Conference PaperPDF Available

Un outil de relevés 3D partagé en ligne : premières applications pour l’art et la taphonomie des parois ornées de la grotte de Cussac (ArTaPOC / programme LaScArBx)

Authors:

Abstract and Figures

Cussac Cave (Dordogne) is an ornated and burial site from the Gravettian period (c. 30,000 calBP). It is rich in remains of human and bears (traces, footprints...). The objective of ArTaPOC project is to develop a three-dimensional tool for the integrated study, multi and interdisciplinary parietal art and its supports. We made the choice of programming a plug-in for MeshLab software to provide integration, interfacing and presentation of data on the 3D survey of the cave walls. For the first time in an ornated cave, 3D support is requested to carry out surveys and parietal art to represent, on the same document, weathering processes and their impact on conservation. The tracings and the 3D mesh walls are shared on a database online. We also expect to improve the selection tools, ergonomics, and the ability to work together on the same wall.
Content may be subject to copyright.
Virtual Retrospect 2013
Actes du colloque Pessac (France)
27 - 28 - 29 novembre 2013
Ausonius - UMR 5607
Maison de l’Archéologie
Université de Bordeaux
F - 33607 Pessac cedex
http://ausoniuseditions.u-bordeaux-montaigne.fr/
Éditeurs scientifiques : Robert Vergnieux - Caroline Delevoie
Directeur des publications : Olivier Devillers
Directeur de la collection Archéovision : Robert Vergnieux
Secrétaire des publications : Nathalie Tran
Graphisme de couverture : Nathalie Tran
Imprimerie : Gráficas Calima, S.A.
Avda Candina, s/n
E - 39011 Santander (Espagne)
© AUSONIUS 2015
ISSN : 1771-5911
ISBN : 978-2-35613-141-6
Virtual Retrospect
2013
Collection Archéovision
Volume 6
AUSONIUS ÉDITIONS
— Bordeaux 2015 —
UMS 3657
SHS - 3D
Sommaire
Alain Rousset
Préface 7
Session 1
L. Lescop, s. cassen, V. GRimaud
Naexus : dispositif immersif mobile pour la valorisation du patrimoine 11
F. Fauquet, p. Jockey
Proposition de restitution numérique de l’Artémis de Délos : polychromie originelle
et contexte architectural initial 19
m. chayani, s. FeRdi, R. VeRGnieux
Du relevé photogrammétrique à l’usage du BIM
Étude et restitution de la basilique sainte Salsa (Tipasa/Algérie) 25
H. pLisson
Digital photography in use-wear studies, from 2D to 3 35
V. FeRuGLio, B. dutaiLLy, m. BaLLade, c. BouRdieR, c. FeRRieR, s. konik,
d. Lacanette-puyo, p. moRa, R. VeRGnieux, J. JauBeRt
Un outil de relevés 3D partagé en ligne : premières applications pour l’art et la taphonomie
des parois ornées de la grotte de Cussac (ArTaPOC / programme LaScArBx) 49
Session 2
h. coqueuGniot, B. dutaiLLy, p. desBaRats, a. petRoVna BuzhiLoVa, o. dutouR
Développement des virtothèques ostéologiques en anthropologie biologique et en paléopathologie.
Application aux traumatismes de guerre de la période napoléonienne
(Retraite de Russie, décembre 1812), première analyse virtuelle de paléo-balistique 57
m. schLicht, a. mounieR, F. danieL, p. moRa
Polychromie médiévale et photogrammétrie 3D : la restitution des couleurs d’origine
d’un ange du portail Royal (vers 1250) de la cathédrale de Bordeaux 63
É. FoLLain
Le centre monumental romain d’Apollonia d’Illyrie : restitution d’un paysage urbain 73
p. aupeRt, É. FoLLain
Le nymphée de la Larissa à Argos : reconstitution théorique et virtuelle 81
a. FaVRe-BRun
Architecture virtuelle et représentation de l’incertitude : analyse des solutions
de visualisation de la représentation 3D 91
Session 3
p. FLeuRy, s. madeLeine
Le forum de Trajan au ive siècle p.C.
