ChapterPDF Available

Se raconter et conseiller les autres sur les forums en ligne : la construction d’une identité d’expert en médicaments détournés

Authors:

Abstract

Les forums, ainsi que d’autres plateformes du Web 2.0, ont été souvent présentés comme des espaces de discussion démocratiques et égalitaires, en résonnance avec l’« utopie Internet » (Proulx et al., 2005; Wright et al, 2011) et la logique d’une « démocratie coopérative » (Noveck, 2009, citée dans Cardon, 2010, p. 85). Plusieurs études montrent pourtant que tous n’y occupent pas la même place. L’objectif de ce chapitre qui analyse les formes et les expériences de participation dans un forum sur les médicaments détournés est double. Premièrement, nous cherchons à identifier, parmi les plus forts contributeurs, ceux qui émergent comme usagers plus expérimentés et à identifier leurs usages du forum, les formes de contribution qu’ils privilégient, les types de savoirs qu’ils mobilisent et les marques de reconnaissance dont ils font l’objet de la part des autres usagers. Deuxièmement, nous cherchons à cerner le sens de leur participation au forum. Quelles sont leurs motivations à participer ? Qu’implique au quotidien cette participation active ? Enfin, quelle place et quelle signification prend l’écriture dans le forum ?
!
1!
Se raconter et conseiller les autres sur les forums en ligne :
la construction d’une identité d’expert en médicaments détournés
Christine Thoër, Florence Millerand, Valérie Orange, David Myles
Thoër, C., Millerand, F., Orange, V. Myles, D. (2012). Se raconter et conseiller les autres sur les
forums en ligne : la construction d’une identité d’expert en médicaments détournés. In C. Perraton,
O. Kane et F. Dumais (eds.), Mobilisation*de*l’objet*technique*dans*la*production*de*soi. Presses de
l’Université du Québec, collection « Cahiers du gerse », p.99-120.!
1. Introduction
Des premiers forums Usenet aux sites de réseaux sociaux, en passant par les pages personnelles,
Internet a été investi pour partager des informations, socialiser, coordonner des activités, se
présenter, bref pour produire tout à la fois des contenus, des relations et des identités. Les forums
de discussion constituent à ce titre des espaces privilégiés pour observer la circulation et la
production d’informations, de connaissances et d’identités en ligne – identités d’experts, de
malades, de joueurs, etc. Dans le domaine de la santé, ces espaces sont largement mobilisés
comme lieu d’information, d’échange et de débat (Akrich et Meadel, 2009). Les recherches
montrent notamment qu’Internet, et en particulier les forums, constitue une source d’information
largement utilisée par les jeunes qui consomment des médicaments pour la recherche de
sensations et de « défonce » (Boyer et al. 2005; Wax 2002).
Les participants aux forums de discussion sur le détournement de médicaments y partagent leurs
connaissances et leurs expériences des produits consommés (Thoër et Aumond, 2011). Leur
participation semble aussi s’inscrire dans une volonté d’offrir des récits de pratique (Trip report),
renvoyant parfois à des documents audiovisuels montrant les effets du trip (Morgan et al., 2010).
Si les échanges sur ces espaces contribuent à la diffusion des pratiques, ils favorisent aussi leur
encadrement par l’établissement de normes de consommation visant à limiter la prise de risque
(Thoër et Aumond, 2011; Tackett-Gibson 2007). En outre, les participants y trouvent souvent
empathie et compréhension et peuvent développer des liens et des amitiés avec certains usagers.
Les forums, ainsi que d’autres plateformes du Web 2.0, ont été souvent présentés comme des
espaces de discussion démocratiques et égalitaires, en résonnance avec l’« utopie Internet »
(Proulx et al., 2005; Wright et al, 2011) et la logique d’une « démocratie coopérative » (Noveck,
2009, citée dans Cardon, 2010, p. 85). Plusieurs études montrent pourtant que tous n’y occupent
pas la même place. En effet, certains participants sont passablement plus actifs que d’autres. Dans
leurs travaux sur plusieurs listes de discussion et forums relatifs à la santé, Akrich et Meadel
(2009) soulignent ainsi que 10% des locuteurs sont responsables de 50 à 70% des messages. Une
autre étude réalisée sur des forums du site Doctissimo (Clavier et al., 2010) va dans le même sens
montrant que 8% des usagers publient plus de 40% des messages. Ces mêmes écarts se retrouvent
dans la plupart des listes de discussion et forums, quel que soit le sujet de discussion (Cardy et
Froissart, 2001 ; Anis, 2004).
Les participants qui se démarquent par leur grand nombre de contributions présentent certaines
!
2!
caractéristiques communes. Celles-ci incluent l’ancienneté dans le forum, la connaissance de la
problématique discutée et de l’historique du forum, la fiabilité des informations fournies, la
maîtrise des rituels sociaux propres au forum, ou encore, le recours à des citations et sources
externes pour appuyer le discours (Akrich et Meadel, 2009 ; Bruchez et al., 2009 ; Dino et al.,
2009; Maloney-Krichmar et Preece, 2002; Cassell et al., 2006, Huffaker, 2010 ; 2007; Ortega et
al., 2008). Ces participants se distinguent également par leurs modes de contribution soit, les
réponses aux questions des autres participants, les conseils et les opinions. Ils sont aussi souvent
plus présents au sein des discussion animées dont ils assurent parfois la synthèse (Cassell et al.,
2006 ; Bruchez et al., 2009, Huffaker, 2010). Leurs messages sont aussi généralement plus longs,
plus clairs, mieux écrits et s’appuient sur un vocabulaire plus complexe et diversifié (Dino et al.
2009), plus connoté (positivement ou négativement) et souvent plus coloré : « […] leadership is
about telling compelling stories that enchant listeners » (Huffaker, 2010, p. 611). Ces utilisateurs
ont également tendance à être plus engagés sur le plan émotif (Huffaker, 2010 ; 2007) - la
participation au groupe étant plus largement constitutive de leur identité - et ils sont plus enclins à
révéler leur identité réelle en ligne (Joyce and Kraut, 2006). Ils utilisent plus de termes du registre
social, témoignant de leur fonction d’accueil et de soutien vis-à-vis des autres participants (Dino,
2009). Des recherches en sociologie des réseaux ont d’ailleurs montré qu’ils occupaient
généralement une position plus centrale, de par leurs liens avec une majorité d’usagers du
collectif (Huffaker, 2010).
La littérature souligne ainsi que les contributeurs les plus actifs dans les forums se caractérisent
par des pratiques distinctes et qu’ils font l’objet d’un statut spécifique. Il semblent ainsi jouer un
rôle de leader et/ou d’expert, assurant la régulation et l’animation des espaces d’échanges dont ils
contribuent à définir les normes d’usage (Huffaker, 2010; Bruchez et al., 2009; Dino et al., 2009).
La façon dont se construit ce statut de leader ou d’expert au fur et à mesure de leur participation
aux échanges, tout comme l’expérience vécue de ces usagers, restent en revanche peu
documentées. La question de recherche à l’origine de ce chapitre est la suivante : Comment se
produit-on comme expert sur les espaces d’échange en ligne, en particulier dans un forum portant
sur l’utilisation de médicaments à des fins récréatives?
L’objectif de ce chapitre est double. Premièrement, nous cherchons à identifier, parmi les plus
forts contributeurs, ceux qui émergent comme usagers plus expérimentés et à identifier leurs
usages du forum, les formes de contribution qu’ils privilégient, les types de savoirs qu’ils
mobilisent et les marques de reconnaissance dont ils font l’objet de la part des autres usagers.
Deuxièmement, nous cherchons à cerner le sens de leur participation au forum. Quelles sont leurs
motivations à participer ? Qu’implique au quotidien cette participation active ? Enfin, quelle
place et quelle signification prend l’écriture dans le forum ?
Le chapitre est structuré comme suit. Nous présentons tout d’abord une brève revue de littérature
sur les motivations des usagers à contribuer sur Internet et sur la présentation de soi dans les
espaces électroniques. Nous précisons ensuite la méthodologie de recherche utilisée et exposons
nos résultats que nous avons structurés en deux temps pour répondre à nos deux questionnements
de recherche.
!
3!
