ArticlePDF Available

La methanisation oui, mais pas chez moi ! Une analyse du discours des acteurs

Authors:
  • Agence d'urbanisme de Rouen et des Boucles de Seine et Eure

Abstract

La transition énergétique est aujourd'hui considérée par les institutions nationales, européennes et internationales comme incontournable. Cependant, le déploiement des énergies renouvelables telle que la méthanisation peut être la source de conflictualité. À partir d'un corpus d'articles issus de la presse quotidienne régionale, nous avons réalisé une analyse lexicométrique du discours des acteurs de la méthanisation afin de mieux comprendre les oppositions locales et identifier les leviers pour faciliter l'acceptation sociale. L'étude identifie les craintes et les principales méfiances liées à la méthanisation. Par conséquent, la territorialisation des projets d'unités de méthanisation demande de trouver des nouveaux compromis sociaux en conciliant l'intérêt général (la transition énergétique) et les intérêts singuliers (relatifs aux externalités des énergies vertes déployées). Abstract Today, the energy transition is considered by national, European and international institutions as a must. However, the deployment of renewable energies such as methanization can be the source of conflict. Based on a corpus of articles from the regional daily press, we carried out a lexicometric analysis of the discourse of methanisation stakeholders in order to better understand local oppositions and identify the levers to facilitate the social acceptance of populations. The study identifies the fears and main mistrust related to methanization. Consequently, the territorialisation of methanization unit projects requires new social compromises to be found by reconciling the general interest (the energy transition) and the singular interests (relating to the externalities of the green energies deployed).
A preview of the PDF is not available
Thesis
Dans un contexte de mondialisation des flux et des systèmes productifs, le secteur logistique joue un rôle majeur dans l’économie et confronte les territoires à de nouveaux défis. Depuis une vingtaine d’années, le développement des activités logistiques constitue le résultat de la mise en tension des flux et la manifestation de l’externalisation croissante de la logistique par les entreprises industrielles et commerciales. Ainsi, une filière économique distincte se construit à partir des années 1990, constituant un levier de compétitivité et d’attractivité des territoires. Cet enjeu est souligné par l’État français dans le cadre des travaux de la Conférence Nationale sur la Logistique. Cette dernière a abouti, en 2017, à l’établissement d’une stratégie nationale pour la logistique « France Logistique 2025 » fondée sur un document-cadre mettant les Régions au cœur du processus. Par ailleurs, la dynamique spatiale des implantations logistiques soulève des enjeux majeurs en matière de transition écologique. Associées de plus en plus à des pratiques intensives, les plates-formes logistiques sont fortement consommatrices d’espace. Elles concentrent des flux de marchandises importants sollicitant lourdement le système de transport, notamment routier. Ainsi, l’aménagement logistique recouvre les problématiques délicates de la maîtrise du foncier dans les aires urbaines, mais également du report modal, avec l’usage privilégié du ferroviaire et fluvial sur le routier. La thèse étudie l’importance de l’action publique dans les processus d’animation, de développement et d’aménagement du secteur logistique. La mise en place d’une action publique efficace répond aux enjeux socio-spatiaux et économiques de la logistique de demain. Le principal apport méthodologique concerne le lien entre textométrie et logique de similitude de la proximité organisée. En effet, les représentations, valeurs, systèmes d’idées en commun peuvent être appréhendées par la textométrie, qui donne une mesure (quantitative) de la proximité entre différents discours. La première partie explicite le cadre théorique, la méthodologie utilisée et introduit le diagnostic de territoire réalisé pour mettre en application la démarche scientifique. Elle entend également décrire les problèmes spatiaux rencontrés par la logistique sous l’angle du dialogue secteur-territoire, en observant les rétroactions qui existent entre la Région Occitanie et le secteur logistique. Dans la continuité de ce diagnostic, la seconde partie soutient que la coordination entre acteurs semble essentielle pour prendre en compte les différents enjeux de la logistique. Cela concerne les échelles administratives de prise de décision (coordination verticale), mais aussi les différentes sphères d’acteurs entre elles (coordination horizontale). Enfin, la troisième partie éprouve ces hypothèses dans une étude de cas qui concerne le cluster WE4Log. Cette dernière fait apparaître que le cluster est un dispositif qui cherche sa place au sein d’un environnement institutionnel complexe et d’un réseau d’acteurs établi en fonction d’objectifs hétérogènes.
Article
Full-text available
In this paper, we investigate the impact of large- and farm-scale biogas plants on the rural residential property values. We use data from 11,279 rural housing transactions in the period 2007–2015 and trace spatial effects of biogas plants on the local property market. Our results show that large biogas plants have a significant negative impact on rural residential property values while farm-scale biogas plants have a significant positive impact. The findings suggest that preferences for or against biogas plants cannot be explained by either a NIMBY or a PIMBY phenomenon and the paper explores potential reasons for the observed disparity in valuation of farm- and large-scale biogas plants. An economic impact assessment of the choice of facility type, based on a concrete case study, indicates that the impact on residential property values may tip the scale in favor of farm-scale biogas plants. Based on these results, policy implications for planning and expansion of biogas production are discussed.
