ArticlePDF Available

L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ? Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?

Authors:

Abstract

By exploring the concept of empathy, its definition, its effects in care, its possibilities for teaching and implementation, this paper aims to examine the usefulness and feasibility of an empathetic practice in geriatric care and serves two main purposes. The first is to offer a brief overview of empathy and in particular its implementation in care thanks to its clinical application. The second is to bring perspective on the complexity of the issue by presenting an overview of the theoretical fuzziness surrounding its definition, what to watch for during its implementation and the reasonable doubts in its use. En explorant le concept d’empathie, sa définition, ses effets dans le soin, ses possibilités d’enseignement et de mise en oeuvre, cet écrit se propose d’examiner l’utilité et la faisabilité d’une pratique empathique en gériatrie et sert deux principaux objectifs. Le premier est de proposer un bref état des lieux concernant l’empathie et en particulier sa mise en oeuvre dans les soins grâce à sa déclinaison clinique. Le second est d’apporter de la perspective sur la complexité de la question par la présentation d’un aperçu des nimbes théoriques entourant sa définition, des zones de vigilance à sa mise en oeuvre et des doutes raisonnables à son utilisation.
ARTICLE BREF
L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ?
Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?
Éric MAEKER1, Bérengère MAEKER-POQUET2
RÉSUMÉ
En explorant le concept d’empathie, sa définition, ses
effets dans le soin, ses possibilités d’enseignement et de
mise en œuvre, cet écrit se propose d’examiner l’utilité
et la faisabilité d’une pratique empathique en gériatrie
et sert deux principaux objectifs. Le premier est de pro-
poser un bref état des lieux concernant l’empathie et en
particulier sa mise en œuvre dans les soins grâce à sa
déclinaison clinique. Le second est d’apporter de la pers-
pective sur la complexité de la question par la présenta-
tion d’un aperçu des nimbes théoriques entourant sa dé-
finition, des zones de vigilance à sa mise en œuvre et des
doutes raisonnables à son utilisation.
Mots clés : Âgé - Communication - Communication
Non verbale - Empathie - Humanisme - Relation
professionnel-patient - Relation professionnel-famille
ABSTRACT
By exploring the concept of empathy, its definition, its
effects in care, its possibilities for teaching and imple-
mentation, this paper aims to examine the usefulness
and feasibility of an empathetic practice in geriatric care
and serves two main purposes. The first is to offer a brief
overview of empathy and in particular its implementa-
tion in care thanks to its clinical application. The second
is to bring perspective on the complexity of the issue by
presenting an overview of the theoretical fuzziness sur-
rounding its definition, what to watch for during its im-
plementation and the reasonable doubts in its use.
Rev Geriatr 2020 ; 45 (7) : 401-5.
Keywords: Aged - Communication - Nonverbal
communication - Empathy - Humanism - Professional-
patient relationship - Professional-Family relationship
• L’empathie est un concept au « carrefour » de plusieurs
disciplines, qui peine à trouver un consensus dans sa défini-
tion.
Ses effets dans les soins appellent à renforcer les aptitudes
empathiques des étudiants et des professionnels en activité.
La communication empathique est une porte d’entrée vers
une amélioration des aptitudes empathiques des soignants.
Ce type de communication repose sur plusieurs compé-
tences.
Des zones de vigilance et des doutes raisonnables quant
à l’utilisation d’une communication empathique sont à pren-
dre en considération.
INTRODUCTION
L’empathie est un concept récent, situé au carrefour
de plusieurs disciplines, scientifiques ou non, qui
peine à trouver une définition consensuelle. Malgré
l’explosion des publications sur ce sujet ces deux dernières
décennies, elle reste encore stigmatisée dans notre société.
De plus, le sens commun, abondamment repris par les mes-
sages commerciaux, en écorche davantage la quintes-
sence(1).
1 Gériatre, psychogériatre, membres fondateurs de l’association Emp@thies, pour
l’humanisation des soins. empathies.fr, France.
2 Infirmière diplômée d’État, membres fondateurs de l’association Emp@thies,
pour l’humanisation des soins. empathies.fr, France.
Article reçu le 06/12/2019 et accepté le 05/03/2020
Auteur correspondant : Docteur Éric Maeker, 12 rue Jean Jaurès, 62223 Anzin-
Saint-Aubin, France.
Courriel : eric.maeker@gmail.com
401Rev Geriatr 2020 Septembre ; 45 (7).
À la vue du foisonnement d’écrits (articles scientifiques, li-
vres, sites internet, etc.), l’analyse de cette littérature se
complexifie. Pourtant, il est fondamental que les soignants
se l’approprient, sachent la définir, en connaissent les re-
coins, car les effets de l’empathie sur les soins sont nom-
breux et scientifiquement établis.
