Technical ReportPDF Available

Abstract and Figures

Résumé Cerastium siculum est une plante vasculaire méconnue du littoral méditerranéen français. Une synthèse bibliographique complétée par la consultation d'herbiers a permis d'affiner la chorologie mondiale (France, Italie, Libye, Algérie et Maroc) et d'orienter les prospections en France continentale. Ces prospections menées sur toute la côte méditerranéenne continentale française ont permis d'actualiser les localités historiques et d'en découvrir de nouvelles entre les départements du Var et de l’Aude. Son écologie a été précisée et montre que l’espèce affectionne des milieux sablo-limoneux à limono-sableux non salés à pH neutre avec une végétation rase maintenue par une charge pastorale (habitat primaire de montille). Elle peut néanmoins croître sur des habitats plus marginaux en situation d'arrière-dune ou en Crau. L'espèce n'est pas menacée à l'échelle nationale, de la région PACA et de la région Corse (LC). En revanche, elle est quasi-menacée (NT) pour la région Occitanie. Pourtant son enjeu de conservation est fort pour la région PACA. La situation de l'espèce en France n'est pas menacée à court terme, cependant, un changement futur de l'usage du sol (urbanisation, changement des pratiques agricoles, ect.) ou encore les effets du réchauffement climatique (montée du niveau de la mer) porterait atteinte à la pérennité de l'espèce en France continentale. Mots clés : Cerastium siculum, répartition, habitat, conservation, menace Abstract Cerastium siculum is an unknown vascular plant of the French Mediterranean coast. A bibliographical synthesis supplemented by herbarium consulting helped to establish the world repartition (France, Italy, Libya, Algeria and Morocco) and guide the prospections in France. These prospections have been conducted on the French continental Mediterranean coast which allows to confirm some historical mentions and to discover new ones between the counties of Var and Aude. Its ecology has been clarified, and shows that the species grows on sandy-silty to silty-sandy substrate without salt, at neutral pH and with low vegetation maintained by a pastoral charge (primary habitat). However, it also may grow on marginal habitats in back sand dunes situation or in Crau. The species is not threatened in a national scale, in the PACA region and the Corsica region (LC). But it is near-threatened (NT) for the Occitania region. The species conservation value is strong for the PACA region. The situation of the species in France is not threatened in the short term, however, a future change in the land use (urbanization, changes in agricultural practices, etc.) or the effects of global warming (elevation of the sea level) could threaten the sustainability of the species in France continental. Key words: Cerastium siculum, repartition, habitat, conservation, threat
Content may be subject to copyright.
Bilan stationnel de Cerastium siculum Guss.
Aude, Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Var
Novembre 2016
Sébastien Traclet
Mathias Pires
Henri Michaud
Bilan stationnel de Cerastium siculum
Petit-Rhône
Citation recommandée : Traclet S., Pires M. & Michaud H. (2016). Bilan stationnel de
Cerastium siculum Guss.. Rapport inédit, CBNMed, 47 pages + annexes.
Crédits photographiques
© M. Pires/CBNMed photographies figures 27, 28, stations de Ménudelle et localités
d’Amphise (Annexe 5).
© S. Traclet/CBNMed toutes les autres photographies du document.
Photos page de couverture : Montille à Cerastium siculum en Camargue et Cerastium siculum
Bilan stationnel de Cerastium siculum
III
Remerciements ....................................................................................................................... VI
1. Introduction .......................................................................................................................... 1
2. Matériels et méthodes .......................................................................................................... 3
2.1. Modèle biologique ............................................................................................ 3
2.2. Données morphométriques ............................................................................... 4
2.3. Données chorologiques ..................................................................................... 4
2.4. Données écologiques ........................................................................................ 6
2.5. Analyses ............................................................................................................ 7
2.6. Évaluation du statut et de l'état de conservation ............................................... 8
3. Résultats ............................................................................................................................ 9
3.1. Critères discriminants de la sous-section Fugacia ........................................... 9
3.2. Chorologie mondiale ...................................................................................... 11
3.3. Répartition en France continentale ................................................................. 15
3.4. Précisions sur l'écologie de Cerastium siculum .............................................. 27
3.5. Évaluation du statut et état de conservation ................................................... 31
3.6. Descriptif du suivi de Cerastium siculum mis en place sur 10 ans ................ 34
4. Discussion ........................................................................................................................ 36
4.1. À l'échelle de l'espèce ..................................................................................... 36
4.2. À l'échelle de l'habitat ..................................................................................... 37
4.3. À l'échelle des stations .................................................................................... 39
5. Conclusions et perspectives ........................................................................................... 41
6. Bibliographie ................................................................................................................... 42
7. Annexes ........................................................................................................................... 47
Bilan stationnel de Cerastium siculum
IV
Table des figures
Figure 1: Cycle biologique de Cerastium siculum. .............................................................................................. 3
Figure 2: Cerastium siculum. (A) Hyères (Var), le 25 mars 2016. (B) Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-
du-Rhône), le 31 mars 2016. (C) Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), le 24 avril 2016. (D)
Portiragnes (Hérault), le 17 mai 2016. ....................................................................................................... 4
Figure 3: Courbes des effectifs cumulés en nombre d'espèces végétales en fonction de la taille de quadrat
(0.01m², 0.04m², 0.09m², 0.16m², 0.36m², 1m² et 2m²) sur 5 sites différents abritant des Cerastium
siculum. En noir la courbe moyenne et les écarts-types qui incluent 68,2% des valeurs. ..................... 6
Figure 4: Mise en évidence des caractères botaniques discriminants entre les espèces souvent confondues
avec Cerastium siculum. Les flèches rouges indiquent les caractères distinctifs .................................... 9
Figure 5 - Fréquence des classes de tailles (en mm) du pédicelle (A), du calice (B) et de la capsule (C) pour
Cerastium siculum mesurées sur 35 échantillons issus de 24 parts d'herbiers (entre 1845 et 1994)
réparties dans 12 collections différentes (Annexe 2). .............................................................................. 10
Figure 6 : Carte de répartition de Cerastium siculum Guss. (d’après Jeanmonod, 2015). ........................... 11
Figure 7: Répartition de Cerastium siculum dans le monde. ........................................................................... 14
Figure 8: Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans le Var. ............................................. 16
Figure 9: Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans les Bouches-du-Rhône. .................. 17
Figure 10: Localisation des stations de Cerastium siculum dans les Bouches-du-Rhône. ............................. 18
Figure 11: Zoom sur les localités de la station du Golfe-de-Fos. ..................................................................... 18
Figure 12: Zoom sur les localités des stations de Cassieu-Vétérines et du Fangassier. ................................. 19
Figure 13: Zoom sur les localités de la station de Sigoulette. .......................................................................... 19
Figure 14: Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans le Gard. ......................................... 20
Figure 15: Stations et localités de Cerastium siculum dans le Gard. ............................................................... 21
Figure 16: Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans l’Hérault. ...................................... 22
Figure 17: Stations et localités de Cerastium siculum dans le l’Hérault. ........................................................ 22
Figure 18: Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans l’Aude. .......................................... 23
Figure 19: Zones prospectées dans les Pyrénées-Orientales. ........................................................................... 24
Figure 20: Répartition de Cerastium siculum sur le littoral méditerranéen continental français. ............... 26
Figure 21: Grande montille de C. siculum à la localité de Cabanes Rouges en marge de sansouïres. ......... 27
Figure 22: Petite montille de C. siculum au milieu des Salicornia spp. à la localité de Pont de l'Aube. ...... 27
Figure 23 : Station de La Guirlande .................................................................................................................. 28
Figure 24 : Station du Lac des Rêves ................................................................................................................. 28
Figure 25 : Station de Giens. .............................................................................................................................. 28
Figure 26 : Station de Giens. .............................................................................................................................. 28
Figure 27 : Station La Ménudelle. ..................................................................................................................... 29
Figure 28 : Station de La Ménudelle ................................................................................................................. 29
Figure 29 - Analyse des composantes principales (ACP) pondérée par 32 relevés mésologiques. Les axes 1
et 2 représentent respectivement les valeurs propres de 1,98 et 1,05 et les pourcentages d'inerties de
39.7% et 20.9%. En vert : MO_01, en rouge : TO_01 et en bleu : TO_03 et FO_01.. ......................... 30
Figure 30 : Ordination NMDS (Positionnement dimensionnel non-métrique) des dissimilarités entre les
relevés de végétation basés sur la présence/absence de 152 espèces associées à Cerastium siculum. En
rouge, le groupement caractérisé par Silene conica et Rostraria pubescens. En noir, le groupement
caractérisé par Plantago coronopus et Sagina maritima incluant un sous- ensemble à C.
semidecandrum (en vert) et un sous-ensemble à C. glomeratum (en bleu). En rose, un groupement
intermédiaire entre l'ensemble rouge et l'ensemble noir. Les codes des relevés sont détaillés dans le
Tableau 5. ................................................................................................................................................... 31
Figure 31 : Exclos N° 2 de suivi à long terme de l'arrêt du pâturage sur Cerastium siculum. ...................... 34
Figure 32 : Les hachures représentent un quadrat permanent délimité par quatre piquets de bois peints en
rouge et semi-enterrés ............................................................................................................................... 34
Bilan stationnel de Cerastium siculum
V
Table des tableaux
Tableau 1: Synonymes hétérotypiques et homotypiques de Cerastium siculum. ............................................. 3
Tableau 2 : Variables mesurées pour le bilan stationnel et pour différents relevés (Braun-Blanquet, 1964 ;
Gachet et al., 2005). ..................................................................................................................................... 8
Tableau 3 : Bilan des stations de C. siculum sur le littoral méditerranéen continental français. Les
localités en gras sont les localités prospectées en 2016 dans le cadre de cette étude. ........................... 25
Tableau 4 : Critères de hiérarchisation et score associé pour C. siculum en PACA d'après la méthode
ADM-PROGRES. L'artificialisation est le pourcentage de mailles en zone artificialisée (5*5km). A2
= sédiment intertidal et E1 = pelouse sèche ............................................................................................. 32
Tableau 5 : Récapitulatif des stations de Cerastium siculum. En vert, les localités prospectées par le
CBNMed, en rouge, les localités prospectées par T. Croze (Croze et al., 2016) et en bleu, les localités
prospectées par N. Borel (SILENE-Flore, 2016). AP = aire de présence ; Sal. = salinité ; Rec. =
recouvrement ; veg. = végétation ; x = absence de données ; * = population au sein d'un site Natura
2000 ZSC ; ! = population partiellement au sein d'un site Natura 2000 ZSC. ..................................... 33
Tableau 6: Bilan du type de pâturage exercé sur Cerastium siculum en 9 localités. ..................................... 39
Bilan stationnel de Cerastium siculum
VI
REMERCIEMENTS
Nous tenons à remercier pour nous avoir permis les accès aux sites et pour l'aide technique
apportée : Anaïs Cheiron, Silke Befeld, François Lescuyer, Lisa Paix et Philippe Vandewalle
(RNN de Camargue); Patrick Grillas et Nicole Yavercovski (RNR de la Tour du Valat); Jean
Bigotte (RNR des marais du Vigueirat); Julie Bertrand et Nathalie Guenel (RNN du Bagnas);
Lydie Catala-Malkas et Claire Tetrel (domaine de la Palissade); Fabrice Covato (RNN du Mas
Larrieu); Daniel Pavon (IMBE-Aix-Marseille université) ; Matthieu Charrier (Biotope) ; Yves
Morvant (INFLOVAR) ; Alain Grossi (domaine de Fièlouse) ainsi que La Marine Nationale
pour l'accès à l'Arsenal de Toulon.
Merci à Thomas Croze (Naturalia Environnement), Nicolas Borel (Nicolas Borel
Consultant), Damien Cohez (RNR de la Tour du Valat) pour leurs prospections et leurs
observations de Cerastium siculum.
Pour la révision et l'accès aux herbiers, nous remercions l'ensemble du personnel des
MHN de Toulon et du Var, de Nice, d'Aix-en-Provence, de Marseille ainsi que l'université
Aix-Marseille, l'Université Montpellier 2, le Jardin Botanique de Meise (Belgique), le
Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève (Suisse) et l’association Charles
Flahault à Toulouges (66).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
1
1. INTRODUCTION
Au cours du siècle dernier, la population humaine a augmenté rapidement pour
occuper aujourd'hui 2% de la surface terrestre totale (Grimm et al., 2000). Bien qu'elle se
concentre principalement dans les grandes agglomérations (Meyer & Turner, 1992) et qu'une
récente dynamique de densification est apparue, limitant les impacts sur les ressources
naturelles et agricoles (Forman, 2008), l'urbanisation représente une menace majeure pour la
biodiversité (Chapin et al., 2000) notamment sur les littoraux méditerranéens (Médail &
Diadema, 2006). En effet, la consommation directe des sites par étalement urbain est
certainement la plus grande menace pour la biodiversité car elle conduit à une destruction
irréversible des habitats et de leurs espèces associées (Vimal et al., 2012). Cette forte
urbanisation, conséquence directe de l'augmentation de la population humaine, s'accompagne
également de nombreux effets indirects impactant la biodiversité : fragmentation des habitats,
pollution et développement d'espèces exotiques envahissantes au détriment d'espèces
indigènes (DeFries et al., 2007).
Le bassin méditerranéen, très sensible à une urbanisation récente et croissante,
accueille une très grande richesse d’espèces végétales et animales et un fort taux
d'endémisme : il est le troisième plus important point chaud de la biodiversité ("hotspot") pour
les plantes vasculaires dans le monde (Myers et al., 2000). En effet, sa configuration spatiale
complexe liée aux nombreuses barrières géographiques et écologiques, couplée à une stabilité
relative des conditions climatiques pendant les dernières glaciations ont permis le maintien
d'une grande variété de taxons dont un certain nombre au sein de zones très restreintes
localement (Médail & Diadema, 2009 ; Papuga, 2016). Pour de nombreuses espèces, la région
méditerranéenne continentale du sud de la France représente leurs limites septentrionale et
orientale/occidentale (Noble & Diadema, 2011) : certaines avec une distribution semi-
continue depuis leur centre d'origine (Papuga et al., 2015), d'autres dans des populations
isolées que nous appellerons "populations périphériques" (Médail et al., 2002 ; Lhotte et al.,
2014). Ces populations périphériques qui subsistent dans un environnement en général plus
frais et plus humide en France continentale restent dans un climat similaire aux populations
centrales, souvent localisées en Espagne ou en Italie (Papuga et al., in prep.).