2. Les motivations à contribuer et la recherche d’un statut en ligne
Comment expliquer que certains usagers acceptent de consacrer une immense partie de leur
temps à répondre à des questions et à donner des conseils à des étrangers en ligne ? Selon Lampel
et Bhalla (2007), au-delà de l’altruisme, du don et du contre-don qui caractérisent les démarches
de participation aux espaces d’échange en ligne (cette réciprocité ne s’exerçant pas à l’égard d’un
utilisateur particulier mais plutôt vis-à-vis du groupe dans son ensemble, Kollock, 1999), la
volonté d’acquérir un statut personnel constitue une source de motivation très importante. Pour
ces auteurs, la recherche d’un statut en ligne constituerait même un élément moteur de la
participation à des collectifs en ligne et contribuerait en outre à leur maintien dans le temps.
Au sein des communautés en ligne, cette recherche de statut viserait moins l’acquisition d’un
statut formel que le développement d’une réputation qui se construit à travers les marques
d’appréciation et les commentaires des autres usagers, et dans les manières d’interagir avec eux
(Dino et al., 2009). Cette réputation s’appuie souvent sur des mécanismes de reconnaissance
institués, inscrits dans le dispositif technique (par exemple, le statut de « gold member »), qui
sont généralement attribués de manière automatique en fonction du nombre de contributions de
l’usager. En outre, les utilisateurs peuvent évaluer les contributions des autres usagers du forum,
via des systèmes de classement ou d’attribution de côte de popularité. Tous ces marqueurs
participent du système de réputation et seraient particulièrement appréciés et recherchés par les
participants plus actifs (Kim, 2000 ; Lampel et Bhalla, 2007).
Si ces dispositifs de reconnaissance automatisés rendent visibles les statuts acquis, la recherche
de statut semble faire l’objet d’un important travail de construction à travers la production de
contributions et la gestion des interactions avec les autres participants. Dans la plupart des cas,
c’est par la qualité de l’information transmise, notamment son caractère détaillé et documenté,
que l’on cherche à impressionner (Pollock 1999). Dans leur analyse de forums consacrés à
l’évaluation de films, Lampel et Bhalla (2007) mettent en évidence différentes stratégies
mobilisées par les usagers pour se démarquer. Certains s’appuient sur une connaissance
approfondie des films, d’autres sur une empathie émotionnelle directement liée à leur expérience
de visionnement du film, d’autres encore mobilisant ces deux formes de connaissances pour
s’affirmer.
La question de l’expertise a intéressé plusieurs chercheurs dans le domaine de la santé. Ceux-ci
cherchent à comprendre dans quelle mesure les espaces d’échange entre pairs sur Internet
favoriseraient la construction de nouveaux savoirs et participeraient de la constitution d'une
expertise, souvent qualifiée de « profane », différente de celles des cliniciens (Picard et al., 2011).
Ces questionnements s’appuient sur la réflexion menée en sociologie des sciences et notamment
sur les travaux de Collins et Evans (2002), qui proposent de dépasser la définition classique et
restrictive de l’expertise basée sur une certification institutionnelle légitime et sur le recours à des
méthodes scientifiques (par exemple, un titre universitaire ba sur une formation académique
spécifique). Ces auteurs montrent ainsi que différents savoirs sont à la base de différentes formes
d’expertise. Ainsi, un savoir de terrain peut contribuer au développement d’une expertise, certes
différente de celle qui serait acquise dans le cadre d’une formation académique, mais qui n’en
constitue pas moins une forme d’expertise en soit. Dans le cadre de ce projet, nous avons retenu
les définitions proposées par Shanahan (2010) qui distingue l’« expertise personnelle » qui
découle de l’expérience personnelle, de « l’expertise scientifique » qui s’appuie sur une
!
4!
formation ou des connaissances scientifiques formelles. Afin de faciliter la distinction entre ces
deux catégories d’expertise, cette auteure propose de repérer, dans le discours des individus, les
« revendications (« claims ») d’expertise ». On considèrera ainsi qu’il s’agit d’une expertise
personnelle dès lors que l’individu revendique son statut d’expert en faisant référence à son
expérience personnelle et d’une expertise scientifique dès lors qu’il fait référence à son
expérience scientifique ou à des connaissances scientifiques (Shanahan, 2010). Nous avons visé à
identifier les types de connaissances (scientifiques ou expérientielles) que mobilisent les forts
contributeurs.
Au-delà de l’expertise, Lampel et Bhalla (2007) montrent que les forts contributeurs s’affirment
par leur volonté affichée d’aider les autres, ce type d’action permettant de leur assurer une plus
grande visibilité sur le forum en les positionnant comme des figures centrales au sein du collectif,
tout en contribuant à développer, chez eux, un plus grand sentiment d’efficacité personnelle
(Kollock, 1999). La façon d’interagir avec les autres usagers du forum, de s’adresser à eux de
manière plus personnalisée en les nommant et en les complimentant, est aussi un moyen
qu’utilisent les forts contributeurs pour assoir leur statut de leader (Lampel et Bhalla, 2007).
3. La présentation de soi et l’identité numérique
L’établissement de son identité en ligne, et par conséquent la présentation de soi, est un prérequis
à la recherche de statut parce qu’elle vient renforcer le contenu du message (Lampel et Bhalla,
2007). Georges (2010) identifie trois composantes de l’identité numérique : l’identité déclarative
qui s’appuie sur les données fournies par l’utilisateur, notamment dans son profil; l’identité
agissante qui repose sur les activités en ligne de l’utilisateur et l’identité calculée qui regroupe
toutes les données relatives à la présence sur la plateforme, agrégées automatiquement (nombre
d’amis sur Facebook, nombre de messages publiés, etc.). Comme le soulignent Coutant et
Stenger (2010), l’identité en ligne (de la même façon que l’identité hors ligne) constitue un
construit progressif qui s’actualise dans chaque intervention au sein des espaces d’échange, toutes
les interactions dans lesquelles s’engagent les individus contribuant à les définir. Ces auteurs
montrent aussi la tension entre la volonté des individus de s’inscrire dans la culture propre au
collectif en ligne et celle de se distinguer. Baralou et McInnes (2005) soulignent qu’une
communication en ligne qui s’appuie sur l’expérience et sur des sentiments permet plus
efficacement d’établir une identité virtuelle propre. La qualité de l’écriture qui constitue, comme
nous l’avons souligné, un des éléments qui distingue les forts contributeurs, contribue également
à assoir l’identité et la réputation d’un usager (Révillard, 2000; Kollock, 1999). Enfin, la stabilité
de l’identité est particulièrement importante puisque qu’elle constitue un des indices qu’utilisent
les usagers pour évaluer la fiabilité et la crédibilité de l’information partagée (Révillard, 2000).
Dans le cadre de chapitre, nous cherchons à cerner les identités numériques construites par les
usagers qui s’affirment comme « experts » au sein de forums.
4. Méthodologie
Cette recherche s’inscrit dans un projet plus large qui vise à cerner le rôle des forums en ligne
dans la construction des savoirs et des pratiques relatives aux médicaments utilisés hors du cadre
!
5!
médical
1
. Afin de constituer notre corpus, nous avons procédé en janvier 2010 à une recherche
sur le moteur Google avec le terme « forum » et différents mots clés (en anglais et en français)
relatifs aux médicaments les plus fréquemment utilisés à des fins de recherche de sensations ou
d’amélioration des performances cognitives. Cette recherche nous a permis de repérer 36 forums
que nous avons analysés afin de déterminer le volume de messages, le pays d’hébergement,
l’éditeur, la langue, et les médicaments faisant l’objet des échanges. Nous avons retenu trois
forums, consacrés à différents types de médicaments, qui affichaient un niveau d’activité
significatif (10 000 visites et plus par mois) et des contributions récentes (dans les 2 derniers
mois). Les résultats présentés dans ce chapitre sont tirés de l’analyse de l’un d’entre eux, un
forum américain que nous nommons Developpers forum
2
. Ce forum comprend plusieurs fils de
discussion consacrés aux usages récréatifs de médicaments et de drogues en général. Il est intégré
dans une communauté en ligne de développeurs de jeux vidéo. Il réunit des participants
anglophones, provenant de plusieurs pays (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada, etc.),
presqu’uniquement des garçons dont nous situons l’âge entre 13 et 25 ans approximativement
3
.
