Thesis

Mise en oeuvre d'un dispositif de formation ouverte en langue étrangère : autonomisation et évaluation

Authors:
To read the full-text of this research, you can request a copy directly from the author.

Abstract

Les dispositifs de formation ouverte en langue étrangère ont la double finalité de permettre aux apprenants d'acquérir une autonomie langagière et une autonomie d'apprentissage. Ces dispositifs articulent plusieurs modalités d'accompagnement afin de se centrer sur l'apprenant et de prendre en compte ses dispositions (représentations, motivations). En tant que chercheuse et enseignante/conseillère dans un dispositif de formation ouverte en présentiel (le Département de Français Langue Etrangère de l'Université de Lorraine - DéFLE), nous avons été interpellée par le fait que des apprenants semblent rencontrer des difficultés dans le développement de leur autonomie langagière et d'apprentissage. La présente recherche-action a pour but d'évaluer les expériences d'apprentissage vécues par les apprenants dans le dispositif et d'identifier les causes éventuelles de réussite ou d'échec de leur processus d'autonomisation. Plusieurs questions guident notre recherche : dans quelle mesure le dispositif permet-il aux apprenants d'acquérir des compétences langagières et d'apprentissage ? Quelles sont les modalités d'accompagnement qui favorisent le mieux l'autonomisation ? Quels changements pourraient être apportés à nos pratiques pédagogiques dans l'optique d'une meilleure prise en compte de la singularité des apprenants au niveau psycho-socio-cognitif ? Pour répondre à ces questions, nous avons procédé à une évaluation auprès d'étudiants étrangers du DéFLE en début et en fin de formation. Notre protocole comprend six outils qui nous permettent d'évaluer les effets du dispositif sur l'autonomisation des apprenants. Il repose sur la collecte de données quantitatives et qualitatives par le biais d'entretiens semi-directifs, de questionnaires et de tests. Les résultats de notre enquête montrent des résonances et des dissonances entre la visée autonomisante du dispositif, les attentes et les perceptions des apprenants. Il s'agit à terme de proposer les changements nécessaires pour optimiser le fonctionnement du dispositif et valider ou non par la même occasion un ensemble d'instruments de mesure et d'évaluation transposables à d'autres dispositifs de formation.

No full-text available

Request Full-text Paper PDF

To read the full-text of this research,
you can request a copy directly from the author.

ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
Although the term ‘blended learning’ is widely used, this article argues against it. Two arguments are advanced. The first is primarily philosophical, although it has several pragmatic implications. It proposes that ‘blending’ either relies on the idea of dichotomies which are suspect within the context of learning with technology or else becomes ineffective as a discriminating concept and is thus without purpose. The implication of this is that the term ‘blended’ should either be abandoned or, at the least, radically reconceived. The second argument proposes that learning, from the perspective of the learner, is rarely, if ever, the subject of blended learning. What is actually being addressed are forms of instruction, teaching, or at best, pedagogies. The implication of this is that the term ‘learning’ should be abandoned. The second half of the article attempts to redeem the concept of blended learning by arguing that learning gains attributed to blended learning may have their explanation in variation theory. It offers a new way to conceptualise what is being ‘blended’ that is theoretically coherent, philosophically defensible and pragmatically informative. The article concludes by setting an agenda for further work in this area.
Article
Les contributions de ce volume réunissent des chercheurs issus de différents champs scientifiques qui partagent le résultat de leur travail sur des problématiques aujourd'hui centrales en théorie de la psychologie les relations entre les fonctions psychologiques et les structures biologiques, singulièrement neuronales ; le statut causal des fonctions en psychologie et leur rôle dans les explications ; la variabilité et la plasticité des fonctions. Pour aborder ces questions aussi décisives que compliquées, le livre propose d'abord une approche historique, située dans un contexte épistémologique : cette première partie est donc consacrée à la question du rapport entre structures et fonctions, à la question des localisations de fonctions dans les structures. Dans une deuxième partie, c'est le poids de la pensée biologique, si puissante sur la psychologie du 20e siècle, qui est étudié historiquement, avec une question fondamentale en arrière-plan : les fonctions psychologiques sont-elles des fonctions biologiques ? Enfin est approfondie la nature explicative des fonctions en psychologie : qu'expliquent-elles ? Comment ? Qu'est-ce qu'elles n'expliquent pas ?
Book
Les mécanismes de régulation – de guidage, d’ajustement et de (re)structuration de l’action – sont au centre de toutes les théories d’apprentissage. Leur conceptualisation a pris toutefois des formes variées : contingences de renforcement dans le behaviorisme, processus d’équilibration dans le constructivisme piagétien, modèles cybernétiques dans le cognitivisme, médiation sociale dans la théorie vygotskienne, structures de participation dans la perspective de l’apprentissage situé, pour ne mentionner que les principaux courants ayant un impact significatif sur les recherches en éducation. Les études menées en situation scolaire et en formation ont mis en évidence plusieurs facteurs contextuels qui interviennent dans la régulation des apprentissages, à savoir la manière de structurer les situations d’apprentissage, les interactions de l’enseignant avec les élèves, les échanges entre apprenants, les outils intégrés aux situations, les modalités d’évaluation, les démarches de construction et de négociation du sens. Les chapitres de cet ouvrage abordent tour à tour ces facteurs, sans perdre de vue les relations qui les relient dans la dynamique de l’apprentissage. L’originalité de l’ouvrage réside dans ses apports approfondis sur les plans conceptuel et empirique : le lecteur y trouvera des cadrages théoriques et revues de littérature, des résultats de recherches dans divers contextes, des réflexions critiques et perspectives pour le renouvellement de l’action pédagogique. Ce livre s’adresse aux chercheurs en sciences de l’éducation et en psychologie, aux formateurs d’enseignants, aux spécialistes des didactiques, du curriculum et de l’évaluation, aux enseignants intéressés par la recherche sur les processus d’apprentissage et de formation.
Article
L'ouvrage propose une théorie sociocognitive de l'apprentissage qui envisage l'activité sociale et la cognition dans une relation dialectique de complémentarité nécessaire. La conception de l'apprentissage développée dans ce livre s'alimente de nombreux travaux empiriques récents portant sur des interactions spontanées ainsi que sur des situations d'apprentissage guidé.
Article
La reconnaissance du concept de formation tout au long de la vie constitue desormais un acquis pour les pays de l’OCDE. Avant d’en arriver a ce consensus, les evolutions ont ete multiformes. L’auteur en decrit les diverses phases et identifie les points de rencontre entre les diverses acceptions. Il met en garde aussi contre le risque inherent a tout consensus lorsque la tendance au rapprochement vide de sens ce qui devrait porter l’innovation. Pour que le concept soit innovant et porteur d’espoir, l’auteur inventorie les consequences de sa mise en pratique sur les politiques d’education.
Article
Dunod AVANT-PROPOS La psychologie sociale est aujourd'hui un domaine d'études qui propose des concepts, des théories et des méthodes , c'est-à-dire un cadre scientifique pour analyser différents phénomènes et aspects relationnels de la vie sociale. Ce livre présente les principaux concepts de base de cette discipline . Il se veut un manuel d'enseignement qui comporte des exposés didactiques sur les divers concepts et processus abordés. Il est conçu dans le but de présenter les acquis théoriques les plus connus, de dégager des types de questionnement et des modèles d'analyse à partir des expériences et des recherches les plus marquantes. Le travail effectué par l'auteur est essentiellement pédagogique : fournir des instruments d'analyse, se familiariser avec les principaux domaines de la psychologie sociale, amener à s'interroger sur le fonctionnement social. Structure : -Chapitre introductif sur la psychologie sociale pour situer le cadre général de cette discipline. -5 chapitres qui portent sur un concept important : la relation sociale, l'influence sociale, la représentation sociale, la cognition sociale, l'identité sociale. Chaque concept est présenté à partir de trois éclairages distincts : les principaux aspects du concept, ses modalités d'expression et les théories qui l'expliquent. Chaque chapitre se termine par une conclusion qui reprend les points clés abordés dans le chapitre et présente une définition des principales notions utilisées. Cet ouvrage s'adresse aux étudiants des DEUG de sciences humaines et sociales et à tous ceux qui se forment ou sont concernés par un aspect de la psychologie sociale et désirent mieux comprendre certains mécanismes de la vie sociale.
Chapter
In December 1976, a group of language educators gathered at the University of Cambridge to discuss an idea that was, at the time, largely unheard of in the field of language teaching and learning. The idea was 'autonomy' and the discussion that took place was preserved for posterity in a mimeographed collection of papers that has recently been made available once again on the Web (Harding-Esch 1977a). Reading the collection for the first time, almost 30 years later, I was struck by the fact that the issues addressed by the contributors were very similar to those that we continue to discuss today. In particular, the editor noted in her preface that "there were heated arguments about the definition of autonomy on the one hand and its intrinsic value on the other" (Harding-Esch 1977b: Iii). Although the context for discussion of autonomy in language learning has changed considerably, the questions of what exactly we mean by autonomy and how we see its value to the individual and society remain with us and are likely to do so for some time to come. It also occurred to me, however, that the contributors to the Cambridge collection could hardly have anticipated the explosion of interest in the idea of autonomy in language teaching and learning that we are now experiencing. The aim of this chapter, therefore, is to revisit the issue of what we understand by autonomy from the perspective of the difficulty that we seem to experience in agreeing upon a single definition of the term. What strategies do we have to 'make sense of' the concept of autonomy in the light of this difficulty and how are they related to the broader context of growing worldwide interest in autonomy in language learning?. © 2009 by Hong Kong University Press, HKU. All rights reserved.
Article
A study of learning strategies in second language learning, of both English and other languages, presents a theory of the role learning strategies play and uses it to examine specific studies and to integrate research results. The research and theory described here are based on a cognitive information processing perspective of human thought and action, viewing language as a complex cognitive skill that can be described within the context of cognitive theory. An introductory chapter introduces some early studies on learning strategies in second language learning, and related theoretical background. This is followed by a rationale for cognitively-based theory in second language acquisition, and application of cognitive theory to a set of prevalent constructs emerging in the second language learning literature. Drawing on this theoretical foundation, methods of research on learning strategies, particularly collection of data, are then discussed. Four studies of strategies used by second language learners are analyzed, and conclusions are drawn. The issue of instructing learners in the use of learning strategies is addressed in a separate chapter, with reference made to two related studies. Finally, instructional models and materials for teaching learning strategies are outlined. A glossary and substantial bibliography are included. (MSE)
Article
How to prevent or limit the possible rejection of self-directed learning by foreign learners of French and their teachers for whom this way to learn is an innovation ?
Article
Numéro spécial. Incl. bibl., résumés en anglais et français.
Article
Incl. bibliographical references
Article
Incl. lexique en anglais pp. 1433-1477 les équivalent en français renvoient à une entrée dans le dictionnaire Ex.: A priori knowledge Connaissance à priori. Acronymes et sigles, pp. 1479-1500
Article
Lexique: pp. 213-222, incl.bibl. Intitulé du CNE dans l'ouvrage: Comité national d'évaluation