ArticlePDF Available

Les controverses en sciences : significations et défis pour les universitaires [Controversies in science : Meanings and challanges for academics].

Authors:

Figures

Content may be subject to copyright.
1Éditorial
Avril 2018
Numéro
du
Centre de recherche sur l’enseignement
et l’apprentissage des sciences
BULLETIN
Éditorial Nouveau cours d’éducation financière au secondaire. Des finalités et des méthodes
d’implantation préoccupantes pour le système d’éducation
Sabran Mosan et Johanne Lebrun ..................................................................................................................... 3
Dossier thématique Les controverses en sciences : significations et défis pour les universitaires
Abdelkrm Hasn et Nancy Dumas ...................................................................................................................... 6
Le traitement pharmacologique du cholestérol sanguin élevé : un débat enflammé
André C. Carpenter .................................................................................................................................................13
La maladie d’Alzheimer et la nutrition : les enjeux socioscientifiques liés à cette
maladie complexe
Mélane Plourde ........................................................................................................................................................20
Le scientifique et le catastrophisme dans les débats de société qui touchent des
enjeux scientifiques et technologiques
Marcel Lacrox ...........................................................................................................................................................28
Enseigner les controverses scientifiques et techniques à l’université
Abdelkrm Hasn et Nancy Dumas .................................................................................................................... 35
Recherches en cours L’intervention éducative en sciences humaines au primaire : un portrait des
pratiques d’enseignement au Québec
Anderson Araújo-Olvera ......................................................................................................................................45
Contextualisation des apprentissages en sciences et technologies et en sciences hu-
maines au primaire : quels liens avec la vie hors de l’école ?
Johanne Lebrun ..................................................................................................................................................... 52
Publications ..................................................................................................................................................................................... 57
Subventions obtenues ..................................................................................................................................................................................... 58
Membres du comité
du Bulletin du CREAS ..................................................................................................................................................................................... 59
Table des matières
BULLETIN Numéro 5
3Éditorial
En décembre 2016, le gouvernement du Québec annonçat l’arr-
vée, pour septembre 2017, d’un nouveau programme d’éducaton
financère ayant pour but de « permettre [aux élèves] d’exercer leur
jugement et de développer leur capacté à prendre poston sur
des enjeux financers, comme l’endettement et l’épargne, de fa-
çon à ce qu’ls pussent adopter des comportements responsables
qu leur seront bénéfiques dans tous les aspects de leur ve »,
explquat le mnstre de l’Éducaton, Sébasten Proulx, aux jour-
nalstes (« Un cours d’éducaton fnancère oblgatore en 5e
secondare dès l’an prochan », 2016). Aux yeux du mnstre, la
stuaton économque des jeunes consommateurs état grave et
le gouvernement devat agr vte.
Organsé autour d’une seule compétence, sot « prendre poston
sur un enjeu financer », le cours oblgatore pour tous les élèves
de 5e secondare vse en eet à les ader à fare des chox finan-
cers « responsables ». Par exemple, ls dovent répondre à des
questons telles: quels sont les coûts s je poursus des études ou
s je vas plutôt travaller ? Quelles sont les règles de la consom-
maton de bens et servces ? Comment planfier un budget ? Etc.
Nouveau cours d’éducation
financière au secondaire
Des finalités et des méthodes
d’implantation préoccupantes pour le
système d’éducation
ÉDITORIAL
Johanne Lebrun
Sabrina Moisan
4Éditorial
L’mplantaton de ce nouveau cours ne s’est pas fate sans heurts avec le mleu
scolare, qu a dénoncé la précptaton. De fat, le cours a été mposé sans avor fat
l’objet d’un projet plote, comme c’est habtuellement le cas. De plus, le mnstre
a écourté la pérode de consultaton publque de 45 à 20 jours et a auss écarté la
recommandaton du Consel supéreur de l’éducaton de ne pas mposer ce cours
dès mantenant. Comme l’a rapporté une journalste du journal Le Solel, l semble
que seuls les trbunaux pouvaent arrêter l’élan du mnstre de l’Éducaton:
« S’l y avat des ntentons à changer, c’est parce que le trbunal va en décder
autrement. Pour l’nstant, mo je poursus le plan qu est le men » (Clouter, 2017).
Remarquons que cette stuaton lasse crore que le mnstre a plene confiance
dans le corps ensegnant, qu saura s’ajuster au changement. Il faut s’en réjour.
Cette façon de procéder soulève néanmons des enjeux en ce qu concerne la
place de la formaton des maîtres et les lens qu dovent exster entre les dé-
rents nveaux du système d’éducaton lors de l’mplantaton de nouvelles dsc-
plnes scolares. Comment explquer qu’on donne ans un nouveau cours à des
ensegnants, dans une dscplne pour laquelle ls n’ont pas été formés ? Cette
façon de fare, de la part du mnstre, nous semble porter attente à la nécessté
d’une formaton unverstare de qualté. Pourtant, le mnstre lu-même, dans
son derner opus sur le système d’éducaton (Proulx, 2018), arme qu’l est
mpératf de former des ensegnants d’élte et que tous devraent posséder un
dplôme de deuxème cycle. Comment comprendre alors son empressement ?
Par alleurs, s le nouveau cours a été salué socalement par certans groupes,
l a auss été dénoncé par d’autres. Le fat que le cours prvlége une vson
ndvduelle des enjeux économques et que les vsées de formaton à l’esprt
crtque ne soent pas explctes mène à penser que ce cours servra les nté-
rêts du système (financer) en place. Les thèmes abordés, tels endettement et
épargne, revenu et mposton, pouvor d’achat, etc., renvoent à une certane
définton du ctoyen, consommateur responsable. Notons encore que le nou-
veau cours remplace une parte du programme de Monde contemporan, qu
vsat plutôt une analyse crtque et macro des enjeux économques actuels.
Autre fat a pror anodn: en début d’année scolare, les ensegnants avaent
entre les mans un matérel ocel ncomplet. Ans, ceux qu souhataent
planfier l’année ont dû se rabattre sur le matérel, déjà prêt celu-là (!), des ns-
ttutons prvées ou publques, tels l’Autorté des marchés financers, Revenu
Québec ou l’Académe du trésor. Sans présumer de la qualté ou de la teneur
de ce matérel, cette stuaton nustée pose la queston troublante du rôle des
nsttutons financères dans l’mplantaton de ce programme. Elles ont, en tout
cas, produt du matérel gratut, adapté au cours et certanes orent même de
la formaton aux ensegnants. L’Autorté des marchés financers a même ms
en place un concours et un prx pour les ensegnants utlsant son matérel.
5Éditorial
En somme, cette stuaton pose pluseurs questons fondamentales pour le sys-
tème d’éducaton. S un mnstre juge, de manère tout à fat personnelle, qu’un
sujet est plus mportant qu’un autre et a le pouvor d’mposer des changements
unlatéralement comme ce fut le cas c, l y a leu de s’nquéter sur l’avenr de
l’école, tout comme sur la crédblté d’un système d’éducaton où les savors
ensegnés vareraent en foncton des gouvernements en place ou de la force
des lobbys.
Références
Clouter, P. (2017, 22 mars). Cours d’éducaton financère: Proulx persste. Le Soleil. Document accessble
à l’adresse: https://www.lesolel.com/actualte/educaton/cours-deducaton-financereproulx-
persste-b9918e20c82a9a53d8a305340f45a203.
Proulx, S. (2018). Un Québec libre est un Québec qui sait lire et écrire. Sllery: Septentron.
Un cours d’éducaton financère oblgatore en 5e secondare dès l’an prochan (2016, 16 décembre). ICI
Radio-Canada. Document accessble à l’adresse: https://c.rado-canada.ca/nouvelle/1006333/
cours-educaton-financere-oblgatore-5e-secondare-rentree-2017.
Commenter
l’article
6Dossier thématique
Les controverses qu accompagnent les avancées scentfiques et
technologques ne sont pas nouvelles. Notons, à ttre d’exemples:
a) les débats qu ont accompagné la remse en queston du gé-
ocentrsme par Copernc au début du 16e sècle, en soutenant que
la Terre n’état qu’une planète parm d’autres et qu’elle gravtat
autour du Solel (Lerner et Savoe, 2017) ; b) la polémque an-
mée, au mleu du 19e sècle, par les postons dvergentes de Lord
Kelvn (physcen) et de Charles Darwn (naturalste) sur l’âge de
la Terre (Lemarchand, 2017) ; c) le désaccord, au 19e sècle, sur la
possblté de l’apparton spontanée d’enttés vvantes dans la
matère nerte (génératon spontanée) qu a opposé notamment
Lous Pasteur et Félx-Archmède Pouchet (Chevassus-au-Lous,
2017). En rason de l’évoluton actuelle des scences et des tech-
nques, de la dversté des enjeux (économques, socaux, éthques,
etc.) et de l’accès de plus en plus crossant de la populaton à ces
champs de savors, ces controverses sont plus nombreuses et
elles nterpellent auss ben la communauté scentfique que la
socété en général.
Les controverses qu accompagnent les avancées scentfiques
et technques varent en foncton notamment des enjeux (scen-
tfiques, déologques, économques, etc.) qu les almentent et
des acteurs en scène. Une façon de caractérser et de catégorser
ces controverses est celle que propose Yves Gngras (2014, 2017a)
qu dstngue les controverses scentfiques et les controverses
publques:
Les controverses en sciences :
significations et défis pour les
universitaires
DOSSIER THÉMATIQUE
Les textes qu composent ce dosser thématque consttuent une premère étape dans la
réflexon sur le sujet. Les commentares et les réflexons qu’ls suscteront permettront aux
auteurs qu le souhatent de les reprendre dans des publcatons futures.
Abdelkrim Hasni
Nancy Dumais
1 Par controverses, nous entendons les désaccords
qu opposent des ndvdus ou des groupes sur
une queston scentfique (ou technque) donnée et
qu perdurent dans le temps.
7Dossier thématique
Il faut dstnguer les controverses “frodes” (purement scent-
fiques), qu ne susctent guère de débat publc, comme celle sur
les ondes gravtatonnelles, et les controverses “chaudes”, qu au
contrare déchaînent les passons parce qu’elles concernent tout
le monde et remettent en cause la pensée domnante de l’opnon
publque (Gngras, 2017a, p. 7).
Pour cette dernère catégore, l est mportant de dstnguer entre les contro-
verses qu moblsent en même temps le mleu de la recherche et les groupes
socaux et celles qu moblsent avant tout les groupes socaux. En nous nsp-
rant des travaux de Gngras (2014, 2017a), nous proposons de stuer les contro-
verses sur un axe où un pôle est représenté par celles qualfiées de purement
scentfiques, l’autre par des controverses qualfiées de purement socales
(figure 1). Entre les deux pôles, l serat possble de stuer des controverses
qu sont en même temps, et à des degrés varables, scentfiques et socales
(controverses socoscentfiques).
Fgure 1: Types de controverses accompagnant les avancées scentfiques et technques
Les controverses scientifiques2
Les controverses scentfiques renvoent à ce que Gngras (2017a) qualfie
de controverses « frodes », parce qu’elles ont leu essentellement entre les
membres de la communauté scentfique et ne concernent que très peu la
populaton en général. Par exemple, c’est le cas classque de la controverse
hstorque entre Ensten et Bohr autour de la mécanque quantque (Aspect,
2016). C’est le cas également du débat récent au sen de la communauté scen-
tfique sur le statut de vvant ou de non-vvant (smples assocatons de molé-
cules organques nertes) des vrus (Vllarreal, 2007) ou encore sur la nature
sédmentare ou magmatque des roches d’Akla. L’orgne de ces très velles
2 Cette désgnaton nclut égale-
ment les controverses susctées
par les scences orentées vers
la résoluton de problèmes
humans: médecne et géne.
Certans auteurs parlent
de controverses socotech-
nques (Poulot, 2007) pour les
dstnguer des controverses
socoscentfiques.
8Dossier thématique
roches (3,85 mllards d’années) du Groenland est consdérée par certans, ar-
guments à l’appu, comme étant de nature sédmentare et permettrat par
conséquent de repérer les premères traces de ve sur Terre, alors que d’autres,
en présentant d’autres arguments, consdèrent qu’l s’agt de roches magma-
tques, ce qu rendrat nutle la recherche des plus velles traces de la ve
dans ces roches (Lemarchand, 2005). Dans tous ces exemples, les arguments
utlsés par les uns et par les autres pour défendre leurs postons et remettre
en queston la poston opposée sont essentellement scentfiques (méthodes
utlsées, fondements théorques retenus, etc.). Ces arguments sont ans qua-
lfiés d’épstémques parce qu’ls questonnent la nature des savors et les mo-
daltés de leur producton. Ils s’appuent essentellement sur une ratonalté
scentfique et ont peu d’échos dans la socété en général.
Les controverses sociales sur des objets scientifiques
Au pôle opposé de la figure 1, nous stuons les controverses qualfiées de
« socales » parce qu’elles moblsent essentellement des arguments autres
qu’épstémques et font peu appel à la ratonalté scentfique. Pensons aux
controverses qu entourent le refus de la transfuson sangune par certans
groupes socaux: par exemple, dot-on respecter ce chox même lorsqu’on sat
que la ve des personnes est en danger ou qu’l s’agt de transfuson auprès
d’enfants sous la responsablté de parents membres de ces groupes ? Ce type
de controverses concerne un progrès scentfique mportant, certes: les avan-
tages du recours à la transfuson sangune pour sauver la ve des personnes
dans des stuatons partculères sont clarement démontrés et ce ne sont pas
les fondements scentfiques de cette « technque » qu font l’objet du débat. Les
débats qu entourent cette queston font appel plutôt aux valeurs, aux normes
socales, aux opnons et aux croyances.
Un autre exemple qu peut être rapporté c pour llustrer ce type de contro-
verses (socales) est celu des débats entourant l’ensegnement de l’évoluton à
l’école dans certanes socétés. Au sen de la communauté scentfique, malgré
les débats qu peuvent avor leu sur certanes questons spécfiques, la théore
de l’évoluton fat consensus et son ensegnement n’est pas (et ne peut être)
rems en queston. C’est plutôt dans la sphère socale que les débats ont leu,
ntés par des groupes socaux qu réclament sot l’abandon de l’ensegnement
de cette théore (du mons la queston de l’évoluton de l’Homme) dans les
écoles ou encore son ensegnement sur le même ped que le créatonnsme ou,
plus récemment, le dessen ntellgent. Aux États-Uns, par exemple, ce débat
est même ponctué de poursutes judcares, dont tros (nttulées « procès du
snge ») ont marqué cette hstore (Lecourt, 2007 ; Pcq, 2009): a) déjà en 1925,
un professeur de bologe au Tennessee a été poursuv et condamné pour avor
ensegné au secondare que l’Homme descend d’un anmal nféreur, ce qu se-
rat contrare à la lo de cet état ; b) en 1982, un deuxème procès de cette nature
a été gagné par les évolutonnstes à Lttle Rock (Arkansans): une ensegnante
de scence a porté plante contre une drectve qu l’oblgeat à ensegner sur
un ped d’égalté la théore de l’évoluton et le créatonnsme ; c) en 2005, un
9Dossier thématique
trosème « procès du snge » a eu leu à Dover (Pennsylvane) contre le consel
scolare de la vlle qu avat décdé d’ensegner le dessen ntellgent dans les
cours de bologe ; dans ces deux derners procès, les défendeurs du créaton-
nsme et du dessen ntellgent ont perdu la batalle.
Notons également que la controverse sur l’ensegnement de l’évoluton de
l’Homme aux États-Uns a été relayée au plus haut nveau poltque en fasant
parte des enjeux de certanes campagnes présdentelles. Par exemple, Ronald
Reagan, dans les années 1980, soulgnat que « l’évolutonnsme est seulement
une théore scentfique, une théore que la communauté scentfique ne crot
plus auss fiable qu’on l’a cru autrefos. En tout cas, s l’on se décde à l’ense-
gner dans les écoles, je pense qu’on devrat auss ensegner le réct bblque
de la créaton » (Lecourt, 2008, p. 84-85). Dès 1999, G.W. Bush, canddat aux
présdentelles des États-Uns, promettat que s’l état élu en 2000, la Genèse
serat ensegnée dans les écoles en même temps que la théore de l’évoluton
(Lecourt, 2007, 2008). Même s « ces vngt dernères années, la controverse
au sujet de l’ensegnement de l’évoluton s’est surtout développée aux États-
Uns » (Hameed, 2012, p. 22), elle gagne rapdement du terran dans pluseurs
socétés en Occdent et dans des pays à majorté musulmane.
Bref, dans cet exemple de l’ensegnement de l’évoluton en scences, la contro-
verse porte sur un objet scentfique, la théore de l’évoluton, mas les argu-
ments au cœur du débat renvoent au chox des valeurs (relgeuses ou de
laïcté) qu dovent être véhculées par l’école. C’est pourquo ce type de contro-
verses peut être qualfié de socal.
Par alleurs, soulgnons que dans le cas de cet exemple précs, le fat que la
controverse sot prncpalement socale ne sgnfie pas que les membres de la
communauté scentfique ne sont pas concernés. L’ambton du dessen ntel-
lgent, qu a remplacé le créatonnsme dans les années 1980, est justement
de prétendre donner une dmenson scentfique à la remse en queston de la
théore de l’évoluton (https://www.dscovery.org/d/). Soulgnons également
que ce débat sur l’évoluton s’nscrt dans un courant plus large qu prétend
« réconcler » les scences et les relgons (Gngras, 2017b). Des fondatons,
comme la Fondaton Templeton, soutennent financèrement les travaux qu
vont dans ce sens et qu vsent à « brouller les frontères entre crore et sa-
vor, sous couvert de favorser une prétendue complémentarté entre scence et
relgon » (Brosseau et Baudoun, 2012, p. 28). D’autres organsatons, comme
The Center for Theology and the Natural Scences (http://www.ctns.org/) ou
l’Unversté nterdscplnare de Pars (http://www.up.edu/), travallent fort,
avec l’appu de scentfiques de renommée, pour l’ntroducton de la sprtualté
dans le champ scentfique (Ibd.), en remettant en queston certans acqus en
scences, dont la théore de l’évoluton.
10Dossier thématique
Les controverses socioscientifiques
Entre les deux pôles de la figure 1, nous stuons les controverses qu’on peut
qualfier de socoscentfiques. D’une part, elles sont d’ordre scentfique parce
que les problématques qu les génèrent font appel à des arguments d’ordre
scentfique qu ne font pas toujours consensus au sen de la communauté
scentfique. D’autre part, elles sont d’ordre socal parce que les réponses pro-
posées à ces problématques ne font pas consensus dans la socété. Ctons, à
ttre d’exemples, la nécessté ou non d’utlser à grande échelle certans vaccns
comme ceux développés contre le vrus du papllome human (VPH) ou l’n-
fluenza, l’ntérêt d’utlser certans médcaments (dont ceux développés pour
le tratement du cholestérol ou de l’Alzhemer), la place du nucléare dans la
producton de l’énerge, les problématques envronnementales accompagnant
certanes actons humanes (comme les déversements des eaux usées dans le
fleuve Sant-Laurent, par exemple), la légslaton sur les perturbateurs endo-
crnens, l’utlsaton à grande échelle de certans pestcdes comme le glypho-
sate, l’mpact potentel de certanes technologes sur les humans (compteurs
nouvelle génératon d’Hydro-Québec, ondes émses par certanes technolo-
ges comme les antennes téléphonques, étquetage des alments OGM, etc.).
Les exemples sont nombreux. C’est ce type de controverses qu est consdéré
dans ce numéro thématque. Les textes qu composent ce derner découlent
d’une rencontre scentfique organsée le 14 septembre 2017 à l’Unversté de
Sherbrooke. Lors de cette rencontre, les partcpants étaent nvtés à déve-
lopper leurs réflexons autour de l’une ou de l’autre des deux préoccupatons
suvantes:
1. Les scentfiques sont de plus en plus sollctés à se prononcer publque-
ment sur les problématques scentfiques véhculant des malentendus au
sen de la communauté scentfique ou dans la socété. Il devent alors m-
portant que les enjeux (scentfiques, économques, socaux, éthques, déo-
logques, etc.) et les groupes d’ntérêt soent clarement dentfiés et prs en
consdératon dans l’analyse de ces problématques afin de soumettre à la
populaton un pont de vue nuancé et éclaré. En outre, s ces nterventons
permettent souvent d’éclarer la populaton, elles ne sont pas sans rsque
en rason justement des controverses qu les accompagnent au sen de la
communauté scentfique et dans la socété. Les scentfiques sont alors
exposés à des crtques en provenance de pars ou d’autres acteurs socaux
dont les ntérêts peuvent être menacés (les ndustrels, par exemple). Les
prses de poston des chercheurs peuvent même leur valor des poursutes
judcares, comme c’état le cas du groupe d’experts talens qu ont été
condamnés en 2012 à sx ans de prson pour avor sous-estmé les rsques
du sésme de L’Aqula, sésme qu a causé, entre autres, plus de 300 morts
en avrl 2009 (Gracc, 2012).
