ArticlePDF Available

Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des rhizomes de Curcuma longa Linn.

Authors:
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13452
Journal of Applied Biosciences 132: 13452 - 13460
ISSN 1997-5902
Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au
vin de palme des rhizomes de Curcuma longa Linn.
Etame-Loe Gisèle
1
, Dibong Siegfried Didier*
(1,2)
, Yinyang Jacques
1
, Elimbi Manga
1
, Ngoule Charles
Christian
1
, Kidik Pouka Catherine
1
, Ngene Jean Pierre
1
, Tankeu Séverin Elisée
2
, Okalla Ebongue Cécile
1
,
Ngaba Guy Pascal
1
, Nda Meffo Jean Pierre
1
, Nnanga Nga Emmanuel
1
1 Département des Science, Pharmaceutiques, Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques, Université
de Douala, B.P. 2701 Douala, Cameroun
2 Département de Biologie des Organismes Végétaux, Faculté des Sciences, B.P. 24157 Douala, Cameroun
* Auteur de la correspondance : email : didierdibong@yahoo.fr; tél : (+237) 696 243 392/676 652 378
Original submitted in on 5
th
September 2018. Published online at www.m.elewa.org on 31
st
December 2018
https://dx.doi.org/10.4314/jab.v132i1.6
RESUME
Objectif : L’étude menée a été de contribuer à l’évaluation de la toxicité aiguë et subaiguë de l’extrait au vin de
palme des graines de Cucurma longa Linn. (cucurma)
Méthodologie et Résultats : L’extrait a subi un screening phytochimique et sa qualité microbiologique approuvée
suivant la Pharmacopée Européenne. L’essai de toxicité aiguë a été mené sur des souris femelles de Mus
musculus à la dose 2000 mg/kg. L’essai de toxicité subaiguë
a été réalisé sur une période de 28 jours, avec 4
lots de 6 rats (3 mâles et 3 femelles albinos de la souche Wistar). Le lot I a reçu 1 ml/100 g d’eau distillée et les
lots II, III et IV l’extrait aux doses 200, 400 et 800 mg/kg respectivement. Le screening phytochimique a révé
la présence d’alcaloïdes, de tanins, phénols et sucres réducteurs. Les tests de qualité microbiologique n’ont
révélé aucun germe. L’administration à dose unique de l’extrait n’a entrainé aucun décès. La DL
50
de l’extrait
est donc supérieure à 2000 mg/kg. A doses répétées pendant 28 jours, l’extrait a contribué à une croissance
pondérale non significative chez les rats à toutes les la doses chez les rats mâles et femelles. En outre, il a
engendré également chez une augmentation de l’aspartate aminotransférase (ASAT) et de l’alanine
aminotransférase (ALAT) aux trois doses de l’extrait chez les deux.
Conclusion et Application : L’étude a permis de montrer que l’extrait au vin de palme des rhizomes de Curcuma
longa Linn. a une DL
50
supérieure à 2000 mg/kg et est favorable à la production d’un médicament traditionnel
amélioré, après les tests précliniques et cliniques.
Mots clés : Curcuma longa, rhizomes, vin de palme, toxicité, souris, rats
ABSTRACT
Study of acute and subacute toxicity of extract from the palm wine of rhizomes of Curcuma longa Linn.
Objective: The study was to contribute to the evaluation of the acute and subacute toxicity of the palm wine
extract of seeds of Carica papaya Linn.
Methodology and Results: The extract underwent a phytochemical screening and its microbiological quality
approved according to the European Pharmacopoeia. The acute toxicity test was conducted in female Mus
musculus mice at a dose of 2000 mg/Kg. The subacute toxicity test was conducted over a 28-day period, with 4
batches of 6 rats (3 males and 3 albinos of the Wistar strain). Lot I received 1 mL/100 g of distilled water and
lots II, III and IV extracted at doses of 200, 400 and 800 mg/Kg respectively. Phytochemical screening revealed
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13453
the presence of alkaloids, tannins, phenols and reducing sugars. Microbiological quality tests revealed no
contamination. The single-dose administration of the extract resulted in no deaths. The LD50 of the extract was
therefore greater than 2000 mg/Kg. At repeated doses for 28 days, the extract contributed to insignificant weight
growth in rats at all dose levels in male and female rats. In addition, it also resulted in an increase of ASAT and
ALAT at all three doses of the extract in both.
Conclusion and Application: The study showed that the palm wine extract of Curcuma longa Linn rhizomes has
an LD50 greater than 2000 mg/Kg and is favorable to the production of an improved traditional medicine, after
the preclinical and clinical tests.
Keywords: Curcuma longa, rhizomes, palm wine, toxicity, mice, rats
INTRODUCTION
Le fonctionnement physiologique cellulaire normal
regroupe un ensemble de mécanismes dont
l’équilibre peut être influencé par des facteurs
pathogènes ou non. Face à cette perturbation de
l’organisme, plusieurs processus de défense et de
régulation entrent en jeux parmi lesquels
l’inflammation, qui est une réponse biologique
transitoire de l’organisme à des stimuli exogènes
(blessure, fracture) ou endogènes (toxine, antigène)
faisant intervenir plusieurs médiateurs dont les
radicaux libres parmi les principaux (Campbell &
Denizeau, 2004). Dans les circonstances
quotidiennes normales, les radicaux libres sont
produits en permanence en faible quantité comme
les médiateurs tissulaires ou les résidus des
réactions énergétiques ou de défense et cette
production physiologique est parfaitement maîtrisée
par des systèmes de défense, d'ailleurs adaptatifs
par rapport au niveau de radicaux présents.
