ArticlePDF Available

Le modèle transthéorique : description, intérêts, et application dans la motivation à l’activité physique auprès de populations en surcharge pondérale

Authors:

Abstract

Résumé: La surcharge pondérale, véritable fléau mondial en expansion, est souvent associée à une mauvaise alimentation et à un manque d’activité physique (AP). La modification thérapeutique de ces deux comportements de santé constitue alors une pierre angulaire de la gestion de la surcharge pondérale. Cependant, il s’avère extrêmement difficile de construire des programmes ayant pour but de motiver à l’AP et, ainsi, d’augmenter le niveau de pratique. Des modèles de motivation et de changement de comportement ont ainsi été élaborés afin d’identifier les processus psychologiques permettant d’aider les individus à changer leur conduite de santé. Parmi ces modèles, nous avons voulu présenter et décrire un modèle en particulier le modèle transthéorique, tout en expliquant comment l’utiliser dans la construction d’intervention d’éducation thérapeutique ayant pour but de motiver à la pratique d’AP chez des personnes en surcharge pondérale.
ARTICLE DE SYNTHÈSE / REVIEW ARTICLE
Le modèle transthéorique : description, intérêts et application
dans la motivation à lactivité physique auprès de populations
en surcharge pondérale
The transtheoretical model: description, interests and application in the motivation to physical
activity among population with overweight and obesity
A. J. Romain · G. Chevance · J. Caudroit · P. Bernard
© Lavoisier SAS 2015
Résumé La surcharge pondérale, véritable fléau mondial en
expansion, est souvent associée à une mauvaise alimentation
et à un manque dactivité physique (AP). La modification
thérapeutique de ces deux comportements de santé constitue
alors une pierre angulaire de la gestion de la surcharge pon-
dérale. Cependant, il savère extrêmement difficile de cons-
truire des programmes ayant pour but de motiver à lAP et,
ainsi, daugmenter le niveau de pratique. Des modèles de
motivation et de changement de comportement ont ainsi
été élaborés afin didentifier les processus psychologiques
permettant daider les individus à changer leur conduite de
santé. Parmi ces modèles, nous avons voulu présenter et
décrire un modèle en particulier le modèle transthéorique,
tout en expliquant comment lutiliser dans la construction
dintervention déducation thérapeutique ayant pour but de
motiver à la pratique dAP chez des personnes en surcharge
pondérale.
Mots clés Obésité · Modèle transthéorique · Activité
physique · Education thérapeutique
Abstract Overweight and obesity are a worldwide burden
still in expansion and are often related to an inappropriate
nutrition and a lack of physical activity (PA). The therapeutic
lifestyle change of these behaviours constitutes a corners-
tone in the management of weight problem. However, it
appears difficult to realize programme with the goal to moti-
vate to PA, and consequently, to increase its levels of prac-
tice. Models of motivation and behaviour change have been
elaborated to help people in their lifestyle behaviour change.
Among these models, we wanted to introduce, describe a
model of motivation and behaviour change: the transtheore-
tical model. Furthermore, we explained how to handle it in
order to build therapeutics education interventions to moti-
vate the practice of PA among persons with overweight and
obesity.
Keywords Obesity · Transtheoretical model · Physical
activity · Therapeutic education
Introduction
La question de léducation thérapeutique du patient (ETP) à
destination des personnes en surcharge pondérale a fait
lobjet dun intérêt croissant ces dernières années [1]. Une
interrogation récurrente, dans la modification thérapeutique
du mode de vie, est celle de la pratique dune activité phy-
sique (AP). En effet, au delà des faibles taux de pratique
observés, la construction de programmes de promotion de
lAP peut savérer compliquée et renvoie à des préoccupa-
tions motivationnelles quil nest pas toujours évident
daborder. A ce titre, il nous semblait intéressant de proposer
une approche basée sur lutilisation dun modèle théorique
A. J. Romain (*)
Centre de Recherche du CHU de Montréal (CRCHUM),
H2X 0A9 Montréal, Québec, Canada
e-mail : Romain.aj@gmail.com
G. Chevance
EA 4556, Laboratoire Epsylon : dynamique des capacités
humaines et des conduites de santé. Université de Montpellier,
34000 Montpellier, France
J. Caudroit
Laboratoire CRIS, Université Claude Bernard Lyon 1,
69622 Villeurbanne, France
P. Bernard
Centre de recherche du CHU du Québec, G1R 2J6 Québec,
Québec, Canada
Centre de recherche sur le cancer, Université de Laval,
G1R 2J6 Québec, Québec, Canada
École de Psychologie, Université Laval, G1V 0A6 Québec,
Québec, Canada
Obésité
DOI 10.1007/s11690-015-0504-7
lié à la médecine comportementale afin daider à la construc-
tion de programmes en AP à destination des personnes en
surcharge pondérale.
Bien que les effets de lAP soient largement décrits chez
cette population et ce dans des domaines tels que le maintien
ou la perte de poids, la gestion de lappétit, ou encore la
qualité de vie [25], on estime à 5% le nombre de ces per-
sonnes atteignant 60 minutes dAP quotidienne [6]. De plus,
il a été rapporté que jusquà 70% des personnes en sur-
charge pondérale ne pratiquaient pas et navaient pas din-
tention immédiate de pratiquer une AP de façon régulière
[7]. Enfin, le taux dabandon observé au cours dun pro-
gramme de gestion du poids incluant lAP oscille entre
10 et 80% [8]. Ces difficultés rapportées dans la littérature
peuvent sexpliquer par la nature complexe de ce compor-
tement. En effet, lAP se distingue des autres comporte-
ments de santé à cause de certaines de ses caractéristiques.
Comparativement à dautres conduites de santé, lAP est
premièrement un comportement dadoption (à linverse
du tabac par exemple qui est un comportement de perte,
darrêt). Deuxièmement, cest un comportement dont on
recherche la présence (à linverse des comportements liés
aux addictions) car on veut que les participants fassent de
lAP régulièrement. Troisièmement, lAP est un comporte-
ment non nécessaire à la survie (e.g., comparativement à
lalimentation). Quatrièmement, lAP requiert de lorganisa-
tion pour être mise en œuvre (e.g., comparativement au
tabac) car elle nécessite des vêtements et chaussures adé-
quats, des plages horaires adaptées à la vie quotidienne,
une connaissance des endroits propices à sa pratique et
souvent une planification au préalable. Enfin, lAP est un
comportement qui ne se satisfait pas dune décision unique
car il doit être répété (e.g., à linverse des dépistages du
cancer) [9]. Ces cinq caractéristiques décrivent donc à quel
point lAP est un comportement complexe quil est difficile
dinitier et de maintenir sur une base régulière.
Au vu de ces éléments, des modèles en psychologie de la
santé ont été élaborés afin de mieux comprendre les méca-
nismes motivationnels sous-jacents à ladoption dune AP.
Ainsi, nous nous sommes focalisés sur un modèle de chan-
gement de comportement en particulier, le modèle transthéo-
rique (TTM) développé par Prochaska & DiClemente [10].
Le TTM bénéficie dun intérêt croissant dans divers
domaines et populations [1115]. Cependant, bien que les
interventions basées sur le TTM augmentent le niveau
dAP [16], peu détudes décrivant ces interventions sont dis-
ponibles et elles ne sont pas ciblées sur les personnes en
surcharge pondérale [16]. Dans le domaine de la surcharge
pondérale, il nexiste quune revue systématique (incluant
cinq études) de type Cochrane [17] qui conclue à lefficacité
de ces interventions pour la gestion pondérale, la modifica-
tion de lAP et lalimentation. Toutefois, les effets sur le long
terme divergeaient.
Lobjectif principal de cet article est donc de décrire le
TTM et son application dans le domaine de lAP.
En complément, de nombreux cliniciens ne semblent pas
avoir, connaitre, où ne savent pas utiliser, les outils disponi-
bles pouvant aider au conseil et à la motivation à lAP
[18,19] ce qui ne facilite pas laccompagnement ou la mise
en action des individus. Ces observations peuvent expliquer
pourquoi jusquà 65% des soignants pensent que les indivi-
dus ne peuvent pas changer [20,21]. Par conséquent, cet arti-
cle a également pour but de montrer lutilité du TTM aux
professionnels de la santé dans lélaboration et la réalisation
dinterventions en AP dans le cadre de lETP.
