ArticlePDF Available

La pratique des échecs en milieu scolaire: Un regard sur le développement des habiletés en résolution de problèmes mathématiques et sur le sentiment d'appartenance des élèves de troisième cycle du primaire

Authors:
Canadian Journal for New Scholars in Education/ Volume 5, Numéro 1
Revue canadienne des jeunes chercheures et chercheurs en éducation Mars 2014
1
La pratique des échecs en milieu scolaire: Un regard sur le développement des habiletés en résolution de problèmes
mathématiques et sur le sentiment d’appartenance des élèves de troisième cycle du primaire
Thomas Rajotte
Université du Québec à Rimouski
rajt0001@uqar.qc.ca
Dominic Voyer
Université du Québec à Rimouski
dominic_voyer@uqar.qc.ca
Résumé
Cette étude s’intéresse à l’effet d’un programme scolaire d’enseignement des échecs sur le développement des
habiletés en résolution de problèmes mathématiques et sur le sentiment d’appartenance à l’égard de l’école des
élèves de cinquième année du primaire. Nous avons collaboré avec l’Académie d’échecs du Québec afin d’offrir un
programme scolaire d’enseignement des échecs à 67 élèves de cinquième année. Afin d’évaluer l’effet de
l’intervention sur le développement des habiletés en résolution de problèmes mathématiques et sur le sentiment
d’appartenance à l’égard de l’école, nous avons administré un prétest et un posttest aux participants à l’étude. Les
résultats de ces tests furent comparés à ceux d’un groupe contrôle composé de 84 élèves. L’analyse des données
nous a permis de voir un effet significatif du programme d’enseignement des échecs sur l’habileté en résolution de
problèmes mathématiques, ainsi qu’à l’égard d’une sous-dimension du sentiment d’appartenance, soit le sentiment
d’être accepté par les pairs.
Introduction
Notre étude va dans le sens des préoccupations du ministère de l’Éducation, du Loisir et des Sports (MELS)
concernant le désir de faire en sorte que l’ensemble des élèves se développe dans un contexte de réussite éducative.
Cet objectif du gouvernement vise à amener les jeunes du Québec, par leur processus de scolarisation, à actualiser
leur plein potentiel au sein de différents domaines de vie, soit les dimensions intellectuelle, affective, sociale,
culturelle et sportive.
Notre recherche, qui intervient sur deux dimensions de la réussite éducative, s’inscrit dans la lignée des études sur la
pédagogie par le jeu. En fait, notre projet consiste en l’évaluation des effets d’une intervention visant le
développement de l’élève du primaire par rapport à ses sphères intellectuelle et sociale. Nous avons agi sur la sphère
intellectuelle en choisissant de travailler l’habileté en résolution de problèmes mathématiques et sur la sphère sociale
en traitant du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école.
Nous avons choisi ces indicateurs, puisqu’ils sont liés à un cheminement scolaire réussi. En effet, un sentiment
d’appartenance positif à l’égard de l’école constitue un rempart contre le décrochage scolaire (Alexander, Pomerantz
et Horsey, 1997) en favorisant l’engagement et la persévérance scolaire lorsque l’élève rencontre des difficultés
CJNSE/RCJCÉ
2
passagères (Blondin, 2007). D’autre part, l’habileté en résolution de problèmes mathématiques est une composante
importante du développement intellectuel de l’enfant. Selon le National Council of Teachers of Mathematics
(NCTM), les aptitudes en résolution de problèmes constituent le point central à partir duquel les connaissances
mathématiques devraient se développer (NCTM, 2000).
Ce texte présente quatre sections distinctes. La première section aborde les enjeux de la réussite éducative au
Québec. La seconde section expose les définitions que nous adoptons concernant les concepts de résolution de
problèmes en mathématiques et de sentiment d’appartenance à l’égard de l’école. La troisième section présente le
devis quasi expérimental que nous avons utilisé. Puis, la dernière section aborde les résultats de l’étude, ainsi que
nos interprétations de ceux-ci.
Problématique
Depuis sa création en 1964, le ministère d’Éducation du Québec (MEQ) a mis de l’avant diverses politiques visant à
soutenir le cheminement scolaire de l’ensemble des élèves de la province. Dès son avènement, le MEQ (devenu
MELS par la suite) avait pour objectif premier de favoriser l’accès à l’éducation du plus grand nombre d’élèves à
l’intérieur du système scolaire québécois. Les savoirs et les connaissances à enseigner étaient dictés par le
curriculum scolaire (Loiselle, 2003). Puis, au fil des années, le ministère a réorienté sa démarche. En publiant son
rapport Prendre le virage du succès, en 1997, le gouvernement a adhéré à une philosophie selon laquelle la réussite
et le succès de chacun des apprenants deviendraient l’objectif principal à atteindre par l’ensemble des acteurs du
système d’éducation (Ménard, Hardy et Gauthier, 2003). Selon cet énoncé politique, qui prône le développement de
compétences, les enseignants doivent viser davantage la mobilisation des connaissances des élèves au sein de
situations concrètes (MEQ, 2001).