Cependant, une réaction inflammatoire prolongée ou
déréglée associée à une surproduction radicalaire
joue un rôle important dans le développement
certaines anomalies (Hu and Stempfer, 2003). D’une
manière générale certaines maladies chroniques
liées au dysfonctionnement de l’inflammation
Contribuent fortement à l'augmentation des coûts
des soins de santé pour la société entrainant un
accès difficile aux médicaments. C’est ainsi qu’en
1978, l’Organisation Mondiale de la Santé s’est
résolument engagée dans la revalorisation de la
pharmacopée traditionnelle afin de pouvoir satisfaire
les besoins de santé des populations. A l’heure
actuelle, les substances naturelles dans les plantes
sont encore le premier réservoir de nouveaux
médicaments. Elles représentent près de 60% des
médicaments, dont nous disposons. Les 40%
restants ou médicaments de synthèse sont souvent
nées de la synthèse chimique de molécules ou
parties de molécules naturelles prises comme tête de
séries (Fouché et al., 2000). Selon l’Organisation
Mondiale de la Santé 80% de la population africaine
a recours à la médecine traditionnelle. Cependant, il
est important de noter que l’usage de certains
médicaments traditionnels faits à base de plante, du
fait de la complexité du l’organisme humain peuvent
avoir des interactions avec celui-ci pouvant être à
l’origine des effets toxiques. En effet, des études
mettent en exergue les effets toxiques à court,
moyen et long terme des extraits de plantes ayant
des propriétés biologiques établies (Ayoola et al.,
2008). Curcuma longa est une plante originaire de
l’Inde mais présente dans la flore camerounaise, son
Rhizome est notamment connu pour posséder
plusieurs activités thérapeutiques parmi lesquelles
antimicrobienne, anticancéreuse, analgésique et
hémostatique (Jurenka, 2009). L’objectif général de
cette étude a été d’évaluer la toxicité aiguë et
subaiguë de l’extrait au vin de palme de graines de
Cucurma longa Linn. Les objectifs spécifiques ont
été de : calculer le rendement de l’extraction,
déterminer les différents métabolites secondaires,
contrôler la qualité microbiologique de l’extrait,
estimer la toxicité aiguë et la toxicité subaiguë de
l’extrait au vin de palme.
MATÉRIEL ET MÉTHODES
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13454
Matériel : Le matériel végétal était constitué des
rhizomes fraichement récoltés dans la localité de Manjo,
appartenant à un département de la région du littoral du
Cameroun appelé Moungo (Photo 1). L’échantillon était
constitué des rats de souche Wistar des deux sexes avec
comme critères d’inclusion : rats sains, nullipares et non
gravides (pour les femelles) et critères d’exclusion : rats
malades, multipares et/ou gravides (pour les femelles).
Des souris Mus musculus femelles avec comme critères
d’inclusion : souris saines nullipares et non gravides et
critères d’exclusion : souris femelles malades, multipares
et/ou gravides.
Photo 1: Feuilles et rhizomes du Curcuma longa Linn.
Méthodologie : Préparation des échantillons : Le
matériel végétal a subi de nombreuses opérations, afin
d’obtenir des différents extraits (Figure 1). Les extraits à
l’éthanol et à l’hexane ont été établis pour une
comparaison avec l’extrait au vin de palme au niveau
screening phytochimique. Le rendement d’extraction (R) a
été calculé selon la formule :
R= (masse de l’extrait sec/ masse de la drogue fraiche)
x100
Figure 1 : Processus d’obtention des extraits
Criblage phytochimique : Le criblage phytochimique a
permis de caractériser in vitro les métabolites secondaires
présents dans les extraits. Les tests des saponosides,
triterpénoïdes, tanins, réduction des sucres, stéroïdes,
flavonoïdes, alcaloïdes, phénols, coumarines, 2,2-
diphenyl-1-picrylhydrazil et d’anthraquinones ont été
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13455
réalisés en se basant sur les procédures standard
(Harbone, 1973 ; Sofowora, 1993).
Test de la qualité microbiologique : Le contrôle de la
qualité microbiologique de l’extrait s’est fait suivant les
normes établies par la Pharmacopée Européenne de
2008 (Tableau 1).
Tableau 1 : Méthode de dénombrement
Dénombrement des
Coliformes Totaux
Dénombrement des
Coliformes Fécaux
Dénombrement des
Salmonelles
Dénombrement des
levures et
moisissures totaux
Milieux de
culture
Mc conkey
Mc conkey
Sabouraud
Hektoen
Pri
ncipe
Incubation
37 ± 1 °C pendant
24 ± 2 h.
