ChapterPDF Available

Promouvoir la motivation et le bien-être des enseignants et des élèves: Le programme ProMoBE

Authors:

Figures

Content may be subject to copyright.
1
Chapitre 8. Promouvoir la motivation et le bien-être des enseignants et des élèves : le
programme ProMoBE
Damien Tessier, Béatrice Imbert et Rebecca Shankland
La question du bien-être des enseignants est étroitement liée à celle du bien-être des élèves.
Les enquêtes françaises portant sur le climat scolaire montrent que les relations enseignants-
élèves tendent à se dégrader progressivement au cours des années au collège (Tamara, 2015),
qu’environ la moitié des élèves du secondaire s’ennuient fréquemment en classe (Bavoux et
Pugin, 2013), et que le taux du décrochage scolaire demeure assez élevé (environ 13%)
(Centre national d’étude des systèmes scolaires [CNESCO], 2017). Ces difficultés, qui
traduisent la démotivation et le mal-être des élèves, combinées à une charge de travail élevée
des enseignants (p. ex., la lourdeur des programmes scolaires, l’enchevêtrement des tâches
associées à l’enseignement, les réformes scolaires nombreuses), sont les principaux facteurs
qui favorisent le syndrome d’épuisement professionnel (pour une revue, voir Chang, 2009).
L’enseignement est une profession particulièrement exposée au stress et au syndrome
d’épuisement professionnel (Lantheaume et Hélou, 2008). En France, on estime à 17% la part
des enseignants touchés par l’épuisement professionnel contre 11% pour les autres
professions (Fotinos et Horenstein, 2011). L’une des conséquences préoccupantes de ce
phénomène est son impact sur la qualité de l’enseignement. Les enseignants épuisés ont
moins de ressources à investir auprès de leurs élèves (p. ex., moins de feed-back et d’aide à
l’apprentissage; Dorman, 2003) et ils sont moins aptes à désamorcer et réguler les situations
de tension au sein de la classe (Huberman, 1993). Tout ceci tend à créer une dynamique
délétère qui affecte tant le bien-être des enseignants et des élèves que l’apprentissage de ces
derniers.
À l’inverse, d’autres recherches révèlent que le bien-être des enseignants favorise des
interactions positives avec leurs élèves. Une récente étude a montré que les enseignants qui
attribuent une forte signification à leur travail développent des interactions plus nombreuses et
positives avec leurs élèves, ce qui, en retour, tend à accroître leur niveau de satisfaction
professionnelle (Lavy et Bocker, 2018).
À la lumière de cette littérature, la formation professionnelle des enseignants est devenue une
préoccupation forte des politiques éducatives européennes (Eurydice, 2013). Dans cette
2
perspective, ce chapitre présente le projet « Promouvoir la Motivation et le Bien-être à
l’École » (ProMoBE). ProMoBE propose aux enseignants une formation professionnelle qui
vise à améliorer la motivation et le bien-être scolaires? des enseignants et des élèves. Il s’agit
plus précisément de proposer aux enseignants des outils conceptuels (p. ex., des théories de la
motivation autodéterminée et de la psychologie positive) et des outils pratiques (p. ex., des
dispositifs d’enseignement stimulants, des pratiques de présence attentive, des pratiques de
développement des compétences émotionnelles), qui vont contribuer à améliorer leurs
relations avec les élèves et qui, en retour, vont influencer positivement leur propre motivation
ainsi que leur satisfaction professionnelle, de même que la motivation et la satisfaction de
leurs élèves.
Nous développons les fondements théoriques de ce projet, puis présentons le protocole et les
principaux résultats concernant les effets du programme sur les enseignants.
1. Les fondements théoriques
1.1 Quels sont les outils conceptuels et pratiques à proposer aux enseignants pour les
aider à promouvoir la motivation et le bien-être à l’école?
La promotion du bien-être s’inscrit dans le champ de recherche de la psychologie positive.
Cette approche relativement récente de la psychologie s’intéresse aux caractéristiques de la
nature humaine et aux mécanismes qui conduisent à une adaptation réussie, à la résilience et
au bien-être (Seligman et Csikszentmihalyi, 2000). Dans le cadre de la psychologie positive,
essentiellement quatre catégories d’interventions ont été expérimentées à l’école dans le but
de promouvoir le bien-être des élèves : (1) le développement de la présence attentive, (2)
l’identification et l’utilisation des ressources ou compétences personnelles et collectives, (3)
l’orientation de l’attention vers les aspects satisfaisants du quotidien, et (4) le développement
de la coopération (pour une revue des interventions brèves en milieu scolaire, voir Shankland
et Rosset, 2016).
L’entraînement à la présence attentive consiste à porter son attention sur un point de
focalisation comme la respiration et à prendre conscience du moment où les distractions
(pensées, bruits) font perdre ce point de focalisation. Il s’agit alors d’apprendre à rediriger son
attention vers le point de focalisation. Ce type de pratique permet d’améliorer la concentration
et la réduction des pensées récurrentes non constructives ou anxiogènes (p. ex., Hawley et al.,
2014; Heeren et Philippot, 2009, 2011). Les pratiques de présence attentive visent aussi
3
l’ouverture attentionnelle dans le but de percevoir davantage de signaux qui peuvent passer
inaperçus, comme les émotions. Cette pratique consiste simplement à accueillir l’expérience
telle qu’elle se présente, qu’elle soit agréable ou non, en diminuant la tendance à y réagir de
manière automatique. Ce type d’exercice permet de prendre conscience que dans la plupart
des situations d’interactions sociales, il n’est pas nécessaire de réagir immédiatement et qu’il
est préférable de prendre le temps d’identifier et de choisir la réponse la plus adaptée aux
objectifs poursuivis (Peillod-Book et Shankland, 2016). Ce type de pratique favorise ainsi la
régulation des émotions et des comportements (p. ex., Brown et Ryan, 2003; Wenk-Sormaz,
2005).
La deuxième catégorie d’interventions développées dans les classes porte sur l’identification
et l’utilisation des ressources et compétences personnelles (Peterson et Seligman, 2004) et
collectives (Linkins, Niemiec, Gillham et Mayerson, 2014). Les interventions qui s’inscrivent
dans cette approche ne visent pas à développer de nouvelles compétences qui seraient
manquantes chez les élèves, mais au contraire à leur permettre d’identifier leurs propres
forces et ressources déjà présentes et de les utiliser davantage dans leur quotidien et sous de
nouvelles formes ou dans le cadre de nouvelles activités. Linkins et al. (2014) proposent de
faire travailler les élèves par groupe afin que chaque élève identifie au moins trois de ses
compétences et en choisisse une qu’il essaiera de mettre en œuvre au sein de la classe. Les
autres élèves peuvent aider à identifier les forces personnelles et à trouver des idées de
nouvelles manières d’activer ces forces notamment pour faire face à des difficultés actuelles.
