Experiment FindingsPDF Available

Essai sur la participation aux élections municipales. Le cas de Gatineau.

Authors:

Abstract

Quels sont les facteurs qui ont influencé la participation aux élections municipales à Gatineau le 5 novembre 2017? Basée sur une revue de littérature et une analyse comparative avec sept autres villes du Québec, cette étude émet sept hypothèses qui ont été testées auprès de l'électorat gatinois par le biais d'un sondage réalisé au printemps 2018, de personne à personne, dans des centres commerciaux et lieux publics répartis sur l'ensemble du territoire de la Ville de Gatineau. Pour Gatineau, les facteurs qui influencent plus spécifiquement la participation électorale au niveau municipal seraient donc, outre le niveau d’importance accordé au gouvernement municipal, le nombre d’années résidant à Gatineau pour les nouveaux arrivants (l’enracinement), ainsi que le fait d’être propriétaire ou locataire.
!
!
!
!
!
!
!
!
!
Étude sur la participation aux élections municipales
à Gatineau en 2017
Travail réalisé par Nathalie Brunette
dirigé par M. Alain Albert
dans le cadre du cours
Essai MBA 8476
Département des sciences administratives
Université du Québec en Outaouais
- Déposé le 30 juillet 2018 –
Révisé le 5 octobre 2018
!
!
2!
Sommaire
Quels sont les facteurs qui ont influencé la participation aux élections municipales à
Gatineau le 5 novembre 2017? Basée sur une revue de littérature et une analyse
comparative avec sept autres villes du Québec, cette étude émet les hypothèses
suivantes :
Ces hypothèses ont été testées auprès de l’électorat gatinois par le biais d’un sondage
réalisé du 1er mai au 2 juin 2018, de personne à personne, dans des centres commerciaux
et lieux publics répartis sur l’ensemble du territoire de la Ville de Gatineau. À terme, 808
questionnaires ont été retenus pour analyse. La marge d’erreur est de 3,5 %, 19 fois sur
20.
Faits saillants de l’étude
Avec 39 % de participation aux élections du 5 novembre 2017, Gatineau se situe
légèrement au-dessus de la moyenne des 100 plus grandes villes au Canada, qui est
de 36 % pour les trois dernières élections.
Comparée aux villes de Saguenay, Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke, Montréal,
Laval et Longueuil, Gatineau est la ville qui a le taux de vote le plus élevé aux
élections fédérales, le plus faible aux élections provinciales et parmi les plus
faibles aux élections municipales.
59 % des répondants disent avoir voté aux élections du 5 novembre dernier, soit
20 points de pourcentage de plus que la réalité (39 %). Cette différence s’explique
en partie par un échantillon légèrement plus âgé et plus éduqué que la moyenne de la
population gatinoise, mais également par le biais engendré par les sondages
politiques; les gens sont préoccupés par le jugement des autres, ils pourraient avoir
tendance à ne pas dire la vérité lorsque sondés sur un sujet aussi personnel que la
participation électorale, perçue comme un devoir citoyen. Par ailleurs, seuls les gens
intéressés par le sujet répondent aux sondages, ce qui biaise aussi les données.
Plus de la moitié (56 %) de la population gatinoise est originaire d’ailleurs et
notre étude démontre que la participation aux élections est plus faible chez les
Hypothèse 1Les gens qui sont plus enracinés (originaires ou habitent à Gatineau
depuis plus de 10 ans) votent plus que les nouveaux arrivants
Hypothèse 2 Les gens qui utilisent peu (ou pas) les services municipaux sont moins
susceptibles d’aller voter
Hypothèse 3Les propriétaires votent plus que les locataires
Hypothèse 4Les gens qui sont satisfaits des services municipaux sont moins
nombreux à voter (n’en voient pas la nécessité, aucun déclencheur)
Hypothèse 5Les gens plus âgés sont plus nombreux à voter
Hypothèse 6 Les gens pour qui l’impact du gouvernement municipal sur leur
qualité de vie est perçu comme faible sont moins nombreux à voter aux élections
municipales.
Hypothèse 7 Les gens qui sont plus informés et plus éduqués sont plus nombreux à
voter
!
!
3!
nouveaux arrivants. Toutefois, l’incidence d’être originaire d’ailleurs s’estomperait
au bout d’une période se situant entre 6 à 10 ans.
Les propriétaires de maison votent beaucoup plus que les locataires (72 % vs 44
%).
80 % des Gatinois se disent très (26 %) et moyennement (54 %) satisfaits des services
municipaux. Seuls 14 % des Gatinois se disent peu satisfaits, mais contrairement à
l’hypothèse de départ, ces gens votent moins que la moyenne (53 % vs 59 %).
Notre enquête a permis de confirmer la relation positive entre l’âge des citoyens et
le taux de vote aux élections municipales. Cette relation existe toutefois au niveau
des élections provinciales et fédérales, et n’explique pas pourquoi les gens votent
moins au municipal.
De façon générale, les Gatinois classent le gouvernement municipal en seconde
position, derrière le gouvernement fédéral et devant le gouvernement provincial,
en terme d’importance sur leur qualité de vie. Les gens qui considèrent le
gouvernement municipal plus important votent en plus grande proportion que les
autres.
Il y a une relation significative entre le fait d’utiliser les services municipaux et celui
de voter. Les gens qui fréquentent régulièrement les bibliothèques et les centres
sportifs municipaux votent plus que la moyenne, tandis que ceux qui utilisent
régulièrement le transport en commun votent moins.
Au niveau de la scolarisation, le point tournant pour une incidence sur le taux de
participation aux élections municipales se situe au niveau collégial. Les gens
ayant une scolarisation plus faible ou aucun diplôme votent moins que la moyenne,
tandis que les gens munis d’un diplôme universitaire votent plus que la moyenne de la
population.
Pour s’informer des nouvelles locales, les Gatinois privilégient la télévision et les
médias sociaux. Il y a une relation positive entre le fait de s’informer via certains
médias et de participer aux élections municipales. Cette relation est démontrée
notamment pour TVA Gatineau-Ottawa, Ici Ottawa-Gatineau télé et le quotidien Le
Droit.
Les résultats combinés pour le taux de scolarisation et le taux de consommation de
médias locaux confirment que les gens qui sont plus informés et mieux éduqués sont
plus nombreux à voter.
DEUX GRANDS FACTEURS D’INFLUENCE
À la lumière des résultats de cette enquête, nous pouvons constater à quel point la
participation aux élections municipales est le fruit de plusieurs facteurs, et qu’il n’y a pas
de formule magique pour comprendre la motivation des citoyens à participer ou non.
Nous avons vu que l’âge des électeurs, leur niveau de scolarité et la façon dont ils
s’informent des nouvelles locales ont une influence directe sur le taux de vote. Toutefois,
selon plusieurs études réalisées, ces variables influenceraient également le taux de
participation aux autres niveaux d’élection; ce ne sont pas des facteurs propres aux
élections municipales. Pour Gatineau, les facteurs qui influencent plus spécifiquement la
participation électorale au niveau municipal seraient donc, outre le niveau d’importance
accordé au gouvernement municipal, le nombre d’années résidant à Gatineau pour les
nouveaux arrivants (l’enracinement), ainsi que le fait d’être propriétaire ou locataire.
!
!
4!
1- L’enracinement
De par sa situation frontalière avec la Capitale nationale Ottawa, la Ville de Gatineau a
connu un taux de croissance parmi les plus élevés du Québec au cours des dix dernières
années. D’ailleurs, 21 % des répondants de notre sondage ont dit habiter à Gatineau
depuis moins de 10 ans, ce qui représente près de 60 000 citoyens ou 40 000 électeurs
potentiels. Bien que selon Statistique Canada le taux de mobilité à Gatineau ne soit pas le
plus élevé parmi les huit grandes villes étudiées, il serait intéressant de connaitre l’origine
de ces nouveaux arrivants. La proportion de nouveaux arrivants en provenance d’autres
régions du Québec ou du Canada est-elle plus élevée que celle des autres villes étudiées?
De nombreuses mesures sont prises par la Ville de Gatineau pour favoriser l’accueil et
l’intégration des nouveaux arrivants issus de l’immigration internationale, mais quelles
sont les mesures prises pour favoriser l’enracinement des migrants venant d’autres
régions du Québec et du Canada? Voilà un sujet qui mériterait d’être approfondi.
2- Le fait d’être propriétaire ou locataire
Parmi tous les facteurs expliquant le faible taux de participation aux élections, le fait
d’être propriétaire ou locataire est celui qui serait le plus spécifique aux élections
municipales. Il semble que l’absence de lien fiscal direct entre un citoyen locataire et la
municipalité favorise son détachement et son manque d’engagement envers celle-ci.
Voilà une autre piste d’intervention pour la Ville de Gatineau et toutes les municipalités
canadiennes qui souhaiteraient améliorer l’engagement citoyen et le taux de participation
aux élections municipales.
Cet essai, financé par Radio-Canada et le laboratoire d’enquêtes et de sondages diAlgo, a été
réalisé par Nathalie Brunette et supervisé par le professeur honoraire Alain Albert, dans le cadre
du programme MBA - Concentration marketing de l’UQO.
!
!
!
5!
Table des matières
1. Introduction 7
2. Facteurs d’influence sur le taux de vote 9
2.1. L’influence de l’âge et du niveau d’éducation 10
2.2. L’influence de la compétitivité de l’élection 11
2.3. L’influence de l’augmentation de la population 12
2.4. L’influence de l’enracinement dans la communauté 12
2.5. L’influence d’être propriétaire d’une maison 14
2.6. L’influence de l’enjeu public et de l’importance accordée aux types
de gouvernements 16
2.7. L’influence des médias 17
3. Hypothèses de recherche 17
4. Méthodologie 18
4.1. Échantillonnage 18
4.2. Fonctionnement de la collecte 18
5. Caractéristiques de l’échantillon 19
5.1. Taux de participation déclaré et taux de participation réel 20
5.2. L’âge des répondants 21
5.3. Répartition géographique des répondants 22
5.4. Niveau de scolarité des répondants 22
5.5. Intérêt des répondants envers le sujet 23
6. Résultats et analyses 24
Hypothèse 1 – Les gens qui sont plus enracinés (originaires ou habitent
à Gatineau depuis plus de 10 ans) votent plus que les nouveaux arrivants 25
Hypothèse 2- Les gens qui utilisent peu (ou pas) les services municipaux
sont moins susceptibles d’aller voter 27
Hypothèse 3 – Les propriétaires votent plus que les locataires 28
Hypothèse 4 – Les gens qui sont satisfaits des services municipaux sont
moins nombreux à voter (n’en voient pas la nécessité, aucun déclencheur) 30
Hypothèse 5 – Les gens plus âgés sont plus nombreux à voter 31
Hypothèse 6 – Les gens pour qui l’impact du gouvernement municipal sur
leur qualité de vie est perçu comme faible sont moins nombreux à voter
aux élections municipales. 32
Hypothèse 7 – Les gens qui sont plus informés et plus éduqués sont plus
nombreux à voter 34
7. Discussion et conclusion 36
7.1. Croissance de la population et mobilité des citoyens à Gatineau 37
7.2. Le fait d’être propriétaire ou locataire 38
7.3. Pistes de recherche 38
8. Références 40
ANNEXE –Questions du sondage et résultats 42
!
!
!
6!
Liste&des&tableaux&&
!
Tableau 1 – Taux de participation aux divers niveaux d’élection dans huit villes
québécoises entre 2014 et 2017. 8
Tableau 2 – Taux de participation aux élections municipales de 2017 en fonction
de l’âge médian de la population en 2016 dans huit villes québécoises 10
Tableau 3 – Taux de participation en fonction du nombre de candidats à
la mairie à Gatineau entre 2001 et 2017 11
Tableau 4 – Variation du taux de participation aux élections municipales (2013-2017)
en lien avec la variation de la population (2011-2016) dans huit villes du Québec 12
Tableau 5 – Relation entre la proportion de nouveaux citoyens (migrants) depuis
5 ans (2011-2016) et le taux de participation aux élections municipales en 2017 13
Tableau 6 – Relation entre la proportion de ménages propriétaires et le taux de
participation aux élections municipales dans certaines villes du Québec 15
Tableau 7 – Données relatives au nombre de répondants 18
Tableau 8 – Horaire et lieux de collecte 19
Tableau 9 – Variation entre les taux de participation réels aux divers types d’élections
et les résultats d’un sondage auprès des Canadiens (2008) ainsi qu’à Gatineau (2017) 20
Tableau 10 – Comparatif de l’âge des Gatinois et des répondants de notre sondage 21
Figure 1 – Répartition des répondants en quatre secteurs de la Ville de Gatineau 22
Tableau 11– Niveau d’éducation des répondants de notre sondage et niveau
d’éducation réel de la population. 23
Tableau 12– Résultats du test de χ2 – dépendance entre les facteurs d’analyse et le
taux de participation aux élections municipales à Gatineau en 2017 25
Tableau 13 – Taux de participation des gens qui ne sont pas originaires de
Gatineau, en fonction du nombre d’années résidant à Gatineau. 26
Tableau 14 – Relation entre la fréquence d’utilisation de certains services municipaux
et le taux de vote aux élections municipales de novembre 2017 à Gatineau 27
Tableau 15 – Taux de vote aux élections municipales du 5 novembre 2017 et
type de logement à Gatineau. 28
Tableau 16 – Évolution du type de logement des Gatinois, en fonction de l’âge 29
Tableau 17 – Taux de participation aux élections en fonction de la satisfaction à
l’égard des services municipaux 31
Tableau 18– Taux de participation aux élections municipales du 5 novembre 2017
en fonction de l’âge des répondants 32
Tableau 19 – Taux de participation aux élections municipales en fonction
du niveau d’importance accordé au gouvernement municipal sur la qualité de vie 33
Tableau 20 – Taux de participation aux élections municipales à Gatineau en fonction
du niveau d’éducation 34
Tableau 21– Taux de consultation des médias locaux à Gatineau 35
Tableau 22 – Influence des médias sur le taux de vote aux élections municipales
de Gatineau en 2017 36
!
