ArticlePDF Available

Au-delà de la critique du rôle hégémonique de l’agro-industrialisation « verte » : la nature de classe des relations alimentaires et les alternatives pour une transformation radicale

Authors:
POSSIBLES, AUTOMNE 2013 33
Au-delà de la critique du rôle hégémonique de
l’agro-industrialisation « verte » : la nature de
classe des relations alimentaires et les
alternatives pour une transformation radicale
P EfE Can GürCan
L’agriculture représente l’un des champs de bataille les plus importants sous
la mondialisation néolibérale, en ce sens que la question agro-alimentaire,
dont les origines se trouvent dans la mondialisation de l’agriculture,
correspond à un domaine où se révèlent les contradictions les plus graves du
néolibéralisme au plan de la reproduction du système-monde contemporain
(Moore 2008). La libéralisation des marchés agricoles et l’élimination du
support gouvernemental au secteur agraire sont deux caractéristiques
distinctives du néolibéralisme agro-alimentaire, qui sont réiés dans les actes
de l’Organisation mondiale de commerce (OMC) et l’Accord multilatéral
sur l’agriculture (AsA) (Oya 2005). Comme Gélinas (2008, 44) le dénit, le
principal objectif de l’AsA consiste à éliminer le soutien et la protection de
l’agriculture dans les pays périphériques, au lieu de « procurer une nourriture
saine et susante à tous les citoyens du monde, tout en assurant un revenu
décent aux agriculteurs ». Conséquemment, l’AsA privilégie le droit à
l’exportation, et favorise la consolidation de l’industrie agroalimentaire, les
biotechnologies, le commerce international des organismes génétiquement
modiés (OGM), l’agriculture productiviste et le commerce transfrontalier
d’aliments, et cela au détriment de l’environnement, de la sécurité alimentaire
et des petits paysans qui sont forcés de se déplacer massivement vers les villes
dans des conditions de compétition inégale (Gélinas 2008).
Cet article se propose de discuter des enjeux spéciques mentionnés ci-
dessus avec un accent particulier sur les eets négatifs de l’industrialisation
du secteur agro-alimentaire sous la restructuration néolibérale. Un autre
intérêt majeur de cet article réside dans la croissance d’un marché de produits
alimentaires organiques en tant qu’instrument hégémonique de l’agro-
industrie visant à atténuer les mauvaises conséquences de l’industrialisation
34 SECTION I,
RSE et Mutations du Capitalisme
dans le secteur. La première partie de l’article ore un compte-rendu des
arguments de Harriet Friedmann sur l’émergence d’un capitalisme vert
dans le secteur agro-alimentaire en conséquence de la pression exercée par
les mouvements alimentaires, et élabore sur les stratégies de lutte contre
l’agro-industrie, proposées par Michael Pollan dans son best-seller « e
Omnivore’s Dilemma ». En plus de révéler la nature hégémonique du marché
organique, la deuxième partie de l’article présente une critique rigoureuse de
la position individualiste de Pollan qui privilégie les décisions individuelles
des consommateurs. En partant des arguments de Julie Guthnam et de Jane
Dixon, cet article soutient que l’alimentation est plus qu’un choix individuel
et que toute stratégie visant à modier le système alimentaire actuel par
le biais des décisions de marché est vouée à l’échec car ceci tend à sous-
estimer les eorts collectifs en faveur de véritables changements structurels
et à propager un sentiment antipolitique, antiétatique et pro-néolibérale.
L’article se conclut par l’argument que le succès de la lutte contre les eets
négatifs de l’industrialisation du secteur agro-alimentaire passe non par la
légitimation des actes « responsables » de l’agro-capitalisme, mais par la
politicisation de l’agro-industrie « verte » qui pourrait seul dévoiler d’une
façon cohérente la nature hégémonique du marché organique croissant.
À son tour, la politicisation de l’agro-industrie et de ses stratégies de
«responsabilité sociale » va de pair avec la reconnaissance de la nature de
classe des relations alimentaires, ce qui dévoile la mesure dans laquelle les
secteurs pauvres ont accès à l’alimentation « saine ».