La troisième catégorie de pratiques de psychologie positive utilisées dans les établissements
scolaires consiste à réduire le biais de négativité (Baumeister, Bratslavsky, Finkenauer et
Vohs, 2001) en apprenant à orienter davantage l’attention vers les aspects positifs ou
satisfaisants du quotidien : ce que l’on arrive à faire, les relations constructives déjà
existantes, les événements satisfaisants de la journée, etc. Le biais de négativité a été défini
comme une tendance naturelle chez l’être humain à être davantage impacté par les aspects
désagréables ou menaçants d’une situation et à ne pas prendre en compte ou retenir
suffisamment les aspects positifs ou satisfaisants. Cette inclination est source d’anxiété et
augmente la tendance à ressasser les aspects insatisfaisants. Les résultats des recherches
montrent que la pratique de réorientation de l’attention vers les aspects positifs (p. ex.,
compléter un journal des événements positifs ou un journal de gratitude) augmente les
4
émotions positives et le degré de vitalité des élèves (Shankland et Rosset, 2016) ainsi que le
sentiment de lien social (pour une synthèse, voir Algoe, 2012).
Enfin, une quatrième catégorie de pratiques de psychologie positive consiste à développer des
relations positives dans le cadre scolaire par le biais de pratiques de coopération. Plusieurs
éléments ont été identifiés dans la littérature pour faciliter la coopération entre les élèves :
- les faire travailler en petits groupes (de deux à comq personnes) afin de favoriser les
interactions individuelles;
- les confronter à une tâche d’apprentissage qui nécessite la contribution de tous les membres
du groupe;
- leur proposer un but partagé et une répartition des rôles au sein du groupe afin de favoriser
l’interdépendance positive;
- stimuler la responsabilité individuelle afin de favoriser l’implication de chacun;
- et leur enseigner des compétences sociales (p. ex., rapporter son interprétation du problème;
expliquer ses stratégies de résolution; encourager son partenaire à développer ses idées,
l’écouter attentivement, ne pas le couper; suggérer des alternatives sans rabaisser les
propositions du partenaire) afin de favoriser des interactions constructives (pour une revue de
la littérature, voir Buchs et Butera, 2015; Butera et Buchs, 2019).
Dans une étude interventionnelle, Buchs, Gilles, Antonietti et Butera (2016) ont montré que
l’apprentissage coopératif améliorait les performances des élèves dans différentes tâches,
comparativement aux élèves qui étaient en condition de travail individuel avec un but de
compétition.
Ces différents types d’intervention fondés sur des recherches menées dans le champ de la
psychologie positive améliorent non seulement le bien-être des élèves, mais également leurs
performances scolaires. Toutefois, si les interventions de psychologie positive sont efficaces
pour promouvoir le bien-être, leur effet sur la motivation scolaire reste limité. Une
intervention ciblée sur les variables clés de la motivation est à envisager de manière
complémentaire.
La motivation renvoie à l’ensemble des forces (internes et externes) qui dynamisent et
dirigent le comportement vers un but (Deci, 1992). Dans le cadre du programme ProMoBE, le
concept de motivation a été appréhendé au travers de la théorie de l’autodétermination (TAD)
5
(Deci et Ryan, 2002). Parmi les théories contemporaines de la motivation, la TAD possède
l’avantage de concevoir la motivation comme un construit « qualitatif », pas seulement
« quantitatif ». La TAD différencie plusieurs types de motivation qu’elle organise sur un
continuum allant des régulations les plus contraintes aux régulations les plus autodéterminées
ou autonomes. Trois types de régulations constituent la motivation autonome : intrinsèque (c.-
à-d., réaliser une activité pour le plaisir et/ou pour la satisfaction qu’elle leur procure en elle-
même), intégrée (c.-à-d., réaliser une activité parce qu’elle est cohérente avec les valeurs de
l'individu), et identifiée (c.-à-d., réaliser une activité parce qu’elle est jugée importante pour
l’atteinte des buts personnels). Deux types de régulations sont considérés comme constituant
la motivation contrainte : introjectée (c.-à-d., réaliser une activité sous l’effet de pression
interne comme le sentiment « d’obligation » de faire les choses ou de culpabilité de ne pas les
faire), et externe (c.-à-d., réaliser une activité pour les récompenses ou les éloges, ou pour
éviter une punition). Motivations contraintes et motivations autonomes correspondent à deux
formes de motivation distincte; la seconde conduisant à des conséquences plus positives que
la première. À côté de ces deux formes de motivation, la théorie envisage également
l’existence d’un état de « a-motivation ». Il est ressenti quand l’individu ne manifeste aucune
motivation pour une activité, ni autonome ni contrainte.
La TAD considère que la qualité de la motivation des individus affectant leurs comportements
résulte du degré de satisfaction de trois besoins psychologiques fondamentaux : l’autonomie
(c.-à-d., le désir de l’individu d'être à l'origine de ses comportements), la compétence (c.-à-d.,
le désir d’un individu d’être capable de répondre avec efficacité aux demandes et aux défis de
son environnement), et la proximité sociale (c.-à-d., le désir d'être connecté à d'autres
personnes, de recevoir de l’attention de personnes importantes pour soi et d’appartenir à un
groupe social). Ils sont considérés comme universels, équivalents et indépendants, c’est-à-dire
qu’il n’existe pas de relation hiérarchique entre eux (Pittman et Zeigler, 2007). Selon cette
théorie, plus les besoins d’un individu sont satisfaits, plus sa motivation est autonome (Deci et
Ryan, 2002). La frustration des trois besoins est quant à elle reliée aux formes de motivations
les moins autodéterminées ou les plus contraintes (Bartholomew, Ntoumanis et Thørgersen-
Ntoumanis, 2010).
Selon la TAD, les facteurs environnementaux et sociaux, comme le style motivationnel de
l’enseignant, influencent la motivation et les comportements de l’individu au travers de la
satisfaction ou de la frustration des besoins psychologiques. En d’autres termes, la motivation
6
n’est donc pas seulement une variable individuelle ou une prédisposition de l’élève, mais elle
relève d’une responsabilité partagée entre l’élève et l’enseignant. Plus précisément, le style
motivationnel adopté par un enseignant se caractérise au travers de trois dimensions bipolaires
qui soutiennent ou menacent les besoins psychologiques fondamentaux :
Le soutien de l’autonomie (p. ex., avoir une attitude positive et flexible envers l’élève
et reconnaître les difficultés en donnant plus d’explications) vs le contrôle ou la
coercition (p. ex., avoir une attitude négative envers l’élève, être pressé, prendre tout
en charge).