Le modèle transthéorique
Le TTM [10] est un modèle intégratif de changement de
comportement conçu en prenant des composantes psycholo-
giques issues de plusieurs théories sociocognitives dans le
but de mieux appréhender les comportements de santé. Un
des fondements attenant à la construction du TTM est quau-
cune théorie ne peut expliquer, seule, la complexité du com-
portement humain. De ce fait, le TTM en devient attrayant,
du moins lorsquil est utilisé dans son intégralité. En effet, le
TTM se base sur plusieurs composantes dont certaines sont
le plus souvent ignorées, ce qui lui a souvent valu cette
nomination erronée de modèle des stades de changement.
Ces composantes sont respectivement au nombre de quatre :
les stades de changement, la balance décisionnelle, le senti-
ment defficacité personnelle et surtout les processus de
changement.
Les stades de changement représentent la partie motiva-
tionnelle la plus populaire, la plus descriptive, et certaine-
ment la plus facile dutilisation du TTM. Ces stades sont
au nombre de 5 que sont la précontemplation, la contempla-
tion, la préparation, laction et le maintien. Ils expliquent où
se situe lindividu en termes dintentions/motivation.
Au stade de précontemplation, les individus nont
aucune intention de modifier leur comportement dans les
prochains mois. Ils ne perçoivent aucun bénéfice à modifier
leur comportement et nont, souvent, pas conscience des
effets bénéfiques sur leur santé des comportements à adopter
et/ou des effets néfastes des comportements à limiter ou à
arrêter [20]. Ce manque de prise de conscience est souvent
dû, soit à de lignorance, soit à un déni, ou encore à un
manque denvie suite à des échecs répétés. Au stade de
contemplation, les individus ont souvent conscience de leur
problématique de santé, ainsi que de ses conséquences et
déclarent avoir lintention de modifier leur comportement
mais dici les six prochains mois. Ce stade est souvent asso-
cié à la procrastination car ce sont des sujets qui ont souvent
tendance à reporter la mise en place des modifications quils
voudraient effectuer. Le troisième stade est celui de la
2 Obésité
préparation. Dans ce stade, les individus ont formulé une
intention de modifier leur comportement dans les 30 pro-
chains jours. Ces individus sont souvent à la recherche de
conseils appropriés permettant une mise en œuvre des modi-
fications souhaitées. Le quatrième stade est celui daction et
correspond au moment où le changement a été effectué il y a
moins de 6 mois. Ce stade est le plus sujet aux arrêts parce
que les effets de la modification comportementale sont peu
perceptibles. Enfin, le dernier stade est celui de maintien et
correspond au moment où les individus ont modifié leur
comportement depuis plus de 6 mois.
Si toutefois les stades de changement sont dun abord
facile, il est bon de rappeler que leur vocation première nest
pas de guider des interventions car ils sont relativement sta-
tiques et la progression entre ces derniers est surtout associée
aux médiateurs du modèle transthéorique et plus particuliè-
rement, les processus de changement.
Les médiateurs du changement
dans le modèle transthéorique
La balance décisionnelle représente les avantages et incon-
vénients liés au changement de comportement. Les avantages
(e.g., avoir plus dénergie après la pratique dAP) sont les
éléments qui permettent la progression du comportement
alors que les inconvénients (e.g., la pratique dAP prendrait
trop de temps) sont les éléments qui favorisent larrêt du
comportement. La balance décisionnelle est souvent associée
àlabsence daction ou de limmobilisme dans les premiers
stades de changement. En effet, une perception plus élevée
des inconvénients au prorata des avantages ne permet pas de
modifier un comportement car lintérêt nen est pas ressenti
par lindividu ce qui entraine une absence, ou de faibles
intentions de pratique. De même, une balance décisionnelle
àléquilibre, avec autant dinconvénients que de bénéfices,
favorise limmobilisme par manque de perception des béné-
fices supplémentaires qui pourraient être liés au fait de chan-
ger son comportement. A ce titre, il est intéressant de noter
que les individus ne pratiquant pas dAP perçoivent plus faci-
lement les raisons qui la réfrène que les avantages [22].
Une autre dimension essentielle du TTM est le sentiment
defficacité personnelle, qui est défini comme étant la
confiance dans ses capacités à mener à bien une action
[23]. Le sentiment defficacité personnelle est un fort prédic-
teur de lengagement ou de larrêt dun comportement et est
inclus dans le TTM notamment via les attentes dauto-
efficacité qui renvoient au niveau selon lequel une personne
se pense capable deffectuer un comportement en présence
de contraintes favorisant linaction (e.g., avoir confiance
dans ses capacités à faire de lAP quand on est fatigué, quand
il fait mauvais temps). Ce sentiment defficacité personnelle
se module par quatre sources que sont les expériences de
maitrise (réalisation de lAP), la vicariance (observer des
actions/séances dAP réalisées par des pairs), la persuasion
verbale (utilisation du langage pour aider à mobiliser les res-
sources existantes) et le ressenti des états physiologiques et
affectifs [23].
La dernière composante du TTM est représentée par les
processus de changement qui sont les stratégies utilisées
(ou à utiliser) pour modifier le comportement. Ils sont, en
théorie, la base de toute intervention utilisant le TTM et sont
postulés comme étant les principaux mécanismes explicatifs
de la transition à travers les stades de changement. Les pro-
cessus de changement sont, historiquement, au nombre de
10 séparés en 2 catégories que sont les processus expérien-
tiels et les processus comportementaux (Tableau 1) [10].
Les processus expérientiels sont définis comme étant les per-
ceptions et expériences qualindividu de lui et de son envi-
ronnement en lien avec le comportement. Les processus
comportementaux sont les stratégies utilisées afin de modi-
fier lenvironnement pour aider à changer le comportement.
De nombreuses études ont montré que ces deux types de pro-
cessus étaient nécessaires afin daider à modifier le compor-
tement [2426]. La description des processus de changement
ainsi que les stratégies pouvant être utilisées pour les activer
ont été décrites précédemment [27] et sont reprises dans le
tableau 1.
Les stades de changement : que peut-on
attendre deux ?
Une des particularités du TTM, et plus particulièrement
celle des stades de changement, est de « catégoriser » les
individus en divers stades en fonction de leurs liens avec le
comportement. Cest dailleurs cette classification qui lui a
valu de nombreuses critiques [28], notamment celle dêtre
un modèle strictement descriptif. Toutefois, ces stades peu-
vent avoir une utilité en clinique ainsi que dans le domaine
de la recherche.
Concernant la répartition entre les stades de changement à
lAP (30 minutes par session et au moins 4 jours par
semaine), en population générale (cliniques et non clini-
ques), Nigg et al. [29] (2005) ont montré que 5% des indi-
vidus se situent en précontemplation, 10% en contemplation,
40% en préparation, 10% en action et 35% en maintien.
Néanmoins, Kearney et al. [30] (1999) soulignent que 46%
et 9% des personnes en surpoids, puis 52% et 10% des per-
sonnes en situation dobésité sont respectivement en précon-
templation/contemplation et préparation.
De plus, les stades de changement ont permis de mettre en
exergue quil existe des personnes qui consultent des profes-
sionnels de santé sans motivation immédiate à modifier leur
comportement dAP. Il sagit typiquement des personnes qui
sont dans le stade de précontemplation et elles représentent
Obésité 3
entre 3 à 6% de celles consultant pour des problématiques
pondérales en centres spécialisés [31,32]. Ces résultats sou-
lignent la nécessité dune adaptation des interventions.
Une autre application des stades de changement concerne
la mesure de lAP. En effet, les stades de changement ne
servent pas uniquement à observer une évolution des diffé-
rents médiateurs. Du fait des corrélations avec lAP auto-
rapportée (questionnaire) ou objective (accéléromètre) [33
35], les stades de changement permettent également de ren-
seigner sur le niveau dAP pratiquée puisque lon trouve les
niveaux les plus élevés dAP chez les individus dans les
stades daction et de maintien. Cette seconde application
permettrait aux professionnels ayant des difficultés dans
lévaluation de lAP dutiliser la mesure des stades de chan-
gement sans mesure directe du comportement.
