ResearchPDF Available

Analyse stratégique de Blablacar

Authors:

Abstract

Analyse stratégique de Blablacar
Blablacar, ce n’est pas du Bla Bla!
Analyse stratégique
Junior KETO Nsingani
Faculté dAdministration
Université de Sherbrooke, QC, Canada
Décembre 2015.
Introduction
L’analyse stratégique présentée dans ce travail porte sur la sociéié Comuto avec sa très célèbre
plateforme numérique dénommée Blablacar. L’idée est née d’une histoire pour le moins
anecdotique il y a douze ans, lorsqu’en décembre 2003, Frédéric Mazzella
1
cherche un moyen de
rentrer chez lui, en Vendée un département de l’ouest de la France vers la cote atlantique -
alors que tous les trains sont complets. Sans alternative, il demandera finalement à sa sœur de
faire un détour pour passer le chercher. Il observera que sur l’autoroute la grande majorité des
voitures roulent pratiquement à vide, avec une ou deux personnes à bord (
2
).
Pour concrétiser son idée, il crée en 2006 la plateforme appelée Covoiturage.fr, qui deviendra
plus tard Blablacar. L’idée est de permettre la mise en réseau de conducteurs et de passagers
souhaitant voyager ensemble et partager les frais de leurs trajets. La définition du covoiturage qui
conviendrait le mieux, à la différence de l’auto-stop, est l’utilisation conjointe d’un véhicule, par
un conducteur non professionnel et un ou plusieurs passagers, dans le but de partager non
seulement le trajet en commun, mais aussi les frais de transport, les émotions ou la convivialité.
Comme vous avez pu vous en apercevoir, cette définition dépasse les considérations
économiques. L’objectif est non seulement d’éviter le gaspillage en limitant la pollution mais
également de favoriser le sens du partage et de la collaboration.
1
Frédéric Mazzella est le président et co-fondateur de la société.
2
http://www.internetmanagersclub.com/wp-content/uploads/2015/01/BlaBlaCar-IMC-Award-2015-01-12.pdf
consulté le 2 décembre 2015
2
2
La Société s’impose aujourd’hui comme pionnier de l’économie du partage, qui a cessé
d’être un mouvement marginal pour devenir une véritable force économique (
3
).C’est une
révolution non seulement économique, mais aussi culturelle, et elle repose sur un ensemble
sophistiqué de mécanismes, d’algorithmes et de systèmes subtils de récompenses et de sanctions.
Le site covoiturage.fr s’est rapidement implanté dans d’autres pays d’Europe sous le nom de
Blablacar : en Espagne en 2009, au Royaume-Uni en 2010, au Portugal, en Italie, au Benelux
(Belgique, Netherland, Luxembourg) et en Pologne en 2012, et en Allemagne en 2013 (
4
), avant
de conquérir la Russie, le marché indien, le Mexique et le Brésil.
L’analyse de ce sujet devient intéressante lorsqu’on l’aborde dans une approche entrepreneuriale
et sociale. Blablacar a créé une nouvelle solution de mobilité fiable, sociale et abordable en
optimisant des ressources largement sous-utilisées. Voilà pourquoi nous avons choisi de faire
cette petite incursion dans ce monde high tech en vue d’étudier minitieusement le cas de cette
startup dont les performances forcent l’admiration des médias, des chercheurs et de toute la
population.
Cette étude s’articule autour de deux parties : la première s’emploie à expliquer la problématique
d’une analyse stratégique de cette organisation, la seconde est entièrement consacrée au
diagnostic stratégique de Blablacar.
3
Jason Tanz,Courrier international, ÉCONOMIE DU PARTAGE • Airbnb, Uber, Blablacar : faire confiance à
n’importe qui Hebdo n°1246, 22 septembre 2014.
4
https://www.blablacar.fr/ (consulté le 19 novembre 2015)
3
3
Partie I. Questions pour l’analyse stratégique
Dans le domaine high tech, il existe probablement autant d’innovations que les porteurs des
projets innovateurs. Mais dans tous les cas, l’innovation s’inscrit dans un processus qui comporte
des étapes, des leviers incontournables de réussite et des écueils à éviter (
5
). Il y a quelques
années, aucun investisseur averti, aucune banque d’affaires sérieuse, aucun fonds
d’investissements ou encore nul fonds de capital-risque n’aurait pu miser, sans trop se soucier du
risque inconsidéré et avec des enjeux financiers importants, sur une plateforme numérique de
covoiturage en France ! Autant pour les investisseurs, le covoiturage ne suscitait quasiment
aucun intérêt pour la recherche.
