ArticlePDF Available
Connect 12_4 19/09/11 22:53 Page10
SEPTEMBRE 2011 ICONNECT 11
DOSSIER
Les « jeux » auxquels cette
théorie s’intéresse sont
tous les problèmes de déci-
sion « multipersonnels »,
c’est-à-dire des situations
dans lesquelles plusieurs preneurs de
décisions (des « joueurs ») obtien-
nent au terme de leur interaction des
résultats qui sont fonction de la com-
binaison des décisions prises par cha-
cun d’eux. Les situations de ce type
génèrent de l’interaction stratégique,
car les décisions deviennent des choix
de stratégie, qui doivent être pris en
tenant compte des choix et des réac-
tions possibles des autres joueurs.
Initialement conçue comme une
branche des mathématiques, la théo-
rie des jeux a vite été adoptée et déve-
loppée par les économistes pour ana-
lyser une large gamme de questions.
L’importance de la théorie des jeux
pour l’analyse économique a d’ailleurs
été saluée à trois reprises par le prix
Nobel d’économie.2De nombreuses
situations économiques peuvent en
effet être modélisées comme des
«jeux». En fait, les outils de la théo-
rie des jeux permettent d’appréhen-
der toute situation de concurrence.
Par exemple, on peut voir les firmes
sur un marché en concurrence impar-
faite comme des joueurs dont les résul-
tats (les profits) dépendent de la com-
binaison des décisions prises par chacun
(quant aux capacités de production,
aux prix, etc.). Il en va de même de
régions qui se livrent à une concur-
rence fiscale pour attirer des entre-
prises sur leur territoire ou de jeunes
diplômés qui luttent pour se faire enga-
ger par un même ensemble d’em-
ployeurs.
Ces quelques exemples se rappro-
chent des «jeux à somme nulle»
initialement étudiés par Von Neu-
mann et Morgenstern, c’est-à-dire des
situations de type « gagnant-perdant
». La théorie des jeux s’applique cepen-
dant tout aussi bien aux situations de
type « gagnant-gagnant’ où les joueurs
préfèrent coopérer plutôt que s’af-
fronter. Pour revenir aux exemples
précédents, des firmes en concurrence
imparfaite trouvent souvent profi-
table de former des structures com-
munes de Recherche & Développe-
ment, les régions d’un même
Théorie des jeux,
guerre et paix
GUERRE ET PAIX : STRATÉGIES ET GESTION
>>>
Quoiqu’initiée dans
les années 1920, la
théorie des jeux est
véritablement née
en 1944, avec la
publication de l’ou-
vrage fondateur de
John von Neumann
et Oskar Morgens-
tern, intitulé Theory
of Games and Eco-
nomic Behavior.
Pr. Paul Belleflamme1.
Connect 12_4 19/09/11 22:53 Page11
12 CONNECT ISEPTEMBRE 2011
pays s’entendent (générale-
ment) pour maintenir des formes de
solidarité au niveau national, les
jeunes diplômés rejoignent des asso-
ciations d’anciens pour promouvoir
ensemble la qualité de leur diplôme.
Quel est le lien entre tout cela et le
sujet évoqué dans le titre de cet arti-
cle? Le lien se trouve dans ces deux
forces fondamentales que sont la
concurrence et la coopération. Comme
les exemples ci-dessus le suggèrent,
ces deux forces agissent au cœur des
relations économiques et peuvent
être utilement analysées par les outils
de la théorie des jeux. Mais à y bien
réfléchir, on se rend compte que ces
deux forces se retrouvent à tout niveau
d’interaction, que ce soit entre indi-
vidus, entre organisations de toute
taille ou… entre nations. L’analyse
économique, soutenue par la théo-
rie des jeux, doit donc permettre
de jeter un éclairage utile sur les ques-
tions de guerre et de paix.
