ArticlePDF Available

Abstract

L’économie circulaire, nouveau modèle économique respectueux de l’environnement, alternatif à l’économie linéaire, est souvent présentée comme une opportunité de développement soutenable au niveau local, et ses démarches de plus en plus expérimentées dans les territoires, dans un contexte de transition socio-écologique. Cependant, la question de sa territorialité et de ses liens avec le développement durable reste encore scientifiquement non stabilisée. Cet article propose un état de l’art sur le sujet de la dimension territoriale des démarches d’économie circulaire et cherche à évaluer comment elles peuvent constituer une opportunité de développement économique territorial et durable.
Développement durable et territoires
Économie, géographie, politique, droit, sociologie
Vol. 11, n°1 | Avril 2020
Écologisationdespratiquesetterritorialisationdes
activités
L’économie circulaire, quels enjeux de
développement pour les territoires ?
Circular economy, what development challenges for the territories ?
AmadouNiang,SébastienBourdinetAndréTorre
Éditionélectronique
URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/16902
ISSN : 1772-9971
Éditeur
Association DD&T
Référenceélectronique
Amadou Niang, Sébastien Bourdin et André Torre, « L’économie circulaire, quels enjeux de
développement pour les territoires ? », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 11, n°1 | Avril
2020, mis en ligne le 30 avril 2020, consulté le 12 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/
developpementdurable/16902
Ce document a été généré automatiquement le 12 mai 2020.
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative
Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
L’économie circulaire, quels enjeux
de développement pour les
territoires ?
Circular economy, what development challenges for the territories ?
Amadou Niang, Sébastien Bourdin et André Torre
1 L’économie circulaire (EC), présentée comme un modèle économique pouvant concilier
croissance économique et protection de l’environnement (Ademe, 2014), a émergé en
réponse aux limites de nos modes actuels de production et de consommation. Reconnu
par l’opinion publique, ce nouveau modèle économique, alternatif à l’économie
linéaire, est aujourd’hui intégré dans les politiques publiques et les stratégies de
transition socio-écologique et énergétique de différents pays (CGDD, 2014). Pourtant, il
est très discuté dans le monde scientifique. En particulier, la définition officielle
proposée en France par l’ Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(Ademe) semble s’axer sur les finalités de la mise en place de cette démarche en
occultant la dimension territoriale. Or, les principaux questionnements portent
justement sur la prise en compte du territoire, qu’il s’agisse de ses périmètres et
échelles géographiques d’application en fonction des stratégies mises en place par les
différents acteurs et/ou de sa capacité à produire du développement durable à l’échelle
locale.
2 Récemment, différents travaux ont appréhendé les démarches d’EC comme des
approches territoriales innovantes de développement durable (Bahers et al., 2017 ;
Maillefert et Robert, 2017 ; Gallaud et Laperche, 2016 ; Maillefert et Screnci, 2016 ;
Buclet 2015 ; Du Tertre, 2011 ; Beaurain et Brullot, 2011 ; Geng et al., 2009 ; Ness 2008).
Par ailleurs, son articulation régionale et locale commence à être évoquée, s’agissant,
notamment, du rôle clé des collectivités territoriales dans la mise en œuvre des
politiques publiques en faveur de la transition des territoires vers l’EC (Brotons, 2017).
Enfin, l’EC est également déployée à des échelles plus fines encore comme les zones
industrielles ou d’activités, ou même au sein de l’entreprise (Ghisellini et al., 2016).
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
1
3 Un autre enjeu pour les démarches d’EC consiste à saisir les externalités territoriales
des trajectoires d’innovations qu’elles portent, à l’image des circuits courts et d’autres
approches territoriales de développement durable (Merlin-Brogniart, 2017 ; Maillefert
et Robert, 2017 ; Bocken et al., 2014 ; Beaurain et Brullot, 2011). Profondément affectés
par les défis globaux du changement climatique et de la mondialisation économique et
financière, les territoires, en particulier les espaces ruraux, connaissent en effet
d’importants bouleversements en termes de modifications de modèles productifs, de
rareté des ressources, de concurrence territoriale et de tension sur les budgets des
collectivités (Campagne et Pecqueur, 2014). Dans un objectif de développement, ils
cherchent à stimuler l’innovation pour générer de l’attractivité locale, créer des
activités et des emplois ancrés afin d’améliorer la richesse et le bien-être des
populations tout en réduisant les externalités négatives sur l’environnement (Torre,
2015), et font face aux défis de la gouvernance territoriale en assurant la mobilisation
et la coordination des acteurs autour d’enjeux communs de développement et de
valorisation des ressources spécifiques (Colletis et Pecqueur, 2005).
4 C’est justement dans cette logique que s’inscrivent les enjeux de la territorialité de l’EC,
une stratégie de développement permettant un changement et une écologisation des
pratiques des parties prenantes. D’autant qu’elle est associée à une forme renouvelée
d’opérationnalisation du concept de développement territorial durable (DTD) (Carrière,
2018), pouvant consister en « une construction d’acteurs visant une trajectoire particulière
intégrant notamment l’évolution conjointe des systèmes économiques, sociaux et écologiques »
(Angeon et al., 2006 : 1). Ces travaux rejoignent les conceptions de l’Ademe et
l’Association des régions de France (ARF) (2014 : 10), qui soutiennent que « l’EC est un
moyen pour les territoires de travailler à leur résilience et à leur transition […] de mettre en
place les conditions de relocalisation d’activités, et se saisir des opportunités de nouvelles
activités à haut potentiel d’emplois, notamment dans les secteurs de la construction, de la
gestion des écosystèmes et des ressources, des énergies renouvelables, des éco-industries ou
encore du recyclage ».
5 Face à une grande diversité d’actions et d’espaces de déploiement, la question du lien
de l’EC à l’espace et aux dimensions territoriales reste encore mal maîtrisée. Cet article
s’interroge sur les notions d’échelles et de périmètres pertinents de sa mise en œuvre,
ainsi que sur les liens qui pourraient exister entre les concepts d’EC et de DTD, à partir
de l’état de l’art des connaissances mettant en évidence sa dimension territoriale,
encore partiellement inexplorée à ce jour. L’échelle d’action à privilégier pour sa
territorialisation est questionnée, ainsi que ses intérêts en termes de développement
pour le(s) territoire(s) concernés par sa mise en œuvre. Dans un premier temps, nous
proposons d’analyser le cadre conceptuel des principes et approches qui caractérisent
l’EC et son appropriation, avant d’aborder les enjeux territoriaux auxquels elle est
confrontée, puis de discuter la question du DTD et de l’évaluation des effets de l’EC.
Tout au long de l’article, nous proposons également des pistes de réflexion pour des
recherches futures.
1. Mettre en place l’EC : vers une réforme profonde des
modes de production et de consommation
6 La notion d’EC s’est développée depuis les années 1970, suite aux travaux précurseurs
de Boulding (1966) sur le constat des limites physiques et thermodynamiques qui
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
2
s’imposent aux sociétés humaines. Tout a commencé en 1972 par la publication du
rapport du Club de Rome, posant les bases d’un débat sur la prise en compte de
l’environnement dans le modèle linéaire de croissance économique. Suite au « schéma
en boucle » de Stahel et Reday (1976) élaboré à la faveur d’une réflexion conduite sur la
problématique de la raréfaction des ressources pour le compte de l’Union européenne,
Stahel est le premier à proposer le concept d’« économie en boucle », fondée sur la
réutilisation, la réparation et le recyclage des déchets afin d’épargner les ressources. En
1986, il introduit, en collaboration avec Giarini, la notion de « nouvelle économie de
service », posant les bases de la recherche sur l’économie de fonctionnalité et
l’importance des activités de services dans les processus de production et de
consommation.
7 D’autres recherches ont contribué à alimenter les origines historiques du concept
d’économie circulaire, comme le mécanisme du « cradle to cradle » relatif à la fabrication
de produits circulaires par le biais de l’écoconception, et l’« écologie industrielle » (Frosch
et Gallopoulos, 1989). Cette dernière considère la mise en place de synergies
industrielles, comme les écosystèmes naturels, de sorte que les déchets d’un des
procédés industriels puissent servir de ressources dans un autre procédé, afin de
réduire les externalités négatives de la production industrielle sur l’environnement.
Finalement, le terme d’EC sera employé pour la première fois dans l’article de Pearce et
Turner (1990), appelant à mettre en place un système circulaire en boucle de
l’économie pour remplacer le système linéaire actuel.
8 S’il n’existe toujours pas de définition académique consensuelle et formalisée de l’EC,
différents organismes publics et privés à travers le monde et des personnalités issues
de la société civile, du monde scientifique ou politique se sont emparés de cette notion
et œuvrent pour la promotion de l’EC au niveau du grand public et pour son intégration
dans les politiques publiques (entre autres : Ademe, fondation Ellen MacArthur, Institut
de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire
Québec(Eddec)). Ils ont produit des documents qui servent de références pour les
praticiens.
