Conference PaperPDF Available

(FANTASM)ODORIFIQUE ENVIRONNEMENT. L'influence de la mémoire olfactive sur notre perception de la réalité

Authors:

Abstract

Le paysage olfactif, expression mentale d'une sensations vécue suite à une expérience dans l'environnement, a un impact important sur notre définition de la réalité. Distinct de l'ambiance olfactive qui est essentiellement la mer odorante dans laquelle nous baignons, le paysage olfactif (smellscape), infusé de la subjectivité de l'observeur, est un univers composé de multiples paysages mnémiques en constante mutation, témoignant des harmonies intangibles de l'ambiance olfactive. Les odeurs sont autant de possibilités de restructurer le réel de l'individu. Entre les mains d'un concepteur habile elles peuvent devenir un outil d’intervention stratégique. La problématique est : de quelles façons un architecte, un designer de l'environnement ou un urbaniste peut s'y prendre pour composer avec la dynamique des odeurs? C'est déjà tout un défi de tenir compte de la diversité humaine lors de la conception d'un espace ou d'un bâtiment. L'âge, les capacités physiques, l'acuité sensorielle, les habiletés mentales, de même que la finesse des rouages mémoriels sont bien évidemment des facteurs qui varient d’un individu à un autre. Néanmoins, il est grand temps que les designers de l'environnement de tout acabit prennent d'assaut le théâtre du paysage olfactif.
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
1/6
(FANTASM)ODORIFIQUE ENVIRONNEMENT
L'influence de la mémoire olfactive sur notre
perception de la réalité
Une présentation donnée le 11 mai 2017 dans le cadre du 85e Congrès de l'ACFAS (Association
francophone pour le savoir), un rassemblement multidisciplinaire du savoir et de la recherche de la
francophonie depuis 1933. Section sciences sociales 405 - Milieux de vie, aménagement et
appropriation de l'espace humain / Individualité, milieu et contexte.
Le visuel de cette présentation est ici : www.natalieb.ca/talks/natalieb_20170511_ACFAS-85-405_visuel.pdf
La réalité de l'environnement consiste en une part matérielle ainsi que d'une part
intangible. Telle une mer immatérielle dont les flots viennent inlassablement
lécher notre corps, cette part nous amène d'innombrables indices pour
comprendre le milieu dans lequel nous nous trouvons, libre à nous d'y porter
attention et de les retenir dans les filets de notre mémoire.
Ces indices, nous les interprétons selon nos attentes et nos motivations
(Merleau-Ponty, 1945), et les émotions ressenties sur le moment teintent
naturellement chacun d'eux (Feldman Barrett, 2017). Que nous soyons assoupi,
éveillé et alerte, ou inattentif, nous ne percevons jamais le monde tel qu’il est
mais tel qu'on est disposé à le comprendre. Ce que nous encodons dans notre
mémoire dépend donc de ce que nous sommes. Notre réalité est ainsi une
structure subjective qui peut varier grandement d'un individu à un autre.
Si l'on s'accorde à l'idée que notre conscience n’est pas un réceptacle contenant
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
2/6
des images mais un ensemble d’actes d'approche (Husserl, 1929), le processus
perceptuel peut alors être compris comme l'action d'amener une collection
d'esquisses perceptives à se compléter les unes les autres en une activité de
constitution du sens des choses. D'autre part, si notre cerveau reçoit de plus
nombreux inputs de l'interne que du monde extérieur lorsque nous sommes dans
l'instant, cela veut dire que les structures du monde édifiées par notre esprit est
celui dans lequel nous vivons la plupart du temps (Hohwy, 2013; Friston &
Stephan, 2007). Pour la vision par exemple, seule une faible fraction (10%) des
connexions entrant dans le cortex visuel primaire fournit une information visuelle
du monde qui est là devant nous au moment où nous y sommes; contre 90%
venant de prédictions de neurones s'activant en différentes parties du cortex
(Feldman-Barrett , 2017:61). Comment cela se traduit-il pour le système olfactif?
