ResearchPDF Available

The political economy of voter engagement in Niger

Authors:

Abstract

This is a briefing to inform USAID Niger 5 year governance programme.
Fevrier 2016
developmentprogress.org
Les candidats s’engagent avec les électeurs essentiellement par le biais de meetings politiques.
Au-delà des programmes du parti, de la négociation de l’accès aux projets et aux services de
développement et de l’utilisation des appartenances ethniques pour asseoir leur légitimité, ils
comptent également sur la distribution de la rente électorale pour inciter les électeurs à y participer.
Pendant les campagnes électorales, les candidats utilisent également leurs militants pour mobiliser les
électeurs et les amener à prendre part aux meetings politiques. La distribution de la rente électorale
aux militants est une pratique jugée répandue et de nombreux militants avouent prendre la décision
de faire campagne pour un parti sur la base de ce qu’un parti politique ou un candidat est prêt à
mettre sur la table.
Les chefs coutumiers et les chefs religieux continuent à être des leaders d’opinion inuents dans
la société nigérienne. Les candidats travaillent pour gagner le soutien des chefs coutumiers et des
chefs religieux en leur offrant des cadeaux et en créant des opportunités, pour les deux groupes, pour
démontrer leur puissance respective.
En théorie, les rentes électorales ne posent pas de problèmes pour la démocratie, dans la mesure où
les électeurs sont libres de voter pour le parti de leur choix. Toutefois, les partis politiques au Niger
ont réussi à récompenser les électeurs qui pouvaient prouver qu’ils avaient voté pour un parti en
particulier.
Les facteurs politiques et économiques contribuent à la poursuite du système électoral basé sur
le clientélisme du Niger, mais il y a également certains aspects du système actuel qui offrent des
possibilités de réforme. On peut citer, parmi eux, l’application de la législation qui empêche les
électeurs de pouvoir prouver pour quel parti ils ont voté, ainsi que l’éducation de ceux qui sont moins
profondément touchés dans le système de clientélisme à utiliser des stratégies de vote différentes
Messages
clefs
Briefing
Shaping policy for development odi.org
Économie politique de
lengagement des électeurs au
Niger
Aoife McCullough, Abdoutan Harouna et Hamani Oumarou avec Yaye Djingarey Zaratou Idi Mamadou
Maman Noura, Sadjo Aissa et Abdouramane Magagi Kabo
Introduction
Cette étude fait partie d’une analyse d’économie politique
composée trois documents, qui a été réalisée par les
chercheurs de l’Institut pour le développement extérieur
(ODI, en anglais) et du Laboratoire d’études et de
recherches sur les dynamiques sociales et le développement
local (LASDEL). L’objectif est de fournir des éléments de
base pour la conception du programme de gouvernance
participative et réactive (GPR) à mettre en œuvre par
l’Agence américaine pour le développement international
(USAID) de 2015 à 2020.
Pour informer les hypothèses de GPR, les chercheurs
d’ODI et de LASDEL ont voulu comprendre comment
les partis politiques engagent les électeurs au Niger, si
leur engagement apporte une réponse aux priorités des
citoyens et si non, pourquoi. En octobre et novembre 2015,
trois mois avant les élections présidentielles et législatives
au Niger, des enquêtes/études ont été menées dans trois
régions: Niamey, Maradi et Tahoua (pour plus de détails
sur la méthodologie utilisée, voir l’encadré 1).
Comment les partis politiques engagent les
électeurs au Niger
Les structures d’engagement des partis politiques
La plupart des grands partis politiques au Niger ont des
structures ofcielles hiérarchisées, qui relient le parti au
niveau national avec les citoyens au niveau local. Les partis
ont des bureaux régionaux qui, à leur tour, sont reliés à
des bureaux de coordination au niveau départemental et
communal. Ces bureaux de coordination couvrent entre
15 et 18 villages dans les zones rurales ou quartiers dans
les zones urbaines. Selon son envergure et l’importance
stratégique du quartier, un parti peut avoir « une cellule
de base », qui est composée d’un président, d’un trésorier
et d’un administrateur. Les cellules de base ne deviennent
habituellement actives que dans l’année précédant les
élections présidentielles et municipales. Chaque cellule de base
a des liens avec « des militants » ou des adhérents politiques
qui mobilisent le soutien des sympathisants pour le parti.
Certains militants ont exprimé leur loyauté pour leur
parti, mais plusieurs parmi les militants interrogés étaient
dèles à un candidat en particulier et non à un parti.
Lorsque les candidats changent de parti, les militants les
suivent sans chercher à savoir pourquoi le candidat a
changé de parti ou si le nouveau parti représente leurs
intérêts1. La délité à un candidat est généralement basée
sur des liens familiaux et ethniques, ou l’idée que le
candidat est de leur localité et qu’il va s’occuper d’eux2.
Les types de loyauté identiés au cours de cette recherche
(c’est-à-dire, basés sur des relations de famille, d’ethnie
et d’appartenance à une même localité) ont toujours été
renforcés par la distribution de rente ou l’accès à des
ressources par les candidats. Il y a des motivations pour
encourager les militants à rester avec un parti en particulier
; ceux qui sont les plus haut placés dans la hiérarchie du
parti politique ont plus d’avantages monétaires3 et les
militants de longue date peuvent bénécier de l’accès à des
emplois ou des promotions4. Les emplois et les promotions
1 DDG avec des militants, Akoubounou, Abalak ; entretien avec un conseiller, Tibiri.
2 DDG avec des militants, Akoubounou, Abalak.
3 DDG avec des militants, Garkouwa, Tahoua.
4 Ibid.
5 Entretiens avec des militants et des militantes, Tahoua, Maradi et Niamey.
6 Entretiens avec des militants, Soumarana, Maradi ; entretien avec le Bureau national de la fédération des fadas et clubs ; voir aussi Olivier de Sardan
(2015).
Encadré 1 : méthodologie
La recherche a été effectuée dans trois régions:
Niamey, Maradi et Tahoua. Dans chaque cas,
les chercheurs ont réalisé des entretiens dans au
moins deux communes où LASDEL avait déjà
travaillé, pour permettre à l’équipe d’obtenir des
témoignages plus ouverts. A la suite d’une revue de
la littérature et d’un atelier d’économie politique
avec les étudiants en sociologie et en politique, huit
catégories d’acteurs clés dans l’engagement des
électeurs ont été identiés :
Les représentants des partis politiques (députés,
maires, conseillers et candidats);
Les militants;
Les militantes;
Les jeunes hommes qui ne font pas de politique;
Les femmes qui ne font pas de politique;
Les représentants des associations islamiques;
Les hommes/femmes d’affaires; et
Les chefs coutumiers.
La collecte des données s’est faite à travers des
entretiens avec des informateurs-clés (EICs)
et des discussions de groupes (DDG). Dans
chaque commune, l’équipe a interrogé autant de
représentants de chaque catégorie que possible
en deux ou trois jours. Les représentants des
partis politiques et des associations islamiques,
les hommes/femmes d’affaires et les chefs ont
été interrogés individuellement. Un total de
45 entretiens avec des informateurs-clés et 24
discussions de groupes (DDGs) ont été réalisées
pour cette recherche.
2 ODI Repor t
présentent plus d’avantages que les « petits » paiements
effectués au cours des campagnes électorales.
L’achat de voix est largement reconnu comme une
caractéristique des élections dans les démocraties à travers le
monde, en particulier dans les régions (ou pays) pauvres. Au
Niger, il est clair que les candidats ont également été engagés
dans l’achat de l’appui des militants. De nombreux militants
ont été ouverts à propos de leur décision de faire campagne
pour un parti sur la base de ce que le parti pourrait leur
offrir5. D’autres ont admis qu’ils ont fait campagne pour
plusieurs partis an de maximiser leurs gains6.
« S’ils nous remplissent l’estomac, nous allons les suivre.
» (une militante, Garjoua, Tahoua).
