ArticlePDF Available

Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux-Québec

Authors:

Abstract

Résumé 1 Jusqu’à présent, les chercheurs se sont peu intéressés aux rapports qui unissent les processus de conservation et de mise en valeur du patrimoine (processus dits de patrimonialisation) et la participation citoyenne. Lorsqu’ils s’y sont intéressés, ils les ont surtout abordés dans la perspective des conflits qui sont susceptibles d’opposer les groupes de pression et les autorités politiques. Sur la base d’une approche qui prend appui sur l’analyse de discours, nous proposons, dans cet article, qu’en matière de patrimonialisation, la participation citoyenne s’inscrit plutôt dans une série de rapports complexes avec l’action publique, marqués tout autant par des partages que par des négociations et des tensions. Pour ce faire, nous prenons appui sur le cas du Vieux-Québec, quartier historique d’une superficie de 1,5 km ² qu’un important processus de patrimonialisation déployé à compter de l’après-guerre a érigé en « berceau de l’Amérique française ».
Tous droits réservés © Cahiers de géographie du Québec, 2019 Ce document est protégé par la loi sur le droit d’auteur. L’utilisation des
services d’Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d’utilisation que vous pouvez consulter en ligne.
https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Cet article est diffusé et préservé par Érudit.
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de
l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche.
https://www.erudit.org/fr/
Document généré le 30 mars 2020 11:48
Cahiers de géographie du Québec
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à
revisiter. Le cas du Vieux-Québec
Étienne Berthold
L’aménagement durable du territoire et la participation citoyenne :
une relation à penser
Volume 62, numéro 175, avril 2018
URI : https://id.erudit.org/iderudit/1057080ar
DOI : https://doi.org/10.7202/1057080ar
Aller au sommaire du numéro
Éditeur(s)
Département de géographie de l’Université Laval
ISSN
0007-9766 (imprimé)
1708-8968 (numérique)
Découvrir la revue
Citer cet article
Berthold, É. (2018). Patrimoine et participation citoyenne : une relation
complexe à revisiter. Le cas du Vieux-Québec. Cahiers de géographie du Québec,
62 (175), 59–79. https://doi.org/10.7202/1057080ar
Résumé de l'article
Jusqu’à présent, les chercheurs se sont peu intéressés aux rapports qui
unissent les processus de conservation et de mise en valeur du patrimoine
(processus dits de patrimonialisation) et la participation citoyenne. Lorsqu’ils
s’y sont intéressés, ils les ont surtout abordés dans la perspective des conflits
qui sont susceptibles d’opposer les groupes de pression et les autorités
politiques. Sur la base d’une approche qui prend appui sur l’analyse de
discours, nous proposons, dans cet article, qu’en matière de patrimonialisation,
la participation citoyenne s’inscrit plutôt dans une série de rapports complexes
avec l’action publique, marqués tout autant par des partages que par des
négociations et des tensions. Pour ce faire, nous prenons appui sur le cas du
Vieux-Québec, quartier historique d’une superficie de 1,5 km2 qu’un important
processus de patrimonialisation déployé à compter de l’après-guerre a érigé en
« berceau de l’Amérique française ».
Patrimoine et participation citoyenne : une relation
complexe à revisiter. Le cas du Vieux-Québec
Urban heritage conservation and civic
participation: A complex relationship.
The case of the Old City of Quebec
Patrimonio y participación ciudadana:
una relación compleja a revisar.
El caso del Viejo Quebec
Étienne BERTHOLD
Département de géographie, Centre de
recherche en aménagement et développement
(CRAD), Université Laval
etienne.berthold@ggr.ulaval.ca
Résumé
1
Jusqu’à présent, les chercheurs se sont peu intéressés aux rapports qui unissent les processus
de conservation et de mise en valeur du patrimoine (processus dits de patrimonialisation) et
la participation citoyenne. Lorsqu’ils s’y sont intéressés, ils les ont surtout abordés dans la
perspective des conflits qui sont susceptibles d’opposer les groupes de pression et les autorités
politiques. Sur la base d’une approche qui prend appui sur l’analyse de discours, nous proposons,
dans cet article, qu’en matière de patrimonialisation, la participation citoyenne s’inscrit plutôt dans
une série de rapports complexes avec l’action publique, marqués tout autant par des partages que
par des négociations et des tensions. Pour ce faire, nous prenons appui sur le cas du Vieux-Québec,
quartier historique d’une superficie de 1,5 km2 qu’un important processus de patrimonialisation
déployé à compter de l’après-guerre a érigé en « berceau de l’Amérique française ».
Mots-clés
Patrimoine, patrimonialisation, participation citoyenne, Vieux-Québec.
Abstract
Researchers have not paid enough attention to the relations between urban heritage
conservation and management, on the one hand, and civic participation, on the other hand.
Upon investigating theses relations, researchers have foremost focused on conflicts arising
between policy makers and lobbying groups. Starting from an approach relying on discourse
analysis, this article proposes that the relations between urban heritage conservation and civic
participation are made by the sharing of ideas, as well as negotiations and tensions with policy
makers. The article is based on the case of the Old City of Quebec. The Old City of Quebec, a
historic district stretched on 1.5 km2, has been the subject of heritage-making since the 1950s, a
process through which it has been perceived and described as the “birthplace of New France”.
Keywords
Heritage, heritage-making, civic participation, Old City of Quebec.
1 Je souhaite remercier les trois évaluateurs anonymes dont les commentaires judicieux ont permis de
bonifier le présent texte. Je remercie également le Fonds de recherche du Québec Société et culture
(FRQSC) pour son soutien à mes travaux.
Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018 Pages 59-79
.
60 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
Resumen
Hasta hoy, los investigadores se interesaron muy poco en las relaciones entre procesos de
conservación y valorización del patrimonio (patrimonialización) y participación ciudadana.
Cuando se interesaron, lo abordaron sobre todo en una perspectiva conflictiva, susceptible
de oponer grupos de presión y autoridades políticas. Basándonos en un análisis de discurso,
proponemos en éste artículo que, en patrimonialización, la participación ciudadana se sitúa en
un conjunto de relaciones complejas con la acción pública, esas relaciones se distinguen tanto
por divisiones que por negociaciones y por tensiones. Nos apoyamos en el caso del Viejo Quebec,
barrio histórico con una superficie de 1.5 km2, donde un importante proceso de patrimonialización
efectuado desde la post guerra, hizo de la ciudad “la cuna de la América Francesa”.
Palabras claves
Patrimonio, patrimonialización, participación ciudadana, Viejo Quebec.
Introduction
À l’instar de plusieurs autres collectivités à l’échelle occidentale, et même au-delà,
le Québec éprouve actuellement une « fièvre » patrimoniale. En effet, le nombre de
manifestations culturelles auxquelles la société reconnaît un caractère patrimonial
ne cesse d’augmenter, comme en témoignent, par exemple, la pratique du canot à
glace, qui a été reconnue au titre de patrimoine immatériel, en 2014, ou encore la
poutine (rien de moins !), qu’un mouvement culinaire sans précédent tente d’ériger en
symbole du patrimoine alimentaire québécois (Théorêt, 2007). Le dispositif législatif,
qui repose sur la Loi sur le patrimoine culturel (P-9.002), revêtant une conception
très large du patrimoine, explique en partie ce phénomène, mais pas entièrement.
Qu’il soit culturel ou naturel, matériel ou immatériel, le patrimoine jouit actuellement
d’une popularité grandissante à l’échelle internationale parce qu’il répond à des
préoccupations diversifiées, d’ordre identitaire tout autant que politique (Poulot,
2006), et parce qu’il traduit l’emprise qu’a le temps présent sur la construction des
référents culturels (Hartog, 2012).
Depuis plusieurs décennies, la prise de conscience de la place sans cesse plus
importante qu’occupe le patrimoine sur les scènes socioculturelle, économique
et politique a amené la communauté scientifique à s’intéresser aux processus de
valorisation et de mise en valeur du patrimoine et aux discours qui les sous-tendent.
L’étude de ces processus dits de patrimonialisation incite les chercheurs à porter
attention aux caractéristiques des objets, des ensembles et des héritages immatériels
mais, surtout, aux discours au contact desquels ces éléments acquièrent un statut
patrimonial (Poulot, 2006 ; Morisset, 2009 ; Berthold et Mercier, 2015).
La recherche a déjà mis en relief le rôle instigateur que sont susceptibles de jouer
les pouvoirs publics dans un processus de patrimonialisation (Graham et al.,
2000 ; Poulot, 2006 ; Berthold et Mercier, 2015). Elle a également porsur divers
aspects des relations qui unissent la mise en valeur du patrimoine et les habitants,
par exemple les rôles multiples que peuvent tenir ceux-ci dans un processus de
patrimonialisation (Jacquot, 2015) ou encore les dynamiques culturelles en vertu
desquelles des organisations internationales comme l’Organisation des Nations
unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ajustent leurs chartes
et conventions, depuis peu, pour tenir compte des préoccupations des citoyens
61
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
(Dormaels, 2012). En matière de patrimonialisation et de participation citoyenne à
proprement parler, les chercheurs ont largement porté leur attention sur le point de
vue des groupes d’intérêt (Greffe, 2004 ; Drouin, 2005 ; 2012 ; Smith, 2006 ; Groulx,
2011). Dans cette perspective, la participation citoyenne a surtout pu être interprétée
comme un phénomène monolithique marquant une opposition à l’action publique
déployée en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine.