L’apport des technologies 3D et de l’interactivité 99
Virtual Retrospect 2013 Sommaire
6
V. mathieu, s. sanz-LaLiBeRtÉ, h. BohBot, J.-B. pineau
Acquisition des données archéologiques en 3D : vers un outil de gestion dynamique en 3D 107
F. LaRoche, c. RaJaoFeRa-RenaRd
La réalité augmentée aux Forges de Paimpont
Comment mettre en valeur le patrimoine historique et industriel des forges ? 113
L. caVaLieR, J. des couRtiLs, p. moRa
Restitution d’un théâtre unqiue : l’exemple de Xanthos 121
d. pLetincks, c. capuRRo
Methodology for sustainable digital restoration 129
B. duFay, p. moRa
Les restitutions 3D du prieuré Saint-Cosme (La Riche–Indre-et-Loire)
La modélisation d’un ensemble complexe à plusieurs phases chronologiques 135
Session 4
J.-J. maLmaRy, a. Badie, d. taRdy
L’apport des techniques d’acquisition numériques à l’étude de la collection
des blocs d’architecture romaine de Bordeaux 147
J. castet
Retour d’expérience sur l’intégration d’une PFT collaborative
dans les projets de valorisation du patrimoine 157
G. sachau-caRceL, R. VeRGnieux, d. castex
Du terrain à la restitution tridimensionnelle quels enregistrements de données pour quels résultats ? 165
R. VeRGnieux
De la CAO à la photogrammétrie : 30 ans d’exploration des nouveaux usages de la 3D
pour les SHS 173
Un outil de relevés 3D partagé en ligne :
premières applications pour l’art et la
taphonomie des parois ornées de la grotte
de Cussac (ArTaPOC / programme LaScArBx)
Valérie Feruglio, ArScAn – équipe Ethnologie préhistorique, Paris 10-Nanterre, feruglio@free.fr
Bruno Dutailly, PACEA et UMS 3657, Université de Bordeaux
Marie Ballade, Université de Bordeaux, PACEA
Camille Bourdier, Université Toulouse 2-Le Mirail, TRACES
Catherine Ferrier, Université de Bordeaux, PACEA
Stéphane Konik, CNP - Université de Bordeaux, PACEA
Delphine Lacanette-Puyo, I2M
Pascal Mora, UMS 3657
Robert Vergnieux, UMS 3657
Jacques Jaubert, Université de Bordeaux, PACEA
Résumé : La grotte de Cussac (Dordogne) est une cavité ornée et
sépulcrale d’âge Gravettien (c. 30 000 calBP) riche en vestiges de
fréquentations ursine et humaine (traces, empreintes…).
L’objectif du projet ArTaPOC consiste à développer un outil
tridimensionnel pour l’étude intégrée, pluri et interdisciplinaire
de l’art pariétal et de ses supports. Nous avons fait le choix
de la programmation d’un plug-in pour le logiciel MeshLab
afin d’obtenir l’intégration, l’interfaçage et la présentation des
données sur le relevé 3D des parois de la grotte.
Pour la première fois dans une grotte ornée, le support 3D
est sollicité pour procéder aux relevés d’art pariétal et pour
représenter, sur le même document, les processus d’altération et
leur impact en matière de conservation.
Les relevés et le maillage 3D des parois sont partagés sur une
base de données en ligne. Nous prévoyons en outre d’améliorer
les outils de sélection, l’ergonomie, et la possibilité de travailler à
plusieurs sur une même paroi.
Mots-clés : Art pariétal, taphonomie, relevés 3D, Gravettien
Abstract : Cussac Cave (Dordogne) is an ornated and burial site from
the Gravettian period (c. 30,000 calBP). It is rich in remains of
human and bears (traces, footprints...).