L’un des facteurs qui contribuent à ce « marché d’activistes
» est le système d’évaluation des candidats par le nombre
de militants qu’ils peuvent mobiliser. Dans les démocraties
occidentales, les candidats doivent généralement démontrer
leur adhésion aux valeurs et programme du parti avant
d’être investis en tant que candidats. Bien sûr, une
évaluation du potentiel d’un candidat pour gagner des
voix sera prise en compte dans la décision. Au Niger, les
principaux critères sur lesquels les partis ont tendance
à évaluer le potentiel d’un candidat, c’est le nombre de
militants qu’il est capable de mobiliser.
Dans de nombreux cas, il est difcile de distinguer un
militant de l’électeur ordinaire. Lorsque les chercheurs ont
demandé à parler avec des gens qui ne sont pas militants,
on leur a présenté dans tous les cas des gens qui avaient à
un moment fait campagne pour un parti ou un autre. De
fait, « faire de la politique » au Niger rapporte de l’argent.
Une petite mobilisation au cours de la période électorale
fait gagner beaucoup d’avantages, tandis que s’allier à un
parti politique peut garantir la connexion aux « bonnes »
personnes pour obtenir un emploi.
« Le problème est que, lorsque vous ne « faites » pas de
politique, personne ne vous donnera un emploi. » (des
jeunes de sexe masculin, Koira Tegui, Niamey).
« Nous ne faisons pas de politique, mais nous sommes
obligés de recevoir les politiciens et l’argent qu’ils
proposent parce que nous sommes pauvres. » (des
jeunes de sexe masculin, Koira Tegui, Niamey).
« Tout le monde fait de la politique. » (des jeunes de
sexe masculin, Roudouna marché, Chadakori).
Ainsi, de nombreux militants pourraient être qualiés, à
juste raison, de « militants éphémères », c’est-à-dire des
militants qui sont prêts à mobiliser des citoyens pour
assister aux réunions politiques en échange de petites
enveloppes et de petits goodies pendant la période
électorale. On pourrait faire valoir que de nombreux
militants des partis politiques dans les démocraties à
travers le monde ne s’activent qu’en périodes électorales.
La différence est que, au Niger, beaucoup d’activistes se
mobilisent qu’à partir du moment où un parti est prêt à les
payer. Cela augmente la pression sur les partis politiques
à allouer leurs ressources à la prise en charge des militants
plutôt qu’à passer du temps à les engager sur les mandats
ou les programmes du parti.
« Les partis politiques ne font pas de l’éducation
politique, il n’y a que le langage de l’argent!
Aujourd’hui, les militants ne comprennent pas comment
fonctionnent les partis. Pour eux, ce qui est important
c’est que nous leur trouvions du travail et de l’argent. »
(un député élu dans une zone pastorale).
Dans les années 1990 et au début des années 2000, le
parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS)
exigeait des militants qu’ils paient une redevance mensuelle
de 1 000 FCFA pour le parti, de la même façon que les
partis politiques au Royaume-Uni facturent une cotisation
annuelle pour couvrir les dépenses du parti. Au milieu des
années 2000, le parti s‘est rendu compte que ce modèle
l’empêchait de convaincre les militants à le rallier. Le PNDS
n’exige maintenant le paiement d’une redevance mensuelle
que des candidats. Le principal parti socialiste au Niger a
ainsi été amené à accepter le marché du militantisme.
L’engagement par le biais des structures sociales
Malgré l’existence de cellules de base, les militants au
niveau des quartiers ou des villages ne sont pas pleinement
intégrés dans la structure du parti. En fait, la plupart des
militants sont accessibles par le biais des structures sociales
qui ressemblent aux groupes de mobilisation politique,
samarias, formés par Kountché durant son régime de
parti unique dans les années 1970 et 19807. Kountché
a également lancé l’Association des femmes du Niger
(AFN), qui avait pour souci d’offrir aux femmes l’accès
aux activités génératrices de revenus, un plus grand accès
des femmes à l’éducation et à la contraception et la n
des discriminations contre les femmes dans la fonction
publique (Dunbar, 1991). Les samarias furent démantelées
en 1991 avec l’avènement de la démocratie, mais l’AFN
a continué à exister après la disparition de Kountché en
accédant aux ressources distribuées par les organisations
non-gouvernementales internationales (ONGI).
L’économie politique de l’engagement des électeurs au Niger 3
7 Kountché s’est basé sur la tradition, dans les cours royales Haoussa au XVII8ème et XVIII9ème siècles, d’utilisation des groupes sur la base de leur âge et de
leur sexe pour soutenir les leaders.
10 Entretien avec le président, le coordinateur principal et l’assistant coordinateur de la Fédération nationale des fadas et clubs.
Depuis le milieu des années 1990, des groupes de
jeunes hommes se sont de plus en plus retrouvés au
sein de structures appelées fadas (un vieux mot pour «
cour » en haoussa). Ces groupes offrent un espace pour
débattre et jouer à des jeux, et un réseau à travers lequel
accéder aux ressources (Alzouma, 2015 ; Bazoum, 2011).
Certains fadas ont des structures plus formelles, avec des
accords signés par le maire de leur localité. Il y a 55 fadas
à Niamey, coordonnés par la Fédération nationale des
fadas et clubs. Dans son étude des fadas au Niger, Bazoum
distingue entre les « fadas de thé » et les « associations
de fada » ; les premiers représentant des structures plus
informelles qui ont tendance à être dominées par des
jeunes, les derniers représentant des structures formelles,
avec des cotisations d’adhésion mensuelles et des membres
âgés de 30 à 80 ans (2011). Le nombre de ces deux
types de fadas, formels et informels, a considérablement
augmenté depuis le milieu des années 1990 et le début
des années 2000, une période qui a été marquée par un
gel des recrutements dans la fonction publique et une
augmentation du chômage pour les diplômés.
Selon la Fédération nationale des fadas et clubs, les
fadas sont apolitiques mais les membres peuvent militer
pour le parti politique qu’ils veulent10. Cependant, il
est évident que les partis politiques utilisent les fadas
pour accéder aux hommes, en particulier les jeunes,
dans toutes les trois régions. À bien des égards, les fadas
représentent une structure à travers laquelle les Nigériens
(essentiellement des hommes) peuvent accéder à une rente
électorale d’une façon considérée comme légitime. Le
dirigeant d’un fada peut recevoir de 25 000 à 100 000
FCFA des partis politiques pour mobiliser les membres de
son fada pour qu’ils participent à une réunion politique,
mais aussi pour investir dans le groupe11. Les Sniper Boys,
un fada de jeunes hommes dans le quartier de Kirkissoye
à Niamey, ont reçu de l’argent du parti « Lumana » qu’ils
ont utilisé pour acheter des bancs et une sono pour faire
des réunions dans la rue. Grâce à l’établissement de leur
fada, ces jeunes hommes ont pu proter nancièrement
de la campagne électorale. Cependant, tout comme les
militants changent leur afliation politique en fonction de
la meilleure offre, les fadas aussi changent leurs afliations
politiques en fonction de ce que les partis politiques sont
prêts à leur offrir12.
Les fadas regroupant des femmes sont souvent des
groupes de soutien nancier et se rencontrent surtout le
week-end. Les fadas d’hommes ont tendance à être bien
visibles dans les rues de Niamey, Maradi et Tahoua grâce à
leurs panneaux et leurs rassemblements dans la soirée ; les
fadas de femmes, eux, ont tendance à être moins visibles du
fait que leurs réunions se déroulent dans des cours ou des
maisons privées. Au lieu d’accéder à l’électorat féminin à
travers les fadas, les partis politiques sont plus susceptibles
d’utiliser les associations ou groupements féminins. Les
ONGI travaillent souvent avec les associations de femmes
pour promouvoir les activités génératrices de revenus
et le renforcement des compétences. En conséquence, la
participation des femmes dans les associations est très
large; certaines regroupent jusqu’à 800 membres. De
par leurs liens avec les ONGI, on peut déduire que de
nombreuses associations de femmes ne comptent pas sur
les partis politiques uniquement pour le patronage. Il y
a des indications que les militantes des associations de
femmes reçoivent moins de patronage des partis politiques
que les hommes activistes qui accèdent au patronage à
travers les fadas. Dans le quartier Kirkissoye à Niamey,
les femmes de trois associations de femmes différentes ont
déclaré avoir reçu en moyenne 1 000 FCFA par personne
pour avoir assisté à une réunion politique, tandis que les
hommes dans un fada de Kirkissoye ont déclaré avoir
reçu jusqu’à 2 500 FCFA par personne et par séance. Les
associations de femmes ont déclaré avoir reçu entre 5 000
et 100 000 FCFA à distribuer aux femmes qui assistent
à une réunion. Mais, avec certaines associations ayant
jusqu’à 800 membres, chaque femme ne pouvait recevoir
plus de 100 FCFA.