9 La définition proposée par l’Ademe (2014 : 4), axée sur les finalités de la mise en place
de l’EC, l’associe à un « système économique d’échange et de production qui, à tous les stades
du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des
ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des
individus ». De ce point de vue, l’EC a pour objectif de répondre aux enjeux écologiques
et socioéconomiques actuels, sans pour autant faire mention de la dimension
territoriale. L’Ademe a, en effet, conçu un cadre opérationnel de déploiement,
identifiant trois domaines d’action : l’offre et les acteurs économiques, la demande et le
comportement des consommateurs et la gestion des déchets, associés à sept approches
de mise en œuvre : l’approvisionnement durable, l’écoconception, l’écologie
industrielle et territoriale (EIT), l’économie de fonctionnalité, l’allongement de la durée
d’usage (le réemploi, la réparation, la réutilisation) et le recyclage (Ademe, 2014).
10 Ces différents travaux ont fortement contribué à l’appropriation des principes d’EC
dans les politiques environnementales des États et à son intégration comme politique
économique et environnementale majeure. Dans l’Union européenne, le « paquet
européen » de l’EC est composé de quatre directives que les États membres doivent
adopter dans leur législation respective (Commission européenne, 2017). Par exemple,
en Allemagne, à la faveur de la transposition des directives sur la prévention et la
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
3
gestion des déchets, a été promulguée une loi sur l’EC, faisant suite aux lois de 1991 et
de 1994 relatives à la réduction des déchets, mettant l’accent sur la responsabilité
élargie du producteur (Nelles et al., 2016) qui doit collecter, valoriser et/ou recycler les
déchets qu’il produit.
11 Il est reproché à l’UE de ne soutenir que des actions de recyclage de déchets (Carrière,
2018), et d’occulter la dimension territoriale de l’EC des directives-cadres, au profit
d’une recherche d’efficacité économique (Bahers et al., 2017). Dans la même logique, le
Japon connu pour la mise en place du principe des 3R (réduction, réutilisation et
recyclage des déchets)a promulgué en 2000 une loi-cadre sur l’EC. Les objectifs sont
de limiter les impacts environnementaux par la réduction de la consommation des
ressources naturelles (Ren, 2007). Riche de son expérience des éco-villes et éco-parcs
industriels et des projets pilotes d’EC (MacDowall et al., 2017), la Chine a elle aussi
adopté, en 2008, une loi-cadre plus systémique, considérant l’EC comme un levier de
croissance économique et de promotion d’une société sobre en énergie et en ressources
et respectueuse de l’environnement (CGDD, 2014).
12 En France, bien que la démarche d’EC soit plus récente, de plus en plus d’acteurs publics
et privés s’y intéressent depuis la popularisation du concept par la fondation Ellen Mac
Arthur. Les pouvoirs publics se sont d’abord dotés d’une stratégie nationale d’EIT (EIT –
l’un des sept piliers de l’EC), puis ont fait adopter en 2015 les lois sur la Nouvelle
organisation territoriale de la République (NOTRe) et de la Transition énergétique pour
la croissance verte (TECV) inscrivant clairement l’EC dans la stratégie nationale de
transition écologique et énergétique. La loi TECV vise notamment à décloisonner les
différentes dimensions de l’EC et à faire le lien avec la politique de gestion des déchets
(loi de 1992). En outre, l’engagement dans la transition vers une EC s’est traduit par la
création, en 2013, de l’Institut de l’économie circulaire, qui, avec l’Ademe, s’implique
très fortement dans la recherche et la mise en œuvre d’actions publiques territoriales
de développement de l’EC.
2. Les enjeux de la territorialisation de l’EC
13 S’il est vrai qu’existe une volonté réelle d’institutionnalisation et d’inscription de l’EC
dans des dispositions réglementaires et des stratégies de développement durable, la
question de la dimension territoriale et spatiale de ses démarches d’application est
encore peu étudiée. Quelques travaux de recherche, traitant cette question,
l’appréhendent comme une stratégie territoriale de développement durable (Bahers et
al., 2017 ; Maillefert et Robert, 2017 ; Gallaud et Laperche, 2016 ; Su et al. 2013 ; Beaurain
et Brullot, 2011 ; Geng et al., 2009 ; Ness, 2008). Dès lors, envisager la territorialité de
l’EC amène à s’interroger sur le territoire de référence, ainsi que sur l’échelle et le
périmètre de déploiement.
2.1. Quel territoire de référence ?
14 Souvent posée dans la littérature, la question du territoire de référence de l’EC reste
d’actualité. Pour Gallaud et Laperche (2016), l’EC doit s’inscrire dans un projet global à
une échelle territoriale pertinente. Mais Dermine-Brullot et al., (2017 : 782) estiment à
propos de l’EIT (pouvant être élargie aux autres démarches d’EC) « qu’il n’existe pas de
territoire unique et encore moins de territoire idéal » pour sa mise en œuvre. La notion de
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
4
territoire d’activation de l’EC correspond-elle à une entité géographique administrative
ou à celle de type clusters et systèmes productifs locaux, fondés sur des relations
économiques localisées d’acteurs productifs (Torre et Tanguy, 2014) ?
15 Les travaux menés en géographie économique et en économie territoriale définissent le
territoire comme un espace géographique borné, construit social complexe d’acteurs
(ménages, entreprises, organisations, etc.) cherchant à mobiliser des ressources pour
mettre en œuvre un projet commun (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et
Pecqueur, 2007 ; Di Méo, 1998). Appliquée à l’EC, cette définition soulève de multiples
questions. La première concerne le terme « borné », car les limites géographiques des
projets d’EC sont souvent floues, voire se superposent en fonction des acteurs et de leur
échelle d’intervention. Se pose donc la question de l’échelle d’action pertinente et de
mise en œuvre. La deuxième est relative à la problématique de la mobilisation des
ressources. En effet, les démarches d’EC cherchent explicitement à mettre en œuvre le
développement durable, impliquant une utilisation raisonnée de ressources
territoriales locales. À partir de quel moment considère-t-on que la démarche d’EC ne
serait plus locale ? La troisième concerne l’idée de projet commun et partagé par les
acteurs d’un territoire. Or, l’EC pose aussi des questions de gouvernance territoriale,
liées aux éventuels conflits ou oppositions qui peuvent émerger lors de la mise en
œuvre de projets d’EC.
16 Alors qu’elle mise sur la proximité et la coordination des acteurs pour sa
territorialisation (Lambert et Georgeault, 2014), nous sommes tentés de croire que le
territoire de référence de l’EC correspond à celui que Di Méo (1998) associe à un
construit social, rassemblant autour d’enjeux communs un ensemble d’acteurs publics
et privés avec des perceptions le plus souvent divergentes, voire parfois
contradictoires. Dans ce cas, le territoire est fondé sur les relations de proximité
(géographique et/ou organisée) des acteurs et de leurs réseaux qui en fixent les
contours, au sein desquels ils se rassemblent, se concertent, échangent des flux, des
informations, des compétences et travaillent ensemble autour de défis communs. Il est
également perçu comme un espace révélé de ressources potentielles, qui déterminent
sa spécificité (Colletis et Pecqueur, 2005). Des ressources territoriales spécifiques,
matérielles et immatérielles, qui sont, entre autres, des éléments de différenciation
territoriale, créent une forme d’avantage d’un territoire par rapport à un autre et
contribuent à les différencier.
17 L’EC cherche justement à optimiser de manière circulaire les échanges de flux de
matières et d’énergie pour rendre plus efficace l’usage des ressources matérielles. Elle
s’appuie pour cela, notamment, sur les ressources immatérielles territoriales, comme
un savoir-faire économique, une relation de confiance entre les acteurs, pour mieux
maîtriser les flux. Cette pertinence fait référence à l’étendue des réseaux de
coordination d’acteurs qui facilitent le partage de flux, de connaissances et
l’apprentissage collectif, et aux externalités socio-économiques et environnementales
négatives au-delà desquelles il n’est plus souhaitable de mettre en œuvre un projet
d’EC. Il en va de même pour les dimensions environnementales de l’action publique,
dont l’échelle territoriale dépend des types de ressources, et prend en compte
l’ensemble des réseaux d’acteurs concernés (Rey-Valette et Roussel, 2006).
18 Au sens de l’EC, le territoire pertinent ne correspond pas forcément à une entité
administrative grande ou petite comme la région, le département, la commune ou le
quartier. Il peut être considéré comme un espace pouvant couvrir ou non plusieurs de
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
5
ces unités administratives, au sein duquel les acteurs locaux se mobilisent, activent les
ressources territoriales, et se coordonnent autour d’enjeux et contraintes communs.