The objective of ArTaPOC project is to develop a three-dimensional
tool for the integrated study, multi and interdisciplinary parietal
art and its supports. We made the choice of programming a
plug-in for MeshLab software to provide integration, interfacing
and presentation of data on the 3D survey of the cave walls.
For the first time in an ornated cave, 3D support is requested
to carry out surveys and parietal art to represent, on the
same document, weathering processes and their impact on
conservation.
The tracings and the 3D mesh walls are shared on a database
online. We also expect to improve the selection tools,
ergonomics, and the ability to work together on the same wall.
Keywords : Parietal art, taphonomy, 3D registration, Gravettian
CONTEXTE : LA GROTTE DE CUSSAC (DORDOGNE)
La grotte de Cussac (Dordogne) a été découverte par Marc
Delluc en septembre 2000. Elle se développe sur 1 500 m
de long en une galerie subhorizontale, serpentiforme,
unique, délimitée à ses extrémités par des éboulis (Aujoulat
et al. 2001a). L’entrée actuelle se situe presque à mi-
développement du conduit, ce qui offre le choix, pour qui
y pénètre, d’une direction vers l’amont et d’une autre vers
l’aval de la rivière souterraine.
Un axe de circulation unique a partout été balisé afin de
préserver les sols. L’attention portée à la préservation
de ces derniers ainsi qu’à celle des parois a été et reste la
préoccupation majeure dans l’étude de la cavité.
D’emblée, ce qui frappa fut l’association exceptionnelle de
plusieurs centaines de gravures pariétales, très homogènes
stylistiquement, avec des restes humains, notamment
localisés dans d’anciennes bauges à ours (locus 1 à 3). Les
gravures (fig. 1) correspondent à des figures complètes ou
partielles, isolées ou en palimpseste représentant le bestiaire
habituel de l’art paléolithique pré-solutréen, auquel s’ajoutent
d’autres représentations plus rares et originales (Aujoulat et
al. 2004). La gravure, généralement réservée à la miniature,
Virtual Retrospect 2013 - Session 1 27, 28, 29 Novembre
50
Éléments sous droit d’auteur - © Ausonius Éditions octobre 2015 : embargo de 2 ans
est ici monumentale, avec des animaux qui sont parfois plus
grands que nature. Les colorants ont été très peu utilisés. Les
conventions formelles rattachent l’ensemble aux productions
du Gravettien moyen (Aujoulat et al. 2013).
Les vestiges humains ne sont pas en association directe avec
les panneaux ornés, mais leur présence dans des bauges à
ours a intrigué les premiers visiteurs et l’hypothèse de dépôts
volontaires a été rapidement admise (fig. 2) (Henry-Gambier
et al. 2013). Un ossement humain du locus 1 a été daté
de 25 120 ± 120 BP (Beta Analytic Inc), soit 29560-30290
calBP (Aujoulat et al. 2001b) confirmant une attribution au
Gravettien cohérente avec les données des représentations
gravées.
En ce qui concerne la présence animale, elle est surtout
attestée par les omniprésentes griffades, bauges et autres
empreintes statiques ou dynamiques des ours, attestant de
leurs intenses fréquentations en des temps reculés, toutes
antérieures à la venue de l’Homme. En revanche, les vestiges
osseux semblent avoir subi une dégradation ancienne
naturelle et rapide, contrairement aux restes humains.
Les recherches en cours sont menées depuis 2009 au sein
d’un projet collectif de recherche dirigé par l’un d’entre nous
(Jaubert et al. 2012). Elles regroupent plusieurs disciplines de
l’archéologie et des géosciences dans le respect d’un site à
haute valeur patrimoniale (Fourment et al. 2012 ; Aujoulat
et al. 2013).
Fig. 1. Exemple de panneau orné de la grotte de Cussac : le Panneau de la Découverte (Cl. N. Aujoulat).
