ArticlePDF Available

Le Toarcien moyen (zones à Bifrons et à Variabilis, Jurassique inférieur) des Corbières (Aude, France). Biostratigraphie et évolution sédimentaire

Authors:
Article

Le Toarcien moyen (zones à Bifrons et à Variabilis, Jurassique inférieur) des Corbières (Aude, France). Biostratigraphie et évolution sédimentaire

13
LE TOARCIEN MOYEN
(ZONES A BIFRONS ET A VARIABILIS,
JURASSIQUE INFERIEUR) DES CORBIERES
(AUDE, FRANCE)
BIOSTRATIGRAPHIE ET EVOLUTION SEDIMENTAIRE
Philippe Fauré*
Introduction
Toarcien
, ou Lias supérieur (-184 Ma
à -175 Ma), est représenté dans les Corbières
(Fig.1) par une assise marneuse d’une soixan-
taine de mètres d’épaisseur dont l’aspect le plus
typique est celui des marnes schisteuses noires
à fossiles pyriteux. Ces « marnes toarciennes »,
tendres et fréquemment érodées en « bad lands »
s’inscrivent dans une entité sédimentaire unique, la
Formation (Fm.) Bizanet
(Fauré, 2002), interpo-
sée entre le relief de deux assises aux roches plus
indurées, au-dessous, la « Barre à Pecten » du
Pliensbachien supérieur (Lias moyen) et, au-des-
sus, les couches calcaréo-dolomitiques du Dogger
(Jurassique moyen).
Le Toarcien est l’étage le plus anciennement
reconnu dans les Corbières. Boué (1833), d’Ar-
chiac (1856, 1859) citent les premiers fossiles
dans la région de Narbonne et Roland du Roquand
(1844), dans la région de Fontjoncouse. Dès 1850,
d’Orbigny signale comme remarquables, dans
son « Prodrome de Paléontologie », des fossiles
toarciens des environs de Tuchan. Il en décrira
plusieurs espèces dans la « Paléontologie fran-
çaise » (de 1842 à 1852). Depuis, l’«
Ammonites
bifrons
» et de très nombreux fossiles se rapportant
au Toarcien moyen seront identi és par Noguès
(1862a, b), Viguier (1887), Doncieux (1903), puis
par Dubar (1924, 1925) à qui l’on doit le premier
découpage en zones d’ammonites du Toarcien de
l’Aude.
De nouvelles récoltes d’ammonites bien repé-
rées stratigraphiquement nous ont permis de
préciser la succession des ammonites (Fauré,
1981, 1984, 2002) et de bien identi er au sein du
Toarcien moyen
, toutes les divisions chronos-
tratigraphiques standards connues en Europe
nord-occidentale (Elmi
et al.
, 1977) dans la
Zone à
Bifrons et la Zone à Variabilis
.
Toutes ces datations nous permettent de mettre
en évidence un certain nombre de discontinuités
sédimentaires, voire de lacunes de dépôt plus ou
moins longues, que l’apparente homogénéité des
sédiments marneux ne laissait pas présager. Ces
perturbations sédimentaires sont particulièrement
évidentes dans les Corbières méridionales.
Lithostratigraphie
Bien que la Formation offre son meilleur déve-
loppement dans le Lobe de Bizanet de la Nappe
des Corbières, c’est dans la partie centrale des
Corbières orientales, que les « marnes toarcien-
nes » offrent leurs coupes les plus complètes et
les plus fossilifères. Les dépôts du Toarcien moyen
s’y inscrivent dans deux membres lithostratigraphi-
ques séparés par une discontinuité sédimentaire
bien marquée (discontinuité S2
in
Fauré, 2002) :
- le
Membre (Mb.) des Calcaires argileux oolithi-
ques de la Combe de Péreille,
- le
Membre (Mb.) des Marnes grises à des
Palats
.
Dans les Corbières, les dépôts du Toarcien moyen s’intègrent dans la partie inférieure
de la Formation Bizanet. Ils s’inscrivent dans les deux zones d’ammonites à Bifrons et
à Variabilis dont la totalité des sous-zones et des horizons standards connus en Europe
occidentale est identi ée. Les principales ammonites du Toarcien moyen sont décrites et
gurées.
Mots-clés :
Toarcien, Lias, Ammonitina, Corbières, Aude, Pyrénées.
Middle Toarcian (Bifrons and Variabilis zones in the Corbières (Aude, France).
Biostratigraphy, et sedimentary évolution.
In the Corbières, the Toarcian deposits  t in
the lower part of the Bizanet Formation. The biostratigraphical study of the Ammonites can
properly identify its two standard zones : Bifrons and Variabilis zones, and most of the sub-
zones and horizons known in Western Europe. The mains Meedle Toarcien Ammonites are
described and  gured.
1 - Fauré
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
14
1 - Unités externes de la Nappe des Corbières.
Massif de Pied du Poul
La Fm. Bizanet af eure largement au Nord du Col
de Péreille (Nord-Est de Fraisse-des-Corbières)
( g.1) elle repose sur l’importante discontinuité
qui limite, à son sommet, le Pliensbachien supé-
rieur (discontinuité M5
in
Fauré, 2002) et matéria-
lise la lacune du Toarcien inférieur.
Elle comporte, de bas en haut :
- Calcaires argileux de la Combe de Péreille
(5 m).
Cette première assise de marnes et de calcaires
ocres est agencée en quatre séquences succes-
sives ( g.2) :
a - Marnes rousses à
Harpoceras
sp. (possible
Harpoceras sp. (possible Harpoceras
Zone à Serpentinum)(niv. 3), puis banc de cal-
caire ocre à
Hildoceras
sp. juv
et
Maconiceras
sp.
Maconiceras sp. Maconiceras
de la base de le Zone à Bifrons (niv. 4)(0,5 m).
b - Marnes beiges intercalées de bancs de calcai-
res argileux ocres, noduleux, à rares bélemnites et
ammonites de la Sous-zone à Sublevisoni, Horizon
à Tethysi (niv. 10). Le dernier banc, condensé, à
H. lusitanicum
(Horizon à Lusitanicum)(niv. 14)
est surmonté par le hard-ground ferrugineux de la
discontinuité Sc (2,5 m).
c - Marnes ferrugineuses à
H.
gr.
lusitanicum
(Horizon à Lusitanicum)(niv. 14.1) surmontées par
un nouveau banc de calcaire condensé, très riche
en
H. apertum
resédimentés (Horizon à Apertum)
(niv. 18), expression d’une discontinuité Sd.
d - Marnes bioclastiques à nombreux
H. bifrons
(niv. 18.1) surmontées par un nouveau banc de
calcaire ocre, condensé, à bélemnites et
H.
gr.
bifrons
phosphatées et resédimentés nombreux
bifrons phosphatées et resédimentés nombreux bifrons
(niv. 19) (0,70 m).
Le Membre est surmonté par un hard-ground
correspondant à la discontinuité régionale S2,
intra-Bifrons.
- Marnes grises des Palats
(38,5 m).
Ce sont les
« marnes toarciennes » proprement dites, compo-
sées de marnes brunes légèrement schisteuses,
très bioclastiques, intercalées de niveaux luma-
chelliques à petits mollusques :
Propaemussium,
Astarte
,
Paleonucula, Amberleya
. Les ammonites
s’y échelonnent de la Sous-zone à Bifrons (sur 5
m) à la Zone à Variabilis (sur 6 m) un niveau
de condensation est riche en
Haugia
variabilis
,
Osperleioceras
bicarinatum
et
Catacoeloceras
gr
. confectum
gr. confectumgr
(Sous-zone à Variabilis). Après une
quinzaine de mètres, les marnes passent sans
discontinuité à la Zone à Thouarsense.
Fig. 1. Carte géologique synthétique du massif des Corbières.
Localisation des localités citées dans le texte : 1 : Les Tines, Le
Pastouret, Sud-Ouest de Narbonne, 2 : Le Cantadou, 3 : La Jasse - Est de Névian, 4 : Vallon du Cassié (La Catalane), 5 : Est Mont
Redonnel, 6 : Mont-Redon, 7 : Combe de Méric, Ouest de Fontjoncouse, 8 : Unité de Jonquières, 9 : Combe-de-Berre, 10 : Le Cresse
- Pinède de Durban, 11 : Pech-Bernus, Villesèque-des-Corbières, 12 : Combe de Péreille, 13 : Aguilar - Sarrat-Redon, 14 : La Serre,
Nord de Feuilla, 15 : Treilles, 16 : Pech de Abelanet, 17 : Filou - Les Corneilles, 18 : Calce, 19 : Col de Boussac, 20 : La Girbaude,
21 : Témèzou, Sud de Padern, 22 : Hiéro-Col, 23 : Col de Brézou, 24 : Col de Saint-Louis.
15
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
2 -
Lobe de Fontjoncouse et ses annexes
parautochtones
Dans le Lobe de Fontjoncouse, la
Fm. Bizanet
offre ses meilleures coupes autour des plateaux du
Devès et des Monts Redon et Redonnel :
-
Calcaires argileux oolithiques de la Combe de
Péreille.
Dans le vallon du Cassié (La Catalane, point 249),
le Membre s’organise en une première séquence
de calcaires argileux beiges lités, très indurés
(1,75 m), à ammonites du Toarcien moyen, Zone
à Bifrons, avec
successivement :
Dactylioceras
gr.
commune
, puis
Lytoceras verpillierense
et
Hildoceras lusitanicum
(Horizon à Lusitanicum).
Ce premier ensemble est surmonté par le relief
d’un banc de calcaire argileux bioclastique, con-
densé, gèrement ferrugineux, à oolithes phos-
phatées, particulièrement riche en bélemnites
et en ammonites remaniées et resédimentées :
H. apertum
,
H. bifrons
et
H. bifrons et H. bifrons
Zugodactylites brau-
nianus
(Horizon à Apertum). Il est surmonté par
nianus (Horizon à Apertum). Il est surmonté par nianus
une discontinuité sédimentaire nette, soulignée
par un liseré ferrugineux (discontinuité S2, intra-
Bifrons).
Fig. 2.
Formation Bizanet, Membre des Calcaires argileux oolithiques à Hildoceras de la Combe de Péreille.
Coupe de réfé-
rence de la Combe de Péreille (Nord-Est de Fraisse-des-Corbières). Répartition des ammonites.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
16
Fig. 3. Formation Bizanet. Partie inférieure du Membre des Marnes grises à Propaemussium des Palats
.
Coupe à l’Est du Mont Redonnel (Sud de Fontjoncouse). Répartition des ammonites.
17
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
Le Membre af eure également bien au Sud-Est
de la ferme des Palats, au Sud de la Source du
Fraisse (S.E. du Mont Redon) et dans la Combe
de Méric (Est du point 246).
- Marnes grises des Palats.
Sur le versant est
du Mont-Redonnel (Nord de la Source de Saint-
Christol) ( g.3) et sur son versant sud ( g.3
in
Fauré, 2007), la Fm. Bizanet, épaisse de 20 à 25
m, af eure parfaitement dans plusieurs ravines.
On y relève successivement :
- Marnes argileuses claires à patine jaune (5 m)
très bioclastiques, riches en bélemnites et nuclei
pyriteux d’ammonites de la Sous-zone à Bifrons
(Horizons à Bifrons et à Semipolitum) (niv. 6 à
12).
- Un horizon carbonaté d’épaisseur centimétrique,
le
«
Niveau condensé de l’Horizon à Evoluta
»
renferme des ammonites de la base de la Zone,
Sous-zone à Variablis (Horizon à Evoluta) :
Haugia
evoluta, H. variabilis, Paroniceras sternale
.
- Marnes grises feuilletées (12 m) à ammonites de
des Sous-zones à Variabilis et à Illustris. Certains
lits sont criblés de mollusques miniaturisés :
- Gastéropodes :
Amberleya subduplicata
,
Purpu-
rina
(
Pseudalaria
)
patroclus
,
Procerithium
(
Xys-
trella
)
armatum
.
- Bivalves :
Palaeonucula hammeri
,
Palaeonucula hammeri, Palaeonucula hammeri
Dacromya ros-
tralis
,
Astarte voltzi
.
