ArticlePDF Available

USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS Baromètre de Santé publique France 2017

Authors:

Abstract and Figures

POINTS CLÉS • En 2017, en France métropolitaine, les vapoteurs âgés de 18 à 75 ans ont quasiment tous une expérience avec le tabac, en tant que fumeurs actuels ou ex‑fumeurs. • La part de fumeurs quotidiens a diminué (de 64,5 % à 39,7 %) chez les vapoteurs alors que celle des ex‑fumeurs a augmenté (de 23,5 % à 49,5 %) entre 2014 et 2017. • Le nombre d’ex‑fumeurs quotidiens ayant arrêté de fumer depuis plus de six mois et qui pensent que vapoter les a aidés à arrêter de fumer est estimé à environ 700 000 personnes depuis l’arrivée de l’e‑cigarette sur le marché en France. • La cigarette électronique est perçue comme aussi ou plus nocive que la cigarette ordinaire par la moitié de la population. • Toutes choses égales par ailleurs, les fumeurs quotidiens la pensent plus nocive que la cigarette ordinaire alors que les vapoteurs et les personnes socioéconomiquement plus favorisées sont plus nombreuses à la penser moins nocive. • L’interdiction de vapoter dans les lieux où il est interdit de fumer et celle de vendre des e‑cigarettes aux mineurs de moins de 18 ans sont favorablement appréciées, par respectivement 66,9 % et 77,5 % de la population.
Content may be subject to copyright.
ÉTUDES ET ENQUÊTES
E-CIGARETTE
POINTS CLÉS
En 2017, en France métropolitaine, les vapoteurs âgés de 18 à 75 ans ont quasiment tous une expérience avec le tabac, en tant que
fumeurs actuels ou ex‑fumeurs.
La part de fumeurs quotidiens a diminué (de 64,5 % à 39,7 %) chez les vapoteurs alors que celle des ex‑fumeurs a augmenté
(de 23,5 % à 49,5 %) entre 2014 et 2017.
Le nombre d’ex‑fumeurs quotidiens ayant arrêté de fumer depuis plus de six mois et qui pensent que vapoter les a aidés à arrêter
de fumer est estimé à environ 700 000 personnes depuis l’arrivée de l’e‑cigarette sur le marché en France.
La cigarette électronique est perçue comme aussi ou plus nocive que la cigarette ordinaire par la moitié de la population.
Toutes choses égales par ailleurs, les fumeurs quotidiens la pensent plus nocive que la cigarette ordinaire alors que les vapoteurs
et les personnes socioéconomiquement plus favorisées sont plus nombreuses à la penser moins nocive.
L’interdiction de vapoter dans les lieux où il est interdit de fumer et celle de vendre des e‑cigarettes aux mineurs de moins de 18 ans
sont favorablement appréciées, par respectivement 66,9 % et 77,5 % de la population.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017
USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE,
TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
INTRODUCTION
La cigarette électronique, aussi appelée e‑cigarette
ou vapoteuse, a été développée au début des années
2000 et a fait son apparition sur le marché français
autour de 2010. Son essor est plutôt rapporté à
partir de 2012 [1], marqué par l’augmentation des
ventes, la multiplication des commerces spécialisés
ainsi que la structuration d’associations profession
nelles et d’usagers. Le verbe « vapoter » fait même
son entrée dans le dictionnaire en 2015 [2].
Présentée comme une alternative à la cigarette de
tabac et aujourd’hui souvent investie par les indus
triels du tabac à l’échelle internationale, elle est
généralement composée d’une batterie et d’une
cartouche ou d’un réservoir dans lequel est intro
duit du liquide contenant du propylène glycol et de la
glycérine végétale (ou glycérol), un mélange consti
tué d’un ou plusieurs arômes et additifs alimen
taires, et souvent de la nicotine. Lors de l’inhalation,
le liquide est transformé en aérosol sous l’effet
d’un dispositif chauffant, appelé atomiseur, géné
rant de fines gouttelettes suspendues dans l’air.
Les dispositifs les plus récents, par leur conception
compacte, leur simplicité d’utilisation ou la variété
des arômes proposés attirent de nombreux utili
sateurs – comme le produit Juul très apprécié par
les jeunes aux États‑Unis [3] et qui a fait son appa
rition en décembre 2018 sur le marché français.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
2
Les différents modèles disponibles sur le marché
comportent une gamme de prix assez étendue et
les e‑cigarettes de troisième génération offrent des
possibilités de plus en plus techniques pour modu
ler la pratique du vapotage.
L’e‑cigarette demeure controversée car son rap
port bénéfices/risques est encore mal connu [4].
La nocivité des émissions générées par la cigarette
électronique sur le long terme et son efficacité dans
l’aide au sevrage tabagique sont questionnées,
sans que la littérature scientifique ne permette à
ce jour de définir un consensus indiscutable [5‑7].
Cela a conduit plusieurs organisations sanitaires
internationales à émettre des avis invitant à la
prudence[8].
Dès 2014, l’Organisation mondiale de la santé
recommandait de réguler le marché de l’e‑cigarette
par le biais de sa Convention‑cadre pour la lutte
anti‑tabac [9]. Cette même année, en France, le
Haut Conseil de la santé publique (HCSP) émettait
un avis réservé [10], et, de son côté, la Haute Auto
rité de santé indiquait qu’elle « ne recommand[ait]
pas la cigarette électronique comme outil de l’ar
rêt du tabac mais considér[ait] que son utilisation
chez un fumeur qui a commencé à vapoter et qui
veut s’arrêter de fumer ne [devait] pas être décou
ragée ». Elle mettait également en garde contre le
risque de dépendance nicotinique [11, 12].
En août 2015, en Angleterre, Public Health England
[13] publiait des recommandations reprenant le
chiffre issu d’une expertise annonçant que la ciga
rette électronique serait à 95 % moins toxique que la
cigarette de tabac [14]. Ce chiffre a fait l’objet d’une
controverse scientifique mais, en 2016, le Haut
Conseil de la santé publique a décidé de réviser
son précédent avis à partir des dernières données
scientifiques [15]. Il indiquait alors que l’e‑cigarette
pouvait être considérée comme un outil d’aide au
sevrage tabagique pour les personnes ayant l’in
tention d’arrêter de fumer et un « outil de réduc
tion des risques tabagiques en usage exclusif ». Le
HCSP insistait cependant sur le risque de re‑nor
malisation du tabac et de nouvelle voie favorisant
l’entrée dans le tabagisme, bien qu’éventuellement
retardée.
En Europe, la directive européenne 2014/40/UE sur
les produits du tabac donne le cadre réglementaire
du commerce de l’e‑cigarette, considérée comme un
produit connexe au tabac [16]. La cigarette électro
nique doit ainsi répondre à un ensemble de critères
de sécurité, de qualité et d‘information. Le taux de
nicotine est limité à 20mg/ml. Les États membres
décident des conditions de présentation et de vente
(arôme, limite d’âge, point de vente, etc.) [17].
En France, dès 2014, la vente des produits du vapo
tage à des mineurs de moins de 18 ans est interdite
[18]. Sous certaines conditions, l’e‑cigarette pour
rait être considérée comme un médicament d’aide
au sevrage tabagique mais aucun fabricant n’a,
jusqu’à présent, fait une demande d’autorisation de
mise sur le marché (AMM) en ce sens [19].
L’utilisation des e‑cigarettes est, à partir de 2016,
interdite dans certains lieux à usage collectif tels
que les établissements scolaires ou accueillant des
mineurs, les moyens de transports collectifs fer
més ainsi que les lieux de travail fermés et couverts
à usage collectif [17, 20]. Contrairement au tabac
fumé, l’interdiction ne concerne donc pas l’ensemble
des locaux qui accueillent du public, tels les lieux de
convivialité (bars, restaurants), hôtels, administra
tions, etc., ni les bureaux individuels. En revanche, un
règlement intérieur peut en interdire l’usage. Depuis
le 1er octobre 2017, la signalisation d’interdiction doit
être apparente dans ces espaces. Le non‑respect de
l’interdiction et le non‑respect de l’obligation d’affi
chage peuvent entraîner des amendes [21].
Les premiers résultats du Baromètre de Santé
publique France 2017 montrent qu’en 2017 en France
métropolitaine 32,8 % des 18‑75 ans déclarent
avoir expérimenté la cigarette électronique, 3,8 %
vapotent, 2,7 % quotidiennement. La prévalence du
vapotage est en baisse par rapport à 2014 (5,9 % des
15‑75 ans) en raison d’une baisse du vapotage occa‑
sionnel alors que le vapotage quotidien est stable
[22‑24]. En 2017, parmi les jeunes de 17 ans, près
de la moitié ont expérimenté l’e‑cigarette, comme
en 2014, alors que le vapotage quotidien reste rare
(1,9 %) [25]. En Europe, la prévalence d’usage actuel
de la cigarette électronique est estimée à 2 %, celle
de l’usage quotidien à 1 %, en 2017 [26]. L’Angleterre
affichait une prévalence de vapotage actuel d’envi‑
ron 6 % parmi les adultes en 2018 [27].
La présente synthèse s’appuie sur une analyse
complémentaire des données du Baromètre de
Santé publique France 2017. Elle apporte des élé
ments d’information sur le lien entre le tabagisme
et le vapotage afin de mieux appréhender les com
portements tabagiques des vapoteurs, et de carac
tériser les évolutions dans le temps. La perception
du grand public vis‑à‑vis de la nocivité de l’e‑ciga
rette et son opinion quant à des aspects réglemen
taires (interdictions d’usage dans les lieux où il est
interdit de fumer du tabac et de vente aux mineurs)
sont également explorées.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 3
MÉTHODE
Source
La méthode et le questionnaire de l’enquête Baro
mètre de Santé publique France 2017 sont pré
sentés dans des publications dédiées [28, 29].
Le Baromètre de Santé publique France 2017 est
une enquête menée par téléphone auprès d’un
échantillon de 25 319 personnes, représentatif de
la population des 18‑75 ans, résidant en France
métropolitaine et parlant le français. Les prin
cipaux thèmes abordés dans cette enquête sont
les addictions et la santé mentale. La méthode
d’échantillonnage repose sur un sondage aléatoire
à deux degrés. La réalisation de cette enquête,
par système de Collecte assistée par téléphone et
informatique (Cati), a été confiée à l’Institut Ipsos.
Le terrain s’est déroulé du 5 janvier au 18 juil
let 2017. La passation du questionnaire a duré en
moyenne trente et une minutes.
Les données ont été pondérées par l’inverse de la
probabilité d’inclusion, puis redressées sur la struc
ture par sexe croisé avec âge en tranches décen
nales, région, taille d’unité urbaine, taille du foyer et
niveau de diplôme de la population résidant en France
métropolitaine (population de référence : Insee,
enquête emploi 2016).
Définitions
Le statut tabagique est ici défini en quatre moda‑
lités : fumeur quotidien / fumeur occasionnel (non
quotidien) / ex‑fumeur (qui a fumé occasionnelle‑
ment ou quotidiennement par le passé) / jamais
fumeur (ou juste pour essayer). Sans précision, le
terme « fumeur » regroupe les fumeurs quotidiens
et occasionnels.
Le statut par rapport au vapotage est défini en
quatre modalités : vapoteur (déclare vapoter quo‑
tidiennement ou occasionnellement au moment de
l’enquête) / ex‑vapoteur (qui a vapoté de manière
quotidienne pendant au moins un mois) / vapoteur
expérimentateur (a juste essayé ou ex‑vapoteur
occasionnel) / jamais vapoteur. Les non vapoteurs
regroupent les vapoteurs expérimentateurs, les
ex‑vapoteurs quotidiens et ceux qui n’ont jamais
vapoté. Les vapoteurs quotidiens sont les vapoteurs
actuels qui déclarent vapoter tous les jours. Les
vapofumeurs sont les personnes qui déclarent vapo‑
ter au moment de l’enquête et qui fument également
(de manière quotidienne ou occasionnelle).
Analyses
Une estimation du nombre de personnes ayant réussi
à arrêter de fumer avec l’aide de la cigarette électro
nique (combinée éventuellement à d’autres aides)
depuis que celle‑ci est apparue sur le marché fran
çais a été réalisée en additionnant deux mesures :
le nombre d’ex‑fumeurs vapoteurs déclarant que la
cigarette électronique les a aidés à arrêter de fumer, et
le nombre d’ex‑fumeurs ex‑vapoteurs déclarant
que la cigarette électronique les a aidés à arrêter de
fumer. Cette estimation porte sur une période d’envi
ron sept ans, puisque l’arrivée de la cigarette électro
nique sur le marché français remonte au début des
années 2010.
Les questions sur la nocivité perçue de la cigarette
électronique en comparaison avec la cigarette ordi
naire et les opinions concernant deux mesures
réglementaires ont été posées à un sous‑échantillon
constitué aléatoirement en début de questionnaire et
également représentatif des 18‑75 ans (n=6 224) :
« Pensez‑vous que la cigarette électronique est
plus nocive, moins nocive ou aussi nocive pour la
santé que la cigarette ordinaire ? ». Les facteurs
sociodémographiques associés à la nocivité perçue
sont analysés à partir de régressions logistiques
multinomiales, avec pour modalité de référence
« aussi nocive ».