Contrairement à la vision dont les voies transitent par le néo-cortex avant
d'atteindre l'amygdale cérébrale, notre système olfactif a une connexion directe
avec ce noyau, situé dans le lobe temporal, qui irrigue les systèmes de
mémorisation quand une émotion intervient (Canli et al, 2000). Par conséquent
une odeur perçue provoque en premier lieu une émotion pré-conceptuelle, alors
que ce qui est perçu visuellement entraîne immédiatement une analyse
cognitive.
LE THÉÂTRE DE LA MÉMOIRE OLFACTIVE
Façonnées par l'environnement géographique, les conditions climatiques, les
pratiques économiques et l'activité humaine, une odeur occupe un espace ayant
une certaine qualité dans l’instant, ce qui en fait une entité en constante
évolution. C'est une structure composée d'innombrables nuances, provenant
même jusqul'intérieur de la bouche (Martin, 2013). D'ailleurs, notre perception
des odeurs est influencée par autant d'autres inputs sensoriels (sons, sensations
haptiques, couleurs, etc.) captés au même instant. Ceux émanant de la vue ont
probablement l'emprise la plus importante. Une relation étroite s'établit entre la
vue et l'odorat. Cette emprise s'explique peut-être par le fait que les odeurs sont
liées à un système complexe de représentations mentales chacune,
esquissée par une collection d'expériences vécues, a un certain poids narratif.
Nous apprenons également dès notre plus jeune âge à saisir le monde
principalement par la vue, et, à moins d'être aveugle de naissance, c'est ainsi un
acte naturel de se référer à une correspondance visuelle pour faire sens de ce
que nous percevons.
Notre vision a une telle influence sur notre perception qu'elle peut nous amener à
croire qu'une odeur, non présente dans l'environnement, est là parce qu'elle est
tout simplement liée, pour une raison quelconque, aux signaux qui définissent
notre réalité du moment. Ou encore, nous pousser à imaginer des scènes
plausibles pour mettre en contexte l'origine d'une odeur que nous percevons
mais dont la liaison visuelle avec une source plausible de l'émanation est
introuvable; nous poussant même parfois jusqu'à nous faire douter de sa réelle
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
3/6
présence (Bouchard, 2013:105-106).
il y avait pleins d'odeurs mais… je ne sais pas quoi. Ah! de l'huile. Il
doit y avoir une auto… une auto dans un garage.
je ne sais pas c'était quoi comme odeur… du levain peut-être? ah! c'est
ça, c'est une boulangerie! mais ça ne sentait pas le pain pourtant.
aaah! des lilas. Je ne sais pas ils sont mais c'est très fort. Non... ce
n'est peut-être pas du lilas finalement, mais enfin, c'est une odeur de
fleurs. Il n'y a pas un lilas! Peut-être qu'il y en a eu… ou l'arbuste blanc là-
bas peut-être ? Pourtant c'est très fort comme odeur, très présent.
Ces exemples sont extraits d'une étude réalisée à Montréal entre 2011 et 2013
(Bouchard, 2013)une méthode permettant la mise en récit en temps réel d'un
trajet le parcours commenté a é associé à l'outil des cartes mentales pour
étudier à quel point les odeurs peuvent influencer notre perception spatio-
temporelle de l'environnement. L'objectif était d'être immergé dans l'univers de
références de l'autre; que l'individu puisse exprimer le territoire tel qu'il le vit, tel
qu'il l'interprète. Guidé par la chercheure sur un itinéraire déterminé, le sujet était
libre de communiquer ce qu'il voulait lors du parcours. Ses propos étaient
recueillis sur un appareil d'enregistrement vocal par la chercheure qui marchait à
ses côtés. Celle-ci intervenait seulement pour recentrer le propos si le sujet
s'éloignait trop de la question des ambiances olfactives.
Dans le but d'obtenir un éventail le plus complet possible d'impressions liées aux
ambiances olfactives présentes dans l'environnement, celles-ci pouvant
grandement varier entre les saisons et conditions climatiques du Québec,
l'enquête s'est étendue durant trois saisons hiver, printemps et été. Ayant le
choix du jour et de l'heure qui lui convenait, le sujet sillonnait ainsi le parcours
sous une condition météorologique et une température différente d'un autre.