Plus récemment, des militantes ont commencé à former
des groupements de femmes pour chanter et danser aux
réunions et aux événements politiques. Cela est devenu
populaire à Niamey et dans d’autres grandes villes.
Certains groupements qui sont même devenus célèbres
grâce à leurs chants et leurs danses, tels que «Naney»,
«Belles Chiques», «Wangareye», «Kama Jiki»,
«Ambiance Claire» et «Les Intimes». En principe, ces
groupements chantent et dansent à des réunions parce
qu’ils sont des partisans de parti politique. Les candidats
politiques témoignent leur satisfaction en distribuant des
cadeaux. Cependant, comme avec les autres groupes de
militants, la délité des femmes dans un groupement tend
à être pour la militante et non pour le parti. En novembre
2015, Fati Tsalha, une militante à Niamey, a quitté Modem
Fa Lumana pour rejoindre le PNDS. Son groupement a
suivi pour soutenir le PNDS.
L’engagement à travers les leaders d’opinion
Comme dans toutes les démocraties à travers le monde,
les leaders d’opinion inuent sur la décision des Nigériens
concernant l’octroi de leur vote. Les trois principaux types
de leaders d’opinion qui inuencent les électeurs nigériens
sont les chefs traditionnels, les chefs religieux et les
hommes d’affaires (big men). Cette recherche se concentre
sur les chefs traditionnels et les chefs religieux.
11 DDG, Niamey, Tahoua et Abalak.
12 Conversations avec les membres de l’équipe. Eric Kohlavi Hahonou a remarqué qu’à Baleyara, une ville dans la banlieue de Niamey, certains membres des
fadas « surfent » entre les fadas au cours des campagnes électorales pour gagner le maximum de rente électorale (Hahonou, 2004).
4 ODI Repor t
La chefferie
Ofciellement, l’institution coutumière de « la chefferie
» doit être politiquement neutre du fait que les chefs,
en tant qu’auxiliaires de l’administration publique, sont
payés par le ministère de l’Intérieur. Pour cette raison, les
chefs ne cherchent souvent pas directement à inuencer
les électeurs. Par contre, ils utilisent les membres inuents
de leur famille pour travailler en tant que militants pour
leur parti de prédilection. En plus de la mobilisation d’une
équipe de leaders d’opinion locaux, le chef inuence le vote
par d’autres moyens indirects. Bien que le code électoral
précise que les comités locaux de distribution établis par les
comités administratifs sont responsables de la distribution
des cartes électorales, dans la pratique, le chef exerce
beaucoup de contrôle sur le processus de distribution.
En facilitant l’accès à des cartes électorales pour certains
groupes, en en organisant la distribution, ou en la rendant
plus difcile pour d’autres groupes d’électeurs en exigeant
qu’ils viennent recueillir leurs cartes eux-mêmes, les chefs
peuvent subtilement inuencer le vote (Younoussi, 2015).
Les chefs accueillent aussi des électeurs le jour du scrutin,
qui écoutent leurs conseils avant d’aller au bureau de vote,
qui est souvent installé dans leur concession (Issaley et
Olivier de Sardan, 2015).
Dans certaines régions, la chefferie joue un rôle
beaucoup plus actif lors des élections municipales que
lors des élections présidentielles. Dans ces zones, les chefs
s’assurent qu’ils exercent une inuence sur la vie politique
locale par l’installation de membres de leur famille à des
postes-clés dans l’administration locale :
«Le poids de la chefferie en politique est très important
à Abalak. Le ls du chef actuel est le député, et son
frère a été l’adjoint pendant une longue période,
puis ministre. Le maire et le secrétaire général sont
de la famille du chef. Le chef est partisan du MNSD
[Mouvement national pour la société du développement]
et presque tous les citoyens touaregs dans les villages et
hameaux votent MNSD.» (un conseiller, Abalak).
Il faut souligner cependant que l’inuence du chef est de
plus en plus contestée. Beaucoup demandent à réduire le
pouvoir du chef, pour séparer le chef et l’administration
locale. Ils travaillent à convaincre les plus jeunes électeurs
et ceux de l’extérieur de la famille régnante de voter contre
le parti du chef13.
Les associations religieuses
Jusqu’en 1993, l’Association islamique du Niger (AIN),
approuvée par le gouvernement, était la seule association
islamique du Niger14. Formée sous les auspices du régime
Kountché en 1974, l’AIN avait un important réseau
de structures à l’échelle des régions, départements,
arrondissements et communes. Son objectif ofciel était
de promouvoir le respect des préceptes du Coran et
de la Sunnat (base de la tradition musulmane) d’unir
les musulmans des deux sexes et de développer des
bibliothèques. Bien qu’elle soit ostensiblement apolitique,
plusieurs auteurs soutiennent que l’AIN a essentiellement
servi le régime autoritaire de Kountché (voir Sounaye, 2007).
Avec l’avènement du multipartisme, il y a eu une
prolifération d’associations islamiques, qui a ouvert
le débat sur l’Islam et a permis à différentes traditions
islamiques de devenir beaucoup plus actives, y compris les
associations de promotion souste, salaste (généralement
appelée wahhabite au Niger) et les traditions chiites. Ces
nouvelles associations, non-alliées au gouvernement, ont
revigoré la culture de désaccord déjà émergente avec la
sécularisation de l’Etat et ses principes fondamentaux «
occidentalisés ».
Dans cet espace désormais contesté, obtenir le soutien
politique de la part d’un marabout reste extrêmement
précieux pour les candidats. Les associations islamiques
ont une grande inuence aux niveaux national et local.
L’AIN et d’autres associations organisent des émissions
religieuses à la radio et la télévision. De nombreuses
associations organisent des rassemblements énormes
auxquels les gens participent par centaines, appartenant
à toutes les catégories sociales de la société nigérienne.
Les associations wahhabites organisent des sermons au
niveau du village, qui peuvent inclure des conseils sur ce
qui fait un bon leader15. Si un candidat peut convaincre
un marabout de soutenir sa campagne, cela peut faire la
différence entre gagner et perdre :
« Quand les gens apprennent qu’un grand marabout
dans un village est avec un certain parti, cela peut les
amener vers le côté du parti... C’est un monde d’intérêts,
vous devez aller au-delà de ce que l’autre peut faire. »
(un conseiller, Tibiri).
Le soutien des marabouts, et en particulier des imams, est
en général discret. Certains marabouts récitent des fatihas
pour ouvrir ou clôturer une réunion politique pour un
candidat, ou lui permettent de tenir une réunion dans leur
mosquée, et, de cette façon, ils témoignent leur soutien
L’économie politique de l’engagement des électeurs au Niger 5
13 Entretien avec le conseiller, Abalak; entretiens avec des militants, Abalak et Akoubounou.
14 Dans cette étude, nous limitons notre analyse aux associations islamiques, associations qui sont mises en place pour promouvoir l’Islam et les préceptes de
la foi. Nous n’avons pas inclus les ONG islamiques internationales et nationales dans notre analyse.
