ArticlePDF Available

Se nourrir de promesses. Enjeux et critiques de l’introduction de deux innovations dans le domaine alimentaire : test nutri-génétique et viande in vitro [Living on promises. The issues at stake and critiques of the introduction of two innovations in the food sector: nutri-genetic testing and in vitro meat]

Article

Se nourrir de promesses. Enjeux et critiques de l’introduction de deux innovations dans le domaine alimentaire : test nutri-génétique et viande in vitro [Living on promises. The issues at stake and critiques of the introduction of two innovations in the food sector: nutri-genetic testing and in vitro meat]

Abstract

For the past fifteen years, two innovations featuring bio-medical and techno-scientific components have entered the food sector: nutri-genetic testing and meat in vitro. This article focuses on the promises which accompany them. To grasp and understand them, the authors have focussed on their introduction in the public sphere, the identity of their developers and the social issues raised. The cross-analysis of these promises leads to critical examination concerning the ‘empowerment’ of the two most meaningful normative injunctions in the dietary sphere: improving one’s health and protecting the environment. While these innovations foster the capacity of people to guide their diets, at the same time they reinforce a dependency on technology and those who possess it. Depuis une quinzaine d’années, deux innovations à composante biomédicale et technoscientifique s’immiscent dans le domaine alimentaire : les tests nutri-génétiques et la viande in vitro. Cet article s’intéresse aux promesses qui les accompagnent. Pour les appréhender, les auteurs se sont penchés sur leur introduction dans l’espace public, l’identité de leurs promoteurs et les enjeux sociaux soulevés. L’analyse croisée de ces promesses conduit à une réflexion critique sur l’autonomisation autour des deux injonctions normatives les plus prégnantes dans le domaine alimentaire : améliorer sa santé et protéger l’environnement. Si ces innovations nourrissent la capacité des individus à conduire leur alimentation, elles renforcent dans le même temps une dépendance à la technique et à ses possesseurs.
1
Version postprint de la référence : Fournier, Tristan et Lepiller, Olivier, 2019, « Se nourrir de
promesses. Enjeux et critiques de l’introduction de deux innovations dans le domaine alimentaire :
test nutri-génétique et viande in vitro », Socio. La nouvelle revue des sciences sociales. N°12 « La
technique y pourvoira » : 7395. DOI : 10.4000/socio.4529.
En libre accès : https://journals.openedition.org/socio/4529
Se nourrir de promesses
Enjeux et critiques de l’introduction de deux innovations dans le
domaine alimentaire : test nutri-génétique et viande in vitro
Tristan Fournier
est sociologue, chargé de recherche au CNRS, Iris, Paris
Ses travaux portent sur les enjeux sociaux, scientifiques et politiques des changements
alimentaires. Il a récemment mené un programme de recherche sur les promesses de la
génomique nutritionnelle, dont les résultats ont été publiés dans les revues Natures Sciences
Sociétés et Qualitative Health Research.
Pour consulter ses travaux et publications, voir sa page personnelle
(http://iris.ehess.fr/index.php?2984).
tristan.fournier@ehess.fr
Olivier Lepiller
est sociologue, chercheur au Cirad, Moisa, université de Montpellier
Ses travaux s’intéressent aux transformations sociales des normes et pratiques alimentaires à
différentes échelles (sociohistorique, biographique). Ils portent une attention particulière au
rôle de la critique et à la place des aliments d’origine animale dans ces transformations. Ses
articles sont publiés dans Ethnologie française, Journal des anthropologues, Sociologia Ruralis
ou Review of Agricultural, Food and Environmental Studies. Pour consulter ses travaux et
publications : http://agents.cirad.fr/index.php/olivier.lepiller/infosagent.
olivier.lepiller@cirad.fr
Depuis une quinzaine d’années, deux innovations à composante biomédicale et
technoscientifique s’immiscent dans le domaine alimentaire : les tests nutri-
génétiques et la viande in vitro. Cet article s’intéresse aux promesses qui les
accompagnent. Pour les appréhender, les auteurs se sont penchés sur leur
introduction dans l’espace public, l’identité de leurs promoteurs et les enjeux
sociaux soulevés. L’analyse croisée de ces promesses conduit à une réflexion
critique sur l’autonomisation autour des deux injonctions normatives les plus
prégnantes dans le domaine alimentaire : améliorer sa santé et protéger
l’environnement. Si ces innovations nourrissent la capacité des individus à
conduire leur alimentation, elles renforcent dans le même temps une dépendance
à la technique et à ses possesseurs.
Mots-clés : alimentation, innovation, nutri-génétique, promesse, technique, viande in
vitro
2
Les tests nutri-génétiques (TNG) et la viande in vitro (VIV) ont en commun d’intéresser grandement
Sergey Brin, cofondateur de Google, qui a investi dans leur développement. Les premiers, accessibles
au grand public sur Internet (opération théoriquement illégale en France), permettent d’adresser des
recommandations nutritionnelles personnalisées en se fondant sur l’identification du profil génétique
et sur les connaissances des facteurs de risques nutritionnels. La seconde, encore au stade
expérimental, résulte d’une culture in vitro de cellules animales et se positionne comme une
alternative à la viande, sans mise à mort. Ces deux innovations à composante biomédicale et
technoscientifique, apparues au tournant du siècle, portent une promesse « d’autonomisation
alimentaire ». Elles sont présentées comme des outils privilégiés pour répondre aux injonctions, de
plus en plus vives, qui intiment aux individus de maîtriser leur alimentation pour des raisons sanitaires
et environnementales. Elles participent du culte de l’individu responsable (Rose, 2007). Un autre point
les unit : un même traitement médiatique, mêlant promotion enthousiaste et critique virulente. À
l’heure d’une confiance abîmée dans la science et d’une foi perdue dans le progrès technique
(Matalon, 2003), il semble que ce type d’innovations exerce une fascination, probablement due à la
rhétorique de l’espoir mobilisée (Brown et al., 2000), mais aussi à leur niveau d’application
(moléculaire et cellulaire), qui bénéficie d’une audience renouvelée (Lemerle, 2014).
Face à ces innovations alimentaires à haut niveau de technicité, les individus ont toutefois peu de prise.
Confrontés à l’idée que le futur se joue dans des sphères avant-gardistes, ils sont placés en situation
de dépendance vis-à-vis d’elles, de leurs producteurs et de leurs argumentaires scientifiques. Ce
caractère fascinant tient sans doute également aux questions métaphysiques soulevées : les TNG
impliquent de repenser l’alimentation en fonction d’une vérité de l’être qui serait codée dans les
gènes, ce qui conduit à individualiser une activité – manger –, haut lieu de sociabilité et de convivialité ;
la VIV offre la possibilité de nourrir la vie sans donner la mort, soulignant la responsabilité de la mise
à mort alimentaire, tout en permettant d’imaginer jusqu’à une (auto)-anthropophagie licite1. Au-delà
de cette fascination, ces innovations censées bouleverser le monde alimentaire commun se prêtent à
des lectures diverses : elles peuvent être conçues comme des anticipations visionnaires synonymes de
progrès et d’émancipation, mais aussi être critiquées comme de nouveaux fronts du capitalisme ou
comme participant aux injonctions contemporaines de performance (Ehrenberg, 1991), d’hygiénisme
(Lupton, 1995) ou de gouvernement des pratiques de consommation (Dubuisson-Quellier, 2016).
Cet article s’intéresse aux promesses formulées par les promoteurs de ces deux innovations. Pour les
appréhender, nous avons choisi d’analyse leur introduction dans l’espace public, les acteurs impliqués
et les réactions suscitées. Nous proposons d’envisager l’autonomisation alimentaire promise aux
individus selon les perspectives de l’émancipation et de l’adéquation, avant de critiquer ces
innovations à l’aune des sociologies de l’alimentation et des sciences et techniques2. Notre propos
s’inscrit à l’articulation de ces deux champs. Celui de la sociologie de l’alimentation est mobilisé pour
saisir les enjeux sociaux, scientifiques et politiques des changements alimentaires, et plus
particulièrement la montée en charge des problématiques nutritionnelle, éthique et
environnementale, et leur mise en concurrence avec les autres dimensions de l’acte alimentaire
(Poulain, 2001 ; Fournier, 2014 ; Lepiller, 2012). Dans quelle mesure l’autonomisation alimentaire
1 Cette idée provocatrice est par exemple lancée par Ionat Zurr et Oron Catts (2004), figures du bio-art et
fondateurs du laboratoire de recherche SymbioticA à Perth (Australie).
