ArticlePDF Available

Les mammifères terrestres non volants des Antilles françaises et l’introduction récente d’un écureuil

Authors:
Rev. Écol. (Terre Vie), vol. 62, 2007.
– 295
LES MAMMIFÈRES TERRESTRES NON VOLANTS DES ANTILLES FRANÇAISES
ET L’INTRODUCTION RÉCENTE D’UN ÉCUREUIL
Olivier LORVELEC*1,2, Michel PASCAL1, Xavier DELLOUE3 & Jean-Louis CHAPUIS4
SUMMARY. — The non-fl ying terrestrial mammals of the French West Indies, and the recent introduc-
tion of a squirrel. — Since the fi rst human settlements circa 4000 B.P., all available data suggest that the
terrestrial mammal fauna of the French West Indies was totally replaced, bats taken apart. All endemic
species are currently extinct, and the eight species currently present have been introduced, one during the
pre-Colombian period, six during the colonial period, and the last recently. The alien status given to several
species that were previously considered as endemic or native drives to the recommendation to reconsider
regulations and offi cial pictures of these species. The last introduced species is a squirrel we identifi ed as
Funambulus pennantii. A pair from a Florida pet shop was introduced during 1968 in an islet of the Guad-
eloupe southern cul-de-sac where it founded a small feral population. Thereafter, some individuals from this
population were introduced in a Pointe-à-Pitre suburb hill, from which the species colonized or was intro-
duced on several other hills. We hypothesize the invasive risk of this squirrel in the climatic and ecological
context of Guadeloupe, starting from an investigation of biological and ecological traits of the species in its
original distribution area, the North of the Indian subcontinent.
RÉSUMÉ. — Les informations disponibles suggèrent que, depuis l’arrivée de l’Homme dans les Antilles
françaises il y a environ 4000 ans, la faune mammalienne terrestre (à l’exception des chauves-souris) y a été
totalement renouvelée. Toutes les espèces endémiques seraient éteintes et les huit espèces aujourd’hui pré-
sentes auraient été introduites, la première pendant la période précolombienne, six autres pendant la période
coloniale et la huitième récemment. La question se pose de la reconsidération des mesures réglementaires et
de l’image offi cielle de certaines espèces introduites autrefois considérées comme endémiques ou autochto-
nes. La plus récente introduction concerne un écureuil que nous avons déterminé comme étant Funambulus
pennantii. Après avoir retracé l’histoire de son établissement en Guadeloupe, à partir d’un couple acheté en
1968 dans une animalerie, nous discutons de sa capacité à coloniser les écosystèmes guadeloupéens.
Une espèce qui réalise une invasion biologique, par propagation naturelle ou à la suite
d’une introduction, intervient obligatoirement dans le fonctionnement de l’écosystème d’ac-
cueil. Or la fréquence des invasions biologiques croît de façon alarmante (e.g. Pascal et al.,
2006b), au point qu’elles sont considérées à l’heure actuelle comme l’une des causes majeures
de perte de biodiversité à l’échelle mondiale (e.g. Diamond, 1989 ; Vitousek et al., 1997 ;
1 INRA, Équipe gestion des populations invasives, UR1037 SCRIBE, IFR140, Ouest-Genopole, campus de
Beaulieu, 35000 Rennes, France.
2 AEVA (Association pour l’étude et la protection des vertébrés et végétaux des Petites Antilles), c/° Claudie Pavis,
hauteurs Lézarde, 97170 Petit-Bourg, Guadeloupe, French West Indies.
3 PNG (Parc national de la Guadeloupe), Réserve naturelle du Grand cul-de-sac marin, 43 rue Jean Jaurès,
97122 Baie-Mahault, Guadeloupe, French West Indies.
4 MNHN, Département écologie et gestion de la biodiversité, UMR 5173 MNHN-CNRS-P6, 61 rue Buffon,
75005 Paris, France.
* Auteur pour la correspondance (e-mail : Olivier.Lorvelec@rennes.inra.fr).
– 296
Alonso et al., 2001 ; Hulme, 2003). En outre l’impact sur la biodiversité, l’économie et la
santé, des seules introductions, est réputé plus important sur les îles que sur les continents
(e.g. Moors & Atkinson, 1984 ; Diamond, 1989 ; Lever, 1994). Les inventaires d’espèces intro-
duites se révèlent donc indispensables à l’élaboration raisonnée des politiques de conservation
ou de restauration d’écosystèmes insulaires.
La réalisation de ces inventaires n’est pas toujours aisée. Elle nécessite de faire appel à
des données paléontologiques, archéologiques ou historiques, pour établir de façon fondée
qu’une espèce a été introduite ou non. Le produit de cette démarche, enrichi de la connaissance
de l’histoire naturelle locale des espèces introduites, constitue un recueil de connaissances
indispensables pour hiérarchiser les opérations de contrôle (Lorvelec et al., 2004), anticiper
d’éventuels effets cascades (Courchamp et al., 2003) et choisir les paramètres à suivre afi n
d’établir si les effets attendus de la gestion sont au rendez-vous (Pascal & Chapuis, 2000).
L’objet de cet article est d’actualiser un précédent inventaire relatif aux mammifères des
Antilles françaises, hors chiroptères et cétacés (Lorvelec et al., 2001), par une analyse critique
des documents qui nous sont parvenus depuis, et de faire état de la naturalisation en Guade-
loupe d’un écureuil récemment introduit.
CONTEXTE GÉOGRAPHIQUE ET DÉFINITIONS
Dans l’acception restreinte que nous retenons ici, les Petites Antilles ou îles du Vent s’étendent depuis la Grenade
au sud, jusqu’à Sombrero au nord. Elles constituent donc un archipel en forme de virgule, bien isolé entre la Trinité et
Tobago, au sud, et Porto Rico et les îles Vierges, au nord-ouest. Les îles de cet archipel émergent de « bancs » sous-marins
délimités par l’isobathe de 160 m et qui n’ont jamais été en contact les uns avec les autres depuis leur formation.
Les actuelles « Antilles françaises » appartiennent à cinq bancs. Quatre d’entre eux, situés au centre des Petites
Antilles, sont entièrement sous juridiction française : la Martinique, les Saintes, Marie-Galante et la Guadeloupe
(regroupant la Basse-Terre, la Grande-Terre, la Désirade et les îles de la Petite Terre). Seuls Saint-Barthélemy et la
moitié nord de Saint-Martin sont sous juridiction française au sein du cinquième banc, celui d’Anguille, situé au nord
de l’archipel. Pour les besoins de ce travail, nous avons distingué trois entités géographiques : la « Martinique », la
« Guadeloupe » au sens large (regroupant les bancs des Saintes, de Marie-Galante et de la Guadeloupe) et les « îles du
Nord » (regroupant Saint-Barthélemy et la moitié nord de Saint-Martin).
La période prise en considération débute il y a environ 4 000 ans avec les premières implantations humaines dans
les Petites Antilles (Wing & Wing, 1995). Elle s’achève au présent. Les espèces autochtones étaient présentes avant
cette période. Les espèces introduites sont celles qui ont constitué des populations sauvages pendant un laps de temps
signifi catif durant cette période. Certaines de ces populations ont résulté de translocations involontaires d’animaux
commensaux, d’autres de transferts intentionnels d’animaux sauvages, d’autres enfi n de marronnages, c’est-à-dire de
retour à la vie sauvage d’animaux de compagnie ou d’élevage, après une phase de sélection (Pascal et al., 2006b).
L’HISTOIRE ANCIENNE
LA PÉRIODE PRÉCOLOMBIENNE
Avant que les Européens n’abordent les Petites Antilles, à la fi n du 15ème siècle, les don-
nées archéozoologiques disponibles enseignent que la faune mammalienne terrestre de ces
îles comprenait trois groupes d’espèces (hors chiroptères). Le premier était constitué de Sig-
modontinés5 (Rongeurs, Cricétidés), considérés comme endémiques. Le deuxième incluait
l’Agouti doré Dasyprocta leporina (Rongeurs, Dasyproctidés), l’Opossum commun Didelphis
marsupialis (Didelphimorphes, Didelphidés) et le Tatou à neuf bandes Dasypus novemcinc-
tus (Cingulates, Dasypodidés), considérés comme introduits6 d’île en île par les Amérindiens,
5 La sous-famille des Sigmodontinés appartient à la famille des Muridés ou à celle des Cricétidés si ces derniers
sont séparés des Muridés (Wilson & Reeder, 2005).
6 Sous l’hypothèse de l’introduction de Dasyprocta leporina dans les Petites Antilles, nous ne prêtons pas de
statut taxinomique aux formes albida (la Grenade, les Grenadines, Saint-Vincent), antillensis (cf. fulvus), fulvus (Sainte-
Lucie, la Martinique) et noblei (la Dominique, la Guadeloupe, Montserrat, Saint-Christophe), décrites comme endé-
miques d’îles des petites Antilles. Ce raisonnement n’a pas lieu d’être tenu pour les formes insularis de Didelphis
marsupialis (la Trinité, Tobago, la Grenade, les Grenadines, Saint-Vincent, Sainte-Lucie, la Martinique, la Dominique,
mise en synonymie avec la forme continentale caucae ; Wilson & Reeder, 2005), et hoplites de Dasypus novemcinctus
(la Trinité, Tobago, la Grenade ; McBee & Baker, 1988), car leurs aires de répartition dépassent les petites Antilles.
– 297
pour des raisons alimentaires7, depuis le continent sud-américain et ses îles continentales (e.g.
Morgan & Woods, 1986 ; Bénito-Espinal, 1990 ; Pregill et al., 1994 ; Wing & Wing, 1995,
1997 ; Lorvelec et al., 2001 ; McFarlane & Lundberg, 2002 ; Wilson & Reeder, 2005). Le
troisième groupe comprenait deux animaux domestiques, également introduits par les Amérin-
diens (Wing & Wing, 1995, 1997) : le Cobaye et le Chien.
Par ailleurs, deux espèces marines autres que des cétacés étaient présentes : le Phoque
moine des Caraïbes Monachus tropicalis (Carnivores, Phocidés) et le Lamantin des Caraïbes
Trichechus manatus (Siréniens, Trichéchidés).
Des fouilles ont été effectuées dans toutes les îles importantes des Antilles françaises, à
l’exception de Saint-Barthélemy. Elles ont établi que certaines des espèces précitées y étaient
présentes (e.g. Pregill et al., 1994 ; Grouard, 2001, 2004).
C’est ainsi que des restes de Sigmodontinés ont été exhumés de sites archéologiques amé-
rindiens à la Martinique, aux Saintes, à Marie-Galante, en Basse-Terre, en Grande-Terre, à la
Désirade et à Saint-Martin, et que des vestiges de ces rongeurs existeraient également aux îles
de la Petite Terre (Sandrine Grouard, comm. pers., nov. 1997). Il est possible que chaque banc
(c’est-à-dire la Martinique, les Saintes, Marie-Galante, la Guadeloupe et Anguille) ait hébergé
une espèce endémique, si l’on se réfère à l’endémisme généralement observé à l’échelle du
banc chez les amphibiens et les reptiles (e.g. Lorvelec et al., 2007). Grouard (2001), en se
basant sur la taille des os, a toutefois envisagé la possibilité de la présence de deux espèces en
Basse-Terre, mais cette analyse demande une confi rmation. Un agouti Dasyprocta cf. leporina
et le Chien ont également été signalés dans les trois entités insulaires (la Martinique, la Guade-
loupe et les îles du Nord). En outre des restes du Hutia géant du banc d’Anguille Amblyrhiza
inundata (Rongeurs, Heptaxodontidés) ont été exhumés de sites non culturels à Saint-Martin
(Pregill et al., 1994). Cette espèce endémique du banc d’Anguille, parfois appelée Cobaye
géant, car son poids pouvait dépasser 200 kg (Biknevicius et al., 1993), appartenait à une
famille éteinte et endémique des Grandes Antilles et du nord des Petites Antilles. Cependant il
n’a jamais été établi qu’elle ait été contemporaine de l’Homme et cette hypothèse est actuelle-
ment contredite (Hartenberger, 2000). Par ailleurs Grouard (2001, 2002) a signalé la présence
d’une mandibule polie et incisée d’un opossum Didelphis sp., et celle d’un morceau de cara-
pace d’un tatou Dasypus sp., dans un site culturel en Grande-Terre. L’auteur a précisé que ces
témoignages pouvaient être des artefacts importés. En dépit de cette restriction, Grouard &
Vigne (2005) ont par la suite intégré Didelphis marsupialis, Dasypus novemcinctus, le Daguet
rouge d’Amérique du Sud Mazama americana (Artiodactyles, Cervidés) et un porc-épic
Sphiggurus pallidus (Rongeurs, Erethizontidés)8, à la liste des espèces présentes pendant la
période précolombienne en Guadeloupe. Depuis, Sandrine Grouard a reconnu (comm. pers.,
fév. 2007) que, pour ces quatre taxons comme pour le Paca de plaine Cuniculus paca (Ron-
geurs, Cuniculidés) à Saint-Martin, les restes étaient trop limités pour permettre la détermina-
tion au-delà du genre et pour exclure l’hypothèse d’artefacts importés.
Parmi les deux mammifères marins précités, seuls des restes de Trichechus cf. mana-
tus ont été signalés à la Martinique où l’hypothèse d’artefacts importés ne peut être exclue
(Fraser, 1981), et en Guadeloupe (Grouard, 2001) où les restes semblent associés à l’époque
coloniale.
7 Un phénomène d’introduction comparable a eu lieu avec le Rat du Pacifi que Rattus exulans (Rongeurs, Muridés)
en Mélanésie, en Micronésie et en Polynésie (e.g. Matisoo-Smith & Robins, 2004). En revanche nous ignorons si les
Sigmodontinés, qui ont également été consommés par l’Homme, ont fait l’objet de translocations d’île en île dans les
Petites Antilles.