3 Nous remercons vvement le comté organsateur de cette rencontre: Ahmed Benabdallah (étudant au
doctorat, Faculté d’éducaton, UdeS) ; Fatma Bousadra (professeure, Faculté d’éducaton, UdeS) ; Nancy Du-
mas (professeure, Faculté des scences, UdeS) ; Abdelkrm Hasn (professeur, Faculté d’éducaton, UdeS) ;
Eve Langeler (professeure, Faculté de géne, UdeS) ; Bernard Marcos (professeur, Faculté d’éducaton,
UdeS) ; Sabrna Mosan (professeure, Faculté d’éducaton, UdeS).
11Dossier thématique
2. Alors que la plupart des dscplnes scentfiques sont porteuses de débats,
de malentendus et de controverses, tradtonnellement, ces préoccupa-
tons sont peu prses en consdératon dans la formaton des étudantes et
étudants unverstares et des élèves dans les écoles. Ce sont surtout les
contenus dscplnares « consensuels » qu font l’objet d’ensegnement.
Dot-on réserver une place mportante à ces problématques dans la forma-
ton unverstare (et à l’école) ? S c’est le cas, comme le font déjà certanes
nsttutons unverstares à travers le monde, quels contenus et quelles ap-
proches a-t-on ntérêt à prvléger et pourquo ? Ces questons sont fonda-
mentales parce qu’elles sont au cœur de la formaton ctoyenne, d’une part,
mas elles sont également au cœur de la formaton aux professons que ces
élèves et ces étudants seront amenés à exercer dans le futur. Soulgnons, à
ttre d’exemple, qu’un professonnel de la santé a ntérêt à comprendre les
enjeux véhculés par les controverses entourant certans vaccns comme
celu développé contre le VPH et de cerner les prncpaux arguments pré-
sentés par les dérents groupes au centre de la controverse. Autrement,
ce professonnel de la santé ne pourrat se construre une représentaton
éclarée et nuancée lu permettant d’ntervenr adéquatement auprès de
ses patents.
Les quatre textes qu composent ce numéro thématque llustrent la prse en
consdératon des controverses socoscentfiques dans dérents champs:
en médecne, le professeur Carpenter fat le pont sur le débat « enflammé »
qu entoure l’utlsaton des statnes dans le tratement du cholestérol et la
professeure Plourde analyse les approches médcales et nutrtonnelles dans
le tratement de l’Alzhemer ; le professeur Lacrox, en géne, nvoque le « ca-
tastrophsme » pour parler des débats qu entourent certans développements
scentfiques et technologques ; en s’nscrvant dans les champs des scences
(la vrologe et l’mmunologe) et de l’éducaton, les professeurs Hasn et Dumas
proposent des pstes d’ensegnement vsant l’engagement des étudants un-
verstares dans des controverses sur la vaccnaton contre le papllomavrus
(VPH).
Termnons en soulgnant que, dans le cadre de la journée d’étude qu a donné
nassance à ce numéro thématque, nous ne souhatons pas nvter les part-
cpants à défendre nécessarement une poston et à dsqualfier l’autre. Nous
leur avons surtout demandé de documenter et de dscuter des postons oppo-
sées et du ratonnel (scentfique, économque, etc.) sur lequel elles s’appuent.
Par conséquent, le but n’état pas de présenter un pont de vue partagé par
l’ensemble des partcpants ou encore qu serat endossé par le CREAS. Chaque
auteur avat la lberté d’aborder la problématque retenue du pont de vue qu’l
jugeat le plus éclarant. C’est en confrontant les ponts de vue opposés qu’l
nous est possble de se donner, comme ctoyens ou comme chercheurs, une
représentaton nuancée des objets de controverse.
12Dossier thématique
Auteurs
Abdelkrm Hasn est professeur ttulare en ddactque des scences et technologes (ST) à la Faculté
d’éducaton de l’Unversté de Sherbrooke et l est ttulare de la Chare de recherche sur l’ntérêt des jeunes
à l’égard des scences et de la technologe (CRIJEST). Ses recherches portent notamment sur l’ensegnement
et l’apprentssage des savors scentfiques, sur les méthodes d’ensegnement dscplnares (démarches
scentfiques) et non dscplnares (projet et nterdscplnarté) et sur les controverses socoscentfiques.
Nancy Dumas est professeure ttulare au département de bologe de la Faculté des scences de l’Unversté
de Sherbrooke. Elle est également membre du Centre de recherche sur l’ensegnement et l’apprentssage
des scences (CREAS). Ses travaux de recherche portent notamment sur la mgraton des monocytes
à travers la barrère hémato-encéphalque en réponse aux nfectons vrales et sur l’ensegnement des
scences. Ses travaux sont subventonnés par le CRSNG.
Références
Aspect, A. (2016). Le débat Ensten-Bohr est complètement clos. Pour la science, Hors-Série, 93, 22-25.
Brosseau, O. et Baudoun, C. (2012). Cette étrange Fondaton Templeton. La Recherche, 48, 28-30.
Chevassus-au-Lous, N. (2017). Génératon spontanée: chercher l’erreur. La Recherche, Hors-Série, 24, 58-
62.
Gngras, Y. (2014). Controverses: accords et désaccords en sciences humaines et sociales. Pars: Consel
natonal de recherche scentfique.
Gngras, Y. (2017a). Aujourd’hu l’heure est aux controverses technoscentfiques. Propos recuells par
Mare-Laurence Théodule. La Recherche, Hors-Série, 24, 4-8.
Gngras, Y. (2017b). L’impossible dialogue. Science et religion. Montréal: Les édtons du Boréal.
Gracc, F. (2012). Quelle expertse scentfique après le verdct du procès de L’Aqula ? La Recherche, 470,
8-10.
Hameed, S. (2012). Le retour du créatonnsme. La contagon gagne des pays musulmans. La Recherche,
Hors-Série, 48, 22-25.
Lecourt, D. (2007). L’Amérique entre la Bible et Darwin. Pars: Presses unverstares de France.
Lecourt, D. (2008). Les dessous du dessen ntellgent. La Recherche, 33, 84-87.
Lemarchand, F. (2005). Controverse autour de roches très ancennes. La Recherche, 383, 12-13.
Lemarchand, F. (2017). La Terre, une planète qu ne fat pas son âge. La Recherche, Hors-Série, 24, 30-34.
Lerner, M. P. et Savoe, D. (2017). Copernc trouve sa place au Solel. La Recherche, Hors-Série, 24, 18-25.
Pcq, P. (2009). Créatonnsme et dessen ntellgent. Pour la scence, Dosser – L’évoluton. Rien de l’arrête,
63, 30-32.
Poulot, C. (2007). Appréhenson d’une controverse socotechnque et rapport aux experts: une étude de
cas. Thèse de doctorat, Unversté Laval, Québec.
Vllarreal, L. (2007). Les vrus sont-ls vvants ? Pour la science, dossier – Les virus, ennemis utiles, 55, 21-25.
Commenter
l’article
13Dossier thématique
Introduction
Peu d’approches thérapeutques ont été l’objet d’autant d’études
scentfiques rgoureuses et de grande qualté que les statnes,
des médcaments utlsés pour rédure le cholestérol sangun et
les événements cardovasculares. Avec un recul de plus de tros
décennes en usage clnque et avec un suv de centanes de ml-
lers de patents engagés dans des études clnques randomsées
et contrôlées, nous dsposons aujourd’hu de données probantes
sur leur ecacté, leur sécurté, leur coût, leur rapport coût/bé-
néfice dans pluseurs pays, leur mpact socétal, etc. Leur emplo
est ben ntégré dans tous les gudes de pratque en préventon
des malades cardovasculares à travers le monde. Pourtant, l
exste encore de la résstance quant à l’utlsaton de ces méd-
caments non seulement dans la populaton générale, mas éga-
lement chez certans professonnels de la santé. La controverse
générée a un mpact sgnficatf sur la pratque médcale, sur la
complance des patents et, selon certans travaux récents, sur
la santé de la populaton. Le texte qu sut ore un résumé de la
présentaton que j’a réalsée le 14 septembre 2017 à l’Agora du
Carrefour de l’nformaton de l’Unversté de Sherbrooke dans le
cadre de la rencontre scentfique nterfacultare sur les contro-
verses socoscentfiques. Lors de cette présentaton, j’a exposé
certanes rasons à l’orgne de la controverse qu touche le tra-
tement du cholestérol sangun afin de réfléchr sur la place de la
recherche et des connassances basées sur les preuves scent-
fiques dans notre socété.
Le traitement
pharmacologique du
cholestérol sanguin élevé :
un débat enflammé
André C. Carpentier
DOSSIER THÉMATIQUE
14Dossier thématique
Qu’est-ce que le cholestérol et que sont les statines ?
Le cholestérol est un lpde synthétsé par toutes les cellules du corps. Il est
essentel à la foncton normale des membranes cellulares et à la synthèse
des hormones stéroïdennes (cortsol, aldostérone, hormones sexuelles) des
acdes blares du foe. Son ntérêt en tant que bomarqueur du rsque cardo-
vasculare vent du fat qu’l est transporté dans la crculaton sangune par
des partcules complexes composées de lpdes et de proténes, sot les lpo-
proténes. Plus de 70 % du cholestérol sangun se retrouve normalement dans
des lpoproténes, les LDL (pour low-density lipoproteins, qu’on désgne souvent
communément comme le « mauvas » cholestérol sangun) porteuses de l’apo-
lpoproténe B100, qu partcpent au processus d’athérosclérose. Ce processus
pathologque, qu mplque des lésons nflammatores suves de déposton
de plaques composées de lpdes et de fibrose à travers tout l’arbre artérel, est
la prncpale cause des événements cardovasculares comme l’nfarctus du
myocarde, les accdents vasculares cérébraux et les thromboses artérelles
des membres nféreurs. Le nveau de cholestérol dans le sang corrèle avec la
présence de lpoproténes athérogènes et est assocé au rsque d’événements
cardovasculares. Il est mportant de noter que cette relaton entre le choles-
térol sangun et le rsque cardovasculare est présente même à des fables
concentratons de cholestérol (Cholesterol Treatment Tralsts collaboraton,
2012). Il faut auss noter que pluseurs autres facteurs contrbuent au déve-
loppement de l’athérosclérose, comme l’hypertenson artérelle, le dabète, le
tabagsme, l’âge, ans que des facteurs génétques (dont certans sont auss
assocés à une augmentaton parfos très mportante du cholestérol sangun).
Le rsque cardovasculare augmente davantage avec la présence de pluseurs
de ces facteurs.
Les statnes sont des médcaments qu nhbent l’enzyme le plus mportant de
la synthèse endogène du cholestérol, l’HMG-CoA réductase. Leur eet hypo-
cholestérolémant pussant (jusqu’à 60 % de réducton du cholestérol des LDL
dans certans cas) s’explque par la réducton du cholestérol ntracellulare que
ces médcaments ndusent dans le foe. Cette réducton stmule la synthèse
de récepteurs à LDL afin d’augmenter l’apport de cholestérol au foe va la
crculaton sangune. L’eet prncpal des statnes s’exerce sur le métabolsme
des LDL au foe. On ne constate pas de réducton clnquement sgnficatve de
synthèse des hormones stéroïdennes des glandes surrénales et des gonades,
ou encore une réducton des acdes blares nécessares à la dgeston des
grasses almentares.
15Dossier thématique
Controverse scientifique sur le rôle des statines dans la
prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires
Pluseurs scentfiques ont ms en doute l’utlté des statnes pour la préventon
et le tratement des malades cardovasculares par la publcaton d’ouvrages
grand publc qu exposent une crtque souvent acerbe vs-à-vs les études
scentfiques, les essas clnques et même les scentfiques et les professon-
nels de la santé qu soutennent l’utlsaton clnque des statnes. Par exemple,
Le grand mythe du cholestérol par les docteurs S. T. Snatra et J. Bowden (Snatra
et Bowden, 2014), Une histoire inventée: essai sur le cholestérol par le docteur
Jean-Mare Therren (Therren, 2014), ou encore Cholestérol, mensonges et pro-
pagande du docteur Mchel de Lorgerl (de Lorgerl, 2013) ont généré des débats
parfos passonnés sur la place publque, mêlant arguments scentfiques et
consdératons socales, éthques et morales, le tout souvent pmenté de théo-
re du complot. Certans de ces détracteurs des statnes sont par alleurs des
scentfiques qu publent actvement dans des revues savantes révsées par les
pars. Par exemple, dans une récente revue de lttérature sur le sujet (DuBro
et de Lorgerl, 2015), certans d’entre eux étayent bon nombre d’arguments
contre l’utlsaton des statnes, en partculer en préventon prmare des évé-
nements cardovasculares. Dans cet artcle, ls soulgnent, avec justesse, que
la démonstraton d’une assocaton entre un cholestérol élevé et des événe-
ments cardovasculares n’est pas synonyme de causalté, que certans essas
clnques avec statnes n’ont pas démontré de réducton des événements car-
dovasculares, que la plupart de ces essas clnques n’ont pas démontré de ré-
ducton de la mortalté, qu’l exste des hypothèses alternatves au cholestérol
pour explquer la survenue des malades cardovasculares, et que les statnes
peuvent avor des eets secondares. Malheureusement, leur argumentare
nclut auss un certan nombre de sophsmes vsant à dscrédter les statnes.
Par exemple, l y est mentonné que les malades cardovasculares ne sont pas
toujours assocées à un cholestérol élevé, ce qu sgnfierat que le cholestérol
ne peut être en cause dans la survenue de ces événements. D’abord, cet argu-
ment ne tent pas la route sur le plan logque. De plus, l escamote la relaton
contnue entre le nveau de cholestérol sangun et le rsque cardovasculare,
ncluant à des nveaux dts normaux de cholestérol, et évacue le fat que des
essas clnques ont ben démontré une réducton proportonnelle du rsque
cardovasculare à la réducton du cholestérol sangun « normal » durant la
prse de statnes. Dans cette même revue de lttérature, on avance auss que
les statnes ne sont pas utles pusqu’elles ne mènent pas à une réducton de la
mortalté dans la plupart des études. Encore une fos, la falle de rasonnement
est évdente: la mortalté, ben qu’extrêmement mportante, n’est évdemment
pas le seul événement clnque que les patents redoutent. Par alleurs, la ma-
jorté des essas clnques n’avaent pas susamment de pussance statstque
pour démontrer une basse de mortalté. D’avancer que l’hypothèse du rôle
athérogène du cholestérol est fausse en s’appuyant sur le fat qu’l y a d’autres
facteurs mplqués dans le développement de l’athérosclérose est encore un
défaut de rasonnement évdent. Enfin, l’argumentare avancé n’héste sou-
vent pas à s’appuyer sur des sources scentfiques plus basées comme des
16Dossier thématique
sondages pour documenter des eets secondares des statnes qu ne sont pas
toujours ms clarement en évdence dans les études aux devs plus soldes.
S les arguments avancés par les pourfendeurs de l’utlsaton des statnes en
restaent à ce nveau de débat scentfique, une atmosphère propce à un san
débat scentfique pourrat être mantenue. Malheureusement, d’autres ar-
matons plus sulfureuses sont souvent avancées dans ce débat. Par exemple,
on lasse souvent entendre, en s’autoctant (DuBro et de Lorgerl, 2015), que
certans essas sur les statnes auraent pu être basés. Ou encore, que les
statnes sont une arnaque des grandes compagnes pharmaceutques (!) et
que l’dée d’admnstrer ces médcaments à des gens parfatement en santé
ne fat aucun sens. Et pourtant, les malades cardovasculares survennent
souvent abruptement chez des gens parfatement en santé, comme le dé-
montrent ben les cas du coméden Antone Bertrand (http://www.tvanouvelles.
ca/2016/06/08/antone-bertrand-vctme-dun-nfarctus) et de l’anmatrce
Josée Boudreault (http://www.journaldemontreal.com/2016/07/08/josee-
boudreault-a-fat-un-avc). Pluseurs de ces essas clnques sur les statnes
ont été financés par dérentes compagnes pharmaceutques, mas certans
l’ont été par des organsatons gouvernementales, comme la Heart Protection
Study (Heart Protecton Study Collaboratve Group, 2002). Ces essas ont par
alleurs été exécutés par des centanes d’équpes de recherche à travers le
monde au cours de tros décennes. De penser qu’l serat possble d’arrver à
une colluson d’une telle ampleur afin de contrbuer à enrchr les compagnes
pharmaceutques frôle le délre et démontre une méconnassance ou une vo-
lonté de ne pas tenr compte de la réalté de la recherche clnque. Cette mse
en doute à grande échelle de l’ntellgence et de l’éthque des chercheurs, des
professonnels et des nsttutons de santé, ans que des patents partcpants
à de tels essas, est grotesque.
Quel est le consensus scientifique à propos de l’utilisation
des statines ?
La premère chose essentelle à soulgner c est que le bénéfice de toute nter-
venton est le produt du rsque d’événement, en terme absolu, et du bénéfice
relatf attrbuable à une nterventon donnée. Par exemple, un ndvdu avec
un rsque d’événement cardovasculare majeur (mortalté cardovasculare,
nfarctus du myocarde, ou accdent vasculare cérébral) de 20 % sur les 10
prochanes années à qu l’on ore un tratement rédusant ce rsque de 25 %
aura un bénéfice absolu de 5 % au cours de cette pérode. Dt autrement, en
tratant 100 personnes ayant ce rsque, on peut assumer que 5 événements
cardovasculares majeurs seront évtés sur une pérode de 10 ans.
Le rsque cardovasculare exact de chaque personne est nconnu: l est mpos-
sble de prédre exactement qu va sourr de quel événement et quand. Nous
avons cependant des outls de prédcton, comme le score de Framngham
modfié, qu nous permettent de calculer une estmaton de ce rsque pour
chaque personne selon son âge, son sexe, sa tenson artérelle, son nveau de
cholestérol, la présence de dabète, de tabagsme et d’une hstore famlale
17Dossier thématique
d’événements cardovasculares chez les parents de premer degré. On cons-
dère généralement ce rsque comme élevé, ntermédare et fable s’l se stue
respectvement au-dessus de 19 %, entre 10 % et 19 % nclusvement et à
mons de 10 % sur 10 ans. Ces outls de prédcton sous-estment le rsque
chez certanes populatons, tels que les sujets avec une hypertenson sévère,
un dabète mal contrôlé de longue date ou avec des nveaux de cholestérol très
élevés dès l’enfance ou l’adolescence. De manère générale, on estme auss
que le rsque cardovasculare est plus grand chez une personne ayant déjà eu
un événement cardovasculare, une nsusance rénale, un dabète de longue
date ou une malade nflammatore chronque.
Le nveau de preuve scentfique qu soutent le bénéfice des statnes pour
la réducton d’événements cardovasculares majeurs est très élevé. En eet,
nous dsposons d’au mons 27 études randomsées et contrôlées sur plus d’une
centane de mllers d’ndvdus suvs sur des années, une quantté d’nforma-
ton négalée dans le domane de la médecne préventve. De plus, le nveau
de standardsaton de l’exécuton et de la collecte des données est tel qu’on
peut rasonnablement fare des méta-analyses de ces données, ncluant des
méta-régressons permettant d’établr un len pratquement lnéare entre la
réducton du cholestérol LDL et la réducton des événements cardovasculares
(Cholesterol Treatment Tralsts collaboraton, 2012). Ans, nous savons désor-
mas que pour chaque réducton de 1 mmol/L de la concentraton de cholesté-
rol LDL dans le sang pendant 5 ans s’en sut une réducton de 21 % du rsque
d’événement cardovasculare majeur. Nous savons auss que cette réducton
relatve du rsque est pratquement la même en préventon prmare et se-
condare, chez les hommes comme chez les femmes, et chez les populatons
d’âges dérents. Ans, combné au calcul du rsque cardovasculare absolu,
et grâce au montorng de l’eet du tratement par statne sur la basse du cho-
lestérol LDL, nous pouvons désormas estmer les bénéfices clnques escomp-
tés de ce tratement. En pratque, une réducton du taux de cholestérol LDL d’un
mnmum de 1 à 2 mmol/L est vsée chez les sujets à rsque cardovasculare
ntermédare ou élevé, alors qu’une réducton de 50 % est vsée pour les sujets
à fable rsque sur dx ans, mas ayant un taux de cholestérol très élevé (ce qu
sgne habtuellement la présence d’une dyslpdéme prmare et d’un rsque
cardovasculare élevé à long terme).
L’ensemble de ces études et méta-analyses nous ensegnent également que
les statnes sont généralement sécurtares et tendent à rédure la mortalté
totale d’envron 4 % sur 5 ans par 1 mmol/L de réducton du cholestérol LDL
(Cholesterol Treatment Tralsts collaboraton, 2012). Elles ne causent pas le
cancer n davantage de sucdes, d’homcdes ou d’accdents graves. À hautes
doses, elles élèvent cependant légèrement la glycéme des personnes à rsque
de dabète et pourraent auss augmenter le rsque d’accdent vasculare cé-
rébral hémorragque. Ce derner rsque est cependant amplement compen-
sé par la réducton des accdents vasculares cérébraux thrombotques, qu
sont nettement plus fréquents. Les statnes peuvent auss très rarement (dans
mons d’un cas sur mlle) causer une nflammaton grave des muscles (rhab-
domyolyse) ou du foe (hépatte médcamenteuse), heureusement réversble
18Dossier thématique
avec l’arrêt de la médcaton. Leur utlsaton est auss parfos assocée à des
troubles de la concentraton, à de la fatgue ou à des oubls bénns, mas les
données actuelles ne montrent pas d’eets négatfs sgnficatfs sur les fonc-
tons cogntves (McGunness, Crag, Bullock et Passmore, 2016). Fnalement,
les statnes sont surtout mal tolérées par envron 10 % des gens, qu rap-
portent des malases musculosquelettques avec leur utlsaton. De manère
ntéressante, la suggeston de l’utlsaton d’une statne cause davantage de
ces symptômes chez les sujets partcpants aux groupes placébos d’essas cl-
nques avec statnes (Gupta, Thompson, Whtehouse, Coller, Dahlof, Poulter
etal., 2017). Une parte des symptômes musculosquelettques ncommodants
des statnes pourrat donc être due à un eet nocébo.