Cette idéologie de la réussite, qui se perpétue depuis la dernière décennie, constitue la pierre angulaire de l’action
gouvernementale en matière d’éducation. Ce discours ministériel vise à rallier tous les acteurs du système
d’éducation autour de cet objectif commun afin que ceux-ci travaillent conjointement à l’élaboration de programmes
d’intervention visant à hausser le niveau de réussite des élèves (MELS, 2005). Pour atteindre cet objectif, les
parents, les intervenants du réseau scolaire, les membres de la communauté et le gouvernement doivent collaborer à
la réussite éducative de l’élève (Secrétariat à la jeunesse, 2006). Pour ce faire, en concertation avec l’ensemble des
institutions impliquées dans le cheminement éducatif de l’élève, le plan d’action mis de l’avant par le gouvernement
entend déployer les efforts nécessaires afin que la jeunesse soit engagée dans sa réussite, et ce, au travers de toutes
les étapes de la croissance de l’enfant (Secrétariat à la jeunesse, 2006).
Dans cet ordre d’idées, la réussite ne doit pas être seulement mesurée en fonction des taux de réussite aux épreuves
ministérielles et du taux de diplômes décernés au cours d’une année scolaire. Celle-ci doit viser le bien-être,
l’accomplissement de soi ou le bonheur (Potvin, 2010). La réussite éducative prend tout son sens ici puisqu’elle
implique les différentes dimensions relatives au développement de l’élève (Conseil permanent de la jeunesse, 1996).
À cet effet, le MELS suggère de mesurer la réussite éducative en liant celle-ci à la mission de l’école québécoise qui
consiste à instruire, à socialiser, à qualifier, ainsi qu’à contribuer à développement des élèves en tant que futur
citoyen responsable (MELS, 2006; Potvin, 2010).
Plusieurs statistiques relatives à la situation du système d’éducation québécois justifient le plan d’action visant la
réussite éducative de l’enfant. À l’école primaire, 21,3% des élèves démontrent un retard scolaire d’une année ou
plus (Montmarquette et Meunier, 2001). Ce retard s’accentue au secondaire, comme le démontre le Secrétariat à la
jeunesse (2006) la proportion d’élèves provenant de la formation générale au secondaire qui accuse un retard
scolaire était établie à 26,9% en 2003-2004. D’autre part, l’importance d’agir sur les aspects affectifs et sociaux de
l’élève est mise en évidence par le faible taux d’obtention de diplômes au Québec qui, en 2005-2006, était de 70,2%
chez les 20 ans et moins. Dans cette cohorte, 13,6% des étudiants n’obtiendront jamais de diplôme (MELS, 2007).
De plus, l’enjeu de la réussite éducative prend sa pertinence à partir de l’objectif du système éducatif visant la
prévention du décrochage scolaire. En effet, le taux de décrochage se situait à 10,6% en 2002 (Statistique Canada,
2002). Selon le Conseil supérieur de l’éducation (1996), le décrochage scolaire doit être abordé selon une approche
systémique, puisque celui-ci ne peut s’expliquer à partir d’un seul facteur. Des interactions fonctionnelles entre la
vie affective et les acquisitions cognitives, ainsi que l’influence prépondérante de certains facteurs de la personnalité
CJNSE/RCJCÉ
3
ou de la vie sociale, permettent d’expliquer le processus menant au décrochage scolaire. Selon le Conseil supérieur
de l’éducation (1996), il est important de considérer l’aspect affectif de l’apprenant pour expliquer ce phénomène
puisque 41% des élèves qui abandonnent affirment ne pas aimer l’école et être insatisfaits des programmes.
Afin d’agir sur la réussite éducative des élèves et de favoriser le processus de scolarisation, deux indicateurs peuvent
notamment être considérés dans le cadre d’une intervention, soit l’habileté en résolution de problèmes
mathématiques et le sentiment d’appartenance à l’égard de l’école. Ces deux indicateurs permettent d’intervenir
simultanément sur les dimensions cognitive, sociale et affective de l’élève. En fait, les habiletés en résolution de
problèmes sont intimement associées au développement cognitif de l’individu (NCTM, 2000), tandis que le
sentiment d’appartenance à l’égard de l’école s’intègre au sein des dimensions sociale et affective de l’élève
(Connell et Wellborn, 1991).