2 L’article est ainsi organisé selon trois opérations sociologiques : décrire, interpréter, critiquer (Lemieux, 2009).
3
promise par les TNG et la VIV – qui, à la fois, révèle et renforce le processus d’individualisation des
rapports à l’alimentation caractéristique des sociétés postindustrielles – reconfigure-t-elle les normes
de commensalité encadrant le partage des repas (Fischler, 2013) ? La sociologie des sciences et des
techniques, et plus précisément le courant de la sociologie des « expectations » (Brown et al., 2000 ;
Borup et al., 2006), nous invite à analyser les manières dont le futur est mobilisé comme une
rhétorique permettant le développement de nouveaux marchés, l’introduction d’innovations
techniques et la création d’une réalité sociale nouvelle. Comme dans le domaine médical,
(Dalgalarrondo et Hauray, 2015), le terme de promesse nous permettra d’appréhender cette
actualisation stratégique du futur pour ainsi mieux éclairer les registres idéologiques adoptés et les
processus de légitimation mis en œuvre par les promoteurs des deux innovations considérées.
Les éléments exposés et discutés ici sont issus de deux enquêtes distinctes. La première visait à étudier
les enjeux éthiques, législatifs et sociaux de la génomique nutritionnelle, dont les TNG sont une
application3. La seconde portait sur la construction publique de nouveaux aliments, dont la VIV, et a
fait l’objet d’un module d’enseignement dispensé par les auteurs4, ainsi que de communications à des
séminaires de recherche5. Le matériau empirique analysé a été collecté depuis 2013. Il est constitué
de publications scientifiques – pour partie identifiées grâce à une revue de littérature systématique
(PubMed, Web of Science et Francis) –, d’entretiens d’experts (n=13) réalisés avec des représentants
de différentes disciplines (biologie, droit, génétique, nutrition, pharmacologie et sociologie),
d’observations participantes lors de manifestations scientifiques (en France et au Canada)6, d’articles
de presse et de littérature grise institutionnelle et commerciale.
Naissance et carrière de deux promesses
Les tests nutri-génétiques (TNG)
La fin du séquençage brut du génome humain, en 2000, a entraîné une importante désillusion
scientifique7 puisqu’il s’est révélé beaucoup plus difficile que ne le pensaient les chercheurs de passer
de la cartographie du génome à des applications thérapeutiques concrètes. Elle a toutefois permis de
commencer à développer une médecine dite « personnalisée ». C’est dans ce cadre qu’est apparue la
3 Dans le cadre du programme de recherche NutriGen réalisé en collaboration avec Jean-Pierre Poulain, et avec
le soutien de l’Observatoire des habitudes alimentaires du centre national de l’interprofession laitière (OCHA).
4 Au sein du Master 2 « Sciences sociales appliquées à l’alimentation », Institut Supérieur du Tourisme, de
l'Hôtellerie et de l'Alimentation (ISTHIA), Université de Toulouse Jean-Jaurès.
5 Séminaire de l’équipe « Sociologie de l’alimentation » (SOLAL), unité « Alimentation et sciences sociales »
(ALISS), Institut national de la recherche agronomique (INRA) d’Ivry-sur-Seine et séminaire du pôle Tourisme –
Alimentation – Santé (TAS) du Centre d’étude et de recherche travail, organisation, pouvoir (CERTOP),
université de Toulouse Jean Jaurès.
6 La revue de littérature systématique, les entretiens d’experts et les observations participantes ne concernent
que les TNG.
7 Le séquençage n’a d’abord permis de n’identifier que 22 000 gènes contre les 100 000 espérés, et il est
apparu qu’ils étaient apparentés aux gènes déjà existants chez d’autres espèces, alors que l’on pensait
découvrir des gènes spécifiques à l’être humain et explicatifs de sa singularité au sein du vivant (Barnes et
Dupré, 2008).
4
génomique nutritionnelle, thématique scientifique qui ambitionne de renouveler le diagnostic, la
prévention et la prise en charge des troubles et pathologies chroniques dans lesquelles l’alimentation
serait impliquée, en se distanciant d’une « one size fits all medicine8 » pour se concentrer sur les
facteurs de risque qui seraient « écrits » dans le génome et donc identifiables à l’échelle individuelle
(Castle et al., 2007 ; Fournier et Poulain, 2017). Le TNG en est la principale application biomédicale. Il
se présente sous la forme d’un kit comprenant un tube à essai en plastique dans lequel l’intéressé·e
dépose sa salive, ensuite analysée en laboratoire. Un extrait de son patrimoine génétique lui est alors
envoyé par courrier, accompagné d’une liste des facteurs de risque identifiés (diabète, hypertension,
obésité, cancers, etc.) et de recommandations nutritionnelles dites personnalisées. Élaborés par
l’entreprise Sciona en Angleterre, les premiers TNG sont vendus en 2002 sur Internet et dans une
chaîne de magasins, Body Shop, au prix de plusieurs centaines de dollars. C’est le début d’une première
« affaire » : GeneWatch, une organisation non gouvernementale (ONG) spécialisée dans les questions
éthiques relatives à la recherche en génétique, et Which?, la plus puissante association de
consommateurs d’Angleterre, font front commun pour dénoncer publiquement – l’affaire est relayée
par le quotidien The Guardian – les risques de voir se développer ce marché lucratif des TNG, que les
deux organisations critiquent pour quatre raisons principales9 : 1) les TNG trompent les
consommateurs en leurs laissant penser que de « bons » gènes peuvent éviter de se soucier de leur
mode d’alimentation, 2) ils ouvrent la porte à un ajustement des services et tarifs dans les secteurs
bancaires et de l’assurance, 3) ils permettent la constitution de biobanques à l’insu des
consommateurs, et 4) ils occasionnent des conflits d’intérêt en nourrissant le marché de la médecine
prédictive10. Deux mois seulement après les premières ventes de TNG, Sciona retire ses kits de la vente
en Grande-Bretagne et se délocalise aux États-Unis. Cette critique rapide et virulente ne va pourtant
pas entacher la carrière des TNG outre-Atlantique. Ainsi, dix années plus tard, plus de cinquante
sociétés, la plupart depuis les États-Unis et le Canada, commercialisent ces tests, entre recherche
biomédicale et marketing nutritionnel (Saukko et al., 2010).
Le leader du marché est aujourd’hui la société 23andMe, fondée en 2007 en Californie par Anne
Wojcicki, l’ex-femme de Sergey Brin. Google investit dès 2007 3,9 millions de dollars dans l’entreprise
et, un an plus tard, le magazine Time qualifie d’invention de l’année son « service de génome
personnel ». La carrière médiatique des tests (nutri)génétiques s’accélère encore en 2013
lorsqu’Angelina Jolie rend publique sa double mastectomie préventive, choix instruit à partir des
facteurs de risque de développer un cancer du sein identifiés grâce à un test : les ventes en ligne
explosent. La même année, la Food and Drug Administration (FDA)11 interdit à 23andMe la
commercialisation en ligne de ses kits à 99 dollars pour « publicité mensongère », en affirmant que
8 Que l’on peut traduire par « médecine universelle ».
9 Ces éléments sont archivés sur le site de l’ONG et consultables à l’adresse suivante :
http://www.genewatch.org/sub-425647.
10 Les premiers tests commercialisés étaient effectivement accompagnés d’une suggestion de compléments
alimentaires, les industries pharmaceutiques et agro-alimentaires suivant de près le développement du champ.
A titre d’exemple, l’International Society of Nutrigenetics and Nutrigenomics, une société savante établie en
2005 et organisant depuis une conférence annuelle sur le thème, associait à son comité scientifique de départ
des chercheurs issus du monde académique et de l’industrie.
11 La FDA est l’agence américaine qui a pour mandat d'autoriser ou d’interdire la commercialisation des
produits alimentaires et médicamenteux sur le territoire des États-Unis.
5
son kit permet de « découvrir plus de 240 conditions et caractéristiques, réactions aux médicaments,
maladies génétiques récessives », le tout « sans la moindre validation clinique ». Cette interdiction fait
suite à de nombreuses tentatives d’encadrement et de régulation. Déjà en 2006, à l’issue d’une
enquête commanditée par un comité sénatorial américain qui avait révélé que les « tests achetés sur
quatre sites Internet induisent les consommateurs en erreur »12 (Kutz, 2006), la FDA avec la Federal
Trade Commission et le Centre for Disease Control avait publié une note d’information à l’attention
des consommateurs américains intitulée « Les tests génétiques “maison” : une bonne dose de
scepticisme semble être la meilleure prescription13 ». Certaines sociétés, dont Sciona, ne s’en sont pas
relevées. Une demande de « cessation et renonciation14 » avait également été formulée en 2008 par
le département de santé publique de Californie, à laquelle 23andMe – et d’autres – avaient alors réussi
à échapper. Mais l’affaire de 2013 va susciter deux réactions qui auront un fort impact sur le futur de
l’entreprise et, plus largement, sur celui des sociétés de génomique en ligne. La première provient
d’usagers qui se mobilisent en faveur de 23andMe et se regroupent derrière Berin Szoka, fondateur
du think tank états-unien Tech Freedom créé en 2011 dont le but est la défense du « progrès
technologique », pour lancer une pétition diffusée dans le Huffington Post. La seconde réaction est
celle de 23andMe ; si la société s’est heurtée aux autorités, c’est finalement parce que son service
cumulait deux fonctions : réaliser les tests et les commenter. Elle se soumet alors à l’interdiction et
cesse de vendre des kits complets pour ne proposer que des analyses brutes du génome15. Elle invite
alors les usagers à soumettre leurs données brutes à « Promethease », un outil d’analyse génomique
en ligne16 pour bénéficier d’interprétations. L’interdiction est ainsi contournée et la carrière des TNG
peut se poursuivre, passant de 500 000 clients au moment de « l’affaire » à plus de 2 millions
aujourd’hui, et ce pour la seule société californienne.
