Technical ReportPDF Available

Environnement d'un projet de transport dans l'agglomération de Ouargla

Authors:

Abstract

This article describes the different natural & technological risks surrounding a tramway project in Ouargla, a city of Algeria. We list for natural environment, the weather temperatures, wind, floods, earthquakes and seismology, thunderstorms. For the technological environment we look about pollution and seveso risks in the surrounding factories of the city of Ouargla.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
1
F. Kühn Le 22 Janvier 2020
Environnement du projet de tramway de OUARGLA
La wilaya d’Ouargla s’étend sur une aire de 211980 km2 avec 21 communes et 10 Daïras,
comporte une population de plus de 445 619 habitants dont 112 339 habitants dans le chef-
lieu de la Wilaya. La ville d’Ouargla est située au Sud-Est algérien, au nord du Sahara algérien,
elle présente l’une des oasis les plus grandes du Sahara et occupe une soixantaine de
kilomètres sur la cuvette d’oued Mya. C’est une vraie porte du désert entourée de six petites
oasis : Beni Thour, Sidi Khouiled, Chott, Rouissat, Said Otba et N'goussa.
Ouargla a joué le rôle de porte du désert à la croisée des pistes commerçantes sahariennes
(les pistes des caravanes) où se faisait les échanges de l’or soudanais et puis le commerce des
esclaves, à la fin du XIVème siècle.
Aujourd’hui, grâce à l’urbanisation, cette ville regroupe les éléments d’une ville moderne et
des quartiers traditionnels, se caractérisant par l’existence de deux types d’espace : l’espace
urbain récent et l’espace oasien traditionnel. Elle est aussi un des centres extrêmement
anciens de peuplement qui date de l’époque paléolithique ou sa population actuelle est
d’origine nomade qui s’est sédentarisée particulièrement depuis la découverte du pétrole.
La ville d’Ouargla se situe à 128 m d'altitude, à 190 km à l'Est de Ghardaïa, à 388 km au Sud
de Biskra, à 160 km au Sud-ouest de Touggourt. Elle s’étend entre les 28° et 32° de latitude
nord et les méridiens et Est. Elle est limitée au nord par la commune de Touggourt, à
l’Est par celle d’El Oued, au sud par celle des Ajjer et du Tidikelt, et à l’Ouest par celle d’El
Golée et de Ghardaïa.
Les reliefs se caractérisent par la dominance de massifs de dunes. La limite vers l’Ouest est
marquée par une falaise qui termine le plateau du M’Zab et qui domine la vallée à une altitude
d’environ 220 mètres. Ce plateau est composé essentiellement de formations grésocalcaires
d'âge tertiaire couvertes de graviers ou de cailloux, associées à des sables siliceux rougeâtres.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
2
Source : http://ykouzmine.free.fr/IMG/pdf/These-Chaouche-p2.pdf
La limite quant à elle moins élevée (160 mètres), est beaucoup plus diffuse. Elle est composée
de formations dunaires, d’importance relativement modeste. Les bas-fonds de la cuvette (136
m au niveau du marché du ksar d’Ouargla) sont occupés par des alluvions. Les jardins de l’oasis
y sont situés, mais pour la plus grande partie, ce sont des terrains inondés ou inondables de
la sebkha qui s’allongent en forme de croissant, au Nord de la ville, depuis l’Ouest (128 m)
vers l’Est (127 m). Cette sebkha est composée des sols salés gypseux et très peu perméables
qui évoluent dans des conditions d’asphyxies prolongées, couvrant une surface très
importante.
La région d’Ouargla se trouve encaissée au fond d’une cuvette très large de la basse vallée de
l’oued M’ya. Cette dernière est caractérisée par une dissymétrie marquée par la présence
d’une falaise occidentale particulièrement nette et continue, tandis que la limite orientale est
imprécise.
- A l’Ouest : un plateau calcaire surplombe la cuvette d’Ouargla à environ 230 m
d’altitude en confluence avec l’Oued Mzab et l’Oued N’sa.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
3
- A l’Est : on constate un plateau, dont les limites ne sont pas nettes, avec une altitude
ne dépassant pas 160 m. Les rebords de ce plateau disparaissent souvent sous les sables (Erg
Touil, Erg Boukhezana, Erg Arifdji).
- Au Sud : une dune recouvre les ruines de Sedrata, son altitude dépasse 155 m.
- Au Nord : Zabret Bouaroua constitue au même temps la limite supérieure de Sebkhet
Safioune et de la grande cuvette d’Ouargla.
Elle est traversée d'Est en Ouest par la RN49 qui permet de rejoindre Ghardaïa et Hassi
Messaoud. La RN56 qui y prend naissance rejoint la RN3 au nord-est en direction de
Touggourt.
Elle dispose d’un important réseau totalisant 2083 km de routes, comportant 1484 km de
routes nationales avec 169 km de voies express dédoublées, 364 km de chemins de wilaya
avec 44 km de voies dédoublées et 235 km de routes communales.