La controverse scientifique sur les statines a-t-elle un
impact sur la santé des patients ?
Tous les médecns qu prescrvent des statnes peuvent rapporter des anec-
dotes de patents ayant cessé l’utlsaton de ces médcaments sur la base de
commentares entendus dans les médas, lus sur Internet, ou encore à la sute
d’une dscusson avec un membre de sa famlle ou un vosn. Les Danos, eux,
ont documenté le phénomène de manère plus séreuse grâce à l’utlsaton
de leurs regstres natonaux de santé et d’utlsaton des médcaments. Ils ont
ans documenté qu’une campagne médatque négatve sur les statnes état
suve d’une augmentaton de 9 % du taux d’abandon de ces médcaments et
d’un taux d’abandon de 15 % des médcaments anthypertenseurs (Nelsen
et Nordestgaard, 2016). Les patents qu ont ans abandonné leur tratement
cardovasculare préventf ont vu leur rsque d’nfarctus du myocarde et de
mortalté cardovasculare s’accroître de 26 % et 18 % respectvement au cours
des dx années suvantes (Nelsen et Nordestgaard, 2016). Cette étude danose
suggère donc qu’une campagne publque négatve sur l’utlsaton de certans
médcaments peut avor des mpacts sur la santé. La socété a donc tout ntérêt
à promouvor un débat scentfique éclaré sur la place publque lorsqu’l est
queston de sujets controversés touchant des nterventons de santé, comme
le tratement avec les statnes.
Conclusion
Débattre de l’utlté des médcaments sur la place publque est une bonne
chose pusque ces débats peuvent partcper à une melleure éducaton du
publc, mas auss des professonnels de la santé qu ne sont pas experts du
domane sur lequel portent ces débats. L’émergence d’une plus étrote colla-
boraton entre les professonnels de la santé, les chercheurs et les patents
partenares des sons et de la recherche tend à amélorer l’atmosphère de ces
débats en sensblsant toutes les partes aux dérentes perspectves. Dans le
cas des statnes, nous en sommes mantenant à une phase de maturté du dé-
bat sur les avantages et les nconvénents de leur utlsaton clnque. L’hstore
de ce débat recèle pluseurs leçons applcables aux futures controverses sur
l’utlsaton des médcaments.
19Dossier thématique
Reconnaissance
André C. Carpenter détent la Chare GSK sur le dabète de l’Unversté de Sherbrooke.
Divulgation de conflits potentiels
Fnancement de recherche: IRSC, CDA, FRQS, Janssen, Merck, UnQure, Capron, El
Llly, Novo Nordsk, Novarts, Pfizer, Phlps, Sanofi Avents, Semens, Amgen, mnstère
de l’Économe, de la Scence et de l’Innovaton du Québec, Fondaton du CHUS,
Fondaton Jean-Luc Mongran.
Chare GSK sur le dabète de l’Unversté de Sherbrooke
Consultant: Merck, Amgen, UnQure, Janssen
Le contenu de cette présentaton et de cet artcle est non-commercal et sa préparaton
n’a bénéficé d’aucun financement.
Auteur
André Carpenter est médecn endocrnologue et professeur au département de
médecne de la Faculté de médecne et des scences de la santé et détenteur de la
Chare GSK sur le dabète de l’Unversté de Sherbrooke. Ses ntérêts de recherche
portent sur le métabolsme des lpdes et des tssus adpeux dans le dabète de type
2 et ses complcatons. Il est financé prncpalement par le FRQS et les IRSC, mas
a également bénéficé d’octros de pluseurs compagnes pharmaceutques (lste
complète dsponble sur demande).
Références
Cholesterol Treatment Tralsts collaboraton (2012). The eects of lowerng LDL
cholesterol wth statn therapy n people at low rsk of vascular dsease: Meta-
analyss of ndvdual data from 27 randomsed trals. Lancet, 380, 581-590.
de Lorgerl, M. (2013). Cholestérol: mensonges et propagandes. Vergèze: Therry
Souccar Édtons.
DuBro, R. et de Lorgerl, M. (2015). Cholesterol confuson and statn controversy. World
Journal of Cardiology, 7, 404-409.
Gupta, A., Thompson, D., Whtehouse, A., Coller, T., Dahlof, B., Poulter, N. et al. (2017).
Adverse events assocated wth unblnded, but not wth blnded, statn therapy
n the Anglo-Scandnavan Cardac Outcomes Tral-Lpd-Lowerng Arm
(ASCOT-LLA): a randomsed double-blnd placebo-controlled tral and ts non-
randomsed non-blnd extenson phase. Lancet, 389, 2473-2481.
Heart Protecton Study Collaboratve Group (2002). Heart Protecton Study of cholesterol
lowerng wth smvastatn n 20, 536 hgh-rsk ndvduals: A randomsed
placebo-controlled tral. Lancet, 360, 7-22.
McGunness, B., Crag, D., Bullock, R. et Passmore, P. (2016). Statns for the preventon of
dementa. Cochrane Database of Systematic Reviews, CD003160, 1-46.
Nelsen, S. F. et Nordestgaard, B. G. (2016). Negatve statn-related news stores decrease
statn persstence and ncrease myocardal nfarcton and cardovascular
mortalty: A natonwde prospectve cohort study. European Heart Journal, 37,
908-916.
Snatra, S. T. et Bowden, J. (2014). Le grand mythe du cholestérol: la vérité sur les gras, les
sucres, l’inflammation et les statines. Québec: Edto.
Therren, J. M. (2014). Une histoire inventée: essai sur le cholestérol. Montréal: Les
édtons Carte Blanche.
Commenter
l’article
20Dossier thématique
Problématique
En 2014, un Canaden sur sx état âgé de 65 ans et plus, ce qu
représentat 16 % de la populaton canadenne. Les scénaros
de projecton suggèrent qu’en 2024, 20 % de la populaton cana-
denne sera âgée de 65 ans et plus. Avec le vellssement de la
populaton et l’allongement de l’espérance de ve, la durée de ve
avec des malades chronques est par conséquent augmentée.
Parm les malades chronques, la malade d’Alzhemer est l’une
de celles qu nquètent le plus les personnes âgées pusqu’elle
engendre des pertes de mémore qu mènent à une désorgansa-
ton complète de l’ndvdu et des dcultés à s’occuper de so-
même. Cette malade nécesste également une réorgansaton
de la famlle pour assster la personne aectée. Au Canada, un
peu plus d’un dem-mllon de personnes étaent attentes d’une
malade cogntve en 2014. Le nombre annuel de nouveaux cas
de malade cogntve au Canada est d’envron 25 000 personnes.
D’c les 15 prochanes années, le nombre de Canadens agés
par une malade cogntve sera d’envron 1 mllon. Étant donné
que la malade nécesste l’mplcaton d’un à pluseurs proches
adants, les coûts annuels mputés aux Canadens pour prendre
son des personnes avec une malade cogntve sont estmés à
10,4 mllards de dollars.
La maladie d’Alzheimer
et la nutrition : les enjeux
socioscientifiques liés à cette
maladie complexe
Mélanie Plourde
DOSSIER THÉMATIQUE
21Dossier thématique
La malade d’Alzhemer est caractérsée par des pertes de mémore qu af-
fectent la ve de tous les jours et qu lmtent l’exécuton des tâches quot-
dennes comme s’habller, se laver ou se fare à manger. De plus, la malade
aecte le langage (ncluant l’oubl des mots) et la personne aectée peut être
désorentée dans le temps et dans l’espace. La malade engendre également
des changements d’humeur vore des changements de personnalté, comme
la paranoïa.
La physopathologe de la malade d’Alzhemer est souvent décrte par la for-
maton de plaques de peptde bêta-amyloïde et d’enchevêtrements neurofi-
brllares de la proténe tau phosphorylée dans le cerveau. Ensemble, ces deux
composantes mènent à une neurodégénérescence et à une mort des neurones.
Ans, pluseurs des tratements pharmacologques actuels ou passés cblent
ou cblaent la producton ou l’accumulaton des peptdes bêta-amyloïdes ou
de la phosphorylaton de la proténe tau.
Les facteurs de risque
Le rsque de développer la malade d’Alzhemer dépend de pluseurs facteurs
modfiables et non modfiables. Ces derners peuvent être regroupés en tros
grandes catégores: bologques, envronnementaux et génétques.
Les facteurs de rsque bologques ncluent, entre autres, le vellssement, le
dabète, les dyslpdémes et l’hypertenson artérelle. Parm les facteurs de
rsque génétques, l y a ceux qu sont causaux tels que la présence d’une mu-
taton de la présénlne 1 ou de la proténe précurseure de l’amyloïde. Il y a
également des facteurs de rsque génétques non causaux tels que la présence
d’un ou deux allèle(s) epslon 4 de l’apolpoproténe E (APOE4). LAPOE4 a été
détermné comme étant le plus grand facteur de rsque génétque de la mala-
de d’Alzhemer (Coon, Myers, Crag, Webster, Pearson, Lnce et al., 2007), mas
ce ne sont pas toutes les personnes porteuses de l’APOE4 qu développeront la
malade d’Alzhemer. Il semble donc que ce facteur de rsque génétque sot
modulable par des facteurs bologques et envronnementaux. Parm les fac-
teurs de rsque envronnementaux, certans augmentent le rsque tands que
d’autres sont protecteurs. Les facteurs qu semblent augmenter le rsque sont,
entre autres, le tabagsme, la sédentarté et l’almentaton rche en sucre et en
gras saturés. Par contre, la nutrton pourrat être à la fos un facteur protec-
teur ou d’augmentaton du rsque de développer la malade d’Alzhemer et ce
facteur sera davantage abordé dans les prochanes sectons.
22Dossier thématique
Traitement pharmaceutique de la maladie d’Alzheimer
La majorté des médcaments actuels cblent des problèmes relés à la ma-
lade comme les neurones cholnergques dont le nombre dmnue dans cer-
tanes partes du cerveau, les plaques amyloïdes ou les enchevêtrements
neurofibrllares.
Inhbteurs de la cholnestérase
Ce type de médcament retarde la rupture de l’acétylcholne lbérée par les
synapses des neurones afin d’amélorer la neurotransmsson cholnergque
et s’adresse aux personnes avec la malade d’Alzhemer légère à modérée. Une
revue Cochrane publée en 2006 démontre que les patents avec la malade
d’Alzhemer s’amélorent en moyenne de 2,7 ponts sur l’échelle d’évaluaton
des désordres cogntfs assocés à la malade d’Alzhemer, comparatvement
au placébo (Brks, 2006). Ben que l’étude Cochrane soutent que les nhbteurs
de la cholnestérase sont ecaces, la revue démontre que seulement 7 % des
ndvdus amélorent leur état clnque général tands que 10 % des ndv-
dus cessent le tratement en rason des eets secondares réversbles comme
la nausée et la darrhée (Ibd.). Une autre nformaton mportante concerne
l’nsttutonnalsaton des patents qu n’a pas été retardée, et ce, malgré la
prse d’nhbteurs de la cholnestérase pendant 3 ans comparatvement à un
placébo (Courtney, Farrell, Gray, Hlls, Lynch, Sellwood et al., 2004). Ans, les
nhbteurs de la cholnestérase ne semblent pas retarder la progresson de
la malade vers des stades plus sévères et semblent amélorer l’état clnque
d’une fable proporton de la populaton avec la malade d’Alzhemer légère à
modérée. Cette stratége ne semble donc pas ecace à long terme.
Mémantne
La mémantne est un antagonste non compéttf du récepteur n-méthyl-D as-
partate (NMDA), un récepteur mportant du glutamate et de la glycne, deux
molécules essentelles à la mémore et à la plastcté des synapses. La mé-
mantne bloque les récepteurs NMDA de façon plus ou mons spécfique, ce
qu dmnuerat l’exctotoxcté neuronale engendrée par la malade d’Alzhe-
mer à un stade avancé. Une revue de la lttérature récente de 28 études ayant
testé la mémantne comparée à un placébo (n = 11 études) ou un tratement
à la mémantne addtonnée d’nhbteurs de la cholnestérase comparé aux
nhbteurs de la cholnestérase seuls (n = 17 études), ndque que la méman-
tne est ecace et sécurtare dans le tratement de la malade d’Alzhemer
(Ksh, Matsunaga, Oya, Nomura, Ikuta et Iwata, 2017). Cependant, en 2016, la
France a statué que la mémantne n’état pas recommandée pour les sons aux
personnes avec la malade d’Alzhemer (Haute autorté de santé, 2016). Ans,
dans certans pays, l est possble que ce médcament ne sot plus admnstré
aux patents avec la malade d’Alzhemer compte tenu de son coût et de son
ecacté lmtée.
Parm les médcaments en développement à l’heure actuelle, l y a les antcorps
monoclonaux contre la proténe bêta-amyloïde qu vsent à dmnuer la pro-
ducton et l’accumulaton du peptde en plaque. Les résultats sur la majorté
23Dossier thématique
de ces classes de médcaments sont sot négatfs ou montrent une dmnuton
des plaques amyloïdes. Les résultats clnques sont cependant mons convan-
cants (Schneder, 2017). Les autres médcaments en développement cblent les
stes bêta de la proténe précurseure de l’amyloïde (APP) et de l’enzyme nh-
btrce de cleavage (BACEs). Cette dernère cble spécfiquement l’arrêt de la
producton de la proténe bêta-amyloïde en nhbant le cleavage enzymatque
de l’APP (Schneder, 2017). L’évaluaton des eets clnques en phase 2 et 3
est en cours sur plus de 2 200 patents attents de la malade d’Alzhemer. La
recherche vsant à mettre au pont des médcaments pour retarder la progres-
son de la malade état jusqu’à tout récemment axée sur la proténe bêta-amy-
loïde, mas se tourne mantenant davantage vers des cbles vsant la pathologe
Tau. La premère étude clnque à évaluer un médcament de la sorte sur 891
patents tratés pendant 15 mos a démontré que cette stratége état necace
(Kennedy, Stamford, Chen, Cox, Cmmng, Dockendorf et al., 2016). Les auteurs
mentonnent que ce médcament pourrat tout de même être utlsé en comb-
nason avec d’autres médcaments qu cblent des bomarqueurs. Les études
en cours vsent à admnstrer des médcaments en préventon de l’apparton
de la malade chez les personnes à rsque de la développer. Notons, à ttre
d’exemple, la Alzheimer’s Prevention Initiative n Colomba et l’étude Dominantly
Inherites Alzheimer Network prevention trial qu utlsent des médcaments
BACEs ou des médcaments cblant la proténe bêta-amyloïde afin de prévenr
l’apparton d’une malade d’Alzhemer.
Ans, à l’heure actuelle, les tratements pour sogner les symptômes et pour ra-
lentr la progresson de la malade d’Alzhemer semblent peu ecaces. Malgré
les mllards de dollars nvests en recherche pour trouver un tratement cu-
ratf, pour ralentr la progresson de la malade ou pour trater les symptômes,
aucune molécule évaluée en clnque n’a généré de résultats tangbles quant
aux bénéfices pour le patent. De ce fat, pluseurs chercheurs suggèrent que
le melleur moyen d’aborder cette problématque demeure de retarder l’appa-
rton des premers symptômes de la malade. Ans, s les sommes d’argent
allouées au tratement de la malade avaent été nvestes en préventon, l est
probable que nous aurons à l’heure actuelle de melleures recommandatons
pour retarder l’apparton de la malade d’Alzhemer.
La prévention de la maladie d’Alzheimer
Parm les stratéges de préventon de la malade d’Alzhemer, l y a l’almenta-
ton. En 2009, nous avons publé une revue de la lttérature qu suggérat que
la consommaton de plus de deux portons de posson gras par semane per-
mettat de dmnuer le rsque de développer la malade d’Alzhemer (Cunnane,
Plourde, Per, Bégn, Féart, et Barberger-Gatead, 2009). Depus cette publ-
caton, pluseurs études, dont des études randomsées à double nsu avec pla-
cébo, ont évalué l’eet causal de la consommaton de gras oméga-3 sur la
cognton. Les acdes gras oméga-3 sont prncpalement concentrés dans les
possons gras tels que le saumon et la sardne. La majorté des études n’ont
pas démontré de len entre cette consommaton et la cognton, ce qu est en
24Dossier thématique
contradcton avec pluseurs études épdémologques. En 2013, Dacks et ses
collaborateurs ont publé une revue de la lttérature montrant que chez les par-
tcpants sans décln cogntf, la prse d’un supplément d’acde gras oméga-3
ne semblat pas avor de bénéfice sur la cognton. Par contre, les partcpants
avec plantes cogntves subjectves pouvaent retrer des bénéfices cogntfs
grâce à la prse des suppléments de gras oméga-3 (Dacks, Shneman et Fllt,
2013). Une étude récente a, pendant 2 ans, testé l’eet de suppléments de cette
nature sur des patents ayant des sgnes précurseurs de la malade d’Alzhe-
mer. Le produt actf état composé d’acdes gras oméga-3, d’urdne, de cho-
lne, de phosphates et de vtamnes du groupe B (Sonnen, Solomon, Vsser,
Hendrx, Kvpelto, Hartmann et al., 2017). La supplémentaton n’a eu aucun
eet sur les scores cogntfs, et ce, comparatvement au placébo (Ibd.). Ans,
l n’y a actuellement pas de consensus sur la réelle ecacté d’une stratége
nutrtonnelle pour prévenr le décln cogntf ou le ralentr.
La nouvelle tendance dans le domane de la préventon de la malade d’Alzhe-
mer est la mse en place d’nterventons multmodales. Il exste à notre
connassance tros types d’études multmodales à ce sujet. La Finnish Geriatric
Intervention Study to Prevent Impairement and Disability (FINGER) est une nter-
venton multmodale qu consste en une modficaton de la dète pour attendre
les cbles des recommandatons nutrtonnelles de la Fnlande, de l’exercce
d’aérobe de deux à cnq fos par semane, de l’entraînement musculare d’une
à tros fos par semane, de l’entraînement cogntf avec des sessons de groupe
pour explquer les modficatons de la cognton lées au vellssement et des
exercces sur ordnateur à eectuer à la mason. Dans ce type d’nterventon,
les partcpants bénéficaent également d’une prse en charge du profil méta-
bolque et vasculare. Les partcpants recrutés étaent âgés entre 60 et 77 ans.
Après deux ans d’nterventon, les fonctons exécutves et la vtesse d’exécuton
étaent sgnficatvement plus élevées dans le groupe ayant reçu l’nterventon
que dans le groupe contrôle, ce qu suggère que l’nterventon a prévenu le
décln cogntf (Ngandu, Lehtsalo, Solomon, Levälaht, Ahtluoto, Antkanen
et al., 2015). Une autre étude en cours en France est le Multidomain Alzheimer
Preventive Trial (MAPT study), qu nclut une almentaton enrche avec des
acdes gras oméga-3, des consels nutrtonnels, de l’exercce physque et de
la stmulaton cogntve. Cette nterventon a été eectuée chez des patents
frêles âgés de 70 ans et plus pendant 3 ans. Dans cette étude, l’nterventon
multdomanes et la supplémentaton avec des acdes gras oméga-3, seuls ou
en combnason avec les autres actvtés, n’a pas prévenu le décln cogntf
(Andreu, Guyonnet, Coley, Cantet, Bonnefoy, Bordes et al., 2017). Ans, les ap-
proches multmodale devraent cbler davantage les personnes plus jeunes et
sans facteur de rsque apparent pour la malade d’Alzhemer.
25Dossier thématique
Forces et faiblesses des deux approches
La malade d’Alzhemer est une malade multfactorelle qu se manfeste
au cours du vellssement, ce qu lasse présager qu’elle résulte en parte
de l’accumulaton, au cours des années, de dérégulatons fines de dérents
systèmes ou voes de sgnalsatons mplqués dans l’homéostase des fonc-
tons cérébrales. L’approche adoptée par les compagnes pharmaceutques qu
cblent des marqueurs précs de la malade comme les plaques amyloïdes et
les enchevêtrements neurofibrllares à un stade avancé de la malade est une
vson un peu smplste de la complexté de la malade. En eet, étant donné
que la malade est multfactorelle, ne cbler qu’un marqueur semble une ap-
proche d’emblée vouée à l’échec et c’est en grande parte, à notre avs, l’une des
rasons qu explquent l’nsuccès à produre des médcaments pour trater la
malade malgré les mllards de dollars nvests. Une autre rason qu contrbue
à l’nsuccès des compagnes pharmaceutques dans le développement de mé-
dcaments repose sur la dculté à avor des modèles anmaux représentatfs
de la malade et qu dressent un parallèle exact avec l’human. Ans, la majo-
rté des résultats postfs générés avec des médcaments en développement et
testés chez l’anmal ont échoué lors du transfert vers la phase clnque (chez
l’human). L’étologe de la malade est complexe et multfactorelle, ce qu peut
explquer en parte la dculté à la trater. Ans, pour paller la problématque
multfactorelle, les compagnes vsent dorénavant à utlser de la polyphar-
mace pour trater dérents aspects de la pathophysologe de la malade. Ces
compagnes vsent également la préventon en tratant des sgnes clnques
qu augmentent le rsque de développer la malade d’Alzhemer. À notre avs,
ce lobbyng axé sur la surconsommaton de médcaments fat fausse route et l
ne s’agt pas d’une vrae stratége de préventon à proprement parler.