« Êtes‑vous très, plutôt, plutôt pas ou pas du tout
favorable à l’interdiction de la cigarette électro
nique dans les lieux où il est interdit de fumer ? »,
« Êtes‑vous très, plutôt, plutôt pas ou pas du tout
favorable à l’interdiction de la vente de cigarettes
électroniques aux mineurs de moins de 18 ans ? ».
Les réponses ont été regroupées pour certaines
analyses : « Oui » regroupe les modalités « très »
et « plutôt », et « Non » regroupe « plutôt pas » et
« pas du tout ». Les facteurs sociodémographiques
associés à ces deux opinions sont analysés à partir
de régressions logistiques.
Les évolutions de ces opinions par rapport à 2014
sont présentées ici, et les comparaisons de pour
centages testées au moyen du test du Chi2 de Pear
son, les questions ayant été posées à l’identique
dans le Baromètre de Santé publique France 2014
(n=5 2 76).
RÉSULTATS
Profil sociodémographique des vapoteurs
Pour rappel, la prévalence du vapotage (3,8 %) et
du vapotage quotidien (2,7 %) parmi les 18‑75 ans
en 2017 ont été publiées dans un précédent article
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
4
[22]. Près de six personnes sur dix déclarant vapoter
au moment de l’enquête en 2017 sont des hommes
(soit 57,4 % des vapoteurs). Les hommes sont aussi
significativement plus nombreux parmi les vapoteurs
quotidiens : 60,4 % des vapoteurs quotidiens sont
des hommes contre 48,4 % des non‑vapoteurs quoti
diens (p<0,001). Ainsi, 3,3 % des hommes et 2,1 % des
femmes vapotent quotidiennement. Les personnes
ayant un diplôme supérieur ou égal au baccalauréat
sont significativement plus nombreuses parmi les
vapoteurs quotidiens : 57,9 % des vapoteurs quoti
diens contre 51,1 % des non‑vapoteurs quotidiens
(p<0,01). La moyenne d’âge des vapoteurs quotidiens
est 41,9 ans. Alors que 10,3 % des vapoteurs ont entre
18 et 24 ans et que 17,3 % ont 55 ans ou plus, la plu
part des vapoteurs ont entre 25 et 54 ans : 20,4 % ont
entre 25 et 34 ans, 27,2 % entre 35 et 44 ans et 24,7 %
entre 45 et 54 ans.
Vapotage et tabagisme
Quasiment tous les vapoteurs ont, en 2017, une
expérience avec le tabagisme. Parmi les vapoteurs
quotidiens, 39,7 % fument du tabac tous les jours,
10,6 % fument occasionnellement, 49,5 % sont d’an‑
ciens fumeurs (figure 1). Moins de 1 % des vapoteurs
quotidiens n’ont jamais fumé. Par rapport à 2014, la
part de fumeurs quotidiens a été divisée par deux
chez les vapoteurs alors que celle des ex‑fumeurs
a doublé.
Au sein de l’ensemble de la population des 18‑75 ans
en 2017 (figure 2) :
31,9 % fument : 2,3 % v apotent et 29,6 % ne vapotent
pas actuellement ;
37,0 % n’ont jamais fumé, quasi‑exclusivement des
non‑vapoteurs actuellement ;
31,1 % sont des ex‑fumeurs : 1,4 % vapotent et
29,6 % ne vapotent pas actuellement.
Par rapport à 2014, les proportions des ex‑fumeurs
non vapoteurs et des vapofumeurs ont diminué,
alors que les parts des ex‑fumeurs vapoteurs et de
ceux qui n’ont jamais fumé ont augmenté. En 2017
(première année où cette distinction est possible),
les ex‑fumeurs qui ne vapotent pas actuellement se
répartissent en 1,2 % d’ex‑vapoteurs et 28,4 % de
personnes qui n’ont jamais vapoté ou ont seulement
expérimenté l’e‑cigarette.
Plus de la moitié des vapoteurs actuels ou des ex‑va
poteurs déclarent avoir essayé la cigarette élec
tronique dans l’idée d’arrêter de fumer (58,6 %) et
31,0 % d’entre eux l’ont fait dans l’objectif de diminuer
leur consommation de cigarettes.
FIGURE 1 | Statut tabagique des vapoteurs quotidiens de 18‑75 ans en 2014, 2016
et 2017
64,5
48,0
10,8
10,8
10,6
23,5
41,2 49,5***
1,3 0,0 0,2 *
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
2014 2016 2017
Jamais fumeur
Ex-fumeur
Fumeur occa
sionnel
Fumeur quotidien
39,7***
%
Les * indiquent une évolution significative entre 2014 et 2017 : * p<0,05 ; *** p<0,001.
Sources : Baromètres de Santé publique France 2014, 2016 et 2017, Santé publique France
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 5
Perception de l’e‑cigarette comme aide
à l’arrêt du tabac
Parmi les ex‑fumeurs qui déclarent vapoter au
moment de l’enquête ou qui ont déjà vapoté quo
tidiennement pendant au moins un mois, 76,3 %
déclarent que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de
fumer : 67,8 % sans autre aide et 8,6 % combinée à
d’autres aides. Ces proportions varient fortement en
fonction du statut par rapport au vapotage au moment
de l’enquête : les vapoteurs estiment nettement plus
souvent que l’e‑cigarette les a aidés sans autre aide
que les ex‑vapoteurs (86,3 % versus 45,1 %, p<0,001).
Les vapoteurs et les ex‑vapoteurs sont en revanche
aussi nombreux à penser que l’e‑cigarette , combinée
à d’autres aides, les a aidés à arrêter de fumer.
En 2017, le nombre de personnes qui pensent que
l’e‑cigarette les a aidées à arrêter de fumer peut
être estimé en additionnant le nombre d’ex‑fumeurs
vapoteurs (actuels) et le nombre d’ex‑fumeurs ex‑
vapoteurs (quotidiens pendant au moins un mois),
qui déclarent que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter
de fumer, seule ou combinée à d’autres aides. Le
nombre d’ex‑fumeurs, quelle que soit la durée depuis
laquelle ils ont arrêté de fumer, qui pensent ainsi
que vapoter les a aidés à arrêter de fumer peut être
estimé à 870 000 [780 000 ; 970 000] depuis l’arrivée
de l’e‑cigarette sur le marché français, soit en envi
ron sept ans (tableau I). En restreignant la population
aux ex‑fumeurs quotidiens ayant arrêté de fumer
depuis plus de six mois, on peut estimer qu’environ
700 000 personnes [610 000 ; 790 000] ont arrêté
de fumer grâce à l’e‑cigarette, seule ou combinée à
d’autres aides, selon leurs déclarations.
Diminution de la consommation de tabac
parmi les vapofumeurs
En 2017, parmi les vapofumeurs, 80,3 % estiment
avoir diminué leur consommation de cigarettes ou
d’autres produits du tabac en utilisant une ciga
rette électronique. Ceux‑ci déclarent une diminu
tion moyenne de 10,4 cigarettes (ou équivalent) par
jour. En 2017, ces vapofumeurs fument en moyenne
8,7 cigarettes par jour (versus 11,5 cigarettes par jour
parmi les fumeurs non vapoteurs). Ils fumaient ainsi
en moyenne 19,2 cigarettes par jour avant leur dimi
nution de consommation, soit une consommation ini
tiale nettement supérieure à la moyenne. Ces chiffres
sont du même ordre que ceux observés en 2014.
FIGURE 2 | Structure de la population des 18‑75 ans par rapport au tabagisme
et au vapotage actuel en 2014, 2016 et 2017
29,4 32,9 29,6
4,8 2,2 2,3 ***
33,6 34,3 37,0 ***
0,2 0,0 0,0
31,0 29,4 29,4 28,4
1,2
0,9 1,1 1,4 ***
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
2014 2016 2017
Ex-fumeur et vapoteur
Ex-fumeur et e
x-vapoteur quotidien
Ex-fumeur et jamais vapoteur ou
vapoteur expérimentateur
Jamais fumeur et vapoteur
Jamais fumeur non vapoteur
Fumeur et vapoteur
Fumeur et non vapoteur
29,6*
%
Les * indiquent une évolution significative entre 2014 et 2017 : *** p<0,001.
Source : Baromètres de Santé publique France 2014, 2016 et 2017, Santé publique France
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
6
Type de cigarette électronique utilisée
En 2017, 73,0 % des vapoteurs utilisent exclusivement
l’e‑cigarette avec du liquide contenant de la nicotine,
12,7 % l’e‑cigarette sans nicotine et 14,3 % les deux
types de produits. Les usages n’ont pas évolué entre
2014 et 2017.
Durée d’utilisation de l’e‑cigarette
Les vapoteurs déclarent, au moment de l’enquête,
vapoter depuis en moyenne vingt mois, durée en forte
augmentation par rapport à 2014 où la durée moyenne
s’élevait à quatre mois. Les ex‑vapoteurs, quant à
eux, déclarent avoir vapoté en moyenne quatre mois.
Nocivité perçue de l’e‑cigarette
en comparaison avec la cigarette ordinaire
En 2017, 11,3 % des 18‑75 ans pensent que l’e‑ciga
rette est plus nocive pour la santé que la cigarette
ordinaire, 40,2 % qu’elle est aussi nocive, 35,1 %
qu’elle est moins nocive, et enfin 13,4 % répondent ne
pas savoir (tableau II). Par rapport à 2014, davantage
TABLE AU I | Estimation du nombre d’ex‑fumeurs qui déclarent que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter
de fumer, seule ou combinée à d’autres aides, parmi les 18‑75 ans en 2017
Ex‑fumeurs vapoteurs Ex‑fumeurs ex‑vapoteurs
% ou nombre
de personnes IC % ou nombre
de personnes IC
Part dans la population de 18‑75 ans (%) 1,4 [1,3 ; 1,6] 1,2 [1,0 ; 1,4]
Part qui déclare que l’e‑cigarette les a aidés (%) 95,2 [92,2 ; 97,1] 53,2 [45,6 ; 60,6]
comme aide seule (%) 86,3 [81,3 ; 90,1] 45,1 [37,8 ; 52,6]
combinée à d’autres aides (%) 8,9 [5,8 ; 13,5] 8,1 [4,4 ; 14,5]
Estimation de la part déclarant que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de fumer (%) 1,3 [1,2 ; 1,5] 0,6 [0,5 ; 0,7]
Estimation du nombre déclarant que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de fumer 600 000 [520 000 ; 680 000] 270 000 [220 000 ; 330 000]
Ex‑fumeurs vapoteurs et ex‑vapoteurs
% ou nombre de personnes IC
Estimation de la part d’ex‑fumeurs déclarant que l’e‑cigarette les a aidés
à arrêter de fumer 1,9 [1,7 ; 2,2]
Estimation du nombre d’ex‑fumeurs déclarant que l’e‑cigarette les a aidés
à arrêter de fumer 870 000 [780 000 ; 970 000]
Estimation de la part d’ex‑fumeurs quotidiens depuis plus de six mois
déclarant que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de fumer 1,5 [1,4 ; 1,7]
Estimation du nombre d’ex‑fumeurs quotidiens depuis plus de six mois
déclarant que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de fumer 700 000 [610 000 ; 790 000]
Sources : Baromètre de Santé publique France 2017, données du bilan démographique 2016 de l’Insee (population au 1er janvier 2017)
TABLEAU II | Nocivité perçue pour la santé de la cigarette électronique en comparaison avec la cigarette
ordinaire parmi les 18‑75 ans en 2014 et 2017
2014 2017 chi2
Plus nocive que la cigarette ordinaire 6,2 11,3 <0,001
Aussi nocive que la cigarette ordinaire 37,2 40,2 <0,01
Moins nocive que la cigarette ordinaire 49,2 35,1 <0,001
Ne sait pas 7,4 13,4 <0,001
Sources : Baromètres de Santé publique France 2014 et 2017, Santé publique France
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 7
de personnes considèrent que l’e‑cigarette est au
moins aussi nocive que la cigarette ordinaire. Inver
sement, une proportion nettement moindre la trouve
moins nocive. La proportion de personnes qui ne
savent pas répondre à cette question a augmenté par
rapport à 2014.
