (first record of the genus from the Neotropical region) and L. (Imantimyia) ojibiwayensis Buck sp. n. from Ontario, Canada. Loxocera californica Capelle is synonymized with L. collaris Loew and lectotypes are designated for L. pleuritica Loew and L. cylindrica var. obsolela Johnson (both synonyms of L. cylindrica Say). The New World species are diagnosed and a key to species is provided. The male and female terminalia Of Loxocera are described in detail for the first time, and their functional morphology is discussed. Eggs of most species are described and a key to the known eggs of Loxocera is provided. A phylogenetic framework for the Holarctic subgenera and species groups of Loxocera is developed based oil morphological characters of the adult flies. The Old World subgenus Platystyla Macquart is synonymized voth Loxocera s. str.. and Imantimyia Frey is reinstated as a valid subgenus including all Holarctic species previously placed in Loxocera s. str. except the L. aristata species group. This leads to the following new Subgeneric combinations: L.,(L.)malaisei Frey comb. n., L. (L.) matsumurai Iwasa comb. n., L. (L.) monstrata Iwasa, comb. n., and L. (L.) omei Shatalkin comb. n. The species groups of Imantimyia are redefined, i.e. the L. achaeta-group (7 spp.), the L. fulviventris-group (4 spp.). and the L. albiseta-group (1 sp.). The Oriental subgenus Asiopsila Shatalkin is referred to Psila Meigen s. 1. as a Subgenus based on characters of the egg, resulting in fourteen new generic combinations: Psila (Asiopsila) brevibuccata (Shatalkin) comb. n., P. (A.) burmanica (Frey) comb. n., P. (A.) decorata (de Meijere) comb. n., P. (A.) derivata (Shatalkin) comb. n., P. (A.) formosana (Hennig) comb. n., P. (A.) freidbergi (Shatalkin) comb. n., P. (A.) humeralis (de Meijere) comb. n., P. (A.) kambaitensis (Frey) comb. n., P. (A.) limpida (Shatalkin) comb. n., P. (A.) maculipennis (Hendel) comb. n., P. (A.) michelseni (Shatalkin) comb. n., P. (A.) pleuralis (Frey) comb. n., P. (A.) primigena (Shatalkin) comb. n., and P. (A.) vittipleura (Shatalkin) comb.n.
Article
Full-text available
The terrestrial orchid Epipactis helleborine is a morphologically variable species with a wide geographical distribution. It is found throughout Europe and continues eastwards to Siberia, China and Japan. It is usually pollinated by social wasps and displays the morphological characteristics of an outcrossing species. In warm, temperate areas of Japan, E. helleborine often appears in alpine or subalpine regions, and has never been found in low-altitude forests, except for coastal pine forests. The coastal population of E. helleborine is often classified at the variety level, as E. helleborine var. sayekiana, and the inland populations are known as E. helleborine var. papillosa. It is possible that E. helleborine var. sayekiana possesses a distinctive selfing strategy, as its autonomous self-pollination has evolved in dry habitats, such as coastal dunes. The present study investigated the pollination biology of E. helleborine var. sayekiana and var. papillosa to detect differences in their reproductive systems. Unexpectedly, both E. helleborine var. papillosa and E. helleborine var. sayekiana were found to possess a self-pollination strategy and were therefore rarely visited by insects. Self-pollination occurs at the end of the flowering season and probably acts to ensure pollination even if insect-mediated pollination fails. Moreover, there are no floral differences between E. helleborine var. papillosa and E. helleborine var. sayekiana. These observations suggest that it is not necessary to distinguish between these two varieties. Furthermore, E. helleborine var. papillosa was pollinated by hoverflies, suggesting that E. helleborine var. papillosa is probably biologically distinct from its mother species, E. helleborine. © 2013 The Linnean Society of London, Botanical Journal of the Linnean Society, 2013, 173, 733–743.