Ce constat a amené Robert Aumann
à articuler le discours qu’il a pro-
noncé lors de la remise de son Prix
Nobel en 2005 autour d’une «ana-
lyse économique de la guerre». Son
propos n’était pas d’expliquer «com-
ment financer une guerre, ou com-
ment reconstruire après une guerre»,
mais d’analyser «les incitations qui
mènent à la guerre et la manière
de susciter des incitations qui pré-
viennent la guerre.»3
Un des intérêts de l’analyse éco-
nomique, nous dit Aumann, est de
nous montrer que les choses ne sont
pas nécessairement telles qu’elles
apparaissent. Il cite l’exemple de
la taxation. On peut penser naïve-
ment que pour augmenter les recettes
fiscales, il suffit de monter les taux
de taxation. Mais en fait, on peut
trouver plus profitable de baisser les
taux de taxation parce que cela per-
mettra d’inciter les gens à travail-
ler davantage, de limiter l’évasion
fiscale, de ranimer l’économie et ainsi
de suite. Il en va de même, enchaîne
Aumann, des efforts pour prévenir
le déclenchement d’une guerre. Une
réponse immédiate serait de réduire
l’armement. Mais il peut être préfé-
rable de faire exactement l’inverse.
«Durant les longues années de la
Guerre Froide entre les U.S.A. et
l’Union Soviétique, ce qui a empê-
ché une guerre ‘chaude’ ce sont les
bombardiers porteurs d’ogives
nucléaires qui étaient en l’air 24
heures sur 24 et 365 jours sur 365. Le
désarmement aurait mené à la
guerre.»
Pour formaliser l’argument, on peut
faire appel au célèbre Dilemme du
prisonnier (DP). L’histoire est la sui-
vante. Deux malfaiteurs (appelons-
les Jack et Joe) sont arrêtés par la
police qui a suffisamment d’éléments
pour les faire condamner à 2 ans
de prison en raison de leur passé cri-
minel chargé. Cependant, la police
les suspecte d’avoir commis un crime
plus important (un vol de bijoux)
qui leur vaudrait une peine plus
lourde. Manquant de preuves, la
police les interroge séparément et
propose à chacun l’arrangement sui-
vant: «On peut t’envoyer au trou
DOSSIER
>>>
Fonds Prince Albert
La Fondation Roi Baudouin est une fondation
indépendante et pluraliste au service de la société.
La Fondation a vu le jour en 1976, à l’occasion
des 25 ans de règne du roi Baudouin.
www.kbs-frb.be
Candidatures 2012
Une bourse du Fonds Prince Albert est une expérience unique
pour de jeunes professionnels belges talentueux.
Donnez un élan à votre carrière et découvrez un nouvel environnement
professionnel à l’étranger. Vous aurez l’occasion de réaliser un projet
pour une entreprise belge en dehors de l’Europe occidentale.
Vous choisirez le projet ainsi que la destination.
Afin de mener à bien ce projet, le fonds vous accordera
une bourse de 22.000 net.
Inscriptions en ligne à partir du 3 Octobre 2011.
Pour plus d’informations, rejoignez-nous le 18 Octobre 2011 à 19 heures
dans les bureaux de la FEB (Rue Ravenstein 4 à 1000 Bruxelles). Les Alumni
partageront leurs expériences, une belle opportunité de networking!
www.princealbertfund.be
Robert Aumann,
Prix Nobel d’Economie en 2005.
Connect 12_4 19/09/11 22:53 Page12
SEPTEMBRE 2011 ICONNECT 13
DOSSIER
pour 2 ans. C’est ce que tu auras si
ton complice et toi, vous niez tous
les deux avoir commis le vol de bijoux.
Si vous avouez le vol tous les deux,
vous serez condamnés pour 4 ans.
On peut aussi être plus gentil ou plus
dur avec toi. Plus gentil si tu recon-
nais le vol de bijoux et témoigne
contre ton complice (alors que celui-
ci nie): dans ce cas, on te libèrera
sur le champ. Plus dur si tu nies et
que ton complice témoigne contre
toi: dans ce cas, tu en prendras pour
5 ans (le tarif de 4 ans, plus un an
pour avoir fait obstruction à la jus-
tice).»
Les deux malfaiteurs se retrouvent
donc dans une situation de jeu ils
doivent choisir, simultanément, entre
« avouer » et « nier » le vol de bijoux.
Il y a interaction stratégique puisque
la peine qui sera infligée à chacun
dépend de la combinaison de leurs
choix. On peut résumer utilement
toutes les données du jeu par une
matrice où les choix de Jack sont
représentés en ligne, ceux de Joe en
colonne et où les résultats sont indi-
qués dans les cellules (le premier
nombre de chaque cellule corres-
pondant au résultat de Jack et le
second, à celui de Joe). Ainsi, la cel-
lule en bas à gauche du Tableau 1 ci-
après se lit de la façon suivante: si
Jack choisit de nier alors que Joe
choisit d’avouer, Jack prend 5 ans de
prison (d’où un résultat de -5) et Joe
est libéré (d’où un résultat de 0).
