ArticlePDF Available

Abstract and Figures

The recent democratization of drones creates a methodological break for archaeological remote sensing. The first point concerns the ease of use of these vectors, which provide secure flight conditions, thanks to the GPS and the ability to set waypoints for semi-automated flight navigation systems. This flexibility also allows repeated flights over the same area. The second interesting point for archaeological remote sensing is the low flight altitude of drones, allowing documentation of an intermediate level between the site and the micro-region. Low altitude is also a way to gain better information and higher resolution. The last point is the low cost of using, even if the purchase price of the equipment is quite high. The development of UAV for archaeological remote sensing implies to define new uses for traditional sensors. We describe those developed in the framework of the Archéodrones program on airborne photogrammetry and thermography. New sensors will probably be adapted on drones in the future, allowing greater access to non-destructive methods of survey.
Content may be subject to copyright.
1/13
L'utilisation des micro-drones pour la prospection archéologique à basse
altitude
Nicolas Poirier, Florent Hautefeuille, Carine Calastrenc
Équipe Terrae, UMR 5608 TRACES, CNRS - Université Toulouse 2 - Jean-Jaurès, France
Maison de la Recherche, 5 Allée Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 9
http://blogs.univ-tlse2.fr/archeodrone/
E-mail : nicolas.poirier1@univ-tlse2.fr, florent.hautefeuille@univ-tlse2.fr, carine.calastrenc@univ-tlse2.fr
Résumé
La démocratisation récente des drones engendre une rupture méthodologique en matière de télédétection
archéologique. Le premier point concerne la facilité d'utilisation de ces vecteurs, qui fournissent des environnements
de vol sécurisés, notamment grâce aux systèmes de navigation GPS et la possibilité de définir des waypoints pour
des vols semi-automatisés. Cette flexibilité permet également de répéter des vols sur la même zone. Le deuxième
point intéressant pour la télédétection archéologique est la faible altitude de vol des drones, permettant la
documentation d'une échelle intermédiaire entre le site et la micro-région. La basse altitude est aussi un moyen
d'acquérir des informations de meilleure qualité et de plus grande résolution. Le dernier point concerne le faible coût
d'utilisation, même si le prix d'acquisition de l'équipement est assez élevé. Le développement des drones en
télédétection archéologique implique donc la définition de nouvelles utilisations pour les capteurs traditionnels. Nous
décrivons celles développées dans le cadre du programme toulousain Archéodrones en matière de photogrammétrie
et thermographie aéroportée. De nouveaux capteurs seront sans doute adaptés à l'avenir sur drone permettant un
accès plus large à ces méthodes de prospection non-invasives.
Mots-clés : drone, archéologie, télédétection, thermographie, photogrammétrie
Abstract
The recent democratization of drones creates a methodological break for archaeological remote sensing. The first
point concerns the ease of use of these vectors, which provide secure flight conditions, thanks to the GPS and the
ability to set waypoints for semi-automated flight navigation systems. This flexibility also allows repeated flights over
the same area. The second interesting point for archaeological remote sensing is the low flight altitude of drones,
allowing documentation of an intermediate level between the site and the micro-region. Low altitude is also a way to
gain better information and higher resolution. The last point is the low cost of using, even if the purchase price of the
equipment is quite high. The development of UAV for archaeological remote sensing implies to define new uses for
traditional sensors. We describe those developed in the framework of the Archéodrones program on airborne
photogrammetry and thermography. New sensors will probably be adapted on drones in the future, allowing greater
access to non-destructive methods of survey.
Keywords: UAV, archaeology, remote sensing, thermal survey, photogrammetry
1. Introduction
Le développement récent des drones et la
miniaturisation des capteurs comme des moyens
de transmission de données engendrent une
rupture méthodologique en matière de prospection
archéologique. En effet, cette démocratisation met
à la portée du plus grand nombres la possibilité
d'acquérir des données aériennes facilement et à
moindre coût. Si cet engouement est aujourd'hui
essentiellement limité à des applications de prises
de vue illustratives, il faut nous interroger sur les
changements de pratiques qui pourront être induits
par l'usage de ces nouveaux outils. En effet, la
place de la télédétection aérienne dans le champ
des méthodes non-invasives d'investigation
archéologique n'est peut être pas aussi importante
qu'elle le mériterait. Ce désintérêt - ou cette
méfiance - à l'égard des informations acquises par
télédétection tient sans doute au décalage entre
l'échelle d'efficacité des données aériennes
(micro-régionale ou régionale selon la résolution
spatiale des données) et l'échelle du site à fouiller,
ou encore au peu de formalisation des paramètres
optimaux de détection des vestiges
archéologiques en fonction des conditions
2/13
environnementales ou d'occupation du sol. La
place du hasard ou de la chance dans la capacité
des données aériennes à révéler la présence de
sites enfouis a sans doute conduit à considérer les
données de télédétection comme peu fiables pour
l'évaluation du potentiel archéologique d'une zone
donnée.
Nous essaierons donc de montrer que si les
techniques de télédétection appliquées à
l'archéologie sont anciennes, l'usage des drones
peut conduire à dépasser les limites et
inconvénients propres à l'avion, l'hélicoptère ou le
satellite pour l'acquisition de données aériennes et
favoriser leur utilisation dans une démarche
intégrée des méthodes non-invasives et des
sondages de diagnostic archéologique.
2. La télédétection en archéologie
2.1. Principes
La télédétection archéologique vise au repérage
de sites archéologiques inédits par l'utilisation de
capteurs positionnés à distance de l'objet
recherché ou à la collecte d'informations inédites
sur des sites déjà repérés par des prospections au
sol par exemple. On range la télédétection au rang
des méthodes non invasives et non destructives
de collecte de données archéologiques, par
opposition à la fouille proprement dite qui détruit
l'objet de son étude à mesure qu'elle le
documente.
La télédétection archéologique est généralement
utilisée avant l'organisation d'une fouille ou au
départ d'une étude régionale. On la met en œuvre
également en amont de grands travaux
d'aménagement du territoire (autoroutes, voies
ferrées, zones d'activités) pour compléter un état
des connaissances acquis par d'autres méthodes
sur un espace donné. Il s'agit donc d'une étape
préalable mais essentielle de la chaîne opératoire
du raisonnement archéologique.
La télédétection archéologique repose sur le
principe général selon lequel la présence de
vestiges enfouis dans le sol modifie ou perturbe la
structure du sol. Ces perturbations du sous-sol
sont susceptibles d'être détectables à la surface
du terrain par des capteurs appropriés dont
l'éventail s'étend des simples capacités de l’œil
humain jusqu'aux capteurs multispectraux ou
micro-topographiques les plus élaborés.
2.2. Indicateurs et méthodes de détection
2.2.1. Indicateurs
On peut distinguer trois grandes familles d'indices
recherchés en surface et pouvant révéler la
présence de vestiges archéologiques enfouis.