Notre analyse des usages des forts contributeurs a porté sur un fil de discussion consacré aux
usages de médicaments à des fins de recherche de sensation, en l’occurrence des sirops contre la
toux à base de dextrométhorphane (couramment dénommé DXM sur les forums). Nous avons
réalisé l’analyse sur l’ensemble des messages publiés sur le fil qui s’échelonnait sur un peu moins
d’an. Au total, 1160 messages y ont été publiés entre le 17 octobre 2009, date de création du fil,
et le 5 septembre 2010, ce fil étant peu après interrompu au profit d’un nouveau fil.
Marcoccia (2012, à paraître) souligne que dans un message, le contributeur peut s’adresser
successivement à différentes personnes, voire à la communauté toute entière. Il propose de
considérer ces différentes portions de messages comme autant d’interventions distinctes et utilise
ce concept comme unité d’analyse. Nous nous sommes inspirés de cette approche et avons
identifié au sein de nos 1160 messages 1212 interventions.
Dans le but de cerner les usages des forts contributeurs, nous avons procédé en trois temps. Dans
un premier temps, nous avons réalisé une analyse quantitative des échanges qui nous a permis de
repérer qui étaient les gros contributeurs. Précisons que sur les 114 participants
4
âgés de 13 à 25
ans que compte le fil, 20% sont les auteurs de 73% des interventions. En outre, six très gros
contributeurs réalisent 40% des interventions, soit 60 interventions et plus avec une moyenne de
81 interventions (la moyenne d’interventions pour l’ensemble des participants étant de 11
interventions).
Dans un deuxième temps, nous avons réalisé une analyse de contenu qualitative du fil, centrée sur
les contributions des participants les plus actifs uniquement, à partir de 3 dimensions visant à
cerner : 1) les formes de contribution (par exemple : témoignage, appel à témoignage, récit
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
!
1
Ce projet dirigé par Christine Thoër et Florence Millerand a reçu un financement du Conseil de recherches en
sciences humaines du Canada (CRSH). Il a été approuvé par le comité institutionnel éthique de l’Université du
Québec à Montréal.
2
Nous référons au forum par un nom fictif pour des raisons éthiques.
3
Il est difficile de cerner avec précision le sexe et l’âge des participants. Nous nous sommes fiés à la fois aux profils
affichés des participants et à une observation des échanges et des modes d’interaction en ligne.
4
Trois de ces 114 participants affichés postent sous deux pseudonymes différents, ce qui fait que le nombre réel de
participants dans le fils semble être de 111.
!
6!
d’expérience, demande d’information, réponse à une demande d’information, mise en garde,
incitation à la consommation, empathie/compassion, humour, malveillance/froideur, débat,
expression libre/délire, etc), 2) les thèmes des échanges (par exemple : accès aux produits, modes
d’utilisation, effets des produits, risques, usages du forum, etc.) et 3) la nature des savoirs
mobilisés et revendiqués (expérientiels, scientifiques, autres). Cette analyse a été réalisée avec
l’aide du logiciel d’analyse qualitative de données N-Vivo.
Dans un troisième temps, pour tenter de comprendre l’expérience de participation au forum chez
ces forts contributeurs et le sens qu’ils accordaient à cette expérience, nous avons réalisé des
entrevues par courrier électronique avec six d’entre eux. Ces entrevues se sont étendues sur
plusieurs semaines et ont nécessité une dizaine d’échanges avec chaque participant, sans compter
les échanges autour du recueil du consentement éclairé.
5. Les usages du forum par les forts contributeurs
À partir de l’analyse quantitative et qualitative du contenu du fil de discussion, nous avons
dégagé trois éléments permettant de caractériser les usages des forts contributeurs qui s’affirment
comme experts sur le forum. Ces éléments concernent : 1) des modes de contribution qui les
posent en tant que « répondants » au service des autres usagers du forum; 2) des thèmes de
discussion centrés sur l’encadrement de la prise de dextrométhorphane et des usages du forum; et
3) la mobilisation de savoirs mixtes, expérientiels et scientifiques, qui constituent le fondement
de leur expertise.
5.1. Des contributions sur le mode de l’expert au service des autres usagers
Le premier élément de différenciation des forts contributeurs des autres usagers du forum a trait
au fait qu’ils réagissent aux échanges plutôt qu’ils ne les initient. En effet, ils répondent aux
questions des autres usagers ou commentent leurs messages, mais ils abordent plus rarement de
nouveaux sujets (seulement 8% des interventions des contributeurs qui ont réalisé 60
interventions et plus débutent une discussion, alors que 92% de leurs interventions font partie de
discussions initiées par d’autres.). Ils vont aussi s’adresser en priorité à des participants en
particulier plutôt qu’à l’ensemble des participants du forum. Cela se remarque car ils dirigent la
réponse vers une personne, en reprenant le message original ou certains de ses éléments.
Les questions posées sur le fil, qui émanent en majori des petits et moyens contributeurs,
trouvent ainsi généralement rapidement réponse. Cela dit, en réaction, les forts contributeurs
poseront fréquemment des questions à l’initiateur d’un message pour lui faire préciser sa
demande (par exemple, la situation de prise du médicament, son poids en lien avec le dosage à
conseiller, etc.) dans le but de fournir une réponse plus appropriée : «Are you sure you've been
figuring your doses correctly? What, exactly, have you been taking (as in, what kind of syrup, the
concentration of dxm in it, and how much of it)? And how much do you weigh?»
Cette pratique que l’on retrouve également chez des contributeurs moins actifs mais de manière
moins systématique et moins développée, constitue en soi un marqueur d’expertise : elle requiert
une connaissance et une expérience suffisamment importantes de la situation pour pouvoir la
circonscrire en posant les bonnes questions d’une part et en fournissant à l’interlocuteur la ou les
réponses appropriées d’autre part. Il est intéressant de souligner qu’elle mime celle du spécialiste
!
7!
de la santé qui cherche, à travers ses questions, à cerner le contexte et les paramètres de la
situation avant de poser un diagnostic. Dans l’extrait suivant, un gros contributeur se présente
d’ailleurs comme un prescripteur ajustant le dosage de son ami qui prend du Celexa, un
médicament prescrit pour soigner la dépression :
A buddy of mine wanted to try DXM, but he is on Celexa (an SSRI). After a sufficient
amount of research, we decided to start him on a 180mg dose (Celexa was reported to
potentiate the effects of DXM, making them more intense and longer in duration)
However, he didn't really feel anything other than a little weird. We smoked some herb
and he got super fucking baked though. We're going to wait a week or two, and give it
another go. This time, I'll have him do 240mg, I think. I don't want to risk him having any
severe reactions, and we're definitely trying to avoid Seretonin Syndrome at all costs.
Ces forts contributeurs offrent également certaines marques de soutien, d’encouragement, se
montrant rassurants quant au trip qui sera obtenu avec la prise de médicament annoncée ou
compatissants devant le récit d’une mauvaise expérience You'll still have a good time I'm sure»,
«You're fine, have a good trip», «Also bad luck for that shit trip!»). Ces formes de soutien restent
toutefois limitées.
5.2. Des thèmes de discussion marqués par l’encadrement des pratiques et des usages du
forum
Les gros contributeurs se distinguent aussi par le rôle qu’ils jouent dans l’encadrement des
pratiques. Ils vont ainsi émettre toutes sortes de recommandations afin de favoriser un usage
sécuritaire du dextrométhorphane, incitant par exemple, les participants à privilégier des doses
réduites lors des premières prises, à tenir compte des interactions médicamenteuses et surtout, à
bien s’informer avant d’envisager de consommer du dextrométhorphane :
Ok, from what I see you are not ready for DXM. You should read much more about it
because you look like you're going to take some random syrup without calculating the
dosage and have a bad-trip or anything else like that. Before trying DXM, you must read
this (et il propose un lien vers un autre fil du forum)
L’accent est notamment mis dans leurs contributions sur les moyens d’assurer le confort du trip,
de ne pas vivre de mauvaise expérience. Ils conseillent ainsi de ne pas utiliser certains sirops
intégrant des expectorants afin d’éviter les nausées, de ne pas céder aux démangeaisons qui
accompagnent la prise de dextrométhorphane ou encore d’éviter d’en prendre lorsqu’ils sont
d’humeur triste Make sure you're always happy when taking psychedelics») ou dans certains
contextes (par exemple à l’école). Leurs préoccupations renvoient également aux risques à court
et long termes de la prise médicamenteuse. La possibilité de développer une dépendance reste par
contre peu abordée. Ces contributeurs vont par contre multiplier les interventions concernant les
activités dans lesquelles s’engager pour augmenter et magnifier les sensations du trip.