Le concept de base pour donner une
prédiction rigoureuse des choix posés
par les joueurs est celui d’équilibre
de Nash.4Pour faire simple, l’équi-
libre de Nash correspond à une situa-
tion où chaque joueur fait du mieux
qu’il peut étant donné ce que font
les autres. Plus rigoureusement, c’est
une situation dont aucun joueur n’a
d’intérêt à dévier de façon unilaté-
rale. Les stratégies choisies sont alors
mutuellement optimales. Dans le
DP, le seul équilibre de Nash est
(Avouer, Avouer). On s’aperçoit
en effet que tant Jack que Joe ont
intérêt à avouer s’ils pensent que
l’autre va avouer (ils préfèrent en
effet 4 ans à 5 ans de prison). Qui
plus est, avouer est également la meil-
leure stratégie pour chacun quand
ils pensent que l’autre va nier (la
liberté est préférable à 2 ans de pri-
son). On dit, dans ce cas, qu’avouer
est une stratégie dominante, ce qui
prouve qu’il n’y a pas d’autre équili-
bre de Nash dans le jeu.
Nous pouvons à présent transposer
le DP à la Guerre Froide en renom-
mant Jack « USA », Joe « URSS »,
avouer « attaquer » et nier « ne pas
attaquer ». Il est légitime de pen-
ser que les deux pays classent les
quatre issues possibles du jeu de la
manière suivante: le mieux est d’at-
taquer sans être attaqué, vient ensuite
la situation où personne n’attaque,
puis la situation où les deux atta-
quent, le pire étant d’être attaqué
sans avoir attaqué soi-même. Nous
pouvons donc garder tels quels les
nombres dans les cellules de la matrice
(ce ne sont pas tant les valeurs qui
importent que les comparaisons entre
elles). Ceci nous pousse à conclure
que la seule prédiction valable de
l’issue du jeu est que les deux pays
vont attaquer.
Cette prédiction désastreuse ne cor-
respond toutefois pas à la réalité
de la Guerre Froide, ce qui nous
amène à nous demander en quoi il
convient de modifier notre modèle.
Ce qui manque ici, c’est la prise en
compte du fait que le jeu décrit ci-
dessus s’est répété dans le temps
et qu’à tout instant, chaque bloc pou-
vait craindre qu’une attaque au
moment t allait entrainer une contre-
attaque au moment t+1. Cette crainte
était d’autant plus vive que chaque
bloc continuait constamment à accroî-
tre son potentiel de destruction. Dans
un tel scénario, les deux blocs cher-
chent à maximiser non pas leur résul-
tat du moment mais bien la somme
des résultats sur toutes les périodes
à venir. Il en résulte que si les deux
blocs accordent suffisamment de
poids aux résultats futurs, la menace
d’une contre-attaque destructrice
et des pertes qui y sont liées – les
amènera à préférer ne jamais atta-
quer. Le modèle nous dit donc que
c’est la crainte de ce qu’on a appelé
la «destruction mutuelle
JOE
Avouer Nier
JACK Avouer -4; -4 0; -5
Nier -5; 0 -2; -2
Tableau 1.
Représentation du Dilemme du prisonnier
John von Neumann et Oskar Morgenstern.
>>>
Connect 12_4 19/09/11 22:53 Page13
assurée» qui discipline les
deux pays et fait en sorte que les hos-
tilités ne sont jamais déclenchées.
Rappelons toutefois que ce scéna-
rio de Guerre Froide repose sur une
condition: la préférence pour le pré-
sent des deux blocs ne doit pas être
trop forte. Comme Aumann le dit
fort bien, «Si vous voulez la paix
maintenant, vous risquez de ne jamais
l’obtenir. Mais si vous avez le temps
– si vous pouvez attendre – cela
change tout; alors, vous
pouvez obtenir la paix
maintenant.» L’adage
latin, Si vis pacem, para
bellum, ne disait rien
d’autre.5
Voilà un des enseigne-
ments paradoxaux de la
théorie des jeux. Un autre
paradoxe est celui de l’en-
gagement, tel que mis en
évidence par Thomas
Schelling (co-récipien-
daire du Prix Nobel d’économie en
2005): c’est souvent en limitant ses
propres options que l’on prévaut
dans des situations de conflit. Limi-
ter ses options permet en effet de
transformer en engagement (c’est-
à-dire de crédibiliser) des menaces
ou des promesses que l’on ferait pour
tenter d’amener la partie adverse à
agir dans le sens qui nous intéresse.