Le défi de taille pour les soignants consiste à intégrer l’em-
pathie dans leur pratique quotidienne. À ce jour, pour nom-
bre d’entre eux, leur parcours de formation n’apporte que
très peu d’éléments à ce sujet. De plus, les premiers contacts
avec la maladie et la mort sont peu propices à son appren-
tissage, en particulier à un âge où le manque d’expérience
avec ces questions et le manque d’occasions d’y réfléchir
appellent à un accompagnement spécifique.
Afin de soutenir la notion d’empathie auprès de l’ensemble
des soignants, cet article se propose d’en explorer succinc-
tement la définition en s’attachant à présenter la notion
d’empathie clinique. Seront successivement abordés les ef-
fets bénéfiques attendus dans les soins, suivis d’une propo-
sition de mise en œuvre par la communication empathique.
Les zones de vigilance et les doutes raisonnables à son
application seront examinés pour conclure sur une propo-
sition de mise en œuvre concrète par la communication em-
pathique.
QU’EST-CE QUE L’EMPATHIE ?
L’empathie évolue de notions philosophiques anciennes et
s’enracine dans la pratique depuis les années 1950 environ
suite aux travaux de Carl Rogers(2,3). Le mot lui-même est
un néologisme du XXesiècle construit à l’image du mot sym-
pathie et qui se compose du préfixe grec ancien en et de
pathos signifiant respectivement à l’intérieur et ce que l’on
ressent, la souffrance, la maladie. Ainsi au niveau étymo-
logique, l’empathie se traduit par « éprouver en soi la souf-
france (d’autrui) ». Depuis, le concept a traversé différentes
disciplines scientifiques pour devenir transdisciplinaire.
En psychologie et psychothérapie, Carl Rogers(2,3) étudie et
intègre la « compréhension empathique » comme l’une des
attitudes nécessaires et suffisantes pour favoriser le dévelop-
pement de la personne. Elles sont les racines mêmes de
l’accompagnement centré sur la personne et regroupent : la
congruence du thérapeute, la considération positive incondi-
tionnelle du client, la compréhension empathique ainsi que
la présence du thérapeute que Rogers introduit tardivement.
Rogers théorise et étudie l’empathie dans un paradigme phé-
noménologique (c’est-à-dire par l’analyse scientifique de l’ex-
périence vécue). Il la définit initialement comme une atti-
tude : « Être empathique, c’est percevoir le cadre de
référence interne d’autrui aussi précisément que possible et
avec les composants émotionnels et les significations qui lui
appartiennent comme si l’on était cette personne, mais sans
jamais perdre de vue la condition du “comme si”. » Avec
« comme si », Rogers insiste sur l’idée d’une nécessaire dis-
tinction de soi et des autres. Cette capacité est fondamentale
pour éviter aux thérapeutes de se dévoyer dans la subjectivité
de leur client et de devenir entièrement eux en quelque sorte.
Il évolue dans sa définition en 1975, en considérant l’empa-
thie plus sous l’angle d’un processus plutôt que d’un état.
En neurosciences, les récents progrès de l’imagerie fonc-
tionnelle et dynamique permettent d’établir les mécanismes
cérébraux qui sous-tendent l’empathie. Les connaissances
actuelles s’accordent sur le fait que l’empathie est issue d’in-
teractions complexes entre différentes aires cérébrales plu-
tôt que par une seule. Seule une partie de ces aires est sous
le contrôle de la conscience, une grande partie siège dans
les parties profondes et ancestrales du cerveau. Pour sûr,
l’évolution des technologies améliorera la précision des
connaissances et imprimera de nouvelles évolutions au
concept d’empathie dans les années à venir. Trois compo-
santes sous-tendent l’empathie : affective (ou émotionnelle),
cognitive (ou raisonnée) et motivationnelle (se soucier de
l’autre). L’union des trois établit la capacité de comprendre
l’état psychique d’une personne, ou plus simplement de « se
mettre à sa place »(4). La composante affective s’établit dans
le partage émotionnel entre individus dans leur qualité et
leur intensité. Elle joue un rôle fondamental dans la commu-
nication non verbale et échappe, dans un premier temps,
au contrôle de la conscience. Les risques de détresse et de
contagion émotionnelle lui sont liés. La part motivationnelle
se réfère à la motivation de se soucier de l’autre. Sans vo-
lition, point d’empathie(5). L’aspect cognitif mobilise les plus
hauts niveaux des fonctions cognitives, incluant l’imagina-
tion, pour se représenter de façon mentale et raisonnée de
ce qu’une personne pense et ressent. Pour ainsi dire, l’em-
pathie s’inscrit dans une prise de perspective et intègre le
vécu, la subjectivité d’autrui.
La médecine et le soin se concentrent plus sur le côté relation-
nel de l’empathie(6), comme Rogers d’ailleurs. Dans ces do-
maines, même en l’absence de définition consensuelle, il est
important de considérer les effets positifs de l’empathie dans
le concept de la relation thérapeutique, et aussi de souligner
que l’empathie clinique semble en être le point central(7).