C'est le cas par exemple du céraiste de Sicile, Cerastium siculum Guss., supposé rare
et menacé qui se développe sur le littoral français dans des populations périphériques isolées
des populations centrales localisées en Italie. Cette espèce bénéficie d'un statut de protection
pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Ministère de l'environnement, 1994) et est
présente sur les Listes rouges de la flore vasculaire de France métropolitaine (UICN et al.,
2012) et de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Noble et al., 2015) avec le statut " Données
insuffisantes (DD : data deficient)". En effet, sa découverte sur le littoral français continental
a longtemps été contestée (Tison et al., 2014) et n'a été avérée que très récemment,
notamment dans les Bouches-du-Rhône. Malgré tout, il subsiste un réel manque d'information
sur la répartition et l'écologie de ses populations. De plus, ces populations bucco-
rhodaniennes sont directement menacées par la forte urbanisation que connaissent Marseille et
ses environs depuis la seconde moitié du 19ième siècle (Autran et al., 2014) et notamment par
Bilan stationnel de Cerastium siculum
2
la forte expansion du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM). C'est dans ce cadre de forte
urbanisation et d'expansion croissante sur notre littoral, qu'une plateforme logistique de la SAS
FGPL Parc de Fos va être créée au sein du GPMM engendrant la destruction immédiate d'une
population de Cerastium siculum (Ta-Truong, 2014). Ce projet, qui fait l'objet d'un arrêté
portant dérogation à la destruction d'espèces protégées, s'accompagne de mesures
compensatoires qui incluent la réalisation d'une étude sur l'espèce afin d'améliorer les
connaissances générales sur sa répartition, son habitat, son écologie, ses menaces et de
proposer des mesures de conservation efficaces et adaptées.
Cette étude cherche à répondre à trois interrogations :
(1) Quelle est la répartition globale et plus particulièrement en France continentale du
céraiste de Sicile ?
(2) Quelle est sa niche écologique à fine échelle (micro-habitat) et son écologie
générale ?
(3) Quelles sont les menaces pesant sur cette espèce et quelles actions de conservation
favoriseraient son maintien ?
Bilan stationnel de Cerastium siculum
3
2. MATÉRIELS ET MÉTHODES
2.1. Modèle biologique
Tableau 1 : Synonymes hétérotypiques et homotypiques de Cerastium siculum.
Synonymes hétérotypiques
C. aggregatum Durieu Ex Bring., 1849
C. densiflorum Guss., 1832
C. semidecandrum subsp. densiflorum
(Guss.) Arcang., 1882
C. siculum, décrit la première fois
en 1832 par Giovanni Gussone en Sicile
(Gussone, 1827; Traclet et al.,submitted)
appartient à la famille des
Caryophyllacées, au sous-genre
Cerastium, à la section Orthodon et à la
sous-section Fugacia (Pax & Hoffmann,
1934 ; Möschl 1936, 1938). Cette famille
comporte plus de 80 genres pour plus de
2500 espèces réparties principalement
dans les régions tempérées de
l'hémisphère nord et de façon moins
fréquente sous les tropiques (Spichiger et
al., 2002). Le genre Cerastium est un
genre sub-cosmopolite difficile
comportant une centaine d'espèces (Tison & De Foucault, 2014), très peu documenté et dont
la taxonomie comporte encore des zones d’ombres.
Cerastium siculum, est une espèce annuelle (Figure 1) rameuse, poilue-glanduleuse, de
taille réduite, généralement de 2 à 10 cm, mais pouvant atteindre dans certains cas près d’une
vingtaine de centimètres. La plante a une couleur vert clair pâle caractéristique au cours de
son développement et des tons dorés au terme de son épanouissement (Figure 2). Les feuilles
sont opposées, entières et très poilues sur les deux faces et les marges. Les basales sont
serrées en rosette et oblongues-spatulées. Les caulinaires sont espacées entre elles et à limbe
de forme ovale-lancéolée à globalement elliptique. L'inflorescence est dense et très condensée
renvoyant à ses synonymes (Tableau 1) C. aggregatum Durieu ex Brign. et
C. densiflorum Guss.. Les bractées sont entièrement herbacées, poilues sur la face inférieure
et glabres sur la face supérieure. Les pédicelles, sont poilus, dressés, plus courts que le
calice, à peine arqués au sommet après la floraison et à peine coudés à la base en début de
dissémination. Les sépales sont lancéolés, à apex aigus et à marges scarieuses. Ils sont
recouverts par des poils glanduleux, sauf le sommet qui est glabre, et donc ne sont pas
Figure 1 : Cycle biologique de Cerastium siculum.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
4
dépassés par les poils qui les couvrent. Bien que le céraiste de Sicile soit souvent pourvu de
fleurs pentamères, c’est la seule espèce du littoral méditerranéen français qui présente aussi
des fleurs tétramères (un même individu pouvant porter des fleurs des deux types). Les
pétales blancs sont bilobés, glabres et plus courts que les sépales. La capsule, allongée et
étroite, s'affine nettement à la base des dents (diamètre inférieur à 1mm), celles-ci sont au
nombre de huit, rarement dix. Le fruit s'ouvre par 8-10 dents dressées à marge révolutée. Les
petites graines de 0,4 à 0,5mm et de couleur brun-roux sont arrondies-réniformes et finement
tuberculées (0,02mm).
Figure 2 : Cerastium siculum. (A) Hyères (Var), le 25 mars 2016. (B) Port-Saint-Louis-du-Rhône
(Bouches-du-Rhône), le 31 mars 2016. (C) Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), le 24
avril 2016. (D) Portiragnes (Hérault), le 17 mai 2016.
2.2. Données morphométriques
Afin d'obtenir des intervalles de taille fiables pour les critères botaniques qui
permettent de discriminer C. siculum des autres espèces morphologiquement proches, des
mesures morphologiques (longueur du calice, longueur du pédicelle et longueur du fruit) ont
été effectuées sur des échantillons d'herbiers (35 échantillons) avec un pied à coulisse
électronique (précision : 0,01mm). Des échantillons de C. siculum ont également été récoltés
sur le terrain à condition de ne pas nuire à la survie de la population. Ces échantillons seront
conservés dans l'herbier du CBNMed et serviront d'échantillons de référence (Annexe 1).
2.3. Données chorologiques
Distribution passée
La distribution passée de C. siculum a été établie à partir de diverses sources. Dans un
premier temps, une recherche bibliographique a été réalisée en consultant les flores et la
littérature scientifique de tous les pays susceptibles d'abriter l'espèce. Les recherches ont porté
A
D
C
B
Bilan stationnel de Cerastium siculum
5
sur C. siculum, ainsi que ses synonymes mais également sur les espèces avec lesquelles il a
été confondu (Annexe 2).
La recherche bibliographique a été complétée par la consultation des herbiers afin de
confirmer ou d'infirmer les mentions historiques, et de découvrir des mentions inédites en
France. De nombreuses parts d’herbiers ont été reprises dans des ouvrages traitant de la
chorologie des espèces (par ex. : Molinier, 1980), mais la majorité reste non publiée. Les
collections des herbiers de l'Université Aix-Marseille (Faculté Saint-Charles et Faculté de
pharmacie), de l'Université Montpellier 2, des Muséums d'histoire naturelle (MHN) de
Marseille, d'Aix-en-Provence, de Toulon et du Var et de Nice, ainsi que du Conservatoire et
Jardin botaniques de la ville de Genève (Suisse), du Jardin Botanique de Meise (Belgique) et
de l'association Charles Flahault (Toulouges, 66) ont été consultées, ainsi que les collections
numérisées grâce au programme RECOLNAT (MHNH, CLF). Les 58 collections examinées
(Annexe 2), ont été sélectionnées en fonction des résultats de la recherche bibliographique et
des botanistes connus pour avoir herborisé sur le littoral méditerranéen (Durand, 2011). Tous
les exsiccata mentionnant C. siculum ou un de ses synonymes ainsi que les espèces
confondues et leurs synonyme respectifs ont été recherchés et re-déterminés.
Distribution actuelle
Afin d'établir la distribution actuelle de C. siculum, des prospections de terrain se sont
déroulées de mars à juin. Un échantillonnage « à plusieurs degrés » a été réalisé. Cela
correspond à un échantillonnage en grappe avec le prélèvement d’un échantillon à l’intérieur
de chaque grappe. Le premier degré de choix des sites à prospecter a été réalisé en choisissant
les zones potentiellement favorables à une échelle large, c’est à dire les zones présentant des
sansouïres et des montilles. Les zones de falaises littorales et les zones urbanisées ont été
enlevées de ce premier échantillonnage. Le deuxième degré a été de choisir des zones n’ayant
pas été trop impactées par l’activité humaine (rizières, salins, gestion cynégétique). Cela nous
a conduits à sélectionner des périmètres protégés, des réserves nationales ou des propriétés
privées par exemple. L’ensemble de ces zones a été prospecté. Au sein des zones prospectées,
une recherche des milieux potentiellement favorables a été réalisée (recherche de montilles).
Les mentions historiques de l'espèce en France continentale ont également été vérifiées.
Suite à la découverte inattendue de l’espèce dans l’un d’eux, certains campings ont été
également prospectés.
Des coordonnées géographiques de points GPS ont été relevées de manière régulière à
l'aide d'un GPS Garmin Etrex 30x sur les zones de prospection (ZP, Bonnet et al., 2014) en
notant les espèces végétales contactées en ce point même en cas d'absence de l'espèce cible
(aire d'absence AA, Bonnet et al., 2014). Lorsque l'espèce cible C. siculum était présente, un
point GPS pour chaque nouveau contact suffisamment éloigné du précédent (a minima 50m) a
été relevé afin d'éviter le chevauchement de points dû à la précision du GPS. Ceci dans le but
de définir les limites de l'aire de présence (AP, Bonnet et al., 2014) de l'espèce sur chaque
site. Pour la suite, nous définissons comme station une large zone incluant des localités
(AP) de C. siculum interconnectées entre elles avec une origine commune ou non interrompue
par des barrières éco-morphologiques et paysagères. Une localité répond à la même définition
Bilan stationnel de Cerastium siculum
6
mais à une échelle plus réduite. Lorsque les stations ne contiennent qu’une localité, la localité
n’est pas nommée.
2.4. Données écologiques
Taille minimum des relevés de végétation
Une étude a été réalisée sur des aires de présence de l'espèce afin de déterminer la
taille minimum des quadrats pour les relevés de terrain qui allaient suivre. Pour chaque taille
de quadrat des relevés de toutes les espèces végétales enracinées dans les limites du quadrat
ont été réalisés : 0,01m², 0,04m², 0,09m², 0,16m², 0,36m², 1m² et 2m². Les quadrats ont été
centrés sur des individus de C. siculum sur des milieux homogènes et répétés sur 5 sites
différents. L'analyse graphique des effectifs cumulés du nombre d'espèces végétales par
surface croissante de quadrat (Figure 3) montre pour chaque site un plateau entre 0,36m² et
1m². La taille minimum représentative des milieux correspond à l’asymptote de la courbe
aire/espèce (Connor & Mc Coy, 1979). La taille de quadrat de 1m² est donc définie comme la
taille minimum qui inclut la majorité des espèces du cortège floristique de C. siculum lors des
relevés de végétation.
Figure 3 : Courbes des effectifs cumulés en nombre d'espèces végétales en fonction de la taille de
quadrat (0.01m², 0.04m², 0.09m², 0.16m², 0.36m², 1m² et 2m²) sur 5 sites différents abritant des
Cerastium siculum. En noir la courbe moyenne et les écarts-types qui incluent 68,2% des valeurs.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
7
Relevés phyto-sociologiques et mésologiques
Uu total de 32 relevés de végétation et de paramètres mésologiques centrés sur des
individus de C. siculum au sein d'un quadrat ont été réalisés. Les variables (Tableau 2)
relevées l'ont été selon la méthode de Braun-Blanquet (Braun-Blanquet, 1964) pour les
relevés phytosociologiques et selon le protocole BASECO (Gachet et al., 2015) pour les
relevés mésologiques.
De plus, 22 mesures de pH du sol et de salinité du sol et 21 mesures granulométriques
ont été réalisées dans les quadrat ou à proximité immédiate.
Le pH a été mesuré directement in situ par point contact sur du sol humidifié avec de
l'eau déminéralisée grâce à un pH-mètre de sol (pH-mètre Field Scout™ SoilStick™ Pro
Meter ; précision : 0,01 unité de pH). Le pH-mètre a été étalonné avant chaque mesure dans
une solution tampon de pH=4 et de pH=7 (Hanna instruments).
Un échantillon de sol (entre 1cm et 5cm de profondeur) a été prélevé dans chaque
quadrat afin de mesurer a posteriori la granulométrie et la salinité. Pour l'analyse
granulométrique, des échantillons de sol ont été triés grâce à des tamis Retsch de tailles de
mailles décroissantes (4,5mm ; 3,15mm ; 2,5mm ; 2,25mm ; 1,8mm ; 1,6mm ; 1,4mm ;
1,25mm ; 1mm ; 0,5mm ; 0,25mm) puis pesés pour chaque taille de maille avec une balance
de précision (Ohaus PA2C14C ; précision : 0,0001g). Il y a une mesure de granulométrie de
moins que de mesures de pH et de salinité car un échantillon n’a pas pu être mesuré à cause
d’un volume prélevé trop faible. La salinité est mesurée grâce à un conductimètre mesurant
directement la salinité (Conductivity meter Cond 3110) et étalonné avant chaque mesure dans
une solution à 1413 μS/cm (Hanna instruments). Le sol doit être immergé dans 4 volumes
d'eau déminéralisée pour 1 volume de sol pendant a minima 1h afin d'effectuer cette mesure
(Shabala & Cuin, 2012).
2.5. Analyses
Toutes les données ont été saisies dans la base de données SILENE-Flore (SILENE-
Flore, 2016). Le référentiel taxonomique utilisé est le référentiel TAXREF v7.0 (Gargominy
et al., 2013). Les analyses statistiques ont été effectuées sur le logiciel R v.3.3.1 (R
Development Core Team, 2013) avec le package "stats" (moyenne, écart-type, histogramme),
le package "ade4" (ACP ; Dray et al., 2013) et le package "factoextra" (graphique ;
Kassambra & Mundt, 2016). Pour les analyses phytosociologiques la divergence des relevées
(présence/absence des espèces) a été analysée avec le logiciel PAST v.3 (Hammer et al.,
2001) par une ordination NMDS (positionnement dimensionnel non-métrique) basée sur les
distances de Bray-Curtis puis les espèces ont été classées avec le logiciel Microsoft Excel
2010 (Microsoft, 2003). La cartographie a été effectuée avec le logiciel QGIS v.2.14.1 (QGIS
Development Team, 2016).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
8
2.6. Évaluation du statut et de l'état de conservation
L'évaluation du statut de menace pour les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur
(PACA), Occitanie et Corse a été effectuée par la méthode UICN régionale (UICN France,
2011). Pour le statut de menace à l'échelle nationale, la méthode UICN (UICN, 2012) a été
utilisée en intégrant les données du Conservatoire botanique national de Corse (CBN Corse)
couplées aux données SILENE-Flore (SILENE-Flore, 2016). L'évaluation de l'enjeu de
conservation en région PACA utilise la méthode développée dans le cadre du programme
Alcotra ADM-PROGRES (Le Berre, 2015). Afin d'effectuer un bilan stationnel de C. siculum,
des variables supplémentaires ont été estimées (Tableau 2) : le nombre d'individus, leur
densité, les menaces et l'état de conservation de l'espèce et de son habitat. Enfin, un examen
de la répartition spatiale des stations en fonction des différentes catégories UICN d'aire de
protections (Lefebvre & Moncorps, 2010) a été effectué.
Tableau 2 : Variables mesurées pour le bilan stationnel et pour les différents relevés (Braun-
Blanquet, 1964 ; Gachet et al., 2005).