Si la régulation des TNG opérée aux États-Unis est de type marchand, elle varie selon les contextes
nationaux, comme il est souvent d’usage à propos des biotechnologies (Gaudillière et Joly, 2006). Deux
types d’actions ont pu être envisagés : mieux contrôler la vente directe, ce qui revient à tenter de
mieux encadrer Internet, lequel contribue à « déterritorialiser les cadres de régulation de santé
publique » jusque-là construits à l’échelle des États (Ducournau et Beaudevin, 2011) ; ou promouvoir
le recours aux TNG dans un cadre médical, de manière à s’adapter aux nouvelles demandes du public
en matière de génomique, à faire face au développement d’une « médecine sans médecin » et à
12 « tests purchased from four websites mislead consumers » (notre traduction).
13 « At-home genetic tests: A healthy dose of skepticism may be the best prescription » (notre traduction).
14 « cease and desist ».
15 Ce n’est pas tant la vente de tests complets que vise la fondatrice de 23andMe que la collecte de données.
En novembre 2013, elle s’exprimait ainsi dans le magazine Fast Company : « Je veux un million de personnes. Et
après cela, j’en veux 10, puis 25. Avec 25 millions, on peut faire de très grandes découvertes. Le big data va
nous permettre à tous d’être en meilleure santé. Quel type de régime alimentaire devraient adopter telles
personnes ? Certaines de leurs pratiques exposent-elles les gens à un risque de cancer vraiment plus élevé ?
Une foule de centenaires n’ont aucune maladie, pourquoi ? » (notre traduction).
16 Sur le site internet (https://promethease.com), il est indiqué qu’une requête coûte en moyenne 12$ et que
les résultats sont produits en moins de 10mn. Les personnes intéressées, en plus de communiquer leur analyse
brute du génome (par exemple achetée chez 23andMe), doivent remplir un formulaire dans lequel elles
signifient leur accord à propos de plusieurs énoncés, par exemple le fait que leur analyse sera supprimée du
site après 45 jours ou qu’elles acceptent de prendre le risque d’apprendre qu’elles pourraient être à haut
risque de développer une pathologie débilitante.
6
considérer les enjeux éthiques que posent la conservation des données génétiques et les règles
d’information des patients et de leur parentèle (Castle et al., 2007 ; Bouwman & Te Molder, 2009). En
France, c’est une régulation mixte qui prime : d’abord de type étatique/législatif avec les lois de
bioéthique17 ; ensuite de type professionnel : il est en effet envisagé de réviser les enseignements et
la formation du personnel médical pour y introduire cette technologie.
La viande in vitro
Les origines de la VIV se situent dans la recherche sur la culture de tissus. L’application à l’alimentation
est envisagée dès la fin des années 1990 (Hocquette et al., 2010). La NASA notamment s’y intéresse,
dans la perspective de vols au long cours (Benjaminson et al., 2002).
Les virtualités de l’objet se prêtent à l’exploration artistique et à la médiatisation. En 2003, deux
artistes et chercheurs australiens de l’université de Perth, Ionat Zurr et Oron Catts, présentent à
Nantes, dans le cadre de l’exposition Art Biotech, l’installation Disembodied Cuisine, un « steak de
grenouille semi-vivant » cultivé dans un « bioréacteur » autour duquel nagent les grenouilles vivantes
dont proviennent les cellules. Il s’agiit alors de la première étape du semi-living steak project. En 2004,
les artistes chercheurs lancent l’idée d’un steak à partir de cellules humaines. Ingrid Newkirk, directrice
de l’organisation américaine de défense des droits des animaux PETA18, y voit la possibilité d’un
nouveau coup médiatique. Elle se porte volontaire et propose de cultiver puis de manger ses cellules.
En 2008, PETA propose un million de dollars à qui réussira à produire avant le milieu de l’année 2012
de la VIV de poulet commercialisable à un prix compétitif, gustativement acceptable et agréée par la
FDA. Personne n’a encore remporté ce prix.
La VIV fait aussi l’objet d’investigations économiques et techniques. En 2004 est fondée l’organisation
New-Harvest avec pour but de « travailler à développer de nouvelles alternatives à la viande produite
conventionnellement, y compris de la viande cultivée – viande produite par culture de cellules plutôt
que dans un animal19 ». Les membres de l’organisation sont biologistes, agronomes, économistes,
médecins et spécialistes de santé publique, attachés à des institutions américaines, britanniques,
néerlandaises et norvégiennes. Deux entreprises de culture de tissus sont représentées. Jason
Matheny, jeune économiste américain, spécialiste des risques et de prospective, directeur fondateur
de New-Harvest, copublie en 2005 un article sur les bénéfices possibles de la « cultured meat » par
rapport à la « conventionnal meat »20, tout en pointant les défis techniques à relever et les incertitudes
économiques (Edelman et al., 2005).
En 2007, le In Vitro Meat Consortium est créé à la Norwegian University of Life Sciences. Ce réseau de
chercheurs réunit des membres d’institutions américaines, norvégiennes, hollandaises, britanniques
et portugaises. Son but est de promouvoir une industrie de production de tissu musculaire pour la
17 Depuis 2004, ces lois interdisent le recours aux tests ADN en dehors des domaines médical, scientifique et
juridique – l’achat d’un TNG sur Internet est donc interdit par la loi. Plus récemment, l’arrêté du 27 mai 2013
précise que le prescripteur d’un test génétique doit être un professionnel de santé ou un laboratoire agréé.
18 People for the Ethical Treatment of Animals. En français : Pour une éthique dans le traitement des animaux.
19 Présentation du site de New-Harvest en 2011 : <https://www.new-harvest.org/about>.
20 Ce que l’on peut traduire par « viande de culture » versus « viande conventionnelle ».
7
consommation humaine à grande échelle, à travers des efforts de recherche et développement
concertés et de la recherche de financements. En 2008, l’organisation réunit en Norvège des
chercheurs et des acteurs économiques intéressés lors du premier In Vitro Meat Symposium (Arshad
et al., 2017).
En 2009, l’équipe néerlandaise du biologiste Mark Post, spécialisée à l’origine dans la culture
biomédicale de tissus, annonce avoir réussi à produire de la « viande de porc en laboratoire21 ».
L’équipe est cofinancée par le gouvernement néerlandais et un industriel de la saucisserie. En 2010,
Post copublie un l’état de l’art sur la faisabilité technique de la VIV (Langelaan et al., 2010).
En France, les médias relaient l’annonce de Post. Des spécialistes se montrent sceptiques, comme
Jean-François Hocquette, de l’INRA, ou Michel Griffon, du Centre de coopération internationale en
recherche agronomique pour le développement (Cirad)22. Mais ces annonces font réagir. Une séance
de l’Académie de la viande, liée à l’interprofession de l’élevage, s’intitule en 2010 « Viande de culture,
la viande sans animaux : réalité ou fiction ? ». Les auteurs évoquent lors de cette séance une « avancée
scientifique indéniable » pour le domaine biomédical, mais ajoutent : « cela reste complètement
utopique du point de vue scientifique, social, environnemental et économique de produire de la viande
in vitro » (Hocquette et al., 2010). L’Académie conclut en émettant des doutes sur la viabilité d’une
production à grande échelle et en refusant à la viande in vitro la désignation « viande ». 23. Des
philosophes s’emparent de l’objet, qui permet de questionner la norme dominante de l’alimentation
carnée (Burgat et Nordmann, 2011).
Depuis cette entrée dans l’espace médiatique, la VIV revient régulièrement sur le devant de la scène.
En 2013, Mark Post fait cuisiner par un grand chef en direct à la télévision britannique un « steak » de
142 grammes à base de cellules de bœuf cultivée in vitro, dont la valeur est de 250 000 euros. Le
produit est goûté par Post, un journaliste américain spécialiste de l’alimentation et une nutritionniste
autrichienne médiatique. Des startups apparaissent : Memphis Meat est créé à San Francisco en 2015,
SuperMeat à Tel Haviv la même année, tandis que Post lance Mosa Meat à Maastricht en 2016.
Malgré cette actualité brûlante, l’identification de la VIV n’est pas stabilisée (Stephens et Ruivenkamp,
2016). Plusieurs désignations restent en concurrence : lab-grown meat, cultured meat, artificial meat,
synthetic meat, artificial meat. D’ailleurs, l’existence même de cet objet est peu stabilisée. Des
interrogations demeurent sur sa faisabilité technique, encore plus sur sa viabilité économique.