L’imbroglio résultant de la collision des concepts de sympa-
thie, de compassion, de « care » et d’empathie est à l’origine
d’un manque de définition consensuelle. Ce problème s’ac-
centue avec l’explosion du nombre d’articles médicaux et
paramédicaux publiés sur le sujet et qui passe quasiment
d’une centaine au millier par an entre 1990 et 2015. De plus,
la diversité des grilles d’évaluation de l’empathie utilisée dans
les études génèrent également leur part de confusion. Et en
l’absence de consensus, il est difficile de comparer les résul-
tats des différentes études et d’en préciser les conclusions.
402 Rev Geriatr 2020 Septembre ; 45 (7).
L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ?
Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?
En résumé, l’empathie est une capacité volontaire de res-
sentir et de se représenter l’état interne d’une personne tout
en se distinguant de celle-ci.
LES BÉNÉFICES DE L’EMPATHIE
Les bénéfices de l’empathie dans le soin sont solidement
établis par plusieurs études médico-scientifiques et consti-
tuent la motivation à son enseignement(1,4).
Pour l’usager des soins, l’empathie : améliore sa satisfac-
tion, son acceptation des soins, son adhésion aux traite-
ments prescrits ; renforce positivement les résultats des mé-
dications entreprises (en particulier pour le diabète) ;
diminue le ressenti de la douleur, de l’anxiété et de la dé-
pression (de la personne soignée et du soignant). Dans le
cadre d’une psychothérapie, elle en prédit le succès.
Pour les soignants, l’empathie : diminue le nombre de
plaintes pour faute professionnelle, stimule la coopération,
minimise les conflits au sein d’un groupe et enrichit les
échanges. Il est ainsi plus facile pour le professionnel d’ex-
plorer le vécu, les représentations, les antécédents de la
personne soignée. L’empathie constitue à la fois le risque
et l’un des traitements de l’épuisement professionnel(8). Elle
majore les risques lorsqu’elle est insuffisamment comprise
et régulée, elle les diminue avec son apprentissage et sa
maîtrise.
Pour les deux, l’empathie stimule fortement la relation thé-
rapeutique, la communication et fertilise un meilleur concept
de soi (au sens d’une réduction de la déshumanisation et de
la dépersonnalisation).
Pour les équipes, certaines publications établissent un lien
entre une approche empathique du management et la qua-
lité des soins prodigués ainsi que le bien-être des profession-
nels au travail(9).
In fine, l’empathie constitue une compétence majeure des
professionnels de la santé, tant ses apports sur la qualité des
soins et sur les résultats des prises en charge sont scientifi-
quement documentés.
MISE EN ŒUVRE DE L’EMPATHIE
CLINIQUE GRÂCE À UNE
COMMUNICATION EMPATHIQUE
Il est nécessaire d’établir une passerelle entre l’empathie
théorique et l’empathie clinique. La mise en œuvre des ap-
titudes empathiques des soignants s’intègre dans une
communication empathique(10). De plus, l’apprentissage
d’une communication empathique renforce les aptitudes
empathiques globales des soignants et constitue ainsi une
porte d’entrée pour les soignants(11). Enfin, il est acquis que
la communication empathique est une compétence qui peut
être enseignée et apprise(12,13).
Les livres de psychologie ont déjà jeté les bases d’un tel
mode de communication(14). Il semble toutefois préférable
d’offrir aux soignants des pistes de réflexion, des axes de
recherche, des outils flexibles et maniables qu’ils expérimen-
teront et adapteront en fonction du contexte, et aussi de
leur personnalité, au lieu de leur enseigner une technique
figée.
Sans entrer dans le détail, cinq compétences sont incon-
tournables pour développer une communication empathi-
que : la volonté d’établir une relation interpersonnelle, la
suspension du jugement, l’écoute, le non verbal et l’intelli-
gence émotionnelle. La volonté d’établir une relation inter-
personnelle est le reflet de la composante motivationnelle
de l’empathie. Elle souligne l’engagement qu’accepte le soi-
gnant en établissant une relation interpersonnelle symétri-
que dans laquelle il n’aura d’autre choix que celui de s’im-
pliquer personnellement autant que professionnellement.