Variables
Description
Composition floristique
Recouvrement (%) de chaque espèce suivant les classes d'abondance/dominance
Hauteur de végétation
Hauteur moyenne (cm) de la végétation
Recouvrement de la végétation
Recouvrement (%) de la végétation (bryophytes incluses)
Recouvrement du substrat
Recouvrement (%) des rochers, blocs (>20cm), cailloux (<20cm), terre nue ou litière
Phénologie
Phénologie principale de l'espèce : boutons, fleurs, fleurs fanées, fruits, plante fanée
Pente
Mesure de la pente (°)
Perturbation
Pâturage, fauche, construction, piste/route, concurrence interspécifique
Effectifs
Estimation du nombre d'individus sur l'aire de présence
Densité
Densité d'individus sur l'aire de présence (forte, moyenne ou faible)
Menaces
Estimation des menaces pesant sur l'espèce et l'habitat
État de conservation
Estimation de l'état de conservation (bon, moyen ou mauvais) de l'espèce et de l'habitat
Bilan stationnel de Cerastium siculum
9
3. RÉSULTATS
3.1. Critères discriminants de la sous-section Fugacia
Confusions possibles avec Cerastium siculum
Le céraiste de Sicile (Figure 4) a souvent été confondu avec C. semidecandrum L. qui
possède des pédicelles réfléchis et des bractées scarieuses (Figure 4), avec C. pumilum Curtis
qui a des pédicelles plus longs que les calices et des bractées supérieures à marge scarieuse
(Figure 4), avec C. glomeratum Thuill. dont les pédicelles sont plus courts que le calice et
dont l'apex des sépales est dépassé par des poils non glanduleux (Figure 4) ou encore avec
C. diffusum Pers. dont les pédicelles sont plus longs que les sépales et qui est lui aussi
tétramère mais absent du littoral méditerranéen français.
Figure 4 : Mise en évidence des caractères botaniques discriminants entre les espèces souvent
confondues avec Cerastium siculum. Les flèches rouges indiquent les caractères distinctifs :
(A) C. semidecandrum: bractée à marge scarieuse et pédicelle réfléchi.
(B) C. pumilum: bractée supérieure à marge scarieuse et long pédicelle coudé sous la fleur.
(C) C. glomeratum: poils simples dépassant le calice et pédicelle plus court que le calice.
(D) C. siculum: poils ne dépassant pas le calice, bractée herbacée et pédicelle plus court que le
calice.
(E) C. siculum: fleur tétramère (à gauche) et fleur pentamère (à droite) sur un même individu.
(F) C. siculum: capsule saillante s'affinant au niveau des dents et petite graine (entre 0,4 et
0,5mm).
A
B
F
C
D
E
Bilan stationnel de Cerastium siculum
10
Critères botaniques discriminants
La mesure des longueurs du pédicelle, du calice et de la capsule sur les échantillons
d'herbiers historiques a permis d'établir des ordres de grandeur pour mieux cerner la
variabilité de ces trois critères chez C. siculum. La longueur des pédicelles (Figure 5 A) est
majoritairement comprise entre 2,5 et 5,5 mm (91% des valeurs) avec une moyenne de 3,7
mm. La taille du calice (Figure 5 B) est comprise entre 4 et 7 mm (94% des valeurs) avec une
moyenne de 5,6 mm. Et enfin, la taille de la capsule (Figure 5 C) est comprise entre 5,5 et 9,5
mm (97% des valeurs) avec une moyenne de 7,8mm.
Figure 5 : Fréquence des classes de tailles (en mm) du pédicelle (A), du calice (B) et de la capsule
(C) pour Cerastium siculum mesurées sur 35 échantillons issus de 24 parts d'herbiers (entre 1845
et 1994) réparties dans 12 collections différentes (Annexe 2).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
11
3.2. Chorologie mondiale
Îles de Méditerranée occidentale
L’échantillon type de Cerastium siculum a été décrit par Gussone en Sicile qui le
nomme avec le nom de cette île italienne (Gussone, 1837 ; Traclet et al., submitted). La
présence en Sicile est confirmée par de nombreuses mentions dans la littérature (Tutin et al.,
1964 ; Pignatti, 1982; Greuter et al., 1984 ; Raimondo et al., 2010).
Cerastium siculum est mentionné dans les îles Baléares (Tutin et al., 1964 ; Jalas &
Suominen, 1983 ; Greuter et al., 1984) et notamment sur les îles de Majorque et Minorque
(Duvigneaud, 1979). Cependant, Flora Iberica (Castroviejo, 1990) estime que les mentions
aux Baléares sont en réalité C. glomeratum. De plus, C. siculum est absent de la clé de
détermination de la Flore des Baléares (Gil & Lorens, 1999). La révision des herbiers
confirme ces erreurs : 5 parts d'herbiers de C. siculum mentionnées aux Baléares et
conservées au Jardin Botanique de Meise ont été re-déterminées en C. glomeratum (in BR,
Duvigneaud, 1963) ou en C. diffusum subsp. gussonei Tod. ex Lojac (in BR, Duvigneaud,
1964, 1965, 1977).
La présence de C. siculum en Sardaigne est mentionnée par plusieurs flores italiennes
et sardes (Tutin et al., 1964 ; Fiori 1913 ; Pignatti, 1982 ; Camarda et al 1993; Jalas &
Suominen, 1983 ; Bacchetta 2006). Cependant, elle est mentionnée de manière douteuse par
Greuter (Greuter et al., 1984), Arrigoni
1
précisant en outre qu'il
n'a jamais observé d'échantillon sur place pouvant en confirmer
son occurrence sur l'île (Greuter & Raus, 1984). Néanmoins, des
observations récentes de la plante (Bacchetta comm. pers.)
semblent confirmer sa présence en Sardaigne.
L'espèce est également présente dans l'archipel Toscan et
notamment sur l'île de Pianosa comme le confirment les
nombreuses parts d'herbier de Sommier (in G, Burnat 1901,
1909). Cerastium siculum est mentionné dans une trentaine de
localités dans toute la Corse entre 1896 et 2015 (Rouy &
Foucaud, 1896 ; Coste, 1937 ; Briquet & de Litardiere, 1910 ;
Tutin et al., 1964 ; Pignatti, 1982 ; Greuter et al., 1984 ;
Jeanmonod & Gamisans, 2013 ; Tison & De Foucault, 2014 ;
Jeanmonod, 2015) : Calvi (in NICE, Gavelle, 1957), Capo di
Becco (Association Charles Flahault, Bouchard, 1971), les îles
Sanguinaires, le Pigno près d'Ajaccio, du Cap Corse à Santa
Severa, Aïtone, Corte, La Parata, Barticaja, Bonifacio (in BR,
Général, 1971), Saint-Florent, les Agriates, la Balagne, Palasca,
Ponte-Leccia, Barchetta, Pietralbello, Morosaglia, Francardo,
Tralonca, le Tavignano et Santa Giulia (Figure 6).
1
Pier Virgillio ARRIGONI est un botaniste italien reconnu pour ses nombreux travaux et sa grande
connaissance de la flore de l'île de Sardaigne.
Figure 6 : Carte de
répartition de Cerastium
siculum Guss. (d’après
Jeanmonod, 2015).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
12
Maghreb
L'espèce a été observée de manière abondante au Maroc à Melilla, sur le littoral
méditerranéen, dans le Rif Ouest et Centro-occidental (Cabballero, 1917 ; Sennen, 1934 ;
Greuter et al., 1984 ; Valdès et al., 2002 ; Fennane & Tattou, 2005) et jusqu'au Moyen-Atlas
avec une part d'herbier diffcile pouvant correspondre à un individu de C. siculum (in
TLON, Jahandiez, 1925).
Malgré l’absence de mention de l’espèce dans la Nouvelle Flore d'Algérie et des
régions désertiques et méridionales (Quézel & Santa, 1962), C. siculum est mentionné dans
plusieurs Flores et catalogues (Rouy & Foucaud, 1896 ; Coste, 1937 ; Greuter et al., 1984),
dont certaines récentes mais qui ne se basent que sur des mentions anciennes (Valdès et al.,
2002 ; Fennane & Tattou, 2005). Toutefois en l’absence d’observation récente, la
confirmation de la présence de C. siculum en Algérie ne repose que sur deux parts d’herbiers
difficiles rassemblant des spécimens se rapprochant de C. siculum au milieu d’individus de
C. glomeratum récoltés par Alleizette en 1919 à Teniet-el-Hal et une autre de Warion récoltée
en mai 1879 à Sidi Yagoub. W. Möschl, dans sa monographie des céraiste d’Afrique du Nord
(Möschl, 1964), ne statue pas sur la présence de C. siculum en Algérie et reste circonspect sur
les parts d’herbier.
Pour la Tunisie, l'espèce est considérée comme absente, car il n’y est fait aucune
mention ni dans la littérature ancienne et récente (Le Floc'h et al,. 2010), ni dans les parts
d'herbiers consultées.
En Lybie, C. siculum est mentionné dans la région Tripolitaine, sur les collines de
Khoms, aux abords de la ville de Garian mais également de Keith à Kussabat et Tarhuna
(Maire, 1963 ; Ali & Jafri, 1976 ; Greuter et al., 1984). Aucune part d'herbier n'a pu être
consultée pour cette aire géographique.
Italie continentale
L'espèce est mentionnée en Italie continentale de nombreuses fois dans la littérature
(Tutin et al., 1964 ; Greuter et al., 1984 ; Pignatti, 1982) dans les régions de la Toscane, de
Lazio, des Abruzzes, de la Campanie, des Pouilles (in CBNMed, 2016), de Bassicalte et de
Labre. Ces mentions sont confirmées par de nombreuses parts d'herbiers de Sommier (in G,
Général, 1908 ; in P, Camus, 1908 ; in MARS, Gabriel, 1968) notamment aux environs de
Florence.
Péninsule ibérique
La littérature infirme la présence de C. siculum au Portugal, les mentions s'y référant
étant en réalité des individus de C. semidecandrum (Jalas & Suominen, 1983) ou alors
confondus avec Cerastium pentandrum L. (Möschl, 1951a ; Greuter et al., 1984). Cependant,
un exsiccata de l'herbier Paul Jovet conservé au MNHN de Paris le mentionne à l'Estalagem
de San Jeronimo et mériterait d'être vérifié.
Pour l'Espagne, certaines Flores mentionnent l'espèce comme présente sur ce territoire
(Coste, 1937 ; Tutin et al., 1964), d'autres de manière douteuse voire absente (Jalas &
Bilan stationnel de Cerastium siculum
13
Suominen, 1983 ; Greuter et al., 1984), car confondue avec C. glomeratum (Greuter & Raus,
1984). De plus, elle est absente de Flora Iberica (Castroviejo, 1990) et non mentionnée en
Espagne continentale dans la Flore des Pays Catalans (De Bolos & Vigo, 1990). Concernant
les herbiers, deux exsiccata conservés au Jardin Botanique de Meise font mention de
C. siculum en Espagne à San Pedro-Rondu (in BR, Général, 1977) et Aiguilas (in BR,
Général, 1966). Il s'agit en réalité d'erreurs de détermination avec C. glomeratum. Enfin, un
exsiccata conservé au Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève mentionne
l'espèce dans la province de Grenade (in G, Général, 1989). Là encore, il s'agit d'une erreur de
détermination avec C. pumilum.
Autres mentions
La présence de C. siculum dans les îles de Macaronésie est mentionnée à de
nombreuses reprises dans la littérature (Pitard & Proust, 1908 ; Valdès et al., 2002 ; Fennane
& Tattou, 2005). Cependant, les dernières flores locales de Macaronésie (Chevalier, 1935 ;
Bramwell & Bramwell, 1990 ; Hansen & Sunding 1993) ne faisant aucune allusion à C.
siculum, il est très probable que ces mentions soient des erreurs de détermination. Des
mentions erronées existent également aux États-Unis dans les états de l'Idaho (Gray &
Lichthardt, 2003), de l'Oregon et de Washington (Rice, 2016). Il s'agit d'erreurs
d'identification avec C. dichotomum L., taxon ibérique introduit dans l'ouest américain
(Morton, 2005). Une mention étonnante de C. siculum en Azerbaïdjan à Baku paraît
extrêmement douteuse (Möschl, 193 ; Möschl, 1964) et n’est pas retenue ici.
La révision des herbiers et de la littérature a permis de réaliser une carte de répartition
mondiale (Figure 7). Cependant certain éléments de la répartition de l’espèce restent à
approfondir.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
14
Figure 7 : Répartition de Cerastium siculum dans le monde.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
15
3.3. Répartition en France continentale
Alpes-Maritimes
Mentions historiques
C. siculum n’a jamais été mentionné dans ce département.
Répartition actuelle
L'absence de milieux favorables, la forte urbanisation du littoral ainsi que l’absence de
mention historique ou récente de l’espèce permettent de considérer cette espèce comme
absente de ce département.
Var
Mentions historiques
La consultation des herbiers a permis de confirmer la présence passée de l'espèce à
Toulon au Cap Brun (in G, Général, 1862), sur les glacis du Fort Lamalgue (in MARS, Roux,
1839 ; in AIX, Jahandiez, 1912), au Fort Malbousquet (in AIX, Cousturier 1917, in AIX,
Marnac, 1917) ainsi que sur dans la rade d’Hyères aux Vieux-Salins (in G, Général, 1861 ; in
MPU, Général, 1861 ; in G, Général, 1963) et à l’étang des Pesquiers (in MARS, Roux,
1839 ). La vérification des herbiers a aussi permis d'infirmer un certain nombre de mentions
historiques. En effet, les mentions de Ramatuelle (in MARS, Lavagne, 1993), Saint-Raphaël
(in NICE, Gavelle, 1950), Saint-Tropez (in MPU, Rodié, 1948 ; in NICE, Gavelle, 1962),
Hyères (in MARS, Gabriel, 1873 ; in MARS, Delmas, 1911) et Collobrières (in MARS,
Roux, 1886) sont en réalité des erreurs de déterminations majoritairement avec
C. glomeratum et plus occasionnellement avec C. semidecandrum et C. pumilum.
La littérature mentionne de nombreuses autres mentions, en plus de celles citées
précédemment issues d'observations des auteurs ou de consultations d'herbiers, qui n'ont pas
pu être confirmées lors de la vérification des herbiers provençaux. Il s’agit notamment des
mentions situant C. siculum sur la commune de Toulon aux Amêniers, à Castigneux, à
Lagoubran; mais aussi sur les communes de la Seyne-sur-Mer, Saint-Mandrier, Six-Fours-les-
Plages et Fréjus (Albert & Jahandiez, 1908 ; Cruon, 2008). Ces mentions ne seront pas
conservées dans le rapport, car il s’agit potentiellement de mentions erronées, en particulier
les mentions de Fréjus.
Répartition actuelle
Cerastium siculum a été redécouvert en 2016 sur la presqu'île de Giens à Hyères, dans
un contexte arrière dunaire entre un camping et la plage. Il s'agit de la seule station connue
aujourd'hui pour le Var (Figure 8). Le camping n’a pas été prospecté et reste une zone
potentielle de présence.