Cependant, une notion traverse les différentes désignations de la VIV : celle de viande. Cet objet
toujours virtuel est présenté comme candidat au statut d’aliment. L’ambition n’est pas uniquement de
produire de la chair hors et sans le corps d’un animal. Il s’agit de prendre la place d’un aliment, la
21 Propos rapportés sur un blog du journal Le Monde en 2009 : « De la viande de porc créée en laboratoire » :
<http://sciences.blog.lemonde.fr/2009/12/01/de-la-viande-creee-en-laboratoire/>.
22 Voir leurs propos recueillis par le journaliste Yves Miserey en 2010 : « Faire pousser de la viande en
laboratoire » : <http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/03/10/01030-20100310ARTFIG00888-
faire-pousser-de-la-viande-en-laboratoire-.php>.
23 Compte-rendu de la séance plénière du 25 mai 2010 :
<http://www.academiedelaviande.net/index.php?option=com_content&view=article&id=423:seance-pleniere-
du-25-05-2010--lacademie-se-declare-sceptique-sur-les-perspectives-de-developpement-des-viandes-
artificielles-dans-lalimentation&catid=29&Itemid=474>.
8
viande. Or, la viande n’est pas qu’un amas de cellules musculaires. Elle contient aussi des vaisseaux,
des tissus conjonctifs, des cellules nerveuses et de la graisse, le tout étant organisé dans des tissus peu
à peu constitués lors de la croissance et de l’activité de l’animal. Cette organisation complexe,
responsable des qualités organoleptiques de la viande, complique le défi technique de la VIV. Par
ailleurs, la culture de cellules en bioréacteurs exige des hormones et facteurs de croissance qui ne
peuvent avoir que deux sources : animale et synthétique. La première solution implique une mise à
mort, la seconde pose des questions de maîtrise technique et de rapport à l’artifice.
Cette identification à la viande fait réagir les professionnels de l’élevage. Le débat s’inscrit dans celui,
plus vaste, autour des « substituts à la viande » – qui sont pour la plupart végétaux –, dans un contexte
où la consommation de viande est de plus en plus questionnée24 (Lepiller, Fourat et Mognard, 2016 ;
Fourat et Lepiller, 2017). Des intérêts économiques très importants sont en jeu. Aux États-Unis, par
exemple, l’un des principaux syndicats agricoles, la National Farmers Union, a apporté son soutien, au
début de l’année 2018, à une pétition lancée par l’organisation de l’élevage bovin, la United States
Cattlemen’s Association, plaidant l’interdiction de la qualification « viande » pour les sources
alternatives de protéines comme la VIV.
Quel que que soit son avenir, on aurait tort de ne pas prendre la VIV au sérieux. Elle intéresse au plus
haut niveau économique. Les milliardaires y croient et le font savoir. Sergey Brin a financé le « steak »
de Mark Post en 2013. Richard Branson et Bill Gates ont investi dans Memphis Meat en 2017. Le
gouvernement chinois vient de signer un accord à 300 millions de dollars avec des entreprises
israéliennes pour le transfert de leurs technologies. Des publications scientifiques de premier plan
abordent les aspects éthiques de la VIV (Burgat, 2017 ; Leroy et Praet, 2017), sa faisabilité technique
(Hocquette, 2016) et son acceptabilité par les consommateurs (Siegrist et Sütterlin, 2017 ; Wilks et
Phillips, 2017).
Vers une « autonomisation alimentaire » ?
À première vue, ces deux innovations promettent une « autonomisation alimentaire », c’est-à-dire
qu’elles permettraient d’équiper davantage les individus en termes de connaissances et de
compétences, et ce en vue d’une plus grande maîtrise de leur alimentation. Une analyse croisée des
promesses conduit cependant à identifier deux perspectives d’apparence antagoniste mais toutes
deux constitutives de ce mouvement d’autonomisation (tableau 1). Deux espaces des possibles
abritant les différentes promesses se détachent en effet : d’une part ce que nous appellerons une
perspective d’émancipation, qui permettrait aux individus de se distancier légitimement de certaines
normes sociales et contraintes biologiques25, et d’autre part ce que nous nommerons une perspective
24 Au point qu’un dirigeant aussi influent qu’Eric Schmidt, président exécutif d’Alphabet, a présenté en 2016,
dans le cadre d’une conférence annuelle du think tank californien Milken Institute, l’alimentation végétale
comme une des six tendances technologiques qui changeront le monde (avec l’impression 3D des bâtiments, la
réalité virtuelle, la santé connectée, les voitures autonomes et la personnalisation des apprentissages grâce à
l’informatique).
25 En plus de cette possible distanciation à l’égard des normes sociales, nous retenons des définitions
« classiques » de l’émancipation, telles que discutées par Bidet et Macé (2011) : la possibilité de libération de
l’individu par rapport à un groupe social ou d’un groupe social par rapport à un autre.
9
d’adéquation, qui permettrait à l’inverse de mieux s’y conformer26. Les travaux de Foucault (2001) sur
le biopouvoir et les formes de gouvernement de la vie permettent d’étayer le fait que ces perspectives
constituent en réalité les deux facettes d’un même phénomène. En parallèle de la biopolitique, de sa
dimension massifiante et du contrôle social qu’elle contribue à produire, un « gouvernement de soi
par soi » émerge, ce que Memmi (2004) nomme la « biopolitique déléguée », à savoir que les individus
deviennent les principaux dépositaires de la surveillance de leur propre corps. Ainsi, un processus de
subjectivation opère, mais dans le cadre et sous le poids d’une règle, d’un code : une autonomie dans
l’hétéronomie en quelque sorte. Détaillons ce double mouvement.
Perspective d’émancipation
Les promesses regroupées dans cette première perspective portent sur l’affranchissement des
individus vis-à-vis de contraintes qui s’imposent à eux. Selon les promesses, cette émancipation
possède une dimension plus ou moins transgressive par rapport aux normes établies auxquelles elles
dérogent.
Les TNG, en prônant une nutrition personnalisée fondée sur une vérité de l’être et répondant au
« devoir de santé » (Lupton, 1995), permettent l’instauration et la revendication d’une alimentation
particulière libérée de la norme de commensalité. Une mise à distance des contraintes sociales qui
perturbent l’adoption et le suivi d’un régime alimentaire « sain » (par les invitations à manger, les
effets d’entraînement au cours des repas et le partage systématique des mêmes aliments) est alors
facilitée : cette situation implique toutefois que les convives assis à une même table acceptent de ne
pas manger toutes et tous la même chose, ce qui pose par ailleurs des questions en termes de travail
domestique et donc de rapports sociaux (Fournier, 2012).
En transcendant la mise à mort alimentaire, la VIV émancipe sa consommation de la culpabilité et de
ses régulations (pour les omnivores), voire du tabou (pour les végétariens) qui l’accompagne.
L’abolition de la mise à mort alimentaire rend ainsi virtuellement possible le partage par tous les
individus, qu’ils soient omnivores ou végétariens, d’un aliment central dans la plupart des sociétés. Si
la VIV devenait une manière admise par tous de manger de la viande, les fondements éthiques,
politiques ou religieux du végétarisme cesseraient d’être particularisants. Leur qualification de
déviance – qui perdure dans le contexte occidental où la norme carnivore domine largement, et ce en
dépit des questionnements éthiques, environnementaux et sanitaires autour de la viande –, s’en
trouverait désamorcée. L’émancipation est aussi émancipation vis-à-vis des conditions de l’élevage. La
production de la VIV se fait en bioréacteurs, un environnement contenu. La production de viande
s’émancipe des nécessités de l’engendrement, de la physiologie animale et de l’écologie de l’élevage,
ce qui permet, selon les promoteurs de la VIV, de supprimer les risques infectieux zoonotiques.
Il s’agit donc de deux perspectives potentiellement émancipatrices en ce qu’elles légitimeraient la
revendication d’une alimentation particulière : l’une la justifiant scientifiquement, l’autre la rendant
socialement acceptable grâce à la technique. Elles portent ainsi un potentiel transformatif de la norme
de commensalité : les TNG contestent et réfutent l’acceptation selon laquelle le partage d’un repas
26 L’adéquation renvoie à un rapport de convenance, à une conformité. Sans aller jusqu’à la distinction que
Weber (1971) opère entre « adéquation significative » et « adéquation causale », nous retiendrons cependant
de son approche compréhensive l’attention portée aux relations entre motivations et conséquences.
10
implique nécessairement le partage des mêmes aliments (Fischler, 2013), la VIV utilise et détourne
cette acceptation pour permettre l’expression de sa propre individualité en contexte social.
Perspective d’adéquation
Cette seconde perspective porte sur la relation de conformation aux contraintes qui s’imposent aux
individus. Ces dernières s’ordonnent sur un continuum : elles sont de nature plus ou moins biologique
ou sociale, entre ajustement aux contraintes biologiques et intégration des normes sociales
dominantes27. La valeur de l’adéquation est relative à un bien qu’elle permet de conserver, de faire
durer ou d’augmenter.