A ce jour, les stades de changement restent le construit sur
lequel la majorité des interventions fondées sur le TTM sont
élaborées. Or, il apparaît que cette stratégie de construction
dinterventions ne majore pas lefficacité de celles-ci (résul-
tats personnels) doù la nécessité davoir un recours aux pro-
cessus de changement et leurs capacités explicatives.
Les processus de changement : cette partie
oubliée du modèle transthéorique pourtant
utile en éducation thérapeutique
Initialement conceptualisés comme en interaction avec
les stades de changement, les processus de changement
(tableau 1) évoluent positivement (en taille deffets) avec
Tableau 1 Processus de changement, leurs descriptions et les stratégies pour les activer.
Processus
de changement
Description Stratégies
Expérientiels
Prise de conscience Efforts réalisés par lindividu pour rechercher
des informations sur le comportement
Fournir des informations au sujet de lAP,
ses bénéfices ainsi que les risques liés à linactivité
Réaction émotionnelle Aspects affectifs liés au changement
de comportement
Feed-back en ce qui concerne les conséquences
de linactivité physique, jeu de rôle
Auto-réévaluation Réévaluation cognitive et affective des valeurs que
lindividu a de lui par rapport au comportement
Clarification des valeurs de lindividu au regard
de linactivité physique
Réévaluation
environnementale
Évaluation par lindividu de son comportement
et des conséquences de son comportement
sur son environnement physique et social
Encourager les réflexions au sujet
du comportement dinactivité physique, comment
il affecte la vie de lindividu et comment il pourrait
être modifié
Libération sociale Reconnaissance du fait que les normes sociales
actuelles encouragent les individus à aller vers
des modes de vie plus actifs
Permettre aux individus de constater
des campagnes de santé publique. Discuter de ces
campagnes.
Montrer des alternatives et opportunités existantes
par rapport au comportement problématique
Comportementaux
Auto-libération Sengager à modifier son comportement et croire
en ses capacités à pouvoir effectuer cet engagement
Stratégies de fixation de but
Créer des plans dAP
Relations daide Utiliser le support dautrui significatif (famille, ami
(e)s, docteurs) pour modifier le comportement
Lister les personnes qui peuvent les encourager,
et être sources de support dans la pratique dAP
Contre-conditionnement Substitution du comportement problématique
par un autre comportement plus sain
Identifier les situations menant à des moments
de sédentarité.
Établir différents scénarios qui pourront permettre
lintégration de lAP
Gestion
des renforcements
User du renforcement et de systèmes de récompense
pour renforcer le comportement positif
Établir une liste de récompenses associées
àlatteinte de buts liée à lAP
Contrôle des stimuli Modifier lenvironnement pour encourager
le comportement positif
Montrer, afficher, coller des images, des messages,
des notes encourageant à la pratique dAP
AP : activité physique.
4 Obésité
lavancée des stades (Fig. 1). Les études transversales rap-
portent que les individus dans les stades de changement de
pré-action (précontemplation, contemplation, préparation)
ont une plus faible utilisation de tous les processus de chan-
gement (expérientiels et comportementaux) comparative-
ment aux individus situés dans les stades de changement
de post-action (action, maintien) [24,36,37] (Fig. 1). Plus
récemment, une augmentation de lutilisation des processus
de changement a été associée à laugmentation de lAP à
long terme en population générale [38] et clinique [25,39].
Dans le domaine de la surcharge pondérale, plusieurs
études ont examiné le rôle des processus de changement
dans le maintien dun niveau dAP suffisant et la stabilisa-
tion de la perte de poids. Gallagher et al. [40] ont montré, à la
suite dune prise en charge multidisciplinaire de 6 mois chez
des femmes en surpoids, quune perte de poids supérieure ou
égale à 10% était associée aux scores les plus élevés de pro-
cessus de changement comportementaux. Dans la continuité,
celles ayant une pratique dAP supérieure à 200 minutes
hebdomadaires avaient une plus importante utilisation des
processus de changement comportementaux que celles pra-
tiquant moins de 200 minutes.
Une étude ciblant un programme dETP corrobore les
résultats de la recherche précédente en montrant que la perte
de poids observée (-5 kg) était prédite par des processus de
changement comportementaux et que la transition entre les
stades de changement (par rapport à lAP) était plus forte-
ment liée aux processus comportementaux [42].
Dans la continuité, en utilisant des consultations dAP de
30 minutes basées sur le TTM, Kirk et al. [26,42] ont décrit,
auprès de sujets en surcharge pondérale avec un diabète de
type 2, une augmentation de 28% du niveau dAP (contre
une diminution de 12% pour le groupe contrôle). Cette aug-
mentation était parallèlement associée à une plus grande uti-
lisation des deux catégories de processus de changement
(expérientiels et comportementaux) par rapport au groupe
contrôle chez qui une baisse de ces processus a été notée.
Ces résultats ont été confirmés par Riebe et al. qui soulignent
un maintien de lAP 18 mois post-intervention associé à des
niveaux élevés de processus de changement comportemen-
taux et expérientiels [43].
Néanmoins, et a contrario des précédents résultats, les
processus de changement expérientiels ont été associés, à
une occasion, au maintien de la perte de poids 6 mois post-
intervention [44]. Toutefois, cest une baisse des processus
de changement expérientiels qui a été observée. Donc moins
les sujets réfléchissaient à lAP et à son rôle, plus ils aug-
mentaient leur AP et maximisaient leur perte de poids. Cet
effet suppresseur pourrait sexpliquer par le fait quil ne soit
donc pas strictement nécessaire dintérioriser lintérêt de
lAP pour la pratiquer.
En conclusion, alors que les processus de changement
sont très importants dans le TTM, ils demeurent largement
sous-utilisés. Il conviendrait donc dans le futur davoir un
recours plus fréquents aux processus de changement, plus
spécifiquement les processus comportementaux mais sans
négliger les processus expérientiels, lors de la construction
de programme dAP afin de mieux diriger les interventions
visant à modifier le comportement.
Conseils pour motiver à lactivité physique
Prérequis à la construction de programme en activité
physique
Le simple fait dinformer un individu sur les risques quil
encourt à rester inactif, notamment en lui expliquant que
son inactivité pourrait augmenter la probabilité de dévelop-
per une pathologie, est rarement suffisant pour déclencher
des intentions de changer de comportement [45,46]. Cette
stratégie visant à argumenter sur les répercussions sur la
santé de linactivité peut avoir pour conséquence une dimi-
nution des intentions de changer ainsi que sur la pratique
dAP [46,47]. Le résultat est par ailleurs le même sur les
autres comportements (e.g., alimentation, tabac) [46,48].
De même, remettre exclusivement des brochures sans autre
accompagnement, ou intervention motivationnelle, ne favo-
rise pas la modification significative du comportement [49].
Puis, rester au stade de la simple formulation dintentions
(e.g., oui docteur, je ferai de lAP la semaine prochaine)
nassure guère plus une modification du comportement [50].
De plus, il apparaît primordial de souligner que la forma-
tion dhabitude, notamment en termes dAP, demeure une
entreprise compliquée. Ainsi, quand le fait de boire un verre
deau devient une « habitude » en moins de 20 jours, mar-
cher 10 minutes après la prise du petit-déjeuner le devient en
60 jours, et effectuer 15 minutes dAP avant le diner nest
toujours pas une habitude au bout de 85 jours [51]. De ce
fait, les requêtes ou les discours alarmistes, pouvant être faits
par un professionnel de santé, mènent le plus souvent à des
impasses envers la personne en surcharge pondérale qui se
Fig. 1 Relations schématisées entre stades de changement et pro-
cessus de changement dans le domaine du tabac (figure de gau-
che) et dans le domaine de lAP (figure de droite) ; PC : Précon-
templation ; C : Contemplation ; P : Preparation ; A : Action ;
M : Maintien
Obésité 5
considère victime dincompréhension amenant une diminu-
tion de son sentiment defficacité personnelle à sengager
dans une AP. Cette incompréhension, bien que réciproque,
est souvent exacerbée parce que les professionnels de santé
éprouvent des difficultés dans la gestion de lAP notamment
dans le domaine de la surcharge pondérale [18,19,21].