Les approches nutrtonnelles ont démontré qu’elles pouvaent avor un certan
eet sur la préventon du décln cogntf, mas la problématque avec cette stra-
tége est de cbler la bonne populaton, le bon groupe d’âge et la bonne durée.
Une étude a démontré que les concentratons d’acdes gras oméga-3 dans le
cerveau sont renouvelées tous les deux ans (Umhau, Zhou, Carson, Rapoport,
Polozova, Demar et al., 2009). Ans, une nterventon de sx mos est proba-
blement nsusante pour démontrer un réel eet sur la cognton, surtout
s la populaton sélectonnée est jeune et sans attentes cogntves. Il semble
auss que la nutrton at des eets lmtés chez les personnes âgées et que
cette stratége serat plus ecace avant l’apparton de sgnes précurseurs de
la malade, donc avant ou dans les balbutements du décln cogntf. Lorsque
la malade est ben nstallée, les nterventons nutrtonnelles et pharmaceu-
tques demeurent lmtées. Par contre, les nterventons multmodales comme
celle de l’étude FINGER semblent pouvor prévenr le décln cogntf, et ce, de
façon plus ecace que les médcaments présentement sur le marché (Ngandu,
Lehtsalo, Solomon, Levälaht, Ahtluoto, Antkanen et al., 2015). L’étude de l’ef-
ficacté de ce type d’nterventon dot être reprodute dans d’autres pays que la
Fnlande et ce processus est en cours.
26Dossier thématique
Pistes de réflexion pour la recherche
Le lobbyng des compagnes pharmaceutques est beaucoup plus fort et struc-
turé que celu de la préventon, ce qu engendre un débalancement entre les
nvestssements fats en préventon par rapport à ceux des pharmaceutques.
Il y a également une certane margnalsaton des stratéges de préventon. Les
rasons de cette margnalsaton ncluent: un manque de consensus dans la
lttérature sur la stratége de préventon à adopter, une dculté à reprodure
des résultats postfs ans qu’un manque de compréhenson du mécansme
par lequel l’eet postf est obtenu, ce qu lasse penser que les résultats sont
potentellement aléatores. Ans, l faut bâtr les stratéges de préventon sur
les résultats probants et reprodure les études dans les mêmes contextes afin
de nourrr postvement les stratéges de préventon et de consolder les eets
obtenus dans les études précédentes. Un autre aspect non néglgeable est celu
que les stratéges de préventon exgent des patents qu’ls y consacrent du
temps et des eorts, ce qu n’est pas nécessarement le cas avec la prse d’un
médcament. Pour favorser l’adhéson des patents à une nterventon mult-
modale, des ressources humanes sont nécessares pour assurer leur suv, les
motver et leur démontrer que leurs eorts portent frut. Ans, s cette stratége
de préventon est prvlégée par notre système de santé, cela demanderat
un changement des mentaltés tant au nveau des sons apportés aux per-
sonnes âgées qu’au nveau de la formaton des médecns, ce qu est un traval
de longue halene. En attendant, le rôle des chercheurs est de sensblser les
personnes âgées au fat qu’ls sont en parte les maîtres de leur vellssement
et que l’adopton de sanes habtudes de ve ne peut qu’être bénéfique pour leur
santé à long terme.
Auteure
Mélane Plourde est professeure agrégée à la Faculté de médecne et des scences de la santé de
l’Unversté de Sherbrooke. Elle est ttulare de la Chare CRMUS sur le métabolsme des lpdes lors
du vellssement et drectrce de l’axe Géroscences du Centre de recherche sur le vellssement. Ses
travaux portent notamment sur l’nteracton entre le vellssement, les facteurs génétques, tel que
l’apolpoprotéene E apslon 4 (ApoE4), et le métabolsme des oméga-3 dans le rsque du décln cogntf
assocé à la malade d’Alzhemer.
Références
Andreu, S., Guyonnet, S., Coley, N., Cantet, C., Bonnefoy, M., Bordes, L. et al. (2017). Eect of long-term
omega 3 polyunsaturated fatty acd supplementaton wth or wthout multdoman nterventon
on cogntve functon n elderly adults wth memory complants (MAPT): a randomsed, placebo-
controlled tral. Lancet Neurology, 16(5), 377-389.
Brks, J. (2006). Cholnesterase nhbtors for Alzhemer’s dsease. Cochrane Database of Systematic Review,
CD005593.
Coon, K. D., Myers, A. J., Crag, D. W., Webster, J. A., Pearson, J. V., Lnce, D. H. et al. (2007). A hgh-densty
whole-genome assocaton study reveals that APOE s the major susceptblty gene for sporadc
late-onset Alzhemer’s dsease. Journal of Clinical Psychiatry, 68(4), 613-618.
Courtney, C., Farrell, D., Gray, R., Hlls, R., Lynch, L., Sellwood, E. et al. (2004). Long-term donepezl treatment
n 565 patents wth Alzhemer’s dsease (AD2000): randomsed double-blnd tral. Lancet,
363(9427), 2105-2115.
Cunnane, S. C., Plourde, M., Per, F., Bégn, M., Féart, C. et Barberger-Gateau, P. (2009). Fsh,
docosahexaenoc acd and Alzhemer’s dsease. Progress in Lipid Research, 48(5), 239-256.
27Dossier thématique
Dacks, P. A., Shneman, D. W. et Fllt, H. M. (2013). Current evdence for the clncal use of long-chan
polyunsaturated n-3 fatty acds to prevent age-related cogntve declne and Alzhemer’s dsease.
Journal of Nutrition Health Aging, 17(3), 240-251.
Haute autorté de santé (2016, 21 octobre). Médcaments de la malade d’Alzhemer: un ntérêt médcal
nsusant pour justfier leur prse en charge par la soldarté natonale. Document accessble à
l’adresse: https://www.has-sante.fr/portal/jcms/c_2679466/fr/medcaments-de-la-malade-d-
alzhemer-un-nteret-medcal-nsusant-pour-justfier-leur-prse-en-charge-par-la-soldarte-
natonale .
Kennedy, M. E., Stamford, A. W., Chen, X., Cox, K., Cmmng, J. N., Dockendorf, M. F. et al. (2016). The BACE1
nhbtor verubecestat (MK-8931) reduces CNS beta-amylod n anmal models and n Alzhemer’s
dsease patents. Science Translational Medicine, 8(363), 1-13.
Ksh, T., Matsunaga, S., Oya, K., Nomura, I., Ikuta, T. et Iwaata, N. (2017). Memantne for Alzhemer’s
dsease: An updated systematc revew and meta-analyss. Journal of Alzheimer’s Disease, 60(2),
401-425.
Ngandu, T., Lehtsalo, J., Solomon, A., Levälaht, E., Ahtluoto, S., Antkanen, R. et al. (2015). A 2 year
multdoman nterventon of det, exercse, cogntve tranng, and vascular rsk montorng versus
control to prevent cogntve declne n at-rsk elderly people (FINGER): a randomsed controlled
tral. Lancet, 385(9984), 2255-2263.
Schneder, L. (2017). Alzhemer’s dsease and other dementas: update on research. Lancet Neurology, 16(1),
4-5.
Sonnen, H., Solomon, A., Vsser, P. J., Hendrx, S. B., Kvpelto, M., Hartmann, T. et al. (2017). 24-month
nterventon wth a specfic multnutrent n people wth prodromal Alzhemer’s dsease
(LpDDet): a randomsed, double-blnd, controlled tral. Lancet Neurology, 16(12), 965-975.
Umhau, J. C., Zhou, W., Carson, R. E., Rapoport, S. I., Polozova, A., Demar, J. et al. (2009). Imagng
ncorporaton of crculatng docosahexaenoc acd nto the human bran usng postron emsson
tomography. Journal of Lipid Research, 50(7), 1259-1268.
Commenter
l’article
28Dossier thématique
Introduction
Les débats publcs qu touchent aux enjeux scentfiques et tech-
nologques comme les changements clmatques, le nucléare,
les OGM et les hydrocarbures sont le plus souvent emprents d’un
dscours catastrophste. Pourquo ? À qu et à quo cela sert-l ?
L’artcle suvant se penche sur ces questons et dscute des défis
auxquels est confronté le scentfique qu souhate y ntervenr et
fare entendre une vox ratonnelle.
Un coup fumant
Le pachyderme enchaîné gsat sur le flanc, les quatre pattes ten-
dues. Il venat de s’écrouler brusquement en soulevant un nuage
de poussère. Le corps contnuat d’être secoué par des spasmes
sporadques. Les yeux de la bête étaent demeurés grand ouverts.
C’est comme s elle avat voulu ne ren manquer du spectacle.
Un fumet s’en échappat. Une odeur écœurante de char grllée
embaumat l’ar. De la foule, ahure et nombreuse, montaent
des crs d’horreur et de dégoût. Seul, au premer rang, Thomas
Edson achat une mne satsfate. Sa mse en scène état un
succès. L’eet avat porté frut. Il venat de tuer un éléphant par
électrocuton.
Mas pourquo ce célèbre nventeur a-t-l orchestré un tel
spectacle ?
En fat, Thomas Edson n’en état pas à sa premère électrocuton
publque. Il en avat déjà réalsé d’autres avec des chens et des
chats. Mas l’électrocuton de l’éléphante Topsy dans l’île de Cony,
New York, en janver 1903 a été celle qu a retenu le plus l’atten-
ton médatque et frappé l’magnare.
Le scientifique et le catastrophisme
dans les débats de société qui
touchent des enjeux scientifiques et
technologiques
DOSSIER THÉMATIQUE
Marcel Lacroix
1 Texte tradut de la vdéo « elec-
trocutng an elephant »: https://
www.youtube.com/watch ?v=-
NoK4coyFw0
29Dossier thématique
Au début du XXe sècle, deux ndustrels se querellaent pour le tout nouveau
marché de l’électrficaton en Amérque du Nord. Il y avat, d’une part, George
Westnghouse qu proposat une technologe reposant sur le courant alternatf
et, d’autre part, Thomas Edson qu prônat le courant contnu. Or, comparé au
courant alternatf, le courant contnu présente des nconvénents technques.
Edson le savat. Mas l avat nvest une fortune dans le développement de
cette technologe. Il n’état donc pas queston d’abandonner ce marché promet-
teur et de lasser le champ lbre à son concurrent. D’où l’dée de contre-atta-
quer en organsant des électrocutons publques afin de démontrer les dangers
du courant alternatf, de terrorser la populaton et, par le fat même, de dscré-
dter la technologe de son compétteur. Ben sûr, l’astuceux Edson se gardat
de dre que les eets de l’électrocuton auraent été les mêmes avec du courant
contnu.
En fin de compte, ce cnéma n’a guère serv la cause d’Edson. Au contrare.
Il a almenté la méfiance de la populaton envers l’électrcté et a retardé son
déploement. Aujourd’hu, dans le monde enter, la presque totalté des tech-
nologes de l’électrcté recourt au courant alternatf (Lacrox, 2016a, p. 201).
La peur
Malgré le fat qu’l revendque plus de mlle brevets d’nventon, Edson n’a tou-
tefos pas nventé la peur. La peur est un réflexe naturel, essentel à la surve
de l’espèce. Sans lu, l’human devendrat témérare et courrat des rsques
nacceptables. Mas la peur broulle auss son jugement. Une fos alarmé, le
cervelet, la régon du cerveau qu gère la peur, est encln à ne retenr, parm les
sgnaux qu lu parvennent du monde extéreur, que ceux qu renforcent nos
convctons et qu justfient nos actons, auss rrasonnées soent-elles.
La peur est également contageuse. Elle a cette vertu de moblser les humans,
de les souder contre un danger collectf, réel ou fictf.
Enfin, la peur est un ndéfectble argument de propagande pour l’autorta-
rsme. L’Hstore l’a démontré. Elle sert les despotes et les extrémstes de tout
acabt. Au début du XXe sècle, Henry Mencken, journalste et écrvan amér-
can, armat avec cynsme (ce que nombre de phlosophes avaent suggéré
avant lu) que l’art de la poltque consste à mantenr la populaton en état
de peur constante – et ans désreuse d’être mse en sécurté – en mettant en
scène un défilé nnterrompu de monstres dont la plupart sont magnares
(Mencken, 1919).
La culture de la peur est auss l’nstrument favor des organsatons mltantes
et écologstes qu condamnent, entre autres, le nucléare, les OGM, les vaccns,
les engras synthétques, les combustbles fossles et les ppelnes. Leur sem-
pternelle rhétorque est apocryphe et apocalyptque. Elle ne déroge pas à la
doctrne de l’opposton. Toutes ces technologes, prétendent-elles, sont mau-
vases et dabolques. Elles menacent la santé, l’envronnement et la planète.
Il faut les crandre, les décrer et les rejeter, coûte que coûte. Leur verdct est
sans nuance et sans appel.
30Dossier thématique
S’l exste des mltants de bonne fo, d’autres, en revanche, cherchent avde-
ment l’attenton médatque, la renommée, le pouvor. À l’nstar d’Edson, leurs
ntérêts personnels passent avant tout. De surcroît, le financement des orga-
nsatons mltantes dépend de la cause qu’elles promeuvent. Sans problème,
leur rason d’être n’est plus. Elles devennent caduques. C’est la rason pour
laquelle leurs porte-paroles s’évertuent à fare l’apologe du catastrophsme,
à suscter l’nquétude et la culpablté collectves et à provoquer des coups
d’éclat (Bruckner, 2011 ; Tertras, 2011).
La culture du catastrophisme
Ben sûr, on ne peut gnorer le fat que les tragédes du XXe sècle ont aecté
la confiance dans le progrès et la rason. Les nnombrables conflts et guerres,
Auschwtz, Hroshma, les purges de Stalne et de Mao, les génocdes et la me-
nace d’une guerre nucléare totale ont marqué la culture occdentale d’un sen-
tment de détresse. Le pédestal de la scence et de la technologe a été fraglsé
par des scandales santares tels que celu de la thaldomde, de l’amante ou du
sang contamné et par des catastrophes ndustrelles comme celles de Bhopal
et de Tchernobyl. La capacté des États modernes à protéger leurs populatons
est contestée. De surcroît, le monde a été secoué par une successon de crses
majeures comme la chute du mur de Berln en 1989, la destructon des tours à
New York en 2001 et l’eondrement des marchés financers en 2008.
Mas c’est justement parce que nous sommes de mons en mons exposés aux
rsques que nous estmons devor être protégés contre ceux qu restent. La
pacficaton de nos socétés rend toute volence physque nacceptable. La me-
nace mltare massve et permanente du temps de la guerre frode ayant ds-
paru, le rsque terrorste prend une mportance dsproportonnée. L’habtude
d’être en bonne santé rend la malade anormale et le rsque santare nsup-
portable. Dans les pays développés, les enfants ne meurent presque plus de
malades nfecteuses. Du coup, les éventuels eets ndésrables de la vacc-
naton sont ms en évdence. Et lorsque nous sommes à court de rsques dans
notre envronnement mmédat, nous commençons à nous nquéter de ceux
qu pourraent menacer la planète. Ans, avec la fin de la guerre frode, les
changements clmatques sont devenus l’une des prncpales préoccupatons
nternatonales. La peur du réchauement planétare s’est substtuée à celle de
la guerre nucléare. L’été carbonque a supplanté l’hver nucléare. L’écologsme
a remplacé les déologes tradtonnelles. Selon le physcen Freeman Dyson,
non seulement l’écologsme se substtue au socalsme en tant que relgon
laïque de portée mondale, mas en plus l permet d’entretenr la perspectve de
la rédempton (Dyson, 2006). Les ndulgences du catholcsme ont été échan-
gées pour les crédts-carbone de l’écologsme.
31Dossier thématique
Depus que nous avons le temps et les moyens de nous ntéresser à l’avenr
de la Terre, les nquétudes à son sujet sont devenues prégnantes. Plus nous
sommes protégés, plus nous nous sentons vulnérables. Plus le nveau de ve
s’élève, plus le pessmsme collectf grandt. Cureux, n’est-ce pas ? Serat-ce
parce que nous ne croyons plus en l’avenr que nous nous préoccupons autant
du futur ?
Ces nquétudes, l faut le dre, sont auss avvées par les médas. Nous sommes
abreuvés d’nformatons sur les dangers d’orgne naturelle ou humane, réels
ou exagérés. Conflts, guerres, actes terrorstes, tueres, ouragans, nondatons,
sécheresses, ncendes, tremblements de terre, tsunams, famnes, épdémes,
scandales, fonte des glacers et montée des eaux défilent quotdennement sur
nos écrans. Ces mages multplent et amplfient nos émotons. Sans compter
que les sources d’nformaton se dsputent âprement l’audmat. Rapporter la
nouvelle ne sut plus. On la fat, on la met en scène, on la martèle. L’angosse
est ans noculée par répétton des thèmes. Elle devent un narcotque dont on
ne peut plus se passer. La peur est un busness médatque lucratf.
L’Internet est un outl formdable. Malheureusement, l contrbue auss à am-
plfier les rumeurs et à désnformer. Comment fare le tr du vra et du faux ?
Comment fare preuve de jugement devant le flot crossant et nnterrompu
d’nformatons ? Comment s’y retrouver ?
La peur et le pessmsme sont nocfs. Ils sont contre-productfs. Ils nstllent
l’angosse. Ils encouragent le défatsme. Ils favorsent la résgnaton. La
crante d’une pénure de matères premères ou de céréales pousse à la hausse
les marchés. Des erreurs de jugement sur les causes et les eets de la dé-
gradaton de l’envronnement ou l’accélératon des changements clmatques
peuvent engendrer des poltques coûteuses et necaces. La peur de la ma-
lade peut avor des conséquences sur la santé plus menaçantes que celles
qu seraent causées par la malade elle-même. Les prescrptons abusves
de médcaments ont des eets ndésrables sur la santé. La peur de l’avenr
condut auss à estomper les drames du présent. Aujourd’hu, l’Organsaton
des Natons unes pour l’almentaton et l’agrculture (la FAO) manque de fonds,
car les pays membres préfèrent reporter leurs contrbutons financères sur la
lutte contre les changements clmatques. L’nvestssement dans les bocar-
burants en vue de remplacer les combustbles fossles moblse d’mportantes
ressources comme les surfaces agrcoles, l’eau et les engras. Cet nvestsse-
ment n’est pas étranger à la hausse des prx almentares constatée depus
2008 (Lacrox, 2016b). De surcroît, dans une socété hyper médatsée, les res-
ponsables poltques sont pressés d’agr promptement, même en l’absence de
toute confirmaton de rsque réel. Ils confortent ans nos certtudes: s l’on
prend des mesures de sûreté, c’est parce qu’l y a un rsque n’est-ce pas ? S l’on
dresse un pérmètre d’excluson autour d’une nstallaton gazère, s l’on passe
en revue les mesures d’évacuaton d’urgence de l’avon avant son décollage ou
s l’on dstrbue des pastlles d’odure de potassum à la populaton habtant à
proxmté de la centrale nucléare, c’est parce qu’elles sont dangereuses, crot-
on. Le rasonnement devent crculare. C’est l’hydre de la terreur qu dévore
sa queue.
32Dossier thématique
À l’nverse, une applcaton sans dscernement du prncpe de précauton
peut prver l’humanté d’alments, de médcaments, de produts chmques ou
de formes d’énerge susceptbles d’amélorer les condtons de ve et même
d’épargner des ves. Par crante d’éventuelles répercussons sur l’envronne-
ment et la santé, certans pays se prvent des progrès des botechnologes (tels
les OGM) et acceptent, comme une fatalté, des récoltes nsusantes et même
une pénure de céréales. La lmtaton du recours au DDT des années 1960
jusqu’au début des années 2000 a comproms la lutte contre le paludsme. Le
refus de la vaccnaton expose nutlement les enfants à des malades redou-
tables. Dans les années 1990, les résstances opposées à la chloraton de l’eau
courante en Amérque latne ont eu pour conséquence une épdéme de choléra
dévastatrce. Et le déclassement prématuré des centrales nucléares entamé
en Allemagne en 2015 a stmulé la producton d’électrcté dans les centrales
au charbon. Depus, les émssons atmosphérques de gaz à eet de serre ont
bond et la lutte contre la polluton envronnementale et les changements cl-
matques a reculé.