- Madréporaires solitaires :
Thecocyatus mactra.
Dans
l’Unité de Jonquières
, les marnes
toarciennes sont beaucoup plus tectonisées et
les ammonites de la Zone à Bifrons (
Hildoceras
bifrons
,
H. semipolitum,
Phymatoceras narbonense
,
Osperleioceras
gr.
bicarinatum
et
Catacoeloceras
jordani
) se retrouvent le plus souvent mélangées à
des fossiles du Domérien ou du Toarcien supérieur
(La Fount de Troy, Vallon des Clauses, les Rocs de
Jonquières, la Coumasse).
Dans les
Ecailles frontales de la Berre
, nous
avons identi é les marnes grises de la Zone à
Bifrons aux environs de Ripaud (« Diverticule
de Combe de Berre ») elles renferment
Hildoceras apertum
,
H. bifrons
,
Maconiceras
sp. et
Osperleioceras bicarinatum
.
A Villesèque- des-Corbières, les marnes de la
Zone à Bifrons sont impliquées dans l’Unité inverse
de Bech Bernus où elles ont fourni
Hildoceras
bifrons
et
bifrons et bifrons
var. angustisiphonatum
nombreux,
Harpoceras subplanatum
,
Maconiceras
sp.,
Osperleioceras bicarinatum
,
Nodicoeloceras crate-
riforme
,
N. fontis
et
Lytoceras cornucopia
.
3 - Lobe de Bizanet
Les « marnes toarciennes » y sont particuliè-
rement affectées par la tectonique tangentielle,
tantôt soumises à de profonds laminages, ailleurs
anormalement épaissies par des phénomènes de
«bourrage» tectonique, ce qui explique la rareté
des coupes continues. A l’Ouest de Narbonne
(Le Pastouret) et à Bizanet (le Mont-Long) ( g.1
in
Fauré et Alméras, 2005), la Zone à Bifrons montre
un faciès
d’
Argilites noires litées
d’Argilites noires litéesd’
(4,5 m), peu
fossilifère, suivi par un niveau lumachellique con-
densé, ici, non oolithique, à
Hildoceras apertum
et
Harpoceras lassum
(partie inférieure de la Sous-
zone à Bifrons) qui en fait un équivalent latéral du
Mb. de la Combe de Péreille des Corbières orienta-
les.
Le Membre des Palats
présente partout le
même faciès de marnes grises, nes, assez clai-
res, légèrement feuilletées. A leur partie inférieure,
les Zones à Bifrons et à Variabilis s’y sont révélées
riches en ammonites pyriteuses au Cantadou
(Ouest du point 139), à l’Est de Névian (La Jasse)
et à l’Ouest de Narbonne (Combe des Tines, Les
Roches grises).
4 - Unités externes de la Nappe des Corbières.
Massif du Montoullié de Périllou
Du Col de Feuilla à Nouvelle et à Tuchan, les
« marnes toarciennes » constituent le soubasse-
ment de l’imposant massif calcaire du Montoullié de
Périllou. Elles sont profondément ravinées au Nord
du Château d’Aguilar (Sud-Ouest du Sarrat-Redon)
où l’on distingue ( g.4) :
-
Mb. de la Combe de Péreille
(1,5 m).
Calcaires
argileux sombres, condensés, à ammonites phos-
phatées de la Sous-zone à Sublevisoni (Horizons
à Tethysi et à Lusitanicum), surmontés par un
banc de calcaire argileux condensé à ammoni-
tes de la base de la Sous-zone à Bifrons et par
la discontinuité S2. A noter l’absence d’oolithe
ferrugineuse dans cette assise et, l’abondance
des cristaux de gypse par vraisemblable contami-
nation, au voisinage de la semelle triasique de la
Nappe des Corbières.
-
Mb. des Palats
. Même faciès de marnes schis-
teuses grises, assez claires, fortement bioclas-
tiques, à bélemnites et ammonites pyriteuses
représentatives de la Zone, Sous-zone à Bifrons
sur 4 m d’épaisseur et de la Zone à Variabilis
sur 5 m. Elles sont criblées de mollusques dont
Propaemussium
(
P.
)
pumilum
,
Paleonucula
hammeri
,
hammeri, hammeri
P. hausmanni
,
P. hausmanni, P. hausmanni
Dacromya rostralis
,
D. lacryma
,
Grammatodon bixium
,
Astarte voltzi
,
Astarte voltzi, Astarte voltzi
A. elegans
,
Plicatula spinosa
,
Eopecten velatus
,
Amberleya
subduplicata
,
A. (Eucyclus) capita-
neus
,
Leptomaria
sp.
5 - Unités internes de la Nappe des Corbières.
Le Toarcien y af eure assez largement autour
des horsts paléozoïques de Feuilla, de Treilles et
de la Marende. Les faciès y sont sensiblement les
mêmes et les deux premiers membres de la Fm.
Bizanet sont partout bien identi és.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
18
-
Mb. de la Combe de Péreille
.
Sur le versant
nord de la boutonnière de Feuilla (La Serre, point
175), ce sont des calcaires argileux condensés,
roux, à fossiles resédimentés, disposés en tous
sens, dont la strati cation est soulignée par des
lits d’oolithes ferrugineuses de grande taille (1
à 2 mm).
Hildoceras lusitanicum
(Sous-zone à
Sublevisoni) y est présent. Le banc de calcaire
condensé qui surmonte le membre renferme
H.
apertum
et
Pseudolioceras lythense
(base de
Sous-zone à Bifrons). Il est tronqué par le hard-
ground de la discontinuité S2.
Le membre est aussi très fossilifère à l’Est de
Treilles (nord du point 97), au Pech de l’Abelanet
et aux Corneilles, à l’Ouest de Fitou, où ses faciès
de calcaire oolithique sont identiques.
- Mb. des Palats.
Il présente le même faciès de
marne schisteuse grise à bélemnites et nuclei
pyriteux ammonites. La Sous-zone à Bifrons y est
nettement condensée et son épaisseur n’excède
pas 2 m. La Zone à Variabilis (environ 5 m) est
marquée, à sa base, par un niveau de conden-
sation à
Haugia evoluta, Osperleioceras bicari-
natum
et
Catacoeloceras confectum
(Horizon à
Evoluta)
.
A l’Ouest de Fitou (les Corneilles), le Mb des
Palats est particulièrement fossilifère avec :
- Sous-zone à Bifrons :
Hildoceras bifrons
et
var.,
Harpoceras subplanatum, Porpoceras cras-
sicostatum, P. tenellissimum, Nodicoeloceras
crateriforme, Septimaniceras zitteli, S. nicklesi,
Catacoleoceras jordani, Mucrodactylites clapie-
riensis.
- Sous-zone à Variabilis :
Haugia evoluta, H. jugosa,
Osperleioceras bicarinatum, Paroniceras ster-
nale.
- Sous-zone à Illustris :
O. bicarinatum,
Denckmannia
gr
. pustulosa, Brodeia
gr. pustulosa, Brodeia gr
gr
. leh-
gr. leh-gr
mani, Catacoeloceras dumortieri, D. confectum,
Derolytoceras annulosum
.
6 - Autochtone. Pinède de Durban,
Combe de Berre.
Ces témoins de Jurassique sont situés dans
l’avant-pays autochtone de la Nappe des Corbières.
Des lambeaux très tectonisés de marnes grises
(Mb. des Palats) à nuclei pyriteux d’
Hildoceras
bifrons
, accompagnent le Trias diapirique de la
Combe de Berre (Ouest de Portel-des-Corbières).
Les « marnes toarciennes » indifférenciés af eu-
rent également dans la Pinède de Durban
elles fournissent (La Cresse)
H. lusitanicum
,
H.
bifrons var. angustisiphonatum
et le brachiopode
Pseudogibbirhynchia jurensis
(Zone à Bifrons) et
Pseudogibbirhynchia jurensis (Zone à Bifrons) et Pseudogibbirhynchia jurensis
Osperleioceras bicarinatum
(Zone à Variabilis).
Fig. 4. Formation Bizanet
. Coupe au Nord du Château d’Aguilar (Sud-Ouest du Sarrat-Redon, Tuchan).
Répartition des ammonites.
19
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
7 - Synclinal du Bas-Agly et couverture du
Massif de l’Agly.
Les « marnes toarciennes » y sont « rougies »
par un léger métamorphisme et il est souvent dif cile
de séparer les membres de la Fm. Bizanet. Dans le
synclinal de Calce, la base de la formation af eure
bien au niveau du Cimetière de Calce ( g.5). Le
Mb.
de la Combe de Péreille
(1,10 m), à
de la Combe de Péreille (1,10 m), à de la Combe de Péreille
Hildoceras
lusitanicum
(Sous-zone à Sublevisoni) y est particu-
lièrement condensé, riches en oolithes ferrugineuses
étirées et déformées par la tectonique. Nous avons
retrouvé le membre, avec un faciès identique, à Mas
de las Fount et aux environs de Latour-de-France
(Cortal Gironne). Au-dessus de la discontinuité S2,
les « marnes toarciennes » présentent un faciès
alternant de marne rousse à oolithes ferrugineuses
et de calcaire condensé, également oolitique (2,8 m),
justi ant la création d’une nouvelle entité lithostrati-
graphique, les
Marnes oolithiques de Calce
, dont
l’âge recouvre la totalité de la Sous-zone à Bifrons.
Les marnes grises du
Mb. des Palats
proprement
dites débutent, ici, avec la Zone à Variabilis.
8 - Zone sous-pyrénéenne et couverture sous-
pyrénéenne du Massif de Mouthoumet.
Les marnes de la Fm. Bizanet offrent de beaux
af eurements au Sud de Montgaillard (Col de
Boussac) et au Sud de Massac (La Girbaude).
Le
Mb.
de la Combe de Péreille
prend ici un
faciès de calcaire bioclastique roux, à bélemnites
et pectinidés (2 m) qui se confond avec celui de la
«
Barre à Pecten
» du Pliensbachien, sous-jacent.
Deux ensembles y sont séparés ( g.2
in
Fauré et
Alméras, 2005) :
- Calcaire condensé à brachiopodes (0,5 m)
représentant le Toarcien inférieur (Zone à
Tenuicostatum) (Fauré et Alméras, 2005).
- Calcaires bioclastiques ocres (1,5 m) très oolithi-
ques à
Hildoceras sublevisoni
(La Girbaude) et
Hildoceras sublevisoni (La Girbaude) et Hildoceras sublevisoni
H. lusitanicum
(Bergerie de Boussac) en totalité
inscrits dans la Zone à Bifrons, Sous-zone à
Sublevisoni et surmontés par une importante dis-
continuité (Sc, intra-Bifrons).
Un lit de calcaire oolithique (0,20 m) roux, très
condensé, à ammonites phosphatées de la Zone,
Sous-zone à Variabilis la surmonte :
l’Oolithe de
Boussac
. La Sous-zone à Bifrons est ici absente.
La sédimentation argileuse du
Mb.
des Palats
ne
reprend qu’avec la Sous-zone à Illustris qui ren-
ferme après 4 à 5 m
Denckmannia
,
Pseudolioceras
sp. et
Osperleioceras
bicarinatum
de la Sous-zone
à Illustris.
A l’Ouest du Col de Cedeillan, le Toarcien dis-
paraît, comme l’ensemble du Jurassique, sous la
discordance du Cénomanien supérieur.
Fig. 5. Formation Bizanet. Coupe des Membres de la Combe de Péreille et des Marnes oolithiques de
Calce
. Coupe de référence du Cimetière de Calce. Répartition des ammonites.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
20
9 - Zone nord-pyrénéenne. Chaînon de Galamus.
La Fm. Bizanet, identique, y af eure de façon
assez continue de Paziols au Grau de Maury où sa
composition y est sensiblement identique à celle de
la Zone sous-pyrénéenne avec, au Sud de Padern
(coupe de Témèzou) ( g.6) :
- Mb. de la Combe de Péreille
(1,5 m).
Calcaires
argileux noduleux à oolithes phosphatées en tota-
lité inscrits dans la Sous-zone à Sublevisoni (le
Toarcien inférieur y est absent), surmontés par la
discontinuité S2. La sous-zone à Bifrons est aussi
absente.