Le trajet devait permettre la rencontre d'une variété d'odeurs ainsi que différentes
typologies urbaines. Il devait aussi avoir une durée raisonnable pour une
personne peu disposée à marcher à pied longtemps. Tracée à la confluence des
arrondissements du Plateau-Mont-Royal et d'Outremont à Montréal, celui-ci
prend donc en moyenne 35 minutes à compléter à pied. Il permet de transiter
d'une petite rue où l'on retrouve commerces locaux et terrasses de cafés animés,
à une avenue commerciale plus large le trafic y est très présent, un secteur
résidentiel, ainsi qu'un parc très prisée des résidants où se trouve une aire de jeu
pour les enfants. Une variété d'expressions a ainsi été recueillie.
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
4/6
Le théâtre de la mémoire olfactive : fragments narratifs de deux parcours. L'un exprimé en
français par une participante francophone; l'autre en anglais par un participant hispanique. ©
natalieb 2012
L’importante somme de données orales récoltées a amené la mise en scène
graphique de la perception des participants sur une carte aérienne. En
retranscrivant sur la carte chaque commentaire à l'endroit exact il avait été
exprimé par le participant il devenait possible de confronter la réalité de l'individu
avec la réalité de l'espace. La compilation des parcours des onze participants
ainsi retracés a révélé différents niveaux de réalités vécus pour un même lieu, de
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
5/6
même qu'une mémoire olfactive collective. La procédure de cartographie
narrative établie pour analyser les données orales a été un outil très efficace
pour cette enquête.
ENGRENAGES TEMPORELS
Cette recherche a permis de confirmer notre hypothèse de départ, c'est-à-dire :
l'harmonie odorante qui s'adresse à nous sans cesse nous permet d’évoluer, par
projection mentale consciente ou distraite, entre les plans virtuels d'innombrables
lieux. Notre mémoire olfactive, qui encode nos expériences, nos rencontres et
autres associations vécues à différents moments (Plailly, 2005), nous entraîne
sur une diversité de rythmes temporels faisant irradier l'instant en une myriade
de moments. Car elle nous permet non seulement de retenir dans ses filets
autant de paysages olfactifs qu'il y a de moments morables, mais également
de ramener l’un ou l’autre dans le moment présent pour soit y rajouter de
nouvelles teintes olfactives suite à une expérience similaire, soit pour simplement
insérer l’amplitude de son empreinte sur le lieu où nous nous trouvons.
Le paysage olfactif, expression mentale d'une sensations vécue suite à une
expérience dans l'environnement, a un impact important sur notre définition de la
réalité. Distinct de l'ambiance olfactive qui est essentiellement la mer odorante
dans laquelle nous baignons, le paysage olfactif (smellscape), infusé de la
subjectivité de l'observeur, est un univers composé de multiples paysages
mnémiques en constante mutation témoignant des harmonies intangibles de
l'ambiance olfactive.
Les odeurs sont donc autant de possibilités de restructurer le réel de l'individu.
Entre les mains d'un concepteur habile elles peuvent devenir un outil
d’intervention stratégique. La problématique est : comment un architecte, un
designer de l'environnement ou un urbaniste peut-il s'y prendre pour composer
avec la dynamique des odeurs? C'est déjà tout un défi de tenir compte de la
diversité humaine lors de la conception d'un espace ou d'un bâtiment. L'âge, les
capacités physiques, l'acuité sensorielle, les habiletés mentales, de même que la
finesse des rouages mémoriels sont bien évidemment des facteurs qui varient
d’un individu à un autre. Comment s'y prendre donc pour créer des espaces
olfactifs?
Il faut d'abord déterminer les régimes de pression atmosphérique et des vents
dominants par rapport aux configurations spatiales du projet. Les volumes sont
en effet des obstacles ou des couloirs pour la circulation des flux olfactifs (Balez,
2000), et ont un impact sur leur intensité. D'autre part, il faut réfléchir à des
façons de garder les odeurs vivantes au nez de ceux qui resteront dans un
endroit longtemps car nous nous adaptons aux odeurs, après quelques minutes
nous ne les sentons déjà plus. Autres paramètres importants à considérer :
l'état physiologique de l'individu a un impact sur la qualité et l'intensité
de la perception. Sans compter que le degré de sensibilité est
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
6/6
variable pour chacun;
la température, la pression atmosphérique et le degré d’humidité
altèrent le caractère de toute odeur. Un temps humide l'avivera, la
chaleur lui donnera une présence entêtante, un temps frais amoidrira
sa définition jusqu'à l'estomper presque complètement dans la glace
ou la neige;
la forme d'un flux olfactif varie à mesure qu'il se déroule dans le
temps.