La structure (p. ex., fixer des objectifs, déterminer les moyens de les atteindre et
donner des consignes claires) vs le chaos (p. ex., les attentes et les consignes ne sont
pas claires, aucune opportunité d’apprendre et de se sentir compétent n’est proposée).
L’investissement interpersonnel (p. ex., l’affection, l’inclusion, la confiance et
l’attention sont exprimées de manière chaleureuse, consistante et inconditionnelle) vs
l’hostilité (p. ex., être froid, distant et négligent à l’égard des élèves).
Plusieurs études ont testé les effets d’une formation destinée à aider les enseignants de collège
ou lycée à modifier leur style motivationnel (p. ex., Cheon et Reeve, 2013, 2015; Cheon,
Reeve et Moon, 2012; Tessier, Sarrazin et Ntoumanis, 2010). Ces études montrent que par
rapport à ceux du groupe témoin, les enseignants qui ont suivi la formation ont davantage
adopté un style motivationnel qui soutenait les besoins de leurs élèves, et que les élèves
étaient sensibles au changement de pratique de leur enseignant. En effet, par rapport à ceux du
groupe témoin, les élèves dont les enseignants avaient suivi la formation rapportaient une plus
grande motivation autonome (Cheon et Reeve, 2013; Cheon, Reeve et Moon, 2012), et une
diminution de l’a-motivation (Cheon et Reeve, 2013, 2015; Cheon, Reeve et Moon, 2012).
1.2 Quelle démarche adopter pour optimiser l’efficacité de cette formation?
Que ce soit les pratiques qui relèvent de la psychologie positive (c.-à-d., le développement de
la présence attentive, des forces de caractère, de la gratitude et de la coopération) ou de la
TAD (c.-à-d., l’amélioration du style motivationnel), elles visent en définitive à aider les
enseignants à mieux prendre en compte les besoins psychologiques de leurs élèves. Plusieurs
études-interventions ont révélé les effets bénéfiques de ce type de formation. Dans une méta-
analyse, Su et Reeve (2011) ont rapporté une taille d’effet importante (d = 1.16), démontrant
ainsi l’efficacité de telles formations. Certaines conditions sont toutefois nécessaires à réunir
pour parvenir à cette efficacité : (1) véhiculer les contenus sont véhiculés au travers de médias
7
multiples (p. ex., le support papier et numérique) afin d’améliorer leur appropriation par les
participants; (2) focaliser les contenus sur les stratégies à mettre en œuvre pour soutenir les
besoins des élèves (c.-à-d., les comportements de l’enseignant) plutôt que sur les
connaissances théoriques qui justifient ces pratiques; (3) permettre aux enseignants de
concevoir et d’expérimenter avec leurs pairs, et en toute sécurité, des mises en situation
simulées (p. ex., des jeux de rôle) les amenant à mobiliser ces stratégies; (4) proposer aux
enseignants d’analyser eux-mêmes leur pratique afin de les rendre « acteurs » de leur
formation; (5) proposer un suivi après la formation (p. ex., une discussion, un enregistrement
vidéo) afin d’accompagner les enseignants lorsqu’ils vont mettre en œuvre ces pratiques face
à leur classe.
1.3 Pourquoi une telle formation professionnelle améliore-t-elle la motivation et le bien-
être des enseignants?
Pour expliquer les effets (indirects) présumés de la formation ProMoBE sur le bien-être des
enseignants, la littérature encore naissante sur cette question met en évidence le rôle essentiel
des relations enseignant-élèves. Par exemple, plusieurs études qualitatives ont montré que de
bonnes relations avec les élèves avaient un impact significatif sur les émotions et la
satisfaction professionnelle des enseignants (Hargreaves, 2000; Shann, 1998). Dans une étude
consistant à demander aux enseignants de consigner quotidiennement leurs expériences
professionnelles dans un journal, Aldrup, Klusmann et Lüdtke (2017) ont mis en évidence que
ces derniers rapportaient plus d’enthousiasme dans leur travail quand ils se sentaient
connectés à leurs élèves. Ces résultats corroborent ceux d’études corrélationnelles qui
montrent que les enseignants qui rapportent être proches de leurs élèves, ne pas avoir de
conflit avec eux, et qui se sentent appréciés et reliés à ces derniers, ont des émotions positives,
un engagement professionnel élevé, ainsi que des scores de colères et d’épuisement
professionnel plutôt faibles (Gastaldi, Pasta, Longobardi, Prino et Quaglia, 2014; Milatz,
Luftenegger et Schober, 2015).
Enfin, dans une étude interventionnelle basée sur la TAD, Cheon, Reeve, Yu et Jang (2014)
ont examiné les effets sur les enseignants d’une formation visant à les aider à adopter un style
motivationnel plus soutenant envers leurs élèves. Les résultats ont mis en évidence que par
rapport aux enseignants du groupe contrôle n’ayant pas bénéficié de la formation, les
enseignants du groupe expérimental ont présenté un meilleur soutien des besoins
psychologiques de leurs élèves, une motivation plus autonome envers l’enseignement, et un
8
degré de bien-être plus élevé (c.-à-d., plus de vitalité, une meilleure satisfaction
professionnelle, et moins d’épuisement émotionnel et physique). En définitive, sur la base de
cette revue de la littérature, nous présumons que grâce à la formation ProMoBE, les
enseignants s’enrichiront de nouveaux outils conceptuels pour analyser leur propre activité et
celle des élèves, et de nouveaux outils pratiques pour promouvoir la motivation et le bien-être
de leurs élèves en classe, ce qui contribuera en retour à améliorer leurs relations avec ces
derniers, et qui ensuite aura des retombées positives sur leur motivation à enseigner et les
différents indicateurs du bien-être tels que la satisfaction professionnelle, l’engagement au
travail et le stress perçu.
À partir de cette analyse de la littérature, nous avons élaboré le protocole et les contenus de
formation du programme ProMoBE, que nous présentons dans la partie suivante.
2. La présentation du programme et les résultats de la recherche
Objectif. L'ambition du projet ProMoBE est de sensibiliser les enseignants aux variables clés
de la motivation et du bien-être afin de susciter le développement de nouvelles pratiques et
favoriser le bien-être à l’école. Dans cette perspective, nous avons examiné les effets du
programme sur les enseignants et leurs élèves.
Méthode. Vingt-cinq enseignants (6 hommes et 19 femmes; Mancienneté = 16 ans) et leurs
élèves ont participé à cette étude qui s’est déroulée sur une année scolaire entière. Treize
enseignants constituaient le groupe expérimental, et les 12 autres représentaient le groupe
contrôle. L’étude s’est déroulée en plusieurs temps, comme l’indique la figure 1.