!
!
7!
1. Introduction
Vivre dans une société démocratique suppose avoir le droit et le privilège de se prononcer
sur les gens qui occupent des fonctions de pouvoir aux divers paliers gouvernementaux.
Dans une pratique démocratique idéale, 100 % des personnes éligibles, selon les règles
établies par la société, participeraient aux différents scrutins. Or, au Canada, comme dans
plusieurs pays où le vote n’est pas obligatoire, la réalité est tout autre.
Selon des données disponibles sur les sites d’Élection Canada et du Directeur général des
élections du Québec (DGEQ), on peut constater qu’en moyenne, pour les quatre dernières
élections, 68 % des Québécois ont voté aux élections provinciales, et 64 % aux élections
fédérales, soit environ deux personnes sur trois. En ce qui concerne les élections
municipales, toutefois, les taux sont beaucoup plus faibles. Bien que la participation
fluctue largement en fonction de la taille des municipalités, à l’échelle canadienne, une
étude récente réalisée par Breux, Couture et Koop (2017) a démontré que le taux de vote
moyen pour les trois dernières élections dans les 100 plus grandes villes canadiennes était
de 36 %, ce qui représente à peine un électeur sur trois.
À Gatineau, voisine de la Capitale nationale Ottawa et quatrième ville en importance au
Québec avec une population de 284 373 habitants1, les taux de participation aux élections
suivent la tendance. Alors que les Gatinois ont été entre 59 % et 75 % à se prononcer lors
des quatre derniers scrutins au provincial et au fédéral, leur taux de participation moyen
aux quatre dernières élections municipales n’a été que de 42%. Ce taux a d’ailleurs
atteint un seuil plancher le 5 novembre 2017, alors que seulement 39 % des électeurs
gatinois se sont prévalus de leur droit de vote aux élections municipales. En fait, en
comparant la participation avec sept autres grandes villes du Québec, on observe que
Gatineau est celle qui a le taux de participation le plus élevé pour les élections fédérales,
le plus faible pour les élections provinciales, et qu’elle figure parmi les dernières pour les
élections municipales.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
1"http://www.gatineau.ca/portail/default.aspx?p=histoire_cartes_statistiques/coup_oeil"
"
2!Source":"Statistique"Canada"2016!
3!https://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/2012001/article/11629-fra.htm!
!
4"http://www.statcan.gc.ca/pub/89-640-x/89-640-x2009001-fra.htm"
"
!
!
8!
!"#$%"&'(')'!"&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'+/3%-4'2/3%"&*'+56$%0./12'+"24'7&/.'3/$$%4'
8&6#601/4%4'%2.-%'9:(;'%.'9:(<=''
"
>1&-0%')'?$%0./12'@"2"+"A'B/-%0.%&-'+%4'6$%0./124'+&'C&6#%0='
La proximité avec Ottawa et la proportion élevée de fonctionnaires fédéraux établis dans
la région pourraient justifier la participation supérieure aux élections fédérales que
provinciales, mais expliquent difficilement un taux si faible aux élections municipales. Le
mystère demeure, et c’est le sujet de cet essai.
Grâce à une revue de la littérature et à l’analyse comparative de données statistiques
émanant d’enquêtes nationales et de sources gouvernementales pour huit villes
québécoises, la présente étude a permis d’identifier une série de facteurs qui auraient pu
influencer la participation aux élections municipales à Gatineau en 2017. Ces facteurs ont
été reformulés en sept hypothèses, qui ont ensuite été vérifiées auprès d’un échantillon de
808 Gatinois par le biais d’un sondage effectué en personne dans tous les secteurs de la
ville, entre le 1er mai et le 2 juin 2018.
Une analyse statistique des données recueillies a permis de démontrer qu’outre l’âge et le
niveau d’éducation, le nombre d’années résidant à Gatineau et le fait d’être propriétaire
ou locataire seraient les deux facteurs ayant eu le plus d’impact sur la participation des
Gatinois aux élections municipales de 2017. Cette enquête a également permis de réaliser
Saguenay" Québec" Trois-
Rivières" Sherbrooke" Montréal" Gatineau" Laval" Longueuil"
Élect."Prov."2018"
69%"
70%"
70%"
72%"
59%"
59%"
63%"
67%"
Élect."Fed"2015"
67%"
69%"
67%"
66%"
65%"
70%"
61%"
66%"
Élect."Mun"2017"
56%"
51%"
49%"
44%"
43%"
39%"
36%"
33%"
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
70%"
80%"
!
!
9!
à quel point les résultats d’un sondage de cette nature sont sujets aux biais occasionnés
par la méthode d’échantillonnage et au fait que les gens pourraient ne pas dire la vérité,
notamment lorsque la réponse à une question soumet le sujet à un jugement critique sur
son comportement. Ce qui est le cas pour la question « Avez-vous voté aux élections
municipales du 5 novembre 2017? », qui a récolté 65 % de réponses positives (avant
corrections) alors que le taux réel de participation est de 39 %, une différence de 26
points de pourcentage.
2. Facteurs d’influence sur le taux de vote
Bien que les questions de motivation et de participation électorale aient été étudiées par
plusieurs chercheurs pour les élections provinciales et fédérales, il existe peu d’études
consacrées spécifiquement aux élections municipales au Canada. Pourtant, à l’échelle du
pays, on compterait 5162 municipalités 2, ce qui représente 99,6 % de tous les
gouvernements et 95,8 % de tous les politiciens au Canada. (McGregor et Stephenson,
2016).
De plus, au Canada, les municipalités prennent des décisions sur une large panoplie de
services qui affectent directement la qualité de vie des électeurs quotidiennement. Par
exemple, la majorité des infrastructures et services que les gens tiennent pour acquis, tels
l’entretien des routes, la gestion des matières résiduelles, l’eau et les égouts, les policiers
et les pompiers sont payés par les gouvernements municipaux. Les municipalités sont
également responsables du développement et du design urbains, du transport en
commun, de la gestion des parcs publics et des services de loisirs, des arts et de la vie
communautaire, autant de dossiers qui touchent directement la population.
Dans ce contexte, il est surprenant de voir le peu d’intérêt des citoyens et des chercheurs
envers les élections municipales au Canada. Malgré tout, un certain nombre d’études ont
permis de cerner des facteurs d’influence de la participation aux élections municipales.
Parmi ces facteurs nous avons, dans le cadre de cet essai, retenu les suivants :
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
2!Source":"Statistique"Canada"2016!
!
!
10!
2.1. L’influence de l’âge et du niveau d’éducation
Il est de notoriété publique que le taux de participation aux élections est plus élevé chez
les personnes âgées que chez les jeunes citoyens. Une étude publiée par Statistique
Canada en 20113 se penche d’ailleurs sur le sujet, rapportant que pour les élections
fédérales de 2011, la participation était d’environ 50 % chez les 18-24 ans, et atteignait
un pic à 82 % chez les 65-75 ans. Cette étude vérifie également la relation entre le niveau
de scolarité et la participation aux élections. Ce lien est clairement établi alors que le taux
de participation chez les gens ayant un diplôme universitaire est de 78 %, contre 60 %
pour les gens qui n’ont pas obtenu de diplôme secondaire. Fait à noter, l’incidence
positive du niveau d’éducation est beaucoup plus marquée chez les jeunes personnes. On
note en effet que chez les 25-34 ans, par exemple, l’écart entre la participation entre ceux
qui ont fait un bac et ceux qui n’ont pas terminé leurs études secondaires est de 42 %.
En croisant l’âge médian dans notre échantillon de villes avec le taux de participation aux
dernières élections municipales, on peut remarquer que les trois villes ayant l’âge médian
le plus élevé sont aussi celles ayant le taux de participation électoral le plus élevé. La
relation n’est pas si nette toutefois pour les villes suivantes.
!"#$%"&' 9')' !"&*' +%' ,"-./0/,"./12' "&*' 6$%0./124' D&2/0/,"$%4' +%' 9:(E' %2' F120./12' +%'
$5GH%'D6+/"2'+%'$"',1,&$"./12'%2'9:(I'+"24'7&/.'3/$$%4'8&6#601/4%4'
"
>1&-0%')'>."./4./8&%'@"2"+"'%.'JKJL!'
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
3!https://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/2012001/article/11629-fra.htm!
!
Saguenay" Québec" Trois-
Rivières" Sherbrooke" Montréal" Gatineau" Laval" Longueuil"
Âge"médian"(2016)"
46.1"
43.3"
47.9"
40.5"
39.2"
38.5"
41.9"
41.9"
Élect."Mun"2017"%"
56"
51"
49"
44"
43"
39"
36"
32"
0"
10"
20"
30"
40"
50"
60"
!
!
11!
'
2.2. L’influence de la compétitivité de l’élection
Une étude récente, réalisée par Breux, Couture et Koop (2017), dresse un portrait de la
participation électorale dans les 100 plus grandes villes canadiennes. Les auteurs y testent
trois grands types d’hypothèses reliés au taux de participation aux élections municipales,
soit le contexte institutionnel, le contexte sociospatial et la compétitivité de l’élection
(contexte politique). Bien que tous ces facteurs exercent un certain niveau d’influence,
cette étude démontre que c’est la compétitivité de l’élection qui jouerait le rôle le plus
important sur le taux de participation. Leur enquête aurait en effet corroboré la relation
entre le nombre de candidats qui se présentent aux élections et le taux de participation
(Hajnal et Lewis, 2003). Le nombre de termes auxquels se présentent les candidats aurait
également une influence; plus le candidat s’est présenté souvent, moins le taux de
participation est élevé (Trounstine, 2006). Or, si on transpose cette théorie à Gatineau, on
observe que le nombre de candidats a plutôt eu l’effet inverse sur le taux de participation
aux élections (Tableau 3). Pour les cinq dernières élections, plus il y avait de candidats,
moins les gens ont voté. Il faut toutefois revenir sur les circonstances exceptionnelles du
scrutin de 2001, qui constituait la première élection de la ville de Gatineau nouvellement
fusionnée, un enjeu qui pourrait expliquer une participation plus élevée.
Par ailleurs, la relation entre le taux de participation et le nombre de mandats sollicités
par le maire semble se confirmer pour Gatineau. À l’exception des élections de 2013, on
remarque que lorsqu’un maire sortant sollicite un nouveau mandat, le taux de
participation diminue.
!"#$%"&'M'N'!"&*'+%',"-./0/,"./12'%2'F120./12'+&'21D#-%'+%'0"2+/+".4'O'$"'D"/-/%'O'
P"./2%"&'%2.-%'9::('%.'9:(E"
"
Nbre"Candidats"
Maire"élu"(sortant)"
%"Participation"
2017"
5"
Maxime"P-Jobin"(MPJ)"
39"%"
2013"
4"
Maxime"P-Jobin"(MB)"
42"%"
2009"
6"
Marc"Bureau"(MB)"
39"%"
2005"
2"
Marc"Bureau"(YD)"
48"%"
2001"
2"
Yves"Ducharme""
54"%"
>1&-0%')'Q/$$%'+%'P"./2%"&'
!
!
12!
2.3. L’influence de l’augmentation de la population
Breux et Al. (2014) montrent qu’il existe une relation inverse (statistiquement
significative) entre l’augmentation de la population et le taux de participation aux
élections municipales. Ainsi, selon ces auteurs, une augmentation de 1 % de la population
diminue le taux de votation de 0,17 point de pourcentage, ce qui pourrait s’expliquer par
un manque de sentiment d’appartenance des nouveaux arrivants envers leur municipalité.
Il est à remarquer que cette relation inverse entre la variation de population et la variation
du taux de participation s’observe dans six des huit villes québécoises étudiées, dont
Gatineau.
'
!"#$%"&'R'N'Q"-/"./12'+&'."&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4''S9:(MT9:(EU'
%2'$/%2'"3%0'$"'3"-/"./12'+%'$"',1,&$"./12'S9:((T9:(IU'+"24'7&/.'3/$$%4'+&'C&6#%0"
"
>1&-0%4')'V24./.&.'+%'$"'4."./4./8&%'+&'C&6#%0'%.'JKJL!'