Il peut savérer utile de souligner que, dans un contexte de
changement de comportement, cest bien le patient qui sait
ce quil veut, et peut, changer et que le professionnel est là
pour fournir les outils pouvant mener au résultat escompté.
Un objectif de motivation à lAP devrait commencer par
définir les attentes de la personne impliquée. Il convient
donc que le professionnel sadapte à la demande de la per-
sonne quil a en face de lui en employant, comme souvent
mentionné, un questionnement servant à guider un entretien
plutôt quà le diriger [45] afin de favoriser le sentiment dau-
tonomie (e.g., avoir limpression dêtre à linitiative de ses
actions).
Quels processus de changement pour motiver
à la pratique dactivité physique ?
Sil a été montré que les processus de changement (tableau 1)
aident à la modification du comportement, le choix des pro-
cessus à utiliser au cours dune intervention pose question.
Toutefois, à lheure actuelle, il demeure encore compliqué
daider à la sélection des processus de changement les plus
appropriés bien quil existe des éléments pouvant concourir
à la réponse.
Dans un premier temps, si les deux natures de processus
semblent associées au changement de comportement, il
apparait que les processus comportementaux ont une asso-
ciation plus consistante avec lAP de façon générale avec des
tailles deffets souvent plus élevées (Fig. 1). Cette observa-
tion est corroborée par une revue de littérature systématique
montrant que les processus comportementaux sont, indépen-
damment de toute intervention, beaucoup plus associés à
ladoption dune AP [38], ainsi que par une étude interven-
tionnelle montrant que ces derniers sont des mécanismes
explicatifs constants de ladhésion à des programmes dAP
[52]. Ces associations peuvent notamment sexpliquer par le
fait que sil est important de comprendre lintérêt de lAP
vis-à-vis de soi (processus expérientiels), il demeure surtout
essentiel de comprendre comment modifier son environne-
ment (processus comportementaux) afin de favoriser la pra-
tique dAP. Une première stratégie serait donc de préféren-
tiellement commencer par axer les interventions sur les
stratégies comportementales sans pour autant négliger les
expérientielles.
Puis, un second aspect dimportance concerne le nombre
de processus de changement que lon peut chercher à activer
pour aider à la modification de comportement. A notre
connaissance, deux études traitent du sujet et arrivent à des
conclusions similaires avec dun côté des sujets ayant un
diabète suivi dans un réseau de santé, et de lautre, des sujets
nouvellement diagnostiqués comme ayant un diabète de type
2. Les résultats montrent que les personnes qui répondent le
mieux au programme dAP, ainsi que celles qui perdent le
plus de poids sont celles qui ont activé un plus grand nombre
de stratégies de changement [53,54]. Lanalyse statistique
des tailles deffets a également permis de montrer quelles
étaient similaires que ce soit pour la nature (expérientielles/
comportementales) ou le nombre de stratégies utilisées (le
maximum pouvant être dix) [54].
En conclusion, en termes dintervention, il semble donc
important de favoriser tant le nombre de stratégies que leur
nature en privilégiant les processus comportementaux.
Le modèle transthéorique dans lactivité physique :
ateliers de groupe ou sessions individuelles ?
Dans le cadre de la motivation à lAP, latelier peut seffec-
tuer en groupe afin de favoriser le sentiment defficacité per-
sonnelle de par la persuasion verbale provenant des pairs ou
de façon individuelle de par le jugement des états affectifs et
psychologiques et la persuasion verbale en interaction avec
lintervenant. Les interventions seront donc distinguées en
conséquence.
Cest lors dateliers de groupe que lon se rend compte de
la limite dapplication des stades de changement car il est
irréalisable de cibler une intervention par participant en fonc-
tion de son appartenance à un stade. Le cadre fourni par le
TTM permet den intégrer ses différentes composantes
lorsque latelier est dispensé. Outre fournir des informations,
lobjectif dun atelier de motivation à lAP sera de jouer
habilement sur ces composantes. Ainsi la balance décision-
nelle peut être intégrée en demandant aux participants de
décliner les avantages ou les inconvénients quils ont à la
pratique dAP avec pour objectif de favoriser les relations
entre participants et professionnels de santé (sentiment def-
ficacité personnelle) tout en laissant la possibilité démer-
gence de résolution de problèmes (processus de change-
ment). Les processus de changement seront également
intégrés au fur et à mesure de lavancement de latelier
pour montrer aux participants quil existe différentes façons
darriver à un objectif final quest lAP.
Quand la motivation à lAP seffectue de façon indivi-
duelle, le TTM se révèle plus facile dapplication. Dans cette
configuration, au-delà du fait de repérer dans quel stade de
changement se situe le patient, lobjectif de lentretien est
didentifier les éléments liés au TTM qui ne sont pas effectifs
chez le participant afin daxer lintervention dessus. Pour les
processus de changement, lutilisation de questionnaires
validés en français [32,55] permet de savoir quels sont ceux
qui sont activés (ceux ayant les plus grands scores) et ceux
qui ne le sont pas.
6 Obésité
Sur une durée équivalente à 30 minutes, il est possible de
couvrir les différents éléments qui font traits au TTM afin
dorienter la discussion en conséquence [56]. La balance
décisionnelle servira à rechercher la présence dimmobi-
lisme, le sentiment defficacité personnelle permettra daider
à résoudre la présence des barrières à la pratique dAP et les
processus de changement serviront à orienter les stratégies à
mettre en place pour aider à débuter une AP (ou éviter son
arrêt). Le choix des stratégies à appliquer sera essentielle-
ment dépendant du participant, de ses besoins et de sa moti-
vation. En fonction du « niveau » motivationnel, lobjectif
sera alors de favoriser la création dintentions spécifiques,
daccompagner dans la création dun plan de mise en place
de lAP ou de prévenir larrêt de lAP.
En dautres termes, chez une personne en précontempla-
tion, la priorité ne sera pas de lui proposer des plans dAP
mais de favoriser la création dintentions. Pour une personne
en préparation, lobjectif principal sera moins de la convain-
cre des bienfaits de lAP que de laider à monter un plan
dAP. Pour les personnes en action et maintien, il faudra
surtout favoriser les modifications de lenvironnement afin
de pérenniser le comportement et prévenir la rechute.
Conclusion
Lobjectif du présent article était de décrire le TTM, son
fonctionnement, ainsi que ses applications dans le domaine
de lAP auprès de personnes en surcharge pondérale. Nous
avons souligné que le TTM était prometteur si celui-ci était
utilisé dans son intégralité donc avec toutes ses dimen-
sions et non pas uniquement les stades de changement. Plus
particulièrement, nous avons abordé le rôle des processus de
changement dans la modification comportementale ou
encore lors de consultations dAP. Ces derniers ont été inté-
grés afin dorienter des stratégies dintervention et sont donc
des outils pratiques et essentiels dans la construction de pro-
grammes dETP destinés à lAP.
Cette perspective est dautant plus intéressante, dans le
domaine de la surcharge pondérale, que lon sait que la
modification dun comportement (e.g., AP), peut entrainer,
par un phénomène de co-action, la modification dun autre
comportement (e.g., alimentation) [57].
Ainsi, une implémentation basée sur les éléments du
TTM (balance décisionnelle, sentiment defficacité person-
nelle, processus de changement) avec un intervenant capable
de décrire les concepts quil a volontairement voulu acti-
ver représente un certain enjeu dans la construction de pro-
grammes afin de favoriser la réplication des programmes
fructueux.
Ces observations soulèvent indubitablement la question
de la formation. En effet, quel corps de métier peut être
légitime dans le conseil à lAP ainsi que lutilisation des
modèles théoriques ? Quel niveau de formation est néces-
saire pour savérer spécialiste du changement de comporte-
ment ? Comment peut-on sassurer que les interventions
soient bien ancrées théoriquement? Dans dautres systè-
mes de fonctionnement, le conseil à lAP est dispensé
par de multiples corps de métiers après formation sur ces
théories motivationnelles, et leur implémentation de façon
concrète [58].
Le changement de comportement étant une discipline à
part ayant fait ses preuves, un recours plus systématique à
la médecine comportementale serait un plus pour mieux
orienter nos futures interventions notamment dans le cadre
des maladies chroniques.