Les TNG sont présentés comme des outils apportant des connaissances pour mieux adapter son
alimentation à des contraintes biologiques individuelles28. La vitalité propre à la jeunesse serait mieux
conservée, tout comme la santé. La fin de la vie serait repoussée avec l’optimisation du régime. Cette
perspective d’adéquation à une vérité de l’être codée dans les gènes va de pair avec une perspective
d’intégration des normes qui enjoignent aux individus de soigner leur santé pour la conserver voire
l’optimiser (Lupton, 1995). Ces normes sont particulièrement à l’œuvre dans le domaine alimentaire,
ce qui a été interprété sous l’angle de la « médicalisation » ou de la « nutritionnalisation » de
l’alimentation (Fournier, 2014 ; Lepiller, 2012 ; Poulain, 2009).
On trouve aussi des promesses d’adéquation attachées à la VIV29. Sa méthode de production maîtrisée
permettrait de produire des viandes nutritionnellement profilées, notamment en termes de
composition des graisses (acides gras)30. D’autres promesses sont relatives à l’environnement.
L’élevage est accusé d’outrepasser les capacités de résilience de l’environnement, de consommer des
ressources non renouvelables et de favoriser le réchauffement climatique. La production de VIV, elle,
est présentée comme plus sobre, moins génératrice d’impacts d’effets négatifs, et capable de
préserver l’environnement. Ces promesses ont été particulièrement légitimées depuis la publication,
en 2006, d’un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO),
souvent cité par les promoteurs de la VIV (Steinfeld et al., 2006). À ces promesses d’ajustement
27 Les contraintes biologiques s’expérimentent plus ou moins directement, sont plus ou moins médiées
socialement. Par exemple, si jeûner conduit à avoir faim – même si l’expérience de la faim elle-même est
modelée socioculturellement –, l’optimisation du régime alimentaire en fonction des exigences biologiques du
corps humain implique de multiples médiations sociales (scientifiques, de santé publique, marchandes…).
28 Voir par exemple le slogan « Use your genes to personalize your diet for optimal health » utilisé par MyGene,
une société australienne de vente de tests nutrigénétiques en ligne, lors d’une campagne publicitaire réalisée à
Melbourne en 2012 (« Utilisez vos gènes pour personnaliser votre régime alimentaire et optimiser votre
santé » : notre traduction).
29 Voir par exemple cet extrait d’Edelman et al. (2005 : 4) : « Relative to conventional meat, cultured meat could
offer a number of benefits. With cultured meat, the ratio of saturated to polyunsaturated fatty acids could be
better controlled; […] and resources could be used more efficiently […] » (« En comparaison avec la viande
conventionnelle, la viande de culture présente de nombreux avantages. Avec la viande de culture, le ratio entre
acides gras saturés et polyinsaturés pourrait être mieux contrôlé ; […] et les ressources pourraient être utilisées
plus efficacement […] » : notre traduction).
30 On peut d’ailleurs imaginer des promesses et produits associant VIV nutritionnellement profilée et profilage
nutri-génétique via des TNG.
11
correspondent des promesses d’intégration des normes enjoignant de soigner sa santé et de respecter
l’environnement. Autrement dit, la VIV porte des promesses de durabilité, tant sur le plan sanitaire
qu’environnemental. Par ailleurs, à la promesse d’émancipation – se débarrasser de la nécessité de la
mise à mort alimentaire pour manger de la viande – correspond une promesse d’adéquation. La VIV
promet aux végétariens de pouvoir intégrer la norme dominante de l’alimentation carnée, et, aux
omnivores, de pouvoir continuer de consommer à la viande tout en se conformant à une norme
végétarienne à laquelle ils sont potentiellement sensibles.
Tableau 1. Deux perspectives d’« autonomisation alimentaire »
Tests nutri-génétiques (TNG) Viande in vitro (VIV)
Perspective
d’émancipation
Permettre l’instauration et la revendication
d’une alimentation particulière libérée de la
norme de commensalité.
Permettre le partage de la consommation
de viande entre omnivores et végétariens
par l’abolition de la mise à mort
alimentaire.
Défaire le caractère particularisant de
l’option végétarienne.
Affranchir la production de viande des
contraintes de l’élevage et des risques
sanitaires associés (zoonoses).
Perspective
d’adéquation
Conformer son régime alimentaire à ses
contraintes et à ses exigences
physiologiques.
Conserver son potentiel de santé : optimiser
son corps et sa durée de vie.
Se conformer aux normes de soin de sa
santé.
Produire des viandes nutritionnellement
profilées.
Produire des viandes plus respectueuses de
l’environnement.
Se conformer aux normes de soin de sa
santé et de respect de l’environnement.
Manger de la viande tout en respectant la
norme végétarienne interdisant la mise à
mort alimentaire.
Enjeux critiques : l’autonomie dans l’hétéronomie
La promesse d’« autonomisation alimentaire » portée par les TNG et la VIV se déploie dans un double
espace des possibles. TNG et VIV sont présentés comme des outils équipant les individus et les rendant
capables de mieux conduire leur alimentation, à la fois en légitimant la distanciation vis-à-vis des
normes sociales et des contraintes biologiques (émancipation), et en permettant de mieux s’y
conformer (adéquation). Pour autant, si l’introduction de ces innovations dans le monde alimentaire
commun laisse entrevoir une relative autonomisation des individus – par le biais des « techniques de
soi » (Foucault, 2001) – les prises qu’elles offrent sur le quotidien peuvent sembler illusoires. Elles
reposent en effet sur des savoirs non seulement tronqués et déformés par le jeu du marché, mais qui,
dans le domaine complexe de la nutrition, sont aussi mal stabilisés (Fournier et Poulain, 2017 ;
Hocquette, 2016). Ce qui n’empêche pas leur traduction rapide et versatile en normes, comme en
témoignent de nombreux exemples dans l’histoire de la santé publique nutritionnelle (Levenstein,
2003). Par ailleurs, les acteurs de ces innovations présentent des caractéristiques peu congruentes
avec l’autonomie des individus. Qu’il s’agisse des industriels de l’agroalimentaire, de la pharmacie ou
des technologies de l’information-communication, les acteurs économiques intéressés par les TNG et
la VIV sont des acteurs financiarisés de grande taille, disposant d’un immense pouvoir de publicité,
capables de produire des connaissances scientifiques et de développer les outils techniques de
production nécessaires à une production de masse. Avec les TNG et la VIV, la conduite de
l’alimentation quotidienne s’éloigne considérablement de l’espace de la cuisine et de l’alimentation
12
domestiques sur lequel les individus ont directement prise. Elle est au contraire déplacée, avec
l’externalisation de solutions technoscientifiques, vers ces grands acteurs industriels.
L’autonomisation proposée est donc toute relative : fortement hétéro-normée, elle est sous
dépendance. Les promoteurs de ces solutions tâchent parfois de légitimer leur option en délégitimant
les alternatives. Ainsi, ceux de la VIV disqualifient-ils d’emblée l’idée que la durabilité alimentaire
puisse passer par une baisse de la consommation de produits carnés, qu’ils présentent comme
irréaliste. Cet exemple montre à quel point les options technoscientifiques appellent une
délégitimation des choix reposant sur la sobriété ou sur la précaution31. On peut enfin considérer que
les promoteurs des TNG et de la VIV s’appuient sur une marchandisation des inquiétudes liées à
l’incorporation alimentaire, à la maladie et à la mort. Pour toutes ces raisons, on peut rapprocher les
questions sociales, éthiques et politiques soulevées par ces innovations de celles plus généralement
posées par le secteur technoscientifique (biomédecine, ingénierie climatique, biotechnologies…).
Au-delà de cette ambivalence entre autonomie et dépendance, ce sont aussi les conditions d’adhésion
à ces promesses et d’accès aux solutions techniques qui doivent être questionnées. Même si les
injonctions de consommer sain et durable apparaissent fortement structurantes de l’alimentation
contemporaine (Dubuisson-Quellier, 2016), manger ne se résume pas à ces horizons. Ces deux
innovations négligent d’autres dimensions : manger se rapporte aussi au plaisir, à la socialisation, aux
situations de partage commensal, à l’identité et à des systèmes de valeurs mêlant socioculturel,
économique, politique, éthique et religieux. Ces dimensions se donnent à voir dans les freins au
changement alimentaire, qu’ils soient implicites (contraintes des contextes d’interaction commensale,
de la socialisation, des valeurs…) ou explicites (consommation engagée, affirmations identitaires,
revendications hédonistes…). Le caractère exclusif des TNG est particulièrement manifeste. Leurs
promesses sont centrées autour de l’accès à une meilleure santé et de son maintien, ignorant la mise
en concurrence entre cette dimension et les autres (Poulain, 2001 ; Fournier, 2014). On peut attribuer
cette non-prise en compte à un impensé, les sociétés de génomique les plus en pointe étant
implantées dans des pays anglo-saxons, où l’individualisation alimentaire est plus forte (Fischler,
2013). La VIV en revanche agrège des dimensions plus nombreuses : politique, éthique, sanitaire,
environnementale. Cette agrégation des dimensions de l’acte alimentaire est susceptible de garantir
une plus grande performativité des promesses de la VIV. De tels phénomènes d’agrégation s’observent
dans la critique de l’alimentation industrielle, à travers l’émergence de concepts comme celui,
multidimensionnel, de « malbouffe », qui a fait carrière dans un contexte de renforcement de cette
critique à la fin des années 1990 (Lepiller, 2019). À l’inverse, le caractère agrégatif de la VIV peut lui
permettre d’échapper à la critique. La VIV est une innovation porteuse de promesses protéiformes.
