ArticlePDF Available

Ecoéthologie du porc épic (Hystrix cristata) et élaboration d'un référentiel pour son élevage en captivité

Authors:
Résumés 541
des populations à la gestion des ZICGC ont conduit à former les villageois à la
surveillance et à la collecte de données pour l’élaboration d’un plan simple de
gestion.
Une collaboration entre partenaires aux intérêts différents s’est développée et des
accords cadre de collaboration ont été signés (accord de Mambélé entre le projet,
les populations et les guides de chasse ; accord d’appui à la lutte contre le
braconnage dans les concessions forestières entre le projet et les exploitants
forestiers…). Les retombées de l’exploitation de la faune et des forêts ont
augmenté pour les communautés et des actions communautaires ont été réalisées.
La compréhension et l’acception mutuelle des parties se sont améliorées, les
conflits entre les partenaires ont diminué. Le travail des agents de
l’administration chargés de veiller sur les ressources et de traquer les
contrevenants est facilité. L’élection des comités de valorisation des ressources
fauniques (Covaref) chargés de la gestion des ZICGC, a permis aux
communautés de développer leurs capacités d’organisation.
Mots clefs!: – Gestion des ressources naturelles – Communautés riveraines – Formation
des villageois – Comités de valorisation des ressources fauniques (Covaref)
Ntio Nyamali!: «!Inventaires floristiques dans la réserve de faune du Bafing au
Mali!»
La réserve de faune du Bafing au Mali (12°00' à 13°15' N, '10°10’ à 11°00’ W)
s’organise .en cinq blocs distincts, sur plus de 500 000 ha. Sa végétation, de type
soudanien, comprend 45 % de savane arbustive, 40 % de savane arborée, 15 %
de galerie forestière.
Les populations riveraines exercent une forte pression sur les ressources
végétales pour l’alimentation humaine (notamment extraction du vin de palme),
la médecine traditionnelle et l’alimentation du bétail, contribuant ainsi à leur
dégradation. Les forêts galeries sont les milieux les plus touchés. La pratique des
feux de brousse et la mutilation des arbres sont courantes.
Malgré les dégradations, cette zone offre de fortes potentialités pour la faune.
Mot clefs!: Végétation soudanienne – Dégradation anthropique
Bernard Oussou, Guy Apollinaire Mensah, Brice Sinsin!: «!Écoéthologie du porc-
épic (Hystrix cristata) et élaboration d'un référentiel pour son élevage en captivité!»
Des observations préliminaires sur l’écologie, le régime alimentaire, la
préférence alimentaire et l'activité du porc-épic (Hystrix cristata Linnaeus 1758)
ont été faites dans la zone cynégétique de la Djona au Bénin.
L’étude de l’écologie a été réalisée par la prospection des zones de prédilection
du porc-épic et l’identification de ses terriers sur la base d’indices de présence.
L’étude du régime alimentaire a été effectuée par des observations directes sur le
terrain et à partir d’enquêtes auprès des chasseurs et éleveurs pastoraux. La
préférence alimentaire a été étudiée par la méthode du « cafétéria test ». Le
diagramme d'activité du porc-épic a été établi à partir d'observations directes
réalisées dans cinq élevages.
L'étude écologique montre que le porc-épic fréquente surtout les savanes et les
jachères. Il affectionne les sols gravillonnaires et affleurements rocheux et loge
dans les terriers abandonnés par d'autres mammifères ou qu'il creuse lui-même.
542 Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest?
Le régime alimentaire est essentiellement phytophage et les espèces végétales
entrant dans l’alimentation du porc-épic sont : des racines (Manihot esculenta,
Cochlospermum tinctorium), des tubercules (Discorea sp. et Ipomoea batatas),
des feuilles (Boerhavia sp., Manihot esculenta et Lactuca sativa), des graines
(Zea mays et Sorghum sp.), des fruits mûrs (Annona senegalensis, Vitellaria
paradoxa et Psidium guajava). L’étude expérimentale de préférence alimentaire
révèle que les racines de manioc, les feuilles de Boerhavia sp. et de Solanum
nigrum sont les plus consommées.