Elle se reflète aussi dans sa congruence(15). La suspension
du jugement est le second composant primordial(16). Ici, le
professionnel s’abstient d’émettre ou même de penser en
termes de catégorisation, d’étiquetage, de moralisation (de
bien ou de mal), voire à l’extrême de diagnostic. En effet,
la communication empathique est un outil qui peut aider à
porter un diagnostic (en récupérant des informations fiables
lors de l’entretien par exemple) que si elle ignore tout dia-
gnostic (c’est-à-dire tout jugement explicite). C’est là son
paradoxe. Cette attitude d’abstention au jugement constitue
pour les soignants un réel défi, puisque la majeure partie de
leur exercice consiste justement à établir des jugements
concernant les personnes soignées sur : leurs comporte-
ments, leurs niveaux d’autonomie et de dépendance, leur
état de santé, leurs compliance et observance des prescrip-
tions, etc. La troisième composante intéresse la capacité
d’écoute. Elle représente sûrement l’une des compétences
constitutives des plus difficiles à développer(17). Elle peut
s’expérimenter au quotidien et se définit en plusieurs ni-
veaux entre le plus faible, l’absence d’écoute et le plus élevé,
l’écoute active(18). Le quatrième composant, la communica-
tion non verbale, qui représente plus de 90 % de la commu-
nication humaine, demande à être comprise, maîtrisée et
mise en œuvre tout autant que la communication ver-
bale(19,20). Elle comprend le regard, le ton de voix et la pro-
sodie, les mimiques du visage, la gestuelle, la posture du
corps, le toucher ainsi que la distance physique entre les
corps(21). En dernier lieu, la communication empathique
s’établit essentiellement grâce aux émotions, grâce à la part
affective de l’empathie. Nommer les émotions est une étape
cruciale. Rogers s’était d’ailleurs heurté à des résumés im-
productifs de sa théorie disant qu’il suffisait de « refléter les
émotions ». Cette part affective, souvent écartée par le
403Rev Geriatr 2020 Septembre ; 45 (7).
L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ?
Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?
monde médical, constitue une zone de fragilité pour les pro-
fessionnels, car tout manque de justesse dans le contrôle
empathique (affectif) conduira à un épuisement émotionnel
et professionnel. Elle constitue la première zone de vigi-
lance.
ZONES DE VIGILANCE
Dans une société où l’expression des émotions est forte-
ment réprimée, la peur de la vulnérabilité qu’engendre la
connexion aux émotions est centrale. Les partisans d’une
empathie cognitive prônent la répression pure et simple de
sa part affective pour libérer le raisonnement du praticien
de toute source d’erreur(22), alors même que le partage
émotionnel est la source inaltérable de toute communica-
tion humaine, en particulier non verbale. Pour sûr, si le
soignant s’embourbe dans la frayeur ressentie par une per-
sonne soignée alors qu’il s’apprête à faire un geste tech-
nique ou annoncer un diagnostic sévère, comment pour-
rait-il le réaliser ? Il est ici question de contrôle empathique
à l’image de la maîtrise de soi dont les professionnels font
preuve. Dans le soin gériatrique, s’ils développent leur
compréhension des mécanismes de l’empathie, leur « ex-
périence empathique », leur intelligence émotionnelle(23), ils
s’assureront d’une maîtrise empathique suffisante pour
« garder la tête froide »(24).
Les subtilités sont nombreuses en communication empathi-
que et l’expérimentation permet de les appréhender avec
justesse(25). Pour entendre une opportunité empathique et
savoir y répondre, une formation et un entraînement sont
indispensables. Par ailleurs, un travail sur soi, son vécu, ses
représentations, ses attentes, ses désirs et ses motivations à
soigner accompagne cette nécessaire formation. Les études
établissent qu’un professionnel ayant suivi une psychothé-
rapie présente des scores plus élevés aux tests de mesure
d’empathie. Cela dit, est-il acceptable, voire même oppor-
tun, de demander aux soignants de suivre une psychothé-
rapie ? Les soignants sont-ils d’ailleurs appelés à devenir
psychothérapeute ?
L’application d’une seule technique, sans investissement de
soi, a été comparée dans la littérature à la « vallée de
l’étrange » en robotique, qui postule que plus un modèle hu-
manoïde est ressemblant, plus ses défauts apparaissent re-
poussants jusqu’à un certain stade où ce sentiment de dé-
goût disparaît(26). Un parallèle est fait entre le manque
d’authenticité des professionnels de santé et leur communi-
cation empathique(5).
La promptitude à établir des jugements et l’envahissement
de la pensée par des préjugés biaisent l’espace cognitif du-
rant un échange ou une simple rencontre. Ces biais altèrent
les capacités d’écoute puisque, convaincus de connaître à
l’avance, les professionnels sont moins enclins à explorer la
subjectivité d’autrui.
La surcharge d’activité et le temps favorisent ces raccourcis.
Le système de santé, en certains lieux sursaturés, est peu
propice à la rencontre, à la création d’une relation théra-
peutique stable. Pourtant, même dans un service d’urgence
médicale les bénéfices de l’empathie sont documentés(27).
Le curriculum caché implique les apprentissages réalisés lors
de stages auprès de mentors, tuteurs et autres profession-
nels établis en qualité de modèle. Il peut se révéler positif
ou peser sur les compétences à acquérir(28). Comment l’em-
pathie est-elle perçue par les professionnels établis ?
