ArticlePDF Available

Les Ad nos, ad salutarem de Franz Liszt "... L'œuvre la plus puissante jamais entendue à l'orgue … "

Authors:

Abstract

Ad nos, ad salutarem undam de Liszt "... L'oeuvre la plus puissante jamais entendue à l'orgue ... " Le Ad Nos de Franz Liszt comme porte d'entrée vers la découverte d'une pratique d'interprétation cachée du XIXème siècle. Traduction du titre du dernier ouvrage, en allemand, de Bernhard Ruchti, pianiste, organiste, musicologue d'origine américaine résident en Suisse. Il dissèque avec finesse et toute sa compétence de musicien organiste, l'oeuvre de Liszt, Ad nos, salutarem undam composé en 1850 à Weimar, que tous les organistes mélomanes connaissent, apprécient et qu'ils vont pouvoir redécouvrir au travers de ce livre. Dans une interview sur YouTube, Bernhard Ruchti salue la contribution de Diane Kolin à cet ouvrage. Cliquez ici Diane Kolin, résidente au Canada est, entre autres, une musicologue mélomane éclectique passionnée notamment par Beethoven et Liszt. Elle a bien voulu nous en faire une présentation et nous donne l'envie de découvrir ce livre. Malheureusement, seuls les germanophones pourront l'apprécier, pour les autres, une traduction en anglais serait vraiment la bienvenue. Article sur le livre de de Bernhard Ruchti sur Ad nos, ad salutarem undam par Diane Kolin.
Ad nos, ad salutarem undam de Liszt "... L'œuvre la plus puissante jamais entendue à
l'orgue ... " Le Ad Nos de Franz Liszt comme porte d’entrée vers la découverte d’une pratique
d’interprétation cachée du XIXème siècle. Traduction du titre (voir photo ci-contre) du dernier ouvrage, en
allemand, de Bernhard Ruchti, pianiste, organiste, musicologue d'origine américaine résident en Suisse. Il
dissèque avec finesse et toute sa compétence de musicien organiste, l’œuvre de Liszt, Ad nos, salutarem
undam composé en 1850 à Weimar, que tous les organistes mélomanes connaissent, apprécient et qu’ils vont
pouvoir redécouvrir au travers de ce livre. Dans une interview sur YouTube, Bernhard Ruchti salue la
contribution de Diane Kolin à cet ouvrage. Cliquez ici Diane Kolin, résidente au Canada est, entre autres,
une musicologue mélomane éclectique passionnée notamment par Beethoven et Liszt. Elle a bien voulu nous
en faire une présentation et nous donne l’envie de découvrir ce livre. Malheureusement, seuls les
germanophones pourront l’apprécier, pour les autres, une traduction en anglais serait vraiment la
bienvenue. Article sur le livre de de Bernhard Ruchti sur Ad nos, ad salutarem undam par Diane
Kolin Cliquez ici
Les Ad nos, ad salutarem de Franz Liszt "... L'œuvre la plus
puissante jamais entendue à l'orgue " Le Ad Nos de Franz Liszt comme porte d’entrée vers la
découverte d’une pratique d’interprétation cachée du XIXème siècle. Traduction du titre du dernier
ouvrage, en allemand, de Bernhard Ruchti,
Commentaires de Diane Kolin, musicologue, sur le livre de Bernhard Ruchti pour le site liszt-franz.com
L’œuvre pour orgue Ad nos, ad salutarem undam de Liszt a quelque chose d’envoûtant. Tiré de l’opéra Le
Prophète de Meyerbeer, qui a inspiré de nombreux compositeurs et a donné lieu à de multiples transcriptions
et variations, le thème Anabaptiste, assez court, a donné naissance à une variation pour orgue et pour piano
quatre mains assez longue, composée par Franz Liszt. Le musicologue, pianiste, organiste et compositeur
Bernhard Ruchti a exploré durant plusieurs années l’histoire de cette œuvre. De cette recherche est né le
livre « "...das Gewaltigste, was ich je auf der Orgel gehört habe": Franz Liszts Ad Nos als Tor zur
Wiederentdeckung einer verborgenen Aufführungspraxis des 19. Jahrhunderts », qui peut se traduire par «
"…La plus grandiose œuvre pour orgue jamais entendue…" : Le Ad Nos de Franz Liszt comme porte d’entrée
vers la découverte d’une pratique d’interprétation cachée du XIXème siècle ». Disponible en allemand, il est
prévu qu’il soit prochainement traduit en anglais.
L’ouvrage comporte deux parties principales, une conclusion et un chapitre de ressources. La première partie
retrace l’historique de l’œuvre, depuis les représentations de l’opéra de Meyerbeer jusqu’à l’influence de la
composition de Liszt sur celles de l’organiste et pianiste Julius Reubke. La seconde partie porte sur
l’interprétation d’Ad Nos et les pratiques d’interprétation du XIXe siècle, notamment en termes de tempi, à
partir de notes laissées par Liszt sur ses partitions autographes, mais également d'écrits de ses contemporains,
parmi lesquels figurent, entre autres, Hans von Bülow, Richard Wagner, Lina Ramann et Richard Pohl.
Un troisième chapitre relie les deux précédents au travail de Bernhard Ruchti sur les décryptages de tempi
dans les œuvres de compositeurs du XIXe siècle. Il y mentionne notamment son enregistrement d’Ad Nos
dans la Cathédrale de Merseburg, où l’œuvre fut créée en 1855, et que Ruchti a interprété dans son tempo
original sur la base de sa recherche en 2019. Enfin, une dernière partie permet de mettre en relation des
passages importants de ce livre avec la partition d’Ad nos et l’enregistrement de Ruchti sur l’orgue de
Merseburg; ce chapitre sera tout particulièrement utile aux musicologues et interprètes souhaitant à leur tour
tester les hypothèses de Ruchti.
Pour se procurer cet ouvrage Cliquez ici
Diane Kolin, musicologue.
Fait à Toronto, Canada, le 29 mars 2021.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.