Try a pitch black room, spinny chair, some wobbly dubsteb and some good
speakers/headphones. Close your eyes, listen and spin. It is simply amazing. The darkness
works well with the DXM because it is a dissociative and you'll just feel... just weird...
!
8!
Par ailleurs, ils renvoient régulièrement à d’anciens messages ou à d’autres fils du forum,
reprochant aux novices de ne pas les consulter avant de poser une question. Ils visent ainsi la
transmission des savoirs aux nouveaux participants et constituent à ce titre, la mémoire du forum
(Marcoccia, 1998). Ce faisant, ils s’affirment aussi comme gardiens des normes et des valeurs du
forum dont la mission serait de diffuser de l’information de qualité et de promouvoir une
utilisation sécuritaire du Dextrométhorphane. Ils vont ainsi critiquer les usagers qui rapportent
des prises en quantités jugées excessives et corriger ceux qui diffusent des informations erronées.
5.3 Des savoirs mixtes, expérientiels et scientifiques, à la base de l’expertise
En ce qui concerne les types de savoirs mobilisés dans les échanges, les forts contributeurs
justifient plus souvent que les autres participants leurs connaissances, que ce soit sur une base
expérientielle ou scientifique et détiennent le monopole des connaissances scientifiques. Il faut
préciser que les savoirs expérientiels dominent largement sur le forum. Ainsi, de la même façon
que les autres participants, les forts contributeurs expriment essentiellement leur point de vue à
partir de savoirs basés sur leurs propres expériences. Dans l’extrait suivant, en réponse à une
demande de conseil sur le dosage adéquat, un gros contributeur fait une recommandation
directement basée sur son expérience, qu’il renforce par la suite en précisant qu’il en est à sa 25e
prise au moins
- I'd recommend doing 240mg or 300mg. The first time I did the syrup, I did the whole
bottle and I tripped overwhelmingly hard, and that was my third time doing DXM
- You think it's okay if I drink it in around 15-20 mins?
- I've done it probably 25 times or so. Somewhere between 20 and 30, at least.
Les savoirs expérientiels peuvent prendre diverses formes : ils peuvent se présenter sous la forme
de courts témoignages, de conseils précis, de questions/réponses, de longs récits, etc. Les
contenus consistent généralement en des informations sur des sujets pratiques liés à la prise du
médicament ou à son contexte : dosage, choix du produit, expérimentation d’effets secondaires,
gestion des effets, lieu d’achat, comment acheter, efficacité du trip, comment faire le trip, seul ou
accompagné, etc. Ils se repèrent aisément à l’emploi du « je », l’utilisation du passé ou encore à
des formules référant à soi et à son expérience personnelle (par exemple, « ma première fois »).
Ce sont ces types de savoirs qui servent d’appui à «l’expertise personnelle» évoquée par
Shanahan (2010).
Plusieurs des gros contributeurs ne se limitent pas à rapporter leur expertise personnelle mais la
comparent à celles d’autres participants ainsi qu’aux connaissances théoriques. Dans l’extrait
suivant, un des gros contributeurs répond à une question sur la durée du deuxième plateau,
5
en
comparant les effets qu’il a expérimentés à ceux répertoriés sur différents sites, notamment sur la
plateforme Erowid.
6
- How long does a second plateau trip normally last? (4mg/kg) or some shit like that ?
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
!
5
On identifie quatre plateaux dans l’expérience du dextrométhorphane, qui correspondent à des paliers distincts, associés à un
certain dosage en lien avec le poids de la personne.
6
Erowid.org est une encyclopédie en ligne renommée, documentant les propriétés de différentes substances légales et illégales et
leurs usages à des fins récréatives.
!
9!
- According to Erowid they last about 8 hours but in my experience this is not correct. My
trips tend to build rather quickly (30 mins after ingestion) and I am fully up at around
1:30 (most people I have read about take longer to come up).
Les savoirs scientifiques se distinguent quant à eux des savoirs expérientiels par la nature des
sujets abordés (ici essentiellement les risques en lien avec le dosage), un style d’écriture plus
distancié, un ton neutre et factuel (et non pas exprimés au « je »). Il s’agit de savoirs plus
théoriques - Akrich et Meadel (2002), parlent de « connaissances formelles »- étayés ou non,
utilisant souvent un langage spécialisé (jargon technique) ou comportant des références à des
sources d’information externes. À titre d’exemple, l’extrait suivant explique les risques
importants liés à l’atteinte du quatrième plateau :
4th Plateau: 15 to (LESS THAN) 20 mg/kg (1000-1300mg for a 150lb (68kg) person).
This is a sub-anesthetic dose, similar to taking a high dose of Ketamine. Your mind and
body become separated at this level and it can become dangerous psychologically, and
physically.
Le ton est factuel, sans commentaires personnels. Le propos est centré sur des éléments
d’information précis (quantité de produit en mg en lien avec le poids de la personne, exemple à
l’appui) et le tout est présenté à la façon d’une définition. On remarque également l’utilisation de
majuscules visant à mettre l’emphase sur le dosage maximal.
Si l’on ne trouve des savoirs scientifiques que chez les forts contributeurs, il reste que les deux
formes d’expertise (personnelle appuyée sur les savoirs expérientiels et scientifique) sont
nécessaires pour pouvoir s’affirmer et être reconnu comme expert au sein du forum, comme
l’explique ce fort contributeur :
[…] I found my footing in the DXM thread because that was the drug with which I had,
and still, the most personal experience with. This "qualified" me to give advice on the use
of the drug. However, it was not enough to just give dosing advice and tips and tricks for
a pleasant, rewarding experience. While that is beneficial, I felt that I must become more
educated on the drug itself. (D.Play
7
)
Les « experts » se démarquent ainsi par un aller-retour constant entre ces deux registres, passant
de l’expertise personnelle à scientifique et vice-versa, y compris au sein d’un même message.
Certes, on constate des profils d’experts plutôt basés sur une expertise personnelle et d’autres
plus marqués par des connaissances théoriques. Cependant, il faut souligner que l’expérience de
la prise du médicament reste incontournable. En effet, on va requérir l’expérience des autres,
voire on va exiger que les réponses sollicitées s’appuient sur une expérience personnelle et
significative pour être crédibles, comme l’illustrent ces rebuffades émises par de gros
contributeurs à l’égard de participants considérés non crédibles car insuffisamment
expérimentés :
Who made your resident expert of DXM? You have tripped like once on it if I'm not
mistaken?
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
!
7
Pour des raisons éthiques, nous avons modifié tous les pseudonymes des participants du forum ayant participé aux
entrevues et dans les extraits du forum.
!
10!
Yeah, and until you've done DXM as many times as I have, I don't give a shit what you
think.
6. Le sens de la participation au forum
La réalisation d’entrevues avec six gros contributeurs couplée à l’analyse de contenu nous a
permis de mieux cerner les contours de l’identité « d’expert » à partir de leurs points de vue
d’usagers. Elle nous a aussi permis de mieux saisir le sens de leur participation au forum.
6.1 Une identité d’expert qui implique un travail personnel et se construit au fil des
échanges
L’identité d’expert se construit dans le temps : On n’arrive pas expert, mais on se produit et on
est produit comme expert au fil des échanges sur le forum. Le développement d’une identité
d’expert exige ainsi un investissement dans le forum, tant sur la durée qu’en intensité. Le cas de
ce fort contributeur devenu expert est particulièrement révélateur de ce processus de construction
du statut d’expert :
I decided to register early 2008, but infrequently participated in discussions. [...] By the
time I began posting regularly, I was very interested in drugs, not just an interest in
recreational use, but in the psychology and psychopharmacology behinds drugs. So, I
spent a while lurking and building up an understanding of both the community and of
drugs in general. Eventually, I began bouncing ideas off of other posters and giving
advice when I felt qualified. The study of drugs quickly became my main hobby, and I was
eager to share my insight with the rest of the community. It didn't take much time at all for
me to earn a reputation for myself, eventually becoming one of the unofficial community
leaders. (David.D)
Ainsi, alors qu’il s’inscrit au forum au début de 2008, il ne commence à y contribuer
régulièrement qu’en 2010. Plus précisément, il raconte comment il a d’abord commencé par
s’informer et se documenter sur le médicament et sur la communauté du forum. Il s’est ensuite
mis à partager quelques idées et à donner des conseils, lorsqu’il se sentait habilité à le faire.