Article
The psilid fly Chyliza vittata is a leaf miner or stem borer of some orchids in Europe and Japan but few studies on its behavior have been published. Here I describe aspects of the reproductive behavior of the species infesting Gastrodia elata, a leafless orchid. Male mate-seeking behavior occurred on flowering G.elata plants that were attractive to egg-laden females, and indeed copulation was observed. Although two or more males were commonly seen on an orchid stem without interaction, males occasionally reacted aggressively toward other males. Females laid eggs on the flowers, floral buds or bracts as well as into the flowers, using their "ovipositor". Almost all orchids studied eventually produced mature capsules; therefore G.elata seemed to suffer limited damage from infestation by C.vittata. Information regarding a natural enemy and pupation habits is also provided.
Article
The family Psilidae is reviewed for Switzerland and data are listed for all species currently known from this country. Chamaepsila sardoa (Rondani) and Ch. unilineata (Zetterstedt) are recorded for the first time from Switzerland. Psila (s. str.) helvetica sp. n. (Switzerland) and Chamaepsila confusa sp. n. (France, Switzerland) are described and illustrated. Keys for the European species of Psila s. str. Meigen and the Chamaepsila pallida group are provided. A summary of diagnostic characters of the genera of Psila s. lat. is given. An updated checklist of the 36 Swiss species is presented.
Article
An erect, usually more or less hispid, mainly polycarpic perennial. Roots white, bruising orange; a taproot in the first year, becoming more divided from the rootcrown region. A system of outer vegetative meristems and associated secondary taproots develops with age, enlarging the root crown. Successive scars of previous stems evident, becoming displaced deeper into the soil with age. Stems 1-5(-9), usually only one in the first year of flowering; up to 200(-300)cm tall, hollow, ridged, often with deflexed, but not closely appressed hairs, particularly near base. Leaves variable, from semi-entire to bipinnate-ternate, rather densely hairy beneath, less so above with a crenate to serrate margin. Cauline leaves alternate, usually 5(-9), often pinnatifid lobes, 4-10(-18)cm long. Petioles more or less hairy and greatly inflated, often purplish, sheathing the stem. Umbels flat or slightly convex, compound, 4-25 cm across, with usually 10-20 hairy, somewhat unequal rays 2- 12 cm long. Peduncle longer than the rays and more or less puberulent. Bracts few or absent; bracteoles usually present, linear, hispidulous and often deflexed. Stem of a determinate growth form, with one apical umbel (the largest up to 25 cm across) and a variable number of lateral umbels (1-9). Smaller tertiary umbels branch from the peduncles of lateral umbels. Flowers hermaphrodite or male, i.e. with aborted female parts. Petals 2-4mm, white, greenish-white or rarely pink; outer flowers of umbel zygomorphic, with larger petals directed outwards. Sepals very small, up to 05 mm. Filaments 2-3 mm long; pollen oval, tricolpate, mean polar axis 38 4Rm; range 36-52 jm (Cerceau-Larrival 1962; Gawlowska 1961; Grace & Nelson 1981). Styles with enlarged base, forming the stylopodium. Fruit (of 2 mericarps) (6-)7-8 (- 10) mm long, obovate to suborbicular and dorsally compressed, smooth or sparsely hairy with a broad commissure. The one-seeded mericarps ('seeds') 08 mm thick, with weak dorsal ridges and winged lateral ridges. Each mericarp with 6 resin canals (vittae), 4 on the outer, dorsal face and 2 on the inner or commissural face, about as long as the fruit, up to 04mm wide near the lower end. The carpophore, made up of the vascular tissue supplying the endosperm, becomes the mericarp attachment at maturity. Pedicels as long as the fruit; adaxial side puberulent. Styles on mature seed about twice as long as the stylopodium, divergent or somewhat recurved, with capitate stigma. Cotyledons abruptly contracted into a petiole (round type; CerceauLarrival 1962). Mean weight of viable mericarp 3-3mg (range 2-10mg).
Article
The genus Loxocera (Diptera, Psilidae) in Norway is reviewed based on the material in the Collections of the Norwegian university museums and material in some private collections. Distributional data are given for five species: Loxocera albiseta (Schrank, 1803), L. aristata (Panzer, 1801), L. fulviventris (Meigen, 1826), L. nigrifrons Macquart, 1835 and L. sylvatica Meigen, 1826. L. nigrifrons is recorded as new to Norway. A key to the Norwegian species of the genus Loxocera is given.