Une façon d’agir simultanément sur ces deux indicateurs de la réussite éducative est la pédagogie par le jeu
(Pelligrini et Smith, 1998). En effet, par le jeu, les enfants développent leur sentiment d’appartenance à l’égard du
groupe qu’ils intègrent (Crowe, McMurthy et Taylor, 2006) et les interventions effectuées dans le cadre de la
pédagogie par le jeu permettent d’augmenter les habiletés en résolution de problèmes des apprenants (Campbell,
2004). Cela se justifie par le fait que les jeux offrent un contexte privilégié au développement des stratégies reliées à
la résolution de problèmes mathématiques (Tegano, Sawyers et Moran, 1989).
Afin de favoriser la réussite éducative des élèves, l’utilisation du jeu d’échecs semble constituer un outil privilégié.
Premièrement, cela s’explique par le fait que la pratique du jeu d’échecs permet d’agir sur l’habileté de l’élève en
résolution de problèmes. Ce constat est soutenu par létude empirique de Celone (2001). En second lieu, cela se
traduit par le fait que la documentation scientifique met en évidence que les échecs représentent un jeu stratégique
favorisant le développement de différentes habiletés cognitives (Noir, 2002).
De plus, l’apprentissage du jeu d’échecs a un effet sur plusieurs habiletés cognitives sollicitées dans le cursus
scolaire (Noir, 2002). En effet, la pratique des échecs permet de favoriser la capacité à effectuer un raisonnement
abstrait (Celone, 2001), le développement des habiletés visuospatiales (Smith, 1998) et le niveau d’attention
(Anderson, 2004).
Objectifs de recherche
En prenant comme prémisse que l’enseignement des échecs en milieu scolaire peut favoriser la réussite éducative,
nous avons voulu vérifier empiriquement l’effet d’un programme scolaire d’enseignement du jeu d’échecs sur le
développement de l’élève. Dans le cadre de ce projet de recherche, nous abordons un objet comportant deux
objectifs complémentaires, soit de vérifier l’effet du programme d’enseignement des échecs sur le développement de
l’habileté en résolution de problèmes, d’une part, et, d’autre part, sur le développement du sentiment d’appartenance
des élèves à l’égard de l’école. En lien avec l’évaluation de l’effet de la pratique des échecs en milieu scolaire, la
présente étude vise à répondre à la question suivante: Quel est l’effet d’un programme d’enseignement du jeu
d’échecs, effectué sur les heures scolaires, sur le développement de l’habileté en résolution de problèmes et sur le
sentiment d’appartenance à l’égard de l’école ?
Cadre de référence
Au sein de cette section, nous définirons les concepts clés de notre étude, c’est-à-dire l’habileté en résolution de
problèmes mathématiques et le sentiment d’appartenance à l’égard de l’école. En ce qui a trait au concept de
résolution de problèmes, nous entendons par problème une situation à l’intérieur de laquelle une personne poursuit
un but sans que celle-ci ne connaisse d’emblée le scénario de résolution permettant d’atteindre ce but (Tardif, 1992).
De plus, selon Poirier (2001), le problème doit constituer un défi raisonnable et être accessible à l’individu.
L’individu confronté à un problème donné se doit d’élaborer une série d’actions qui est à sa portée. À cet effet, Bair,
Haesbroeck et Haesbroeck (2000) définissent la résolution de problèmes comme un exercice de recherche qui
constitue, pour celui qui s’y attaque, un « défi » qui mobilise ses facultés et ses aptitudes de compréhension. Cette
démarche permet la mise en œuvre des connaissances dans des situations inédites.
CJNSE/RCJCÉ
4
Ensuite, le sentiment d’appartenance se définit comme le sentiment de l’élève d’être accepté, valorisé, inclus et
encouragé par les autres au sein de son environnement scolaire (Goodenow, 1993). L’élève doit sentir qu’il fait
partie intégrante de la vie et des activités de la classe. Cela correspond à un sentiment intérieur par lequel l’élève se
sent « chez soi » à l’école et par lequel il fait sien le projet d’apprentissage cognitif et de développement personnel
que véhicule l’école (Conseil supérieur de l’éducation, 1996). Le sentiment d’appartenance renvoie au besoin de
créer et de maintenir un minimum de relations interpersonnelles importantes, durables et positives (Deci et Ryan,
1991).
Méthodologie de l’étude
Dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé un devis quasi expérimental prétest/posttest avec groupe témoin non
équivalent. Le groupe expérimental, composé de 67 élèves, a fait l’objet d’un programme scolaire d’enseignement
des échecs dispensé par l’Académie d’échecs, un organisme à but non lucratif offrant de la formation au Québec. Le
programme était d’une durée de dix périodes d’enseignement, et ce, à raison d’une heure par semaine à l’intérieur
des heures de classe. Les résultats des participants sont comparés à ceux d’un groupe contrôle qui ne participe pas au
programme d’intervention (N = 84).
