ChapterPDF Available

Artificialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012), in Pouzenc M. et Charlery de la Masselière B. (eds.), Étudier les ruralités contemporaines, Presses Universitaires du Midi, Toulouse, 425p.

Authors:
145
Articialisation des sols et activité agricole
en Europe (1990-2012)
Camille Ollivier, Ségolène Darly, André Torre
«D’ici à 2020, les politiques de l’UE tiendront compte de leur incidence directe et
indirecte sur l’utilisation des sols dans l’UE et ailleurs dans le monde
1
.» Cette volonté
politique, formulée par la Commission européenne, enjoint aux États membres de
faire preuve de davantage de parcimonie, de précautions et d’ecacité dans leur
gestion des sols. En d’autres termes, une utilisation évitant leur dégradation à long
terme, par contamination, érosion et déclin de la matière organique, ou changement
d’usage
2
. Parmi ces processus de dégradation des sols à long terme, l’articialisation
des terres agricoles, c’est-à-dire leur conversion en zone résidentielle, zone d’activité,
espace de loisir, ou pour la construction d’infrastructures de transport, mérite une
attention particulière en raison des enjeux spéciques qui y sont liés.
Les dynamiques d’articialisation des sols provoquent une perte continue d’es-
pace disponible pour la pratique de l’activité agricole, en Europe
3
comme dans le
monde
4
. Or, l’activité agricole est pourvoyeuse de biens alimentaires, de paysages
supports d’autres activités et d’emplois directs et indirects. La perte de terres agricoles
au prot de l’urbanisation entraîne ainsi des modications des conditions environ-
nementales, sociales, et économiques des espaces ruraux. Pour l’Agence européenne
pour l’environnement, les dynamiques actuelles de conversion des terres agricoles
remettent en cause les dimensions de l’espace agricole comme cadre de vie et source
1. Commission européenne, 2011.
2. Commission europeenne, 2001.
3. EEA, 2006.
4. Haberl etal., 2014; Lambin et al., 2003.
Étudier les ruralités contemporaines
146
d’une certaine qualité environnementale
5
. En eet, ce processus entraîne l’accroisse-
ment de la consommation d’énergie, l’imperméabilisation des sols et l’émission de gaz
à eets de serre, l’élévation des niveaux de pollution de l’air, bouleverse les systèmes
hydrologiques, et impacte la qualité de vie. Plus globalement, c’est tout un ensemble
de services, comme le maintien d’espaces verts, d’habitats pour la faune et la ore sau-
vage, ainsi que d’autres produits non marchands s’articulant autour de la gestion des
terres agricoles qui se voient menacés
6
.
Pointée du doigt parce qu’elle se fait, en Europe, essentiellement au détriment
des espaces agricoles
7
, l’urbanisation est cependant le résultat des évolutions socioé-
conomiques. L’agglomération des activités et des populations dans les pôles urbains
existants favorise leur expansion spatiale. Parallèlement, le développement d’une
urbanisation plus diuse liée à la construction de logements marque les régions à
haute attractivité environnementale, en régions côtières, dans des espaces périurbains,
autour des villes nouvelles, ou dans des espaces ruraux attractifs. À ces dynamiques
s’ajoute le développement des zones d’activités et commerciales, et plus généralement
des lieux dédiés à une variété d’activités économiques, de zones de loisirs, d’espaces
récréatifs, de jardins individuels. S’ils ne sont pas toujours synonymes d’une dispa-
rition des terres agricoles, ils concourent tous à la diminution de leur disponibilité.
Enn, la consommation de terres agricoles est également le fait du développement
d’activités extractives (gravières) liées au développement urbain ou à la présence d’une
ressource valorisable (minerais). Ainsi, l’articialisation répond avant tout à une
demande en espace pour tout un ensemble de besoins et d’intérêts. Cependant, le
fait que l’augmentation des surfaces bâties soit plus rapide que celle de la population
interroge les modalités de gestion de la ressource en sol et fait à ce titre l’objet d’une
attention particulière de la Commission européenne
8
.
La confrontation des bénéces de la protection des terres agricoles aux enjeux
liés à la satisfaction des besoins de la société fait l’objet de processus d’arbitrage qu’il
est nécessaire d’accompagner par la production de connaissances pertinentes. Parmi
les éléments nécessaires à cet accompagnement, l’appréciation des conséquences de
l’urbanisation sur la capacité productive des territoires semble aujourd’hui centrale.
