Article
To read the full-text of this research, you can request a copy directly from the authors.

No full-text available

Request Full-text Paper PDF

To read the full-text of this research,
you can request a copy directly from the authors.

... Despite the wide range of contraceptive options available to Canadian women, unintended pregnancies still occur. 5 According to data from the Maternity Experiences Survey, the overall prevalence of unintended pregnancies among Canadian women is 27%, with the highest prevalence in the Territories and Atlantic provinces. 6 Others have reported that 58% of unplanned pregnancies occur in women aged 20 to 29, 7 which overlaps with the age group of women reporting the highest rates of heavy drinking. ...
Article
Objective: To establish national standards of care for screening and counselling pregnant women and women of child-bearing age about alcohol consumption and possible alcohol use disorder based on current best evidence. Intended users: Health care providers who care for pregnant women and women of child-bearing age. Target population: Pregnant women and women of child-bearing age and their families. Evidence: Medline, EMBASE, and CENTRAL databases were searched for "alcohol use and pregnancy." The results were filtered for a publication date between 2010 and September 2018. The search terms were developed using Medical Subject Headings terms and keywords, including pre-pregnancy, pregnant, breastfeeding, lactation, female, women, preconception care, prenatal care, fetal alcohol spectrum disorder, prenatal alcohol exposure, drinking behavior, alcohol abstinence, alcohol drinking, binge drinking, alcohol-related disorders, alcoholism, alcohol consumption, alcohol abuse, benzodiazepines, disulfiram, naltrexane, acamprosate, ondansetron, topiramate, cyanamide, calcium carbimide, alcohol deterrents, disease management, detoxification, Alcoholics Anonymous, alcohol counselling, harm reduction, pre-pregnancy care, prenatal care, incidence, prevalence, epidemiological monitoring, and brief intervention. Evidence was included from clinical trials, observational studies, reviews, systematic reviews and meta-analyses, guidelines, and conference consensus. Validation methods: The content and recommendations in this guideline were drafted and agreed upon by the authors. The Board of Directors of the Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada approved the final draft for publication. The quality of evidence was rated using the criteria described in the Grading of Recommendations Assessment, Development, and Evaluation (GRADE) methodology framework. Benefits, harms, costs: Implementation of the recommendations in these guidelines using validated screening tools and brief intervention approaches may increase obstetrical care provider recognition of alcohol consumption and problematic alcohol use among women of child-bearing age and those who are pregnant. It is anticipated that health care providers will become confident and competent in managing and supporting these women so they can achieve optimal health and pregnancy outcomes. Summary statements (grade ratings in parentheses): RECOMMENDATIONS (GRADE RATINGS IN PARENTHESES).
... Despite the wide range of contraceptive options available to Canadian women, unintended pregnancies still occur. 5 According to data from the Maternity Experiences Survey, the overall prevalence of unintended pregnancies among Canadian women is 27%, with the highest prevalence in the Territories and Atlantic provinces. 6 Others have reported that 58% of unplanned pregnancies occur in women aged 20 to 29, 7 which overlaps with the age group of women reporting the highest rates of heavy drinking. ...