2.2. Quelle échelle de déploiement des actions pour l’EC ?
19 Les démarches d’EC sont déployées à des échelles très variées, qu’il s’agisse de
l’entreprise, d’une zone industrielle ou d’activités, ou d’un territoire administratif
municipal, intercommunal voir régional (Brotons, 2017 ; Ghisellini et al., 2016 ; Su et al.,
2013). En France, certaines démarches sont initiées grâce à l’appui des politiques
publiques à l’échelle de territoires administratifs ou intercommunaux. C’est le cas de la
démarche d’EIT déployée dans le Tarn-et-Garonne et portée par la chambre
d’agriculture et d’industrie avec l’appui de l’Ademe. Impliquant, à l’échelle du
département, des entreprises de tous les secteurs d’activités, elle quantifie et
géolocalise les flux de matières et d’énergies, mutualise le transport des flux et valorise
les déchets par échange interentreprises. De nombreuses démarches d’écologie
industrielle initiées par des acteurs locaux sont également menées au sein de zones
d’activités ou industrielles, des échelles territoriales plus restreintes que les territoires
administratifs (voir les exemples donnés par Jambou, 2018).
20 Alors que les directives européennes en matière de prévention et de gestion des
déchets ne font aucune mention de l’échelle territoriale sur laquelle les flux devraient
être maîtrisés, en France la législation oblige à traiter les déchets à l’échelle des
départements et des régions, afin de rapprocher les territoires de production et de
traitement (Bahers et al., 2017). Les lois NOTRe et TECV définissent la Région comme le
territoire privilégié de planification des actions d’EC (Brotons, 2017). Toutefois, certains
auteurs, comme Esparon (2017) dans le cadre des problèmes de gestion des ressources
de la filière forêt-bois dans le massif forestier des Landes, préfèrent le périmètre de la
communauté de communes comme territoire le plus approprié à sa mise en œuvre.
Cette approche permet d’inclure tous les acteurs de la filière au niveau local, de la
production forestière à la gestion des déchets issus de la transformation du bois, ainsi
que l’ensemble des ressources spécifiques territoriales que génère cette activité. Au
Japon, en raison des contraintes technologiques et des importants investissements
nécessités par le traitement de certains déchets (gisements de terres rares par
exemple), c’est l’échelle nationale qui est considérée par la loi-cadre sur l’EC (Geng et
al., 2010). Les lois sur l’EC élaborées en Chine et au Japon obligent les collectivités
territoriales à décliner leurs stratégies de développement dans les territoires dans le
cadre de planifications régionales (MacDowall et al., 2017 ; Geng et al., 2010).
21 Quelle est alors l’échelle de déploiement la plus pertinente de l’EC ? Nationale,
régionale, locale, microlocale ? Au regard des échanges de flux, qui s’effectuent parfois
très largement au-delà des frontières administratives, et des installations industrielles
spécifiques que nécessitent certaines démarches d’EC (Geng et al., 2010 ; Ness 2008), il
apparaît que le territoire pertinent de mise en œuvre des synergies ne correspond pas
nécessairement aux territoires administratifs. Si de nombreuses démarches sont
menées dans ces périmètres, ce n’est pas pour la pertinence de leur échelle (Dermine-
Brullot et al., 2017), mais plutôt en raison du rôle clé joué par les collectivités
territoriales, en particulier les régions, dans la coordination de l’action publique
territoriale en faveur de l’EC (Brotons, 2017). Du point de vue des principes du
développement soutenable, l’EC doit être, à notre entendement, mise en œuvre au plus
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
6
près des acteurs locaux et de leurs réseaux, pour une appropriation totale et une
efficacité plus grande de la mise en œuvre. L’objectif consiste alors à accroître les
coopérations entre acteurs à l’échelle locale, dans le but d’apporter des réponses
techniques, organisationnelles ou économiques à leurs défis communs (Dermine-
Brullot et al., 2017), mais également à limiter les opportunités de conflits et
d’oppositions.
3. L’EC comme processus de développement territorial
soutenable : quelles approches possibles ?
22 Au-delà de ses objectifs d’efficacité de mobilisation et d’utilisation des ressources et de
réduction des impacts négatifs environnementaux, l’EC est associée à une forme
renouvelée d’opérationnalisation du concept de DTD ou soutenable (Carrière, 2018). Ce
dernier renvoie à une déclinaison au niveau local des principes du développement
durable, fondés sur l’articulation entre domaines économique, social et
environnemental, élargi à la gouvernance locale et à la recherche d’externalités
positives (Angeon et al., 2006). Les travaux qui considèrent l’EC comme un processus de
DTD l’introduisent selon trois approches.
3.1. Une approche par les démarches opérationnelles de l’EC :
l’exemple de l’EIT
23 Champ scientifique plus ancien que le concept d’EC, l’EIT (Écologie industrielle et
territoriale) y est aujourd’hui incorporée comme l’une de ses démarches d’application.
Elle promeut un partenariat industriel mis en place par des entreprises et d’autres
acteurs locaux, visant à échanger des ressources, à dématérialiser et à relocaliser
l’économie pour une gestion efficace des ressources et la valorisation locale des déchets
(Buclet, 2015). L’EIT permet la mise en commun des besoins des acteurs qui échangent
des flux de matières et d’énergie, les déchets des uns pouvant devenir des ressources
pour les autres (Erkmant, 2001). Elle favorise le bouclage des flux dans les interactions
entre activités humaines et environnement et cherche, au travers du métabolisme
territorial, à saisir la dynamique des flux entrants et sortants au sein d’un périmètre
donné (Buclet, 2015), une zone industrielle ou un quartier par exemple.
24 À l’origine du concept, l’écologie industrielle est inspirée du fonctionnement des
écosystèmes naturels, mis en place dans le but d’optimiser le bouclage des flux de
matières et d’énergie afin de limiter les impacts négatifs de la production industrielle
sur l’environnement (Frosch et Gallopoulos 1989). L’extension de ce principe à une
dimension territoriale (Dermine-Brullot, et al., 2017) accroît son opérationnalité, met
un accent particulier sur la coordination des acteurs dans les échanges de flux
(Schalchli et Maillefert, 2010), et étend l’intérêt pour les interactions productives à
l’échelle d’une zone industrielle vers une pluralité d’acteurs locaux et de périmètres de
déploiement (Beaurain et Brullot, 2011). C’est en effet, une forme d’organisation
industrielle et territoriale entre entreprises et collectivités territoriales à une échelle
relativement locale (Buclet, 2015) ; le territoire étant un espace géographique
circonscrit, favorisant la proximité géographique entre acteurs. L’expérience danoise
de Kalundborg fait référence dans la littérature (Erkman, 2001).
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
7
25 L’EIT a pour projet de mettre en commun des enjeux locaux (gestion de ressources, de
déchets, production d’énergie), des compétences et des équipements (Beaurain et
Brullot, 2011). Elle favorise la valorisation des déchets, la réduction de la consommation
des ressources et d’énergie et des pollutions, et contribue à relocaliser les
approvisionnements (Maillefert, 2009). Les entreprises, davantage ancrées dans le
territoire, réduisent leurs coûts grâce aux économies de mutualisation et de
substitution, créent de la valeur ajoutée et maintiennent des emplois locaux. C’est par
cette contribution à la création d’une économie locale innovante et durable que l’EIT
serait porteuse d’un DTD, d’après Gallaud et Laperche (2016).
26 Au-delà des relations interentreprises, d’autres acteurs locaux, notamment les citoyens,
bénéficient du système de mutualisation et de substitution. C’est par exemple le cas
dunkerquois, où certains ménages sont raccordés aux réseaux de chaleur urbains issus
de productions fatales de chaleur par les entreprises (Maillefert et Screnci, 2016), ou
d’autres exemples de gestion de la biomasse. Dans un contexte moins urbain, Esparon
(2017) estime que ce mode d’organisation pourrait répondre aux besoins d’équilibre de
l’économie de la filière forêt-bois dans le territoire du massif landais.
3.2. Une approche par les trajectoires d’innovation de l’EC
27 Visant à optimiser les flux de matières et d’énergie pour rendre efficace l’usage des
ressources et diminuer les impacts environnementaux, l’EC introduit une refonte en
profondeur des modes dominants de production et de consommation linéaire. Or, toute
évolution dans les processus anciens de production et de consommation est une
innovation (Torre, 2015 ; Torre, 2018a), quels que soient l’activité, le produit, le
territoire ou le contexte. Dans cette optique, certains travaux associent l’EC à une
démarche de DTD impliquant des trajectoires d’innovations technologiques et
organisationnelles (Merlin-Brogniart, 2017 ; Laperche et Merlin-Brogniart, 2016 ;
Maillefert et Robert, 2017 ; Bocken et al., 2014 ; Beaurain et Brullot, 2011).