'
2.4. L’influence de l’enracinement dans la communauté
Dans les grandes villes, on note généralement un taux de participation plus faible aux
élections municipales. Un des arguments qui explique ce fait est que plus la taille de
l’électorat est grande, plus les électeurs considèrent que leur vote ne fera pas de
différence sur les résultats de l’élection (Frandsen, 2002 cité par Breux, 2017). Toutefois,
si cette théorie était vraie, elle aurait aussi une incidence sur le taux de participation aux
élections provinciales et fédérales. Or, ce n’est pas le cas.
Saguenay" Québec" Trois-
Rivières" Sherbrooke" Montréal" Gatineau" Laval" Longueuil"
"Δ"Population"(2011-2016)"
-1%"
3%"
2%"
5%"
5%"
5%"
6%"
5%"
"Δ"Élection(2013-2017)"
-2%"
-7%"
-15%"
4%"
-2%"
-9%"
-11%"
-5%"
-20%"
-15%"
-10%"
-5%"
0%"
5%"
10%"
!
!
13!
Une autre explication serait que le sentiment d’appartenance et l’enracinement à la
municipalité joueraient un rôle crucial sur le taux de participation aux élections. En
effectuant une étude sur la participation politique des immigrants, croisée avec des
données extraites de l’enquête nationale sur le capital social des Canadiens, Nakhaie
(2006) a démontré l’importance de l’enracinement comme déterminant à la participation
politique, et que cette incidence s’estompait au bout de 13 ans.
En utilisant comme échantillon nos huit villes québécoises, il semble se dégager une
relation inversement proportionnelle entre le pourcentage de mobilité depuis cinq ans
(proportion de nouveaux arrivants dans une région entre 2011 et 2016) et le taux de
participation aux élections municipales de 2017. Par ailleurs, dans les villes plus grandes,
les nouveaux résidents auraient tendance à favoriser la location vs l’achat d’une
propriété, et nous verrons que ce facteur est déterminant pour la participation aux
élections municipales.
'
!"#$%"&';')'W%$"./12'%2.-%'$"',-1,1-./12'+%'21&3%"&*'0/.1X%24'SD/H-"2.4U'+%,&/4';'"24'
S9:((T9:(IU'%.'$%'."&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'%2'9:(E'
'
>1&-0%')'>."./4./8&%'@"2"+"'S9:(IU'%.'JKJL!"
"
A l’exception de l’étude de Nakhaie en 2006 et celle de Dostie-Goulet en 2012, cette
variable de mobilité ne semble pas avoir été considérée dans les études empiriques
canadiennes portant sur la participation aux élections municipales. Pourtant, il s’agit d’un
Saguenay Québec Trois-Rivières Sherbrooke Montréal Gatineau Laval Longueuil
Mobilité 5 ans auparavant
8%
11%
12%
15%
16%
13%
14%
18%
Élect. Mun 2017
56%
51%
49%
44%
43%
39%
36%
32%
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
!
!
14!
facteur qui, combiné à la taille et à la densité de la municipalité, pourrait permettre de
mieux comprendre les raisons d’une abstention massive aux élections municipales et
d’identifier des mesures afin de favoriser un meilleur taux de participation.
2.5. L’influence d’être propriétaire d’une maison
Dans un essai publié en 2001, le chercheur américain William Fisher introduit le concept
des « homevoters », en émettant l’hypothèse que les propriétaires participent davantage
aux affaires municipales que les locataires, car ils tendent à vouloir protéger la valeur de
leur investissement (généralement le plus important dans une vie), soit leur maison. Cette
théorie est connue sous le terme Homevoter Hypothesis (HH). Cette hypothèse a fait
l’objet de nombreuses études empiriques aux États-Unis, qui ont majoritairement
confirmé la théorie avancée.
Ces études étant limitées aux villes américaines, des chercheurs canadiens (McGregor et
Spicer, 2014) se sont penchés sur la HH au Canada. Pour effectuer leur analyse, ils ont
utilisé la base de données de Statistique Canada de l’Enquête sociale générale 20084,
portant notamment sur l’engagement communautaire et politique des Canadiens. Un
croisement des données entre le taux de participation aux élections municipales révèle
que les locataires auraient voté à 55,9 % alors que les propriétaires auraient participé à
71,5 %. Selon ces données, il y aurait donc une relation directe entre le fait d’être
propriétaire et celui de participer aux élections municipales. Et cette relation serait même
plus importante que le genre, le revenu, le niveau d’éducation et l’ethnicité. Seuls les
facteurs de l’âge et du nombre d’années de résidence dans une municipalité sont plus
importants.
Il est important de souligner que l’analyse de McGregor et Spicer ne tient pas compte des
biais engendrés par les sondages sur les intentions de vote et la participation politique. En
effet, les taux de participation aux élections compilés dans l’Enquête sociale générale
2008 de Statistique Canada excèdent largement les taux réels5 de votation. En utilisant les
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
4"http://www.statcan.gc.ca/pub/89-640-x/89-640-x2009001-fra.htm"
5"Ce"sujet"sera"abordé"plus"en"profondeur"dans"la"section"Taux"de"participation"déclaré"vs"taux"réel,"p."20!
!
!
15!
données réelles de participation aux élections de 2017, croisées avec la proportion de
ménages propriétaires en 2016 dans notre échantillon de villes québécoises, on peut noter
que la relation n’est pas aussi nette que celle de la mobilité établie précédemment,
notamment pour les villes-banlieues à proximité d’une ville-centre (une métropole ou une
capitale), telles Laval et Longueuil qui côtoient Montréal et Gatineau qui côtoie Ottawa.
!"#$%"&' I')' W%$"./12' %2.-%' $"' ,-1,1-./12' +%' D62"H%4' ,-1,-/6."/-%4' %.' $%' ."&*' +%'
,"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+"24'0%-."/2%4'3/$$%4'+&'C&6#%0'
"
>1&-0%')'>."./4./8&%'@"2"+"A'W%0%24%D%2.'9:(I'
"
McGregor et ses collègues ont aussi vérifié le niveau d’attention des électeurs envers les
affaires municipales, en posant trois questions distinctes dans leur sondage, afin de
comparer avec une étude effectuée par Kushner et Siegel’s en 1998 en Ontario; les
répondants de leur enquête devaient nommer le maire actuel, le maire précédent et leur
numéro de district. Ils ont ainsi découvert que les propriétaires pouvaient répondre en
moyenne à 1,66 question sur 3, contre 1,39 pour les locataires, ce qui pourrait confirmer
qu’effectivement, les propriétaires sont plus intéressés aux affaires municipales que les
locataires. Toujours selon les données de Statistique Canada, les chercheurs estiment que
le fait d’être propriétaire semble influencer davantage (augmenter) la participation aux
élections municipales qu’aux élections provinciales ou fédérales. Couture et Al (2014)
ont pour leur part démontré que « c’est plutôt la stabilité dans le lieu de résidence (Geys,
Saguenay" Québec" Trois-
Rivières" Sherbrooke" Montréal" Gatineau" Lavail" Longueuil"
%"de"propriétaires"
62%"
53%"
56%"
52%"
37%"
63%"
69%"
54%"
Élect."Mun"2017"
56%"
51%"
49%"
44%"
43%"
39%"
36%"
32%"
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
70%"
80%"
!
!
16!
2006), plus que le statut de propriétaire ou de locataire qui serait un incitatif à la
participation », ce qui nous ramène au facteur de l’enracinement.
2.6. L’influence de l’enjeu public et de l’importance accordée aux types de
gouvernements
Dostie-Goulet (2012) souligne qu’on note une très forte mobilisation face à un enjeu
public jugé important, comme en démontre le taux de participation de 93,5 % lors du
Référendum de 1995 au Québec. L’importance des enjeux aurait donc une influence
directe sur la participation aux élections, peu importe le palier de gouvernement. Nous
avons aussi observé que le taux de participation le plus élevé aux élections municipales
de Gatineau remonte à 2001, année de la fusion municipale, un dossier qui a été
largement couvert dans les médias et qui avait polarisé la population (pour ou contre) à
l’époque.
On pourrait croire que la population qui utilise les services publics municipaux serait plus
susceptible d’accorder de l’importance au gouvernement municipal et au choix des élus
qui dirigent leur municipalité, et par conséquent qu’ils seraient plus nombreux à aller
voter. Toutefois, ce n’est pas le cas. Selon une enquête réalisée sur le territoire de l’ile de
Montréal (Dostie-Goulet, 2012), le gouvernement municipal arrive en 3e place
d’importance dans l’opinion publique, alors qu’il s’agit pourtant du palier de
gouvernement le plus proche du citoyen.
D’autre part, des données récoltées durant les élections municipales de 2014 à Toronto
suggèrent que les gens considèrent que leur municipalité a une grande influence sur leur
vie quotidienne. Toronto Election Study a demandé aux électeurs de classer les différents
paliers gouvernementaux selon l’impact direct de chacun de ces gouvernements sur leur
qualité de vie. Les gouvernements municipaux ont été classés au premier rang par 30,1 %
des répondants, alors que 20,5 % les ont classés au second rang. Ce qui démontre
l’importance que les chercheurs devraient accorder à l’étude des élections municipales.
(McGregor et Spicer, 2014).
!
!
17!
On peut donc présumer que l’importance générale accordée à un enjeu public a une
influence directe sur le taux de participation au scrutin. Au niveau provincial, nous avons
des partis qui s’affrontent, avec des promesses, des plateformes électorales et des enjeux
qui sont parfois diamétralement opposés et qui ont des répercussions directes sur la
qualité de vie des électeurs. À Gatineau, avec un seul parti politique au municipal et une
seule plateforme électorale, les élections semblent relever davantage d’un concours de
personnalité et pourraient expliquer un si faible intérêt de la population.
2.7. L’influence des médias
Finalement, selon l’étude de McGregor et Spicer, la relation entre la densité de la
population et le taux de participation est contraire aux prévisions initiales, alors qu’on
s’attendait à un taux de participation plus élevé dans les municipalités moins denses.
Selon ces auteurs, ceci pourrait s’expliquer par une plus grande couverture médiatique
des campagnes électorales municipales dans les grandes villes, et par le fait que les gens
qui sont plus informés de l’actualité municipale sont plus nombreux à voter.
3. Hypothèses de recherche
Se basant sur les facteurs d’influence soulevés précédemment, cette recherche émet donc
les sept hypothèses suivantes :
Hypothèse 1Les gens qui sont plus enracinés (originaires ou habitent à Gatineau
depuis plus de 10 ans) votent plus que les nouveaux arrivants
Hypothèse 2 Les gens qui utilisent peu (ou pas) les services municipaux sont moins
susceptibles d’aller voter
Hypothèse 3Les propriétaires votent plus que les locataires
Hypothèse 4Les gens qui sont satisfaits des services municipaux sont moins
nombreux à voter (n’en voient pas la nécessité, aucun déclencheur)
Hypothèse 5Les gens plus âgés sont plus nombreux à voter
Hypothèse 6Les gens pour qui l’impact du gouvernement municipal sur leur
qualité de vie est perçu comme faible sont moins nombreux à voter aux élections
municipales
!
!
18!
Hypothèse 7 Les gens qui sont plus informés et plus éduqués sont plus nombreux à
voter
Ces hypothèses ont été vérifiées par le biais d’un sondage réalisé auprès d’un échantillon
d’électeurs gatinois en mai et juin 2018.
4. Méthodologie
4.1. Échantillonnage
Basé sur le bassin de 196 255 électeurs inscrits sur la liste électorale pour l’élection
municipale du 5 novembre 2017 à Gatineau, l’échantillon requis pour une marge d’erreur
de 3,5 % avec un niveau de confiance de 95 % fut établi à 780 personnes. Au final, 2223
personnes ont été approchées et 1075 ont accepté de répondre au sondage, pour un taux
de participation de 45,5 %. De ce nombre, 267 questionnaires ont été rejetés, dont 159
suite à une question de vérification6, et 108 parce qu’ils étaient incomplets. Ce sont donc
808 questionnaires qui ont été retenus pour analyse, pour une marge d’erreur de 3,45 %,
19 fois sur 20.
!"#$%"&'E'N'B1226%4'-%$"./3%4'"&'21D#-%'+%'-6,12+"2.4'
Nombre"de"personnes"sollicitées"
999M'
Nombre"de"personnes"éligibles"et"qui"ont"accepté"de"participer"
(:E;'
Nombre"de"questionnaires"incomplets""
108"
Nombre"de"questionnaires"retirés"suite"à"une"question"de"vérification"
159"
Nombre"de"questionnaires"retenus"pour"analyse"
<:<'
'
4.2. Fonctionnement de la collecte
Le sondage7, qui comprenait 20 questions dans sa version la plus longue, a été
programmé sur la plateforme SurveyMonkey et administré en personne par deux
assistantes de recherche. La collecte se faisait dans des lieux publics de Gatineau, du 1er
mai au 2 juin 2018, les jeudis et vendredi soir et samedi et dimanche en journée. Les
données étaient compilées directement dans le logiciel par le biais de tablettes
électroniques munies d’un accès cellulaire. Les lieux de collecte étaient variés et répartis
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
6"Voir"Taux"de"participation"déclaré"vs"taux"de"participation"réel,"p.20"
7"Questionnaire"et"résultats"complets"en"annexe!