Fig. 2. Un des locus à restes humains (locus 2), ici le corps d’un
jeune adulte déposé en décubitus ventral dans une bauge à ours
(Cl. N. Aujoulat).
Un outil de relevés 3D partagé en ligne V. Feruglio, B. Dutailly, M. Ballade ....
51
Éléments sous droit d’auteur - © Ausonius Éditions octobre 2015 : embargo de 2 ans
LES BESOINS EN TERMES DE RELEVÉS 3D
La grotte fait l’objet de numérisations 3D à différentes
échelles par lots. Quelles soient réalisées en laser-scan ou
en photogrammétrie, elles se présentent sous la forme de
nuages de points polygonés afin de définir un maillage à
haute résolution. Une couleur réaliste issue de photographies
numériques est associée à chaque point du maillage et
permet donc une représentation fidèle à l’original (fig. 3).
Ces enregistrements, outre leur vocation conservatoire, ont
pour but l’étude et l’analyse de l’environnement (traces,
empreintes, bris de concrétions…), des locus à restes humains
(mesures, identifications…) et, pour le cas qui nous intéresse
ici, des panneaux ornés. Les conditions de découverte de la
grotte de Cussac avec le respect d’un unique cheminement
font que l’étude est très contrainte et parfois l’objet même
de cette étude n’est pas suffisamment accessible pour des
observations précises. L’outil 3D devient donc à la fois une
aide à l’analyse et un support pouvant recevoir le report de
nos résultats. Dans le cadre du projet ArTaPOC, Archéologie
et Taphonomie de la paroi ornée à Cussac (LabEx LaScArBx),
deux champs disciplinaires se partagent cet outil : les
pariétalistes (spécialistes de l’art pariétal paléolithique) et
les géoarchéologues. Dans un relevé classique en deux
dimensions, le support d’observation est constitué d’une
mosaïque photographique afin de profiter de la meilleure
résolution et obtenir un déroulé de la paroi. On cherche ainsi
à rendre compte de la nature du support et de l’ensemble des
événements, d’origine animale, géologique ou anthropique,
qui ont pu marquer le panneau orné au cours des temps.
En ce qui concerne les représentations, l’analyse technique
de la réalisation des tracés sera mise en avant et on tentera
de mettre en évidence une chronologie relative des éléments
retenus. De même, l’étude taphonomique vise à décrire les
processus naturels ayant affecté le support avant et après
l’investissement graphique en ordonnant les enchaînements
et en cartographiant les phénomènes identifiés. L’ensemble
des données est reportées sur des calques apposés sur
la mosaïque photographique face au panneau. Le relevé
commun à ces deux disciplines permet ainsi de mettre en
relation les évolutions et changements de la paroi avec
les représentations, de les hiérarchiser et d’en préciser la
chronologie, mêlant une archéologie de la paroi ornée et son
histoire taphonomique.
L’intérêt de procéder à un relevé pariétal sur un modèle 3D
est justement de conserver cette troisième dimension, elle
permet de mieux interpréter la paroi sans être en permanence
sur site, soumis à de nombreuses contraintes d’accès et peut
également faciliter certains types de lecture (maîtrise des
éclairages, vision des gravures en relief plutôt qu’en creux…).
Le modèle 3D autorise une vue en orthoplan et conserve
des propriétés métriques que l’on perd en photographie.
De plus, un éclairage virtuel du modèle 3D permet de faire
jouer la lumière avec un degré de liberté plus grand qu’en
conditions réelles. Ce nouvel outil tridimensionnel souhaité
devait permettre, pour le moins, de disposer des mêmes
fonctionnalités qu’un relevé 2D c’est-à-dire de pouvoir
sélectionner des zones sur les parois ornées, et de leur
affecter une couleur et un texte explicatif, l’individualisation
des sélections autorise leur hiérarchisation et donc la
possibilité d’appréhender les chronologies relatives. Il était
aussi nécessaire de pouvoir désigner un point précis et lui
attacher des informations.