Progressivement, il a souhaité participer de façon plus soutenue au forum. Pour reprendre ses
mots, il avait hâte (« eager ») de partager ses connaissances et le fruit de ses expériences avec les
autres usagers du forum. Ce faisant, au fur et à mesure de sa participation, il s’est construit une
réputation qui l’a conduite à être reconnu en tant que leader du forum. Précisions que cet usager
en particulier est à lui seul auteur de 129 interventions (comparativement à la moyenne de 11
interventions par usager), ce qui en fait le premier plus fort contributeur sur ce fil.
S’affirmer comme expert et devenir un membre respecté de la communauté nécessite ainsi un
travail personnel qui passe par l’expérimentation et la recherche d’informations.
For the past few years, a significant portion of my free time has been dedicated to the
study of, and sporadic experimentation with, recreational drugs. It's hard for me to put a
number on it, but I'd say that I spent at least 2-4 hours a week reading through articles,
threads, trip reports, etc etc. Erowid was my best friend. (D.Play)
!
11!
Il faut également atteindre un certain niveau de connaissances et de compréhension de l’usage
des médicaments. Il ne s’agit pas seulement, comme l’explique ce contributeur, de s’appuyer sur
des connaissances théoriques, il faut être en mesure d’exercer un regard critique sur l’information
disponible, de pouvoir produire de nouvelles connaissances et d’avoir conscience de ses préjugés:
[…] when I was able to identify myths and misinformation, which tend to run rampant,
and accurately explain why such statements were incorrect, I decided that I needed to step
up and become an active member of the community. […] I guess I felt "qualified" when
such explanations become less of me regurgitating information that I had absorbed and
more of me making the logical connections on my own. When I was able to understand
why certain statements were false, and why certain myths were popular, I felt like I was
able to give legitimate advice. I believe that I only became "qualified" to give advice when
I had overcome my own fallacious understanding of drugs and observed my own personal
biases. (D.Play)
Ce statut d’expert implique, en plus d’une participation active qui permet d’affirmer sa présence,
un travail d’animation. Ce même contributeur décrit ainsi son souci d’actualiser l’information
qu’il publie sur le forum et de faire vivre certains fils, notamment ceux qu’il a initiés.
I tend to participate in my own threads most actively as I like to ensure the information is
up-to-date and valid at all times. If one of my thread stagnates I'll often try and include
more content to breathe more life into it. (D.Play)
Enfin, il faut comprendre la communauté et sa culture et adhérer à et ses valeurs :
[…] one must demonstrate an understanding of the "culture" of the community and a
desire to maintain community values. In my case, I just had to prove that I knew what I
was talking about, that my advice was valid, and that my intent for giving advice was to
encourage responsible and informed drug use. (D.Play)
Ce statut que les gros contributeurs mettent tellement d’effort à construire est validé par
différentes marques de reconnaissance émises par les autres usagers. La reconnaissance vient tout
d’abord des petits contributeurs qui vont témoigner de la déférence à l’égard des contributeurs
experts (« DavidD, you are the man »), les interpeler directement face à une question précise, ou
encore, manifester leur appréciation des conseils reçus :
- thanks its all good man, I was just looking for an opinion from someone that knows a bit
about DXM. thanks again.
- Ahh, this actually does help me understand it far better, thank you.
Entre eux, les gros contributeurs ont aussi tendance à se valoriser, approuvant les avis émis par
leurs pairs :
- DPlay is right. Doing the whole bottle might be a bit much for your first time.
- Backing up Hellium here, a year and a half should be more than enough time for your
blood to metabolize the MAOI's.
!
12!
Ces marques d’approbation émises par des pairs expérimentés sont particulièrement appréciées.
Par ailleurs, il semble qu’abonder dans le sens d’un participant expert, l’interpeler par son
pseudonyme, témoigne d’une proximité et permet de se positionner au sein de ce petit groupe
d’initiés.
Nous avons également noté que le nombre de messages publiés sur l’ensemble du Developers
forum est affiché sous le pseudonyme des participants dans leurs messages. Ceux qui ont publié
plus de 2000 messages bénéficient d’un statut de «gold member» indiqué automatiquement par le
dispositif du forum. Toutefois, ce statut ne semble pas significatif sur le fil consacré aux sirops
pour la toux, les plus gros contributeurs n’en bénéficiant d’ailleurs pas pour la plupart.
L’identité d’expert est donc essentiellement le produit d’une participation active et documentée
sur le forum et se construit au fur et à mesure des interactions. D’ailleurs, avec l’arrivée de
nouveaux participants sur le forum, la dynamique se trouve transformée et ce statut est à
reconstruire.
6.2 Le rôle de l’écriture pour développer son expertise et s’affirmer dans le forum
L’écriture joue un rôle très important dans la construction de l’expertise, favorisant ce va et vient
entre connaissances théoriques et expérience. Participer au forum c’est d’abord mettre en mots
une expérience sensorielle comme l’illustre le récit de pratique suivant :
Dose: 550mg DXM
Setting: My room for 95% of the trip. Large bed, large black rug, window(sunny/cloudy day),
black leather office chair, rats(2 cuties!)/cage, and central to everything is my glasstop computer
desk with two monitors where I spent 80% of the trip in the chair.
I kept a brief log of what was going on as time went by as I was on the trip, I included this at the
end of the page.
Report: 5am - I split the 6oz. Of syrup into 3 glasses and consumed each with a tall glass of cold
water about 15minutes in succession of each other. Not pleasant, but easily doable. I had a large
Red Bull and Odwalla bar too to keep me awake and give my body some vitamins/sugars to
process to offset nausea.
I put on the film *Naked Lunch* (if you're unfamiliar with it, I suggest to look it up. (...)
An hour into the trip now the film escalates in strangeness as I slowly float farther into the trip,
as if having a direct connection with each other. Ornette Coleman's tasteful and avant saxophone
additions to the movie well complimented my furthering chaotic state. I began to feel increasingly
sick as i've felt on the former trips, but I strongly dislike vomiting so I concentrated the best I
could (while trying to avoid watching some of the truly grotesque scenes played out on the
screen!). I put on a blanket and stepped outside and sat down on our backyard bench for about
10minutes. This greatly offset the sickness, and fresh air always makes me feel better, it's dawn
outside and beautiful.
Dans ces récits détaillés que l’on retrouve particulièrement chez les forts contributeurs, on livre
toutes les étapes du trip, précisant la dose de médicament consommée, le contexte de la prise, les
!
13!
produits associés (ici une boisson énergétique pour réduire les sensations nauséeuses). Les
participants décrivent également les effets du trip de manière extrêmement précise, prenant des
notes détaillées de chacune des étapes expérimentées. Ce type de témoignage peut être fait après
le trip ou en direct. Il est parfois accompagné de documents audiovisuels qui sont mis en ligne sur
des plateformes de partage de documents comme Youtube.
Ces récits de pratique servent plusieurs fonctions. Ils permettent de garder une trace fidèle de
l’expérience afin d’y revenir : «You will remember your experiences far better if, the next
morning, you're able to read about experiencing them.». Ils sont ainsi pour les gros contributeurs
l’occasion de poser un regard réflexif sur la pratique, pour mieux la comprendre et par exemple,
identifier, le passage d’un plateau à un autre. Comme l’explique un contributeur : «A trip report
is like a diary that attempts to qualify somebody's experience». Il semble ainsi que la
compréhension des effets des médicaments, de leur inscription dans le corps passe par la
réflexion et l’écriture qui permet de faire travailler l’expérience : «L’accumulation d’informations
plus ou moins classées, plus ou moins mises en forme sur un mode narratif, permet, à la
relecture, de « faire le compte » ou « le bilan » des expériences et d’avoir sans doute le sentiment
d’une plus grande maîtrise de soi.» (Lahire, 2008)
8
Ces récits contribuent aussi à faire exister le trip qui peut ainsi être partagé, le forum étant un
moyen de rendre la consommation moins solitaire. Ils servent aussi une autre fonction, celle
d’assoir la réputation lorsqu’ils sont appréciés des autres usagers, les récits populaires pouvant
même être proposés sur d’autres plateformes. Les appréciations des récits de trip peuvent porter
sur la capacité à rendre compte de l’expérience voire sur l’intensité de celle-ci. D’autres renvoient
à la nature des savoirs mobilisés comme dans cet extrait ou un participant décrit son plaisir à
assister à la «conversation scientifique» de deux gros contributeurs : «I could just sit back and
watch you two science it up all day».