15 Entretien avec un représentant d’une association islamique, Tibiri.
16 Ibid.
pour un candidat. D’autres effectuent des lectures du
Coran à proximité du domicile d’un candidat particulier
ou sous leur hangar d’élection (Younoussi, 2015), donnant
ainsi subtilement leur approbation pour un candidat. Les
candidats peuvent encourager un tel soutien de la part
des marabouts par des cadeaux et des dons. D’autres
marabouts disent des prières pour tous les partis, ce
qui leur fait gagner de l’argent, mais leur évite aussi de
s’aligner à un quelconque parti.
« Le marabout est comme une femme, il accueille tous ceux
qui viennent vers lui. » (un conseiller des oulémas, Maradi).
« Si je fais de la politique, je vais être aflié à un parti,
donc je ne pourrai pas recevoir des cadeaux de touts les
partis. » (un imam, Chadakori).
D’autres marabouts préfèrent rester neutres. Même s’ils
peuvent inclure des thèmes politiques dans leurs sermons,
ils décrivent la plupart du temps leurs conseils comme
étant neutres et se concentrent davantage sur l’importance
d’élire de dirigeants «honnêtes» et «responsables»16.
Les candidats ou militants politiques assistent parfois aux
sermons et, si les marabouts évoquent ce que doivent faire
les dirigeants dans la région, c’est une occasion pour les
représentants des partis de faire des promesses sur ce que
leur parti va faire s’il se fait élire17.
Les discours de campagne électorale
Les mandats des partis
On reproche souvent aux campagnes électorales en
Afrique d’être trop basées sur les personnalités alors
qu’elles négligent les mandats des partis. Au Niger, de
nombreuses indications conrment parfois un tel constat.
Lors des élections locales dans la commune urbaine de
Filingué en 2009, par exemple, la délégation du MNSD
n’a pas une seule fois utilisé le programme du parti pour
le développement de la commune pour convaincre les
électeurs (Tidjani Alou, 2015). Cependant, au cours des
élections législatives de Gouré de 2009, un candidat
du Rassemblement démocratique social (RSD), allié
au MNSD, a dit aux électeurs qu’il ne ferait pas de
fausses promesses sur les problèmes qui sont difciles à
résoudre, tels que le manque d’eau ; mais que plutôt, s’il
arrivait à être élu, il travaillerait avec des experts, avec
la participation de la communauté, à trouver les bonnes
solutions à leurs problèmes (Makama Bawa, 2015).
Plusieurs candidats interrogés dans le cadre de la présente
étude ont déclaré s’être appuyés sur les programmes de leur
parti pour convaincre les électeurs. A Tahoua et Tibiri, par
exemple, les députés ont décrit comment ils ont utilisé des
comparaisons entre la situation actuelle et celle d’avant
pour convaincre les électeurs à donner leur appui au PNDS
au cours des prochaines élection18.
La question est de savoir si les mandats du parti sont
convaincants pour les électeurs. Il est intéressant de noter
qu’à Filingué, le MNSD a remporté la majorité des voix
alors que le candidat de Gouré est arrivé en troisième
position. Les « meetings » politiques représentent la
principale occasion pour les électeurs ruraux et urbains
les plus pauvres d’entendre le plaidoyer d’un candidat
pour leur soutien. Les meetings varient entre de grandes
délégations avec un ministre en visite et de plus petits
événements impliquant seulement un candidat et ses grands
militants. Les candidats font des promesses de construction
de puits et d’écoles et de création d’emplois19, ce qui peut
convaincre certains électeurs. Il était clair que peu de gens
pouvaient se rappeler le contenu du discours d’un candidat
lors d’une réunion, mais beaucoup pouvaient se rappeler
combien ils avaient reçu pour assister à la réunion. Les
électeurs considèrent essentiellement les meetings comme
des occasions pour les candidats de distribuer des rentes
à des partisans potentiels plutôt que des occasions de
comprendre le programme ou le mandat du parti. Un maire
a admis que le programme d’un parti était juste une théorie
mais que les électeurs ne le prennent pas au sérieux.
« Ce qui intéresse [les électeurs] c’est ce que vous allez
leur donner. » (le maire d’une commune, Maradi).
Le courtage des projets de développement et l’accès
aux services publics
L’utilisation des projets de développement par les
candidats comme preuve de leur capacité à apporter le
développement à une zone a été notée dans la littérature
sur les élections au Niger (par exemple Tidjani Alou,
2015). Cela a été conrmé lors des entretiens. Par
exemple, à Abalak, un candidat du parti Jamhuria, un
parti nouvellement créé, a utilisé l’argument qu’il avait
17 Ibid.
18 Entretien avec un militant, Tahoua, entretien avec un conseiller, Tibiri
19 DDG avec des jeunes hommes, Kijgari, Abalak, Akoubounou, Abalak et Tahoua.
20 DDG avec des jeunes hommes, Abalak.
21 Entretien avec un conseiller, Tibiri.
22 DDG avec des jeunes hommes, Soumarana, Maradi. Entretien avec le secrétaire général d’un parti politique, Chadakori.
23 Entretien avec un député du département, Tahoua.
24 Entretien avec un conseiller, Abalak. Entretien avec un député, Niamey.
6 ODI Repor t
apporté beaucoup d’ONG dans la région, pour renforcer
la légitimité de sa candidature20. Une conseillère à Tibiri
a utilisé ses connexions avec le sultan pour s’assurer
que l’on présente les acteurs du développement à elle
ainsi qu’aux femmes membres de l’association qu’elle
coordonne. Le fonds obtenus par ces acteurs lui ont permis
de distribuer des marchandises à un grand nombre de
femmes et d’élargir ainsi la taille de son association. Au
cours de la dernière campagne électorale, la conseillère a
utilisé le réseau qu’elle avait développé à la suite de cette
distribution pour obtenir un soutien pour sa campagne21.
Du fait que l’accès aux services peut prendre beaucoup
de temps au Niger, certains candidats se positionnent
en tant que courtiers du service public. La fourniture de
copies de certicats de naissance (extraits de naissance)
est un service facilité par un candidat dans deux localités
différentes22. D’autres candidats ont souligné qu’ils ont
mis sous pression leurs conseillers pour s’assurer que leurs
partisans potentiels disposent de leurs cartes d’électeur23 ou
qu’ils ont assuré l’organisation de la distribution des cartes
la veille des élections24.
La mise en exergue des liens ethniques ou régionaux
Olivier de Sardan (2015) souligne que l’ethnicité au
Niger est une chose sur laquelle les dirigeants s‘appuient
en cas de nécessité (par exemple, pour mobiliser un
bloc de vote sur la base de leur identité collective) mais
qu’il n’est pas un facteur qui structure la vie politique
au Niger. Il y a quelques indications que le lien ethnique
peut être plus important pour les groupes d’éleveurs
touaregs et peuls. A Abalak, les participants aux DDG ont
mentionné l’importance de voter pour l’un des leurs. Dans
son analyse des pouvoirs locaux à Abalak, Abdoulaye
Mohamadou(2004) décrit comment les membres de la
famille touareg régnante étaient surpris qu’un Arabe, qui
était « un étranger » dans leur région, ait réussi à être élu
député pour le MNSD. Une députée d’une zone pastorale
a souligné comment son appartenance à la lignée de la
chefferie touareg régnante a aidé à légitimer sa candidature
pour être une dirigeante25.
« C’est le régionalisme, c’est l’ethnocentrisme… nous
disons c’est le ls d’un tel. Nous les soutenons sur la
base de la puissance symbolique de leurs parents qui
étaient de la famille régnante [coutumière], ce sont les
réalités auxquelles nous n’avons pas encore échappé. »
(époux d’une députée dans une zone pastorale).
A Tibiri, un candidat conant présente son père, qui était
basé à Maradi, comme le chef des Peuls, une revendication
qui n’a pas été reconnue par le chef du groupement
des Peuls dans cette zone. Les chefs et les jeunes peuls
interrogés sur un marché de Tiadi n’avaient pas entendu
parler d’un chef des Peuls basé à Maradi26.