En nous appuyant sur des perspectives d’étude actuelles, nous explorerons, dans
cet article, une autre facette des rapports entre la mise en valeur du patrimoine et
la participation citoyenne. Nous posons l’hypothèse qu’en matière d’étude de la
patrimonialisation, la participation citoyenne constitue un phénomène complexe et
hétérogène qui, du point de vue discursif, peut être analysé autant en termes de rapports
d’opposition que de négociation et de partage avec l’action publique et les projets
collectifs qu’elle véhicule. À cette fin, nous nous appuierons sur deux « figures » de la
participation citoyenne, soit le regroupement associatif et le groupe d’intérêt, dont nous
tenterons de dégager les rapports particuliers avec les processus de patrimonialisation.
Nous recourrons au cas du Vieux-Québec pour terrain d’étude. Quartier urbain d’une
superficie de 1,5 km2, le Vieux-Québec constitue un site patrimonial au titre de la Loi
sur le patrimoine culturel (figure 1). Il s’agit, par ailleurs, de l’élément central au cœur
de l’inscription de Québec sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO,
survenue en 1985. Le Vieux-Québec tire son originalité du fait qu’il est associé au
« berceau de l’Amérique française » (Berthold, 2013). Présente timidement depuis le
début du XXe siècle, cette représentation s’est imposée, surtout à compter de l’après-
guerre, dans le contexte du déploiement de l’idéologie moderniste en urbanisme et
de l’idéologie néonationaliste marquant l’émergence du Québec « moderne ». C’est
ainsi qu’au fil d’un processus discursif complexe, le Vieux-Québec a fait l’objet d’un
processus de patrimonialisation par l’entremise duquel il a pris la forme du quartier
historique de l’agglomération urbaine de Québec et du « lieu de naissance » du Québec
moderne. En fonction de nos objectifs dans cet article, nous nous intéresserons
exclusivement à la période allant du début des années 1950 jusqu’au milieu des années
1990, qui permet de mettre en relief les bases de la patrimonialisation du Vieux-
Québec (notamment la reconstruction de la place Royale, que nous examinerons) et
leur rapport avec la participation citoyenne.
2 Au préalable, un bref survol théorique
du patrimoine, de la patrimonialisation et de la participation citoyenne s’impose.
2 Il faut mentionner que Berthold et Mercier (2015) ont déjà analysé les phases subséquentes de la
patri monialisation du Vieux-Québec, phases auxquelles nous ne pourrons pas nous intéresser dans le
cadre limité du présent article.
62 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
Saint-Jean
Sainte-Famille
Saint-Pierre
Des Remparts
Saint-Paul
Saint-Louis
D’auteuil
St-Ursule
C
ô
t
e
d
u
P
a
l
a
i
s
C
h
a
r
l
e
v
o
i
x
Saint-Jean
Sainte-Famille
Dalhousie
Saint-Pierre
Des Remparts
Saint-Paul
Saint-Louis
D’auteuil
St-Ursule
C
ô
t
e
d
u
P
a
l
a
i
s
C
h
a
r
l
e
v
o
i
x
Rivière Saint-Charles
F
l
e
u
v
e
S
a
i
n
t
-
L
a
u
r
e
n
t
Petit-Champlain
Conception
: Département de géographie, Université Laval, 2018
Basse-ville du quartier historique
Hôtel-Dieu, secteur de la patrimonialisation des années 1950
Place-Royale, secteur de la patrimonialisation des années 1970 ss.
Colline
Parlementaire
Hôtel
de ville
Palais
Montcalm
Arsenal
Redoute
Château
Frontenac
Terrasse
Duerin
Basilique
Séminaire
Couvent
des Ursulines
Hôtel-Dieu
Cathédrale
anglicane
Place
d’Youville
Place-
Royale
39 291, 7 m2
L
I
M
ITE
DU
S
I
T
E
P
A
T
RIMO
N
IA
L
D
U
V
I
E
UX-QUÉ
B
EC
CITADELLE
PARC DES
CHAMPS-DE-BATAILLE
Quartier
Saint-Jean-Baptiste
Quartier
Saint-Roch
Quai
Saint-André
Lieu du projet IMAX
( 1990 ss.)
P
é
r
i
m
è
t
r
e
d
e
l
U
N
E
S
C
O
(
1
9
8
5
)
250 km
Figure 1 Le site patrimonial du Vieux-Québec
63
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
Du patrimoine à la patrimonialisation
Les recherches scientifiques portant sur le patrimoine, culturel tout autant que naturel,
foisonnent (Dorfman, 2002 ; Howard and Papayannis, 2012 ; Harrison, 2013). Un tel
phénomène s’explique de plusieurs façons. Il rend compte du cheminement qu’a
connu la conception du patrimoine à l’échelle occidentale au cours des dernières
décennies. Alimentée par de nombreux facteurs socioéconomiques et culturels des
quêtes d’identités déployées à différentes échelles territoriales jusqu’au mouvement de
l’économie touristique (Hobsbawm et Ranger, 1994 ; Morisset, 2009) la conception du
patrimoine s’est élargie, de façon considérable. Elle est désormais susceptible d’englober
des manifestations tout aussi diversifiées que le patrimoine bâti, le patrimoine mobilier
et le patrimoine culturel immatériel, comme l’illustre la définition servant de fondement
à la Loi sur le patrimoine culturel (P-9.002) : « Le patrimoine culturel est constitué de
personnages historiques décédés, de lieux et d’événements historiques, de documents,
d’immeubles, d’objets et de sites patrimoniaux, de paysages culturels patrimoniaux et
de patrimoine immatériel » (Gouvernement du Québec, 2011 : article 1).
En guise de « réponse » à la multiplication des patrimoines, les chercheurs ont mis
en avant une approche qui porte, d’abord et avant tout, sur les dynamiques et les
processus au fil desquels les objets, les ensembles d’objets et les héritages immatériels
acquièrent des significations sociales et un statut patrimonial (Graham et al., 2000 ;
Poulot, 2006 ; Morisset, 2009 ; Harrison, 2013). La communauté scientifique désigne
l’ensemble de ces dynamiques et de ces processus par le terme patrimonialisation
(terme tenu pour synonyme de construction patrimoniale ou de mise en patrimoine).
C’est cette approche que nous retenons dans le cadre de notre article.
La patrimonialisation et ses déterminants
Le courant d’étude des patrimonialisations puise une partie de ses racines dans le
paradigme poststructuraliste (Chartier, 1998). C’est ainsi que la patrimonialisation
est liée, de façon intrinsèque, aux discours que tiennent les acteurs sociaux. Ainsi
que l’a montré Foucault, les discours sont constitués d’énoncés qui s’inscrivent
dans des contextes socioéconomiques et idéologiques donnés. Ils prennent forme
dans une série de pratiques discursives « toujours déterminées dans le temps et dans
l’espace qui ont défini, à une époque donnée, et pour une aire sociale, économique,
géographique ou linguistique donnée, les conditions d’exercice de la fonction
énonciative » (Foucault, 1969 : 162).
La patrimonialisation est un processus discursif éminemment tributaire de
déterminants de plusieurs ordres, bien entendu, la culture (Poulot, 2006), mais aussi
l’économie touristique (Greffe, 2014), les valeurs foncières (Narwold et al., 2008 ;
Berthold, 2012a) et le cadre réglementaire et normatif, par exemple les prescriptions
qui émanent du système reposant sur la liste des sites du patrimoine mondial de
l’UNESCO (Van Oers et Pereira Roders, 2012).
3
3 La culture constitue sans doute l’un des concepts les plus difficiles de l’univers référentiel des
sciences sociales, au sein duquel il désigne minimalement l’ensemble de modes de vie et de pensées
caractéristiques d’une collectivité donnée en un moment donné, tout comme des symboles et du
langage qui rendent possible l’établissement des formes de communication entre les membres d’une
même société (Dumont, 1968 ; Barthes, 1970).
64 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
La patrimonialisation est indissociable d’une dimension politique. La conservation
et la mise en valeur du patrimoine répondent à un principe pédagogique qui consiste
à conférer aux individus un outil concret permettant de nourrir une conscience
historique et collective (Berthold, 2008). Dans l’histoire du patrimoine, à compter de
la modernité (soit à compter du XIXe siècle), c’est d’abord l’État qui s’est chargé de
pourvoir à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine et qui en a déployé
la fonction pédagogique (Guillaume, 1980 ; Choay, 1992 ; Poulot, 2006). Le rôle de
l’État en matière de patrimonialisation peut notamment s’expliquer par le souhait de
cet État d’alimenter les processus de création et de diffusion des identités nationales
qui sont inhérents au modèle de l’État-nation (Hobsbawm et Ranger, 1994). Mais la
dimension politique du patrimoine ne se limite pas au pouvoir de l’État. Par la relation
intime qu’il entretient avec le politique, le patrimoine, en tant que construction
discursive, est largement tributaire des idéologies et de la concurrence que celles-ci
se livrent. L’idéologie n’est pas exclusive au pouvoir de l’État, elle constitue un récit
susceptible d’être partagé et débattu beaucoup plus largement en société. Or, pour
saisir la portée de l’idéologie, il faut l’aborder à partir d’un regard cherchant à aller
au-delà des distorsions qu’elle suscite : comme l’a montré Ricoeur, l’idéologie n’est pas
que déformation ou distorsion de la réalité au profit de classes dominantes ; le récit
qu’elle nourrit sous-tend une fonction d’intégration (Ricoeur, 1997). Dans la même
perspective, les pratiques idéologiques, souligne Dumont, « sont un dédoublement
[…] Elles ne sont pas la réplique, encore moins la synthèse de la praxis […] Elles
sont donc la résultante d’une exégèse, d’une interprétation de l’infini domaine des
activités et des pensées des hommes. Elles constituent une herméneutique, devenue
pratique collective, du texte social » (1974 : 152). Dans ce texte, nous abordons la
patrimonialisation comme une opération collective de construction de sens qui ne
se réduit pas au pouvoir politique, mais qui implique, plus largement, une série de
partages discursifs, ou encore de tensions et d’oppositions, entre les acteurs qui
prennent part au processus de patrimonialisation.