Leur typologie a essentiellement été formalisée
dans les années 1970-80 qui ont constitué une
forme d'Âge d'Or de la télédétection archéologique,
en particulier grâce à l'essor important de la
prospection aérienne par avion (Agache, 1978;
Bréart et al., 1999).
- Soil marks
On désigne par "soil marks" des anomalies de
couleur du sol détectables en surface, sur sol nu.
Ces anomalies peuvent correspondre à des zones
où la présence de vestiges enfouis peut entraîner
une rétention d'humidité dont témoigne par
exemple une couleur plus foncée ; Des vestiges
enfouis maçonnés peuvent également avoir été
remontés jusqu'à la surface par les travaux
agricoles récents (en particulier les labours
profonds), entraînant la formation d'affleurements
pierreux se distinguant de leur environnement par
une coloration plus claire du sol (Antrop, 1979;
Edis et al., 1989).
- Crop marks
On désigne par "crop marks" des anomalies
visibles dans les champs portant des cultures du
fait de la croissance différentielle des plantes qui
poussent au-dessus de vestiges enfouis. Les
vestiges construits comme les maçonneries ou les
sols bétonnés constituent des obstacles au
développement racinaire des plantes cultivées. A
leur rencontre, les racines souffrent la plupart du
temps de stress hydrique qui freine la croissance
de la plante par rapport au reste des cultures dont
le développement n'est pas entravé. A l'inverse, la
croissance des plantes dont le développement
s'opère au-dessus d'anciennes structures en creux
(fosses, fossés parcellaires par exemple) est
favorisée par la rétention d'humidité et le rôle
drainant que conservent ces structures, même
comblées depuis des siècles. Les plantes
présentes au-dessus de ces vestiges connaissent
donc un développement accéléré par rapport aux
autres. On peut ainsi, en lumière rasante, par le
3/13
jeu des ombres portées, détecter la présence de
vestiges enfouis et souvent en restituer l'emprise
et le plan, parfois de manière détaillée. Il faut
ajouter à ces anomalies de croissance les
anomalies de couleur des plantes qui témoignent
des mêmes conditions de stress ou d'optimum
hydrique : les plantes qui poussent au-dessus de
vestiges en dur ont tendance à mûrir plus vite que
les plantes alentour et donc à prendre une
coloration jaunâtre plus tôt, et les plantes qui
poussent au-dessus de vestiges en creux
connaissent un mûrissement ralenti de sorte
qu'elles conservent une couleur verte plus tard
que les autres (Figure 1). Ces anomalies de
couleur, en plus des anomalies de croissance,
peuvent aider à la détection et à la documentation
des vestiges enfouis (Aqdus et al., 2012, 2007).
Figure 1 : Principe de formation des cropmarks
- Microreliefs
Des microreliefs peuvent enfin être détectés à la
surface du sol et révéler la présence de vestiges
enfouis. C'est particulièrement le cas d'anciens
tertres funéraires (tumulus) arasés par le temps et
les pratiques agraires répétées, qui peuvent ne se
manifester en surface que par la présence de
petites éminences difficilement visibles à l'œil nu
dans la mesure où elles ne présentent un dénivelé
que de quelques centimètres sur des surfaces de
plusieurs dizaines ou centaines de mètres carrés.
C'est également le cas de certains vestiges de
transformation artisanale du minerai de fer qui se
manifestent, en plus d'une coloration du sol
particulièrement foncée, par la présence de tertres
arasés. Les vestiges de structures agraires sont
également fréquemment observables sous forme
de microreliefs : d'anciennes limites parcellaires
fossoyées, même comblées depuis fort longtemps,
peuvent encore former de petites dépressions
linéaires. A l'inverse, les crêtes de labour, rideaux
de cultures ou anciens murs de terrasse peuvent
être détectés par la présence de bombements
caractéristiques de la surface du sol (Beresford
and St Joseph, 1979; Zadora-Rio, 1991). De
manière générale, toute anomalie topographique
dans le modelé de la surface du sol peut être un
indice de la présence d'aménagements anciens ou
de vestiges enfouis. Ces microreliefs sont là
encore détectables à l’œil nu à la faveur de
condition très particulières de lumière rasante.
2.2.2. Méthodes de détection
- Photographie aérienne (domaine visible)
L'emport d'appareils photographiques traditionnels,
opérant dans le domaine visible, à bord d'avions
est sans doute utilisé en archéologie depuis le
début du XXe s. Mais son essor est à dater du
développement d'une aviation civile amateure, via
les aéroclubs, dans les années 1960-1970.
C'est à cette période qu'ont été engagés les
premiers programmes de prospection aérienne
systématique de territoires relativement vastes, à
l'image des prospections pionnières de R. Agache
dans le Nord de la France (Agache, 1978).
Ces programmes ont révélé le potentiel
archéologique incommensurable des campagnes
françaises par l'identification de vestiges enfouis
d'habitats, de parcellaire et de voirie révélés par
des anomalies de sols et de cultures visibles
depuis les airs. Ces découvertes ont démontré
4/13
l'utilité de l'archéologie aérienne pour l'estimation
de la richesse archéologique et de la dynamique
qui a animé l'occupation du sol en milieu rural, que
l'on pensait jusque là largement fossilisée et stable
depuis la sédentarisation des sociétés humaines,
quasiment sans mouvement entre la clairière de
défrichement Néolithique et le village actuel.
- Télédétection satellitaire
Les années 1970 et suivantes ont vu la
démocratisation de l'usage de l'imagerie satellitaire
pour la télédétection archéologique, grâce à la
déclassification d'images acquises par de grandes
agences nationales de recherche, comme la
NASA aux États-Unis par exemple.
L'intérêt pour ces images réside essentiellement
dans leur caractère généralement multispectral.
En plus du domaine visible déjà exploité par la
photographie classique, les images satellitaires ont
apporté à l'archéologie une information sur les
bandes invisibles du spectre lumineux (de
l'infrarouge à l'ultraviolet) (Brivio et al., 2000).
La mise en œuvre au profit de l'archéologie
d'algorithmes de traitement d'image permettant de
combiner plusieurs bandes spectrales a permis
d'élargir la gamme des observations de la surface
du sol et la détection d'anomalies plus discrètes
voire invisibles dans le spectre classique. Ces
découvertes ont été favorisées par l'utilisation
d'algorithmes de traitement initialement
développés pour le monitoring environnemental,
comme les index de vigueur de la végétation
particulièrement adaptés à l'identification
d'anomalies liées au stress hydrique des céréales
(Lasaponara and Masini, 2006).
- Scanner laser aéroporté (LiDaR)
Plus récemment, depuis une vingtaine d'années,
la télédétection archéologique de microreliefs,
jusque là essentiellement réalisée par
photographie aérienne classique grâce à
l'observation d'ombres portées en lumière rasante,
a été révolutionnée par la technologie du scanner
laser aéroporté (Lidar). Le scanner laser,
embarqué par avion ou hélicoptère, envoie des
impulsions lumineuses vers le sol. Ces faisceaux
sont réfléchis par les surfaces rencontrées et
enregistrées par le récepteur qui calcule ainsi la
distance séparant le point d'émission de la surface
rencontrée. Le résultat est un nuage de millions de
points en trois dimensions de l'environnement
scanné, duquel il est possible d'extraire des
modèles numériques de terrain à haute résolution
spatiale (centimétrique).