Article
Résumé Objectif Établir, en fonction des données les plus à jour, des normes de diligence nationales pour ce qui est du dépistage et de la consignation de la consommation d’alcool, ainsi que du counseling à offrir aux femmes en âge de procréer et enceintes en ce qui concerne la consommation d’alcool. Résultats La littérature publiée a été récupérée, en mai 2009, par l’intermédiaire de recherches menées dans PubMed, CINAHL et la Cochrane Library au moyen d’un vocabulaire contrôlé (p. ex. pregnancy complications, alcohol drinking, prenatal care) et de mots clés (p. ex. pregnancy, alcohol consumption, risk reduction) appropriés. Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs et aux études observationnelles. Aucune restriction n’a été imposée quant à la langue. Les recherches ont été mises à jour de façon régulière et leurs résultats ont été incorporés à la directive clinique jusqu’en mai 2010. La littérature grise (non publiée) a été identifiée par l’intermédiaire de recherches menées dans les sites Web d’organismes s’intéressant à l’évaluation des technologies dans le domaine de la santé et d’organismes connexes, dans des collections de directives cliniques, dans des registres d’essais cliniques et auprès de sociétés de spécialité médicale nationales et internationales. Chacun des articles a été analysé afin d’en déterminer la pertinence et son texte intégral a été acquis, le cas échéant. Les résultats obtenus ont été analysés et évalués par les membres du groupe de travail spécialisé établi par la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. La qualité des résultats a été évaluée et les recommandations ont été formulées conformément aux lignes directrices élaborées par le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Valeurs La qualité des résultats a été évaluée au moyen des critères décrits par le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (Tableau 1). Commanditaires Agence de la santé publique du Canada et Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Approbation La présente directive clinique de consensus a été approuvée par l’Association des obstétriciens et gynécologues du Québec, la Fédération des femmes médecins du Canada, l’Association canadienne des sages-femmes, l’Association canadienne des infirmières et infirmiers en périnatalité et en santé des femmes (CAPWHN) (anciennement connue sous le nom de AWHONN-Canada), le Collège des médecins de famille du Canada, la Société de la médecine rurale du Canada et Motherisk. Déclarations sommaires 1. Nous disposons de données indiquant que la consommation d’alcool pendant la grossesse peut causer des torts au fœtus. (II-2) Nous ne disposons pas de données suffisantes pour affirmer que la consommation de faibles niveaux d’alcool pendant la grossesse s’avère sûre ou nocive pour le fœtus (III). 2. Nous ne disposons pas de données suffisantes pour définir quelque seuil que ce soit pour ce qui est de la consommation de faibles niveaux d’alcool pendant la grossesse (III). 3. L’abstinence constitue le choix prudent pour une femme enceinte ou qui pourrait le devenir (III). 4. Des interventions intensives et adaptées sur les plans de la culture, du sexe et de la famille doivent être mises à la disposition des femmes qui connaissent une consommation problématique et/ou une dépendance à l’alcool (II-2). Recommandations 1. Le dépistage universel de la consommation d’alcool devrait être mis en œuvre périodiquement auprès de toutes les femmes enceintes et de toutes les femmes en âge de procréer. Idéalement, la consommation entraînant des risques pourrait être identifiée avant la grossesse, ce qui en permettrait la modification (II-2B). 2. Les fournisseurs de soins de santé devrait créer, pour leurs patientes, un milieu sûr favorisant le signalement de la consommation d’alcool (III-A). 3. Le public devrait être avisé que le dépistage de la consommation d’alcool et l’offre d’un soutien aux femmes exposées à des risques font partie des soins de santé qui sont systématiquement offerts aux femmes (III-A). 4. Les fournisseurs de soins de santé devraient prendre connaissance des facteurs de risque associés à la consommation d’alcool chez les femmes en âge de procréer (III-B). 5. Les interventions de courte durée sont efficaces et devraient être mises en œuvre par les fournisseurs de soins de santé auprès des femmes qui présentent une consommation risquée d’alcool (II-2B). 6. Lorsqu’une femme continue à consommer de l’alcool pendant la grossesse, la mise en œuvre de stratégies de réduction des torts / de traitement devrait être favorisée (II-2B). 7. Les femmes enceintes devraient se voir accorder un accès prioritaire aux services de prise en charge du sevrage et de traitement (III-A). 8. Les fournisseurs de soins de santé devraient aviser les femmes du fait qu’une faible consommation d’alcool aux débuts de la grossesse ne constitue pas une indication d’interruption de grossesse (II-2A).