L'espèce a été recherchée en 2016 à Ramatuelle, Saint-Tropez, Saint-Mandrier, Toulon
et d'autres secteurs à Hyères (Pesquiers, Vieux-Salins) mais n'a pas pu être retrouvée
(Figure 8).
A
B
Bilan stationnel de Cerastium siculum
16
Figure 8 : Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans le Var.
Bouches-du-Rhône
Mentions historiques
Après la révision des parts d’herbiers, la présence passée de l'espèce est confirmée au
niveau de l'étang de Bolmon à Marignane (in MARS, Roux, 1873 ; in MARS, Marnac, 1887 ;
in MHN Marseille, Legré, 1889), sur les berges du canal de Martigues (in G, Général, 1873),
aux bords de l'étang du Galégeon et des marais à Fos-sur-Mer (in MARS, Roux, 1845, 1874),
de la Mède à Châteauneuf-les-Martigues (in MARS, Roux, 1873 ; in AIX, Général, 1873)
ainsi que sur les communes des Saintes-Maries-de-la-Mer et d’Arles (in MPU, Tallon, 1932,
1934,1956 ; Molinier & Tallon, 1969).
Deux mentions historiques situaient C. siculum à Cassis (in MARS, Marnac, 1900) et
à La Ciotat (in MARS, Roux, 1876). Il s'agissait d'erreurs de déterminations avec
C. glomeratum. Il existe une mention au bord de la Touloubre au lieu-dit La Barben
(Molinier, 1980), mais cette donnée est très douteuse et ne sera pas retenue.
Répartition actuelle
La station déjà connue du Golfe-de-Fos (Croze et al., 2016) a pu être précisée en 2016
notamment avec une population importante au sein de la zone définie par l'Arrêté préfectoral
de protection de biotope (APPB) "Grand Paluds-Gonon" (localités "Grands Paluds" et
"Gonon") et une autre découverte au sein de la Réserve naturelle nationale (RNN) des marais
du Vigueirat (localité "Canal d’Arles à Bouc" ; Figure 9 ; Figure 10 ; Figure 11).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
17
La station de l'ancienne carrière en Crau (station de "La Ménudelle") découverte en
2014 est considérée comme une station différente de celle du Golfe-de-Fos principalement en
raison de son écologie très particulière (Figure 9).
La station du Fangassier a pu être complétée par la découverte de l’espèce sur les
localités du Pont de l'Aube et des Cabanes Rouges en plus de celles de la Bélugue (découverte
en 2012) et d'Amphise (découverte en 2015 ; Figure 12). La localité découverte par
L. Desnouhes en 2003 à Campoucéou n'a pas pu être retrouvée en 2016.
Sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, la station du Fournelet qui inclut les
localités du Cassieu et des Vétérines a pu être confirmée en 2016 (Figure 9 ; Figure 13). Le
lieu-dit des Vétérines n'avait pas été prospecté depuis les années 1960 (Molinier & Tallon,
1969). La station de Pont de Gau, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, a pu être précisée cette
année après sa découverte en 2009 (Figure 9).
Et enfin, toujours aux Saintes-Maries-de-la-Mer, la station du Grand Radeau, seule
station des Bouches-du-Rhône à l'ouest du Petit Rhône a été découverte en 2016 (Figure 9).
Les données de N. Borel (SILENE-Flore, 2016) localisées au niveau de la station de la
Sigoulette incluant les localités du Mas de La Cure (2009), des Grandes Cabanes (2015) et de
la presqu'île de Mornès (2016) ont été intégrées (Figure 9 ; Figure 13).
Malgré l'existence de mentions historiques et de prospections de terrain, C. siculum
n’a pas été retrouvé sur les communes de Marignane et de Châteauneuf-les-Martigues
(Figure 9).
Figure 9 : Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans les Bouches-du-Rhône.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
18
Figure 10 : Localisation des stations de Cerastium siculum dans les Bouches-du-Rhône.
Figure 11 : Zoom sur les localités de la station du Golfe-de-Fos.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
19
Figure 12 : Zoom sur les localités des stations de Cassieu-Vétérines et du Fangassier.
Figure 13 : Zoom sur les localités de la station de Sigoulette.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
20
Gard Mention historique
C. siculum n’a jamais été mentionné dans ce département.
Mention actuelle
La station du Boucanet, découverte en 2014 sur la commune du Grau-du-Roi et qui
inclut les localités du Boucanet et de Montago, a pu être précisée (Figure 14 ; Figure 15).
Une nouvelle station a été découverte sur la commune de Saint-Laurent-d'Aigouze en
2016 à proximité de la Tour Carbonnière (station de la "Tour Carbonnière" (Figure
14 ; Figure 15).
Figure 14 : Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans le Gard.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
21
Figure 15 : Stations et localités de Cerastium siculum dans le Gard.
Hérault
Mention historique
Une mention de C. siculum existe à Octon dans l'Hérault (in BR, Général, 1987) mais
a été re-déterminée en C. glomeratum.
Mention actuelle
La station du Lac des Rêves, partagée entre les communes de Lattes et Pérols a été
découverte en 2016 dans le camping du même nom (Figure 16 ; Figure 17).
Les communes de Marseillan et d'Agde se partagent la station du Bagnas incluant les
localités du Gourg de Maldormir (2009) et du Petit Bagnas (2016) (Figure 16 ; Figure 17). La
population du Gourg de Maldormir a été initialement déterminée en 2009 comme C. diffusum
par J. Molina avant d'être re-déterminée par N. Borel sous C. siculum en 2015.
Une nouvelle station "Grande Maïre", sur la commune de Portiragne, à proximité du
lac de la Grande Maïre a été découverte cette année (Figure 16 ; Figure 17).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
22
Figure 16 : Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans l’Hérault.
Figure 17 : Stations et localités de Cerastium siculum dans le l’Hérault.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
23
Aude
Mention historique
C. siculum n’a jamais été mentionné dans ce département.
Mention actuelle
Une station a été découverte en 2016 dans le camping "Aux Hamacs" sur la commune
de Fleury (station de "La Guirlande"). Cette population se trouve aux confins de l'Aude et de
l'Hérault, au niveau de l'estuaire de l'Aude, dans le complexe lagunaire de l'étang de
Pissevache. Il s'agit de la première mention pour ce département (Figure 18).
L'espèce a été recherchée sans succès en 2016 sur les communes de Narbonne, Sigean,
Port-La-Nouvelle et en 2015 par N. Borel à Leucate (Figure 18).
Figure 18 : Répartition de Cerastium siculum et zones prospectées dans l’Aude.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
24
Pyrénées-Orientales
Mention historique
C. siculum n’a jamais été mentionné dans ce département.
Mention actuelle
Concernant les Pyrénées-Orientales, l'espèce a été recherchée sans succès en 2016 sur
les communes de Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Torreilles, Sainte-Marie,
Canet-en-Roussillon, Saint-Nazaire, Saint-Cyprien et Argelès-sur-Mer. Elle est donc
considérée comme absente de ce département (Figure 19).
Figure 19 : Zones prospectées dans les Pyrénées-Orientales.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
25
Bilan
L'aire de répartition actuelle de Cerastium siculum en France continentale (Tableau 3 ;
Figure 20) s'étend du Var (Hyères) jusqu'à l'Aude (Fleury), l'espèce étant présente dans les 5
départements du Var, des Bouches-du-Rhône, du Gard, de l'Hérault et de l'Aude. L'espèce est
absente des Alpes-Maritimes et des Pyrénées-Orientales.
Les prospections de terrain et la consultation des herbiers ont permis d’ajouter 6855
données récentes à la base de données SILENE-Flore (SILENE-Flore, 2016) correspondant à
747 taxons et 79 données historiques.
Tableau 3 : Bilan des stations de C. siculum sur le littoral méditerranéen continental français.
Les localités en gras sont les localités prospectées en 2016 dans le cadre de cette étude.
Département
Commune
Station
Localité
Première
observation
Dernière
observation
Var
Hyères
Giens
/
2016
2016
Bouches-du-
Rhône
Arles
Golfe-de-Fos
Canal d'Arles à Bouc
2016
2016
Le Grand Clos
2014
2016
Carrefour du Tonkin
2016
2016
Arles/Fos-sur-
Mer
Grands Paluds
2014
2014
Gonon
2016
2016
Mas des Bannes
2015
2016
Fos-sur-Mer
Darse n°1
2015
2015
Le Môle
2014
2014
Pompe du Tonkin
2015
2015
Fossette
2013
2013
Port-Saint-
Louis-du-
Rhône
Carrefour de la Roque
2012
2014
Les Enfores
2014
2016
Étang de l'Oiseau
2009
2014
Salin du Caban
2009
2009
Faubourg Hardon
2016
2016
Arles
La Ménudelle
/
2014
2016
Fangassier
Bélugue
2014
2016
Pont de l'Aube
2016
2016
Amphise
2015
2016
Cabanes Rouges
2016
2016
Saintes-
Maries-de-la-
Mer
Fournelet
Cassieu
2016
2016
Vétérines
1932
2016
Sigoulette
Mas de la Cure
2009
2009
Mas des Grandes
Cabanes
2015
2015
Mornès
2016
2016
Pont de Gau
/
2009
2016
Grand Radeau
/
2016
2016
Gard
Grau-du-roi
Boucanet
Boucanet
2014
2016
Montago
2014
2016
Saint-Laurent-
d'Aigouze
Tour
Carbonnière
/
2016
2016
Hérault
Lattes / Pérols
Lac des Rêves
/
2016
2016
Agde
Bagnas
Petit Bagnas
2016
2016
Marseillan
Gourg de Maldormir
2009
2016
Portiragnes
Grande Maïre
/
2016
2016
Aude
Fleury
La Guirlande
/
2016
2016
Bilan stationnel de Cerastium siculum
26
Figure 20 : Répartition de Cerastium siculum sur le littoral méditerranéen continental français.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
27
3.4. Précisions sur l'écologie de Cerastium siculum
Habitats
Les montilles
En Camargue, le céraiste de Sicile se développe principalement sur des montilles
pâturées (Figure 21 ; Figure 22). Selon Molinier, ce sont des levées de terre n’excédant pas 2
m d’altitude et qui résultent de limons rhodaniens remaniés avec des sables d’anciens dépôts
littoraux.
Ces montilles ont des tailles variables, de quelques mètres carrés (localité d’Amphise)
à plusieurs milliers (localité de Cabanes Rouges), pouvant former de très grandes étendues de
plusieurs kilomètres (localité de Pont de l'Aube). C’est dans ces montilles pâturées que les
populations les plus abondantes et étendues ont été observées.
Figure 21: Grande montille de C. siculum à la
localité de Cabanes Rouges en marge de
sansouïres.
Figure 22: Petite montille de C. siculum au
milieu des Salicornia spp. à la localité de Pont
de l'Aube.
L'espèce a été également retrouvée à deux reprises au sein de campings : la station de
La Guirlande et la station du Lac des Rêves (Figure 23 ; Figure 24). Elle se développe dans un
contexte plus anthropisé, en marge de mobil-homes ou de maisons "en dur", le long de haies,
de murs ou en bord de chemins mais toujours au sein de pelouses à annuelles sur un substrat
sablo-limoneux à limono-sableux. Elle supporte très bien la tonte mécanique, même à
fréquence élevée (tonte hebdomadaire pour la station de La Guirlande et bimensuelle pour la
station du Lac des Rêves). Ces stations sont sans doute des vestiges de populations plus
importantes de C. siculum avant la construction de ces campings dans les années 80 sur des
montilles similaires à celles connues de Camargue visibles sur prises de vues aériennes
2
.
2
http//:www.geoportail.gouv/fr
Lac de Rêves : Cliché 393, Mission CIPLI-0351_1977_FR2904_LOT_8_0393, 18/07/1977
Fleury : Cliché 5230, Mission C2644-0283_1980_CDP8644_5230, 30/07/1980
Bilan stationnel de Cerastium siculum
28
Figure 23 : Station de La Guirlande
Figure 24 : Station du Lac des Rêves
Les dunes
La station de Giens présente un contexte écologique complètement différent de celui
des autres stations connues (Figure 25 ; Figure 26). Le raiste de Sicile s’y développe dans
des petites dépressions humides (présence de bryophytes : Bryum torquescens,
Rhynchostegium megapolitanum et Tortella flavovirens) au sein de clairières d’arrière-dunes
fixées par une brousse littorale à Pinus halepensis et Pistacia lentiscus.
Figure 25 : Station de Giens.
Figure 26 : Station de Giens.
Les friches
La station de La Ménudelle, située sur une ancienne carrière, est un cas particulier
(Figure 27 ; Figure 28). Le céraiste de Sicile, en petit nombre, croît dans une friche piquetée à
Populus nigra, avec de nombreux galets en surface qui rappellent le coussoul de Crau. On y
retrouve peu d'espèces annuelles et de nombreuses espèces rudérales. Elle constitue une
situation intermédiaire d'un point de vue affinité phytosociologique, entre la station de Giens
et celles du Golfe-de-Fos (en rose ; Figure 30).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
29
Micro-habitat
Le céraiste de Sicile affectionne les pelouses planes (Figure 29) d'espèces annuelles et
à végétation rase (69% des relevés avec une hauteur moyenne de végétation 10cm ; 83%
15cm et 94% 20cm ; Tableau 5). Une localité (MO_01) est caractérisée par une végétation
haute (en vert ; Figure 29) signe de la fermeture du milieu par des Phragmites australis.
L'analyse granulométrique a permis de mettre en évidence un substrat allant de sablo-
limoneux (station de Giens) à limono-sableux (toutes les autres stations), mélange pulvérulent
de sable et de limon, parfois coquillé (station du Fournelet). Une localité (TO_01) est
caractérisée par des cailloux (en rouge ; Figure 29) signe des perturbations physiques que le
site a connues : il est sous un pylône électrique et à côté d'un pipeline en béton. Deux autres
localités (TO_03 et FO_01) sont caractérisées par la présence de blocs (en bleu ; Figure 29).
Au moment du développement aérien de l'espèce, la salinité du sol est quasi nulle
(salinité = [0 ; 0,8] ± 0,2 ; Tableau 5) et le pH du sol est neutre à tendance basique
(pH = [7,1 ; 8,6] ± 0,4 ; Tableau 5).
Du point de vue de la végétation, la plupart des stations forment un ensemble plutôt
homogène (en noir ; Figure 30) caractérisé principalement par Plantago coronopus et Sagina
maritima rattachés à la classe des Saginetea maritimae Westhoff et accompagnés par un
cortège d'espèces récurrentes comme : Arenaria leptoclados, Carex divisa, Erodium
cicutarium, Geranium molle, Medicago littoralis, Hedypnois rhagadioloides, Myosotis
discolor subsp. dubia, Parentucellia latifolia, Sherardia arvensis ou encore Trifolium
campestre. Parmi cet ensemble, deux sous-ensembles se distinguent : un sous-ensemble à
C. semidecandrum (en vert ; Figure 30) à tendance plutôt stress-tolérante, correspondant à des
milieux plus secs et plus oligotrophes, et un second à C. glomeratum (en bleu ; Figure 30) à
tendance plutôt compétitrice, correspondant à des milieux plus mésophiles et sub-nitrophiles.