Huit enseignants de cinquième année ont participé à notre projet d’étude. Trois classes furent impliquées au sein du
groupe expérimental (N = 69), tandis que cinq classes ont permis de constituer le groupe contrôle (N = 98). Les
participants du groupe expérimental provenaient de la Commission scolaire des Découvreurs et les participants du
groupe contrôle, de la Commission scolaire des Navigateurs. Ces commissions scolaires se situent dans les régions
administratives du Centre-du-Québec et de Chaudière-Appalaches. Les classes du groupe contrôle étaient issues de
milieux socio-économiques comparables à ceux des classes formant le groupe expérimental.
Instrument d’évaluation
Deux prises de mesure furent effectuées dans le cadre de cette étude, soit un prétest et un posttest. Lors de chacune
des évaluations, un questionnaire écrit, comportant deux sections distinctes, fut soumis aux participants des deux
groupes. La première section de l’outil comportait quatre énoncés de résolution de problèmes écrits provenant de la
banque d’instruments de mesure de la société de Gestion du réseau information des commissions scolaires (GRICS).
Ces énoncés se caractérisaient par un niveau de difficulté adapté aux élèves de cinquième année du primaire.
D’autre part, la seconde section du test impliquait dix-huit énoncés visant à évaluer le sentiment d’appartenance à
l’égard de l’école. Ces énoncés provenaient du Psychological Sense of School Membership (PSSM), un instrument
de mesure qui fut validé en français par Boily (2002).
Analyses statistiques
Afin d’évaluer si la participation à un programme scolaire d’enseignement des échecs permettait de développer les
habiletés en résolution de problèmes mathématiques et le sentiment d’appartenance à l’égard de l’école, des analyses
de covariances (ANCOVA) furent effectuées. Au total, six ANCOVA furent réalisées, soit une concernant le niveau
global d’habiletés en résolution de problèmes, une en lien avec la variation du sentiment d’appartenance à l’égard de
l’école, ainsi que quatre autres en fonction de chacune des sous-échelles du sentiment d’appartenance.
Résultats
Résultats obtenus pour l’évaluation des habiletés à résoudre des problèmes mathématiques
Afin de vérifier l’effet d’un programme scolaire d’enseignement des échecs sur le développement des habiletés en
résolution de problèmes mathématiques, une analyse de covariance (ANCOVA) fut effectuée. Les résultats de ce
test sont rapportés dans le Tableau 1.
Tableau 1
CJNSE/RCJCÉ
5
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation des habiletés en résolution de problèmes
mathématiques
Analyse de covariance
Source
Somme des
carrés
df
Moyenne des
carrés
F
P
Groupe
1,892
1
1,892
5,965
0,016
Prétest
3,408
1
3,408
10,747
<0,001
Erreur
46,932
148
0,317
L’analyse des données suggère une différence statistiquement significative entre les résultats des participants du
groupe expérimental par rapport à ceux du groupe contrôle au posttest (F (1,148) = 5,965 ; p = 0,016). Cette
différence, en faveur des élèves du groupe expérimental, permet de confirmer que la pratique des échecs favorise le
développement des habiletés en résolution de problèmes des élèves de cinquième année.
Analyse concernant l’évaluation du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école
De plus, concernant l’évaluation du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école, cinq analyses de covariance
distinctes furent effectuées. En fait, une première analyse de covariance fut réalisée afin de vérifier s’il existait une
différence entre les participants du groupe expérimental et du groupe contrôle concernant l’évaluation globale du
sentiment d’appartenance à l’égard de l’école. Par la suite, quatre analyses de covariance distinctes furent effectuées
afin de déterminer s’il y avait une différence entre les résultats du groupe expérimental et du groupe contrôle, et ce,
par rapport aux quatre sous-dimensions du sentiment d’appartenance, soit la relation auprès des élèves, la relation
auprès de l’enseignant, le sentiment d’être accepté, ainsi que le lien qui unit l’élève au milieu scolaire.
Afin de déterminer l’effet du programme d’enseignement du jeu d’échecs sur le développement du sentiment
d’appartenance à l’égard de l’école des élèves de cinquième année, une ANCOVA fut effectuée. Les résultats de ce
test sont rapportés dans le Tableau 2.
Tableau 2
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école
Analyse de covariance
Source
Somme des
carrés
df
Moyenne des
carrés
F
P
Groupe
0,122
1
0,122
0,532
0,467
Prétest
11,723
1
11,723
50,952
<0,001
Erreur
33,723
146
0,230
À la lumière des données obtenues, nous ne constatons aucune différence statistiquement significative entre les deux
groupes concernant le résultat à l’évaluation du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école (F (1,146) = 0,532 ; p =
0,467). C’est donc dire que, par rapport au développement du sentiment d’appartenance à l’égard de l’école, nous
n’avons pas été en mesure d’identifier de différence entre les élèves du groupe expérimental et les élèves du groupe
contrôle. Passons maintenant aux analyses des dimensions particulières du sentiment d’appartenance.