28 Les améliorations technologiques concernent de nouveaux procédés de production,
généralement mis en œuvre à l’échelle de l’entreprise, comme l’écoconception, le
recyclage et la valorisation des déchets, et de nouveaux produits à forte valeur ajoutée.
Dans une logique de recherche d’externalités positives, l’innovation constitue un des
moyens de bouclage des flux dans les processus de production et de consommation,
dans le but de limiter les gaspillages et les externalités négatives sur l’environnement
(Mirabella et al., 2014). En effet, les approches cycle de vie de l’EC, principalement axées
sur le produit (écoconception, réparation, réutilisation, réemploi, valorisation et
recyclage des déchets…) permettent la réduction des quantités de matières et d’énergie
entrant dans les processus et les quantités de déchets qui en sortent. Les interactions
productives (entre entreprises et celle-ci avec les consommateurs) facilitent la
circulation des flux, permettant de réduire les coûts de transport et d’économiser les
coûts de transaction, et la participation d’autres acteurs locaux qui favorise la
mobilisation des innovations technologiques, le partage de connaissances et
l’apprentissage collectif (Beaurain et Brullot, 2011).
29 Le processus de DTD de l’EC s’appuie aussi fortement sur l’innovation organisationnelle.
Elle renvoie aux relations de coopération entre acteurs, intégrant non seulement les
externalités positives, mais aussi les questions de territoire et de gouvernance dans les
processus productifs et de consommation (Maillefert et Robert, 2014 ; Du Tertre, 2011),
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
8
avec les nouveaux modes d’organisation et de gouvernance de la coopération et de la
coordination des acteurs dans les échanges de flux (Torre et Chia, 2017). Cette
dimension organisationnelle des trajectoires d’innovation garantit, selon Laperche et
Merlin-Brogniart (2016), le bon fonctionnement de la mise en territoire et la
soutenabilité des approches d’EC. Elle rend possibles la mutualisation des flux et les
interactions, non seulement entre acteurs productifs à l’échelle des entreprises et des
zones d’activités, mais également à l’échelle territoriale avec une pluralité d’acteurs
(Merlin-Brogniart, 2017).
30 Un autre aspect des trajectoires d’innovation qu’incarne l’EC est l’offre aux acteurs
productifs et aux consommateurs de nouveaux modèles économiques circulaires
(Maillefert et Robert, 2017). Tout comme la consommation collaborative, la vente
d’occasion et les démarches de réemploi (pouvant aussi relever de l’économie sociale et
solidaire), développées autant par des grandes et petites entreprises que des
associations, constituent des nouveaux modèles économiques relevant à la fois des
stratégies d’entreprise et de comportements de consommation responsables au service
du développement durable (Vuidel et al., 2017). Le passage à ces « business models
soutenables » Maillefert et Robert, (2017 : 916-917), à la place de modèles d’entreprises
manufacturières, constitue une innovation de rupture (Gaglio et al., 2011).
3.3. La gouvernance de l’EC, induite par les proximités
31 La territorialisation de l’EC nécessite, selon Lambert et Georgeault, (2014), une
proximité entre les acteurs, qui constitue un axe majeur de la gouvernance des flux et
du DTD (Gallaud et Laperche, 2016). Il est devenu commun de distinguer deux types de
proximité (Torre et Zuindeau, 2009 ; Rallet et Torre, 2004). Une proximité géographique
exprimée en coût monétaire ou temporel, qui permet de mesurer l’étendue spatiale
entre les acteurs d’une entité et dépend des infrastructures et des services de
transports. Et une proximité dite organisée résultant des liens sociaux qui se créent
entre acteurs d’une même organisation ou réseau social, et qui s’exprime par les
interactions ou les liens de confiance entre ces acteurs.
32 Si certaines démarches d’EC se développent parfois sur des espaces territoriaux très
larges, la plupart, notamment en matière d’EIT, sont déployées à des échelles locales
par des entreprises générant et consommant des flux de matières et d’énergie
(Beaurain et Brullot, 2011 ; Schalchli et Maillefert, 2010). Les approches d’économie de
fonctionnalité sont clairement initiées dans des espaces territoriaux réduits (Bahers et
al., 2017). Compte tenu des échanges de flux entre acteurs, parfois à des échelles
territoriales très larges, de la nécessité des réseaux de partenariat et de la complexité
de certaines opérations qui contraint les acteurs à se localiser à des endroits différents,
la question de la dimension spatiale des démarches d’EC est ainsi directement posée
(Beaurain et Brullot, 2011). À cet effet, Bahers et al., (2017) soutiennent que des
considérations économiques sont à prendre en compte dans la localisation des sites de
traitement et de recyclage des déchets, mais que ce choix obéit également à des
logiques techniques et de gouvernance. La recherche de la proximité géographique des
acteurs semble donc dominante : elle n’est pas indispensable, mais les partenariats
entre ces acteurs s’appuient aussi fortement sur la proximité organisée dans l’un ou
l’autre cas de figure.
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
9
33 La proximité géographique est recherchée pour ses avantages associés à la facilité de
circulation des flux (qui permet de réduire les coûts de transport), mais également aux
partenariats productifs pertinents entre entreprises (qui économisent les coûts de
transaction) et à la participation d’autres acteurs territoriaux (qui facilite la
mobilisation d’innovations technologiques, le partage de connaissances et
l’apprentissage collectif) (Beaurain et Brullot, 2011). La « proximité géographique des
marchés » est privilégiée dans les activités de collecte et de démantèlement des déchets,
qui nécessitent une importante main-d’œuvre peu qualifiée, mais réputée à faibles
économies d’échelle (Bazin et al., 2009). Dans le même temps, la proximité géographique
est subie par les riverains, qui peuvent s’opposer à certaines initiatives d’EC comme la
méthanisation (Bourdin et Raulin, 2017) ou le traitement des boues usagées (Torre,
2018b).
34 L’autre dimension de la proximité, i.e. la proximité organisée, assure la coordination
des acteurs proches, mais également à distance dans le déploiement de l’EC. Elle met
l’accent sur les réseaux de partenariat locaux (Rallet et Torre, 2004) et permet, malgré
les difficultés et les coûts liés à la circulation des flux sur de longues distances, de
pallier l’absence d’une proximité géographique (Beaurain et Brullot, 2011). Bazin et al.,
(2009) ont montré que les activités de recyclage, localisées à des endroits différents,
parfois éloignées les unes des autres, aidées par les activités logistiques développées
grâce aux investissements en termes d’infrastructures, s’appuient avant tout sur la
proximité organisée. Ils soutiennent que « l’importance des coûts de transport et de
stockage des produits une fois déconstruits nécessite de regrouper les matières à recycler sur des
lieux capables de massifier l’activité de recyclage, permettant ainsi de réaliser des économies
d’échelle dans l’activité de transformation » (Bazin et al., 2009 : 12).
35 Au total, le bilan est mitigé. La proximité géographique est facteur d’avantages en
matière de déploiement, mais peut contribuer à des oppositions locales. La proximité
organisée constitue un élément commun entre les démarches d’EC et permet leur
application décloisonnée. Elle peut favoriser les synergies locales, mais également
contribuer à éloigner les flux et les échanges, et donc à diminuer le caractère durable
des processus.
Conclusion et pistes de recherche
36 Conçue comme une démarche opérationnelle de gestion en boucle des ressources d’un
territoire, l’EC repose sur la connaissance et la prise en compte des enjeux spécifiques
associés à son fonctionnement, voire à son développement. Le présent article contribue
à la réflexion sur ce concept et propose quelques pistes de recherche sur les enjeux de
la territorialisation de l’EC, à partir de la lecture des textes sur la question et des
politiques mises en œuvre à différentes échelles spatiales.
37 En termes d’ancrage local et de territorialité, l’enjeu est de concevoir à l’échelle
territoriale une stratégie de déploiement systémique et transversale des démarches
impliquant l’ensemble des activités du territoire et de ses acteurs, afin d’enclencher un
processus de DTD. L’EC doit ainsi s’inscrire dans un projet global de territoire, et faire
l’objet de processus et de politiques adaptées (Gallaud et Laperche, 2016). Dans cette
optique, elle est aujourd’hui déjà en mesure de contribuer à la relocalisation des
approvisionnements, à la consommation de produits locaux, à la mobilisation
d’innovations territoriales et à leur appropriation par les différents acteurs de
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
10
l’économie locale, notamment autour des activités de récupération (Bahers et al., 2017).
Ces préoccupations vont au-delà de la création d’activités génératrices d’emplois ancrés
dans le territoire, et concernent également la contribution à la réduction des émissions
de gaz à effet de serre à l’échelle locale et globale, la limitation du gaspillage des
ressources et la capacité à rendre les territoires plus attractifs, compétitifs et résilients
par la mise en œuvre d’innovations de toutes natures.