Du fait que les groupes touaregs et peuls ont tendance à
se percevoir comme des minorités dans le système électoral
nigérien, l’accent mis sur l’ethnicité comme un facteur
important est compréhensif. Avec trop peu d’électeurs
inscrits pour inuencer facilement le vote général, ils
perçoivent l’action de voter en bloc ethnique comme la
meilleure façon de s’assurer que leurs besoins seront pris
en compte au niveau national. Cette stratégie politique a
probablement été à l’avantage des électeurs touaregs et
peuls d’un statut supérieur, du fait que ce sont les familles
régnantes qui négocient avec les partis politiques et qui
contrôlent et distribuent la rente électorale (Issaley et
Olivier de Sardan, 2015 ; Mohamadou, 2004, 2015). Il y
a quelques indications que les Touaregs et les Peuls plus
jeunes et de classe inférieure sont prêts à voter contre le
choix de la chefferie et potentiellement pour quelqu’un
d’une ethnie différente27.
Les limites des stratégies d’engagement
actuelles
Il ressort des entretiens qui ont été menés pour cette
recherche que pour de nombreux électeurs, le mandat du
parti n’inuence pas fortement leurs décisions de vote. Les
électeurs sont plus susceptibles d’être dèles à un candidat
plutôt qu’à un parti. La famille, les liens ethniques ou de
localité sont les sources de loyauté les plus fréquemment
citées. Le soutien pour un candidat est récompensé avec
une rente électorale en espèces ou sous forme d’accès à des
ressources. D’autres électeurs déclarent qu’ils acceptent la
rente électorale de tous les partis qui visitent leur région
et basent leur vote sur le parti qui est prêt à leur offrir le
plus. En principe, la répartition de la rente électorale n’est
pas un problème en soi pour la démocratie, du fait que les
électeurs restent libres de voter pour le parti de leur choix
dans la discrétion de l’isoloir. Cependant, on ne sait pas
dans quelle mesure cela se passe au Niger. Les candidats
ont été prudents en ce qui concerne leur récompense aux
électeurs. Ils ont pu leur demander de démontrer qu’ils ont
voté pour leur parti, grâce à la collecte des bulletins de vote
lorsque les électeurs sortent de l’isoloir, par exemple.
De plus, il y a aussi un sentiment largement répandu
que les militants soutenant des candidats et recevant
une certaine rente électorale ne bénécient que de peu
d’avantages lorsque ce candidat accède au pouvoir28. Ainsi,
une métaphore communément utilisée pour décrire les
L’économie politique de l’engagement des électeurs au Niger 7
25 Entretien avec un député, Niamey.
26 DDGs et entretiens avec de jeunes peuls et des chefs de campement au Marché de Tchadi.
27 DDGs, Abalak et Mohamadou (2004).
28 DDGs dans le quartier Bagalam, Maradi, commune 2, Niamey.
candidats est celle d’une voiture en panne, qui obtient une
aide des militants pour redémarrer puis disparaît à nouveau.
« Vous poussez un véhicule et il vous laisse derrière. »
(jeunes hommes qui ont cessé de faire de la politique,
Bouzou Dan Zambadi, Maradi).
Le groupe populaire nigérien MDM Crew a écrit une
chanson sur l’hypocrisie des politiciens qui demandent
un appui pendant les campagnes, mais qui, une fois au
pouvoir, n’interagissent plus jamais avec leurs partisans
jusqu’à la prochaine campagne.
De leur côté, les députés se plaignent que leurs électeurs
leur demandent trop. La quantité de marchandises
distribués pendant les élections, en particulier lors des
élections présidentielles et législatives, crée des attentes
et fait penser que les hommes politiques ont accès à des
ressources illimitées qui devraient être réparties entre
leurs partisans. Les députés déclarent rendre visite à leurs
électeurs moins que ce qu’ils auraient voulu de peur de
les décevoir. Bien sûr, il y a plusieurs raisons politiques
qui font que les députés sont incapables d’apporter des
améliorations dans leurs circonscriptions, mais l’utilisation
de la rente électorale pendant les campagnes électorales
renforce l’idée que les électeurs ont de la démocratie, à
savoir : un échange monétaire une fois tous les quatre ans.
« Aujourd’hui, il n’y a plus de politique, tout est une question
d’argent. » (DDG avec des jeunes hommes, Tahoua).
L’économie politique de la réforme d’un
système électoral basé sur le clientélisme
Il existe des facteurs politiques et économiques qui
expliquent pourquoi le système électoral de clientélisme
s’auto-reproduit au Niger, même si les politiciens et les
électeurs souhaitent participer à une démocratie dans laquelle
les partis font campagne sur la base de leurs mandats. Au
niveau le plus généralisé, l’achat de voix n’est pas surprenant,
compte tenu de la situation socio-économique de la majorité
des Nigériens. Ceux qui vivent dans la pauvreté sont plus
facilement convaincus par les distributions d’argent en
espèces que ne le sont les classes moyenne ou riche29. Dans
un pays pauvre comme le Niger, il peut être plus stratégique
pour un parti d’investir dans l’achat de voix plutôt que dans
un programme de parti bien pensé, qui ne peut convaincre
qu’une petite portion d’électeurs.
Le facteur politique essentiel qui maintient le système
électoral de clientélisme, c‘est la distribution de la rente
électorale selon le statu quo. Il y a des indications que ceux
qui ont plus de pouvoir et d’inuence politiques bénécient
le plus du système actuel. De nombreux militants ont
fait mention de l’existence d’une hiérarchie au sein de la
structure de soutien du parti, au niveau de laquelle ceux
qui sont plus haut placés dans la hiérarchie gagnent plus
de rente électorale que ceux au niveau inférieur. Il arrive
souvent que ceux qui sont plus bas dans la hiérarchie
aient travaillé plus dur pour mobiliser un soutien, mais
qu’ils gagnent moins que ceux plus haut placés. Il y a aussi
des différences entre les stratégies de vote des hommes
et celles des femmes. Alors que les hommes ont tendance
à voter pour le candidat ou le parti qui fournira une
rente individuelle ou locale, les femmes, pour leur part,
particulièrement les femmes les moins instruites, votent
pour le parti que leur mari soutient, quel qu’il soit. Même
si on peut soutenir qu’en votant pour le parti que leurs
maris soutiennent, les femmes sont plus susceptibles de
bénécier ou du gain personnel de ces derniers ou des «
biens communs » qui sont distribués à la communauté, il
n’en demeure pas moins que beaucoup d’hommes mariés
sont, en fait, porteurs de deux voix. La majorité des
femmes interrogées ont également indiqué que les hommes
ont davantage proté des dons du parti que les femmes. Il
est logique que les partis politiques investissent davantage
dans la sécurisation du vote d’un homme, car une fois son
vote xé, sa femme est plus susceptible de l’imiter.
Les faiblesses dans la conception et la mise en œuvre
des élections offrent des possibilités de clientélisme que les
partis politiques mettent naturellement à prot. Dès qu’un
parti tire prot de ces possibilités, il devient difcile pour
les autres partis de suivre le code électoral et de ne pas
proter des votes qui peuvent être assurés par ces moyens.
Un exemple-clé pour illustrer ceci était la conception des
bulletins de vote qui disposent d’une carte séparée avec la
photo et le nom du candidat pour rendre le vote facile aux
électeurs les moins instruits. Jusqu’à présent, les électeurs ont
été autorisés à sortir de l’isoloir en emportant leurs bulletins
de vote inutilisés. Les représentants des partis politiques ont
utilisé ce phénomène pour récompenser les électeurs, qui au
sortir de l’isoloir, pourraient leur donner les bulletins de vote
pour tous les autres candidats. Une nouvelle législation a été
adoptée qui interdit aux électeurs de sortir leurs bulletins de
vote inutilisés de l’isoloir, mais reste à voir s’il sera possible
de mettre en œuvre cette interdiction.
Malgré les facteurs politiques, économiques et
structurels qui maintiennent le système actuel, il y a des
zones où une réforme peut être effectivement soutenue.
La désillusion à l’égard du système actuel de la part des
électeurs/militants qui ne bénécient que d’enveloppes
modiques lors des élections est largement répandue.