Elle dispose d'un aéroport situé à 7 km au sud-est de la ville, sur la commune d’Ain Beida.
La ville de Ouargla est construite en cercles concentriques autour d'un centre historique
appelé El Ksar entouré au nord de Saïd Otba au sud-ouest par Mekhedma et au sud-est de
Beni Thour.
Au nord-est séparé par un canal se trouvent le quartier Benmendil et à l'Est le nouveau
quartier En Nasr.
Au sud, un nouveau quartier administratif est en cours de développement. Au sud-ouest se
trouve la commune de Rouissat et le quartier Sokra qui ont fusionné avec la ville d'Ouargla.
Plus éloignées on trouve plusieurs oasis situées dans les communes de Sidi Khouiled, N'Goussa
et Hassi Ben Abdellah.
La région d’Ouargla est riche en pétrole et gaz avec beaucoup de métaux, c’est une des villes
les plus riches de l'Algérie et des villes les plus riches au niveau du continent africain.
L’agriculture à Ouargla est aussi importante avec ses oasis, le pays étant riche en eaux
souterraines avec une grande quantité de palmiers, avec un sol fertile et approprié pour les
diverses cultures agricoles comme les raisins, olives et autres.
On évalue à environ un million le nombre de palmiers. Les oasis sont irriguées à partir de puits
artésiens d'une profondeur moyenne de 60 mètres ; on en compte plus de 800 dans la région.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
4
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Da%C3%AFras_de_la_wilaya_d%27Ouargla
Découpage en communes de la Wilaya de Ouargla
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
5
http://mapru.com/carte.htm#Ouargla%20%28Algerie%29
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
6
Source : http://www.urbanrail.net/af/ouargla/ouargla.htm
Schéma de la première ligne du tramway de Ouargla
L’environnement naturel
Le climat
Le climat de la région d’Ouargla est caractérisé par une aridité nettement marquée et une
sécheresse quasi permanente qui s’exprime par la température élevée, les précipitations
faibles et l’évaporation importante, (une grande chaleur estivale contrastant avec un froid
hivernal).
Les variations diurnes sont assez élevées, elles sont évidemment beaucoup plus fortes lorsque
l’on considère non plus la température de l’air mais celle du sol.
Les températures
La Wilaya de Ouargla est caractérisée par le climat Saharien, avec une pluviométrie très
réduite, des températures élevées, une forte évaporation et une faiblesse de la vie biologique.
Le tableau ci-dessous montre les variations mensuelles de la température maximale et
minimale enregistrées par la station météorologique de la ville de Ouargla pendant la période
1997-2008.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
7
Ouargla bénéficie d'un climat désertique chaud (Classification de Köppen BWh) typique du
Sahara avec des étés très longs et extrêmement chauds et des hivers courts et très doux. Le
climat y est hyper-aride et très sec toute l'année puisque les précipitations moyennes
annuelles avoisinent 45 mm. La sécheresse y est encore plus accentuée durant l'été où l'on
enregistre 0 mm de précipitations entre juin et août. Cette ville-oasis étant encaissée, et très
abritée des vents, elle devient vite une fournaise infernale, proche du climat d'Adrar et d'In
Salah.
En été, la chaleur est extrême et prend un caractère persistant : les températures moyennes
maximales dépassent 45 °C en juillet (le mois le plus chaud) mais tournent plutôt autour de
50 °C entre juin et septembre. Les températures sont agréables et modérément élevées en
hiver mais seulement la journée car dans les étendues désertiques, il n'y a rien pour retenir la
chaleur et températures minimales moyennes avoisinent 5 °C. Le ciel est dégagé et clair toute
l'année et les journées couvertes restent très rares. La température moyenne annuelle
avoisine 25 °C à Ouargla.
Le climat dominant de Ouargla est de type désertique. Tout au long de l'année, la pluie y est
techniquement inexistante. Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type
BWh. En moyenne la température à Ouargla est de 22.3 °C. La moyenne des précipitations
annuelles atteint 45 mm.
Source : http://fr.climate-data.org/location/3694/
34.2 °C font du mois de Juillet le plus chaud de l'année. Au mois de Janvier, la température
moyenne est de 10.8 °C. Janvier est de ce fait le mois le plus froid de l'année.
Entre le plus sec et le plus humide des mois, l'amplitude des précipitations est de 9 mm. Entre
la température la plus basse et la plus élevée de l'année, la différence est de 23.4 °C.
Nous regroupons dans le tableau suivant les températures et les précipitations sur une année
à partir des relevés de la station météorologique locale effectués entre 1998 et 2009:
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
8
La pluviométrie
La Wilaya de Ouargla est caractérisée par un climat Saharien, avec une pluviométrie très
réduite, des températures élevées, une forte évaporation et une faiblesse de la vie biologique.
En plus de leur rareté, les précipitations au niveau de la région de Ouargla sont irrégulières,
alors que la sècheresse presque absolue de Mai à Août, Janvier (8mm) mois le plus pluvieux,
Juillet (0.17mm) mois le plus sec, le cumul annuel (32.2mm).