8 Sphiggurus pallidus n’est connu que de deux spécimens immatures, sur lesquels est fondée sa description. Ces
deux spécimens étaient censés provenir des Petites Antilles, sans autre précision. Voss & Angermann (1997) ont montré
que l’un d’eux provenait du Brésil et que l’origine de l’autre était douteuse. Ils ont mis S. pallidus en synonymie avec
S. insidiosus, qui vit dans le sud-est du Brésil.
– 298
LA PÉRIODE COLONIALE
Toutes les espèces de Sigmodontinés des Petites Antilles sont aujourd’hui éteintes
(e.g. MacPhee & Flemming, 1999). Outre le fait qu’elles sont présentes dans de nombreux
assemblages archéologiques, elles ont été observées et parfois décrites sur plusieurs îles
pendant la période coloniale. Dans les Antilles françaises, cela a été le cas du Pilori ou Rat
musqué de la Martinique Megalomys desmarestii9 qui a été décrit par Fischer en 1829. Dès le
17ème siècle, le père Bouton (1640) avait évoqué des rats musqués sans préciser une île, puis
des piloris avaient été signalés par le père Du Tertre (1654) à la Martinique et par De Rochefort
(1658) sans référence à une île. Selon Auguste Plée (Thésée, 1989), le Pilori de la Martinique
était déjà rare en 1820. Si Trouessart (1881, 1885) le considérait comme peut-être éteint à la fi n
du 19ème siècle, il aurait, selon Balouet & Allibert (1989), survécu sur les fl ancs de la Montagne
Pelée jusqu’à l’éruption de 1902. En revanche les espèces de la Guadeloupe et des îles du Nord
n’ont jamais été décrites. En Guadeloupe, un « Rat mondoungue »10 ou « Rat rouge » a été
évoqué par le père Pinchon (1967) pour qui cet animal existait encore en forêt dans les années
1960. Il est aujourd’hui considéré comme éteint (Bénito-Espinal, 1990 ; Lorvelec et al., 2001).
Quant à l’espèce des îles du Nord, elle ne semble pas avoir été signalée par les chroniqueurs de
la période coloniale et l’époque de son extinction nous est inconnue.
Au début de la période coloniale, les récits des premiers chroniqueurs n’ont évoqué,
pour les Antilles françaises et parmi les espèces introduites à l’époque précolombienne
dans les Petites Antilles, que l’Agouti doré. L’Anonyme de Carpentras (1618-1620) l’a
présenté comme commun à Saint-Vincent et rare ailleurs. Les pères Bouton (1640) et
Du Tertre (1654) l’ont signalé respectivement à la Martinique et très commun en Guade-
loupe. Aujourd’hui ce gibier très apprécié a disparu des îles du Nord et de la Martinique.
Dans le cas de cette dernière île, Thibault de Chanvalon (manuscrit) n’en a parlé qu’en pro-
venance d’autres îles dans les années 1750, l’espèce ayant déjà disparu localement à cette
époque selon cet auteur. L’Agouti doré subsiste en Guadeloupe (au moins en Basse-Terre,
aux Saintes et à la Désirade) et récemment il aurait de nouveau été introduit à la Martinique
(Lorvelec et al., 2001).
Après l’Agouti doré, probablement introduit dans les Antilles françaises pendant la période
précolombienne, six autres mammifères sauvages, le Rat noir, la Souris grise, l’Opossum com-
mun, le Rat surmulot, le Raton laveur et la petite Mangouste indienne, l’ont été pendant la
période coloniale11.
Les deux premiers ont été introduits involontairement. Il s’agit de commensaux de
l’Homme, le Rat noir Rattus rattus (Rongeurs, Muridés) et la Souris grise Mus musculus (Ron-
geurs, Muridés) de la forme domesticus, parfois élevée au rang d’espèce. Dès le 17ème siècle,
le père Du Tertre (1654, 1667) a signalé ces deux espèces et De Rochefort (1658) a évoqué le
Rat noir. Si le père Breton (1665) semble également avoir fait référence à ces deux espèces,
l’Anonyme de Carpentras (1618-1620) a évoqué deux rongeurs pouvant correspondre, soit à
ces commensaux, soit à des Sigmodontinés. Il est raisonnable de penser que Rat noir et Souris
grise sont arrivés à la Martinique et en Guadeloupe avec les navires espagnols au 16ème siècle,
avant l’implantation des Français vers 1635, hypothèse que le père Pinchon (1967) avait déjà
9 Megalomys desmarestii, dont un synonyme usité est M. pilorides, était proche du Rat musqué de Sainte-Lucie
M. luciae, apparemment éteint dès la fi n du 19ème siècle, ainsi que de M. audreyae, connu par des restes à Barbude.
Selon Hershkovitz (1970), le genre Megalomys, éteint des Petites Antilles et de Curaçao, où ont été trouvés des vestiges
fossiles de M. curazensis, était proche de l’actuel Rat de Hammond Mindomys hammondi, une espèce équatorienne,
mais cette hypothèse a été rejetée par McFarlane & Lundberg (2002).
10 Selon le père Pinchon (1967), le Rat mondoungue était proche du Rat de Saint-Vincent Oligoryzomys victus,
espèce décrite de cette île et aujourd’hui éteinte (e.g. Wilson & Reeder, 2005). Cependant, les restes trouvés en Guade-
loupe par Grouard (2001), précédemment attribués par Clerc (1968) au genre Oryzomys et par le père Barbotin (1970)
à « Oryzomis mégalomis » [sic], présentent pour la plupart une grande taille rappelant plus une espèce de Megalomys
que d’Oryzomys ou d’Oligoryzomys.
11 Makalata didelphoides (Rongeurs, Echimyidés), un rat arboricole dont un synonyme usité est M. armata, a été
signalé de la Martinique probablement par erreur (Wilson & Reeder, 2005).
– 299
envisagée pour le Rat noir. La grande importance des dégâts occasionnés aux cultures par le
Rat noir (et probablement aussi par les Sigmodontinés) a été soulignée par les chroniqueurs
du 17ème siècle puis par d’autres dont Thibault de Chanvalon (1763).
Dans les Antilles françaises, l’Opossum commun n’est présent qu’à la Martinique. Son
absence des assemblages archéologiques disponibles indique qu’il n’est pas autochtone de
cette île, contrairement à ce qui avait été parfois évoqué (père Pinchon, 1971 ; Lescure, 1979 ;
Moutou, 1987a) et, comme l’a souligné Breuil (2003), ce n’est probablement qu’assez tardi-
vement, pendant la période coloniale, qu’il s’y est naturalisé. Thibault de Chanvalon (manus-
crit) a signalé sa présence à la Martinique dans les années 1750, ainsi que celle du Tatou à
neuf bandes. L’auteur a indiqué que ces deux espèces provenaient de la Grenade mais n’a
pas précisé si elles avaient constitué des populations sauvages ou s’il s’agissait simplement
d’animaux captifs. Si nous n’avons pas la preuve que la naturalisation de l’Opossum commun
soit survenue dès cette époque, nous savons que l’espèce était établie à la Martinique au début
du 19ème siècle puisque Auguste Plée l’a signalée en 1820 (Thésée, 1989). En revanche nous
ne pouvons conclure que le Tatou à neuf bandes ait constitué des populations pérennes à la
Martinique à l’époque de Thibault de Chanvalon, d’autant que le père Du Tertre (1667) avait
signalé auparavant des tentatives infructueuses d’introduction à la Martinique, depuis la Gre-
nade, de cette espèce appréciée pour sa chair, en notant que les animaux étaient morts pendant
le trajet entre les deux îles. Dans une liste intitulée « Quadrupèdes observés à la martinique »,
Thibault de Chanvalon (manuscrit) a signalé à la Martinique, outre la présence de l’Opossum
commun, du Tatou à neuf bandes et de divers animaux d’élevage dont le Cobaye, celle de cerfs
de la côte d’Espagne, c’est-à-dire du Cerf élaphe Cervus elaphus (Artiodactyles, Cervidés),
et de singes12. Là encore, il n’a pas précisé si des populations sauvages s’étaient constituées
localement. Par ailleurs, outre la présence du Pilori, du Rat noir et de la Souris grise, il a cité
celle de deux autres rongeurs, un « gros rat, dit Belette » et le « Mulot ». L’un ou l’autre de
ces deux noms pourrait traduire la présence du Rat surmulot dès cette époque, mais nous n’en
avons aucune certitude.
Un autre commensal de l’Homme, le Rat surmulot Rattus norvegicus (Rongeurs, Muri-
dés), aurait été introduit involontairement à la fi n du 18ème siècle. Après avoir atteint l’Améri-
que du Nord vers 1775, il aurait en effet bénéfi cié, selon le père Pinchon (1967), de l’impor-
tant trafi c maritime entre les Petites Antilles et l’Amérique du Nord au moment de la guerre
d’Indépendance américaine, entre 1775 et 1783, pour s’implanter dans les Petites Antilles.
Rappelons que la diaspora de cette espèce dans le monde a été rapide. Originaire de la Chine
septentrionale ou de la Mongolie, il a atteint l’Europe centrale et occidentale vers 1700, et de
là l’ensemble des continents au cours du 18ème siècle (Pascal et al., 2006b). Si l’époque de son
arrivée dans les Antilles françaises est diffi cile à préciser, car les chroniqueurs du 18ème siècle
et du début du 19ème siècle ne distinguaient pas le Rat surmulot du Rat noir, l’hypothèse formu-
lée par le père Pinchon nous paraît plausible, sans exclure toutefois une présence un peu plus
précoce, à l’époque de Thibault de Chanvalon (voir plus haut).
Le Raton laveur de la Guadeloupe (Carnivores, Procyonidés) a longtemps été consi-
déré comme endémique de cette île (e.g. père Pinchon, 1971). Miller l’a décrit en 1911 sous
le nom de Procyon minor, à partir d’un jeune mâle collecté à Pointe-à-Pitre avant juillet
1886 par Louis Guesde, et envoyé à l’US national Museum par le Musée L’Herminier (voir
aussi : Allen, 1911 ; Goldman, 1950 ; Helgen & Wilson, 2003). Cet auteur en a donc fait une
espèce distincte du Raton laveur proprement dit P. lotor, d’Amérique du Nord et d’Amérique
centrale, décrit en 1758 par Linné et qui regroupe vingt à vingt-cinq sous-espèces selon les
auteurs. Ce statut a été confi rmé par Goldman (1950) dans sa synthèse sur les ratons laveurs,
sur la base de deux spécimens, dont l’holotype cité précédemment. Bien que, dès l’année
12 Deux singes africains, introduits pendant la période coloniale, sont encore présents dans les Petites Antilles. Il
s’agit de la Mone Cercopithecus mona (Primates, Cercopithécidés), à la Grenade, et du Callitriche Chlorocebus sabaeus
(Primates, Cercopithécidés), à la Barbade, à Saint-Christophe et à Niévès. Nous ne savons pas si le signalement de
Thibault de Chanvalon concernait l’une de ces deux espèces, une autre espèce africaine ou bien une espèce
néotropicale.
– 300
de la description, Allen (1911) ait évoqué l’hypothèse de l’introduction ancienne de ratons
laveurs en Guadeloupe par les Français, et en dépit de l’absence de traces de l’espèce dans les
assemblages archéologiques précolombiens et dans les récits des anciens chroniqueurs, il aura
fallu attendre les années 1970 pour que l’hypothèse de l’introduction soit réellement envisa-
gée par les scientifi ques. Lazell (1972), en comparant des spécimens des Petites Antilles et
d’Amérique du Nord, a émis l’hypothèse d’une introduction de ratons laveurs en Guadeloupe
depuis les côtes de la Caroline, et à la Barbade depuis les côtes de la Géorgie, deux régions
du sud-est des États-Unis. En 1981, le même auteur a conclu à une introduction en Guade-
loupe depuis les plaines du sud-est des États-Unis où vit la sous-espèce P. lotor varius, et à
la Barbade depuis les côtes du sud-est des États-Unis ou de la Floride. Par la suite, l’analyse
génétique réalisée par Pons et al. (1999) a mis en évidence une proximité génétique plus
importante entre P. minor et P. lotor lotor de la côte est des États-Unis qu’entre P. lotor lotor
et P. lotor pallidus de la côte ouest du même pays. Enfi n Helgen & Wilson (2003), par l’ana-
lyse de caractéristiques morphologiques, ont conclu que rien ne justifi e la distinction d’espèce
et que P. minor est proche des ratons laveurs du sud-est des États-Unis. En conséquence de
ces travaux, Wilson & Reeder (2005) ont placé P. minor, ainsi que l’autre forme des Petites
Antilles, le Raton laveur de la Barbade P. gloveralleni, considéré comme éteint, en synonymie
avec P. lotor. De plus, l’espèce décrite de Nassau aux îles Bahamas, P. maynardi, et celle
décrite des îles Tres Marías au large de la côte pacifi que du Mexique, P. insularis (avec deux
sous-espèces, insularis et vicinus), ont également été mises en synonymie avec P. lotor, si bien
que la seule forme insulaire qui conserve encore son statut spécifi que est P. pygmaeus de l’île
Cozumel au large du Yucatán (Wilson & Reeder, 2005). En outre, Wilson & Reeder (2005)
ont placé maynardi, minor et varius en synonymie au niveau subspécifi que, le nom maynardi
ayant antériorité.
Or ce statut taxinomique aurait pu être envisagé par les zoologistes dès la description
de P. minor, car les guadeloupéens savaient à l’époque que l’animal avait été introduit. C’est
ainsi qu’un auteur anonyme a rapporté en 1917 dans l’Écho des Antilles que « Le rakoon (Pro-
cyon lotor de Linné), autrement dit « raton laveur » à cause de l’habitude qu’il a de tremper
dans l’eau les aliments avant de les porter à sa bouche, est appelé aussi renard, mais à tort,
attendu qu’il est de la famille des ours ; il nous est venu, par hasard, du Canada, probable-
ment. Il est très bien acclimaté, mais il se fait rare. ». Bonnemaison a signalé en 1900-1903
que « Le seul gibier à poil que l’on trouve est le racoon ou raton-laveur, animal bizarre de la
taille d’un petit épagneul et tenant à la fois du renard et de l’ours ; il aurait été importé il y
a quelques années par un navire canadien ; d’ailleurs son épaisse et belle fourrure indique
bien un animal des pays froids. Son appellation de laveur tient à son habitude de laver ses
aliments dans l’eau. ». Guesde, qui avait collecté l’holotype, a écrit quant à lui en 1900 que
« Le rackoon n’est autre que le raton de l’Amérique du Nord ; c’est un plantigrade qui peut
atteindre la taille d’un fort renard ; il a été introduit dans la colonie, il y a une soixantaine
d’années [soit vers 1840], et il s’y est si bien acclimaté qu’on le rencontre partout. Ce planti-
grade est omnivore ; il s’attaque aussi bien à la canne à sucre qu’aux fruits et aux volailles,
aussi son voisinage est-il très désagréable. ». Bien avant, en 1856, un auteur anonyme de la
Revue coloniale a rapporté que « Les quadrupèdes sauvages de la Guadeloupe se bornent à
l’agouti et au raton. ». Il a précisé en note que « On croit généralement que plusieurs ratons
mâles et femelles ont été importés, il y a environ vingt ans [soit vers 1836], par un bâtiment
américain, d’où ils se seraient échappés et auraient gagné la terre. ». Signalons enfi n que,
vers 1820-1840, la presse locale avait annoncé plusieurs spectacles de cirques ou d’autres
présentations d’animaux, venant des États-Unis, et qu’une fois un lynx se serait échappé
(Jacqueline Picard, comm. pers., fév. 2007). Le « Felis » tué en Guadeloupe en juillet 1840 et
adressé au Muséum d’histoire naturelle de Paris par Ferdinand-Joseph L’Herminier (manus-
crit) était peut-être ce lynx, plutôt que le premier signalement d’un raton laveur comme l’a
proposé Breuil (2003). Nous verrons d’ailleurs plus loin que le père de Ferdinand-Joseph,
Félix-Louis L’Herminier, sinon son fi ls, connaissait parfaitement ces deux espèces et les car-
nivores d’Amérique du Nord en général.