Le logiciel pourra être utilisé par plusieurs intervenants ayant
des spécialités différentes au sein de Cussac, c’est une de ses
vocations premières. Il propose donc un système de partage
des données en ligne, avec une gestion des éditions multiples
sur une même zone.
LE CHOIX DE MESHLAB
MeshLab est un logiciel libre et en openSource. Il est de plus
en plus utilisé en contexte archéologique car il permet de
manipuler des maillages 3D dans des formats ouverts, et
ceci libre de droit. De plus, il est conçu pour accueillir des
développements informatiques personnalisés : les plug-ins.
Dans le projet ArTaPOC, les développements informatiques
ont donc consisté à ajouter des fonctionnalités à MeshLab
tout en profitant de sa base, notamment l’affichage des
maillages.
Fig. 3. Panneau du Triptyque : bison en lumière rasante. Relevé 3D
par photogrammétrie (B. Dutailly et P. Mora).
Virtual Retrospect 2013 - Session 1 27, 28, 29 Novembre
52
Éléments sous droit d’auteur - © Ausonius Éditions octobre 2015 : embargo de 2 ans
LOGICIEL : ARCHITECTURE ET FONCTIONNALITÉS
Le plug-in développé (fig. 4) propose un outil de sélection
d’une partie de maillage sous la forme d’un lasso. En effet,
MeshLab ne propose qu’une sélection par rectangle, ce
qui n’est pas satisfaisant pour sélectionner des formes
complexes comme des gravures ou des faciès géologiques.
Ce développement assez complexe était un verrou
technologique qui a été levé, et apporte une réelle plus-value
au logiciel. Un autre outil de sélection par un pinceau permet
de “peindre” des faces du maillage pour les sélectionner,
sans changer leur couleur. Cet outil s’avère très utile pour la
sélection des gravures ou des zones effilées, la sélection par
lasso pouvant être en l’espèce assez fastidieuse (fig. 5). Une
fois la sélection effectuée, la zone est peinte en surimposition
sur les couleurs des points afin de conserver l’aspect de la
paroi (fig. 6). La couleur de remplissage est unie ou peut être
un dégradé entre deux couleurs. Il est possible de manipuler
en 3D le tracé seul, indépendamment de son support (fig. 7).
Les bords de la sélection peuvent également être peints sous
la forme de pointillés, avec différents modes. Ces pointillés
sont relatifs à la définition du maillage, et sont donc plus
lisibles sur de grandes zones. Des aplats en transparence sont
également possibles autorisant ainsi le chevauchement de
deux ou plusieurs sélections. MeshLab proposait déjà un outil
pour placer des points sur un maillage. Cette fonctionnalité
a donc été reprise dans le plug-in. Les faces et points ainsi
peints et les points ainsi placés sont nommés et annotés, puis
stockés dans une base de données locale sur l’ordinateur.
Cette dernière est partagée en ligne avec les autres acteurs
du projet. Pour cela, nous avons développé un site web
(fig. 8) permettant de télécharger un maillage avec sa base
de données associée directement dans MeshLab, puis de
renvoyer cette base de données sur le serveur pour que
ce dernier ait toujours à disposition la dernière version des
relevés effectués sur une zone. Nous avons dû mettre en
place un système de verrou afin qu’une zone en cours de
relevé ne soit pas téléchargeable par un autre intervenant,
et ainsi éviter que le travail soit doublé. Ceci garantit
aussi que le renvoi d’une base de données n’écrase pas le
travail d’un autre utilisateur. Cette gestion de zones et des
acteurs de la recherche étant assez complexe, nous avons
également mis en place des droits en fonction des sites et
des zones. Ce cloisonnement permet ainsi d’éviter les erreurs
de manipulations, et certains utilisateurs aguerris peuvent
piloter plus finement le système. De plus, le site web peut
être ouvert à d’autres projets que Cussac.