Pour conclure je dirai que, mon étude du sujet m'amène à croire qu'une
approche où le concepteur compose avec la potentialité olfactive des matériaux
utilisés en construction est la clé. À savoir que, le défi de l'architecte du paysage
olfactif n'est pas de statufier une signature olfactive en diffusant simplement une
odeur particulière, mais de mettre en scène une narration dynamique dans
l'espace. Autrement dit, d'offrir à l'usager une expérience cinétique où les notes
olfactives jouent chacune leur rôle dans la symphonie odorifique qu'il propose.
Parce que les odeurs tracent une topographie mouvante offrant à chacun une
forme de circulation dans l’épaisseur temporelle de l'espace, il est grand temps
que les architectes et les designers de l'environnement prennent d'assaut le
théâtre du paysage olfactif. Je les met donc au défi de créer des architectures
cinématiques qui s'adressent à notre sens de l'olfaction.
Natalie Bouchard
11 mai 2017
BALEZ S., Ambiances olfactives dans l’espace construit - Perception des usagers et dispositifs techniques et
architecturaux p our la maîtrise des ambiances olfactives dans les espaces de type tertiaire, Université
de Nantes (Thèse), ISITEM, 2001.
BALEZ S., 2000, L’observation des ambiances olfactives en milieu urbain. In Mattei M.-F. & Pumain D. (eds.),
Données urbaines 3, Paris: Anthropos, 427-433.
BATTLE G., McCARTHY C., 1996. Multi-source synthesis. An architecture of Smell, Architectural Design, 66(5-
6), May-June, II-V.
BERQUE A. (ed.), CONAN M., DONADIEU P., LASSUS B., ROGER A., 1994. Cinq propositions pour une
théorie du paysage, Seyssel: Éditions Champ Vallon.
BOUCHARD N., 2013. Le théâtre de la mémoire olfactive. Le pouvoir des odeurs à modeler notre perception
spatio-temporelle de l'environnement, Université de Montréal (mémoire).
CAHILL L., BABINSKY R., MARKOWITSCH H.J., MCGAUGH J.L., 1995. The amygdala and emotional
memory, Nature, 377, 295-296. doi:10.1038/377295a0
CANLI T., ZHAO Z., BREWER J., GABRIELI J.D.E., CAHILL L., 2000. Event-Related Activation in the Human
Amygdala Associates with Later Memory for Individual Emotional Experience, The Journal of
Neuroscience, 20(RC99).
CLARK A., 2016. Surfing Uncertainty. Prediction, Action, and the Embodied Mind, Oxford University Press.
FELDMAN BARRETT L., 2017. How Emotions Are Made: The Secret Life of the Brain, New York: Houghton
Mifflin Harcourt.
Texte sous licence internationale CC BY-NC-ND 4.0 ©2017 natalieb.ca |
7/6
FRISTON K., BUZSÁKI G., 2016. The Functional Anatomy of Time: What and When in the Brain, Trends in
Cognitive Sciences, 20(7), July, 500-511. doi:10.1016/j.tics.2016.05.001.
FRISTON K.J., STEPHAN K.E., 2007. Free-energy and the brain, Synthese, 159(3), 417-458.
doi:10.1007/s11229-007-9237-y.
GADE D., 1984. Redolence and Land Use on Nosy Be, Madagascar, Journal of Cultural Geography, (4)2, 29-
40.
GOTTFRIED J.A., DOLAN R.J., 2003. The nose smells what the eye sees: Crossmodal visual facilitation of
human olfactory perception, Neuron, 39, 375-386.
GRÉSILLON L., 2010. Sentir Paris. Bien-être et matérialité des lieux, Paris : QUAE.
HENSHAW V., 2013. Urban Smellscapes. Understanding and Designing City Smell Environments, London:
Routledge.
HOHWY J., 2013. The Predictive Mind, Oxford University Press.