Dans le sous-ensemble à C. semidecandrum, C. siculum est accompagné de Filago pygmaea,
Galium murale, Juncus bufonius, Lagurus ovatus, Limonium virgatum, Medicago minima,
Medicago monspeliaca, Poa bulbosa, Sagina apetala, Sonchus bulbosus, et Valantia muralis.
Dans le sous-ensemble à C. glomeratum, C. siculum est accompagné de Bellis perennis,
Figure 27 : Station La Ménudelle.
Figure 28 : Station de La Ménudelle
Bilan stationnel de Cerastium siculum
30
Crepis vesicaria subsp. taraxacifolia, Euphorbia exigua, Geranium dissectum, Hypochaeris
radicata, Trifolium nigrescens, et Veronica arvensis.
La station de Giens (en rouge ; Figure 30), est caractérisée par des espèces
psammophiles : principalement représentées par Silene conica et Rostraria pubescens
accompagnés de C. semidecandrum et Lagurus ovatus, ici en situation d'arrière-dunes, à
rattacher à un groupement intermédiaire entre la classe des Sisymbrietea officinalis Korneck
(Laguro ovatiBromion rigifi Géhu & Géhu-Franck) et la classe des Koelerio glaucae-
Corynephoretea canescentis Klika. Ce groupement s'accompagne de Myosotis ramosissima,
Geranium rotundifolium et Senecio vulgaris proche de la classe des Cardaminetea hirsutae
Géhu.
Figure 29 : Analyse des composantes principales (ACP) pondérée par 32 relevés mésologiques.
Les axes 1 et 2 représentent respectivement les valeurs propres de 1,98 et 1,05 et les
pourcentages d'inerties de 39.7% et 20.9%. En vert : MO_01, en rouge : TO_01 et en bleu :
TO_03 et FO_01.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
31
Figure 30 : Ordination NMDS (Positionnement dimensionnel non-métrique) des dissimilarités
entre les relevés de végétation basés sur la présence/absence de 152 espèces associées à Cerastium
siculum. En rouge, le groupement caractérisé par Silene conica et Rostraria pubescens. En noir,
le groupement caractérisé par Plantago coronopus et Sagina maritima incluant un sous-
ensemble à C. semidecandrum (en vert) et un sous-ensemble à C. glomeratum (en bleu). En rose,
un groupement intermédiaire entre l'ensemble rouge et l'ensemble noir. Les codes des relevés
sont détaillés dans le Tableau 5.
3.5. Évaluation du statut et état de conservation
L'évaluation du statut UICN du céraiste de Sicile grâce aux connaissances
nouvellement acquises permet d'actualiser la cotation de l'espèce de "Données insuffisantes
(DD)" en "Préoccupation mineure (LC)" pour les régions PACA et Corse et "Quasi-menacé
(NT)" selon le critère B2(a) pour la région Occitanie (< 10 localités sur une aire d'occupation
< 500km²). L'espèce est également en "Préoccupation mineure (LC)" au niveau national.
Avec un score final de 9,75 (Tableau 4), la hiérarchisation de C. siculum permet de
considérer l'espèce comme une espèce à enjeu fort en région PACA.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
32
Tableau 4 : Critères de hiérarchisation et score associé pour C. siculum en PACA d'après la
méthode ADM-PROGRES. L'artificialisation est le pourcentage de mailles en zone artificialisée
(5*5km). A2 = sédiment intertidal et E1 = pelouse sèche.
Critères
…pour Cerastium siculum
Score
Rareté biogéo.
O-med. + aire disjointe
3
Rareté locale
14 mailles
4
Menaces
Habitats
A2 & E1
2,75
Artif.
28.57%
Abréviations : biogéo. = biogéographique, Artif. = artificialisation, O-med = Ouest-
méditerranéenne
La surface moyenne des aires de présence est de 7,6ha 13,5ha), 73% des aires de
présence ayant une surface inférieure ou égale à 5,5ha (Tableau 5). La plus petite aire de
présence (station de Giens) étant de 50m² et la plus grande de 56,7ha (localité des Vétérines).
Les effectifs estimés varient de moins de 50 individus (localité du Môle et station de la
Ménudelle) à plus de 100 000 (localités de Pont de l'Aube et de la Tour Carbonnière).
Concernant les effectifs, 29% des localités ont des effectifs inférieurs à 100 individus, 32%
entre 100 et 1 000, 21% entre 1 000 et 10 000 et 18% avec plus de 10 000 individus. Le
céraiste de Sicile s’accommode très bien du pâturage (68% des localités renseignées montrent
des signes de pâturage) ou de la tonte mécanique (7%). Dans la grande majorité des cas, le
maintien de la végétation rase sur les pelouses est dû à un pâturage par des animaux
domestiques (39% bovins, 18% équins, 7% ovins) ou par la faune sauvage (7% uniquement
lapins). Les principales menaces pour C. siculum et son habitat sont un changement d'usage
du sol, la fermeture des milieux et l'expansion humaine (industrielle, urbaine, de loisir).
L'état de conservation de l'espèce est bon pour la majorité des localités, sauf pour les
stations de Giens, de La Ménudelle et de La Guirlande (Tableau 5). En effet, l'isolement
géographique de la station de Giens (Figure 20), le faible nombre d'individus ainsi qu'une
concurrence interspécifique (Carpobrotus spp.) et des menaces importantes, rendent son état
de conservation mauvais (Tableau 5). Pour la station de La Ménudelle, le faible nombre
d'individus, l'isolement de la population et la forte menace de fermeture du milieu font un
mauvais état de conservation de l'espèce (Tableau 5). L'isolement géographique, la situation
anthropisée et l’effectif réduit rendent l’état de conservation moyen pour l'espèce dans la
station de la Guirlande (Tableau 5).
L'état de conservation de l'habitat est bon pour la majorité des autres localités
(Tableau 5). En revanche, il est moyen pour 6 d'entre elles, principalement du fait de
dégradations anthropiques (pylône, pipeline, circuit sauvage de moto/quad, remblai, etc.) et
mauvais pour 2 d'entre elles (localités d’Amphise et du Gourg de Maldormir ; Tableau 5) à
cause d'une importante fermeture du milieu.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
33
Tableau 5 : Récapitulatif des stations de Cerastium siculum. En vert, les localités prospectées par le CBNMed, en rouge, les localités prospectées par T. Croze (Croze et al., 2016) et en bleu, les localités prospectées par N. Borel
(SILENE-Flore, 2016). AP = aire de présence ; Sal. = salinité ; Rec. = recouvrement ; veg. = végétation ; x = absence de données ; * = population au sein d'un site Natura 2000 ZSC ; ! = population partiellement au sein d'un site
Natura 2000 ZSC.
Station
Localité
Dernière
observation
Phénologie
principale
Surface
AP (m²)
Effectif
estimé
Densité
Perturbation
Menace
Etat de
conservation de
l'espèce
Etat de
conservation de
l'habitat
Périmètre de protection
Code
relevé
pH
Sal.
Rec. veg.
(%)
Rec. terre
nue (%)
Giens
/
25/03/2016
fleurs
400
100-200
faible
concurrence
expansion du camping,
fermeture du milieu
mauvais
bon
*
HY_01
7,8
0,3
90
10
fleurs
HY_02
x
x
100
0
Golfe-de-Fos
Canal d'Arles à Bouc
11/05/2016
fleurs
26000
>10000
moyenne
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
RNN Vigueirat*
MV_01
7,13
0
97
3
Le Grand Clos
2014
x
38000
<100
x
concurrence
fermeture du milieu
x
x
*
x
x
x
x
x
Carrefour du Tonkin
31/03/2016
fleurs
13000
500-1000
moyenne
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
moyen
!
TO_01
x
x
75
5
fleurs
TO_02
x
x
90
10
Grands Paluds
2014
x
10
<10
x
x
x
x
x
APPB Grands Paluds-Gonon
x
x
x
x
x
Gonon
31/03/2016
fleurs
1600
<500
moyenne
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
APPB Grands Paluds-Gonon
TO_03
x
x
90
5
Mas des Bannes
01/04/2016
fleurs
28000
<1000
faible
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
!
x
x
x
x
x
Darse n°1
2016
x
10000
<100
x
x
expansion industrielle
x
x
-
x
x
x
x
x
Le Môle
27/02/2014
x
100
<10
x
x
stable
x
x
-
x
x
x
x
x
Pompe du Tonkin
27/03/2015
x
118000
<10000
x
x
expansion industrielle
x
x
-
x
x
x
x
x
Fossette
11/05/2013
x
2500
<100
x
x
expansion industrielle
x
x
-
x
x
x
x
x
Carrefour de la Roque
19/04/2015
x
8800
<100
x
x
expansion industrielle
x
x
-
x
x
x
x
x
Les Enfores
31/03/2016
fleurs
224000
>10000
moyenne
pâturage (lapin)
circuit sauvage, dépôt de
matériaux
bon
moyen
-
OI_01
x
x
60
40
fleurs
OI_02
8,22
0,3
97
3
Étang de l'Oiseau
14/05/2014
x
6000
<100
faible
pâturage (lapin)
stable
x
bon
-
x
x
x
x
x
Salin du Caban
2009
x
<100
x
x
darse
x
x
-
x
x
x
x
x
Faubourg Hardon
2016
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
La Ménudelle
/
31/03/2016
fleurs
1300
<50
faible
concurrence
fermeture du milieu
mauvais
moyen
-
FO_01
x
x
85
10
Fangassier
Bélugue
22/05/2016
fleurs
15000
<1000
faible
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
Conservatoire du littoral*
x
x
x
x
x
Pont de l'Aube
22/05/2016
fleurs
490000
>100000
forte
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
Conservatoire du littoral*
BE_01
7,28
0
98
2
fleurs
BE_02
7,87
0,6
95
5
fleurs
BE_03
7,25
0,8
60
40
Amphise
15/04/2016
fleurs
3300
100-150
faible
concurrence
fermeture du milieu
mauvais
mauvais
RNN Camargue*
AM_01
x
x
70
30
fleurs
AM_02
8,13
0,3
65
35
Cabanes Rouges
13/04/2016
fleurs
115000
<5000
faible
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
RNR Tour du Valat*
CR_01
7,83
0
100
0
fleurs
CR_02
7,52
0
60
40
fleurs
CR_03
8,06
0,1
90
10
fleurs
RD_01
7,52
0
90
10
Fournelet
Cassieu
19/04/2016
fleurs
33000
<1000
faible
aucune
fermeture du milieu
bon
bon
RNN Camargue*
CS_01
x
x
90
10
21/04/2016
fleurs
100
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
PNR Camargue*
FR_01
8,54
0,1
99
1
Vétérines
21/04/2016
fleurs
567000
>10000
moyenne
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
PNR Camargue*
FV_01
8,61
0
55
45
fleurs
FV_02
8,24
0
97
3
fleurs
FV_03
8,4
0,1
85
15
Sigoulette
Mas de la Cure
2009
fruit
3200
<1000
x
pâturage (équin)
changement d'usage du sol
x
x
Conservatoire du littoral*
x
x
x
x
x
Mas des Grandes Cabanes
15/04/2015
fruit
130000
<10000
x
pâturage (ovin)
changement d'usage du sol
x
x
Conservatoire du littoral*
x
x
x
x
x
Mornès
02/04/2016
fleurs
50
<100
x
x
x
x
x
RNN Camargue*
x
x
x
x
x
Pont de Gau
/
20/04/2016
fleurs
9800
<800
faible
pâturage (équin)
changement d'usage du sol
bon
bon
PNR Camargue*
PG_01
7,84
0
90
10
Grand Radeau
/
20/04/2016
fleurs
55000
<1000
faible
pâturage (bovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
PNR Camargue*
GR_01
7,5
0,1
95
5
Boucanet
Boucanet
05/04/2016
fleurs
220000
<4000
faible
pâturage (équin)
changement d'usage du sol,
fermeture du milieu
bon
bon
Conservatoire du littoral*
BO_01
8,03
0,2
90
10
Montago
05/04/2016
fleurs
200000
<3000
moyenne
fauche
fermeture du milieu
bon
mauvais
*
MO_01
x
x
90
10
Tour Carbonnière
/
05/04/2016
fleurs
7700
>100000
forte
pâturage (équin)
changement d'usage du sol
bon
bon
*
CA_01
7,62
0,5
98
2
fleurs
CA_02
7,68
0,4
98
2
Lac des Rèves
/
20/05/2016
fleurs
17000
<500
faible
tonte
expansion du camping
moyen
moyen
!
x
x
x
x
x
Bagnas
Petit Bagnas
06/04/2016
fleurs
170000
<50000
moyenne
pâturage (équin)
changement d'usage du sol
bon
bon
RNN du Bagnas*
BA_01
7,5
0
70
30
fleurs
BA_02
x
x
90
10
Gourg de Maldormir
06/04/2016
fleurs
3000
<3000
faible
tonte
fermeture du milieu,
changement d'usage du sol,
circuit sauvage
bon
moyen
-
x
x
x
x
x
Grande Maïres
/
06/04/2016
fleurs
36000
<10000
moyenne
pâturage (ovin)
changement d'usage du sol
bon
bon
*
GM_01
7,64
0
80
20
La Guirlande
/
06/06/2016
fané
8500
<80
faible
tonte
expansion du camping
mauvais
moyen
*
x
x
x
x
x
Bilan stationnel de Cerastium siculum
34
3.6. Descriptif du suivi de Cerastium siculum mis en place sur 10 ans
Afin de mesurer l'impact de l'arrêt du pâturage sur Cerastium siculum, deux systèmes
expérimentaux, chacun composé de quadrats en exclos et de quadrat témoins (Figure 31 ;
Figure 32), ont été mis en place sur une aire de présence de C. siculum soumise au pâturage
(équins, bovins et lapins) dans le Golfe-de-Fos sur les terrains du GPMM. La surface des
exclos était de 25m² (E1) pour l'un et de 50m² (E2) pour l'autre. Des poteaux en châtaignier
20cm) de 2,25m ont été plantés sur une profondeur d'au moins 60cm à chaque angle et
renforcés par deux jambes de force. Des poteaux en châtaignier de plus petit diamètre (ø 8cm)
de 2,25m ont été plantés tous les 1m sur une profondeur d'au moins 60cm sur toute la
périphérie. Un grillage de maille 4cm et de 65cm de hauteur a été partiellement enterré sur
une dizaine de centimètres et attaché à chaque poteau par du fil de fer afin d'empêcher le
pâturage par les lapins. Un second grillage de maille 15cm a été placés sur une hauteur de
1,5m et fixé de la même manière le long du périmètre de l'exclos pour empêcher le pâturage
des bovins et équins. Dans chaque exclos, des quadrats permanents de 1m² ont été placés :
6 pour E1 et 9 pour E2. Des quadrats témoins d'1m² ont été placés sur des individus de C.
siculum en dehors de l'exclos (6 pour E1 et 9 pour E2).
Figure 31 : Exclos N° 2 de suivi à long terme de l'arrêt
du pâturage sur Cerastium siculum.
Figure 32 : Les hachures représentent
un quadrat permanent délimité par
quatre piquets de bois peints en rouge
et semi-enterrés
Un suivi annuel sur 10 ans sera réalisé sur les 30 quadrats. Pour chaque quadrat, le
nombre d'individus de Cerastium siculum et le nombre de fleurs pour 10 individus par quadrat
ont été comptabilisés. Des relevés phytosociologiques (Braun-Blanquet, 1964) y ont
également été effectués.