Remerciements AJR et PB sont récipiendaires dune bourse
post-doctorale du Fonds de Recherche du Québec en Santé
(FRQS). PB est également récipiendaire dune bourse post-
doctorale du Programme Psychosocial Oncology Research
Training. GC est récipiendaire dune bourse CIFRE.
Liens dintérêts : les auteurs declarent ne pas avoir de liens
dintérêts
Références
1. Ziegler O (2014) Éducation thérapeutique et parcours de soins de
la personne obèse. Synthèse et propositions. Obésité 9:22533.
2. Maurie J, Brun JF, Jean E, et al (2011) Comparaison de deux
modalités différentes dactivité physique (SWEET et Lipoxmax)
chez des diabétiques de type 2. Sci Sports 26:926.
3. Pollatz M, Guiraudou M, Romain AJ, et al (2014) Les effets dun
réentraînement de 45minutes au LIPOXmax sur le comportement
alimentaire de patients obèses sont analogues le matin et laprès-
midi. Sci Sports 29:5761.
4. Baillot A, Romain AJ, Boisvert-Vigneault K, et al (2015) Effects
of lifestyle interventions that include a physical activity compo-
nent in class II and III obese individuals: A systematic review
and meta-analysis. PloS One 10:e0119017.
5. Martin CK, Church TS, Thompson AM, et al (2009) Exercise
dose and quality of life: a randomized controlled trial. Arch
Intern Med 169:26978.
6. Young DR, Jerome GJ, Chen C, et al (2009) Patterns of physical
activity among overweight and obese adults. Prev Chronic Dis
6:19.
7. Lee PH, Chang WY, Liou TH, Chang P-C (2006) Stage of exer-
cise and health-related quality of life among overweight and
obese adults. J Adv Nurs 53:295303.
8. Moroshko I, Brennan L, OBrien P (2011) Predictors of dropout
in weight loss interventions: A systematic review of the literature.
Obes Rev 12:91234.
9. Rhodes RE, Nigg CR (2011) Advancing physical activity theory:
A review and future directions. Exerc Sport Sci Rev 39:1139.
10. Prochaska JO, DiClemente CC (1983) Stages and processes of
self-change of smoking: toward an integrative model of change.
J Consult Clin Psychol 51:3905.
11. Satge J, Gremeaux V, Guiraud T, et al (2013) Comment optimiser
lalliance thérapeutique autour de lactivité physique dans les
maladies cardiovasculaires? Lett Méd Phys Réadapt 29:11928.
Obésité 7
12. Tafticht N, Csillik AS (2013). Nouvelles applications du modèle
transthéorique: la pratique dune activité physique régulière. Ann
Méd Psychol Rev Psychiatr 171:6939.
13. Bernard P, Romain AJ, Esseul E, et al (2013). Barrières et moti-
vation à lactivité physique chez ladulte atteint de schizophrénie :
revue de littérature systématique. Sci Sports 28:24752.
14. Durrer-Schutz D, Schutz Y (2010) Comment aborder léducation
thérapeutique dun patient obèse? La motivation du patient... et
du médecin: une des clefs du succès thérapeutique? Obésité
4:2049.
15. Chalfoun C, Abdel-Baki A, Letendre E, et al (2014) Amélioration
de la santé cardiovasculaire par lexercice physique chez les indi-
vidus atteints de schizophrénie: un guide de pratique. Obésité
10:420.
16. Gourlan M, Bernard P, Bortholon C, et al (2016) Efficacy of
theory-based interventions to promote physical activity. A meta-
analysis of randomised controlled trials. Health Psychol Rev
10:50-66
17. Tuah NA, Amiel C, Qureshi S, et al (2011) Transtheoretical
model for dietary and physical exercise modification in weight
loss management for overweight and obese adults. Cochrane
Database Syst Rev Online 2011:CD008066.
18. Attalin V, Romain A-J, Avignon A (2012) Physical-activity pres-
cription for obesity management in primary care: Attitudes and
practices of GPs in a southern French city. Diabetes Metab
38:2439.
19. Fayemendy P, Avodé Z, Pivois L, et al (2011) Prise en charge de
lobésité: quel est le niveau de formation des médecins généralistes
du département de la Haute-Vienne et comment perçoivent-ils leur
pratique? Cah Nutr Diététique 46:199205.
20. Prochaska JO, Prochaska JM (1999) Why dont continents move?
Why dont people change? J Psychother Integr 9:83102.
21. Peretti-Watel P (2011) De quelques maux de la prévention
contemporaine. Le cas de lobésité et du surpoids. Cah Nutr Dié-
tétique 46:1737
22. Cropley M, Ayers S, Nokes L (2003) People dont exercise
because they cant think of reasons to exercise: an examination
of causal reasoning within the Transtheoretical Model. Psychol
Health Med 8:40914.
23. Bandura A (1977) Self-efficacy: toward a unifying theory of
behavioral change. Psychol Rev 84:191215.
24. Nigg CR, Courneya KS (1998) Transtheoretical model: Exami-
ning adolescent exercise behavior. J Adolesc Health 22:21424.
25. Plotnikoff RC, Lippke S, Johnson S, et al (2010) Physical Acti-
vity and Stages of Change: A Longitudinal Test in Types 1 and 2
Diabetes Samples. Ann Behav Med 40:13849.
26. Kirk A, Mutrie N, MacIntyre P, et al (2003) Increasing physical
activity in people with type 2 diabetes. Diabetes Care 26:118692.
27. Romain AJ, Bernard P (2015) Lamélioration de la santé cardio-
vasculaire par lexercice physique, chez les individus atteints de
schizophrénie, passe aussi par la psychologie de la santé. Obésité
10:635.
28. Csillik AS (2009) Polémique actuelle autour du modèle trans-
théorique : ce modèle mérite-t-il dêtre encore utilisé ? Ann
Méd Psychol Rev Psychiatr 167:35560.
29. Nigg C, Hellsten L, Norman G, et al (2005) Physical activity sta-
ging distribution: Establishing a heuristic using multiple studies.
Ann Behav Med 29:3545.
30. Kearney JM, De Graaf C, Damkjaer S, et al (1999) Stages of
change towards physical activity in a nationally representative
sample in the European Union. Public Health Nutr 2:11524.
31. Romain AJ, Bernard P, Attalin V, et al (2012) Health-related qua-
lity of life and stages of behavioural change for exercise in over-
weight/obese individuals. Diabetes Metab 38:3528.
32. Romain AJ, Bernard P, Hokayem M, et al (2015) Measuring
the Processes of Change From the Transtheoretical Model for Phy-
sical Activity and Exercise in Overweight and Obese Adults. Am J
Health Promot, In press. doi: http://dx.doi.org/10.4278/ajhp.
140103-QUAN-9.
33. Sarkin JA, Johnson SS, Prochaska JO, et al (2001) Applying the
Transtheoretical Model to Regular Moderate Exercise in an Over-
weight Population: Validation of a Stages of Change Measure.
Prev Med 33:4629.
34. Robinson AH, Norman GJ, Sallis JF, et al (2008) Validating stage
of change measures for physical activity and dietary behaviors for
overweight women. Int J Obes 32:113744.
35. Nigg CR (2005) There is more to stages of exercise than just
exercise. Exerc Sport Sci Rev 33:325.
36. Hwang J, Kim YH (2011) Adolescentsphysical activity and
its related cognitive and behavioural processes. Biol Sport 28:
1922.
37. Marshall SJ, Biddle SJ (2001) The transtheoretical model of
behavior change: a meta-analysis of applications to physical acti-
vity and exercise. Ann Behav Med 23:22946.
38. Rhodes RE, Quinlan A (2015) Predictors of physical activity
change among adults using observational designs. Sports Med
45:42341.
39. Kanning M (2010) Physically active patients with coronary artery
disease: A longitudinal investigation of the processes of exercise
behaviour change. Br J Health Psychol 15:58397.
40. Gallagher KI, Jakicic JM, Napolitano MA, et al (2006) Psycho-
social Factors Related to Physical Activity and Weight Loss in
Overweight Women. Med Sci Sports Exerc 38:97180.
