Thesis

Espace acoustique et patrons coarticulatoires : les voyelles de l’arabe libyen de Tripoli en contexte pharyngalisé.

Authors:
To read the full-text of this research, you can request a copy directly from the author.

Abstract

Ce travail de recherche porte sur un aspect phonétique qui s’inscrit dans trois domaines, la phonétique, la dialectologie et la sociophonétique arabes. Notre démarche, nos outils et nos analyses sont phonétiques par essence. Nous avons analysé la fréquence des trois premiers formants [F1, F2, F3] des voyelles cardinales brèves /i, u, a/ de l’arabe libyen de Tripoli (ALT) et nous avons alterné le contexte phonétique consonantique pharyngalisé / tˁ, sˁ, dˁ/ vs non pharyngalisé / t, s, d/ afin de vérifier l’impact de celui-ci sur la fréquence centrale des formants. Cependant, les résultats ainsi obtenus nous ont permis de comparer l’ALT à d’autres variétés populaires arabes modernes. Comme ils nous ont permis d’opérer des distinctions sociales fondamentales, comme celle du gender. Notre problématique articule la question de la réalisation de l’espace acoustique des voyelles en ALT avec le contraste consonantique de pharyngalisation, les patrons coarticulatoires qui en résultent ainsi que l’outil ‘équation de locus’ pour les révéler, tout cela dans une dimension de stratification sociale par le gender. Trois hypothèses de travail ont été présentées, la première sur la variation de l’espace vocalique et ses motivations, la deuxième sur la pertinence de l’utilisation de l’équation de locus et la troisième sur les distinctions liées au gender. Nos résultats, fondés sur l’analyse d’un corpus de mots trisyllabiques [C1V1- C2V2- C3V3] où C était soit une consonne pharyngalisée /s ˁ, t ˁ, d ˁ/, soit une consonne non pharyngalisée /s, t, d/, V étant une des trois voyelles brèves cardinales /i, u, a/, lu par dix locuteurs (6 hommes et 5 femmes) permettent de valider nos trois hypothèses : la variation des valeurs formantiques des voyelles, de l’espace acoustique et de la distance entre les deux premiers formants en fonction des trois facteurs : 1) le contexte consonantique (pharyngalisé vs non pharyngalisé) ; 2) la position prosodique (accentué vs inaccentué) ; et 3) la distinction sociale (homme vs femme). Notre travail a pu répondre positivement aux objectifs qui lui ont été assignés au départ : 1) sur le plan phonétique, donner un aperçu du système vocalique de l’ALT et de sa variation en fonction de la pharyngalisation ; 2) sur le plan dialectologique, répondre aux questions de la typologie dialectale arabe et le classement de l’arabe libyen, dialecte oriental vs dialecte maghrébin ; et 3) sur le plan sociophonétique, vérifier la profonde distinction sociale, parole de femme vs parole d’homme

No full-text available

Request Full-text Paper PDF

To read the full-text of this research,
you can request a copy directly from the author.

Article
The Libyan varieties of both Arabic and Berber are among the least researched in their respective fields. In order to facilitate the study of these varieties, we present an annotated bibliography of all relevant research that could be identified up until the middle of 2016. With this, we aim to identify both the gaps in current and the possibilities for future research. Studies are grouped into Arabic and Berber sections, and subgrouped according to region. For Arabic, dialects of Tripoli and western regions, Benghazi and eastern regions, Fezzan and southern regions, as well as Jewish dialects, are treated. For Berber, varieties of Zwara, the Nafusa mountains, Sokna and El-Foqaha, and Awjila, and Tuareg are treated. Short introductions highlighting the most important studies precede bibliographic references and brief comments are given when of interest.
Chapter
Full-text available
Cette étude prend appui sur les classifications géo- et socio-dialectales ainsi que sur le peuplement ancien et récent de plusieurs régions du Monde arabe pour explorer certaines facettes des parlers citadins modernes. Elle s’intéresse plus particulièrement à la réalisation de la pharyngalisation et à ses motivations sociales. Des données acoustiques variées seront présentées, en particulier des enregistrements de locuteurs issus de 10 villes différentes allant de l’Orient (Machrek) vers l’Occident (Maghreb) arabes (Sanaa, Taëf, Koweït City, Amman, Alep, Beyrouth, Khartoum, Tripoli, Tlemcen, Fès) ainsi que des données relatives aux différences du genre au Koweït et en Libye. Les résultats tendent à montrer une préférence relative pour les formes phonétiques citadines, moins standard, aux dépens des formes rurales bédouines standard. Le choix systématique de formes vernaculaires traduit la sensibilité des locuteurs au prestige local du vernaculaire plutôt qu’à son caractère standard.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.