-
Oolithe de Boussac
(bien visible au Sarrat-
Redon). Ce niveau de condensation renferme des
ammonites phosphatées de la Zone, Sous-zone
à Variabilis.
- Mb. des Palats
,
marnes schisteuses grises
à bélemnites, très nombreux mollusques et
ammonites pyriteuses de la Sous-zone à Illustris.
Elles passent sans discontinuité à la Zone à
Thouarsense.
Les coupes de Quéribus (piste du château) et
du Col du Brézou montrent une succession identi-
que. Les calcaires oolithiques de la Zone à Bifrons
(Mb. du Combe de Péreille) ne sont plus identi és
à l’Ouest du Col de Brézou. Les « marnes toarcien-
nes » très discontinues à l’Ouest du Grau de Maury,
disparaissent dé nitivement à l’Ouest du Col de
Saint-Louis.
Synthèses
1 - Evolution sédimentaire
Les dépôts du Toarcien moyen enregistrent
la première phase d’un cycle sédimentaire trans-
gressif - régressif et traduisent la remise en eau
progressive de la plate-forme exondée à la n du
Pliensbachien supérieur. La sédimentation reste
irrégulière ou absente durant toute la durée du
Toarcien inférieur. A la base de la Zone à Bifrons,
se met en place une sédimentation de plate-forme
carbonatée infra-littorale peu profonde, repré -
sentée par le
Mb. de la Combe de Péreille,
qui
reproduit les faciès de la «
Barre à Pecten
» du
Pliensbachien sous-jacent. Des sables oolithiques
se répandent dans les zones les plus agitées alors
que les pressions recueillent des dépôts d’
Argi-
que les pressions recueillent des dépôts d’Argi-que les pressions recueillent des dépôts d’
lite varvée
d’ambiance anoxique. Avec le
Mb. des
Marnes grises des Palats
s’installe durablement,
Marnes grises des Palats s’installe durablement, Marnes grises des Palats
mais de façon diachrone, une sédimentation de
vasière circalittorale à énergie faible ou nulle, dont
les associations fauniques (ammonites, bélemnites,
mollusques miniaturisés) et la nature argileuse des
sédiments sont ceux d’une phase d’approfondisse-
ment contrôlée par une forte subsidence.
2 - Evolution paléogéographique
Durant la Zone à Bifrons, il est possible de distin-
guer trois aires paléogéographiques principales :
Fig. 6. Formation Bizanet. Coupe du Membre de la Combe de Péreille et de l’Oolithe de Boussac
.
Coupe de la bergerie de Témèzou (Sud de Padern). Répartition des ammonites.
21
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
- L’aire de dépôt des Corbières orientales : Elle se
superpose aux Unités externes et internes de la
Nappe des Corbières, au Lobe de Fontjoncouse
et à ses annexes parautochtones. Le Toarcien
inférieur y est absent et la Fm. Bizanet débute,
dès la Zone à Bifrons, avec l’épisode carbonaté
et oolitique du
Mb. de la Combe de Péreille
.
Après une discontinuité S2 intra-Zone à Bifrons,
la sédimentation argileuse reprend dès la Sous-
zone à Bifrons, avec le
Mb. des marnes grises
des Palats
.
- L’aire de dépôt des Corbières nord-orientales :
Elle se superpose au Lobe de Bizanet. La base
de la Fm. Bizanet y est marquée par des dépôts
varvés, d’ambiance anoxique, «
Schistes car-
tons
» et
Argilites litées noires
, peu fossilifères,
intéressant non seulement le Toarcien inférieur
(Zone à Serpentinum), mais aussi la partie infé-
rieure de la Zone à Bifrons. Le
Mb. des Palats
y
Mb. des Palats y Mb. des Palats
est identique.
L’absence de sédimentation carbonatée à la base
de la Fm. Bizanet de ce secteur des Corbières
nord-orientales traduit la proximité d’une aire
ouverte, subsidente, représentée par le
Sous-
bassin Languedocien
.
- L’aire de dépôt des Corbières méridionales : Elle
se superpose au Synclinal du Bas-Agly et aux
Zones nord- et sous-pyrénéennes des Corbières
méridionales. Avec ses faciès carbonatés bio-
clastiques et oolithiques, le
Mb. de la Combe de
Péreille
montre l’exagération de la condensation
sédimentaire durant la Sous-zone à Sublevisoni.
La Sous-zone à Bifrons est représentée dans le
Bas-Agly par des dépôts oolithiques condensés,
les
Marnes oolithiques de Calce
. Cette assise
disparaît totalement dans les Zones sud- et
sous-pyrénéenne alors que la Zone, Sous-zone
à Variabilis prend à son tour un faciès de calcaire
oolithique condensé matérialisé par
l’Oolithe
de Boussac
. Dans cette zone, la sédimentation
terrigène ne reprendra qu’avec la Sous-zone à
Illustris.
Les Corbières méridionales enregistrent ainsi
une diminution de la subsidence en direction du
Sud et du Sud-Ouest, avec réduction progressive
des dépôts, passage diachrone des marnes de
vasière à des sédiments condensés oolithiques,
intercalés de périodes plus ou moins prolongées
de lacune de dépôt. Cette disposition suggère la
proximité d’une plate-forme exondée occidentale,
assimilable au
Seuil de Carcassonne
sur lequel le
Toarcien est absent sous le Bathonien supérieur, le
Crétacé supérieur ou le Paléocène transgressifs.
3 - Biostratigraphie des ammonites ( g.7) :
Zone à Bifrons :
Sa limite inférieure est partout
bien tracée par l’apparition du genre
Hildoceras
dont les stades évolutifs permettent de séparer tous
les horizons standards (Gabilly, 1976) :
- Sous-zone à Sublevisoni :
Le sillon latéral des
Hildoceras
y est absent ou archaïque. Les trois
Hildoceras y est absent ou archaïque. Les trois Hildoceras
espèces d’
Hildoceras
suivantes s’y succèdent :
Hildoceras suivantes s’y succèdent :Hildoceras
- Horizon à Hildoceras sublevisoni.
- Horizon à Hildoceras tethysi, niveau correspon-
dant également au bref acmé de
Dactylioceras
(
D.
)
commune
.
- Horizon à Hildoceras lusitanicum,
Hildoceras
à
Hildoceras à Hildoceras
sillon très légèrement marqué.
Harpoceras fal-
ciferum
y est aussi présent, avec
Dactylioceras
(D.) commune
. C’est le niveau principal du
couple dimorphe
Lytoceras verpillierense
-
Trachylytoceras evolutum
.
Fig. 7. Schéma de répartition biostratigraphique des ammonites
du Toarcien moyen, Zones à Bifrons et à Variabilis.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
22
- La Sous- zone à Bifrons
: Le sillon des
Hildoceras
y est plus ou moins bien marqué.
- Horizon à Hildoceras apertum : Il renferme aussi
les derniers
H. lusitanicum
,
Harpoceras las-
sum
,
H. subplanatum
,
Pseudolioceras lythense
,
Nodicoeloceras lobatum
,
Calliphylloceras nilssoni
et le premier représentant des
Phymatoceratinae
,
Phymatoceras
sp. C’est également le niveau de
Phymatoceras
sp. C’est également le niveau de Phymatoceras
Zugodactylites braunianum
.
- Horizon à Hildoceras bifrons : Il correspond à la
durée d’expansion de l’espèce-indice
H. bifrons
.
Son morphotype
H. bifrons angustisiphonatum
est surtout présent dans la partie supérieure
de l’Horizon. La faune y est très diversi ée :
Harpoceras subplanatum
,
Maconiceras solonia-
cense
,
Phymatoceras narbonense
,
P. robustum
,
Porpoceras
gr.
Porpoceras gr. Porpoceras
vortex
(SIMPS.) sont surtout
vortex (SIMPS.) sont surtout vortex
présents dans la inférieure de l’Horizon. Sa partie
supérieure renferme une population très diversi-
ée de
Dactylioceratidae
parmi lesquels de nom-
breuses formes décrites comme endémiques dans
les Causses par Guex (1972) :
Catacoeloceras
jordani
,
jordani, jordani
Mucrodactylites clapieriensis
,
Porpoceras
crassicostatum
,
P. tenellissimum
,
Nodicoeloceras
crateriforme
,
N. fontis
,
Septimaniceras
zitteli
,
zitteli, zitteli
S.
nicklesi
et
nicklesi et nicklesi
S
.
pseudoyoungi
. On y rencontre
également le couple dimorphe
Lytoceras cornu-
copia
-
Trachylytoceras annulosum
,
Phylloceras
heterophyllum
et
Calliphylloceras nilssoni
.
Calliphylloceras nilssoni.Calliphylloceras nilssoni
- Horizon à Hildoceras semipolitum : Avec l’espèce-
indice apparaissent les premiers
Osperleioceras
bicarinatum
. Les
Dactylioceratidae
déjà énumérés
dans l’Horizon à Bifrons, sont abondants, en par-
ticulier
Catacoeloceras
jordani
et
Mucrodactylites
clapieriensis
.
L’apparition du genre
Haugia
permet de bien
tracer la limite supérieure de la zone.
Zone à Variabilis
:
- Sous-zone à Variabilis
: Elle est surtout marquée
par l’abondance des
Osperleioceras bicarinatum
et des
Dactylioceratidae
comme
Catacoeloceras
gr.
confectum
,
C.
gr.
dumortieri
,
dumortieri, dumortieri
C.
gr.
raquinia-
num
et
Mucrodactylites mucronatus
.
- Horizon à Haugia evoluta : avec
H. variabi-
lis
et
H. evoluta
,
Denckmannia
gr.
pustulosa
,
Pseudolioceras
boulbiense
et
Paroniceras
ster-
nale
.
- Horizon à Haugia jugosa :
H. variabilis
s’associe à
H. variabilis s’associe à H. variabilis
Brodieia lehmanni
,
Brodieia lehmanni, Brodieia lehmanni
Denckmannia
gr.
pustulosa
et
les mêmes abondants
Dactylioceratidae
.
- Sous-zone à Illustris :
Osperleioceras
bicarinatum
est encore abondant avec des
Dactylioceratidae
.
- Horizon à Haugia illustris : très diversi ée :
Haugia
illustris
,
Brodeia lehmanni
,
Brodeia lehmanni, Brodeia lehmanni
Denckmannia
gr.
rudis
,
et les derniers
Dactylioceratidae
:
Catacoeloceras
gr.
raquinianum
,
Mucrodactylites mucronatus
.
- Horizon à Haugia phillipsi : Les
Haugia
à costu-
lation exueuse du groupe
H.
metallaria
-
phillipsi
permettent très rarement d’identi er l’Horizon
(Bergeries de Témèzou).
- Sous-zone à Vitiosa :
Haugiella vitiosa
et
H.
dubari
en sont les seuls représentants avec
dubari en sont les seuls représentants avec dubari
Osperleioceras bicarinatum
.
Systématique
Classe Cephalopoda Leach, 1817
Ordre Ammonoidea, Zittel, 1817
Sous-ordre Phylloceratina Arkell, 1950
Super-famille Phyllocerataceae Zittel, 1884
Famille Phylloceratidae Zittel, 1884
Sous-famille Phylloceratinae Zittel,1884
Genre
Phylloceras
Suess, 1865
Phylloceras
heterophyllum
(Sowerby, 1820)
(Pl.1,  g.9) est une forme involute, entièrement
lisse, présente dans la seule Sous-zone à Bifrons.
Sous-famille Calliphylloceratinae Spath, 1927
Genre
Calliphylloceras
Spath, 1927
Calliphylloceras
nilssoni
(Hebert, 1866) (Pl.1,
nilssoni (Hebert, 1866) (Pl.1, nilssoni
g.10-11) est caractérisé par des sillons radiaux
périodiques, une coquille involute et comprimée.
L’espèce est présente dans la Sous-zone à Bifrons
(Horizons à Apertum et à Bifrons).