Source : Goudjil Med. Bilal, Bencheikeh Salah Eddine, Université Kasdi Marbah Ouargla, « Etude de la pollution minérale et
organique des eaux souterraines de la cuvette de Ouargla, sud-est algérien », mémoire pour l’obtention du diplôme de
Master en Génie des Procédés, soutenu le 18/06/2011.
Le vent
Les vents sont très fréquents et peuvent souffler durant 50 jours au printemps, provoquant
ainsi des problèmes d’ensablement ; les plus dominants ont une direction Nord-Nord-Est et
Sud-Sud-Est.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
9
Source : Goudjil Med. Bilal, Bencheikeh Salah Eddine, Université Kasdi Marbah Ouargla, « Etude de la pollution minérale et
organique des eaux souterraines de la cuvette de Ouargla, sud-est algérien », mémoire pour l’obtention du diplôme de
Master en Génie des Procédés, soutenu le 18/06/2011.
La vitesse moyenne annuelle de 14,7 Km/h
Les vents dominants sont ceux de N/NE et S/SE avec une vitesse pouvant atteindre de 4.6
m/s et parfois dépasser 20 m/s (72 km/h). le sirocco (vent chaud et sec) peut être observé
au cours de l'année.
Vitesse moyenne des vents
Source : Nesrat I mad, OASIS. COM, Station Service NESRAT, « Notice d’impact sur l’environnement »
Représentation graphique de la rose des vents : 16 directions de la station météorologique d’Ouargla
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
10
Les gelées
Les gelées sont rares avec un maximum de 5,3 jours par an.
L’humidité en %
L’humidité de l’air moyenne minimale est de 25% en juillet et de 61% en décembre, la région
présente une moyenne annuelle de 39,3%. Alors que l'évaporation est très importante
(513mm à Ouargla et 420 mm à Hassi Messaoud).
Synthèse bioclimatique
Le quotient pluviométrique et climagramme d’Emberger donne selon la formule Q2 = (P x
3,43) /(M-m) où P : total annuel des précipitations en mm
M : température moyenne des maxima du mois le plus chaud,
m : température moyenne des maxima du mois le plus froid
Q2= 4,48 ce qui permet de situer la zone dans le climat Saharien selon la figure ci-dessous :
Source : Nesrat I mad, OASIS. COM, Station Service NESRAT, « Notice d’impact sur l’environnement »
Climagramme d’Emberger
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
11
Source : Nesrat Imad, OASIS. COM, Station Service NESRAT, « Notice d’impact sur l’environnement »
Les étages bioclimatiques de l’Algérie
Le réseau hydrographique
Les grands réseaux hydrographiques de la région d’Ouargla sont les oueds M’ya , M’zab et
N’sa qui amènent leurs eaux vers la cuvette de Ouargla et par conséquence posent des
problèmes de la remontée des eaux superficielles.
L’oued N’sa
Le bassin versant de l’oued N’sa couvre une superficie de 7 800 km². Il coule selon une
direction Ouest-Est dans son cours supérieur, en direction Nord - Nord -ouest Sud- Sud- Est
dans son cours moyen sur une longueur d’environ 100 kilomètres et de nouveau vers l’Est en
son cours inférieur pour se déverser dans la sebkha Safioune. Les crues sont également
exceptionnelles. La dernière date de 1994, où le débit enregistré a été de 35 m3/seconde.
L’oued M’zab
L’oued M’Zab coule d’Ouest en Est sur environ 320 kilomètres de la région de Botma Rouila à
750 mètres d’altitude jusqu’à la Sebkha Safioune à 107 mètres située au nord de la cuvette
d’Ouargla.
La surface du bassin versant est de 5 000 km². Il n’y a pas d’écoulement pérenne. Les crues
sont exceptionnelles, les dernières observées datent de 1901, 1951, 1991 et septembre
1994. Le débit mesuré en 1994 a atteint 13,5 m3/seconde. Lors de la crue de 1991, la
circulation de la route Frane-El Hadjira a été interrompue, cependant l’eau n’a pas franchi la
route vers Hassi Debiche.
L’oued Mya
La région orientale constitue le bassin du Mya. Elle affecte la forme d'une vaste gouttière
fortement relevée au Sud, au-dessus de 800 m et inclinée vers le Nord- Est. Des crêtes de
direction subméridienne la subdivisent en trois bassins - versants. D'Ouest en Est on trouve :
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
12
- Le bassin du Mya,
- Le bassin de l'In Sokki,
- Le bassin du Mseïed ou du Grand Erg Oriental.