Une analyse multivariée montre que, par rapport
aux personnes qui pensent que l’e‑cigarette est
aussi nocive pour la santé que la cigarette ordinaire
(tableau III) :
les personnes qui pensent qu’elle est moins nocive
sont davantage âgées de 45 à 75 ans, avec les plus
TABLEAU III | Facteurs associés à la nocivité perçue de l’e‑cigarette en comparaison avec la cigarette
ordinaire, parmi les 18‑75 ans en 2017 (n=6 200)
Plus nocive que la cigarette ordinaire Moins nocive que la cigarette ordinaire
% RRR1IC à 95 % % RRR1IC à 95 %
SEXE ***
Hommes (réf.) (n=2879) 11,3 1 38,1
Femmes (n=3345) 11,3 0,8* [0,7‑1,0] 32,3 0,7*** [0,6‑0,8]
ÂGE *** *
18‑24 ans (réf.) (n=563) 18,5 1 32,4 1
25‑34 ans (n=912) 14,2 0,9 [0,7‑1,4] 33,3 1,0 [0,7‑1,3]
35‑44 ans (n=1060) 13,3 0,7 [0,5‑1,1] 32,5 1,0 [0,8‑1,3]
45‑54 ans (n=1199) 11,1 0,7 [0,5‑1,0] 38,8 1,5** [1,2‑2,0]
55‑64 ans (n=1264) 8,0 0,5** [0,4‑0,8] 38,0 1,7*** [1,3‑2,2]
65‑75 ans (n=1226) 4,7 0,3*** [0,2‑0,5] 34,3 1,4** [1,1‑1,9]
REVENUS PAR UNITÉ DE CONSOMMATION *** ***
1er tercile (faible) (réf.) (n=1719) 17,7 1 29,1 1
2e tercile (n=2027) 9,3 0,6*** [0,5‑0,8] 33,0 0,9 [0,8‑1,1]
3e tercile (élevé) (n=2168) 4,7 0,5*** [0,4‑0,7] 46,2 1,3** [1,1‑1,6]
Ne sait pas/Refus (n=310) 17,1 1,3 [0,9‑2,0] 27,1 1,2 [0,9‑1,6]
DIPLÔME *** ***
< Bac (réf.) (n=2414) 16,2 1 27,6 1
Bac (n=1329) 10,2 0,6*** [0,5‑0,8] 36,2 1,2* [1,0‑1,5]
> Bac (n=2468) 4,4 0,4*** [0,3‑0,5] 46,3 1,8*** [1,5‑2,1]
SITUATION PROFESSIONNELLE *** ***
Travail (réf.) (n=3514) 10,9 1 36,6 1
Chômage (n=405) 21,7 1,1 [0,8‑1,5] 25,4 0,8 [0,6‑1,1]
Études, retraites, autres inactifs (n=2305) 9,4 0,9 [0,7‑1,3] 35,1 1,2 [1,0‑1,4]
STATUT TABAGIQUE *** ***
Fumeur occasionnel (réf.) (n=318) 7,0 1,2 [0,7‑2,0] 44,6 0,8 [0,6‑1,0]
Fumeur quotidien (n=1408) 19,5 2,2*** [1,7‑3,0] 29,7 0,6*** [0,5‑0,8]
Ex fumeur (n=2058) 8,2 1,1 [0,9‑1,5] 37,9 0,9 [0,8‑1,1]
Jamais fumeur (n=2429) 8,8 1 35,1 1
STATUT VAPOTAGE *** ***
Jamais vapoteur (réf.) (n=4435) 10,5 1 32,0 1
Vapoteur expérimentateur (n=1534) 14,6 0,7** [0,5‑0,9] 36,4 1,8*** [1,5‑2,1]
Vapoteur (n=255) 2,8 0,4* [0,1‑1,0] 79,3 10,1*** [7,0‑14,5]
*** : p<0.001 ; ** : p<0.01 ; * p<0.05
1. RRR : rapport de risques relatifs.
Note : les facteurs associés à la modalité de réponse « Ne sait pas » ne sont pas présentés ici.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
8
hauts revenus et niveaux de diplôme, et sont plus
souvent vapoteurs ou expérimentateurs de la vape ;
comparés aux personnes n’ayant jamais fumé, les
fumeurs quotidiens pensent davantage que l’e‑ci
garette est plus nocive que la cigarette ordinaire ;
les femmes sont ainsi les plus nombreuses à juger
que la nocivité de l’e‑cigarette est similaire à celle
de la cigarette ordinaire.
Opinions sur la réglementation
Interdiction dans les lieux où il est interdit de fumer
En 2017, 66,9 % des 18‑75 ans sont favorables à l’in
terdiction de vapoter dans les lieux où il est interdit de
fumer (tableau IV) : 36,6 % très favorables et 30,3 %
plutôt favorables. Cette proportion est en augmenta
tion par rapport à 2014 (62,0 %, p<0,001).
Après contrôle des caractéristiques socioéconomiques
et des statuts tabagiques et de vapotage, les femmes
ont tendance à être plus favorables à l’interdiction de
vapoter dans les lieux où il est interdit de fumer que
les hommes. Sont, à l’inverse, moins favorables à
l’interdiction les fumeurs quotidiens par rapport aux
personnes qui n’ont jamais fumé, les vapoteurs et
les expérimentateurs de l’e‑cigarette par rapport aux
personnes qui n’ont jamais vapoté (tableau V).
Interdiction de vente aux mineurs
En 2017, 77,5 % des 18‑75 ans sont favorables à l’in
terdiction de la vente de cigarettes électroniques aux
mineurs (tableau IV) : 54,0 % très favorables et 23,5 %
plutôt favorables. Cette proportion est stable par rap
port à 2014 (76,5 %).
Toutes choses égales par ailleurs, les femmes sont,
comme pour l’interdiction de vapoter dans les lieux
où il est interdit de fumer, plus favorables à l’inter
diction de vente des e‑cigarettes aux mineurs que les
hommes (tableau V). Les personnes de 45 à 75 ans
(par rapport aux 18‑24 ans), ainsi que les vapoteurs
et les expérimentateurs de l’e‑cigarette (par rapport
aux personnes qui n’ont jamais vapoté) ont à l’inverse
moins tendance à y être favorables.
DISCUSSION
Pratiquement tous les vapoteurs
sont des fumeurs ou ex‑fumeurs
Parmi les 18‑75 ans, vapotage et tabagisme sont
étroitement liés : presque tous les vapoteurs
sont des fumeurs (occasionnels ou quotidiens) ou des
ex‑fumeurs. Environ la moitié des vapoteurs quoti
diens sont vapofumeurs. Moins de 1 % des vapoteurs
quotidiens déclarent n’avoir jamais fumé. La durée
de vapotage est passée de quatre à vingt mois en
moyenne entre 2014 et 2017. En 2014, le produit était
encore très récent sur le marché et a attiré de nom
breux expérimentateurs. En 2017, l’effet de nouveauté
est probablement passé et l’usage est désormais
ancré sur le plus long terme.
À titre comparatif, en Europe, la prévalence de l’e‑ci
garette chez les personnes n’ayant jamais fumé est
très rare, mais elle atteindrait 1 % dans cinq pays [26].
D’après le ASH Smokefree Great Britain survey, 4,2 % des
vapoteurs adultes britanniques n’auraient jamais fumé
en 2018 [27], et environ les trois‑quarts auraient utilisé
leur e‑cigarette pendant plus de six mois en 2017 [7].
Ces données ne permettent pas de traiter de la pro
blématique de l’e‑cigarette comme d’une éventuelle
porte d’entrée vers le tabagisme, principalement du
fait qu’il s’agit d’une enquête menée en population
TABLE AU IV | Opinions sur l’interdiction de vapoter dans les lieux où il est interdit de fumer
et sur l’interdiction de vente d’e‑cigarette aux mineurs parmi les 18‑75 ans en 2014 et 2017
Interdiction dans les lieux où il est interdit de fumer Interdiction de vente aux mineurs
2014 2017 chi2 2014 2017 chi2
Très favorable 30,0 36,6 <0,001 50,1 54,0 <0,001
Plutôt favorable 32,0 30,3 0,108 26,4 23,5 <0,001
Plutôt pas favorable 15,0 13,9 0,165 10,1 8,5 <0,05
Pas du tout favorable 21,4 15,4 <0,001 12,4 11,5 0,225
Ne sait pas 1,5 3,9 <0,001 0,9 2,5 <0,001
Sources : Baromètres de Santé publique France 2014 et 2017, Santé publique France
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 9
TABLE AU V | Facteurs associés au fait d’être favorable à l’interdiction de vapoter dans les lieux
où il est interdit de fumer et à l’interdiction de vente aux mineurs, parmi les 18‑75 ans en 2017
Favorable à l’interdiction dans les lieux
où il est interdit de fumer Favorable à l’interdiction de vente aux mineurs
n=6 200 n=6 200
% OR IC à 95 % % OR IC à 95 %
SEXE ** ***
Homme (réf.) (n=2879) 64,4 1 75,1 1
Femme (n=3345) 69,2 1,2** [1,1‑1,4] 79,7 1,3** [1,1‑1,5]
ÂGE ***
18‑24 ans (réf.) (n=563) 62,6 1 81,5 1
25‑34 ans (n=912) 65,2 1,1 [0,8‑1,4] 82,4 1 [0,7‑1,5]
35‑44 ans (n=1060) 68,7 1,1 [0,9‑1,5] 80,2 0,8 [0,6‑1,2]
45‑54 ans (n=1199) 65,7 1 [0,7‑1,3] 73,6 0,6*** [0,4‑0,8]
55‑64 ans (n=1264) 68,2 1 [0,8‑1,3] 74,2 0,6*** [0,4‑0,8]
65‑75 ans (n=1226) 69,4 1 [0,7‑1,3] 74,4 0,6*** [0,4‑0,8]
REVENUS PAR UNITÉ DE CONSOMMATION
1er tercile (faible) (réf.) (n=1719) 64,2 1 77,7 1
2e tercile (n=2027) 68,0 1,2 [1,0‑1,4] 78,8 1,1 [0,9‑1,4]
3e tercile (élevé) (n=2168) 68,8 1,1 [0,9‑1,4] 76,1 1 [0,8‑1,3]
Ne sait pas/Refus (n=310) 66,8 1,1 [0,8‑1,5] 76,2 0,9 [0,6‑1,3]
DIPLÔME *
< Bac (réf.) (n=2414) 65,5 1 76,4 1
Bac (n=1329) 65,9 1 [0,9‑1,2] 79,8 1,1 [0,9‑1,3]
> Bac (n=2468) 69,7 1,1 [0,9‑1,3] 77,6 0,9 [0,8‑1,1]
SITUATION PROFESSIONNELLE
Travail (réf.) (n=3514) 67,3 1 78,4 1
Chômage (n=405) 64,0 1 [0,7‑1,3] 77,2 0,9 [0,6‑1,2]
Études, retraites, autres inactifs (n=2305) 66,8 0,9 [0,8‑1,2] 76,1 0,9 [0,7‑1,2]
STATUT TABAGIQUE *** *
Fumeur occasionnel (n=318) 64,9 1 [0,7‑1,3] 76,3 0,9 [0,6‑1,3]
Fumeur quotidien (n=1408) 56,8 0,8* [0,6‑0,9] 76,2 1 [0,8‑1,4]
Ex fumeur (n=2058) 68,7 1 [0,8‑1,1] 75,3 0,9 [0,8‑1,1]
Jamais fumé (réf.) (n=2429) 72,4 1 80,3 1
STATUT VAPOTAGE *** ***
Jamais vapoteur (réf.) (n=4435) 72,0 1 79,0 1
Vapoteur expérimentateur (n=1534) 56,2 0,6*** [0,5‑0,7] 75,0 0,7*** [0,5‑0,8]
Vapoteur actuel (n=255) 51,3 0,4*** [0,3‑0,6] 67,8 0,5*** [0,3‑0,7]
*** : p<0.001 ; ** : p<0.01 ; * p<0.05
Source : Baromètres de Santé publique France 2017, Santé publique France
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
10
adulte et qu’environ 90 % des expérimentations de
tabac ont lieu avant 18 ans [30]. En tous cas, en popu
lation adulte, la part des vapoteurs n’ayant jamais
fumé est très réduite (<0,01%), et l’e‑cigarette est très
majoritairement utilisée avec l’objectif de réduire sa
consommation de tabac ou comme outil pour arrê
ter le tabac. Elle ne semble donc pas devenir, dans
la population adulte, un nouveau produit utilisé sans
lien avec le tabac.
Néanmoins, il est possible que l’utilisation de l’e‑ci
garette parmi les non‑fumeurs soit plus prégnante
dans une population plus jeune qu’étudiée dans cette
synthèse, en raison de la forte attractivité de l’e‑ciga
rette (design, arôme, etc.) et de l’influence plus forte
du marketing sur cette tranche âge. D’après l’en
quête ESCAPAD 2017 de l’OFDT, 3,8 % des jeunes de
17 ans déclarent avoir expérimenté l’e‑cigarette sans
avoir jamais fumé de tabac [25]. Des études indiquent
que l’utilisation de la cigarette électronique à un jeune
âge est significativement associée à l’entrée dans le
tabagisme dans le futur, même parmi les adolescents
qui n’avaient pas l’intention de fumer [31‑33].