Comment transmettront-ils les aptitudes empathiques ? De
quels outils pourraient-ils bénéficier pour renforcer à la fois
leurs propres aptitudes empathiques et pour en faciliter l’en-
seignement ? Où se situent les freins et les facilités ?
Enfin, il est pertinent de s’interroger sur l’engagement ins-
titutionnel. Quelques référentiels de bonne pratique et étu-
des pointent l’empathie comme une compétence utile et
nécessaire au management, à la bientraitance. Il est fonda-
mental d’approfondir les connaissances en ces domaines.
Nombre de ces zones découlent d’un défaut de formation
et de contrôle empathique. Celui-ci est coûteux pour les pro-
fessionnels. Leur environnement hautement stressant et
chargé d’émotions négatives les expose alors à la fatigue
émotionnelle ainsi qu’à l’épuisement psychoaffectif. Cette
situation entrave la prestation de soins médicaux de qualité
et majore le risque d’erreurs autant que les conflits au sein
des équipes. Plusieurs types de formations spécifiques amé-
liorent les aptitudes empathiques. Plusieurs méthodes sont
testées par des études, dont l’apprentissage par l’expéri-
mentation à l’aide par exemple de simulations immersives
et expérientielles centrées sur des groupes de patients vul-
nérables et offrant des possibilités de réflexion guidée, l’ap-
prentissage de la communication empathique ou non vio-
lente(11,14), l’art, la médecine narrative, etc. Enfin, pour
rappel, le fait d’avoir suivi une psychothérapie personnelle
augmente la maîtrise empathique.
L’un des plus grands défis pour les soignants consiste à trou-
ver le juste équilibre entre les attitudes empathiques et le
détachement par lequel ils régulent de manière efficace leurs
réponses affectives et libèrent davantage leur préoccupation
empathique pour les autres.
DOUTES RAISONNABLES À L’UTILISATION
DE L’EMPATHIE EN GÉRIATRIE
Pour les personnes souffrant de délire, la réalité est chan-
geante et leurs émotions peuvent être non congruentes à
l’expérience vécue, observée de l’extérieur par un profes-
sionnel de la santé. Les troubles neurocognitifs surajoutés
404 Rev Geriatr 2020 Septembre ; 45 (7).
L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ?
Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?
embrouillent d’autant plus cette réalité mouvante. Il est in-
certain qu’une communication empathique reflétant l’état
émotionnel de la personne expérimentant ces troubles
puisse lui être constamment bénéfique(29).
Les perturbations qu’engendrent les troubles neurocognitifs,
surtout à un stade évolué, sur les capacités émotionnelles
telles que la gestion, la compréhension et l’expression de
celles-ci constituent un barrage à l’empathie. Malgré cela,
la méthode de la Validation développée par Naomi Fiel est
basée sur l’empathie et s’adresse à ces personnes(30).
Pour finir, bien que l’histoire de l’humanité se perpétue dans
un monde où la violence décline(31), l’engagement empathi-
que des sociétés et des civilisations pourrait être incontour-
nable pour la survie de l’espèce elle-même(32,33).
CONCLUSION
Cet écrit sert deux objectifs. Le premier est de proposer un
bref état des lieux concernant l’empathie et en particulier sa
mise en œuvre dans les soins grâce à sa déclinaison clinique.
Le second est d’apporter de la perspective sur la complexité
de la question par la présentation d’un (très court) aperçu
des nimbes théoriques entourant sa définition, des zones de
vigilance à sa mise en œuvre et des doutes raisonnables à
son utilisation. La conviction que soutient cet écrit s’appuie
sur les données de la science médicale et place l’empathie
au cœur de la relation thérapeutique, au cœur même de l’art
médical humaniste(34). Elle rappelle que l’empathie s’établit
comme une valeur fondamentale et humaniste de la méde-
cine et dépasse toute posture. Elle encourage un renforce-
ment des enseignements portant sur ces sujets d’envergure.
Et finalement, elle invite à expérimenter et étudier au quo-
tidien la communication empathique sans en éluder ni la
profondeur psychologique, ni philosophique(35).
Liens d’intérêts : les auteurs déclarent ne pas avoir de lien d’intérêt en
rapport avec cet article.
RÉFÉRENCES
1. Maeker E, Maeker-Poquet B. L’empathie peut-elle être enseignée aux
soignants ? Soins Gerontol 2020 ; 25 : 30-3.
2. Rogers CR. Client-Centered Therapy. Houghton Mifflin, Boston, 1951.
3. Rogers CR. On Becoming A Person, Houghton Mifflin CoBoston, 1961.
4. Decety J. Composants, mécanismes, développement et fonctions de l’em-
pathie. EMC Psychiatr 2015 ; 13 : 1-8.
5. Gardner C. Medicine’s uncanny valley: the problem of standardising em-
pathy. Lancet 2015 ; 386 : 1032-3.