6.3 Motivation et sens de la participation
Les gros contributeurs interviewés ont rapporté différentes motivations à participer activement au
forum. La plus largement citée est d’ordre altruiste et vise la transmission de connaissances afin
de favoriser l’usage sécuritaire du dextrométhorphane :
I spent a lot of time in the Developers forum thread as there were quite a lot of people
who didn't understand the drug all that well and I enjoyed taking the time to try and
educate them on the possible dangers. I also liked to encourage safe use, as I believe this
is the way forward generally in regards to dangerous activity. (DavidD.)
Les forts contributeurs considèrent notamment que leur mission est de lutter contre la
désinformation entourant le DXM et l’usage des drogues en général :
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
!
8
Pas de pagination sur la version en ligne.
!
14!
The reason we do this is to spread legitimate information about drugs, to encourage
responsible and informed drug use. It bothers me that so many people out there are taking
drugs, hardly knowing what it is that they're taking and what it does to them. The regulars
all tend to feel this way, which is why we stuck around. (D.Play)
Ils témoignent aussi d’un réel intérêt à comprendre les effets sur l’organisme du
dextrométhorphane et plus largement des médicaments et des drogues. Ils passent ainsi de
nombreuses heures à faire des recherches en ligne sur ces questions.
La participation au forum s’inscrit aussi dans une recherche de lien social. Tous les gros
contributeurs interrogés ont ainsi souligné leur sentiment d’appartenance à cette communauté au
sein de laquelle ils avaient développé des liens, voire des relations amicales qui pouvaient se
poursuivre sur d’autres plateformes d’échange (chat, Skype) et même hors ligne.
I've made some decent friends in the Developers forum however. […] we've spent many
nights online talking with [David.D], and there has been a couple of times we have been
planning to meet up. (Helium)
Ils décrivent le sous-forum consacré à l’usage des drogues et des médicaments comme une
communauté «tissée serrée», notamment à ses débuts, et insistent sur les formes d’entraide
existant entre les membres.
Les gros contributeurs apprécient aussi d’échanger avec des pairs qui partagent leur intérêt pour
le dextrométhorphane et ses usages, et qui adhèrent à leurs représentations des drogues. Ces
contributeurs se qualifient de «membres actifs», «d’anciens», de «réguliers», de «membres
respectés dans la communauté», ou encore de «leaders», par opposition aux usagers moins
expérimentés, aux nouveaux participants et à ceux qui interviennent de manière sporadique. Ils
soulignent l’importance du respect mutuel que se témoignent les contributeurs les plus actifs :
The other posters that I bonded with were just people that were active in the community
when I first became active, and were there as I established my presence. I respect them,
and they respect me. It's the product of a mutual understanding. (D.Play)
Ils attendent aussi des petits contributeurs qu’ils fassent preuve d’humilité et se montrent
respectueux à leur égard, témoignant du caractère assez élitiste de cette communauté.
Si le statut de leader et d’expert est valorisé, il est aussi assorti de contraintes et de
responsabilités, notamment celle de répondre à de multiples questions, souvent jugées répétitives
qui émanent des usagers moins expérimentés.
As a "leader" […] I was constantly bombarded with questions. This did not bother me too
much, but it was a bit of an annoyance. Not that I ever really minded answering the
questions, but it became tiring answering the same questions over and over (D. Play)
Par ailleurs, il n’est jamais définitif. Ainsi, avec l’arrivée de nouveaux participants qui ignorent
les normes et les statuts établis, ne manifestant pas par exemple, de respect à l’égard des anciens,
ces statuts sont remis en question. Plusieurs gros contributeurs avec lesquels nous avons échangés
exprimaient depuis cet élargissement de la communauté, un sentiment de lassitude et pour
certains, un véritable désintérêt du forum.
!
15!
None of us are really leaders any more. Our time has come and passed, each of us is
overwhelmed by the influx of rookie drug users and underwhelmed by the quality of the
discussions. The subforum has degraded to the point that most of us just can't be bothered
to care anymore (David.D).
Cela confirme combien les marques de reconnaissance validant la réputation constituent une
motivation essentielle et sont nécessaires à la pérennité des échanges (Lampel et Bhalla, 2007).
7. Conclusion
Nos résultats indiquent que pour s’affirmer comme expert sur ce fil consacré aux usages des
médicaments détournés, il faut tout d’abord savoir combiner des savoirs à caractère expérientiel
et scientifique. Ainsi, à la différence d’autres contextes, où l’expertise scientifique semble
dominer (voir par exemple l’étude d’Akrich et Meadel, 2002, et plus spécifiquement l’analyse
des fils de discussion consacrés au traitement du cancer), dans le forum que nous avons analysé,
les deux expertises sont fortement entremêlées. L’expérimentation occupe sans doute une place
plus importante parce que les échanges portent sur les usages du dextrométhorphane, soit des
pratiques illicites et peu documentées dans la littérature médicale. On semble ainsi en présence de
deux formes d’expertise : une expertise « personnelle » caractérisée par l’appropriation de savoirs
experts par des usagers « profanes » qui se documentent sur les médicaments, et une expertise
basée sur des connaissances uniques produites par ces mêmes usagers (Picard et al., 2011).
Nombre des caractéristiques et des pratiques des participants experts sur le forum que nous avons
étudié sont celles décrites dans la littérature : ancienneté, prépondérance des contributions
réactives (réponses aux questions), qualité des informations fournies, longueur des messages,
citation de sources externes, maîtrise des usages du forum, sentiment fort d’appartenance à la
communauté). D’autres par contre ne se retrouvent pas. Les gros contributeurs ne révélaient pas
leur identité plus que les autres participants. Par ailleurs, le statut automatiquement attribué par le
dispositif technique sur la base du nombre de contributions ne semblait pas influer sur leur statut
sur ce fil particulier. Il semble ainsi que c’est surtout à travers «l’identité agissante» (George,
2010) que les participants peuvent s’y démarquer.
L’apport principal de notre recherche est de montrer le travail qu’implique la construction de ce
statut d’expert. S’affirmer comme expert constitue en effet une véritable carrière qui se construit
sur la durée et nécessite beaucoup de travail : observation du forum et compréhension de sa
culture, participation active aux échanges, recherche d’informations, exercice d’un regard réflexif
sur les pratiques de consommation du dextrométhorphane, pratique d’écriture pour livrer des
récits détaillés, bien documentés et agréables à lire. Il faut également être à l’écoute des
participants, poser des questions pour bien comprendre le contexte de l’autre, offrir des conseils
éclairés et documentés, et respecter les valeurs du forum, c’est-à-dire promouvoir un usage
sécuritaire du dextrométhorpahne. L’identité d’expert s’établit ainsi en grande partie dans les
interactions, se construisant et étant validée au fur et à mesure des échanges.
!
16!
Si la participation des contributeurs experts renvoie à des motivations altruistes, à un souci de
faire progresser les connaissances, et s’inscrit dans une recherche de lien social, la reconnaissance
des autres participants semble jouer un rôle très important, comme le soulignent Lampel et Bhalla
(2007). S’affirmer comme expert sur le forum implique en effet d’être reconnu comme tel par les
autres participants, experts comme novices. Toutefois, ce statut peut évoluer au fur et à mesure
des interactions et notamment avec l’arrivée de nouveaux participants.
Notre travail pour cerner les modalités de construction du statut d’expert sur un forum sur les
médicaments détournés comporte certaines limites. Le nombre de gros contributeurs (6) que nous
avons interviewés par courriel reste réduit. De plus, il aurait été intéressant de réaliser des
entrevues avec des contributeurs moins importants afin de cerner leur vision du processus de
construction d’un statut de leader. Il serait également intéressant de mieux comprendre comment
se construisent les identités de contributeurs experts à travers les différents fils de ce forum, ceux-
ci ne portant pas seulement sur les usages des médicaments mais concernant également les
drogues et le plus souvent, les jeux vidéo. On peut notamment se demander si l’identité de leader
est contextuelle et propre à certains fils ou s’il existe des jeux d’identités croisées d’un espace de
discussion à l’autre. Il serait enfin intéressant de cerner le rôle que joue le système d’évaluation
des contributions par les usagers du forum dans la construction du statut d’expert, aspect que
nous n’avons pas analysé ici.
!
17!
Références :
AKRICH, M. & C. MEADEL (2009), « Les échanges entre patients sur l’Internet », La Presse
médicale, 38, p. 1484-1490.