C’est pour répondre à cette problématique que la recherche présentée ici propose un
cadre méthodologique permettant de caractériser les liens entre articialisation et
production agricole à l’échelle européenne, à partir d’une classication des données à
l’échelle régionale.
5. EEA, 2006.
6. OCDE, 2009.
7. L’expansion urbaine se fait essentiellement sur des terres agricoles, les villes étant souvent davantage
entourées de terres agricoles que d’espaces naturels, avec des exceptions importantes pour les régions de
montagnes ou septentrionales. De plus, les terres agricoles impliquent généralement de moindres coûts
d’aménagement urbain que des espaces forestiers à défricher et souvent situés sur des zones topographique-
ment moins favorables. Enn, les espaces naturels et forestiers sont souvent considérés par la population
urbaine de proximité comme des espaces de loisirs et sont donc davantage protégés (Kasanko etal., 2006).
8. EEA, 2006.
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
147
Un bilan des dynamiques spatiales de la conversion des terres agricoles en Europe
pour la période 1990-2012 à partir de la base de données de couverture et d’usage des
sols en Europe Corine Land Cover nous a permis de mettre en avant les évolutions les
plus récentes. Ces dynamiques diérenciées ont été caractérisées sous la forme d’une
typologie régionale de la concurrence entre espace agricole et espace urbanisé en Europe,
qui a ensuite été discutée à la lumière de plusieurs variables clés pour caractériser d’une
part la demande en espace urbanisé (démographie, densité de population) et d’autre part
l’évolution de l’activité agricole. Sur la base de ces résultats, nous proposons une dié-
renciation régionale des enjeux liés à la consommation des terres agricoles.
Progression de l’articialisation des terres agricoles dans les régions
rurales et périurbaines européennes: premier état des lieux
Le code Corine Land Cover est un jeu de données des modes d’occupation des
sols, élaboré à partir de l’interprétation d’images satellites réalisées à plusieurs dates.
Ces données ont largement été utilisées pour visualiser les pertes de terres agricoles
dues à leur conversion en quartiers d’habitations, en zones commerciales, indus-
trielles, ou tout autre site d’activités économiques, en zones de loisir ou encore en
infrastructures routières entre 1990 et 2006
9
.
Dans un premier temps, nous avons intégré les données de 2012, les plus
récentes, an de mettre à jour l’image de cette progression sur une période longue
(1990-2012). Les données du Code Corine Land Cover ont été utilisées pour calcu-
ler le coecient de concentration de l’articialisation des terres agricoles, élaboré à
partir du calcul du coecient de Gini à partir des surfaces cumulées croissantes de
surfaces agricoles articialisées. Ce coecient est calculé par région NUTSX
10
sur
trois périodes: entre 1990 et 2000, 2000 et 2006, puis 2006 et 2012. Il correspond à
la fréquence cumulée décroissante des surfaces agricoles converties par région: plus la
valeur du coecient est forte, plus le pourcentage de surfaces cumulées est faible. Les
résultats sont présentés par période dans la carte1 ci-après, nous permettant de faire
trois principaux constats.
Une progression de la dynamique de conversion des terres agricoles
dans des régions plus rurales et périphériques,
Pendant les années 1990, la perte de terres agricoles due à l’articialisation s’im-
pose essentiellement dans la partie rhénane de l’Europe, c’est-à-dire en Allemagne, en
Italie du Nord, ainsi qu’aux Pays-Bas (régions en rouge dans la carte1 ci-dessus). Elle
9. EEA, 2006.
10. À partir de la nomenclature des unités statistique Eurostat NUTS, sélection de régions de niveau
NUTS2 pour certains pays (Pays-Bas ou Allemagne par exemple) ou NUTS3 (correspondant aux
départements français) an d’harmoniser la surface des régions sélectionnées pour l’ensemble des pays de
l’Union européenne (Renetzeder etal., ).
Étudier les ruralités contemporaines
148
caractérise également les régions proches de certaines capitales européennes (Prague,
Madrid, Vienne, Paris, Londres), ainsi que certaines régions côtières (Ouest français,
Sud-Est espagnol). Entre 2000 et 2006, les dynamiques de conversion progressent
vers des régions plus rurales et périphériques, comme la Bretagne française, ou la
Poméranie polonaise. Cette progression s’accentue encore entre 2006 et 2012, et une
tendance au rééquilibrage entre l’Est européen et l’Ouest européen est visible sur le
dernier encart de la carte1, qui permet une localisation des régions concentrant le
plus de surfaces agricoles converties pendant cette période.