Fig. 4. Une partie de l’interface du plug-in dans MeshLab.
Un outil de relevés 3D partagé en ligne V. Feruglio, B. Dutailly, M. Ballade ....
53
Éléments sous droit d’auteur - © Ausonius Éditions octobre 2015 : embargo de 2 ans
DISCUSSION
Les développements du plug-in pour MeshLab ont permis
de faire la preuve du concept. Son utilisation nous a
confortés dans les choix effectués en début de projet, son
fonctionnement correspondant aux attentes du relevé
pariétal en 3D. Il reste néanmoins des points à améliorer,
notamment des détails d’ergonomie qui permettront une
utilisation plus aisée ou plus conviviale. La base de données
permet de stocker plus d’informations qu’un simple nom et
annotation pour les surfaces et les points. Il était prévu d’y
adjoindre des liens internet, des fichiers de données (csv,
excel, pdf, etc.) mais, par manque de temps, l’interface
actuelle dans MeshLab ne le permet pas encore. À plus long
terme, nous prévoyons également d’améliorer les outils
de sélection, en proposant par exemple une sélection qui
agrandit automatiquement en s’arrêtant lors d’un important
changement d’angle. Ceci permettrait de sélectionner en
un clic une gravure, tout en gardant un contrôle de cette
sélection avec les outils classiques de pinceau et lasso.
CONCLUSION
Le développement d’un outil de relevés 3D partagés en
ligne dans le cadre du projet ArTaPOC a conduit à créer
un plug-in pour MeshLab, permettant de sélectionner et
colorer des parties de maillages, de placer des points, et
de les documenter succinctement. Le partage en ligne de
ces informations nécessite une certaine adaptation dans la
façon de gérer les données avant et après le relevé, mais le
fonctionnement reste simple pour la plupart des utilisateurs.
Des améliorations sont possibles et souhaitées, mais le
concept est actuellement opérationnel et désormais utilisé.
Fig. 5. Sélection d’un tracé gravé avec attribution d’une couleur. Fig. 6. Relevé de tracés gravés et d’une zone d’altération de la paroi
avec attribution de couleur pour chacun et individualisation sur des
calques différents.
Fig. 7. Exemple d’extraction de la gravure permettant de manipuler en 3D le
tracé seul, indépendamment de son support.
Virtual Retrospect 2013 - Session 1 27, 28, 29 Novembre
54
Éléments sous droit d’auteur - © Ausonius Éditions octobre 2015 : embargo de 2 ans
Fig. 8. Site web permettant la gestion des sites, zones, et utilisateurs.
Remerciements
Les auteurs remercient le Ministère de la Culture, DRAC
Aquitaine, service régional de l’Archéologie pour les
autorisations et le financement des opérations de terrains,
le LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux (LaScArBx)
pour le financement du projet ArTaPOC.
Le projet portant l’acronyme LaScArBx a bénéficié d’une
aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche
au titre du programme Investissements d’avenir portant la
référence ANR-10-LABX-52.
Bibliographie
Aujoulat, N., J.-M. Geneste, C. Archambeau, D. Barraud, M. Delluc,
H. Duday et D. Gambier (2001a) : “La grotte ornée de Cussac
[The Decorated Cave of Cussac]”, International Newsletter of
Rock Art Research INORA, 30, 3-9.
— (2001b) : “La grotte ornée de Cussac (Dordogne). Observations
liminaires”, Paléo, 13, décembre 2001, 9-18.
— (2004) : “La grotte ornée de Cussac, Le Buisson-de-Cadouin
(Dordogne)”, in : Lejeune 2004, 45-53.
Aujoulat, N., V. Feruglio, N. Fourment, D. Henry-Gambier et
J. Jaubert (2013) : “Le sanctuaire gravettien de Cussac (Le
Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) : premiers résultats
d’un projet collectif de recherche. The Gravettian Sanctuary
of Cussac (Le Buisson-de-Cadouin Dordogne, France): First
Results of a Team Research Project”, International Newsletter
of Rock Art Research INORA, 65, 7-19.