Figure 1. Déroulement du protocole du projet ProMoBE.
Source : Auteurs.
9
Après une période d’inclusion, les 25 participants ont complété les mesures prétest. Ensuite,
les 13 enseignants du groupe expérimental ont participé aux deux journées de formation
espacées d’environ un mois. Deux semaines après la fin de la formation, puis deux mois plus
tard, les 25 participants ont à nouveau complété les mesures.
Cinq échelles de mesure ont été utilisées pour examiner les effets du programme sur les
enseignants : la satisfaction professionnelle (Échelle de Satisfaction de Vie Professionnelle;
Fouqueraux et Rioux, 2002), la motivation envers l’enseignement (Multidimensional Work
Motivation Scale, Gagné et al., 2014), la perception de leur style motivationnel (Learning
Climate Questionnaire; Black et Deci, 2000), l’engagement professionnel (Utrecht Work
Engagement Scale; Schaufeli, Salanova, Gonzales-Roma et Bakker, 2002), et la régulation
émotionnelle (sous-échelle régulation des émotions du Profile of Emotional Competence;
Brasseur, Grégoire, Bourdu et Mikolajczak, 2013). Ces échelles de mesure étaient regroupées
dans un questionnaire que les enseignants remplissaient en ligne.
Contenu de la formation. La formation se structure autour de deux modules. Le premier est
centré sur les besoins psychologiques fondamentaux des élèves, déterminants clés de la
motivation, de l’engagement scolaire et du bien-être; le second est focalisé sur les pratiques
de psychologie positive visant à aider les élèves à réguler leurs émotions, se recentrer sur le
travail scolaire et développer des relations sociales positives avec leurs camarades de classe et
leurs enseignants.
Module « Motivation et style motivationnel ». Cette formation poursuit trois objectifs
principaux : (1) expliquer les effets différenciés des styles motivationnels qui soutiennent
versus qui menacent les besoins psychologiques des élèves sur la motivation de ces derniers,
(2) aider les professeurs à planifier leurs leçons en répondant à la question : comment puis-je
mettre en œuvre les conditions favorables à l’engagement de tous les élèves?, et (3)
accompagner les enseignants dans la mise en œuvre face aux élèves d’un style interactionnel
soutenant leurs besoins psychologiques.
La journée de formation est organisée en trois séquences :
Une courte présentation théorique « comprendre pour agir sur la motivation des
élèves » structurée autour de trois questions :
o Qu’est-ce que la motivation?
10
o Comment fonctionne la motivation?
o Comment susciter une motivation de qualité chez les élèves?
Une analyse de pratique consistant à analyser à l’aide d’une grille d’observation,
fondée sur la théorie de l’autodétermination, une de ses leçons préalablement filmées
(à T1).
Un travail de conception de situations d’apprentissage et scénario d’enseignement,
puis échanges sur ces conceptions à partir de mises en situation simulées.
Module « Émotions et régulation émotionnelle ». Cette formation poursuit trois objectifs
principaux : (1) expliquer les effets des émotions des élèves sur les processus cognitifs
impliqués dans l’apprentissage, (2) faire expérimenter aux enseignants des pratiques brèves de
psychologie positive, et (3) accompagner les enseignants dans la mise en œuvre de ces
pratiques en classe. Les enseignants sont formés aux quatre types de pratiques de psychologie
positive présentées dans la revue de la partie 1.1 : présence attentive, identification et
utilisation des ressources ou compétences personnelles et collectives, réorientation de
l’attention vers les aspects satisfaisants du quotidien, et travail collaboratif en classe. La
journée de formation est organisée en trois séquences :
Une courte présentation théorique « comprendre pour agir sur les émotions des
élèves » structurée autour de trois questions :
o Qu’est-ce qu’une émotion?
o Comment fonctionnent les processus émotionnels?
o Comment aider les élèves à réguler leurs émotions?
Une expérimentation des différentes pratiques brèves de psychologie positive, suivie
d’un guidage puis d’une mise en situation sous forme de jeu de rôle.
Un travail de conception de situations d’apprentissage et scénario d’enseignement.
Le découpage de chaque module en trois séquences permet d’implémenter la démarche,
présentée plus haut, visant à optimiser l’efficacité de la formation. En effet, chacune des trois
séquences permet de véhiculer et de mobiliser les connaissances ciblées dans chacun des
modules (étape 1); l’analyse de pratiques, puis le travail de conception contribuent à orienter
les enseignants sur les stratégies d’intervention à mettre en œuvre (étape 2); les temps de
partage et de mise en situation simulée dans le module « motivation » ainsi que les guidages
dans le module « émotion » permettent aux enseignants d’expérimenter les pratiques (étape
11
3); et l’analyse des vidéos dans le module « motivation » est une analyse de pratiques (étape
4). Seule la 5e étape de la démarche proposer un suivi aux enseignants n’a pas été possible
dans le cadre de ce projet.
Résultats. Nous ne présentons ici que les résultats relatifs aux enseignants. En effet, dans le
cadre de ce projet, les enseignants qui ont reçu la formation ont mis en œuvre dans leurs
classes les stratégies d’intervention conçues en formation, et des mesures ont été réalisées sur
les élèves pour en examiner les effets. Afin d’examiner les effets de la formation sur les
enseignants, des analyses de régression multiniveau ont été réalisées sur chacune des
variables dépendantes (c.-à-d., la satisfaction professionnelle, la motivation, la perception du
style motivationnel, l’engagement professionnel et la régulation émotionnelle). Les résultats
montrent que par rapport aux enseignants du groupe contrôle, ceux du groupe expérimental
ont rapporté de T1 à T3 une augmentation significative de la satisfaction professionnelle (à
T3, Mexpe = 5.5; Mcontrôle = 5), une plus grande motivation autonome envers l’enseignement (à
T3, Mexpe = 6.2; Mcontrôle = 5.8), un style qui soutient davantage les besoins psychologiques
fondamentaux des élèves (à T3, Mexpe = 5.6; Mcontrôle = 5), et un meilleur engagement
professionnel (à T3, Mexpe = 5.9; Mcontrôle = 5.6). Il est à noter également que sur ces quatre
variables, l’augmentation observée au post-test (à la fin de la formation) s’est poursuivie au
troisième temps de mesure, deux mois après la fin de la formation offerte. De plus, les scores
obtenus par les enseignants du groupe contrôle aux différentes mesures effectuées ont
diminué au cours de l’année. Enfin, aucune différence entre les enseignants des deux groupes
n’a été observée en ce qui concerne la régulation émotionnelle.