6. Jeffrey D. Communicating with a human voice: developing a relational
model of empathy. J R Coll Physicians Edinb 2017 ; 47 : 266-70.
7. Halpern J. What is clinical empathy? J Gen Intern Med 2003 ; 18 :670-4.
8. Gleichgerrcht E, Decety J. Empathy in clinical practice: how individual
dispositions, gender, and experience moderate empathic concern, bur-
nout, and emotional distress in physicians. PLoS ONE 2013 ; 8 : e61526.
9. Hergue M, Lenesley P, Narme P. Satisfaction au travail et culture ma-
nagériale empathique en EHPAD : étude exploratoire dans deux établisse-
ments. NPG Neurol Psychiatr Gériatr 2019 ; 19 : 23-9.
10. Halpern J. From idealized clinical empathy to empathic communication
in medical care. Med Health Care Philos 2014 ; 17 : 301-11.
11. Nosek M, Gifford E, Kober B. Nonviolent Communication (NVC) training
increases empathy in baccalaureate nursing students: A mixed method
study. J Nurs Educ Pract 2014 ; 4 : 10.
12. Platt FW, Keller VF. Empathic communication: a teachable and learnable
skill. J Gen Intern Med 1994 ; 9 : 222-6.
13. Noordman J, Post B, van Dartel AAM, Slits JMA, Olde Hartman TC.
Training residents in patient-centred communication and empathy: evalua-
tion from patients, observers and residents. BMC Med Educ 2019 ; 19 :128.
14. Rosenberg M. Les mots sont des fenêtres (ou des murs) : Introduction à
la Communication NonViolente. Jouvence, 2005.
15. Rogers CR. La relation d’aide et la psychothérapie. 2015, ESF Éditeur.
16. Thalmann YA. Le non-jugement, de la théorie à la pratique. Jouvence,
2008.
17. Krishnamurti J. Le livre de la méditation et de la vie. Poche, 1999.
18. HAS. Simulation en santé et gestion des risques. Outils du guide métho-
dologique. Écoute active, Février 2019. https://www.has-sante.fr/upload/
docs/application/pdf/2019-02/outil_12_ecoute_active.pdf
19. Mehrabian A, Ferris SR. Inference of attitudes from nonverbal commu-
nication in two channels. J Consult Psychol 1967 ; 31 : 248-52.
20. Friedman H. Nonverbal communication between patients and medical
practitioners. J Soc Issues 1979 ; 35 : 82-99.
21. Hall E, Birdwhistell R, Bock B, Bohannan P, Diebold A, Durbin M,
et al. Proxemics (and Comments and Replies). Current Anthropology
1968 ; 9 : 83-108.
22. Hojat M, Gonnella JS, Nasca TJ, Mangione S, Vergare M, Magee M.
Physician empathy: definition, components, measurement, and relations-
hip to gender and specialty. Am J Psychiatry 2002 ; 159 : 1563-9.
23. Goleman D. L’intelligence émotionnelle : Intégrale. J’ai lu, 2014.
24. Corraze J. Déclin de la médecine humaniste. Mardaga, 2015.
25. Book HE. Empathy: misconceptions and misuses in psychotherapy. Am
J Psychiatry 1988 ; 145 : 420-4.
26. Masahiro Mori. La vallée de l’étrange. Gradhiva. (Consulté le 19 juillet
2018). [En ligne]. http://journals.openedition.org/gradhiva/2311
27. Salvarani V, Rampoldi G, Ardenghi S, Bani M, Blasi P, Ausili D, et al.
Protecting emergency room nurses from burnout: The role of dispositional
mindfulness, emotion regulation and empathy. J Nurs Manag 2019 ; 27 :
765-74.
28. Hariharan J. Uncovering the hidden curriculum. Science 2019 ; 364 :
702.
29. Pinto KC, Pinto S. Converging through difference: A case of empathic
incongruence in treatment of an elderly woman with psychosis. J Aging
Stud 2019 ; 51 : 100797.
30. Fiel N. Validation mode d’emploi : Techniques élémentaires de communi-
cation avec les personnes atteintes de démence sénile de type Alzheimer.
Pradel, 2005.
31. Pinker S. La Part d’ange en nous. Histoire de la violence et de son déclin.
Les Arènes, 2017.
32. Ricard M. Plaidoyer pour l’altruisme. Nil, 2013.
33. Rifkin J. Une nouvelle conscience pour un monde en crise : Vers une
civilisation de l’empathie, Actes Sud, 2012.
34. Engel GL. The need for a new medical model: a challenge for biomedicine.
Science 1977 ; 196 : 129-36.
35. de Funès J. Le développement (im)personnel. Le succès d’une imposture.
France, Éditions de l’Observatoire, 2019.
405Rev Geriatr 2020 Septembre ; 45 (7).
L’empathie en gériatrie, utilité et faisabilité ?
Empathy in geriatric care: usefulness and feasibility?