Ces résultats peuvent être nuancés par le fait qu’il est
difficile de contrôler l’ensemble des facteurs environ
nementaux (entourage familial, groupe de pairs, mar
keting, accessibilité, dose de nicotine autorisée). Les
jeunes qui vapotent et qui essayent ensuite la ciga
rette ordinaire pourraient appartenir à des groupes
plus curieux, présentant moins d’aversion au risque,
et qui auraient, possiblement, expérimenté le tabac ou
d’autres substances (alcool, cannabis, etc.). Une étude
anglaise montre que si l’expérimentation de l’e‑ciga
rette est associée avec l’expérimentation ultérieure de
la cigarette ordinaire, les jeunes qui ont d’abord expé
rimenté la cigarette ordinaire sont également plus
nombreux à essayer la cigarette électronique ensuite
[34]. En France, d’après l’enquête ESCAPAD 2017,
1,9 % des jeunes de 17 ans vapotent de manière quo
tidienne : plus de la moitié d’entre eux déclarent aussi
fumer quotidiennement. Parmi les adolescents qui ont
expérimenté les deux produits, la majorité ont déjà
essayé la cigarette ordinaire avant l’e‑cigarette. Ces
derniers éléments viendraient alors plutôt confirmer
l’hypothèse suivant laquelle les jeunes vapoteurs par
tageraient des facteurs de risques avec les fumeurs
(« common liability hypothesis »).
Le vapotage est perçu
comme un outil d’aide à la diminution
de la consommation du tabac et à l’arrêt
La plupart des vapofumeurs (80,4 %) déclarent avoir
diminué leur consommation de cigarettes mais ce
sont, initialement, de plus gros fumeurs que les
fumeurs non vapoteurs, comme cela était déjà le cas
en 2014 [35]. Il est à noter que les bénéfices pour
la santé d’une réduction du nombre de cigarettes
sont limités par rapport à un arrêt complet, puisque
même une faible consommation de cigarettes de
tabac est très nocive [36, 37]. Il se peut donc que les
vapofumeurs aient la perception d’obtenir un gain
important pour leur santé qui pourrait les mainte‑
nir dans un tabagisme de moindre intensité mais
délétère pour leur santé et retarder l’arrêt total de
la cigarette ordinaire [38], en particulier pour les
31 % de vapoteurs qui disent vapoter avec l’idée de
réduire leur consommation. Cependant, pour cer‑
tains vapofumeurs, cet usage mixte est peut‑être
une première étape qui les aide à aller vers l’arrêt
total avec succès.
Parmi les vapoteurs quotidiens, la part d’ex‑fumeurs
a nettement augmenté entre 2014 et 2017. Sur l’en
semble de la population, la part d’ex‑fumeurs vapo
teurs est en légère augmentation. La proportion
d’ex‑fumeurs ayant utilisé l’e‑cigarette (1,2 %) ou
étant encore vapoteurs (1,4 %) demeure toujours
faible par rapport à la proportion d’ex‑fumeurs
s’étant sevrés autrement (28,4 %). Depuis la mise sur
le marché de l’e‑cigarette en France en 2010, environ
700 000 ex‑fumeurs quotidiens ayant arrêté depuis
au moins six mois déclarent que vapoter les a aidés à
arrêter de fumer, avec ou sans autre aide.
Ces résultats montrent que, pour certaines per
sonnes, la cigarette électronique a été perçue comme
un outil efficace dans leur tentative d’arrêt. De nom
breuses études scientifiques se sont penchées sur
la question de l’efficacité de l’e‑cigarette comme
méthode de sevrage sans que des conclusions allant
dans le même sens émergent [5, 39‑44]. Le dernier
rapport de Public Health England [7] analyse sept
revues systématiques incluant des méta‑analyses :
deux revues ont trouvé un effet positif de l’e‑cigarette
sur l’arrêt du tabac, quatre revues indiquent qu’il
n’est pas possible de conclure, et une revue indique
un effet négatif.
La diversité des indicateurs et des groupes étudiés
dans les études observationnelles dont la qualité
est discutée, et le peu d’essais contrôlés randomi
sés, présentant eux‑mêmes des conditions parfois
peu extrapolables en vie réelle, sont mis en cause.
Les études ont, malgré ces limites, plutôt tendance
à mettre en avant une augmentation des tenta
tives d’arrêt voire des arrêts temporaires, même s’il
demeure plus difficile de montrer des effets posi
tifs sur le sevrage [45]. Une étude observationnelle
menée par Santé publique France en 2014 auprès
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 11
des fumeurs de 15‑85 ans répondant à un question
naire en ligne quelques jours avant une campagne de
prévention puis six mois plus tard [46] montre, par
exemple, que les tentatives d’arrêt et la réduction du
nombre de cigarettes pendant les six mois étaient
plus fréquentes chez les vapoteurs réguliers que chez
les non‑vapoteurs.
À date, trois essais contrôlés randomisés ont mon‑
tré l’efficacité de la cigarette électronique pour aider
à l’arrêt du tabac [47‑49]. L’essai le plus récent,
publié en janvier 2019 [49], compare l’efficacité de
la cigarette électronique avec nicotine et celle des
traitements de substitution nicotinique (TSN) pour
l’arrêt du tabac chez des fumeurs dépendants sou‑
haitant de l’aide. Un accompagnement en face à face
était proposé à tous les participants par les services
d’aide à l’arrêt du tabac du National Health Service
au Royaume‑Uni. Presque deux fois plus d’arrêt
à un an sont observés dans le groupe ayant utilisé
l’e‑cigarette que dans le groupe TSN (18 % vs 9,9 %,
p<0,001). Comme pour toute étude scientifique,
ces résultats doivent être interprétés en prenant
en compte les conditions de l’essai. En particulier,
les participants du groupe TSN pourraient avoir
été moins motivés dans leur arrêt en raison d’une
perception plus négative des TSN que de l’e‑ciga‑
rette qui jouit d’une popularité plus forte liée à la
nouveauté du produit et à un contexte national qui y
est très favorable. L’observance aux TSN était ainsi
beaucoup plus limitée que celle de l’e‑cigarette
puisqu’un décrochage dans la prise des traitements
était observé dès la quatrième semaine. Il devient
alors difficile d’évaluer l’efficacité d’un produit qui
n’est pas utilisé. Le taux d’échec demeure toute‑
fois assez élevé, dans les deux groupes, malgré un
accompagnement psychologique.
L’intérêt de mener des recherches comparant l’effi‑
cacité (à moyen et long terme) des différents outils
d’aide au sevrage et évaluant l’impact de l’e‑ciga‑
rette sur les stratégies de sevrage des personnes
(effet d’opportunité, réduction de la consommation
de tabac plutôt qu’arrêt, combinaisons des stra‑
tégies), ainsi que des recherches sur l’efficacité
de l’e‑cigarette dans l’arrêt du tabac pour certains
sous‑groupes vulnérables demeure donc d’actua‑
lité. En France, l’essai ECSMOKE randomisé avec
double placebo vient de débuter (porté par l’As‑
sistance publique des hôpitaux de Paris) : il vise à
comparer l’efficacité des cigarettes électroniques
contenant de la nicotine à celle des cigarettes élec‑
troniques sans nicotine et à la varénicline (Champix),
un médicament de seconde intention pour l’arrêt
du tabac. Cette étude devrait rendre ses premiers
résultats d’ici quelques années.
L’ e‑cigarette est perçue
comme plus nocive que la cigarette
ordinaire par une part importante
de la population
La cigarette électronique est perçue comme aussi ou
plus nocive que la cigarette ordinaire par la moitié de
la population en France métropolitaine en 2017. Cette
perception est en hausse par rapport à 2014. Dans
70 % des études observationnelles utilisées dans la
revue de littérature internationale de Czoli et al. en
2017 [50], l’e‑cigarette serait néanmoins majoritaire
ment perçue comme moins nocive, mais une tendance
à l’augmentation de la méfiance est de plus en plus
observée dans tous les groupes (fumeurs, vapoteurs,
non‑vapoteurs, non‑fumeurs) au cours des dernières
années [51]. C’était ainsi déjà le cas entre 2013 et
2014 chez des fumeurs et ex‑fumeurs en Angleterre
[52], et, en 2018, 25 % de la population pensent que
l’e‑cigarette est aussi ou plus nocive que la ciga
rette ordinaire (23 % ne savent pas, 17 % la pensent
beaucoup moins nocive) contre 15 % en 2014 [27].
Seulement un peu plus de la moitié des fumeurs en
Angleterre pensent que l’e‑cigarette est moins nocive
que la cigarette ordinaire. Aux États‑Unis, alors que
50,7 % la pensaient moins nocive que la cigarette
de tabac en 2012, ils n’étaient plus que 43,1 % dès
2014 [53]. En Europe, en 2017, 55 % pensent que la
cigarette électronique est nocive pour la santé des
vapoteurs et cette proportion est en augmentation
dans presque tous les pays européens [26].
Pourtant, la communauté scientifique s’accorde
pour dire que les émissions d’e‑cigarette sont moins
nocives que la fumée issue de la combustion du tabac,
même si le vapotage n’est pas sans risque et que
les effets à long terme sur la santé sont encore mal
connus. En effet, l’aérosol de l’e‑cigarette ne contient
pas les nombreuses substances chimiques irritantes,
toxiques et cancérigènes qui sont présentes dans la
fumée de tabac issue des cigarettes traditionnelles,
des cigares ou de la chicha (goudrons, monoxyde de
carbone). Usuellement, seuls des effets indésirables
plutôt bénins comme des irritations passagères
de la bouche et de la gorge sont rapportés par les
vapoteurs [5]. En revanche, la plupart des vapoteurs
utilisent du liquide contenant de la nicotine, qui est
une substance fortement addictive. Par ailleurs, des
substances potentiellement nocives ou cancérigènes
ont pu être identifiées dans certaines émissions de
cigarette électronique [39]. Le rapport de la Euro-
pean Respiratory Society [44], analysant les résultats
d’études expérimentales de toxicologie in vitro (sur
des cultures cellulaires) et in vivo (sur des animaux),
indique que des effets potentiellement néfastes
peuvent être observés dans certaines études, même
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
12
s’ils ne sont pas systématiquement retrouvés dans
la littérature scientifique. Cette analyse démontre
qu’il est difficile de généraliser la toxicité potentielle
des émissions de cigarette électronique, car celle‑ci
dépend de la combinaison de nombreux facteurs :
composition du liquide (arômes alimentaires dont le
profil toxicologique est connu pour l’ingestion et non
pour l’inhalation, taux de propylène glycol qui est un
irritant des voies respiratoires, etc.), paramètres de
vapotage de la cigarette électronique (la puissance de
la batterie couplée à la résistance de l’atomiseur sont
déterminants dans la production de composés gazeux
nocifs) et, enfin, profil d’inhalation du vapoteur (durée
d’inhalation, volume des bouffées, etc.).
Toutefois, il semble pertinent d’affirmer que, bien
que non dépourvus de risque, les effets nocifs des
émissions de cigarette électronique seraient moins
importants que ceux causés par la fumée de tabac.
En particulier, les effets à long terme sur la santé des
vapoteurs exposés aux émissions de cigarette élec
tronique sont, finalement, relativement peu docu
mentés du fait de l’arrivée récente de l’e‑cigarette
mais aussi en raison de la difficulté d’évaluer ces
effets chez des vapoteurs qui sont, pour la plupart,
également des fumeurs ou ex‑fumeurs. En France,
l’Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’ali
mentation, de l’environnement et du travail (Anses)
est notamment chargée de réaliser une évaluation
des dangers associés aux substances chimiques aux
quelles le vapoteur s’expose.
Les analyses présentées dans cette synthèse
montrent que les statuts tabagique et de vapotage
sont des facteurs associés à la perception de la
nocivité. Comme dans d’autres travaux [26, 51, 54],
les fumeurs sont plus nombreux à déclarer que
l’e‑cigarette est plus ou aussi nocive que le tabac alors
que les vapoteurs ou ceux ayant déjà expérimenté la
cigarette électronique la perçoivent comme moins
nocive. Cette perception négative pourrait expliquer
que certains fumeurs ayant l’intention d‘arrêter de
fumer n’y ont pas recours.
Les personnes les moins favorisées socialement
sont aussi celles qui sont le moins informées de la
moindre nocivité des e‑cigarettes, à l’instar de ce qui
est observé dans d‘autres études [52, 53, 55]. Ces diffé
rences pourraient s‘expliquer par la difficulté d’obtenir
des informations claires et accessibles, à l’heure où les
recommandations sont difficilement appropriables.
La perception de la nocivité de l’e‑cigarette pourrait
également être due à une mauvaise connaissance
des effets de la nicotine et une confusion plus large
entre les facteurs responsables de la dépendance et
des cancers. La plupart des cigarettes électroniques
comporte de la nicotine, ce qui pourrait alors faire
penser qu’elle est aussi nocive que la cigarette conte
nant du tabac [7].
Les sources d’information principales des vapoteurs
semblent être la télévision (dans les pays où la publi
cité est autorisée), Internet, la presse ainsi que le
cercle amical et les magasins spécialisés [56, 57].
L’exposition à des informations parfois contradic
toires véhiculées par ces sources pourrait fortement
influencer la perception. Des messages contradic
toires ou négatifs dans les journaux favoriseraient,
par exemple, une perception négative de l’e‑cigarette
et des bénéfices perçus plus faibles, selon une étude
américaine récente [58]. Les personnes n’ayant
jamais expérimenté l’e‑cigarette seraient particuliè
rement sensibles à ces informations.