Un débat sur les dysfonctionnements du système et la
recherche de solutions de remplacement est déjà en
cours. Malheureusement, ce débat n’est pas mené par
les représentants des partis politiques qui affrontent les
partis dominants. C’est logique : il serait difcile pour
29 Voir Jensen et Justesen (2013) pour un aperçu sur l’achat des voix et la pauvreté en Afrique.
8 ODI Repor t
un nouveau parti de gagner des voix sur la base d’un
mandat de remplacement du fait que les électeurs savent
qu’un nouveau parti, fonctionnant sur un mandat de
remplacement seulement, est peu susceptible de gagner une
majorité sufsante à l’Assemblée nationale pour mettre ce
mandat de remplacement en œuvre.
Au lieu de cela, le débat se passe en dehors de l’arène
politique, au cours des sermons organisés par les
associations islamiques aux niveaux national, régional et
local. Parce qu’ils mettent au dé la gouvernance laïque
et corrompue, les marabouts et les imams travaillent pour
encourager les électeurs soit à voter pour des dirigeants qui
sont honnêtes soit à boycotter carrément le système. Du fait
que les leaders religieux ont une énorme inuence sur les
électeurs, leurs sermons représentent un mécanisme potentiel
qui peut inuencer le comportement de ces derniers.
S’il y a un moyen d’inuencer les électeurs qui sont
déçus par le système électoral actuel, il y a également un
moyen de travailler avec les électeurs qui ne sont pas aussi
profondément ancrés dans la structure du clientélisme. Les
entrevues et les DDG menées pour la présente recherche
indiquent que les femmes, en particulier les femmes moins
instruites, acquièrent moins d’avantages en espèce pendant
les élections que les hommes. Du fait qu’elles gagnent
moins du système actuel, il peut être plus facile de les
convaincre d’utiliser des stratégies alternatives pour le vote.
Plusieurs femmes conseillères interrogées dans le cadre de
cette étude défendaient déjà l’argument que voter pour
une candidate apporte plus d’avantages pour les femmes
en tant que groupe que voter pour un candidat de sexe
masculin, qui leur donne de petites sommes d’argent. Il est
probable que ces candidates utilisent également la rente
électorale pour obtenir du soutien, mais le vote pour le
bien d’un groupe de femmes est une étape de plus vers un
vote pour la politique d’un parti plutôt que pour des gains
du clientélisme à court terme.
Fondamentalement, on ne sait pas dans quelle mesure
les électeurs sont prêts à ignorer l’obligation morale de
répondre par un vote à une rente électorale. Jusqu’à présent,
les partis politiques ont été en mesure de récompenser
nancièrement les électeurs qui peuvent prouver qu’ils ont
voté pour eux. Pour les prochaines élections, les électeurs
devront laisser leurs bulletins de vote dans l’isoloir. Cela
signie, en principe que les électeurs sont maintenant libres
d’accepter la rente électorale, mais aussi de voter pour le
parti ou le candidat qu’ils estiment représenter le mieux
leurs intérêts, que ce soit le candidat/parti qui est lié à eux
par leur famille, leur appartenance ethnique ou leur localité
ou celui qui répond à leurs priorités.
Recommandations
Lancer une campagne de sensibilisation pour
éduquer les électeurs sur la modication de la loi
concernant les bulletins de vote
La campagne de sensibilisation devrait préciser que,
même si les électeurs acceptent la rente électorale d’un
parti politique, ils peuvent utiliser leur droit de vote
pour élire les dirigeants qui répondront à leurs priorités.
La campagne devrait être particulièrement adaptée aux
illettrés, aux femmes et aux jeunes électeurs. La campagne
doit utiliser des bandes dessinées et des afches pour
illustrer son message. La campagne devrait utiliser les
structures sociales et les leaders d’opinion que les partis
politiques utilisent pour mobiliser le soutien, an de
promouvoir ce message. Si les marabouts, et en particulier
les imams, acceptent de diffuser ce message, cela pourrait
être un moyen puissant pour inuencer le comportement
des électeurs. Les gouvernements saoudien et qatari
sont actuellement désireux de voir leurs agences de
développement s’associer à des projets anti-corruption.
Les bailleurs de fonds occidentaux gagneraient à travailler
avec les agences de développement saoudiens et les Qataris
an d’accéder à un plus large éventail d’associations
religieuses à travers lesquelles le message peut être transmis
aux électeurs nigériens. La prochaine élection pourrait
être utilisée pour recueillir des données sur la mesure dans
laquelle les électeurs votent pour des partis dont ils ont
reçus une rente électorale. La campagne de sensibilisation
pourrait alors être lancée en prélude des élections de 2020.
Soutenir la Commission électorale nationale
indépendante (CENI) dans la mise en œuvre de la
nouvelle législation relative à l’interdiction d’emport-
er les bulletins de vote hors de l’isoloir
La campagne ainsi que les messages qu’elle véhicule
seront compromis si, le jour des élections, la loi n’a pas
été respectée, et que les électeurs sont autorisés à prendre
leurs bulletins de vote hors de l’isoloir, ou qu’il y ait des
possibilités de contourner l’interdiction de sorte qu’ils
puissent prouver pour quel parti ils ont voté. La CENI a
déjà montré qu’elle est prête à prendre position sur certains
cas de fraude électorale, comme ce fut le cas en 2009,
lorsque les magistrats qui travaillaient pour la CENI ont
boycotté les élections (Oumarou, 2015). Il existe cependant
d’autres cas où la CENI a été achetée (voir Olivier de
Sardan, 2015). Pour veiller à ce que la campagne ne soit
pas compromise, les bailleurs de fonds devraient travailler
avec la CENI pour identier le type de soutien dont elle a
besoin pour mettre en œuvre l’interdiction. Il devrait, en
collaboration avec la CENI, anticiper sur les possibilités
que peuvent avoir les partis politiques et les électeurs de
contourner l’interdiction.
L’économie politique de l’engagement des électeurs au Niger 9
Soutenir l’éducation des hommes et des femmes les
moins instruits sur les élections et les stratégies de
vote
Même si les femmes sont moins impliquées dans le système
électoral du clientélisme, travailler uniquement avec les
femmes pour les sensibiliser sur les stratégies de vote
est susceptible de produire un contrecoup de la part des
hommes militants et des électeurs, plus généralement.
Du fait que les électeurs les moins instruits pourraient
également bénécier de l’éducation sur les stratégies de
vote, il est recommandé que les bailleurs de fonds appuient
un programme d’éducation sur les stratégies de vote aussi
bien pour les électeurs que les électrices les moins instruits,
mais avec un fort accent sur l’accès à l’électorat féminin. Le
programme d’éducation pourrait être organisé par le biais
des fadas, des associations et des groupements de femmes.
Le programme devra tenir compte du fait qu’il pourrait
être interprété à tort comme un programme soutenu par les
Américains, qui vise à inuencer les décisions de vote des
électeurs pour un parti. L’objectif du programme doit être
clairement précisé comme portant sur l’accroissement de
la compréhension des électeurs du système électoral plutôt
que sur la promotion d’un quelconque appui pour des
politiques / partis spéciques. Une autre approche serait
de travailler à travers les partis politiques pour assurer
l’éducation des militants qui, à leur tour, sensibiliseront
les électeurs. En effet, la charte des partis politiques
nigériens exige que les partis politiques au Niger forment
les militants à l’éducation civique et politique, ce qui
n’est pas le cas actuellement. La subvention accordée par
l’Etat aux partis politiques pourrait être subordonnée
aux programmes d’éducation axés sur les résultats que
mèneraient ces derniers.
Travailler à travers le système électoral
Les partis politiques constituent seulement une partie
du système électoral. Dans une étude sur l’appui efcace
des bailleurs de fonds pour les partis politiques, il a été
constaté que la réforme d’un système électoral était plus
efcace lorsque les donateurs travaillaient en collaboration
avec l’exécutif, le judiciaire et le législatif (Wild et coll.,
2011). L’Union européenne (UE) est déjà en train de faire
ce travail avec la CENI. Les bailleurs de fonds pourraient
envisager de coordonner avec l’UE pour s’assurer que le
travail avec le pouvoir judiciaire vienne compléter leur
travail avec les partis politiques.