L'intérêt du Lidar en archéologie réside non
seulement dans son aptitude à restituer en 3D de
larges étendues à une maille très fine, mais aussi
dans la capacité d'une partie des faisceaux
lumineux à traverser les branchages des arbres et
donc à documenter la topographie des sous-bois
forestiers, jusque là invisibles à la prospection
aérienne traditionnelle et difficilement lisibles en
prospection au sol. L'introduction de cette
technique a donc révélé le potentiel archéologique
insoupçonné de forêts actuelles, qui apparaissent
comme le lieu de fossilisation de structures
agraires et paysagères anciennes en grand
nombre (Challis et al., 2008; Devereux et al.,
2005).
2.3. Limites
Avant de décrire les avantages de l'utilisation de
microdrones en télédétection archéologique, il
paraît utile d'abord de cerner les limites et
inconvénients communs aux différentes méthodes
d'acquisition de données de télédétection que
nous venons de décrire.
Ces méthodes sont d'abord toutes pénalisées par
un coût relativement élevé de l'acquisition des
données. C'est le cas de la prospection aérienne
traditionnelle par avion dont l'heure de vol se situe
autour de 150€. C'est également le cas de
l'imagerie satellitaire quand on souhaite combiner
une forte résolution spectrale à une forte
résolution spatiale. Les images acquises par les
satellites Ikonos ou Quickbird par exemple
peuvent être vendue plusieurs milliers d'euros
pour une centaine de kilomètres carrés. Les coûts
d'une acquisition de données Lidar enfin, même
s'ils sont en forte baisse actuellement, se situent
toujours autour de plusieurs dizaines de milliers
d'Euros pour des zones de quelques dizaines de
kilomètres carrés.
Il découle de cette première limite une seconde
qui concerne l'impossibilité de répéter les
acquisitions de données fréquentes au-dessus du
même site ou du même espace. De plus, la
nécessaire planification très en amont des
missions quelles qu'elles soient (avion, Lidar ou
satellite) empêche une bonne maîtrise des
paramètres optimaux d'acquisition des données en
5/13
regard des conditions météorologiques ou de
couverture végétale du sol, en tous cas à l'échelle
fine du site d'intérêt. Si l'archéologie aérienne est
un outil très efficace pour la détection de sites
inédits ou la documentation plus précise de sites
déjà connus ou en cours de fouille, elle reste
pénalisée par le peu de formalisation des
paramètres d'intervention permettant l'identification
de soil marks et crop marks. C'est souvent la
chance qui est à l'origine des plus spectaculaires
découvertes aériennes, à la faveur de conditions
d'éclairage rasants, d'humidité propice ou de
mûrissement favorable des cultures, autant de
paramètres impossibles à maîtriser quand les
missions de survols aériens doivent être planifiées
plusieurs semaines à l'avance. Il est de plus
difficile de répéter fréquemment des missions de
survol coûteuses pour observer la variation des
résultats en fonction du changement des
paramètres d'intervention.
Enfin, ces différentes méthodes d'acquisition sont
généralement caractérisées par la faible résolution
spatiale des données acquises (sauf pour le Lidar)
du fait de l'altitude de vol des avions utilisés en
prospection aérienne qui ne peuvent descendre
sous le plancher des 150m, de la vitesse du vol ou
de la faible résolution spatiale des images
acquises par satellite. Car si l'imagerie satellitaire
a permis d'augmenter la résolution spectrale des
observations archéologiques, elle est pénalisée
par une résolution spatiale généralement faible
des informations acquises. Par exemple, les
capteurs Landsat étant les plus complets dans le
spectre lumineux livrent des images dont la
résolution spatiale du pixel n'est que de 15 ou 30
m au sol, ce qui peut être notoirement insuffisant
pour la télédétection de vestiges archéologiques
peu étendus.
3. Les principaux avantages des micro-drones
en archéologie et les changements de
pratiques induits.
3.1. Faible coût d'exploitation
Le premier intérêt de l'usage des micro-drones en
télédétection archéologique est leur faible coût
d'exploitation comparativement aux autres
méthodes décrites. Si l'investissement de départ
est assez conséquent (plusieurs dizaines de
milliers d'Euros pour une plateforme associée à
une station-sol), la rentabilité est accrue par la
possibilité de répéter de nombreux vols avec un
coût d'exploitation limité à quelques centaines
d'Euros par an pour le remplacement des
consommables que sont les batteries Lithium ou
autre petit matériel.
3.2. Abaissement des altitudes de vol pour un
gain de résolution et la documentation d'une
échelle spatiale intermédiaire entre le site et la
région
Le principal intérêt des micro-drones réside
naturellement dans l'abaissement des altitudes de
vol par rapport aux vecteurs traditionnels que sont
l'avion ou l'hélicoptère. Ces derniers sont limités à
un plancher situé à 150 m au-dessus du sol qui
constitue à l'inverse le plafond de l'usage des
micro-drones. Cet abaissement engendre
mécaniquement un gain de résolution spatiale des
images acquises qui sont souvent plus adaptées à
la documentation à l'échelle d'un site. Il est
également intéressant de pouvoir faire varier ces
altitudes de vol sur toute la gamme possible
entre 10m et 150m dans le cadre d'un vol
stationnaire pour produire des images différentes
du même espace (Figure 2). Le micro-drone
apparaît ainsi comme un outil adapté à la
documentation d'une échelle intermédiaire entre
celle du site (qui pouvait être documenté
auparavant par l'usage de ballons, de cerf-volants
ou de perches télescopiques) et l'échelle
micro-régionale qui peut être traitée par avion. Le
micro-drone permet une investigation à l'échelle
de la parcelle, du groupe de parcelles ou du petit
terroir, ce qui est particulièrement utile par
exemple dans un contexte d'archéologie
préventive souvent amenée à intervenir en amont
d'aménagements qui correspondent à cette
échelle (lotissements, ZAC, etc.).
6/13
Figure 2 : Exemples de prises de vue du même site à des altitudes différentes (10m à gauche ; 50m au centre ;
150m à droite)
3.3. Flexibilité d'utilisation et environnement de
vol sécurisé
Un intérêt important de l'usage des micro-drones
en télédétection archéologique réside dans leur
environnement de vol aujourd'hui sécurisé qui
permet leur prise en main par des non-spécialistes
moyennant une solide formation initiale théorique
et pratique. En effet, les plateformes actuellement
commercialisées sont équipés de stabilisateurs
inertiels basés sur les informations fournies par
des accéléromètres et gyroscopes embarqués,
permettant une très bonne stabilité du vol sans
action directe du télé-pilote. De même,
l'équipement des plateformes en GPS permet, en
liaison avec une station au sol, de programmer
des plans de vols semi-automatisés sur la zone
d'intérêt à survoler. Le nombre de points de
passage, leur équidistance, leur altitude et le
temps d'arrêt sur chacun d'eux peuvent être
planifiés à l'avance afin de documenter la zone
d'intérêt avec la précision souhaitée (Figure 3).