Patrimonialisation et participation citoyenne
La portée idéologique de la patrimonialisation amène à constater que les discours
d’ordre patrimonial ne sont pas exclusifs à un groupe d’acteurs donné. Différents
types d’acteurs sont susceptibles de prendre part à un processus de patrimonialisation
à travers les discours qu’ils véhiculent. Les recherches scientifiques mettent surtout
en relief l’importance qu’ont les discours des pouvoirs publics dans un processus de
patrimonialisation (Noppen et Morisset, 2005). Une telle perspective a généralement
pour effet de réduire l’action citoyenne à une dynamique de contestation du pouvoir
politique (Greffe, 2004 ; Drouin, 2005 ; 2012 ; Smith, 2006 ; Groulx, 2011). Or, une
telle association ne permet pas de rendre compte de la complexité des relations qui
unissent la patrimonialisation et la participation citoyenne.
Alimentée directement par les principes de la démocratie participative, la participation
citoyenne s’inscrit dans un horizon politique qui marque une volonté d’appartenance
à la « cité » et d’avancement du bien commun sur un mode « du bas vers le haut »
(bottom-up). Elle va au-delà de la participation publique, qui peut être définie comme
un acte de participation aux décisions collectives au sein du gouvernement, d’une
institution publique ou d’un organisme de la société civile (Thibault et al., 2000), et
traduit une action et des pratiques discursives qui peuvent s’inscrire dans le cadre
65
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
de dispositifs participatifs formels ou en marge d’eux. Comme l’a démontré Nez
(2011), la participation citoyenne est indissociable d’une action militante, mais elle
prend appui sur une série de « savoirs » d’usage et de savoirs professionnalisants
susceptibles de s’inscrire tantôt dans une logique de dialogue et de communication,
tantôt dans une logique d’opposition avec les pouvoirs politiques et scientifiques
formalisés. C’est ainsi que la participation citoyenne en matière d’aménagement du
territoire et de patrimonialisation ne serait soluble entièrement ni dans une logique
d’opposition à l’action des pouvoirs publiques, ni dans l’action des groupes d’intérêt.
Dans la perspective poststructuraliste, il apparaît plus prudent d’aborder les divers
acteurs de la participation (les citoyens eux-mêmes, les regroupements associatifs,
les groupes d’intérêt) comme des agents qui prennent part à la construction et à la
diffusion des discours sur la base de leur expérience, tout comme de leurs savoirs et de
leurs pratiques. Ainsi, les citoyens constitueraient, en quelque sorte, des producteurs
à part entière de l’écosystème patrimonial (Morisset, 2009).
De ce point de vue, l’enjeu méthodologique général de notre article consiste en deux
éléments : 1) pouvoir déconstruire les processus de patrimonialisation à l’aune des
discours qui les structurent et des déterminants qui les sous-tendent (Foucault, 1969).
À cette fin, la perspective historienne (diachronique) est particulièrement utile, dans
la mesure où elle permet d’ordonner les différentes étapes jalonnant la construction
du patrimoine (Berthold, 2012b) ; 2) étudier plus spécifiquement les « rôles » que sont
susceptibles de jouer les divers types de savoirs liés à la participation citoyenne dans
les processus de patrimonialisation et dans la diffusion des discours qui s’y rattachent.
Notre perspective d’analyse des discours nécessite un traitement d’ordre qualitatif.
4
Elle repose sur de multiples sources, surtout primaires, dont une revue de presse
exhaustive concernant le Vieux-Québec. Tirée du journal Le Soleil, cette revue de
presse relate tous les événements majeurs survenus dans le secteur à compter de
1960 ; elle permet de retracer, avec une acuité particulière, les rouages des différentes
phases de la patrimonialisation du Vieux-Québec. Des documents d’archives de la
Ville de Québec provenant du fonds QD1 (Aménagement du territoire) complètent
de telles sources factuelles. Par ailleurs, pour documenter les différents aspects de la
participation citoyenne, et les discours qui y sont liés, nous disposons des archives du
Comité des citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de la Place Royale, de même que
du Comité des citoyens du Vieux-Québec (CCVQ), qui sont conservées aux archives
de la Ville de Québec (Fonds P87).
La patrimonialisation du Vieux-Québec et l’univers citoyen dans
la période de l’après-guerre : une nécessaire interrelation
Nous allons entamer notre étude en expliquant les bases du processus de patrimonialisation
dont le Vieux-Québec fait l’objet à compter de l’après-guerre en mettant en relief les discours
qui le structurent. Nous examinerons ensuite les rapports qui unissent la participation
citoyenne au processus de patrimonialisation naissant, lesquels seront marqués par une
forte mobilisation de savoirs d’usage et de savoirs professionnalisants au profit de l’éveil
de l’action publique, davantage que par une opposition à elle.
4 Pour un exposé détaillé de la méthodologie employée pour mener l’analyse de discours, voir Berthold
(2012b).
66 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
Sur le plan historique, l’intérêt pour la dimension patrimoniale du quartier Champlain,
que l’on désigne aujourd’hui « Vieux-Québec », n’apparaît pas de façon spontanée.
Il s’appuie d’abord sur un ensemble de commémorations au fil desquelles émerge
une conscience historique fondée sur le passé français et, de façon particulière, sur
la représentation de Québec comme berceau du Canada.
5 Des célébrations comme
celles des « pères fondateurs » (Mgr François de Laval en 1878, Samuel de Champlain
en 1898) ou encore, d’une façon plus importante, celle du tricentenaire de Québec, en
1908, participent directement à la construction de la représentation de Québec comme
berceau. En fonction des perspectives idéologiques en présence, qui confrontent les
nationalismes canadien-anglais et canadien-français, la représentation du berceau
est parfois associée à l’ensemble du Canada et, parfois, au seul Canada français
(Berthold, 2013). La reconstruction de l’enceinte des fortifications, qui survient à
compter du dernier tiers du XIXe siècle à l’instigation de Lord Dufferin, contribue
également au développement des représentations qui ont pour effet de valoriser le
caractère patrimonial de Québec (Noppen et Morisset, 1999).
Cependant, le processus de patrimonialisation du Vieux-Québec connaît une
impulsion sans précédent à compter des années suivant la Deuxième Guerre
mondiale. Cette impulsion est redevable du travail d’acteurs individuels et, surtout,
de petites organisations qui souhaitent la reconnaissance du caractère patrimonial
du Vieux-Québec et l’adoption de mesures de protection adéquates par les pouvoirs
publics. Ces organisations ne prennent pas la forme des groupes d’intérêt qui
émergeront au cours des années 1970. Il s’agit essentiellement de regroupements
associatifs, créés sur une base volontaire et élitique, fonctionnant en marge de
la sphère gouvernementale, laquelle, dans le domaine culturel, n’a alors pas le
déploiement dont elle disposera après les années 1960 : par exemple, la Société
historique de Québec, l’Association des architectes de la région de Québec, la
Chambre de commerce de Québec, le Comité pour la conservation des monuments
et sites historiques, la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec et la
Commission des monuments historiques (CMH) (Roy, 1995).
6
5 Comme le rappelle Chartier (1998), les représentations s’ébauchent sur la base d’une série de
perceptions à l’échelle individuelle, mais elles vont au-delà de celles-ci : elles se présentent comme
un mécanisme de mise à distance imagée de la réalité. De la sorte, les représentations entrent en jeu
directement dans la construction des discours.
6 Il convient de noter qu’au chapitre des organisations à l’œuvre après la Deuxième Guerre mondiale
dans la patrimonialisation du Vieux-Québec, seules ces deux dernières sont liées aux cadres officiels
de l’action publique. En effet, la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec a vu le jour à la
toute fin des années 1920 dans le sillage de l’entreprise de refrancisation de Québec (Roy, 1995). Elle a
charge notamment des grandes orientations d’aménagement du territoire (par exemple le déploiement
de la technique du zonage) du quartier Champlain (Vieux-Québec). Quant à la CMH, elle a été créée
en 1922 dans la foulée de l’adoption de la Loi relative à la conservation des monuments et des objets
d’art ayant un intérêt historique ou artistique. Composée de quatre commissaires et du sous-secrétaire
de la province de Québec, la CMH est liée au Secrétariat de la province de Québec et elle possède la
compétence de recommander au gouvernement le classement de monuments présentant un intérêt
historique et / ou artistique au titre des dispositions de la loi. Son statut est relativement enviable dans
la mesure où, même si elle n’est pas formellement intégrée à la structure de l’État comme peut l’être
un ministère, elle dispose d’un important pouvoir d’influence à une époque où rares sont les acteurs
sensibilisés à l’importance de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine. Dans les années
1960 et 1970, le statut et l’influence de la CMH se transformeront de façon considérable, alors que le
nouveau ministère de la Culture revendiquera le contrôle sur le champ patrimonial (Berthold, 2012b).