Sous-ordre Lytoceratina Hyatt, 1889
Super-famille Lytocerataceae Neumayr, 1875
Famille Lytoceratidae Neumayr, 1875
Sous-famille Lytoceratinae Neumayr, 1875
Genre
Lytoceras
Suess, 1865
Lytoceras verpillierense
Rulleau, 1998 (Pl 1,
1-2) est une espèce de l’Horizon à Lusitanicum
(Sous-zone à Sublevisoni) à section ovoïde, com-
primée, croissance rapide et ornementation très
discrète, généralement réduite à des constrictions
péristomales périodiques.
Lytoceras cornucopia
(Young & Bird, 1822)
(Pl.1, g.4- 5) n’est présent que dans la partie
moyenne de la Zone à Bifrons (Horizons à Apertum
et à Bifrons). Il se distingue par sa coquille ser-
penticône, sa section circulaire ou légèrement
comprimée, ornée de crénulations, de constrictions
péristomales concentriques et sa costulation laté -
rale rétroverse.
Lytoceras sublineatum
(Oppel, 1863) (Pl 1,
g.8) est un
Lytoceras
de la Sous-zone à Illustris,
Lytoceras de la Sous-zone à Illustris, Lytoceras
à section déprimée, ombilic profond, aire ventrale
aplanie. L’ornementation consiste en des ondula-
tions périodiques latérales et une striation à peine
visible.
23
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
Genre
Trachylytoceras
Buckman, 1913
Trachylytoceras evolutum
Rulleau, 1998
(Pl.1,  g.3) est un Lytoceratidé à section circulaire
plus ou moins comprimée et enroulement évolute.
Sa costulation est rétroverse et son relief est peu
accusé. Cette espèce de petite taille accompagne
L.
gr.
verpillierense
dans la partie supérieure de la
Sous-zone à Sublevisoni. Il en représente l’équiva-
lent microconque.
Trachylytoceras
gr.
annulosum
(Monestier,
1931) (P. 1, g.7-8) se démarque de
T. evolutum
par sa croissance rapide, ses côtes annulaires
non in échies latéralement et sa section nette-
ment déprimée. Vraisemblable microconque de
Lytoceras
cornucopia
, l’espèce est présente dans
la seule Sous-zone à Bifrons.
Famille Dactylioceratidae Hyatt, 1867
Sous-famille Dactylioceratinae,
Dommergues, 1986
Genre
Dactylioceras
Hyatt, 1867
Dactylioceras (D.) commune
(Sowerby, 1815
in
Buckman, 1927) (Pl.2, g.1). Cette espèce très
Planche 1 :
Fig. 1-2 :
Lytoceras verpillierense
Rulleau
. Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum.
Fig. 1
: La Combe de
Pereille, niv. 10, Fraisse-des-Corbières ;
Fig. 2
: La Catalane, niv. 3, Fontjoncouse.
Fig. 3 :
Trachylytoceras evolutum
Rulleau
. Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum. La Catalane, niv. 3,
Fontjoncouse.
Fig. 4-5 :
Lytoceras cornucopia
(Y. & B.)
. Zone et Sous-zone à Bifrons.
Fig. 4 :
Le Pech Bernus, Villesèque-des-Corbières.
Fig. 5 :
Ouest des Palats, Fontjoncouse, non en place.
Fig. 6-7 :
Trachylytoceras gr. annulosum
(Monestier)
.
Fig. 7 :
Zone et Sous-zone à Variabilis. Les Corneilles, niv. 13, Fitou ;
Fig .
8
: Zone et Sous-zone à Bifrons. Le Cantadou, niv. 1, Bizanet.
Fig. 8 :
Lytoceras sublineatum
(Oppel)
. Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris. Est du Mont Redonnel, niv. 53, Fontjoncouse.
Fig. 9 :
Phylloceras heterophyllum
(Sowerby)
: Zone et Sous-zone à Bifrons. Le Pastouret, non en place, Narbonne.
Fig. 10-11 :
Calliphylloceras nilssoni
(Hébert)
Calliphylloceras nilssoni
(Hébert)Calliphylloceras nilssoni
: Zone et Sous-zone à Bifrons.
Fig. 10 :
Horizon à Bifrons. Fontjoncouse, non en
place.
Fig. 11
: Horizon à Apertum. La Catalane, niv. 4, Fontjoncouse.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
24
répandue en Europe moyenne présente un bref
acmé dans la partie supérieure de la Sous-zone à
Sublevisoni (Horizon à Tethysi et base de l’Horizon
à Lusitanicum). Sa section circulaire et ses côtes
primaires fortes, rigides et espacées la distinguent
des autres
Dactylioceras
du Toarcien moyen.
Dactylioceras du Toarcien moyen. Dactylioceras
L’ombilic est large. La costulation secondaire est
peu in échie vers l’avant.
Genre
Zugodactylites
Buckman, 1926
Zugodactylites braunianus
(d’Orbigny) (Pl.2,
g.5). Ce Dactylioceratidae très évolute présente
une section comprimée, une aire ventrale étroite
et des ancs aplatis ornés de côtes  nes, rigides
et radiales. A partir d’un tubercule situé très haut
sur le anc, elles bifurquent régulièrement et s’in-
échissent vers l’avant en dessinant un chevron sur
25
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
l’aire ventrale. L’espèce n’a été identi ée que dans
l’Horizon à Apertum (extrême base de la Sous-
zone à Bifrons).
Genre
Nodicoeloceras
Buckman 1926
Nodicoeloceras lobatum
(Buckman, 1927)
(Pl.2,  g.3).
Nodicoeloceras
de la Sous-zone à
Nodicoeloceras de la Sous-zone à Nodicoeloceras
Bifrons (Horizon à Apertum) évolute, à section
ovoïde et une aire ventrale légèrement aplanie.
La costulation est dense, proverse sur les  ancs et
assez régulièrement bifurquée au niveau de l’angle
ventro-latéral.
Nodicoeloceras dayi
(Reynès, 1868) (Pl.2,
g.4).
Nodicoeloceras
à coquille cadicône, lar-
Nodicoeloceras à coquille cadicône, lar-Nodicoeloceras
gement ombiliquée, section arrondie. Les tours
internes sont nettement tuberculés mais faiblement
costulés.
Nodicoeloceras crateriforme
(Monestier,
1931)
in
Guex 1972 (Pl.2,  g.11-14). Il se différencie
de
N. dayi
par sa coquille plus comprimée, son plus
N. dayi par sa coquille plus comprimée, son plus N. dayi
large ombilic et son ornementation faible dans les
tours internes. Au delà de 10 à 15 mm de diamètre,
apparaissent des côtes annulaires nes dont certai-
nes sont  bulées au niveau d’un petit tubercule.
Nodicoeloceras fontis
Guex, 1972 (Pl.2,
g.10). Il se distingue du précédent par sa section
trapézoïdale très déprimée, son aire ventrale peu
convexe et ses  ancs obliques en direction d’un
ombilic profond.
Genre
Porpoceras
Buckman, 1911
Porpoceras crassicostatum
Guex, 1972 (Pl.2,
Porpoceras crassicostatum Guex, 1972 (Pl.2, Porpoceras crassicostatum
g.6-9). Par la forme de sa section, cette espèce ne
peut être confondue avec aucune autre espèce de
Porpoceras
de la Zone à Bifrons. Les tours sont larges
Porpoceras de la Zone à Bifrons. Les tours sont larges Porpoceras
et très déprimés. L’ombilic est profond et l’aire ventrale
légèrement convexe. La costulation, typique du genre,
est forte,  bulée et régulièrement tuberculée.
Porpoceras tenellissimum
(Monestier, 1931
in Guex, 1972) (Pl.2, g.2).
Porpoceras
de petite
Porpoceras de petite Porpoceras
taille, à tours comprimés, ombilic peu profond,
caractérisé par la nesse de sa costulation et la
quasi absence de tuberculation. L’aire ventrale est
arrondie, avec une costulation  ne, nettement in é-
chie vers l’avant.
Porpoceras
gr.
verticosum
Buckman, 1914.
Nous regroupons dans ce taxon l’ensemble des
Porpoceras
de la partie moyenne de la Sous-zone
Porpoceras de la partie moyenne de la Sous-zone Porpoceras
à Bifrons. Plusieurs «espèces» contemporaines
sont habituellement séparées,
P. vorticellum
,
P. verticosum
et
P. vortex
, exprimant une vigueur
progressive de la costulation et une plus grande
épaisseur des tours. Notre matériel mal conservé
(non guré) ne permet pas d’opérer une telle dis-
tinction entre ces trois taxons qui représentent vrai-
semblablement la variabilité d’une seule espèce
dont
P. verticosum
est la forme moyenne.
Genre
Septimaniceras
Fauré, 2002
Septimaniceras zitteli
(Oppel, 1962) (Pl.2,
g.15-19)
1862.
Ammonites zitteli
Oppel, p.139, Pl.42,
Ammonites zitteli Oppel, p.139, Pl.42, Ammonites zitteli
g.1-2.
2002.
Septimaniceras zitteli
(Oppel), Fauré,
Septimaniceras zitteli (Oppel), Fauré, Septimaniceras zitteli
p.711, Pl.9,  g.25-28, avec synonymie.
2013.
Septimaniceras zitteli
(Oppel), Howarth,
Septimaniceras zitteli (Oppel), Howarth, Septimaniceras zitteli
p.66,  g.46 2c-f.
Espèce serpenticône de petite taille, à tours peu
recouvrants, comprimés tout au long de l’ontogé-
Planche 2
Fig. 1 :
Dactylioceras
(
Dactylioceras
)
commune
(Sowerby).
Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum. La
Catalane, niv. 3, Fontjoncouse.
Fig. 2 :
Porpoceras tenellisimum
(Monestier).
Zone et Sous-zone à Bifrons. Ouest du Petit-Gimont, Fontjoncouse.
Fig. 3 :
Nodicoeloceras lobatum
(Buckman).
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum. La Combe de Pereille, niv. 18,
Fraisse-des-Corbières.
Fig. 4 :
Nodicoeloceras dayi
(Reynès).
Nodicoeloceras dayi (Reynès). Nodicoeloceras dayi
Zone et Sous-zone à Bifrons. Vallon du Cassié, Fontjoncouse, non en place.
Fig. 5 :
Zugodactylites braunianus
(d’Orbigny).
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum. Est du Mont Redonnel, niv. 4,
Fontjoncouse.
Fig. 6-9 :
Porpoceras crassicostatum
Guex
. Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons.
Fig. 6 et 8 :
Nord du Mont-Redon, Fontjoncouse ;
Fig. 7 :
Les Corneilles, niv. 11, Fitou ;
Fig. 9 :
Aguilar, niv. 11, Tuchan.
Fig. 10 :
Nodicoeloceras fontis
Guex.
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Pech Bernus, Villesèque-des-Corbières.
Fig. 11-14 :
Nodicoeloceras crateriforme
(Monestier)
in
Guex.
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons.
Fig. 11 à 13
: Pech Bernus,
Villesèque-des-Corbières ;
Fig. 14 :
Aguilar, niv. 11, Tuchan.
Fig. 15-19 :
Septimaniceras zitteli
(Oppel).
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Les Palats, non en place, Fontjoncouse.
Fig. 20 :
Septimaniceras pseudoyoungi
(Guex).
Septimaniceras pseudoyoungi (Guex).Septimaniceras pseudoyoungi
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Est du Mont Redonnel, Fontjoncouse, non
en place.
Fig. 21 :
Septimaniceras nicklesi
(Guex).
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Est du Mont Redonnel, Fontjoncouse, non en
place.
Fig. 22-24 :
Mucrodactylites clapieriensis
Guex.
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Les Corneilles, niv.11, Fitou.
Fig. 25
:
Catacoeloceras engeli
(Monestier).
Catacoeloceras engeli
(Monestier).Catacoeloceras engeli
Zone et Sous-zone à Bifrons. Les Tines, Narbonne, non en place.
Fig. 26
:
Catacoeloceras dumortieri
(de Brun).
Catacoeloceras dumortieri (de Brun).Catacoeloceras dumortieri
Zone et Sous-zone à Variabilis. Est du Mont Redonnel, niv. 50, Fontjoncouse.
Fig. 27-30 :
Catacoeloceras jordani
Guex.