Article
Full-text available
La notion de développement territorial, qui évoque la possibilité d’évolutions plus ou moins autonomes ou indépendantes de celle des nations, voire des régions, s’impose. Avant de mettre en œuvre des politiques, ou de conseiller les décideurs et acteurs des dynamiques locales, il est utile de fonder la légitimité de ce concept, de définir plus précisément sa signification et ses implications, ainsi que d’apporter une pierre à l’édifice théorique en construction. C’est l’objet de ce texte. Après avoir décrit le cheminement ayant conduit des approches du développement régional au concernement pour la dimension territoriale, nous jetons les fondements théoriques de la notion de développement territorial, liée à celle d’innovation territoriale, avant de terminer par une description du processus de développement territorial et des bifurcations et ruptures de trajectoires naissant des innovations coopératives ou conflictuelles. The notion of territorial development, although quite new, has to be proved more or less independent from national or regional ones. If one wants to settle territorial policies, or provide recommendations to local actors or various stakeholders, it is crucial to define the basis of this concept and to set up its content, its validity and its legitimacy. This is the rationale of this article. First, we outline the theoretical path from regional development theories to territorial development approaches, and then we establish the foundations of the notion of territorial development, linked with territorial innovation. We end up with an illustration of the process of territorial development, and we emphasize bifurcations and trajectories breakthroughs stemmed from co-operative or conflictual innovations.
Article
Full-text available
Suite à la réévaluation des tarifs d'achat de l'électricité (Juillet 2006), à des éclaircissements réglementaires et à une vague de subventions à l'investissement, la filière méthanisation semble bel et bien lancée dans le secteur agricole. Cet article propose un première photographie du modèle de méthanisation agricole " à la française " en cours de développement.
Article
Full-text available
A bottom-up definition of social acceptability: territorial dynamics related to wind energy projects in Quebec (Canada). In Quebec a number of energy projects face local opposition. Social acceptability is increasingly put forward by private or public authorities as an answer to these conflicts. The notion is still vague, however, and open to diverse interpretations. In this article, we propose a definition and an analysis grid in which social acceptability is considered as part of a territorialization process of major energy projects that needs to fit in with other local projects. The structuring of such a process would need to be considered at three different levels: a political assessment process of a sociotechnical project (micro level) where plural actors, engaged at several scales, interact and negotiate agreements. These are then (meso level) institutionalized through rules considered as legitimate since they are coherent with the vision which the concerned actors have of their territory and the development model they have chosen (macro). The social dynamics observed regarding wind energy siting in an eastern region of Quebec, namely Gaspésie, serves to illustrate this proposition. To conclude, we discuss the limits and resistances to the adoption of such a definition of social acceptability which privileges bottom up territorial dynamics that reveal the dynamic, plural, and sometimes conflictual, composition of local communities.
Article
This article proposes a few pointers with regards to the discourse of the press that may well help the discourse analyst in approaching their first confrontation with a sample from the written press. After analyzing the specific positioning of the researcher towards their object, we examine the nature of what is to be read in newspapers. The discourse of the press appears as an object proper, not to be reduced to a reflection of public speech. It is characterized by polyphony and by the selection and transformation of the statements it carries. A minimal familiarity with professional journalistic practice is necessary in order to understand who a newspaper gives a voice to difference actors in the public sphere.
Article
Social acceptance is central in many debates surrounding energy projects. Wind energy, in particular, has been described as a ‘learning laboratory’ in terms of social acceptance of energy projects. It has given way to a socio-technical paradox: the social dimension has become a factor of equal importance to technology in the wind farms implementation. Based on a literature review concerned with the social acceptance of wind energy, the paper seeks to demonstrate both the richness and the limits of the key concepts that inform the ongoing work of scholars. By doing so, we intend to emphasise the complex processes underneath in order to then elaborate a conceptual definition of social acceptability. Various modulations and limits that characterise current thinking are thus underlined. We then propose a grid analysis relying on a territorial perspective. It is structured around three levels that connect micro-social, meso-political and macro-economic processes.