ArticlePDF Available
INTERNATIONAL NEWSLETTER ON ROCK ART
INORA
Comité International d’Art Rupestre (CAR - ICOMOS)
Union Internationale des Sciences Préhistoriques - Protohistoriques
(UISPP Commission 9 : Art Préhistorique)
International Federation of Rock Art Organisations (IFRAO)
Association pour le Rayonnement de l’Art Pariétal Européen (ARAPE)
N° ISSN : 1022 -3282
Responsable de la publication - Editor : Dr. Jean CLOTTES
11, rue du Fourcat, 09000 FOIX (France)
France : Tél. 05 61 65 01 82
Etranger : Tél. + 33 5 61 65 01 82
email : j.clottes@wanadoo.fr
LETTRE INTERNATIONALE D’INFORMATIONS SUR L’ART RUPESTRE
N° 89 - 2021
Nyrula in Ladakh
India.
Gravure / engraving
SOMMAIRE
Publié avec le concours de : Published with the help of :
Ministère de la Culture (Direction Générale des Patrimoines, Sous-direction de l’Archéologie)
Conseil Départemental de l’Ariège
DÉCOUVERTES DISCOVERIES
Découvertes..................................
Divers.........................................
Livres .........................................
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Discoveries
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Divers
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Books
REMAINS OF ROCK ART IN THE CLASSICAL
CAVE OF SAINT-MICHEL
(ARUDY, PYRÉNÉES-ATLANTIQUES)
The Arudy basin, located at the mouth of the Ossau
Valley (Western Pyrenees), has been the subject of many
archaeological excavations since the second half of the
19th Century. This archaeological research exposed an
intense and prolonged use of this area by Middle and
Upper Magdalenian hunter-gatherers’ groups (Marsan,
1996; Pétillon et al., 2015).
Today, at least eight caves with
evidences of human occupations
are known in a territory of about
ten square kilometers around the
town of Arudy. From the available
data, we can assume that this
area was occupied from 18,000
to 15,000 cal BP. Some of these
sites contain large archaeological
deposits with a great number of
portable art items (Espalungue and
Saint-Michel caves: Piette 1907;
Mascaraux 1910).
VESTIGES D’ART PARIÉTAL DANS LA GROTTE
CLASSIQUE DE SAINT-MICHEL
(ARUDY, PYRÉNÉES-ATLANTIQUES)
Situé dans les Pyrénées occidentales, au débouché
de la vallée d’Ossau, le bassin d’Arudy a fait l’objet, dès
la seconde moitié du XIXe siècle, de nombreuses fouilles
archéologiques qui ont permis de mettre en évidence une
fréquentation intense et prolongée des groupes de chas-
seurs-cueilleurs tardiglaciaires du Magdalénien moyen et
supérieur (Marsan 1996 ; Pétillon et al. 2015).
Sur un territoire d’une dizaine
de kilomètres carrés centré sur la
petite ville d’Arudy, nous connais-
sons ainsi aujourd’hui au moins
huit cavités présentant des traces
d’occupation humaine pendant
une période qui peut être datée
approximativement de 18 000 à
15 000 cal BP. Certains de ces sites
ont livré des ensembles archéo-
logiques très riches, notamment
en œuvres d’art mobilier (grottes
d’Espalungue et de Saint-Michel
– Piette 1907 ; Mascaraux 1910).
Fig. 1. Plan et coupe de la grotte Saint-
Michel (Arudy, Pyrénées-Atlantiques)
avec indication de l’emplacement du
panneau orné. (B. Choze et F. Ichas –
Comité Départemental de Spéléologie des
Pyrénées-Atlantiques).
Fig. 1. Map and cross-section of the Saint-
Michel cave (Arudy, Pyrénées-Atlantiques),
with indication of the place with the
painted panel. (B. Choze et F. Ichas –
Comité Départemental de Spéléologie des
Pyrénées-Atlantiques)
1
19
31
2INORA, 2021, N° 89
Cependant, de façon surprenante, cet important
noyau de peuplement magdalénien n’est associé à aucun
dispositif d’art pariétal de grande envergure. La seule
grotte connue, Sainte-Colome, ne peut être considérée
que comme un ensemble modeste (Garate et al. 2013).