Catacoeloceras jordani Guex.Catacoeloceras jordani
Zone à Bifrons, Sous-zone à Bifrons. Est du Mont Redonnel, niv. 11-12, Fontjoncouse.
Fig. 31-32
:
Mucrodactylites
mucronatus
(d’Orbigny).
Zone et Sous-zone à Variabilis. La Girbaude, niv. 24, Massac.
Fig. 33 :
Catacoeloceras raquinianum
(d’Orbigny).
Zone et Sous-zone à Variabilis. Oolithe de Boussac, Le Pech Couronné,
Padern.
Fig. 34-35
:
Catacoeloceras confectum
Buckman.
Zone et Sous-zone à Variabilis. Est du Mont Redonnel, «Niveau condensé de
l’Horizon à Evoluta», Fontjoncouse.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
26
Planche 3
Fig. 1 :
Harpoceras falciferum
(Sowerby).
Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum probable. Sud-Ouest
du Mont-Redon, Albas.
du Mont-Redon, Albas.
Fig. 2-3 :
Harpoceras
cf.
subplanatum
(Oppel).
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum.
Fig. 2 :
La Catalane, niv. 5,
Fontjoncouse. Formes de transition avec
H. lassum
.
Fig. 3 :
La Catalane, niv. 6, Fontjoncouse.
Fig. 4 :
Maconiceras soloniacense
(Lissajous).
Zone, Sous-zone et Horizon à Bifrons. La Catalane, niv. 6, Fontjoncouse.
Fig. 5 :
Maconiceras
sp.,
Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum probable. Sud-Ouest du Mont-Redon,
Albas.
Fig. 6-8 :
Harpoceras lassum
Buckman.
Zone et Sous-zone à Bifrons.
Fig. 6 et 7 :
Horizon à Bifrons.
Fig. 6 :
La Catalane, niv. 6,
Fontjoncouse ;
Fig. 7
: Les Tines, Narbonne ;
Fig. 8
: Horizon à Apertum. La Catalane, niv. 4, Fontjoncouse ;
Fig. 9 : Praehaploceras zwieselei Monestier.
Zone, Sous-zone à Bifrons probables. Vallon du Cassié, Fontjoncouse, non en
place.
Fig. 10-11 :
Osperleioceras bicarinatum
(Zieten).
Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris.
Fig. 10 :
Sud du Mont-Redonnel, niv. 7,
Fontjoncouse.
Fig. 11
: La Combe de Méric, niv. 2, Fontjoncouse.
Fig. 12 :
Harpoceras subplanatum
(Oppel).
Zone, Sous-zone et Horizon à Bifrons. Combe de Méric, Fontjoncouse, non en place.
Fig. 13-14
:
Pseudolioceras lythense
(Y. & B.).
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum. Aguilar, niv. 5, Tuchan.
27
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
nèse, excédant rarement 12 mm de diamètre. La
section est trapézoïdale, le  anc convexe est incliné
sur un large ombilic, l’aire ventrale aplatie et lisse.
Sur les tours internes, l’ornementation se limite à
des tubercules ventro-ombilicaux espacés. Une
ne costulation apparaît sur la loge d’habitation,
au-dessus de 10 mm environ.
Septimaniceras nicklesi
(Guex, 1972) (Pl.2,
g.21). Espèce voisine de
S. zitteli
, présentant une
S. zitteli, présentant une S. zitteli
section plus épaisse et quadratique à tous les sta-
des de l’ontogénèse. L’aire ventrale surbaissée est
dépourvue de crête médiane.
Septimaniceras pseudoyoungi
(Guex, 1972)
Septimaniceras pseudoyoungi
(Guex, 1972) Septimaniceras pseudoyoungi
(Pl.2, g.20). Cette espèce, très voisine de
S.
nicklesi,
s’en distingue par la plus grande  nesse
de la costulation et par son aire ventrale nettement
convexe pourvue d’une amorce de crête médiane.
Genre
Catacoeloceras
Buckman, 1923
Catacoeloceras jordani
Guex, 1972 (Pl.1,
Catacoeloceras jordani
Guex, 1972 (Pl.1, Catacoeloceras jordani
g.27-30).
Catacoeloceras
à tours subrectangu-
Catacoeloceras à tours subrectangu-Catacoeloceras
laires, ombilic moyennement profond, ancs con-
vexes et aire ventrale peu bombée. Il se démarque
des autres
Catacoeloceras
par sa costulation ne
Catacoeloceras par sa costulation ne Catacoeloceras
et tranchante, légèrement exueuse sur les  ancs.
Premier
Catacoeloceras
de la Zone à Bifrons, il
Catacoeloceras de la Zone à Bifrons, il Catacoeloceras
apparaît dès l’Horizon à Semipolitum. Il n’est connu
que dans la région languedocienne et le lyonnais.
Catacoeloceras engeli
(Monestier, 1931)
Catacoeloceras engeli
(Monestier, 1931) Catacoeloceras engeli
(Pl.2, g.25). L’espèce est rare dans la Sous-zone
à Bifrons, mais bien reconnaissable grâce à sa
costulation latérale ne, proverse et exueuse. Sa
section circulaire est plus étroite que celle de tous
les autres
Catacoeloceras.
Catacoeloceras raquinianum
(d’Orbigny,
1845) (Pl.2, g.33). Espèce fréquente dans la
Sous-zone à Variabilis, pouvant atteindre une
grande taille. Son ornementation est faite de côtes
primaires fortes, tranchantes, rectilignes, séparées
par un assez large espace. La costulation ventrale
est assez ne. Les premiers tours sont recouvrant
alors que l’enroulement devient lâche dans les tours
externes. La section montre toujours une aire ven-
trale très bombée et des ancs convexes, légère-
ment aplanis.
Catacoeloceras dumortieri
(de Brun, 1934)
Catacoeloceras dumortieri (de Brun, 1934) Catacoeloceras dumortieri
(Pl.2,  g.26). L’espèce, très voisine de
C. raquinia-
num
, s’en distingue, par sa costulation primaire plus
ne, plus dense et plus  exueuse. Ses  ancs et son
aire ventrale sont aussi plus aplatis. En n, l’angle
ventro-latéral est plus marqué.
Catacoeloceras confectum
Buckman, 1923
(Pl.2, g.34-35).
Catacoeloceras
à enroulement
Catacoeloceras à enroulement Catacoeloceras
cadicône, section trapézoïdale très déprimée,
anc étroit gèrement convexe, en pente sur un
ombilic profond. L’aire ventrale est le plus souvent
très bombée. Les côtes primaires sont fortes et
tranchantes.
Genre
Mucrodactylites
Buckman, 1927
Mucrodactylites clapieriensis
Guex, 1972
(Pl.2,  g.22-24). Espèce de la Sous-zone à Bifrons,
moyennement comprimée, à section subquadran-
gulaire,  ancs et aire ventrale légèrement bombés
séparés par un arrondi ventro-latéral bien marqué.
La costulation, ne et tranchante, est identique dans
son style et sa densité, à celle de
Catacoeloceras
jordani
, espèce contemporaine, dont elle peut
jordani, espèce contemporaine, dont elle peut jordani
constituer le microconque (Guex, 1973).
Mucrodactylites
mucronatus
(d’Orbigny,
1845)(Pl.2,  g.31-32). Cette espèce de la Sous-
zone à Variabilis est facilement reconnaissable
grâce à sa coquille comprimée, dépourvue de
rebord ventro-latéral. Sur son aire ventrale aplanie,
très étroite, les côtes dessinent un chevron pro-
verse bien marqué. Elles sont parfois interrompues
au niveau du siphon. L’ornementation latérale est
faite de fortes côtes, droites, espacées, dont l’al-
lure rappelle celle de
Catacoeloceras
raquinianum
,
«espèce» qui en constitue le très vraisemblable-
ment macroconque (J. Guex, 1973).
Super-famille Hildocerataceae HYATT, 1867
Famille Hildoceratidae HYATT, 1867
Sous-famille Harpoceratinae NEUMAYR, 1875
Genre
Harpoceras
WAAGEN, 1869
Nous trouverons dans les travaux de Gabilly
(1976) et de Bécaud (2006) une importante mise
au point sur la classi cation et la biostratigraphie de
ce groupe très répandu dans le Toarcien inférieur et
moyen.
Harpoceras falciferum
(Sowerby, 1820) (Pl.3,
g.1)
Harpoceras
moyennement involute, caractéri-
Harpoceras moyennement involute, caractéri-Harpoceras
sée par une retombée ombilicale sous-cavée et par
son  anc plan, dépourvu de dépression ou d’ondu-
lation latérale.
Harpoceras lassum
Buckman, 1927
(Pl.3,  g.6-8)
1927
Maconiceras lassum
BUCKMAN, Pl.722.
2002
Harpoceras soloniacense
(Lissajous
in
Howarth, 1992), Fauré, p.717, Pl.12,  g.6.
2006
Harpoceras (H.) lassum
Buckman.
Bécaud, p.63, Pl.23,  g.1-2, Pl.24,  g.1, 3.
Cette espèce plus involute que
H. falciferum
s’en distingue aussi par ses tours plus hauts et
plus comprimés et par sa costulation plus ne. La
paroi ombilicale est verticale et il existe fréquem-
ment une dépression latérale au niveau du point
d’in exion des côtes. Les nuclei pyriteux de cette
espèce (Pl.3,  g.6, 7) montrent des cotes assez
fortes, falculiformes, regroupées par 2 ou 3 au bord
ombilical. Cette forme est abondante à la base de
la Sous-zone à Bifrons (Horizon à Apertum) où elle
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
28
29
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
s’associe à de nombreux individus à l’enroulement
et la costulation intermédiaires avec
H. subplana-
tum
(Pl.3,  g.2 et 5)
Harpoceras subplanatum
(Oppel, 1856) (Pl.3,
g.2-3, 12), plus involute que
H. lassum
, à L’ombilic
plus petit et plus profond et aire ombilicale sous-
cavée et non verticale. La costulation est aussi
légèrement plus  exueuse. L’espèce est abondante
dans l’Horizon à Bifrons des Corbières.
Genre
Maconiceras
Buckman, 1926
Le genre est ici utilisé pour désigner des formes
de petite taille, microconques de
Harpoceras
.
Maconiceras
sp. (Pl.3,  g.3) est une forme
assez évolute, à section subrectangulaire, ancs
plats, aire ventrale tectiforme et costulation réguliè-
rement fasciculée. L’espèce présente dans la seule
Sous-zone à Sublevisoni, peut correspondre à un
microconque de
H. falciferum
.
Maconiceras soloniacense
(Lissajous, 1906)
(Pl.3,  g. 4) est une espèce de petite taille, n’excé-
dant pas 25 mm, à coquille moyennement involute,
ancs bombés, ornés de cotes irrégulièrement
fasciculées. Elle accompagne
H. lassum
et
H.
subplanatum
dans la Sous-zone à Bifrons, dont il
représente les équivalents microconques.
Genre
Pseudolioceras
Buckman, 1889
Pseudolioceras lythense
(Young & Bird, 1828,
p.267) (Pl.3,  g.13-14) :
Pseudolioceras
de la partie
Pseudolioceras de la partie Pseudolioceras
inférieure de la Sous-zone à Bifrons, à section ellip-
tique comprimée,  ancs aplatis et aire siphonale
étroite, arrondie. La costulation, ne, est bien mar-
quée sur toute la hauteur du  anc.
Pseudolioceras boulbiense
(Young & Bird,
1828)
in
Buckman, 1910, Pl.11, interprétation de
M.K. Howarth (1992) ( guré dans Fauré, 2007,
g.6.7). L’espèce se différencie de la première par
son ombilic plus fermé, sa section plus comprimée
et son aire ventrale plus ou moins tectiforme. La
costulation n’intéresse que la partie supérieure du
anc, sa partie inférieure étant lisse. L’espèce, pré-
sente dès la Zone à Variabilis, est aussi abondante
dans la Zone à Thouarsense.