Figure 3 : Définition de waypoints pour la couverture
systématique et automatisée de parcelles.
De même, le faible encombrement du matériel
nécessaire associé à cette facilité de mise en
œuvre permet une prise de décision rapide pour la
réalisation des survols, en fonction des conditions
météorologiques du moment. Selon ces
paramètres, il peut être décidé de réaliser un
survol du jour au lendemain, voire même du
matin pour l'après-midi. L'ensemble du matériel
peut être embarqué dans un utilitaire de faible
volume ou dans le coffre d'une berline et
transporté sur le lieu de vol.
Cette souplesse d'utilisation est très précieuse en
télédétection archéologique car elle permet de
choisir les paramètres optimaux de réalisation du
vol en fonction des vestiges recherchés
(conditions atmosphériques et humidité du sol par
exemple). Elle permet surtout de faire varier ces
paramètres par des survols répétés au-dessus de
la même zone d'intérêt afin de maximiser les
chances de détection de vestiges. En effet, on sait
que des conditions de vol données ne seront pas
favorables à la détection de tous les types de
vestiges, les maçonneries enfouies étant révélées
dans des contextes différents de ceux favorables à
l'identification de structures en creux. Le
diagnostic complet d'une zone donnée ne peut
donc être réalisé de façon fiable que par des
survols répétés à différents moment de la saison
culturale, ce que permet la souplesse de mise en
œuvre des micro-drones. On peut ainsi compter
de façon plus assurée sur la maîtrise des
paramètres de détection des vestiges que sur le
"facteur chance" qui est le plus souvent à l’œuvre
dans la télédétection aéroportée ou satellitaire.
4. Nouveaux usages d'anciens capteurs et
perspectives de développement de nouveaux
capteurs
Le développement récent de l'usage des drones
7/13
en archéologie procède d'une miniaturisation des
système de navigation qui a rendu leur pilotage
plus sûr et plus facile même à des non spécialistes,
et celle des capteurs généralement utilisés en
télédétection, ce qui rend le couplage des deux
beaucoup plus efficace.
4.1. Thermographie à basse altitude
La miniaturisation récente des capteurs
infrarouges ou multispectraux désormais
disponibles sous forme de petits appareils
portables légers permet d'envisager leur emport
sur des vecteurs aériens de type micro-drones. On
comprend aisément que ce couplage permet de
pallier les limites de la télédétection multispectrale
traditionnellement réalisée à partir d'images
satellites ou de survols par avion ou hélicoptère
pour ce qui concerne la seule prospection
thermique aéroportée. La capacité de vol à basse
altitude permet d'associer une fine résolution
spatiale à une fine résolution spectrale. Dans le
cadre du programme Archéodrones développé au
sein de la plateforme Terrae de l'UMR 5608
TRACES (CNRS Université Toulouse 2
Jean-Jaurès), nous testons le couplage d'un
microdrone octorotor de type Mikrokopter Okto XL
avec une caméra thermique de type FLIR T620
pour la télédétection de vestiges archéologiques
(Poirier et al., 2013). Cette caméra permet des
prises de clichés thermiques situés dans la
gamme de l'infrarouge thermique (7.5 à 14 µm),
avec une sensibilité de 0.04 °C. La résolution
d'image est relativement faible (480 x 640 pixels),
mais peut toutefois être compensée par
l'abaissement des altitudes de vol. Elle pèse 1.3
kg, ce qui permet de l'embarquer dans la nacelle
du microdrone MK Okto XL
L'objectif est d'identifier des anomalies de
rayonnement infrarouge thermique mesuré à la
surface du sol pouvant être interprétées comme
révélatrices de la présence de vestiges enfouis. Le
repérage de ces anomalies répond à des logiques
différentes selon que le terrain survolé est nu ou
porte des cultures.
Sur sol nu, on cherche à mesurer des anomalies
lisibles à la surface du sol et produites par l'inertie
thermique des vestiges enfouis. Le principe est
que ces vestiges réagissent aux changements de
température du sol à une vitesse différente du
sédiment encaissant. Dans le cas de structures
maçonnées, l'inertie thermique sera plus grande
que le sédiment meuble entourant les vestiges, et
inversement dans le cas de structures fossoyées.
Cette différence d'inertie thermique provoque une
anomalie de température en sous-sol transmise
par rémanence jusqu'à la surface où elle peut être
repérée par la caméra infrarouge.
Sur un terrain portant des cultures, Les mesures
prises ne concernent pas la surface du sol
(invisible) mais plutôt les plantes cultivées
elles-mêmes. Les anomalies recherchées sont
alors liées à la vigueur du développement de
celles-ci, conditionnée par leur niveau de stress
hydrique. Comme explicité rapidement plus haut,
si le développement racinaire d'une plante cultivée
est entravé par la présence de maçonneries
enfouies, la plante est privée d'une partie des
apports en eau et en nutriments qui lui sont
nécessaires, relativement aux autres plantes
voisines qui ne se développent pas dans le même
contexte. A l'inverse, le développement racinaire
peut être favorisé si la plante pousse au-dessus
d'anciennes structures en creux dont le
comblement, différent par sa structure du substrat
environnant, favorisera la rétention de l'humidité et
donc un mûrissement ralenti. Alors que ces indices
étaient identifiables auparavant uniquement dans
le domaine visible, par photographie classique,
essentiellement pendant un laps de temps réduit
de la saison culturale correspondant à l'épiaison et
au début de mûrissement, les différences de
stress hydrique des plantes cultivées sont lisibles
bien plus tôt dans la saison alors même que rien
n'apparaît en photographie classique. La
délimitation des anomalies est de plus
généralement affinée par imagerie infrarouge en
comparaison du domaine visible (Figure 4 et
Figure 5).
8/13
Figure 4 : Thermographie sur sol nu à Saint-Porquier (82). Aucune anomalie n'est visible sur la photographie
classique (à gauche) alors qu'une anomalie froide est visible dans le coin supérieur gauche de la parcelle (à droite)
correspondant à l'emprise d'un site archéologique repéré en prospection au sol.
Figure 5 : Thermographie sur couverture végétale à Sancergues (18). Une anomalie chaude est clairement
délimitable au sein d'une parcelle de température homogène (à gauche), à l'emplacement d'un indice de site
gallo-romain identifié par des ramassages de surface. Aucune anomalie n'est visible sur le cliché classique (à
droite).
L'abaissement de l'altitude de vol permet
désormais d'envisager le repérage d'anomalies
correspondant à de petits bâtiments, alors même
que la prospection thermique aéroportée par avion
avait jusqu'à présent permis la détection surtout de
macrostructures paysagères comme des voies ou
des limites parcellaires fossiles. Ajoutons que la
souplesse d'utilisation du micro-drone permet la
détection et le suivi d'une anomalie sur l'ensemble
d'une saison culturale. Les premiers tests réalisés
sur un corpus de sites témoins ont déjà permis de
constater que, par exemple, la recherche
d'anomalies sur sol nu était favorisée par des
contextes de vol au lever du jour dans les saisons
de forte amplitude thermique journalière ; au
contraire, la recherche d'anomalies liées au stress
hydrique des plantes est favorisée lors de vols
menés en fin de journées chaudes.