Cette situation contraste avec ce que nous constatons
généralement dans le Magdalénien pyrénéen, où les sites
d’habitat les plus importants sont en relation étroite avec
des ensembles ornés (Clottes 1989). De ce point de vue,
le bassin d’Arudy représente une configuration intéres-
sante dans la perspective d’une réflexion générale sur la
relation entre habitats et cavités ornées au Magdalénien.
Dans le cadre du projet PCR PAVO (Préhistoire
ancienne de la vallée d’Ossau. Paléoenvironnement et
sociétés de chasseurs-collecteurs dans le piémont pyré-
néen), dirigé par l’un de nous (J.-M. P.) et financé par le
Service régional de l’Archéologie de Nouvelle Aquitaine,
nous avons considéré la potentialité de la vallée en
termes de densité des grottes utilisées par les groupes
humains pendant le Paléolithique, ce qui nous a amenés
à une prospection globale pour l’art pariétal.
Surprisingly, no large Magdalenian rock art ensemble
is known in this intensely occupied area. Only small evi-
dences of parietal art have been documented in Sainte-
Colome cave (Garate et al. 2013). This situation contrasts
with the rest of the Pyrenean Magdalenian, where the
most important habitation sites are closely related to
important rock art ensembles (Clottes 1989). Considered
from this perspective, the Arudy basin is a good example
to reflect upon the relationship between habitation sites
and decorated caves during the Magdalenian period.
Within the framework of the PCR PAVO project
(Ancient Prehistory of the Ossau Valley. Paleoenvironment
and hunter-gatherer societies in the foothills of the
Pyrenees), led by one of us (J-M.P.), supported by the
Service Régional de l’Archéologie of Nouvelle Aquitaine,
and in view of the valley’s potential in terms of Palaeolithic
human occupation, we have decided to develop a global
parietal survey work in this area in search of rock art evi-
dence.
Fig. 2. Vestiges gravés sur la paroi dans la grotte de Saint-Michel
(Arudy, Pyrénées-Atlantiques).
Fig. 2. Wall engravings in the Saint-Michel cave
(Arudy, Pyrénées-Atlantiques).
INORA, 2021, N° 89 3
One of us (D.G.) had already made a preliminary visit
to the basin with speleologist P. Desmonts. This first
exploration, carried out on 20 November 2017, allowed us
to discover some engraved lines and red stains in Saint-
Michel cave. During the archaeological work carried out
there in 2018, we made a deeper analysis of the graphic
evidence and obtained a complete documentation.
Saint-Michel Cave is located in the small town of
Arudy, on the northern side of the Saint-Michel hill, at 450
m.a.s.l. The main archaeological excavations were carried
out in the cave by F. Mascaraux between 1888 and 1893
(Mascaraux 1910). In addition, G. Laplace and his team
also worked there occasionally between 1948 and 1970
(partial publication in Laplace 1981), and, unfortunately,
some clandestine digs also took place in this cave.
At least 1,500 archaeological remains have been
collected. They are mostly distributed between the
Archaeology National Museum, the Prehistory National
Museum and the Human Palaeontology Institute
collections. The study of this material shows a quite
homogeneous archaeological ensemble attributable to
the Middle and Upper Magdalenian transition (most of
the material belongs to the Middle Magdalenian, but
the beginning of the Upper Magdalenian has also been
identified: Marsan 1983; Pujol 2009; Pétillon et al. 2015).
The decorated area is located right at the end of the
cave, in a lower chamber partially filled with archaeologi-
cal material and excavation remains from the vestibule.
It is necessary to go down a slope ending with a vertical
drop of two meters to reach this very small chamber.
The walls are quite damaged due to the formation of
calcite crusts, today still active, and to the presence of
cyanobacteria that cover the wall surface.