67
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
La patrimonialisation du Vieux-Québec est étroitement imbriquée dans le contexte de la
rénovation urbaine. À l’instar de nombreuses villes nord-américaines et européennes,
dans les années suivant la Deuxième Guerre mondiale, Québec entre dans le courant
de la rénovation urbaine (désignée, en anglais, sous l’expression urban renewal), qui
implique la modernisation de la trame et du tissu urbains dans la perspective d’un
urbanisme du réaménagement. D’importants documents de planification publiés à
ce moment contribuent à définir les grands paramètres normatifs des processus de
rénovation urbaine du point de vue de l’action publique. Par exemple, en 1956, les
architectes et urbanistes Jacques Gréber, Édouard Fiset et Roland Bédard signent
un Rapport sur l’aménagement de Québec et de sa région, qui propose d’inscrire la
planification de l’aménagement du territoire à l’échelle régionale, en plus d’instiguer
le processus qui mènera, quelques années plus tard, au réaménagement du secteur de
la « colline Parlementaire », en Haute-Ville. Bien entendu, le courant de modernisation
qui s’empare de Québec n’est pas qu’idéologique et normatif : il est également alimenté
par des préoccupations d’ordre économique, notamment le souhait de relancer les
investissements immobiliers et, par là, d’accroître l’assiette foncière et les revenus de
taxation de la Ville de Québec, alors qu’à l’échelle régionale sévit une vive compétition
entre les municipalités pour l’attraction des résidents.
7
D’un point de vue idéologique, le quartier Champlain (dit Vieux-Québec ou Québec
historique), c’est-à-dire le secteur intra-muros et une partie du périmètre de la Basse-
Ville, occupe une place primordiale dans la dynamique de la planification à l’échelle
régionale. Les grands documents de planification de la rénovation urbaine véhiculent
l’idée que le secteur doit être requalifié de façon à consacrer un environnement
marqué d’abord et avant tout par des fonctions d’ordre patrimonial et touristique
complémentaires à la modernisation dont font l’objet les secteurs de la colline
parlementaire et du quartier Saint-Roch.
8 L’interprétation est partagée, plus largement,
par plusieurs acteurs individuels, organisations et regroupements associatifs, comme
l’exprime sans détour un mémoire publié par la CMH, vers 1960, sous la main de son
architecte André Robitaille : « Il faut isoler le « Vieux Québec » de la ville moderne, en
créant une trame de circulation qui contournera le Vieux Québec, et un réseau d’accès
qui alimentera le Vieux Québec […] il ne s’agit pas de faire […] du Vieux Québec une
ville morte, il s’agit de changer les fonctions, de trouver de nouvelles fonctions qui,
elles, permettront la conservation des édifices et ensembles de valeur ».
9
L’amorce de patrimonialisation que connaît le Vieux-Québec dans les années de
l’après-guerre est fortement teintée du sceau de la participation citoyenne. Cette
participation est d’abord et avant tout marquée par l’expression, dans la sphère
publique, de préoccupations préservationnistes de la part d’acteurs individuels et,
surtout, de regroupements associatifs déployant des savoirs professionnalisants.
Ces acteurs et ces regroupements ont la particularité de participer directement et
concrètement à la construction du discours patrimonial auquel, en l’absence d’une
structure normative de poids comme celle qui caractérisera l’État des années 1960, ils
7 Archives de la Ville de Québec, QD7-04A / 1220-10, Devis d’étude de rénovation urbaine du Vieux-Québec.
8 Fort nombreuses sont, en effet, les prises de position qui militent en faveur de la conservation du
Vieux-Québec en vue de l’accroissement de sa fonction touristique. À ce sujet, voir notamment
Geronimi (2001).
9 BaNQ, 2007-05-005 / 9, Mémoire relatif à l’urbanisme et à la réglementation de la construction intra-
muros à Québec, sd, p. 4.
68 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
confèrent une notoriété et une portée de taille. Le projet d’agrandissement de l’Hôtel-
Dieu, dans la première partie des années 1950, constitue un élément central permettant
de prendre la mesure de la place incontournable qu’occupe l’action citoyenne dans
les premières phases de la patrimonialisation du Vieux-Québec.
En 1952, les Augustines de la Miséricorde de Jésus annoncent leur intention de
requérir, de la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec, la permission de
procéder à la construction d’un nouveau pavillon pour l’hôpital qu’elles dirigent depuis
les années 1640, l’Hôtel-Dieu du Précieux-Sang. Sis au cœur du secteur intra-muros,
l’hôpital, qui constitue une institution marquante du paysage local, a déjà fait l’objet de
plusieurs phases d’agrandissement (notamment en 1825 et en 1885). Dans le contexte
de l’après-guerre, marqué par de nombreuses mutations au sein du paysage urbain et
par l’augmentation de la population du quartier Champlain – qui se chiffre à plus de
11 000 habitants en 1951 –, le projet entraîne toutefois d’importantes discussions au
sein du milieu local. Nourries par les canaux médiatiques, ces discussions prennent
appui sur la crainte de voir disparaître plusieurs propriétés situées dans le secteur au
sud de l’hôpital (notamment sur la rue Charlevoix) où prendrait place l’agrandissement
projeté. Elles donnent l’occasion à des groupes de faire entendre leurs préoccupations
et de propager leurs savoirs professionnalisants. Au premier plan de ces groupes se
trouvent La Société de conservation du Vieux-Québec et Les Amis du Vieux-Québec.
Fondés pour l’occasion, ces associations comprennent des notables, des artistes et des
érudits, notamment l’historien Marcel Trudel et l’historien de l’art Gérard Morisset,
dont plusieurs vivent dans le secteur. Elles sont résolues à concourir à la conservation
et à la mise en valeur du caractère patrimonial du Vieux-Québec sur la base de la
collaboration avec les pouvoirs publics et de la diffusion de leur expertise, comme
l’expriment les statuts de fondation de La Société de conservation du Vieux-Québec :
« [La Société de conservation du Vieux-Québec souhaite] faire bénéficier les particuliers,
les pouvoirs publics et les organismes poursuivant des fins analogues, de l’expérience
acquise […] dans la préservation et la restauration de lieux et de sites anciens offrant
un intérêt historique ou architectural ou artistique ».
10
Dans l’immédiat, les préoccupations manifestées par les regroupements associatifs
comme La Société de conservation du Vieux-Québec et Les Amis du Vieux-Québec
n’empêcheront pas la démolition des bâtiments contenus dans le périmètre du projet
d’agrandissement de l’Hôtel-Dieu. Elles n’empêcheront pas, non plus, la construction
d’une tour d’une quinzaine d’étages, en 1955, destinée à conférer un caractère
« moderne » à l’institution hospitalière. À moyen terme, elles conféreront toutefois une
si forte consistance au discours préservationniste qu’elles contribueront directement
à propager, au sein de la sphère publique, l’idée associant le Vieux-Québec à un lieu
de mémoire national. Sur le plan politique, cette idée connaîtra sa toute première
consécration en 1963 lorsque le gouvernement du Québec, alors en pleine période
d’affirmation néonationaliste et de développement de sa fonction publique, décrétera
l’arrondissement historique du Vieux-Québec (Roy, 1995). Limité, pour l’essentiel,
au secteur intra-muros et à celui de la place Royale, l’arrondissement sera agrandi
l’année suivante pour englober, au nord-ouest, le district de la paroisse Notre-Dame-
de-la-Paix, soit le secteur adjacent à la Gare du Palais.
10 Archives de la Ville de Québec, M3-3A / 0530-04, La société de conservation du Vieux-Québec Inc.
Buts, sd, p. 1.
69
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
C’est ainsi que la première phase de la patrimonialisation du Vieux-Québec est nourrie
directement par la participation citoyenne, sous-tendue de façon particulière par
l’expression de savoirs professionnalisants déployés aux fins de la reconnaissance, de la
conservation et de la mise en valeur du caractère historique et patrimonial du secteur.
La patrimonialisation du Vieux-Québec en territoire étatique :
pouvoirs publics et participation citoyenne autour du chantier
de reconstruction de la place Royale
Au milieu des années 1960, le processus de patrimonialisation du Vieux-Québec est
bien en marche. Le décret de l’arrondissement historique lui a conféré un premier
jalon législatif d’importance, mais ce jalon n’est pas suffisant. En effet, à l’époque,
ce geste se veut une réponse immédiate à la dynamique de la rénovation urbaine et
aux préoccupations manifestées par les acteurs, les organisations et regroupements
associatifs. Le législateur ne prévoit pas de plan systématique de conservation pour
l’arrondissement historique. L’entrée en scène du ministère de la Culture et l’action
que mène celui-ci dans le secteur de la place Royale au tournant des années 1960
promet toutefois de modifier l’ordre des choses : en planifiant et en déployant un
imposant chantier de reconstruction destiné à « redécouvrir » et à mettre en valeur
cette place publique oubliée de la partie basse du quartier historique, l’État pose un
geste concret, inscrit dans la matérialité de la ville, en faveur de la reconnaissance
de la valeur du Vieux-Québec comme lieu de mémoire national pour les Québécois.
Au milieu de cette conjoncture, la participation citoyenne redessine son rapport à
la patrimonialisation : elle en partage toujours les idéologies dominantes, mais elle
doit se subordonner au rôle d’avant-plan joué par les pouvoirs publics. À cette fin,
apparaît une nouvelle « instance », le comité de citoyens, qui s’inscrit d’abord dans
une dynamique de collaboration avec l’État.