Pourtant, il n’y a pas plus grande hérésie aujourd’hui que de mener une étude sérieuse sur le
marché de transport sans compter sur le covoiturage en France. Mis à part l’avion, le train, le bus
et la voiture constituent les principaux moyens de déplacements de français. (Pour des raisons de
simplification, nous faisons exprès d’écarter les sociétés de vélos en libre-service). Le trafic est
donc partagé concurremment entre ces trois modes même s’il faut relever l’outrageuse
domination de la voiture aussi des voitures des particuliers ont représenté 83,3 % du transport
intérieur de passagers dans l’Union européenne (de 28 Etats) en 2012, les autocars, les autobus et
les trolleybus (9,2 %) et les trains (7,4 %) [
6
]. Blablacar s’est donc choisi un créneau à fort
potentiel de croissance du moment où le transport par voiture demeure le moyen de déplacement
préféré des français.
Convaincu des opportunités qu’offrait l’industrie du covoiturage, Blablacar s’est forgé petit à
petit à concevoir et à développer un modèle d’affaires qui lui permettrait à exploiter le potentiel
économique que représente le parc automobile particulier. Grâce au travail ardu de ses ingénieurs
et la perspicacité des dirigeants mais aussi à une équipe des travailleurs motivée, Blablacar est
parvenu à créer une proposition de valeur qui a rencontré les problèmes quotidiens non seulement
en France, mais aussi dans tous les pays où il est présent.
5
Ministères économiques et financiers, Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services, DGCIS,
Oser l’innovation ! Guide pratique pour les activités de services.
6
http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Passenger_transport_statistics/fr
4
4
Visiblement, Frédéric Mazzella n’a pourtant rien à envier de la multitude des startups
naissantes de la Silicone Valley, lui-même, fruit de cette même école. Mais en plus, grâce à sa
vision et à sa collaboration avec ses cofondateurs, il a su se construire l’image de l’ambassadeur
de la french touch, le fleuron de l’économie numérique française qui joue dans la cour des grands
et est en passe de devenir, en moins de dix ans d’activité, une firme multinationale.
Le pari pour son équipe de travail était de monter un business model capable de proposer de la
valeur aux membres de la communauté Blablacar tout en demeurant rentable. Il s’agit- d’un
exercice délicat compte tenue de sa mission. L’entreprise a d’abord commencé avec un modèle
gratuit avant d’introduire la commission de 11% sur tous les passagers. Lorsqu’on innove par le
business model, on ne change donc pas nécessairement la nature du service réalisé, mais on fait
évoluer le mode de rémunération de ce service.
Malgré cette bascule du modèle freemium (gratuit) au premium (payant), l’activité n’a pas été
affectée mais aussi aucune baisse de l’activité n’a été remarquée. D’ailleurs, les membres de la
communauté (Blablacar) ont semblé adopté cette nouvelle mesure sans beaucoup de murmures,
les frais de covoiturage y compris la commission - demeurent encore largement inférieurs aux
tarifs exigés par d’autres opérateurs.
De là, il y a lieu de remarquer que Blablacar a innové sur tous les fronts dans la délivrance de
l’offre de service : promesse client, business model et gestion des services. Ainsi, l’un des
facteurs clés de sa réussite et de son succès c’est son implication dans l’amélioration de
l’ergonomie. Comme nous le verrons plus tard, lorsque l’on améliore et l’on fait évaluer
l’interface, qui constitue donc le front office des entreprises numériques, c’est toute la clientèle
qui s’en trouve satisfaite.
Ce succes retentissant de Blablacar qui, remarque-t-on, écrase et avale tout sur son passage,
impose une un nouveau rythme dans l’industrie du covoiturage, fait peur aux grands opérateurs
traditionnels du secteur de transport et qui se font chiper une frange importante de sa clientèle,
soulève quelques questionnements. Jusqu’à quand durera cette euphorie ? Qu’est-ce qui explique
son éclosion et son succès en France et à l’international dans un temps si record ? Quels sont les
principales stratégies de croissance qui ont propulsé Blablacar sur le toit du monde de
covoiturage ? Quelle est la viabilité économique, sociale et écologique de son business model ? A
quoi peut-on s’attendre dans les prochaines années par rapport aux performances de l’entreprise ?
Comment fait-elle face à l’environnement d’un secteur de transport dejà mature? Ces papiers
5
5
vous offrent quelques éléments de réponse et vous aideront à comprendre les facteurs clés de
succès de Blablacar.