Le bassin du Mya, limité à la dune de Tinefdjaouine, s'étend sur 19800 km2. L'Oued Mya actuel
prend son origine à l'Ouest d'Aïn el Hadjadj, vers 800 m d'altitude. Le cours fossile du Mya
inférieur est jalonné par la vaste sebkha jusqu'à Ouargla, distante de 200 km environ du point
extrême atteint par les dernières crues. Au Nord d’Ouargla la vallée n'est plus visible. Si l'on
admet, cependant, que le Mya quaternaire se jetait dans le Melrhir actuel, sa longueur devait
atteindre 900 km ; l'Oued ne coulerait donc plus, de nos jours, que sur la moitié de son ancien
parcours. La pente de cette vallée fossile est très faible : 30 m à 100 km en amont d'Ouargla.
Cet abaissement peut être dû, soit à une diminution de la pluviosité, soit à un affaissement de
la région du chott, soit, plus probablement, aux deux effets combinés.
Source : Asma Berregui, Université Kasdi Merbah Ouargla, « Les ressources en eaux et leurs conséquences sur
l’environnement oasien : cas de la région d’Ouargla », mémoire Master académique soutenu le 24/06/2013.
Délimitation du « SASS » : les nappes du système aquifère du Sahara septentrional
L’hydrogéologie
Les terrains du Bas-Sahara assurent l'infiltration et la circulation souterraine des eaux qui sont
essentiellement représentés par les formations sablo-gréseuses du continental intercalaire.
Sur les périphéries du bassin, se situe une nappe dans les bancs Cénomano-Turonien. Dans les
régions où affleure la formation, des eaux circulent dans les calcaires, en direction des parties
basses de la cuvette, sous le toit imperméable des argiles du Sénonien inférieur qui peut
atteindre une épaisseur de 300 mètres.
Dans les oasis d'Ouargla, il y a des nappes souterraines captives et phréatiques, donc on peut
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
13
dire que le grand bassin sédimentaire du Sahara septentrional contient trois principaux
aquifères:
- A la base, la nappe du continental intercalaire qui se classe comme l'un des
plus grands réservoirs captifs du monde (CI)
- Au milieu, se localise la nappe du complexe terminal (CT)
- Au sommet, s'installent les nappes phréatiques (non exploitées).
Les deux nappes, CI et CT sont actuellement, les deux principales ressources hydriques
disponibles dans la région d'Ouargla, mais la nappe phréatique (nappe superficielle) peut être
considérée actuellement comme ressource hydrique à forte salinité non exploitée.
La nappe continentale Intercalaire (C.I)
Cette nappe se situe dans un sous-sol gréseux, de sables et d’argiles. C'est le plus grand
réservoir dans tout le Sahara, d'âge Crétainférieur (Barrémien et albien), qui s'étend sur
une superficie environ 600 000 km2, de la vallée de l'oued Saoura à l'Ouest au territoire
Tunisien et Libyen à l'Est. Au Nord -Est de la dorsale du M'Zab, le toit de l'aquifère est constitué
d'argiles et d'évaporites du Cénomanien, à une continuité sur tout le bassin d’Ouargla et d'une
épaisseur de 600 m environ, d'une profondeur allant de 1200 à 1500 m.
Les apports d'eau au système s'effectuent :
- par infiltration des eaux de ruissellement des reliefs à la périphérie du
domaine et de précipitations sur les affleurements :
- Au piémont de l'Atlas Saharien du Tihert.
- Par transfert de l'aquifère à la nappe libre du grand Erg Oriental.
L'exutoire principal du système Est au Nord –Est s’effectue par l'écoulement souterrain vers
le Golf de Gabès par les foggaras. S'y ajoutent les débits des fuites à travers le toit de
l'aquifère : par la faille de la dorsale d'Amguid- El Biod (0,6 m3/s) et les prélèvements par
forage.
Nappe du complexe terminal (C.T)
Le système aquifère du C.T, couvre la majeure partie du bassin du sahara septentrional sur
environ 350 000 km2, sa profondeur varie entre 100 à 400 m.
Cette nappe du C.T est composée de trois nappes aquifères, de bas en haut nous avons
la nappe du Turonien, la nappe du Sénonien et la nappe du Mio-Pliocène.
Les apports d'eau s'effectuent essentiellement par infiltration des eaux de ruissellement à la
périphérie du bassin hydrogéologique, sur les parcours des oueds qui descendent des reliefs,
pour s'écouler sur les formations perméables des affleurements.
Un apport faible mais non négligeable qui provient de l'infiltration de la précipitation en
années exceptionnelles. Dans le grand Erg oriental, lequel alimente le Complexe Terminal.
Les exutoires sont constitués principalement par les cristaux de grandes cuvettes
d'évaporation drainante ascendante, par les sources qui y émergent et par les prélèvements
par pompage à partir de forages.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
14
La nappe phréatique
La nappe phréatique est contenue dans les formations perméables sablo-gypseuses du
Quaternaire. Les sondages carottés effectués ont permis de relever la présence de trois classes
de profils géologiques.
Une première couche dont l'épaisseur varie de 1 à 2 m, constituée de sable fin à moyen
légèrement gypseux avec une consistance de moyenne compacité ;
Une deuxième couche constituée de sable argileux compacté, dont l'épaisseur varie entre 5
et 15 m. Elle caractérise les chotts et les sebkhas où on distingue :
- Des encroûtements gypseux très salés dont l'épaisseur varie de 1 à 2 m ;
- Des sables limoneux avec un passage tufeux.