!
!
19!
sur le territoire de la Ville de Gatineau, afin d’obtenir une bonne représentativité de tous
les secteurs et groupes d’âge. Le tableau 8 présente l’horaire détaillé de la collecte.
!"#$%"&'<'N'Y1-"/-%'%.'$/%&*'+%'01$$%0.%'
B".%'
Z1&-26%'
W6,12+"2.4'
>%0.%&-''
[/%&'
'
:(TD"/'
Mardi"
8"
Hull"
Rue"Laval"
"
:MTD"/'
Jeudi"
52"
Gatineau"
Centre"sportif/bibliothèque"Guy"Sanche"
:RTD"/'
Vendredi"
52"
Gatineau"
Centre"sportif/bibliothèque"Guy"Sanche"
:;TD"/'
Samedi"
69"
Aylmer"
Galeries"Aylmer""
:ITD"/'
Dimanche"
57"
Aylmer"
Galeries"Aylmer""
(:TD"/'
Jeudi"
45"
Hull"
Galeries"de"Hull""
((TD"/'
Vendredi"
45"
Hull"
Galeries"de"Hull""
(9TD"/'
Samedi"
52"
Hull"
Galeries"de"Hull""
(MTD"/'
Dimanche"
57"
Gatineau"
Piste"cyclable"Greber/JCartier+biblio"MC"
(ETD"/'
Jeudi"
57"
Buckingham"
Devant"Lala"Bistro"Avenue"de"Buckingham"
(<TD"/'
Vendredi"
30"
Buckingham"
Devant"Lala"Bistro"Avenue"de"Buckingham"
(\TD"/'
Samedi"
77"
Gatineau"
Marché"Notre-Dame"+"Centre"sportif"
9:TD"/'
Dimanche"
69"
Gatineau"
Centre"sportif"et"Cinema"Neuf"
9RTD"/'
Jeudi"
95"
Hull"
Rue"Laval"
"
9ITD"/'
Samedi"
106"
Gatineau"
Les"Promenades"
9ETD"/'
Dimanche"
86"
Gatineau"
Centre"sportif/bibliothèque"Guy"Sanche"
:(T]&/2'
Vendredi"
32"
Hull"
UQO"/"rue"Prom."du"Portage"
:9T]&/2'
Samedi"
86"
Hull"
Marché"du"Plateau"Parc"Central"(rue"Bruxelles)"
!1."$'
"
(:E;'
"
"
"
"
Il est à noter que la collecte de données était dépendante du bon fonctionnement du WiFi
ou du réseau cellulaire. Selon les préposées, près de la moitié des 108 sondages
incomplets seraient dus à une mauvaise connexion Internet, ce qui avait pour effet
d’allonger ou d’interrompre la collecte en cours de processus.
5. Caractéristiques de l’échantillon
Un des intérêts particuliers de notre enquête est qu’elle survient à peine six mois suivant
le dernier scrutin électoral municipal, alors que les répondants sont encore en mesure de
se souvenir des circonstances au moment des élections. Cette section s’intéresse aux
principales caractéristiques de notre échantillon, ainsi qu’aux facteurs ayant pu influencer
les résultats.
!
!
20!
5.1. Taux de participation déclaré et taux de participation réel
Généralement, le taux de participation aux élections rapporté dans les sondages est plus
élevé que le taux réel de participation. À titre d’exemple, selon les données de l’Enquête
sociale générale de 2008 publiée par Statistique Canada, 79 % des électeurs québécois
ont dit avoir participé aux élections fédérales, 80 % aux élections provinciales et 59 %
aux élections municipales les plus récentes. Or, lorsqu’on compare ces données aux taux
réels de participation (Tableau 9), on note une différence significative entre la réalité et le
résultat de l’enquête.
'
!"#$%"&'\'N'Q"-/"./12'%2.-%'$%4'."&*'+%',"-./0/,"./12'-6%$4'"&*'+/3%-4'.X,%4'+56$%0./124'
%.'$%4'-64&$.".4'+5&2'412+"H%'"&,-^4'+%4'@"2"+/%24'S9::<U'"/24/'8&5O'P"./2%"&'S9:(EU'
'
>%$12'$%4'-6,12+"2.4'+&'
C&6#%0'
!"&*'-6%$''+%'
,"-./0/,"./12'"&'C@'
Q"-/"./12'S,1/2.4'
+%'_U'
`6+6-"$'
79"%"
62"%"(2008)"
-17"
a-13/20/"$'
80"%"
57"%"(2008)"
-23"
P"./2%"&'SD&2/0/,"$U'
65"%"(résultats"bruts"de"notre"
enquête)"
39"%"(2017)"
-26"
>1&-0%')'b28&c.%'410/"$%'H626-"$%'+%'9::<',&#$/6%',"-'>."./4./8&%'@"2"+"A'?$%0./12'
@"2"+"'%.'BPbC'
"
Ce phénomène pourrait s’expliquer de plusieurs façons :
Ce sont généralement les gens intéressés par le sujet qui acceptent de répondre
aux sondages (Brehm, 1993).
La représentation sociodémographique de l’échantillon de répondants pourrait
diverger de la représentation de la population réelle, ce qui a une incidence sur les
résultats.
Le lieu et la façon dont les données sont collectées peuvent occasionner un biais.
Finalement, puisque les gens sont préoccupés par l’image qu’ils projettent et le
jugement des autres, ils pourraient avoir tendance à ne pas dire la vérité lorsque
sondés sur un sujet aussi personnel que la participation électorale, perçue comme
un devoir citoyen.
Ce phénomène est corroboré par notre étude : 65 % des répondants ont dit avoir voté le 5
novembre 2017 à Gatineau, alors que le taux réel de participation est de 39 %, une
différence importante de 26 points de pourcentage. Pour solidifier nos résultats, une
!
!
21!
question de vérification a été intégrée au sondage; après avoir répondu à la question sur
leur participation aux élections municipales, les gens devaient ensuite nommer le maire
de Gatineau. Près de 25 % des répondants qui ont dit avoir voté n’ont pu répondre à cette
question. En émettant l’hypothèse qu’il était probable que ces gens n’aient pas dit la
vérité sur leur participation aux élections, ils ont été retirés de notre échantillon aux fins
de cette analyse. Après cette correction, nous obtenons un taux de participation de 59 %,
ce qui est encore 20 points de pourcentage supérieur au taux réel, mais qui correspond
tout à fait au taux de participation déclaré pour les élections municipales lors de
l’Enquête sociale générale menée par Statistique Canada en 2008. Avant de procéder à
l’analyse"des résultats, voyons comment cette différence de 20 points pourrait
s’expliquer, en étudiant la composition sociodémographique de notre échantillon.
5.2. L’âge des répondants
Le tableau 7 démontre qu’il y a une différence dans la représentation de nos répondants
par rapport à la population réelle pour certains groupes d’âge. Ainsi, les 18-24 sont sous-
représentés dans notre échantillon, tandis que les 35-44 ans sont surreprésentés. Ceci
pourrait expliquer en partie l’écart entre le taux réel de participation aux dernières
élections à Gatineau et celui de nos répondants après correction (59 %), car nous verrons
que les personnes plus âgées votent en plus large proportion que les plus jeunes.""
"
!"#$%"&'(:'T'@1D,"-"./F'+%'$5GH%'+%4'P"./21/4'%.'+%4'-6,12+"2.4'+%'21.-%'412+"H%"
N=808!
"
>1&-0%'GH%'-6%$')'>."./4./8&%'@"2"+"'9:(I'
18-24" 25-34" 35-44" 45-54" 55-64" 65-74" 75"+"
Réel"
13.0%"
16.8%"
17.4%"
18.3%"
17.1%"
10.6%"
6.9%"
Répondants"
7.9%"
19.2%"
25.8%"
16.4%"
16.1%"
11.2%"
3.5%"
0.0%"
5.0%"
10.0%"
15.0%"
20.0%"
25.0%"
30.0%"
!
!
22!
5.3. La répartition géographique des répondants
Bien qu’il n’y ait pas de différence marquée dans les taux de participation aux élections
entre les divers secteurs de la Ville (voir TPM Figure 1), une attention particulière a été
portée à la répartition géographique des répondants. L’échantillon a été segmenté en
quatre secteurs, soit Est, Ouest, Hull et Gatineau. Cette répartition fut vérifiée à l’aide des
trois premiers caractères du code postal des répondants. Le nombre de répondants ciblés
dans chaque secteur a été déterminé en fonction du nombre de citoyens inscrits sur la liste
électorale dans chaque district. Cet exercice permet de démontrer que l’échantillon de
répondants est légèrement surreprésenté dans le secteur Ouest au détriment de Hull et du
secteur Est, mais que dans l’ensemble, la représentativité de notre échantillon est
conforme à la répartition de la population gatinoise.
'
`/H&-%'('N'W6,"-././12'+%4'-6,12+"2.4'%2'8&".-%'4%0.%&-4'+%'$"'Q/$$%'+%'P"./2%"&'
deE<9'''W%F&4'+%'-6,12+-%'e'9I'
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"
'!aJ')'!"&*'+%',"-./0/,"./12'D1X%2'"&*'6$%0./124'+%'9:(E',1&-'$%'4%0.%&-'''''''''"
"
5.4. Le niveau de scolarité des répondants
Le niveau d’éducation de nos répondants est supérieur au niveau d’éducation de la
population de Gatineau, si on compare nos résultats avec les données du Recensement
2016 de Statistique Canada pour Gatineau. Nous avons moins de répondants qui n’ont
>%0.%&-'L&%4.'
Répondants":"167"
Ciblés":"144"
TPM":"37"%"
>%0.%&-'P"./2%"&'
Répondants":"335"
Ciblés":"337"
TPM":"41"%"
>%0.%&-'Y&$$'
Répondants":"201"
Ciblés":"214"
TPM":"38"%"
>%0.%&-'b4.'
Répondants":"79"
Ciblés":"85"
TPM":"37"%"
!
!
23!
aucun diplôme ou obtenu un diplôme collégial, mais davantage avec un niveau
d’éducation universitaire. Il faut toutefois noter que les données de Statistique Canada
concernent les 25 ans et plus, tandis que notre échantillon débutait à 18 ans, la proportion
des 18-24 ans n’est donc par prise en compte dans leur répartition. Somme toute, les
répondants de notre enquête apparaissent plus éduqués que l’ensemble de la population
gatinoise, et comme il y a une relation entre le niveau d’éducation et le taux de vote, ceci
pourrait aussi expliquer le résultat plus élevé de notre sondage pour la votation à
Gatineau.
'
!"#$%"&' ((N' d/3%"&' +56+&0"./12' +%4' -6,12+"2.4' +%' 21.-%' 412+"H%' %.'2/3%"&'
+56+&0"./12'-6%$'+%'$"',1,&$"./12=''
"
>1&-0%'6+&0"./12')'>."./4./8&%'@"2"+"'9:(I'
'
5.5. L’intérêt des répondants envers le sujet
Il faut souligner également l’incidence de la théorie de Brehm (1993), théorie selon
laquelle ce sont surtout les gens intéressés par le sujet qui acceptent de répondre à un
sondage. Lorsqu’approchés par les préposées à la collecte, qui portaient des vêtements à
l’effigie de l’Université du Québec en Outaouais, les gens se voyaient d’abord demander
s’ils accepteraient de participer à une enquête étudiante portant sur l’implication
citoyenne à Gatineau. On peut donc présumer que les gens qui ont accepté de répondre au
sondage étaient davantage intéressés aux affaires municipales que ceux qui ont refusé, et
Aucun"
diplôme" Secondaire" Collégial"ou"
technique"
Universitaire"
1"
Universitaire"
2"ou"3"
Réel"(25"ans"et"+)"
13%"
19.60%"
34%"
22.10%"
11.30%"
Répondants"
6.40%"
20.70%"
28.40%"
28.30%"
16%"
0%"
5%"
10%"
15%"
20%"
25%"
30%"
35%"
40%"
!
!
24!
qu’ils avaient par conséquent une plus grande propension à exercer leur droit de vote, ce
qui pourrait expliquer la différence de 20 points de pourcentage entre le taux observé
(après correction) et le taux réel de votation.
Ces quatre facteurs combinés (âge, le niveau d’éducation, la répartition géographique et
intérêt envers le sujet) sont importants à considérer. Toutefois, cette étude s’intéresse à
comprendre la différence entre les gens qui ont voté et ceux qui n’ont pas voté, et
l’échantillon de répondants pour chacun des sous-groupes (voté ou non-voté) est
suffisamment large pour nous permettre d’effectuer une analyse objective et d’identifier
quelques pistes de réponse.