Afin de déterminer l’effet du programme d’enseignement du jeu d’échecs sur la relation de l’enfant de cinquième
année avec dautres élèves de sa cohorte, une ANCOVA fut effectuée. Les résultats de ce test sont rapportés dans le
Tableau 3.
CJNSE/RCJCÉ
6
Tableau 3
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation de la relation de l’élève auprès de ses pairs
Analyse de covariance
Source
Somme des
carrés
df
Moyenne des
carrés
F
P
Groupe
4,375 E-02
1
4,375 E-02
0,156
0,694
Prétest
14,021
1
14,021
50,041
<0,001
Erreur
40,908
146
0,280
Par rapport à l’évaluation de la relation des élèves avec leurs pairs, nous n’avons pas été en mesure d’identifier une
différence significative entre les deux groupes (F (1,146) = 0,156; p = 0,694). Cela ne permet pas d’inférer que les
élèves qui participent au programme d’enseignement des échecs ont une meilleure relation avec leurs pairs que les
jeunes qui ne pratiquent pas le jeu d’échecs.
Afin de déterminer l’effet de l’intervention sur la relation de l’enfant de cinquième année avec le personnel
enseignant, une ANCOVA fut effectuée. Les résultats de ce test sont rapportés dans le Tableau 4.
Tableau 4
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation de la relation de l’élève auprès du personnel
enseignant
Source
Somme
des
carrés
df
Moyenne
des
carrés
F
P
Groupe
0,235
1
0,235
0,674
0,413
Prétest
7,660
1
7,660
22,025
<0,001
Erreur
50,776
146
0,348
Par rapport à l’évaluation de la relation des élèves auprès de leurs enseignants, nous n’avons pas été en mesure
d’identifier une différence entre les deux groupes. (F (1,146)=0,674 ; p=0,413) Cela ne permet pas d’inférer que les
élèves qui participent au programme d’enseignement des échecs ont une meilleure relation avec le personnel
enseignant.
Afin de déterminer l’effet de l’intervention sur le sentiment de l’élève d’être accepté par ses pairs, une ANCOVA fut
effectuée. Les résultats de ce test sont rapportés dans le Tableau 5.
Tableau 5
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation du sentiment de l’élève d’être accepté par ses pairs
Source
Somme
des
carrés
df
Moyenne
des
carrés
F
P
Groupe
2,777
1
2,777
4,099
0,045
Prétest
21,082
1
21,082
31,119
<0,001
Erreur
98,908
146
0,677
CJNSE/RCJCÉ
7
Par rapport à l’évaluation du sentiment d’être accepté, l’analyse de covariance permet de percevoir une différence
statistiquement significative entre les résultats des élèves ayant participé au programme d’enseignement des échecs
par rapport aux enfants qui n’y sont pas impliqués (F (1,146)= 4,099 ; p = 0,045). À la lumière de ces données, nous
pouvons affirmer que les élèves qui ont participé à l’intervention se sentent mieux acceptés par leurs pairs que les
élèves qui ne participent pas au programme en milieu scolaire.
Afin de vérifier l’effet de l’intervention sur le sentiment de l’élève d’être lié à son école, une ANCOVA fut
effectuée. Les résultats de ce test sont rapportés dans le Tableau 6.
Tableau 6
Résultats de l’analyse de covariance concernant l’évaluation du lien qui unit l’élève à son école
Source
Somme
des
carrés
df
Moyenne
des
carrés
F
P
Groupe
1,294
1
1,294
2,818
0,095
Prétest
12,200
1
12,200
26,566
<0,001
Erreur
67,047
146
0,459
Par rapport à l’évaluation du lien qui unit l’élève à son école, nous n’avons pas été en mesure d’identifier de
différences significatives entre les deux groupes (F (1,148)= 2,818; p = 0,095). Cela ne permet pas d’inférer que les
élèves qui participent à un programme scolaire d’enseignement des échecs se sentent plus unis à leur école que les
élèves qui ne participent pas à ce type de programme.
Discussion
À la lumière des données obtenues, nous observons que la participation à un programme scolaire d’enseignement
des échecs favorise le développement des habiletés en résolution de problèmes mathématiques des élèves de
cinquième année du primaire. Ce constat nous amène à conclure que l’activité de résolution de problèmes
échiquéens permet de développer des habiletés qui se transfèrent à la résolution de problèmes mathématiques. Ces
résultats sont corroborés par létude empirique de Celone (2001). Par ailleurs, il est important d’apporter un certain
recul à l’égard de ces résultats puisque les recherches de Hong (2005) et de Garcia (2008), qui furent menées auprès
d’élèves à risque et d’élèves provenant d’un milieu socio-économique faible, n’ont pas permis d’identifier un apport
de la pratique du jeu d’échecs sur le développement des habiletés en résolution de problèmes mathématiques. À cet
effet, nous émettons l’hypothèse selon laquelle la pratique scolaire du jeu bénéficie particulièrement aux élèves tout-
venant. Par contre, il est possible que des adaptations soient nécessaires à l’élaboration de programmes scolaires
d’enseignement des échecs afin que les élèves ayant des besoins particuliers puissent tirer parti de cette intervention.