Discussion. L’ensemble des résultats du projet ProMoBE montrent que le programme
participe efficacement à améliorer le bien-être des enseignants (c.-à-d., la satisfaction
professionnelle) et leur motivation à enseigner (c.-à-d., la motivation autonome, le style
soutenant les besoins et l’engagement professionnel). Ces résultats sont prometteurs au regard
de la brièveté de la formation : seulement 12 heures au total. Ces effets positifs s’expliquent
en partie par le fait que la formation implémente les « ingrédients actifs » mis en évidence
dans la méta-analyse de Su et Reeve (2011) : les contenus de la formation sont spécifiques et
mobilisés de manière récurrente dans les deux modules, les besoins de formation émergent
d’une analyse de sa propre pratique (réalisée à partir d’une observation vidéo), et les
stratégies d’intervention proposées sont concrètes et mobilisés activement par les enseignants
en formation.
12
Ces résultats nous laissent également penser que l’effet de la formation sur le bien-être des
enseignants est probablement médiatisé par l’amélioration des relations enseignant-élèves,
comme le suggère la littérature. Le fait que les enseignants du groupe expérimental
soutiennent davantage les besoins psychologiques de leurs élèves, comparativement à ceux du
groupe contrôle, contribue probablement à l’amélioration des relations enseignant-élèves. De
plus amples investigations de cette hypothèse seront nécessaires à l’avenir. Aussi, pour
optimiser davantage les effets de la formation, il serait utile d’intégrer la 5ème étape de la
démarche de formation proposée par Su et Reeve (2011) : proposer un suivi aux enseignants
afin de les accompagner davantage dans ce changement de pratiques professionnelles.
Concernant l’absence d’effet sur la régulation émotionnelle, cela peut être dû au fait que les
enseignants n’aient pas beaucoup pratiqué pour eux-mêmes l’entraînement à la présence
attentive en-dehors des sessions de formation. En effet, des recherches ont montré que plus
l’on pratique, plus cela améliore les capacités de présence attentive (p. ex., Moore, Gruber,
Derose et Malinowski, 2012). Les recherches ont notamment mis en évidence l’efficacité des
pratiques à partir d’une durée de 20 minutes par jour pour obtenir les effets escomptés sur la
régulation de l’attention et des émotions (p. ex., Zeidan, Johnson, Diamond, David et
Goolkasian, 2010). Dans cette perspective, un programme développé par Jennings (2019 pour
la traduction française) comprend une formation de quatre jours destinée à favoriser les
pratiques de présence attentive pour les enseignants. Une combinaison du programme
ProMoBE et du programme CARE for teachers (prendre soin des enseignants) de Jennings
pourrait augmenter les effets sur la régulation des émotions et des comportements des
enseignants en classe.
Les recherches autour du projet ProMoBE se poursuivent actuellement en France dans le but
d’améliorer et d’étendre le dispositif de formation. Par exemple, afin de consolider le module
portant sur la régulation des émotions, des pratiques brèves basées sur l’attention aux cinq
sens sont actuellement testées dans le cadre du programme FOVEA (Formation Vittoz à
l’Expérience Attentive) (Shankland et al., 2016 ; Shankland, Tessier, Matha, Portrat et
Lachaux, 2017).
Bibliographie
13
Aldrup, K., U. Klusmann et O. Ldtke (2017). « Does basic need satisfaction mediate the link
between stress exposure and well-being? A diary study among beginning teachers »,
Learning and Instruction, 50, p.21-30.
Algoe, S.B. (2012). « Find, remind, and bind: the functions of gratitude in everyday
relationships », Social and Personality Psychology Compass, 6, p.455-469.
Bartholomew, K.J., N. Ntoumanis et C. Thørgersen-Ntoumanis (2010). « The controlling
interpersonal style inn a coaching context: Developement and initial validation of a
psychometric scale », Journal of Sport & Exercise Psychology, 32, p.193-216.
Baumeister, R.F., E. Bratslavsky, C. Finkenauer et K.D. Vohs (2001). « Bad is stronger than
good », Review of General Psychology, 5, p.323-370.
Bavoux, P. et V. Pugin (2013). Baromètre trajectoire / AFEV. Baromètre annuel du rapport à
l’école des enfants de quartiers populaires, AFEV, <http://dl.afev.org/pdf/JRES/Afev-
Trajectoires_Barometre_JRES2013_VF.pdf>, consulté le 9 janvier 2020.
Black, A.E. et E.L. Deci (2000). « The Effects of Instructors’ Autonomy Support and
Students’ Autonomous Motivation on Learning Organic Chemistry: A Self-
Determination Theory Perspective », Science Education, 84, p.740-756.
Brasseur, S., J. Grégoire, R. Bourdu et M. Mikolajczak (2013). « The profile of emotional
competence (PEC): Development and validation of a self-reported measure that fits
dimensions of emotional competence theory », PLoS One, 8(5), e62635.
Brown, K.W. et R.M. Ryan (2003). « The benefits of being present: Mindfulness and its role
in psychological well-being », Journal of Personality and Social Psychology, 84(4),
p.822-848.
Buchs, C. et F. Butera (2015). « Cooperative learning and social skills development », dans
R. Gillies (dir.), Collaborative learning: Developments in research and practice, New
York, Nova Science, p. 201-217.
Butera F. et C. Buchs (2019). « Social Interdependence and the Promotion of Cooperative
Learning », dans K. Sassenberg et M. Vliek (dir.), Social Psychology in Action,
Springer, Cham.
Buchs, C., I. Gilles, J.-P. Antonietti et F. Butera (2016). « Why students need to be prepared
to cooperate: A cooperative nudge in statistics learning at university », Educational
Psychology, 36, p.956-974.
Chang, M.-L. (2009). « An appraisal perspective of teacher burnout: Examining the emotional
work of teachers », Educational Psychology Review, 21(3), p.193-218.
14
Cheon, S.H. et J. Reeve (2013). « Do the benefits from autonomy-supportive PE teacher
training programs endure?: a one-year follow-up investigation », Psychology of Sport and
Exercise, 14(4), p. 508-518.
Cheon, S.H. et J. Reeve (2015). « A classroom-based intervention to help teachers decrease
tudents’ amotivation », Contemporary Educational Psychology, 40, p. 99-111.
Cheon, S.H., J. Reeve et I.S. Moon (2012). « Experimentally based, longitudinally designed,
teacher-focused intervention to help physical education teachers be more autonomy
supportive toward their students », Journal of Sport and Exercise Psychology, 34(3),
p.365-396.
Cheon, S.H., J. Reeve, T.H. Yu et H.R. Jang (2014). « The teacher benefits from giving
autonomy support during physical education instruction », Journal of Sport and Exercise
Psychology, 36(4), p. 331-346.
Centre national d’étude des systèmes scolaires – CNESCO (2017). Agir plus efficacement
face au décrochage scolaire. Préconisations du CNESCO,
<http://www.cnesco.fr/fr/decrochage-scolaire/>, consulté le 9 janvier 2020.