La montée de l’agro-industrialisation et le dé hégémonique de
capitalisme écologique
La montée du néolibéralisme agraire n’a jamais été un processus harmonieux
et indolore, mais ceci a été puissamment marqué par de graves contraintes
d’ordre hégémonique sous la contestation croissante des eets négatifs
de l’industrialisation du secteur agro-alimentaire par des mouvements
sociaux. Selon Harriet Friedmann (2005), la contestation populaire s’est
initiée lors des années 1960 et 1970 contre les additifs alimentaires et
pesticides, accompagnée par des inquiétudes croissantes concernant les
eets environnementaux de l’agro-industrialisation et pressant pour une
agriculture organique dans les décennies suivantes. La réponse de l’agro-
industrie s’est donc centrée sur l’accommodation des demandes populaires
et la cooptation des mouvements pour une agriculture organique plutôt que
POSSIBLES, AUTOMNE 2013 35
de les contrarier directement sans compromis (Friedmann 2005), d’où le
discours sur le commerce équitable et la production traçable. Le processus
de l’écologisation du capitalisme agro-alimentaire s’est manifesté suite à
l’achat des producteurs organiques réussis par de grandes sociétés de vente
au détail et de distribution comme Beatrice Foods, General Foods, Cargill,
Whole Foods et Walmart, allant de pair avec la diversication des produits
alimentaires organiques et/ou « favorables à la santé » (Friedmann 2005).
Rédigé dans un langage très accessible, le best-seller de Michael Pollan intitulé
« e Omnivore’s Dilemma » présente une élaboration élégante des enjeux
théorisés par Friedmann. Pollan plaide que l’alimentation est en même
temps un acte agricole, écologique et politique qui détermine «l’utilisation
de ce que nous faisons du monde – et ce qu’il deviendra de lui » (Pollan
2006, 11), d’où la nécessité d’accorder une attention particulière, non
seulement pour ce que nous mangeons, mais aussi pour la façon dont nous
mangeons. Dans son ouvrage fascinant, Pollan nous invite ainsi à « manger
en pleine conscience de tout ce qui touche à l’alimentation » (Pollan, 2006,
9), nous en appelant à combiner les trois principales chaînes d’alimentation
qui soutiennent la société contemporaine, à savoir l’industrielle, l’organique
et le chasseur-cueilleur. Au lieu d’adopter un ton radical qui exclut les
pratiques industrielles, la position critique de Pollan opte plutôt pour une
voie médiane :
Aller chez McDonald serait quelque chose qui arrive une fois par an,
une sorte de anksgiving en sens inverse, et ce serait un repas comme le
mien, aussi lent et historique que le Seder de Pessah. Sans une telle chose
que la restauration rapide il n’y aurait pas besoin de nourriture lente,
et les histoires que nous racontons lors de ces repas perdraient beaucoup
de leur intérêt. L’alimentation serait. . . eh bien, ce qu’elle a toujours
été, ni lente ni rapide, juste de la nourriture : cette plante particulière
ou cet animal particulier, cultivé ici ou là, préparés de cette manière ou
d’une autre… Ce n’est pas la façon dont je veux manger tous les jours.
Je voudrais être en mesure d’ouvrir une boîte de stock et je tiens à parler
de politique, ou du cinéma, à la table du dîner, parfois, au lieu de la
nourriture (Pollan 2006, 411).
36 SECTION I,
RSE et Mutations du Capitalisme
Dans son livre, Pollan souligne l’abondance extraordinaire des aliments
grâce à la production et la distribution alimentaires industrialisées ainsi que
l’absence d’une culture alimentaire stable aux États-Unis, qui, tout ensemble,
exposent les consommateurs à la manipulation puissante de l’industrie agro-
alimentaire et ce que l’on pourrait appeler la « science de la nutrition et de la
technologie complexe » (Dixon 2009). En parallèle, l’expérience personnelle
de Pollan dans trois diérentes chaînes alimentaires (à savoir ses aventures
dans la restauration rapide – « fast food », l’agriculture biologique et la chasse)
l’aide à dévoiler (a) les implications négatives de la montée en puissance du
maïs dans les systèmes alimentaires actuels et (b) l’abus du discours sur la
production biologique et de l’étiquetage sous l’industrialisation massive.