HUSSERL E., 1947 (c1929). Méditations cartésiennes. Introduction à la phénoménologie, traduction de G.
Pfeiffer et E. Lévinas, Paris : Vrin.
KELLER A., YOUNG B. D., 2014. Olfactory consciousness across disciplines. Frontiers in Psychology, 5,
August 22. doi: 10.3389/fpsyg.2014.00931
MARTIN G.N., 2013. The neuropsychology of smell and taste. Hove: Psychology Press.
MERLEAU-PONTY M., 2002 (c1945). Phénoménologie de la perception, Paris: Gallimard.
NEUTRA R. J., 1949. The Sound and Smell of Architecture, Progress ive Architecture, 30(November), 65-66.
OHNO R., KOBAYASHI M., 1997. Smellscape as a concept of city planning and design, Technical Paper of
Annual Meeting of Architectural Institute of Japan, September issue, 799-800.
PALLASMAA J., 2005. Spaces of Scent. In The eyes of the skin, Chichester: John Wiley & Sons Ltd, 54-56.
PLAILLY J., 2005. La mémoire olfactive humaine : Neuroanatomie fonctionnelle de la discrimination et du
jugement de la familiarit é, Université Lumière Lyon 2 (Thèse).
PORTEOUS J.D., 1990. Landscape of the mind: worlds of sense and metaphor, Toronto: University of Toronto
Press.
ROGER A., 1997. Court traité du paysage, Paris: Gallimard.
SEO H.-S., HUMMEL T., 2017. Influences of Visual Cues on Olfactory Perception (47.3), Cross-Modal
Integration in Olfactory Perception. In Handbook of Odor, A. Buettner (ed.), Springer, 903-906.
doi:10.1007/978-3-319-26932-0
ROSCH E., THOMPSON E., VARELA F.J., 1991. The embodied mind: Cognitive science and human
experience, Cambridge: MIT Press.
SETH A.K., 2015. Presence, objecthood, and the phenomenology of predictive perception, Cognitive
Neuroscience, 6(2-3), pp.111-117. doi: 10.1080/17588928.2015.1026888
THOMPSON E., 2010. Mind in life: Biology, phenomenology, and the sciences of mind. Cambridge:
Harvard University Press.
TVERSKY B., 2004. Narratives of Space, Time, and Life. Mind & Language, 19(4), 380-392.
VARELA F., 1996. Neurophenomenology: a methodological remedy to the hard problem. Journal of
Consciousness Studies, 3, 16-40.
ZHOU B., FENG G., CHEN W., ZHOU W., 2017. Olfaction Warps Visual Time Perception, Cerebral Cortex,
1(11). doi:10.1093/cercor/bhx068
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
Although vision is the de facto model system of consciousness research, studying olfactory consciousness has its own advantages , as this collection of articles emphatically demonstrates. One advantage of olfaction is its computational and phenomenologi-cal simplicity, which facilitates the identification of basic principles. Other researchers study olfactory consciousness not because of its simplicity, but because of its unique features. Together, olfaction's simplicity and its distinctiveness make it an ideal system for testing theories of consciousness. In this research topic, the results of recent research into olfactory consciousness are presented.
Article
Our perception of the world builds upon dynamic inputs from multiple senses with different temporal resolutions, and is threaded with the passing of subjective time. How time is extracted from multisensory inputs is scantly known. Utilizing psychophysical testing and electroencephalography, we show in healthy human adults that odors modulate object visibility around critical flicker-fusion frequency (CFF)-the limit at which chromatic flickers become perceived as a stable color-and effectively alter CFF in a congruency-based manner, despite that they afford no clear environmental temporal information. The behavioral gain produced by a congruent relative to an incongruent odor is accompanied by elevated neural oscillatory power around the object's flicker frequency in the right temporal region ~150-300 ms after object onset, and is not mediated by visual awareness. In parallel, odors bias the subjective duration of visual objects without affecting one's temporal sensitivity. These findings point to a neuronal network in the right temporal cortex that executes flexible temporal filtering of upstream visual inputs based on olfactory information. Moreover, they collectively indicate that the very process of sensory integration at the stage of object processing twists time perception, hence casting new insights into the neural timing of multisensory events.