Deci, E.L. (1992). « The relation of interest to the motivation of behavior: a self-
determination theory perspective», dans K.A. Renninger, S. Hidi et A. Krapp (dir.), The
role of interest in learning and development, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates,
p.43-70.
Deci, E.L et R.M. Ryan (2002). Handbook of self-determination research, Rochester,
University Rochester Press.
Dorman, J.P. (2003). « Relationship Between School and Classroom Environment and
Teacher Burnout: A LISREL Analysis », Social Psychology of Education, 6(2), p.107-
127, <https://doi.org/10.1023/A:1023296126723>, consulté le 9 janvier 2020.
European Commission/EACEA/Eurydice (2013). Supporting teacher competence
development for better learning outcomes, Eurydice Report, Luxembourg, Publications
Office of the European Union.
Fotinos, G. et J.M. Horenstein (2011). La qualité de vie au travail dans les lycées et collèges
Le « burnout » des enseignants, Paris, Mgen.
Fouqueraux, E. et L. Rioux (2002). « Élaboration de l’échelle de satisfaction de vie
professionnelle (ESVP) en langue française : une démarche exploratoire », Revue
Canadienne des Sciences du Comportement, 34, p.210-215.
15
Gagné, M., J. Forest, M. Vansteenkiste, L. Crevier-Braud, A. Van den Broeck, et al. (2014).
« The Multidimensional Work Motivation Scale: Validation evidence in seven languages
and nine countries », European Journal of Work and Organizational Psychology.
Gastaldi, F.G., T. Pasta, C. Longobardi, L.E. Prino et R. Quaglia (2014). Measuring the
influence of stress and burnout in teacher-child relationship. European Journal of
Education and Psychology, 7, p.17-28.
Hargreaves, A. (2000). « Mixed emotions: Teachers' perceptions of their interactions with
students », Teaching and Teacher Education, 16, p.811-826.
Hawley, L.L., D. Schwartz, P.J. Bieling, J. Irving, K. Corcoran, N.A.S. Farb, … Z.V. Segal
(2014). « Mindfulness practice, rumination and clinical outcome in mindfulness-based
treatment », Cognitive Therapy and Research, 38(1), p.1-9.
Heeren, A. et P. Philippot (2009). « Les interventions basées sur la pleine conscience », Revue
Francophone de Clinique Comportementale et Cognitive, 14, p.13-23.
Heeren, A. et P. Philippot (2011). « Changes in ruminative thinking mediate the clinical
benefits of mindfulness: Preliminary findings », Mindfulness, 2, p.8-13.
Huberman, M. (1993). « Burnout in teaching careers », European Education, 25(3), p.47-69.
Jennings, P., adaptation française par R. Shankland, L. Strub et G. Taylor (2019). La pleine
conscience pour les enseignants, Paris, Les Arènes.
Lantheaume, F. et C. Hélou (2008). La souffrance des enseignants. Une sociologie
pragmatique du travail enseignant, Paris, Presses universitaires de France.
Lavy S. et S. Bocker (2018). « A Path to Teacher Happiness? A Sense of Meaning Affects
TeacherStudent Relationships, Which Affect Job Satisfaction », Journal of Happiness
Studies, 19(5), p.1485-1503, <https://doi.org/10.1007/s10902-017-9883-9>, consulté le 9
janvier 2020.
Linkins, M., R.M. Niemiec, J. Gillham et D. Mayerson (2014). « Through the lens of
strength: a framework for educating the heart », Journal of Positive Psychology,
doi:10.1080/17439760.2014.888581.
Milatz, A., M. Luftenegger et B. Schober (2015). « Teachers' relationship closeness with
students as a resource for teacher wellbeing: A response surface analytical approach »,
Frontiers in Psychology, 6, p.1-16.
Moore, A., T. Gruber, J. Derose et P. Malinowski (2012). « Regular, brief mindfulness
meditation practice improves electrophysiological markers of attentional control »,
Frontiers in Human Neuroscience, 6, p.18.
Peillod-Book, L. et R. Shankland (2016). Manager en pleine conscience, Paris, Dunod.
16
Peterson, C. et M. Seligman (2004). Character Strengths and Virtues: A Handbook and
Classification, Oxford, Oxford University Press.
Pittman, T.S. et K.R. Zeigler (2007). « Basic human needs », dans A.W. Kruglanski et E.T.
Higgins (dir.), Social psychology: Handbook of basic principles, New York, Guilford
Press, p. 473-489.
Seligman, M.E.P. et M. Csikszentmihalyi (2000). « Positive psychology: an introduction »,
American Psychologist, 55, p.5-14.
Schaufeli, W.B., M. Salanova, V. Gonzales-Roma et A. Bakker (2002). « The Measurement
of Engagement and Burnout : A Two Sample Confirmatory Factor Analytic Approach »,
Journal of Happiness Studies, 3, p.71-92.
Shankland, R. et E. Rosset (2016). « Review of brief school-based positive psychological
interventions: A taster for teachers and educators », Educational Psychology Review, doi:
10.1007/s10648-016-9357-3.
Shankland, R., L. Strub, D. Tessier, S. Pellissier, A. Gauchet, M. Trousselard et M.
Mermillod (2016). Improving mental health through integrated mindfulness practices,
Second International Conference on Mindfulness, Sapienza University of Rome, Italy,
May.
Shankland, R., D. Tessier, P. Matha, S. Portrat et J.-P. Lachaux (2017). Integrating
mindfulness practices in schools: Reinforcing social and learning skills in primary school
children, International Conference on Positive Psychology, Montréal, 13-16 juillet.
Shann, M.H. (1998). « Professional commitment and satisfaction among teachers in urban
middle schools », The Journal of Educational Research, 92, p.67-73.
Su, Y.-L. et J. Reeve (2011). « A Meta-analysis of the Effectiveness of Intervention Programs
Designed to Support Autonomy », Educational Psychology Review, 23, p.159-188,
<http://dx.doi.org/10.1007/s10648-010-9142-7>, consulté le 9 janvier 2020.
Tamara, H. (2015). « Le climat scolaire perçu par les collégiens », Revue Éducation et
formations, 88-89, p. 79-99.
Tessier, D., P. Sarrazin et N. Ntoumanis (2010). « The effect of an intervention to improve
newly qualified teachers’ interpersonal style, students motivation and psychological
need satisfaction in sport-based physical education », Contemporary Educational
Psychology, 35, p.242-253.
Wenk-Sormaz, H. (2005). « Meditation can reduce habitual responding », Alternative
Therapies in Health and Medicine, 11, p.42-58.