10 ODI Report
L’économie politique de l’engagement des électeurs au Niger 11
ODI is the UK’s leading independent think tank on international development andhumanitarian issues. Readers are
encouraged to reproduce material for their own publications, as long as they are not being sold commercially. As
copyright holder, ODI requests due acknowledgement and acopy of the publication. For online use, weask readers
to link to the original resource onthe ODIwebsite. The views presented in this paper are those of the author(s) and
do not necessarily represent the views of ODI or our partners.
© Overseas Development Institute 2015. This work is licensed under a Creative Commons Attribution-
NonCommercial Licence (CC BY-NC 3.0). ISSN: 2052-7209
Overseas Development Institute
203 Blackfriars Road
London SE1 8NJ
Tel +44 (0)20 7922 0300
Fax +44 (0)20 7922 0399
www.odi.org
info@odi.org
Références
Alzouma, G. (2015) ‘“The Opportunity Exists. Why Don’t They Seize It?” Political (In)competence and the Potential
of ICTs for Good Governance in Niger Republic. Stability: International Journal of Security &Development4(1) :
doi:10.5334/sta.fq.
Banégas, R. (1998) ‘Marchandisation du vote, citoyenneté et consolidation démocratique au Bénin’. Politique Africaine
69: 75-88.
Bazoum, L.K (2011)Représentations sociales et relations de pouvoir autour de la jeunesse en Afrique : Le cas des fada au
Niger (Niamey). Mémoire pour le Master.
Cooper, B. (1995) ‘The Politics of Difference and Women’s Associations in Niger’. Signs 20 (4).
Dunbar, R.A. (1991) ‘Islamic Values the State and the “Development of Women”: The Case of Niger’. Hausa Women in
the Twentieth Century 69-89.
Hallerberg, M. and Marier, P. (2004) ‘Executive Authority, the Personal Vote, and Budget Discipline in Latin American
and Caribbean Countries’. American Journal of Political Science 48(3): 571‐587.
Hahonou, E (2009). ‘Les pouvoirs locaux à Balleyara’, in Olivier de Sardan&Tidjani Alou (eds), Les pouvoirs locaux au
Nigher (Tome 1: en attendant la décentralisation). Paris:Karthala.
Ikpe, U.B. (2000) Political Behaviour and Electoral Politics in Nigeria: A Political Economic Interpretation. Lagos:
Golden EducationalPublishers
Issaley, N.A. and Olivier de Sardan, J.P. (2015) ‘Les élections locales a Namaro en 2004’, in Olivier de Sardan (eds)
Elections au village: Une ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
Jensen, P.S. and Justesen, M.K. (2014) ‘Poverty and Vote Buying: Survey based Evidence from Africa’. Electoral Studies
33: 220–232
MakamaBawa, O. (2015) ‘Say kaai ! Ou comment se faire élire au Niger’, in Olivier de Sardan (eds)Elections au village: Une
ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
Moumouni, A. (2004) ‘Les pouvoirslocaux à Bana’. Etudes et Travaux du LASDEL 21.
Mohamadou, A. (2015) ‘Partis politiques et vote en zone nomade du Niger’,in Olivier de Sardan (eds)Elections au village: Une
ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala
Olivier de Sardan, J.P. (2015). ‘Une culture électorale? Anthropologie multi-sites des processus électoraux locaux au Niger’,
in Olivier de Sardan (eds)Elections au village: Une ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
Oumarou, H. (2015) Les magistrats et les élections au Niger. Entre judiciarisation et politisation de l’institution
judiciaire”, in Olivier de Sardan (eds) Elections au village : Une ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
Rocha Menocal, A. (2011) ‘Why Electoral Systems Matter: An Analysis of Their Incentives and Effects on Key Areas of
Governance’. London: ODI.
Sounaye, A. (2011) “Doing Development the Islamic Way in Contemporary Niger’. Religious Elites in the
DevelopmentArena 61-90
Tidjani Alou, M. (2015) ‘Une anthropologie de la politique au village’, in Olivier de Sardan (eds) Elections au village: Une
ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
USAID (US Agency for International Development) (2015a) ‘Participatory and Responsive Governance Programme’.
Project Appraisal Document. Niamey: USAID.
USAID (US Agency for International Development) (2015b) ‘Notice of Funding Opportunity for USAID/Niger’s
Participatory, Responsive Governance (PRG) – Political Parties Activity’. Niamey: USAID
Wild, L., Foresti, M. and Domingo, P. (2011). International Assistance to Political Party and Party System Development.
London: ODI
Younoussi, I. (2015) ‘Les élections locales de 2009 aGuidanRoumdji’, in Olivier de Sardan (eds)Elections au
village: Une ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.
... patronage is widespread-there is even some evidence to suggest that patronage has increased throughout the period of democratic rule (Lindberg, 2003). Vote buying generates a distinct political economy with a strong set of incentives that are difficult to overcome (see McCullough et al., 2016). And in Somalia, with an indirect electoral system that breaks the direct accountability relationship between MPs and voters, addressing vote buying is even harder still. ...
Technical Report
Full-text available
The report features a discussion of the opportunities and challenges in improving accountability in Somali governance through working with non-state actors. The lessons are drawn from three projects implemented through the Implementation and Analysis in Action of Accountability Programme (IAAAP), funded by the UK Department for International Development.
... 38.McCullough, Harouna et al., 2016. 39. ...
Research
Full-text available
In recent years, the border regions of Niger have seen an increase in activity by violent extremist groups. This research, carried out in October 2016, examined why people become radicalised in Agadez, the northern part of Niger. Most people see radicalisation as a linear process, whereby a set of individual factors make a person more vulnerable to adopting radical beliefs. We conceptualised radicalisation as a dynamic process, where individual and structural factors interact to produce the potential for radicalisation. Key findings - There was widespread support for the adoption of sharia but no evidence that those taking this position were more likely to join extremist groups. - People across a range of professions supported sharia, including teachers, livestock breeders, civil servants and traders. Individual factors such as economic status did not predict support. - Secular democracy was perceived by many as a system that is easily corrupted and too lenient on those who break the law. For many, sharia was understood as a system of ethics that would bring justice and order. - In explaining why people joined extremist groups, local people stressed the importance of structural factors such as poverty, inequality and rising materialism.
Article
Full-text available
At the beginning of production, the presence of oil in Niger was characterised by talking oil politics. In this talk, political actors invoked the ‘resource curse’ thesis to question the legitimacy of their opponents through the speech acts of naming, blaming and claiming. Analysing two radio debates from late 2011 about the future fuel price and the prospects of Niger’s oil refinery, I situate the actors’ oil talk according to their positions in the political arena, thereby revealing their personal projects. In doing so, I show that oil talk is enacted in a double sense. Firstly, political actors’ agendas shape their talk and secondly, privileged access to radio is essential in becoming a potent political actor in the talk around oil. Using these findings, I discuss the importance of radio in Nigerien politics and try to decode the ‘how’ of Nigerien politics itself.
Article
This article focuses on ‘generic moments of becoming’, historical sedimentation and patterns of recurrent protests to explain the structural drivers that sparked the dramatic increase in urban protests and riots in Niger between 2013 and 2018. It identifies several factors in the country's socio-political configuration as particularly important for understanding the protests: new media and politics by proxy, political machines, the social and political embeddedness of civil society, ethnicity and regional political strongholds, the legacy of Françafrique , religious reform movements, and male youth violence. In examining these drivers, the article aims to provide an informative overview of contemporary politics and society in Niger and to counter culturalist, ahistoric and Eurocentric notions of ‘African disorder’.
Article
Full-text available
The opening of the first oil refinery in Niger at the end of November 2011 spurred protests and violent clashes between youths and police. These protests turned into urban riots in the days following. In this extended case study, I analyse the processual, performative and affective dimensions of the protests and discuss urban protest and contentious politics in Niger against the backdrop of political machines, a hybrid civil society, the dynamics of intersectionality, and the role of ordering technologies. I argue that influential theories of social movements tend to overlook the heterogeneity, contingency and relational processuality of protest movements, and that taken together, these elements are rather best understood using the holistic notion of ‘contentious assemblages’.