– 301
En l’état des connaissances, nous pouvons donc faire remonter la date de l’introduction de
P. lotor en Guadeloupe assurément avant 1856. Quelles sont les hypothèses permises concernant
les modalités de cette introduction ? Feldmann et al. (1996) ont envisagé la possibilité d’une
introduction soit par le naufrage d’un bateau au 19ème siècle, soit par les français au début
du 18ème siècle (il convient probablement de lire 19ème siècle). Deux hypothèses émergent des
informations données plus haut. Les fondateurs des actuelles populations se seraient échap-
pés soit d’un bateau américain ou canadien, soit d’un cirque, dans les années 1820-1840, ces
hypothèses ne s’excluant pas dans la mesure où le bateau évoqué pouvait transporter un cirque.
Cependant une troisième hypothèse peut être formulée. Félix-Louis L’Herminier (manuscrit) a
vécu en Guadeloupe, puis a voyagé entre autres en Caroline du Sud, avant de revenir en Gua-
deloupe en 1819, tout en gardant en Caroline du Sud des correspondants susceptibles de lui
adresser des spécimens de fl ore et de faune. De Charleston en Caroline du Sud, il a envoyé au
Muséum de Paris, entre autres spécimens, deux ratons laveurs (souvent appelés Ursus lotor à
l’époque), l’un en 1818, l’autre en 1819. Par ailleurs en 1921, il a envoyé de Guadeloupe au
même muséum, entre autres spécimens, deux Lynx roux Lynx rufus (Carnivores, Félidés, appelé
Felis rufa à l’époque) provenant de la Caroline du Sud. En outre les L’Herminier père et fi ls,
tous deux naturalistes, possédaient en Guadeloupe de nombreux animaux vivants dont certains
provenaient des côtes d’Afrique. Ils seraient d’ailleurs à l’origine de l’introduction en Guade-
loupe (Breuil, 2002, 2003) de la Péluse de Schweigger Pelusios castaneus et de la Trachémyde
de Porto Rico Trachemys stejnegeri, deux tortues palustres respectivement originaires d’Afrique
et des Grandes Antilles. Possédaient-ils également des ratons laveurs venant de la Caroline du
Sud, qui seraient à l’origine des populations actuelles ? La connaissance de l’espèce par le père,
son séjour en Caroline du Sud d’où il a envoyé des spécimens à Paris et où il a gardé des cor-
respondants après son retour en Guadeloupe, l’emplacement de la Caroline du Sud dans la zone
d’origine du Raton laveur de la Guadeloupe selon Lazell (1972, 1981), Pons et al. (1999) et Hel-
gen & Wilson (2003), ainsi que l’habitude des L’Herminier de conserver des animaux vivants de
diverses origines, sont des arguments qui plaident en faveur de cette troisième hypothèse. Dans
ce cas l’introduction de ratons laveurs captifs en Guadeloupe (peut-être d’abord en Basse-Terre
où se trouvait Félix-Louis L’Herminier à son retour en Guadeloupe) remonterait au plus tôt à
1819, sans que nous sachions ni pourquoi ni quand ces animaux se seraient ensuite retrouvés
dans la nature. Toujours selon cette hypothèse, le Raton laveur de la Guadeloupe trouverait son
origine parmi l’une des cinq formes de P. lotor qui vivent dans la zone couvrant le nord de la
Floride, la Géorgie, la Caroline du Sud et la Caroline du Nord, et qui sont considérées comme
des sous-espèces (elucus, litoreus, lotor, solutus et varius). Après sa naturalisation en Basse-
Terre et en Grande-Terre, P. lotor a fait l’objet de translocations et s’est établi à Marie-Galante
(Moutou, 1987b ; Bénito-Espinal, 1990) à une époque qui nous est inconnue, à la Martinique où
le premier signalement daterait de 1954 (Bon Saint Côme & Tanasi, 1994), à Saint-Martin où
Husson (1960b) le signale dès 1957 (peut-être dans la partie néerlandaise de l’île), et semble-t-il
plus récemment à la Désirade (Lorvelec et al., 2001)13.
La petite Mangouste indienne, Herpestes auropunctatus (Carnivores, Herpestidés)14 a
été introduite intentionnellement en 1870 à la Trinité (Husson, 1960a), en 1872 à la Jamaïque
(Espeut, 1882), probablement vers 1885 à Saint-Martin (Husson, 1960b), en 1888 en Guade-
loupe (c’est-à-dire en Grande-Terre et en Basse-Terre) et entre 1890 et 1891 à la Martinique
(père Pinchon, 1967). Introduite également à Marie-Galante, elle est absente des Saintes, de
la Désirade, des îles de la Petite Terre et de Saint-Barthélemy. Cette espèce était censée lutter
contre les rats qui ravageaient les plantations et contre un serpent venimeux, le Trigonocéphale
fer-de-lance Bothrops lanceolatus, à la Martinique. Par ailleurs elle a été introduite dans les
années 1930, dans un but de nuisance, sur l’îlet Fajou dans le Grand cul-de-sac marin de la Gua-
deloupe, mais elle a été éradiquée de cet îlot en 2001 (Lorvelec et al., 2001, 2004).
13 Glatston (1994) puis Helgen & Wilson (2003) ont signalé l’introduction du Raton crabier Procyon cancrivorus
en Guadeloupe, sur la base de témoignages probablement erronés.
14 Suivant Nellis (1989) et Thulin et al. (2006), nous séparons Herpestes auropunctatus de la Mangouste de Java
H. javanicus.
– 302
Plusieurs animaux domestiques15 introduits ont constitué à différentes époques des
populations marronnes dans les Antilles françaises. Ce processus a été signalé très tôt pour
le Chien (père Du Tertre, 1654), déjà introduit pendant la période précolombienne, pour le
Porc (père Bouton, 1640 ; père Du Tertre, 1654 ; père Labat, 1722), lâché intentionnellement
dès le 16ème siècle par les Espagnols dans les différentes îles (père Pinchon, 1967), et pour le
Lapin en Guadeloupe (père Du Tertre, 1667). Le Chat et la Chèvre, présents dès le 17ème siècle
(père Du Tertre, 1654), ont probablement constitué eux aussi très tôt des populations marronnes,
alors que d’autres animaux comme le Cobaye, le Cheval, l’Âne, le Bœuf ou le Mouton, ont peut-
être été moins concernés localement par ce processus. Plus récemment, le père Pinchon (1971)
a signalé que des lapins marrons avaient vécu un temps sur certains îlots de la Martinique, au
début de 18ème siècle, et que les derniers porcs marrons des fl ancs de la Montagne Pelée avaient
été chassés quelques années avant l’écriture de son texte. Bonnemaison (1900-1903) a indiqué,
pour sa part, que des chèvres et des lapins marrons étaient abondants sur l’île Fourchue et l’île le
Boulanger, situées au nord de Saint-Barthélemy, au début du 20ème siècle. Actuellement, si des
reproductions ponctuelles sont possibles, notamment dans le cas des chèvres sur certains îlots
inhabités, il ne semble pas y avoir de populations d’animaux domestiques marrons durablement
établies dans les Antilles françaises.
Enfi n les deux espèces marines que nous avons évoquées précédemment ont été, au cours
de la période coloniale, les victimes d’une surexploitation par les immigrants européens.
Le Phoque moine des Caraïbes se reproduisait initialement sur les pourtours et les îles de
la mer des Caraïbes et du golfe du Mexique, ainsi qu’aux îles Bahamas (Marion & Sylvestre,
1993 ; Adam, 2004). Appelé Ours marin (père Breton, 1665) ou Loup marin (père Breton, 1665 ;
père Du Tertre, 1667) dans les Antilles françaises, il semble qu’il ait été commun au moins en
deux endroits. Des cartes du début du 18ème siècle désignaient en effet comme « isle aux loups
marins » un îlot à l’entrée ouest du Grand cul-de-sac marin de la Guadeloupe, probablement
l’îlet à Kahouanne. Par ailleurs, au 17ème siècle, les îles de la Petite Terre étaient appelées « îlet
aux ours marins ». C’est ainsi que le père Breton a indiqué en 1665, à propos du nom caraïbe
des îles de la Petite Terre : « Cayóoli, Ilot entre la desirade et la pointe de la grande terre, appelé
premièrement la petite terre puis l’îlet aux ours marins, enfi n l’îlet d’hoüel. », et a ajouté :
« Cáyoli, varech : herbes de mer que les tortues [Tortues vertes Chelonia mydas] broutent, et
que la vague jette sur le rivage de la mer. ». Il a également décrit l’animal : « Coúrritou, Ours
marin ; les autres l’appellent loup marin ; il est gros, et long, poilu, a quatre pattes, vient dormir
sur le sable, et se dresse contre vous sur ses deux pattes de derrière, frappez-le d’un bâton sur le
mufl e, vous le tuez. On en fait de l’huile. ». Pour comprendre le processus d’extinction de cette
espèce, citons le père Du Tertre (1667) qui a relaté une tuerie aux îles de la Petite Terre : « I’Avois
oublié de parler des loups marins qui se trouvent dans nos Isles ; ce que j’en diray pourtant,
n’est que sur la relation d’autruy, puisque ie n’en ay iamais veu. Il y en a de deux sortes ; les
uns ont quatre pattes, & les autres n’en ont que deux. Le Pere Raymond parle des premiers dans
son Dictionaire & le Frere Charles Poncet m’aprit, lors que j’étois en l’Amérique, qu’vn jour il
en avoit trouvé dans la petite terre de la Guadeloupe, pour le moins vingt qui estoient endormis,
sous des arbres assez proche de la mer, & qui ronfl oient si fort, qu’on les oit, entend de plus de
trente pas, il me les dépeignit velus & gros comme des veaux, ayans huit à dix pieds de longueur,
15 D’après Spotorno et al. (2004), le Cobaye résulterait de la domestication du Cochon d’Inde des Andes Cavia
tschudii (Rongeurs, Caviidés) et non de celle du Cochon d’Inde du Brésil C. aperea, comme cela a longtemps été envi-
sagé. Les autres animaux domestiques cités dans ce document (Lapin, Chat, Chien, Âne, Cheval, Bœuf, Porc, Chèvre
et Mouton), résultent respectivement de la domestication du Lapin de Garenne Oryctolagus cuniculus (Lagomorphes,
Léporidés), du Chat sauvage Felis silvestris (espèce prise au sens large, Carnivores, Félidés), du Loup gris Canis lupus
(Carnivores, Canidés), de l’Âne sauvage Equus africanus (Périssodactyles, Équidés), du Cheval sauvage éteint Equus
ferus (Périssodactyles, Équidés), du Sanglier d’Eurasie Sus scrofa (Artiodactyles, Suidés), de l’Aurochs éteint Bos
primigenius (Artiodactyles, Bovidés), de la Chèvre égagre Capra aegagrus (Artiodactyles, Bovidés) et du Moufl on
d’Asie mineure Ovis orientalis (Artiodactyles, Bovidés). Signalons pour mémoire que des noms ont été attribués à
certains animaux domestiques. Linné (1758) a nommé le Cobaye Mus porcellus (devenu Cavia porcellus), le Chat
Felis catus, le Chien Canis familiaris, le Bœuf Bos taurus, la Chèvre Capra hircus, le Mouton Ovis aries, l’Âne Equus
asinus et le Cheval Equus caballus. Erxleben (1777) a nommé le Porc Sus domesticus. En revanche le Lapin n’a jamais
été nommé.
– 303
& seulement deux pattes, avec lesquelles la pluspart se traisnerent tous grondans à la mer. Il
m’aprit de plus, que le Capitaine Boulenger à qui appartenoit la barque dans laquelle il estoit,
t descendre tout son équipage, & commanda qu’on leur frapât sur le mufl e, avec des leviers
& des pinces, & que le moindre coup qu’ils y recevoient, leur faisoit ruisseler le sang, & leur
arrestoit tout court, & qu’ils mouroient incontinent apres : que toute la chair de ces animaux,
n’estoit presque que du lard, qui se resoudoit & fondoit tout en huile ; & que si le Capitaine
Boulanger eut eu des futailles propres, il en auroit chargé sa barque ; il adjoustoit que la chair
n’en valoit rien, mais que la fressure n’estoit pas mauvaise. ». Le Phoque moine des Caraïbes
a disparu des Antilles françaises à une date inconnue, mais ne semble pas avoir été cité par les
chroniqueurs postérieurs aux pères Breton et Du Tertre. La plupart des spécialistes considèrent
que l’espèce s’est éteinte sur l’ensemble de son aire de répartition au début des années 1950
(Adam, 2004), la petite colonie observée en 1952 au banc de Serranilla, entre le Honduras et la
Jamaïque, constituant la dernière observation fi able de l’espèce (Kenyon, 1977). Si, sur la base
d’entretiens avec des pêcheurs haïtiens et jamaïcains, Boyd & Stanfi eld ont conclu en 1998 qu’il
était possible que l’espèce ne soit pas éteinte, Mignucci-Giannoni & Haddow (2001) ont préféré
attribuer les signalements des pêcheurs au Phoque à capuchon Cystophora cristata (Carnivores,
Phocidés). Ce dernier est en effet occasionnellement observé au sud de son aire naturelle de
répartition comme cela a été le cas à Saint-Barthélemy en 2001 (Lorvelec et al., 2001).
Le Lamantin des Caraïbes était initialement répandu de la Floride à l’embouchure de
l’Amazone. Il a aujourd’hui disparu des Petites Antilles (Husar, 1978). Dans les Antilles fran-
çaises, où il était aussi appelé Vache de mer, il a laissé son nom créole « Lamentin », à des
communes de la Martinique et de la Guadeloupe. L’Anonyme de Carpentras (1618-1620) l’a
cité sans préciser l’île et a évoqué sa chasse avec un harpon à tête détachable (le père Du Tertre
parlera de « varre »). Le père Bouton (1640) l’a cité de la Martinique, De Rochefort (1658) l’a
évoqué sans référence à une île, et le père Du Tertre (1667) a reporté qu’il se trouvait en grand
nombre dans les culs-de-sac marins de la Guadeloupe et de Saint-Martin, et entrait largement
dans l’alimentation humaine. À la Martinique, où il était déjà assez rare au début du 18ème siècle
selon le père Labat (1722), Thibault de Chanvalon (manuscrit) ne l’a pas vu dans les années
1750. Selon le père Pinchon (1967), il aurait disparu de la Martinique et de la Guadeloupe dès
le 18ème siècle. Comme l’ont signalé Lartiges et al. (2002), quatre ou cinq spécimens enlisés
ont été pêchés après cette époque, en 1912, dans le Grand cul-de-sac marin de la Guadeloupe
(Anonyme, 1917, 1929). Cependant nous ne savons pas si ces spécimens appartenaient à une
population relique de la Guadeloupe ou s’ils provenaient d’une autre île.