Clottes, J., éd. (2012) : L’art pléistocène dans le monde / Pleistocene
art of the world / Arte pleistoceno en el mundo Actes du
Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010.
Préhistoire, Art et sociétés, T. LXV-LXVI 2010-11, p. 64-65 et
CD-Rom EUR20.
Fourment, N., D. Barraud, M. Kazmierczak et A. Rieu (2012) : “La
grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) :
applications des principes de conservation préventive au cas
d’une découverte récente”, in : Clottes 2012, 343-354.
Henry-Gambier, D., P. Courtaud, H. Duday, B. Dutailly, S. Villotte,
M.-F. Deguilloux, M.-H. Pémonge, N. Aujoulat, M. Delluc, N.
Fourment et J. Jaubert (2013) : “Grotte de Cussac (Le Buisson-
de-Cadouin, Dordogne) : un exemple de comportement original
pour le Gravettien”, in : Jaubert et al. 2013, 169-182.
Jaubert, J., N. Aujoulat, P. Courtaud, M.-F. Deguilloux, M. Delluc, A.
Denis, H. Duday, B. Dutailly, C. Ferrier, V. Feruglio, N. Fourment,
J.-M. Geneste, D. Genty, N. Goutas, D. Henry-Gambier, B.
Kervazo, L. Klaric, R. Lastennet, F. Lévêque, P. Malaurent, J.-
B. Mallye, P. Mora, M.-H. Pémonge, N. Peyraube, M. Peyroux,
H. Plisson, J.-C. Portais, H. Valladas, R. Vergnieux et S. Villotte
(2012) : “Le projet collectif de recherche ‘grotte de Cussac’
(Dordogne, France), étude d’une cavité ornée et à vestiges
humains du Gravettien”, in : Clottes 2012, 325-342.
Jaubert, J., N. Fourment et P. Depaepe, éd. (2013) : Transitions,
ruptures et continuité en Préhistoire, Actes du XXVIIe congrès
préhistorique de France, Bordeaux - Les Eyzies 31 mai-5 juin
2010, Paris, Société préhistorique française, vol. 1.
Lejeune, M., éd. (2004) : L’Art pariétal paléolithique dans son
contexte naturel, Actes du Colloque 8.2, Congrès de l’UISPP,
Liège, 2-8 septembre 2001, Liège, ERAUL, 107.
Article
The 3D technologies have become essential in our researches on the Middle Magdalenian rock carving (18 500-17 000 cal. BP), complementary to the other traditional analytic tools. They play a noticeable role in our stylistic studies: the superimpositions of volumes and not only shapes make the form comparisons all the more accurate that margins of difference can be calculated. On the one hand, clarifying the degree of similarity between two carvings brings more data to the problem of the author(s) of the carvings, and thus it questions notions hardly tackled in prehistoric archaeology: the individual and the short time. These form comparisons prove to be very useful for other archaeological problems. Used for shape identification, they help for a better interpretation of the fragmentary representations and, beyond, for a more precise modelling of the chronological evolution of the parietal assemblages.