La disponibilité récente de caméras multi- ou
hyper- spectrales au même format portable permet
même d'envisager l'adaptation complète des
procédés de télédétection satellitaire à des survols
à basse altitude. Il s'agit donc d'une voie de
renouveau possible pour cette méthode de
télédétection archéologique jusque là pénalisée
par sa faible résolution spatiale.
4.2. De la photographie à la photogrammétrie
Les micro-drones sont essentiellement utilisés en
9/13
archéologie aujourd'hui pour l'emport d'appareils
photographiques numériques classiques, dans le
but de réaliser des clichés de sites fouillés ou en
cours de fouille, dans un but essentiellement
illustratif, de valorisation grand public ou pour
acquérir une documentation orthophotographique
utile à la production de plans géoréférencés. Mais
une application utile du couplage d'un micro-drone
avec un appareil photographique classique peut
aussi concerner l'acquisition de données sur des
édifices ou des parties d'édifices particulièrement
difficiles d'accès (comme des façades de clochers
d'églises ou de tours de châteaux par exemple. De
même, un nombre plus réduit d'équipes travaillent
à l'utilisation du couplage d'un micro-drone avec
un appareil photographique classique pour la
réalisation de relevés photogrammétriques.
En effet, les progrès en matière de résolution des
images numériques et la possibilité de les acquérir
en grand nombre, avec un fort taux de
recouvrement, grâce à l'utilisation d'un
micro-drone, permet de couvrir des zones de
plusieurs hectares en vue de la modélisation 3D
photogrammétrique utile à la détection des
micro-reliefs qui pourraient s'y trouver.
De plus, l'augmentation constante des capacités
de calculs des ordinateurs accessibles au plus
grand nombre, et la mise à disposition
d'algorithmes permettant l'automatisation d'un
certain nombre d'étapes de la restitution 3D
photogrammétrique (appariement des images,
mosaïquage par exemple) rend la méthodologie
accessible à des non-spécialistes, en apparence
au moins.
Il apparaît donc utile au travail de l'archéologue de
réaliser des restitutions 3D photogrammétriques
pour la détection de micro-reliefs, pour l'étude
d'édifice encore en élévation ou pour la restitution
de contextes difficiles d'accès aux méthodes de
relevés plus conventionnelles (comme les secteurs
de falaises aménagées). Nous ne développerons
pas l'intérêt évident de produire ce genre de
restitutions à des fins de valorisation auprès du
grand public ou de communication, pour nous
concentrer sur les apport scientifiques de cette
approche. Par exemple, la restitution 3D par
photogrammétrie permet un gain de temps non
négligeable dans la démarche de relevé de
micro-reliefs par comparaisons aux techniques
plus traditionnelles qui consistent en un maillage
de points relevés à l'aide de GPS différentiels ou
d'une station totale. La surface de la zone à traiter
et la finesse du maillage souhaité peuvent
conduire à des temps de travail sur le terrain
pouvant atteindre plusieurs heures, voire plusieurs
jours. L'usage d'un micro-drone équipé d'un
appareil photographique numérique permet de
couvrir une surface d'environ 4 à 5 ha au cours
d'un vol d'une dizaine de minutes. La variation des
altitudes de vol peut être ajustée en fonction de la
discrétion des micro-reliefs à détecter.
Cette démarche a été mise en œuvre dans le
cadre du programme Archéodrones sur le site de
Thémis (Pyrénées-Orientales), où les résultats de
la détection de micro-reliefs par photogrammétrie
ont pu ensuite être confrontés à des prises de
mesures sur le terrain puis à des sondages
archéologiques mécaniques (Figure 6). De même,
la procédure a été testée sur le site de la Silla del
Papa (Espagne) pour documenter en 3D des
aménagements protohistoriques réalisés sur des
falaises particulièrement difficiles d'accès (Figure 7)
ou encore pour restituer en trois dimensions le
village médiéval de Flaugnac (Lot) (Figure 8).
10/13
Figure 6 : Un relevé photogrammétrique par drone sur le site de Thémis a permis de cartographier les
microreliefs agraires. A gauche, orthophotographie du site ; A droite, cartographie des micro-reliefs.
Figure 7 : La couverture photogrammétrique d'une falaise de la Silla del Papa, Espagne (à gauche) a permis la
génération d'un modèle 3D où sont clairement visibles les aménagements anthropiques réalisés sur cette falaise
pour l'installation de bâtiments (à droite).
11/13
Figure 8 : La couverture photographique par drone du village de Flaugnac (Lot) a permis de générer un modèle
3D à l'échelle du site et de restituer le village dans son contexte topographique local.
On envisage également de réaliser des modelés
numériques de surface des plantes cultivées, à
différents moments de la saison culturale, non
seulement pour repérer des anomalies de
croissance à un instant t, mais aussi pour mesurer
ces retards de croissance par le croisements des
différents modelés, et ainsi ouvrir la voie d'une
modélisation temporelle des anomalies de culture,
comme c'est déjà le cas en monitoring agricole.
L'usage de la photogrammétrie par drone permet
donc un gain de temps non négligeable sur le
terrain, qui est souvent l'étape la plus onéreuse.
Mais elle permet aussi la production de données
qui seraient parfois impossibles à acquérir avec
des moyens conventionnels.
4.3. Perspectives de nouveaux capteurs
embarqués par drone
Nous avons décrit les avantages de l'utilisation
des drones pour les applications que nous
développons actuellement en matière de
photographie classique, de thermographie et de
photogrammétrie, mais il est certain que d'autres
capteurs pourront être adaptés à une utilisation
archéologique embarquée par drone. Les scanner
laser aéroportés par exemple (LIDAR) pourraient
utilement être embarqués par drone, de manière à
accroître la densité des points au sol, ou pour
scanner des édifices d'intérêt, de manière
complémentaire à l'utilisation des scanners
terrestres. Des expériences prometteuses ont déjà
eu lieu en ce sens. Leur généralisation, et la mise
à disposition de solutions clés en main,
permettraient un accès facilité au scanner laser
aéroporté qui demeure une technologie coûteuse,
surtout quand les zones d'intérêt sont peu
étendues.
Il est certain également que d'autres méthodes de
prospection archéologiques, généralement
réalisées au sol, pourraient gagner en productivité
par une adaptation sur drone aérien. On pense
particulièrement aux méthodes de prospection
magnétiques et électro-magnétiques, qui sont
opérées depuis le sol mais sans contact direct
avec celui-ci, si ce n'est à une distance réduite.