AKRICH, M. & C. MEADEL (2002), « Prendre ses médicaments/prendre la parole : les usages
des médicaments par les patients dans les listes de discussion », Sciences sociales et santé, vol.
20, n°1, p. 89-114.
ANIS, Jacques (2004), « La dynamique discursive d’une liste de diffusion : analyse d’une
interaction sur "typographie@irisa.fr" », Les Carnets du Cediscor, n°8 : « Les discours de
l’Internet. Nouveaux corpus, nouveaux modèles ? », Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, p. 39-56,
(en ligne) http://cediscor.revues.org/233
BARALOU, E. & P. MCINNES (2005), « Managing emotion and presenting self in a virtual
context », Communication présentée lors du 21e colloque EGOS, Berlin.
BOYER, E.W., M. SHANNON et P.L. HIBBERD (2005), « The Internet and psychoactive
substance use among innovative drug users », Pediatrics, 115, 2, p. 302-305.
BRUCHEZ, C., M. DEL RIO CARRAL et M. SANTIAGO-DELEFOSSE (2009), « Co-
construction des savoirs autour des contraceptifs dans les forums de discussion Internet », in,
Médias, médicaments et espace public, C. Thoër et al. (dir), Montréal, Presses de l’Université du
Québec, p. 245-271.
CARDON, David. (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites. Coll. « La république
des idées », Paris, Éditions du Seuil.
CARDY, H. & P. FROISSART (2001), « Des listes de discussion sur Internet », in T. Lancien et
al., La recherche en communication en France. Tendances et carences, MEI (Médiation et
information), n°14, p. 37-63 (en ligne). http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000360.html
CASSELL, J., D. HUFFAKER, D. TVERSKY et K. FERRIMAN (2006), « The language of
online leadership: Gender and young engagement on the Internet », Developmental Psychology
(22), p. 436-449.
CLAVIER V., C. PAGANELLI, M.C. MANES-GALLO, E. MOUNIER, H. ROMEYER et A.
STAII (2010), « Dynamiques interactionnelles et rapports à l’information dans les forums de
discussion médicale », in Web social. Mutation de la communication, F. Millerand, S. Proulx, J.
Rueff (dir.), Montréal, Presses de l’université du Québec, p. 297-314,
COLLINS, H. M. & R. EVANS (2002), « The Third Wave of Science Studies - Studies of
Expertise and Experience », Social Studies of Science, 32(2), p. 235-296.
COUTANT, A. & T. STENGER (2010), « Processus identitaire et ordre de l'interaction sur les
réseaux socionumériques », Les Enjeux de l'information et de la communication, 1, p. 45-64
(en ligne) : www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010-1-
!
18!
page-45.htm.
DINO, A., S. REYSEN et N. R. BRANSCOMBE (2008), « Online Interactions Between Group
Members Who Differ in Status », Journal of Language and Social Psychology, 28(1), p. 85-93.
FORTE, A. & A. BRUCKMAN (2008a), « Why do people write for wikipedia? Incentives to
contribute to open-content publishing », Communication présentée lors de la 41e conférence
internationale annuelle d’Hawaï sur les sciences des systèmes (HICSS).
HUFFAKER, David (2010), « Dimensions of Leadership and Social Influence in Online
Communities », Human Communication Research, 36(4), p. 593–617.
HUFFAKER, D. & J. LAI (2007), « Motivating online expertise-sharing for informal learning:
The influence of age and tenure in knowledge organizations », Communication présentée lors de
la conférence internationale sur les technologies d’apprentissage avancées, Piscataway, NJ: IEEE
Press, p. 595-599.
GEORGES, F. (2009), « L'identité numérique dans Facebook : une étude statistique » in Web
social. Mutation de la communication, F. Millerand, S. Proulx, J. Rueff (dir.), Montréal, Presses
de l'Université du Québec, p. 187-204.
JOYCE, E. & R. KRAUT (2006), « Predicting continued participation in newsgroups », Journal
of Computer-Mediated Communication (11).
KIM, Amy Jo (2000), Community Building on the Web: Secret Strategies for Successful Online
Communities. Berkeley. CA: Peachpit Press.
KOLLOCK, Peter (1999), « The economics of online cooperation: Gifts and public goods in
cyberspace », in Communities in Cyberspace, Smith, M.A. et P. Kollock, Routledge, p. 220-239.
LAHIRE, Bernard. (2008), « De la réflexivité dans la vie quotidienne : journal personnel,
autobiographie et autres écritures de soi », Sociologie et sociétés, Vol.40, n°2, p. 165-179 (en
ligne; dernière consultation le 15 juin 2012).
http://www.erudit.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/revue/socsoc/2008/v40/n2/000652ar.ht
ml
LAMPEL, J. & A. BHALLA (2007), « The Role of Status Seeking in Online Communities: Giving the
Gift of Experience », in Journal of Computer-Mediated Communication, 12, p. 434-455.
MALONEY-KRICHMAR, D. & J. PREECE (2002), « The meaning of an online health
community in the lives of its members: roles, relationships and group dynamics », Technology
and society, p. 20-27.
MARCOCCIA, Michel (1998), « La normalisation des comportements communicatifs sur
Internet : étude sociopragmatique de la Netiquette », in, Communication, société et internet, N.
Guégen et L. Tobin (eds), Paris, L’Harmattan, Chapitre 1, p. 15-32.
!
19!
MARCOCCIA, Michel (à paraître 2012), « L’analyse des interactions dans les espaces de
discussion en ligne sur la santé », in Internet et Santé. Acteurs, usages et appropriations, C.
Thoër et J.J. Levy (dir.), Coll. « santé et société », Montréal, Presses de l'Université du Québec.
METZGER, M. J., A. J. FLANAGIN et R. B. MEDDERS, (2010), « Social and Heuristic
Approaches to Credibility Evaluation Online », Journal of Communication, 60(3), p. 413–439.
MORGAN, E. M., C. SNELSON et P. ELISON-BOWERS (2010), « Image and video disclosure
of substance use on social media websites », Computers in Human Behavior, 26(6), p.1405-1411.
NOVECK, B.S. (2009), Wiki Government. How technology can make government better,
democracy stronger, and citizens more powerful, Washington, Brookings Institution Press.
ORTEGA, F., J.M. GONZALEZ-BARAHONA et R. GREGORIO (2008), « On the inequality of
contributions to Wikipedia », Communication présentée lors de la conférence internationale sur
les technologies d’apprentissage avancées, Piscataway, NJ: IEEE Press.
PICARD, R. et al. (2011), Les conditions de création de valeur des logiciels sociaux en santé et
autonomie, Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies, Ministère de
l’économie, des finances et de l’industrie, (en ligne; dernière consultation le 20 février 2012).
France< http://www.cgiet.org/documents/2010_45_CGIET_SG_logiciels_sociaux.pdf >.
PREECE, J. & B. SHNEIDERMAN (2009), « The Reader-to-Leader Framework: Motivating
Technology-Mediated Social Participation », AIS Transactions on Human-Computer Interaction,
1(1), p. 13-32.
PROULX, S., F. MASSIT-FOLLÉA et B. CONEIN (Eds.) (2005), Internet, une utopie limitée.
Nouvelles régulations, nouvelles solidarités, Québec: Presses de l’Université Laval.
REVILLARD, Anne (2000), « Les interactions sur l'Internet (note critique) », Terrains et
Travaux, vol. l, p.108-128.
SHANAHAN, Marie-Claire (2010), « Changing the meaning of peer-to-peer? Exploring online
comment spaces as sites of negotiated expertise », Journal of Science Communication, 9(1).
TACKETT-GIBSON, Melissa (2007), « Voluntary use, risk, and online drug-use discourse », in
Real drugs in a virtual world : Drugs discourse and community online, E. Murgiuia, M Tackett-
Gibson, A. Lessem, A (dir.), Lanham, MD, Lexington Books, p. 67-82.
THOËR, Christine paraître 2012), « Les espaces d’échange en ligne consacrés à la santé : de
nouvelles médiations de l’information santé », in Internet et santé. Acteurs, usages et
appropriations, C. Thoër et J.J. Levy, Coll. « santé et société », Montréal, Presses de l’Université
du Québec.
THOËR, C. & S. AUMOND (2011), « Construction des savoirs et du risque relatifs aux
médicaments détournés dans les forums sur Internet », Anthropologie et sociétés, numéro spécial
« Cyberespace et Anthropologie : transmission des savoirs et des savoir-faire », 35(1-2).