Elle caractérise les versants de la cuvette et le plateau Mio-Pliocène. On distingue :
- Un matériau détritique constitué de grès consolidé (glacis) et de sable limoneux pauvre en
gypse dont l'épaisseur est supérieure à 10 m.
Du sable grossier compacté. La nappe couvre pratiquement toute la cuvette d’Ouargla. Les
mesures les plus récentes et les observations faites sur quelques piézomètres indiquent que
le niveau piézométrique de la nappe est aujourd'hui situé entre 8 et 10 m, 50 et 100 cm dans
les palmeraies limitrophes de la sebkha et inférieur à 50 cm dans la sebkha jusqu'à
l'affleurement au centre. Les eaux de drainage des palmeraies et les eaux usées
maintiennent des niveaux piézométriques très élevés.
L’assainissement d’Ouargla
Dans le cas de la cuvette d’Ouargla, la pollution engendrée par le rejet des eaux a atteint un
seuil inquiétant en raison de la diversité des matières polluantes et de la quantité importante
en eau usées (40906 m3/j pour l’année 2005). La nappe superficielle est exploitée par des
puits à des fins agricoles et domestiques, traversée par un canal collecteur à ciel ouvert, la
pollution altère la qualité et limite ses utilisations.
C’est ainsi que nous faisons état de la contamination de la nappe superficielle par des rejets
urbains anarchiques.
Le principal facteur influant sur cette situation est la topographie : la dénivelée totale est de
9 m seulement, entre le point le plus haut (Ksar) et le point le plus bas (chott), pour un site qui
s'étend dans ses grandes dimensions de 5 km d'Est en Ouest et de 8 km du Nord au Sud. Cette
contrainte naturelle a obligé de réaliser des collecteurs, qui pour couler gravitairement,
doivent avoir de la pente et donc de progresser en profondeur. Deux chiffres résument
l'ampleur des anomalies sur le réseau principal : 15 % des tronçons coulent à contre pente et
55 % ont une pente inférieure à 5 ‰.
Les eaux en provenance des nappes profondes, du Complexe Terminal (CT) et du Continental
Intercalaire (CI), à travers les sables argilo-gypseux du Quaternaire en surface, gagnent la
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
15
nappe superficielle de la Cuvette, et participent ainsi, à une remontée spectaculaire de son
niveau piézométrique, dans une région, où, la topographie est plane sans exutoire.
Le réseau d'assainissement urbain
Le réseau d'assainissement urbain de la ville d’Ouargla est de type unitaire. Il couvre en 2008
d’après la thèse de Djidel Mohamed, Université Badji Mokhtar-Annaba, ci-dessous référencée,
les trois communes : Ouargla, Rouissat et Ain Baïdha. Il dispose de deux systèmes de
raccordement d'égout d'une part et des dispositifs d'assainissement autonomes pour le reste
des habitants d'autre part.
Le réseau d'assainissement de la ville s'étend sur une longueur de 120 km, les tuyaux dont les
diamètres varient de 200 mm pour les canalisations secondaires à 1800 mm pour les
collecteurs principaux.
Les contraintes topographiques rendent impossible la réalisation d'un réseau à écoulement
complètement gravitaire, puisque Ouargla se trouve dans une cuvette. Il a fallu donc mettre
en place de nombreuses stations de relevage. Il existe 20 stations de pompage opérationnelles
sur l'ensemble du réseau, dont 9 fonctionnent comme station de refoulement.
Le Diagnostic des installations de l'assainissement urbain
Au terme du diagnostic des installations d'assainissement de l'agglomération on a mis en
évidence un certain nombre de carences et de dysfonctionnements importants qui sont
rappelés ci- dessous (cf. thèse de Djidel M.) :
- Branchements au réseau d'égout
Il apparaît que seulement 67 % des habitations de l'agglomération sont raccordés au réseau
en 2008. Les autres habitations disposent de systèmes d'assainissement autonome.
- Colmatage des collecteurs
Toutes situations confondues et tous diamètres pris en compte, on estime que le tonnage de
matières actuellement piégées dans les réseaux est évalué à 8000 m3.
Sur le réseau principal, 29 % du linéaire est colmaté à plus de 50 %. La statistique incluant la
totalité des collecteurs (c'est-à-dire incluant tous les réseaux tertiaires et les branchements)
porte cette proportion à plus de 40 %.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
16
Source : Djidel Mohamed, Université Badji Mokhtar-Annaba , « Pollution minérale et organique des eaux de la nappe
superficielle de la cuvette de Ouargla », thèse soutenue en 2008.