On the part of the wall right over a concavity below the
slope that leads to the lower chamber, we have identified
several finely engraved lines that are covered with calcite
crusts. At 105cm above the floor, four series of small
aligned engravings that simulate an animal coat have
been identified in a space of 59cm x 71cm. The wall relief
suggests a bison shape but the taphonomy and anthropic
alterations prevent a reliable animal identification.
In the same chamber, we have found some poorly
preserved red irregular stains, occasionally covered with
calcite. Some of them seem to be accidental and their
chronology is difficult to work out. Many ochre fragments
on the floor of the chamber are probably related to these
stains. In any case, there is an anthropic red line partially
covered with calcite. It is located 100cm to the right of the
engraved motif.
Despite the poor preservation of those engravings
and paintings, we must still consider that Saint-Michel
Cave is a decorated cave, probably attributable to the
Magdalenian period. Thus, Saint-Michel and Sainte-
Colome caves are two humble rock art ensembles located
in a rich archaeological habitation context, including
portable art, as is the case for the Arudy Valley.
Dans ce sens, l’un de nous (D. G.) avait fait une pre-
mière visite prospective dans le bassin avec la spéléo-
logue P. Desmonts. Cette visite nous a permis de décou-
vrir une série de traits gravés et des taches rouges sur les
parois de la grotte de Saint-Michel le 20 novembre 2017.
Pendant les travaux menés en 2018, nous avons réalisé
une étude approfondie des manifestations graphiques de
cette cavité.
La grotte Saint-Michel s’ouvre à environ 450 m d’alti-
tude sur le flanc nord de la colline du même nom, en bor-
dure de l’agglomération d’Arudy. La principale fouille dont
elle a fait l’objet est celle dirigée par F. Mascaraux entre
1888 et 1893 (Mascaraux 1910), mais nous connaissons
aussi des interventions ponctuelles de G. Laplace ou
de son équipe entre 1948 et 1970 (publication partielle
in Laplace 1981), ainsi que diverses opérations de net-
toyage des déblais et de fouilles clandestines.
Les quelques 1 500 pièces de mobilier issues de ces
opérations sont réparties pour l’essentiel entre le Musée
d’Archéologie nationale, le Musée national de Préhistoire
et l’Institut de Paléontologie humaine. L’étude et la data-
tion de ce mobilier montrent qu’il est assez homogène
et attribuable à la transition entre les Magdaléniens
moyen et supérieur (une majorité du matériel relève de la
phase récente du Magdalénien moyen, mais le début du
Magdalénien supérieur est également attesté : Marsan
1983 ; Pujol 2009 ; Pétillon et al. 2015).
Le secteur orné se trouve dans un panneau situé tout
au fond de la grotte, dans une salle inférieure partielle-
ment remplie de matériaux archéologiques et de déblais
provenant de la partie antérieure de la grotte.
Il s’agit d’une salle de très petites dimensions dans
laquelle il faut arriver après une pente qui débouche sur
un dénivelé vertical de deux mètres. Les parois sont très
altérées à cause de la formation des couches de calcite,
toujours actives, et de la présence de cyanobactéries qui
recouvrent les surfaces.
Sur la paroi surplombant une concavité au-dessous
de la pente qui amène à la salle inférieure, nous avons
identifié plusieurs traits finement gravés qui sont recou-
verts par la calcite. Dans un espace de 59 cm × 71 cm et
105 cm au-dessus du sol actuel, se trouvent quatre séries
de petits traits alignés simulant un pelage animal. Le relief
de la surface suggère la forme d’un bison, mais, si nous
nous en tenons aux seules modifications anthropiques, il
n’est pas possible d’assurer cette attribution.
Dans la même salle, nous trouvons plusieurs taches
rouges informes en mauvais état de conservation, parfois
recouvertes de calcite. Une partie semble être le résultat
d’une imprégnation fortuite par du colorant. La chrono-
logie est indéterminée étant donné que, sur le sol de la
salle, une grande quantité de fragments d’ocre est visible.