Genre
Praehaploceras
Monestier, 1931
Ce genre énigmatique, à la morphologie très
originale, est rapproché du genre
Harpoceras
par
Harpoceras par Harpoceras
Guex (1972) et des
Pseudolioceras
par Howarth
Pseudolioceras par Howarth Pseudolioceras
(2013). Il est caractérisé par la complexité de la
suture cloisonnaire et son absence de carène sur le
moule interne.
Praehaploceras zwieselei
Monestier, 1931
Praehaploceras zwieselei Monestier, 1931Praehaploceras zwieselei
(Pl.3,  g.9)
1931
Praehaploceras zwieselei
Monestier, p.69,
Praehaploceras zwieselei Monestier, p.69, Praehaploceras zwieselei
Pl.VII,  g.10, 11, 14-21.
1972
Praehaploceras zwieselei
Monestier. Guex,
Praehaploceras zwieselei Monestier. Guex, Praehaploceras zwieselei
p.628, Pl.V,  g.9.
L’unique espèce, décrite à ce jour, se rapportant
au genre, présente une coquille involute, moyen-
nement comprimée, un ombilic étroit, une section
elliptique et des côtes sigmoïdes au relief émoussé
dans la partie interne du  anc, fortes dans la région
externe. L’aire ventral est lisse, arrondie et non
carénée sur le phragmocone.
L’espèce (et le genre) n’avait pas à ce jour été
décrit en dehors des Causses aveyronnais elle
était considérée comme une forme endémique de
la Zone à Bifrons.
Genre
Osperleioceras
Krimholz, 1963
Osperleioceras bicarinatum
(Zieten, 1831)
(Pl.3, g.10-11).
Osperleioceras
involute, à section
Osperleioceras involute, à section Osperleioceras
comprimée et aire ventrale tectiforme. Le anc est
aplati et orné de côtes sigmoïdes  nes, régulières.
L’espèce est abondante depuis la partie sommi-
tale de la Sous-zone à Bifrons à la Sous-zone à
Thouarsense. Son maximum de fréquence se situe
dans la Zone à Variabilis.
Sous-famille Hildoceratinae Hyatt, 1867
Genre
Hildoceras
Hyatt, 1867
La classi cation que nous adoptons repose sur
les travaux de Gabilly (1976) dans lesquels nous
trouverons la dé nition des espèces et de leur
répartition biostratigraphique.
Planche 4
Fig. 1 :
Hildoceras
tethysi
Geczy.
tethysi
Geczy.tethysi
Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Tethysi. Combe de Pereille, niv. 10, Fraisse-
des-Corbières.
Fig. 2 : Hildoceras sublevisoni (Fucini).
Zone à Bifrons, Sous-zone et Horizon à Sublevisoni. La Girbaude, niv. 23, Massac.
Fig. 3 :
Hildoceras
gr.
lusitanicum
(Meister).
Zone à Bifrons, Sous-zone à Sublevisoni, Horizon à Lusitanicum. La Cresse, Durban-
Corbières.
Fig. 4 :
Hildoceras bifrons
(Bruguière)
, Zone et Sous-zone à Bifrons, Sud-Est les Palats (pt. 275), Fontjoncouse, non en place.
Fig. 5 :
Hildoceras apertum
Gabilly.
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum. Aguilar, niv. 7, Tuchan
Fig. 6-7 :
Hildoceras bifrons
(Bruguière)
. Zone et Sous-zone à Bifrons.
Fig. 6 :
forme de transition avec
H. apertum
GAB. Horizon
à Apertum, Est du Mont Redonnel, niv. 4, Fontjoncouse.
Fig. 7
: Horizon à Bifrons, La Catalane, niv. 4, Fontjoncouse.
Fig. 8-10 :
Hildoceras bifrons angustisiphonatum
Prinz.
Zone, Sous-zone et Horizon à Bifrons.
Fig. 8
: La Cresse, Durban-
Corbières ;
Fig. 9
: Pech Sendre, niv. 1, Montredon-des-Corbières ; Fig.
10 :
Les Tines, Narbonne, non en place.
Fig. 12 :
Hildoceras bifrons
(Bruguière)
. Zone et Sous-zone à Bifrons.
Fig. 12 :
Horizon à Apertum. Est du Mont Redonnel, niv. 4,
Fontjoncouse ;
Fig. 13 :
Horizon à Bifrons, Est du Col de Rouire, Albas.
Fig. 14-17 : Hildoceras semipolitum Buckman.
Zone, Sous-zone à Bifrons, Horizon à Semipolitum.
Fig. 14-16
: Est du Mont-
Redonnel, niv. 12, Fontjoncouse ;
Fig. 17 :
Aguilar, niv. 15, Tuchan.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
30
31
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
Hildoceras sublevisoni
Fucini, 1919 (Pl.4,
g.2) est le plus ancien représentant du genre. Il se
distingue des
Orthildaites
par l’in exion latérale des
Orthildaites par l’in exion latérale des Orthildaites
côtes en particulier, sur les tours internes elles
dessinent un chevron bien marqué, tourné vers l’ar-
rière. La paroi ombilicale est oblique.
Hildoceras
tethysi
Geczy, 1967 (Pl.4,  g.1)
tethysi
Geczy, 1967 (Pl.4,  g.1) tethysi
est plus comprimé et plus involute que
H. sublevi-
soni
. Le tiers inférieur du anc est occupé par une
dépression lisse alors que les deux tiers supérieurs
sont ornés de fortes côtes plus ou moins rétrover-
ses. La paroi ombilicale est lisse et inclinée.
Hildoceras
gr.
lusitanicum
Meister, 1913
(Pl.4, g.3) est le premier
Hildoceras
à comporter
Hildoceras à comporter Hildoceras
l’amorce d’un sillon latéral traversé par le chevron,
très émoussé, du segment inférieur des côtes.
L’aire ombilicale est subverticale. Nous n’avons
pas séparé de l’espèce le morphotype
crassum
(Mitzopoulos, 1930), moins comprimé, à costula-
tion plus vigoureuse, dont l’âge nous est apparu
identique dans les Corbières.
Hildoceras apertum
Gabilly, 1976 (Pl.4, g.5)
est le premier
Hildoceras
pourvu, tout le long de
Hildoceras pourvu, tout le long de Hildoceras
l’ontogénèse, d’un sillon latéral bien marqué situé
dans le tiers inférieur du  anc. Contrairement à
H. lusitanicum
, celui-ci est totalement lisse. L’aire
ombilicale est verticale.
Hildoceras bifrons
(Bruguière, 1792) (Pl.3,
g.4, 6-7, 12-13) Le sillon latéral, entièrement lisse,
de cet
Hildoceras
se situe à la jonction des tiers
Hildoceras se situe à la jonction des tiers Hildoceras
inférieur et moyen du  anc dont seule la partie
haute est ornée de côtes arquées vers l’avant. Le
morphotype
quadratum
s’en sépare par son épais-
seur plus forte et sa plus faible densité de costula-
tion. Nous ne l’avons pas distingué ici en raison de
son âge identique à celui de l’espèce nominale.
Hildoceras bifrons angustisiphonatum
Prinz, 1904 (Pl.4, g.8-10) est un morphotype de
H. bifrons,
plus involute et plus comprimé et habi-
tuellement présent dans la seule partie supérieure
de l’Horizon à Bifrons.
Hildoceras semipolitum
Buckman, 1902 (Pl.4,
g.14-17) diffère des
Hildoceras
gr.
Hildoceras gr. Hildoceras
bifrons
par sa
bifrons par sa bifrons
coquille comprimée, plus involute, et par sa cos-
tulation habituellement plus ne. Le sillon latéral
est plus éloigné du rebord ombilical ; ainsi, les
tours internes apparaissent-ils entièrement lisses.
Il est aussi le plus récent des représentants du
genre dans la Sous-zone à Bifrons et est égale-
ment connu dans la partie inférieure de la Zone à
Variabilis (Guex, 1972 ; Gabilly, 1976).
Sous-famille Phymatoceratinae Hyatt, 1869
Genre
Phymatoceras
Hyatt, 1867
Phymatoceras
sp
. (Pl.5,  g.7)
Ce
Phymatoceras
, provenant de la base de la
Sous-zone à Bifrons (Horizon à Apertum) est le
plus ancien représentant du genre dans le domaine
pyrénéen. La coquille est moyennement involute,
l’aire ombilicale arrondie, oblique, et l’aire ventrale
étroite et dépourvue de méplats ou de sillons
péricarénaux. Les tes sont habituellement sim-
ples. Rarement, elles se regroupent par deux au
niveau d’un tubercule périombilical. Cette espèce
se marque nettement des
Phymatoceras
de
Phymatoceras de Phymatoceras
l’Horizon à Bifrons par sa coquille comprimée et sa
section ogivale.
Phymatoceras narbonense
(Buckman, 1898)
(Pl.5, g.4-6).
Phymatoceras
évolute, à section
Phymatoceras évolute, à section Phymatoceras
arrondie, aire ombilicale très oblique et large ombi-
lic peu profond. La région ventrale, assez étroite,
est pourvue de sillons péricarénaux. Les côtes
sont rétroverses sur les tours internes et gère-
ment  exueuses. Elles apparaissent habituellement
simples, plus rarement bifurquées à partir d’un
tubercule périombilical.
Phymatoceras robustum
Hyatt, 1867 (Pl.5,
g.1-3).
Phymatoceras
de petite taille à tours qua-
Phymatoceras de petite taille à tours qua-Phymatoceras
drangulaires, ancs plats et aire siphonale nette-
ment surbaissée munie de deux amorces de sillons
péricarénaux. Les côtes sont fortes, rétroverses et
habituellement regroupées par deux à partir d’un
fort tubercule périombilical.
Planche 5
Fig. 1-3 :
Phymatoceras robustum
Hyatt.
Zone, Sous-zone et Horizon à Bifrons.
Fig. 1
: Environs de Fontjoncouse, non en place.
Fig. 2-3 :
La Catalane, niv. 5, Fontjoncouse.
Fig. 4-6
:
Phymatoceras narbonense
(Buckman).
Zone, Sous-zone et Horizon à Bifrons. La Catalane, niv. 5, Fontjoncouse.
Fig. 7 :
Phymatoceras
sp. (Buckman).
Zone et Sous-zone à Bifrons, Horizon à Apertum. La Catalane, niv. 4, Fontjoncouse (x 0,90).
Fig. 8-11 :
Haugia evoluta
Gabilly.
Zone et Sous-zone à Variabilis, Horizon à Evoluta.
Fig. 8
: Col de Boussac, niv. C, Montgaillard ;
Fig. 9
: La Serre, niv. 14, Feuilla ;
Fig. 10 et 11
: NE de la Jasse, Névian.
Fig. 12-14 :
Haugia illustris
(Denckmann).
Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris. Est Mont Redonnel, niv. 3, Fontjoncouse.
Fig. 15-17 :
Denckmannia
gr.
pustulosa
(Quenstedt).
Zone et Sous-zone à Variabilis très probables, Vallon du Cassié,
Fontjoncouse, non en place.
Fig. 18-19 :
Brodieia lehmanni
(Guex).
Brodieia lehmanni (Guex).Brodieia lehmanni
Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris. Est du Mont Redonnel, niv. 53, Fontjoncouse.
Fig. 20 :
Denckmannia
gr.
rudis
(Simpson).
Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris. Pech Blanc - Fontlouby, niv. 6, Portel-des-
Corbières.
Fig. 21 :
Haugia metallaria
(Dumortier).
Haugia metallaria
(Dumortier).Haugia metallaria
Zone à Variabilis, Sous-zone à Illustris, Horizon à Phillipsi.
Bergerie de Témèzou, niv. 21, Padern.
Fig. 22 :
Haugia variabilis
(d’Orbigny).
Zone et Sous-zone à Variabilis. «Oolithe du Col de Boussac». Le Pech Couronné, Padern.
Fig. 23-25 :
Haugiella vitiosa
(Buckman).
Zone à Variabilis, Sous-zone à Vitiosa. Sud du Mont Redonnel, niv. 9, Fontjoncouse.
Fig. 26 :
Haugiella dubari
Fauré.
Haugiella dubari Fauré.Haugiella dubari
Zone à Variabilis, Sous-zone à Vitiosa. Sud du Mont Redonnel, niv. 9, Fontjoncouse.