6. Résultats et analyse
Pour l’ensemble des hypothèses, nous avons d’abord vérifié s’il y a avait une relation
entre la variable Vote (=1 si voté, =0 si non voté8) et les facteurs déterminants inclus dans
notre questionnaire, par le biais d’une analyse de Khi carré (χ2). Cette analyse permet de
tester l’hypothèse nulle H0 (absence de relation statistique significative entre les deux
variables) et de la confronter à l’hypothèse alternative H1 (existence d’une relation entre
les deux variables). Selon le test de χ2 (Tableau 12), six facteurs semblent n’avoir aucune
incidence significative sur le taux de participation aux élections municipales, soit le fait
de s’informer via le FM 104,7, le Bulletin de Buckingham ou celui d’Aylmer, le fait
d’être un homme ou une femme, d’être originaire de Gatineau et le niveau d’importance
attribué au gouvernement fédéral. Parmi les facteurs ayant une relation significative,
notons le fait d’être propriétaire, l’âge des répondants, le niveau d’importance accordé au
gouvernement municipal et le nombre d’années résidant à Gatineau.
Si le test de χ2 met en lumière l’évidence d’une relation entre le taux de vote et le facteur
déterminant, il ne permet pas de déterminer s’il s’agit d’une influence positive ou
négative, ni de statuer sur la force de cette relation. Chacune des hypothèses a donc été
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
8!Seuls!ont!été!considérés!comme!ayant!voté!!les!répondants!qui!ont!dit!avoir!voté!et&qui!ont!pu!
nommer!le!maire!de!Gatineau!de!façon!spontanée.!
!
!
25!
analysée en fonction des résultats de l’enquête, en comparant les facteurs significatifs et
leur incidence sur le taux de participation aux élections.
!"#$%"&' (9N' W64&$.".4' +&' .%4.' +%' χ2"N' +6,%2+"20%' %2.-%' $%4' F"0.%&-4' +5"2"$X4%' %.' $%'
."&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'O'P"./2%"&'%2'9:(E!
`"0.%&-4'"2"$X464'34'$"',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'S"'31.6'1&'212U'
f7/'0"--6'
(χ2)'
aT3"$&%'
1-"Type"de"logement"(propriétaire"ou"locataire)"
72,6688"
0,00001"
2-"Âge"des"répondants"
45,2443"
0,00001"
3-"Niveau"d’importance"du"Gouvernement"municipal"sur"la"qualité"
de"vie"
44,0277"
0,00001"
4-"Nombre"d'années"habitant"à"Gatineau"
35,6901"
0,00001"
5-"Niveau"d’importance"du"Gouvernement"provincial"sur"la"qualité"
de"vie"
26,6773"
0,000018"
6-"S'informer"via"La"Revue"de"Gatineau"
26,1591"
0,00001"
7-"Niveau"de"scolarité"
25,466"
0,000041"
8-"S'informer"via"le"Droit"
21,2019"
0,00001"
9-"Satisfaction"envers"les"services"municipaux"
20,0525"
0,000166"
10-"Langue"du"répondant"
19,256"
0,000011"
11-"Fréquence"d'utilisation"de"la"STO"
15,8921"
0,000354"
12-"Fréquence"d'utilisation"des"bibliothèques"municipales"
15,0479"
0,001776"
13-"Ne"s'informe"pas"des"nouvelles"locales"(Aucun"Média)"
15,0367"
0,000105"
14-"S'informer"via"Ici"Ottawa-Gatineau"(télé)"
12,6705"
0,000371"
15-"S'informer"via"TVA"Gatineau-Ottawa"(télé)"
11,9663"
0,000542"
16-"S'informer"via"FM"90,7"
11,765"
0,000604"
17-"Fréquence"d'utilisation"des"Centres"sportifs"et"arénas"
municipaux"
11,0239"
0,011598"
18-"S'informe"via"les"médias"sociaux"
7,1051"
0,007687"
Importance"Gouvernement"fédéral"(NON"SIGNIFICATIF)"
4,7915"
0,173896"
S'informe"via"FM"104,7"(NON"SIGNIFICATIF)"
2,8604"
0,090784"
S'informe"via"Le"Bulletin"de"Buckingham"(NON"SIGNIFICATIF)"
2,591"
0,107469"
Originaire"de"Gatineau"ou"non"(NON"SIGNIFICATIF)"
2,1652"
0,141169"
S'informe"via"Le"Bulletin"d'Aylmer"(NON"SIGNIFICATIF)"
1,4482"
0,228822"
Sexe"du"répondant"(NON"SIGNIFICATIF)"
0,3914"
0,531545"
2e<:<'''W64&$.".'4/H2/F/0"./F'O','g'=:;!
Hypothèse 1 Les gens qui sont plus enracinés (originaires ou habitant à Gatineau
depuis plus de 10 ans) votent plus que les nouveaux arrivants
Notre sondage a révélé que plus de la moitié des Gatinois (56 %) ne sont pas originaires
de Gatineau. Or, contrairement à notre hypothèse de départ, l’analyse de χ2 a démontré
qu’il n’y avait pas de relation significative entre le fait d’être originaire de Gatineau et
celui de voter aux élections municipales. Il y aurait toutefois une relation importante entre
!
!
26!
le nombre d’années vécues à Gatineau et la participation électorale municipale. Si nous
prenons les 56 % de répondants qui ne sont pas originaires de Gatineau, on note que ceux
qui y habitent depuis plus de 20 ans votent 2,3 fois plus que ceux qui y vivent depuis 5
ans et moins. En fait, parmi les gens qui sont nouvellement arrivés (5 ans et moins) dans
la région, seulement le tiers (32 %) ont dit avoir voté le 5 novembre dernier. "
!"#$%"&' (M' N' !"&*' +%' ,"-./0/,"./12' +%4' H%24' 8&/' 2%' 412.' ,"4' 1-/H/2"/-%4' +%' P"./2%"&A' %2'
F120./12'+&'21D#-%'+5"226%4'-64/+"2.'O'P"./2%"&=''''''S2eRR\U'
"
"
À noter que c’est après avoir vécu entre 6 à 10 ans à Gatineau que les citoyens originaires
d’ailleurs atteignent un niveau de participation équivalent à celui des personnes
originaires de Gatineau (53 %), et après 11 à 20 ans qu’ils obtiennent un taux de
participation dans la moyenne (59 % selon notre échantillon). Ces résultats corroborent
ceux obtenus par Nakhaie (2006), qui soulevait dans son étude que le sentiment
d’appartenance et l’enracinement à la municipalité jouaient un rôle crucial sur le taux de
participation aux élections. Elle a aussi démontré l’importance de l’enracinement comme
déterminant à la participation politique, et que cette incidence s’estompait au bout de 13
ans.
Or, peut-être en raison de sa proximité avec la capitale nationale Ottawa, la Ville de
Gatineau doit son évolution démographique en grande partie aux migrants, qu’ils soient
internes (transferts d’autres villes et régions du Québec et du Canada) ou externes
(immigration). Entre 2011 et 2016 seulement, Gatineau a accueilli 32 955 migrants9, soit
25 115 du Canada et 7845 d’autres pays. Gatineau compte aussi une très large proportion
de résidents originaires d’ailleurs, une caractéristique qu’on pourrait lier aux emplois
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
9!Source!:!Statistique!Canada!Recensement!2016!
0-5"ans" 6-10"ans" 11-20"ans" Plus"de"20"ans"
Voté"
32%"
53%"
57%"
73%"
0%"
20%"
40%"
60%"
80%"
!
!
27!
dans la fonction publique et à sa proximité avec la capitale nationale. En effet, parmi les
raisons évoquées dans le cadre de notre enquête pour venir s’établir à Gatineau, un
emploi au gouvernement fédéral arrive en première position à 18 %, auquel on pourrait
rajouter une proportion similaire de répondants qui les auraient suivis, car"38 % des
répondants venant d’ailleurs seraient venu s’établir à Gatineau pour des raisons
familiales.
Notre étude démontre que plus de la moitié de la population gatinoise (56 %) est
originaire d’ailleurs et que la participation aux élections est plus faible chez ces nouveaux
arrivants. Toutefois, l’incidence d’être originaire d’ailleurs sur le taux de participation
aux élections municipales s’estomperait au bout d’une période se situant entre 6 à 10 ans.
Hypothèse 2- Les gens qui utilisent peu (ou pas) les services municipaux sont moins
susceptibles d’aller voter
Selon l’analyse de χ2, il y aurait une relation significative entre le fait d’utiliser les
services municipaux et celui de voter. Il peut apparaitre évident que les gens qui utilisent
fréquemment la bibliothèque municipale sont plus éduqués et par conséquent, qu’ils sont
plus nombreux à voter, mais qu’en est-il pour les usagers fréquents des centres sportifs et
des arénas, ainsi que des transports en commun? Le tableau 14 résume les données de
notre enquête à cet égard.
!"#$%"&'(R'N'W%$"./12'%2.-%'$"'F-68&%20%'+5&./$/4"./12'+%'0%-."/24'4%-3/0%4'D&2/0/,"&*'
%.'$%'."&*'+%'31.%'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+%'213%D#-%'9:(E'O'P"./2%"&'
'''N=808'
"
Régulièremement" Quelques"fois"par"
année" Jamais"
Biblothèque"
74.3%"
60.4%"
52.0%"
Centre"sportif"
65.7%"
60.0%"
52.6%"
STO"
48.9%"
58.8%"
64.7%"
0.0%"
10.0%"
20.0%"
30.0%"
40.0%"
50.0%"
60.0%"
70.0%"
80.0%"
!"&*'+%'31.%'
!
!
28!
Ces données démontrent que les gens qui utilisent davantage la bibliothèque municipale
et les centres sportifs votent en plus grand nombre que ceux qui n’y vont jamais, mais
que cette relation est inverse pour ce qui est de l’utilisation des transports en commun.
Une analyse plus poussée pourrait permettre de déterminer si l’âge des répondants et leur
niveau d’éducation seraient les facteurs expliquant cette différence, mais basé sur les
résultats de notre enquête, nous pouvons effectivement confirmer qu’à l’exception du
transport en commun, les usagers des services municipaux votent davantage que ceux qui
ne les utilisent jamais, et ce résultat confirme celui obtenu par Dostie-Goulet (2012) lors
de son enquête auprès de jeunes Montréalais.
Hypothèse 3 – Les propriétaires votent plus que les locataires
Notre analyse de χ2 identifie le fait d’être propriétaire ou locataire comme facteur
déterminant de la participation aux élections municipales. Ce qui corrobore l’hypothèse
des homevoters (HH) développée par le chercheur américain William Fisher (2001).
Selon le recensement 2016 de Statistique Canada, 63 % des Gatinois étaient désignés
propriétaires, toutefois, cette donnée inclut aussi les jeunes de 18 ans et plus habitant chez
leur parent propriétaire. En additionnant les propriétaires (58%) et une portion des
pensionnaires, notre échantillon s’apparente aux données du Recensement de 2016. Par
ailleurs, notre questionnaire a permis d’isoler les pensionnaires, un groupe composé à 93
% de jeunes adultes (18-35 ans), et d’observer que ceux-ci votent en moins grand nombre
que la moyenne des gens (59 %, selon notre échantillon)."
!"#$%"&'(;'N'!"&*'+%'31.%'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+&';'213%D#-%'9:(E'%.'.X,%'+%'$1H%D%2.'
O'P"./2%"&='
'N=808!
"
58%" 34%" 8%"
Propriétaire" Locataire" Pensionnaire"
Taux"de"vote"
72%"
44%"
33%"
0%"
20%"
40%"
60%"
80%"
!"&*'+%'31.%'
!
!
29!
Le tableau 15 démontre que les propriétaires, qui représentent 58 % de la population
gatinoise, ont voté à près de 72 %, tandis que les locataires, qui représentent une personne
sur trois, auraient voté à 44 % le 5 novembre dernier. Mais comme on peut s’y attendre, il
y a aussi une relation entre l’âge des répondants et le fait d’être propriétaire d’une
maison. Le tableau 16 démontre l’évolution du type de logement par groupe d’âge. Nous
pouvons observer que l’accès à la propriété se dessine vers la mi-vingtaine pour culminer
dans la quarantaine, et décline par la suite en fonction du cycle de vie des familles. La
relation entre l’âge et l’accès à la propriété n’est pas aussi linéaire qu’on aurait pu s’y
attendre.
!"#$%"&'(I'N'?31$&./12'+&'.X,%'+%'$1H%D%2.'+%4'P"./21/4A'%2'F120./12'+%'$5GH%'+%4'-6,12+"2.4'
'N=808!
"
"
Mc Gregor et ses collègues avaient également mesuré le taux d’attention des propriétaires
comparé à celui des locataires en lien avec les affaires municipales, en posant quelques
questions de connaissance générale lors de leur enquête. Nous avons reproduit ce test10 en
demandant aux répondants de nommer le maire de Gatineau de façon spontanée, et
l’ancien maire parmi un choix de réponse. Ainsi, les propriétaires ont pu répondre
adéquatement aux deux questions à 64 %, tandis que les locataires n’ont réussi qu’à 45
%, ce qui pourrait confirmer qu’effectivement, les propriétaires s’intéressent davantage
aux affaires municipales que les locataires.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
10!Pour"une"représentation"plus"juste,"ce"calcul"a"été"effectué"sur"les"données"brutes"du"sondage,"avant"la"correction"expliquée"en"
page"18.""