38 En produisant ces externalités positives dans un contexte de transition écologique et de
mutations des territoires, l’EC pourrait constituer une réponse aux défis territoriaux de
compétitivité, de résilience, de valorisation des ressources spécifiques locales, et de
remobilisation des acteurs sur les questions de gouvernance territoriale (Schalchli et
Maillefert, 2010). Toutefois, il ne faut pas négliger ses limites, en particulier au niveau
des territoires et des possibles oppositions des riverains ou des populations locales à ce
type de démarches, du fait qu’elles peuvent générer des externalités négatives.
39 Aujourd’hui, plusieurs problématiques largement posées dans cet article subsistent :
quel territoire de référence, quelle articulation entre les différents échelons
territoriaux, quel espace de déploiement et de gouvernance des démarches, quelles
externalités produites et comment les évaluer.
40 Ainsi, les outils de l’économétrie spatiale pourraient être exploités pour la définition du
périmètre pertinent d’action des projets d’EC et la compréhension des effets
territoriaux de proximité dans la localisation géographique des acteurs. De plus,
l’évaluation de la « valeur territoriale » (Maillefert et Robert, 2017 : 920-923) créée autour
de ces nouvelles activités circulaires ancrées constitue un champ de recherche
innovant, tant par la méthodologie à élaborer que par les enjeux locaux de l’EC à
explorer. L’évaluation des effets de ces démarches nécessite d’identifier et d’estimer
l’ensemble des impacts, pour rendre compte des projets et des politiques publiques
territoriales d’EC. Or les impacts négatifs sont rarement évoqués dans la littérature.
Pourtant, la mise en place de projets territoriaux d’EC nécessite la connaissance des
coûts d’opportunité (destruction d’emplois et de valeur sur d’autres secteurs
d’activités), des impacts environnementaux et des conflits de voisinage (Bourdin et
Raulin, 2017), également porteurs d’innovations de toutes natures (Torre, 2018a).
41 Au regard du large spectre de mise en œuvre systémique de l’EC, le travail d’évaluation
consiste à identifier, quantifier et mesurer un ensemble d’indicateurs d’impacts directs
et indirects en fonction des projets, bien qu’il soit difficile de disposer d’indicateurs
quantitatifs, notamment en ce qui concerne l’évaluation de la gouvernance. Les travaux
de mesure d’impacts étant largement tributaires des données (Bourdin et Ragazzi,
2018), on comprend que les études d’impacts de l’EC restent encore peu développées. En
effet, il existe une grosse lacune dans la disponibilité de données harmonisées à une
échelle fine. Pourtant, leur exploitation permettrait de comprendre en quoi l’EC est
génératrice d’emplois, et crée de la valeur par et pour le territoire, justifiant ainsi son
déploiement sur les territoires.
42 Par ailleurs, l’analyse des proximités géographique et organisée permettrait-elle
également de révéler et d’évaluer la dimension territoriale et spatiale de l’EC (Bahers et
al., 2017) ? Cette question peut alimenter la réflexion pour des recherches futures sur la
gouvernance de l’EC. Nous savons déjà que l’approche territoriale de l’EC mise sur une
proximité géographique des acteurs (Carrière, 2018), indispensable à toute
mutualisation et substitution de flux et à toute collaboration pérenne des acteurs, gage
de la dynamique de mobilisation des ressources endogènes et de la création de « valeur
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
11
territoriale ». Mais la mobilisation des proximités organisées, qui peuvent s’affranchir de
l’espace et des territoires, laisse planer un doute sur la possibilité d’un DTD fondé sur
les principes de l’EC.
BIBLIOGRAPHIE
Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, 2014, « Économie circulaire : notions »,
fiche technique, Angers, Ademe, p. 10, https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/
documents/fiche-technique-economie-circulaire-oct-2014.pdf.
Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie et Association des régions de France,
2014, Guide méthodologique du développement des stratégies régionales d’EC en France, Paris-Angers,
Ademe, p. 89, https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-strategie-eco-
circulaire-201410-rapport-final.pdf.
Andersen M. S., 2007, « An introductory note on the environmental economics of the
circular economy », Sustainability Science, vol. 2, n° 1, p. 133-140.
Angeon V., Caron P., Lardon S., 2006, « Des liens sociaux à la construction d’un développement
territorial durable : quel rôle de la proximité dans ce processus ? », Développement durable &
territoires, dossier n° 7, https://doi.org/10.4000/developpementdurable.2851.
Aurez V., Georgeault L., 2016, « Les indicateurs de l’EC en Chine », Revue de l’OFCE, vol. 1, n° 145,
p. 127-160, https://www.cairn.info/revue-de-l-ofce-2016-1-page-127.htm#.
Aurez V., Tan A., Deboutière A., Carré L., Schnebelen N., 2015, L’économie circulaire, une trajectoire
pour la lutte contre le dérèglement climatique, Paris, IEC, p. 78.
Aurez V., Levy J-C., 2013, Économie circulaire, écologie et reconstruction industrielle ? Paris,
Commission nationale de la coopération décentralisée, 26 p.
Bahers J.-B., Durand M., Beraud H., 2017, « Quelle territorialité pour l’EC ? Interprétation des
typologies de proximité dans la gestion des déchets », Flux, vol. 3, n° 109-110, p. 129-141.
Bazin S., Beckerich C., Delaplace M., 2009, « Les déterminants de l’émergence de filières
productives de déconstruction/recyclage : patrimoines productifs locaux, proximités organisées
et/ou proximité géographique ? », 6e Journées de la proximité, « Le temps des débats », octobre,
Poitiers, p. 14.
Beaurain C., Brullot S., 2011, « L’écologie industrielle comme processus de développement
territorial : une lecture par la proximité », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 2, p. 313-340,
https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2011-2-page-313.htm.
Bocken N. M. P., Short S. W., Rana P., Evans S., 2014, « A literature and practice review to develop
sustainable business model archetypes », Journal of Cleaner Production, vol. 65, p. 42-56, DOI :
https://doi.org/10.1016/j.jclepro.2013.11.039.
Boulding K. E., 1966. « The economics of coming spaceship earth », in Jarret H. (Ed.), Environmental
quality in a growing economy, Baltimore, MD : John Hopkins, University Press.
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
12
Bourdin S., Raulin, 2017, « EC et effets de proximité : analyse du discours des acteurs de la
méthanisation dans le Grand-Ouest français », Les défis de développement pour les villes et les régions
dans une Europe en mutation, 5-7 juillet, université Panteion, Athènes, 16 p.
Bourdin S., Ragazzi E., 2018, « La science régionale et la performance des politiques publiques :
retour sur les méthodes d’évaluation », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 2, p. 225-242.
Brotons J., 2017, « EC et droit. Vers une régionalisation de l’EC en France », in Lazzeri Y., Bonnet-
Fernandez D., Domeizel M. (dir.), EC et territoire, Aix-en-Provence, Presses universitaires de
province et Presses universitaires d’Aix-Marseille, p. 103-109.
Buclet N., 2015, « Essai d’écologie territoriale. L’exemple d’Aussois en Savoie », CNRS Éditions,
Paris, p. 216.
Campagne P., Pecqueur B., 2014, Le développement territorial. Une réponse émergente à la
mondialisation, Paris, Éditions C. L. Mayer, coll. « Essai ».
Carrière J.-P., 2018, « La région, une échelle pertinente pour la “mise en territoire” de l’EC ?
Réflexions à partir du cas français », Lucrările Seminarului Geografic « Dimitrie Cantemir », n° 1,
vol. 46, p. 3-22.
Colletis G., Pecqueur B., 2005, « Révélation de ressources spécifiques et coordination située »,
Économie et institutions, n° 6 et 7, p. 51-74.
Commissariat général au développement durable, 2014, Comparaison internationale des politiques
publiques en matière d’économie circulaire, Nanterre, Service de l’économie, de l’évaluation et de
l’intégration du développement durable, 53 p.
Dermine-Brullot S., Junqua G., Zuindeau B., 2017, « Écologie industrielle et territoriale à l’heure
de la transition écologique et sociale de l’économie », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5,
p. 771-795, https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2017-5-
page-771.htm.
Di Méo G., 1998, « De l’espace aux territoires : éléments pour une archéologie des concepts
fondamentaux de la géographie », L’Information géographique, vol. 62, n° 3, p. 99-110, https://
www.persee.fr/docAsPDF/ingeo_0020-0093_1998_num_62_3_2586.pdf.
Du Tertre C., 2011, « Économie servicielle et travail : contribution théorique au développement
d’une économie de la coopération », Travailler, vol. 1, n° 29, p. 29-64, https://www.cairn.info/
revue-travailler-2013-1-page-29.htm.