41. Romain AJ, Attalin V, Sultan A, et al (2014) Experiential or
behavioral processes: which one is prominent in physical acti-
vity? Examining the processes of change 1 year after an interven-
tion of therapeutic education among adults with obesity. Patient
Educ Couns 97:2618.
42. Kirk AF, Mutrie N, MacIntyre PD, et al (2004) Promoting and
maintaining physical activity in people with type 2 diabetes.
Am J Prev Med 27:28996.
43. Riebe D, Blissmer B, Greene G, et al (2005) Long-term mainte-
nance of exercise and healthy eating behaviors in overweight
adults. Prev Med 40:76978.
44. Napolitano MA, Hayes S (2011) Behavioral and psychological
factors associated with 12-month weight change in a physical
activity trial. J Obes 2011:515803.
45. Rollnick S, Butler CC, McCambridge J, et al (2005) Consulta-
tions about changing behaviour. BMJ 331:9613.
46. Marteau T, Lerman C. (2001) Genetic risk and behavioural
change BMJ 322:10569.
47. Beauchamp MR, Rhodes RE, Kreutzer C, et al (2011) Experien-
tial Versus Genetic Accounts of Inactivity: Implications for Inac-
tive IndividualsSelf-Efficacy Beliefs and Intentions to Exercise.
Behav Med 37:814.
48. Marteau TM, French DP, Griffin SJ, et al (2010) Effects of com-
municating DNA-based disease risk estimates on risk-reducing
behaviours. Cochrane Database Syst Rev 2010:CD007275.
49. Kirk AF, Higgins LA, Hughes AR, et al (2001) A randomized,
controlled trial to study the effect of exercise consultation on the
promotion of physical activity in people with Type 2 diabetes: a
pilot study. Diabet Med 18:87782.
50. Rhodes RE, Dickau L (2012) Experimental evidence for the
intentionbehavior relationship in the physical activity domain: A
meta-analysis. Health Psychol 31:7247.
51. Lally P, van Jaarsveld CHM, Potts HWW, et al (2010) How are
habits formed: Modelling habit formation in the real world. Eur J
Soc Psychol 40:9981009.
52. Dishman RK, Jackson AS, Bray MS (2014) Self-regulation of
Exercise Behavior in the TIGER Study. Ann Behav Med 48:
8091.
8 Obésité
53. Hankonen N, Sutton S, Prevost AT, et al (2015) Which Behavior
Change Techniques are Associated with Changes in Physical
Activity, Diet and Body Mass Index in People with Recently
Diagnosed Diabetes? Ann Behav Med 49:717.
54. Romain AJ, Bernard P, Galvez M, et al (2015) Supervised Exercise
Intervention for Adults with Type 2 Diabetes: Longitudinal Investi-
gation of Processes of Change. J Appl Biobehav Res 20:1306.
55. Bernard P, Romain AJ, Trouillet R, et al (2014) Validation of the
TTM processes of change measure for physical activity in an
adult French sample. Int J Behav Med 21:40210.
56. Kirk AF, Barnett J, Mutrie N (2007) Physical activity consulta-
tion for people with Type 2 diabetes. Evidence and guidelines.
Diabet Med 24:80916.
57. Johnson SS, Paiva AL, Mauriello L, et al (2014) Coaction in
multiple behavior change interventions: consistency across multi-
ple studies on weight management and obesity prevention. Health
Psychol 33:47580.
58. Bernard P (2014) Les systèmes dorientation à lactivité physique
au Royaume-Uni: efficacité et enseignements. Santé Publ
26:64754
Obésité 9
... Brièvement, l'équilibre décisionnel est conceptualisé comme étant une comparaison des avantages potentiels d'une décision aux désavantages possibles (Janis et Mann, 1977 Bandura est l'un des construits du modèle Transthéorique (Bandura, 2004). Finalement, le processus de changement explique comment les changements de comportement se produisent à l'aide de dix processus qui permettent de progresser à travers les étapes du changement (Prochaska, 2008;Romain et al., 2016; voir la Tableau L'entretien motivationnel fut initialement développé dans le contexte de traitement de la toxicomanie (Miller, 1996;Miller et Rollnick, 2012), mais a été adapté pour cibler le changement comportemental dans le contexte de maladies chroniques (Tuccero et al., 2016). Il est basé, entre autres, sur la TAD et stipule que la motivation intrinsèque, contrairement à la motivation extrinsèque, est le principal ingrédient du changement (Deci et Ryan, 2000). ...
... Si on se réfère aux stades de Prochaska et DiClemente (1982), ils semblent en être à celui de la pré-contemplation. En effet, ils n'ont aucune intention de modifier leur comportement, car ils ne pensent pas avoir de problème « j'ai jamais dépassé vraiment mes limites » (Romain, Chevance, Caudroit, & Bernard, 2016). En d'autres termes, ils ne sont pas prêts à s'engager dans un processus de réflexion vis-à-vis d'un éventuel changement « je sais qu'au final quoiqu'il arrive je vais boire un coup avec les copains », « j'assume, j'assume ». ...
Thesis
Full-text available
La consommation d’alcool est un comportement de santé par rapport auquel les sportifs constituent une population à risque tant ils ont tendance à considérer les ivresses comme une pratique ordinaire. Ce sujet étant souvent raillé bien qu’avéré, le rôle joué dans cette consommation par divers facteurs démographiques, psychologiques, sociaux et environnementaux demeure mal connu. Ainsi, ce travail de thèse avait pour objectif d’identifier les facteurs de risque des alcoolisations des sportifs en prenant en compte la spécificité de cette population, avant de réaliser des interventions de prévention. Onze études portant sur des étudiants sportifs ou des rugbymen professionnels ont été menées. Les résultats révèlent que les sportifs masculins et les sportifs évoluant dans une discipline collective consomment davantage d’alcool, notamment par le biais des motivations à boire, des attentes envers la substance et des contextes de consommation rencontrés. De ce fait, l’environnement sportif, en fournissant un grand nombre d’occasions, facilite les alcoolisations qui se révèlent gages de cohésion. Ces consommations représentent alors un moyen pour les individus de se conformer à la norme de leurs coéquipiers, celle-ci étant par ailleurs généralement surestimée. Les résultats tendent également à considérer la dévaluation de la norme perçue et la motivation au changement comme des leviers à intégrer aux interventions visant à diminuer les alcoolisations. L’ensemble de ces éléments est discuté au vu de leurs applications possibles en termes de recherche ou de prise en charge des sportifs, en particulier sur la nécessité de développer des actions de prévention.
... Implementing TbPAI at the precontemplation stage did not appear to be adequate to promote PA. Thus, identifying a patient's current SOC may be a complementary option to more personalized PA strategies [50,59]. ...
Article
Full-text available
Objectives This study aimed to: (a) identify the acceptability profiles for three technology-based physical activity interventions (TbPAI) in obesity treatment (active video games, mobile applications, telehealth), (b) examine the issues of consistency or change in these profiles for the same individual across technologies, and (c) determine whether acceptability profiles are related to motivational factors. Methods Three hundred and twelve women (Mage = 30.7, SD = 7.1 years; MBMI = 34.5, SD = 7.8 kg/m²) using obesity services were recruited for this cross-sectional survey. They completed an online survey including sociodemographic data and measures related to physical activity: level, stage of change, motivation, and general causality orientations. The women read descriptions of the three technologies and rated their acceptability. We used a latent profile transition analysis (LPTA) approach. Results A 2-class model (high and low acceptability) best described the profiles for each technology. Intra-individual analysis revealed that the profiles exhibited both changes and stability across TbPAI. Women with high scores on impersonal orientation were more likely to be in the high acceptability telehealth profile, whereas those reporting high scores on control orientation were more likely to be in the high acceptability active video games profile. Women with high scores on control orientation and low scores on impersonal orientation were more likely to be in the high acceptability mobile applications profile. Conclusions Results showed that the causality orientations were factors related to the TbPAI acceptability profiles, suggesting that clinicians should consider these psychological characteristics in TbPAI counseling.
... Les processus avec les scores les plus faibles sont les stratégies à développer avec la personne. Le tableau 7 détaille et fournit des exemples concrets d'utilisation pour chaque processus (plus de détails sont disponibles dans Romain et al., 2016). Lorsque le kinésiologue rencontre les personnes, il peut par exemple leur demander de travailler un processus spécifique avant le prochain rendez-vous (par exemple, identifier les personnes actives dans son entourage) et démarrer l'entrevue suivante par ce que la personne aura fait. ...