44 ± 1 °C pendant 24
± 2 h.
de 25 ± 1 °C pendant
72 ± 2 h.
37 °C pendant 24 ± 3
h
Colonies
caractéristiques
Colonies rouges
entourées d’un halo
opaque. Diamètres
des colonies 0,5
mm.
Colonies rouges
entourées d’un halo
opaque. Diamètres
des colonies 0,5
mm.
Colonies blanches.
Colonies typiques de
salmonelles
Test de toxicité aigüe : L’essai de toxicité aigüe a été
mené suivant la méthode de « l’ajustement des doses »
de la ligne 425 de l’OCDE (2008) à la dose de 2000
mg/kg. L’essai a été réalisé sur 6 souris femelles Mus
musculus et leur comportement a été observé ainsi que le
nombre de décès sur une période de 14 jours. Après 15 h
de jeûne, elles ont été réparties de la façon suivante : lot
témoin constitué de 3 femelles recevant de l’eau distillée,
à raison de 10 ml/kg ; lot expérimental constitué de 3
femelles recevant l’extrait, à raison de 2000 mg/kg. Une
observation comportementale a été réalisée 3 h après
administration des substances. Ensuite une hydratation et
une alimentation ont été effectuées de façon quotidienne
pendant 14 jours. Pendant cette période, les signes de
toxicité notamment la modification du pelage, la motilité,
les tremblements, la masse, le toilettage, la respiration, la
sensibilité au bruit après un choc métallique, l’aspect des
selles, la mobilité ainsi que le décès ont été notés.
Toxicité subaiguë : L’étude a éconduite suivant la
ligne directrice 407 de l’OCDE (2008). Elle a été menée
sur 30 rats albinos Wistar répartis en cinq lots égaux de 3
mâles et 3 femelles comme suit : lot I, recevant de l’eau
distillée à raison de 1 ml/100 mg de poids corporel (lot
contrôle) ; lots II, III et IV recevant une solution de l’extrait
à raison de 200, 400, 800 mg/kg de poids
corporel respectivement. Le traitement a duré 28 jours.
Les rats ont été alimentés et hydratés à volonté, puis
pesés tous les 2 jours. A la fin du traitement, les rats ont
été mis à jeun pendant 24 h, puis un prélèvement sanguin
a été effectué, suivi d’une dissection après administration
de la kétamine, à raison de 50 mg/kg. Les organes
prélevés étaient le foie, les reins, le pancréas, les
poumons et le cœur. Ces derniers ont été rincés avec une
solution salée à 0,9%, puis pesés. Le poids relatif de
chaque organe a été calculé suivant la formule :
Pr = x 100
Pr : poids relatif de l’organe (g/100 g) ; Po : poids de l’organe (g) ;Pa : poids corporel du rat (g).
Plusieurs paramètres biochimiques ont été dosés
notamment l’urée sérique par la méthode cinétique UV
Urease-GLDH, en utilisant le kit UREA UV SGMitalia ; la
créatinine par la méthode colorimétrique de Jaffé, en
utilisant le kit CREATININE LR SGMitalia ; l’analine
aminotransférase par la méthode cinétique UV IFCC
optimisée, en utilisant le kit GPT-ALT LR GSMitalia et
l’aspartate aminotransférase par la méthode cinétique UV
IFCC optimisée, en utilisant le kit GOT-AST LR
GSMitalia. La première absorbance des échantillons a été
lue contre le blanc à 340 nm et la seconde absorbance a
été lue 30 s après, à la même longueur d’onde et la
concentration en urée déterminée par la formule :
Po
Pa
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13456
∆A = variation de l’absorbance entre 2 intervalles de temps
De même la concentration en créatinine dans les échantillons a été calculée :
L’activité enzymatique de l’aspartate aminotransférase a été obtenue à partir de la formule suivante :
Activité (U/L) = ∆A/min x 1746
∆A = variation d’absorbance entre 2 intervalles de temps ;
∆A/min = variation de l’absorbance de l’échantillon par minute ;
1746 = facteur de multiplication.
L’activité enzymatique de l’alanine aminotransférase a été obtenue suivant la formule :
Activité (U/l) = ∆A/min x 1746
∆A = variation d’absorbance entre 2 intervalles de temps ;
∆A/min = variation de l’absorbance de l’échantillon par minute ;
1746 = facteur de multiplication.
Analyses statistiques : Les données ont été entrées
dans une feuille Excel (Microsoft Office 2007, USA) et
analysées avec le logiciel Statview version 5.0 (SAS
Institute., Inc., USA). Les données quantitatives ont été
présentées sous forme de moyenne ± déviation standard
(DS) dans des graphiques et tableaux. L’analyse
ordonnée de la variance à un facteur a été utilisée pour
comparer les moyennes entre les groupes. Le test post
hoc de Newman-Keuls a été utilisé pour faire les
comparaisons multiples paires. Le seuil de signification a
été fixé à p-value < 0,05.
RESULTATS
Extraction : L’extrait obtenu par macération des rhizomes
de Curcuma longa dans le vin de palme était de couleur
jaunâtre, avec un rendement de 32,7%.