Article
Objectif: Établir des normes pancanadiennes fondées sur les meilleures données probantes actuelles sur le dépistage et les conseils en matière de consommation d'alcool et de troubles de consommation d'alcool chez les femmes enceintes ou en âge de procréer. PROFESSIONNELS CONCERNéS: Les fournisseurs de soins qui prodiguent des soins aux femmes enceintes et aux femmes en âge procréer. Population cible: Les femmes enceintes, les femmes en âge de procréer et leurs familles. DONNéES PROBANTES: Des recherches ont été effectuées dans les bases de données Medline, Embase et CENTRAL avec le thème « alcohol use and pregnancy ». Les résultats ont été filtrés de façon à obtenir des publications parues entre 2010 et septembre 2018. Les termes de recherche ont été mis au point à partir des termes du thésaurus de référence biomédicale MeSH et de mots clés, dont les suivants : pre-pregnancy, pregnant, breastfeeding, lactation, female, women, preconception care, prenatal care, fetal alcohol spectrum disorder, prenatal alcohol exposure, drinking behavior, alcohol abstinence, alcohol drinking, binge drinking, alcohol-related disorders, alcoholism, alcohol consumption, alcohol abuse, benzodiazepines, disulfiram, naltrexane, acamprosate, ondansetron, topiramate, cyanamide, calcium carbimide, alcohol deterrents, disease management, detoxification, Alcoholics Anonymous, alcohol counselling, harm reduction, pre-pregnancy care, prenatal care, incidence, prevalence, epidemiological monitoring et brief intervention. Les données probantes retenues proviennent d'essais cliniques, d'études observationnelles, de revues de la littérature, d'analyses systématiques et méta-analyses, de lignes directrices et de conférences de consensus. MéTHODES DE VALIDATION: Les auteurs ont rédigé et accepté le contenu et les recommandations de la présente directive. Le conseil d'administration de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada a approuvé la version définitive aux fins de publication. La qualité des données probantes a été évaluée au moyen des critères de l'approche GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development, and Evaluation) (consulter les tableaux A1 et A2 de l'annexe en ligne). BéNéFICES, RISQUES, COûTS: La mise en œuvre des recommandations de la présente directive à l'aide d'outils de dépistage validés et de stratégies d'intervention brève peut améliorer la capacité des fournisseurs de soins obstétricaux à reconnaître la consommation d'alcool et la consommation problématique d'alcool chez les femmes enceintes ou en âge de procréer. Il est attendu des fournisseurs de soins de santé qu'ils deviennent confiants et compétents en matière de prise en charge et de soutien de ces femmes afin qu'elles puissent avoir la meilleure santé possible et une issue de grossesse optimale. DÉCLARATIONS SOMMAIRES (CLASSEMENT GRADE ENTRE PARENTHèSES): RECOMMANDATIONS (CLASSEMENT GRADE ENTRE PARENTHèSES).
Article
Past studies indicate that despite a wide range of contraceptive options, Canadian women tend to use a narrow selection of contraceptive methods. New contraceptive methods have recently been introduced in Canada. The objective of this research is to characterize Canadian women's current contraceptive choices and adherence to contraceptive regimens. A national cross-sectional survey was conducted in November 2006. A standardized, confidential, Internet questionnaire was administered to female members of a previously recruited national market research panel. Percentages of current contraceptive use and consistency of use were calculated by age group, marital status, and province and were weighted according to age and region. Chi-square test was used to detect within-group differences for consistency of contraceptive use, oral contraceptive (OC) use, and condom use. Multivariate logistic regression analyses predicting consistent contraception use, OC use, and condom use were performed. Of 5597 survey respondents, 3253 were eligible for data analysis. Of these women, 2751 had had vaginal intercourse in the previous six months, were not trying to conceive, and reported whether they or their partner had used contraception. Of these 2751 women, 410 (14.9%) never used contraception. Among contraception users, the most frequently used methods of contraception were condoms (54.3%), OCs (43.7%), and withdrawal (11.6%). Newer contraceptive methods were used by less than 4%. Choice of contraceptive method varied by age. Only 65.2% of respondents who were sexually active and not trying to conceive "always used" contraception. Multivariate logistic regression analyses found significantly higher odds of no contraception use in women over 40 years of age, without higher education, living in PEI or Newfoundland, married or living common-law, or having annual household incomes under $100,000. Despite many contraceptive options, Canadian women continue to use a narrow range of contraceptive methods and to use contraception inconsistently. Consistent contraceptive use is influenced by a number of independent social variables. Future public health initiatives should focus on raising awareness of contraception options, increased access to a variety of contraceptive methods, and assisting with contraceptive adherence.
Article
Medical barriers to contraception can prevent women from obtaining, initiating, and continuing their contraceptive method of choice. The barriers include lack of appropriate counseling, delaying initiation for menses or laboratory tests, inappropriate contraindications or mandated warnings, untrained clinicians, and financial or regulatory barriers preventing access by low-income, undocumented, or adolescent women. These barriers may partially explain why almost half of pregnancies in the United States are unintended and occur predominantly in the small proportion of sexually active women not using contraception.
US medical eligibility criteria for contraceptive use
Centers for Disease Control and Prevention. US medical eligibility criteria for contraceptive use, 2010. MMWR 2010;59(RR-4):1-85.
US selected practice recommendations for contraceptive use
Centers for Disease Control and Prevention. US selected practice recommendations for contraceptive use, 2013. MMWR 2013;62(5):1-60.