Fig. 27 :
Paroniceras sternale
(d’Orbigny).
Zone et Sous-zone à Variabilis. Sud du Mont-Redon, «Niveau condensé de l’Horizon à
Evoluta», Albas.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
32
Genre
Denckmannia
BUCKMAN, 1898
Nous trouverons dans la synthèse de Gabilly
(1976) la description d’un certain nombre de
morpho-espèces et des listes synonymiques s’y
rapportant. Cet auteur a insisté sur la dif culté de
distinguer les espèces lorsque l’on ne dispose que
d’individus juvéniles ou de tours internes pyriteux,
ce qui est souvent le cas dans les Corbières. Pour
cette raison, nous regrouperons sous l’appellation
Denckmannia
gr.
pustulosa
(Quenstedt, 1885)
tous les nuclei pyriteux présents, en assez grande
abondance, dans les marnes de la Zone à Variabilis
des Corbières (Fm. Bizanet) (Pl.5, g.15-17). Les
tours internes présentent un enroulement évolute
et une section quadrangulaire. L’aire ventrale est
surbaissée et pourvue de sillons peu profonds.
Denckmannia
gr.
rudis
(Simpon, 1843) (Pl.5,
g.20) est caractérisée par sa section trapézoïdale
déprimée, son aire siphonale pourvue de deux
sillons. Sa costulation est plus lâche et plus vigou-
reuse que celle des
D.
gr.
pustulosa
.
Genre
Haugia
BUCKMAN, 1888
Haugia evoluta
Gabilly, 1976 (Pl.5,  g.8-11).
Haugia
la plus ancienne et la plus évolute, à section
arrondie ou elliptique et costulation rigide nettement
rétroverse sur les tours internes.
Haugia variabilis
(d’Orbigny, 1844) (Pl.5,
g.22). Espèce plus involute et plus comprimée
que
H. evoluta
. Ses côtes rigides et rectiradiées
sont régulièrement fasciculées à partir d’un tuber-
cule périombilical bien marqué.
Haugia illustris
(Denckmann, 1887) (Pl.5,  g.12-
14). Plus récente que les précédentes, l’espèce est
caractérisée par son enroulement involute, sa sec-
tion comprimée, son aire ombilicale haute, verticale
et, surtout, sa costulation exueuse, régulièrement
fasciculée.
Haugia metallaria
(Dumortier, 1874) (Pl.5,
g.21). Ses côtes exueuses sont irrégulièrement
regroupées en faisceaux. La coquille est compri-
mée et relativement évolute.
Genre
Haugiella
GABILLY, 1974
Haugiella vitiosa
(Buckman, 1899) (Pl.5,
g.23-25).
Haugiella
évolute, à section subrectan-
gulaire plus ou moins comprimée,  ancs parallèles
peu convexes et aire siphonale aplatie. Les côtes
sont  exueuses et irrégulièrement fasciculée sur
les tours externes à partir d’un tubercule périombili-
cal peu marqué.
Haugiella dubari
Fauré, 1981 (Pl.5, g.26).
Haugiella dubari Fauré, 1981 (Pl.5, g.26). Haugiella dubari
Haugiella
involute, à section elliptique, comprimée,
dépourvue de rebord ombilical et caractérisée par
une costulation atténuée sur la moitié interne des
ancs. L’aire siphonale est régulièrement arrondie,
la ligne de suture simple et peu découpée.
Haugiella corbarica
Fauré, 1981 est une
espèce de la base de la Zone à Thouarsense ( gu-
rée dans Fauré, 2007, Fig.6.4-5), dernière repré -
sentante du genre. Elle se distingue de
H. vitiosa
par son enroulement plus involute, sa section plus
comprimée, ogivale, et son aire ombilicale plus
haute.
Genre
Brodieia
BUCKMAN, 1898
Ces Phymatoceratinés de petite taille sont
les microconques des deux genres
Haugia
et
Denckmannia
de la zone à Variabilis (Gabilly,
1976).
Brodieia lehmanni
(Guex, 1972) (Pl.5, g.18-
Brodieia lehmanni (Guex, 1972) (Pl.5, g.18-Brodieia lehmanni
19) présente une section arrondie, nettement dépri-
mée et une costulation irrégulièrement fasciculée,
fortement rétroverse
.
Sous-famille Paroniceratinae Schindewolf, 1963
(
emend.
Rulleau
et al.,
2003).
Genre
Paroniceras
Bonarelli, 1893
Paroniceras sternale
(d’Orbigny, 1845) (Pl.5,
g.27) est une espèce rare mais bien reconnais-
sable, à section globuleuse, quasi circulaire, son
ombilic réduit et profond et ornementation absente
ou réduite à une striation imperceptible. Son acmé
se situe dans la Sous-zone à Variabilis.
* Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse
et Centre d’ACP, 47 rue Théron Périé,
81100, Castres
philipfaure@wanadoo.fr
33
Le Toarcien Moyen des Corbières - Biostratigraphie et évolution sédimentaire - Philippe Fauré
REFERENCES
- Archiac (A. d’) - Histoire des Progrès de la Géologie. 8 vol. (1847-1860), 1856, t. VI, p. 524-529.
Archiac (A. d’) - Les Corbières. Etude géologique d’une partie des départements de l’Aude et des
Pyrénées orientales.
Mém. Soc. géol. Fr.,
1859, 2e sér., t.VI, n°2, p. 209-446, 25  g., 5 pl.
- Bécaud (M.) - Les Harpoceratinae, Hildoceratinae et Paronicertinae du Toarcien de Vendée et des Deux
Sèvres (France).
Documents STU Lyon,
2006, n° 162, 245 p., 48 pl.
- Boué (A.) - Sur les environs de Narbonne, de Pézenas, sur la corniche entre Nice et Gènes et sur quel-
ques localités du Vicentin.
Bull. Soc. géol.. Fr
., 1933, 1
Bull. Soc. géol.. Fr., 1933, 1Bull. Soc. géol.. Fr
e
sér., t. 3, p. 324-346
- Doncieux (L.) - Monographie géologique et paléontologique des Corbières orientales.
Ann. Univ. Lyon
,
h.s., l, Sci., 1903, fasc.11, 377 p.
- Dubar (G.) - Observations sur les terrains secondaires à l’Ouest de Narbonne.
Ann. Soc. ol. Nord
,
Ann. Soc. ol. Nord, Ann. Soc. ol. Nord
1924, t. XLIX, p. 97-120.
- Dubar (G.) - Etudes sur le Lias des Pyrénées françaises.
Mém. Soc. Géol. Nord,
Lille, 1925, t. IX, 1,
332 p.
- Elmi (S.), RULLEAU (L.), GABILLY (J.) et MOUTERDE (R.) - Le Toarcien.
In
Biostratigraphie du
Jurassique ouest-européen et méditerranéen : zonations parallèles et distribution des invertébrés et
microfossiles : CARIOU E. et HANTZPERGUE P. (coord.).
Bull. Centre Rech. Elf Explor. Prod.
1997,
Mém., 17, p 25-36.
- Fauré (Ph.) - Le Lias de la nappe des Corbières orientales (Pyrénées navarro-languedociennes) (feuilles
de Capendu, Leucate, Narbonne, Tuchan).
Bull. B.R.G.M.,
Orléans, sér. 1, n° 2, 1981, p.149-151, 2  g.
- Fauré (Ph.) - Corbières (Lias),
in
MOUTERDE R., Synthèse du Sud-Est de la France,
Mém. B.R.G.M.,
n°125, 1984, p. 149-151.
- Fauré (Ph.) - Le Lias des Pyrénées.
Strata
, Toulouse, 2002, sér. II , vol. 39, 761 p.
- Fauré (Ph.) - La Zone à Thouarsense (Toarcien supérieur, Jurassique inférieur) des Corbières (Aude,
France). Biostratigraphie et évolution sédimentaire.
Bull. Soc. études sci. Aude,
Carcassonne, 2007, t.
CVII, p. 31-46, 2 pl.
- Fauré (Ph.) et ALMERAS (Y.) - Le Dogger (Jurassique moyen) des Corbières (Aude, France).
Biostratigraphie et évolution paléogéographique.
Bull. Soc. études sci. Aude,
Carcassonne, 2004, t. CVI,
p. 9-23.
- Fauré (Ph.) et ALMERAS (Y.) - Le Toarcien inférieur des Corbières (Aude, France). Répartition des
dépôts et signi cation paléogéographique.
Bull. Soc. études sci. Aude,
Carcassonne, 2005, t ; CV, p.
176-179
- Gabilly (J.) - Le Toarcien à Thouars et dans le centre-ouest de la France. Ed. CNRS, les stratotypes fran-
çais, vol. 3, 1976, 217 p., 18 tabl., 29 pl.
- Guex (J.) - Sur la classi cation des Dactylioceratidae (Ammonoidea) du Toarcien.
Eclogae. Geol. Helv.
,
Bâle, vol 64, 1971, p. 225-243, 3 pl.
- Guex (J.) - répartition biostratigraphique des ammonites du Toarcien moyen de la bordure sud des
Causses (France) et révision des ammonites décrites par Monestier (1931).
Eclogae. Geol. Helv.
, Bâle,
vol 65/3, 1972, p. 611-645, 13 pl.
- Guex (J.) - Dimorphisme des Dactylioceratidae du Toarcien.
Eclogae. Geol. Helv.
, Bâle, vol 66/3, 1973,
p. 545-583, 3 pl.
- Howarth (M.K.) - Part L ; Revised, Volume 3B, Chapter 4 : Psiloceraroidea, Eoderceratoidea,
Hildoceratoidea.
Treatise Online, Number 57. KU Paleontological Institute,
Kansas, USA, 2013, 139 p.
- Monestier (J.) - Ammonites rares ou peu connues et ammonites nouvelles du Toarcien moyen de la
région sud-est de l’Aveyron. Mémoires de la Société géologique de France, NS, 7 (15), 1931, 79 p., 9 pl.
- Nogues (A.-F.) - Recherches sur le Terrain jurassique des Corbières.
Bull. Soc. Géol. Fr.
, 1862a, 2e sér.,
t. XVI, p. 501-528.
- Nogues (A.-F.) - Dépôts jurassiques du Languedoc pyrénéo-méditerranéen, comparés à ceux des bas-
sins du Rhône et de Paris.
Extrait Ann. Soc. Impériale d’agriculture, d’Histoire naturelle et arts utiles Lyon
,
1862b, Lyon., 37 p.
- Orbigny (A. d’) - Prodrome de Paléontologie stratigraphique universelle des animaux mollusques rayon-
nés. Ed. masson, Paris,1850, 394 p.
- Orbigny (A. d’) - Paléontologie Française. Terrains oolithiques ou jurassiques. I. Céphalopodes.
Ed.
Masson, Paris
, 1842-1852, 642 p., 234 pl.
Bulletin de la Société d’Études Scienti ques de l’Aude - Tome CXIII - 2013
34
- Rolland du Roquan (O.) - Notice géologique sur le département de l’Aude, précédé de quelques notions
élémentaires.
Journal Soc. Agriculture dépt. Aude
, 23ème année, 1844, p. 85 -130.
- Rulleau (L.) - Evolution et systématique des
Phylloceratidae
et des
Lytoceratidae
du Toarcien et du
Dogger inférieur de la région lyonnaise.
Docum. Lab. Géol. Lyon
, n° 149, 1998, 167 p., 14  g. 35 pl.
- Viguier (M.) - Etudes géologiques sur le département de l’Aude (Bassin de l’Aude et Corbières).
Thèse
Montpellier
, 1887, 307 p., 11 pl.
Montpellier, 1887, 307 p., 11 pl.Montpellier
... Discussion : Par ses côtes fibulées, le genre Porpoceras est proche du genre Peronoceras, mais il en diffère principalement par la présence de tubercules depuis les tours internes. Distribution : P. gr. vortex -verticosum est citée dans la zone à Variabilis, mais surtout la zone à Bifrons de plusieurs régions du globe, entre autres, la bordure sud des Causses, en France (Guex, 1972), le sud-ouest de l'Allemagne (Riegraf et al., 1984), l'Amérique du nord (Jakobs, 1992), le SE de la France (Rulleau in : Alméras et al., 1998 ;Rulleau et al., 2001 ;2013), l'ouest de la France (Jattiot et al., 2016) et la Hongrie (Kovács, 2014). Les deux spécimens proviennent de la zone à Bifrons du Haut Atlas central (ce travail). ...