Des contrastes nationaux apparaissent. Beaucoup de régions en Italie et en
Espagne sont marquées par la conversion de terres agricoles, à toutes les périodes. La
France se singularise par une progression de la dynamique de conversion des terres
agricoles vers les espaces plus ruraux de l’Ouest français, les littoraux en général et cer-
taines plaines agricoles. L’Allemagne, enn, connaît une décélération forte par rapport
au contexte européen.
Les dynamiques d’articialisation varient donc en Europe
en fonction de gradients centre/périphérie, Est/Ouest et urbain/rural,
modulés par le pays d’appartenance.
Fig.1: Comparaison entre la population régionale moyenne, la densité de population régionale
et la densité de population régionale rapportée à la surface articialisée pour 14pays en Europe
en 2010. Calcul de l’auteur, données Corine Land Cover en 2012 (EEA, 2016) et données sur la
population mises à disposition par l’UMS RIATE (UMS-RIATE, 2016).
Néanmoins, ces dynamiques sont à contextualiser: l’Espagne se distingue par
un habitat très concentré, comme nous pouvons l’observer sur la gure1 ci-après.
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
149
Environ 1km
2
de terres est articialisé pour 5000résidents, alors que le rapport est
de 1 km
2
pour 2000personnes environ en France, et moins de 2000 en Belgique.
Dès lors, il est important de ne pas évaluer la croissance urbaine uniquement au
regard de la croissance démographique mais également au regard des diérences de
densités de bâti préexistantes.
Carte 1: coecients de concentration des supercies agricoles articialisées entre 1990 et 2012
à l’échelle NUTS2/3
Étudier les ruralités contemporaines
150
Méthodologie de caractérisation des dynamiques d’expansion urbaine
et des dynamiques agricoles dans les espaces ruraux et périurbains
européens
Bien que la concurrence entre activités pour l’occupation des sols fasse l’objet de
nombreuses études, il n’existe pas de méthodologie partagée permettant d’en évaluer
la nature et l’ampleur, notamment pour l’ensemble de l’Union européenne
11
. L’évo-
lution des prix du foncier est un indicateur intéressant
12
, néanmoins le manque de
données comparables pour l’ensemble des pays européens est un frein majeur à cette
approche. Des études de cas localisées permettent de décrire empiriquement les jeux
d’acteurs et les eets territoriaux de la concurrence entre les secteurs d’activité sur un
même territoire
13
. D’autres travaux identient les diérentes possibilités d’usage des
espaces à partir d’indicateurs (usages des sols, topographie, accessibilité) et mettent
en avant les zones potentiellement conictuelles car favorables au développement de
plusieurs usages
14
.
Pour mesurer et décrire cette concurrence, nous formulons une première hypo-
thèse selon laquelle l’ampleur des conversions de terres agricoles constitue un indi-
cateur de l’intensité de la concurrence entre activités agricoles et non-agricoles en
Europe. La localisation des activités agricole dans les espaces sous inuence urbaine
est dépendante de la rente foncière urbaine et de la rente foncière agricole
15
. Par
conséquent, l’absence de changement d’usage des sols peut être considérée comme le
résultat de trois congurations: un secteur agricole particulièrement compétitif qui
résiste à la concurrence, l’absence de concurrence, c’est-à-dire un espace urbanisé qui
n’est pas en expansion, ou l’encadrement étroit de la concurrence en faveur du main-
tien des terres cultivées. Des changements importants d’occupation du sol traduisent
une accentuation de la concurrence des activités non-agricoles (dont la rente à l’hec-
tare est généralement plus élevée) pour l’usage du sol à laquelle les activités agricoles
résistent mal d’un point de vue spatial. Une analyse de la répartition de ces change-
ments permet de repérer les lieux où, de fait, la concurrence a entraîné une réduction
de l’emprise au sol de l’activité agricole.
Dans une perspective d’aide à la décision publique, nous formulons par ailleurs
une seconde hypothèse selon laquelle l’échelle régionale (ici NUTSX) est pertinente
pour mesurer les impacts de la perte de terres agricoles sur la dynamique écono-
mique de l’agriculture. L’ancrage spatial de l’activité agricole est modié par les trans-
formations urbaines; nous souhaitons identier dans quelle mesure l’agriculture,
activité économique génératrice d’emploi et de revenus dans les régions agricoles et
11. Debolini et al., 2015.
12. Smith et al., 2010.
13. Torre et al., 2014.
14. Haberl et al., 2014.
15. Poulot, 2014.
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
151
périurbaines, est également en transformation, an de mettre en évidence les intérêts
qui s’articulent autour de la préservation des terres agricoles, entre intérêts locaux pay-
sagers ou alimentaires et intérêts sectoriels des agents économiques agricoles.