Les défis du scientifique
Dcle pour le scentfique d’ntervenr et de fare entendre une vox raton-
nelle dans cette cacophone déologque. Les défis sont de talle. Une course est
engagée entre les chantres du désespor et les porteurs d’audace.
Premèrement, l convent de rappeler que la scence n’est pas une doctrne. La
scence est une démarche ntellectuelle qu vse à découvrr, à comprendre et à
explquer le monde. La scence repousse les lmtes du savor en s’nterrogeant
et non en prêchant. Pourquo alors le profane devrat-l écouter le scentfique
qu, souvent, n’a pas réponse défintve à toutes ses questons ? Contrarement
au mltant, le scentfique a le devor d’explquer, d’nformer, d’nterpréter, de
responsablser. Il n’est pas queston d’nfantlser, d’apeurer, de calomner,
d’endoctrner. Il lu est nterdt de tenr des propos dogmatques et catastro-
phstes sans rsquer de décourager les conscences, de suscter l’nacton et
de perdre toute crédblté. On connaît la morale de la fable d’Ésope: à force
de crer au loup sans rason valable, on fint par ne plus être entendu lorsque
celu-c apparaît vrament. Par exemple, afin de moblser les décdeurs et l’op-
non publque, le GIEC (Groupe d’experts ntergouvernemental sur l’évoluton
du clmat) a cru bon, dans son rapport de 2007, de recourr à des analyses non
scentfiques pour nsster sur les dangers du réchauement planétare. Or,
ces analyses se sont révélées erronées (GIEC, 2007). Mal lu en prt. La décou-
verte de ces erreurs a entaché sa crédblté auprès de l’opnon mondale. Le
catastrophsme fint tôt ou tard par desservr les causes qu’l prétend soutenr.
2 Le prncpe de précauton con-
sste à nterdre la consomma-
ton de produts et/ou la mse
en marché de technologes qu
comportent des rsques pour
la santé et l’envronnement.
D’aucuns dront que ce prncpe
est louable. Son applcaton est
toutefos vague et favorse des
dérves. Ans, l est quasment
mpossble de prévor avec
certtude l’mpact réel et à
long terme d’une substance ou
d’une actvté sur des systèmes
complexes tels l’organsme
human, l’envronnement ou le
clmat. Auss, à force d’nterdre
et de réguler, on rsque de tuer
l’nnovaton et le progrès. C’est
ce que Freeman Dyson appelle
« les coûts cachés de dre non »
(Dyson, 2006).
33Dossier thématique
Deuxèmement, le manque de connassances scentfiques générales qu règne
parm la populaton contrbue ndubtablement à son averson à l’égard de cer-
tanes technologes. Ps. Il nourrt sa crédulté et la rend vulnérable aux bon-
menteurs. Mas ce fat n’explque pas tout. La populaton cherche davantage
à comprendre. Elle cherche auss à être entendue et écoutée, à partcper aux
processus décsonnels qu concernent le déploement des technologes. Mas
comment peut-elle le fare lucdement s elle est dépourvue de connassances
scentfiques ?
Trosèmement, l’estmaton et la percepton du rsque sont des notons, hélas,
confondues. L’estmaton du rsque provent d’un calcul de statstques et de
probabltés. La percepton du rsque, quant à elle, est une noton plus com-
plexe et dclement prévsble même pour les spécalstes. Elle englobe des
aspects technques, culturels, socaux et psychologques. Elle dépend de l’âge,
du sexe, de l’éducaton et de l’atttude des ndvdus. S l’estmaton du rsque
est rgoureuse et objectve, sa percepton demeure résolument floue et sub-
jectve. Or, dans l’opnon publque, la percepton du rsque prévaut sur son
estmaton. S la populaton éprouve de l’anté pour une technologe, telle la
voture automoble, elle valorse nconscemment ses bénéfices et sous-estme
ses rsques. S, au contrare, sa percepton est défavorable, comme c’est le cas
pour le nucléare, les OGM ou les gaz de schstes, elle a tendance à surévaluer
arbtrarement les rsques, peu mporte les bénéfices. En somme, la percepton
est nversement proportonnelle à la réalté.
Enfin, le scentfique est un savant qu, la plupart du temps, œuvre dans un
domane spécalsé. Ce n’est pas parce qu’l possède des connassances ap-
profondes dans son champ d’expertse qu’l a forcément les connassances
tactes comme l’ntuton, l’expérence ou la vson pour embrasser des problé-
matques auss vastes et complexes que la cvlsaton ou la bosphère. La so-
luton aux grands problèmes du monde n’est pas que technque. Elle comprend
auss des aspects culturels, socaux, économques, financers, poltques, jur-
dques et envronnementaux. Face à l’ampleur et à la dculté des enjeux, le
rôle du scentfique dans le débat publc est prmordal. Mas ce rôle demeure,
dans l’ensemble, modeste.
Conclusion
Les habtants des pays développés n’ont jamas été, dans l’Hstore, auss ben
nourrs, sognés, éduqués et protégés. Pourtant, la culture de la plante y fleurt.
Sonner le tocsn est le vatque. À crore que la sauvegarde de la planète com-
mande de renoncer à la découverte, d’étouer l’esprt d’entreprse. Pourquo
n’a-t-on de cesse de dénoncer, de décrer, de gendre ? Faut-l rappeler que la
santé économque et le nveau de ve des habtants d’un État sont trbutares de
sa scence et de sa technologe ? N’est-ce pas d’alleurs la rason pour laquelle
les pays en voe de développement msent sur l’éducaton scentfique afin de
s’extrper de la pauvreté et de prospérer ? La scence et la technologe sont les
melleurs (et les seuls) outls dont nous dsposons pour construre le monde
et prévor les conséquences de nos actons et les eets de nos nventons. La
34Dossier thématique
scence nous évelle et nous émervelle. Elle nous ensegne l’orgne, la na-
ture et le sort des espèces. Elle nous explque la ve, la planète, l’unvers. La
scence nous fat découvrr ce que nous sommes. Elle nous le au cosmos. Elle
démythfie et démystfie. Elle est auss le rempart contre la superchere, la su-
perstton, le dogmatsme, l’obscurantsme. Elle dscerne les fats des fables.
Elle dstngue le vra du faux. Elle sépare la réalté de la ficton. En ce sens, la
scence et la démocrate partagent des valeurs communes. Toutes deux sont
apparues à peu près à la même époque, au VIe sècle av. J.-C. en Grèce. Toutes
deux encouragent la confrontaton de ponts de vue dérents et favorsent le
débat des dées. Et toutes deux se développent dans le respect, la rgueur, la
transparence et l’honnêteté.
Peut-être que le plus grand défi du scentfique qu cherche à réconcler la
scence et la technologe avec l’opnon publque est de démontrer les finaltés
émancpatrces qu sont leur rason d’être. Un moyen d’y arrver est d’asso-
cer les jeunes génératons aux beautés du traval scentfique afin de célébrer
la connassance, une manère, dsat Claudel, de naître ensemble à la vérté
(co-nassance) (Claudel, 1984).
Auteur
Marcel Lacrox est physcen et docteur en géne nucléare. Il œuvre dans le domane de l’énerge (nucléare,
solare, bomasse, producton et geston de l’électrcté) depus quarante ans au sen d’entreprses et
d’unverstés, en Amérque et en Europe. Il a travallé, entre autres, à l’Énerge atomque du Canada Lmtée
(AECL) et au Groupe d’analyse nucléare (GAN-Hydro-Québec). Il a été professeur à l’École des Mnes de
France et professeur à l’Unversté Claude Bernard de Lyon. Il est présentement professeur à l’Unversté de
Sherbrooke et consultant pour de nombreuses entreprses et socétés explotant des procédés et produsant
de l’énerge finale. Ce spécalste de l’énerge est l’auteur de nombreux ouvrages dont Thermodynamque:
une approche pragmatque aux Édtons Chenelère-McGraw-Hll, L’énerge au quotden chez Multmondes,
Questons d’énerge et Parlez-mo du nucléare aux Presses Internatonales Polytechnque. Le professeur
Lacrox est également commssare permanent à la Commsson canadenne de sûreté nucléare.
Références
Brucken, P. (2011). Le fanatisme de l’apocalypse. Pars: Grasset.
Claudel, P. (1984). Art poétique. Pars: Gallmard.
Dyson, F. (2006). The scientist as rebel. New York: New York Revew Books.
Groupe d’experts ntergouvernemental sur l’évoluton du clmat [GIEC] (2007). Blan 2007 des changements
clmatques. Contrbuton des Groupes de traval I, II et III au quatrème Rapport d’évaluaton du
Groupe d’experts ntergouvernemental sur l’évoluton du clmat. Genève: GIEC.
Lacrox, M. (2016a). Parlez-moi du nucléaire. Montréal: Presses nternatonales polytechnque.
Lacrox, M. (2016b). Questions d’énergie. Montréal: Presses nternatonales polytechnque.
Mencken, H. L. (1919). The American language. New York: Alfred. A. Knopf, Inc.
Tertras, B. (2011). L’apocalypse n’est pas pour demain. Pour en finir avec le catastrophisme.
Pars: Édtons Denoël.
Commenter
l’article
35Dossier thématique
1. Introduction
Appel urgent à un moratoire sur la vaccination contre les VPH: c’est
le ttre de l’artcle sgné par des chercheurs le 5 octobre 2015
dans le journal Le Devor (Ral, Molno et Lppmann, 2015). Ceux-
c pensent « qu’l faut de toute urgence cesser d’admnstrer ce
vaccn ». Une prise de position irresponsable ! Les risques reliés à
l’infection par le VPH dépassent largement ceux qui sont associés
à la vaccination: c’est le ttre de la réplque sgnée dans le même
journal par un autre groupe de chercheurs (Steben, Boucher,
Guchon et Franco, 2015). Ces deux artcles llustrent la contro-
verse entourant le recours au vaccn contre le papllomavrus.
Rappelons à cet eet que certans cancers, dont le cancer du col
de l’utérus, sont assocés à l’nfecton par certanes souches du
papllomavrus, ou vrus du papllome human (VPH), et que le
Canada a homologué en 2006 des vaccns contre ce vrus. Depus
2008, le Québec finance des campagnes de vaccnaton en orant
notamment ce vaccn gratutement aux filles dès la quatrème
année du prmare. Depus janver 2016, cette campagne touche
également les garçons.
La controverse sur l’ecacté et la sécurté des vaccns contre
le VPH (notamment Gardasl et Cervarx) n’est pas une spécfi-
cté québécose. À ttre d’exemple, en 2016, le journal Le Monde
rapportat dans un artcle que « des médecns danos accusent
l’Agence européenne des médcaments d’avor basé une expé-
rence sur les vaccns contre le cancer du col de l’utérus » (Foucart,
2016). Ces controverses ont condut certans pays à suspendre les
campagnes de vaccnaton contre ce vrus.
Enseigner les
controverses scientifiques
et techniques à l’université
DOSSIER THÉMATIQUE
Abdelkrim Hasni
Nancy Dumais
1 Plus de 100 souches (géno-
types) de ce vrus ont été den-
tfiées. Certanes ont davantage
un tropsme cutané et d’autres
un tropsme muqueux. Parm
ces dernères, une qunzane
sont dentfiées comme présen-
tant un haut rsque de cancer.
Notons également que le VPH
est l’une des nfectons géntal-
es transmssbles sexuellement
les plus fréquentes (Monsone-
go, 2006)..
36Dossier thématique
Ces sortes de scentfiques dans les médas pour défendre deux ponts de vue
opposés n’est que la manfestaton d’un désaccord plus large au sen de la so-
cété: auss ben les professonnels de la santé que les ctoyens, d’une manère
générale, font parte de ce désaccord, amenant certans à opter pour la vacc-
naton et d’autres, à s’y opposer. La compréhenson des enjeux (scentfiques,
économques, etc.) accompagnant le vaccn contre le VPH est, par conséquent,
nécessare pour permettre à tous les acteurs (professonnels et ctoyens) de
prendre des décsons éclarées. Par conséquent, l’étude des controverses ac-
compagnant les avancées scentfiques et technologques dot fare parte de
l’ensegnement des scences, de l’école prmare à l’unversté (Hasn, 2011 ;
Sadler, 2011).
Dans ce texte, nous proposons une réflexon sur la formaton aux controverses
en prenant l’exemple de la vaccnaton contre le papllomavrus dans le cadre
d’un cours de vrologe-mmunologe à l’unversté. Nous exposons dans la
premère parte les fondements de la formaton scentfique retenus et nous
présentons dans la deuxème parte des pstes d’opératonnalsaton de cette
formaton. Même s notre proposton porte sur les controverses accompagnant
le vaccn contre le VPH, nous pensons que les prncpes qu sont exposés dans
ce texte pourraent servr de base de réflexon à des formatons sur d’autres
controverses et dans d’autres contextes (ex.: la formaton du personnel de la
santé ; les formatons scolares ; etc.).
2. Les fondements de la formation scientifique envisagée
2.1 Quels contenus pour la formaton scentfique ?
Les fondements qu gudent la formaton envsagée reposent sur une concep-
ton qu dépasse la smple acquston par les étudants de concepts, de modèles
et de théores, doublée d’une ntaton à des technques (cas des laboratores)
dans la dscplne consdérée. Cette formaton dot nclure, entre autres, les
problématques non consensuelles en scences, dont celles qu almentent les
controverses socoscentfiques. À la sute de travaux récents sur les conte-
nus et les finaltés de la formaton scentfique (ex.: Duschl, 2008 ; Hasn et
Bousadra, à paraître ; Hodson, 2014), nous consdérons que celle-c dot reposer
sur tros prncpales dmensons:
1. La « structure de la dscplne » (Schwab, 1964). Cette dmenson nclut, se-
lon Schwab, la substantive structure, se référant aux prncpaux concepts
et aux relatons qu les organsent dans une dscplne (modèles, prncpes,
théores, etc.), ans que la syntactical structure, qu renvoe aux voes de la
découverte et aux crtères de la valdaton des savors (les méthodes dtes
scentfiques, notamment).
2. La dmenson épstémque. Pour meux maîtrser sa dscplne, l’étudant
dot également s’approprer des savors sur les savors qu composent cette
dscplne: c’est quo le savor ? Comment est-l produt ? Consttue-t-l une
mage fidèle de la réalté ou une représentaton construte de celle-c ?
Comment la pensée scentfique a-t-elle évolué ? Etc.
2 Le texte s’nscrt dans le cadre
d’un projet sur les controverses
socoscentfiques financé par
le Consel de recherches en
scences humanes du Canada.
37Dossier thématique
3. La dmenson socale. Celle-c renvoe à la compréhenson des enjeux so-
caux des scences et des nterrelatons entre celles-c et la socété. C’est
dans cette dmenson que s’nscrt une parte des enjeux qu accompagnent
les controverses socoscentfiques. Dans notre projet, nous tenons par al-
leurs à dstnguer, pour éclarer ces controverses, entre les arguments qu
relèvent du pôle épstémque (valdté des savors et des méthodes de leur
producton) et ceux qu relèvent du pôle socal (arguments économques et
déologques ; croyances des acteurs ; etc.) (vor le chaptre ntroductf de ce
numéro thématque).
2.2 Quelles approches d’ensegnement prvléger ?
Au regard des approches d’ensegnement, nos fondements reposent sur une
concepton qu reflète la pratque scentfique, centrée sur l’établssement
de la preuve et sur le débat et l’argumentaton. À l’mage des scentfiques
qu dovent prouver la valdté des savors qu’ls proposent, dans le cadre des
cours de scences, les étudants dovent être engagés de manère actve dans
la compréhenson de problématques scentfiques qu’on leur propose et dans
l’élaboraton des explcatons qu découlent de leur étude. En outre, pusque les
controverses reposent sur des nterprétatons des savors et sur des prses de
poston qu ne font pas consensus, notre but n’est pas d’amener les étudants
à adhérer à une perspectve que nous jugerons la plus approprée. Dans le cas
précs des controverses entourant la vaccnaton contre le VPH, l ne s’agt pas
de proposer aux étudants d’adhérer à la campagne de vaccnaton ou à s’y op-
poser. Notre but premer est de les amener à cerner les arguments en jeu et à
les débattre à la lumère des savors dans le domane. Lbre à chaque étudant,
par la sute, d’adhérer à une poston ou à une autre, sur une base éclarée.
3. Des pistes d’opérationnalisation de la formation
La formaton aux controverses peut prendre dverses formes dans un cours de
scences: l’explcaton par le professeur d’exemples de controverses pour mon-
trer aux étudants les enjeux qu’elles véhculent ; la lecture de textes sélecton-
nés et, éventuellement, leur dscusson en classe ; l’nvtaton de conférencers
ou le vsonnement de débats enregstrés ; etc. À côté de ces approches dans
lesquelles les étudants sont peu sollctés à débattre et à argumenter (mas
qu demeurent pertnentes en foncton des contextes), d’autres font appel de
manère plus explcte à cet engagement. Deux de ces approches nous ont per-
ms d’élaborer notre cadre opératonnel de formaton. La premère est la car-
tographe des controverses nsprée des travaux du socologue, anthropologue
et phlosophe des scences Bruno Latour. Dans cette approche, les étudants,
travallant en équpes, sont nvtés, à la sute d’un cours magstral (12 séances)
explctant les prncpaux fondements, à documenter de manère exhaustve
une controverse scentfique ou technque, à mettre en forme leurs résultats et
à les rendre dsponbles sur un ste Internet. La deuxème approche ne porte
pas de manère spécfique sur les controverses scentfiques et technques.
Il s’agt de l’approche de controverse constructve (constructive controversy)
3 Vor, par exemple, les stes su-
vants: http://www.bruno-la-
tour.fr/node/362
http://www.medalab.
scences-po.fr/fr/projets/
teachng-controversy-map-
png/
38Dossier thématique
(Johnson, Johnson et Smth, 1997, 2000). Celle-c repose sur le débat et le
conflt ntellectuel, pusqu’elle oppose des équpes qu dovent défendre des
ponts de vue dérents. Par alleurs, la controverse n’y est pas utlsée comme
but premer, mas comme moyen permettant aux étudants d’apprendre à ar-
gumenter dans le domane (elle est constructve). Tout en favorsant le conflt
ntellectuel dans une démarche de jeu de rôle, cette technque s’nscrt dans
un traval coopératf.
En nous appuyant sur les fondements présentés plus haut et sur les approches
pédagogques mentonnées, nous retenons un déroulement du cours que ré-
sume sommarement la figure 1.
Fgure 1: Prncpaux moments d’une formaton basée sur les controverses constructves
3.1 L’ntroducton de la controverse et la recherche des conceptons ntales
des étudants
Lors d’une des premères séances5 du cours, nous présentons aux étudants
les ttres des deux artcles parus dans Le Devor (vor l’ntroducton) en leur
demandant de réagr spontanément aux deux postons qu’ls véhculent et
d’exprmer leur poston en l’argumentant. Cette phase ne sert pas seulement
à documenter les conceptons ntales des étudants au regard des enjeux
scentfiques et socaux entourant le vaccn contre le VPH. Elle sert également
à réajuster l’ensegnement en foncton de ces conceptons.
4 Ce déroulement tent compte de
la contrante du temps, pusque
l’étude de la controverse est n-
sérée dans le cadre d’un cours
de 45 heures dédé à l’étude
des fondements de la vrologe
et de l’mmunologe. Il ne s’agt
donc pas d’un cours complète-
ment centré sur l’étude des
controverses.
5 Préalablement (premère
séance), les étudants sont
nvtés à remplr un queston-
nare afin de nous permettre
de vérfier leurs conceptons
spontanées sur les vrus, l’m-
munologe et les vaccns.
39Dossier thématique
3.2 La recherche et l’analyse des premières catégories d’arguments
Le but prncpal de cette phase est de former les étudants à dégager les argu-
ments au cœur de la controverse, à les catégorser et à les débattre en fasant
appel aux savors acqus dans le cours de vrologe-mmunologe. Pour ce fare,
nous présentons aux étudants les deux artcles publés dans le journal Le
Devor et nous leur demandons de travaller en équpes afin de dégager les
arguments utlsés pour défendre la généralsaton du vaccn contre le VPH
et les arguments utlsés pour soutenr la poston contrare. L’ntérêt de ces
textes est qu’ls sont courts (rapdes à analyser), qu’ls sont rédgés par des
scentfiques spécalstes dans le domane (mportance de fare appel à des
arguments de nature scentfique) et qu’ls s’adressent à un publc large (véh-
culant ans un contenu accessble).
Le tableau 1 résume les prncpales catégores d’arguments qu pourraent se
dégager de la dscusson en grand groupe fasant sute aux présentatons des
dérentes équpes. Chacun de ces arguments dot être dscuté par les équpes.
Par exemple, l est mportant de constater que les fats (les preuves) sur la re-
laton vrus-human et sur le cancer ne sont pas les mêmes dans chacun des
deux artcles: alors que les auteurs qu appellent à un moratore nsstent sur
la « fable » relaton entre l’nfecton et le développement du cancer et sur le
« fable » taux de décès assocé au cancer, les auteurs qu prônent le vaccn rap-
portent de « grands » nombres de consultatons pour les verrues, de cancers
dagnostqués et de décès.