Partie II. Analyse stratégique
Historique et domaine d’activité
Historique
Nous l’avons dit, l’idée est née d’une histoire pour le moins anecdotique il y a douze ans,
lorsqu’en décembre 2003, Frédéric Mazzella cherche un moyen de rentrer chez lui, en Vendée
un département de l’ouest de la France vers la cote atlantique - alors que tous les trains sont
complets. Sans alternative, il demandera finalement à sa sœur de faire un détour pour passer le
chercher. Il observera que sur l’autoroute la grande majorité des voitures roulent pratiquement à
vide, avec une ou deux personnes à bord (
7
).
Imanginez le potentiel est gigantesque. Avant de commencer, il fait un calcul simple, basé sur des
données connues. En France, une voiture coûte plus de 5 000 euros par an, il y en a 38 millions,
ce qui correspond à environ 200 milliards d’euros, soit 10 % du PIB annuel français. Ces voitures
ne sont utilisées que 4 % du temps, et le taux de remplissage est de 1,3 personne par véhicule (
8
).
Pour concrétiser son idée, il crée en 2006 la plateforme appelée Covoiturage.fr, qui deviendra
plus tard Blablacar. L’idée est de permettre la mise en réseau de conducteurs et de passagers
souhaitant voyager ensemble et partager les frais de leurs trajets.
Le nom « BlaBlaCar » vient du fait que les covoitureurs choisissent s'ils sont plutôt « Bla », «
BlaBla » ou « BlaBlaBla » en voiture selon leur degré de bavardage ! (
9
) Le service de
covoiturage proposé sur ces sites web est édité par Comuto SA au capital de 106 752,20
RCS Paris 491 904 546 - ayant son siège social, au 84 avenue de la République 75011 Paris (
10
)
dont Frédéric Mazzella est président et co-fondateur, et Nicolas Brusson assume les fonctions du
directeur général.
7
http://www.internetmanagersclub.com/wp-content/uploads/2015/01/BlaBlaCar-IMC-Award-2015-01-12.pdf
consulté le 2 décembre 2015
8
http://www.liberation.fr/futurs/2015/09/17/frederic-mazzella-blabla-cash_1384878 consulté le 6 décembre 2015.
9
https://www.blablacar.fr/blog/recrutement consulté le 6 décembre 2015.
10
https://www.blablacar.fr/blog/conditions-generales consulté le 6 décembre 2015
6
6
Domaine d’activité
Blablacar est le leader mondial du covoiturage longue distance. L'entreprise met en relation les
conducteurs et les passagers souhaitant partager les frais d’un même trajet. Les conducteurs
publient une annonce dans laquelle ils décrivent leur trajet et indiquent leur nombre de places
libres et le prix. Les passagers obtiennent la liste des conducteurs effectuant le trajet qui les
intéresse grâce à un moteur de recherche avancé (départ, arrivée, dates, heure, genre du
conducteur, fumeur ou non, nombre d’avis…).
Naturellement, l’industrie du covoiturage ne constituait pas en soi une opportunité d’affaires
pouvant générer autant d’engouement. Elle l’est aujourd’hui grâce au développement de
l’infrastructure technologique qui rend l’offre de valeur beaucoup intéressante pour les usagers,
les conducteurs, les entrepreneurs, les investisseurs et toutes les autres parties prenantes.
Blablacar est une plateforme numérique, internet et mobile, qui fonctionne dans un
environnement réseauté et s’appuie sur les infrastructures existantes en vue de livrer le service, le
contenu numérique. Il s’agit donc d’une « économie de réseau qui atteint l’optimum à grand
volume » [
11
], c’est-à-dire plus il y a d’acteurs, plus ça fonctionne bien. On peut donc comprendre
qu’une plateforme est un catalyseur d’échanges économiques, d’interactions sociales et
d’innovations.
Par ailleurs, il y a lieu de distinguer deux types de covoiturage : le domicile-travail et le
covoiturage « longue-distance ». Le premier apparaît notamment soutenu par les collectivités
territoriales, certaines s’efforcent de le développer, par la création notamment d’aires de
covoiturage. Le second exploite des créneaux plus profitables et c’est donc ce dernier qui fait
l’objet de notre étude. Ce mode de transport connaît actuellement, assurément, un dynamisme
certain, du fait notamment de l’usage croissant des technologies de l’information et des
terminaux mobiles. Toutefois, le covoiturage semble peu concurrencer les transports en commun
dans la mesure où, selon une étude de l’ADEME : les ¾ des voyageurs covoiturent en
remplacement de l’utilisation de leur voiture personnelle et seul ¼ co-voiture au lieu d’utiliser
les transports en commun [
12
].