À partir de ces deux hypothèses, une typologie régionale des impacts de la concur-
rence pour l’occupation des sols entre usage agricole et expansion urbaine en Europe
a été élaborée en suivant les étapes suivantes:
Étape 1: harmonisation des données
Les données d’usage et de changements d’usages des sols sont issues de la base
de données Corine Land Cover pour l’ensemble des pays de l’EU-28 (source: Agence
européenne de l’environnement, 2016), excepté la Grèce, entre 2000 et 2006. Les
données d’usages des sols en 2000 ont été récupérées directement au format Excel à
partir de la base de données de l’Agence européenne de l’environnement
16
. Les don-
nées de changement d’usage des sols ont été récupérées sous format shapele, et la
surface par région a été calculée à l’aide du logiciel QGIS par régions NUTSX.
Étape 2: classication à ascendance hiérarchique (CAH)
À partir des données d’usage des sols (surface agricole et surface articialisée
en 2000 en pourcentage de la surface régionale) et de changement d’usage des sols
(conversion de terres agricole en tissu urbain continu et discontinu et conversion de
terres agricole en sites d’activités économiques ou infrastructure de transport ou autre
espace articialisé, en pourcentage de la surface régionale, entre 2000 et 2006). La
classication permet de regrouper les régions ayant des prols similaires, quatre prols
régionaux émergent ainsi, le nombre de classes étant déterminé pour optimiser l’ho-
mogénéité intraclasse et l’hétérogénéité entre les classes. Les résultats sont présentés de
manière spatialisée dans la carte2 ci-après.
Étape 3: caractérisation des trajectoires de recomposition spatiale
par type de région
Une valeur de test est calculée pour comparer les moyennes par type de région,
en retenant les diérences signicatives (valeur p>0,05%) avec les valeurs de chan-
gement d’usage des sols pour la période précédente (1990-2000) et suivante (2006-
2012). Une actualisation de cette étape a été faite avec les données pour 2006-2012,
disponibles depuis le printemps 2016. Néanmoins, les données n’étant pas disponibles
pour toutes les périodes dans certains pays, seuls 25pays sur les 28 de l’Union euro-
péenne sont inclus dans cette étape, sans la Finlande, la Grèce, la Suède et Chypre. Les
résultats sont présentés dans le tableau1 ci-après.
16. EEA, 2016
Étudier les ruralités contemporaines
152
Étape 4: caractérisation des dynamiques sectorielles par type de régions
à partir des données de l’Enquête sur la structure des exploitations agricoles
17
et des comptes économiques régionaux par branches d’activités
18
Les prols régionaux obtenus sont ensuite caractérisés par la dynamique secto-
rielle de l’agriculture que révèlent une comparaison des moyennes et une analyse
de variance. Les variables étudiées sont le nombre d’équivalents temps plein dans le
secteur primaire, la valeur ajoutée brute du secteur, et leurs évolutions entre 2000
et 2010. Une fois encore, les données sont incomplètes et les unités statistiques ne
sont pas nécessairement harmonisées: les données de la valeur économique de l’ac-
tivité agricole sont disponibles pour 23pays et celles de l’emploi pour 25pays. Une
analyse globale porte donc sur les 17pays pour lesquels l’ensemble des données sont
complètes et disponibles, soit 338régions. Une comparaison avec les résultats pour
l’ensemble des pays a été faite pour ne présenter que les résultats qui demeurent cohé-
rents. Les résultats sont présentés dans le tableau2.
Les diérences régionales en termes de surfaces agricoles sont conséquentes. C’est
pourquoi il existe à cette échelle une corrélation entre la surface régionale agricole
et l’emploi, bien que ce lien dépende d’une multitude de facteurs (type de culture,
structure des exploitations, mécanisation). À l’échelle européenne, plus la surface
agricole régionale est élevée, plus l’emploi agricole est important: le coecient de
corrélation Pearson entre la surface régionale agricole en km
2
en 2006 et le nombre
de personne travaillant dans le secteur primaire en 2010 en milliers de personnes est
de 0,29 sur un échantillon de 338régions (p<.001). La production de valeur ajoutée
est également liée à la surface agricole à cette échelle d’agrégation des données, avec
un coecient de corrélation (Pearson) entre la surface régionale agricole en km
2
en
2006 et la production de valeur ajoutée issue du secteur primaire en 2010 en millions
d’euros de 0,70 sur ces mêmes 338régions pour lesquelles les données sont complètes
et disponibles (p<.001).