Leur utilisation par des moyens pédestres ou
faiblement mécanisés contraint leur utilisation à
quelques hectares par jour. Une adaptation par
drone pourrait conduire à accroître très fortement
ce rayon d'action. Mais cette adaptation soulève
des questions techniques difficiles qui tiennent
dans la possibilité de réaliser des survols à
l'échelle parcellaire à des altitudes constantes très
12/13
basses et à vitesse relativement réduite. De plus,
les capteurs demandent à être isolés au maximum
de toute perturbation électro-magnétique, donc
probablement du vecteur lui-même. Un certain
nombre de verrous techniques freinent encore
cette adaptation qui serait très profitable au
développement et à la généralisation de ces
méthodes de prospections, notamment dans le
cadre de l'archéologie préventive.
Enfin, les progrès récents réalisés en matière de
vol autonome seraient profitables à l'archéologie
pour l'exploration de grottes et autres cavités
souterraines inaccessibles à l'Homme, soit pour
des raisons de sécurité (environnement toxique
dans le cas d'anciennes zones de mines par
exemple), soit à cause du risque d'endommager
d'éventuels vestiges ou sols archéologiques
encore en place. Là encore, les verrous
techniques sont importants. Ils concernent le
rapport taille/emport pour un appareil devant
évoluer dans des diverticules exigus ; les
capacités de géolocalisation du drone en milieu
confiné, hors signal GPS ; les moyens de
transmissions de données pour une cartographie
3D en temps réel de la cavité explorée ; et surtout
le défi de l'autonomie énergétique nécessaire à
une exploration longue (plusieurs dizaines de
minutes). Mais nous ne doutons pas que ces
verrous pourront être levés si l'on considère
l'intérêt stratégique d'autres applications possibles
de ce genre d'appareil (protection civile pour la
recherche de personnes disparues lors
d'effondrements de bâtiments, anti-terrorisme,
etc.).
5. Conclusion
Pour conclure, nous rappellerons en guise de
synthèse les principaux avantages de l'utilisation
des microdrones en télédétection archéologique.
L'abaissement des altitudes de vol permet un gain
de résolution spatiale des données acquises avec
des capteurs généralement embarqués par avion,
hélicoptère ou même satellites. Leur souplesse
d'utilisation permet de réaliser des survols répétés
de la même zone d'intérêt à de très faibles
intervalles de temps, de manière à acquérir de
l'information dans des contextes météorologiques
et de couvertures végétales variées. Cela est
également possible par le faible coût d'exploitation
des microdrones même si l'investissement de
départ peut paraître élevé pour des projets de
recherche fondamentale publique.
En somme, l'utilisation des microdrones en
télédétection archéologique constitue une
évolution importante dans la mesure où elle met
l'approche aérienne à la disposition d'un plus
grand nombre d'utilisateurs. Nous espérons que
leur usage ne tardera pas à se généraliser et que
cette évolution permettra de redonner aux
méthodes de prospections non-invasives (Trément,
2000) toute la place qu'elles méritent dans la
démarche d'évaluation du potentiel archéologique,
notamment en contexte préventif, aux côtés des
méthodes de sondages mécaniques qui restent
indispensables. En effet, l'établissement d'un
référentiel permettant d'optimiser la détection de
traces archéologiques dans le sol devrait
permettre de fournir une information sur la densi
des vestiges présents sur un secteur donné, et
ainsi contribuer à la définition d'une stratégie
efficace de diagnostic archéologique mécanisé, en
concentrant les moyens d'abord sur les zones de
plus fort potentiel. En contexte de recherche
programmé, de la même manière, la multiplication
des images d'un même site, par des capteurs et
dans des conditions d'intervention variés, fournira
une image plus complète des structures enfouies
et de là, une estimation plus juste des moyens à
mettre en œuvre pour leur investigation.
Références
Agache R., 1978. La Somme pré-romaine et
romaine d’après les prospections à basse altitude.
Mémoires de la Société des Antiquaires de
Picardie, Amiens.
Antrop M., 1979. The interpretation of soil marks
on aerial photographs recorded over the Famenne
(Belgium) natural region. Pedologie XXIX,
209240.
Aqdus S.A., Hanson W.S., Drummond J., 2007.
Finding archaeological cropmarks: a hyperspectral
approach, Proceedings of SPIE, the International
Society for Optical Engineering. Presented at the
Remote sensing for environmental monitoring, GIS
applications, and geology, Society of Photo-Optical
Instrumentation Engineers, pp.
674908.1674908.11. doi:10.1117/12.738007
13/13
Aqdus S.A., Hanson W.S., Drummond J., 2012.
The potential of hyperspectral and multi-spectral
imagery to enhance archaeological cropmark
detection: a comparative study, Journal of
Archaeological Science, 39, pp. 19151924.
doi:10.1016/j.jas.2012.01.034
Beresford M.W., St Joseph J.K.S., 1979. Medieval
England: an aerial survey. Cambridge.
Bréart B., Nowicki F., Léva C., 1999. Archéologie
aérienne. Actes du colloque international tenu à
Amiens (France) du 15 au 18 octobre 1992.
Hommage à Roger Agache pour 35 ans de
prospections aériennes dans le Nord de la France,
Revue Archéologique de la Picardie, n° spécial.
Brivio P.A., Pepe M., Tomasoni R., 2000.
Multispectral and multiscale remote sensing data
for archaeological prospecting in an alpine alluvial
plain, Journal of Cultural Heritage, 1, pp. 155164.
doi:10.1016/S1296-2074(00)00155-2
Challis K., Kokalj Z., Kincey M., Moscrop D.,
Howard A.J., 2008. Airborne lidar and historic
environment records. Antiquity, 82, pp. 10551064.
Devereux B.J., Crow G.S., Amable P., Cliff A.D.,
2005. The potential of airborne lidar for detection
of archaeological features under woodland
canopies. Antiquity, 79, pp. 648660.
Edis J., Mac’Leod D., Beawley R., 1989. An
archaeologist’s guide to classification of cropmarks
and soilmarks. Antiquity, 63, pp. 112126.
Lasaponara R., Masini N., 2006. Identification of
archaeological buried remains based on the
normalized difference vegetation index (NDVI)
from Quickbird satellite data. IEEE Geosci.
Remote Sens. Lett. 3, pp. 325328.
doi:10.1109/LGRS.2006.871747
Poirier N., Hautefeuille F., Calastrenc C., 2013.
Low Altitude Thermal Survey by Means of an
Automated Unmanned Aerial Vehicle for the
Detection of Archaeological Buried Structures.
Archaeological Prospection, 20, pp. 303307.
doi:10.1002/arp.1454
Trément F., 2000. L’apport des méthodes
non-destructives à l’analyse des sites
archéologiques : le point de vue de l’archéologue,
in: Pasquinucci M., Trément F. (dir.), The
Archaeology of Mediterranean Landscape :
Non-Destructive Techniques Applied to Landscape
Archaeology. Oxbow Books, Oxford, pp. 110.
Zadora-Rio É., 1991. Les terroirs médiévaux dans
le Nord-ouest de l’Europe, in: Guilaine, J. (dir.),
Pour Une Archéologie Agraire. Paris, pp. 165192.