Premièrement, Pollan démontre avec éloquence que le maïs est devenu une
culture stratégique pour l’industrie alimentaire croissante, compte tenu du fait
que « de nos jours, on compte autour de 45 000 articles dans le supermarché
américain et plus d’un quart d’entre eux contiennent du maïs » (Pollan 2006,
19). Pollan arme à juste titre que la monoculture du maïs, popularisée
par les monopoles agroalimentaires comme Cargill et ADM, conduit à de
graves problèmes environnementaux et sanitaires. En tant que tel, cela nuit
non seulement à la biodiversité, mais aussi pollue l’environnement comme
le « maïs hybride consomme plus d’engrais que toute autre culture » (Pollan
2006, 41, 63-64). En ce qui concerne les conséquences négatives du maïs
sur la santé, Pollan se réfère à des recherches antérieures qui « suggèrent que
bon nombre des problèmes de santé associés à la consommation de bœuf
sont vraiment des problèmes avec le bœuf nourri avec du maïs » (Pollan
2006, 75). Il est à remarquer que les eets secondaires des fourrages de
maïs sont traités avec l’utilisation massive d’antibiotiques, ce qui aboutit
à l’augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques chez les
organismes vivants (Pollan 2006, 77-79 ). En outre, Pollan met en lumière
le fait que la capacité de manger des humains ne dépasse pas environ quinze
cents livres de nourriture par an. An de ne pas permettre la diminution de
leurs prots, l’agro-industrie a donc besoin d’encourager les consommateurs
à dépenser plus d’argent pour la même quantité de nourriture en s’appuyant
sur des méthodes de traitement, d’où l’importance cruciale de maïs bon
marché en tant que culture principale pour la transformation des aliments
(Pollan 2006, 94 -95). Selon Pollan, le principal dilemme de la dépendance
croissante sur le maïs bon marché est que cela génère la plupart des calories
POSSIBLES, AUTOMNE 2013 37
excédentaires que la société consomme, ce qui, dans le cas de la société
américaine, constitue l’une des principales sources du problème de l’obésité
(Pollan 2006, 101-103).
Deuxièmement, un autre inconvénient de l’agro-industrialisation réside
dans la cooptation du mouvement biologique et l’utilisation abusive des
pratiques de l’étiquetage des aliments par l’industrie agroalimentaire. Pollan
conteste l’idée largement acceptée que les aliments biologiques impliquent
automatiquement l’agriculture non-industrielle/simple et constituent
une source d’alimentation saine. Tout d’abord, l’étiquetage biologique
n’exclut pas nécessairement le fait que de nombreux produits supposément
biologiques sont fortement transformés et contiennent plusieurs ingrédients
synthétiques grâce à l’étirement de règles fédérales en matière organique en
faveur de l’agro-industrie (Pollan 2006, 136-140, 152). De plus, une fois
le produit soi-disant organique est fortement transformé et transporté sur
de longues distances, il perd sa valeur nutritive et sa saveur (Pollan 2006,
181-182). Troisièmement, la production industrielle organique a tendance
à consommer plus de carburant que l’agriculture conventionnelle an de
transporter de grandes quantités de compost, de désherber et de faire de
l’extra-irrigation et de « l’extra-cultivation » nécessaires à la culture organique
(Pollan 2006, 183).
Critique des stratégies individualistes et consommatrices contre
l’hégémonie de l’agro-capitalisme « écologique »
Dans l’ensemble, le principal mérite de l’ouvrage de Pollan est d’avoir
introduit une critique bien présentée de l’agro-industrialisation en faisant
appel aux lecteurs généraux. Cependant, le succès de cet ouvrage est miné
par la position individualiste de son auteur qui insiste trop sur les choix
de consommateurs individuels en tant que remède possible à la question
alimentaire et qui sous-estime le rôle crucial de la réglementation de l’État
ainsi que l’importance des relations inégales de valeur nutritive entre les
classes sociales (Dixon 2009; Guthman 2003; Guthman & Dupuis 2006). À
son tour, ceci encourage la légitimation de l’abus de la production organique
et saine, la médicalisation des styles de vie et l’étiquetage abusif des produits
par l’agro-industrie. Comme Julie Guthman remarque, Pollan n’aborde pas
les questions de politiques et de stratégies concernant la réglementation
étatique, tout en critiquant correctement l’état actuel de la régulation agro-
38 SECTION I,
RSE et Mutations du Capitalisme
alimentaire aux États-Unis (Guthman 2007b, 263). Cela conduit Pollan à
l’idée naïve et anti-étatiste que le régime agroalimentaire actuel peut être