11
Bédard & al, management à l’ère de la société du savoir, Chenelière éducation, 2011,
12
Autorité de la concurrence, Quel avenir pour le transport longue distance par autocar en France ?, publique
française, 13 du 26 février 2013
7
7
Mission
La mission principale de Blablacar consiste à faire voyager un maximum de personnes en
covoiturage lors de tous leurs déplacements dans une démarche d’éco-mobilité (
13
). Cette
démarche s’inscrit dans la perspective de l’économie de partage en optimisant l’utilisation du
parc automobile sous-utilisé et en réduisant, par ricochet, l’émission du gaz à effet de serre
(CO2).
Valeurs
La proposition de valeur de Blablacar (
14
) est construite au tour d’une trilogie à savoir : (1) In
trust we trust, (2) Think it, build it, use it et (3) The member is the boss, qui fonde sa force et son
dynamisme, et que les employés de la société doivent cultiver et propager au quotidien. Il s’agit
des concepts simples. Si les mots ont un côté quelque peu ludique, il n’en est pas autant pour le
contenu, qui est très significatif.
1. In Trust we Trust : Depuis sa création, Blablacar vise à créer un lien de confiance
interpersonnelle sur internet afin de libérer la valeur ajoutée du partage à grande échelle.
A cet effet, la société a développé une méthode (D.R.E.A.M.S) et des outils spécifiques
(profils de membres détaillés, évaluations de membres suite aux trajets effectués,
modération par une grande équipe de relations membres).
2. Think it, build it, use it : Afin de comprendre les besoins des membres, il est impératif
que les employés soient les premiers utilisateurs des services. Tous covoitureurs, les
collaborateurs, comme aime bien les nommer, vivent proches de leur communauté et de
ses besoins afin d’améliorer le service en permanence.
3. The member is the boss : Au-delà de leur expérience de covoitureurs, les collaborateurs
restent à l’écoute permanente des membres afin d’être réceptifs à leurs besoins et de créer
une plateforme toujours plus fiable. L’équipe de relations membres traite les requêtes
dans plus de10 langues, et est disponible 7/7. Ils sont également très actifs sur les réseaux
sociaux, et offline à l’occasion de nombreux évènements.
Caractéristiques de l’environnement et de la concurrence
Nul ne pouvait parier, il y a quelques années, sur un tel bouleversement dans le marché de
transport français. Le secteur de transport fait partie des activités presque matures qui semblent
les moins enclins aux changements. L’avènement des plateformes numériques dédiées à
13
https://www.blablacar.fr
14
Idem
8
8
rapprocher la demande (les usagers) à l’offre du (les conducteurs personnels) a sonné le glas
d’un changement majeur dans le secteur, dont personne ne pouvait deviner l’ampleur.
La concurrence
Jusque-ici, le marché de transport des personnes et des marchandises reste dominé par la Société
nationale des chemins de fer (SNCF) qui détient une de part de marché importante sur les réseaux
national et international (excepté le transport aérien) ou la RATP sur le marché parisien pour ne
citer que ceux-là.
Avec le temps, le coût élevé du carburant ainsi que les contraintes et préoccupations
environnementales ont été des facteurs non moins importants du renoncement ou de l’abandon
progressif des voitures personnelles afin d’adopter les moyens collectifs traditionnels notamment
le train (ou le tramway) et les autocars. Si le train offre un service confortable et fiable, en plus
d’être cher, il n’en demeure pas moins rigide. Les envies des usagers sont grandissantes et en
perpétuelle évolution. Le modèle d’affaires de la SNCF est incapable, à nos jour, de satisfaire
cette frange de la clientèle qui réclame une véritable démocratie dans le secteur. Il s’agit d’un réel
besoin de transparence et flexibilité dans le prix et dans le trajet, que les autocars ne peuvent non
plus combler.
Ainsi, nous pouvons appréhender le service du covoiturage à la fois comme un conçurent, un
substitut ou complémentaire à l’offre traditionnelle qui, grâce à sa flexibilité et sa transparence,
permet d’exploiter les créneaux jusque-là négligés ou difficile à exploiter. Mais les principales
raisons de son émergence demeurent, à n’en point douter, le sentiment de mutualisation, de
convivialité, d’échange et de partage de frais, c’est-à-dire le carburant et le péage, soit « environ
une économie de cent millions réalisée par les conducteurs » (
15
). Un vrai modèle de l’économie
de partage ! Il sied également de noter sa contribution dans perspective de l’utilisation optimale
des voitures, dans la réduction des embouteillages et du développement durable en réduisant
sensiblement de la pollution du gaz à effet de serre.