L’ensemble des points de rejet des eaux usées de la cuvette d’Ouargla
- Analyse critique des pentes des collecteurs
La dénivelée totale entre le point haut du Ksar et le niveau du chott est de 9 m seulement ;
pour un site qui s’étend dans ses grandes dimensions de 5 km d’Est en Ouest et de 8 km du
Nord au Sud. Cette contrainte naturelle a obligé de réaliser ces collecteurs, afin de couler
gravitairement, avec une pente et donc de progresser en profondeur. Deux chiffres résument
l’ampleur des anomalies sur le réseau principal :
- 15% des tronçons coulent à contre - pente et
- 55% ont une pente < 5 ‰.
- Nature des matériaux
Il est à souligner que 21% des réseaux sont en PVC. Ce matériau est trop léger et ne résiste
pas à de grandes pressions, comme il est instable dans un milieu humide (présence de la
nappe), il faut les renforcer par le béton.
Dans les parties du réseau où les conduites d’assainissement sont en fibre de verre, on
remarque l’affaissement des terrains. Après un certain temps d’utilisation, les tuyaux perdent
leur dureté et deviennent friables. Ces conduites ont une résistance mécanique très faible.
- Etat des ouvrages en surface
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
17
En matière de génie civil deux situations particulières sont à relever : le mauvais état de bon
nombre de couronnements de regards (plus d’un quart sur le parc total de la zone d’étude) et
la défectuosité de ces regards (soit trop hauts, soit enterrés) provoquant des nuisances en
surface et dans les voies publiques.
- Stations de pompage
La situation générale des stations de pompage est dans un état critique, que ce soit le génie
civil, les équipements ou la nature très sableuse du milieu naturel (action des vents de sable
sur les pompes qui sont mal protégées).
Les inondations
Nous avons vu précédemment que l’oued N’sa coule pour se déverser dans la sebkha Safioune
que ses crues sont exceptionnelles la dernière datant de 1994 avec un débit enregistré de 35
m3/seconde.
De la même façon l’oued M’zab se jette dans la sebkha Safioune, ses crues sont
exceptionnelles les dernières observées datent de 1901, 1951, 1991 et septembre
1994. Le débit mesuré en 1994 a atteint 13,5 m3/seconde.
Pour l’oued Mya, aucune crue ne serait arrivée jusqu’à Ouargla, mais l’oued Mya a bien
façonné une vallée dans le Tademaït qui disparaît dès la latitude d’Ouargla où elle est
remplacée par une dépression irrégulière.
Pour mettre fin au phénomène de la remontée des eaux en surface, le ministère des
Ressources en eau a lancé en 2005 deux projets de modernisation et de réhabilitation du
réseau d’assainissement d’Ouargla et la réalisation du réseau d’assainissement de la ville d’El
Oued. A Ouargla, le projet comprend la construction de 138 km de conduites d’assainissement
pour collecter les eaux usées, la réalisation de 28 stations de pompage et relevage, de trois
stations d’épuration de type lagunage, d’un canal de transfert des eaux épurées de 40 km de
longueur et de 77 km de drains agricoles horizontaux. Les travaux ont été confiés à un
groupement d’entreprises constitué notamment de Vinci (France), Butec (Liban) et Diwidag
(Allemagne).
Selon le reportage de Liberté-Algérie ci-après il est indiqué que l’ONA a fait effectuer de grands
travaux d’assainissement pour résoudre le problème de la remontée de la nappe phréatique.
Le chantier s’est articulé sur sept grands axes, à savoir l’hydrologie, l’assainissement,
l’épuration, le drainage, le transfert, la réutilisation des eaux épurées.
Le reportage selon http://www.liberte-algerie.com/reportages/quand-la-technologie-
dompte-la-nature-63402/print/1
Le risque sismique
Le nouveau document technique réglementaire DTR B C 2 48, concernant les Règles
Parasismiques Algériennes RPA 99, élaboré par le CGS (Centre de Recherche appliquée en
Génie parasismique), divise le territoire national Algérien en quatre (04) zones de sismicité
croissante, soit :
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
18
· Zone 0 : Sismicité négligeable
· Zone I : Sismicité faible
· Zone II : Sismicité moyenne
· Zone III : Sismicité élevée
Le niveau minimal de protection sismique accordé à un ouvrage dépend de sa situation et de
son importance vis- à -vis des objectifs fixés par la collectivité.
Tout ouvrage qui relève du domaine d’application des règles parasismiques algériennes RPA
99 doit être classé dans l’un des quatre (04) groupes définis ci - après :
· Groupe 1 A : Ouvrages d’importance vitale
· Groupe 1 B : Ouvrages de grande importance
· Groupe 2 : Ouvrages courants ou d’importance moyenne
· Groupe 3 : Ouvrages de faible importance
Les sites ont également fait l’objet d’une classification en fonction de leur nature géologique
et des propriétés mécaniques des sols qui les constituent ; ainsi, on distingue les catégories
suivantes :
Catégorie S1 : (Site Rocheux), caractérisé par une vitesse moyenne d’onde de cisaillement, Vs
> 800 m/s
Catégorie S2 : (Site Ferme), caractérisé par une vitesse moyenne d’onde de cisaillement,
Vs > 400 m/s à partir de 10 mètres de profondeur.