... This review identified that counselling in the family context can help present alternatives to restrictive/controlling parenting, promote resilience, address readiness to change, and prevent social and emotional barriers to behavior change (such as low self-esteem) from dominating over healthy behavior change in the family [49,50]. Motivational interviewing in particular has been shown by the wider literature to increase positive dietary habits and physical activity [105,106]. Third, parent-only interventions may help address children's' self-esteem issues and reluctance to attend weight-management programs. The review highlighted that this is contingent on fostering mutual empowerment, value and ownership [61,64]. ...
Article
Full-text available
Effective treatment interventions for childhood obesity involve parents, are multicomponent and use behavior change strategies, but more information is needed on the mechanisms influencing behavioral outcomes and the type of parental involvement that is efficacious in behavioral treatment interventions with school-age children. This review aimed to understand key characteristics of programs that contribute to dietary and physical activity behavioral outcomes, and through which key mechanisms. This was a systematic review with narrative synthesis following PRISMA guidelines and realist analysis using RAMESES guidelines to explain outcome patterns and influence of parental involvement. Overall, the findings contribute to understanding the complex relationship between family barriers to behavior change, strategies employed in treatment interventions and behavioral outcomes. Implications for enhancing future policy and practice include involving parents in goal setting, motivational counselling, role modeling, and restructuring the physical environment to promote mutual empowerment of both parents and children, shared value and whole-family ownership in which intrinsic motivation and self-efficacy are implicit. These characteristics were associated with positive dietary and physical activity behavior change in children and may be useful considerations for the design and implementation of future theory-based treatment interventions to encourage habitual healthy diet and physical activity to reduce childhood obesity.
... The results of this study suggest that theoretically based PA programs should be better integrated into the long-term follow-up after BS in order to optimize the duration of weight loss maintenance. Identifying patients' current SOC would allow for a better personalization of PA strategies, with differentiated objectives according to SOC [24,29,47]. ...
Article
Full-text available
Background Over the long term, people who have undergone bariatric surgery (BS) remain overly sedentary with inadequate physical activity (PA). The purpose of this study was to apply the transtheoretical model (TTM) to (1) explore in-depth how PA is experienced years after BS and (2) identify the barriers to and facilitators of PA involved at each stage of change (SOC). Methods Seventeen women with a mean age of 32.5 ± 3.3 years and a percentage of total weight loss of 29.6 ± 12.4 were interviewed at a mean of 9.4 ± 3.6 years after BS. Interviews were audio-recorded, transcribed verbatim, and analyzed using thematic analysis. Results The distribution of barriers to and facilitators of PA differed with the SOC. In progressing from the precontemplation and contemplation stages to the preparation stage, the women experienced changes in their decisional balance, supported by processes of self-reevaluation and environmental reevaluation. In shifting from preparation to the action and maintenance stages, they experienced intrinsic motivation and self-liberation processes. The relapse stage was associated with a decrease in self-efficacy to cope with life constraints. Conclusions This study presents an in-depth theory-based exploration of the dynamics of long-term engagement in PA after BS in young women, with clinical implications for providing them with better guidance toward a more physically active lifestyle.
... Parmi les modèles théoriques issus de la psychologie en santé, le Modèle Transthéorique des Changements de Comportements, développé par Prochaska et DiClemente [11], reste une référence opérationnelle pour comprendre la complexité du phénomène d'initiation et de maintien durable d'une activité physique et sportive, et pour définir les conditions interventionnelles qui optimisent l'adhésion des participants, à court comme à plus long terme [12,13]. Ce modèle, souvent réduit à une seule de ses composantes qui sont les stades de changement, comprend également les notions de balance décisionnelle, de sentiment d'efficacité personnelle et de processus de changement [14]. C'est en partie sur cette base qu'a été construit en 2015 le programme Molitor Evasion, avec la recherche d'une action de renforcement sur les avantages à pratiquer une activité physique (balance décisionnelle) et sur la confiance en soi Keywords Cancer Physical activity Adherence Program Mindfulness-based meditation Summary Feedback on a complementary care program combining physical activity, mindfulnessbased meditation and socio-aesthetic care Introduction > Increasing physical activity among cancer patients is one of the priority recommendations in tertiary prevention; the level of physical activity is one of the determining factors in reducing the risk of relapse and mortality. ...
Article
Introduction: Increasing physical activity among cancer patients is one of the priority recommendations in tertiary prevention; the level of physical activity is one of the determining factors in reducing the risk of relapse and mortality. However, many barriers to initiation and maintenance of regular physical activity have been identified. A program combining bi-weekly adapted physical activity sessions, mindfulness-based meditation and socio-aesthetic care was put together in 2015, in a Cancer Center, in order to facilitate adherence and sustainable attendance. Methods: Data on patient participation of program components, patient satisfaction, and psycho-corporal changes, collected in ecological conditions between 2015 and 2017 from 144 participants, were retrospectively analyzed to provide a first assessment. Results: Nearly 60% of the patients were in treatment, 17% were metastatic. The average participation time was 9 months, with an average of one physical activity session per week. Changes were observed, both quantitatively and qualitatively, in terms of emotional state, sleep and body image. The overall satisfaction rate was 96%. Discussion: The conclusions of the study support the continuation of the program. The methodological limitations of this pilot format may be overtaken in future research, which will allow further in-depth investigations into the effects of combined approaches on sustainable physical activity.
... POC are comprised of a total of five experiential processes and five behavioural processes that need to be executed to ensure a certain progress through the SOC and achieve the desired behaviour change. Experiential processes are defined as processes in which individuals obtain information based on their own experiences, and behavioural processes regroup strategies used to modify the environment to help change the behaviour (Burkholder & Nigg, 2001;Romain, Chevance, Caudroit, & Bernard, 2016; see Table 1 for a definition of POC). In the TTM, the relationship between its mediators and the SOC has been tested extensively (Burkholder & Nigg, 2001;Marshall & Biddle, 2001), and was found to be consistent throughout different types of behaviour (e.g., smoking, diet). ...
Article
Full-text available
Over the past 30 years, there has been a growing interest in the application of the transtheoretical model (TTM) in the domain of physical activity (PA). Even though this model has been widely used to implement PA interventions, most of these interventions have not used all of the TTM’s theoretical constructs. Indeed, several studies focused exclusively on the stages of change although this construct is only descriptive. Thus, in the present review, we wanted to encourage researchers to go beyond stages of change when they use the TTM. To do so, we aimed to provide an overview of the TTM, its constructs and to present on one hand, longitudinal studies examining the association between PA and TTM constructs and, on the other hand, summarising the efficacy of TTM-based interventions as to present future TTM challenges.
... POC are comprised of a total of five experiential processes and five behavioural processes that need to be executed to ensure a certain progress through the SOC and achieve the desired behaviour change. Experiential processes are defined as processes in which individuals obtain information based on their own experiences, and behavioural processes regroup strategies used to modify the environment to help change the behaviour (Burkholder & Nigg, 2001;Romain, Chevance, Caudroit, & Bernard, 2016; see Table 1 for a definition of POC). In the TTM, the relationship between its mediators and the SOC has been tested extensively (Burkholder & Nigg, 2001;Marshall & Biddle, 2001), and was found to be consistent throughout different types of behaviour (e.g., smoking, diet). ...
Article
Over the past 30 years there has been a growing interest in the application of the transtheoretical model (TTM) in the domain of physical activity (PA). Even though this model has been widely used to implement PA interventions, most of these interventions did not use all the TTM’s theoretical constructs. Indeed, several studies focused exclusively on the stages of change while this construct is only descriptive. So, in the present review, we wanted to encourage researchers to go beyond stages of change when they use the TTM. To do so, we aimed to provide an overview of the TTM and its constructs while also presenting on one hand longitudinal studies examining the association between PA and TTM constructs and on the other hand summarising the efficacy of TTM-based interventions as to present future TTM challenges.