Article
This Opinion article considers the implications for functional anatomy of how we represent temporal structure in our exchanges with the world. It offers a theoretical treatment that tries to make sense of the architectural principles seen in mammalian brains. Specifically, it considers a factorisation between representations of temporal succession and representations of content or, heuristically, a segregation into when and what. This segregation may explain the central role of the hippocampus in neuronal hierarchies while providing a tentative explanation for recent observations of how ordinal sequences are encoded. The implications for neuroanatomy and physiology may have something important to say about how self-organised cell assembly sequences enable the brain to exhibit purposeful behaviour that transcends the here and now.
Article
Smell and taste are our most misunderstood senses. Given a choice between losing our sense of smell and taste, or our senses of sight and hearing, most people nominate the former, rather than the latter. Yet our sense of smell and taste has the power to stir up memories, alter our mood and even influence our behaviour. In The Neuropsychology of Smell and Taste, Neil Martin provides a comprehensive, critical analysis of the role of the brain in gustation and olfaction. In his accessible and characteristic style he shows why our sense of smell and taste do not simply perform basic and intermittent functions, but lie at the very centre of our perception of the world around us. Through an exploration of the physiology, anatomy and neuropsychology of the senses; the neurophysiological causes of smell and taste disorders, and their function in physical and mental illness, Neil Martin provides an accessible and up-to-date overview of the processes of gustation and olfaction. The Neuropsychology of Smell and Taste provides a state-of-the-art overview of current research in olfactory and gustatory perception. With sections describing the effect of odour and taste on our behaviour, and evaluating the contribution current neuroimaging technology has made to our understanding of the senses, the book will be of interest to researchers and students of neuropsychology and neuroscience, and anybody with an interest in olfaction and gustation.
Article
We see the city, we hear the city, but above all: we smell the city.nbsp;Scent has unique qualities: ubiquity, persistence, and an unparalleled connection to memory, yet it has gone overlooked in discussions of sensory design. Whatnbsp;scents shape the city? How doesnbsp;scent contribute to placemaking? How do we design smell environments in the city? Urban Smellscapesnbsp;makes a notable contribution towards the growing body of literature on the senses and design by providing some answers to these questions and contributing towards the wider research agenda regarding how people sensually experience urban environments. It is the first of its kind in examining the role of smell specifically in contemporary experiences and perceptions of English towns and cities, highlighting the perception of urban smellscapes as inter-related with place perception, and describing odour's contribution towards overall sense of place. With case studies from factories, breweries, urban parks, and experimental smell environments in Manchester and Grasse, Urban Smellscapes identifies processes by which urban smell environments are managed and controlled, and gives designers and city managers tools to actively use smell in their work.
Article
Can perceptual presence be explained by counterfactually-rich predictive models linking perception and action? Considering an unusually rich range of responses to this idea has led me to (1) re-emphasize the core conceptual commitment of "predictive processing of sensorimotor contingencies" (PPSMC) to predictive model-based perception, (2) reconsider the relationship between presence and objecthood, and (3) refine the phenomenological target by differentiating between perceptual presence and the phenomenology of absence-of-presence, or "phenomenal unreality." It turns out that this requires blue-sky thinking.
Book
A new theory is taking hold in neuroscience. It is the theory that the brain is essentially a hypothesis-testing mechanism, one that attempts to minimise the error of its predictions about the sensory input it receives from the world. It is an attractive theory because powerful theoretical arguments support it, and yet it is at heart stunningly simple. Jakob Hohwy explains and explores this theory from the perspective of cognitive science and philosophy. The key argument throughout The Predictive Mind is that the mechanism explains the rich, deep, and multifaceted character of our conscious perception. It also gives a unified account of how perception is sculpted by attention, and how it depends on action. The mind is revealed as having a fragile and indirect relation to the world. Though we are deeply in tune with the world we are also strangely distanced from it. The first part of the book sets out how the theory enables rich, layered perception. The theory's probabilistic and statistical foundations are explained using examples from empirical research and analogies to different forms of inference. The second part uses the simple mechanism in an explanation of problematic cases of how we manage to represent, and sometimes misrepresent, the world in health as well as in mental illness. The third part looks into the mind, and shows how the theory accounts for attention, conscious unity, introspection, self and the privacy of our mental world.