Enfin, un autre facteur environnemental pourrait expli
quer l’augmentation de la perception de la nocivité. Une
réglementation stricte de l’e‑cigarette renforcerait, en
effet, la perception de sa nocivité chez les fumeurs et
ex‑fumeurs [59]. La connaissance et la confiance dans
les agences de régulation des produits pourraient
également avoir un impact sur la perception de sécu
rité [60]. Le fait que l’e‑cigarette soit réglementée par
des dispositions similaires au tabac [16] et qu’aucune
e‑cigarette ne soit autorisée à ce jour en tant que dis
positif médical, contrairement aux inhalateurs de nico
tine, pourrait participer à cette défiance.
Des opinions plutôt favorables
de la population sur la réglementation
de l’e‑cigarette
Deux tiers des personnes interrogées sont favo
rables à l’interdiction de vapoter dans les lieux où il
est interdit de fumer, en augmentation par rapport
à 2014. Ce résultat laisse supposer une adhésion à
un élargissement éventuel de la réglementation des
lieux d’interdiction du vapotage. Plus des trois quarts
des 18‑75 ans sont favorables à l’interdiction de vente
aux mineurs, proportion stable depuis 2014. Ces opi
nions favorables pourraient s’expliquer en partie par
la dangerosité perçue pour la santé des produits de
vapotage et par la gêne occasionnée par la vapeur.
En Europe, 63 % des personnes interrogées dans
l’Eurobaromètre 2017 [26] déclarent être favorables
à l’interdiction de l’e‑cigarette dans les lieux où il est
interdit de fumer. Cette opinion est en augmentation
dans quatorze pays européens bien que, dans cer
tains pays (Autriche, République tchèque, Malte), une
baisse de l’adhésion à cette mesure soit observée.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 13
Les personnes qui vapotent ou ont déjà expérimenté
la vape, toutes choses égales par ailleurs, sont moins
favorables à ces interdictions. C’est également ce qui
est observé au niveau européen où les non‑vapoteurs
sont moins opposés à l’interdiction de l’e‑cigarette
dans les lieux où il est déjà interdit de fumer. On
peut faire l’hypothèse que les vapoteurs (fumeurs ou
anciens fumeurs) ont le sentiment de faire un effort en
arrêtant ou diminuant leur consommation de tabac,
qui pourrait être « récompensé » par le fait de pouvoir
vapoter dans les lieux qui interdisent le tabac. Plu
sieurs raisons sont déclarées par les vapoteurs pour
expliquer leur recours à l’e‑cigarette [51, 57, 61] ; cer
tains l’utilisent peut‑être aussi comme une alterna
tive pour pouvoir vapoter dans les lieux non‑fumeurs,
ce qui expliquerait leurs opinions négatives.
En Europe, peu de différences sociodémographiques
sont observées sur les questions d’opinions sur la
réglementation, ce qui rejoint les données françaises.
Les femmes sont légèrement plus en faveur de l’in
terdiction de l’e‑cigarette dans les lieux où il est inter
dit de fumer (64 % vs 62 % des hommes)[26].
Limites
Les données du Baromètre de Santé publique France
sont des données déclaratives recueillies par télé
phone, ce qui ne prévient pas d’un biais de dési
rabilité. On ne vérifie pas, par exemple, le sevrage
de manière biologique. De plus, la question de
l’e‑cigarette comme aide à l’arrêt du tabac ne permet
de mesurer qu’une perception.
Le Baromètre de Santé publique France a pour objec
tif principal de mieux connaître les comportements
de santé des personnes résidant en France, et pour
objectif secondaire de mesurer les perceptions et
opinions, d’où le nombre restreint d’indicateurs.
Les questions sur la nocivité ne permettent pas, par
exemple, de distinguer la nocivité perçue pour le
vapotage actif ou passif, ni de différencier les types
de dangers perçus (cancer de la bouche, cancer des
poumons, etc.).
Enfin, les analyses sur la question de la nocivité et les
deux questions sur la réglementation de l’e‑cigarette
ont été réalisées sur des sous‑échantillons. Les effec
tifs sont ainsi réduits et certaines différences entre
facteurs associés peuvent apparaître non significa
tives en raison d’un manque de puissance statistique.
CONCLUSION
En France, les vapoteurs adultes sont composés pour
moitié de fumeurs, pour moitié d’ ex‑fumeurs. La
proportion de vapoteurs parmi les fumeurs et ex‑fu
meurs demeure faible mais un nombre non négli
geable d’ex‑fumeurs (vapoteurs ou ex‑vapoteurs)
estiment que l’e‑cigarette les a aidés à arrêter de
fumer, au moins de manière temporaire. La nocivité
de la cigarette électronique par rapport à celle de la
cigarette traditionnelle est perçue comme élevée par
la population, en particulier par les fumeurs quoti
diens. Les différences sociodémographiques dans
la perception de la nocivité suggèrent des inégalités
sociales dans l’accès à l’information. Les opinions
concernant les réglementations sont plutôt favo
rables, ce qui témoigne d’une bonne adhésion de la
population à l’encadrement des produits du vapotage
et de leurs usages.
RÉFÉRENCES
[1] Fontaine A, Artigas F. Étude qualitative auprès
des utilisateurs de cigarette électronique :
pratiques, usages, représentations. Sante Publique
(Bucur). 2017;29(6):793‑801.
[2] Le Monde avec Agence France Presse. « Hash‑
tag », « selfie » et « vapoter » entrent dans « Le
Petit Robert » 2015. Le Monde [Internet]. 22 mai
2014, [consulté le 16/04/2019]. Disponible sur:
https://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/22/
hashtag‑selfie‑et‑vapoter‑entrent‑le‑petit‑robert‑
2015_4423347_3224.html
[3] Brett EI, Stevens EM, Wagener TL, Leavens ELS,
Morgan TL, Cotton WD, et al. A content analysis of
JUUL discussions on social media: Using Reddit to
understand patterns and perceptions of JUUL use.
Drug Alcohol Depend. 2018;194:358‑62.
[4] Farsalinos K. Electronic cigarettes: an aid in
smoking cessation, or a new health hazard? Ther
Adv Respir Dis. 2018;12:1753465817744960.
[5] Hartmann‑Boyce J, McRobbie H, Bullen C,
Begh R, Stead LF, Hajek P. Electronic cigarettes
for smoking cessation. The Cochrane database of
systematic reviews. 2016;9:Cd010216.
[6] McRobbie H, Bullen C, Hartmann‑Boyce J,
Hajek P. Electronic cigarettes for smoking cessation
and reduction. The Cochrane database of systema‑
tic reviews. 2014;12:CD010216.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
14
[7] McNeill A, Brose L, Calder R, Bauld L,
Robson D. Evidence review of e‑cigarettes and
heated tobacco products 2018. A report
commissioned by Public Health England. 2018:243.
[8] Brady BR, De La Rosa JS, Nair US, Leischow SJ.
Electronic Cigarette Policy Recommendations:
A Scoping Review. Am J Health Behav. 2019;43(1):
88‑104.
[9] World Health Organization. Electronic nicotine
delivery systems. Conference of the parties to the
WHO Framework Convention on Tobacco Control.
Genève: World Health Organization; 2014.
Disponible sur: http://apps.who.int/gb/fctc/PDF/
cop6/FCTC_COP6_10‑en.pdf
[10] Haut Conseil de la santé publique. Avis relatif
aux bénéfices‑risques de la cigarette électronique
ou e‑cigarette étendus en population générale.
Paris : Haut Conseil de la santé publique; 2014.
Disponible sur: https://www.hcsp.fr/explore.cgi/
avisrapportsdomaine?clefr=419
[11] Haute Autorité de santé. Arrêt de la consom‑
mation de tabac : du dépistage individuel au main‑
tien de l’abstinence en premier recours. Saint‑De‑
nis : Haute Autorité de santé ; 2014. Disponible
sur: http://www.has‑sante.fr/portail/upload/docs/
application/pdf/2014‑11/reco2clics_arret_de_la_
consommation_de_tabac_2014_2014‑11‑13_
10‑51‑48_441.pdf
[12] Haute Autorité de santé. Avis n° 2015.0100/AC/
SBPP du 4 novembre 2015 du collège de la Haute
Autorité de santé sur la nécessité d’actualiser la
recommandation de bonne pratique : « Arrêt de la
consommation de tabac : du dépistage individuel au
maintien de l’abstinence en premier recours »
(octobre 2014), suite au rapport sur la cigarette
électronique du Public Health England. Saint‑Denis :
Haute Autorité de santé ; 2015. Disponible sur:
https://www.has‑sante.fr/portail/upload/docs/
application/pdf/2015‑11/a_2015_0100_reponse_
courrier_dgs_actualisation_rbp_tabac.pdf
[13] McNeill A, Brose LS, Calder R, et al..
E‑cigarettes: an evidence update. A report
commissioned by Public Health England.
Londres: Public Health England; 2015. Disponible
sur: https://assets.publishing.service.gov.uk/
government/uploads/system/uploads/attachment_
data/file/733022/Ecigarettes_an_evidence_
update_A_report_commissioned_by_Public_
Health_England_FINAL.pdf
[14] Nutt DJ, Phillips LD, Balfour D, Curran HV,
Dockrell M, Foulds J, et al. Estimating the harms
of nicotine‑containing products using the MCDA
approach. Eur Addict Res. 2014;20(5):
218‑25.
[15] Haut Conseil de la santé publique. Avis relatif
aux bénéfices‑risques de la cigarette électronique
ou e‑cigarette étendus en population générale.
Saint‑Denis : Haute Autorité de santé; 2016.
Disponible sur : http://www.hcsp.fr/explore.cgi/
avisrapportsdomaine?clefr=541
[16] Directive 2014/40/eu of the european
parliament and of the council of 3 april 2014 on
the approximation of the laws, regulations and
administrative provisions of the Member States
concerning the manufacture, presentation and
sale of tobacco and related products and repealing
Directive 2001/37/EC. Official journal of the
European Union [Internet]; 29 avril 2014 [consulté le
16/04/2019]. Disponible sur : https://ec.europa.eu/
health//sites/health/files/tobacco/docs/dir_201440_
en.pdf
[17] Ordonnance n° 2016‑623 du 19 mai 2016
portant transposition de la directive 2014/40/UE
sur la fabrication, la présentation et la vente des
produits du tabac et des produits connexes.
JORF [Internet]. 20 mai 2016, n°0116 [consulté le
16/04/2019]. Disponible sur: https://www.legifrance.
gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=
JORFTEXT000032547462&categorieLien=id
[18] Loi n° 2014‑344 du 17 mars 2014 relative
à la consommation, Article 36. Disponible sur :
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2014/3/17/
EFIX1307316L/jo/article_36
[19] Agence nationale de sécurité du médicament
et des produits de santé. Informations réglemen‑
taires relatives à la cigarette électronique ‑ Point
d’Information [page web].19 juillet 2016 [page
consultée le 16/04/2019]. Disponible sur :
https://ansm.sante.fr/S‑informer/Points‑
d‑information‑Points‑d‑information/Informations‑
reglementaires‑relatives‑a‑la‑cigarette‑electronique
Point‑d‑Information
[20] Code de la santé publique. Article L3513‑
6. Disponible sur : https://www.legifrance.
gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LE‑
GITEXT000006072665&idArticle=LEGIAR‑
TI000032549222&dateTexte=&categorieLien=cid
[21] Décret n° 2017‑633 du 25 avril 2017 relatif aux
conditions d’application de l’interdiction de vapoter
dans certains lieux à usage collectif. JORF [Internet]
27 avril 2017, n°0099 [consulté le 16/04/2019].
Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/
affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034492950&‑
categorieLien=id
[22] Pasquereau A, Andler R, Guignard R,
Richard JB, Arwidson P, Nguyen‑Thanh V, et al.
La consommation de tabac en France : premiers
résultats du Baromètre santé 2017.
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS 15
Bull Epidemiol Hebd [Internet]. 2018;(14‑15):265‑73.
Disponible sur : http://invs.santepubliquefrance.fr/
beh/2018/14‑15/2018_14‑15_1.html
[23] Pasquereau A, Gautier A, Andler R, Guignard R,
Richard JB, Nguyen Thanh V. Tabac et e‑cigarette
en France : niveaux d’usage d’après les premiers
résultats du Baromètre santé 2016. Bull Epidemiol
Hebd [Internet]. 2017;(12):214‑22. Disponible sur :
http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/12/
pdf/2017_12_1.pdf
[24] Andler R, Guignard R, Wilquin JL, Beck F,
Nguyen‑Thanh V. L’usage de la cigarette électro‑
nique en France en 2014. Evolutions [Internet].
2015 ;(33):1‑6. Disponible sur : https://portail
documentaire.santepubliquefrance.fr/exl‑php/docs/
spf___internet_recherche/835/PLE/doc00003057__
PDF.txt
[25] Spilka S, Le Nézet O, Janssen E, Brissot A,
Philippon A, Shah J, et al. Les drogues à 17 ans :
analyse de l’enquête ESCAPAD 2017. Tendances.
2018;(123) :1‑8.
[26] Directorate‑General for Communication,
Directorate‑General for Health and Food Safety.
Attitudes of Europeans towards tobacco and
electronic cigarettes. Bruxelles : Commission
Européenne; 2017. Special Eurobarometer 458.