Sise dans la partie de la Basse-Ville du quartier historique, la place Royale porte une
longue histoire qu’il n’entre pas dans nos objectifs de raconter (voir plutôt Noppen et
Morisset, 2003). Il convient toutefois de mentionner que cette place, d’une superficie
approximative de quatre hectares, est connue, jusqu’aux premières décennies du
XXe siècle, comme la « place du marché », en référence au marché public (marché
Champlain) adjacent. Sur le plan immobilier, au tournant des années 1950, la place
Royale abrite un parc relativement désuet. Certaines propriétés plongent leurs racines
dans l’histoire des XVIIe et XVIIIe siècles, mais la majorité, beaucoup plus récentes,
rejoignent l’âge moyen des propriétés du secteur (1866). Sur le plan populationnel (un
volet qu’il n’entre pas non plus dans nos objectifs de caractériser en détail [voir plutôt
Berthold, 2012b]), la place Royale abrite une population aux statuts socioéconomiques
diversifiés. Au milieu des années 1960, on trouve, dans le secteur élargi de la place
Royale qu’on appelle la paroisse Notre-Dame-des-Victoires, près de 980 habitants
dont certains résident dans le secteur depuis plus d’un demi-siècle (Berthold, 2012b).
À compter de l’après-guerre, la place Royale occupe une place privilégiée dans les
discours patrimoniaux qui jalonnent la construction de la représentation de Québec
comme berceau de l’Amérique française. L’intérêt qu’elle suscite ne provient pas d’une
controverse comme celle qui s’observe dans le sillage du projet d’agrandissement
70 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
de l’Hôtel-Dieu. Il s’explique plutôt par la conviction qu’ont plusieurs acteurs,
organisations et regroupements associatifs que la place Royale, parce qu’elle a abrité
l’habitation de Champlain, constitue le lieu d’origine de l’« aventure française en
Amérique ».
11 Cette conviction, faut-il dire, est directement renforcée par le contexte
de l’après-guerre et l’idéologie moderniste qui la sous-tend, laquelle attribue à la
place Royale une valeur historique intrinsèque à l’échelle du Vieux-Québec, comme
l’exprime le rapport Le logement à Québec (1962). Ce rapport souligne que le secteur
Notre-Dame-des-Victoires constitue « la plus vieille partie de Québec », mais qu’« il
existe à Québec peu de zones aussi essentiellement impropres à l’habitation, en
particulier à l’habitation familiale » (Commission d’enquête sur le logement dans la
cité de Québec, 1962 : 203, 205, dans Berthold, 2012b : 125).
La restauration de la « Maison Chevalier » et la reconstruction de la « Maison Fornel »,
menées toutes deux à la fin des années 1950 et au début des années 1960 sous
l’impulsion de la CMH, de son président, Paul Gouin, de son secrétaire, Gérard
Morisset, et de son architecte principal, André Robitaille, marquent un jalon en faveur
de la restauration de la place Royale.
12 Celle-ci est amorcée au début des années 1970,
dans le contexte du retour au pouvoir du Parti libéral du Québec et de la ratification
d’une Entente Québec-Canada portant sur le développement de zones spéciales,
assortie d’une importante enveloppe budgétaire. Menée sous l’égide du ministère des
Affaires culturelles, qui a vu le jour quelques années auparavant mais qui dispose
déjà d’une importante expertise en matière d’études patrimoniales (architecture,
histoire de l’art, archéologie), et du ministère des Travaux publics, la restauration de
la place Royale prend appui sur un parc immobilier composé de plus de 50 immeubles
qui ont été acquis par l’État, petit à petit, à compter de la fin des années 1950. Au fil
d’investissements avoisinant les 20 millions de dollars, une vingtaine d’habitations,
au total, font l’objet d’interventions majeures de la part des restaurateurs, que ce
soit dans une perspective de restauration ou carrément de reconstruction (Noppen
et Morisset, 2003). Du haut des années 1970, il appert que la restauration de la place
Royale aura sans doute permis de redécouvrir le berceau de l’« aventure française en
Amérique », mais au prix d’un chantier de reconstruction ponctué par une gouvernance
chaotique empreinte d’une atmosphère de secret (Noppen, 1993 ; Berthold, 2012b).
Les importants travaux menés sur les propriétés du secteur de la place Royale à compter
de l’été 1970 ont pour effet de susciter la délocalisation de franges considérables de
la population locale. Ce processus débute à la fin de cette année-là. Il se poursuit au
fil des grands jalons du chantier de reconstruction. La situation est particulièrement
névralgique à la suite des opérations de l’été 1973, qui entraînent le déplacement
d’une vingtaine de ménages.
13
11 À cet égard, l’influence de l’historiographie française du premier tiers du XXe siècle, surtout celle de
Gabriel Louis-Jaray et de Gabriel Hanotaux, est grande sur le récit patrimonial ; celui-ci en délaisse
la dimension politique, étroitement liée au contexte néocolonial français en Afrique du Nord et en
Indochine, mais retient l’esprit de la « grande aventure » qu’elle met de l’avant : celle d’un Empire
français en Amérique forgé par de courageux pionniers auxquels la Conquête (1760) a ravi le
continent, mais pas l’honneur. Voir notamment (Hanotaux, 1913 : 99, 113).
12 Il faut mentionner que plusieurs autres regroupements associatifs d’importance, comme le Comité pour
la conservation des monuments et sites historiques et la chambre de commerce de Québec, concourent
directement au mouvement conduisant à la reconstruction de la place Royale (Berthold, 2012b : 117).
13 BAnQ, 1976-00-066 / 133, direction des monuments historiques, Maisons : Place Royale, p. 5.
71
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
Le déploiement des opérations entourant le chantier et la délocalisation des populations
qui s’ensuit suscitent un mouvement immédiat sur le plan de la participation citoyenne.
Ce mouvement prend appui sur la création d’un comité de citoyens, en l’occurrence
le Comité des citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de Place Royale. Tributaire
du travail bénévole de figures bien connues du milieu local, comme Jean-Robert
Pouliot, qui en est le président, et Fernand Marquis, curé de la paroisse Notre-Dame-
des-Victoires, ce comité fonde sa légitimité sur la fine connaissance qu’il possède du
secteur et, tout particulièrement, des familles qui y vivent. La défense et la promotion
de l’habitation à caractère familial, faut-il dire, sont au cœur des préoccupations de
plusieurs résidents du secteur, du moins ceux qui s’expriment par la voie médiatique
(Duchesne, 1970). Le Comité des citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de Place
Royale poursuit ainsi des objectifs relativement simples qui consistent, pour l’essentiel,
à s’assurer que le « moins grand nombre possible de familles résidant encore à Place
Royale [soient] chassées à cause de [la] restauration », mais aussi à donner une « priorité
d’accès aux logements rénovés […] [aux] résidents de Notre-Dame-des-Victoires » et,
finalement, à obtenir une « réduction appréciable du prix de ces logements à la faveur
des résidents de Notre-Dame-des-Victoires » (Marquis et Pouliot, 1978 : 2). Dans l’esprit
du comité, il s’agit ainsi de faire en sorte « que Place Royale et Notre-Dame-des-Victoires
ne deviennent jamais le lieu privilégié d’un seul groupe, mais bien le chez-nous et le
rendez-vous de toutes les classes de la société du Québec » (Ibid.). Une telle position
revêt la forme d’un plaidoyer contre la gentrification du secteur, vers laquelle inclinent
les grands documents de planification de la rénovation urbaine du Vieux-Québec et,
notamment, le Concept général de réaménagement du Vieux-Québec ; ce document,
publié en 1970, milite pour la requalification fonctionnelle du parc immobilier du Vieux-
Québec à la faveur de petits logements destinés à accueillir de jeunes professionnels
célibataires ou en couple.
14
Pour parvenir à ses fins, le Comité des citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de
Place Royale se donne le mandat d’entretenir un dialogue soutenu avec les pouvoirs
publics responsables du chantier, avec lesquels il transige essentiellement sur le mode
de la « bonne entente ». En l’absence d’un dispositif participatif formel spécifiquement
conçu pour encadrer la participation citoyenne en matière d’aménagement du territoire
à Québec (Bhérer, 2006), le Comité doit lui-même instiguer la tenue de rencontres de
discussion et d’échange avec les autorités gouvernementales. À en croire un mémoire
que l’organisation publie en 1978, la stratégie n’est pas dépourvue d’utilité : « Le Comité
des citoyens de Notre-Dame-des Victoires a toujours eu accès auprès des organismes
gouvernementaux chargés de la restauration et de la rénovation de Place Royale »
(cité dans Bisson, 1987 : 93). Sur ce plan, à moyen terme, l’épreuve des faits donnera
probablement raison à la stratégie déployée par le Comité : une enquête menée sur le
terrain, en 1995, une fois les travaux de restauration de la place Royale pratiquement
complétés, révèle que, sur un échantillon de 38 unités d’habitation, 17 sont occupées
par des résidents qui avaient été délocalisés par les opérations des années 1970, qui
sont revenus vivre dans le secteur et à qui l’État a consenti une réduction moyenne
de 30 % sur le prix de leur logement (Ville de Québec, 1995).
14 Concept difficile parce qu’il suscite une intense activité discursive, la gentrification fait partie du
vocabulaire courant des études de géographie et de sociologie urbaines. On en doit la toute première
définition à la sociologue anglaise Ruth Glass qui la définit comme un mouvement d’accaparement d’un
parc immobilier traditionnellement dévolu à des populations ouvrières par une classe de professionnels
favorisés sur le plan socioéconomique. Les interprétations contemporaines de la gentrification sont
évidemment plus nombreuses et diversifiées.