modié individuellement « un repas à la fois » de façon à sous-estimer les
eorts collectifs pour de véritables changements structurels et à propager
un sentiment antipolitique, antiétatique et pro-néolibérale (Guthman
2007b, 263-264; Guthman 2007a, 78). Au contraire, la critique de « e
Omnivore’s Dilemma » par Guthman souligne l’importance des partenariats
public-privé transparents et des mécanismes de gouvernance radicale qui
pourraient inciter l’émergence des « sujets plus collectivistes » plutôt que de
simples consommateurs atomisés et désemparés (Guthman 2007c, 473-474;
Guthman & Dupuis 2006, 442). De même, la stratégie individualiste et
médiane de Pollan, qui combine les trois types de chaîne alimentaire, tend
à négliger le fait que le régime alimentaire actuelle est fortement marquée
par les diérences de classe dans l’accès à la nutrition, ou en termes plus
techniques, « les iniquités de santé liées à l’alimentation » (Dixon 2009), ce
qui révèle l’inecacité des stratégies de choix consommateurs et individuels
de Pollan. Dixon arme que, en plus du problème de la sous-consommation
de produits alimentaires dans les pays et les régions pauvres, les secteurs
pauvres des sociétés nord-américaines sourent d’un grave problème de
surconsommation d’aliments bon marché et pauvres en nutrition, mais
riches en gras et huile, ce qui est une source de calories vides provoquant
une augmentation rapide de maladies liées à l’alimentation (Dixon
2009). D’autre part, le secteur organique se concentre sur la fourniture de
l’alimentation de luxe et anti-oxydante, riche en « aliments fonctionnels »,
et destinée aux secteurs riches (Dixon 2009). Par conséquent, une fois que
nous reconnaissons la nature de classe des relations alimentaires, il serait
dicile de maintenir les stratégies de choix consommateurs et individuels
de Pollan comme un pauvre membre de la classe ouvrière ne serait pas en
mesure de choisir librement entre la restauration rapide, la consommation
de produits biologiques et la chasse.
L’ouvrage intitulé « Weighing in : Obesity, food justice, and the limits of
capitalism » de Julie Guthman fournit une critique plus systématiquement
élaborée de la position individualiste et consommatrice de Pollan. La
principale critique du travail de Pollan par Guthnam est que Pollan ne traite
pas correctement les inégalités dans le système alimentaire et favorise une
position apolitique fondée sur le marché au lieu de souligner la lutte pour
POSSIBLES, AUTOMNE 2013 39
la justice sociale (Guthman 2011, 5, 9). Guthman plaide fortement que
les problèmes actuels de nos systèmes alimentaires ont à voir avec la nature
du capitalisme (Guthman 2011, 16). Ni l’achat de produits biologiques
pour inuencer le marché, ni l’éducation des gens à manger plus de fruits,
de légumes et de produits biologiques ne sont susants pour remettre en
cause les intérêts économiques puissants (Guthman 2011, 5, 17). Guthman
poursuit en armant que le courant dominant du mouvement alimentaire
alternatif, dont Pollan est un promoteur majeur, a une attitude coloniale
avec une mission « civilisatrice » pour éduquer les gens sur la façon de
«manger mieux ». Par ailleurs, ce mouvement est ironiquement un sous-
produit de la Nouvelle Droite et la Nouvelle Gauche à la fois, qui rassemble
des radicaux anti-étatistes, des conservateurs, des militants contre la faim,
des cuisiniers haut de gamme, des paysans ruraux, etc. de façon à légitimer et
à reproduire les mécanismes disciplinaires de gouvernance néolibérale dans
la vie quotidienne (Guthman 2011, 54-55, 142-143, 157).
Selon Guthman, l’achat des produits alimentaires bon marché et riches en
gras et huile ne peut pas être réduit simplement à des choix de vie, mais ceci
tend à être étroitement lié à des indicateurs de classe, de race et de sexe, en
particulier émanant de l’incapacité de certaines catégories de gens d’acheter
de la nourriture de qualité ainsi que de conditions de travail qui ne leur
permettent pas le luxe de passer du temps pour proter des plaisirs du « slow
food » (Guthman 2011, 174, 177). En somme, la position de Guthman
nous aide à voir clairement que les problèmes de nos systèmes alimentaires ne
doivent pas être abordées dans le cadre de « ce que l’on doit manger » comme
leur résolution dépend de profonds changements structurels qui vont au-delà
des choix individuels et même des politiques agraires de manière à embrasser
une multitude de domaines, y compris, mais sans s’y limiter aux politiques
de « commerce, travail, immigration, santé, développement économique,
taxation et politique nancière » (Guthman 2011, 196).