Test de la qualité microbiologique : L’analyse de la
qualité microbiologique de l’extrait a montré l’absence de
CT, CF, Salmonelles excepté pour les LMT qui présentait
des valeurs de 40 et 300 UFC/ml respectivement à la 1
ère
et la 2
ème
dilution.
Criblage phytochimique : La caractérisation
phytochimique de l’extrait au vin de palme a révélé la
présence des alcaloïdes, des saponines, des phénols,
Tanins, des coumarines, des flavonoïdes, des sucres
réducteurs (Tableau 2).
Tableau 2 : Criblage phytochimique des extraits
Test phytochimique
Extrait au vin de palme
Extrait à l’hexane
Extrait à
l’
éthanol
Test
des stérols
-
-
-
Test des terpènes
-
-
-
Test des terpenoïdes
-
-
-
Test des alcaloïdes
+
+
-
Test des saponines
+
+
-
Test des phénols
+
-
+
Test des coumarines
-
-
-
Test des flavonoïdes
+
-
-
Test des tanins
+
-
-
Test des anthraquinones
-
-
+
Test des sucres réducteurs
+
-
-
Test des anthocyanes
-
-
-
+ : Présence ; - : Absence
A
Échantillon
A
Standard
× [Standard] (mg
/dl)
[Urée](mg/dl)
=
× [Standard] (mg
/dl)
[Créatinine] (mg/dl) =
DO
Échantillon
DO
Standard
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13457
Toxicité aigue : L’administration par voie orale à la dose
2000 mg/kg de l’extrait au vin de palme n’a entrainé
aucun changement de comportement et aucun décès
(Tableau 3).
Tableau 3 : Effets de l’extrait au vin de palme de rhizomes de Curcuma longa sur quelques paramètres physiologiques
chez les souris au cours des 4 h ainsi que des 7 jours qui suivent l’administration
Souris
période
1h
2h
3h
4h
J
1
J
2
J
3
J
4
J
5
J
6
J
7
Toilettage
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Pelage
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Tremblement
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Motilité
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Réaction au bruit
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Aspect des selles
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
N
Nombre de mort
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
N= Normale ; A=Agressif ; D=diminué ; P= pâteux ; G=granuleux ; R=réduit Dose : 2000 mg/Kg
Toxicité subaigüe
Effets de l’extrait sur la masse pondérale chez les rats
mâles : L’évolution de la masse des rats mâles pendant
28 jours de suivi montre que le poids des animaux a
globalement augmenté au cours du temps, quel que soit
le lot (Figure 2). Par ailleurs, cette augmentation a été
significativement plus importante chez les animaux
auxquels l’extrait à la dose 400 a été administré.
Figure 2 : Effets de l’extrait sur la masse pondérale des rats mâles
Effets de l’extrait sur la masse pondérale chez les rats
femelles : L’évolution de la masse des femelles pendant
28 jours de suivi montre que poids des animaux a
globalement augmenté au cours du temps et ce quel que
soit le lot (Figure 3). Par ailleurs, cette augmentation a été
significativement plus importante chez les animaux
auxquels l’extrait à la dose 400 a été administré comme
observé chez les mâles.
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13458
Figure 3 : Effets de l’extrait sur la masse pondérale des rats femelles
Effets de l’extrait sur les paramètres biochimiques
des rats mâles : Les effets de l’extrait sur les paramètres
biochimiques des mâles n’ont montré aucune valeur
statistiquement significative entre le groupe prenant de
l’eau distillée et ceux traités aux différentes doses de
l’extrait pour l’urée, l’ALAT et l’ASAT (Tableau 4).
Tableau 4 : Activité des transaminases, de l’urée et la créatinine chez les rats mâles en fonction de la dose en toxicité
subaigüe de l’extrait au vin de palme des rhizomes de Curcuma longa
Groupes
Urée (mg/l)
Créatinine (mg/l)
ASAT (UI/l)
ALAT (UI/l)
Eau distillée
52,29 ± 3,15
49,30 ± 3,27
284,07 ± 25,84
31,43
± 0,00
Ext 200
51,95 ± 5,05
56,67 ± 5,77
156,53 ±10,15
31,14 ± 0,70
Ext 400
52,08 ± 3,61
93,33 ± 19,33***
201,7 ±22,19
32,36 ± 0,88
Ext 800
52,08 ± 1,91
43,33 ± 15,28
262,93 ±29,25
28,28 ± 4,03
Effets de l’extrait sur les paramètres biochimiques
des rats femelles : Les effets de l’extrait sur les
paramètres biochimiques des rats n’ont aucune différence
statistiquement significative entre le contrôle et les
différentes doses de l’extrait pour l’urée, la créatinine,
l’ALAT et l’ASAT (Tableau 5).