Disponible sur : http://ec.europa.eu/
COMMFrontOffice/PublicOpinion
[27] Action on Smoking and Health. Use of
e‑cigarettes (vapourisers) among adults in Great
Britain. London: ASH; 2018. Disponible sur :
http://ash.org.uk/download/ash‑use‑of‑e‑
cigarettes‑by‑adults‑in‑great‑britain‑2018‑pdf/
[28] Richard JB, Andler R, Guignard R,
Cogordan C, Léon C, Robert M, et al. Méthode
d’enquête. Objectifs, contexte de mise en place et
protocole. Saint‑Maurice : Santé publique France ;
2018.
[29] Santé publique France. Questionnaire
Baromètre santé 2017. Saint‑Maurice : Santé
publique France; 2018. Disponible sur: https://
portaildocumentaire.santepubliquefrance.fr/
exl‑php/docs/spf___internet_recherche/123/
PLE/1812__PDF.txt
[30] Guignard R, Beck F. Le tabagisme chez les
jeunes de 15‑30 ans. In: Beck F, Richard, JB.
Les comportements de santé des jeunes. Analyses
du Baromètre santé 2010. Saint‑Denis : Inpes ;
2013. p. 69‑86.
[31] Chatterjee K, Alzghoul B, Innabi A, Meena N.
Is vaping a gateway to smoking: a review of the
longitudinal studies. Int J Adolesc Med Health.
2016;30(3).
[32] Wang M, Wang JW, Cao SS, Wang HQ, Hu RY.
Cigarette Smoking and Electronic Cigarettes Use:
A Meta‑Analysis. Int J Environ Res Public Health.
2016;13(1).
[33] Conner M, Grogan S, Simms‑Ellis R, Flett K,
Sykes‑Muskett B, Cowap L, et al. Do electronic
cigarettes increase cigarette smoking in UK
adolescents? Evidence from a 12‑month prospective
study. Tob Control. 2018;27:365‑372.
[34] East K, Hitchman SC, Bakolis I, Williams S,
Cheeseman H, Arnott D, et al. The Association
Between Smoking and Electronic Cigarette Use
in a Cohort of Young People. J Adolesc Health.
2018;62(5):539‑47.
[35] Andler R, Guignard R, Wilquin JL, Beck F,
Richard JB, Nguyen‑Thanh V. Electronic cigarette
use in France in 2014. International journal of public
health. 2015;61(2):159‑65.
[36] Doll R, Peto R. Cigarette smoking and
bronchial carcinoma: dose and time relationships
among regular smokers and lifelong non‑smokers.
J Epidemiol Community Health. 1978;32(4):303‑13.
[37] Flanders WD, Lally CA, Zhu BP, Henley SJ,
Thun MJ. Lung cancer mortality in relation to age,
duration of smoking, and daily cigarette consump‑
tion: results from Cancer Prevention Study II.
Cancer Res. 2003;63(19):6556‑62.
[38] Robertson L, Hoek J, Blank ML, Richards R,
Ling P, Popova L. Dual use of electronic nicotine
delivery systems (ENDS) and smoked tobacco: a
qualitative analysis. Tob Control. 2019;28(1):13‑9.
[39] Vanderkam P, Boussageon R, Underner M,
Langbourg N, Brabant Y, Binder P, et al. Efficacité
et sécurité de la cigarette électronique pour la
réduction du tabagisme: revue systématique
et méta‑analyse. La presse médicale.
2016;45(11):971‑85.
[40] Kalkhoran S, Glantz SA. E‑cigarettes and
smoking cessation in real‑world and clinical
settings: a systematic review and meta‑analysis.
Lancet Respir Med. 2016;4(2):116‑28.
[41] Malas M, van der Tempel J, Schwartz R,
Minichiello A, Lightfoot C, Noormohamed A, et al.
Electronic Cigarettes for Smoking Cessation:
A Systematic Review. Nicotine Tob Res.
2016;18(10):1926‑36.
[42] Khoudigian S, Devji T, Lytvyn L, Campbell K,
Hopkins R, O’Reilly D. The efficacy and short‑term
effects of electronic cigarettes as a method for
smoking cessation: a systematic review and a meta‑
analysis. Int J Public Health. 2016;61(2):257‑67.
[43] El Dib R, Suzumura EA, Akl EA, Gomaa H,
Agarwal A, Chang Y, et al. Electronic nicotine
BAROMÈTRE DE SANTÉ PUBLIQUE FRANCE 2017 | USAGE DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE, TABAGISME ET OPINIONS DES 18-75 ANS
16
delivery systems and/or electronic non‑nicotine
delivery systems for tobacco smoking cessation or
reduction: a systematic review and meta‑analysis.
BMJ open. 2017;7(2):e012680.
[44] Bals R, Boyd J, Esposito S, Foronjy R,
Hiemstra P, Jiménez‑Ruiz C, et al. Electronic
Cigarettes ‑ Task Force report from the European
Respiratory Society. Eur Respir J. 2019;53: 1801151.
[45] Brose LS, Hitchman SC, Brown J, West R,
McNeill A. Is the use of electronic cigarettes
while smoking associated with smoking cessation
attempts, cessation and reduced cigarette
consumption? A survey with a 1‑year follow‑up.
Addiction. 2015;110(7):1160‑8.
[46] Pasquereau A, Guignard R, Andler R,
Nguyen‑Thanh V. Electronic cigarettes, quit
attempts and smoking cessation: a 6‑month
follow‑up. Addiction. 2017;112(9):1620‑8.
[47] Bullen C, Howe C, Laugesen M, McRobbie H,
Parag V, Williman J, et al. Electronic cigarettes for
smoking cessation: a randomised controlled trial.
Lancet. 2013;382(9905):1629‑37.
[48] Caponnetto P, Campagna D, Cibella F,
Morjaria JB, Caruso M, Russo C, et al. EffiCiency
and Safety of an eLectronic cigAreTte (ECLAT)
as tobacco cigarettes substitute: a prospective
12‑month randomized control design study. PLoS
One. 2013;8(6):e66317.
[49] Hajek P, Phillips‑Waller A, Przulj D, Pesola F,
Myers Smith K, Bisal N, et al. A Randomized Trial of
E‑Cigarettes versus Nicotine‑Replacement Therapy.
N Engl J Med. 2019.
[50] Czoli CD, Fong GT, Mays D, Hammond D.
How do consumers perceive differences in risk
across nicotine products? A review of relative
risk perceptions across smokeless tobacco,
e‑cigarettes, nicotine replacement therapy
and combustible cigarettes. Tob Control.
2017;26(e1):e49‑e58.
[51] Romijnders K, van Osch L, de Vries H,
Talhout R. Perceptions and Reasons Regarding
E‑Cigarette Use among Users and Non‑Users:
A Narrative Literature Review. Int J Environ Res
Public Health. 2018;15(6): E1190.
[52] Brose LS, Brown J, Hitchman SC, McNeill A.
Perceived relative harm of electronic cigarettes over
time and impact on subsequent use. A survey with
1‑year and 2‑year follow‑ups. Drug Alcohol Depend.
2015;157:106‑11.
[53] Huerta TR, Walker DM, Mullen D, Johnson
TJ, Ford EW. Trends in E‑Cigarette Awareness and
Perceived Harmfulness in the U.S. Am J Prev Med.
2017;52(3):339‑46.
[54] Tan AS, Lee CJ, Bigman CA. Comparison of
beliefs about e‑cigarettes’ harms and benefits
among never users and ever users of e‑cigarettes.
Drug Alcohol Depend. 2016;158:67‑75.
[55] Cavalcante TM, Szklo AS, Perez CA,
Thrasher JF, Szklo M, Ouimet J, et al. Electronic
cigarette awareness, use, and perception of harm‑
fulness in Brazil: findings from a country that has
strict regulatory requirements. Cad Saude Publica.
2017;33S(Suppl 3):e00074416.
[56] Daniluk A, Gawlikowska‑Sroka A, Stepien‑
Slodkowska M, Dzieciolowska‑Baran E, Michnik K.
Electronic Cigarettes and Awareness of Their
Health Effects. Adv Exp Med Biol. 2018;1039:1‑8.
[57] Buczek EJ, Harrington KF, Hendricks PS,
Schmalbach CE. Electronic Cigarette Awareness,
Use, and Perceptions among Cancer Patients.
OTO open. 2018;2(2):2473974x18774543.
[58] Tan ASL, Lee CJ, Nagler RH, Bigman CA.
To vape or not to vape? Effects of exposure to
conflicting news headlines on beliefs about harms
and benefits of electronic cigarette use: Results
from a randomized controlled experiment.
Prev Med. 2017;105:97‑103.
[59] Yong HH, Borland R, Balmford J, Hitchman SC,
Cummings KM, Driezen P, et al. Prevalence and
Correlates of the Belief That Electronic Cigarettes
are a Lot Less Harmful Than Conventional
Cigarettes Under the Different Regulatory
Environments of Australia and the United Kingdom.
Nicotine Tob Res. 2017;19(2):258‑63.
[60] Nguyen AB, Henrie J, Slavit WI, Kaufman AR.
Beliefs about FDA tobacco regulation, modifiability
of cancer risk, and tobacco product comparative
harm perceptions: Findings from the HINTS‑FDA
2015. Prev Med. 2018;110:1‑8.
[61] Etter JF, Bullen C. Electronic cigarette: users
profile, utilization, satisfaction and perceived
efficacy. Addiction. 2011;106(11):2017‑28.
12 rue du Val d’Osne, 94415 Saint-Maurice Cedex France
www.santepubliquefrance.fr
ISSN : 2609-2174 – ISBN-NET : 979-10-289-0558-3 – RÉALI SATION : GROUPE J OUVE – DÉPÔT LÉGAL : JUIN 2019
AUTEURS
Anne Pasquereau1
Guillemette Quatremère1
Romain Guignard1
Raphaël Andler1
Florian Verrier1
Jérémie Pourchez2
Jean‑Baptiste Richard1
Viêt Nguyen‑Thanh1
et le groupe Baromètre de Santé publique France 2017**
1 Santé publique France, Saint Maurice, France
2 Mines Saint‑Etienne, Univ Lyon, Univ Jean Monnet, INSERM, U 1059 Sainbiose, Centre CIS, F ‑ 42023
Saint‑Etienne, France
**Raphaël Andler, Chloé Cogordan, Christophe Léon, Romain Guignard, Viêt Nguyen‑Thanh, Anne Pasquereau,
Jean‑Baptiste Richard, Maëlle Robert
RELECTRICE
Noémie Soullier
Santé publique France, Saint Maurice, France
Édition
Jeanne Herr
Santé publique France
Documentation
Manon Jeuland
Santé publique France
Citation suggérée : Pasquereau A, Quatremère G, Guignard R, Andler R, Verrier F, Pourchez J, Richard JB, Nguyen‑Thanh V et le
groupe Baromètre de Santé publique France 2017. Baromètre de Santé publique France 2017. Usage de la cigarette électronique,
tabagisme et opinions des 18‑75 ans. Saint‑Maurice : Santé publique France, 2019. 17 p.
... In France, electronic cigarettes began to be commercialized at the end of 2010/beginning of 2011. The wide-scale distribution of electronic cigarettes started in 2012 (Pasquereau et al., 2019). This new mechanism is a battery-operated device that provides a controlled dose of vaporized nicotine or non-nicotine solutions to the user. ...
... Indeed, fewer than 1% of daily e-users have never smoked tobacco. In France, electronic cigarettes are mainly used by tobacco smokers to reduce tobacco consumption or quit smoking (Pasquereau et al., 2019). We exploit the following question: "Do you currently use electronic cigarettes?" with three possible answers: "Yes, daily," "Yes, occasionally," and "No." ...
Article
Despite its increasing use, little is known about the effect of electronic cigarette. This study estimates the impact of the use of electronic cigarettes on tobacco smoking and health among tobacco smokers, using French panel data derived from the Health, Health Care, and Insurance Survey for 2010–2014. We use a difference-in-differences propensity score matching approach to identify the effect of electronic cigarette use on a sample of 982 smokers. We show that the use of electronic cigarettes increases the probability of quitting smoking and reduces the number of regular cigarettes smoked per day. However, we also find evidence that electronic cigarette users have a higher probability of reporting poor health status and suffering from a chronic disease compared with those who only smoke regular cigarettes. Overall, our results do not support the use of electronic cigarettes for tobacco smokers.
... Moreover, in 2019, the prevalence of current vaping was 5.7% and that of daily vaping was 4.4% (32). These gures are higher than those reported for the year 2017 (3.8% for current vaping and 2.7% for daily vaping) (34) but fairly close to those reported for the year 2018 (5.3% for current vaping and 3.8% for daily vaping) (35), suggesting a stabilization of current and daily vaping in the general population. According to the 2020 Baromètre Santé survey (36), the prevalence of e-cigarette experimentation in adults aged 18-75 years was 37.4% in 2020, a gure slightly higher than those reported for the years 2019 (34.4%) (32), 2018 (34,7%) (33) and 2017 (41.7%) (34). ...