Article
Full-text available
Entre l'homme et le milieu existe un lien très fort qui conduit implicitement à la création du territoire. N. Aujoulat (2005) Inventeur, administration et chercheurs à l'unisson À l'image de Lascaux, de Cosquer ou de Chauvet-Pont-d'Arc, la découverte du sanctuaire paléolithique de Cussac par Marc Delluc en septembre 2000 1 (Delluc, 2000) provoqua dans la plupart des milieux scientifiques, administratifs, universitaires ou artistiques, mais aussi auprès du grand public, une attention toute particulière générée par le contexte souterrain, la nature et l'ancien-neté des témoignages pariétaux et la présence de vestiges humains. Dans un premier temps, après la déclaration de décou-verte, les agents de l'État mirent en place les premières investigations qui devaient conduire à une évaluation tant scientifique que conservatoire. Ces opé-rations passaient également par la protection au titre des Monuments Historiques et par la reconnaissance cadastrale de l'emprise de la cavité afin que l'État dispose assez rapi-dement d'une maîtrise foncière. Les choix sur les plans admi-nistratif, scientifique et humain ont bénéficié des expériences positives ou plus nuancées des découvertes majeures pré-cédentes : Cosquer (1991) et Chauvet-Pont d'Arc (1994) prin-cipalement. Ainsi, pour l'heure, aucun faux-pas ne paraît avoir été commis dans la conciliation des intérêts propres aux diffé-rents protagonistes (inventeur, propriétaires, scientifiques) dans le cadre d'une approche du site, globale et d'intérêt général.
Article
In September 23, 2000, during a speleological exploration inside the cave of Cussac, Marc Delluc discovered a remarkable entity of parietal engraved figures.The analogy of depicted animals and of female representations studied long before in Pech-Merle cave allows to date these images to the Gravettian, earlier period of the Upper Palaeolithic.Yet, the exceptional originality of this site consists in the presence of numerous human bones counting at least five individuals, with a location similar to the engravings. The radiocarbon dating of a bone fragment gives : 25 120±120 years and confirms the chronological comparing of both archealogical elements..
L'art pléistocène dans le monde / Pleistocene art of the world / Arte pleistoceno en el mundo Actes du Congrès IFRAO
  • J Clottes
Clottes, J., éd. (2012) : L'art pléistocène dans le monde / Pleistocene art of the world / Arte pleistoceno en el mundo Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010.
La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) : applications des principes de conservation préventive au cas d'une découverte récente
  • N Fourment
  • D Barraud
  • M Kazmierczak
  • A Rieu
Fourment, N., D. Barraud, M. Kazmierczak et A. Rieu (2012) : " La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) : applications des principes de conservation préventive au cas d'une découverte récente ", in : Clottes 2012, 343-354.
Le projet collectif de recherche 'grotte de Cussac
  • J Jaubert
  • N Aujoulat
  • P Courtaud
  • M.-F Deguilloux
  • M Delluc
  • A Denis
  • H Duday
  • B Dutailly
  • C Ferrier
  • V Feruglio
  • N Fourment
  • J.-M Geneste
  • D Genty
  • N Goutas
  • D Henry-Gambier
  • B Kervazo
  • L Klaric
  • R Lastennet
  • F Lévêque
  • P Malaurent
  • J.-B Mallye
  • P Mora
  • M.-H Pémonge
  • N Peyraube
  • M Peyroux
  • H Plisson
  • J.-C Portais
  • H Valladas
  • R Vergnieux
  • S Villotte
Jaubert, J., N. Aujoulat, P. Courtaud, M.-F. Deguilloux, M. Delluc, A. Denis, H. Duday, B. Dutailly, C. Ferrier, V. Feruglio, N. Fourment, J.-M. Geneste, D. Genty, N. Goutas, D. Henry-Gambier, B. Kervazo, L. Klaric, R. Lastennet, F. Lévêque, P. Malaurent, J.- B. Mallye, P. Mora, M.-H. Pémonge, N. Peyraube, M. Peyroux, H. Plisson, J.-C. Portais, H. Valladas, R. Vergnieux et S. Villotte (2012) : " Le projet collectif de recherche 'grotte de Cussac' (Dordogne, France), étude d'une cavité ornée et à vestiges humains du Gravettien ", in : Clottes 2012, 325-342.
Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, Actes du XXVII e congrès préhistorique de France
  • J Jaubert
  • N Fourment
  • P Depaepe
Jaubert, J., N. Fourment et P. Depaepe, éd. (2013) : Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, Actes du XXVII e congrès préhistorique de France, Bordeaux -Les Eyzies 31 mai-5 juin 2010, Paris, Société préhistorique française, vol. 1.