72 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
Ainsi, la deuxième phase de la patrimonialisation du Vieux-Québec est, elle aussi, bien
marquée du sceau de la participation citoyenne, mais à un titre différent : le Comité des
citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de Place Royale y investit des savoirs d’usage
fondés sur une connaissance fine des habitants et des familles qu’abrite le secteur.
De l’opposition à la concertation : le CCVQ et la dynamique de
la participation citoyenne dans ce secteur à compter du milieu
des années 1970
Les années 1970 ne font pas que susciter une participation citoyenne conçue sur le
mode de l’échange avec les pouvoirs publics. Elles sont également marquées par
l’expression d’un autre type de regroupement associatif prenant, d’abord et avant
tout, la forme du groupe d’intérêt qui exerce une action militante déployée en fonction
d’objectifs politiques. Dans le secteur à l’étude, le principal représentant en est le
CCVQ. Au moment où il voit le jour, en 1975, ce comité ressemble aux organisations
citoyennes à l’œuvre dans les secteurs adjacents à l’arrondissement historique du
Vieux-Québec, notamment le quartier Saint-Jean-Baptiste des groupes comme
le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste manifestent leur opposition, parfois avec
véhémence, aux dynamiques de la rénovation urbaine et aux effets qu’elle peut avoir
sur la trame et sur les populations urbaines (Robitaille, 1978 ; Bhérer, 2006).
Sur le plan idéologique, le CCVQ n’endosse pas directement la perspective marxiste,
alors bien en vogue dans les mouvements de contestation de la rénovation urbaine.
Sa principale occupation consiste à dénoncer l’idéologie moderniste héritée de
l’urbanisme d’après-guerre. Le Comité s’oppose ouvertement à certains aspects de la
spécialisation fonctionnelle que les années 1960 ont assignée au Vieux-Québec au sein
de l’agglomération, principalement ceux qui ont trait aux fonctions de divertissement
et de récréation attribuées au quartier historique. Comme le mentionne un mémoire
daté de 1977, « pas plus que le centre-ville […] on ne doit pas [sic] transformer [l’]
arrondissement [historique de Québec] en « red light » et drainer vers ce secteur toute la
fonction de divertissement de la région de Québec » .
15 La première décennie d’existence
du CCVQ est essentiellement marquée du sceau de la confrontation avec les pouvoirs
publics. Mû par l’objectif politique de protéger coûte que coûte la fonction résidentielle,
le Comité orchestre notamment une mobilisation locale soutenue contre la prolifération
des bars et des bistros dans le Vieux-Québec. Cette mobilisation suscitera de fortes
pressions sur les autorités politiques municipales et provinciales, et elle pavera la voie
à l’émergence du premier règlement unifié de zonage dans l’arrondissement historique
du Vieux-Québec, soit le règlement 2474, adopté en 1977.
La position de confrontation politique qu’épouse le Comité est alimentée indirectement
par l’absence d’un dispositif participatif privilégiant la concertation entre les différents
acteurs impliqués dans les débats publics. En effet, à compter de 1974, il existe bien
un organisme chargé de regrouper les diverses organisations intéressées par la
conservation et la mise en valeur du Vieux-Québec (dont le CCVQ). Il s’agit du Comité
de rénovation et de mise en valeur du Vieux-Québec. Mais, comme l’expriment ses
15 Archives de la Ville de Québec, Fonds P87, CCVQ, Mémoire du Comité des citoyens du Vieux-Québec
au sujet du projet de contingentement concernant les groupes d’usage : hébergement, restauration et
divertissement, du ministère des Affaires culturelles du Québec, septembre 1977, p. 9.
73
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
statuts de fondation, cet organisme revêt essentiellement un caractère consultatif : « Ce
comité joue un rôle consultatif auprès du Comité exécutif et du Conseil municipal […]
[son mandat consiste à] étudier […] toute question susceptible de contribuer à la
mise en valeur, à la rénovation et à l’animation du Vieux-Québec ».
16 De surcroît, le
Comité de rénovation et de mise en valeur du Vieux-Québec n’a pas juridiction sur
l’ensemble du Vieux-Québec, notamment sur le secteur de la place Royale dont la
gouverne revient, comme nous l’avons mentionné précédemment, au gouvernement
provincial. Le caractère consultatif et formel du Comité de rénovation explique la
position critique que nourrit le CCVQ à son endroit (Garon et Boisvert, 2005 : 33).
La patrimonialisation du Vieux-Québec prend une nouvelle direction au début des
années 1980. Les autorités politiques, la Ville de Québec et Parcs Canada en tête
travaillent de façon soutenue pour obtenir l’inscription de Québec sur la Liste des sites
du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’inscription est accordée en 1985, au titre des
critères iv et vi qui, dans l’ensemble, mettent en valeur les éléments patrimoniaux que
constituent les fortifications et la place Royale. L’opération de patrimonialisation prend
des proportions jamais vues dans le secteur puisqu’elle s’étend désormais à l’univers
de la propriété privée qui, jusque-là, avait été laissée pour compte (Berthold et Mercier,
2015). Une entente (toujours en vigueur) est ratifiée entre la Ville de Québec et le
ministère de la Culture, laquelle vise à soutenir les propriétaires souhaitant rénover
des portions importantes ou structurantes de leur propriété (toits, fenêtres, portes,
escaliers, etc.). Un autre programme est créé par la Ville de Québec afin de favoriser la
reconstruction des nombreux bâtiments du secteur qui, au fil des années, avaient été
incendiés. Les deniers publics considérables investis dans les processus de rénovation
ou de reconstruction des propriétés privées ne tardent pas à porter leur fruit : à la fin
des années 1990, le parc immobilier privé et public du Vieux-Québec se trouve dans
un bien meilleur état de conservation que 30 ans auparavant et cela résulte en grande
partie d’importants investissements privés (Berthold et Mercier, 2015).
Entre 1983 et 1986, les activités et prises de position du CCVQ sont considérablement
réduites en raison d’un manque d’implication bénévole. Elles reprennent à nouveau,
d’une façon soutenue et active, en 1987 sous l’impulsion de membres dynamiques
(notamment Louis Germain, Jacques Lamarche, Carole Marsot et Claudette Blais) qui
entendent continuer à faire valoir les intérêts du Vieux-Québec mais, à la différence
notable de leurs prédécesseurs, dans une perspective visant la concertation avec
les pouvoirs publics. L’inscription de Québec sur la liste des sites du patrimoine
mondial a suscité un grand engouement au sein du milieu local (Morisset, 2016), et
le patrimoine constitue un des points majeurs autour desquels gravitent dorénavant
les échanges dans l’arène publique. La nouvelle mouture du CCVQ y est tellement
attachée qu’elle a révisé les statuts de fondation de l’organisme pour y enchâsser
la conservation et la mise en valeur du patrimoine de l’arrondissement historique :
« Le Comité doit protéger et mettre en valeur l’arrondissement historique du Vieux-
Québec […] dans une perspective d’un ensemble urbain vivant et habité » (Garon et
Boisvert, 2005 : annexes). À cet égard, la particularité de l’approche du CCVQ post-
1987 consiste à ériger les savoirs d’usage, acquis sur la base de la fréquentation et de
la pratique quotidiennes du secteur, en expertise d’une inestimable valeur, gage de
la conservation du caractère vivant et habité du Vieux-Québec, comme l’exprimait
16 Archives de la Ville de Québec, QP1-3C / 1648,12, Comité de rénovation et de mise en valeur du Vieux-
Québec, Mandat du comité, sd, sndp.
74 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
directement Jacques Lamarche, président du Comité entre 1990 et 1994, à deux
étudiants du département de sociologie de l’Université Laval :
On peut prendre la parole du point de vue des citoyens, qui est un point de vue d’expert en
quotidienneté. La vie quotidienne dans le Vieux-Québec et la qualité de la vie et la beauté
des lieux, l’animation des lieux, l’authenticité, l’originalité des lieux. C’est tout ça, la qualité
de vie. C’est donc un point de vue intégré de développement et de l’animation. À ce titre-là,
les fonctionnaires de la ville, du ministère, de la SODEC [Société de développement des
entreprises culturelles], sont des spécialistes au mieux, de l’urbanisme, de la gestion. Ils
ne vivent pas la quotidienneté. Nous avons cette expertise […] Comme c’est du patrimoine
habité, les habitants sont importants et ce sont les gardiens naturels du site patrimonial.
C’est les héritiers, parce que les gens qui habitent là, en principe, il y a des résidents,
comme des ambassadeurs […] (Garon et Boisvert, 2005 : 38-39).
Sur le plan participatif, le contexte de la fin des années 1980 est différent de celui
qui prévalait 10 ans auparavant : la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (C. A-19),
adoptée en 1979, a renforcé les dispositifs visant la participation publique en
instituant notamment les comités consultatifs d’urbanisme, lesquels sont conçus
de façon à permettre l’expression de la diversité des parties prenantes au débat
démocratique au sein d’un territoire donné. En vertu de ses particularités historiques
et géographiques, le Vieux-Québec dispose (jusqu’au début des années 2000) de deux
comités consultatifs (Haute-Ville et Basse-Ville) au sein desquels le CCVQ occupe un
siège. L’action du CCVQ n’est pas déployée que dans le cadre des comités consultatifs,
mais ces derniers offrent un levier de choix aux visées de concertation du Comité
des citoyens, qui excluent le recours à la politique de la « chaise vide ». Des gains
sont ainsi obtenus dans la foulée de la participation active aux travaux des comités
consultatifs, notamment l’encadrement plus strict de la circulation automobile et des
autocars touristiques, alors que d’autres sont redevables de positions prises en marge
d’eux. C’est le cas du choix de localisation du projet de cinéma IMAX mis de l’avant
au début des années 1990, qui devait originellement prendre place dans le secteur
du Vieux-Port mais qui, sous l’effet d’une mobilisation collective orchestrée par le
CCVQ, a finalement été déplacé en périphérie ouest de l’agglomération, à même le
centre commercial Les Galeries de la Capitale.