Le traval réalsé par les étudants à ce stade ne vse pas à clore l’étude de la
controverse. Il sert surtout à nter les étudants à comprendre la nécessté
de mettre au clar les arguments et les enjeux au cœur de la controverse et à
débattre de leur valdté et de leur légtmté sur la base de crtères explctes
renvoyant aux pôles épstémologque et socal (vor le chaptre ntroductf).
40Dossier thématique
3.3 L’engagement dans la controverse
Une fos la premère catégorsaton des arguments mse au pont et dscutée,
nous soumettons aux étudants des artcles scentfiques qu résument ben
les prncpaux enjeux au cœur de la controverse. Ces artcles sont sélecton-
nés par les chercheurs à la sute d’une recenson des publcatons dans le do-
mane. Nous prvlégons présenter aux étudants des synthèses, pusqu’elles
ntègrent l’analyse de nombreuses publcatons dans le domane. À ttre
d’exemple, les synthèses de Ncol, de Andrade, Russomano, Rodrgues, Olvera
et Provance et al. (2015, 2016) rapportent des données permettant d’analyser
les arguments de nature épstémque pour et les arguments contre la vacc-
naton VPH. La synthèse de Ferrer, Trotter, Hckman et Audrey (2014) fat le
pont sur les arguments qu renvoent au pôle socal (vor le texte ntroductf).
L’dentficaton préalable par les formateurs de ces catégores d’arguments est
nécessare pour orenter le traval des étudants.
Tableau 1: Prncpales catégores d’arguments utlsés dans deux artcles pour soutenr ou s’opposer à
la vaccnaton contre le VPH
Positions des auteurs
Pour un moratoire Pour la campagne de vaccination
Les faits (les preuves) et
leurs interprétations (sur
la relation virus – humain
et sur le cancer)
• Dans 90 % des cas, le VPH disparaît
naturellement.
• Le cancer prend de 20 à 40 ans pour se
développer.
• Le taux de décès par le cancer du col de
l’utérus est de 1,6 pour 100 000.
• Au Canada, chaque année, il y a : 85
000 consultations médicales pour des
verrues, 1 450 cancers diagnostiqués,
380 décès du cancer du col de l’utérus.
Les faits (les preuves) et
leurs interprétations (sur le
vaccin Gardasil)
• Un rapport aux États-Unis rapporte 4 000
effets indésirables du vaccin (dont 232
décès).
• La durée de protection du vaccin est
d’environ 8 ans.
• Il faut distinguer coïncidence et causalité
pour les effets indésirables.
• Le vaccin permet une diminution de 50
% des verrues génitales.
• Il y a 72 millions de personnes vaccinées
dans le monde.
La campagne de
vaccination (pôle social) –
santé publique
• Le formulaire utilisé au Québec ne permet
pas un consentement éclairé.
• Certains pays ont suspendu les campagnes
de vaccination.
• Le formulaire utilisé au Québec
mentionne la possibilité que le vaccin
soit accompagné d’allergies.
• L’OMS s’est prononcée sur l’innocuité du
vaccin.
6 Cela n’empêche pas, s le temps
le permet et s cette actvté
fat parte des vsées du cours,
de demander aux étudants
de fare leur recherche et de
sélectonner, de manère argu-
mentée, les publcatons (scen-
tfiques ou autres) à analyser.
41Dossier thématique
Au pôle épstémque, l’analyse de ces synthèses nous a perms de repérer les
prncpales catégores d’arguments suvantes:
Les fats et leurs nterprétatons (sur le VPH) ;
Les fats et leurs nterprétatons (sur le vaccn) ;
Les méthodes (dont les méthodes de contrôle: tests, placebo, etc.) ;
La posture théorque du chercheur: adhérer à la lutte contre tous les vrus
potentellement dangereux ou consdérer ces vrus au sen d’un écosys-
tème mcroben, avec des relatons complexes avec l’human ;
La crédblté des recherches au regard des sources de leur financement
(recherches ndépendantes ou financées par des groupes d’ntérêt comme
l’ndustre pharmaceutque ou les groupes ant-vaccn).
Au pôle socal de la controverse, soulgnons notamment les catégores
suvantes:
Les connassances scentfiques et les connassances de sens commun
(sur le VPH et sur le vaccn) que détennent les dérents acteurs: garçons
et filles ; parents ; professonnels de la santé ; etc. À ttre d’exemple, cer-
tanes études montrent un len entre la connassance sur les vrus et sur
les vaccns, d’une part, et l’atttude postve face à la vaccnaton, d’autre
part ;
Les normes et les valeurs en len notamment avec les conceptons cultu-
relles et relgeuses. À ttre d’exemple, certans parents refusent de vac-
cner leurs enfants en prétendant que l’acceptaton de les fare vaccner
consttuerat un message d’encouragement à une sexualté ouverte, pré-
coce et avec des partenares multples.
C’est à ce stade, après l’élaboraton d’une catégorsaton provsore et après le
repérage des prncpaux enjeux accompagnant les débats sur le vaccn contre
le VPH, que nous fasons appel à la technque de controverse. De manère suc-
cncte, celle-c se déroule comme sut:
Invter les étudants (E) à se mettre en équpes et à analyser les publca-
tons scentfiques sélectonnées pour en dégager les catégores d’argu-
ments en faveur ou en défaveur du vaccn (étape 1 de la figure 2). La moté
des équpes dot se préparer à utlser les « melleurs » arguments pour
défendre une poston (la généralsaton de la vaccnaton, par exemple) et
à chercher les « fablesses » des arguments soutenant la poston opposée.
Les autres équpes dovent se préparer pour le rôle nverse.
Invter chaque équpe à présenter la synthèse de son traval, en mettant
l’accent sur les prncpaux arguments en faveur de la poston défendue et
en les dscutant. Les autres équpes sont nvtées à réagr aux arguments
retenus, en les soutenant ou en les crtquant en fasant appel aux savors
scentfiques dans le domane (étape 2 de la figure 2).
42Dossier thématique
Lors de ce processus, le formateur (F) agt comme régulateur (médateur) en
apportant de nouvelles nformatons scentfiques, en s’assurant du recours
à une argumentaton fondée, en évtant le recours au sens commun, et en
nvtant les étudants à dstnguer entre les arguments de nature épstémque
et de nature socologque ou encore qu relèvent de l’opnon ou de la pos-
ture personnelle. La maîtrse par le formateur de la dscplne et la connas-
sance des enjeux assocés à la controverse sont des préalables nécessares à la
réusste de cette approche. La qualté des artcles sélectonnés est également
détermnante.
Fgure 2: Organsaton de la controverse constructve
3.4 La reconceptualsaton argumentée de la controverse
À ce stade, l s’agt d’amener chaque étudant à formuler un jugement éclaré
par l’analyse des publcatons dans le domane et les dscussons (la contro-
verse) des arguments qu soutennent chacune des deux postons. Nous em-
pruntons à Fourez (1997) le concept d’îlot de ratonalté pour exprmer cette
nouvelle conceptualsaton entourant le vaccn contre le VPH. Ce concept ren-
voe à la représentaton adéquate qu’on se donne d’une stuaton complexe en
tenant compte des dérentes perspectves (scentfique, économque, socale,
déologque, etc., dans le cas du vaccn contre le VPH). Ce concept fat alors
« appel à l’mage d’un “îlot” au mleu d’un océan d’gnorance » (p. 220): on ne
peut pas prétendre tout connaître d’une stuaton complexe.
Cette synthèse partelle et « objectvée » peut prendre la forme d’un court texte
synthèse. Certanes synthèses pourraent être partagées (ste Internet, artcle
dans un journal, document destné aux professonnels de la santé, etc.) pour
almenter le débat publc sur la queston.
Notons enfn que cette producton ne consttue pas une étape fnale. Au
contrare, elle pourrat servr à dégager de nouvelles questons (sur l’utlsa-
ton des statstques pour appuyer une poston ou une autre ; sur les dé-
rentes modaltés du recours au placebo, ans que leurs forces et leurs lmtes ;
etc.) à approfondr pour éclarer davantage la problématque et élargr « l’îlot
de ratonalté ».
7 Ce sont les arguments qu sont
au cœur du débat et non pas
les postons personnelles. Par
conséquent, l faudrat évter de
former les équpes sur la base
de ces prses de poston.
43Dossier thématique
4. Conclusion
Les désaccords font parte des avancées scentfiques et technologques ac-
tuelles. Certans de ces désaccords concernent prortarement la communauté
scentfique alors que d’autres nterpellent les membres de la socété d’une
manère générale. Ces désaccords dovent par conséquent fare parte de l’en-
segnement des scences de l’école prmare à l’unversté. S de nombreux
travaux montrent que l’école prmare et secondare les ntègre de plus en plus,
les ntatves de cette nature sont encore très rares au nveau unverstare et
mértent d’être développées. C’est le but de ce texte qu propose une approche
de l’ensegnement de controverses sur le vaccn contre le VPH dans le cadre
d’un cours de vrologe-mmunologe.
Auteurs
Abdelkrm Hasn est professeur ttulare en ddactque des scences et technologes (ST) à la Faculté
d’éducaton de l’Unversté de Sherbrooke et l est ttulare de la Chare de recherche sur l’ntérêt des
jeunes à l’égard des scences et de la technologe. Ses recherches portent notamment sur l’ensegnement
et l’apprentssage des savors scentfiques, sur les méthodes d’ensegnement dscplnares (démarches
scentfiques) et non dscplnares (projet et nterdscplnarté) et sur les controverses socoscentfiques.
Nancy Dumas est professeure ttulare au département de bologe de la Faculté des scences de
l’Unversté de Sherbrooke. Elle est également membre du Centre de recherche sur l’ensegnement
et l’apprentssage des scences. Ses travaux de recherche portent notamment sur la mgraton
des monocytes à travers la barrère hémato-encéphalque en réponse aux nfectons vrales et sur
l’ensegnement des scences. Ses travaux sont subventonnés par le CRSNG.
44Dossier thématique
Références
Duschl, R. (2008). Scence educaton n three-part harmony: Balancng conceptual, epstemc, and socal
learnng goals. Review of Research in Education, 32, 268-291.
Ferrer, H. B., Trotter, C., Hckman, H. et Audrey, S. (2014). Barrers and facltators to HPV vaccnaton of
young women n hgh-ncome countres: a qualtatve systematc revew and evdence synthess.
BMC Public Health, 14, 1-22.
Foucart, S. (2016, 8 décembre). Vaccn contre les papllomavrus: les autortés européennes dans la
tourmente. Le Monde.
Fourez, G. (1997). Qu’entendre par « îlot de ratonalté » et par « îlot nterdscplnare de ratonalté » ? Aster,
25, 217-225.
Johnson, D. W., Johnson, R. T. et Smth, K. A. (1997). Academc controversy: Enrchng college nstructon
through ntellectual conflct. ASHE-ERIC Higher Education Report, 25(3). Washngton DC: The
George Washngton Unversty.
Johnson, D. W., Johnson, R. T. et Smth, K. A. (2000). Constructve controversy: The educatve power of
ntellectual conflct. Change, 32(1), 28-37.
Hasn, A. (2011). Comment l’éducaton scentfique et technologque peut-elle ntégrer les
problématques socales contemporanes ? Le cas de l’Éducaton relatve à l’envronnement.
Formation et profession, 18(2), 22-25. Document accessble à l’adresse: http://www.crfpe.ca/
formatonetprofesson/ndex.
Hasn, A. et Bousadra, F. (à paraître). Les démarches d’nvestgaton scentfique dans des classes de
secondare au Québec: défis théorques et pratques. In A. Hasn, F. Bousadra et J. Lebeaume
(dr.), Les démarches d’investigation scientifique et de conception technologique: regards croisés sur
les curriculums et les pratiques en France et au Québec. Montréal: Groupédtons édteurs.
Hodson, D. (2014). Learnng scence, learnng about scence, dong scence: Derent goals demand
derent learnng methods. International Journal of Science Education, 36(15), 2534-2553.
Monsonego, J. (2006). Infections à papillomavirus. État des connaissances, pratiques et prévention vaccinale.
Pars: Sprnger.
Ncol, A. F., de Andrade, C. V., Russomano, F. B., Rodrgues, L. L. S., Olvera, N. S., Provance et al. (2015).
HPV vaccnes: ther pathology based dscovery, benefits, and adverse eects. Annals of Diagnostic
Pathology, 19, 418-422.
Ncol, A. F., de Andrade, C. V., Russomano, F. B., Rodrgues, L. L. S., Olvera, N. S., Provance et al. (2016).
HPV vaccnes: a controversal ssue ? Brazilian Journal of Medical and Biological Research, 49(5),
1-5.
Ral, G., Molno, L. et Lppman, A. (2015, 5 octobre). Appel urgent à un moratore sur la vaccnaton
contre les VPH. Le Devoir. Document accessble à l’adresse: https://www.ledevor.com/opnon/
dees/451710/vaccnaton-contre-les-vph-appel-urgent-a-un-moratore.
Sadler, T. D. (2011). Soco-scentfic ssues n the classroom teachng, learnng and research. Dordrecht:
Sprnger Netherlands.
Schwab, J. J. (1964). Structure of the dscplnes. In G. W. Ford et L. Pugno (dr.), The structure of knowledge
and the curriculum (p. 6-30). Chcago: Rand McNally Company.
Steben, M., Boucher, F., Guchon, J. et Franco, E. L. (2015, 8 octobre). Une prse de poston rresponsable !
Les rsques relés à l’nfecton par le VPH dépassent largement ceux qu sont assocés à la
vaccnaton. Le Devoir. Document accessble à l’adresse: https://www.ledevor.com/opnon/
dees/451978/la-replque-vaccnaton-contre-le-vph-une-prse-de-poston-rresponsable.
Commenter
l’article
45Recherches en cours
L’ensegnement et la formaton des ensegnants représentent des
enjeux mportants dans les socétés occdentales confrontées à la
complexté des transformatons socales contemporanes, part-
culèrement en ce qu a trat aux processus d’appropraton et de
duson des connassances et à la définton de leurs fonctons
socales. Pour cette rason, ls sont au cœur des préoccupatons
de la recherche scentfique en scences de l’éducaton. En fat,
l’arrvée du XXIe sècle nous a perms d’assster un peu partout à
travers le monde à des transformatons radcales des systèmes
éducatfs mplquant, entre autres actons, la formalsaton de
nouvelles orentatons currculares et l’dentfcaton de dé-
marches et de dspostfs pédagogco-ddactques correspondant
à ces dernères. Destnées à guder l’acton des ensegnants dans
les dérents ordres d’ensegnement, ces orentatons currcu-
lares ont condut, par le fat même, à une refonte de la formaton
des maîtres (Carnoy, 1999 ; Cox, 2003 ; Evangelsta, 2013 ; Garca-
Hudobro, 2006).
Dans ce contexte, l semble aujourd’hu acqus que la réusste
d’une réforme éducatve passe d’abord par une melleure forma-
ton du personnel ensegnant. Corolarement s’mpose l’dée que
cette formaton dove fare appel aux connassances produtes
par la recherche scentfique en éducaton (partculèrement
celles centrées sur les pratques d’ensegnement), et cela, en vue
d’ader ensegnants et futurs ensegnants à meux appréhender
les expérences concrètes vécues dans le contexte complexe de
la salle de classe (Clanet, 2009). En accord avec de nouvelles ex-
gences en matère de professonnalsaton de l’ensegnement et
L’intervention éducative
en sciences humaines au
primaire : un portrait des
pratiques d’enseignement
au Québec
RECHERCHES EN COURS
Anderson Araújo-Oliveira
1
1 Organsme subventonnare:
Consel de recherches en
scences humanes du Canada
(CRSH), programme Savor
Pérode: 2017-2021
Chercheur prncpal:
Anderson Araújo-Olvera
Cochercheurs:
Johanne Lebrun et Yves Lenor
46Recherches en cours
de développement de compétences professonnelles, la formaton ensegnante,
enrche par les contrbutons de la recherche, représente un mportant ap-
port à la transformaton de leurs rapports aux savors dscplnares, aux sa-
vors professonnels et à la pratque en foncton d’une plus grande maîtrse
du processus d’ensegnement-apprentssage. La recherche sur les processus
formatfs et la mse en place de moyens de moblsaton vsant le transfert des
connassances produtes peuvent consttuer une ade substantelle aux ense-
gnants dans le développement de leur dentté professonnelle (Altet, 2009 ;
Bondol, 2004 ; Lang, 2005 ; Lmonta et Cordero da Slva, 2013).
C’est dans cette perspectve que, à l’nstar de dérentes dscplnes propres
aux scences de l’éducaton, les recherches dans le champ de la ddactque des
scences humanes soulèvent une multtude de problématques par rapport
à dérents modèles conceptuels et à une varété de méthodes scentfiques
vsant à apporter un éclarage sur un ou pluseurs aspects lés aux pratques
d’ensegnement face aux connassances dscplnares, aux rapports des élèves
aux savors, à l’nfluence des pratques sococulturelles et nsttutonnelles sur
les apprentssages et, par conséquent, sur le développement du processus
d’ensegnement-apprentssage, aux méthodes et démarches d’ensegnement,
à la formaton ensegnante, etc.
Toutefos, malgré l’abondance de recherches sur les pratques d’ensegne-
ment, comme le mettent en évdence de nombreuses méta-analyses, revues
et synthèses réalsées au cours des 20 dernères années en Europe (Clanet,
2006), en Amérque du Nord (Armento, 2001 ; Lebrun, Lenor, Araújo-Olvera et
Chalghoum, 2005 ; Peck, 2014) et en Amérque latne (André, Smões, Carvalho
et Brzenznsk, 1999 ; Araújo-Olvera, Lebrun et Lenor, 2009 ; González et
Rbero, 2003 ; Kulesza, 1997 ; Mñana Blasco, 2009 ; Sales Olvera, 2013), force
est de reconnaître que les pratques des ensegnants en exercce ssus des nou-
veaux programmes de formaton à l’ensegnement et qu ont été formés dans
l’optque de l’actualsaton du currculum de formaton au prmare restent peu
documentées, notamment dans le champ des scences humanes.
Au Québec, l’analyse de publcatons scentfiques (artcles de revues, chaptres
de lvres, thèses, etc.) publées au cours des 15 dernères années (Araújo-
Olvera, sous presse) lasse entrevor que la majorté des recherches en d-
dactque des scences humanes au prmare réalsées dans le contexte du
renouvellement des programmes de formaton au prmare et de la formaton
à l’ensegnement (MEQ, 2001a, 2001b) se sont centrées prncpalement sur
l’analyse d’un ou de pluseurs aspects du currculum (ex.: Larouche, 2012a,
2012b ; Lenor, 2002, 2014 ; Lévesque, 2004 ; Stan, Éther et Lefranços, 2014),
sur l’analyse des supports matérels aux pratques (les manuels scolares, des
dspostfs externes produts par les chercheurs) (ex.: Allard et Landry, 2006 ;
Larouche, Landry et Fllon, 2016 ; Larouche, Meuner et Lebrun, 2012 ; Lebrun,
2013 ; Lebrun, Morn et Bousadra, 2016 ; Lebrun et Gagné, 2007 ; Lefranços,
Éther, Demers et Fnk, 2014 ; Martel, Carter et Butler, 2014 ; Martel et Carter,
2016), ou encore sur le dscours des ensegnants à propos d’un ou de pluseurs
éléments de cet ensegnement (ex.: Araújo-Olvera, 2014a ; Cardn, Falardeau et
47Recherches en cours
Bdjang, 2012 ; Lebrun, Araújo-Olvera et Lenor, 2010 ; Lebrun, Hasn, et Araújo-
Olvera, 2011 ; Lebrun, 2006 ; Meuner et Bélanger, 2014 ; Rousson, 2014).
Constructvstes, nclusves et centrées sur une vson crtque et réflexve de
l’ensegnement des scences humanes, ces recherches se sont consacrées
à l’étude de la concepton du statut du savor, à la concepton des modaltés
d’accès à celu-c, ans qu’à la concepton de son opératonnalsaton en classe.
Néanmons, l s’agt de recherches essentellement descrptves qu navguent
entre une logque du système (le dscours sur les pratques, les pratques pres-
crtes) et une logque de l’acteur (le dscours de la pratque, les pratques dé-
clarées). Les pratques eectves mses en œuvre par les ensegnants dans
des contextes complexes, de même que les actvtés d’apprentssage réalsées
par les élèves (la logque de l’acton), sont par le fat même peu étudées. En ce
sens, l’artculaton entre ce qu est prescrt et déclaré et ce qu se passe réelle-
ment en classe demeure largement peu explorée.
Par alleurs, même s certanes études (ex.: Araújo-Olvera, 2014b, 2016 ;
Demers, Lefranços et Éther, 2014 ; Déry et Ferragne-Ducasse, 2014 ; Lebrun,
Hasn et Jemel, 2007 ; Lebrun et al., 2011 ; Lebrun, 2001 ; Lebrun et Lenor, 2001)
montrent une préoccupaton envers la médaton de l’ensegnant, notamment
à partr de l’analyse de planficatons de stuatons d’ensegnement-apprents-
sage, de l’étude de la démarche d’ensegnement-apprentssage mse en œuvre
et de l’utlsaton du matérel ddactque, elles ont porté, pour la plupart, sur les
pratques des futurs ensegnants en contexte de formaton ntale à l’ense-
gnement, lassant ans largement dans l’ombre les pratques des ensegnants
en exercce. Or, s la recherche sur les pratques représente un enjeu crucal
pour la formaton des ensegnants dans une optque de renouvellement de pra-
tques, force est d’admettre que l’état actuel des connassances ne permet pas
de l’assurer convenablement. Pusque les pratques des ensegnants en exer-
cce en scences humanes restent peu documentées et, par conséquent, peu
modélsées, on pene à orr aux formateurs des connassances scentfiques
ssues de l’analyse des pratques pouvant être ntégrées dans le contexte de la
formaton ntale et contnue.