Catégorie S3 : (Site Meuble), caractérisé par une vitesse moyenne d’onde de cisaillement,
Vs > 200 m/s à partir de 10 mètres de profondeur
Catégorie S4 : (Site Très meuble), caractérisé par une vitesse moyenne d’onde de cisaillement,
Vs < 200 m/s dans les 20 premiers mètres.
L’Algérie se situe sur une frontière active de plaques au niveau de la convergence de l’Afrique
et de l’Eurasie. Ces plaques se rapprochent à une vitesse de l’ordre de 6 millimètres par an, ce
qui génère une accumulation importante de contraintes. Lorsque ces contraintes deviennent
trop fortes, certaines failles peuvent se mettre en mouvement.
Le déplacement rapide des bords de la faille génère alors des ondes sismiques qui se
propagent jusqu’à la surface. Les principales failles activent sont localisées au niveau de la
chaîne de montagne nord - africaine (Atlas). Compte tenu de sa localisation dans une zone de
convergence de plaques, l’Algérie est une région à forte sismicité. Au cours de son histoire,
elle a subi plusieurs séismes destructeurs.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
19
Carte de zonage sismique de l’Algérie
La wilaya d’Ouargla occupe la zone 0 dans la Carte de zonage sismique de l’Algérie cela veut
dire qu’elle occupe une zone de sismicité négligeable, et dans le groupe A des Ouvrages
d’importance vitale.
La ville de Touggourt dans la wilaya de Ouargla a été secouée par un séisme de magnitude 5
sur l’échelle de Richter en 2007 bien que classée en zone 0 (zone de sismicité négligeable).
Les orages
La sévérité orageuse est plus précisément mesurée par la densité de foudroiement. Cette
dernière, exprimée en termes de coups de foudre au sol par kilomètre carré et par an, peut
être estimée en utilisant la relation suivante proposée par le conseil international des grands
réseaux électriques : Ng= 0,04*Nk 1,25 où Nk est le niveau kéraunique,
Le tableau qui suit donne les niveaux kérauniques et les densités de foudroiement pour la
station de Dar El Beida. En Algérie Ng est compris entre 0 et 5.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
20
Niveaux kérauniques et densité de foudroiement
Nombre moyen mensuel et annuel de jour d’orage
Source : - Nesrat Imad, OASIS. COM, Station Service NESRAT, « Notice d’impact sur l’environnement », RN°16 Touggourt El
Oued PK 631 Commune de Tibesbest W. Ouargla
Carte des Niveaux Isokerauniques
La carte des niveaux isokerauniques ci-dessus montre que la zone de Ouargla a une faible
densité de foudroiement.
L’environnement technologique
Les installations classées pour la protection de l’environnement ICPE
Un plan d’assistance mutuelle (PAM) pour faire face à toutes sortes de risques, de quelque
nature qu’il soit a été mis en place récemment. Jusqu’à 2012, les incidents d’origine
technologique et industrielle étaient fréquents dans les pôles industriels du Sud algérien. Les
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
21
fortes explosions dont le bruit et le souffle se faisaient entendre à plusieurs kilomètres à la
ronde étaient récurrentes. Souvent, on restait impuissant devant un feu provoqué par une
déflagration, et ceci, en raison d’une méconnaissance de l’origine de l’incendie déclenché
après l’explosion. Considéré comme l’un des plus dangereux, le risque d’accident industriel a,
pendant longtemps, guetté les installations énergétiques dans le Sud algérien. La
méconnaissance de l’origine des incidents survenus dans un passé récent ainsi que
l’importance des dégâts provoqués ont poussé les responsables de ces installations à faire
prévaloir la prévention. Pari gagpuisque ce phénomène a été, en grande partie, jugulé.
Outre les efforts déployés par les services de la Protection civile en amont comme en aval, il
a été également question de mener une action collective pour une meilleure maîtrise des
explosions dans les zones industrielles et pétrolières à Hassi Messaoud et Touggourt,
considérées comme des zones à haut risque.
Les interventions de la Protection civile contre les risques industriels concernent notamment
l’activité pétrolière car Touggourt dispose d’un centre de fabrication de bouteilles de gaz, de
trois stations de Naftal, d’une base de Sonatrach. La daïra dispose aussi de plusieurs
minoteries publiques et privées qui présentent des risques d’explosion de poussière assez
fréquents nécessitant un traitement spécifique. Dans les briqueteries, le risque de
manutention est toujours de mise mais on maîtrise le risque d’explosion de gaz grâce au
branchement de gaz naturel de toutes les usines. Le risque industriel trouve son origine dans
le comportement des travailleurs qui négligent les mesures de protection industrielle.
Résumé général
L’environnement naturel
Les températures
Il apparaît dans le document relatif aux données climatiques ci-dessous référencé que les
données maxima entre 1998 et 2009 sont généralement en Juillet, soit : 42,9°C et 4,4°C en
Janvier.