Conclusion
Comme Michael Pollan, Harriet Friedmann, Jane Dixon et Julie Guthman
seront tous d’accord, le processus dit « agro-industrialisation » sous la
mondialisation néolibérale de l’agriculture a abouti à la croissance en capacité
des grandes sociétés de vente au détail et de distribution de manipuler les
gens par le biais du discours sur les produits supposément organiques et
40 SECTION I,
RSE et Mutations du Capitalisme
sains, la médicalisation des styles de vie et l’étiquetage abusif des produits.
Pollan démontre à juste titre que l’étiquetage dit « biologique » ou « saine»
ne signie pas que le produit en question soit produit biologiquement par
des méthodes saines et non-industrielles. Pollan met donc l’accent sur le fait
qu’une grande partie des produits supposément biologiques est lourdement
transformée et disposée de sa valeur nutritive. Cependant, la faiblesse
majeure des arguments de Pollan réside dans sa croyance en la puissance
du marché libre et son insistance que la manipulation des sociétés peut
être surmontée par les actes des individus atomisés et éclairés de façon à
discréditer l’intervention étatique et la mobilisation sociale. Ainsi, au prix de
contrarier sa propre position contre l’agro-industrialisation, Pollan contribue
à la légitimation des pratiques dites « responsables » de l’agro-industrie qui
maintient que les consommateurs retiennent l’avantage de choisir entre les
produits sains et malsains grâce à l’abondance extraordinaire des aliments.
En s’appuyant sur les arguments avancés par Jane Dixon et Julie Guthman,
cet article insiste que toute critique cohérente du régime alimentaire nécessite
une pleine appréciation de la nature de classe des relations alimentaires. Les
secteurs pauvres demeurent obligés de suivre des régimes « fast-food » par
manque d’argent et de temps, alors que les secteurs riches sont capables de
bénécier de la cuisine « lente » et des aliments de luxe. Dans cette direction,
il va sans dire que toute alternative contre le modèle agro-industrialiste
néolibéral dépend de la formulation et de l’implémentation d’une stratégie
transformative et radicale qui s’agit plus d’éduquer les individus. En termes de
mouvements de base, il est impératif de lutter avec le discours pro-néolibéral
qui réduit les gens aux « consommateurs » plutôt que des agents collectifs et
contestataires optant pour des styles de vie solidaires et coopératifs qui vont
au-delà des plaisirs de manger. En ce qui concerne les politiques publiques,
toute alternative viable contre le modèle agro-industrialiste néolibéral repose
sur la capacité des mouvements alimentaires de confronter et/ou exercer
une pression sur non seulement l’agro-industrie mais aussi l’État. Cette
confrontation ou pression ne doit pas demeurer restreinte aux changements
de politiques agricoles et à la dé-légitimation des manipulations capitalistes
sous l’étiquette de responsabilité sociale et environnementale, et doit lier
ce genre de demandes aux domaines de commerce, travail, immigration,
santé, développement économique, coopération internationale, taxation et
politique nancière.
POSSIBLES, AUTOMNE 2013 41
Références
Dixon J. 2009. « From the imperial to the empty calorie : how nutrition relations
underpin food regime transitions ». Agriculture and Human Values 26 : 321-333.
Friedmann, H. 2005. « From Colonialism to Green Capitalism: Social Movements and
Emergence of Food Regimes ». Research in Rural Sociology & Development 11 : 227-
264.
Gélinas J. 2008. Dictionnaire critique de la globalisation. Montréal : Ecosociété.
Guthman J. 2003. « Fast food/organic food: reexive tastes and the making of “yuppie
chow” ». Social and Cultural Geography 4 : 45-58.
Guthman J. 2007a. « Can’t Stomach It : How Michael Pollan et al. Made Me Want to
Eat Cheetos ». Gastronomica 7 : 75-79.
Guthman J. 2007b. « Commentary on teaching food : Why I am fed up with Michael
Pollan et al. ». Agriculture and Human Values 24 : 261-264.