La présente recherche s’nscrt au sen de cette problématque. Elle vse à ca-
ractérser les pratques d’ensegnement en scences humanes au prmare
mses en œuvre par des ensegnants en exercce formés dans le cadre des nou-
veaux programmes de formaton à l’ensegnement au Québec. Tros objectfs
spécfiques sont poursuvs:
48Recherches en cours
1. Décrre les pratques d’ensegnement déclarées en scences humanes au
regard des finaltés éducatves, des objets d’apprentssage et des dspos-
tfs de formaton prvlégés ;
2. Décrre les pratques d’ensegnement eectves en scences humanes au
regard des finaltés éducatves, des objets d’apprentssage et des dspos-
tfs de formaton prvlégés ;
3. Identfier les convergences, les dvergences et les spécfictés qu se dé-
gagent entre les pratques déclarées et les pratques eectves au regard
des finaltés éducatves, des objets d’apprentssage et des dspostfs de
formaton prvlégés.
Abordant une problématque au cœur des préoccupatons exprmées par des
organsatons multlatérales (OCDE, FMI, UNESCO, etc.) et qu traversent le
système éducatf de nombreux pays, la recherche apportera un éclarage sur
les pratques d’ensegnement dans le domane des scences humanes au pr-
mare. Elle almentera la réflexon de l’ensemble des acteurs engagés dans la
formaton des ensegnants (mnstère de l’Éducaton, ddactcens, consellers
pédagogques, etc.) en leur orant, par la voe de journées d’étude, de colloques
et de publcatons scentfiques et professonnelles, une base de connassances
orgnales qu soutendra la prse de décson et l’élaboraton de poltques,
mas auss le processus d’analyse des pratques et la mse en œuvre de pra-
tques de formaton plus approprées.
Références
Allard, M. et Landry, A. (2006). Le manuel d’hstore, reflet des programmes ? Un cas d’excepton: L’œuvre
du professeur André Lefebvre. In M. Lebrun (dr.), Le manuel scolaire, un outil à multiples facettes
(p. 61-78). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Altet, M. (2009). Professonnalsaton et formaton des ensegnants par la recherche dans les IUFM:
avancées et questons vves. In J. Clanet (dr.), Recherche/formation des enseignants: quelles
articulations ? (19-32). Rennes: Presses unverstares de Rennes.
André, M., Smões, R. H. S., Carvalho, J. M. et Brzenznsk, I. (1999). Estado da arte da formação de
professores no Brasl. Educação e Sociedade, 68, 301-309.
Araújo-Olvera, A. (sous presse). Portrat de la recherche québécose sur l’ensegnement des scences
humanes et socales. In Y. Lenor, M. Tardf et G. Breton (dr.), Penser l’éducation: une vie à
développer l’éducation, du primaire à l’université (Hommage à Maro Laforest).
Araújo-Olvera, A. (2014a). Pourquo ensegne-t-on les scences humanes et socales au prmare ? In
M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences humaines à l’école primaire québécoise (p.
175-196). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Araújo-Olvera, A. (2014b). Relações entre lvro ddátco e ensno de cêncas humanas no prmáro: Um
olhar sobre as prátcas de futuros professores. In M. C. B. Galzeran, J. B. G. Bueno et A. P. Junor
(dr.), Paisagens do livro didático na relação com o ensino (p. 227-246). São Paulo: Paco Edtoral.
Araújo-Olvera, A. (2016). Caractérstques des dspostfs ddactques sous-jacents aux actvtés
d’ensegnement-apprentssage planfiées par de futurs ensegnants du prmare en scences
humanes. Communcaton présentée dans le cadre du XVIIIe Congrès de l’AMSE. Esksehr, 29
ma-2 jun.
Araújo-Olvera, A., Lebrun, J. et Lenor, Y. (2009). Étude crtque de la documentaton scentfique
bréslenne relatve à l’analyse des pratques ensegnantes. RCÉ, 32(2), 285-316.
Armento, B. J. (2001). Research on teachng socal studes. In V. Rchardson (dr.), Handbook of research on
teaching (p. 942-951). New York, NY: Macmllan.
49Recherches en cours
Bondol, A. (2004). Dos ndcadores às condções do projeto educatvo: um percurso pedagógco-polítco de
definção e garanta da qualdade das creches da Regão da Emíla-Romanha. In A. Bondol (dr.),
O projeto pedagógico da creche e a sua avaliação (p. 14-33). Campnas: Autores assocados.
Cardn, J.-F., Falardeau, É. et Bdjang, S.-G. (2012). Le pont de vue des ensegnants du prmare et du
secondare sur la réforme des programmes au Québec. Formation et profession, 20(1), 13 31.
Carnoy, M. (1999). Mondialisation et réforme de l’éducation: ce que les planificateurs doivent savoir. Pars:
Unesco, Insttut nternatonal de planficaton de l’éducaton.
Clanet, J. (2006). Élaboration d’un instrument de référence pour l’observation des pratiques enseignantes.
Rapport de recherche. Toulouse: Unversté de Toulouse II le Mral.
Clanet, J. (dr.) (2009). Recherche/formation des enseignants: quelles articulations ? Rennes: Presses
unverstares de Rennes.
Cox, C. (2003). Las polítcas educaconales de Chle en las últmas dos décadas del sglo XX. In C. Cox (dr.),
Políticas Educacionales en el Cambio de Siglo (p. 19-114). Santago: Edtoral Unverstara.
Demers, S., Lefranços, D. et Éther, M.-A. (2014). Conceptualser l’hstore ouvrère au prmare: expérence
d’apprentssage de l’hstore locale. In M. C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences
humaines à l’école primaire québécoise (p. 49-82). Québec: Presses unverstares du Québec.
Déry, C. et Ferragne-Ducasse, F. (2014). La planficaton de l’ensegnement de l’unvers socal en classe
multâge. In M. C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences humaines à l’école primaire
québécoise (p. 235-248). Québec: Presses unverstares du Québec.
Evangelsta, O. (2013). Qualdade da educação publca: Estado e organsmos multlateras. In J. C. Lbâneo,
M. V. Suanno et S. V. Lmonta (dr.), Qualidade da escola pública: políticas educacionais, didática e
formação de professores (p. 13-45). Goás: Centro profissonal de educação a dstânca.
Garca-Hudobro, J. E. (2006). La reforma educaconal chlena y la educacón públca. In X. Bonal (dr.),
Globalización, educación y pobreza en América latina (p. 187-218). Barcelona: Fundacón CIDOB
(Centro de Informacón y Documentacón Internaconales en Barcelona).
González, E. et Rbero, A. (2003). A prátca pedagógca em sala de aula como objeto de estudo: Elementos
para um estado da arte. Educação Unisinos, 7(13) (dsponble sur CD-Rom).
Kulesza, W. A. (1997). Para onde va a pesqusa en ensno de cêncas ? Temas em educação, 6, 92 98.
Lang, V. (2005). Dscours sur la professonnalsaton des ensegnants: cadre d’analyse. In Formation
professionnelle des enseignants. Nantes: Unversté de Nantes (dsponble sur CD Rom).
Larouche, M.-C., Landry, N. et Fllon, P.-L. (2016). Concepton et étude du potentel d’un dspostf muséo-
techno-ddactque pour le rasonnement en scences humanes d’élèves québécos de 5e année du
prmare. McGill Journal of Education, 50(2/3), 293-320.
Larouche, M.-C. (2012a). D’une matère à une dscplne… l’ensegnement de l’hstore natonale au
prmare au Québec, de 1980 à 2010. In F. Bouver, M. Allard, P. Aubn et M.-C. Larouche (dr.),
L’histoire nationale à l’école québécoise (p. 265-317). Québec: Septentron.
Larouche, M.-C. (2012b). Grand ménage en la matère et la manère, l’ensegnement de l’hstore natonale
au prmare au Québec, de 1964 à 1980. In F. Bouver, M. Allard, P. Aubn et M.-C. Larouche (dr.),
L’histoire nationale à l’école québécoise (p. 218-264). Québec: Septentron.
Larouche, M.-C., Meuner, A. et Lebrun, N. (2012). Ressources muséales, technologes de l’nformaton et de
la communcaton et unvers socal au prmare: résultats d’une recherche collaboratve. McGill
Journal of Education, 47(2), 171-192.
Lebrun, J. (2001). Place et rôle du manuel scolare en scences humanes dans les planficatons d’actvtés
d’ensegnement-apprentssage des futurs ensegnants du prmare à l’Unversté Sherbrooke. In
Y. Lenor, B. Rey, G.-R. Roy et J. Lebrun (dr.), Le manuel scolaire et l’intervention éducative: Regards
critiques sur ses rapports et ses limites (p. 115-144). Sherbrooke: Édtons du CRP.
Lebrun, J. (2013). Quelle problématsaton dans les manuels scolares québécos du prmare en scences
humanes ? Revue canadienne de l’éducation, 36(1), 299-322.
Lebrun, J. et Lenor, Y. (2001). Planficatons en scences humanes chez de futures ensegnantes et les
modèles d’nterven¬ton éducatve sous-jacents. Revue des sciences de l’éducation, XXVII(3), 569-
594.
Lebrun, J., Araújo-Olvera, A. et Lenor, Y. (2010). L’ensegnement-apprentssage des scences humanes:
quelles finaltés, quelles dcultés et quelles compétences professonnelles ? Revue canadienne de
l’éducation, 33(1), 1-30.
50Recherches en cours
Lebrun, J., Hasn, A. et Araújo-Olvera, A. (2011). Stuatons-problèmes et dscplnes scolares: analyse
des cadres opératores prvlégés par des futurs ensegnants québécos du prmare pour
l’ensegnement des scences et des scences humanes. Recherches en éducation, 12, 98-108.
Lebrun, J., Hasn, A. et Jemel, S. (2007). Place et rôle des manuels scolares en scences et en scences
humanes et socales au prmare. In Actes de colloque international Critical analysis of school
science textbooks. Hammamet (Tunse): IOSTE, Bohead-Ctzen, Ardst (dsponble sur CD-Rom).
Lebrun, J., Lenor, Y., Araújo-Olvera, A. et Chalghoum, H. (2005). La recherche sur les pratques
ensegnante¬s eectves au préscolare et au prmare: regard crtque sur leurs contrbutons
à l’élabora¬ton d’un référentel professonnel. In C. Gervas et L. Portelance (dr.), Des savoirs au
cœur de la profession enseignante (p. 265-285). Sherbrooke: Édtons du CRP.
Lebrun, J., Morn, M.-P. et Bousadra, F. (2016). Le tratement des domanes généraux de formaton dans
les manuels scolares québécos du prmare en scences humanes et socales, scences et
technologes et mathématques. In A. Hasn, J. Lebrun et Y. Lenor (dr.), Les disciplines scolaires et
la vie hors de l’école. Le cas des « éducations à… » au Québec (p. 11-31). Longueul: Groupédtons.
Lebrun, N. (2006). Représentatons de la démocrate chez des groupes de futurs ensegnants du prmare.
RCÉ, 29(3), 635-649.
Lebrun, N. et Gagné, C. (2007). La ddactque des scences humanes et les réformes de 1905 à 1964 telles
que vues à travers les manuels et les programmes. In M. Lebrun (dr.), Le manuel scolaire d’ici et
d’ailleurs, d’hier à demain. Québec: Presses unverstares du Québec (dsponble sur CD-Rom).
Lefranços, D., Éther, M.-A., Demers, S. et Fnk, N. (2014). Agentvté, ctoyenneté et manuels scolares au
prmare. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences humaines à l’école primaire
québécoise (p. 125-148). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Lenor, Y. (2002). Passé, présent et futur de l’ensegnement des scences de l’human et de la socété au
prmare: du mythe de l’ensegnement de l’hstore et de la géographe au fantasme de l’unvers
socal en passant par l’lluson des scences humanes. In C. Gauther et D. Sant-Jacques (dr.), La
réforme des programmes scolaires au Québec (p. 130-164). Québec: Presses de l’Unversté Laval.
Lenor, Y. (2014). Les scences humanes au prmare face à la délquescence de l’human et du socal, une
reconceptualsaton épstémologque des fondements. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera
(dr.), Les sciences humaines à l’école primaire québécoise (p. 301-327). Québec: Presses de
l’Unversté du Québec.
Lévesque, S. (2004). Hstory and Socal Studes n Quebec: An hstorcal perspectve. In I. Wrght et A. Sears
(dr.), Challenges & prospects for Canadian Social Studies (p. 55-72). Vancouver: Pacfic Educatonal
Press.
Lmonta, S. V. et Cordero da Slva, K. A. C. P. (2013). Formação de professor, trabalho docente et qualdade
do ensno. In J. C. Lbâneo, M. V. Suanno et S. V. Lmonta (dr.), Qualidade da escola pública:
Políticas educacionais, didática e formação de professores (p. 173-187). Goás: Centro profissonal
de educação a dstânca.
Martel, V. et Carter, S. C. (2016). L’apprentssage par la lecture d’œuvres jeunesse en scences humanes
au prmare. In M.-A. Éther et É. Mottet (dr.), Didactiques de l’histoire, de la géographie et de
l’éducation à la citoyenneté. Recherches et pratiques (p. 25-38). Bruxelles: DeBoeck.
Martel, V., Carter, S. C. et Butler L. (2014). Pratques pédagogques vsant l’apprentssage par la lecture
en scences humanes au prmare. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences
humaines à l’école primaire québécoise (p. 83-104). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Meuner, A. et Bélanger, C. (2014). Représentatons de futurs ensegnantes et ensegnants sur l’utlsaton
du musée d’hstore comme ressource ddactque dans l’ensegnement-apprentssage de l’unvers
socal au prmare. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences humaines à l’école
primaire québécoise (p. 149-173). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Mñana Blasco, C. (2009). La nvestgacón sobre la enseñanza en Colomba: Postvsmo, control,
reflexvdad y polítca. Pensamiento educativo, 44-45, 53-76.
Mnstère de l’Éducaton du Québec (2001a). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation
préscolaire et enseignement primaire. Québec: Gouvernement du Québec.
Mnstère de l’Éducaton du Québec (2001b). La formation à l’enseignement. Les orientations. Les
compétences professionnelles. Québec: Gouvernement du Québec.
Peck, C. (2014). Esqusser le portrat de la recherche en ddactque des scences humanes au prmare
au Canada. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences humaines à l’école primaire
québécoise (p. 265-279). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
51Recherches en cours
Rousson, V. (2014). La nature des représentatons socales des ensegnantes du prmare à l’égard du
domane de l’unvers socal et de son ensegnement: étude de cas à la Commsson scolare de
l’Or-et-des-Bos. Thèse de doctorat, Unversté de Montréal, Montréal.
Sales Olvera, M. (2013). Algumas deas força e pontos de tensão relaconal em ddátca, currículo e
formação de professores. In J. C. Lbâneo, M. V. Suanno et S. V. Lmonta (dr.), Qualidade da escola
pública: Políticas educacionais, didática e formação de professores (p. 131-172). Goás: Centro
profissonal de educação a dstânca.
Stan, C.-A., Éther, M.-A. et Lefranços, D. (2014). Les programmes et les enjeux de l’hstore natonale: quel
type de ctoyen souhatons-nous former ? In J. Pagès et A. Santsteban (dr.), Una mirada al pasado
y un projecto de futuro: Investigación e innovación en didáctica de las ciencias sociales. (p. 167-174).
Barcelone: Asocacón Unverstara de Profesorado de Ddáctca de las Cencas Socales.
Commenter
l’article
52Recherches en cours
Contexte de la recherche
De nombreux travaux montrent que les currculums actuels
structurés autour de compétences transversales génèrent un
broullage des frontères entre les savors dscplnares et non
dscplnares, notamment par la prse en consdératon des
problématques et des expérences extrascolares (ex.: Daunay,
Reuter et Thépaut, 2013 ; Rey, 2010 ; Young, 2010). La nécessté
d’établr des lens entre les apprentssages dscplnares et la
ve hors de l’école est devenue une préoccupaton partagée par
la plupart des currculums des pays de l’OCDE sous des vocables
dvers tels real lfe contexts, real world problems, real world s-
tuatons, contextualzng nstructons (ex.: Beswck, 2011 ; Kng,
Wnner et Gnns, 2011 ; Rvet et Krajck, 2008). Du côté des scences
humanes (SH), c’est notamment par l’appu sur l’hstore locale
et famlale des élèves que s’exprme cette préoccupaton (ex.:
Barton, 2001 ; Danker, 2003 ; Schwartz, 2000). Au Québec, tant les
orentatons de la formaton à l’ensegnement (MEQ, 2001a) que
les programmes de formaton du prmare (MEQ, 2001b) et du
secondare (MELS, 2004a, 2007) et les crtères d’évaluaton des
manuels scolares contennent des prescrptons au regard de la
contextualsaton des apprentssages (MELS, 2004b). Toutefos,
aucun cadre conceptuel explcte n’est proposé pour orenter cette
contextualsaton. Or, cette noton demeure polysémque et ré-
fère à des vsées varables. Par alleurs, s nombre de recherches
montrent les gans d’apprentssages assocés à la contextual-
saton dans le domane des scences et technologes (ST) et des
SH, elles en soulèvent également les dcultés. Par exemple,
Contextualisation des
apprentissages en sciences
et technologies et en sciences
humaines au primaire : quels
liens avec la vie hors de l’école ?
Johanne Lebrun
RECHERCHES EN COURS
1 Organsme subventonnare:
CRSH-Savor
Pérode: 2016-2020
Chercheure prncpale:
Johanne Lebrun
Cochercheurs:
Fatma Bousadra, Abdelkrm
Hasn, Yves Lenor, Anderson
Araújo-Olvera (UQAM)
1
53Recherches en cours
Demers, Lefranços et Éther (2014) relèvent que la sollctaton de l’aectvté
par l’hstore locale peut nterférer avec la prse en consdératon d’éléments
essentels à la compréhenson de la relaton de causalté. Hasn (2011) soulève
que l’établssement de lens entre les apprentssages et la ve extrascolare
des élèves entraîne des dcultés à dépasser les concepts de sens commun
des élèves. D’autres travaux (ex.: Banslal, 2009 ; Lenor, 2014 ; Rey, 2007) nter-
rogent le caractère nappropré de certans contextes renvoyant à un habllage
attrayant des stuatons qu ne condut en ren à la compréhenson des savors
dscplnares et qu peut même devenr source de malentendus pour les élèves
qu ne décodent pas la tâche scolare qu se cachent derrère l’habllage. En ce
sens, s la contextualsaton des apprentssages apparaît comme une avenue
potentellement prometteuse, la dversté des acceptons et le flou conceptuel
qu l’accompagne dans la documentaton mnstérelle soulèvent nombre d’n-
terrogatons quant aux conceptons éventuellement multples et dvergentes
véhculées par les dérents acteurs de la formaton à l’ensegnement, par les
futurs ensegnants qu reçovent cette formaton et par les manuels scolares
qu actualsent les prescrptons des programmes d’études.
La plupart des recherches menées sur la contextualsaton ont porté sur l’en-
segnement des scences au nveau secondare et ont scruté un nombre res-
trent de séances en classe. S ces recherches donnent leu à des analyses
fines et éclarantes au regard des dspostfs, des contextes et des dcultés
assocés à certanes pratques eectves, elles ne fournssent pas une large
base emprque de données permettant d’dentfier les conceptons des dmen-
sons conceptuelle, fonctonnelle, opératonnelle et organsatonnelle véhcu-
lées par les dérents acteurs de la formaton et les manuels scolares ans
que les conceptons des futurs ensegnants recevant cette formaton. En eet,
aucune recherche, à notre connassance, ne s’est penchée sur le tratement
de cette queston dans la formaton à l’ensegnement au prmare et en tenant
compte de deux dscplnes scolares. La formaton d’ensegnants généralstes
nécesste l’établssement d’un dalogue entre les ddactcens des dérentes
dscplnes et entre les dérents acteurs de la formaton afin de rapprocher
la formaton et la recherche en ddactque de la réalté de la pratque généra-
lste des ensegnants du prmare. Sans chercher à nféoder les ddactques
dscplnares aux dktats currculares, ou encore à noyer leur spécficté sous
le couvert d’une ddactque générale qu transcenderat les spécfictés dsc-
plnares et qu présupposerat un chemnement unque d’accesson aux sa-
vors, sans égard à leur nature, l mporte de mettre en avant une perspectve
comparatve permettant de dégager les ponts de convergence et les spécfic-
tés des conceptons au regard de la contextualsaton des apprentssages afin
d’almenter une formaton plus ntégratve et artculée.