Chaque critique isolée de l’une de ces promesses – que ce soit sur un plan nutritionnel,
environnemental ou éthique, par exemple – ne peut ébranler l’édifice complexe qu’elles constituent
toutes ensemble. À des tels objets promissifs, on peut imaginer que seuls des concepts critiques
agrégeant eux-mêmes des dimensions multiples puissent être opposés. La VIV se heurte néanmoins
au rejet du technicisme alimentaire (Siegrist et Sütterlin, 2017) et contredit le minimalisme technique,
au cœur de la valorisation du naturel (Lepiller, 2012). Elle suscite aussi un scepticisme sur le plan
31 Comme lorsque les détracteurs du principe de précaution confondent intentionnellement ce dernier avec
une prétendue idéologie « précautionniste » (Champy et Lepiller, 2016).
13
hédonique : c’est ce dernier que la dégustation gastronomique mise en scène par Mark Post en 2013
tentait de réduire.
Les TNG, comme la VIV, misent par ailleurs sur une forte réflexivité centrée sur la santé,
l’environnement ou l’éthique. Or, dans le domaine alimentaire, la réflexivité prend des formes variées,
liées aux milieux sociaux (Plessz et al., 2016). Une sociologie des populations à qui ces innovations
parlent reste à faire, mais leurs prix indiquent qu’elles s’adressent – pour l’heure et du moins dans un
premier temps – à des individus prêts à payer des sommes importantes pour satisfaire les
préoccupations sanitaires, environnementales et/ou éthiques. La VIV n’a pas encore été mise en
marché et son coût reste prohibitif (on ne peut même pas vraiment parler de prix). Les TNG existent
sous forme de kits d’une centaine de dollars. Dans la perspective d’un développement marchand, les
prix seraient sans doute revus à la baisse. Mais il reste que ces innovations s’adressent à des individus
déjà réflexifs dans les domaines sanitaires, environnementaux et/ou éthiques, pour qui l’alimentation
constitue un moyen d’optimiser sa santé, d’agir pour l’environnement ou d’exprimer des positions
politiques. Pour ces raisons, elles ne peuvent prétendre toucher tout le monde et équiper
universellement la conduite de l’alimentation.
En revanche, chacun en entendra parler. Elles ouvrent ainsi une autre « surface de jeu » à la conduite
de l’alimentation, comme ce fut le cas avec l’introduction des trithérapies dans le domaine du SIDA
(Dalgalarrondo, 2004) : les TNG et la VIV apportent aux individus de nouveaux savoirs, de nouvelles
capacités d’action et de maîtrise de leur quotidien, ce qui les valorise, mais, dans le même temps, les
place en situation de dépendance vis-à-vis de ces techniques et de leurs promoteurs. Comme avec les
yaourts au « bifidus actif » – dont les consommateurs présument les répercussions positives sur la
santé sans nécessairement savoir de quoi il retourne, ni comment cela « agit » –, des objets comme
les gènes ou la culture in vitro renvoient au rêve d’une technoscience salvatrice et aux espoirs qu’elle
suscite, notamment contre le vieillissement, la maladie et la mort. Cet imaginaire se nourrit de la
pensée scientifique, ou du moins de sa terminologie (Hubert, 2000).
Pour finir, deux ouvertures peuvent être suggérées. Comme le laisse entrevoir l’identité de certains
promoteurs des TNG et de la VIV, il existe un lien entre ces innovations et les mouvements technicistes
qui rêvent de se débarrasser des nécessités de l’engendrement, de vaincre la périssabilité ou tout
simplement d’augmenter l’humain (Goffette, 2006). Les TNG et la VIV offrent d’excellents terrains pour
étudier ces liens. Une perspective critique empirique peut être déployée par la sociologie dans cet
espace, alors que les discours tenus sur ces innovations sont pour l’heure surtout l’œuvre de
philosophes, d’éthiciens ou de porteurs d’intérêts. La réception des promesses portées par les TNG et
la VIV mérite d’être étudiée, notamment pour comprendre comment les injonctions sanitaires et
morales qui vont de pair se déploient au quotidien et afin d’identifier les formes potentielles
d’appropriation et de résistance qu’elles suscitent (Martin, 1998). Si ces innovations invitent à
l’expérimentation, on peut en effet formuler l’hypothèse d’une expérimentation sous contraintes et
contrôles, dépouillée de son sens critique et réflexif (Illich, 1975).
Références bibliographiques
ARSHAD Muhammad Sajid, JAVED Miral, SOHAIB Muhammad, SAEED Farhan, IMRAN Ali, ET
AMJAD Zaid, 2017, « Tissue Engineering Approaches to Develop Cultured Meat from
Cells: A Mini Review », Cogent Food & Agriculture, vol. 3, n° 1, p. 1320814.
14
BARNES, Barry et DUPRÉ, John, 2008, Genomes and what to make of them, Chicago,
University of Chicago Press.
BENJAMINSON, Morris A., GILCHRIEST, James. A. et LORENZ, Mark, 2002, « In vitro edible
muscle protein production system (mpps): Stage 1, fish », Acta Astronautica, vol. 51,
n° 12, p. 879-889.
BIDET, Alexandra et MACE, Marielle, 2011, « S’individuer, s’émanciper, risquer un style
(autour de Simondon) », Revue du MAUSS, vol. 38, no 2, p. 397-412.
BOUWMAN, Laura et TE MOLDER, Hedwig, 2009, « About evidence based and beyond: A
discourse-analytic study of stakeholders’ talk on involvement in the early
development of personalized nutrition », Health Education Research, vol. 24, no 2,
p. 253-269.
BORUP, Mads, BROWN, Nik, KONRAD, Kornelia et VAN LENTE, Harro, 2006, « The sociology of
expectations in science and technology », Technology Analysis & Strategic
Management, vol. 18, no 3-4, p. 285-298.
BROWN Nik, RAPPERT Brian et WEBSTER, Andrew, 2000, Contested futures. A sociology of
prospective techno-science, Aldershot, Ashgate.
BURGAT, Florence, 2017, L’Humanité carnivore, Paris, Seuil.
BURGAT, Florence et NORDMANN, Jean-François, 2011, « La viande in vitro : “rêve du
végétarien”, “cauchemar du carnivore” ? », Revue semestrielle de droit animalier,
no 2, p. 207-220.
CASTLE, David, CLINE, Cheryl, DAAR, Abdallah S., TSAMIS, Charoula et SINGE, Peter A, 2007,
Science, society, and the supermarket. The opportunities and challenges of
nutrigenomics, Wiley, Hoboken.
CHAMPY, Florent et LEPILLER, Olivier, 2016, « Le principe de précaution : robustesse
pragmatique et fragilité sociale », dans Sylvia Becerra, Michèle Lalanne et Julien
Weisbein (dir.), Faire face aux risques dans les sociétés contemporaines, Toulouse,
Octarès, p. 41-62.
DALGALARRONDO, Sébastien, 2004, Sida : la course aux molécules, Paris, Éditions de
l’EHESS.
DALGALARRONDO, Sébastien et HAURAY, Boris, 2015, « Les économies de la promesse anti-
âge. Le cas de la DHEA », Sciences Sociales et Santé, vol. 33, no 2, p. 5-30.
DUBUISSON-QUELLIER, Sophie (dir.), 2016, Gouverner les conduites, Paris, Presses de
Sciences Po.
DUCOURNAU, Pascal et BEAUDEVIN, Claire, 2011, « Génétique en ligne : déterritorialisation
des régulations de santé publique et formes de développement commercial »,
Anthropologie & Santé [en ligne], no 3 :
<https://journals.openedition.org/anthropologiesante/777>.
EDELMAN, P.D., MCFARLAND, D.C., MIRONOV, V.A., et MATHENY, J.G., 2005, « In vitro-cultured
meat production », Tissue Engineering, vol. 11, no 5-6 : 659-662.
EHRENBERG, Alain, 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.
FISCHLER, Claude, 2013, Les alimentations particulières, Paris, Odile Jacob.
15
FOUCAULT, Michel, 2001, Dits et écrits, tome 2 : 1976-1988, Paris, Gallimard.
FOURAT, Estelle et LEPILLER, Olivier, 2017, « Forms of food transition: Sociocultural factors
limiting the diets’ animalisation in France and India », Sociologia Ruralis, vol. 57, no 1,
p. 41-63.