Des échantillons de sol ont été prélevés en bordure nord de 12 quadrats (5 par exclos +
1 quadrat témoin par exclos) sur 7cm de diamètre et 3cm de profondeur à proximité de
C. siculum selon la méthode de Yan et al. (2005). La majorité des graines sur sol sablonneux
Bilan stationnel de Cerastium siculum
35
se trouvent dans les 2 premiers centimètres (Marone et al., 1998). Le sol sera, à l'automne
2016, disposé dans des barquettes plastique sous une couche de 2cm de sable grossier, placé
pendant 5 semaines dans une étuve à 12h de lumière à 20°C et 12h d'obscurité à 10°C et
arrosé régulièrement jusqu'à germination (Thompson & Grime, 1979).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
36
4. DISCUSSION
4.1. À l'échelle de l'espèce
Chorologie
Considérée jusqu’à présent comme une espèce présente globalement dans toute la zone
ouest-méditerranéenne, il a longtemps persisté de grandes imprécisions quant à la répartition
de C. siculum à des échelles plus fines. Les nombreuses consultations d’herbiers et de
bibliographie ont permis d’affiner sa chorologie mondiale et l’espèce est aujourd’hui
confirmée comme étant une Ouest-méditerranéenne, présente en France, Italie, Lybie, Algérie
et Maroc. Cependant des prospections ciblées dans le bassin méditerranéen seraient
nécessaires pour affiner davantage sa répartition.
En effet, la présence de l'espèce en Sardaigne reste à confirmer par des pointages GPS,
des photographies ou parts d'herbiers récentes. D'autant plus que sa présence est confirmée en
Corse, avec qui elle partage une origine biogéographique commune (Thompson, 2005). Il est
alors très surprenant que C. siculum n'y soit pas également présent. L'île mériterait donc des
prospections approfondies qui pourraient valider ou non sa réelle présence sur l'île.
La présence de l’espèce en Afrique du Nord reste douteuse, d’autant plus que les parts
d’herbiers consultées étaient des échantillons peu développés et de petite taille. Il existe aussi
beaucoup de confusion sur le genre Cerastium en Afrique du Nord (peu de données, beaucoup
de sous-espèces et de variétés décrites, etc.) et des observations fiables seraient nécessaires
pour confirmer la présence ou non de C. siculum dans ces pays. Ces résultats sont donc à
considérer avec parcimonie tant que la taxonomie et la chorologie des espèces de la sous-
section Fugacia, notamment C. diffusum et C. pumilum, ne sont pas clarifiées en Afrique du
Nord. La présence du céraiste de Sicile en France continentale a pu être confirmée avec
certitude avec notamment la découverte de l'espèce dans le département de l'Aude et sa
redécouverte dans celui du Var. L'espèce est présente en France continentale en situation de
disjonction d'aire et présenterait donc probablement des caractéristiques écologiques
originales comme c’est le cas pour d’autres espèces à répartition similaire (Papuga, 2016).
Un travail plus approfondi sur la répartition de l’espèce dans le monde est
actuellement en cours (Traclet & Pires, in prep.)
Conservation
En reconsidérant son statut de menace par rapport aux critères UICN, il s'avère que
l'espèce n'est pas vulnérable ou menacée de disparition à l'échelle du territoire français et de la
région PACA (statut LC). Il n'y a qu'en région Occitanie que l'espèce court un risque (statut
NT) et pourrait donc bénéficier de son inscription sur la Liste rouge régionale d'Occitanie. En
revanche, l'enjeu de conservation de l'espèce est fort pour la région PACA. Cette différence
s'explique par le fait que les Listes rouges évaluent le risque de disparition d'une espèce sur un
territoire en se basant sur 5 critères (UICN, 2012b) sans prendre en compte la rareté
biogéographique ni la vulnérabilité de l'habitat, comme dans la méthode de hiérarchisation
Bilan stationnel de Cerastium siculum
37
des taxons utilisée (Le Berre, 2015). Cette méthode de hiérarchisation des taxons permet de
prendre en compte également l’aire de répartition globale d’une espèce, incluant les
disjonctions d’aire, ainsi que la vulnérabilité de son habitat à l'échelle du territoire étudié, ce
que ne font pas les Listes rouges ou les listes de protection. La hiérarchisation est importante
pour définir les priorités d'actions parmi les espèces protégées ou orienter efficacement les
mesures de connaissance ou de conservation à mettre en œuvre pour les espèces ne
bénéficiant pas d'un statut de protection ou non classées dans l'une des catégories de menaces
propres aux espèces dites "menacées de disparition" (CR, EN, VU). Cette démarche s'inscrit
donc comme complémentaire aux Listes rouges nationale et régionale ainsi qu’aux listes de
protection afin d'orienter de manière efficace les stratégies de conservation.
Menaces
Les effets du changement global pourraient être sévères en région méditerranéenne
(Sala et al., 2000). Parmi les menaces pesant sur les espèces, la fragmentation, les invasions
biologiques et les changements climatiques font partie des causes majeures de déclin de la
biodiversité (Woodward, 2009). Si la plupart des espèces méditerranéennes rares ou menacées
subissent de plein fouet principalement la fragmentation des habitats (Thompson, 2005), c’est
pourtant le changement climatique qui pourrait menacer en premier lieu l’espèce à moyen
terme. En effet, pour cette espèce, dont l’altitude maximale ne dépasse pas 5,82m en France
continentale, la montée du niveau de la mer qui en découlerait, pouvant atteindre 98cm d'ici
2100 (scénario RCP8.5 ; Church et al., 2013), provoquerait la disparition de la plupart des
stations continentales françaises. La simulation effectuée avec une montée du niveau de la
mer de seulement 1m (Tingle, 2015), montre que près de 79% des stations de C. siculum se
retrouveraient sous l’eau. Seules les stations de La Guirlande dans l'Aude, de Giens dans le
Var et quelques localités de la station du Golfe-de-Fos dans les Bouches-du-Rhône devraient
persister.
À ceci s’ajoute également une autre menace majeure, l'urbanisation, et notamment la
consommation directe des sites par étalement urbain et la création de pistes, de routes ou
d’infrastructures qui conduisent à une destruction des habitats et des espèces associées (Vimal
et al., 2012). Outre la disparition des milieux, un changement d'usage des sols et des pratiques
agricoles est également une menace importante par son impact direct sur l'habitat de
C. siculum.
4.2. À l'échelle de l'habitat
Un habitat primaire, de substitution ou en marge ?
Les populations centrales de céraiste de Sicile, notamment de Corse et d'Italie, sont
connues pour se développer dans différents habitats et pas uniquement sur le littoral (Pignatti,
1982 ; Jeanmonod, 2015). Les populations périphériques qui trouvent leurs limites
septentrionales sur le littoral français continental ne se développent que sur des substrats
allant de sablo-limoneux à limono-sableux et dans la majorité des cas sur des montilles
Bilan stationnel de Cerastium siculum
38
pâturées. Ces montilles peuvent donc correspondre à l'habitat primaire de C. siculum pour ces
populations disjointes du littoral continental français.
Les stations situées au sein de campings (La Guirlande et Lac des Rêves) sont sans
doute des vestiges de populations plus importantes de C. siculum avant leur construction dans
les années 80. En effet, l'analyse de prises de vues aériennes historiques permet de mettre en
évidence la présence passée de grandes montilles à l'emplacement actuel des campings. La
fréquentation, surtout estivale et en décalage avec la phénologie de C. siculum, ainsi que le
mode de gestion, semblent permettre le maintien de ces populations relictuelles. Cette
situation pourrait correspondre à un habitat dégradé en situation anthropisée de l'habitat
primaire de montilles que l’espèce semble pouvoir tolérer. Néanmoins, le niveau de
dégradation de l’habitat pouvant être à même de maintenir la population de l’espèce ne peut
être estimé.
En situation d'arrière-dune, la population de Giens est sans doute un vestige des
populations historiques mentionnées sur la presqu'île de Giens qui a subi de profonds
remaniements depuis un siècle (Paulet, 1972). Cette population relictuelle se développe
probablement sur un habitat de substitution, plus sableux, par rapport à un habitat
historiquement plus répandu sur la presqu'île de Giens et aujourd'hui disparu. Il est également
possible que cette population, qui se développe sur des milieux plus sableux, présente
potentiellement une réelle originalité génétique qu’il serait primordial de sauvegarder si cela
était avéré (Papuga et al., submitted).
La station de la Crau se développe, quant à elle, probablement au sein d'un habitat
anecdotique. Cette population a été apportée par des terres de remblais (cortège halophile)
dans ce milieu qui ne lui correspond pas et a réussi malgré tout à se maintenir.
Un habitat menacé ?
Le manque de plasticité de C. siculum par rapport à son substrat en fait une espèce
sensible et entièrement dépendante de ce type de sol. L'habitat primaire de C. siculum est
aujourd'hui plutôt rare sur le littoral français. Le maintien des milieux ouverts est
généralement assuré par une pression de pâturage comme c'est le cas dans la plupart de nos
stations (Tableau 5). La dynamique naturelle est assurée par les lapins qui sont des moteurs
non négligeables dans l'entretien et le maintien des pelouses rases. Cependant, les épidémies
successives de myxomatose depuis les années 1970 ont décimé les populations de Camargue
(Arthur & Louzis, 1988), de ce fait ces milieux sont aujourd'hui principalement maintenus par
l'homme grâce à la mise en place d'un pâturage (bovin, équin ou ovin). Les pelouses
convenablement gérées par le pâturage offrent une diversité spécifique et fonctionnelle
importante (Loreau et al., 2002). En effet, selon l'hypothèse de perturbation intermédiaire
(IDH = Intermediate Disturbance Hypothesis) une pression de pâturage trop importante
engendrera la destruction d'un nombre important d'individus tandis qu'une pression trop faible
ou absente sur une longue durée augmentera la compétition et la disparition des espèces les
moins compétitrices (Shea et al., 2004). En revanche, une pression modérée limite la
prolifération des espèces compétitrices à court terme, permet un meilleur recrutement
(Silvertown et al., 1992), maintient la composition des communautés végétales et l'ouverture
du milieu (Diadema, 2006) et engendre un pic maximal du nombre d'individus (Shea et al.,
Bilan stationnel de Cerastium siculum
39
2004). Un mode de gestion par une pression de pâturage modérée permettra donc le maintien
de l'habitat à C. siculum et la sauvegarde de ces populations. L'arrêt du pâturage ou son
intensification pourraient quant à eux être désastreux à terme pour un grand nombre de
populations. C'est le cas par exemple de la localité d'Amphise qui montre déjà des signes
importants de fermeture après l'arrêt du pâturage en 2005. Néanmoins, la totalité des
gestionnaires et éleveurs contactés (Tableau 6) ne comptent pas changer leurs pratiques
agricoles et notamment les charges pastorales exercées sur les zones à C. siculum. Une
communication et une sensibilisation auprès des éleveurs et des gestionnaires de site, par le
biais d'une fiche espèce indiquant le mode de gestion adapté, permettraient d'assurer la
préservation de son habitat.
Tableau 6: Bilan du type de pâturage exercé sur Cerastium siculum en 9 localités.
4.3. À l'échelle des stations
Les stations historiques de Marignane et Châteauneuf-les Martigues n'ont pas pu être
retrouvées probablement du fait du fort impact anthropique que la zone a subi. En effet, le
pourtour de l'étang de Berre, et en particulier la zone du Jaï et de l'étang de Bolmon a été
profondément modifié par des infrastructures (canal de Martigues, aéroport de Marignane,
étalement urbain, centre d'enfouissement technique, zone industrielle, usine pétrochimique
etc.) au cours du 20ième siècle. De plus, les localités historiques mentionnées à l'est de l'étang
de Berre ont presque toutes disparu à l'exception d'une seule, située sur la commune d'Hyères
(Figure 8).
Actuellement 60% des localités de C. siculum sont localisées dans des périmètres de
protection fort (RNN, RNR, CL, APPB), faible (PNR, aire d’adhésion PN) ou des périmètres
privés à volonté de préservation de la biodiversité (Parc Ornithologique & Ceinture verte du
GPMM).
La fragmentation des habitats peut engendrer une diminution de la taille des
populations, les rendant plus sensibles à la stochasticité démographique et environnementale
et ainsi plus menacées d’extinction locale (Oostermeijer et al., 2003). C’est le cas de la station
de Giens, vulnérable par son éloignement géographique des autres populations, son faible
Localité
Type de pâturage
Nombre de bêtes
Période
Grand Radeau
Bovin
60
À l'année
Cabanes Rouges
Bovin
80-90
À l'année
Vétérines
Bovin
Extensif
À l'année
Canal d'Arles à Bouc
Bovin / Équin
110 / 20
Avril - Novembre
Mas de la Cure
Équin
20
Hiver
Petit Bagnas
Équin
20
Automne / Printemps
Pont de Gau
Équin
6
Avril-Novembre
Boucanet
Équin
16 ou 30
Automne / Printemps
Grande Cabanes
Ovins
680
Avril-Juin
Bilan stationnel de Cerastium siculum
40
effectif (100-150 individus) et sa petite aire de présence, pour laquelle le maintien de la mise
en défend par des ganivelles et la sensibilisation du personnel du camping et des vacanciers
pourraient assurer son maintien sur le long terme. Les stations de La Guirlande et du Lac des
Rêves sont directement menacées par l'expansion des campings mais pourraient se maintenir à
court terme.
Toutes les localités de la station du Golfe-de-Fos, hormis celles au sein de périmètres
de protection, sont directement menacées par l'expansion croissante du GPMM et la création
d'infrastructures. La localité de Montago est fortement menacée par l'usage actuel des sols
(fauche, culture) et ne devrait pas pouvoir se maintenir dans le temps. Pour la localité du
Gourg de Maldormir, la fermeture du milieu et la pratique intensive de motos ou de quads sur
le site menace une grosse partie de la population, seuls les individus situés au sein d'une
pelouse privée et grillagée ne sont pas menacés à court terme. Afin de conserver le potentiel
évolutif de ces petites stations, la mise en place de récoltes de graines dans une optique de
conservation ex-situ et leur stockage en banque de semences pourrait être une alternative si les
autres actions de conservation pouvant être mises en œuvre ne sont pas suffisantes. Ainsi, le
renforcement de ces petites populations à partir des stocks séminaux de la même population
pourrait être une ultime solution pour enrayer leur perte. Ceci est d’autant plus réalisable que
la viabilité des graines pour les stations testées est forte et leur taux de germination entre 5°C
et 15°C à l'abri de la lumière est de 100% (Dixon, in prep.).
Bilan stationnel de Cerastium siculum
41
5. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
Cerastium siculum n'est pas aussi rare que nous le supposions initialement et le littoral
continental français est capable d'en abriter de très grandes populations. Ce travail a permis de
préciser sa niche écologique et sa répartition. Il reste cependant encore à prospecter de
nombreuses zones potentielles en France pouvant abriter C. siculum et un intérêt de la part des
botanistes permettrait sans aucun doute de découvrir de nombreuses autres stations,
notamment en région Occitanie. En effet, malgré un effort important, toutes les zones
potentiellement favorables à C. siculum n'ont pas pu être prospectées. Les causes en sont
principalement les difficultés d'accès (domaines privés) et le manque de temps au cycle
biologique aérien très court de la plante.