Guthman J. 2007c. « e Polanyian way? voluntary food labels as neoliberal
governance». Antipode 39 : 456-478.
Guthman J. 2011. Weighing in : obesity, food justice, and the limits of capitalism.
Berkeley : California University Press.
Guthman J. et M. DuPuis. 2006. « Embodying neoliberalism : economy, culture, and
the politics of fat ». Environment and Planning D : Society and Space 24 : 427–448.
Moore, J. W. 2008. « Ecological crises and the agrarian question in world-historical
perspective ». Monthly Review 60 (6).
Oya, C. 2005. « Sticks and Carrots for Farmers in Developing Countries : Agrarian
Neoliberalism in eory and Practice ». Dans A. Saad-Filho et D. Johnston.
Neoliberalism : A Critical Reader. Pluto Press, UK. : 127-135.
Pollan M. 2006. e Omnivore’s Dilemma : A natural history of four meals. New York:
Penguin.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
We are here to talk about the Agrarian Question, or rather, Agrarian Questions. The plural is important. We live in a modern world-system of unprecedented unevenness and complexity. This much, we all know. At the same time, it is no less important, I should add, to see this diversity from what Lukács once called the "point of view of totality."1 The Agrarian Questions are not exclusive but rather mutually constitutive. However, they are not constitutive of each other in the fashion that has gained such widespread circulation these days within critical social science—that the local shapes the global no less than the other way around. Yes, local-regional transformations have always generated powerful contradictions that shaped in decisive ways the geography and timing of world accumulation and world power. The parts shape the whole. The whole shapes the parts. But never equally so This article can also be found at the Monthly Review website, where most recent articles are published in full. Click here to purchase a PDF version of this article at the Monthly Review website.
Article
Full-text available
The purpose of this paper is to recast the politics of obesity in the United States in light of the unsatisfactory nature of the current, popular debates on this problem. The paper begins by taking stock of contemporary discussions about obesity through a review and analysis of the popular and academic literature on the topic. We show how discussions of obesity that rely on unidimensional structural, biological, and political causes are not only simplistic but also do not adequately historicize the present so-called epidemic of US obesity. To answer the questions 'why now?' and 'why here?', we argue, requires an ontological rapprochement between the more dialectical approaches to political economy, cultural studies, and political ecology. After laying out this more integrated approach, we apply it by showing how today's twin phenomena of the discursive war on obesity and the so-called epidemic itself are better understood through the historical lens of neoliberalism, both as a political-cultural economic project and as a form of governmentality. Our argument is that some of the central contradictions of global capitalism are literally embodied. The problem of obesity in its multiple material and discursive senses can then be seen as a partial fix-in some respects, even as a spatial fix-to some of the contradictions of neoliberalism. At the same time, we contend that the neoliberal shift in personhood from citizen to consumer encourages (over)eating at the same time that neoliberal notions of discipline vilify it. Those who can achieve thinness amidst this plenty are imbued with the rationality and self-discipline of perfect subjects, who in some sense contribute to the more generalized sense of deservingness that characterizes US culture today.
Article
Full-text available
This paper suggests that a corporate-environmental food regime is emerging as part of a larger restructuring of capitalism. Like past food regimes, it reflects specific social and political compromises, which I interpret through the social movement concept of interpretive frames. The diasporic-colonial food regime of 1870–1914 grew up in response to working class movements in Europe, and created a historically unprecedent class of commercial family farmers. When world markets collapsed, those farmers entered into new alliances, including one that led to the mercantile-industrial food regime of 1947–1973. Lineaments of a new food regime based on quality audited supply chains seems to be emerging in the space opened by impasse in international negotiations over food standards. Led by food retailers, agrofood corporations are selectively appropriating demands of environmental, food safety, animal welfare, fair trade, and other social movements that arose in the interstices of the second food regime. If it consolidates, the new food regime promises to shift the historical balance between public and private regulation, and to widen the gap between privileged and poor consumers as it deepens commodification and marginalizes existing peasants. Social movements are already regrouping and consolidation of the regime remains uncertain.