... To this, we added the exponential development of photogrammetry programs, which allowed a qualitative leap in the geometric documentation of archaeological sites. This technological adoption, or "democratisation" of use, as defined by Poirier et al. [1], has produced a quantitative and qualitative leap in scientific production comparable to what the appearance of PC meant, or the proliferation of geographic information systems (GIS) implemented in free software in the last decade of the last century. Numerous archaeological excavations have been geometrically documented thanks to the use of both RPA and high-performance photogrammetric software, capable of moving large amounts of digital information [2]. ...
... Second, and as mentioned by Poirier et al. [1], is the "democratisation" of RPA, which form one of the essential parts of the geometric documentation process through the use of cameras, and through photogrammetry programs. However, as has been seen, this is also true for low-cost multispectral cameras and remote sensing tasks that are effective in providing results and to which it is possible to apply the same procedures and analytics as those applied to satellite images. ...
... The use of RPA in non-invasive prospecting in archaeology constitutes, as Poirier et al. [1] said, a step forward in the possibility of carrying out flights at the most appropriate times for the detection of archaeological traces, contributing to effective diagnosis management. At this time, as has been seen, it is already possible to work with multispectral cameras applying the same methods and techniques that we have used up to now in multispectral images obtained from satellites. ...
Article
Full-text available
The use of unmanned aerial vehicles (UAVs, also known as drones or RPA) in archaeology has expanded significantly over the last twenty years. Improvements in terms of the reliability, size, and manageability of these aircraft have been largely complemented by the high resolution and spectral bands provided by the sensors of the different cameras that can be incorporated into their structure. If we add to this the functionalities and improvements that photogrammetry programs have been experiencing in recent years, we can conclude that there has been a qualitative leap in the possibilities, not only of geometric documentation and in the presentation of the archaeological data, but in the incorporation of non-intrusive high-resolution analytics. The work that we present here gives a sample of the possibilities of both geometric documentation, creation of 3D models, their subsequent printing with different materials, and techniques to finally show a series of analytics from images with NGB (Nir + Green + Blue), Red Edge, and Thermographic cameras applied to various archaeological sites in which our team has been working since 2013, such as Clunia (Peñalba de Castro, Burgos), Puig Rom (Roses), Vilanera (L’Escala, Girona), and Cosa (Ansedonia, Italy). All of them correspond to different chronological periods as well as to varied geographical and morphological environments, which will lead us to propose the search for adequate solutions for each of the environments. In the discussions, we will propose the lines of research to be followed in a project of these characteristics, as well as some results that can already be viewed
... In some less well-known, more complex, or simply highly altered archaeological contexts, non-invasive prospecting methods are necessary. In some cases, these surveys might easily be achieved by using indicators that are visible on aerial photographs, such as cast shadows or differential vegetation growth (Poirier et al., 2017). However, the climatic and environmental conditions do not always allow such approach. ...
... Although the un- derstanding of the site becomes easier with such an aerial view at a given scale, many details at the level of the built boundaries are still imperceptible. One technique to determine the presence of walls and buildings is the examination of micro-reliefs (Poirier et al., 2017) not directly visible to the naked eye on the site. First, extracting a digital elevation model from the digitization provides information on the height of each of the points that form the image, although the 2D view ( fig. ...
Article
Full-text available
A survey, defined as a succession of stages ranging from acquisition to representation, has historically an ambition of analysis, understanding, and knowledge representation of architectural artefacts. However, there is a paradox. While for many years this discipline has seen a development in digitization methods and techniques, the purpose of the survey seems to mainly focus on the metric representations of building, and on the production of beautiful (or figurative) images. Acquisitions by lasergrammetry or photogrammetry bring in a quantity of data that are qualified as massive, but appears to be too often underlooked. The present paper attempts to consider work acquisition beyond the ambition of the acquisition of measurements, which investigates new methodological approaches for the characterization of architectural shapes according to different scales of observation. To understand whether the data resulting from the acquisition work can assist "beyond the visible" in the study and analysis of built heritage, this paper addresses three methodological avenues, which relates to the morphological / semantic characterization of architectural objects according to different nature and scale, to consider new methods of analysis by using further massive data.
... As a consequence, the vegetation is usually more abundant on top of such features than in their vicinity. Conversely, architectural features such as walls, foundations, or roads cause soil reduction and are therefore not favourable to plant growth [10]. ...
Article
Full-text available
This study presents a new way to reconstruct the extent of medieval archaeological sites by using approaches from the field of geoinformatics. Hence, we propose a combined use of non-invasive methodologies which are used for the first time to study a medieval village in Romania. The focus here will be on ground-based and satellite remote-sensing techniques. The method relies on computing vegetation indices (proxies), which have been utilized for archaeological site detection in order to detect the layout of a deserted medieval town located in southwestern Romania. The data were produced by a group of small satellites (3U CubeSats) dispatched by Planet Labs which delivered high-resolution images of the Earth's surface. The globe is encompassed by more than 150 satellites (dimensions: 10 x 10 x 30 cm) which catch different images for the same area at moderately short intervals at a spatial resolution of 3-4 m. The four-band Planet Scope satellite images were employed to calculate a number of vegetation indices such as NDVI (Normalized Difference Vegetation Index), DVI (Difference Vegetation Index), SR (Simple Vegetation Ratio) and others. For better precision, structure from motion (SfM) techniques were applied to generate a high-resolution orthomosaic and a digital surface model in which the boundaries of the medieval village of "Șanțul Turcilor" in Mașloc, Romania, can be plainly observed. Additionally, this study contrasts the outcomes with a geophysical survey that was attempted inside the central part of the medieval settlement. The technical results of this study also provide strong evidence from an historical point of view: the first documented case of village systematization during the medieval period within Eastern Europe (particularly Romania) found through geoscientific methods.
Article
Full-text available
Over the last decade, we have witnessed momentous technological developments in unmanned aircraft systems (UAS) and in lightweight sensors operating at various wavelengths, at and beyond the visible spectrum, which can be integrated with unmanned aerial platforms. These innovations have made feasible close-range and high-resolution remote sensing for numerous archaeological applications, including documentation, prospection, and monitoring bridging the gap between satellite, high-altitude airborne, and terrestrial sensing of historical sites and landscapes. In this article, we track the progress made so far, by systematically reviewing the literature relevant to the combined use of UAS platforms with visible, infrared, multi-spectral, hyper-spectral, laser, and radar sensors to reveal archaeological features otherwise invisible to archaeologists with applied non-destructive techniques. We review, specific applications and their global distribution, as well as commonly used platforms, sensors, and data-processing workflows. Furthermore, we identify the contemporary state-of-the-art and discuss the challenges that have already been overcome, and those that have not, to propose suggestions for future research.