En tout cas, il y a un trait linéaire appliqué de manière
anthropique, recouvert partiellement par la calcite. Il se
trouve 100 cm à droite du motif gravé.
Ces vestiges de gravures et peintures, malgré leur
mauvais état de conservation, nous permettent de pen-
ser que la grotte Saint-Michel est un espace orné, datant
peut-être de l’époque magdalénienne. Ainsi, avec Sainte-
Colome, ils constitueraient deux modestes ensembles
d’art pariétal paléolithique dans un contexte d’habitat très
riche en vestiges archéologiques d’un autre type (y com-
pris l’art mobilier), comme l’est la vallée d’Arudy.
Diego GARATE, Olivia RIVERO, Iñaki INTXAURBE, Sergio SALAZAR,
Patricia DESMONTS, Jean-Marc PÉTILLON
4INORA, 2021, N° 89
BIBLIOGRAPHIE
CLOTTES J. 1989. — Le Magdalénien des Pyrénées. In : RIGAUD J.-P. (dir.), Le Magdalénien en Europe : « La structu-
ration du Magdalénien », Actes du Colloque de Mayence, 1987, p. 281-360. Liège : Université de Liège. (ERAUL ; n° 38).
GARATE D., RIVERO O., BOURRILLON R., PÉTILLON J.-M. 2013. — L’Art pariétal de la grotte Tastet (Sainte-Colome,
Pyrénées-Atlantiques) : au carrefour des traditions artistiques tardiglaciaires. Paléo, 24, p. 103- 120.
LAPLACE G. 1981. — Quelques précisions de nature diverse à propos de l’article sur « L’occupation humaine à Arudy
(Pyr.-Atl.) pendant la préhistoire et le début de la protohistoire ». In : 8e Rencontre d’historiens sur la Gascogne méridionale
et les Pyrénées occidentales (tenue à Pau le 6 octobre 1979), p. 51-62. Université de Pau.
MARSAN G. 1983. — L’Industrie osseuse de la grotte magdalénienne de Saint-Michel d’Arudy (P.-A.) : essai d’inven-
taire de la collection Félix Mascaraux. Cahiers du Groupe archéologique des Pyrénées occidentales, 3, p. 41-67.
MARSAN G. 1996. — Préhistoire de la vallée d’Ossau : éléments de réflexion et de discussion sur l’occupation de la
montagne ouest-pyrénéenne au Tardiglaciaire et au début du Postglaciaire. In : Pyrénées Préhistoriques, arts et société.
Actes du 118e Congrès national des sociétés savantes, Pau, 1993, p. 473-486. Paris : Comité des travaux historiques et
scientifiques.
MASCARAUX F. 1910. — La Grotte Saint-Michel d’Arudy. Revue de l’École d’Anthropologie, 11, p. 357-378.
PÉTILLON J.-M., LANGLAIS M., KUNTZ D., NORMAND C., BARSHAY-SZMIDT C., COSTAMAGNO S., DELMAS M.,
LAROULANDIE V., MARSAN G. 2015. — The Human occupation of the Northwestern Pyrenees in the Late Glacial: new
data from the Arudy basin, lower Ossau valley. Quaternary International, 364, p. 126-143.
PIETTE É. 1907. — L’Art pendant l’Âge du Renne. Paris : Masson.
PUJOL É. 2009. — L’Exploitation des matières osseuses chez les Magdaléniens de Saint-Michel d’Arudy (Pyrénées-
Atlantiques). Paris : Université de Paris I. (Mémoire de Master 2).
UN NOUVEAU SITE « TAZINA »
DANS LA RÉGION DE TATA, SUD MAROCAIN
Le site (fig. 1)
La région de Tata et Akka, dans le Sud marocain, déjà
connue pour ses nombreux foyers rupestres, confirme la
richesse de son patrimoine avec la découverte d’un nou-
veau site, nouvel élément pour un inventaire régional de
plus en plus complet.