Preprint
Full-text available
Background. We assessed and compared the evolution of tobacco and e-cigarette experimentation and use among French adolescents aged 15-16 years. Methods. A descriptive, cross-sectional, observational study conducted in 2018-2020 among 7,883 Year 11 pupils attending 27 public secondary schools of the Loire department, France. Results. From 2018 to 2020, 66.18% of adolescents were “non-vapers and non-smokers”, 19.76% were “vapers and smokers”, 7.90% were “non-vapers and smokers” and 6.15% were “vapers and non-smokers”. E-cigarette experimentation was more prevalent than tobacco experimentation (44.92% vs 41.67%), and daily vaping was less prevalent than daily smoking (5.40% vs 10.24%). More boys than girls were daily vapers or daily smokers. A decrease was observed in tobacco experimentation (from 41.22% in 2018 to 39.73% in 2020) and e-cigarette experimentation (from 50.28% in 2018 to 41.25% in 2020). Current vaping remained stable, with an increase in daily vaping. French adolescent vapers frequently use e-liquids with little or no nicotine or with fruit or sweet flavours. Conclusions. Adolescents used e-cigarettes mainly for experimental and/or recreational purposes. The proportion of “non-vapers and non-smokers” tended to increase. “Non-vapers and smokers” tended to progress to the dual use of vaping and smoked tobacco products, with the likely intention to reduce or quit smoking.
... Moreover, in 2019, the prevalence of current vaping was 5.7% and that of daily vaping was 4.4% [32]. These gures are higher than those reported for the year 2017 (3.8% for current vaping and 2.7% for daily vaping) [34] but fairly close to those reported for the year 2018 (5.3% for current vaping and 3.8% for daily vaping) [35], suggesting a stabilization of current and daily vaping in the general population. According to the 2020 Baromètre Santé survey [36], the prevalence of e-cigarette experimentation in adults aged 18-75 years was 37.4% in 2020, a gure slightly higher than those reported for the years 2019 (34.4%) [32], 2018 (34,7%) [33] and 2017 (41.7%) [34]. ...
Preprint
Full-text available
Background We assessed and compared the evolution of tobacco and e-cigarette experimentation and use among French adolescents aged 15-16 years. Methods A descriptive, cross-sectional, observational study conducted in 2018-2020 among 7,883 Year 11 pupils attending 27 public secondary schools of the Loire department, France. Results From 2018 to 2020, 66.18% of adolescents were “non-vapers and non-smokers”, 19.76% were “vapers and smokers”, 7.90% were “non-vapers and smokers” and 6.15% were “vapers and non-smokers”. E-cigarette experimentation was more prevalent than tobacco experimentation (44.92% vs 41.67%), and daily vaping was less prevalent than daily smoking (5.40% vs 10.24%). More boys than girls were daily vapers or daily smokers. A decrease was observed in tobacco experimentation (from 41.22% in 2018 to 39.73% in 2020) and e-cigarette experimentation (from 50.28% in 2018 to 41.25% in 2020). Current vaping remained stable, with an increase in daily vaping. French adolescent vapers frequently use e-liquids with little or no nicotine or with fruit or sweet flavours. Conclusions Adolescents used e-cigarettes mainly for experimental and/or recreational purposes. The proportion of “non-vapers and non-smokers” tended to increase. “Non-vapers and smokers” tended to progress to the dual use of vaping and smoked tobacco products, with the likely intention to reduce or quit smoking.
... Between 2014 and 2016, among women aged 15-75 years, the prevalence of daily use remained stable, but occasional use fell by 50% (from 5.2% to 2.6%) [10]. In 2017, the frequency of daily use by French women aged ≥ 18 years was estimated to be 2.1% [11]. In the same year, nearly half (48.1%) of French girls aged 17 years had already tried an electronic cigarette, and 1% were daily users, compared with 56.5% and 2.8% of French boys aged 17 years, respectively [12]. ...
Article
Background Smoking is the main modifiable risk factor for stroke and myocardial infarction, particularly in women; its prevalence in France is evolving, and new patterns of nicotine consumption have emerged. Aims To present contemporary data on smoking prevalence and the use of electronic cigarettes, and to describe current knowledge of the cardiovascular risk specificities and the effectiveness of withdrawal methods in women. Method We identified studies by searching the MEDLINE bibliographic database between 1995 and 2020, and the Weekly Epidemiological Bulletin (Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire) published by the French health authorities. Result In recent years, smoking prevalence among French women has decreased overall, except in the oldest age group (aged > 55 years). At the same time, the incidence of hospitalization for cardiovascular events has increased worryingly among women smokers aged < 65 years. Active smoking in women is associated with an increased risk of premature myocardial infarction, and a risk of stroke that increases with the number of cigarettes consumed per day; it is also responsible for increased cardiovascular events in women taking oestrogen-progestin contraception. Quitting smoking reverses these effects in the long term, and women are just as likely to quit smoking as men. Conclusions Stopping smoking must be a priority objective for women smokers, for primary and secondary prevention, and they should systematically be offered a validated method of cessation or even electronic cigarettes.
... La cigarette électronique, développée en Chine dans les années 2000 et apparue en France au début des années 2010, reste néanmoins un outil de sevrage et d'arrêt du tabagisme. Si le recours à la e-cigarette tend à stagner en France, loin d'atteindre la dynamique d'expansion observée aux États-Unis (où la part d'usagers dépasse celle des fumeurs de cigarettes) ou au Royaume-Uni (7,1 % de vapoteurs en 2019 vs 1,7 % en 2012), son usage s'est installé parmi une fraction d'anciens fumeurs : 2,7 % des 18-75 ans déclaraient l'utiliser quotidiennement et 1,1 % de temps en temps, avec une proportion de vapoteurs en hausse parmi les anciens fumeurs (50 % en 2017 contre 23 % en 2014) (Pasquereau et al., 2019), ce qui conforte l'hypothèse d'un recours à la e-cigarette dans le sevrage tabagique (Levy et al., 2018 ;Zhu et al., 2017). Certes, il faudra du temps pour attester d'un sevrage durable. ...
Article
Drugs and addictions: 20 years of developments in France (2000-2020) This article retraces the main changes reported over 20 years in drug use and addiction practices in France (2000-2020) in the light of the information system set up since the 1990s. It highlights the downward trend of the two most widespread products: alcohol, whose use has been steadily decreasing since the 1950s, and, more recently, tobacco, which is being “denormalized”. In contrast, the proportion of cannabis users has increased among adults, reflecting the ageing of the generations that experimented with this product at the peak of its diffusion, from the 1990s onwards. However, cannabis use is declining among the young people, in line with the European trend. In a context of expanding drug supply, this overview reviews the developments that call for vigilance (the rise of stimulants, increased use of legal opioids) and stresses some emerging problems (the arrival of new synthetic products, drugs diversion for psychoactive purposes, increasing use of non-substance-based addictions). Keywords: addiction, tobacco, alcohol, drugs, policy, harm reduction
Article
Même si le tabagisme, facteur de risque cardio-vasculaire, est en constante diminution en France, les taux de consommation restent élevés. La prévention et l’accès au sevrage doivent être renforcés, d’autant que la cigarette électronique bouleverse la gestion de la dépendance tabagique. La pharmacie d’officine possède des atouts, dont la proximité et l’accessibilité, pour participer à la lutte antitabac. Des programmes d’accompagnement au sevrage peuvent y être développés.
Article
Background Electronic cigarettes are increasingly being used as smoking cessation aids. Most studies assess the dual use of e-cigarettes and traditional cigarettes, but there remains a paucity of literature concerning individuals who use e-cigarettes exclusively. Objective: The aim of this study is to examine the sociodemographic and clinical characteristics of exclusive e-cigarette users, and consider their willingness to quit e-cigarette use. Methods: A French online survey was conducted from March to December 2017. We assessed the following factors: sociodemographic factors; the clinical characteristics of e-cigarette use and its social acceptability; and the self-perceived effectiveness of nicotine replacement therapy (NRT). Associations between the listed factors and a willingness to quit e-cigarette use were examined. Results: A total of 386 exclusive e-cigarette users (70% men) participated in the study and were included in the analysis. Most respondents were not planning to quit e-cigarette use (75%). Compared to those who did not want to quit, a desire to quit was associated with using smoking cessation services (OR [95%CI]: 3.45 [1.82–6.56]), e-cigarette craving (OR [95%CI]: 2.63 [1.44–4.80]) and NRT past-use (1.78 [1.12–2.87]). Users who planned to quit expressed more concerns about smoking initiation among youths using e-cigarettes (OR [95%CI]: 3.62 [1.90–6.93]). In multivariate analysis, these associations remained significant for the use of smoking cessation services, e-cigarette cravings, and concerns about youth tobacco initiation. Conclusion: Most exclusive e-cigarette users were not likely to quit. Planned cessation was associated with using smoking cessation services, experiencing e-cigarette dependence symptoms, and being concerned about smoking initiation among teenager e-cigarette users.
Article
Full-text available
Background In preparation for the 2021 revision of the European Union Tobacco Products Directive, the Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks (SCHEER) has posted its Preliminary Opinion on Electronic Cigarettes . They concluded that e-cigarettes only achieve a sub-optimal level of protection of human health. In this paper, we provide evidence that the Opinion’s conclusions are not adequately backed up by scientific evidence and did not discuss the potential health benefits of using alternative combustion-free nicotine-containing products as substitute for tobacco cigarettes. Methods Searches for articles were conducted in PubMed and by citation chasing in Google Scholar. Articles were also retrieved with a review of references in major publications. Primary data from World Health Organization surveys, the conclusions of reviews, and peer-reviewed non-industry studies were cited to address errors and omissions identified in the Opinion . Results The Opinion omitted reporting on the individual and population health benefits of the substitution of e-cigarettes (ENDS) for cigarette smoking. Alternative hypotheses to the gateway theory were not evaluated. Its assessment of cardiovascular risk is contradicted by numerous reviews. It cites ever-use data that do not represent current patterns of use. It did not report non-nicotine use. It presented erroneous statements on trends in ENDS prevalence. It over-emphasized the role of flavours in youth ENDS initiation. It did not discuss cessation in sufficient length. Conclusions For the delivery of a robust and comprehensive final report, the members of the Working Group of the Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks will need to consider (1) the potential health benefits of ENDS substitution for cigarette smoking, (2) alternative hypotheses and contradictory studies on the gateway effect, (3) its assessment of cardiovascular risk, (4) the measurements of frequency of use, (5) non-nicotine use, (6) the role of flavours, and (7) a fulsome discussion of cessation.
Preprint
Full-text available
Background In preparation for the 2021 revision of the European Union Tobacco Products Directive, the Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks (SCHEER) has posted its Preliminary Opinion on Electronic Cigarettes . They conclude that e-cigarettes only achieve a sub-optimal level of protection of human health. In this paper we provide evidence that Opinion’s conclusions are not adequately backed up by scientific evidence and totally disregard the potential health benefits of using alternative combustion-free nicotine containing products as substitute for tobacco cigarettes. Method Searches for articles were conducted in PubMed and by citation chasing in Google Scholar. Articles were also retrieved with a review of references in major publications. Primary data from World Health Organization surveys, the conclusions of reviews, and peer-reviewed non-industry studies were cited to address errors and omissions identified in the Opinion . Results The Opinion omitted reporting on the individual and population health benefits of the substitution of e-cigarettes (ENDS) for cigarette smoking. Alternative hypotheses to the gateway theory were not evaluated. Its assessment of cardiovascular risk is contradicted by numerous reviews. It exhibits biases in its statements from the measurements selected on the frequency of use. It did not report non-nicotine use. It misrepresented trends in ENDS prevalence. It over-emphasized the role of flavours in youth ENDS initiation. It did not discuss cessation in sufficient length. Conclusions For the delivery of a robust and comprehensive final report, the members of the Working Group of the Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks will need to consider (1) the potential health benefits of ENDS substitution for cigarette smoking, (2) alternative hypotheses and contradictory studies on the gateway effect, (3) its assessment of cardiovascular risk, (4) biases arising from the measurements of frequency of use, (5) non-nicotine use, (6) the role of flavours, and (7) a fulsome discussion of cessation.
Article
Full-text available
There is a marked increase in the development and use of electronic nicotine delivery systems or electronic cigarettes (ECIGs). This statement covers electronic cigarettes (ECIGs), defined as “electrical devices that generate an aerosol from a liquid” and thus excludes devices that contain tobacco. Database searches identified published articles that were used to summarise the current knowledge on the epidemiology of ECIG use; their ingredients and accompanied health effects; second-hand exposure; use of ECIGs for smoking cessation; behavioural aspects of ECIGs and social impact; in vitro and animal studies; and user perspectives. ECIG aerosol contains potentially toxic chemicals. As compared to conventional cigarettes, these are fewer and generally in lower concentrations. Second-hand exposures to ECIG chemicals may represent a potential risk, especially to vulnerable populations. There is not enough scientific evidence to support ECIGs as an aid to smoking cessation due to a lack of controlled trials, including those that compare ECIGs with licenced stop-smoking treatments. So far, there are conflicting data that use of ECIGs results in a renormalisation of smoking behaviour or for the gateway hypothesis. Experiments in cell cultures and animal studies show that ECIGs can have multiple negative effects. The long-term effects of ECIG use are unknown, and there is therefore no evidence that ECIGs are safer than tobacco in the long term. Based on current knowledge, negative health effects cannot be ruled out.