17
Zeidan, F., S.K. Johnson, B.J. Diamond, Z. David et P. Goolkasian (2010). « Mindfulness
meditation improves cognition: evidence of brief mental training », Consciousness and
Cognition, 19, p.597-605.
... Les professeurs en poste expriment un sentiment de malaise en augmentation dans les enquêtes menées par la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l'Éducation nationale (Marsollier, 2012, p. 37 Ce sentiment d'abandon, d'absence de reconnaissance professionnelle, l'impression « d'un manque de confiance de la part de l'institution » (Duru-Bellat et Van Zanten, 2018, p. 175) est très fort chez les professeurs. Le travail enseignant s'est complexifié et cette situation nourrit plusieurs déceptions, ce qui entraine chez certains d'entre eux de la détresse psychologique ou le décrochage professionnel (Tessier et al., 2020). Les réformes et « la succession de politiques maladroites à l'égard des enseignants a forgé dans la corporation un sentiment de persécution » (Troger, 2016, p. 219). ...
... Au collège, dans les grandes aires urbaines comme la région parisienne où se situe le terrain de recherche, la relation pédagogique est perçue par une partie des professeurs comme peu satisfaisante, source de tensions dans les situations de classe, voire de souffrance professionnelle (Marsollier & Jellab, 2018;Tessier et al., 2020). La relation pédagogique et les compétences qu'elle réclame sont très peu travaillées en formation initiale. ...
... Sur le thème de la relation pédagogique, les enseignants utilisent peu d'outils de mesure qui leur permettraient d'évaluer si la relation avec leurs élèves s'est améliorée. C'est davantage en psychologie de l'éducation que des travaux cherchent à évaluer les effets de formations liées à la relation pédagogique grâce à des observations de classe et à des échelles de mesure du climat motivationnel en classe et de la satisfaction professionnelle des enseignants(Tessier, 2006;Tessier et al., 2020), mais sans mesure de « l'effet-formateur ». Les synthèses réalisées dans la recherche en éducation médicale pointent l'efficacité des simulations sur l'amélioration des connaissances et des comportements(Granry & Moll, 2012), mais elles ne portent pas spécifiquement sur le développement des compétences relationnelles, ni de fait sur les compétences des enseignants.Nous tentons de proposer ici une courte synthèse des effets inférables de l'utilisation des simulations sur la transformation de l'activité enseignante.Notons tout d'abord les différences de préoccupations et de vécus des simulations selon le niveau de développement professionnel des enseignants. ...
Thesis
Full-text available
La recherche étudie les gestes professionnels des formateurs d’enseignants, lors de formations sur la relation pédagogique. Des formations d’équipes enseignantes développées pour répondre aux prescriptions et aux problèmes professionnels liés aux relations professeur-élèves. La recherche décrit l’activité de formateurs experts et leurs gestes professionnels pendant des simulations : mises en situation et jeux de rôle. Les concepts d’apprentissage expérientiel (Kolb, 2015), de simulation (Pastré, 2005 ; Audran, 2016) et de gestes professionnels (Jorro, 2018) sont mobilisés. La méthodologie prend appui sur des observations et des captations vidéo de journées de formation. Des entretiens d’autoconfrontation ont été menés avec le formateur et les enseignants participants. Des apprentissages peuvent être identifiés chez les enseignants quand le dispositif de formation leur offre la possibilité de conscientiser les émotions ressenties en situation simulée et de les rapprocher de celles vécues en situation professionnelle, par eux-mêmes et par les élèves.
... Par conséquent, proposer une formation aux parents et aux enseignants sur la question des besoins psychologiques fondamentaux des jeunes et la manière d'y répondre, serait une solution pour favoriser la motivation, le bien-être et l'engagement scolaire des élèves à l'instar de celle proposée par Tessier, Imbert et Shankland (2020, projet ProMoBE -Promotion de la Motivation et du Bien-être à l'école). Il est fondé d'une part sur un cadre théorique de la motivation éprouvé, celui de l'autodétermination, et un champ émergeant dans le domaine de l'éducation traitant du bien-être, la psychologie positive (Tessier et al., 2020) En effet, cette partie a du coup, été remaniée. ...
... Dès lors, il est aisé de comprendre l'engrenage que peut constituer pour certains la situation d'évaluation à répétition propre au contexte scolaire et à la vie des élèves. La peur de l'échec ou l'échec en tant que tel peuvent être considérés comme des « micro-stresseurs » quotidiens et vient occulter toute possibilité d'épanouissement du sujet (Zakari, Walburg, & Chabrol, 2008 ;Zakari & Bendahman, 2011b (Maslach, Schaufeli, & Leiter, 2001) du bien-être, la psychologie positive (Tessier et al., 2020). (Lyubomirsky, King, & Diener, 2005). ...
Article
De nombreuses études montrent que le stress lié à l’école, tout comme les problèmes de santé y étant associés, ont fortement augmenté chez les adolescents et qu’ils impactent les performances scolaires (e.g., Martin-Krumm et al. , 2011 ; Oger et al. , 2007). Il s’avère même que certains jeunes soient en souffrance à l’École. Dès lors, de ces problématiques émerge celle du burnout scolaire avec ses multiples conséquences déjà largement explorées dans le champ du travail. Elle peut a priori paraître surprenante pourtant, force est de constater que du collège à l’université, le parcours de l’enfant au jeune adulte est parsemé de périodes de stress l’engageant dans ce type d’épuisement. L’enjeu de ce travail est de faire un bilan permettant de situer les prémisses du phénomène, puis de recenser des travaux dont il a fait l’objet. Il permet enfin d’envisager des pistes de prise en compte de ce problème de santé publique.
... Par conséquent, proposer une formation aux parents et aux enseignants sur la question des besoins psychologiques fondamentaux des jeunes et la manière d'y répondre, serait une solution pour favoriser la motivation, le bien-être et l'engagement scolaire des élèves à l'instar de celle proposée par Tessier, Imbert et Shankland (2020, projet ProMoBE -Promotion de la Motivation et du Bien-être à l'école). Il est fondé d'une part sur un cadre théorique de la motivation éprouvé, celui de l'auto-détermination, et un champ émergeant dans le domaine de l'éducation traitant du bien-être, la psychologie positive (Tessier et al., 2020). Cette formation est dispensée via le Plan Académique de Formation ou un Diplôme Universitaire ProMoBE. ...