Conséquemment, nous suggérons de mettre en branle des études complémentaires permettant d’attester l’effet d’un
programme d’intervention adapté aux élèves à risque, tels des programmes de mentorat, des programmes de pratique
des échecs en grandeur nature, ou des programmes impliquant la participation d’une autorité parentale.
Concernant l’évaluation du sentiment d’appartenance, notre étude n’a pas permis de dégager un effet de la pratique
des échecs en milieu scolaire sur le développement de cet indicateur de la réussite éducative. Par contre, les résultats
de notre recherche permettent d’identifier quelle sous-dimension du sentiment d’appartenance est influencée par le
programme d’intervention. En fait, nous avons dégagé que le programme scolaire d’enseignement des échecs permet
de développer le sentiment de l’élève d’être accepté par ses pairs. Ces résultats nous amènent à conclure que la
participation à un programme d’enseignement des échecs permet d’agir sur la dynamique d’un groupe en favorisant
positivement la perception des élèves d’être acceptés par leurs compagnons de classe. Ce constat est corroboré par la
documentation scientifique traitant de la pédagogie par le jeu. En effet, selon Widerstrom (2005), en jouant, l’enfant
apprend à interagir socialement et à apprécier la compagnie de ses pairs.
CJNSE/RCJCÉ
8
En prenant appui sur ces résultats, nous recommandons l’implantation de programmes scolaires d’enseignement du
jeu d’échecs au niveau du primaire. Par ailleurs, nous devons mentionner que certains biais diminuent notre capacité
de généraliser ces résultats à l’ensemble des élèves québécois de cinquième année. Premièrement, nous soulignons
un biais au niveau de la validité écologique de notre projet. En fait, les élèves des groupes expérimental et témoin
provenaient exclusivement des régions administratives de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.
Conséquemment, il est difficile de généraliser nos résultats aux élèves provenant de l’extérieur de ces régions. De
plus, nous devons souligner une limite au niveau de l’intervention que nous avons évaluée. En effet, l’évaluation du
programme d’enseignement des échecs fut réalisée sur un seul trimestre scolaire. Il serait à propos de mettre en
œuvre des études longitudinales d’évaluation de la pratique des échecs en milieu scolaire sur le développement de
divers indicateurs de la réussite éducative.
Conclusion
Cette recherche visait à évaluer l’effet d’un programme scolaire d’enseignement des échecs sur le développement
des habiletés en résolution de problèmes mathématiques et sur le sentiment d’appartenance à l’égard de l’école des
élèves de cinquième année du primaire. Les résultats de cette étude ont permis de montrer que l’utilisation du jeu
d’échecs en milieu scolaire permettrait de favoriser le développement de l’habileté à résoudre des problèmes et le
sentiment de l’élève d’être accepté par ses pairs.
Ces résultats permettent d’alimenter les réflexions des intervenants en milieu scolaire et d’enrichir les connaissances
concernant les interventions en résolution de problèmes mathématiques. En fait, ces données de recherche nous
amènent à penser que l’activité de résolution de problèmes propre au jeu d’échecs favorise le développement de
l’habileté à résoudre des problèmes en mathématiques. Nous croyons donc que des activités d’enseignement et
d’apprentissage basées sur le jeu d’échecs peuvent constituer un moyen intéressant d’aborder la résolution de
problèmes en classe, particulièrement en considérant que le jeu d’échecs a la réputation de plaire aux garçons. Nous
pensons qu’il serait pertinent de développer ultérieurement des projets de recherche visant à évaluer spécifiquement
l’effet du jeu d’échecs sur la réussite scolaire des garçons.
D’autre part, les résultats de notre étude, concernant l’évaluation du sentiment de l’élève d’être accepté par ses pairs,
démontrent l’efficacité du jeu d’échecs en tant qu’outil éducatif pour les élèves de troisième cycle. En effet, selon
Rienhard et Ott (1994), à l’âge de la préadolescence, l’école devient le centre de la vie en dehors de la famille. De ce
fait, nous concevons que l’intervention que nous avons mise de l’avant est d’une grande pertinence, puisqu’elle
permet de favoriser positivement l’appréciation et l’implication des élèves au sein d’une institution ayant un rôle
prépondérant lors de la préadolescence. Nous pensons que l’étude de l’effet du jeu d’échecs sur le développement
social de l’élève pourrait constituer une voie novatrice à entreprendre dans le cadre des recherches en sciences de
l’éducation.
CJNSE/RCJCÉ
9
Références
Alexander, K. L., Entwisle, D. R. et Horsey, C.S. (1997). From first grade forward: Early foundations of high school
dropout. Sociology of Education. 70(2), 87-107.