Tableau 5 : Activité des Transaminases, de l’urée et la créatinine chez les rats femelles en fonction de la dose en toxicité
subaigüe de l’extrait au vin de palme des rhizomes de Curcuma longa
Groupes
Urée (mg/l)
Créatinine (mg/l)
ASAT (UI/l)
ALAT (UI/l)
Eau d
istillée
52,50 ± 2,38
49,13 ± 2,20
85,87 ± 7,64
31,43 ± 0,00
Ext 200
52,58 ± 2,43
53,33 ± 5,17
188,90 ± 73,27
34,27 ± 0,61
Ext 400
51,93 ± 2,32
46,67 ± 8,87
171,45 ± 55,95
32,94 ± 0,89
Ext 800
53,65 ± 2,50
46,67 ± 8,87
345,45 ± 45,65
29,69 ± 2,45
DISCUSSION
Après extraction, un rendement de 32,7% a été obtenu et
l’extrait avait une consistance pâteuse et de couleur
Jaunâtre. Ce résultat est différent de celui des extraits à
l’hexane et à l’éthanol. Cette différence de résultat
pourrait s’expliquer par la méthode d’extraction, le solvant
d’extraction et le lieu de récolte. La caractérisation
phytochimique de l’extrait au vin de palme a révélé la
présence des alcaloïdes, des tanins, des phénols, des
flavonoïdes, des saponosides et des sucres réducteurs et
l’absence des stérols, terpènes et terpenoïdes. Les
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13459
saponines dans les plantes médicinales sont
responsables de la plupart des effets biologiques liés à la
croissance et à la division des cellules chez les humains
et ont un effet inhibiteur sur l'inflammation (Just et al.,
1998). En ce qui concerne le contrôle de qualité
microbiologique de l’extrait, le nombre de coliformes
totaux et fécaux était nul, par contre le dénombrement
des levures et moisissures a donné respectivement 40
UFC/ml et 300 UFC/ml pour l’échantillon à la 1
ère
et la 2
ème
dilution, qui sont des valeurs inférieures à 10
4
et
10
5
UFC/ml,
respectivement selon que l’emploi fait intervenir
ou non de l’eau bouillante, suivant les normes de la
pharmacopée européenne pour la préparation des
médicaments à bases des plantes, enfin la recherche
des salmonelles a donné quant à elle un résultat négatif.
L’extrait au vin de palme de Curcuma longa administré
par voie orale à la dose 2000 mg/kg, c’est-à-dire qu’il
présente une DL
50
supérieure 2000 mg/kg (Singh &
Dubey, 2008). Durant les 28 jours de l’étude, l’extrait a
favorisé la croissance pondérale des rats aux doses 200
mg/kg chez les mâles et 400 mg/kg chez les femelles.
Toutefois, il n’y a eu aucune différence significative
jusqu’à la dernière pesée, le 28
e
jour. Les analyses
effectuées n’ont montré aucune augmentation
significative de l’ASAT et L’ALAT chez les deux sexes à
toutes les doses. Les transaminases ou amino-
transférases sont des enzymes tissulaires catalysant le
transport de radicaux alpha-aminés de l'alanine et de
l'acide aspartique à l'acide alpha-cétoglutarique. Les
transaminases sont présentes dans le foie, mais aussi
dans le muscle et dans le rein, le pancréas, et d'autres
tissus. Elles sont synthétisées au niveau du cytoplasme
des cellules de ces organes et déchargées dans la
circulation, lorsque ces cellules sont endommagées
(Peirs, 2005). Ces enzymes augmentent en cas de
myopathie, de rhabdomyolyse ou d'infarctus du myocarde
et les ASAT, particulièrement en cas d'hémolyse. Les
ALAT sont plus spécifiques d'une atteinte hépatique, mais
les ASAT sont un peu plus sensibles (Goddard & warnes,
1992). L’analyse de l’urée et de la créatinine a révélé que
l’administration de l’extrait a entrainé un changement très
significatif, pour la créatinine chez les rats mâles et aucun
changement significatif chez les rats femelles pour ces
deux groupes de composés. L’urée et la créatinine
sériques sont considérées comme les principaux
marqueurs de la néphrotoxicité, bien que l’urée sérique
soit souvent considérée comme un prédicteur de la
fonction rénale plus fiable que la créatinine sérique
(Palani et al., 2009).
CONCLUSION
Le travail a consisté à l’évaluer la toxicité aiguë et
subaiguë de l’extrait au vin de palme des rhizomes de
Cucurma longa Linn.. Le screening phytochimique de cet
extrait a révélé la présence des alcaloïdes, des tanins,
phénols, flavonoïdes, saponosides et des sucres
réducteurs et fort potentiel antioxydant. L’analyse de la
qualité microbiologique de l’extrait a montré l’absence de
CT, CF, Salmonelles excepté pour les LMT qui présentait
des valeurs de 40 et 300 UFC/ml respectivement à la 1
ère
et la 2
ème
dilution. La DL
50
de l’extrait a été supérieure à
2000 et n’est donc pas toxique. Administré en toxicité
subaiguë, l’extrait au vin de palme de Cucurma longa
Linn. stimule une croissance pondérale, qui est non
significative jusqu’à la dernière pesée, le 28
e
jour. Les
trois doses de l’extrait entrainent également une
augmentation non significative de l’ASAT et de l’ALAT
des rats mâles et femelles.