Article
Résumé De nombreuses études montrent que le stress lié à l’école, tout comme les problèmes de santé y étant associés, ont fortement augmenté chez les adolescents et qu’ils impactent les performances scolaires (ex., Martin-Krumm et al., 2011 ; Oger et al., 2007). Il s’avère même que certains jeunes soient en souffrance à l’École. Dès lors, de ces problématiques émerge celle du burnout scolaire avec ses multiples conséquences déjà largement explorées dans le champ du travail. Elle peut a priori paraître surprenante pourtant, force est de constater que du collège à l’université, le parcours de l’enfant au jeune adulte est parsemé de périodes de stress l’engageant dans ce type d’épuisement. L’objectif de ce travail est de faire un bilan permettant de cerner les causes et les conséquences du phénomène, puis de recenser des travaux dont il a fait l’objet. Il permet enfin d’envisager des pistes de prise en compte de ce problème de santé publique.
Article
Full-text available
Meaningful work and meaningful relationships at work have been highlighted for their potential desirable consequences for employees and organizations. The present research focuses on teaching, as a potentially meaningful occupation, and suggests that teachers’ sense of meaning at work affects teacher–student relationships, which in turn affect teachers’ job satisfaction. This hypothesized path is examined in two complementary studies. In Study 1, 312 teachers completed self-report measures of their sense of meaning at work, perceived relationships with students, and job satisfaction. Results, based on structural equation modeling analysis, showed a good fit of the data to the theoretical model. In Study 2, 120 teachers completed daily measures of their sense of meaning at work, relationships with students, and job satisfaction. Results, based on HLM analyses, confirmed daily effects of teachers’ sense of meaning on teacher–student relationships, and daily effects of perceived teacher–student relationships on teachers’ job satisfaction. These findings point to a potential path through which teachers’ sense of meaning at work may affect work outcomes and attitudes. The theoretical and practical implications for the effects of meaningfulness and relationships at work for researchers, educators, and organizations are discussed.
Article
Full-text available
Research studies looking into the effects of positive psychology interventions (PPIs) implemented in classrooms have yielded promising results, not only in terms of student well-being but also in terms of academic outcomes, school climate, and teacher well-being. However, a number of PPIs require relatively high levels of commitment from school administrators and teachers to put into place. This may result in many teachers dismissing PPIs across the board as too complicated to implement. The goal of the present article is thus to present a review of brief PPIs (BPPIs) based on positive psychology research in order to encourage involvement in such interventions at school. The BPPIs presented here have been categorized into four sections according to established areas of research in positive psychology, mindfulness, gratitude, strengths, and positive relationships, with precise examples of practices which have been successfully implemented and have demonstrated diverse benefits on student learning and well-being. The potential limitations of such interventions are also highlighted in order to foster best practices and cross-cultural adaptations of such projects.
Article
Full-text available
Teachers’ relationship quality with students has been argued to be an important source of teacher wellbeing. Thus, the current study aimed to investigate to what extent teachers’ relationship closeness towards students, combined with attachment security is a resource protecting against teacher burnout. Eighty-three elementary school teachers reported on their most and least attached student’s relationship closeness, their attachment security and levels of burnout, as measured by emotional exhaustion, depersonalization and personal accomplishment. Response surface analysis (RSA), enabling researchers to investigate the effect of (in-)congruence of two predictors on an outcome, revealed that teachers’ depersonalization and emotional exhaustion were lowest when they developed homogenous close relationships towards the students within their classroom and when teachers in general made congruent relationship experiences. No RSA model could be specified for personal accomplishment, even though a correlational analysis revealed that increasing closeness with students fostered teachers’ personal accomplishment. Teachers’ secure attachment experiences were not directly related to burnout, but enhanced their capability to establish close relationships toward their students. Findings suggest that teachers’ relationships towards students are a resource for the teacher’s wellbeing, which highlights once again the importance of student-teacher relationships in education.
Article
Full-text available
Despite the potential benefits of cooperative learning at university, its implementation is challenging. Here, we propose a theory-based 90-min intervention with 185 first-year psychology students in the challenging domain of statistics, consisting of an exercise phase and an individual learning post-test. We compared three conditions that manipulated the exercise phase: individual work, cooperative dyadic instructions (structuring three basic components of cooperative learning: positive goal interdependence, individual responsibility and promotive interactions) and cooperative dyadic interactions (the three basic components with an additional cooperative nudge, namely explaining why and how to cooperate in this task) in order to test whether a progressive increase in benefits occurs as the cooperative structure is reinforced. Results indicated a linear trend in individual post-test learning and competence perception, from individual work to cooperative instructions to cooperative interactions. Competence perception mediated the effect of experimental conditions on learning. The results highlight the benefits of the cooperative nudge.
Chapter
Full-text available
In this chapter, we propose to review a series of cooperative learning studies that allow to pinpoint that social skills development is crucial for group work to be efficient in terms of cognitive/academic outcomes and that teachers can further this social skills development with a reasonable investment. We start with some highlights of a research programme showing how easily students can switch to competition even with cooperative instructions. We document this phenomenon at both university and at primary school levels. We then use this set of results to underline the importance of preparing students to cooperate when they have to work together. Finally, we summarise and document the benefits of two short simple interventions, one at university and the other at middle school, developed to address some potential resistance of teachers to invest in the development of social skills. The implications for teachers' ability to accompany cooperative group work are discussed.
Article
Most research finds socio-psychological aspects and the organism-environment relationship crucial in the onset of stress-related phenomena; equally important is the subject’s evaluation of stimuli. The Burnout syndrome is defined as a psychological state perceived as emotive breakdown and sense of depersonalization, featuring decreased effectiveness at work and a lower evaluation of one’s performance. At school, the most significant widespread stressors are issues in managing student behavior. However, in the literature few works treat stress and burnout as a specific function of the teacher-pupil relationship. This research will highlight the significant correlations existing between burnout, self-efficacy, students’ academic performance and the quality of pupil-teacher relationships. 37 primary-school teachers in north-west Italy were involved (age range: 27-57 yrs; M=44.76 yrs; SD=8.38 yrs). Tools used were a specially designed socio-personal questionnaire, the Maslach Burnout Inventory (M.B.I.) and the Classroom and School Context Teacher Self-Efficacy Scale (CSC-TSES), while teachers’ perception of the relationship with their pupils was investigated with STRS (Italian adaptation). Preliminary analysis reveals mutual influence between teachers' self-efficacy levels and degree of burnout; Conflict is the only dimension correlating significantly with burnout levels and self-efficacy in class management ability
Article
The study of man's life cycle has always inspired minds, in any event ever since philosophers and writers have been studying the "seasons" of life. On the other hand, as an object for scientific study human life has a more recent history and assumes different contours depending on the disciplines involved in this study. For example, there is a clear line evident in psychodynamic literature beginning with the writings of Freud, to the famous studies by Henry Murray and Gordon Allport, down to the normative conceptualization of Erickson (1950), The Eight Crises of Life, and the influential works of Robert White, Lives in Progress (1952). All in all, the most recent popular studies, such as by Vaillant, Gould, and Levinson, have continued this tradition.