... En effet, pour ce qui concerne l'exercice gériatrique et psychogériatrique, les aptitudes empathiques sont essentielles. Elles présentent de nombreux bénéfices et points de vigilance [4]. Elles se retrouvent dans des accompagnements spécifiques tels que les soins centrés sur la personne [5], la Validation ® [6], la communication efficiente [7][8][9], la décision partagée [10] et l'entretien motivationnel [11] entre autres. ...
... Ces divergences troublent l'appropriation de cette notion par les étudiants en santé [81], au point de générer un doute sur son intérêt et même sur son utilité, bien que ces deux aspects soient détaillés dans la littérature [4]. De plus, l'empathie clinique est un concept déterminant dans de nombreuses approches gériatriques : les soins centrés sur la personne (y compris à un stade avancé d'une atteinte neurocognitive) [5,82], la méthode de la Validation ® [6], le principe de communication efficiente [7,8], l'accompagnement relationnel [83] et aussi l'élaboration de la décision partagée dans cette population polymorbide [10]. ...
Article
Résumé Contexte L’empathie est une compétence professionnelle fondamentale des soignants particulièrement en gériatrie et en psychogériatrie. Or, plusieurs éléments font ressortir la question du temps. Ainsi, le temps serait-il un obstacle à l’empathie clinique ? Et de quelle façon ? Méthode Une revue non systématique de la littérature a été réalisée jusqu’en janvier 2022 sur la base de données PubMed. Résultats L’analyse médico-scientifique est réalisée en deux parties. La première porte sur la définition et l’étude de la notion de temps, sa perception et sa représentation. La deuxième section tente de clarifier la notion d’empathie clinique. Discussion Deux modèles sont élaborés en vue d’améliorer la compréhension de l’influence du temps sur la relation empathique. Le premier s’attache à l’aspect interindividuel sous la forme d’un processus, le second propose les prémisses d’une approche systémique de l’empathie clinique. Conclusion Limiter la réflexion à la durée totale de la rencontre singulière entre soignant et soigné revient à occulter la pluralité des mécanismes de compréhension qui composent le processus empathique ainsi que son caractère systémique.
Article
Résumé L’empathie du soignant envers un malade et sa famille est une condition nécessaire à la création de soins fondés sur une confiance réciproque. L’empathie est une fonction psychique complexe mobilisant affects pour accueillir la détresse d’autrui, cognition pour déterminer ses désirs, conation pour mettre en œuvre les actions thérapeutiques et relationnelles utiles et efficaces éthiquement centrées sur le patient. L’empathie est innée, partagée dans diverses espèces de mammifères. L’empathie se cultive chez les êtres humains durant leurs parcours de vie. Elle a un coût émotionnel pour les praticiens de la santé, et si celui-ci devient trop pesant, la fatigue d’empathie peut conduire à un épuisement professionnel. L’insuffisance d’empathie chez ces praticiens a les mêmes inconvénients qu’une insuffisance de leur professionnalisme. Elle est donc essentielle dans la relation de soins, satisfaisante pour le malade, et par ailleurs, bénéfique pour la qualité de soins au travail des soignants. Nous explorons dans cet article les différentes facettes de l’empathie à partir d’une revue de la littérature dans le champ de la relation de soins.
Article
Full-text available
Background Patient-centred communication and empathy are key enablers for patient-centred care. However, several studies suggest a downward trend regarding the empathic communication skills of physicians during medical residency. It is known that communication training can have a positive effect on patient-centred communication, empathy and relational skills. Training residents in patient-centred communication and empathy can be an opportunity to improve the patient-centred care. To evaluate the training a tri-focal perspective will be used. Methods A 3-day training was developed to improve residents’ patient-centred communication and empathy skills at an academic medical health centre, in the Netherlands. The training included: (1) the basics of patient-centred communication and empathy (through presentations, scientific literature), (2) practicing with actors, and (3) reflecting on residents’ video recorded consultations (by themselves and communication experts). A pilot study with a pre-post design was conducted to evaluate the training from patient and observer perspectives. Semi-structured interviews were used to get insight into residents’ perspective. Nine residents from different specialities followed the training and enrolled in the pilot study. During two random days consultations between residents and patients were video recorded. Patients were asked to fill in two questionnaires, indicating their perspective on residents’ empathy and communication skills before as well as after the consultation. All video recorded consultations were coded to rate residents’ communication skills, empathy, computer use and agenda-setting. Statistical analysis were performed using multilevel analysis. Results A total of 137 eligible patients took part in the pilot study. Trained residents showed significant improvement in patient-rated empathy scores. According to observers, residents’ computer use improved significantly after the training. The communication skills of trained residents did not improve significantly. Agenda setting by residents showed a downward trend. Almost all residents were satisfied with the training, especially with the video-feedback. Conclusions A brief training significantly increased residents’ empathy scores according to patients and significantly decreased residents’ computer use according to observers. These findings indicate that the quality of patient-centred care can be improved by integrating patient-centred communication into residency programs, at an academic medical health centre. The ultimate goal is to structurally embed the training in residents’ education program.