La clé est de se mettre dans une posi-
tion telle que, le moment venu, la
meilleure conduite à adopter sera
effectivement de mettre à exécution
la menace (ou de tenir la promesse)
que l’on avait faite. L’histoire mili-
taire est riche d’illustrations de ce
principe. Ainsi, quand Hernando Cor-
tés toucha les côtes du Mexique en
1519, un des premiers ordres qu’il
donna à ses hommes fut de mettre
le feu à toutes les caravelles. Cortés
était tout entier dévoué à sa mission
et voulait éliminer toute possibi-
lité pour lui et ses hommes de retour-
ner en Espagne. Le mes-
sage donné aux
populations locales ne
pouvait être plus clair:
les Espagnols étaient
prêts à tout pour s’ins-
taller durablement et faire
régner leur loi.
Nous venons de voir deux
cas d’application de la
théorie des jeux à l’ana-
lyse de la guerre et de
la paix. Il est clair que les
modèles évoqués ici sont extrême-
ment simples et rendent difficile-
ment compte de toutes les complexi-
tés liées aux relations conflictuelles
entre nations. Même si la théorie des
jeux propose des analyses beaucoup
plus fines (dont nous ne pouvons
pas rendre compte dans ces quelques
pages), les cyniques pourraient être
tentés de conclure par un bon mot
que l’apport de la théorie des jeux
à l’étude des problèmes de guerre et
paix n’est… guère épais.
La critique manque toutefois de fon-
dement, car la théorie des jeux tient
précisément la simplicité de ses
modèles comme une vertu péda-
gogique cardinale. Le but poursuivi
n’est en effet pas de prédire les évé-
nements dans le détail (seuls les char-
latans prétendent pouvoir le faire),
mais bien d’éclairer les choix stra-
tégiques en mettant en lumière des
résultats potentiels auxquels on
ne pense pas nécessairement, tels
les deux paradoxes que nous avons
décrits plus haut. Un modèle trop
complexe, que seuls comprendraient
les spécialistes, passerait totalement
à côté de cet objectif. Face à l’im-
mense complexité des problèmes de
guerre et paix, c’est donc en com-
prenant bien les limites de l’approche
par la théorie des jeux qu’on en
mesure correctement l’apport. On
n’est pas à un paradoxe près!
PAR PAUL BELLEFLAMME
1. Paul Belleflamme est professeur
d’économie à la Louvain School of
Managment, site de Louvain-la-Neuve.
Il mène sa recherche au sein du CORE
(Center for Operations Research and
Econometrics) dans le domaine de
l’organisation industrielle (qui étudie les
stratégies des firmes sur des marchés
oligopolistiques). Il publie régulièrement
ses travaux dans les meilleures revues
internationales d’économie. Il s’est signalé
récemment en publiant, avec Martin Peitz,
un manuel d’organisation industrielle
(Industrial Organization: Markets and
Strategies) qui commence à s’imposer
comme la référence dans le domaine.
2 En 1994, John Nash, John Harsanyi et
Reinhard Selten obtiennent le prix pour
leurs contributions à l’analyse fondamentale
de l’équilibre dans la théorie des jeux non
coopératifs; en 2005, ce sont Robert
Aumann et Thomas Schelling qui sont
primés pour leurs travaux sur la
modélisation des conflits; enfin, en 2007,
Leonid Hurwicz, Eric Maskin et Roger
Myerson sont mis à l’honneur pour avoir
développé la théorie des mécanismes
d’incitation.
3 Voir War and Peace, Nobel Prize Lecture
by Robert Aumann (8 décembre 2005).
Une version est disponible via
www.pnas.org/content/103/46/17075.full.
4 John Nash (co-récipiendaire du Prix Nobel
d’économie en 1994) est le plus connu des
théoriciens des jeux depuis la parution de
sa biographie (portée ensuite à l’écran),
A Beautiful Mind, qui décrit son génie
mathématique et relate son combat contre
la schizophrénie.
5 Si tu veux la paix, prépare la guerre.
« A n’utiliser sous aucun prétexte – parce que l’ennemi pourrait réagir ».
Source: Cummings, M., Daily Express, 24/08/1953,
14 CONNECT ISEPTEMBRE 2011 DOSSIER
John Nash.
>>>
Connect 12_4 19/09/11 22:53 Page14
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.