Anderson, T. L. (2004). The relation between gender, age, giftedness, and chess activity and attention in middle
school students (Thèse inedite). University of Houston, États-Unis: Texas.
Bair, J., Haesbroeck, G. et Haesbroeck, J. J. (2000). Formation mathématique par la résolution de problèmes.
Bruxelles: DeBoeck Université.
Boily, R. (2002). Étude descriptive longitudinale du sentiment d’appartenance envers l’école chez des élèves du
secondaire des secteurs publics et privés. (Thèse inédite). Université du Québec à Montréal, Canada:
Québec.
Blondin, D. (2007). Étude des relations entre la participation de l’élève en classe, les expériences sociales entre les
pairs et le sentiment d’appartenance au début de la fréquentation scolaire (Thèse inédite).Université du
Québec à Montréal, Canada: Québec.
Campbell, H. (2004). Landsapes for learning: Effective planning of naturalized pond environments in schools
ground (Mémoire inédit). University of Guelph, Canada: Ontario.
Celone, J. (2001). The effects of a chess program on abstract reasoning and problem-solving in elementary school
children (Mémoire inédit). Southern Connecticut State University, États-Unis: Connecticut.
Connell, J. P. et Wellborn, J. (1991). Competence, autonomy and relatedness: a motivational analysis of self-system
processes. Dans M. R. Gunnar et L. A. Sroufe (Dir.). Self processes and development: The Minnesota
symposium on child development (Vol. 23, p. 43-77). Hillsdale, NJ: Erlbaum
Conseil permanent de la jeunesse. (1996). Pour accroître la réussite éducative, le temps est venuQuébec: Conseil
permanent de la jeunesse.
Conseil supérieur de l’éducation. (1996). Contre l’abandon au secondaire: rétablir le sentiment d’appartenance.
Sainte-Foy: Conseil supérieur de l’éducation.
Crowe, R; McMurthy, Z. et Taylor, S. (2006). Integrating reading aloud and play to encourage meaningful
connections. PlayRights 28(2), 4-10.
Deci, E. L. et Ryan, R. M. (1991). A motivational approach to self: Integration in personality. In Dienstbier, R.
(Ed.), Nebraska symposium on motivation: perspectives on motivation (Vol. 38, p. 237-288). Lincoln, NE:
University of Nebraska Press.
Garcia, N. V. (2008). Scholastic chess participation and the academic achievement of Hispanic fifth grade students
in South Texas. Thèse inédite, University of Houston, États-Unis: Texas.
Goodenow, C. (1993). The psychological sense of school membership among adolescents: Scale development and
educational correlate. Psychology in the School, 30(1), 79-90.
Hong, S. (2005). Cognitive effects of chess instruction on students at risk for academic failure (Thèse inédite).
University of Minnesota, États-Unis: Minnesota.
Loiselle, J. (2003). Organisation de l’éducation au Québec (Version 4) [Document audio-visuel]. Québec: Université
du Québec.
Ménard, L., Hardy, M. et Gauthier, R. (2003). La formation professionnelle et technique Dans. Organisation de
l’éducation au Québec. [Document audiovisuel]. Québec: Université du Québec.
Ministère de l’Éducation. (2001). Programme de formation de l’école québécoise. Québec: Gouvernement du
Québec.
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. (2005). Plan stratégique du ministère de l’Éducation, du Loisir et du
Sport, 2005-2008. Québec: Gouvernement du Québec.
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. (2006). L’école, j’y tiens! Tous ensemble pour la réussite scolaire.
Québec: Gouvernement du Québec.
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. (2007). Indicateurs de l’éducation. Québec: Gouvernement du
Québec.
Montmarquette, C. et Meunier, M. (2001). Le système scolaire québécois: état de la situation et éléments de
réflexion: CIRANO. Récupéré le 18 novembre 2012 du site: http://cirano.qc.ca/pdf/publication/2001RP-
09.pdf.
National Council of Teachers of Mathematics. (2000). Principles and standards of school mathematics. Reston, VA:
NCTM.
Noir. M. (2002). Le développement des habiletés cognitives de l’enfant par la pratique du jeu d’échecs: essai de
modélisation d’une didactique du transfert (Thèse inédite). Lyon: Université Lumière.
CJNSE/RCJCÉ
10
Pelligrini, A. D. & Smith, P. K. (1998). Physical activity play: Consensus and debate. Child Development, 69(3),
609-610.
Poirier, L. (2001). Enseigner les maths au primaire. Québec: Éditions du renouveau pédagogique inc.
Potvin, P. (2010). La réussite éducative. Définition du concept. Document présenté au CRTEQ. Récupéré le 26
octobre 2012 du site: http://www.pierrepotvin.com/6.%20Publications/publication.htm.
Reinhard, H. G. et Ott, G. (1994). Stress scolaire et personnalité. Dans M. Bolognini, B. Plancherel, R. Nunez, et W.