Article
Un nouvel article sur l’empathie et le soin, quelle utilité vu l’engouement des publications sur le sujet ? Le présent écrit interroge les possibilités d’enseignement de l’empathie auprès des étudiants en médecine et en soins infirmiers. Pour ce faire, une proposition de définition est formulée ainsi qu’une revue de la littérature précisant ses effets dans les soins et ses possibilités d’enseignement auprès des étudiants et des professionnels en poste. A new article about empathy and care, what use given the popularity of publications on the subject? This article questions the possibilities of teaching empathy to medical and nursing students. To do this, a definition proposal is formulated as well as a review of the literature on its effects in care and its educational opportunities for students and working professionals.
Article
Contemporary person-centered psychotherapy often references empathy as a basic component of the therapeutic alliance and, thus, effective treatment, such that nascent clinicians study this basic skill early in training. However, the psychotherapy literature often presumes a collective agreement about how empathy manifests as a clinical tool, in the process institutionalizing the ideal of omnipresent alignment with a client, applied across populations of patients, regardless of their conditions, ages, and personal and cultural characteristics. Misalignments between clinicians and clients have the potential to bely broadly imagined ethics of empathy (and the notion of collective agreement about what it is) by demonstrating the ways tension, difference, and incongruence promote treatment. Through an autoethnography of a 12-month psychotherapy dyad with an elderly woman committed for treatment at a U.S. psychiatric hospital, we discuss how moments of incongruence between clinician and client expand conceptualizations of empathy in treatment of psychosis. Specifically, in this context, deployment of empathy-as-alignment becomes a fallacy of care, risking the effectiveness of treatment through impossible epistemological assumptions of and counterproductive joining with the client. As such, this transtheoretical discussion presents two types of incongruence in the dyad-developmental and subjective-as a backdrop for expressing empathy. This paper makes space for a theory of empathy as the practice of working in genuine and careful service of the client's psychology through acts of incongruence as much as alignment.
Article
Aim To verify the role of dispositional mindfulness, difficulties in emotion regulation and empathy in explaining burnout levels of Emergency Room (ER) nurses. Background Many studies have examined the variables that can affect burnout among ER nurses, but little is known about factors that can protect ER nurses against work‐related stress. Method A multi‐center cross‐sectional design was used. Burnout level intensity, dispositional mindfulness facets, difficulties in emotion regulation, and empathy dimensions were assessed using valid and reliable self‐report questionnaires in a sample of ER nurses (N = 97) from three different hospitals. Results Higher dispositional mindfulness and cognitive empathy levels, and lower difficulties in emotion regulation, were negatively associated with emotional exhaustion levels. Conclusion ER nurses with more mindful, emotion regulation, and empathy skills are more able to manage work‐related distress. Implications for Nursing Management Experiential interventions to promote mindfulness skills, emotion regulation variability and flexibility in a clinical context, and the cognitive side of empathy are recommended for ER nurses to reduce professional distress, and to enhance personal and work satisfaction. Future research should assess the effectiveness of new multi‐factorial interventions which combine the development of mindfulness, emotion regulation, and empathy skills in ER nurses. This article is protected by copyright. All rights reserved.
Article
Afin d’étudier les liens entre le style de management et la satisfaction au travail des soignants, une enquête a été menée dans deux EHPAD, le personnel de l’un ayant été formé à la méthode de la Validation®. Les objectifs de l’étude étaient de comparer les deux EHPAD quant à la prévalence de l’épuisement professionnel chez les soignants ; la vision que les soignants avaient de leur hiérarchie (au regard de l’attitude de leur manager). Les soignants de l’EHPAD ayant été formés à l’attitude empathique : présentaient un risque moindre de burnout (aucun d’entre eux ne présentait un risque élevé contre 27 % dans l’autre établissement) ; avaient une meilleure perception de leur hiérarchie ; décrivaient leurs managers comme ayant une attitude empathique. Cette dernière contribuerait à une meilleure collaboration et favoriserait la satisfaction au travail.
Article
The medical profession has adopted a cognitive model of empathy, or detached concern, in its professionalism and practice. As a consequence there is now an empathy gap which has been demonstrated by lapses in patient care in the UK. There may also be an empathy gap developing in medical students during their training. This paper argues for the adoption of a relational view of empathy which embraces emotional and moral dimensions of the concept, acknowledges the importance of the clinical context and prioritises the relationship between the doctor and patient. A relational model extends to encompass the patient's family and all members of the healthcare team. By exploring the process of empathising in clinical practice I develop a relational model that is more appropriate for modern patterns of patient care and medical education than detached concern. Adoption of a relational model of empathy in training and practice can help bridge the empathy gap.