Bien que la chorologie et l’écologie de l’espèce aient été précisées pour ces stations
périphériques de France continentale, de nombreux éléments dans la compréhension de
l’espèce restent encore à étudier, notamment l’originalité génétique de ces stations
périphériques, la dynamique et la structure des populations françaises, mais également sa
résistance face aux perturbations, notamment celles en lien avec le pâturage. Pour ce point
une étude a été mise en place sur 10 ans par un suivi d'exclos qui permettra, à terme,
d'apprécier de manière plus fine le maintien du céraiste de Sicile en France continentale
notamment par rapport aux fluctuations annuelles et aux changements globaux. En effet,
Cerastium siculum étant une espèce annuelle, il est très sensible aux conditions
météorologiques printanières et l'appréciation de sa rareté et de sa démographie est donc
nécessaire sur plusieurs années. En parallèle, une étude caryologique est également en cours
(inédit) à partir des graines de différentes espèces de Cerastium récoltées en 2016 lors des
prospections.
Enfin, les connaissances acquises aujourd'hui pour cette espèce devraient permettre la
mise à jour de son statut lors des prochaines révisions des Listes rouges. Sa présence
maintenant avérée sur le littoral de la région Occitanie pourrait également permettre à cette
espèce de bénéficier d'un statut de protection régionale comme c'est déjà le cas en région
PACA. La situation de C. siculum en enjeu de conservation fort pour la région PACA devrait
également permettre la poursuite d'actions adaptées à l'espèce.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
42
6. BIBLIOGRAPHIE
Albert, A. & Reynier, A. (1891). Coup d’œil
sur la flore de Toulon et d’Hyères. Bulletin
de la Société d’Etude Scientifique et
Archéologique de la ville de Draguignan,
18: pp. 191245.
Ali, S. I. & Jafri, S. M. H. (1976). Flora of
Libya. Vol. 1. Al Faateh University.
Arthur, C. P. & Louzis, C. (1988). La
myxomatose du lapin en France : une revue.
Revue scientifique et technique
(International Office of Epizootics), 7(4):
pp. 937957.
Autran, J. & Villadiego Bernal, K. (2014).
L’évolution de l’occupation et l’utilisation
des sols du littoral, de la Ciotat à Port-
Saint-Louis du Rhône. Présentation orale
présentée à DDTM.
Bacchetta, G. (2006). Flora vascolare del
Sulcis (Sardegna Sud-Occidentale, Italia).
Guineana 12 : 1-369.
Bonnet, V., Fort, N., Dentant, C., Bonet, R.,
Salomez, P. et al. (2014). A methodology
for monitoring rare plant species designed
by a network of conservation stakeholders.
Acta Botanica Gallica, 162(1): pp. 2736.
Bramwell, D. & Bramwell, Z. I. (1990). Flores
silvestres de las Islas Canarias. Vol. 1.
Editorial Rueda XVI. 376 p.
Braun-Blanquet, J. (1964). Pflanzensociologie.
Grundzuge der vegetationskunde. Springer-
Werlag, Wien & New-York.
Briquet, J. & de Litardiere, R. (1910).
Prodrome de la Flore Corse. Vol. 1. Paul
Lechevalier.
Caballero, A. (1917). Excusion botanico en
1915 a Mellila. Serie Botanica, 11.
Camarda, I., Lucchese, F., Pignatti, S. &
Wikus-Pignatti, E. (1993). La flora di
Pantaleo Gutturu Mannu-Punta Maxia
nel Sulcis (Sardegna sud- occidentale).
Webbia 47 (1): 79-120.
Castroviejo, J. (1990). Flora Iberica. Vol. 2.
Real Jardin Botanico.
Chapin, F. S., Zavaleta, E. S., Eviner, V. T.,
Naylor, R. L., Vitousek, P. M. et al. (2000).
Consequences of changing biodiversity.
Nature, 405: pp. 234242.
Chevalier, A. (1935). Les iles du Cap Vert -
Flore de l’Archipel. Museum national
d’histoire naturelle, Paris. 197 p.
Church, J. A., Clark, P. U., Cazenave, A.,
Gregory, J. M., Jevrejeva, S. et al. (2013).
Sea level change. Climate Change 2013 :
The Physical Science Basis Contribution of
Working Group I to the Fifth Assessment
Report of the IPCC, 1(13): pp. 11371216.
Connor, E. F. & McCoy, E. D. (1979). The
Statistics and Biology of the species-area
relationship. The American Naturalist,
113(6): pp. 791833.
Coste, H. (1937). Flore descriptive et illustrée
de la France, de la Corse et des contrées
limitrophes. Vol. 1. Librairie des sciences et
des arts. 505 p.
Croze, T., Fontes, H., Traclet, S., Pires, M. &
Baumberger, T. (2016). Le céraiste de
Sicile Cerastium siculum Guss., 1832
(Caryophyllaceae) en France continentale,
une espèce oubliée durant près d’un siècle.
Bulletin de la Société de Linnéenne de
Provence, 67: pp.53-70.
Cruon, R. (2008). Le Var et sa flore: plantes
rares ou protégées. Naturalia Publication.
544 p.
De Bolos, O. & Vigo, J. (1990). Flora dels
Països Catalans. Vol. 2. Editorial Barcino.
921 p.
DeFries, R., Hansen, A., Turner, B. L., Reid,
R. & Liu, J. (2007). Land use change
around protected areas: management to
balance human needs and ecological
function. Ecological Applications, 17(4):
pp. 10311038.
Diadema, K. (2006). Apport de la
phylogéographie de la dynamique et de la
structure des populations pour la
conservation de végétaux endémiques
méditerranéen. Thesis at University Aix-
Marseille.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
43
Dixon, L. (in prep.). Itinéraire technique de
germination de Cerastium siculum. CBN
Med.
Dray, S., Dufour, A.-B. & Thioulouse, J.
(2013). Package "ade4" Community ecology
package.
Durand, M. (2011). Herbiers publics et privés.
Museum d’Histoire naturelle d’Aix-en-
Provence.
Duvigneaud, J. (1979). Catalogue provisoire
de la flore des Baléares. Bulletin de la
Société pour l’Echange des Plantes
Vasculaire de l’Europe Occidentale et du
Bassin Méditerranéen, (17 Suppl): pp. 1
43.
Fennane, M. & Tattou, M. I. (2005). Flore
vasculaire du Maroc: Inventaire et
chorologie. Vol. 1. Institut scientifique,
Université Mohammed V.
Fiori, A. (1913). Erborizzazioni primaverili in
Sardegna. Comitato "Pro Flora Italica".
Nuovo Giornale botanico italiano 20: 144-
154. Forman, R. T. T. (2008). Urban
regions ecology and planning beyond the
city. Cambridge University Press.
Gachet, S., Vela, E. & Tatoni, T. (2005).
BASECO: a floristic and ecological
database of Mediterranean French flora.
Biodiversity and Conservation, 14(4): pp.
10231034.
Gargominy, O., Tercerie, S., Reignier, C.,
Ramage, T., Dupont, P. et al. (2013).
TAXREF v7.0, référenciel taxonomique
pour la France : méthodologie, mise en
oeuvre et diffusion. Museum national
d’Histoire naturelle, 64.
Geoportail. (2016). Tableau des dates de prise
de vue des photographies aériennes
actuellement en visualisation sur le
Geoportail. 2012 : Alpes-Maritimes,
Hérault, Pyrénées-Orientales ; 2014 :
Bouches-du-Rhône, Var ; 2015 : Aude,
Gard.
Gil, L. & Lorens, L. (1999). Claus de
determinació de la Flora Balear. Consorci
per al Foment de l’ús de la llengua catalana,
pròpia de les Illes Balears.
Gray, K. & Lichthardt, J. (2003). Long-term
monitoring of Canyon Grasslands at Craig
Mountain, Idaho: Eighth-year data.
Cooperative Cost-Share Project Idaho
Department of Fish and Game and the
Bureau of Land Management.
Greuter, W., Burdet, H. M. & Long, G. (1984).
Med-Checklist: a critical inventory of
vascular plants of the circum-
Mediterranean countries. Vol. 3.
Conservatoire et Jardin botaniques de la
ville de Genève.
Greuter, W. & Raus, T. (1984). Med-Checklist
Notulae 9. Willdenowia, 14: pp. 3754.
Grimm, N. B., Grove, J. G., Pickett, S. T. &
Redman, C. L. (2000). Integrated
Approaches to Long-Term Studies of Urban
Ecological Systems. BioScience, 50(7): pp.
571584.
Gussone, G. (1827). Supplement Florae
Siculae Prodromus, in: Florae Siculae
Prodromus. Vol. 1.
Hammer, O., Harper, D. A. T. & Ryan, P. D.
(2001). PAST: Paleontological statistics
software package for education and data
analysis. Palaeontologia Electronica, 4(1).
Jalas, J. & Suominen, J. (1983). Atlas Florae
Europaeae: distribution of vascular plants
in Europe. Vol. 6. The Committee for
Mapping the Flora of Europe & Societas
Biologica Fennica Vanamo, Helsinki. 176
p.
Jeanmonod, D. (2015). Notes à La Flore de
Corse, XXV. Candollea, 70(1): pp. 109
140.
Jeanmonod, D. & Gamisans, J. (2013). Flora
corsica. Édisud Éditions. 1074 p.
Kassambara, A. & Mundt, F. (2016) Package
"factoextra": Extract and Visualize the
Results of Multivariate Data Analyses.
Komarov, V. L. & Shishkin, B. K. (1936).
Flora U.S.S.R - Centrospermae. Vol. 6.
Israel Program for Scientific Translations.
Le Berre, M. (2015). Projet ALCOTRA -
Natura 2000 ADM - PROGRES :
Hiérarchisation des espèces végétales
patrimoniales dans les Alpes sud-
Bilan stationnel de Cerastium siculum
44
occidentales. CBNMed / DISTAV / CBNA
/ IMBE.
Lefebvre, T. & Moncorps, S. (2010). Les
espaces protégés français une pluralité
d’outils au service de la conservation de la
biodiversité. UICN, Comité français.
Le Floc’h, E., Boulos, L. & Véla, E. (2010).
Catalogue synonymique commenté de la
Flore de Tunisie. République Tunisienne,
Ministère de l'environnement et du
developpement durable, Banque national de
gènes, 504 p.
Lhotte, A., Affre, L. & Saatkamp, A. (2014).
Are there contrasted impacts of
urbanization and land uses on population
persistence? The case of Teucrium
pseudochamaepitys, an endangered species
in Southern France. Flora - Morphology,
Distribution, Functional Ecology of Plants,
209(9): pp. 484490.
Loreau, M., Naeem, S. & Inchausti, P. (2002).
Biodiversity and ecosystem functioning:
synthesis and perspectives. Oxford
University Press.
Maire, R. (1963). Flore de l’Afrique du Nord.
Vol. 9. Paul Lechevalier, Paris. 299 p.
Médail, F. & Diadema, K. (2006). Biodiversité
végétale méditerranéenne et anthropisation:
approches macro et micro-régionales.
Annales de géographie, 651: pp. 618640.
Médail, F. & Diadema, K. (2009). Glacial
refugia influence plant diversity patterns in
the Mediterranean Basin. Journal of
Biogeography, 36(7): pp. 13331345.
Medail, F., Ziman, V., Boscaiu, O., Riera, J.,
Lambrou, A. et al. (2002). Comparative
analysis of biological and ecological
differentiation of Anemone palmata
L.(Ranunculaceae) in the western
Mediterranean (France and Spain): an
assessment of rarity and population
persistence. Botanical Journal of the
Linnean Society, 140(2): pp. 95114.
Meyer, W. B. & Turner, B. L. (1992). Human
population growth and global land-
use/cover change. Annual review of ecology
and systematics, 23: pp. 3961.
Microsoft. (2003). Microsoft Excel 2010.
Redmond, Washington: Microsoft.
Ministère de l’environnement. (1994). Arrété
du 9 mai 1994 relatif à la liste des espèces
végétales protégées en région PACA.
Journal Officiel de la République
Française.
Molinier, R. (1980). Catalogue des plantes
vasculaires des Bouches-du-Rhône. Bulletin
du Muséum d’Histoire Naturelle de
Marseille, 40.
Molinier, R. & Tallon, G. (1969). A propos de
trois espèces rares ou peu communes
observées en Camargue. Bulletin du
Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille,
20: p. 24.
Morton, J. K. (2005). Flora of North America.
Vol. 5. New-York & Oxford.
Möschl, W. (1936) Über einjährige
europäische Arten der Gattung Cerastium
(Orthodon-Fugacia-Leiopetala).
Repertorium specierum novarum regni
vegetabilis 41: 153-163.
Möschl, W. (1938). Morphologie einjähriger
europäischer Arten der Gattung Cerastium
(Orthodon - Fugacia - Leiopetala). 87(4) :
pp. 249-272.
Möschl, W. (1951a). Cerastia lusitaniae
archipela gorumque“ Açores” et“
Madeira.” Agronomia Lusitana. 13: 23-66.
Möschl, W. (1951b). Die Cerastium-Arten
Afrikas südlich der Sahara. Memorias da
Sociedade Broteriana. 7 : 15-121.
Möschl, W. (1964). De Cerastiis Africae
Septentrionalis. Memorias da Sociedade
Broteriana. 17 : 5-119.
Myers, N., Mittermeier, R. A., Mittermeier, C.
G., Da Fonseca, G. A. & Kent, J. (2000).
Biodiversity hotspots for conservation
priorities. Nature, 403(6772): pp. 853858.
Noble, V. & Diadema, K. (2011). La flore des
Alpes-Maritimes et de la Principauté de
Monaco. Naturalia Publication.
Noble, V., Van Es, J., Michaud, H. & Garraud,
L. (2015). Liste rouge de la flore vasculaire
de Provence-Alpes-Côte d’Azur. DREAL
PACA.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
45
Oostermeijer, J. G. B., Luijten, S. H. & Den
Nijs, J. C. M. (2003). Integrating
demographic and genetic approaches in
plant conservation. Biological
Conservation, 113(3): pp. 389398.
Papuga, G. (2016). Comparative studies of
ecological niche variation among centra and
peripheral populations of mediterranean
endemic plants. Thesis at University of
Sassari.
Papuga, G., Farris, E. & Thompson, J. D. (in
prep.). Climatic niche and distribution
patterns of peripheral isolates in
Mediterranean plants.
Papuga, G., Gauthier, P., Pons, V., Pironon, S.,
Farris, E. et al. (submitted). Ecological
niche differentiation in peripheral
populations: a comparative analysis of
Mediterranean plants at their northern range
limits.
Papuga, G., Gauthier, P., Ramos, J., Rons, V.,
Pironon, S. et al. (2015). Range-wide
variation in the ecological niche and floral
polymorphism of the western
Mediterranean geophyte Narcissus dubius
Gouan. International Journal of Plant
Sciences, 176: pp. 724738.