Bettschart (Dir.). Préadolescence: théorie, recherche et clinique (p.107-117), Paris: ESF éditeur.
Secrétariat à la jeunesse. (2006). Pour une jeunesse engagée dans sa réussite: stratégies d’action jeunesse 2006-
2009. Québec: Gouvernement du Québec.
Smith, J. P. (1998). A quantitative analysis of the effects of chess instruction on the mathematics achievement of
southern, rural, black secondary students (Thèse inedite).,Louisiana Tech University, États-Unis: Louisiane.
Statistique Canada. (2002). Réussite scolaire: l’écart entre les garçons et les filles. Ottawa: Statistique Canada.
Tardif, J. (1992). Pour un enseignement stratégique: L’apport de la psychologie cognitive. Montréal: LOGIQUES.
Tegano, D. W., Sawyers, J.K. & Moran, J.D. (1989). Problem-finding and solving in play: The teacher’s role.
Childhood Education, 66(2), 92-97.
Widerstrom, A. H. (2005). Achieving learning goals through play: Teaching young children with special needs.
Baltimore, MD: Paul H. Brookes Publishing Co.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
This article discusses the development and validation of a measure of adolescent students' perceived belonging or psychological membership in the school environment. An initial set of items was administered to early adolescent students in one suburban middle school (N = 454) and two multi‐ethnic urban junior high schools (N = 301). Items with low variability and items detracting from scale reliability were dropped, resulting in a final 18‐item Psychological Sense of School Membership (PSSM) scale, which had good internal consistency reliability with both urban and suburban students and in both English and Spanish versions. Significant findings of several hypothesized subgroup differences in psychological school membership supported scale construct validity. The quality of psychological membership in school was found to be substantially correlated with self‐reported school motivation, and to a lesser degree with grades and with teacher‐rated effort in the cross‐sectional scale development studies and in a subsequent longitudinal project. Implications for research and for educational practice, especially with at‐risk students, are discussed.
Conference Paper
This study examined the cognitive effects of chess instruction on thirty-eight students at risk for academic failure. The analysis found no significant differences between the cognitive changes registered by the treatment group and the control group. However, for the chess group, participant chess rating was significantly correlated with TONI-3 scores. The findings indicated that student acquisition of high chess ratings contributes to the improvement of cognitive skills rather than student mere exposure to chess.
Article
In tracking the educational progress of a sample of Baltimore school-children from entrance into first grade in fall 1982 through early spring 1996, the authors examined the children's personal qualities, first-grade experiences, and family circumstances as precursors to high school dropout. Logistic regression analyses were used to identify predictors of dropout involving family context measures (stressful family changes, parents' attitudes, and parents' socialization practices), children's personal resources (attitudes and behaviors), and school experiences (test scores, marks, and track placements). These various measures were found to influence dropout independently of sociodemographic factors and account for much of the difference in the odds of dropout associated with family socioeconomic status, gender, family type, and other "risk factors." The authors take a life-course perspective on dropout, viewing it as the culmination of a long-term process of academic disengagement.
Article
Describes problem-finding (defining and structuring a problem) as a step in the creative process. Children who are encouraged to find and try out various solutions to problems are more apt to learn generalizable skills and be better equipped to cope with real-life problems than children who are presented with teacher-made problems and then taught one "right" solution. Providing a psychologically safe environment, planning activities around children's interests and allowing them a part in the decision-making process, suspending judgment of children's ideas, and providing time to create and pursue ideas are teaching strategies that facilitate problem finding and solving in young children. (PsycINFO Database Record (c) 2012 APA, all rights reserved)
Article
This article discusses the development and validation of a measure of adolescent students' perceived belonging or psychological membership in the school environment. An initial set of items was administered to early adolescent students in one suburban middle school (N = 454) and two multi-ethnic urban junior high schools (N = 301). Items with low variability and items detracting from scale reliability were dropped, resulting in a final 18-item Psychological Sense of School Membership (PSSM) scale, which had good internal consistency reliability with both urban and suburban students and in both English and Spanish versions. Significant findings of several hypothesized subgroup differences in psychological school membership supported scale construct validity. The quality of psychological membership in school was found to be substantially correlated with self-reported school motivation, and to a lesser degree with grades and with teacher-rated effort in the cross-sectional scale development studies and in a subsequent longitudinal project. Implications for research and for educational practice, especially with at-risk students, are discussed.
Article
We consider areas of consensus, including the value of an evolutionary perspective and the utility of exploring variations in physical activity play. We also consider areas of debate, including the nonplay/play distinction, functions of R & T, and the opportunities of juveniles for exercise training. We call for more directed research in this neglected area of children's behavior and development.
Article
Thesis (Ph. D.)--University of Houston, 2004. Degree granted by College of Education. Includes bibliographical references (leaves 68-78).