0%" 20%" 40%" 60%" 80%" 100%" 120%"
18-24"
25-34"
35-44"
45-54"
55-64"
65-74"
75+"
18-24" 25-34" 35-44" 45-54" 55-64" 65-74" 75+"
Propriétaire"
3%"
42%"
72%"
71%"
65%"
61%"
57%"
Locataire"
34%"
44%"
28%"
29%"
34%"
38%"
39%"
Pensionnaire"
63%"
14%"
1%"
0%"
1%"
1%"
4%"
!
!
30!
Le fait de posséder une propriété aurait donc une incidence majeure sur le taux de
participation aux élections municipales. Serait-ce le facteur expliquant la différence entre
le taux de vote aux divers paliers de gouvernement?
Le lien fiscal direct, qui relie le citoyen aux gouvernements provincial et fédéral par le
biais des impôts, semble de prime abord inexistant chez les locataires au niveau
municipal, même si ce lien est présent indirectement. En effet, les locataires souffriraient
d’illusion fiscale (Oates, 1988) ; alors que les propriétaires, qui payent leurs impôts
fonciers, sont sensibles aux décisions fiscales prises par leur municipalité, les locataires
ne se rendent pas compte que le propriétaire répercute généralement sur leur loyer une
partie de l’impôt foncier. Ainsi, bien qu’une augmentation de loyer puisse être justifiée
(aux yeux du propriétaire) par une augmentation de l’impôt foncier, le locataire blâmera
son propriétaire plutôt que la municipalité pour son augmentation. Souffrant de cette
illusion fiscale, il pourrait être moins enclin à voter que le propriétaire qui, lui, est
conscient du poids de sa charge foncière.
Notre enquête démontre que le fait d’être propriétaire a une influence positive importante
sur le taux de participation aux élections municipales, et qu’il s’agit d’un facteur
spécifique aux élections municipales qui mériterait d’être approfondi.
Hypothèse 4 Les gens qui sont satisfaits des services municipaux sont moins
nombreux à voter (n’en voient pas la nécessité, aucun déclencheur)
Cette hypothèse repose sur un principe de marketing à l’effet que pour stimuler un
comportement, il faut un déclencheur, qui est soit un besoin à combler ou un problème à
résoudre. Selon l’analyse de Khi-deux, le niveau de satisfaction des citoyens aurait une
incidence significative sur leur taux de vote aux élections municipales. Le tableau 17
démontre sans surprise que les gens indifférents envers les services municipaux votent
peu. On remarque que la majorité (54 %) des répondants se situe dans la catégorie
« moyennement satisfaits », et que ceux-ci ont voté en plus large proportion que ceux se
disant « très satisfaits ». Toutefois, les insatisfaits ont voté moins. "
!
!
31!
!"#$%"&'(E'N'!"&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'%2'F120./12'+%'$"'4"./4F"0./12'O'$56H"-+'+%4'
4%-3/0%4'D&2/0/,"&*'
'N=808!
"
'
Selon l’hypothèse émise, les gens insatisfaits auraient eu un taux de vote plus élevé, et
notre enquête confirme notre hypothèse en partie, puisque les gens moyennement
satisfaits votent plus (64 %) que les gens très satisfaits (59 %). Il est étonnant toutefois de
noter que les gens peu satisfaits votent moins (53 %). Ils expriment une insatisfaction
envers les services municipaux, mais ne sentent pas le besoin de résoudre la situation en
allant voter. Est-ce que ce résultat exprimerait un sentiment d’impuissance lorsqu’atteint
un certain niveau d’insatisfaction? "
Hypothèse 5 – Les gens plus âgés sont plus nombreux à voter
Il a été démontré que l’âge des électeurs a une incidence directe sur le taux de
participation aux diverses élections. Ce facteur d’incidence a été étudié scrupuleusement
au fil des ans, comme en fait foi la base de données de la bibliothèque de l’Université du
Québec en Outaouais, qui compte près de 120 000 thèses traitant de près ou de loin de
cette relation entre l’âge et l’engagement citoyen. Le tableau 18 démontre à quel point
cette théorie se transpose à la population gatinoise. Tel que mentionné lors de l’analyse
de notre échantillon, la proportion de nos répondants âgés de 18-24 ans et 75 ans et plus
est moins élevée que leur proportion réelle parmi la population gatinoise.
Très"satisfait" Moyennement"
satisfait" Peu"satisfait" Indifférent"
Proportion"
26%"
54%"
14%"
6%"
Taux"de"vote"
59%"
64%"
53%"
32%"
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
70%"
!
!
32!
!"#$%"&'(<N' !"&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+&';'213%D#-%' 9:(E'%2'F120./12'
+%'$5GH%'+%4'-6,12+"2.4'
'N=807!
"
'
En dépit de ces sous-représentations de l’échantillon, il apparait clairement que plus les
gens sont âgés, plus ils vont voter. Comme le taux de participation moyen obtenu par le
biais de cette étude est de 59 %, on peut donc dire que pour les élections municipales, les
18-34 ans votent nettement moins que la moyenne, alors que les 55 ans et plus votent
nettement plus. Et que les 35-54 se comportent selon la moyenne des gens. Par ailleurs,
avec un âge moyen de 38,5 ans, la population gatinoise est parmi la plus jeune des
grandes villes du Québec. Ce facteur âge est donc un élément important pour expliquer le
taux de participation aux élections, mais n’explique pas la grande différence entre la
participation aux élections des niveaux provincial, fédéral et municipal.
Notre enquête a permis de confirmer la relation positive entre l’âge des citoyens et le taux
de vote aux élections municipales. Cette relation existe toutefois au niveau des élections
provinciales et fédérales, et n’explique pas pourquoi les gens votent moins au municipal.
Hypothèse 6Les gens pour qui l’impact du gouvernement municipal sur leur qualité
de vie est perçu comme faible sont moins nombreux à voter aux élections municipales.
La perception de l’impact du gouvernement municipal sur la qualité de vie aurait une
incidence sur le taux de vote, d’après notre analyse de Khi carré. Selon Dostie-Goulet
(2012), l’importance accordée au gouvernement municipal serait un facteur déterminant
18-24"
ans"
25-34"
ans"
35-44"
ans"
45-54"
ans"
55-64"
ans"
65-74"
ans"
75"ans"
+"
Taux"de"vote"
31%"
52%"
57%"
56%"
69%"
77%"
93%"
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
70%"
80%"
90%"
100%"
!
!
33!
du taux de participation. De façon globale, les Gatinois accordent une note relative de
2,82 sur 4 à la municipalité en matière d’importance sur leur qualité de vie, au second
rang derrière le gouvernement fédéral (2,86), et devant le gouvernement provincial
(2,80). C’est donc dire que les Gatinois reconnaissent l’importance du gouvernement
municipal, qu’ils positionnement même plus important que le provincial. Pourtant, ils se
présentent moins nombreux aux urnes pour les élections municipales. Le tableau 19
démontre par ailleurs une relation positive entre l’importance accordée à la Ville et le
taux de vote. Une analyse plus poussée permettrait de voir à quel point le fait d’être
propriétaire ou locataire influence cette perception d’importance, et par le fait même sur
le taux de vote.
!"#$%"&'(\'N'!"&*' +%' ,"-./0/,"./12' "&*' 6$%0./124' D&2/0/,"$%4' %2' F120./12' +&' 2/3%"&'
+5/D,1-."20%'"001-+6'"&'H1&3%-2%D%2.'D&2/0/,"$'4&-'$"'8&"$/.6'+%'3/%'
'N=808!
"
"
"
Notre hypothèse est donc confirmée alors que l’on voit que plus les gens accordent de
l’importance au gouvernement municipal, plus ils ont tendance à participer en grand
nombre aux élections.
'
Peu" Moyenne" Grande" Très"grande"
Proportion"
10%"
26%"
36%"
28%"
Taux"de"vote"
32%"
51%"
64%"
70%"
0%"
10%"
20%"
30%"
40%"
50%"
60%"
70%"
80%"
!
!
34!
Hypothèse 7 – Les gens qui sont plus informés et plus éduqués sont plus nombreux à
voter
Pour vérifier cette hypothèse, l’influence du niveau d’éducation des répondants sur le
taux de vote sera d’abord analysée, puis leurs habitudes de consommation des médias
pour s’informer des nouvelles locales. Notre analyse de Khi carré a démontré l’existence
d’une relation entre l’éducation et le taux de vote. Le tableau 20 représente les résultats
de notre enquête à cet égard."
!"#$%"&'9:'N'!"&*'+%',"-./0/,"./12'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'O'P"./2%"&'%2'F120./12'+&'2/3%"&'
+56+&0"./12'
'N=808!
"
Nous pouvons donc noter que le point tournant pour une incidence sur le taux de
participation aux élections municipales semble se situer au niveau collégial. Les gens
ayant une scolarisation plus faible ou aucun diplôme votent moins que la moyenne, tandis
que les gens munis d’un diplôme universitaire votent plus que la moyenne de la
population.
Outre le taux de scolarité des répondants, la prochaine étape visait à s’attarder à la façon
dont les gens s’informent des nouvelles locales, et à l’incidence de ce facteur sur le taux
de vote. Notre analyse de χ2 a déjà démontré qu’il y avait une relation significative entre
le fait de s’informer via certains médias et de voter aux élections municipales. D’emblée,
on peut noter que le type de média semble avoir une incidence : la relation apparait très
significative pour les médias imprimés, suivi de la télé et enfin, de la radio. Il y a aussi
une relation entre le fait de s’informer via les médias sociaux ou de ne pas s’informer du
tout, et l’action de voter. Pour approfondir cette question, le tableau 21 présente les
33%"
54%"
58%"
67%"
66%"
Aucun"diplôme"
Secondaire"
Collégial"ou"technique"
Universitaire"1"
Universitaire"2"ou"3"
!
!
35!
réponses générales à la question 15 de notre enquête : « Quels sont les médias
d'information que vous utilisez pour vous informer des nouvelles locales ?». Nous
pouvons noter que les médias les plus consultés par la population gatinoise pour
s’informer des nouvelles locales sont, outre les médias sociaux, les deux stations de
télévision française.
!"#$%"&'9(N'!"&*'+%'0124&$."./12'+%4'D6+/"4'$10"&*'O'P"./2%"&'S,$&4'+5&2%'-6,124%',144/#$%U'
'N=1945!
MÉDIA"CONSUL"
#"répondants"
%""répondants"
1. TVA"Gatineau-Ottawa"
340"
42,1"%"
2. Médias"sociaux"(Facebook/Twitter)"
337"
41,2"%"
3. ICI"Ottawa-Gatineau"télé"
314"
38,9"%"
4. Le"Droit"
257"
31,8"%"
5. FM"90,7"
200"
24,8"%"
6. FM"104,7"
155"
19,2"%"
7. Le"Revue"de"Gatineau"
115"
14,2"%"
8. Le"Bulletin"d'Aylmer"
94"
11,6"%"
9. Autre"(incluant"Rouge"FM":10"et"NRJ":"5)"
79"
9,8"%"
10. Le"Bulletin"de"Buckingham"
30"
3,7"%"
Aucun"
24"
3,0"%"
N"="1945"(Plus"d’une"réponse"possible)"
1945!
240,3!%!
"
Voyons maintenant quelle est l’influence de chacun de ces médias sur le taux de vote aux
élections municipales (Tableau 22). Pour effectuer cette analyse, une première colonne
reflète le taux de participation aux élections des auditeurs ou lecteurs de chacun des
médias. Un des premiers constats est que, toutes choses étant égales par ailleurs, les gens
qui s’informent via les médias traditionnels (journaux, télé, radio), peu importe lesquels,
ont un taux de participation plus élevé que la moyenne, qui se situe à 59 % selon notre
échantillon. Seuls les gens qui s’informent via les médias sociaux ou qui ne s’informent
pas du tout obtiennent un taux de participation plus bas. À noter que c’est La Revue de
Gatineau et Le Droit qui obtiennent les taux les plus élevés, alors que les lecteurs de ces
deux journaux ont voté respectivement à 81 % et 71 % aux élections du 5 novembre 2017
à Gatineau. Toutefois, leurs lecteurs ne représentent qu’une portion de la population.
La seconde colonne, intitulée « Poids relatif », représente la proportion de personnes
ayant voté aux élections et qui se sont informées via ce média. Ce calcul a été effectué en
multipliant la proportion de personnes qui consultent un média par le taux de vote des
!
!
36!
consommateurs dudit média. Le poids relatif peut se traduire ainsi : 28 % des gens qui
ont voté aux élections du 5 novembre dernier s’informent des nouvelles locales via TVA
Gatineau-Ottawa. Nous observons encore une fois l’importante influence de la télévision
ainsi que du quotidien Le Droit comme médias d’information locale sur la participation
électorale, et l’importance significative des médias sociaux qui arrivent au 4e rang (même
si les gens qui s’informent par ce médium votent moins que la moyenne).
'
!"#$%"&'99'N'V2F$&%20%'+%4'D6+/"4'4&-'$%'."&*'+%'31.%'"&*'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+%'P"./2%"&'%2'
9:(E'S,$&4'+5&2%'-6,124%',144/#$%A',1&-'0%..%'-"/412'$%'.1."$'%*0^+%'(::'_U'
'N=1945!