Résultats: typologie régionale des contextes et des enjeux
de l’articialisation des terres agricoles en Europe
Le regroupement statistique des régions a permis de mettre en évidence quatre
prols de régions que nous avons cartographiées à l’échelle de l’Europe (carte2).
Cette vision simpliée des dynamiques d’expansion urbaine sur des terres agricoles
en Europe nous permet néanmoins de nuancer régionalement la problématique de
gestion des terres agricoles.
17. ESEA et Eurostat, 2016a.
18. SEC, 2010; Eurostat, 2016b.
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
153
Pour chaque prol identié, nous revenons sur la nature des trajectoires d’occu-
pation des sols et l’évolution des indicateurs sectoriels (emplois agricoles et VBS) qui
les caractérisent. En préalable à cet exercice, précisons que nos résultats conrment
l’absence de relation directe apparente entre les dynamiques de conversion de terres
agricoles sur le pas de temps étudié et l’évolution de la production de valeur ajoutée,
ou la diminution de l’emploi. En eet, comme nous l’avons rappelé en introduction,
la diminution de l’emploi agricole est un processus continu en Europe, qui concerne
l’ensemble des régions et résulte d’une politique de modernisation, de concentration
et de mécanisation de l’activité agricole. Nous montrons par ailleurs que la conversion
des terres agricoles due à l’urbanisation entre 1990-2000 et 2000-2012 ne modie pas
sensiblement les diérences structurelles interrégionales.
Chaque présentation nous amène à discuter de l’implication de ces résultats en
termes de politiques publiques pour la préservation des terres agricoles.
Type 1: les régions à forte pression urbaine
Pour ce groupe de régions, la part de la surface régionale articialisée est plus éle-
vée que la moyenne européenne en 2000, et les surfaces agricoles converties sont supé-
rieures à la moyenne européenne pour l’ensemble de la période 1990-2012. Toutefois,
cette tendance générale est à nuancer par deux trajectoires d’évolution:
les surfaces de conversion se réduisent: dans les régions hollandaises de
Limburg ou de Friesland, les surfaces agricoles converties étaient supérieures
à 6000ha entre 1990 et 2000, soit plus de quatre fois la moyenne euro-
péenne; elles se rapprochent de la moyenne européenne entre 2006 et 2012
en avoisinant les 1000ha convertis;
les surfaces de conversion se maintiennent, comme dans la région de Madrid
où les surfaces converties représentent plus de huit fois la moyenne euro-
péenne pour chaque période (environ 20000ha entre 1990 et 2000, plus
de 8000ha entre 2000 et 2006). De même, les valeurs des régions hollan-
daises de Brabant-du-Nord, de Hollande-Méridionale sont constamment
supérieures à la moyenne européenne. Les surfaces converties augmentent
également: en Vendée, les surfaces agricoles articialisées, de 2350ha, sont
proches de la moyenne européenne entre 1990 et 2000, mais équivalent à
quatre fois la moyenne européenne entre 2006 et 2012 avec 3200ha. Une
tendance similaire s’observe en Haute-Garonne, dans la région espagnole de
Murcia ou encore dans la région hongroise de Pest.
Cette catégorie regroupe par ailleurs des régions densément peuplées, à l’ins-
tar de la plaine du Pô (la population à Vérone est de 298hab./km
2
en 2015 et celle
de Padoue de 437hab./km
2
alors que la moyenne italienne est de 200hab./km
2
en
2015
19
), des Pays-Bas (où la moyenne nationale est de 503hab./km
2
, avec plusieurs
19. Source: densité de population en 2015, Eurostat, 2016c.
Étudier les ruralités contemporaines
154
régions peuplées par plus de 1000hab./km
2
en 2015) ou de l’Île-de-France (en 2015,
la densité du Val-d’Oise est de 978hab./km
2
en 2015 et celle de l’Essonne est de
715hab./km
2
; la moyenne nationale est de 105hab./km
2
pour cette même année),
mais aussi certaines régions proches de pôles urbains comme Lisbonne, Madrid,
Budapest, Toulouse, Dublin, ou encore Tallin.