Erkman S., 2001, « L’écologie industrielle, une stratégie de développement », Le Débat, vol. 1,
n° 113, p. 106-121, https://www.cairn.info/revue-le-debat-2001-1-page-106.htm.
Esparon S., 2017, « La communauté de communes comme système pilote pour l’étude d’un réseau
de création de valeurs forestière élargi », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, p. 837-856,
https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2017-5-page-837.htm#.
European Commission, 2017, Report on the implementation of the Circular Economy Action Plan,
Bruxelles, 14 p, https://ec.europa.eu/environment/circular-economy/
implementation_report.pdf.
Frosh R. A., Gallopoulos N. E., 1989, « Strategies for Manufacturing. Wastes from one industrial
process can serve as the raw materials for another, thereby reducing the impact of industry on
the environment », Scientific American, vol. 261, n° 3, p. 144-152.
Gallaud D., Laperche B., 2016, « EC et développement durable : écologie industrielle et circuits
courts », London, ISTE éditions Ltd, coll. « Innovation, entrepreneuriat et gestion », vol. 5.
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
13
Gaglio G., Lauriol J., Du Tertre C. 2011, L’économie de la fonctionnalité : une voie nouvelle vers un
développement durable ?, Toulouse, Octarès.
Geng Y., Tsuyoshi F., Chen X., 2010, « Evaluation of innovative municipal solid waste management
through urban symbiosis : a case study of Kawasaki », Journal of Cleaner Production, vol. 18,
n° 10-11, p. 993-1000.
Ghisellini P., Cialani C., Ulgiati S., 2016, « A review on circular economy : the expected transition
to a balanced interplay of environmental and economic systems », Journal of Cleaner Production,
vol. 114, p. 11-32.
Gumuchian H., Pecqueur B., (dir.), 2007, La ressource territoriale, Paris, Economica, vol. 1, p. 252.
Jambou M., 2018, L’émergence de relations interentreprises dans les démarches d’écologie industrielle et
territoriale. Comparaison de trois dispositifs méthodologiques innovants, thèse de doctorat, université
de technologie de Troyes.
Lambert F.-M., Georgeault L., 2014, « Les axes majeurs du développement d’une politique d’EC »,
Annales des Mines, série « Responsabilité et environnement », vol. 4, n° 76, p. 19-22.
Laperche B., Merlin-Brogniart C., 2016, « Écologie industrielle et développement territorial
durable le rôle des services », Marché et organisations, vol. 1, n° 25, p. 87-118.
McDowall W., Geng Y., Huang B., Bartekova E., Bleischwitz R., Türkeli S., Kemp R., Doménech T.,
2017, « Circular Economy Policies in China and Europe », Journal of Industrial Ecology, vol. 21, n° 3,
p. 651-661.
Maillefert M., Robert I., 2017, « Nouveaux modèles économiques et création de valeur territoriale
autour de l’économie circulaire, de l’économie de la fonctionnalité et de l’écologie industrielle »,
Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, p. 905-933.
Maillefert M., Robert I., 2014, « Écologie industrielle, économie de la fonctionnalité, entreprises et
territoires : vers de nouveaux modèles productifs et organisationnels ? », Développement durable &
territoires, vol. 1, n° 5, DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.10177.
Maillefert M., Screnci N., 2016, « Écologie industrielle et nouveaux modèles économiques. Quels
enjeux de développement pour les territoires ? », Congrès RIODD 2016, juillet, Saint-Étienne,
p. 26.
Maillefert M., 2009, « L’écologie industrielle : une stratégie de développement territorial
durable ? » Écoflash, n° 239.
Merlin-Brogniart C., 2017, « Nature et dynamique de l’innovation des nouveaux modèles de
croissance : le cas de l’écologie industrielle et de l’économie de la fonctionnalité », Innovation,
n° 54, vol. 3, p. 65-95.
Mirabella N., Castellani V., Sala S., 2014, « Current options for the valorization of food
manufacturing waste : a review », Journal of Cleaner Production, vol. 65, p. 28-41.
Nelles M., Grünes J., Morscheck G., 2016, « Waste Management in Germany-Development to a
Sustainable Circular Economy ? », Procedia Environmental Sciences, vol. 35, p. 6-1.
Ness D., 2008, « Sustainable urban infrastructure in China : Towards a Factor 10 improvement in
resource productivity through », International Journal of Sustainable Development and World Ecology,
vol. 15,n° 4, p. 288-301.
Rallet A., Torre A., 2004, « Proximité et localisation », Économie rurale, n° 280, p. 25-41, https://
www.persee.fr/docAsPDF/ecoru_0013-0559_2004_num_280_1_5470.pdf.
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
14
Ren Y., 2007, « The circular economy in China », Journal of Material Cycles and Waste Management,
vol. 9, n° 2, p. 121-129.
Rey-Valette H., Roussel S., 2006, « L’évaluation des dimensions territoriale et institutionnelle du
développement durable. Le cas des politiques de Gestion intégrée des zones côtières »,
Développement durable & territoires, dossier 8, DOI : https://doi.org/10.4000/
developpementdurable.3311.
Schalchli P., Maillefert M., 2010, « Pré-requis pour la construction d’une méthodologie pour
l’implantation d’une démarche d’écologie industrielle à l’échelle d’un espace territorial », in
Maillefert M., Petit O., Rousseau S. (coord.), Ressources, territoires, patrimoines et développement
durable, Bruxelles, Peter Lang, coll., « Ecopolis » n° 10, p. 45-68.
Su B., Heshmati A., Geng Y., 2013, « A Review of the Circular Economy in China : Moving from
Rhetoric to Implementation », Journal of Cleaner Production, vol. 42, p. 215-227.
Torre A., 2018a, « Les moteurs du développement territorial », Revue d’économie régionale et
urbaine, vol. 4, p. 711-736, https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-
urbaine-2018-4-page-711.htm#.
Torre A., 2018b, « Développement territorial et relations de proximité », Revue d’économie régionale
et urbaine, nos 5-6, p. 1043-1075.
Torre A., Chia E., 2017, « Nouvelles controverses du développement territorial : quelle
gouvernance et quelles innovations ? », Revue canadienne des sciences régionales, vol. 2, n° 40,
p. 91-102.
Torre A., 2015, « Théorie du développement territorial », Géographie, économie, société, vol. 3, n° 17,
p. 273-288.
Torre A., Tanguy C., 2014, « Les systèmes territoriaux d’innovation : fondements et
prolongements actuels », in Boutillier S., Forest J., Gallaud D., Laperche B., Tanguy C., Temri L.
(dir.), Principes d’économie de l’innovation, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Business and Innovation »,
p .514.
Torre A., Zuindeau B., 2009, « Les apports de l’économie de la proximité aux approches
environnementales : inventaire et perspectives », Natures Sciences Sociétés, vol. 4, n° 17, p. 349-360,
https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2009-4-page-349.htm.
Vuidel P., Pasquelin B., 2017, Vers une économie de la fonctionnalité à haute valeur environnementale et
sociale en 2050. Les dynamiques servicielle et territoriale au cœur du nouveau modèle, Angers, Ademe-
Atemis, 299 p., https://www.atemis-lir.fr/wp-content/uploads/2017/06/
prospective_ef_201705_rapport.pdf.
RÉSUMÉS
L’économie circulaire, nouveau modèle économique respectueux de l’environnement, alternatif à
l’économie linéaire, est souvent présentée comme une opportunité de développement soutenable
au niveau local, et ses démarches de plus en plus expérimentées dans les territoires, dans un
contexte de transition socio-écologique. Cependant, la question de sa territorialité et de ses liens
avec le développement durable reste encore scientifiquement non stabilisée. Cet article propose
un état de l’art sur le sujet de la dimension territoriale des démarches d’économie circulaire et
cherche à évaluer comment elles peuvent constituer une opportunité de développement
économique territorial et durable.
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
15
The circular economy, a new economic model that respects the environment, alternative to the
linear economy, is presented as an opportunity for territorial sustainable development. In the
context of socio-ecological transition, its approaches are thus increasingly experienced locally
but the question of their territoriality and their links with sustainable spatial development
remains scientifically unstable. This article is a review of the bibliography which aims to analyze
the territoriality of circular economy approaches and to assess if they can become an
opportunity to ensure sustainable territorial development.
INDEX
Mots-clés : économie circulaire, territorialisation, développement territorial durable,
innovation, proximité, gouvernance territoriale
Keywords : circular economy, territoriality, sustainable territorial development, innovation,
proximity, territorial governance
AUTEURS
AMADOU NIANG
Amadou Niang est membre de l’UMR SAD-APT, INRAE, AgroParisTech, université Paris-Saclay.
École de management de Normandie ; Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.