FOURNIER, Tristan, 2012, « Suivre ou s’écarter de la prescription diététique. Les effets du
“manger ensemble” et du “vivre ensemble” chez des personnes
hypercholestérolémiques en France », Sciences Sociales et Santé, vol. 30, no 2, p. 35-
60.
FOURNIER, Tristan, 2014, « Face à l’injonction diététique, un « relativisme nutritionnel »
en France », SociologieS [en ligne], premiers textes : «
<https://journals.openedition.org/sociologies/4628>.
FOURNIER, Tristan et POULAIN, Jean-Pierre, 2017, « La génomique nutritionnelle :
(re)penser les liens alimentation-santé à l’articulation des sciences sociales,
biomédicales et de la vie », Natures Sciences Sociétés, vol. 25, no 2, p. 111-121.
GAUDILLIERE, Jean-Paul et JOLY, Pierre-Benoît, 2006, « Appropriation et régulation des
innovations biotechnologiques : pour une comparaison transatlantique », Sociologie
du travail, no 48, p. 330-349.
GOFFETTE, Jérôme, 2006, Naissance de l’anthropotechnie. De la médecine au modelage
de l’humain, Paris, Vrin.
HOCQUETTE, Jean-François, 2016, « Is in vitro meat the solution for the future? », Meat
Science, no 120, p. 167-176.
HOCQUETTE Jean-François, CASSAR MALEK Isabelle, PICARD Brigitte, et BAUCHART Dominique,
2010, « La viande de culture ou la viande sans animaux, réalité ou fiction ? », Séance
plénière de l’Académie de la Viande, Paris, 25 mai 2010.
HUBERT, Annie, 2000, « Alimentation et santé : la science et l’imaginaire », Cahiers de
nutrition et de diététique, vol. 35, no 5, p. 353-356.
ILLICH, Ivan, 1975, Némésis médicale. L’expropriation de la santé, Paris, Seuil.
KUTZ, Gregory, 2006, Nutrigenetic testing: Tests purchased from four web sites mislead
consumers, Washington DC, Government Accountability Office [en ligne] :
<http://www.gao.gov/new.items/d06977t.pdf>.
LANGELAAN, Marloes L. P., BOONEN, Kristel J. M., POLAK, Roderick B., BAAIJENS, Frank P. T.,
POST, Mark J., et VAN DER SCHAFT, Daisy W. J., 2010, « Meet the new meat: tissue
engineered skeletal muscle », Trends in Food Science & Technology, vol. 21, no 2,
p. 59-66.
LEMERLE, Sébastien, 2014, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en
France, Paris, PUF.
LEPILLER, Olivier, 2012, Critiques de l’alimentation industrielle et valorisations du naturel :
sociologie historique d’une « digestion » difficile (1968-2010), thèse de sociologie,
Toulouse, université de Toulouse II.
LEPILLER, Olivier, 2019 (à paraître), « La place des médias dans la relance de la critique de
l’alimentation industrielle : Le Nouvel Observateur et l’alimentation après la “vache
16
folle” », dans Doidy Eric et Gateau Matthieu (dir.), Reprendre la terre. Agriculture et
critique sociale, Nancy, Kaïros.
LEPILLER, Olivier, FOURAT, Estelle et MOGNARD, Élise, 2016, « Évolutions et facteurs
socioculturels de la consommation d’aliments d’origine animale en France et en
Europe : état des connaissances », dans Bertrand Dumont, Pierre Dupraz et al.
(coord.), Rôles, impacts et services issus des élevages et de leurs produits (rapport
d’expertise collective INRA-DEPE), Paris, INRA, p. 598-664.
LEROY, Frédéric et PRAET, Istvan, 2017, « Animal killing and postdomestic meat
production », Journal of Agricultural and Environmental Ethics, vol. 30, no 1, p. 67-86.
LEVENSTEIN, Harvey A., 2003 [1993], Paradox of Plenty: A Social History of Eating in
Modern America, Berkeley, University of Califonia Press.
LEMIEUX, Cyril, 2009, Le devoir et la grâce, Paris, Economica.
LUPTON, Deborah, 1995, The Imperative of Health. Public Health and the Regulated Body,
Londres, Sage.
MARTIN, Luther (dir.), 1998, Technologies of the self: A seminar with Michel Foucault,
Amherst, University of Massachusetts Press.
MATALON, Benjamin, 2003, « Crise de la science ou crise de la société ? », Les Cahiers de
psychologie politique [en ligne], no 4 :
<http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1373>.
MEMMI, Dominique, 2004, « Administrer une matière sensible. Conduites raisonnables
et pédagogie par corps autour de la naissance et de la mort », dans Didier FASSIN et
Dominique MEMMI (dir.), Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS,
p. 135-154.
PLESSZ, Marie, DUBUISSON-QUELLIER, Sophie, GOJARD, Séverine, BARREY Sandrine, 2016,
« How consumption prescriptions affect food practices: Assessing the roles of
household resources and life-course events », Journal of Consumer Culture, vol. 16,
no 1, p. 101-123.
POULAIN, Jean-Pierre, 2001, Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques,
Toulouse, Privat.
POULAIN, Jean-Pierre, 2009, Sociologie de l’obésité, Paris, PUF.
ROSE, Nikolas, 2007, The politics of life itself. Biomedicine, power, and subjectivity in the
twenty-first century, Princeton, Princeton University Press.
SAUKKO, Paula M., REED, Matthew, BRITTEN, Nicky et HOGARTH, Stuart, 2010, « Negotiating
the boundary between medicine and consumer culture: Online marketing of
nutrigenetic tests », Social Science and Medicine, vol. 70, no 5, p. 744-753.
SIEGRIST, Michael et SÜTTERLIN, Bernadette, 2017, « Importance of perceived naturalness
for acceptance of food additives and cultured meat », Appetite, vol. 113, p. 320-326.
STEINFELD, Henning, GERBER, Pierre, WASSENAAR, Tom, CASTEL, Vincent, ROSALES, Mauricio et
DE HAAN, Cees, 2006, Livestock’s long shadow, ROME, FAO.
17
STEPHENS, Neil et RUIVENKAMP, Martin, 2016, « Promise and ontological ambiguity in the
in vitro meat imagescape: From laboratory myotubes to the cultured burger »,
Science as Culture, vol. 25, no 3, p. 327-355.
WEBER, Max, 1971 [1921], Économie et société, tome 1 : Les catégories de la sociologie,
Paris, Plon.
WILKS, Matti et PHILLIPS, Clive C.J., 2017, « Attitudes to in vitro meat: A survey of potential
consumers in the United States », PLoS ONE, vol. 12, no 2:
<https://doi.org/10.1371/journal.pone.0171904>.
ZURR, Ionat et CATTS, Oron, 2004, « The Ethical Claims of Bio-Art: Killing The Other Or Self-
Cannibalism », Australian and New Zealand Journal of Art, vol. 5, n° 1, p. 167188.
... La viande in vitro, ou viande de culture, qui repose sur des techniques de culture de cellules animales en bioréacteurs, offre quant à elle de nouvelles promesses techniques : s'émanciper de la nécessité de mettre à mort des animaux pour manger de la viande et diminuer l'impact environnemental de l'élevage. Mais ces promesses, très dépendantes de la maîtrise technique de grands acteurs financiarisés, sont loin d'avoir fait la preuve de leur validité et soulèvent de nombreuses questions quant à l'autonomie des mangeurs (Fournier et Lepiller, 2019). Les alternatives végétales à la viande et aux produits laitiers avancent couramment l'argument marchand de leur richesse en « protéines ». ...
Chapter
Full-text available
Repenser nos alimentations, c’est repenser nos sociétés. Car partager un repas et même faire ses courses sont des moyens de se relier aux autres. La façon de nous nourrir construit notre santé. Nos modes de production agricole façonnent nos paysages et définissent notre place dans la nature. Gérer des ressources pour produire, pour transformer et pour distribuer les aliments fonde nos économies. Nos registres du comestible, nos cuisines et nos manières de table racontent nos cultures. Enfin, et surtout, manger est un plaisir… C’est en reconnaissant toutes ces dimensions avec une égale importance que cet ouvrage aborde les enjeux contemporains de l’alimentation. La proposition d’une écologie de l’alimentation s’ancre dans le double registre d’une science des relations et d’un engagement politique. Une telle approche permet de revisiter, parfois de façon inattendue, les mots d’ordre de l’alimentation durable. Elle vise aussi à nourrir les démarches citoyennes, publiques et privées engagées dans la transformation des systèmes alimentaires. Entre essai d’experts et récit illustré d’exemples tirés des quatre coins du monde, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux professionnels qu’à un grand public curieux des questions d’alimentation durable.