La concurrence pour l’occupation des sols entraîne dans ces régions une dispa-
rition continue de terres agricoles, alors même que la surface agricole disponible est
déjà réduite. L’emploi dans le secteur primaire est plus faible qu’ailleurs (environ
16000emplois dans le secteur primaire en moyenne, contre une moyenne de 29000
pour l’ensemble des régions européennes pour les 23pays étudiés), mais la production
y est en millions d’euros la plus élevée et en augmentation.
Carte 2: Diérenciation des régions européenne en fonction de l’impact de la concurrence
entre activités agricoles et urbaines entre 2000 et 2006
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
155
Tableau : Tableau récapitulatif des diérences de moyenne de surface agricole conver-
tie par période et par prol de région, à partir des données du Code Corine Land Cover
(EEA, 2016).
“+” = surface agricole convertie en hectares significativement supérieure à la
moyenne européenne (p<0.05) ;
“X
” = pas de diérence signicative avec la moyenne européenne ;
“–“ = surface agricole convertie en hectares signicativement inférieure à la moyenne euro-
péenne (p<0.05)
Tissu urbain continu et
discontinu
Sites d’activités économiques
ou infrastructures de transport
Période 1990-2000 2000-2006 2006-2012 1990-2000 2000-2006 2006-2012
Régions peu agricoles - - - - - -
Faible pression
urbaine X - - X X -
Pression urbaine
diuse X X X X + +
Forte pression
urbaine ++++++
Tableau 2 : emploi et valeur ajoutée brute dans le secteur primaire (agriculture, syl-
viculture et pêche) par prol de région, en valeur brute et rapportée à l’emploi total à et
la valeur ajoutée brute totale produite régionalement, en 2000 et en 2010. Une analyse de
variance nous permet de rejeter l’hypothèse supposant que les diérences de moyennes entre
les types de région ne sont pas signicatives (p < 0,005). Données Eurostat (Eurostat, 2016b).
Analyse sur 17 pays, soit 338 régions.
Emploi dans le secteur
primaire en milliers d’emplois
(% de l’emploi régional total)
Valeur produite par le secteur
primaire en millions d’€
(% de la valeur ajoutée brute
régionale totale)
Période 2000 2010 2000 2010
Régions peu agricoles 23 (16%) 16 (12%) 178 (8%) 207 (6%)
Faible pression urbaine 35 (16%) 23 (12%) 275 (7%) 276 (5%)
Pression urbaine
diuse 21 (7%) 15 (5%) 362 (4%) 340 (3%)
Forte pression urbaine 16 (4%) 14 (3%) 512 (3%) 521 (2%)
Étudier les ruralités contemporaines
156
Ainsi, si la concurrence avec d’autres activités est plus fréquente et a une inuence
plus importante en termes d’articialisation, elle ne semble pas avoir un impact
aggravant sur le rythme de la restructuration agricole (diminution de «seulement»
2000emplois en moyenne, comparativement plus faible que dans les autres caté-
gories de régions). Il s’agit donc de régions stratégiques pour l’activité agricole euro-
péenne: sur une sélection de 25pays
20
pour lesquels les données sont disponibles,
elles concentrent 8% de la surface agricole mais 16% de la production en valeur
ajoutée brute (en millions d’€), en 2000. Toutefois, l’emploi et la valeur ajoutée
résultant d’activités relevant du secteur primaire (agriculture, pêche, sylviculture) n’y
représentent qu’un faible pourcentage des totaux régionaux (voir tableau 2 ci-dessus).
En revanche, les espaces agricoles y sont essentiels en tant que déterminant pay-
sager et environnemental du cadre de vie, avec une surface agricole régionale dont
l’importance est renforcée par des espaces naturels ou forestiers de faible supercie.
Dans ce contexte, le maintien de l’activité agricole repose autant sur la proximité du
marché urbain que sur une volonté politique forte de protection des terres agricoles.
En eet, la production de forte valeur ajoutée permet de penser que l’agriculture se
maintient grâce à des stratégies d’intensication couplées à de nouveaux marchés de
commercialisation.