UNE HISTOIRE RÉCENTE : L’INTRODUCTION D’UN ÉCUREUIL EN GUADELOUPE
Depuis celle de la petite Mangouste indienne à la fi n du 19ème siècle, aucune introduction
de mammifère n’avait été rapportée aux Antilles françaises. Cependant, au cours de ces derniè-
res années, plusieurs personnes nous ont signalé la présence d’un écureuil (Rongeurs, Sciuridés)
en Guadeloupe. Aucune détermination spécifi que et aucune enquête sur l’histoire de cette intro-
duction ou sur la répartition de l’espèce, n’ont été entreprises jusqu’à aujourd’hui. Le nom du
Tamia de Sibérie Tamias sibiricus avait été avancé, probablement parce que cette espèce est bien
connue dans l’Hexagone où elle est proposée à la vente en animalerie depuis les années 196016
et présente dans la nature depuis les années 1970 (Chapuis, 2005). Comme la naturalisation de
cette espèce paléarctique nous semblait surprenante en zone tropicale, nous avions écrit avec
prudence qu’un « écureuil d’une espèce non identifi ée (genre Tamias ?) » avait été introduit
en Guadeloupe (Lorvelec et al., 2001). Depuis nous avons collecté des spécimens, déterminé
l’espèce et procédé à une enquête qui a permis de retracer les modalités de son introduction et
de son établissement en Guadeloupe. Nous avons en outre recueilli des informations sur son
écologie susceptibles de nous éclairer sur ses capacités de propagation.
16 En Guadeloupe, des Tamias de Sibérie étaient en vente dans une animalerie de la zone industrielle de Jarry-
Houëlbourg en mars 2007.
– 304
DIAGNOSE
Deux écureuils mâles ont été piégés en janvier et février 2002 sur l’îlet Feuille (Petit cul-
de-sac marin de la Guadeloupe) au moyen de ratières, puis conservés en congélation. Leurs
principales caractéristiques morphologiques et anatomiques ont été relevées, avant qu’ils
ne soient déposés au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (MNHN) en mai 2007
(Tab. I). L’aspect extérieur et la coloration du pelage des deux individus sont identiques. De
couleur générale brun roussâtre, la tête présente des zones blanc crème sur les joues, au-des-
sous et au-dessus de l’œil, et sur les paupières. La face postérieure des oreilles est gris noir
et les vibrisses, noires, sont bien développées. Il n’y a pas d’abajoues. Le ventre et les fl ancs
sont blanc crème. La limite inférieure du fl anc est délimitée par un liseré noirâtre, d’environ
trois millimètres de largeur, qui court depuis l’épaule jusqu’à la hanche. Dorsalement, quatre
raies brun roux foncé, de sept à dix millimètres de largeur, encadrent trois raies blanc crème
moins larges (trois à sept millimètres), dont la raie médiodorsale. Les raies claires latérales se
prolongent sur la moitié de la longueur de la face inférieure de la queue. Cette dernière a un
aspect poivre et sel, conséquence de la présence de jarres aux pointes blanches mais qui sont
noires à mi-course et rousses dans la partie basale. Sa face inférieure ne présente pas de raie
médiane roussâtre et les quatre à cinq derniers centimètres, plus sombres, forment un pinceau
sans vertèbres constituant le toupet. L’os pénien se présente comme une tige non bifurquée
dépourvue d’extension en forme de lame.
TABLEAU I
Caractéristiques de Funambulus pennantii (îlet Feuille, Guadeloupe)
Spécimen Mâle 1 Mâle 2
Date capture 21 jan. 2002 7 fév. 2002
Numéro Catalogue Général MNHN CG 2006-662 CG 2006-663
Mensurations
Longueur tête et corps (mm) 150 136
Longueur queue sans toupet (mm) 156 135
Longueur queue avec toupet (mm) 200 175
Longueur patte postérieure (mm) 40 36
Longueur oreille (mm) 15 15
Poids animal entier (g) 111 81
Poids animal après ablation tube digestif (g) 102 -
Appareil génital
Longueur x largeur testicules (externes) 11 x 7 -
Longueur os pénien (mm) (1) 11 10
Crâne
Longueur condylobasale (mm) (2) 36,5 -
Nombre septums transbullaires gauche / droite 1 / 2 -
(1) longueur droite entre les deux extrémités de l’os pénien.
(2) longueur ventrale du crâne entre la face antérieure des incisives supérieures et les bords postérieurs des condyles
occipitaux.
Une longueur de la tête et du corps inférieure à 200 mm, une raie médiodorsale et des
raies latérales claires, la présence d’un ou deux septums cloisonnant les bulles tympaniques, la
morphologie de l’os prémaxillaire et l’absence de lame sur l’os pénien, permettent de classer
sans ambiguïté ces écureuils dans le genre Funambulus Lesson, 1835, genre dont la répartition
initiale englobe le sous-continent Indien (Moore & Tate, 1965 ; Corbet & Hill, 1992). Ces
– 305
écureuils, appelés funambules, palmistes ou rats palmistes en français (e.g. Lesson, 1835 ;
D’Orbigny, 1844), diurnes et arboricoles, présentent une ressemblance morphologique très
superfi cielle avec les espèces du genre holarctique Tamias, qui possèdent, quant à eux, une raie
médiodorsale foncée.
Le genre Funambulus, comprend cinq espèces : layardi, palmarum, pennantii, sublinea-
tus et tristriatus (e.g. Nowak, 1991 ; Wilson & Reeder, 2005). Le pelage de F. pennantii Wrou-
ghton, 1905, est caractérisé par la présence de cinq raies claires, contrairement à celui de
toutes les autres espèces du genre qui ne possèdent que trois raies claires. Les deux funambules
mâles capturés sur l’îlet Feuille en janvier et février 2002 ne possédaient que trois raies claires
bien apparentes, ce qui pouvait, au premier abord, exclure leur rattachement à F. pennantii.
Cependant Moore & Tate (1965) et Corbet & Hill (1992) ont souligné que les raies claires les
plus latérales sont parfois peu distinctes chez cette espèce et ne sont alors séparées du pelage
ventral de l’animal que par une zone légèrement plus sombre. Les deux mâles guadeloupéens
pouvaient être des juvéniles, comme le suggère la faible dimension du crâne mesuré (Tab. I),
ou en phase de mue, avec une coloration de pelage transitoire. Quoi qu’il en soit, nous avons
par la suite identifi é sans ambiguïté l’espèce présente en Guadeloupe comme étant F. pennantii.
En effet un individu observé aux jumelles en mars 2007 sur l’îlet Feuille et un couple pris en
photos en mai 2007 au morne Fleuri possédaient cinq raies claires (Fig. 1). Des caractéristiques
anatomiques ont confi rmé cette détermination. Les deux mâles autopsiés possédaient un os
pénien non bifurqué, de grande taille et de morphologie générale comparable à celle donnée par
Prasad (1957) pour F. pennantii. Or selon Moore & Tate (1965), ce caractère permet de séparer
F. pennantii de ses quatre congénères, qui possèdent un os pénien bifurqué, et même de créer
le sous-genre monospécifi que Prasadsciurus pour F. pennantii. Outre l’os pénien, le gland du
pénis des deux mâles autopsiés correspondait à la description donnée par Prasad (1957) pour
F. pennantii. Enfi n la détermination de l’espèce a été confortée par la comparaison du mâle 1 de
la Guadeloupe avec une femelle de F. pennantii (1955, n° 104) et une femelle de F. palmarum
(1960, n° 3905) de la collection du MNHN. Les aspects de son crâne et de sa mandibule se sont
avérés conformes à ceux de F. pennantii et différents de ceux de F. palmarum.
Figure 1. — Funambulus pennantii (cliché Grégory Petrelluzzi, morne Fleuri, mai 2007). La présence d’une raie claire
entre le fl anc et la première raie foncée est l’une des caractéristiques le plus directement apparente de cette espèce
de funambule.
Si Wroughton (1905, 1916), suivi par Moore & Tate (1965), a distingué trois sous-espè-
ces (pennantii, argentescens et lutescens), au sein de F. pennantii, sur la base de la coloration
dorsale, la validité de ces sous-espèces a été controversée (e.g. Agrawal & Chakraborty, 1979),
– 306
les variations de coloration observées par Wroughton étant plus en rapport avec une variabilité
individuelle qu’avec des aires géographiques précises. Nous n’avons donc pas cherché à rap-
porter les individus de la Guadeloupe à l’une ou à l’autre de ces formes.
MODALITÉS DE LINTRODUCTION ET PROPAGATION EN GUADELOUPE
L’aire de répartition initiale de F. pennantii englobe la moitié nord de l’Inde, le Bangla-
desh, le sud du Népal, une grande partie du Pakistan et l’extrême sud-est de l’Iran (Corbet &
Hill, 1992). Ce funambule a été introduit en Assam, aux îles Andaman et à Perth en Australie
(Corbet & Hill, 1992). Des cinq espèces du genre, F. pennantii est celle qui occupe l’aire de
répartition la plus vaste et la plus septentrionale. Compte tenu de son pelage et de sa réparti-
tion, l’espèce peut être nommée en français Funambule à cinq raies claires ou Funambule du
Nord. Cet animal diurne a servi de modèle en chronobiologie, ce qui a peut-être favorisé sa
détention en animalerie et des introductions en dehors de son aire de répartition initiale. En
outre certains Funambulus sont relativement anthropophiles (Moore & Tate, 1965), fréquents
dans les parcs et jardins, ce qui a pu aussi favoriser leur introduction dans de nouvelles zones
géographiques. Prakash (1975) mentionne à ce sujet un comportement commensal de F. pen-
nantii dans les villes du Rajasthan où l’espèce peut se nourrir de déchets de cuisine.
Selon Karl Petrelluzzi (comm. pers., fév. 2002), un couple d’écureuils, acheté dans une
animalerie d’Orlando en Floride, a été mis en cage en 1968 sur l’îlet Feuille, un îlot situé dans
le Petit cul-de-sac marin de la Guadeloupe. L’un d’eux se serait échappé, l’autre aurait été
lâché, ce qui a permis à ce couple de fonder l’actuelle micropopulation marronne de l’îlot.
Distant de la côte de l’extrémité est de la Basse-Terre (zone industrielle de Jarry-Houëlbourg)
d’une centaine de mètres (Fig. 2), l’îlet Feuille, presque entièrement recouvert de mangrove,
couvre une superfi cie d’environ 1,5 ha. Les funambules (en première approximation quelques
dizaines d’individus) en occupent la partie sèche réduite à une zone de 0,1 ha environ, qui
constitue le parc de la propriété, et ne sont pas observés dans la mangrove. Ils se maintiennent
en dépit de la présence de chiens, de chats et de rats. Bruyants, grégaires et diurnes, ils pré-
sentent un comportement arboricole. Ils sont particulièrement actifs le matin et le soir, moins
actifs aux heures les plus chaudes de la journée et inactifs quand il pleut. Selon Karl Petrel-
luzzi, ils se nourrissent des fruits et des graines de certains arbres du parc, entre autres ceux du
Mapou rouge Cordia sebestana, du Raisinier bord-de-mer Coccoloba uvifera et du Flamboyant
Delonix regia, et consomment des grains de maïs qui leur sont parfois proposés au sol. Les îlets
Chasse, Boissard et à Cochons, situés à quelques centaines de mètres au sud de l’îlet Feuille,
sont réputés ne pas héberger de funambules.
Selon Grégory Petrelluzzi (comm. pers., mars 2007), quatre individus issus de l’îlet
Feuille, au sexe non déterminé, ont été mis en cage vers 1975-1977 dans une propriété du
morne Fleuri, une colline résidentielle de la commune des Abymes située dans l’agglomération
de Pointe-à-Pitre au sud-ouest de la Grande-Terre (Fig. 2). Ces individus se seraient ensuite
échappés pour constituer une population marronne. Quelque cinq années plus tard, un journal
local aurait signalé que des animaux mangeaient les cannes à sucre par la racine en bas du
morne Lacroix (ou morne Boissard) situé 750 m au sud-ouest du morne Fleuri et aurait évoqué
une prime pour les détruire. Bien que nous n’ayons pas encore pu vérifi er cette information
et bien qu’il n’y aurait pas eu de cannes à cet endroit à l’époque, un tel fait, mettant en cause
des funambules, semble crédible, car quelques individus, faciles à observer à la saison des
mangues, sont actuellement présents dans la résidence située au sommet du morne Lacroix. Ils
seraient issus d’un lâcher d’écureuils captifs, survenu il y a plus de vingt ans (Régis Ragazzi,
comm. pers., fév. 2002). Actuellement des funambules peuvent être observés, selon Grégory
Petrelluzzi, au moins entre le morne Fleuri et le lotissement de Dugazon situé à 500 m au
nord-ouest, cette zone englobant les mornes Melon et Audebert. Outre cette zone et le morne
Lacroix, ils sont potentiellement présents sur d’autres collines anthropisées proches, car un
signalement non confi rmé nous a été donné pour Chauffours, une zone périurbaine située à
1,5 km au sud du morne Fleuri. Enfi n, si l’espèce est réputée absente actuellement du Jardin
d’Essai des Abymes situé à 1,5 km au nord-ouest du morne Fleuri, elle y aurait été présente il y
a une vingtaine d’années (Daniel Imbert, comm. pers., juillet 2007). Nous ne savons pas si les
– 307
funambules ont colonisé seuls ces différents sites anthropisés ou s’ils y ont été introduits. Selon
Grégory Petrelluzzi, ils peuvent se nourrir de termites en suivant les galeries de ces dernières
sur les troncs de mahoganis (genre Swietenia).
Figure 2. — Localisations connues de Funambulus pennantii en Guadeloupe (2007).