MÉDIA"CONSULTÉ"
Taux"de"vote"
Poids"relatif*"
1. TVA"Gatineau-Ottawa"
66"%"
28"%"
2. ICI"Ottawa-Gatineau"télé"
67"%"
26"%"
3. Le"Droit"
71"%"
23"%"
4. Médias"sociaux"(Facebook/Twitter)"
54"%"
22"%"
5. FM"90,7"
70"%"
17"%"
6. FM"104,7"
65"%"
13"%"
7. Le"Revue"de"Gatineau"
81"%"
12"%"
8. Le"Bulletin"d'Aylmer"
65"%"
8"%"
9. Le"Bulletin"de"Buckingham"
73"%"
3"%"
10. Aucun"
21"%"
1"%"
*"Pourcentage"de"Gatinois"qui"consomment"ce"média"%.'qui"ont"voté"aux"élections"municipales"
'
Ces résultats combinés pour le taux de scolarisation et le taux de consommation de
médias locaux confirment donc notre hypothèse, à l’effet que les gens qui sont plus
informés et mieux éduqués sont plus nombreux à voter.
7. Discussion et conclusion'
À la lumière des résultats de cette enquête, nous pouvons constater à quel point la
participation aux élections municipales est le fruit de plusieurs facteurs, et qu’il n’y a pas
de recette magique pour comprendre la motivation des citoyens à participer ou non.
D’emblée, plusieurs constats mériteraient une analyse plus approfondie, qui pourraient
mener à une série de recommandations afin d’améliorer la participation aux élections
municipales. Tout d’abord, il faut revenir sur le fait que de façon générale, les gens votent
en plus grande proportion aux élections fédérales et provinciales qu’aux élections
municipales. La Ville de Gatineau ne fait pas exception à cette règle, étant,
!
!
37!
comparativement à sept autres grandes villes du Québec, celle qui vote en plus grand
nombre aux élections fédérales (70 %), en plus faible nombre aux élections provinciales
(64 %) et parmi les plus faibles au niveau municipal (39 %). Il faut également retenir
qu’avec un taux de vote de 39 %, la Ville de Gatineau obtient malgré tout un taux de
participation électorale supérieur à la moyenne nationale, qui se situe à 36 % pour les 100
plus grandes villes du Canada (Breux, Couture et Koop, 2017).
Nous avons vu que l’âge des électeurs, leur niveau de scolarité et la façon dont ils
s’informent des nouvelles locales avaient une influence directe sur le taux de vote.
Toutefois, selon plusieurs études réalisées, ces variables influenceraient également le taux
de participation aux autres niveaux d’élection; ce ne sont pas des facteurs spécifiques aux
élections municipales. Pour Gatineau, les facteurs de sensibilité se démarquant et pouvant
être davantage attribués au taux de vote municipal seraient donc, outre le niveau
d’importance accordé au gouvernement municipal, le nombre d’années résidant à
Gatineau pour les nouveaux arrivants (l’enracinement), ainsi que le fait d’être
propriétaire ou locataire.
7.1. Croissance, mobilité et enracinement de la population
Breux et Al. (2014) ont démontré qu’il existe une relation inverse entre l’augmentation de
la population et le taux de participation aux élections municipales. En effet, selon leur
étude, une augmentation de 1 % de la population diminue le taux de votation de 0,17
point de pourcentage, et ils expliquent ce résultat par un manque de sentiment
d’appartenance des nouveaux arrivants envers leur municipalité. Or, de par sa situation
frontalière avec la Capitale nationale Ottawa, la Ville de Gatineau a connu un taux de
croissance parmi les plus élevés du Québec au cours des dix dernières années. D’ailleurs,
21 % des répondants de notre sondage ont dit habiter à Gatineau depuis moins de 10 ans,
ce qui représente près de 60 000 citoyens ou 40 000 électeurs potentiels. Bien que selon
Statistique Canada le taux de mobilité à Gatineau ne soit pas le plus élevé parmi les huit
grandes villes étudiées, il serait intéressant de connaitre l’origine de ces nouveaux
arrivants. Les régions de Montréal, Laval et Longueuil, par exemple, possèdent des taux
de mobilité plus élevés que celui de Gatineau, mais comme ces villes sont très proches les
!
!
38!
unes des autres et bénéficient pour la plupart d’une couverture médiatique globale,
l’enracinement dans ces municipalités pourrait-il se faire plus rapidement pour les
nouveaux arrivants migrants d’une ville à l’autre? La proportion de nouveaux arrivants à
Gatineau, notamment ceux qui viennent d’autres régions du Québec ou du Canada, est-
elle plus élevée que celle des autres villes étudiées? De nombreuses mesures sont prises
par la Ville de Gatineau pour favoriser l’accueil et l’accompagnement des nouveaux
arrivants issus de l’immigration internationale, mais quelles sont les mesures prises pour
accueillir les migrants venant d’autres régions du Québec et du Canada? Voilà un sujet
qui mériterait d’être approfondi.
7.2. Le fait d’être propriétaire ou locataire
Parmi tous les facteurs expliquant le faible taux de participation aux élections
municipales, le fait d’être propriétaire ou locataire est celui qui aurait la plus grande
influence, encore plus que l’âge et le niveau d’éducation des répondants. En effet, notre
étude a démontré que les propriétaires votaient à 72 %, alors que les locataires ne votent
qu’à 44 %, c’est donc une différence de 28 points de pourcentage entre ces deux groupes
de référence. Il semble que l’absence de lien fiscal direct entre un citoyen locataire et la
municipalité favorise son détachement et son manque d’engagement envers celle-ci. La
théorie des « homevoters » soulevée par Fisher en 2001 est donc confirmée selon notre
étude, et voilà une autre piste d’intervention pour la Ville de Gatineau et toutes les
municipalités canadiennes qui souhaiteraient améliorer l’engagement citoyen et le taux de
participation aux élections municipales. Il serait également intéressant d’approfondir les
études à ce sujet, et l’impact de ce facteur sur les autres niveaux d’élection au Québec et
au Canada.
7.3. Pistes de recherche
Les données recueillies dans le cadre de cette enquête sont une source intarissable
d’analyses croisées et comme il s’agit d’un essai et non d’un mémoire de maitrise ou
d’une thèse de doctorat, il a fallu faire preuve de circonspection en se concentrant sur les
facteurs motivant directement le taux de vote. Pour pousser davantage la réflexion, il
aurait été intéressant de croiser les taux d’utilisation des services municipaux des
!
!
39!
locataires avec celui des propriétaires, les habitudes de consommation des médias des
gens qui habitent à Gatineau depuis plus ou moins 10 ans et qui sont propriétaires ou non,
ainsi que le niveau d’importance qu’ils accordent à la ville de Gatineau sur leur qualité de
vie. Des analyses multivariées telles que l’analyse de régression logistique 11
permettraient également d’établir de façon plus précise l’impact quantitatif de certains
facteurs (variables indépendantes) tels le fait d’être propriétaire ou non, l’âge des
électeurs, leur niveau d’éducation et leur degré d’enracinement sur le fait de voter ou non
(variable dépendante). Un appel est donc lancé aux chercheurs qui souhaiteraient
approfondir la question, car les études motivant la participation aux élections municipales
au Canada sont très peu nombreuses et ce sujet, qui touche directement la population,
mériterait une plus grande attention.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
11"La"régression"logistique"est"une"méthode"statistique"qui"permet"de"mesurer"l’impact"de"plusieurs"variables"indépendantes"sur"une"
variable"dépendante"dichotomique"(variable"pour"laquelle"il"n'y"a"que"deux"résultats"possibles)."Cette"méthode"est"particulièrement"
utile"pour"étudier"les"facteurs"déterminants"de"la"participation"électorale"(voir,"par"exemple,"Gélineau"et"Teyssier"[2012])"
Remerciements particuliers au professeur honoraire M. Alain Albert, qui a accepté de diriger cet essai
et de guider ma recherche avec patience et compétence, sans compter les heures et les placements.
Merci à Radio-Canada Ottawa/Gatineau dont la participation financière a permis l’embauche
d’assistantes de recherche pour effectuer la collecte des données essentielles à cette étude. Je tiens
également à souligner la collaboration de la Ville de Gatineau, des Galeries de Hull, des Galeries
Aylmer et des Promenades Gatineau, qui ont exceptionnellement autorisé la collecte de données auprès
du public dans leurs établissements et points de service. Je remercie et salue le travail de ma collègue
du MBA Antonina Antonova, qui m’a assistée dans la collecte de données sur le terrain, avec toute la
rigueur qui la définit si bien. Finalement, merci à l’UQO de m’avoir appuyée dans cette recherche, et
de m’inspirer à repousser les limites de mes connaissances, et particulièrement le responsable du
programme de MBA, M.Jan Saint-Macary.
!
!
40!
8. Références
Brehm, J. (1993) The Phantom Respondents : Opinion Surveys and Political
Representation, Ann Arbor : University of Michigan Press.
Breux S., Couture J., Koop R. (2017) Turnout in Local Elections : Evidence form
Canadian Cities, 2004-2014, Revue canadienne de science politique
Champagne P., Patry R. (2004) La participation électorale dans les municipalités
québécoises, Affaires municipales, Sports et Loisirs, Bulletin statistique Muni-Stat, Vol.
1, No 1.
Chiasson G., Mevellec A (2014) Les élections municipales québécoises de 2013;
quelle spécificité québécoise? Revue canadienne de recherche urbaine
Couture J., Breux S., Bherer L., (2014) Analyse écologique des déterminants de la
participation électorale municipale au Québec, Revue canadienne de science politique
Dostie-Goulet E., Blais A., Fournier P., Gidengil E. (2012) L’abstention séletive, ou
pourquoi certains jeunes qui votent au fédéral boudent les élections municipales, Revue
canadienne de science politique
Fischel W. (2000) Municipal Corporations, Homevoters and the Benefit View of the
Property Tax
Gélineau F., Morin-Chassé A. (2009) Les motifs de la participation électorale au
Québec : Élection de 2008, Université Laval pour Directeur général des élections du
Québec.
Gélineau,!F.,Teyssier.R.!(2012)!Le!déclin!de!la!participation!électorale!au!Québec,!
1985-2008.! Cahiers! de! recherche! électorale! et! parlementaire,! n°! 6,! Chaire! de!
recherche!sur!la!démocratie!et!les!institutions!parlementaires,
Institut de la statistique du Québec, Estimation de la population des municipalités du
Québec de 1996 à 2016, http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-
demographie/structure/mun_15000.htm
McGregor M., Spicer Z. (2014) The Canadian Homevoter : Property Values and
Municipal Politics in Canada, Journal of Urban Affairs, Vol. 38, No 1, P 123-139
McGregor M., Aaron A., Stephenson L. (2016) Political Attitudes and Behavior in
Non-Partisan Environment; Toronto 2014
Ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire, Archives des résultats
des élections municipales, https://www.mamot.gouv.qc.ca/organisation-
municipale/democratie-municipale/archives-des-resultats-des-elections-municipales/
Moon, S.J. (2005) Attention, Attitude and Behavior : Second-level Agenda-Setting
Effects as a Mediatoir of media use and Political Participation, University of West
Georgia
Nakhaie, R. (2008) Social Capital and Political Participation of Canadians, Revue
canadienne de science politique
Oates, W.E. (1988) "On the Nature and Measurement of Fiscal Illusion: A Survey", in
Taxation and Fiscal Federalism: Essays in Honour of Russell Matthews, ed. Geoffrey
Brennan, Bhajan S. Grewel and Peter Groenewegen, Sydney: Australian National
University Press
Statistique Canada, Enquête sociale générale (2008) http://www.statcan.gc.ca/pub/89-
640-x/89-640-x2009001-fra.pdf
!
!
41!
Statistique Canada, Facteurs associés à la participation électorale (2011)
https://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/2012001/article/11629-fra.htm
"
" "
!
!
42!
ANNEXE!-!!QUESTIONS!DU!SONDAGE!ET!RÉSULTATS!!
C&%4./124'01D,$6.6%4',"-'$%4'412+%&-4'"3"2.'+%'+6#&.%-')'
Nom"du"collecteur"
Lieu"de"la"collecte"
Vérifier"si"répondant"avait"18"ans"ou"+"et"éligible"à"voter"le"5"novembre"2017"
Vérifier"si"le"répondant"vivait"à"Gatineau"le"5"novembre"2017"
"
C(='>/']%'31&4'+/4'PK!VdbKhA'8&%$'%4.'$%',-%D/%-'D1.'8&/'31&4'3/%2.'O'$5%4,-/.i""""""""""""N"="800"
Ville"(56)"
Hull"(44)"
Aylmer"(33)"
Ma"ville"(26)"
Gatineau"(23)"
Maison"(21)"
Outaouais"(15)"
Famille"(14)"
Grande"ville"(13)"
Parc"(12)"
"
C9='C&%$4'412.j6."/%2.'$%4'M',-%D/%-4'0"-"0.^-%4'+%'31.-%'01+%',14."$'$%';'213%D#-%'9:(Ei'
J8P":"112"
J9J":"103"
J8T":"101"
J8Y":"76"
J8R":"70"
J9A":"66"
J9H":"64"
J8L":"58"
J8V":"52"
J8Z":"36"
J8X":"23"
J8M":"21"
N"="782!