Type 2: les régions marquées par une pression urbaine diuse
Par rapport au type précédent, l’emprise spatiale des activités urbaines est plus
réduite, et la surface agricole représente en moyenne 65% de la surface régionale
(voir graphique1 ci-après). Les impacts de la concurrence avec les activités urbaines
sont pourtant aussi importants, voire plus qu’ailleurs mais plus récents: les surfaces
converties sont supérieures à la moyenne dès le début des années 2000, en particulier
du fait d’un fort développement résidentiel (visible à travers la création de tissu urbain
discontinu dans le Code Corine Land Cover). La tendance y est à l’augmentation des
surfaces converties par rapport à la moyenne européenne pour les régions françaises
bretonnes (Finistère, Côtes-d’Armor), du Sud (Gard, Bouches-du-Rhône) et du Sud-
Ouest (Tarn-et-Garonne, Lot-et-Garonne), ainsi que pour la région tchèque de Mora-
vie-Silésie ou encore la région slovaque de Bratislava. Au contraire, dans les régions
irlandaises (Mid-West Region, South-East Region, Midlands Region), les surfaces
converties déclinent signicativement par rapport à l’évolution moyenne en Europe à
partir du début des années 2000, passant d’environ 3000ha convertis entre 1990 et
2000 à moins de 500ha convertis entre 2006 et 2012.
Malgré l’importance de l’ancrage spatial de l’activité agricole, le secteur primaire
représente peu en termes d’emploi ou de productivité dans l’économie régionale, à
l’exception de la Roumanie où 40% des emplois en moyenne sont pourvus par le
secteur primaire en 2010. Dans certaines régions d’élevage, il peut cependant être
20. Pays avec des données manquantes: France, Belgique, Grèce (Eurostat, 2016b).
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
157
support de nombreux emplois dans le secteur secondaire (la Bretagne ou la Norman-
die en France par exemple). Comme dans le reste de l’Union européenne, l’emploi
agricole décroît continuellement (excepté dans les régions bulgares) et davantage, en
volume, que dans les régions de la première catégorie. Cette restructuration ne semble
pourtant pas s’accompagner de gains de productivité puisqu’il s’agit des seules régions
où la valeur ajoutée brute, pourtant plus élevée que dans les autres cas, diminue entre
2000 et 2010. La perte de terres agricoles s’accompagne d’une perte de valeurs dans le
secteur. Ces dynamiques pourraient correspondre aux régions de spécialisation d’éle-
vage intensif ou laitier, particulièrement vulnérables aux restructurations successives
et importantes du secteur sur les périodes concernées.
Type 3: les régions de faible pression urbaine
Ces régions sont réparties sur l’ensemble du territoire européen et rassemblent les
grandes plaines les moins articialisées et davantage agricoles. La conversion des terres
agricoles y est rare, en particulier lorsque celle-ci est liée à l’expansion d’espaces rési-
dentiels. Néanmoins, dans les régions polonaises, et certaines régions roumaines (du
Centre et du Nord-ouest), les surfaces converties sont inférieures à la moyenne euro-
péenne entre 1990 et 2000, ne représentant guère plus de 100ha, alors qu’entre 600
et 1200 ha sont articialisés entre 2006 et 2012, valeurs supérieures à la moyenne
européenne pour cette période.
Les dynamiques d’usages des sols et la surface agricole régionale ne révèlent pas
de concurrence particulièrement saillante avec l’espace urbanisé. L’agriculture y est
une activité centrale, notamment pour l’emploi qu’elle pourvoit, avec un nombre
d’emplois moyen parmi les plus élevés en Europe en valeurs brutes. En revanche, la
production de valeur ajoutée est plus faible en valeur brute que dans les prols de
régions précédemment présentées, bien que le secteur primaire représente une part
importante de l’économie régionale.
Type 4: les régions (rurales) peu agricoles
Les espaces montagneux ou septentrionaux européens présentent de fortes
contraintes topographiques et bioclimatiques limitant les activités humaines. L’agri-
culture y est moins développée qu’ailleurs, notamment du fait des contraintes bio-
climatiques et d’une dynamique de modernisation agricole qui favorise depuis des
décennies la concentration de ces activités dans les régions les plus productives. Ainsi,
par rapport aux autres zones agricoles, ces régions produisent peu de valeur mar-
chande et l’emploi y est en moyenne plus faible que dans les régions agricoles sous
faible pression. Néanmoins, l’agriculture représente un enjeu clé proportionnelle-
ment aux activités économiques régionales, même si elles ne se trouvent pas au cœur
de la production agricole européenne. Le développement démographique est plus
que jamais à double tranchant, dans la mesure où les activités agricoles ne peuvent
se maintenir sans un maintien de la population, mais dans un contexte où les terres
agricoles sont plus rares qu’ailleurs.