CONCLUSION
Le statut historique et le statut d’abondance des espèces de mammifères sauvages (hors
chiroptères et cétacés) qui ont constitué des populations pérennes dans les Antilles françaises,
sont reportés dans le tableau II. Ces données conduisent à conclure que l’arrivée de l’homme
a provoqué un total renouvellement des espèces dans ces îles (e.g. Lorvelec et al., 2001) et
ce constat peut être élargi à l’ensemble des Petites Antilles (e.g. Pregill et al., 1994). Ce pro-
cessus a également été mis en évidence dans d’autres systèmes insulaires comme les grandes
îles méditerranéennes (Schüle, 1993 ; Vigne, 1994, 1999 ; Vigne et al., 1997). De tels résul-
tats mettent en évidence le caractère général de l’effet déterminant de l’anthropisation et des
introductions qui en résultent, sur l’extinction de faunes mammaliennes insulaires, souvent
constituées d’espèces endémiques, et leur total remplacement par des espèces introduites. En
revanche un tel processus n’est pas généralisable à l’ensemble des vertébrés. C’est ainsi que
dans les Antilles françaises le renouvellement des amphibiens et des reptiles n’a été que partiel
(e.g. Lorvelec et al., 2007).
Longtemps considérés comme des espèces ou sous-espèces endémiques ou autochtones
(e.g. père Pinchon, 1971), l’Agouti doré et le Raton laveur en Guadeloupe, l’Opossum commun
à la Martinique, ont bénéfi cié de mesures de protection. Le Raton laveur Procyon lotor,
apparemment non considéré comme gibier en 1954, a vu son image utilisée pour un logo du
Parc naturel de la Guadeloupe en 1971 (voir le site offi ciel du Parc : http ://www.guadeloupe-
parcnational.com/menu_fr.html). Un arrêté ministériel du 17 février 1989 lui confère, sous la
dénomination de « Procyon minor », le statut d’espèce intégralement protégée sur le département
de la Guadeloupe qui incluait à l’époque les îles du Nord. Ce même arrêté protège en Guadeloupe
le rat non décrit de la famille des Sigmodontinés, considéré ici comme éteint, et l’Agouti doré
Dasyprocta leporina, sous les dénominations de « Oryzomis victus » et de « Dasyprocta noblei ».
– 308
TABLEAU II
Mammifères sauvages éteints, disparus ou introduits dans les Antilles françaises (hors chiroptères et cétacés)
Nom scientifi que Ordre, Famille Noms vernaculaires SH Mart Guad Nord SA
Espèces éteintes (n = 6 ?), disparue (n = 1)
Megalomys desmarestii (Fischer, 1829) Rodentia, Cricetidae Pilori ou Rat musqué de la Martinique e/c + - - -
Sigmodontinae sp. Rodentia, Cricetidae
Une espèce par banc (les Saintes,
Marie-Galante, Guadeloupe, Anguille) ?
En Guadeloupe : Rat rouge,
Rat mondoungue, Rat mondong
e/nd - + + -
Monachus tropicalis (Gray, 1850) Carnivora, Phocidae Phoque moine des Caraïbes,
Phoque Caraïbe, Ours marin, Loup marin e/c nd + nd -
Trichechus manatus Linné, 1758 Sirenia, Trichechidae Lamantin des Caraïbes, des Antilles,
d’Amérique, Lamantin, Vache de mer,
Lamentin d/c + + + -
Espèces introduites (n = 8)
Didelphis marsupialis Linné, 1758 Didelphimorphia, Didelphidae Opossum commun, Opossum,
Grande Sarigue, Sarigue, Manicou i/c + - - 3
Funambulus pennantii Wroughton, 1905 Rodentia, Sciuridae Funambule ou Palmiste ou Rat palmiste
à cinq raies claires ou du Nord i/r - + - 1
Mus musculus Linné, 1758 Rodentia, Muridae Souris grise, Souris domestique, Souris,
Sourit i/c + + + 3
Rattus norvegicus (Berkenhout, 1769) Rodentia, Muridae Rat surmulot, Surmulot, Rat d’égout,
Rat, Rat i/c + + nd 3
Rattus rattus (Linné, 1758) Rodentia, Muridae Rat noir, Rat commun, Rat, Rat i/c + + + 3
Dasyprocta leporina (Linné, 1758) Rodentia, Dasyproctidae Agouti doré, Agouti, Gouti i/p d + d 1
Herpestes auropunctatus (Hodgson, 1836) Carnivora, Herpestidae Petite Mangouste indienne, Mangouste,
Mangous, Manglous i/c + + + 3
Procyon lotor (Linné, 1758) Carnivora, Procyonidae Raton laveur, Raton, Racoon, Raccoon,
Rakoon, Rackoon, Rakoun, Ti-Rakoun,
Rina i/c + + + 2
Nom scientifi que & Ordre, Famille. — Wilson & Reeder (2005), Thulin et al. (2006) pour H. auropunctatus. Noms vernaculaires. — Français droits, créoles italiques. SH (statut
historique). — e/c : extinction/coloniale ; e/nd : extinction/non documentée, probablement coloniale ; d/c : disparition/coloniale ; i/p : introduction/précolombienne, i/c : introduction/
coloniale, i/r : introduction/récente. Mart (Martinique), Guad (Guadeloupe : bancs des Saintes, de Marie-Galante et de la Guadeloupe) & Nord (îles du Nord). — + : présence ; nd :
non documentée, présence potentielle ; d : disparition locale ; - : absence. SA (statut actuel d’abondance). — 1 : rare ou localisée, 2 : généralement peu commune, 3 : commune.
Candidats au marronnage. — Cobaye, Lapin, Chien, Chat, Porc, Bœuf, Chèvre, Mouton, Âne, Cheval. Autres espèces évoquées. — Endémique éteinte dont la contemporanéité
avec l’Homme est rejetée : Amblyrhiza inundata ; aujourd’hui absentes et dont l’introduction passée demande confi rmation : Dasypus novemcinctus, Primates sp., Rodentia sp.,
Sphiggurus sp., Cuniculus paca, Mazama sp., Cervus elaphus ; signalées à partir d’informations erronées : Sphiggurus insidiosus, Makalata didelphoides, Procyon cancrivorus.
– 309
En avril 2007, la Poste française a émis une série de timbres consacrée aux espèces protégées
d’Outre-Mer et le Raton laveur de la Guadeloupe, sous son appellation locale de « Racoon », a
été l’une des espèces choisies (Fig. 3). Les mesures réglementaires, comme l’image offi cielle
donnée à cet animal, devraient être reconsidérées en prenant en compte le fait qu’il s’agit
sans équivoque d’une espèce introduite et abondante dans sa très vaste aire de répartition
initiale. Si l’Agouti doré, du fait de son introduction très ancienne et de son actuelle rareté
en Guadeloupe, constitue un cas particulier qui peut justifi er son statut actuel, il nous semble
qu’il serait également nécessaire de reconsidérer le statut de l’Opossum commun Didelphis
marsupialis à la Martinique, intégralement protégé sous cette dénomination par un autre arrêté
du 17 février 1989.
Figure 3. — Le timbre du Racoon (Raton laveur de la Guadeloupe) émis en avril 2007 par la Poste française.
Les espèces introduites ont obligatoirement un impact sur la faune et la fl ore de leurs
écosystèmes d’accueil (e.g. Pascal et al., 2006b) mais la nature et l’importance de cet impact
sont souvent méconnues. Si cette ignorance peut justifi er l’absence de mesures de régula-
tion, elle ne peut, en revanche, justifi er qu’une espèce récemment introduite fasse l’objet de
mesures de protection, à plus forte raison de renforcements de populations et encore moins de
translocations. Les translocations d’île en île constituent un problème particulièrement aigu.
L’organisation administrative prévaut souvent et les décideurs d’une entité administrative qui
englobe plusieurs îles, perçoivent parfois diffi cilement que chacune d’entre elles constitue une
entité originale et doit faire l’objet d’un traitement spécifi que en termes de biologie de la
conservation (Pascal et al., 2006a). À titre d’exemple, on peut s’interroger sur la pertinence des
lâchers de ratons laveurs en Basse-Terre, réalisés jusque récemment dans le cadre légal, et des
translocations de cette espèce à la Martinique, à Saint-Martin ou à la Désirade, dans le courant
du 20ème siècle, hors du cadre légal. Beaucoup d’écosystèmes insulaires océaniques sont dys-
harmoniques, c’est-à-dire que certains groupes d’espèces y sont absents. C’est ainsi que les
mammifères terrestres (hormis parfois des chiroptères) sont absents des faunes autochtones de
la Nouvelle-Calédonie (Pascal et al., 2006a), de la Réunion (Probst, 1997), des Terres australes
et antarctiques françaises (Pascal, 1983) ou de la Polynésie française, pour ne citer que quel-
ques exemples. La tentation est grande de promouvoir les espèces déjà introduites, voire d’in-
troduire de nouvelles espèces, pour combler ce que certains considèrent comme un « vide ».
C’est perdre de vue que ce « vide » constitue l’une des originalités de ces écosystèmes et qu’il
a eu des conséquences évolutives, non seulement à l’échelle des espèces, mais également dans
les mécanismes qui régissent le fonctionnement des écosystèmes.
L’introduction de F. pennantii en Guadeloupe contribue à renforcer le bouleversement éco-
logique, très rapide à l’échelle de l’évolution des espèces, initié par l’arrivée de l’Homme dans
les Petites Antilles il y a environ 4000 ans. Si l’espèce semble encore localisée, elle manifeste
certains traits d’histoire de vie dans son aire de répartition initiale qui suggèrent des capacités
de propagation. Dans cette aire d’origine, globalement soumise à un climat sub-tropical de
mousson, l’espèce est aussi bien adaptée aux forêts sèches et ouvertes (Moore, 1960) qu’aux
– 310
zones plus arides (Prakash, 1971). Dans la région, autrefois forestière mais aujourd’hui irri-
guée et cultivée, de Faisalabad au Pendjab (Pakistan), les mâles de F. pennantii sont sexuel-
lement actifs de janvier à octobre, et les femelles gestantes portent en moyenne 3,2 embryons
(Chaudhry & Beg, 1977). Dans la zone aride du désert de Thar, à Jodhpur, dans l’ouest du Rajas-
than (Inde), l’espèce présente deux pics marqués de reproduction, l’un au printemps, l’autre
en été pendant la mousson. Dans cette région les portées sont constituées de un à cinq jeu-
nes (Prakash, 1971, 1975). Par ailleurs Nowak (1991) rapporte que l’espèce présente un large
spectre alimentaire comprenant graines, tiges de plantes, jeunes écorces, brindilles, bourgeons,
feuilles, fl eurs mais aussi imagos et larves d’insectes. Le climat et la végétation du sud-ouest
de la Grande-Terre, mais également d’autres zones de la Guadeloupe, semblent favorables au
maintien et à la reproduction de l’espèce. En particulier aucune barrière physique n’existe pour
empêcher sa propagation dans les Grands Fonds, une succession de collines et de vallons plus ou
moins anthropisés, qui s’étend sur plus de 15 km à l’est de Pointe-à-Pitre. Enfi n, il ne semble pas
exister localement de prédateurs effi caces de cet écureuil arboricole. Aucun rapace n’est sus-
ceptible de s’en nourrir et aucun mammifère ne paraît apte à en réguler les effectifs. En Guade-
loupe, F. pennantii, bien qu’établi depuis une quarantaine d’années sur un îlot du Petit cul-de-sac
marin et depuis une trentaine d’années près de Pointe-à-Pitre en Grande-Terre, n’a pas de statut
légal. Nous suggérons que l’espèce soit considérée comme potentiellement envahissante, ce qui
permettrait de proscrire toute introduction dans de nouveaux sites. En outre il serait souhaitable
que sa propagation naturelle et son impact sur les écosystèmes soient rapidement étudiés.
La mode qui consiste à détenir de « nouveaux animaux de compagnie » et plus généra-
lement des animaux de cage, est à l’origine de nombreuses introductions d’espèces par mar-
ronnage. C’est ainsi par exemple que, outre F. pennantii, plusieurs espèces d’écureuils ont été
introduites sur le territoire français. Sur l’île de la Réunion, Maillard (1862) a signalé l’in-
troduction à Saint-Denis, aux alentours de 1857, du Funambule de jungle F. tristriatus, origi-
naire du sud-ouest de l’Inde, sans donner les éléments permettant de valider sa détermination
de l’espèce. Cet écureuil a probablement disparu assez rapidement, car aucun signalement
n’en a été donné par la suite, selon les auteurs qui ont analysé la littérature ancienne et ont
une connaissance du terrain à la Réunion (Moutou, 1979, 1981 ; Cheke, 1987 ; Probst, 1997).
Dans l’Hexagone le peuplement autochtone de Sciuridés, réduit à la Marmotte des Alpes
Marmota marmota et à l’Écureuil roux Sciurus vulgaris, s’est vu renforcé par deux espèces
(e.g. Pascal et al., 2006b). Il s’agit du Tamia de Sibérie, objet de nombreuses introductions dans
les années 1970 et naturalisé dans des massifs forestiers et des parcs urbains d’Île-de-France et de
Picardie (Chapuis, 2005), et de l’Écureuil à ventre rouge Callosciurus erythraeus, introduit avant
1974 au cap d’Antibes dans les Alpes-Maritimes (Jouanin, 1986, 1992). Par ailleurs l’introduction
de l’Écureuil gris Sciurus carolinensis dans le nord de l’Italie et sa progression naturelle vers
l’ouest, laissent présager son arrivée en France dans les décennies à venir (Bertolino et al., 2006),
voire plus tôt en cas de transferts intentionnels par des personnes mal informées17. Lorsqu’elles
sont introduites, certaines espèces d’écureuils sont susceptibles de dégrader la biodiversité et cer-
taines activités humaines (Bertolino & Genovesi, 2005). Par précaution il serait donc souhaitable
que la vente d’écureuils dans les animaleries et leur transport, soient interdits sur l’ensemble du
territoire français, afi n d’éviter de nouvelles introductions, intentionnelles ou non.
REMERCIEMENTS
Les auteurs remercient chaleureusement Karl et Grégory Petrelluzzi qui ont accueilli l’un d’eux (OL) dans leurs
propriétés situées respectivement sur l’îlet Feuille et sur le morne Fleuri. Ces visites ont permis l’observation et le piégeage
d’écureuils, et les discussions qui ont suivi ont apporté des informations recoupées sur l’histoire de l’introduction de
F. pennantii en Guadeloupe. Ils remercient aussi vivement Christian Érard et Christian Jouanin pour leurs commentaires
et les corrections qu’ils ont apportées au texte initial de cet article, Damien Fourcy pour l’élaboration de la carte de la
Guadeloupe, et Maryse Corvaisier, Philippe Feldmann, Thierry Frétey, Gérard Hostache, François Moutou et Jacqueline
Picard pour leur aide dans la recherche de certains éléments bibliographiques.
17 Un tel phénomène pourrait être évité dans le cas de l’Écureuil du père David Sciurotamias davidianus, récemment
introduit en Flandre belge et qui fait l’objet d’une tentative d’éradication (Piero Genovesi, comm. pers., août 2007).
– 311
RÉFÉRENCES
ADAM, P.J. (2004). — Monachus tropicalis. Mammalian Species, 747 : 1–9.