REMERCIEMENTS
Nous remercions Dr ETAME LOE Gisèle (Email :
giseloetame@yahoo.fr , B.P. 15515 Douala Cameroun.
Tél : 237 699 833 818), Directeur Général du Laboratoire
Industrielle, GENEMARK pour sa contribution matérielle
et financière.
REFERENCES
Ayoola G, Coker H, Adesegun S, Adepoju-Bello A,
Obaweya K, Ezennia E, Atangbayila T. 2008,
Phytochemical screening and antioxidant
activities of some selected medicinal plants used
for malaria therapy in South Western Nigeria.
Tropical Journal of Pharmaceutical Research
7(3) : 1019-1024.
Campbell PGC, Denizeau, F, 2004. Écotoxicologue
moléculaire : Principes fondamentaux et
perspectives de développement. 182p.
Fouché J, Marquet A, Hambuckers A, 2000. Les plantes
médicinales, de la plante au médicament :
Observation du monde des plantes. 11p.
Etame-Loe et al., J. Appl. Biosci. 2018 Étude de la toxicité aigüe et subaigüe de l’extrait au vin de palme des
rhizomes de Curcuma longa Linn.
13460
Goddard C and Warnes T, 1992. Raised liver enzymes in
asymptomatic patients: investigation and
outcome. DigDis 10: 218-226.
Harborne JB. 1973. Phytochemicals methods: A guide to
modern techniques of plant analysis. Chapman
and hall Ltd: London. 116p.
Hodgson E, 2004. A textbook of modern toxicology. 3
th
edition. USA: Wiley Interscience. Pp. 525-541.
Hu FB, Stampfer MJ, 2003. Is type 2 diabetes mellitus a
vascular condition ? Arterioscler Thromb Vasc
Biol. 23 (10): 1715-1716.
Jurenka JS. 2009. Anti-inflammatory properties of
curcumin, a major constituent of Curcuma longa:
a review of preclinical and clinical research, 8-
9p.
Just MJ, Recio MC, Giner RM, Cuellar MJ, Manez S, Bilia
AR, Rios JL, 1998 Anti-inflammatory activity of
unusual lupine saponins from Bupleurum
fruticescens. Plant Med. 64: 404-407.
OCDE 2008. Lignes directrices de l'OCDE pour les
essais de produits chimiques : Toxicité orale
aiguë - Méthode par classe de toxicité aiguë. 3-
10p.
Palani S, Raja R, Kumar P, Jayakumar S, 2009.
Therapeutic efficacy of Pimpinella tirupatiensis
(Apiaceae) on acetaminophen induced
nephrotoxicity and oxidative stress in male
albino rats. J Pharm Tech Res 1: 925-934.
Peirs C, 2005. Contribution à l’étude phytochimique de
Galega officinalis L. (Fabaceae). Thèse de
Doctorat de Pharmacognosie, Institut National
Polytechnique de Toulouse, Toulouse, France,
130p.
Singh B, Dubey M, 2008. Gastroentérologie clinique et
biologique. Edition Masson, France 32: 960-978.
Sofowora LA, 1993. Medicinal plants and Traditional
Medicine in Africa. Spectrum Books, 55-71.
... The rats were divided randomly into four groups of 3 per group each. The test groups were treated with the different aqueous extract while control group received distilled water as described by Etame-Loe et al. [20]. The rats were starved of food overnight prior to dosing. ...
Article
Many diseases are associated with dysfunction of glucose metabolism, specifically chronic hyperglycaemia. Cassia tora leaves are used to cook nutritious and tasty sauce, known as Tasba in fulfulde language, consumed in the northern part of Cameroon to lower blood sugar. However, antioxidant activity, hypoglycaemic and anti-hyperglycaemic properties of Cassia tora leaves was not well studied. This study was performed to access the safety, antioxidant activity, as well as hypoglycaemic and anti-hyperglycaemic properties of Cassia tora leaves. For this purpose, we prepare an aqueous extract which contained alkaloids, tannins, flavonoids, anthraquinons, phenols, sterols, coumarins, mucilage and saponins. The median lethal dose (LD50) of extract was greater than 5 g/kg; Cassia tora leaves are devoid of acute oral toxicity. It had free scavenging, reducing and chelating powers, thus acting as type 1 and 2 antioxidants. The percentage of decrease in blood sugar was 72.17% for the positive control and 62.73% for the extract. The inhibition percentage of hyperglycaemia was 73.59% for reference and 64.47% for extract of Cassia tora. Cassia tora leaves appear to be effective in treatment of diabetes, as well as other components of metabolic syndrome associated sugar metabolism and oxidative stress. The results of our research revealed the immense nutraceutical potential of Cassia tora leaves. This suggests that Cassia tora leaves are strongly recommended in the diet of diabetics or people prone to metabolic diseases. However, to take advantage of all the beneficial effects of Cassia tora leaves, it is best to consume them fresh, precisely as juice.
... The rats were divided randomly into four groups of 3 per group each. The test groups were treated with the different aqueous extract while control group received distilled water as described by Etame-Loe et al. [16] The rats were starved of food overnight prior to dosing. Following the fasting period, they were weighed, and the dose of the test substance were calculated. ...