Paulet, J. P. (1972). Un exemple
d’urbanisation incontrôlée, l’agglomération
hyéroise. Méditerranée, 9(1): pp. 3150.
Pax, F. & Hoffmann, K. (1934).
Caryophyllaceae. Die natürl. Pflanzenfam.,
2.
Pignatti, S. (1982). Flora d’Italia. Vol. 1.
Bologna: Edagricole.
Pitard, J. & Proust, L. (1908). Les Iles
Canaries : Flore de L’Archipel. Librairie
des sciences naturelles.
QGIS Development Team. (2016). QGIS
Geographic Information System. Open
Source Geospatial Foundation Project.
Version 2.14.1. - Essen.
Quézel, P., Santa, S. & Schotter, O. (1962).
Nouvelle flore de l’Algerie et des regions
desertiques meridionales. Vol. 1. CNRS
Paris.
Raimondo, F. M., Domina, G. & Spadaro, V.
(2010). Checklist of the vascular flora of
Sicily. Quaderni di Botanico ambientale e
applicata, 21: pp. 189252.
R Development Core Team. (2013). R: A
language and environment for
statistical computing.
Rice, P. M. (2016). INVADERS Database
system : http///invaders.dbs.umt.edu.
Rouy, G. & Foucaud, J. (1896). Flore de
France ou description des plantes qui
croissent spontanément en France, en
Corse et en Alsace-Lorraine. Société des
sciences naturelles de la Charente-
Inférieure.
Sala, O. E., Chapin, F. S., Armesto, J. J.,
Berlow, E., Bloomfield, J. et al. (2000).
Global Biodiversity Scenarios for the Year
2100. Science, 287: pp. 17701774.
Sennen, F. & Maurico, F. (1934). Catálogo
florístico del Rif oriental y principalmente
de las cábilas limítrofes con Melilla.
Shabala, S. & Cuin, T. A. (2012). Plant salt
tolerance: methods and protocols. Humana
Press ; Springer. 432 p.
Shea, K., Rowburgh, S. & Rauschert, E.
(2004). Moving from patten to process,
coexistence mechanisms under intermediate
disturbance regimes. Ecology Letters, 7: pp.
491508.
SILENE-Flore. (2016). Base de données
floristiques : http://flore.silene.eu.
CBNMed & CBNA.
Silvertown, J., Watt, T. A., Bridget, S. &
Treweek, J. R. (1992). Complex effects of
grazing treatment on an annual in a species-
poor grassland community. Journal of
Vegetation Science, 3(1): pp. 3540.
Spichiger, R.-E., Savolainen, V. V., Figeat, M.
& Jeanmonod, D. (2002). Botanique
systématique des plantes à fleurs: une
approche phylogénétique nouvelle des
angiospermes des régions tempérées et
tropicales. PPUR presses polytechniques.
Ta-Truong, C. (2014). Dossier de demande de
dérogation à l’interdiction de destruction
d’espèce protégée Faune et Flore -
Demande de dérogation au déplacement
d’espèce animales protégés. Naturalia
Environnement.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
46
Thompson, J. D. (2005). Plant evolution in the
Mediterranean. Oxford University Press.
Thompson, K. & Grime, J. P. (1979). Seasonal
variation in the seed banks of herbaceous
species in ten contrasting habitats. Journal
of Ecology, 67: pp. 893921.
Tingle, A. (2015). Flood Maps :
http://www.flood.firetree.net. Data provided
by NASA.
Tison, J.-M. & De Foucault, B. (2014). Flora
Gallica. Biotope. 1196 p.
Tison, J.-M., Jauzein, P. & Michaud, H.
(2014). Flore de la France
méditerranéenne continentale. Naturalia
Publication. 2081 p.
Traclet, S. & Pires, M. (in prep.). New insight
of the repartition and the ecology of
Cerastium siculum (Caryophyllaceae) in the
Mediterranean basin.
Traclet, S., Pires, M. & Domina, G.
(submitted). Typification and taxonomic
notes on Cerastium siculum
(Caryophyllaceae). Turkish Journal of
Botany.
Tutin, T. G., Heywood, V. H., Burges, N. A.,
Valentine, D. H., Walters, S. M. et al.
(1964). Flora Europaea. Cambridge
University Press. 630 p.
UICN. (2012a). Lignes directrices pour
l’application des Critères de la Liste rouge
de l’UICN aux niveaux régional et national.
UICN. (2012b). Catégories et Critères de la
Liste rouge de l’UICN.
UICN, FCBN & MNHN. (2012). La
Liste rouge des espèces menacées en
France - Chapitre Flore vasculaire de
France métropolitaine : premiers résultats
pour 1000 espèces, sous-espèces et
variétés.
UICN France. (2011). Guide pratique pour la
réalisation de Listes rouges régionales des
espèces menacées Méthodologie de
l’UICN & démarche d’élaboration.
Valdés, B. (2002). Catalogue des plantes
vasculaires du Nord du Maroc, incluant des
clés d’identification. Vol. 1. Editorial
CSIC-CSIC Press. 491 p.
Vimal, R., Geniaux, G., Pluvinet, P.,
Napoleone, C. & Lepart, J. (2012).
Detecting threatened biodiversity by
urbanization at regional and local scales
using an urban sprawl simulation approach:
Application on the French Mediterranean
region. Landscape and Urban Planning,
104(4): pp. 343355.
Warnes, M. G. R., Bolker, B., Bonebakker, L.,
Gentleman, R., Liaw, A. et al. (2016).
Package “gplots.” Community ecology
package. Retrieved July 24, 2016,
Woodward, J. (2009). The physical geography
of the Mediterranean. Oxford University
Press on Demand.
Yan, Q., Liu, Z., Zhu, J., Yongming, L.,
Hongmei, W. et al. (2005). Structure,
pattern and mechanisms of formation of
seed banks in sand dune systems in
northastern Inner Mongalia, China. Plant
and Soil, 277: pp. 175184.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
47
7. ANNEXES
Annexe 1 : Parts d’herbier de Cerastium siculum conservées au CBNMed…..………...48
Annexe 2 : Bilan des herbiers et des exsiccata de Cerastium siculum consultés…...…….49
Annexe 3 : Tableau comparatif des critères botaniques des différents Cerastium annuels
méditerranéens (sous-section Fugacia). ............................................................................... 59
Annexe 4 : Tableau phytosociologique des relevés associés à Cerastium siculum ............ 60
Annexe 5 : Présentation des stations .................................................................................... 66
Bilan stationnel de Cerastium siculum
48
Annexe 1 : Parts d’herbier de Cerastium siculum conservées au CBNMed
Aude :
- La Guirlande, Fleury, Aude, France, in Herb. CBNMed, (06/06/2016, n° CB2590)
Bouches-du-Rhône :
- Carrière de la Fossette, Arles, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed,
(01/04/2016, n° CB2512)
- Carrefour du Tonkin, Arles, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed,
(31/03/2016, n° CB2522)
- Pont de l’Aube, Arles, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed, (22/04/2016,
n° CB2532)
- Cabanes Rouges, Arles, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed, (13/04/2016,
n° CB2686)
- Pompe du Tonkin, Arles, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed,
(31/03/2016, n° CB2599)
- Cassieu, Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône, France, in Herb. CBNMed,
(19/04/2016, n° CB2530)
- Grand Radeau, Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône, France, in Herb.
CBNMed, (20/04/2016, n° CB2540)
- Pont de Gau, Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône, France, in Herb.
CBNMed, (20/04/2016, n° CB2696)
- Montille des Vétérines, Fiélouse, Saintes-Maries-de-la-Mer, Bouches-du-Rhône,
France, in Herb. CBNMed, (21/04/2016, n° CB2569)
- Etang de l’Oiseau, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Bouches-du-Rhône, France, in Herb.
CBNMed, (31/03/2016, n° CB2600)
Gard :
- Relais des Tourades, Saint-Laurent-d’Aigouze, Gard, France, in Herb. CBNMed,
(05/04/2016, n° CB2609)
- Montago, Le Grau-du-Roi, Gard, France, in Herb. CBNMed, (05/04/2016,
CB2619)
- Boucanet, Le Grau-du-Roi, Gard, France, in Herb. CBNMed, (05/04/2016,
CB2570)
Hérault :
- Goug de Maldormir, Marseillan, Hérault, France, in Herb. CBNMed, (06/04/2016,
CB2579)
- Petit Bagnas, Agde, Hérault, France, in Herb. CBNMed, (06/04/2016, n° CB2589)
- La Cosse, Portiragnes, Hérault, France, in Herb. CBNMed, (17/05/2016, n° CB2580)
Var :
- Pinède des Pesquiers, Hyères, Var, France, in Herb. CBNMed, (21/03/2016,
CB2610)
Bilan stationnel de Cerastium siculum
49
Annexe 2 : Bilan des herbiers et des exsiccata de Cerastium siculum consultés.
Synonymes hétérotypiques de Cerastium siculum recherchés :
- Cerastium aggregatum Durieu Ex Bring., 1849
- Cerastium densiflorum Guss., 1832
Synonymes homotypiques de Cerastium siculum recherchés :
- Cerastium pumilum subsp. siculum (Guss.) Maire, 1932
- Cerastium semidecandrum subsp. densiflorum (Guss.) Arcang., 1882
- Cerastium semidecandrum subsp. siculum (Guss.) Arcang., 1882
Espèces confondues avec Cerastium siculum et recherchées dans les herbiers :
- Cerastium diffusum Pers., 1805
- Cerastium glomeratum Thuill., 1799
- Cerastium semidecandrum L., 1753
- Cerastium pumilum Curtis, 1777
- Cerastium sp.
Collections consultés :
Association Charles Flahault : Bouchard.
Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève (G) : Burnat, Général,
Reuter-Barbey.
Jardin botanique de Meise (BR) : Auquier, Delvosalle, Duvigneaud, Evrard,
Geerinck-Coutrez, Général, Magrier, Paul Sotiaux, Pelgrims.
MHN Aix-en-Provence (AIX): Achintre, Cousturier, Général, Jahandiez, Reynier.
MHN Marseille : Bigot, Général, Legré, Mercurin, Sauvaigo.
MHN Nice (NICE) : Barla, Gavelle, Général, Risso, Rochia, Vallot, Vidal.
MHN Toulon et du Var (TLON): Albert, Jacquart, Orsini.
Muséum national d’histoire naturelle (P) : Arènes, Bonnet, Camus, Decary, Drake,
France, Général, Humbert, Husnot, Lebel, Lefevre, Moulin, Ramond, Roussel,
Savouré.
Université Aix-Marseille (MARS) : Blanc, Castagne, Delmas, Lavagne, Roux,
Gabriel, Marnac, Sud de la France.
Université de Bologne (BOLO) : Bertoloni.
Université de Catane (CAT) : Tornabene.
Université de Clermont-Ferrand (CLF) : Général.
Université de Florence (FI) : Général.
Université de Montpellier 2 (MPU): Biche, Boissier de Sauvage, Cabanes, Carbonel,
CNRS/CEFE, Corre, Coste, Delile, Dubuis, ENSAM, Faure, Gareiso, Général, Le
Houérou, Loret et Barandon, Maire, Oliver, Pottier-Alapetite, Pradier, Revel, Rodié,
Sauvage, Squivet de Carondelet, Tallon, Terré, Vichet, Weiller, Xatard.
Université de Naples (NAP) : Gussone.
Université de Palerme (PAL) : Général.
Bilan stationnel de Cerastium siculum
50
Bilan des herbiers et des exsiccata de Cerastium siculum consultés. Les centuries ne sont pas incluses. Univ. = université; dét. = détermination; cf. à
confirmer ; scan = part consultée uniquement sur scan; photo = part consultée uniquement sur photographie ; - = absence d'information ; ? = non
lisible. En gras, les individus dont des critères botaniques ont été mesurés (Figure 5 A, B et C).
Institution
Index
Collection
Code
Récolteur
Dates
Description
Espèce inscrite
Espèce retenue
Commentaires
Association
Charles
Flahault
-
Bouchard
-
Bouchard
15/04/1953
Pelouse du sommet de la Sauvette
(Var)
Cerastium siculum
Cerastium pumilum
[dét. S.Traclet,
M.Pires &
H.Michaud -
03/06/2016]
Association
Charles
Flahault
-
Bouchard
-
Conrad
25/05/1971
Corse : Capo di Becco
Cerastium siculum
Cerastium siculum
[dét. S.Traclet,
M.Pires &
H.Michaud -
03/06/2016] -
dont 1
Cerastium
semidecandrum
CJB Genève
G
Burnat
-
Sommier
16/05/1901
Insula Pianosa: Punta Puepito
Cerastium siculum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Burnat
-
Sommier
04/04/1901
Insula Pianosa: Inter Microphytas
vulgatum
Cerastium siculum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Burnat
-
Sommier
30/04/1908
Etruria Prope Florentiam (Firenze),
in aggeribus loco dicto alla Nave al di
là dell Indiano della Cascine, alt.
40m, soio vario
Cerastium siculum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Burnat
-
Sommier
14/05/1908
Prope Florentiam al Galluzzo
Salika di Callagi
Cerastium siculum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Burnat
-
Huet
21/04/1873
Pelouses maritimes au ceinturon
d'Hyères (Var)
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Reuteur-
Barbey
-
Mercier
27/04/1862
Remparts de Toulon
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Perrier de la
Bâthie
-
Toulon
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Dupin
04/1862
Toulon
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Fauconnet
27/04/1862
Cap Brun Toulon
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Chambeiron
29/04/1861
Dans les prés du fort Lamalgue
Toulon
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Röthlisberger
15/05/1989
1870m, Collado del Cabrito, Sierra
Arana, Provincia de Grenada
Cerastium siculum
Cerastium pumilum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Perrier de la
Bâthie
-
Marseille
Cerastium siculum
Cerastium sp.
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Becker
14/04/1861
Hyères, pelouses maritimes
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Reynier
16/04/1912
Var: Toulon: Fort Lamalgue
Cerastium siculum forme
aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
Bilan stationnel de Cerastium siculum
51
Institution
Index
Collection
Code
Récolteur
Dates
Description
Espèce inscrite
Espèce retenue
Commentaires
CJB Genève
G
Général
-
Huet et
Jacquin
13/04/1860
Les Vieux Salins d'Hyères (Var)
Cerastium siculum forme
aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Girod
04/1913
Var : Draguignan
Cerastium pumilum forme
tetandrum
Cerastium
brachypetalum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Dumant
-
Marseille
Cerastium viscosum
Cerastium pumilum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Shuttleworth
04/1963
Vieux Salins près Hyères
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
CJB Genève
G
Général
-
Autheman
05/1973
Fos-les-Martigues (B-du-Rh). Berge
du canal
Cerastium aggregatum
Cerastium siculum
[dét. S. Traclet -
09/08/2016]
Jardin
botanique de
Meise
BR
-
BR0000021453137
Vanden
Berghen
15/04/1973
Arène dénudée, vers 180m. Bagnols-
en-Forêt (Var)
Cerastium siculum
Cerastium glomeratum
[dét. S.Traclet,
M.Pires -
05/07/2016]
Jardin
botanique de
Meise
BR
-