!
20!
TOUBOUL, A. & E. VERCHER (2008), « Diffusion de l’information et médiation dans le
secteur de la santé » (en ligne; dernière consultation le 20 février 2011).
<http://www.123people.fr/ext/frm?ti=person%20finderetsearch_term=annelise%20toubouletsear
ch_country=FRetst=person%20finderettarget_url=aHR0cDovL3d3dy5zZnNpYy5vcmcvY29uZ3
Jlc18yMDA4L3NwaXAucGhwP2FydGljbGU1Nw%3D%3Detsection=biographyetwrt_id=271>
TYLER, T. R. & S. L. BLADER (2000), « Cooperation in groups: Procedural justice, social
identity, and behavioral engagement ». New York: Psychology Press.
WAX, P. (2002). « Just a click away: recreational drug web sites on the Internet », Pediatrics,
109, p. 96-100.
WRIGHT, K.B. et al. (2011), « Computer-mediated social support. Promises and pitfalls for
individuals coping with health concerns », in The Routledge Handbook of Health
Communication, T.L. Thompson, R. Parrot et J.F. Nussbaum (dir.), 2e éd., New York, Routledge,
p. 349-362.
... En effet, ces usagers se distinguaient par leur nombre de contributions, le rôle qu'ils jouaient au niveau de l'animation du forum et concernant l'encadrement des usages des sirops pour la toux à des fins récréative. Ils faisaient l'objet de la part des autres usagers de multiples marques de reconnaissance, soulignant leur expertise (voir sur ce point Thoër et al. 2012). Le recrutement de participants peut aussi amener les chercheurs à suivre ceux-ci dans différents espaces en ligne, ne serait-ce que pour trouver leurs coordonnées et les contacter. ...
Article
Full-text available
Using Internet as research material raises new ethical issues in social science research. In the area of health, the study of online spaces creates some specific ethical challenges that are related to the special sensitivity of the practices and the very nature of the research material. The objective of this article is to address the ethical issues raised by the study of two online discussion forums where young adults exchange about using drugs for sensation-seeking and cognitive enhancement. We highlight and discuss six ethical issues related to 1) accessing online exchanges, 2) recruiting interview participants, 3) collecting free and informed consent, 4) maintaining contact with participants, 5) managing risks of participating in the research, and 6) diffusing and presenting research findings.
Chapter
Dagens kunskapssamhälle präglas av en dubbelhet. Mer specialiserad kunskap skapar skillnader mellan experter och icke-experter. Den ökade specialiseringen har uppmärksammats som ett demokratiproblem, med risk för expertstyre och teknokrati. Samtidigt är allt fler medborgare högutbildade och dagens digitaliserade samhälle gör det lättare för fler att delta i både kunskapsproduktion och spridning av kunskap. Vetenskapligt medborgarskap bygger på pågående forskning och illustrerar med hjälp av empiriska fall vilken roll medborgare får i relation till expertkunskaper som ofta är vetenskapligt grundade. Medborgare kan förväntas vara passiva, de kan vara föremål för utbildningsinsatser, bjudas in som medaktörer i kunskapsproduktion, eller bidra med alternativa kunskaper och relevanta kritiska röster.
Article
Résumé Les moments de ruptures biographiques, notamment certains grands moments dans le cycle de vie, semblent constituer des circonstances favorables à l’apparition de journaux personnels et autres récits écrits de soi chez celles et ceux qui disposent des compétences scripturales adéquates et entretiennent une certaine familiarité avec l’écrit. Les écritures de soi peuvent constituer alors des catalogues de situations vécues écrites, relues et retravaillées ou de situations fictives, préparatrices d’actions réelles. Elles sont potentiellement le lieu de la réflexivité sur soi, son passé et son avenir. Dans le temps même de la crise ou après coup, l’écriture permet de faire travailler les schémas de son expérience. Si l’existence d’une écriture personnelle est un bon indicateur d’une réflexivité (en cours, rétrospective ou prospective) du scripteur sur sa vie, l’étude des textes produits dans le cadre d’une telle activité d’écriture permettrait de détailler la nature et les fonctions de ce travail sur soi.
Article
The tremendous amount of information available online has resulted in considerable research on information and source credibility. The vast majority of scholars, however, assume that individuals work in isolation to form credibility opinions and that people must assess information credibility in an effortful and time-consuming manner. Focus group data from 109 participants were used to examine these assumptions. Results show that most users rely on others to make credibility assessments, often through the use of group-based tools. Results also indicate that rather than systematically processing information, participants routinely invoked cognitive heuristics to evaluate the credibility of information and sources online. These findings are leveraged to suggest a number of avenues for further credibility theorizing, research, and practice.
Article
The present study examines young adults’ use of social media websites, such as MySpace, Facebook, and YouTube, to post public images and videos of themselves depicting alcohol consumption, inebriated behavior, or recreational marijuana use. A content analysis revealed that the majority of image and video representations of alcohol consumption depicted females in social gatherings while images and videos depicting marijuana use depicted solitary males. Videos typically were viewed frequently and gained positive ratings. Among a sample of college students, one-third of participants reported having posted a picture depicting substance use on a social networking site, with 97% aware that others engage in this phenomenon. Students’ perceptions of alcohol-related postings were generally positive or seen as a matter of individual choice while marijuana-related postings were generally viewed more negatively.
Article
This study examines the nature of peer-to-peer interactions in public online comment spaces. From a theoretical perspective of boundary-work and expertise, the comments posted in response to three health sciences news articles from a national newspaper are explored to determine whether both scientific and personal expertise are recognized and taken up in discussion. Posts were analysed for both explicit claims to expertise and implicit claims embedded in discourse. The analysis suggests that while both scientific and personal expertise are proffered by commenters, it is scientific expertise that is privileged. Those expressing scientific expertise receive greater recognition of the value of their posts. Contributors seeking to share personal expertise are found to engage in scientisation to position themselves as worthwhile experts. Findings suggest that despite the possibilities afforded by online comments for a broader vision of what peer-to-peer interaction means, this possibility is not realized.
Article
"Why would anyone give away such valuable advice? What can explain the amount of cooperation that does occur in online communities? In this chapter I wish to analyze how the economies of cooperation change as one moves to the Internet. I argue that there are fundamental features of online interaction which change the costs and benefits of social action in dramatic ways. "Because the metaphor of gift giving has been used to describe online interaction and exchange, I will begin with a brief discussion of the concept of the gift. I then discuss social dilemmas - situations in which individually reasonable behavior leads to collective disaster - and in particular examine the challenge of providing public goods (to be defined below). Subsequent sections detail the shift in the economics of cooperation, discuss the motivations that drive contributions and collaboration, and provide two striking examples of online collective action. I close with a strong caution against assuming that the shifting economics of online interaction guarantee high levels of cooperation."
Article
There's been a marked shift in the philosophy of developing successful Web sites. The technologies (HTML, JavaScript, JavaServer Pages) no longer occupy center stage. Rather, functional objectives and the communities that grow up around them seem to be the main ingredient in Web site success. In her carefully reasoned and well-written Community Building on the Web, Amy Jo Kim explains why communities form and grow. More importantly, she shows (with references to many examples) how you can make your site a catalyst for community growth--and profit in the process. From marketing schemes like Amazon.com's Associates program to The Motley Fool's system of rating members' bulletin-board postings, this book covers all the popular strategies for bringing people in and retaining them. Nine core strategies form the foundation of Kim's recommendations for site builders, serving as the organizational backbone of this book. The strategies generally make sense, and they seem to apply to all kinds of communities, cyber and otherwise. (One advocates the establishment of regular events around which community life can organize itself.) Some parts of Kim's message may seem like common sense, but such a coherent discussion of what defines a community and how it can be made to thrive is still helpful.
« La dynamique discursive d'une liste de diffusion : analyse d'une interaction sur "typographie@irisa.fr" », Les Carnets du Cediscor, n°8 : « Les discours de l'Internet. Nouveaux corpus, nouveaux modèles ?
  • Jacques Anis
ANIS, Jacques (2004), « La dynamique discursive d'une liste de diffusion : analyse d'une interaction sur "typographie@irisa.fr" », Les Carnets du Cediscor, n°8 : « Les discours de l'Internet. Nouveaux corpus, nouveaux modèles ? », Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, p. 39-56, (en ligne) http://cediscor.revues.org/233