Étudier les ruralités contemporaines
158
Conclusion
L’objectif de cette recherche était de concevoir et tester une méthodologie repro-
ductible pour caractériser à l’échelle européenne les dynamiques régionales de l’arti-
cialisation des terres agricoles et leur lien avec les dynamiques du secteur agricole.
À partir d’une classication des données à l’échelle des NUTSX, nous arrivons à
déterminer une typologie des enjeux liés à la consommation des terres agricoles. Cette
typologie peut être utilisée pour compléter et mettre en perspective les approches plus
localisées du rythme et des conséquences économiques de l’articialisation des sols.
Notre étude permet de conrmer, à partir des données les plus récentes de CLC,
la poursuite du processus de consommation des terres agricoles en Europe, y compris
dans des régions auparavant peu touchées par ce phénomène. Les analyses de chan-
gements d’usage des sols insistent généralement sur la concurrence entre les usages
conduisant à une diminution de l’emprise spatiale de l’activité agricole. Notre étude,
qui montre une progression du processus de conversion des terres agricoles dans les
régions européennes, notamment rurales, corrobore ce constat.
Toutefois, nous n’avons pas pu établir de corrélation entre accroissement de
l’espace urbanisé et croissance démographique d’une part, et évolution de la surface
agricole et évolution des indicateurs de l’économie agricole d’autre part. Dès lors, des
marges d’évolutions paraissent possibles, notamment en termes d’ecacité d’utilisa-
tion de la ressource. Le changement d’échelle permet ainsi d’envisager le phénomène
de consommation des terres agricoles non pas comme un processus localisé résultant
d’une compétition entre deux usages mais plutôt comme l’une des conséquences
d’une mutation globale des espaces ruraux, tant dans les dynamiques d’urbanisation
que dans les évolutions sectorielles, ce qui soulève des enjeux plus précis en termes
d’actions possibles et de politiques publiques pouvant permettre d’encadrer ce proces-
sus, notamment d’un point de vue environnemental.
La combinaison de ces résultats avec des indicateurs d’évolution sectorielle de
l’activité agricole montre que la production ou l’emploi agricole se maintiennent dans
de nombreuses régions qui font face à une forte pression urbaine. Les évolutions de
certains pays révèlent que l’emploi agricole y est certes bien plus faible que dans les
autres régions, mais relativement plus stable. Ainsi, en Allemagne, en Irlande, en Ita-
lie, la perte relative d’emploi dans le secteur primaire est plus lente dans les régions
sous forte pression urbaine que dans le reste du pays, ce qui est cohérent avec les
études de cas trouvées dans la littérature
21
. Les principaux enjeux se posent alors en
termes de qualité environnementale et paysagère, ainsi que dans le type de culture et
d’agriculture désirée.
Par ailleurs, une partie des surfaces agricoles articialisées sont localisées dans
des régions présentant une disponibilité des terres agricoles et où les évolutions ne
21. Bertoni et Cavicchioli, 2016; Lange etal., 2013.
Articialisation des sols et activité agricole en Europe (1990-2012)
159
questionnent pas directement l’activité agricole, sur le pas de temps étudié. Dans ces
territoires, les dynamiques de conversion doivent donc impérativement être appréhen-
dées de manière générale et intégrée: si la fragmentation et la disparition des terres
agricoles ne provoquent pas directement un déclin de l’agriculture, à terme une trans-
formation plus structurelle et une diminution de la possibilité d’installation de nou-
velles exploitations pourront venir questionner la place de l’agriculture. Enn, lorsque
l’agriculture présente des dynamiques économiques et démographiques négatives,
appréhender la protection des terres agricoles relève de choix en termes de développe-
ment territorial: l’Union européenne prône une utilisation ecace de la ressource en
sol mais dans quelle mesure un intérêt local à maintenir des terres agricoles émerge-
t-il lorsque l’activité agricole apporte peu à l’économie régionale ou que la pression
urbaine est trop forte? Cette question mériterait d’être explorée par une analyse de la
gouvernance territoriale dans des régions représentant les diérents contextes coexis-
tant en Europe et identiés par l’analyse présentée ici, an de déterminer les intérêts
croisés et les diérentes échelles d’intérêts qui s’organisent autour de la mise en œuvre,
ou de l’absence de mise en œuvre, d’une gestion plus ecace des sols.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.