Blablacar représente à ce jour une menace sérieuse dans le monde de transport des passagers en
France et fait peur même aux cadors comme la SNCF. Décidée de se battre sur tous les fronts, la
SNCF a créé IDVroom, son service de covoiturage [
16
]. L’annonce officielle du 10 septembre
15
https://www.blablacar.fr
16
http://www.dynamique-mag.com/actualite/blablacar-passe-barre-millions-
membres.2457#sthash.rH4v36z8 consulté le 02/12/2015
9
9
dernier démontre que ce nouveau projet est en réalité une fusion de deux sites de covoiturages,
notamment 123envoiture et Easycovoiturage. Ces deux firmes sont sous la mobilité d’Ecolutis,
l’éditeur de plusieurs sites de covoiturages en France.
A la suite de ses acquisitions notamment en France, Comuto avec sa plateforme Blablacar,
contrôle plus de 95% du marché de covoiturage en France. La concurrence est constituée d’autres
plateformes de covoiturage, mais aussi d’autres moyens de transport comme les autocars
(IDBus), le train (Ouigo), le train ou l’avion (surtout les compagnies low cost).
Contraintes légales
Si l’on peut observer un accrochage du grand public aux services offerts par Blablacar, la
principale incertitude demeure la législation en la matière. Mais l'existence du covoiturage et son
éventuel développement suscitent un questionnement qui dépasse parfois le cadre de la
règlementation des transports de personnes issue de la Loi d'Orientation des Transports Intérieurs
(LOTI) du 30 décembre 1982 [
17
], dans un marché contrôlé à 95% par Blablacar [
18
]. Les usagers
pratiquant le covoiturage à partir de trois personnes sont autorisés à circuler quel que soit le
niveau de pollution. Le covoiturage est de ce fait reconnu légalement et publiquement [
19
].
Il convient tout de même de rappeler que le secteur de VTC (voiture de transport avec chauffeur)
a connu un essoufflement avec l’émergence des plateformes de mise en relation des conducteurs
(professionnels) et des passagers. Tout le monde se rappelle des échauffourées observées entre
les utilisateurs des services d’UberPop, ce géant américain qui permet à des particuliers de
s’improviser chauffeurs de taxi. Ce qui a débouché à la suspension le 25 juin 2015 et à un renvoi
en correctionnelle de ses dirigeants pour pratique commerciale trompeuse, complicité d’exercice
illégal de la profession de taxi, et traitement de données informatiques illégal [
20
].
Voilà pourquoi Comuto insiste sur l’explication du service de covoiturage qu’il entend comme
l’utilisation conjointe et organisée d’un véhicule, par un conducteur non professionnel et un ou
plusieurs passagers, dans le but d’effectuer un trajet commun. Dans sa charte, Comuto se réserve
la possibilité de supprimer le Compte Utilisateur concerné. Il en est en particulier ainsi dès qu'un
17
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006068730
18
Idem.
19
Centre d’Études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques, Certu, le covoiturage en France et en Europe :
états des lieux, Ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, 2007.
20
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/07/03/manuel-valls-se-rejouit-de-la-suspension-d-uberpop-
resultat-de-la-fermete-du-gouvernement_4669222_3234.html consulté le 24 novembre 2015
10
10
Conducteur intervient à titre professionnel, l’objectif n’étant pas de réaliser un bénéfice
mais de réduire les frais [
21
].
Clientèle
Les entreprises innovantes telles que Blablacar accordent beaucoup d’intérêt à la relation client
de telle sorte qu’elles se sentent obligées par la promesse client. Cette dernière définit en quelque
sorte le « contrat » qui lie l’entreprise au client, la façon d’apporter une réponse à ses besoins.
Innover par promesse client, c’est proposer un service qui n’était jusqu’ici jamais rendu, ou du
moins pas dans les mêmes conditions. Vers les années 2006, Blablacar est entrée dans un secteur
qui, à cette époque, évoluait sans réel enthousiasme ou adhésion et la proposition de valeur était
somme toute moins alléchante qu’elle ne l’est aujourd’hui.
Grâce à son développement sur le plan national mais aussi à l’international, Blablacar revendique
aujourd’hui 20 millions d’abonnés. Le mot « client » n’existe pas dans le langage de la société.
Les utilisateurs de la plateforme sont des membres de la communauté ou la communauté des
membres. C’est ce qui raffermit davantage un sentiment d’appropriation et d’appartenance au
réseau.
Offre de service et prix
L’offre de service de Blablacar est orientée C2C (Consumer to Consumer), du consommateur
vers le consommateur. Dans ce cas, la plateforme joue le rôle d’intermédiation. Le prix pratiqué
est celui déterminé par le conducteur, comprenant les différents frais liés notamment aux péages,
carburant et au péage. Il est établi en tenant compte de la longueur du trajet et de la commission
retenue par la société. La proposition de valeur, pour ces trois parties prenantes notamment le
conducteur, le passager et Blablacar, est fondée sur la mise en relation, le partage des coûts et le
tiers de confiance (Blablacar) qui met ses moyens, son expérience et ses compétences en jeu.