En somme, cette troisième phase de la patrimonialisation du Vieux-Québec, qui est
toujours en cours, est, elle aussi, teintée directement du sceau de la participation
citoyenne. Abordée sur la base du cas du CCVQ, qui constitue l’acteur le plus important
en la matière dans le secteur, cette participation change de forme radicalement au
tournant des années 1980 : elle passe de l’opposition à la quête d’une concertation
marquée par le déploiement de savoirs d’usage qui présentent le citoyen comme un
expert de son quartier.
Discussion et conclusion
Dans cet article, nous avions l’objectif d’explorer une autre facette, méconnue mais
non moins féconde et porteuse sur le plan scientifique, des rapports susceptibles de
s’instaurer entre la patrimonialisation et la participation citoyenne. À cette fin, nous
avons pris appui sur une approche qui aborde le patrimoine comme un processus de
construction sociale alimenté par des pratiques discursives, de même que par divers
déterminants. Au départ, nous envisagions des rapports de participation citoyenne
en matière patrimoniale susceptibles de prendre tout autant la forme de l’adhésion
que de la contestation. Bien entendu, notre position reposait fondamentalement sur
75
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux Québec
le fait que l’étude de la patrimonialisation (du moins, telle que nous la concevons)
est indissociable de l’étude des pratiques idéologiques qui la structurent, lesquelles
constituent le véhicule par excellence des partages, tout comme des oppositions
discursives susceptibles de se former entre les pouvoirs publics aux commandes d’un
processus de patrimonialisation et les citoyens.
Nous avons donné une acception relativement classique au concept de citoyenneté
en l’interprétant comme un acte politique de participation à l’édification de la « cité »
et du bien commun, davantage qu’en abordant le citoyen du point de vue empirique
comme un simple riverain témoin d’une opération de patrimonialisation. Bien
entendu, l’un n’exclut pas l’autre et, dans les faits, notre traitement suggère que les
deux perspectives sont souvent complémentaires.
Nous avons inscrit notre étude des rapports entre la patrimonialisation et la
participation citoyenne dans un double registre en postulant que cette dernière est
susceptible de prendre appui sur des savoirs d’usage et des savoirs professionnalisants
qui peuvent parfois être enchevêtrés. Nous postulions d’emblée que ces savoirs ne
sont pas exclusifs à une forme ou à une autre de participation citoyenne, mais qu’ils
sont plutôt susceptibles de se retrouver à la fois au sein du regroupement associatif
apolitique des années de l’après-guerre et du groupe d’intérêt tel qu’on le connaît de
nos jours à des degrés variables en fonction des contextes et des caractéristiques des
dispositifs participatifs, notamment.
À cet égard, les résultats de notre recherche semblent appuyer nos intuitions. La
première conjoncture de la patrimonialisation que nous avons examinée celle
qui a pris racine dans le contexte de l’après-guerre et à laquelle la controverse de
l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu a fourni un leitmotiv fondamental a mis en scène
des savoirs citoyens professionnalisants. Émanant de la production d’érudits et de
scientifiques reconnus, ces savoirs ont été placés au service des discours visant, au
premier chef, la conservation du patrimoine et l’édification de la référence nationale,
en l’absence de compétences adéquates du côté des pouvoirs publics.
En ce qui concerne la deuxième conjoncture de la patrimonialisation que nous avons
étudiée celle qui a mis en scène la reconstruction de la place Royale au service de la
construction de l’identité nationale elle a surtout été témoin de la manifestation de
savoirs d’usage au sein de la participation citoyenne. Le contexte social, fort différent,
était maintenant marqué par la rénovation urbaine ; et les formes de la participation
citoyenne le reflétaient. À cet égard, une première constatation doit mériter notre
attention : la participation citoyenne ne s’est pas opposée fondamentalement à
l’idéologie de la rénovation urbaine ; elle en a cependant rejeté un aspect majeur :
la disparition de l’habitation de type familial à la place Royale. C’est d’ailleurs, en
grande partie, la crainte de la disparition de l’habitation de type familial à la place
Royale et, plus largement, dans le Vieux-Québec qui a amené le Comité des citoyens
de Notre-Dame-des-Victoires et de Place Royale à établir sa stratégie, laquelle a
consisté en l’établissement d’un dialogue ouvert et d’une négociation bonne-ententiste
avec les pouvoirs politiques. Dans son entreprise, ce comité de citoyens a déployé
essentiellement des savoirs d’usage relevant de l’expérience quotidienne du lieu.
Finalement, la troisième conjoncture de la patrimonialisation que nous avons
étudiée, celle qui a pris place au tournant des années 1980 et qui a été marquée à la
fois par l’inscription de Québec sur la liste des sites du patrimoine mondial et par la
76 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
hausse soutenue des pratiques de restauration privée, s’est également nourrie de la
participation citoyenne. Elle a vu les paradigmes de l’action citoyenne muter d’une
façon considérable, passant de la bonne entente, à l’opposition, puis à la quête de
la concertation. L’étude du cheminement et des positions du CCVQ démontre que
la participation citoyenne a continué de se nourrir des savoirs d’usages, mais que,
sous l’impact du discours du « résident-expert de son quartier », ces savoirs ont
pratiquement été érigés en savoirs professionnalisants.
Notre analyse souligne qu’en matière de patrimonialisation, la participation citoyenne
peut germer en l’absence d’instances participatives, comme l’illustrent les démarches
préservationnistes observées dans la période d’après-guerre et, surtout, la nature du
dialogue que le Comité des citoyens de Notre-Dame-des-Victoires et de Place Royale a
développé avec les pouvoirs publics pendant les années 1970. Or, l’étude de la mouture
post-1987 du CCVQ rappelle toutefois que la présence d’un dispositif participatif
adéquat est susceptible de renforcer considérablement les modalités d’expression de
la participation citoyenne, ainsi que les résultats auxquels elle concourt en matière
de conservation du patrimoine urbain.
Nos analyses, il faut le souligner, sont tributaires du corpus de données que nous possédons.
Or, bien que ce corpus repose sur une revue de presse exhaustive, de même que sur les
archives des deux comités de citoyens étudiés et sur diverses archives municipales en
matière d’aménagement du territoire, il n’est pas infaillible. Des entrevues semi-dirigées
avec les acteurs de l’époque auraient sans doute permis de le bonifier.
Ainsi que nous l’avions entrevu au départ, il est donc possible de nuancer l’approche
dominante qui, dans l’historiographie, réduit les rapports entre la patrimonialisation
et la participation citoyenne à l’opposition des groupes de pression. L’ensemble de
notre étude suggère plutôt que ces rapports sont marqués par des dynamiques de
négociation, d’accord et, parfois aussi, d’opposition sur le fond du partage (partiel)
des idéologies sous-jacentes à la patrimonialisation.
Du coup, sur le plan théorique, notre étude confirme l’applicabilité des approches
discursives forgées au contact du paradigme poststructuraliste à l’analyse des rapports
qui unissent la patrimonialisation et la participation citoyenne. Ainsi, le chercheur
doit porter une grande attention aux discours qui servent de véhicule privilégié aux
idéologies structurant la patrimonialisation. Dans cette perspective, il faut toutefois
reconnaître l’importance de l’approche herméneutique de l’idéologie qu’ont développée
Paul Ricoeur et Fernand Dumont. En effet, ce sont les idéologies qui, parce qu’elles se
présentent comme des récits portant un vouloir de vérité, permettent les négociations
identitaires. Une telle posture suggère d’ailleurs qu’il est légitime de poser le
« problème » de l’interprétation du point de vue poststructuraliste, tout en soulignant,
comme l’a fait Foucault dans un texte publié en 1967, qu’à cet égard, l’interprétation
émane davantage de l’interprète lui-même que d’un signifié originel (Foucault, 1967).
Aborder les rapports entre la patrimonialisation et la participation citoyenne comme
un mécanisme complexe ponctué de négociation, de partage et d’opposition constitue
une voie féconde pour la recherche ultérieure. Cette voie pourrait, par exemple, être
transposée dans le champ de l’aménagement du territoire qui, par-delà la localisation
optimale des grands équipements collectifs, traduit un ensemble de conceptions du
bien commun dont plusieurs débats actuels, au Québec tout comme à l’extérieur,
rendent compte avec une acuité particulière.
77
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux-Québec
Bibliographie
BARTHES, Roland (1970) Mythologies. Paris,
Seuil.
BERTHOLD, Étienne (2008) Patrimoine et
pédagogie. Une étude de cas des patri-
monialisations de l’île d’Orléans et de
la place Royale de Québec aux 19e et
20e siècles. Québec, Institut national de
la recherche scientifique – Urbanisation
Culture Société, thèse de doctorat.
BERTHOLD, Étienne (dir.) (2012a) Les quartiers
historiques : pressions, enjeux, actions.
Québec, Presses de l’Université Laval.
BERTHOLD, Étienne (2012b) Patrimoine,
culture et récit. L’île d’Orléans et la place
Royale de Québec. Québec, Presses de
l’Université Laval.
BERTHOLD, Étienne (2013) La construction de
la représentation de Québec et de sa région
comme berceau de l’Amérique française
(XIXe XXe siècles). Dans Sophie Linon-
Chipon, Raymonde L’Italien et Hélène
Richard (dir.) Les représentations de la
Nouvelle-France et de l’Amérique du Nord.