Le site en question se trouve sur une crête isolée près
de la pointe méridionale du Jebel Tamgounsa, au sud-
ouest de Tata, dont la hauteur maximale est de 1 220 m
(carte topographique Tleta Tagmoute 1/100 000). Le
Jebel Tamgounsa fait partie de la longue chaîne du Jebel
Bani, formée de grès et quartzites ordoviciens1. Le site
a l’aspect d’une basse col-
line, formée par un affleure-
ment rocheux d’une hauteur
de 660 m et d’une longueur
d’environ 150 m. La colline est
orientée N-E/S-W. Bien que de
faible élévation, de la crête l’on
domine toute la plaine environ-
nante, où se développe l’ancien
réseau hydrographique dont la
principale rivière, toujours à sec,
est l’oued Gourgine, affluent de
l’oued Draa. Le couvert végétal
est une forêt clairsemée d’aca-
cias.
L’aspect général de la crête
est le résultat de l’érosion diffé-
rentielle qui a creusé longitudi-
nalement une sorte de couloir
1. Je remercie Prof. Abderrazak Nahid pour son aide à l’identifica-
tion de la roche.
A NEW «TAZINA » SITE IN THE REGION OF TATA,
SOUTHERN MOROCCO
The site (Fig. 1)
The region of Tata and Akka, in Southern Morocco,
already known for its numerous rock art sites, confirms its
rich heritage with the discovery of a new site, thus increa-
sing a very full total regional inventory.
The site in question is on an isolated ridge near to
the southern point of Jebel Tamgounsa, S-W of Tata,
whose maximum altitude is 1,220m (map Tleta Tagmoute
1/100 000). The Jebel Tamgounsa is part of the long
Jebel Bani chain, made up of Ordovician sandstone and
quartz rocks11. The site has the appearance of a low
hill, made up of a rocky out-
crop 660m high and around
150m long. The hill is oriented
N-E/S-W. Even though it is not
really high, the ridge dominates
all the surrounding plain, where
an ancient hydrographic system
spreads out, whose main (still
dry) river is the oued Gourgine,
a tributary of the oued Draa.
The vegetation is a sparse aca-
cia forest.
The general appearance of
the ridge is due to differential
erosion which has dug leng-
thways along it a sort of corridor
1. Thanks to Prof. Abderrazak Nahid for identifying the rock.
Fig.1. Localisation de la région de Tata.
Fig.1. Location of the Tata Region.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Industrie osseuse de la grotte magdalénienne de Saint-Michel d'Arudy (P.-A.) : essai d'inventaire de la collection Félix Mascaraux. Cahiers du Groupe archéologique des Pyrénées occidentales
  • Marsan G
MARSAN G. 1983. -L'Industrie osseuse de la grotte magdalénienne de Saint-Michel d'Arudy (P.-A.) : essai d'inventaire de la collection Félix Mascaraux. Cahiers du Groupe archéologique des Pyrénées occidentales, 3, p. 41-67.
  • Pétillon J.-M Langlais
  • M Kuntz D
  • Normand C Barshay-Szmidt C
  • S Costamagno
  • M Delmas
  • V Laroulandie
  • Marsan G
PÉTILLON J.-M., LANGLAIS M., KUNTZ D., NORMAND C., BARSHAY-SZMIDT C., COSTAMAGNO S., DELMAS M., LAROULANDIE V., MARSAN G. 2015. -The Human occupation of the Northwestern Pyrenees in the Late Glacial: new data from the Arudy basin, lower Ossau valley. Quaternary International, 364, p. 126-143.
Art pendant l'Âge du Renne
  • Piette É
PIETTE É. 1907. -L'Art pendant l'Âge du Renne. Paris : Masson.
Exploitation des matières osseuses chez les Magdaléniens de Saint-Michel d'Arudy
  • Pujol É
PUJOL É. 2009. -L'Exploitation des matières osseuses chez les Magdaléniens de Saint-Michel d'Arudy (Pyrénées-Atlantiques). Paris : Université de Paris I. (Mémoire de Master 2).