AGRAWAL, V.C. & CHAKRABORTY, S. (1979). — Catalogue of mammals in the zoological survey of India. Rodentia.
Part 1. Sciuridae. Rec. Zool. Survey India, 74 : 333-481.
ALLEN, G.M. (1911). — Mammals of the West Indies. Bull. Mus. Comp. Zool., 54 : 175-263.
ALONSO, A., DALLMEIER, F., GRANEK, E. & RAVEN, P. (2001). — Biodiversity : connecting with the tapestry of life.
Monitoring and assessment of biodiversity program and president’s committee of advisors on science and
technology, Smithsonian Institution, Washington.
ANONYME (1856). — Notice sur les principales productions naturelles animales, végétales et minérales de la
Guadeloupe. Revue Coloniale (Paris, 1843), 2ème sér., 15 : 393-403.
ANONYME (1917). — Nos paroisses de 1635 à 1912. Chapitre 3(2) : Bouillante et la Capesterre (Guadeloupe). Écho des
Antilles. Revue mensuelle de N.D. de Guadeloupe, 60 : 376-383.
ANONYME (1929). — Nos paroisses de 1635 à nos jours. Chapitre 6(1) : le Lamentin. L’Écho de la Reine de Guadeloupe,
103 : 88-96.
ANONYME DE CARPENTRAS (1618-1620). — Un fl ibustier français dans la mer des Antilles (1618-1620). Payot &
Rivages, Paris, présenté par J.-P. Moreau, 2002.
BALOUET, J.-C. & ALIBERT, E. (1989). — Le grand livre des espèces disparues. Ouest-France, Rennes, France.
BARBOTIN, M., R.P. (1970). — Les sites archéologiques de Marie-Galante (Guadeloupe). Pp. 27-44, in : Proceedings
of the third international congress for the study of Pre-Columbian cultures of the Lesser Antilles. Grenada
National Museum, la Grenade.
BÉNITO-ESPINAL, E. (1990). — La grande encyclopédie de la Caraïbe. T. 2 : la faune. Sanoli, Milan.
BERKENHOUT, J. (1769). — Outlines of the natural history of Great Britain and Ireland. Vol. 1. Comprehending the
animal kingdom. Elmsly, London.
BERTOLINO, S. & GENOVESI, P. (2005). — The application of the European strategy on invasive alien species:
an example with introduced squirrels. Hystrix It. J. Mamm., 16 : 59-69.
BERTOLINO, S., LURZ, P.W.W. & RUSHTON, S.P. (2006). — Prediction of the grey squirrel spread from Italy into adjacent
countries. Rapport, European Squirrel Initiative, Woodbridge, Suffolk, UK.
BIKNEVICIUS, A.R., MCFARLANE, D.A. & MACPHEE, R.D.E. (1993). — Body size in Amblyrhiza inundata (Rodentia :
Caviomorpha), an extinct megafaunal rodent from the Anguilla Bank, West Indies : estimates and implications.
Am. Mus. Novitates, 3079 : 3-25.
BONNEMAISON, G. (1900-1903). — La Guadeloupe en zigzag. Journal du gendarme à cheval Georges Bonnemaison
(1900-1903). Caret, le Gosier, Guadeloupe, French West Indies, manuscrit présenté par R. Martin, notes et
commentaires de J. Picard, 2001.
BON SAINT CÔME, M. & TANASI, M. (1994). — Le raccoon en Martinique. Rapport, ONCFS, Fort-de-France,
Martinique, French West Indies.
BOUTON, J., R.P. (1640). — Relation de l’establissement des François depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique.
S. Cramoisy, Paris.
BOYD , I.L. & STANFIELD, M.P. (1998). — Circumstantial evidence for the presence of monk seals in the West Indies.
Oryx, 32 : 310-316.
BRETON, R., R.P. (1665). — Dictionnaire Caraïbe-Français. Édition présentée et annotée par le CELIA et le GEREC,
Karthala & IRD, Paris, 1999.
BREUIL, M. (2002). — Histoire naturelle des amphibiens et reptiles terrestres de l’archipel Guadeloupéen. Guadeloupe,
Saint-Martin, Saint-Barthélemy. MNHN, Institut d’écologie et de gestion de la biodiversité, Patrimoines
naturels n° 54, Paris.
BREUIL, M. (2003). — In the footsteps of French naturalists, a “battle” of iguanas, and “improvements” in biodiversity.
Pp. 255-270, in : R.W. Henderson & R. Powell (eds). Islands and the sea. Essays on herpetological explora-
tion in the West Indies. SSAR, Ithaca, New York.
CHAPUIS, J.-L. (2005). — Répartition en France d’un animal de compagnie naturalisé, le Tamia de Sibérie (Tamias
sibiricus). Rev. Écol. (Terre Vie), 60 : 239-253.
CHAUDHRY, M.A. & BEG, M.A. (1977). — Reproductive cycle and population structure of the Northern palm squirrel,
Funambulus pennanti. Pakistan J. Zool., 9 : 183-189.
CHEKE, A.S. (1987). — An ecological history of the Mascarene Islands, with particular reference to extinctions and
introductions of land vertebrates. Pp. 5-89, in : A.W. Diamond (ed.). Studies of Mascarene Islands birds.
Cambridge Univ. Press, UK.
CLERC, E. (1968). — Sites précolombiens de la côte nord-est de la Grande-Terre de Guadeloupe. Pp 47-60, in :
Proceedings of the second international congress for the study of Pre-Columbian cultures of the Lesser Anti-
lles. Barbados Museum, la Barbade.
CORBET, G.B. & HILL, J.E. (1992). — Family Sciuridae. Non-fl ying squirrels. Pp. 275-306, in : G.B. Corbet & J.E. Hill
(eds). The mammals of the Indomalayen Region : a systematic review. Natural History Museum Publication,
Oxford Univ. Press, UK.
– 312
COURCHAMP, F., CHAPUIS, J.-L. & PASCAL, M. (2003). — Mammal invaders on islands : impact, control and control
impact. Biol. Rev., 78 : 347-383.
DE ROCHEFORT, C. (1658). — Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l’Amérique. A. Leers, Rotterdam.
DIAMOND, J. (1989). — Overview of recent extinctions. Pp. 37-41, in : D. Western & M.C. Pearl (eds). Conservation for
the twenty-fi rst Century. Oxford Univ. Press, UK.
D’ORBIGNY, C.D. (1844). — Dictionnaire universel d’histoire naturelle. Tome 5. Bureau principal des éditeurs,
Langlois et Leclercq, Fortin, Masson et Cie, Paris.
DU TERTRE, J.-B, R.P. (1654). — Histoire générale, des isles des Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique, et
autres dans l’Amérique. J. Langlois & E. Langlois, Paris.
DU TERTRE, J.-B, R.P. (1667). — Histoire générale des Antilles habitées par les François. T. 2. D’après l’édition de
T. Jolly, Paris, 1667-1671, Horizons Caraïbes, Fort-de-France, Martinique, French West Indies, 1973.
ERXLEBEN, J.C.P. (1777). — Systema regni animalis per classes, ordines, genera, species, varietates cum synonymia et
historia animalum. Classis I. Mammalia. Impensis Weygandianis, Lipsiae (Leipzig).
ESPEUT, W.B. (1882). — On the acclimatization of the Indian mungoos in Jamaica. Proc. Zool. Soc. London, 1882 :
712-714.
FELDMANN, P., BARRÉ, N., BREUIL, A., BREUIL, M., LORVELEC, O. & PAVIS, C. (1996). — Les vertébrés terrestres
du site du projet de barrage de Bras David (Basse-Terre, Guadeloupe). Rapport n° 14, AEVA, Petit-Bourg,
Guadeloupe, French West Indies.
FISCHER, J.B. (1829). — Synopsis mammalium. J.G. Cottae, Stuttgart.
FRASER, L.J. (1981). — The analysis of the vertebrate fauna from the Macabou site, area F, Martinique. Boletín Museo
del Hombre Dominicano, 10 : 49-59.
GLATSTON, A.R. (1994). — The red panda, olingos, coatis, raccoons, and their relatives. SSC Action plan for procyo-
nids and ailurids, IUCN, Gland, Switzerland.
GOLDMAN, E.A. (1950). — Raccoons of North and Middle America. North American Fauna, 60 : i-vi, 1-153.
GRAY, J.E. (1850). — Catalogue of the specimens of mammalia in the collection of British Museum. Part 2. Seals. R. &
J.E. Taylor, London.
GROUARD, S. (2001). — Subsistance, systèmes techniques et gestion territoriale en milieu insulaire antillais précolom-
bien. Exploitation des vertébrés et des crustacés aux époques saladoïdes et troumassoïdes de Guadeloupe
(400 av. J.-C. à 1500 ap. J.C.). Thèse de doctorat, Univ. Paris 10-Nanterre, Paris.
GROUARD, S. (2002). — Subsistance et mode de vie des premiers habitants de Guadeloupe (500 av. - 1500 ap. J.-C.).
Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, 10-11 : 191-213.
GROUARD, S. (2004). — Variation des stratégies de subsistance des Précolombiens à Hope Estate, Saint-Martin (Petites
Antilles), d’après l’analyse des restes des petits vertébrés. Pp. 451-467, in : J.-P. Brugal & J. Desse (eds).
Petits animaux et sociétés humaines. Du complément alimentaire aux ressources utilitaires. 24èmes rencontres
internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, France.
GROUARD, S. & VIGNE, J.-D. (2005). — Extinctions and invasions : West Indies and Mediterranean archaezoological
approaches. Poster, Conférence internationale biodiversité : science et gouvernance, Paris, 24-28 janv. 2005.
GUESDE, L. (1900). — Les colonies françaises. La Guadeloupe et dépendances. Impressions d’Art Pierrefort, Paris.
HARTENBERGER, J.-L. (2000). — La mort des mammifères des îles. Pour la Science, 276 : 48-54.
HELGEN, K.M. & WILSON, D.E. (2003). — Taxonomic status and conservation relevance of the raccoons (Procyon spp.)
of the West Indies. J. Zool. London, 259 : 69-76.
HERSHKOVITZ, P. (1970). — Supplementary notes on Neotropical Oryzomys dimidiatus and Oryzomys hammondi
(Cricetidae). J. Mammal., 51 : 789-794.
HODGSON, B.H. (1836). — Synoptical description of sundry new animals, enumerated in the catalogue of Nipálese
mammals. J. Asiatic Soc., Calcutta, 5 : 231-238.
HULME, P.E. (2003). — Biological invasions : winning the science battles but losing the conservation war ? Oryx,
37 : 178-193.
HUSAR, S.L. (1978). — Trichechus manatus. Mammalian species, 93 : 1-5.
HUSSON, A.M. (1960a). — Het voorkomen van de mungo in Suriname. Lutra, 2 : 12-13.
HUSSON, A.M. (1960b). — De zoogdieren van de Nederlandse Antillen. Mammals of the Netherlands Antilles.
Natuurwetenschappelijke Werkgroep Nederlandse Antillen, Curaçao, West Indies.
JOUANIN, C. (1986). — Une espèce inattendue pour la faune française : un écureuil asiatique acclimaté sur le cap
d’Antibes. Rev. Écol. (Terre Vie), 41 : 107-109.
JOUANIN, C. (1992). — L’écureuil à ventre rouge d’Antibes. Pp. 277-284, in : Introductions et réintroductions de mam-
mifères sauvages. Actes du 14ème colloque francophone de mammalogie de la SFEPM, Orléans (Saint-Jean-
de-Braye), 20-21 octobre 1990, France.
KENYON, K.W. (1977). — Caribbean monk seal extinct. J. Mammal., 58 : 97-98.
LABAT, J.-B., R.P. (1722). — Nouveaux voyages aux îles françaises de l’Amérique. T. 4. G. Cavelier & P.-F. Giffard,
Paris.
LARTIGES, A., BOUCHON, C. & BOUCHON-NAVARRO, Y. (2002). — Quel avenir pour le lamantin en Guadeloupe ? Étude
de faisabilité de la réintroduction du lamantin des Caraïbes (Trichechus manatus) en Guadeloupe. Rapport,
DIREN Guadeloupe, Bios Environnement et Univ. Antilles - Guyane, Guadeloupe, French West Indies.
LAZELL, J.D. JR (1972). — Raccoon relatives. Man and Nature (Massachusetts Audubon Society, Lincoln, MA),
September 1972 : 11-15.
– 313
LAZELL, J.D. JR (1981). — Field and taxonomic studies of tropical American raccoons. National Geographic Soc.
Research Reports, 13 : 381-385.
LESCURE, J. (1979). — Singularité et fragilité de la faune en vertébrés des Petites Antilles. C.R. Soc. Biogéogr.,
48 : 93-109.
LESSON, R.P. (1835). — Sciurus indicus. Pl. 43, in : R.P. Lesson. Illustrations de zoologie ou recueil de fi gures d’animaux
peints d’après nature. A. Bertrand, Paris, 1832-1835.
LEVER, C. (1994). — Naturalized animals : the ecology of successfully introduced species. Poyser Natural History,
London.
L’ H ERMINIER, F.-L. & L’HERMINIER, F.-J. (manuscrit, années 1810-1840). — Correspondances entre les L’Herminier
et le Muséum d’histoire naturelle de Paris. Archives Nationales, ms. aj/15/548, Paris.
LINNÉ (1758). — Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus,
differentiis, synonymis, locis. Vol. 1. Dixième édition, L. Salvii, Holmiæ (Stockholm).
LORVELEC, O., DELLOUE, X., PASCAL, M. & MÈGE, S. (2004). — Impacts des mammifères allochtones sur quelques
espèces autochtones de l’îlet Fajou (réserve naturelle du Grand cul-de-sac marin, Guadeloupe), établis à
l’issue d’une tentative d’éradication. Rev. Écol. (Terre Vie), 59 : 293-307.
LORVELEC, O., PASCAL, M. & PAVIS, C. (2001). — Inventaire et statut des mammifères des Antilles françaises (hors
chiroptères et cétacés). Rapport n° 27, AEVA, Petit-Bourg, Guadeloupe, French West Indies.
LORVELEC, O., PASCAL, M., PAVIS, C. & FELDMANN, P. (2007). — Amphibians and reptiles of the French West Indies :
inventory, threats and conservation. Applied Herpetology, 4 : 131-161.
MACPHEE, R.D.E. & FLEMMING, C. (1999). — Requiem aeternam. The Last fi ve hundred years of mammalian species
extinctions. Pp. 333-371, in : R.D.E. MacPhee (ed.). Extinctions in near time : causes, contexts, and conse-
quences. Kluwer Academic, New York.
MAILLARD, L. (1862). — Note sur l’île de la Réunion (Bourbon). Dentu, Paris.