Article
Full-text available
For a long time, the growing availability of digital devices, coupled with the development of an enthusiastic literature centred on the empowering potential of ICTs, have obscured the answer to the question of how mobile phones, the Internet and social media are actually being used by Africans, in everyday life, for governance and peace-building purposes. The answer was taken to be self-evident, resting on the notion that ICTs are, in themselves and for themselves, empowering tools, and that people will spontaneously take advantage of the existence and availability of those technical objects to defend and promote their democratic rights, in their best interests. However, as will be shown in this paper, it is not clear that ICTs are actually being used that way, even when and where they are apparently being used for governance or political purposes. In other words, it is not clear that those who are supposed to benefit from the empowering
Article
Full-text available
Alongside the spread of democracy in the developing world, vote buying has emerged as an integral part of election campaigns. Yet, we know little about the causes of vote buying in young democracies. In this paper, we analyse the sources of vote buying in sub-Saharan African. Using data from the Afrobarometer, we focus on the impact of poverty on vote buying at the individual- and country-level. Results from multilevel regressions show that poor voters are significantly more likely to be targets of vote buying than wealthier voters. This effect increases when elections are highly competitive. Thus, micro-level poverty seems to be an important source of vote buying in Africa and has major implications for the way electoral democracy operates.
Article
Full-text available
It is argued that womens groups in Niger do not have a female solidarity culture as described by Renee Pittin. Womens groups reflect an emerging Muslim consciousness. Field research was conducted in the Maradi region during 1988-89 and among the womens wing of the political party in power the Association des Femmes du Niger (AFN). Discussion groups were formed from among neighborhood subunits of the AFN. The association of the researcher with AFN members placed her in conflict with the unmarried women of Samaria youth organization who were antagonistic to the AFN. This study traces the historical movement of women into political and public spheres by using existing social forms to create new political possibilities. Language forms are used in neither a fixed or uniform way to describe differences in womens status. A previously married woman who earns a living from selling sexual favors is treated as being in a transitional state as part of a career move. Movement in and out of marriage is also a career move. Single woman is not a term. The same term is used for a divorced and a widowed woman. Never married older youth and women are the hardest group to identify. Men identify "a woman outside of marriage" in terms of courtship while women are more likely to identify this same woman as "bajawara" which indicates she lives with kin and is under senior male authority. Her kin are seeking remarriage for her. A "karuwa" is an unmarried woman living on her own without sexual favor income and not immediately interested in marriage. "Bajawara" is a more desired and positive term. It is used even if in fact the woman is not seeking marriage. The history of the womens movement is related. AFN members who were concentrated in the major cities of Niamey and Zinder affected Maradi women by redefining womens roles. AFN members were proper and respectable even if unmarried and had influence over their husbands. Samaria members were different and less respectable but still allied. It is suggested that feminists analysis of culture include the links between culture and social arrangements.
Article
La consolidation démocratique et la formation de nouveaux régimes de subjectivité politique, au Bénin, s'opèrent paradoxalement dans le creuset des pratiques clientélaires et dans la matrice plus générale de la "gouvernementalité du ventre". On note ainsi que la "transhumance politique" des électeurs, qui "bouffent" indifféremment l'argent des candidats, est devenue un mode d'affirmation des droits de l'"individu-citoyen". L'hypothèse d'une marchandisation de la démocratie est alors examinée pour saisir ces modalités complexes et ambivalentes d'"apprivoisement" de la modernité pluraliste. Le répertoire du ventre et de la manducation généralement employé pour stigmatiser les inégalités et la voracité des hommes politiques est devenu un registre de l'équité, de la justice sociale et de la responsabilité démocratique (accountability). Pour l'expliquer, il faut dépasser l'approche utilitariste des transactions électorales et analyser les matrices morales dans lesquelles s'enchâssent les représentations du pouvoir et de l'argent, pénétrer un peu plus dans "l'architecture intérieure de la vertu civique" des citoyens ordinaires. A condition de distinguer entre les registres de la ruse et de la confiance, de l'humilité et du "respect de soi" qui composent l'économie morale du xomé (le ventre, l'intériorité), on découvre alors que dans le creuset de la "gouvernementalité du ventre" s'opèrent des mutations décisives dans les représentations de la responsabilité politique.
Article
Les questions d'autonomie financière des collectivités territoriales sont au coeur de toute analyse du fonctionnement de l'État au niveau déconcentré, des rapports que l'administration et les services techniques entretiennent avec les usagers, de la ges-tion des ressources collectives et publiques et de la gouvernance locale au quotidien. À travers ce chapitre, nous entendons décrire la configuration des pouvoirs locaux dans une riche future commune de l'Ouest nigérien. C'est sous l'angle d'une arène politique locale délimitée par les frontières du canton de Tagazar que nous tenterons de décrire et analyser Balleyara. On précisera, dans un premier temps, le contexte géographique, administratif et humain dans lequel s'insère le poste administratif de Balleyara. Une perspective historique nous permettra d'apprécier la dynamique so-ciale et politique. On présentera, ensuite, les différents acteurs politiques de cette arène (et des arènes adjacentes). Enfin, l'attention se portera sur les stratégies et les débats publics suscités localement par les projets de loi successifs sur la décentralisa-tion et, en particulier, les questions d'autonomie financière. Contours de l'arène locale : le canton de Tagazar Balleyara se situe dans le canton de Tagazar, l'un des quatre cantons que compte l'arrondissement de Filingué (département de Tillaberi), à 100 km au nord-est de la capitale Niamey. Le canton compte 114 villages administrativement reconnus (un nombre important au regard de la moyenne nationale). Sa population, estimée en 2000 à 84 000 habitants, est répartie sur une superficie modeste de 2 975 km 2 . 1 Cette densité de population en fait une richesse sur le plan fiscal puisqu'au Niger une grande partie des recettes budgétaires des collectivités territoriales repose sur les taxes d'arrondissement (700 FCFA annuel par contribuable). Le poste administratif de Balleyara, créé en 1972, recouvre strictement les limites du canton. Sur un même espace géographique, clairement délimité, 2 cohabitent donc deux figures centrales du pouvoir au sein de l'arène politique locale : les représentants de l'administration locale et ceux de la chefferie « traditionnelle ».
Article
Recent scholarship on budgeting in Latin American and Caribbean (LAC) countries indicates that political institutions impact the level of budget discipline. Building upon this previous research, we argue that the principal problem that must be addressed in both the government and the legislature to insure strong fiscal discipline is the common pool resource (CPR) problem. At the cabinet level, the CPR problem arises because ministers consider the implications of decisions on their ministries only. The level of the CPR problem in the legislature depends upon the electoral system. Using a data set of LAC countries for the period 1988–97, we find that executive power in the budget process is most effective in reducing budget deficits when electoral incentives for the personal vote is high in the legislature, while strengthening the president (or prime minister) in countries where the personal vote is low in the legislature has no effect.
Islamic Values the State and the "Development of Women": The Case of Niger'. Hausa Women in the Twentieth Century
  • R A Dunbar
Dunbar, R.A. (1991) 'Islamic Values the State and the "Development of Women": The Case of Niger'. Hausa Women in the Twentieth Century 69-89.
Political Behaviour and Electoral Politics in Nigeria: A Political Economic Interpretation
  • U B Ikpe
Ikpe, U.B. (2000) Political Behaviour and Electoral Politics in Nigeria: A Political Economic Interpretation. Lagos: Golden EducationalPublishers
Les élections locales a Namaro en
  • N A Issaley
  • J P Olivier De Sardan
Issaley, N.A. and Olivier de Sardan, J.P. (2015) 'Les élections locales a Namaro en 2004', in Olivier de Sardan (eds) Elections au village : Une ethnographie de la culture au Niger. Paris: Karthala.