Article
Full-text available
This article works in a recursive manner by using the tools of a food regime approach to reinterpret the nutrition transition that has been underway internationally for 100years, and then describing the contributions of nutrition science to the 1st and 2nd Food Regimes and the passages between Food Regimes. The resulting history—from the ‘imperial calorie’ through the ‘protective’ vitamin to the ‘empty calorie’—illuminates a neglected dimension to food regime theorising: the role of socio-technical systems in shaping a set of value relations that are central to class relations. Contestation over one such system, nutritionalisation, currently involves an ungovernable array of actors. In describing the protagonists to the system of nutritionalisation, a classic confrontation emerges between technical and lifeworld rationality. Representing the former approach are actor networks responsible for the ‘trade-in-health’ sector which produces foods and nutritional values aimed at both over-nourished and under-nourished populations. Clinging to a lifeworld rationality are ‘culture eaters’ worldwide, for whom nutrition value relations are secondary to communal and ecological relations. This dynamic appears within wealthier Asian states which are emerging as central to the trade-in-nutritional health sector while acting to protect their own customary dietary practices.
Article
Weighing In takes on the "obesity epidemic," challenging many widely held assumptions about its causes and consequences. Julie Guthman examines fatness and its relationship to health outcomes to ask if our efforts to prevent "obesity" are sensible, efficacious, or ethical. She also focuses the lens of obesity on the broader food system to understand why we produce cheap, over-processed food, as well as why we eat it. Guthman takes issue with the currently touted remedy to obesity-promoting food that is local, organic, and farm fresh. While such fare may be tastier and grown in more ecologically sustainable ways, this approach can also reinforce class and race inequalities and neglect other possible explanations for the rise in obesity, including environmental toxins. Arguing that ours is a political economy of bulimia-one that promotes consumption while also insisting upon thinness-Guthman offers a complex analysis of our entire economic system.
Book
What should we have for dinner? When you can eat just about anything nature (or the supermarket) has to offer, deciding what you should eat will inevitably stir anxiety, especially when some of the foods might shorten your life. Today, buffeted by one food fad after another, America is suffering from a national eating disorder. As the cornucopia of the modern American supermarket and fast food outlet confronts us with a bewildering and treacherous landscape, what's at stake becomes not only our own and our children's health, but the health of the environment that sustains life on earth. Pollan follows each of the food chains--industrial food, organic or alternative food, and food we forage ourselves--from the source to the final meal, always emphasizing our coevolutionary relationship with the handful of plant and animal species we depend on. The surprising answers Pollan offers have profound political, economic, psychological, and even moral implications for all of us.--From publisher description.
Article
Organic food consumption is one of several new trends in eating read as active opposition to industrialized food provision. While fast food consumption is characterized by compulsive gluttony, manifest in fat bodies, alternative consumption practices are seen to be driven by conscious reflexivity, such that consumers monitor, reflect upon and adapt their personal conduct in light of its perceived consequences. The purpose of this paper is two-fold. One is to examine the evolution of organic food from what Belasco called the 'counter-cuisine' to what organic growers call 'yuppie chow', to show how organic salad mix was the carrier of major changes in the organic system of provision, thereby calling into question the notion that organic food is necessarily an antidote to industrialized food. The other is to problematize the facile dichotomies between fast and slow, reflexive and compulsive, fat and thin, and, hence, good and bad eaters, to show where there is slippage and instability in these categories, in addition to a troubling politics of class and gender. To these ends, I showcase the changing provision of a particular organic commodity (salad mix, or mesclun) in California.
Article
Voluntary food labels that express ecological, social, and/or place-based values have been posed as an important form of resistance to neoliberalization in the Polanyian sense of protecting land, other natural resources, and labor from the ravages of the market. At the same time, these labels are in some respects analogs to the very things they are purported to resist, namely property rights that allow these ascribed commodities to be traded in a global market. After reviewing the Polanyian claims about these labels, the paper examines how these labels are operationalized and notes important differences in the sort of barriers to entry they erect, which in turn have quite different distributional consequences. It then goes on to discuss how these labels look to be an expression of roll-out neoliberalization. Following Heynen and Robbins who note four dominant aspects of neoliberalization of environmental governance (governance, privatization, enclosure, and valuation), to which a fifth (devolution) is added, the paper shows how these labels not only concede the market as the locus of regulation, but in keeping with neoliberalism's fetish of market mechanisms, they employ tools designed to create markets where none previously existed. In recognition that neoliberal political economies and subjectivities have delimited the possible, the paper also grapples with how these labels may produce political openings outside of their most proximate effects.