MARION, R. & SYLVESTRE, J.-P. (1993). — Guide des otaries, phoques et siréniens. Delachaux & Niestlé, Lausanne,
Switzerland.
MATISOO-SMITH, E. & ROBINS, J.H. (2004). — Origins and dispersals of Pacifi c peoples : evidence from mtDNA
phylogenies of the Pacifi c rat. P.N.A.S., 101 : 9167-9172.
MCBEE, K. & BAKER, R.J., (1982). — Dasypus novemcinctus. Mammalian Species, 162 : 1-9.
MCFARLANE, D.A. & LUNDBERG, J. (2002). — A middle Pleistocene age and biogeography for the extinct rodent
Megalomys curazensis from Curaçao, Netherlands Antilles. Carib. J. Sci., 38 : 278-281.
MIGNUCCI-GIANNONI, A.A. & HADDOW, P. (2001). — Caribbean monk seals or hooded seals ? The Monachus Guardian,
4 (http ://www.monachus.org/mguard08/08newcar.htm).
MILLER, G.S. JR. (1911). — Description of two new raccoons. Proc. Biol. Soc. Washington, 24 : 3-6.
MOORE, J.C. (1960). — Squirrel geography of the Indian subregion. Syst. Zool., 9 : 1-17.
MOORE, J.C. & TAT E , G.H.H. (1965). — A study of the diurnal squirrels, Sciurinae, of the Indian and Indochinese
subregions. Fieldiana, Zoology, 48 : 1-351.
MOORS, P.J. & ATKINSON, I.A.E. (1984). — Predation on seabirds by introduced animals, and factors affecting its
severity. Pp. 667-690, in : J.P. Croxall, P.G.H. Evan & R.W. Schreiber (eds). Status and conservation of the
world’s seabirds. International council for bird preservation, Technical publications n° 2, Cambridge.
MORGAN, G.S. & WOODS, C.A. (1986). — Extinction and the zoogeography of West Indian land mammals. Biol.
J. Linn. Soc., 28 : 167-203.
MOUTOU, F. (1979). — Les mammifères sauvages de l’île de la Réunion. Info – Nature Île de la Réunion, 17 : 25-34.
MOUTOU, F. (1981). — Les mammifères sauvages de l’île de la Réunion. Notes complémentaires. Info – Nature Île de
la Réunion, 18 : 29-42.
MOUTOU, F. (1987a). — Les carnivores au sein des mammifères des départements et territoires français d’Outre-Mer
(Guyane exceptée). Rapport, Ministère des D.O.M.-T.O.M, Paris.
MOUTOU, F. (1987b). — Les carnivores des îles françaises d’Outre-Mer. Encyclopédie des Carnivores de France,
vol. 20, SFEPM, Paris.
NELLIS, D.W. (1989). — Herpestes auropunctatus. Mammalian Species, 342 : 1–6.
NOWAK, R.M. (1991). — Rodentia ; family Sciuridae. Squirrels, chipmunks, marmots and prairie dogs. Pp. 563-617,
in : R.M. Nowak (ed.). Walker’s mammals of the World. Vol. 1. Fifth edition, The Johns Hopkins Univ. Press,
Baltimore & London.
PASCAL, M. (1983). — L’introduction des espèces mammaliennes dans l’archipel des Kerguelen (océan Indien Sud).
Impact de ces espèces exogènes sur le milieu insulaire. C. R. Soc. Biogéo., 59 : 257-267.
PASCAL, M., BARRÉ, N., DE GARINE-WICHATITSKY, M., LORVELEC, O., FRÉTEY, T., BRESCIA, F. & JOURDAN,
H. (2006a). — Les peuplements néo-calédoniens de vertébrés : invasions, disparitions. Pp. 111-162,
in : M.-L. Beauvais, A. Coléno & H. Jourdan (eds). Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-
calédonien. Un risque environnemental et économique majeur. Seconde partie. CD-ROM. IRD, Expertise
collégiale, Paris.
PASCAL, M. & CHAPUIS, J.-L. (2000). — Éradication de mammifères introduits en milieux insulaires : questions préa-
lables et mise en application. Rev. Écol. (Terre Vie), supplt. 7 : 85-104.
PASCAL, M., LORVELEC, O. & VIGNE, J.-D. (2006b). — Invasions biologiques et extinctions : 11 000 ans d’histoire des
vertébrés en France. Belin & Quæ, Paris.
– 314
PINCHON, R., R.P. (1967). — Quelques aspects de la nature aux Antilles. Fort-de-France, Martinique, French West
Indies, Imprimerie Ozanne & Cie, Caen, France.
PINCHON, R., R.P. (1971). — D’autres aspects de la nature aux Antilles. Fort-de-France, Martinique, French West
Indies.
PONS, J.-M., VOLOBOUEV, V., DUCROZ, J.-F., TILLIER, A. & REUDET, D. (1999). — Is the Guadeloupean racoon (Procyon
minor) really an endemic species ? New insights from molecular and chromosomal analyses. J. zool. Syst.
Evol. Res., 37 : 101-108.
PRAKASH, I. (1971). — Breeding season and litter size of Indian desert rodents. Zeitschr. f. Angew. Zool., 58 : 441-454.
PRAKASH, I. (1975). — The population ecology of the rodents of the Rajasthan desert, India. Pp. 75-116, in : I. Prakash &
P.K. Ghosh (eds). Rodents in desert environments. Monographiae Biologicae n° 28, Den Haag, Nederland.
PRASAD, M.R.N. (1957). — Male genital tract of the Indian and Ceylonese palm squirrels and its bearing on the system-
atics of the Sciuridae. Acta Zool., 38 : 1-26.
PREGILL, G.K., STEADMAN, D.W. & WATTERS, D.R. (1994). — Late Quaternary vertebrate faunas of the Lesser Antilles :
historical components of Caribbean biogeography. Bull. Carnegie Mus. Nat. Hist., 30 : 1-51.
PROBST, J.-M. (1997). — Animaux de la Réunion. Guide d’identifi cation des oiseaux, mammifères, reptiles et amphi-
biens. Azalées, Sainte-Marie, La Réunion, Mascareignes.
SCHÜLE, W. (1993). — Mammals, vegetation and the initial human settlement of the Mediterranean islands : a palae-
oecological approach. J. Biogeogr., 20 : 399-412.
SPOTORNO, Á.E., VALLADARES, J.P., MARÍN, J.C. & ZEBALLOS, H. (2004). — Molecular diversity among domestic
Guinea-pigs (Cavia porcellus) and their close phylogenetic relationship with the Andean wild species Cavia
tschudii. Rev. Chilena Hist. Nat., 77 : 243-250.
THÉSÉE, F. (1989). — Auguste Plée – 1786/1825. Un voyageur naturaliste. Ses travaux et ses tribulations aux Antilles,
au Canada, en Colombie. Éds. Caribéennes, coll. Kod yanm, Paris.
THIBAULT DE CHANVALON, J.-B.M. (manuscrit, années 1750). — Observations d’histoire naturelles a la martinique.
Depuis 1751 jusques et compris 1756. Bibliothèque centrale du MNHN, ms. 690, Paris.
THIBAULT DE CHANVALON, J.-B.M. (1763). — Voyage à la Martinique. C.J.B. Bauche, Paris.
THULIN, C.G., SIMBERLOFF, D., BARUN, A., MCCRACKEN, G., PASCAL, M. & ISLAM, M.A. (2006). — Genetic diver-
gence in the small Indian mongoose (Herpestes auropunctatus), a widely distributed invasive species. Mol.
Ecol., 15 : 3947-3956.
TROUESSART, E.-L. (1881). — Note sur le Mus pilorides. Le Naturaliste, 45 : 355-357.
TROUESSART, E.-L. (1885). — Note sur le rat musqué (Mus pilorides) des Antilles. Ann. Sci. Nat., Zool., 19,
art. 5 : 1-18, 1 pl.
VIGNE, J.-D. (1994). — Les transferts anciens de mammifères en Europe occidentale : histoires, mécanismes et impli-
cations dans les sciences de l’homme et dans les sciences de la vie. Pp. 15-38, in : L. Bodson (ed.). Colloque
d’histoire des connaissances zoologiques. Univ. Liège, 1993.
VIGNE, J.-D. (1999). — The large « true » Mediterranean Island as a model for the Holocene human impact on the Euro-
pean vertebrate fauna ? Recent data and new refl ections. Pp. 295-322, in : E. Benecke (ed.). The Holocene
history of the European vertebrate fauna. Modern aspects of research. Atelier, Berlin, 1998.
VIGNE, J.-D., BAILON, S. & CUISIN, J. (1997). — Biostatigraphy of amphibians, reptiles, birds and mammals in Corsica
and the role of man in the Holocene faunal turnover. Anthropologica, 25-26 : 587-604.
VITOUSEK, P.M., MOONEY, H.A., LUBCHENCO, J. & MELILLO, J.M. (1997). — Human domination of earth’s ecosystems.
Science, 277 : 494-499.
VOSS, R.S. & ANGERMANN, R. (1997). — Revisionary notes on Neotropical porcupines (Rodentia, Erethizontidae).
1. Type material described by Olfers (1818) and Kuhl (1820) in the Berlin zoological Museum. Am. Mus.
Novitates, 3214 : 1-42.
WILSON, D.E. & REEDER, D.A.M. (eds) (2005). — Mammals species of the World : a taxonomic and geographic
reference. Third edition, The Johns Hopkins Univ. Press, Baltimore.
WING, E.S. & WING, S.R. (1995). — Prehistoric ceramic age adaptation to varying diversity of animal resources along
the West Indian Archipelago. J. Ethnobiol., 15 :119-148.
WING, E.S. & WING, S.R. (1997). — The introduction of animals as an adaptation to colonization of islands : an
example from the West Indies. Anthropozoologica, 25-26 : 269-278.
WROUGHTON, R.C. (1905). — The common striped palm squirrel. J. Bombay Nat. Hist. Soc., 16 : 406-413.
WROUGHTON, R.C. (1916). — Results from the mammal survey. 4. The local races of Funambulus pennanti. J. Bombay
Nat. Hist. Soc., 24 : 429-430.
... Columbus arrived in Guadeloupe in 1493, initiating a long period of European and Indigenous cohabitation before the start of French colonization in 1635 (42). Within 20 years, this colonization led to the disappearance of Guadeloupe's Indigenous populations (43), the introduction of a number of novel and, in some cases, highly invasive species (44,45), and the progressive transformation of most of the islands for large-scale sugar cane cultivation and animal grazing (15,46). During the 17th century, agricultural exploitation was limited to the west coast of Basse-Terre and Marie-Galante, but in the 18th century, nearly all the primary forest of the archipelago was cleared with the exception of high-altitude forest (31). ...
... It is estimated that across the Lesser Antilles, densities of many reptiles and amphibians are several orders of magnitude higher than those of populations of birds and bats (47), and this is undoubtedly also true of Guadeloupe. Most Guadeloupe's mammals are known to have been introduced during modern times (the three past centuries) and include commensals such as cats (Felis catus), rats (Rattus rattus and Rattus norvegicus), mongoose (Herpestes auropunctatus), and goats (Capra hircus) (44,45,48). In addition, archaeological evidence indicates that Indigenous human groups introduced the dog (C. ...
... familiaris) and the agouti (Dasyprocta sp.) to Guadeloupe (48). These two species still occur in the Guadeloupe archipelago today (44). While several Lesser Antillean islands are known to have been naturally colonized by nonvolant land mammals (20), evidence for these taxa in the Guadeloupe Islands before introduction by humans is lacking. ...
Article
Full-text available
Large-scale extinction is one of the defining challenges of our time, as human processes fundamentally and irreversibly reshape global ecosystems. While the extinction of large animals with popular appeal garners widespread public and research interest, the importance of smaller, less “charismatic” species to ecosystem health is increasingly recognized. Benefitting from systematically collected fossil and archaeological archives, we examined snake and lizard extinctions in the Guadeloupe Islands of the Caribbean. Study of 43,000 bone remains across six islands revealed a massive extinction of 50 to 70% of Guadeloupe’s snakes and lizards following European colonization. In contrast, earlier Indigenous populations coexisted with snakes and lizards for thousands of years without affecting their diversity. Study of archaeological remains provides insights into the causes of snake and lizard extinctions and shows that failure to consider fossil-derived data probably contributes to substantial underestimation of human impacts to global biodiversity.
... Nonetheless, in the early colonial period of the Lesser Antillean islands, like Guadeloupe, increased agriculture activity resulted in a massive transformation of natural habitats, with most lowland forest cleared for cane cultivation, and middle elevation forest for coffee and cocoa crops (Lasserre, 1961;Lugo et al., 1981). Furthermore, the introduction of the black rat in the Lesser Antilles is relatively old, contemporary with the arrival of the first Europeans (prior to 1647, Du Tertre 1667, Breton, 1978;Lorvelec et al., 2007). This species could have colonized Guadeloupe as early as the 16th century with the arrival of the first Spanish ships, as is the case for Hispaniola Wing et al., 2001). ...
... In the case of the black rat, this represents about two months. Three introduced rodent species are currently present in Guadeloupe: the black rat (Rattus rattus), the Norwegian rat (Rattus norvegicus) and the house mouse (Mus musculus) (Lorvelec et al., 2007), all of which are relatively small-bodied rodents (<0.48 kg; Cooke et al., 2017). Adult black and Norwegian rats have mean body weights of around 0.085e0.165 ...
Article
The Lesser Antilles is a string of islands stretching from Grenada in the south to Sombrero in the north, which was once home to at least 20 insular populations of native rodents scattered across the different islands. Despite their relative ubiquity on the archipelago, these now extinct rodents remain poorly understood. In Guadeloupe (Basse-Terre and Grande-Terre), Marie-Galante, Barbuda and Antigua, fossil specimens of a large Lesser Antillean native rodent have recently been described as a distinct species, Antillomys rayi Brace et al. 2015. In order to shed new light on the processes leading to the extinction of this species, we use stable carbon and oxygen isotopes to better constrain its ecology, along with a series of radiocarbon dates to narrow its last-occurrence date in Guadeloupe and Marie-Galante. First, we built a reference collection of present-day isotopic data based on carbon and oxygen isotopes from black rats captured in different natural environmental contexts of Guadeloupe. Here, we show A. rayi to have occupied multiple distinct environments ranging from semi-deciduous dry forest to seasonal evergreen or mountain forests. New direct radiocarbon dates obtained on fossil material considerably bring forward the last occurrence of A. rayi in Guadeloupe and Marie-Galante, making it roughly coincident with European contact. However, our new calibrated age intervals place the last occurrence of A. rayi no later than the 16th century AD. Taken together, our results suggest that A. rayi became exceedingly rare, if not extirpated, in Guadeloupe and Marie-Galante shortly after European contact. While the overexploitation of A. rayi by Amerindian populations and the deforestation by European colonists could have impacted A. rayi populations, the consequences (biological competition, disease) of the introduction of black rat most likely explains the early decline of A. rayi and its ultimate extirpation from the islands of Guadeloupe.