Article
Full-text available
Purpose: The purpose of the present study was to compare prediction of physical activity (PA) by experiential or behavioral processes of change (POC) or an interaction between both types of processes. Design: A cross-sectional study. Setting: This study was conducted using an online questionnaire. Participants: A total of 394 participants (244 women, 150 men), with a mean age of 35.12 ± 12.04 years and a mean body mass index of 22.97 ± 4.25 kg/m² were included. Measures: Participants completed the Processes of Change, Stages of Change questionnaires and the International Physical Activity Questionnaire to evaluate self-reported physical activity level (total, vigorous and moderate PA). Analysis: Hierarchical multiple regression models were used to test the prediction of PA level. Results: For both total PA (β = 0.261; p < 0.001) and vigorous PA (β = 0.297; p < 0.001), only behavioral POC were a significant predictor. Regarding moderate PA, only the interaction between experiential and behavioral POC was a significant predictor (β = 0.123; p = 0.017). Conclusions: Our results provide confirmation that behavioral processes are most prominent in PA behavior. Nevertheless, it is of interest to note that the interaction between experiential and behavioral POC was the only element predicting moderate PA level. Experiential processes were not associated with PA level.
Article
Full-text available
Purpose: This study aimed to test three factorial structures conceptualizing the processes of change (POC) from the transtheoretical model and to examine the relationships between the POC and stages of change (SOC) among overweight and obese adults. Design: Cross-sectional study. Setting: This study was conducted at the University Hospital of Montpellier, France. Subjects: A sample of 289 overweight or obese participants (199 women) was enrolled in the study. Measures: Participants completed the POC and SOC questionnaires during a 5-day hospitalization for weight management. Analysis: Structural equation modeling was used to compare the different factorial structures. Results: The unweighted least-squares method was used to identify the best-fit indices for the five fully correlated model (goodness-of-fit statistic = .96; adjusted goodness-of-fit statistic = .95; standardized root mean residual = .062; normed-fit index = .95; parsimonious normed-fit index = .83; parsimonious goodness-of-fit statistic = .78). The multivariate analysis of variance was significant (p < .001). A post hoc test showed that individuals in advanced SOC used more of both experiential and behavioral POC than those in preaction stages, with effect sizes ranging from .06 to .29. Conclusion: This study supports the validity of the factorial structure of POC concerning physical activity and confirms the assumption that, in this context, people with excess weight use both experiential and behavioral processes. These preliminary results should be confirmed in a longitudinal study.
Article
Full-text available
Background: In class II and III obese individuals, lifestyle intervention is the first step to achieve weight loss and treat obesity-related comorbidities before considering bariatric surgery. A systematic review, meta-analysis, and meta-regression were performed to assess the impact of lifestyle interventions incorporating a physical activity (PA) component on health outcomes of class II and III obese individuals. Methods: An electronic search was conducted in 4 databases (Medline, Scopus, CINAHL and Sportdiscus). Two independent investigators selected original studies assessing the impact of lifestyle interventions with PA components on anthropometric parameters, cardiometabolic risk factors (fat mass, blood pressure, lipid and glucose metabolism), behaviour modification (PA and nutritional changes), and quality of life in adults with body mass index (BMI) ≥ 35 kg/m2. Estimates were pooled using a random-effect model (DerSimonian and Laird method). Heterogeneity between studies was assessed by the Cochran's chi-square test and quantified through an estimation of the I². Results: Of the 3,170 identified articles, 56 met our eligibility criteria, with a large majority of uncontrolled studies (80%). The meta-analysis based on uncontrolled studies showed significant heterogeneity among all included studies. The pooled mean difference in weight loss was 8.9 kg (95% CI, 10.2-7.7; p < 0.01) and 2.8 kg/m² in BMI loss (95% CI, 3.4-2.2; p < 0.01). Long-term interventions produced superior weight loss (11.3 kg) compared to short-term (7.2 kg) and intermediate-term (8.0 kg) interventions. A significant global effect of lifestyle intervention on fat mass, waist circumference, blood pressure, total cholesterol, LDL-C, triglycerides and fasting insulin was found (p<0.01), without significant effect on HDL-C and fasting blood glucose. Conclusions: Lifestyle interventions incorporating a PA component can improve weight and various cardiometabolic risk factors in class II and III obese individuals. However, further high quality trials are needed to confirm this evidence, especially beyond weight loss.
Article
Full-text available
Contexte Plusieurs facteurs augmentent le risque de maladie cardiovasculaire (MCV) chez les individus atteints de schizophrénie dont la génétique, le traitement antipsychotique, le tabagisme, la mauvaise nutrition et l’inactivité physique. Plusieurs protocoles d’évaluation ont été élaborés mais peu définissent de manière précise la stratégie de prise en charge optimale pour réduire le risque de MCV dans cette population. Parmi les interventions étudiées, l’exercice physique est une stratégie de choix car, en plus d’améliorer les paramètres et facteurs de risque cardiométabolique (tour de taille, triglycéridémie, glycémie, tension artérielle), il améliore la capacité cardiorespiratoire (VO2 max), facteur de risque indépendant de MCV. Objectif Déterminer l’impact de l’exercice physique sur les facteurs de risque cardiovasculaire chez les individus atteints de troubles psychotiques et préciser le type d’exercice le plus efficace à ces fins. En fonction des résultats mis en évidence, suggérer un programme novateur d’exercice physique ciblant le risque de MCV qui pourrait être utilisé avec cette population. Méthode Revue de littérature systématique sur l’activité physique supervisée en monothérapie chez des individus atteints de trouble psychotique à partir des banques de données électroniques Medline, PubMed, Embase et PsycINFO et par recherche manuelle. Conclusion L’entrainement aérobie, plus particulièrement l’entrainement par intervalle (EPI) à haute intensité, permet de cibler de manière optimale les facteurs de risque de MCV. Par conséquent, un protocole d’implantation de ce type d’exercice chez les patients psychotiques ainsi qu’un protocole d’évaluation de la condition cardiométabolique est suggéré. Des pistes de solution face à certains obstacles et limites à la mise en place de tels programmes dans cette population sont également discutées. L’applicabilité d’un programme d’EPI dans cette population sera à confirmer par des recherches futures.
Article
Full-text available
Purpose. This study aimed to test three factorial structures conceptualizing the processes of change (POC) from the transtheoretical model and to examine the relationships between the POC and stages of change (SOC) among overweight and obese adults. Design. Cross-sectional study. Setting. This study was conducted at the University Hospital of Montpellier, France. Subjects. A sample of 289 overweight or obese participants (199 women) was enrolled in the study. Measures. Participants completed the POC and SOC questionnaires during a 5-day hospitalization for weight management. Analysis. Structural equation modeling was used to compare the different factorial structures. Results. The unweighted least-squares method was used to identify the best-fit indices for the five fully correlated model (goodness-of-fit statistic = .96; adjusted goodness-of-fit statistic = .95; standardized root mean residual = .062; normed-fit index = .95; parsimonious normed-fit index = .83; parsimonious goodness-of-fit statistic = .78). The multivariate analysis of variance was significant (p < .001). A post hoc test showed that individuals in advanced SOC used more of both experiential and behavioral POC than those in preaction stages, with effect sizes ranging from .06 to .29. Conclusion. This study supports the validity of the factorial structure of POC concerning physical activity and confirms the assumption that, in this context, people with excess weight use both experiential and behavioral processes. These preliminary results should be confirmed in a longitudinal study.
Article
Full-text available
Implementing theory-based interventions is an effective way to impact physical activity (PA) practice among the population. This meta-analysis aimed to (a) determine the global effect of theory-based randomised controlled trials (RCTs) dedicated to the promotion of PA among adults, (b) measure the actual efficacy of interventions against their theoretical objectives, and (c) compare the efficacy of single- versus combined-theory interventions. A systematic search through databases and review articles was carried out. Our results show that theory-based interventions (n = 82) significantly impact the PA behaviour of participants (d = 0.31, 95% CI [0.24, 0.37]). While moderation analyses revealed no efficacy difference between theories, interventions based on a single theory (d = 0.35; 95% CI [0.26, 0.43]) reported a higher impact on PA behaviour than those based on a combination of theories (d = 0.21; 95% CI [0.11, 0.32]). In spite of the global positive effect of theory-based interventions on PA behaviour, further research is required to better identify the specificities, overlaps or complementarities of the components of interventions based on relevant theories.