Le vent
Des tempêtes de vent ou de vent et de sable se produisent sur Ouargla avec des vitesses de
vent supérieures à 70 km/h. Ceci doit entraîner une vigilance et un nettoyage des
équipements de voie avant leur utilisation.
Le réseau hydrographique
Les inondations
Bien que les précipitations soient très faibles, le réseau dassainissement fonctionnant grâce
à des stations de relevage, les tuyaux étant en partie colmatés, il est toujours possible davoir
des secteurs de lagglomération ponctuellement inondés.
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
22
Le risque sismique
La wilaya d’Ouargla se situe dans la zone 0 selon la Carte de zonage sismique de l’Algérie, elle
occupe ainsi une zone de sismicité négligeable, et dans le groupe A des Ouvrages d’importance
vitale.
La ville de Touggourt dans la wilaya de Ouargla a été néanmoins secouée par un séisme de
magnitude 5 sur l’échelle de Richter en 2007 bien que classée en zone 0 (zone de sismicité
négligeable).
Les orages
La carte des niveaux isorauniques ci-dessus montre que la zone de Ouargla a une faible
densité de foudroiement.
L’environnement technologique
Les installations classées pour la protection de l’environnement ICPE
Au vu des différentes études ci-dessous référencées il n’apparaît pas d’établissement classé
Seveso dans les zones industrielles autour de la ville d’Ouargla. Néanmoins chaque industrie
dite polluante a présenté un plan particulier d’intervention PPI.
Références :
- Nesrat Imad, OASIS. COM, Station Service NESRAT, « Notice d’impact sur l’environnement »,
RN°16 Touggourt – El Oued PK 631 Commune de Tibesbest W. Ouargla
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouargla
- Belkhira Chachoua, Universi Kasdi Merbah Ouargla, « Contribution à l’étude de la
remontée des eaux de la nappe phréatique dans la région d’Ouargla : modélisation
hydrodynamique de la remontée », mémoire en vue de l’obtention du diplôme Magister en
hydraulique, soutenu le 22/10/2008.
- Djidel Mohamed, Université Badji Mokhtar-Annaba , « Pollution minérale et organique des
eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla », thèse soutenue en 2008.
Goudjil Med. Bilal, Bencheikeh Salah Eddine, Université Kasdi Marbah Ouargla, « Etude de la
pollution minérale et organique des eaux souterraines de la cuvette de Ouargla, sud-est
algérien », mémoire pour l’obtention du diplôme de Master en Génie des Procédés, soutenu
le 18/06/2011. Sur https://fr.scribd.com/doc/126932549/memoire-de-fin-d-etude
- Yaël KOUZMINE & Hélène AVOCAT Laboratoire ThéMA MUR 6049 CNRS - Université de
Franche-Comté, «L’eau et les territoires sahariens en Algérie, Mutations et enjeux »
In Colloque international «Eau, ville et environnement» 27 - 28 novembre 2007 Université de
sciences et de la technologie d’Oran.
- Asma Berregui, Université Kasdi Merbah Ouargla, « Les ressources en eaux et leurs
conséquences sur l’environnement oasien : cas de la région d’Ouargla », mémoire Master
académique soutenu le 24/06/2013.
- http://www2.horizons-dz.com/?Gerer-les-risques
- http://ykouzmine.free.fr/IMG/pdf/These-Chaouche-p2.pdf
Environnement d’un projet de transport dans l’agglomération de Ouargla
23
-http://maghrebemergent.info/actualite/breves/fil-maghreb/40846-algerie-ln-projet-de-
realisation-du-tramway-d-ouargla-ouvert-en-plusieurs-chantiers.html
- http://www.sidielhadjaissa.com/article-tramway-a-ouargla-les-habitants-du-ksar-inquiets-
109452090.html
- http://www.algerie-dz.com/forums/archive/index.php/t-240687.html
- http://www.andi.dz/PDF/monographies/Ouargla.pdf
!
!
!
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Ouargla se situe dans la zone 0 selon la Carte de zonage sismique de l'Algérie, elle occupe ainsi une zone de sismicité négligeable
  • D La Wilaya
La wilaya d'Ouargla se situe dans la zone 0 selon la Carte de zonage sismique de l'Algérie, elle occupe ainsi une zone de sismicité négligeable, et dans le groupe A des Ouvrages d'importance vitale.
Touggourt dans la wilaya de Ouargla a été néanmoins secouée par un séisme de magnitude 5 sur l'échelle de Richter en 2007 bien que classée en zone 0
  • La Ville De
La ville de Touggourt dans la wilaya de Ouargla a été néanmoins secouée par un séisme de magnitude 5 sur l'échelle de Richter en 2007 bien que classée en zone 0 (zone de sismicité
Université Badji Mokhtar-Annaba , « Pollution minérale et organique des eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla
  • Djidel Mohamed
Djidel Mohamed, Université Badji Mokhtar-Annaba, « Pollution minérale et organique des eaux de la nappe superficielle de la cuvette de Ouargla », thèse soutenue en 2008.