Ainsi, une fois qu’on a créé un compte et qu’on devient membre, conducteur ou passager, on peut
accéder au contenu du site et bénéficier pleinement des services entre autres l’interface Web
conviviale 2.0, le moteur de recherche multicritères, la recherche cartographique Google Maps,
les fiches trajets intuitives et gestion des équipages, messagerie interne, Alerte mail et sms,
intranet, etc (
22
).
21
https://www.blablacar.fr/blog/conditions-generales
22
Bablacar.fr
11
11
Fournisseurs
La société a mis en place une plateforme internet et mobile qui constitue son principal outil
nécessaire au bon fonctionnement de ses activités. En revanche, elle utilise en majeure partie des
logiciels d’Open Source : MySQL, PHP, Linux (Debian), etc. Cela leur permet de ne pas
dépenser en licences de logiciels et dépend fortement des services de IELO / Lost Oasis pour
l’hébergement de leur site internet. Le stockage des données se fait par le biais d’AWS, un cloud
d’Amazon et par le biais de leurs serveurs physiques pour ce qui est des données demandant
beaucoup de traitement (
23
).
Analyse FFOM
Analyse interne
Analyse externe
Forces
Opportunités
- Les leaders sur le marché européen du covoiturage, des parts de marché
du covoiturage et près de 20 millions d’utilisateurs.
- une plateforme ergonomique avec un système de profils et d’avis pour
guider les mises en relation entre conducteurs et passagers
- Un soutient et une confiance forte des investisseurs.
- un modèle de rémunération au 11% de commission par trajet qui peut
assurer un important chiffre et une rentabilité élevée d’un modèle à coût
fixe par palier ;
- un système de réservation en ligne qui a fait chuter le taux de désistement
de 35% à 4%
- Une augmentation sans cesse des nouveaux utilisateurs.
- Une satisfaction globale des employés de Blablacar.
- Une implantation sur les marchés européens très efficace.
- Forte présence dans les réseaux sociaux
- Un discours écologiste et économique qui semble être partagé par tous
aujourd’hui.
- Une image de Start-Up qui vient concurrencer les grands du transport,
créer des transformations des pratiques et des liens entre individus.
- Grâce à DREAMS, Blablacar a su en grande majorité clientèle
- Après le Brésil, le Mexique, l’Inde et autres pays
émergents, prochains marchés de Blablacar. Ces pays en
voie de développement sont une grande promesse de
marché pour ce service.
- Prise de conscience de la population pour les questions
environnementales et la diminution de la pollution ;
- Un parc automobile mondial en perpétuelle croissance
- Une concurrence quasi anéantie grâce à ses acquisitions
- La rigidité du processus de réservation en ligne et
l’impossibilité de rentrer en contact avec le conducteur
sans avoir au préalable payé
-
Faiblesses
Menaces
- Le service proposé ne couvre pas les trajets domiciles travail, voir
domiciles-universités, ou écoles. Pourtant ils constituent la majorité des
déplacements.
- Une opacité assez conséquente sur les bilans sociaux et les comptes de
résultats, non publiés depuis 2009 ainsi que l’actionnariat
- Un business model contesté, par ses modes de financement notamment
le choix de la taxe sur le voyage de 11%, son élévation, le fait de faire
payer le service au passager, plutôt qu’au conducteur.
- Pas de mode alternatif de paiement sauf carte blue (monnaie
électronique, prépayé, etc.), ce qui exclut les passagers non titulaires
d’une carte bleue
- Les autocars constituent la principale menace de Blablacar
- La concurrence d'autres plates formes de covoiturage
marchandes
- La concurrence du gratuit
- Le cadre règlementaire dépassé
- Possibilité que la rémunération du conducteur excède les
frais engagés, de se voir accusé de transport clandestin et
de concurrence déloyale
23
François Kormann, Carte d’identité de Blablacar, entreprise de covoiturage, Paris Descartes, 2015.
12
12
Les intervenants dans l’environnement de l’industrie du covoiturage
Compétences stratégiques
Frédéric Mazzella a déplobeaucoup efforts pour surmonter les freins liés à la pratique du
covoiturage grâce à des outils innovants et à une ergonomie communautaire. Grâce à la mise en
place d’un moteur de recherche par coordonnées GPS, système d'avis ainsi que d’appréciation par
les clients ou les passagers, modération des commentaires et des photos, cartographie des
membres…, Comuto a amélioré sensiblement le design de sa plateforme ainsi que son contenu.