École de management de Normandie.
amadou.niang@agroparistech.fr
SÉBASTIEN BOURDIN
Sébastien Bourdin enseigne à l’école de management de Normandie, laboratoire Métis.
sbourdin@em-normandie.fr
ANDRÉ TORRE
André Torre est membre de l’UMR SAD-APT, INRAE, AgroParisTech, université Paris-Saclay.
torre@agroparistech.fr
L’économie circulaire, quels enjeux de développement pour les territoires ?
Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020
16
... L'engagement dans la circularité traduit donc la volonté des acteurs publics et privés d'assurer une croissance économique impactant moins l'environnement, et qui préserve le bien-être social des populations. Dans ce cadre, les territoires locaux paraissent être un niveau d'intervention adéquat et de mise en oeuvre des initiatives d'économie circulaire, à même de développer ses potentialités économiques, sociales et environnementales (Niang et al., 2020). ...
... Cette transition vers une économie circulaire qui mobilise l'ensemble des acteurs locaux est souvent soutenue par des financements publics au travers d'appels à projets incitatifs cherchant à inscrire ses pratiques dans l'espace et le territoire (Dermine-Brullot et Torre 2020). Elle constitue ainsi un enjeu de plus en plus important en termes de politiques publiques car elle permet (i) d'améliorer la productivité et l'efficience des ressources, (ii) d'accroître le potentiel de croissance locale, (iii) de mettre en oeuvre des innovations de toutes natures, et (iv) de créer de nouvelles activités pourvoyeuses d'emplois et de richesse qu'elles portent (Stahel, 2013 ;Cainelli et al., 2017 ;Niang et al., 2020). À la croisée de ces enjeux majeurs et recherchant une plus grande efficacité, les entreprises jouent un rôle décisif dans les dynamiques de déploiement de l'économie circulaire (Garces-Ayerbe et al., 2019 ; Lieder et Rashid, 2016) au niveau local. ...
... Dès lors, la dimension territoriale de l'économie circulaire semble aller de soi. Or, elle s'avère absente des diverses définitions de l'économie circulaire et reste essentiellement sous-jacente (Niang et al., 2020: Bourdin et Maillefert, 2021. Pourtant, dans la pratique, cette dernière s'appuie bien souvent sur les avantages relatifs à la proximité géographique de différentes activités et acteurs pour permettre la réutilisation de déchets et échanger des flux de matières par des coopérations inter-entreprises (Jambou et al., 2021). ...
Article
Full-text available
Le modèle d'économie circulaire, envisagé comme une solution adaptée aux défis globaux des changements climatiques, est aujourd'hui souvent proposé pour la conception et la fabrication de produits à forte valeur ajoutée, générateurs de nouvelles activités économiques pourvoyeuses d'emplois et de valeur dans les territoires. Cet article contribue à analyser l'évolution et le degré de concentration spatiale des activités d'économie circulaire à l'échelle des zones d'emploi de la France métropolitaine sur la période 2008-2015. Nos résultats mettent en évidence une croissance de l'emploi circulaire supérieure à celle de l'emploi total. Par ailleurs, nous montrons à la fois que les activités circulaires sont davantage métropolitaines et qu'il existe, en France, une diagonale du vide de la localisation des activités d'économie circulaire. On observe également un effet régional marqué de la répartition spatiale des activités circulaires, suggérant une territorialisation des politiques publiques d'économie circulaire. Mots-clés : Économie circulaire, zones d'emploi, établissement, croissance de l'emploi, concentration spatiale.
... Territorial development refers, then, to a situation where resources are used in a value creation process, and where stakeholders are involved together in a project, recognizing themselves as a collective. This could be defined as a as dynamics based on the activation of several factors by a group of stakeholders (Niang, Bourdin, and Torre 2020). Territorial science (Rallet and Torre 1995) and evolutionary economic geography (Cooke and Morgan 1999;Boschma 2004) highlight three key dimensions of TDP: specific coordination modalities set in a particular institutional context, which could lead to the creation of local specific resources. ...
... They refer to a case of institution-led coordination. The keyword 'territory' is employed by several authors (Durand, Bahers, and Beraud 2017;Niang, Bourdin, and Torre 2020) to sustain the fact that EC implementation must be based on a proximities relationship between stakeholders. Consequently, this keyword is directly linked to coordination aspects. ...
Article
Our purpose is to examine the link between circular economy (CE) and territorial development in the literature. Works on CE most often deal with its integration within firms’ strategies. The link between CE and the territorial development process (TDP) is more rarely studied. We define the TDP through the interaction between three key dimensions: coordination modalities between the stakeholders, institutional factors, and the resources generated in the process. Using a systematic literature review our aim is to understand, through the occurrences of those dimensions in the 265 papers selected, whether or not and how the issue of the TDP is addressed. Our first result is that a part of the literature on CE often focuses on one or two of the three key dimensions identified. The second result is to highlight several forms of interactions between the key dimensions, illustrating that CE can imply different types of TDPs.
... Les enjeux théoriques et disciplinaires ne sont pas oubliés : les économistes discutent notamment des modèles de l'économie circulaire et de l'économie de la fonctionnalité, promus comme « écologiques », mais dont la dimension territoriale pose encore question et dont la durabilité à cette échelle doit être évaluée(Niang et al., 2020 ; Écologisation des pratiques et territorialisation des activités : une introdu... Développement durable et territoires, Vol. 11, n°1 | Avril 2020 ...
Article
Full-text available
Le présent article constitue une introduction au dossier thématique « Écologisation des pratiques et territorialisation des activités ». Partant du constat d'une proximité implicite entre les deux processus, nous proposons une définition de l'écologisation et de la territorialisation, définitions sur lesquelles s'appuient les auteurs des quatorze contributions à ce dossier. Ces dernières montrent que l'écologisation et la territorialisation peuvent diverger, ou opérer presque l'une sans l'autre. Elles montrent également que leur rencontre est toujours construite. Finalement, des catégories d'analyse originales s'ajoutent à celles pressenties par les coordinateurs de ce dossier (jeux d'acteurs et mise en récits, matérialités, etc.) pour interroger les promesses de synergie entre écologisation et territorialisation. L'analyse en termes de cadrage des problèmes révèle ainsi sa pertinence, en éclairant les compromis établis, les conflits de normes et de valeurs entre acteurs des territoires mais aussi leurs arrière-plans structurels.
Thesis
L’utilisation du modèle de l’Economie Circulaire (EC) apparait être aujourd’hui un moyen de plus en plus utilisé par les organisations et les politiques publiques afin de dépasser la problématique des déchets et la faire progresser à un nouveau stade de développement : celui de la durabilité. Si la question du diagnostic et de la nécessité d’une transition vers une EC n’est globalement plus discutée, celle de sa mise en œuvre l’est au contraire fortement, notamment en Russie. Selon le type de secteur économique et selon le territoire envisagé, une stratégie d’EC ne peut être perçue de la même manière. Que ce soient en termes de ressources naturelles, de travail ou de capital, différents facteurs économiques sont amenés à interférer dans la recherche de circularité et de durabilité. L’objectif de cette thèse est ainsi d’explorer la multidimensionnalité de l’EC à travers le cas la Filière-Bois (FB) russe et de l’Oblast de Tomsk afin d’étudier l’influence de ces différents facteurs économiques et de comprendre comment une stratégie d’EC peut s’établir au niveau d’une organisation et de son territoire. Cela suggère par ailleurs l’utilisation d’une méthode qui rende possible l’analyse des différents niveaux de généralisation du système économique.La première contribution de la thèse est la création d’une approche globale par la Méthode des Système Souples (MSS) et son dispositif de Modélisation Intégrée (MI) comme procédure permettant (i) de structurer et d’observer l’ensemble des facteurs économiques participant à la valorisation d’une ressource, (ii) en termes de circularité et de durabilité, (iii) dans un secteur d’activité et sur un territoire donné. La seconde contribution de la thèse réside dans la constitution d’une méthode pour le choix des technologies circulaires. Celle-ci permet de mettre en lumière les différentes démarches pouvant amener une organisation à amorcer une transition vers un modèle d’EC, dont les contraintes et opportunités se trouvent à plusieurs niveaux de généralisation : micro, mais également méso et macro. Ces résultats de recherche doivent être reproduits à travers le cas d’autres secteurs économiques et territoires, ce qui permettra de faire progresser les recherches empiriques d’une part, et d’autre part de potentiellement amener à créer les premiers modèles d’évaluation intégrée en EC.
Article
As the circular economy (CE) is a viable solution to address environmental issues, academics and policy makers aim to have a better understanding of the drivers and barriers related to its development. Nonetheless, what is still missing in this discussion is what governance arrangements at the micro level would be conducive for the CE. In other words, how actors should interact to apply, form, and reform rules to organize activities inherent in the development of the CE. This study aims to investigate this question by mobilizing the Socio-Ecological Systems framework to examine five methanation projects carried out in the Brittany and Normandy regions of France. As these projects are characterized by different outcomes, a comparative analysis is conducted to identify a set of governance arrangement factors that are key to the success of the CE. First, in terms of actors, the results highlight the importance of (i) the participation of all relevant stakeholders in the governance process, especially local inhabitants, (ii) facilitative leadership, (iii) sufficient technological expertise. Second, there should be effective collaboration through frequent information sharing and self-organizing activities. Third, actors apply constitutional rules while elaborating collective choice rules that allow a collaborative and bottom-up governance.