... The quest for 'better', which can be interpreted as the product of a society saturated with discourses of competition that force each of us to strive for maximum performance and to outdo ourselves [Ehrenberg, 1994], has obvious links with eugenicist thinking, which in its contemporary manifestations places the individual at the centre of the system and invites him/her to engage in 'intense self-exploitation' [Rosental, 2016: 62]. This exploitation is facilitated by techniques and technology, which are presented as life-saving and hold out a promise of empowerment [Fournier and Lepiller, 2019]. A responsible individual, then, who, through rational and daily honing of her/his body and her/his feelings, manages to fit her/himself appropriately to our society, its values and its norms [Bröckling, 2015]. ...
Article
Full-text available
The promise of self-optimization has colonized our everyday life. Individuals are now exhorted to optimize their body, their nutrition, their sexuality, their sleep, their physiological and cognitive performance, their biological and social life. In recent years this imperative towards maximization has made deep inroads into marketing discourse, public health programmes, personal development manuals and theories of how to age well. Transhumanist thinking, with its hyperbolic discourse on the inevitable transcendence of human nature, has emerged as one of the main centres of production and dissemination of an ethics of optimization. Transhumanist discourse is based on the premise that the process of biological evolution is suboptimal, thus legitimizing research into and implementation of new optimalities that could help to ensure that humans adapt to their environment. In this view, we must optimize life in order to survive. The concept of optimization is thus normalized as a continuation of human evolution. This idea of the perfectible body [Dévédec, 2015], understood through the lens of disability and dysfunction [Katz and Marshall, 2004], reinforces and converges with the contemporary representation of the ‘body project’ [Shilling 2012]. Thus it is suggested that the normality of everyday experience of a ‘healthy’ body has to be constructed through a set of activities of self-monitoring, self-control, and self-optimization.
... Pouvant être interprétée comme le produit d'une société saturée de logiques concurrentielles renvoyant chacun d'entre nous à la recherche de performance et de dépassement de soi [Ehrenberg, 1994], cette quête du « mieux » entretient des liens évidents avec la pensée eugéniste qui, dans ses évolutions contemporaines, place l'individu au centre du dispositif et l'invite à une « exploitation intensive de soi » [Rosental, 2016 : 62]. Cette dernière serait facilitée par la technique et la technologie, présentées comme salvatrices et portant une promesse d'autonomisation [Fournier & Lepiller, 2019]. Un individu plus responsable donc, qui, par un polissage rationnel et quotidien de son corps et de ses sensations, parviendrait à un ajustement idoine à notre société, à ses valeurs et à ses normes [Bröckling, 2015]. ...
Article
Résumé L’augmentation de la prévalence du diabète de type 2 conduit à porter une attention particulière aux outils de gestion et de prévention de la maladie. Les outils numériques pourraient être les leviers d’une autonomie accrue des patients. La recherche a porté sur les usages et perceptions d’outils numériques « alimentation », « activité physique », « diabète » utilisés par des individus diabétiques et pré-diabétiques. Trente-quatre entretiens approfondis ont été analysés. Les usages sont contrastés, différant selon l’appartenance sociale : les outils numériques viennent pallier les défauts de prise en charge du DT2. En dépit des limites et inconvénients qui leur sont propres – et dont les utilisateurs sont la plupart du temps bien conscients – ces outils offrent nombre d’avantages dans la gestion ou la prévention du diabète de type 2, et dans la demande d’autonomisation qui est adressée aux patients. Leur utilisation conduit à un accroissement d’une autonomie relationnelle, dans le contexte contraint d’une pathologie.
Article
Veganism: abolition through nutrition. Vitamin B12 supplements in a vegan diet This article shows how the invention and practice of a vegan diet, which excludes all animal foodstuffs, is based on a food technology: the use of vitamin B12 supplements. On the one hand, veganism constitutes an anthropological rupture with the incorporation of animals, with a view to repairing the living world and thus contributing to the moral progress of human beings. On the other hand, it is a way of overcoming the ills of the human body and thereby silencing its resistance to veganism. Becoming a vegan is a self-practice that relates to both asceticism and human enhancement.
Article
Full-text available
Cet article étudie d'un point de vue sociologique l'émergence de la génomique nutritionnelle, thématique scientifique née du Projet Génome Humain qui ambitionne de renouveler le diagnostic, la prévention et la prise en charge des pathologies chroniques dans lesquelles l'alimentation serait impliquée. Souvent présentée comme une révolution scientifique, elle permettrait de formuler avec plus de précision les facteurs de risque associés à chaque patrimoine (épi)génétique et donc d'envisager des recommandations nutritionnelles personnalisées. Après avoir défini ce domaine de recherches, l'article en présente les principaux enjeux (émergence de nouvelles formes de responsabilité et perturbation des modes de régulation sociale de l'alimentation) et tente de voir dans quelle mesure la génomique nutritionnelle contribue à re-problématiser le dialogue entre les sciences sociales, biomédicales et de la vie autour des liens alimentation-santé.
Article
Full-text available
Positivity towards meat consumption remains strong, despite evidence of negative environmental and ethical outcomes. Although awareness of these repercussions is rising, there is still public resistance to removing meat from our diets. One potential method to alleviate these effects is to produce in vitro meat: meat grown in a laboratory that does not carry the same environmental or ethical concerns. However, there is limited research examining public attitudes towards in vitro meat, thus we know little about the capacity for it be accepted by consumers. This study aimed to examine perceptions of in vitro meat and identify potential barriers that might prevent engagement. Through conducting an online survey with US participants, we identified that although most respondents were willing to try in vitro meat, only one third were definitely or probably willing to eat in vitro meat regularly or as a replacement for farmed meat. Men were more receptive to it than women, as were politically liberal respondents compared with conservative ones. Vegetarians and vegans were more likely to perceive benefits compared to farmed meat, but they were less likely to want to try it than meat eaters. The main concerns were an anticipated high price, limited taste and appeal and a concern that the product was unnatural. It is concluded that people in the USA are likely to try in vitro meat, but few believed that it would replace farmed meat in their diet.
Article
Full-text available
The act of animal killing affects the human psyche in manners that are culturally contingent. Throughout history, societal attitudes towards the taking of animal lives have mostly been based on deference and/or dominion. Postdomestic societies have evolved in fundamentally different ways. Meat production is abundant yet concealed, animals are categorized and stereotyped, and slaughter has become a highly disquieting activity. Increased awareness of postdomestic meat production systems raises a moral polemic and provokes disgust in some consumer segments. Overall, a heterogeneous set of solutions has emerged to deal with the societal upset and cognitive dissonance caused by animal slaughter. This includes the so-called carnism approach, a rise in animal welfare programs, a market demand for reassuring narratives, a rehabilitation of the metier of farmers and butchers, crowd butchering, neo-ritualism and home slaughter, the biotechnological exploration of “cultured meat” and “pain-free meat”, entomophagy, “meatless meat”, and the increasing proliferation of vegan and vegetarian lifestyles.
Book
Cet essai aborde sous un angle philosophique et anthropologique la question du futur visage de l'humain. Plus précisément, les pratiques médicales contemporaines montrent un ensemble de pratiques qui se démarquent de l'image habituelle du soin. En effet, elles ne visent plus à lutter contre la pathologie mais à "améliorer" l'homme. Sont concernés des domaines aussi différents que la procréation, l'esthétique, la force physique, l'intellect, l'affectivité, la sexualité, etc. L'avenir humain sera donc très probablement affecté de façon multiple. A la différence d'autres réflexions sur l'évolution biomédicale contemporaine, la démarche se construit à partir d'une méthodologie permettant de mieux cerner et décrire l'évolution des disciplines en cause (médecine, biologie, etc.). Une première hypothèse, la création d'une grande unité biomédicale disciplinaire, est ainsi rejetée au profit d'une seconde, la naissance d'un pôle de transformation de l'humain à des fins non médicales, appelée "anthropotechnie". Tant dans sa finalité que dans sa pratique concrète, celle-ci se démarque de la médecine. D'où un problème à la fois épistémologique et éthique, sur fond d'interrogation anthropologique concernant l'identité humaine, sa nature, sa plasticité, ses limites.
Article
Four experiments examined some factors influencing the perceived naturalness of food products and their biasing effect on risk perception. The results of Experiment 1a showed that three food additives displaying their respective E-numbers (i.e., codes for food additives in the European Union and Switzerland) decreased perceived naturalness. Experiment 1b demonstrated that mentioning possible health effects decreased the perceived naturalness of a plant-based food additive. This experiment further showed that it would not matter for perceived naturalness whether the food was synthetic or nature-identical. Moreover, the results of Experiments 2 and 3 suggested that the same risk associated with meat consumption was much more acceptable for traditionally produced meat compared with in-vitro meat. Experiment 3 further indicated that the perceived naturalness of the meat (i.e., traditional or cultured meat) had a full mediation effect on participants' evaluation of the acceptability of the risk of colon cancer associated with the meat consumption. Even if the new production method (i.e., cultured meat) was more environmentally friendly and less harmful to animals, the perceived lack of naturalness might reduce the acceptability of the risk associated with such a product. The present study provides evidence that consumers rely on symbolic information when evaluating foods, which may lead to biased judgments and decisions.