Article
Piptadeniastrum africanum (Fabaceae) is extensively used in tropical pharmacopoeia. However, there is shortage of scientific information regarding its safety and activity in management inflammatory syndrome related diseases. The present study aimed to evaluate acute toxicity, and to test in vitro and in vivo anti-inflammatory activity of P. africanum stem bark. In order to achieve this objective, the aqueous extract of P. africanum stem bark served as substrate for analyses, in particular phytochemical screening, and assessment of acute oral toxicity and the test of in vitro and in vivo anti-inflammatory effect. Twelve female rats were used for acute oral toxicity study at the following limit doses at the doses 300, 2000 and 5000mg/kg. The evaluation of the anti-inflammatory activity was demonstrated firstly by an in-vitro test according to the denaturation of hen egg albumin at concentrations of 50, 100, 200, 400 and 800 μg/ml, and secondly by an in-vivo test according to the carrageenan-induced swelling of the paw in female rats, at concentrations of 50, 100, 200 and 400 mg/kg. The results showed that the extract contains polyphenols, Gallic tannins, cathechin tannins, coumarins and saponins. The LD50 of the extract was above 5000mg/kg, hence it is devoid of acute oral toxicity. The inhibition of protein denaturation increased significantly with doses of extract, similarly to standard drug (diclofénac). The diameter of carrageenan-induced paw oedema in rats inversed with time regardless of the concentrations of the extract.
... They obtained positive tests for flavonoids, saponins, phenols and tannins among those tested in this study. Etame et al. [12] found similar results. ...
Article
Full-text available
Citation: FANNANG Simone Véronique et al (2021). Phytochemical Screening and Study of the Acute Oral Toxicity of the Aqueous Extract of The Leaves of Diospyros hoyleana F.white (Ebenaceae). Saudi J Med Pharm Sci, 7(5): 230-235. Abstract Despite the advent of generic drugs, many treatments still remain financially inaccessible to economically disadvantaged populations who constantly continue to turn to bioactive molecules from nature to find essential remedies that are gentle, more effective and with few side effects. Medicinal plants are still the primary reservoir of new drugs. The material used during this study consisted of plant material, animal material and technical material. 500 g of the sprayed plant drug was macerated in 2.5 L of distilled water for one duration of 48 hours. Numerous secondary metabolites of the aqueous extract of the leaves of Diospyros hoyleana F. White have been demonstrated. The acute oral toxicity experiment was conducted according to OECD protocol guideline 423. The mass of crude extract obtained after drying in an oven at 60 °C. was 64 g with a yield of 12.8%. Tests for Flavonoids, Saponins, Phenols, Tannins and Anthraquinones were found to be positive with the aqueous extract of the leaves of Diospyros hoyleana F. White while those for Alkaloids, Sterols, Terpenes and Coumarins were found to be Negative. After the acute oral toxicity study, no abnormalities of the physiological parameters observed in rats were observed. In addition, no deaths have been recorded. The LD 50 was therefore greater than 5000 mg/kg. The body masses of the animals were generally increasing during the study regardless of the chosen batch. The rats were sacrificed and the masses of the internal organs were weighed. Four blood biochemical parameters of the groups of rats studied were assayed.
Article
Full-text available
Pimpinella tirupatiensis (Apiaceae) is a herbaceous medicinal plant used to treat cough, stomach, liver problems, asthma, ulcer and tooth ache in India and other Asian countries. Acetaminophen (APAP) is a commonly used analgesic and antipyretic agent which, at high doses, causes liver and kidney necrosis in man and animals. The aim of the present study is to investigate the nephroprotective and antioxidant activities of the ethanol extract of P.tirupatiensis in two dose levels of 500mg/kg & 750 mg/kg B/W respectively on APAP induced toxicity in rats. Biochemical studies show that there is an increase in the levels of serum urea and creatinine along with an increase in the body weight and reduction in the levels of uric acid in APAP induced groups. These values are retrieved significantly by treatment with P.tirupatiensis extracts at two different doses. The antioxidant studies reveal that the levels of renal SOD, CAT, GSH and GPx in the APAP treated animals are increased significantly along with a reduced MDA content in ethanol extract of P.tirupatiensis treated groups. Apart from these, histopathological changes also reveal the protective nature of the P.tirupatiensis extract against acetaminophen induced necrotic damage of renal tissues. In conclusion, these data suggest that the ethanol extract of P.tirupatiensis can prevent renal damage from APAP induced nephrotoxicity in rats and it is likely to be mediated through its antioxidant activities.