Article
Full-text available
Dans cet article nous posons la question d’un développement territorial durable, i.e. un changement des modes deproduction et de coordination au niveau local tenant compte du caractère non renouvelable des ressources primaires et tentantd’y apporter remède par une approche plus frugale. Nous nous interrogeons sur la possible contribution de l’économie circulaire,qui propose la réutilisation des produits et la réinjection des flux énergétiques ou des déchets dans le processus de production,avec un ancrage local fort et des interventions souvent liées à la dimension territoriale. Dans un premier temps, nous abordons lanotion de développement territorial et sa définition, avant de discuter de ses deux moteurs, la production et la gouvernance. Nousnous posons ensuite la question de la possibilité d’un développement territorial durable, à partir de la recension des différentescatégories de ressources territoriales et de leurs possibilités d’utilisation par une économie circulaire. Dans un troisième temps,nous nous demandons comment territorialiser cette économie circulaire et sur quel type de territoires, en nous appuyant surl’exemple de la méthanisation.
Article
This contribution proposes an introduction to the concept of territorial value used by French-speaking researchers to analyse the benefits of circular economy (CE)'s projects. For several years, French-speaking researchers have been highlighting the emergence of a new form of value in the CE's implementation. This so-called territorial value is associated with the mobilisation of heterogeneous actors (industrial, institutional, associative, etc.) in the CE's implementation in the territories. It is essentially based on the capture, realisation, and redistribution of positive social externalities. However, this concept of territorial value covers many issues. This contribution addresses the theoretical and empirical issues of territorial value. It discusses its relationship with other concepts and/or forms of value (extended customer value, partnership value, shared value, etc.) which nevertheless remain values oriented towards the company. Then, it shows a relationship between territorial value, the issue of territorial development and, more broadly the ecological transition. The critical analysis reveals that the territorial value is defined around an overcoming of the genealogical approach of the value centred on the company. It refers to the valorisation of territorial resources. Then, it supposes the existence of a collective process relying particularly on the relations of proximity between the territorial actors. Finally, this contribution explores the difficulties in measuring this territorial value, which constitute research opportunities for the international scientific community.
Article
Today, business associations, clusters and local authorities are taking initiatives in the area of circular economy and, in particular, industrial and territorial ecology (EIT). These steps strengthen the local economy and the establishment of short circuits. Indeed, it appears that geographical proximity is most often necessary for the transfer of flows (energy, water, waste…). After recalling the definition of the main concepts, we analyze seven experiments in France. In particular, we note that these experiences are generally characterized by relatively weak financial and human resources, but that they require animation by a third-party actor.
Article
Full-text available
The drivers of territorial development This article copes with the two drivers of territorial development – namely the production and governance processes. It examines their characteristics, their functioning, and the role they play in the implementation of territorial development mechanisms. Their link with territorial innovations of various natures (technological, organizational, social and institutional) is also examined. The text starts with a survey of literature and experiences on the notions of governance and production at the territorial level, followed by an analysis of the black box of fabrication of territorial innovation. To finish, the mechanisms of territorial development are described, based on three possible options of (non) development: loyalty or cooperation, voice or competition, spatial exit or relocation.
Article
Full-text available
Dans un contexte de fortes contraintes budgétaires pour les collectivités territoriales, la question de l’efficacité des politiques menées est un sujet d’actualité. L’évaluation des politiques publiques de développement territorial fait l’objet de nombreux travaux académiques en sciences humaines et sociales. Or, de nombreux problèmes méthodologiques persistent parmi lesquels on retrouve la validité et le rôle des méthodes quantitatives et qualitatives, la nature des causalités, la qualité des données exploitées et leur raffinement, la multidimensionalité des phénomènes adressés par les politiques et des objectifs de celles-ci. Dans ce cadre, cet article vise à introduire le numéro spécial portant sur les problèmes et défis de la Science Régionale dans l’évaluation des politiques publiques à partir d’expériences de chercheurs pour en tirer des leçons.
Article
Full-text available
The municipalities conurbation as scale to studying a forest actors network Recent work has shown the influence of topology on systemic capacity. However, since the law on the energy transition to green growth, policies encourage the circular economy approach. Owing to is nature, industrial ecology, one of the pillars of circular economy, restructures logistical and economics relations between companies. It is legitimate to investigate the influence of widespread and systematic implementation of this approach on the systemic capacity of production systems. The forest sector reconstruction of the “Landes de Gascogne" in a post storm context is the opportunity to question this new economic structuring approach advised by public policies. We propose an original analysis framework named Expanded network of value creation. The latter is based on a methodological approach requiring a local authority perimeter. Through a literature review, we propose the agglomeration of municipalities as an appropriate unit. This territorial unit combines the basics criteria and success factors of industrial ecology approaches.
Article
Full-text available
The new German Closed Cycle Management Act is aimed to turn the waste management into a resource management. The realisation that waste can be a useful source of raw materials and energy is not new; metals, glass, and textiles have been collected before and put to new use. The waste management policy, which has been adapted in Germany over the past 20 years, is based on closed cycles and assigns disposal responsibilities to manufacturers and distributors of products. This has made people even more aware of the necessity to separate waste, led to the introduction of new disposal technologies, and increased recycling capacities. Today, 14 per cent of the raw materials used by the German industry are recovered waste. Modern closed cycle management contributes, with a share of approximately 20 per cent, to achieve the German Kyoto targets on the reduction of climate-relevant emissions.
Article
Territorial development and proximity relations The aim of this article is to analyze and to demonstrate the link between territorial development processes and proximity relations, by overtaking the traditional production relations and localized systems based approach with a widened study of innovation and careful attention to governance processes. First we give a precise and argued definition of territorial development, as well as proximity relations. Then we present and analyze the two engines of territorial development - production relations and governance processes - by exploring their theoretical origins, in connection with some related works in terms of proximity. We end with a detailed analysis of the link between proximity relations and territorial development processes, first static, with an extension of the hirschmanian tripod to territorial situations, be there productive or in terms of governance, then dynamic by a study of the territorial development paths and their links to proximity situations.
Article
New business models and territorial value about circular economy, functional economy and industrial ecology Standing from the point of view of the new sustainable business models such as circular economy, functional economy and industrial ecology, this article tries to analyze the way actors build news forms of wealth through collective action. We differentiate two forms of value creation: value for shareholders (for the firm or for insiders) and value for territorial stakeholders (for the territory). This value comes from the transformation of social externalities into different form of activities creating wealth. We then question the capacity for sustainable business models to redefine the territory through collective and coordinated action between firms and territorial stakeholders. Beyond the concepts of stakeholder value , extended customer value or shared value, based on a co-constructed value with stakeholders for the firm and for stakeholders, we investigate the concept of territorial value from business models. A typology of new territorial economic models is offered, illustrated by different case studies.
Article
Territorial and industrial ecology at the time of the socio-ecological transition of the economy Industrial and territorial ecology ( Ite ) give rise to numerous research issues in various disciplines ranging from engineering to human and social sciences. The works carried out in France in this field focus on the territory, its stakes and its actors, as an object of study or as dimensions to consider in the implementation of Ite initiatives. To facilitate the emergence of a multidisciplinary scientific community around the Ite and the development of interdisciplinary works, two symposia has been organized by the University of Technology of Troyes and the Imt Mines Alès in Troyes in 2012 and 2014. This article aims to introduce the special issues resulting from the second edition of the symposium ( Coleit 2014), dealing with the problem of the contribution of the Ite to the ecological and social transition of the economy.
Article
Nature and Innovation Dynamics of Green Business Models: The Case of Industrial Ecology and Functional Service Economy Functional Service Economy (FSE) and Industrial Ecology (IE) are operational business models which claim to contribute to sustainable development. Economic literature mainly focuses on the role of technological and organizational innovations within these models. This article shows that the ability to meet sustainable development is not only dependent on these innovations. The ability of these coordination forms to cover the different dimensions of sustainable development can be questioned. This study is based on the analysis of IE or FSE case studies carried out by the author or coming from economic literature in order to analyze the innovation trajectories mobilized by these partnerships. The complexity of the externalities generated by these models requires coordination at a systemic level which takes into consideration the micro, meso and macro scales. These models involve a service-based innovation trajectory which plays a role in the implementation and the sustainability of these projects. JEL Codes: Q57, L21, O30, L80, Q01