Le développement de la société a été orienté dans l’amélioration des conditions ergonomiques de
sa plateforme. La première impression de l’utilisateur est souvent décisive.
Ainsi, Comuto continue de déployer les moyens nécessaires pour soigner la présentation, le
design, pour plaire à l'utilisateur, pour lui donner envie de rester sur le site. Il est le reflet de
l’entreprise. Le site web doit être esthétiquement attrayant. Un aspect déplaisant combiné à une
ergonomie absente peut, parfois, faire fuir rapidement le visiteur, même si son contenu est riche
Fournisseurs :
MySQL, PHP, Linux,
Cloud Amazon,
IELO / Lost Oasis
Blablacar
Concurrents indirects
Compagnies d’aviation,
SNCF, RATP, sociétés de
VTT, Autocars, …
Concurrents directs :
IDVromm avec
123envoiture et
Easycovoiturage
Clientèle :
Propriétaires des voitures,
passagers, étudiants, etc.
Investisseurs et autres :
Fonds ISAI, Accel Partners,
Index Ventures, AXA
(assurance),
Facebook, Instagram,
youtube, twitter,…
Partenaires :
Partenaires Festivals,
Partenaires Montagne
Autres partenaires (voyages
touristiques)
Partenaires de RD :
VINCI Autoroutes,…
Ministère de l’écologie, du
développement durable et
de l’énergie (Transport)
13
13
et intéressant. A condition que les aspects pratiques et fonctionnels soient également
présents, l'aspect esthétique aura une influence sur la perception que les internautes auront de
votre site web, les encourageant à y revenir. Covoiturage.fr est également accessible en situation
de mobilité grâce à l'application mobile sur iPhone et Android.
BlaBlaCar est le leader mondial du covoiturage, avec plus de 20 millions de membres dans 19
pays, et 10 millions de voyageurs chaque trimestre. Le taux moyen d’occupation d’un véhicule en
France sur un trajet de ville à ville est de 1.6 personnes, alors qu’il est de 3 personnes au sein de
la communauté BlaBlaCar. En optimisant l’utilisation de la voiture individuelle par le
covoiturage, nous créons une solution de transport abordable et réduisons notre impact
environnemental. L’application mobile iphone et Android a été téléchargée 15 millions de fois.
La société réalise une croissance de 200% par an (
24
).
Le succès de Blablacar s'appuie en particulier sur un dispositif de confiance reposant à la fois sur
des éléments objectifs (paiement passant par la plateforme, authentification) et subjectifs (choix
d'ambiance silencieuse ou conviviale, information sur le niveau d'expérience et la réputation des
utilisateurs). La finalité de D.R.E.A.M.S. est de formaliser les grands piliers de la construction
de la confiance entre des personnes qui ne se connaissent pas initialement et interagissent en ligne
dans le but d’effectuer une transaction dans le futur. D.R.E.A.M.S. est un acronyme qui reprend
les 6 piliers de la confiance nécessaire le réseau : le framework nous apprend que l’information à
laquelle chaque membre dans le réseau doit avoir accès concernant les autres membres doit être
Declared, Rated, Engaged, Activity-based, Moderated et Social (
25
).
Les membres de la communauté Blablacar ont davantage confiance dans les autres membres de
BlaBlaCar que dans leurs collègues et cela grâce à DREAMS conçu comme un nouveau cadre
pour l'économie collaborative, il est bien nommé D.R.E.A.M.S. En plus, les réseaux sociaux
permettent aux utilisateurs de connecter leur identité en ligne avec leur identité dans le monde
réel, que ce soit socialement, via Facebook, ou professionnellement, par l'intermédiaire de
LinkedIn. En effet, les services de collaboration sont une facette d'une présence en ligne des
personnes: leur responsabilité personnelle et la bonne réputation sont essentielles à leurs
interactions sur des services de partage.
24
https://www.blablacar.fr/blog/qui-sommes-nous consulté le 2 décembre 2015
25
http://magazine.ouishare.net/fr/2013/06/cles-de-la-confiance-entre-particuliers/ consulté le 30 novembre 2015
14
14
La plateforme de covoiturage Blablacar a annoncé le 16 septembre avoir levé 200
millions de dollars (environ 177 millions d'euros) afin d'accélérer son développement, notamment
dans les pays émergents en Asie et en Amérique latine. Blablacar signe ainsi sa quatrième levée
de fonds depuis sa création en France en 2006. L'entreprise a déjà levé 1,25 million d'euros en
2011, puis 10 millions de dollars en 2012, puis enfin la somme record pour une entreprise
française de 100 millions de dollars (73 millions d'euros) l'année dernière. Selon une source
proche du dossier, la valorisation de l'entreprise atteint 1,4 milliard d'euros
26
.