Article
Full-text available
Purpose: Oxidative stress has been shown to play an important role in the development of anaemia in malaria. Indeed, increase in total antioxidant status has been shown to be important in recovery from malaria. The antioxidant activities of four medicinal plants traditionally used in the treatment of malaria in southwestern Nigeria were determined. Methods: The ethanolic extracts of the leaves of Carica papaya Linn. [Caricaceae] , stem bark of Magnifera indica Linn. [Anacardiaceae], leaves of Psidium guajava Linn. [Myrtaceae] and the leaves of Vernonia amygdalina Del. [Compositae], were used in the present study. The plant parts commonly used in the locality in malaria therapy were employed in this study. The plants were screened for the presence of phytochemicals and, their effect on 2,2-Diphenyl-1-picryl-hydrazyl radical (DPPH) was used to determine their free radical scavenging activity. Results: Phytochemical screening of the plants showed the presence of flavonoids, terpenoids, saponins, tannins and reducing sugars. M. indica did not contain cardiac glycosides and alkaloids while, P. guajava also showed the absence of alkaloids and anthraquinones. Anthraquinones was similarly absent from V. amygdalina. Concentrations of the plant extracts required for 50% inhibition of DPPH radical scavenging effect (IC50) were recorded as 0.04 mg/ml, 0.313 mg/ml, 0.58 mg/ml, 2.30 mg/ml and 0.054 mg/ml for P. guajava, M. Indica, C. papaya, V. amygdalina and Vitamin C, respectively. Conclusion: All the plants showed potent inhibition of DPPH radical scavenging activity, P. guajava being the most potent. The free radical scavenging (antioxidant) activities of these plants probably contribute to the effectiveness of the above plants in malaria therapy.
Article
SummaryA brief introduction to recently developed molecular and cellular methods currently in use in toxicology, including cell culture techniques (suspension cell culture, monolayer cell culture, indicators of toxicity in cultured cells), molecular cloning techniques (molecular cloning, cDNA and genomic libraries, Northern and Southern blot analysis, PCR, evaluation of gene expression, regulation and function) as well as immunochemical methods.
Article
Asymptomatic patients with raised liver enzymes are frequently encountered in clinical practice. The commonest lesion in such patients appears to be fatty liver, which may be found in those only modestly overweight. Proven treatments other than abstention from alcohol and weight loss are available for approximately 20% of asymptomatic people with abnormal liver enzymes. However, if experimental therapies are taken into account this would rise to over 50%, making an early accurate diagnosis important. Most conditions can be diagnosed non-invasively, especially in those people with markedly abnormal transaminases. The recent introduction of new non-invasive tests decreases the need for liver biopsy for diagnostic purposes, however liver biopsy retains an important role in establishing patient prognosis and response to treatment.
Article
Extracts from Bupleurum fruticescens were examined for oral and topical anti-inflammatory activities. The BuOH extract proved to be active against carrageenan and tetradecanoylphorbol acetate acute edemas and allowed the isolation of three saponins identified by spectroscopic techniques as 3 beta-O-(O-alpha-L-rhamnopyranosyl-(1-->4)-O-[beta-D-glucopyranosyl- (1-->6)]-O-beta-D-glucopyranosyl)lup-20(29)-ene-23,28-dioic acid (fruticesaponin A), 3 beta-O-(O-alpha-L-rhamnopyranosyl-(1-->4)-O-beta-D-glucopyranosyl) lup-20(29)-ene-23,28-dioic acid 28-O-beta-D-glucopyranosyl ester (fruticesaponin B), and 3 beta-O-(O-alpha-L-rhamnopyranosyl-(1-->4)-O-[beta-D-glucopyranosyl- (1-->6)]-O-beta-D-glucopyranosyl)-lup-20(29)-ene-23,28-dioic acid 28-O-beta-D-glucopyranosyl ester (fruticesaponin C). These compounds were studied against carrageenan, tetradecanoylphorbol acetate, arachidonic acid and ethyl phenylpropiolate acute edemas. Fruticesaponin B, a bidesmosidic saponin with an unbranched saccharide moiety was the most active in all the tests applied.
Article
Cardiovascular disease (CVD) is the most common complication of type 2 diabetes. However, CVD risk factors are elevated long before the development of diabetes,1 and the development of CVD can also precede the clinical diagnosis of type 2 diabetes.2 The close relationship between diabetes and CVD has led to the “common-soil” hypothesis,3 postulating that type 2 diabetes and CVD share common genetic and environmental antecedents, ie, “they spring from a common soil.” The hypothesis implies that atherosclerosis might not be simply a consequence of diabetes but that diabetes and CVD are a single entity sharing an underlying pathophysiology. See page 1845 Multiple lines of evidence support the common-soil hypothesis. In epidemiologic studies, the same set of diet and lifestyle factors (a diet higher in glycemic load and trans fat and lower in fiber and polyunsaturated fat, smoking, overweight and obesity, lack of regular exercise, and abstinence from alcohol) explains more than 80% of cases of coronary heart disease4 and 90% of cases of type 2 diabetes.5 Low birth weight, a marker of intrauterine nutritional deficiency, has been associated with increased risk of both diabetes and CVD in later life.6 In addition, pharmacological and lifestyle strategies to prevent type 2 diabetes have resulted in significant reductions in the occurrence of the metabolic syndrome and cardiovascular risk factors in subjects with impaired glucose tolerance,7 although it remains to be …
Écotoxicologue moléculaire : Principes fondamentaux et perspectives de développement
  • Pgc Campbell
  • F Denizeau
Campbell PGC, Denizeau, F, 2004. Écotoxicologue moléculaire : Principes fondamentaux et perspectives de développement. 182p.