... Distribution : H. falciferum est une espèce à large répartition géographique dans les domaines téthysien et subboréal du NW d'Europe. Elle est citée dans des niveaux de la limite du Toarcien inférieur (zone à Serpentinum, horizon à Falciferum) et du Toarcien moyen (zone à Sublevisoni) du NW de la France (Bécaud, 2002(Bécaud, , 2006Neige et Rouget, 2002 ;Fauré, 2013), Angleterre (Howarth, 1992), SW de l'Allemagne (Riegraf et al., 1984) ; la zone à Falciferum (sommet du Toarcien moyen) en Bulgarie (Metodiev, 2008), le Pays de Basque (Salazar-Ramírez et al., 2019) ; la zone à Serpentinum (sous-zone à Falciferum) en Hongrie (Kovács, 2011) et au SE de la France (Elmi et al., 1997 ;Rulleau et al., 2001 ;Floquet et al., 2003) ; la zone à Levisoni du Moyen Atlas plissé (Guex, 1973) ...
... Distribution : H. serpentinum est citée dans la zone à Falciferum (sous-zone à Exaratum) en Angleterre (Howarth, 1992) ; la zone à Serpentinum (horizon à Strangewaysi) du NW de la France (Bécaud, 2006) ; la zone à Falciferum (horizon à Serpentinum) en Bulgarie (Metodiev, 2008) ; la zone à Serpentinum (horizon à Striatus) en Hongrie (Kovács, 2011) ; la zone à Serpentinum (sous-zone Elegantulum) du Pays Basque (Salazar-Ramírez et al., 2019) ; la zone à Serpentinum du SE de la France (Elmi et al., 1997 ;Floquet et al., 2003) Distribution : H. subplanatum a une large répartition géographique dans le domaine sub-boréal du N-W de l'Europe, et la marge nord-téthysienne et elle est aussi connue en Amérique du nord et du sud. Elle est citée dans la zone à Bifrons du NW de la France (Bécaud, 2006 ;Fauré, 2013), l'Angleterre (Howarth, 1992) Genre Maconiceras Buckman, 1926 Remarque : Maconiceras a été considéré par Gabilly (1976) et Bécaud (2006) comme un sous-genre d'Harpoceras regroupant les formes de petites tailles, considérées comme des microconques. Neige et Rouget (2002) considèrent Maconiceras comme un genre indépendant dans la mesure où le dimorphisme sexuel chez les Harpoceras est toujours problématique. ...
Article
Résumé Dans le Haut Atlas central, l’étage Toarcien est représenté par une série marneuse et marno-calcaire d’épaisseur variable. Deux coupes ont été étudiées : Amellago (500 m) et Aït Athmane (100 m). Les ammonites récoltées dans les deux coupes ont permis de caractériser les zones à Polymorphum, Levisoni, Bifrons, Gradata et Speciosum. La zone à Polymorphum a fourni, entre autres : Dactylioceras (Eodactylites) mirabile, D. (E.) pseudocommune, Dactylioceras (Orthodactylites) aff. crosbeyi et Neolioceratoides aff. hoffmanni ; la zone à Levisoni a fourni une riche faune composée de : Calliphylloceras nilssoni, Dactylioceras (Orthodactylites) cf. semiannulatum, Eleganticeras exaratum, Harpoceras falciferum, H. pseudoserpentinum, H. serpentinum, H. subplanatum, Hildaites cf. forte, H. levisoni, H. cf. serpentiniformis, H. cf. subserpentinus, H. striatus, H. wrighti, Lytoceras. siemensi, Lytoceras sp., Maconiceras soloniacense, Phylloceras sp., Polyplectus pluricostatum et Polyplectus sp. ; la zone à Bifrons a fourni : Eleganticeras sp., Harpoceras subplanatum ?, Hildoceras bifrons, H. lusitanicum, H. semipolitum, H. sublevisoni, Hildoceras sp., Porpoceras gr. vortex – verticosum ; la zone à Gradata a été caractérisée par Pseudocrassiceras bayani, P. frantzi, Pseudocrassiceras sp., Pseudocrassiceras sp. indet, et la zone à Speciosum qui a fourni un Hammatoceras aff. insigne. Ces espèces sont décrites et illustrées pour la première fois pour le domaine du Haut Atlas central. La plupart d’entre elles sont communes à plusieurs bassins de la marge nord-téthysienne et le domaine Subboréal du NW de l’Europe.
... Distribution: H. semipolitum is reported from the Bifrons Subzone, Semipolitum Horizon, in several localities from northern and southern margins of the Tethys, including: Bulgaria (Metodiev, 2008), Italy (Pelosio, 1968), western Algeria Douas Bengoudira, 2012), Folded Middle Atlas (Benshili, 1989;Elmi et al., 1989), South Riffian Ridges (Faugères, 1978) and the Subboreal Domain of western France (Bécaud, 2006;Fauré, 2002Fauré, , 2013. The specimens were found in the same stratigraphic levels as the specimens of H. bifrons from the Heitouf section. ...
Article
Full-text available
The uppermost lower Toarcian and middle Toarcian succession of the Central Unit of the South Riffian Ridges, particularly in the El Heitouf and Sned sections, is rich in benthic macrofauna and contains rare middle Toarcian ammonites of the Bifrons and Gradata zones. Eleven species and for morphs (one is nov.) of terebratulides arranged into three genera, have been identified, which are: Lobothyris arcta, L. crithea, L.? hispanica, L. punctata morph clevelandensis, Sphaeroidothyris decipiens, S. dubari, S. aff. dubari, S. vari, Telothyris arnaudi, T. jauberti, T. jauberti morph depressa, T. jauberti morph nabanciensis, T. jauberti morph triangularis morph nov., T. monleaui, and T. pyrenaica, as well as eleven species of ammonites, Collina aff. meneghinii, Harpoceras sp. indet., Haugia cf. jugosa, H. cf. navis, Hildaites cf. murleyi, Hildoceras bifrons, H. lusitanicum, H. semipolitum, H. sublevisoni, Phymatoceras cf. formosum and Polyplectus sp. These brachiopod and ammonite taxa are described and illustrated for the first time from the Central Unit of the South Riffian Ridges, Morocco. Most are new occurrence taxa that are common to the most Peritethyan basins of the northern and southern margins of the western Tethys, particularly north Africa, southwest Europe and the Subboreal Domain of western France and southeast England, and the Lusitanian Basin of the Central Atlantic margin of Portugal.
Archiac (A. d') -Les Corbières. Etude géologique d'une partie des départements de l'Aude et des Pyrénées orientales
-Archiac (A. d') -Histoire des Progrès de la Géologie. 8 vol. (1847-1860), 1856, t. VI, p. 524-529. Archiac (A. d') -Les Corbières. Etude géologique d'une partie des départements de l'Aude et des Pyrénées orientales. Mém. Soc. géol. Fr., 1859, 2e sér., t.VI, n°2, p. 209-446, 25 fi g., 5 pl. -Bécaud (M.) -Les Harpoceratinae, Hildoceratinae et Paronicertinae du Toarcien de Vendée et des Deux Sèvres (France). Documents STU Lyon, 2006, n° 162, 245 p., 48 pl.
Sur les environs de Narbonne, de Pézenas, sur la corniche entre Nice et Gènes et sur quelques localités du Vicentin
  • Boué
Boué (A.) -Sur les environs de Narbonne, de Pézenas, sur la corniche entre Nice et Gènes et sur quelques localités du Vicentin. Bull. Soc. géol.. Fr., 1933, 1
  • Dubar
Dubar (G.) -Etudes sur le Lias des Pyrénées françaises. Mém. Soc. Géol. Nord, Lille, 1925, t. IX, 1, 332 p. -Elmi (S.), RULLEAU (L.), GABILLY (J.) et MOUTERDE (R.) -Le Toarcien. In Biostratigraphie du Jurassique ouest-européen et méditerranéen : zonations parallèles et distribution des invertébrés et microfossiles : CARIOU E. et HANTZPERGUE P. (coord.). Bull. Centre Rech. Elf Explor. Prod. 1997, Mém., 17, p 25-36.
Biostratigraphie et évolution paléogéographique
Biostratigraphie et évolution paléogéographique. Bull. Soc. études sci. Aude, Carcassonne, 2004, t. CVI, p. 9-23.
Répartition des dépôts et signifi cation paléogéographique
  • Fauré
-Fauré (Ph.) et ALMERAS (Y.) -Le Toarcien inférieur des Corbières (Aude, France). Répartition des dépôts et signifi cation paléogéographique. Bull. Soc. études sci. Aude, Carcassonne, 2005, t ; CV, p. 176-179
)-Dépôts jurassiques du Languedoc pyrénéo-méditerranéen, comparés à ceux des bassins du Rhône et de Paris
Guex (J.)-Dimorphisme des Dactylioceratidae du Toarcien. Eclogae. Geol. Helv., Bâle, vol 66/3, 1973, p. 545-583, 3 pl.-Howarth (M.K.)-Part L ; Revised, Volume 3B, Chapter 4 : Psiloceraroidea, Eoderceratoidea, Hildoceratoidea. Treatise Online, Number 57. KU Paleontological Institute, Kansas, USA, 2013, 139 p.-Monestier (J.)-Ammonites rares ou peu connues et ammonites nouvelles du Toarcien moyen de la région sud-est de l'Aveyron. Mémoires de la Société géologique de France, NS, 7 (15), 1931, 79 p., 9 pl.-Nogues (A.-F.)-Recherches sur le Terrain jurassique des Corbières. Bull. Soc. Géol. Fr., 1862a, 2e sér., t. XVI, p. 501-528.-Nogues (A.-F.)-Dépôts jurassiques du Languedoc pyrénéo-méditerranéen, comparés à ceux des bassins du Rhône et de Paris. Extrait Ann. Soc. Impériale d'agriculture, d'Histoire naturelle et arts utiles Lyon, 1862b, Lyon., 37 p.-Orbigny (A. d')-Prodrome de Paléontologie stratigraphique universelle des animaux mollusques rayonnés. Ed. masson, Paris,1850, 394 p.
Aude, 23ème année, 1844, p. 85-130. -Rulleau (L.) -Evolution et systématique des Phylloceratidae et des Lytoceratidae du Toarcien et du Dogger inférieur de la région lyonnaise
  • Rolland Du Roquan
-Rolland du Roquan (O.) -Notice géologique sur le département de l'Aude, précédé de quelques notions élémentaires. Journal Soc. Agriculture dépt. Aude, 23ème année, 1844, p. 85-130. -Rulleau (L.) -Evolution et systématique des Phylloceratidae et des Lytoceratidae du Toarcien et du Dogger inférieur de la région lyonnaise. Docum. Lab. Géol. Lyon, n° 149, 1998, 167 p., 14 fi g. 35 pl. -Viguier (M.) -Etudes géologiques sur le département de l'Aude (Bassin de l'Aude et Corbières). Thèse Montpellier, 1887, 307 p., 11 pl. Montpellier, 1887, 307 p., 11 pl. Montpellier
Observations sur les terrains secondaires à l'Ouest de Narbonne
  • Dubar
Dubar (G.) -Observations sur les terrains secondaires à l'Ouest de Narbonne. Ann. Soc. Géol. Nord, Ann. Soc. Géol. Nord, Ann. Soc. Géol. Nord 1924, t. XLIX, p. 97-120.
  • Fauré
Fauré (Ph.) -Le Lias de la nappe des Corbières orientales (Pyrénées navarro-languedociennes) (feuilles de Capendu, Leucate, Narbonne, Tuchan). Bull. B.R.G.M., Orléans, sér. 1, n° 2, 1981, p.149-151, 2 fi g. -Fauré (Ph.) -Corbières (Lias), in MOUTERDE R., Synthèse du Sud-Est de la France, Mém. B.R.G.M., n°125, 1984, p. 149-151.