L’équipe de travail
Présent dans 18 pays, BlaBlaCar compte désormais plus de 250 collaborateurs répartis sur 10
bureaux dans le monde, tous des covoitureurs, d’une moyenne d’âge de 29 ans. En 2014, ce sont
ainsi plus de 100 nouveaux talents qui ont rejoint la startup française (
27
). Les profils les plus
demandés sont les chefs de produits marketing, chefs d’expérience client, responsable produit,
concepteurs de logiciels, développeurs android, web, conseiller aux ressources humaines,
conseiller financier, analyste commercial, infographistes,… (
28
). Chaque nouvel employé se fait
d’abord accompagner par un parrain qui lui inculque les valeurs et la culture de Blablacar.
26
http://www.strategies.fr/actualites/marques/1023283W/blablacar-boucle-une-nouvelle-levee-de-fonds-de-
millions-d-euros.html
27
https://www.blablacar.fr/blog/BlaBlaCar-top10-entreprise-ou-il-fait-bon-travailler
28
François Kormann, Idem.
15
15
Conclusion
Blablacar est loin d’être un simple gadget. Bien au contraire, cette plateforme numérique
s’impose comme véritable monde de transport plus intelligent, plus durable et plus humain qui a
bouleversé l’industrie de transport dans son ensemble. La startup française non cotée, calquée au
modèle californien de la Silicon Valley, intègre toutes les vertus pour devenir, dans les
prochaines années, l’une des sociétés les plus importantes, les plus prospères et les plus
innovantes en France et dans le monde.
Nous avons vu qu’avec une équipe aussi performante que motivée, « fun and serious », il n’a pas
fallu dix ans à la société pour s’accaparer de tout le marché français, ou quasiment du moins.
Comuto a investi énormément de moyens pour repenser l’ergonomie de sa plateforme, c’est-à-
dire pour soigner la présentation ainsi que le design, pour plaire à l'utilisateur, pour lui donner
envie de rester sur le site. Le site Blablacar.fr étant son principal offre, analystes, ingénieurs,
programmeurs ou infographistes sont tous mis à contribution pour améliorer quotidiennemment
la proposition de valeur de la société en vue de préserver son avantage concurrentiel, fondé
essentiellement sur la technologie, de la concurrence d’autres sites proposant le même service.
Son modèle d’affaires, fignolé, peaufiné et bien adapté aux préoccupations des pourvoyeurs des
capitaux, fonds d’investisseurs et business angels, est basé sur un certain nombre d’objectifs que
la société se targue d’atteindre à chaque levée de fonds. Avec une commission de 11% et
quelques revenus publicitaires, la société dispose des ressources importantes pour le financement
de son développement et continuer d’être viable socialement et écologiquement. Ainsi, les
utilisateurs n’achètent pas seulement le service, mais également une expérience sociale.
Après voir conquis le marché de l’Europe occidentale et une par partie de l’Europe de l’Est, la
Russie et l’Inde, grâce essentiellement à ses acquisitions, principal levier de sa stratégie de
croissance, Blablacar focalise son attention, comme un bon conquistador, sur l’Amérique latine
notamment le Brésil et le Mexique. La société ambitionne de créer une communauté mondiale
des membres, fière d’appartenir au groupe, partageant les mêmes valeurs et les mêmes
convictions, et profitant d’une innovation sociale, des émotions et des souvenirs occasionnels,
dont ils revendiquent l’exclusivité. Voilà pourquoi Blablacar, ce n’est pas du blabla!

Supplementary resource (1)

ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Blablacar s'appuie en particulier sur un dispositif de confiance reposant à la fois sur des éléments objectifs (paiement passant par la plateforme, authentification) et subjectifs (choix d'ambiance silencieuse ou conviviale
  • De Le Succès
Le succès de Blablacar s'appuie en particulier sur un dispositif de confiance reposant à la fois sur des éléments objectifs (paiement passant par la plateforme, authentification) et subjectifs (choix d'ambiance silencieuse ou conviviale, information sur le niveau d'expérience et la réputation des
En effet, les services de collaboration sont une facette d'une présence en ligne des personnes: leur responsabilité personnelle et la bonne réputation sont essentielles à leurs interactions sur des services de partage
  • Linkedin
LinkedIn. En effet, les services de collaboration sont une facette d'une présence en ligne des personnes: leur responsabilité personnelle et la bonne réputation sont essentielles à leurs interactions sur des services de partage.