54Recherches en cours
Objectifs et apports de la recherche
La recherche vse à décrre comment les dérents formateurs (professeurs,
chargés de cours, ensegnants assocés, supervseurs de stages) et les futurs
ensegnants de deux unverstés québécoses (UdeS et UQAM) ans que les
manuels scolares conçovent la contextualsaton des apprentssages en SH
et en ST au prmare. Quatre objectfs spécfiques sont poursuvs en len avec
l’ensegnement-apprentssage de ces deux dscplnes scolares:
1. Identfier les conceptons de formateurs unverstares en ddactque, de
supervseurs de stages et d’ensegnants assocés (maîtres de stages) au
regard de la contextualsaton ;
2. Identfier les conceptons de futurs ensegnants de 4e année du baccalau-
réat en ensegnement au préscolare et au prmare (BEPP) au regard de la
contextualsaton ;
3. Identfier les conceptons sous-jacentes à la contextualsaton dans les ma-
nuels scolares ;
4. Dégager les convergences et les spécfictés des conceptons au regard de
la contextualsaton des apprentssages des dérents répondants et des
manuels scolares.
La recherche permettra d’apporter un éclarage pouvant almenter une forma-
ton ddactque et professonnelle plus ntégratve sur le plan des lens entre les
cours de ddactque des ST et des SH, mas également sur le plan de l’arrmage
entre la formaton en mleu de pratque et la formaton en mleu unverstare.
55Recherches en cours
Cadre d’analyse
Comme Delcrox, Forsser et Ancaux (2013) le rappellent, l’dée de la contex-
tualsaton est auss banale et convenue que porteuse de malentendus. La d-
versté des acceptons, des vsées et des modaltés opératores assocées à la
contextualsaton des apprentssages ans que les nombreux défis qu l’ac-
compagnent soulèvent nombre d’nterrogatons quant aux conceptons éven-
tuellement multples et dvergentes véhculées par les dérents acteurs de
la formaton à l’ensegnement, par les futurs ensegnants qu reçovent cette
formaton et par les manuels scolares qu actualsent les prescrptons des
programmes d’études. Il mporte en conséquence d’dentfier les défintons
et les attrbuts, les vsées, les modaltés opératores ans que les défis et les
contrantes que les dérents acteurs assocent à ce processus. Pour ce fare,
la recherche s’appue sur un cadre d’analyse ntégrateur développé dans des
travaux antéreurs (ex.: Hasn, Bousadra et Marcos, 2011 ; Hasn, Bousadra et
Pouln, 2012). L’analyse des conceptons est menée selon quatre dmensons
nterrelées: conceptuelle, fonctonnelle, opératonnelle et organsatonnelle.
La dmenson conceptuelle renvoe aux défintons et aux attrbuts que les for-
mateurs unverstares et en mleu de pratque, les futurs ensegnants ans
que le dscours des manuels scolares assocent à la contextualsaton. La d-
menson fonctonnelle se réfère aux vsées attrbuées à la contextualsaton.
La dmenson opératonnelle se rapporte aux modaltés de sa mse en
œuvre alors que la dmenson organsatonnelle renvoe aux condtons, aux
contrantes et aux défis entourant la contextualsaton. Le chox de ces angles
d’analyse s’explque par la dversté et la polyséme des acceptons assocées
à la contextualsaton des apprentssages.
Références
Banslal, S. (2009). The use of real lfe contexts n the CTA: Some unntended consequences. Pythagoras, 69,
17-27.
Barton, K. C. (2001). You’d be wantng to know about the past. Socal context of chldren’s hstorcal
understandng n Northern Ireland and the Unted States. Comparative Education, 37, 89-106.
Beswck, K. (2011). Puttng context n context: An examnaton of the evdence for the benefits of
contextualsed task. International Journal of Science and Mathematics Education, 9, 367-390.
Danker, A. (2003). Multcultural socal studes: The local hstory connecton. The Social Studies, 94(3), 111-
117.
Daunay, B., Reuter, Y. et Thépaut, A. (2013). Les contenus disciplinaires. Approches comparatistes. Llle:
Septentron.
Delcrox, A., Forsser, T. et Ancaux, F. (2013). Vers un cadre d’analyse opératonnel des phénomènes de
contextualsaton ddactque. In F. Ancaux, T. Forsser et L.-F. Prudent (dr.), Contextualisations
didactiques (p. 141-185). Pars: L’Harmattan.
Demers, S., Lefranços, D., et Éther, M. A. (2014). Conceptualser l’hstore ouvrère au prmare. Expérence
d’apprentssage de l’hstore locale. In M.-C. Larouche et A. Araújo-Olvera (dr.), Les sciences
humaines à l’école québécoise. Regards croisés sur un domaine de recherche et d’intervention (p.
49-81). Québec: Presses de l’Unversté du Québec.
Hasn, A. (2011). Problématser, contextualser et conceptualser en scences: pont de vue d’ensegnants
du prmare sur leur pratque de classe. In A. Hasn et G. Ballat (dr.), Pratiques d’enseignement
des sciences et technologies: regards sur la mise en œuvre des réformes curriculaires et sur le
développement des compétences professionnelles des enseignants (p. 105-140). Rems: Édtons et
presses unverstares de Rems.
56Recherches en cours
Hasn, A., Bousadra, F. et Marcos, B. (2011). L’ensegnement par projets en scences et technologes: de
quo parle-t-on et comment justfie-t-on le recours à cette approche ? Nouveaux cahiers de la
recherche en éducation, 14(1), 7-28.
Hasn, A., Bousadra, F. et Pouln, J.-E. (2012). Les lens nterdscplnares vus par des ensegnants de
scences et technologes et de mathématques du secondare au Québec. Recherches en didactique
des sciences et des technologies, 5, 131-156.
Kng, D., Wnner, E. et Gnns, I. (2011). Outcomes and mplcatons of one teacher’s approach to context-
based scence n the mddle years. Teaching Science, 57(2), 26-34.
Lenor, Y. (2014). Les médiations au cœur des pratiques d’enseignement-apprentissage: une approche
dialectique. Des fondements à leur actualisation en classe, éléments pour une théorie de
l’intervention éducative. Longueul: Groupédtons.
Mnstère de l’Éducaton, du Losr et du Sport (2007). Programme de formation de l’école québécoise.
Enseignement secondaire, 2e cycle. Québec: Gouvernement du Québec.
Mnstère de l’Éducaton du Québec (2001a). La formation à l’enseignement. Les orientations. Les
compétences professionnelles. Québec: Gouvernement du Québec.
Mnstère de l’Éducaton du Québec (2001b). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation
préscolaire et enseignement primaire. Québec: Gouvernement du Québec.
Mnstère de l’Éducaton, du Losr et du Sport (2004a). Évaluation des aspects pédagogiques du matériel
didactique. Enseignement primaire et secondaire. Québec: Gouvernement du Québec.
Mnstère de l’Éducaton, du Losr et du Sport (2004b). Programme de formation de l’école québécoise.
Enseignement secondaire, 1er cycle. Québec: Gouvernement du Québec.
Rey, B. (2007). Stuatons et savors dans la pratque de classe. Communcaton présentée au symposum
Le concept de situation dans les pratiques d’enseignement: une approche individuelle ou collective ?
10e rencontres du RESEAU REF, Sherbrooke, 9-10 octobre.
Rey, O. (2010). Contenus et programmes scolares. Comment lre les réformes currculares ? Dossiers
d’actualités de la VST, 53, 1-16. Document accessble à l’adresse: http://velle-et-analyses.ens-lyon.
fr/DA/detalsDosser.php?parent=accuel&dosser=53&lang=fr.
Rvet, A. E. et Krajck, J. S. (2008). Contextualzng nstructon: leveragng students’ pror knowledge and
experences to foster understandng of mddle school scence. Journal of Research in Science
Teaching, 45(1), 79-100.
Schwartz, S. (2000). My famly’s story: Dscoverng hstory at home. Social Studies and the Young Learner,
12(3), 6-9.
Young, M. (2010). Alternatve educatonal futures for a knowledge socety. European Educational Research
Journal, 9(1), 1-12.
Commenter
l’article
57Publications
Bousadra, F. et Hasn, A. (2018). Project-based learnng as object of study n the
ddactcs of scence and technology. Revista Trabalho (En) Cena, 3(1), 77-79.
https://sstemas.uft.edu.br/perodcos/ndex.php/encena/artcle/vew/4960
Lenor, Y. (2016). Producr el conocmento centífico en las escuelas: Fundamentos y
condcones. Educativa, 19(2), 586-603.
Lenor, Y. (2017). En France comme au Québec, surtout une pseudo-nterdscplnarté.
Animation et éducation, 258, 12-14.
Lenor, Y. (2017). Être nterdscplnare dans mon ensegnement, c’est respecter un
certan nombre d’exgences. Apprendre et enseigner aujourd’hui, 6(2), 9-14.
PUBLICATIONS
Articles avec
comité de
lecture
Hernández Rodríguez, C. A., Le Zmmerman, E., Vasco, C. E., Lenor, Y. et Urbe Castro,
H. (2017). Interdisciplinariedad: un desafío para transformar la universidad en el
siglo XXI. Santago de Cal: Unversdad autónoma de Occdente.
Lenor, Y. (avec la collaboraton de A. Hasn, F. Lacourse, F. Larose, P. Maubant et A. Zad)
(2018). Guide d’accompagnement de la recherche. Un outil de réflexion sur les
termes et expressions liés à la recherche (2e éd. revue et augm.). Sant-Lambert:
Édtons Cursus unverstare (1re éd. 2012).
Livres
Chapitres de livres
Gagnon, M., Mare, S. et Bouchard, E. (2018). Quelles pratques crtques manfestées par
des élèves du secondare en contexte de stuatons d’apprentssage en hstore ?
In M. A. Éther, D. Lefranços, et F. Audger (dr.), Pensée critique, enseignement
de l’histoire et de la citoyenneté (p. 53-68). Louvan-la-Neuve: DeBoeck.
Lenor, Y. (2017). Interdscplnarté et recherche: quelques éléments de dstncton
et enjeux soco-épstémologques. In M.-A. Caron et M.-F. Turcotte (dr.), La
transdisciplinarité et l’opérationnalisation des connaissances scientifiques (p. 41-
68). Montréal: Édtons JFD.
Lenor, Y. (2018). Approche programme, currculum et approche par compétences:
sens et non-sens de telles notons à la lumère du néolbéralsme. In C. Losy
et J.-C. Coulet (dr.), Compétences et approche-programme. Vol. 2: Outiller le
développement d’activités responsables (p. 43-94). Londres: ISTE Édtons.
Lenor, Y. (2018). Le grand démarrage de la recherche à la Faculté d’éducaton. In Y.
Lenor, M. Tardf et G. Breton (dr.), Penser l’éducation: une vie à développer
l’éducation, du primaire à l’université. En hommage à Mario Laforest (p. 163-172).
Sant-Lambert: Édtons Cursus unverstare.
Lenor, Y., Tardf, M. et Breton, G. (2018). Une ve de traval en éducaton. In Y. Lenor, M.
Tardf et G. Breton (dr.), Penser l’éducation: une vie à développer l’éducation, du
primaire à l’université. En hommage à Mario Laforest (p. 1-36). Sant-Lambert:
Édtons Cursus unverstare.
58Publications / Subventions obtenues
Mosan, S. (2017). Comprendre l’expérence des vctmes de
l’Holocauste à travers le vsonnement du film Le panste.
Réct de pratque. Enjeux de l’univers social, 13(1).
Mosan, S. et Bédard, É. (2017). Dot-on ensegner d’abord l’hstore
natonale à l’école ? Argument, 20(1), 106-118.
Belletête, V. et Hasn, A. (2017). L’ensegnement par projet en scence
et technologe: Que nous apprend une analyse systématque
des publcatons scentfiques ? Spectre, 46(2), 22-25.
Bouchard, N., Langlos, L., Danel, M.-F., Gagnon, M. et Schwmmer,
M. (2018). Questions d’éthique en éducation et en formation.
UQAM, 24-25 ma.
Hasn, A. et Potvn, P. (2017). Colloque de la Chaire de recherche sur
l’intérêt des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie et
des commissions scolaires partenaires. Campus de Longueul
de l’Unversté de Sherbrooke, 1er jun.
Organisation
de colloques
Articles à
caractère
professionnel
L’enseignement de l’histoire des arabes et des musulmans au Québec
2018-01 à 2018-12 (deuxème phase)
Organsme subventonnare: MEES
Montant: 25 000 $
Chercheur prncpal: Sabrna Mosan
Cochercheure: Svane Hrsch (UQTR)
L’enseignement des génocides
2018-03 à 2018-12
Organsme subventonnare: MEES
Montant: 40 000 $
Chercheur prncpal: Sabrna Mosan
Cochercheure: Svane Hrsch (UQTR)
Subventions
obtenues
59Éditorial
Bulletin du
CREAS
Le Bulletn du CREAS est une publcaton du Centre de recherche sur l’ensegnement et
l’apprentssage des scences (CREAS).
Responsable du Bulletn Abdelkrm Hasn (responsable), Ahmed Benabdallah, Fatma Bousadra, Nancy Dumas,
Eve Langeler, Bernard Marcos et Sabrna Mosan.
Membres du comté Vncent Belletête, Fatma Bousadra, Jule Fourner, Matheu Gagnon, Jeanne Koudogbo, Smon
Leboeuf-Dumouchel, Johanne Lebrun, Aude Maltas-Landry, Sona Manna, Sabrna Mosan et
Félx Morn
Révson Vncent Belletête et Jule Fourner
Mse en page Faban Wll
Le CREAS est reconnu et financé par:
creas.educ.usherbrooke.ca
Auteurs
Johanne Lebrun
Drectrce du CREAS
Professeure ttulare à la Faculté d’éducaton de
l’Unversté de Sherbrooke
Courrel: Johanne.Lebrun@USherbrooke.ca
Sabrna Mosan
Co-drectrce du CREAS
Professeure à la Faculté d’éducaton de l’Unversté de
Sherbrooke
Courrel: Sabrna.Mosan@USherbrooke.ca
Abdelkrm Hasn
Professeur ttulare à la Faculté d’éducaton de
l’Unversté de Sherbrooke
Courrel: Abdelkrm.Hasn@USherbrooke.ca
Nancy Dumas
Professeur ttulare à la Faculté Faculté des scences de
l’Unversté de Sherbrooke
Courrel: Nancy.Dumas@USherbrooke.ca
André C. Carpenter
Professeur ttulare à Faculté de médecne et
des scences de la santé
Courrel: Andre.Carpenter@USherbrooke.ca
Mélane Plourde
Professeure agrégée à la Faculté de médecne et des scences de
la santé de l’Unversté de Sherbrooke
Courrel: Melane.Plourde2@USherbrooke.ca
Marcel Lacrox
Professeur ttulare à la Faculté de géne de l’Unversté de
Sherbrooke
Courrel: Marcel.Lacrox@USherbrooke.ca
Anderson Araújo-Olvera
Professeur au Département de ddactque de l’UQAM
Courrel: araujo-olvera.anderson@uqam.ca
S’abonner aux nouvelles du CREAS
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Chapter
Full-text available
El desarrollo del campo científico se puede considerar como un escenario siempre en construcción. A lo largo de este proceso constructivo, la ciencia ha presenciado dos procesos que a veces se perciben como distantes e irreconciliables y a veces como complementarios: por un lado, una tendencia a la profunda especialización disciplinaria y, por otro lado, una tendencia a la interdisciplinariedad. Los debates y las discusiones en torno a este doble proceso aún forman parte de la vida académica e intelectual. No existe campo alguno en el que no se hable de ello. Son discusiones que están en el orden del día. Esta característica del campo científico enriquece no solo la reflexión por la dinámica de la ciencia misma, sino también por el papel que esta cumple en la sociedad. Sobre todo en aquellos espacios académicos y de formación, como las universidades, en donde residen comunidades académicas que la animan y le dan vida. Interdisciplinariedad: un desafío para transformar la universidad en el siglo XXI.
Article
Full-text available
Cette recherche collaborative porte sur l’utilisation, l’application et l’integration des ressources pedagogiques en ligne du musee McCord dans l’enseignement de l’univers social au troisieme cycle du primaire. La premiere partie fait etat du peu de ressources pedagogiques en ligne pour repondre adequatement aux besoins et aux exigences du milieu scolaire. Elle identifie egalement des liens entre les technologies de l’information et de la communication (TIC) et le programme de formation au primaire pour soutenir le developpement des competences dans le domaine de l’univers social. Nous traitons ensuite de la place de plus en plus importante qu’occupent les ressources museales dans l’enseignement et l’apprentissage et, plus particulierement, de l’expertise du musee McCord en ce domaine. La deuxieme partie decrit la methode de recherche developpee, ainsi que la demarche d’elaboration, de mise a l’essai et de validation des ressources pedagogiques en ligne sur le site du Musee. La troisieme partie presente les resultats a propos de l’appropriation des ressources, l’apprentissage des eleves et la pertinence des ressources web. Enfin, en quatrieme partie, nous formulons quelques recommandations en vue d’une integration efficace et efficiente en milieu scolaire des ressources pedagogiques en ligne dont il est question dans cette etude.
Article
Full-text available
Resumen:Voy a mostrarles algunos de los postulados de base que guían hoy mi concepción del proceso de enseñanza-aprendizaje. Son estos postulados que les presentaré mientras los comento. Son al origen de un libro que publiqué en francés en el 2014 y que se titula en español: Las media­ciones en el núcleo de las prácticas de enseñanza-aprendizaje: Un enfoque dialéctico. Fundamentos para su actualización en clase. Elementos para una teoría de la intervención educativa. Palabras clave: enseñanza-aprendizaje; media­ciones; teoría de la intervención educativa.
Article
Full-text available
Nous traitons de la conception et de l’etude du potentiel d’un dispositif museo-techno-didactique, parties prenantes d’une recherche-developpement realisee en collaboration avec le Musee McCord et des enseignants d’ecoles primaires montrealaises. Le dispositif mis a l’essai tire profit de l’exposition Montreal — Points de vue, des ressources numeriques de l’institution et d’une recente application pour technologie mobile. A la suite d’entretiens semi-diriges realises aupres de dyades d’eleves de quatre classes de 5e annee, nous etudions le potentiel de ce dispositif sous l’angle du raisonnement verbal en sciences humaines. Si une bonne comprehension de l’interdependance de l’organisation sociale et du territoire se manifeste dans des segments explicatifs, les resultats obtenus doivent etre replaces dans le contexte d’une implication des enseignants allant bien au-dela du temps scolaire habituellement consenti a ce domaine disciplinaire.
Article
Full-text available
Controversy still exists over whether the benefits of the available HPV vaccines outweigh the risks and this has suppressed uptake of the HPV vaccines in comparison to other vaccines. Concerns about HPV vaccine safety have led some physicians, healthcare officials and parents to withhold the recommended vaccination from the target population. The most common reason for not administering the prophylactic HPV vaccines are concerns over adverse effects. The aim of this review is the assessment of peer-reviewed scientific data related to measurable outcomes from the use of HPV vaccines throughout the world with focused attention on the potential adverse effects. We found that the majority of studies continue to suggest a positive risk-benefit from vaccination against HPV, with minimal documented adverse effects, which is consistent with other vaccines. However, much of the published scientific data regarding the safety of HPV vaccines appears to originate from within the financially competitive HPV vaccine market. We advocate a more independent monitoring system for vaccine immunogenicity and adverse effects to address potential conflicts of interest with regular systematic literature reviews by qualified individuals to vigilantly assess and communicate adverse effects associated with HPV vaccination. Finally, our evaluation suggests that an expanded use of HPV vaccine into more diverse populations, particularly those living in low-resource settings, would provide numerous health and social benefits.
Book
Socio-scientific issues (SSI) are open-ended, multifaceted social issues with conceptual links to science. They are challenging to negotiate and resolve, and they create ideal contexts for bridging school science and the lived experience of students. This book presents the latest findings from the innovative practice and systematic investigation of science education in the context of socio-scientific issues. Socio-scientific Issues in the Classroom: Teaching, Learning and Research focuses on how SSI can be productively incorporated into science classrooms and what SSI-based education can accomplish regarding student learning, practices and interest. It covers numerous topics that address key themes for contemporary science education including scientific literacy, goals for science teaching and learning, situated learning as a theoretical perspective for science education, and science for citizenship. It presents a wide range of classroom-based research projects that offer new insights for SSI-based education. Authored by leading researchers from eight countries across four continents, this book is an important compendium of syntheses and insights for researchers, teachers and curriculum designers eager to advance the SSI agenda.
Book
Issu pour une grande part d'un colloque tenu au sein du Congrès de l’Association Mondiale des Sciences de l’Éducation (AMSE) qui s’est déroulé à Marrakech en 2008, cet ouvrage vise à proposer des analyses actualisées sur l’enseignement des sciences. Fruit d’une collaboration entre des équipes de chercheurs françaises et québécoises, ce projet aborde des questions aussi diverses que la relation entre pratiques de recherche et pratiques enseignantes, les processus de conceptualisation, la diversité des pratiques et des gestes professionnels, ou bien encore la question des rapports entre les prescriptions institutionnelles et les réalités scolaires. Par leur variété ces contributions visent bien à investiguer le champ des pratiques d’enseignement en sciences, au moment où la question de l’avenir de l’enseignement des sciences se pose de façon critique dans la plupart des pays.