Article
The recent discovery of the site of the Roman villa of Noheda and its outstanding mosaics has entailed a considerable boost for research on the Roman world and, especially, for the understanding of the palaces and large rural complexes of Late Antiquity. Hence, during the excavation process, in addition to the application of the appropriate archaeological methodology, the latest available research and analysis techniques have been used to document these archaeological remains in as much detail as possible. This approach is based on the understanding that only through a meticulous analysis of the data to be collected from the large number of structures and artefacts buried in the stratigraphic sequence can information be properly decoded. The present paper thus aims to provide a concise overview of how technological advances, such as georadar, 3D scanning, laser scanning, photogrammetry, etc., have been combined to achieve optimal results.
Article
Full-text available
The new technique of lidar survey (Light Detection and Ranging) has already been applied to landscape mapping (Barnes 2003; Bewley et al. 2005; Bofinger et al. 2006; Harmon et al. 2006; Powlesland et al. 2006), geoarchaeological prospection and evaluation (Brunning & Far-Cox 2005; Challis 2005; 2006; Challis et al. 2006; Carey et al. 2006; Jones et al. 2007) and the detection of upstanding archaeological remains beneath the vegetation canopy (Devereux et al. 2005; Doneus & Briese 2006; Risbol et al. 2006; Sittler & Schellberg 2006; Crow et al. 2007). Lidar only detects features that rise above ground level (however slightly), so cropmark and soilmark sites are generally beyond its reach, although variations in crop height – one aspect of the cropmark phenomenon – may be detectable (Challis et al. 2006). The utility of lidar for finding new sites and defining historic environments has been broadly recognised (Holden et al. 2002; Bewley 2003; Crutchley 2006) but systematic application and evaluation is still in its infancy. It will be important to keep under review its growing utility within the armoury of prospection procedures applied in the research and management of archaeological resources. This paper assesses the potential of lidar to enhance existing records of the historic environment, using a case study from a river valley in the agricultural midlands of England. Lidar elevation data at a spatial resolution of 2m was collected over a 25km stretch of the valley of the River Dove on the Derbyshire/Staffordshire border. These data were compared with the existing inventory of sites for the study area and with a selected sample of verticalaerial photography. While this assessment is based on a British example, we feel that the results have implications for cultural resource management internationally.
Article
Full-text available
Airborne thermal prospecting is based on the principle that there is a fundamental difference between the thermal characteristics of buried remains and the environment in which they are buried. The French ‘Archéodrone’ project aims to combine the flexibility and low cost of using an airborne drone with the accuracy of the registration of a thermal digital camera. This combination allows the use of thermal prospection for archaeological detection at low altitude with high-resolution information, from a microregional scale to the site scale. The first results have allowed us to assess the contribution of this technique for the detection of ancient roads, land plots boundaries, site plans and underground caves. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.
Article
The classification of man-made features recorded on aerial photographs depends on a combination of morphological comparison and functional interpretation. Here, a computer-based method of morphological recording and classification is described, and its advantages argued. It has special relevance in England, where the Monument Protection Programme needs to assess the relative value and importance of many thousands of buried archaeological sites that are known only from the evidence of aerial photography.
Article
First published in 1958, the publication of a second edition has been used as an opportunity to include new subjects and air photographs (mainly oblique), taken from the Cambridge University Collection. The volume is designed to illustrate how documentary and pictorial evidence may complement one another in providing evidence on many aspects of medieval history. In the text, comparisons are often made between the evidence provided by medieval maps and that recorded by photography in the landscape today. The volume is divided into sections covering the fields and villages, towns, and industrial and other features. -J.Sheail
Article
The development of lidar opens a new era in archaeological survey. Working with Forest Research, staff of the Unit for Landscape Modelling here explain the technique, and demonstrate its application to woodland, showing how it can be used to see through the trees. The article by Bewley et al. (pages 636-647 of this volume) shows the technique applied to the Stonehenge landscape.
Article
Aerial photography has made the single most important contribution to our improved appreciation of the density, diversity and distribution of archaeological sites in Britain since World War Two. This is particularly the case for areas of intensive lowland agriculture where ploughed-out sites are known mainly from marks in the crops growing above them. However, reconnaissance for such cropmarks is not equally effective throughout the lowlands, because of the particular conditions of drier weather, well-drained soils and arable agriculture required before they become visible, and is highly unpredictable.Given that the appearance of cropmarks is linked to moisture stress in growing plants, they are potentially detectable at bandwidths outside the visible spectrum and before they become apparent therein. This paper focuses on the application of two spectral enhancement techniques: Principal component analysis and Tasselled cap transformation. Comparing a range of imagery (CASI-2, ATM and digital vertical photographic data) from two case study areas in Lowland Scotland, each with very different environmental, agricultural and archaeological backgrounds to facilitate further comparisons, the paper demonstrates that multi-spectral/hyperspectral imagery can enhance the identification of otherwise invisible archaeological sites, particularly in the near-infrared part of the spectrum. However, the lower spatial resolution of such imagery, compared to photography, can make the often diffuse and incomplete cropmark traces more difficult to determine with confidence.
Article
This work is part of a multidisciplinary research project, developed in collaboration with archaeologists and geophysical experts, which aims at delineating the spatio-temporal relationships between paleoenvironmental conditions of an alluvial plain in an alpine environment and the human settlements during past ages. The study area is located in the upper Lake Como region at the confluence of the Valtellina (Adda river) and Val Chiavenna (Mera River) valleys in northern Italy. The area is a deltaic zone which was affected by great adjustments due to varying sediment loads and separate parts emerged at different times, thus conditioning the human presence and distribution. Archaeological evidences dating back to the last millennium BC and relicts of Roman ages were discovered in the area, particularly during the 19th century Adda River canalisation. Remotely sensed images taken from space orbiting satellite at different wavelengths of the electromagnetic spectrum, from visible up to thermal infrared, were used to delineate landscape features not easily detected on ground. Geomorphological study of the area was improved by means of historical aerial b/w photographs taken before the Second World War by the Royal Air Force. Ground surveys and proximal sensing measurements, using portable spectral radiometers operating at the same wavelengths as the satellite sensors, were conducted at some experimental sites. Integrated analysis of remote sensing multilevel derived information, cartographic data and archaeological evidences proved to be useful for archaeological research with indications of favourable sites for future exploration in the area.
Article
In this study, Quickbird normalized difference vegetation index (NDVI) data were used in order to assess their capability in the field of archaeological prospection. The investigations were performed for a test case (Jure Vetere in the south of Italy) that is characterized by the presence of dense vegetation mainly composed by herbaceous plants. The results showed the high capability of QuickBird NDVI to enhance the typical surface anomalies linked to the presence of archaeological buried remains. The detected anomalies were confirmed by independent investigations based on geophysical prospections performed in 2005
L'apport des méthodes non-destructives à l'analyse des sites archéologiques : le point de vue de l'archéologue
  • F Trément
Trément F., 2000. L'apport des méthodes non-destructives à l'analyse des sites archéologiques : le point de vue de l'archéologue, in: Pasquinucci M., Trément F. (dir.), The Archaeology of Mediterranean Landscape : Non-Destructive Techniques Applied to Landscape Archaeology. Oxbow Books, Oxford, pp. 1-10.