Paris, Les Éditions du Comité des travaux
historiques et scientifiques, p. 181-194.
BERTHOLD, Étienne et MERCIER, Guy (2015)
La spéculation immobilière : moteur
méconnu de la patrimonialisation. Dans
Lucie K. Morisset (dir.) S’approprier la ville.
Québec, Presses de l’Université du Québec,
p. 237-251.
BHÉRER, Laurence (2006) Le cheminement
du projet de conseils de quartier à Québec
(1965-2006) : un outil pour contrer l’apolitisme
municipal ? Politiques et sociétés, vol. 25, no
1,
p. 31-56.
BISSON, Lucie (1987) Projet Place Royale.
Bilan d’une intervention étatique. Québec,
Université Laval, Département d’histoire,
mémoire de maîtrise.
CHARTIER, Roger (1998) Au bord de la falaise.
L’histoire entre certitudes et inquiétude.
Paris, Albin Michel.
CHOAY, Françoise (1992) L’allégorie du
patrimoine. Paris, Seuil.
COMITÉ DE RÉNOVATION ET DE MISE
EN VALEUR DU VIEUX-QUÉBEC (1970)
Concept général de réaménagement du
Vieux-Québec. Québec.
DORFMAN, Eric (dir.) (2002) Intangible
heritage. New perspectives on natural
objects. Londres, Routledge.
DORMAELS, Mathieu (2012) Global ou local :
la place des habitants dans le patrimoine
mondial. Dans Étienne Berthold (dir.)Les
quartiers historiques. Pressions, enjeux,
actions. Québec, Les Presses de l’Université
Laval, p. 109-132.
DUCHESNE, Vianney (1970) Les citoyens
de Place Royale parlent du terrorisme
des rénovateurs. Le Soleil, Québec,
23 décembre 1970, p. 17.
DUMONT, Fernand (1968) Le lieu de l’homme.
La culture comme distance et mémoire.
Montréal, Éditions HMH.
DUMONT, Fernand (1974) Les idéologies.
Paris, Presses Universitaires de France.
DROUIN, Martin (2005) Le combat du
patrimoine à Montréal (1973-2003).
Québec, Presses de l’Université du Québec.
DROUIN, Martin (2012) De la démolition des
taudis à la sauvegarde du patrimoine bâti
(Montréal, 1954-1973). Revue d’histoire
urbaine, vol. 41, no
1, p. 22-36.
FOUCAULT, Michel (1967) Nietzsche, Freud,
Marx. Cahiers de Royaumont, tome VI,
p. 183-200.
FOUCAULT, Michel (1969) L’archéologie du
savoir. Paris, Gallimard.
GARON, Patrik et BOISVERT, Amélie (2005)
La parole citoyenne en mutation. Le
Comité des citoyens du Vieux-Québec de
1975 à 2015. Québec, Université Laval,
Département de sociologie, rapport final.
GERONIMI, Martine (2001) Imaginaires
français en Amérique du Nord : géographie
comparative des paysages patrimoniaux
et touristiques du Vieux-Québec et du
Vieux Carré à la Nouvelle Orléans.
Québec, Université Laval, Département de
géographie, thèse de doctorat non publiée.
78 Cahiers de géographie du Québec Volume 62, numéro 175, avril 2018
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2011) Loi sur
le patrimoine culturel (P-9.002). Québec,
Publications du Québec.
GRAHAM, Brian, ASHWORTH, Greg J. et
TUNBRIDGE, John E. (2000) A geography
of heritage: Power, culture and economy.
New York, Oxford University Press.
GREFFE, Xavier (2004) Is heritage an asset or
a liability? Journal of Cultural Heritage,
vol. 5, no
3, p. 301-309.
GREFFE, Xavier (2014) La trace et le rhizome.
Les mises en scène du patrimoine culturel.
Québec, Presses de l’Université du Québec.
GROULX, Patrice (2011) La patrimonialisation
au regard de l’histoire et de l’inter-
disciplinarité. Dans Étienne Berthold et
Nathalie Miglioli (dir.) Patrimoine et histoire
de l’art au Québec : enjeux et perspectives.
Québec, Presses de l’Université Laval.
GUILLAUME, Marc (1980) La politique du
patrimoine. Paris, Galilée.
HANOTAUX, Gabriel (1913) La France vivante
en Amérique du Nord. Paris, Hachette.
HARRISON, Rodney (2013) Heritage: Critical
approaches. Londres, Routledge.
HARTOG, François (2012) Régimes
d’historicité. Présentisme et expériences
du temps. Paris, Points.
HOBSBAWM, Eric et RANGER, Terence O.
(dir.) (1994) The invention of tradition.
Cambridge, Cambridge University Press.
HOWARD, Peter et PAPAYANNIS, Thymio (dir.)
(2012) Natural heritage at the interface of
nature and culture. Londres, Routledge.
JACQUOT, Sébastien (2015) Politique de
valo risation patrimoniale et figuration
des habitants en banlieue parisienne
(Plaine commune). ÉchoGéo, vol. 33
[En ligne]. https://journals.openedition.
org/echogeo/14317#quotation
MARQUIS, Fernand et POULIOT, Robert-
Jean (1978) Mémoire de monsieur le
curé Fernand Marquis et de monsieur
Jean-Robert Pouliot. Comité des citoyens
de Notre-Dame des Victoires et de Place-
Royale, Québec, présenté à la soirée de
consultation du mercredi 18 octobre 1978.
MORISSET, Lucie K. (2009) Des régimes
d’authenticité. Essai sur la mémoire patri-
moniale. Québec, Presses de l’Université de
Québec et Rennes, Presses Universitaires
de Rennes.
MORISSET, Lucie K. (2016) L’effet patrimoine
mondial. Continuité, vol. 148, p. 26-28.
NARWOLD Andrew, SANDY, Jonathan et TU,
Charles, (2008) Historic designation and
residential properties values. International
Real Estate Review, vol. 11, no
1, p. 83-95.
NEZ, Héloïse (2011) Nature et légitimité des
savoirs citoyens dans l’urbanisme parti-
cipatif. Une enquête ethnographique à
Paris. Sociologies, vol. 2, no
4, p. 387-404.
NOPPEN, Luc (1993) Place-Royale, chantier de
construction d’une identité nationale. Dans
Patrick Dieudonné (dir.) Villes reconstruites :
du dessin au destin. Paris, L’Harmattan.
NOPPEN, Luc et MORISSET, Lucie K. (1999)
Québec de roc et de pierres. La capitale en
architecture. Québec, Multimondes.
NOPPEN, Luc et MORISSET, Lucie K. (2003)
Au cœur de la ville marchande. Place-
Royale : la valorisation architecturale de la
fonction marchande. Québec, Société de
développement des entreprises culturelles.
NOPPEN, Luc et MORISSET, Lucie K. (2005)
Les églises du Québec : un patrimoine à
réinventer. Québec, Presses de l’Université
du Québec.
POULOT, Dominique (2006) Une histoire du
patrimoine en occident. Paris, Presses
Universitaires de France.
RICOEUR, Paul (1997) L’idéologie et l’utopie.
Paris, Seuil.
ROBITAILLE, André (1978) La perception
du Vieux-Québec par ses résidents.
Québec. Université Laval, Département
de géographie, mémoire de baccalauréat
non publié.
ROY, Alain (1995) Le Vieux-Québec, 1945-1963.
Construction et fonctions sociales d’un lieu
de mémoire national. Québec, Université
Laval, Département d’histoire, thèse de
doctorat non publiée.
79
Patrimoine et participation citoyenne : une relation complexe à revisiter. Le cas du Vieux-Québec
SMITH, Laurajane (2006) Uses of heritage.
Londres et New York, Routledge.
THÉORÊT, Charles-Alexandre (2007) Maudite
poutine ! L’histoire approximative d’un plat
populaire. Montréal, Éditions Héliotrope.
THIBAULT, André, LEQUIN, Marie et
TREMBLAY, Mireille (2000) Cadre de
référence de la participation publique
(démocratique, utile et crédible). Proposé
pour avis aux citoyens actifs du Québec.
Québec, Gouvernement du Québec et
Conseil de la santé et du bien-être.
VAN OERS, Ron et PEREIRA RODERS, Ana (2012)
Historic cities as model of sustainability.
Journal of Cultural Management and
Sustainable Development, vol. 2, no
1, p. 4-14.
VILLE DE QUÉBEC SERVICE DE L’AMÉ-
NAGEMENT DU TERRITOIRE (1995) Étude
de rentabilité financière : parc immobilier
Place Royale. Rapport présenté au ministère
de la Culture et des Communications.
Québec, Centre de documentation.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
En 1954, le dépôt du plan Dozois prévoyait l’élimination d’une zone de taudis en vue de la construction du projet d’habitation sociale connue sous le nom des Habitations Jeanne-Mance. En se lançant dans une telle opération, la Ville de Montréal posait un premier geste concret pour enrayer un mal qui affectait les quartiers centraux : la dépréciation du cadre bâti ancien. Le geste peut également s’inscrire dans la genèse d’un mouvement pour la conservation du patrimoine. En explorant l’histoire de l’aménagement urbain à Montréal jusqu’à la création de l’association Sauvons Montréal en 1973, il est possible d’observer la transformation du regard posé sur l’environnement bâti. La juxtaposition des notions de taudis et de patrimoine permet en effet de se placer au coeur d’une mutation qui transforma radicalement la manière d’aménager la ville.