Article
Full-text available
This paper aims to provide an in-depth understanding of the attractiveness of e-cigarettes for several different groups. For this purpose, perceptions of and reasons for e-cigarette use were systematically reviewed as reported by e-cigarette users, cigarette smokers, dual users, and non-users, among both adults and youth. MEDLINE® and Scopus were used to search for relevant articles, and references of included studies were also investigated. Two reviewers screened all titles and abstracts independently, blinded to authors and journal titles (Cohen’s Kappa = 0.83), resulting in 72 eligible articles. Risk perceptions, perceived benefits, and reasons for e-cigarette use were categorized in themes and sub-themes. Risk perceptions included harmfulness in general, and specific health risks. Perceived benefits included improved taste and smell, and safety for bystanders. Reasons for use included (health) benefits, curiosity, smoking cessation, and friends using e-cigarettes. The findings highlight that there is a variety of perceptions and reasons mentioned by adult and youth e-cigarette users, cigarette smokers, dual users, and non-users. As such, this overview provides valuable information for scientists, public health professionals, behavior change experts, and regulators to improve future research, risk communication, and possibilities to effectively regulate e-cigarettes.
Article
Full-text available
Objective Electronic cigarettes (e-cigs) are an emerging trend, yet little is known about their use in the cancer population. The objectives of this study were (1) to describe characteristics of e-cig use among cancer patients, (2) to define e-cig advertising exposure, and (3) to characterize perceptions of traditional cigarettes versus e-cigs. Study Design Cross-sectional study. Setting Comprehensive cancer center. Subjects and Methods Inpatient, current smokers with a cancer diagnosis. E-cig exposure and use were defined using descriptive statistics. Wilcoxon rank test was used to compare perceptions between e-cigs and traditional cigarettes. Results A total of 979 patients were enrolled in the study; 39 cancer patients were identified. Most cancer patients were women (59%), with an average age of 53.3 years. Of the patients, 46.2% reported e-cig use, most of which (88.9%) was “experimental or occasional.” The primary reason for e-cig use was to aid smoking cessation (66.7%), alternative use in nonsmoking areas (22.2%), and “less risky” cigarette replacement (5.6%). The most common sources for e-cig information were TV (76.9%), stores (48.7%), friends (35.9%), family (30.8%), and newspapers or magazines (12.8%). Compared with cigarettes, e-cigs were viewed as posing a reduced health risk (P < .001) and conferring a less negative social impression (P < .001). They were also viewed as less likely to satisfy nicotine cravings (P = .002), to relieve boredom (P = .0005), to have a calming effect (P < .001), and as tasting pleasant (P = .006) Conclusions E-cig use and advertising exposure are common among cancer patients. E-cig use is perceived as healthier and more socially acceptable but less likely to produce a number of desired consequences of cigarette use.
Article
Full-text available
Purpose: Electronic cigarette (e-cigarette) use is associated with smoking initiation among young people; however, it is also possible that smoking is associated with e-cigarette initiation. This study explores these associations among young people in Great Britain. Methods: A longitudinal survey of 1,152 11- to 18-year-olds was conducted with baseline in April 2016 and follow-up between August and October 2016. Logistic regression models and causal mediation analyses assessed whether (1) ever e-cigarette use and escalation were associated with smoking initiation (ever smoking at follow-up) among baseline never smokers (n = 923), and (2) ever smoking and escalation were associated with e-cigarette initiation (ever e-cigarette use at follow-up) among baseline never e-cigarette users (n = 1,020). Results: At baseline, 19.8% were ever smokers and 11.4% were ever e-cigarette users. Respondents who were ever e-cigarette users (vs. never users, 53% vs. 8%, odds ratio [OR] = 11.89, 95% confidence interval [CI] = 3.56-39.72) and escalated their e-cigarette use (vs. did not, 41% vs. 8%, OR = 7.89, 95% CI = 3.06-20.38) were more likely to initiate smoking. Respondents who were ever smokers (vs. never smokers, 32% vs. 4%, OR = 3.54, 95% CI = 1.68-7.45) and escalated their smoking (vs. did not, 34% vs. 6%, OR = 5.79, 95% CI = 2.55-13.15) were more likely to initiate e-cigarette use. There was a direct effect of ever e-cigarette use on smoking initiation (OR = 1.34, 95% CI = 1.05-1.72), and ever smoking on e-cigarette initiation (OR = 1.08, 95% CI = 1.01-1.17); e-cigarette and smoking escalation, respectively, did not mediate these effects. Conclusions: Among young people in Great Britain, ever e-cigarette use is associated with smoking initiation, and ever smoking is associated with e-cigarette initiation.
Article
Full-text available
Abstract Introduction Electronic nicotine delivery systems (ENDS) arguably pose fewer health risks than smoking, yet many smokers adopt ENDS without fully relinquishing smoking. Known as ’dual use’, this practice is widespread and compromises the health benefits that ENDS may offer. To date, few studies have explored how dual use practices arise and manifest. Methods We conducted in-depth, semi-structured interviews with 20 current ENDS users from New Zealand who reported smoking tobacco at least once a month. We explored participants’ smoking history, their recent and current smoking, trial, uptake and patterns of ENDS use, and future smoking and vaping intentions. We managed the data using NVivo V.11 and used a thematic analysis approach to interpret the transcripts. Results Dual use practices among participants evolved in four ways. First, as an attempt to manage the ’inauthenticity’ of vaping relative to smoking and to retain meaningful rituals. Second, as complex rationalisations that framed decreased tobacco use, rather than smoking cessation, as ’success’. Third, as a means of alleviating the financial burden smoking imposed and to circumvent smoke-free policies. Lastly, dual use reflected attempts to comply with social group norms and manage stigma. Conclusions Dual use reflects both social and physical cues. It assisted participants to navigate smoking restrictions and allowed them to manage divergent norms. Policies that discourage smoking, particularly excise tax increases on smoked tobacco and smoke-free space restrictions, appear important in prompting ENDS use. Future research could explore whether these policies also help foster complete transition from smoking to exclusive ENDS use.
Article
Background E-cigarettes are commonly used in attempts to stop smoking, but evidence is limited regarding their effectiveness as compared with that of nicotine products approved as smoking-cessation treatments. Methods We randomly assigned adults attending U.K. National Health Service stop-smoking services to either nicotine-replacement products of their choice, including product combinations, provided for up to 3 months, or an e-cigarette starter pack (a second-generation refillable e-cigarette with one bottle of nicotine e-liquid [18 mg per milliliter]), with a recommendation to purchase further e-liquids of the flavor and strength of their choice. Treatment included weekly behavioral support for at least 4 weeks. The primary outcome was sustained abstinence for 1 year, which was validated biochemically at the final visit. Participants who were lost to follow-up or did not provide biochemical validation were considered to not be abstinent. Secondary outcomes included participant-reported treatment usage and respiratory symptoms. Results A total of 886 participants underwent randomization. The 1-year abstinence rate was 18.0% in the e-cigarette group, as compared with 9.9% in the nicotine-replacement group (relative risk, 1.83; 95% confidence interval [CI], 1.30 to 2.58; P<0.001). Among participants with 1-year abstinence, those in the e-cigarette group were more likely than those in the nicotine-replacement group to use their assigned product at 52 weeks (80% [63 of 79 participants] vs. 9% [4 of 44 participants]). Overall, throat or mouth irritation was reported more frequently in the e-cigarette group (65.3%, vs. 51.2% in the nicotine-replacement group) and nausea more frequently in the nicotine-replacement group (37.9%, vs. 31.3% in the e-cigarette group). The e-cigarette group reported greater declines in the incidence of cough and phlegm production from baseline to 52 weeks than did the nicotine-replacement group (relative risk for cough, 0.8; 95% CI, 0.6 to 0.9; relative risk for phlegm, 0.7; 95% CI, 0.6 to 0.9). There were no significant between-group differences in the incidence of wheezing or shortness of breath. Conclusions E-cigarettes were more effective for smoking cessation than nicotine-replacement therapy, when both products were accompanied by behavioral support. (Funded by the National Institute for Health Research and Cancer Research UK; Current Controlled Trials number, ISRCTN60477608.)
Article
Objective: There is a lack of consensus on whether e-cigarettes facilitate or threaten existing tobacco prevention strategies. This uncertainty is reflected in organizations' conflicting e-cigarette position statements. We conducted a scoping review of position statements in published and gray literature to map the range and frequency of e-cigarette use recommendations. Methods: We collected 81 statements from international health organizations. Two coders independently performed qualitative content analysis to categorize e-cigarette recommendations. We explored differences based on organization type, geography, and the year recommendations were published. Results: We identified 5 recommendation types: encourage smokers to use ecigarettes as a cessation aid or as an alternative source of nicotine (N = 5); support individuals who use e-cigarettes to quit smoking (N = 20); avoid using until more research is available (N = 19); restrict access based on available evidence (N = 30); and prohibit e-cigarette marketing and sale (N = 7). Conclusion: Organizations presented diverse e-cigarette use recommendations. The variation related to organizations' differing tobacco prevention priorities and level of confidence in current e-cigarette research. These differences may create confusion. Additional research can examine whether this variability influences stakeholders' attitudes or behavior.
Article
Background JUUL, an electronic cigarette, is estimated to occupy 50% of the e-cigarette market and appears to be particularly common among youth. However, there is little research on perceptions of JUUL. The aim of the current study was to examine posts on Reddit specific to JUUL and youth to better understand the context and perceptions of JUUL use. Methods This content analysis utilized social media discussions posted between January 2015-May 2017. Public posts on Reddit, a social media platform, were gathered and coded. Posters of discussions relevant to both JUUL and youth were included for analysis. Results 364 posts were included for quantitative content analysis. Posts were mixed in terms of polarity with many (41.1%) including positive and negative language regarding JUUL. In terms of polarity of youth use, 60% of posts showed negative perceptions of youth use. Among posts by youth, only 37% showed negative perceptions of youth use. Posts included a variety of reasons for using JUUL with the most frequent reason being the popularity of JUUL (34.2%) followed by using it to quit smoking (23.3%) and to feel a buzz (20.2%). Age restrictions were the most common barrier to use. Conclusions Posters generally had a nuanced perception of JUUL and identified both positive and negative aspects. Interestingly, while primary reasons for youth use indicate the strong influence of social norms, barriers to use suggest that public health interventions such as age restrictions may curb youth use. Findings can inform prevention efforts and important factors for JUUL initiation.
Article
Introduction: Electronic cigarettes are smokeless devices that simulate the act of tobacco smoking by spraying an ?e-liquid? and diffusing an aerosol that is inhaled by the user. Although the initial enthusiasm observed in 2012-2013 has tended to flag, electronic cigarettes are now part of the landscape of smokers seeking an alternative to smoking and abstinence. Smoking cessation professionals need to meet a growing demand from smokers and must adopt a clear position in relation to this device. Methods: The results presented here were derived from a qualitative study conducted with the financial support of the French Directorate of Health, part of the Ministry of Social Affairs and Health from September 2014 to January 2016. Results: The study was based on classical field-work ethnology: observations were made during events involving electronic cigarette users and 25 semi-structured interviews with diverse profiles to clarify a poorly known field. This study contributes to the observation and understanding of an emerging phenomenon, likely to induce a lasting change in our relationship to tobacco. Discussion: The study revealed a wide variety of profiles among smokers interested by electronic cigarettes. Men and women, young and old, or former smokers, adopt various attitudes when trying this device, and their patterns of use often change over the months following initiation.
Article
Smokers who inaccurately believe that FDA evaluates cigarettes for safety hold lower harm perceptions of cigarettes compared to those who do not hold this belief. However, not much is known about associations between beliefs about FDA tobacco regulatory authority and comparative harm perceptions of tobacco products. Data were analyzed from the Health Information National Trends Survey, HINTS-FDA 2015 (N = 3738), which is a cross-sectional, probability-based, nationally representative survey of U.S. non-institutionalized civilian adults aged 18 years or older. Weighted multinomial and logistic regression analyses regressed comparative harm perceptions on sociodemographic factors, beliefs about FDA regulatory authority, perceptions of FDA credibility, and beliefs about modifiability of cancer risk (behavioral cancer causal beliefs and cancer fatalism). Findings indicate that, compared to non-users, current tobacco users are more likely to report believing that e-cigarettes are less harmful than cigarettes, to report believing that some cigarette types may be less harmful than others, and to report believing that tobacco products are safer now than they were five years ago. Awareness of FDA regulatory authority was associated with reporting the belief that tobacco products are safer now than five years ago, that e-cigarettes are less harmful than cigarettes, and that some cigarette types are less harmful than other cigarette types. Believing behavior as a cause of cancer and endorsing cancer fatalism were associated with uncertainty of comparative harm perceptions. Communication efforts can help target inaccurate beliefs by raising awareness about regulation of tobacco products as well as the risks of tobacco products.