'
CM='k.%4T31&4'1-/H/2"/-%'+%'S26j%'OU'4&-'$%'.%--/.1/-%'"0.&%$'+%'P"./2%"&li'SV20$&"2.'$%4'
2"/44"20%4'O'L.."m"'%.'%2'L&."1&"/4U''Si"oui,"sauter"à"la"Q6'
Oui"
358"
44,3"%"
Non"
450"
55,7"%"
N"="808"
"
"
"
CR='B%,&/4'01D#/%2'+%'.%D,4'7"#/.%nT31&4'O'P"./2%"&i'
0-5"ans"
76"
16,9"%"
6-10"ans"
99"
22,0"%"
11-20"ans"
121"
26,9"%"
Plus"de"20"ans"
153"
34,1"%"
N"="449"
"
"
"
C;='a1&-'8&%$$%'-"/412'c.%4T31&4'3%2&'3/3-%'O'P"./2%"&i'
Emploi"au"gouvernement"fédéral"
76"
16,9"%"
Emploi"au"gouvernement"provincial"
28"
6,2"%"
Emploi"pour"la"Ville"de"Gatineau"
9"
2,0"%"
Emploi"au"privé"
57"
12,7"%"
Pour"des"raisons"d'immigration"
22"
4,9"%"
Pour"les"études"
50"
11,1"%"
Pour"des"raisons"familiales"
172"
38,2"%"
Autres"
36"
8,0"%"
N"="450"
"
"
"
!
!
43!
CI='?./%nT31&4',-1,-/6."/-%'1&'$10"."/-%'$1-4'+%4'+%-2/^-%4'6$%0./124'D&2/0/,"$%4A'$%';'
213%D#-%'9:(Ei'
Propriétaire"
467"
57,8"%"
Locataire"
275"
34,0""%"
Pensionnaire"(habite"chez"parent"ou"amis)"
66"
8,2"%"
N"="808"
"
"
"
CE='B%,&/4'01D#/%2'+%'.%D,4'c.%4T31&4',-1,-/6."/-%'O'P"./2%"&i'
0-5"ans"
103"
22,1"%"
6-10"ans"
94"
20,1"%"
11-20"ans"
124"
26,6"%"
Plus"de"20"ans"
146"
31,3"%"
N"="467"
"
"
"
C<='K3%nT31&4'31.6'$1-4'+%4'6$%0./124'D&2/0/,"$%4'+&';'213%D#-%'9:(Eio'
Oui"
478"
59,2"%"
Non"
330"
40,8"%"
N"="808"
"
"
*Noter!que!le!taux!de!réponse!original!à!cette!question,!avant!la!correction!visant!à!éliminer!les!
répondants!qui!ont!dit!avoir!voté!mais!qui!n’ont!pu!nommer!le!maire!(question!suivante)!était!Oui!:!
650!(65,3!%)!et!Non!:!345!(34,7!%)!pour!995!répondants."
C\='a1&3%nT31&4'21DD%-'$%'D"/-%'"0.&%$'+%'$"'Q/$$%'+%'P"./2%"&io'
Oui"
620"
76,7"%"
Non"
188"
23,3"%"
N"="808"
"
"
*Noter!que!le!taux!de!réponse!original!à!cette!question,!avant!la!correction!visant!à!éliminer!une!
proportion!de!personnes!étant!susceptibles!de!ne!pas!avoir!dit!la!vérité!à!la!question!précédente,!
était!Oui!:!639!(64,5!%)!et!Non!:!352!(35,5!%)!pour!991!répondants.!!
"
C(:='a"-D/'$%4'.-1/4',%-4122%4'4&/3"2.%4A',1&3%nT31&4'/+%2./F/%-'$p"20/%2'D"/-%'+%'P"./2%"&'
S$%',$&4'-60%2.U'
Robert"Labine"
12"
1,5"%"
Marc"Bureau"
598"
74,2"%"
Yves"Ducharme"
65"
8,1"%"
Je"ne"sais"pas"
131"
16,2"%"
N"="806"
"
"
"
C((='@120%-2"2.'$%4'4%-3/0%4'D&2/0/,"&*A'+/-/%nT31&4'8&%'31&4'c.%4'H626-"$%D%2.=='
Très"satisfait"
208"
25,8"%"
Moyennement"satisfait"
439"
54,4"%"
Peu"satisfait"
113"
14,0"%"
!
!
44!
Indifférent"
47"
5,8"%"
N"="807"
"
"
"
C(9='@1D#/%2'+%'F1/4'c.%4T31&4'"$$6'+"24'&2%'#/#$/1.7^8&%'D&2/0/,"$%'+%'$"'Q/$$%'+%'
P"./2%"&'"&'01&-4'+%'$"'+%-2/^-%'"226%i'
Au"moins"une"fois"par"semaine"
124"
15,3"%"
Au"moins"une"fois"par"mois"
137"
17,0"%"
Quelques"fois"par"année"
235"
29,1"%"
Aucune"fois"
312"
38,6"%"
N"="808"
"
"
"
C(M='@1D#/%2'+%'F1/4'c.%4T31&4'"$$6'+"24'&2'"-62"'1&'&2'0%2.-%'4,1-./F''+%'$"'Q/$$%'+%'
P"./2%"&'"&'01&-4'+%'$"'+%-2/^-%'"226%i'
Au"moins"une"fois"par"semaine"
220"
27,2"%"
Au"moins"une"fois"par"mois"
80"
9,9"%"
Quelques"fois"par"année"
185"
22,9"%"
Aucune"fois"
323"
40,0"%"
N"="808"
"
"
"
C(R='@1D#/%2'+%'F1/4'"3%nT31&4'&./$/46'$%'.-"24,1-.'%2'01DD&2'+%'$"'>!L'"&'01&-4'+%'$"'
+%-2/^-%'"226%i'
Plusieurs"fois"par"semaine"
235"
29,1"%"
Quelques"fois"par"année"
119"
14,8"%"
Aucune"fois"
453"
56,1"%"
N"="807"
"
"
"
C(;='C&%$4'412.'$%4'D6+/"4'+p/2F1-D"./12'8&%'31&4'&./$/4%n',1&-'31&4'/2F1-D%-'+%4'
21&3%$$%4'$10"$%4'(*Plus"d'une"réponse"possible)'
Le"Droit"
257"
31,8"%"
Le"Revue"de"Gatineau"
115"
14,2"%"
Le"Bulletin"d'Aylmer"
94"
11,6"%"
Le"Bulletin"de"Buckingham"
30"
3,7"%"
TVA"Gatineau-Ottawa"
340"
42,1"%"
ICI"Ottawa-Gatineau"télé"
314"
38,9"%"
FM"104,7"
155"
19,2"%"
FM"90,7"
200"
24,8"%"
Médias"sociaux"(Facebook/Twitter)"
337"
41,2"%"
Aucun"
24"
3,0"%"
Autre"(incluant"Rouge"FM":10,"CBC"Radio":6"et"NRJ":"5)"
79"
9,8"%"
N"="808"
1945"
240,3"%"
"
!
!
45!
C(I='C&%$'%4.A'+p",-^4'31&4A'$p/D,1-."20%'+%4'+/FF6-%2.4'H1&3%-2%D%2.4'4&-'31.-%'3/%'
8&1./+/%22%'S31.-%'8&"$/.6'+%'3/%UA'4&-'&2%'607%$$%'+%'('O'RA'('6."2.',%&'+p/D,1-."20%''%.'R'
.-^4'H-"2+%'/D,1-."20%=''
,=-'e',1/+4'-%$"./F'
a%&'
S(U'
J1X%22%'
S9U'
P-"2+%'
SMU'
!-^4'P-"2+%'SRU'
Gouvernement"provincial"""""""""p.r.":2,80"
75"(9,3%)"
209"(25,8%)"
326"(40,3%)"
198"(24,5%)"
Gouvernement"municipal"""""""""p.r.":2,82"
81"(10,0"%)"
208"(25,7"%)"
291"(36,0"%)"
228"(28,2"%)"
Gouvernement"fédéral""""""""""""""p.r.":2,86"
91"(11,3%)"
181"(22,4"%)"
283"(35,0"%)"
253"(31,3"%)"
N"="808"
"
"
"
"
"
C(E='C&%$'%4.'31.-%'2/3%"&'+%'401$"-/.6i'Sd/3%"&',$&4'6$%36'01D,$6.6U'
Aucun"diplôme"
52"
6,4"%"
Diplôme"secondaire"
167"
20,7"%"
Diplôme"collégial"ou"technique"
229"
28,4"%"
Universitaire"premier"cycle"
228"
28,3"%"
Universitaire"2e"cycle"
105"
13,0"%"
Universitaire"3e"cycle"
26"
3,2"%"
N="807"
"
"
"
C(<='q'8&%$'H-1&,%'+pGH%'",,"-.%2%nT31&4i'
18-24"ans"
64"
7,9"%"
25-34"ans"
155"
19,2"%"
35-44"ans"
208"
25,8"%"
45-54"ans"
132"
16,4"%"
55-64"ans"
130"
16,1"%"
65-74"ans"
90"
11,2"%"
75"ans"et"plus"
28"
3,5"%"
N"="807"
"
"
"
C(\='>%*%'+&'-6,12+"2.'
Homme"
364"
45,5"%"
Femme"
436"
54,5"%"
N"="800"
"
"
"
C9:='["2H&%'&./$/46%',1&-'$"'01$$%0.%'
Français"
"
779"
96,7"%"
Anglais"
"
27"
3,3"%"
N"="806"
"
"
"
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
We provide the first wide-scale analysis of the factors that influence voter turnout in Canadian local elections. Drawing on original data from 300 municipal elections conducted from 2004 to 2014, we use ordinary least squares regression with panel-corrected standard errors for time series cross-sections to test explanatory hypotheses related to differences in institutional design, the social-spatial context of these elections, and local competitiveness. Our results show that, although institutional and sociospatial factors influence local turnout, the competitiveness of elections exercises the greatest influence on local electoral participation.
Article
Voting behaviour in municipal elections is understudied in Canada. Existing research is limited by the type of data (aggregate instead of individual-level) and the cases evaluated (partisan when most contests are non-partisan). The objective of this study is to contribute to this literature by using individual-level data about a non-partisan election. To do so, we use data from the Toronto Election Study, conducted during the 2014 election. Our research goals are to evaluate whether a standard approach to understanding vote choice (the multi-stage explanatory model) is applicable in a non-partisan, municipal-level contest, and to determine the correlates of vote choice in the 2014 Toronto mayoral election in particular. Our analysis reveals that, although it was a formally non-partisan contest, voters tended to view the mayoral candidates in both ideological and partisan terms. We also find that a standard vote choice model provides valuable insight into voter preferences at the municipal level.
Article
In The Homevoter Hypothesis, William Fischel argues that concern for property values influences the attitudes and behavior of homeowners toward municipal politics. Local government has the greatest impact on the value of property of any order of government, and is the primary political avenue through which homeowners act to protect their investment. We examine the applicability of Fischel's theory to Canada, a country in which little research has been conducted on municipal voters. Using data from government and academic sources, three testable implications of the homevoter hypothesis are examined. Results reveal that the theory is congruent with the behavior and attitudes of Canadian municipal voters. Homeownership leads to increased turnout in municipal elections, the attitudes of homeowners differ from those of renters with respect to policies that are perceived to have a relationship with property values, and homeowners are particularly opposed to municipal amalgamations.
Article
Examines a fundamental problem for opinion polls and those who use them.
Les élections municipales québécoises de
  • G Chiasson
  • A Mevellec
Chiasson G., Mevellec A (2014) Les élections municipales québécoises de 2013;
Cahiers de recherche électorale et parlementaire, n° 6, Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, Institut de la statistique du Québec, Estimation de la population des municipalités du Québec de
  • F Gélineau
  • R Teyssier
Gélineau, F.,Teyssier.R. (2012) Le déclin de la participation électorale au Québec, 1985-2008. Cahiers de recherche électorale et parlementaire, n° 6, Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, Institut de la statistique du Québec, Estimation de la population des municipalités du Québec de 1996 à 2016, http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/populationdemographie/structure/mun_15000.htm
Attention, Attitude and Behavior : Second-level Agenda-Setting Effects as a Mediatoir of media use and Political Participation
Ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire, Archives des résultats des élections municipales, https://www.mamot.gouv.qc.ca/organisationmunicipale/democratie-municipale/archives-des-resultats-des-elections-municipales/ Moon, S.J. (2005) Attention, Attitude and Behavior : Second-level Agenda-Setting Effects as a Mediatoir of media use and Political Participation, University of West Georgia Nakhaie, R. (2008) Social Capital and Political Participation of Canadians, Revue canadienne de science politique Oates, W.E. (1988) "On the Nature and Measurement of Fiscal Illusion: A Survey", in Taxation and Fiscal Federalism: Essays in Honour of Russell Matthews, ed. Geoffrey Brennan, Bhajan S. Grewel and Peter Groenewegen, Sydney: Australian National University Press Statistique Canada, Enquête sociale générale (2008) http://www.statcan.gc.ca/pub/89-640-x/89-640-x2009001-fra.pdf