... These differences may reflect the introduction history and the management of the species in these islands. The northern raccoon was introduced in Guadeloupe most probably during the early 19th century from animals captured in Eastern North America (Pons et al., 1999;Helgen & Wilson, 2003;Lorvelec et al., 2007;Louppe et al., 2020a). Surprisingly, the Guadeloupean raccoon was considered an endemic species, Procyon minor (Miller, 1911) (Pinchon, 1967, until very recently (Pons et al., 1999). ...
Article
Full-text available
The introduction of exotic species is one of the major causes of the decline of global biodiversity. Tropical insular ecosystems, including many biodiversity hotspots, are particularly threatened by biological invasions. Two wild carnivores have been introduced in the Caribbean, the northern raccoon Procyon lotor and the small Indian mongoose Urva auropunctata. Understanding the spatial distribution and activity patterns of both species is crucial for conservation purposes. Here we used camera trap data to model single-season occupancy and detection of these two species on two Caribbean islands, Guadeloupe and Martinique. Our survey highlighted the broad distribution of both species on these islands, with the exception of the northern raccoon population in Martinique which appears very limited. Moreover, spatio-temporal co-occurrence with other bird and mammal species revealed that the northern raccoon and the small Indian mongoose face few or no competitors. Finally, our models show that the occupancy of both species was not influenced by any variable tested (i.e. elevation, precipitation, temperature and land cover) and that the probability to detect small Indian mongooses was influenced by land cover and camera model. These results highlight the potential of both the northern raccoon and the small Indian mongoose to have a significant impact on the native ecosystems in these hotspots of biodiversity and demonstrate the necessity to develop conservation actions towards control and limitation of these invasive carnivores.
... Three commensal rodents arrived on European ships and subsequently colonized Guadeloupe: the house mouse (Mus musculus), the Norwegian rat or brown rat (Rattus norvegicus) and the black rat or roof rat (Rattus rattus), the latter most likely arriving as early as the seventeenth if not the sixteenth century (Pinchon 1967;Pregill et al. 1994;Lorvelec et al. 2007). The black rat, also known as the ship rat or roof rat, is a medium-sized commensal rodent native to the Indian subcontinent that was introduced almost worldwide, including numerous islands, by European ships (Atkinson 1985;Pascal et al. 2006;Aplin et al. 2011). ...
Article
The black rat (Rattus rattus) is one of the most widespread rodents on islands worldwide, introduced over the last five centuries. However, reliable information concerning how biotic or abiotic factors influence key parameters of black rat population biology in insular contexts is currently unavailable. Here we aim to document the relative abundance of rat populations and evaluate how the age structure and the body mass of adult individual vary seasonally in different forest environments under contrasting climatic conditions. Rats were captured during wet and dry seasons in 2017–2018 at one or two sites in each of the four natural forested environments of Guadeloupe, all of which experience widely different annual rainfall (semi-deciduous dry forest, seasonal evergreen forest, mountain rainforest and Pterocarpus officinalis swamp forest). A total of 171 black rats were captured during a 1018 trap-night effort. Overall capture results confirm this species to thrive in all the natural forested environments we investigated. With the exception of the P. officinalis swamp forest, black rat populations reach higher relative abundances during the wet season due to juvenile and sub-adult recruitment at the end of the dry season. In contrast, in the P. officinalis swamp forest, breeding activity continues during both seasons and relative rat abundance appears to fluctuate less seasonally. The relative abundance of adult black rats is also higher in the seasonal semi-evergreen and rainforests that experience little or no water stress. These contexts therefore appear the most favourable for sustaining black rat populations, a pattern that is most likely connected to a combination of climatic and/or edaphic parameters that condition the year-round availability and abundance of food resources.
... One-third of the small island is devoted to agriculture, and the mountains are sparsely populated, resulting in a very high population density (247.7 inhabitants/km 2 in 2013). The diversity and population of wild fauna are limited because of extensive hunting during the colonization period (Grouard, 2007;Lorvelec et al., 2007), and only a few animal classes have been described: mammals (agouti, mongooses, raccoons, bats, rats, and mice), reptiles and amphibians (frogs, toads, iguanas, anoles, geckos and turtles), and birds (278 listed species, including a number of migratory species) 2 (Powell and Henderson, 2005 Turvey, 2012). Most of the wild fauna live in close proximity to humans, and small reptiles such as anoles and geckos live inside dwellings (Powell and Henderson, 2005). ...
Article
Full-text available
Limited data are available on the contribution of wildlife to the spread of antibacterial resistance. We determined the prevalence of resistance to antibiotics in Escherichia coli isolates collected from wild animals in 2013 and 2014 and the genetic basis for resistance to third-generation cephalosporin in Guadeloupe. We recovered 52 antibiotic-resistant (AR) E. coli strains from 48 of the 884 (5.4%) wild animals tested (46 iguanas, 181 birds, 289 anoles, and 368 rodents at 163 sampling sites). Rodents had higher rates of carriage (n = 38, 10.3%) than reptiles and birds (2.4% and 1.1%, respectively, p < 0.001). A significant association (p < 0.001) was found between the degree of anthropization and the frequency of AR E. coli carriage for all species. The carriage rate of ciprofloxacin- and cefotaxime-resistant isolates was 0.7% (6/884) and 1.5% (13/884), respectively. Most (65.4%) AR E. coli were multi-drug resistant, and the prevalence of extended-spectrum beta-lactamase (ESBL)-producing E. coli was low (n = 7, 0.8%) in all species. Eight ESBL-producing E. coli were recovered, two genetically unrelated isolates being found in one bird. These isolates and 20 human invasive ESBL E. coli isolates collected in Guadeloupe during the same period were investigated by whole genome sequencing. blaCTX–M–1 was the only ESBL gene shared by three animal classes (humans, n = 2; birds, n = 2; rodents, n = 2). The blaCTX–M–1 gene and most of the antimicrobial resistance genes were present in a large conjugative IncI1 plasmid that was highly similar (>99% nucleotide identity) to ESBL-carrying plasmids found in several countries in Europe and in Australia. Although the prevalence of ESBL-producing E. coli isolates was very low in wild animals, it is of concern that the well-conserved IncI1 plasmid-carrying blaCTX–M–1 is widespread and occurs in various E. coli strains from animals and humans.
... However, DNA-based evidence (Pons et al., 1999) and morphological (Helgen & Wilson, 2003) studies demonstrated that raccoons from Guadeloupe belong to the northern raccoon P. lotor. Some authors suggested that these populations were introduced in 1819 by the French naturalist Félix-Louis L'Herminier from animals captured in Northern Florida, Georgia, South Carolina or North Carolina (Lorvelec, Pascal, Delloue, & Chapuis, 2007). ...
Article
Full-text available
The introduction of species outside their natural range is one of the major threats to biodiversity and has often been identified as a menace to agricultural production and human health. The raccoon is recognized as a globally invasive species. However, several populations in the Caribbean were long considered native and endemic species. Although previous genetic studies have shown that raccoons from the islands of the West Indies belong to the northern raccoon Procyon lotor, the history and origin of these introductions remain poorly known. In this study, we investigated the geographical origin of Caribbean raccoon populations using newly available molecular genetic data. We used haplotype network analyses of two mitochondrial markers, Cytochrome b and Control Region, with new sequences and those from GenBank. We also specifically investigated the origin of the endangered endemic Cozumel raccoon, Procyon pygmaeus, by re‐analyzing data. Our results confirmed that all Caribbean raccoon populations belong to the northern raccoon. Bahamian populations originated from two different sources in Florida, and the Lesser Antilles raccoons seem to originate from northern regions of the native range. In addition, our results question the taxonomic status of the Cozumel raccoon, as currently available genetic data support a conspecific status with the northern raccoon. These results have important implications in the context of conservation and ecosystem management. Identifying origins of introduced populations and understanding the history of their introductions will facilitate studies on the impact of the raccoon on insular ecosystems.
... Signalons qu'un autre écureuil, le funambule à cinq raies claires (Funambulus pennantii), a été introduit en Guadeloupe en 1968(Lorvelec et al. 2007).Tableau 1 Fiche d'identité du tamia de Sibérie et de l'écureuil de Pallas.(Source : Chapuis et al., 2012) Tableau 2 Localisation et gestion potentielle ou en cours des populations de tamias de Sibérie et d'écureuils de Pallas présentes en France (2018). ...
Article
L’écureuil roux d’Europe est le seul sciuridé arboricole présent naturellement dans la partie ouest du continent européen. L’introduction de sciuridés exogènes, rongeurs à l’origine de perturbations écologiques, économiques et/ou sanitaires, constitue une menace réelle pour cette espèce peu habituée à la compétition. Actuellement, deux espèces d’écureuils exotiques sont installées localement en France métropolitaine : l’écureuil de Pallas et le tamia de Sibérie ou écureuil de Corée. Si des mesures européennes récentes permettent d’en limiter l’introduction, il reste maintenant à contenir l’expansion des populations déjà bien implantées et à maîtriser totalement celles en phase d’installation ou occupant encore de faibles superficies. Faune Sauvage 321:45-51 [http://www.oncfs.gouv.fr/Espace-Presse-Actualites-ru16/Faune-sauvage-n-321-est-paru-ar2118]
Article
The Neotropical rodent agouti (Dasyprocta sp.), arguably one of the most prominent pre-Contact introduced commensals of the Lesser Antilles, has long been proposed as having been managed and maintained in captivity by Indigenous Caribbean groups. These claims, however, remain so far unsubstantiated. Ethnohistoric texts may serve as valuable resources for establishing the commensal relationships agouti shared with Indigenous Caribbean groups. Here, I synthesize the evidence from seventeenth century French ethnohistoric texts to address the question of pre-Contact agouti management and captivity and concretize some of the many other commensal relationships linking agouti to Indigenous groups. Ethnohistoric texts reveal that, in addition to having been managed through garden hunting, agoutis occurred as tame, in close proximity to settlements, although they do not appear to have been maintained in captivity. Agoutis also occurred as detached from human settlements, maintaining minimal interaction with human groups. Ethnohistoric texts repeatedly associate agoutis and agouti skeletal elements with ritual practices, suggesting ceremonial/cosmological value. This study shows that ethnohistoric texts hold critical potential for substantiating pre-Contact commensal relationships and, by extension, may offer insight into Indigenous identities and lifeways, and island ecology.
Article
Full-text available
Paleo- and neo-taphonomic analyses of bone assemblages rarely consider all the occurring taxa in a single study and works concerning birds of prey as accumulators of microvertebrate bone remains mostly focus on small mammals such as rodents and soricomorphs. However, raptors often hunt and consume a large range of taxa, including vertebrates such as small mammals, fishes, amphibians, squamates and birds. Bone remains of all these taxonomic groups are numerous in many paleontological and archaeological records, especially in cave deposits. To better characterize the predators at the origin of fossil and sub-fossil microvertebrate accumulations and the taphonomic history of the deposit, it is thus mandatory to conduct global and multi-taxa taphonomic approaches. The aim of this study is to provide an example of such a global approach through the investigation of a modern bone assemblage from a sample of pellets produced by the Lesser Antillean Barn Owl (Tyto insularis) in the island of Dominica. We propose a new methodology that allows us to compare different taxa (rodents, bats, squamates and birds) and to experiment with a cross-validation process using two observers for each taxonomic group to test the reliability of the taphonomic observations.
Article
Full-text available
Les planteurs introduisirent la petite mangouste indienne, Urva auropunctata (Hodgson, 1836), dans les « îles à sucre » des Antilles, entre 1870 et 1900, afin de lutter contre les rats, mais aussi contre les serpents venimeux dans les deux îles où ceux-ci étaient présents. L’espèce fait maintenant partie des écosystèmes et des agrosystèmes d’un nombre important d’îles. L’histoire des introductions de mangoustes à Trinidad, à la Jamaïque et dans les Antilles françaises, est revisitée ici à la lecture des documents disponibles et certaines dates d’introductions sont corrigées ou précisées. Après avoir réclamé son introduction, les sociétés coloniales antillaises ont très tôt dénoncé les conséquences négatives de la présence de la mangouste et cherché des moyens de lutte efficaces. Si l’on considère le fonctionnement des écosystèmes insulaires et la biodiversité, force est de constater que la présence de ce prédateur mammalien introduit a eu des conséquences importantes sur les densités de nombreuses espèces, ayant pu contribuer à l’extinction de certaines d’entre elles.
Article
L'introduction des espèces mammaliennes dans l'Archipel des Kerguelen (Océan Indien sud). Impact de ces espèces sur le milieu insulaire
Book
L'homme d'aujourd'hui n'a peut-être plus conscience de l'incroyable variété des formes de vie qui l'entourent. Certaines personnes prennent peur devant un minuscule margouillat ou en entendant le cri d'un fouquet. Découvrir ces espèces qui partagent notre habitat, chercher à les reconnaître, c'est apprendre à les respecter. Ce livre est un guide qui nous fait découvrir les animaux de l'île de La Réunion, d'hier et d'aujourd'hui. Il nous permet de nous émerveiller devant la beauté de certains oiseaux, les étonnantes facultés de nombreux migrateurs, l'adaptation et les prouesses de certains animaux. Il nous apprend notre responsabilité vis à vis des espèces disparues, des espèces introduites et insiste sur les espèces endémiques protégées qui constituent un patrimoine naturel unique au monde et que nous devons préserver.
Chapter
Jean-baptiste du tertre (1610–87) was a Dominican missionary. Although he describes the violence and idolatry of the Native Americans (Behn used him for her description of priestly frauds), he also regards their existence as paradisal (I, 357). He movingly documents the miseries of slaves, asserts their common humanity with their owners, and denounces the sexual coercion of women slaves, noting with approval that the French oblige fathers of half-breed children to maintain them until the age of twelve and that such children are treated as European. He also gives an interesting account of the half-Indian son of the Englishman Thomas Warner, who was made governor of Dominica. Yet, du Tertre does not condemn slavery: “I do not claim here to act in the capacity of a legal authority, and to examine the nature of servitude, and of the dominion which man acquires over his like by purchase, birth, or the right of war.” He will, he says, simply defend France against the charge that it enslaves Christians (I, 483). He also concedes that harsh punishment of slaves is a practical necessity, but nevertheless stresses St Ambroseʹs statement that those who are slaves by condition are our brothers in divine grace. Whereas Antoine Biet warmly describes English hospitality, du Tertre had been captured en route from France to the West Indies and briefly imprisoned at Plymouth. He repeatedly stresses the villainy of Lord Willoughby, whom he accuses of wishing to exterminate all the French settlers in the islands (III, 286).