Les activités quotidiennes observées sont les suivantes : le repos, l’alimentation,
la marche, le toilettage, la miction, le jeu, l’étirement, la défécation et
l’abreuvement. Le repos et l’alimentation occupent la plus grande partie du
temps. La période de repos se situe pendant la journée, entre 8 h et 18 h, et la
période d'alimentation est intense entre 20 h et 24 h.
Des études ethnozoologique, socio-économique et culturelle ont montré que le
porc-épic présente une grande importance pour la population locale.
Mots clefs!: Régime alimentaire – Diagramme d’activité – Ethnozoologie – Bénin.
Armand Paraïso, Agnés Thomas-Odjo!: «!Un programme de recherche sur la
faune entomologique dans les aires protégées du Bénin!»
Le potentiel forestier du Bénin est constitué de 58 massifs couvrant
2 664 075 ha, soit à peu près 23 % de la superficie nationale. Il est composé de
46 forêts classées, 7 périmètres de reboisement, 2 parcs nationaux et 3 zones
cynégétiques. Les recensements dans ces forêts ont révélé une biodiversité très
riche. La faune entomologique dont la conservation mérite d’être envisagée est
cependant peu connue.
La connaissance des insectes forestiers, notamment xylophages, a aussi une
importance économique à cause de la réduction de la quantité de bois
commercialisable qu’ils peuvent occasionner.
Notre programme de recherche a pour objectif d’établir le répertoire de la faune
entomologique dans différentes aires protégées du Bénin et d'identifier les
insectes potentiellement nuisibles pour en envisager le contrôle.
Mots clefs!: Sylviculture – Insectes xylophages – Gestion intégrée
Philippe Rey-Herme!: «!Épizooties, contamination de la faune sauvage menacée
par les animaux domestiques!»
Sans être le facteur déterminant, les maladies de la faune peuvent constituer un
facteur d’extinction pour de petites populations d’espèces menacées.
Ces maladies ont souvent pour origine les populations de mammifères
domestiques. Parmi les exemples marquant on note la rage et le lycaon (Lycaon
pictus) dans les aires protégées d’Afrique de l’Est et du Sud ainsi que la
tuberculose du buffle (Syncerus caffer) en Afrique du Sud. Les mammifères
domestiques constituent souvent des réservoirs de maladie pour la faune.
Selon les maladies prises en compte, la contamination pourra être directe par
contact ou indirecte à partir de l’environnement, la prédation pouvant constituer
une autre voie de contamination. Ce risque nécessite une gestion adaptée.
L’évaluation du risque repose :
Ouvrage issu du séminaire de Parakou (Bénin), 14-19 avril 2003,
organisé avec le soutien du gouvernement du Bénin, de l’Unesco, de la FAO, de l’IRD,
de la région Centre (France) et de la Banque mondiale
Quelles aires protégées
pour l’Afrique de l’Ouest?
Conservation de la biodiversité
et développement
Éditeurs scientifiques
Anne Fournier, Brice Sinsin et Guy Apollinaire Mensah
IRD Éditions
INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT
collection Colloques et séminaires
Paris, 2007
Secrétariat et mise en forme du texte
Nathalie Claudé
Neza Penet
Anne Mouvet
Catherine Noll-Colletaz
Carole Marie
Traduction
Deborah Taylor
Reprise des illustrations
Christine Chauviat
Fabrication
Catherine Plasse
Maquette de couverture
Michelle Saint-Léger
Photo de couverture
© Julien Marchais, programme Enfants et éléphants d'Afrique – Des éléphants et des
hommes «Groupe d'enfants de Boromo en classe Nature, réserve naturelle des Deux
Balés, Burkina Faso»
Photo page 2 de couverture
© IRD / Jean-Jacques Lemasson – Sénégal. Vol de Sarcelles d'été (Famille:
Anatidés, Annas querquedula). Première zone humide d'importance au sud du
sahara, le parc national des Oiseaux du Djoudj (12 000 ha) est essentiel pour
l'hivernage des migrateurs d'Europe du Nord et d'Afrique de l'Ouest (environ 3
millions d'oiseaux transitent, plus de 400 espèces dénombrées). Classé au
patrimoine mondial de l'Unesco (1971) le parc national des Oiseaux du Djoudj
compte parmi les premiers parcs ornithologiques du monde.
La loi du 1er juillet 1992 (code de la propriété intellectuelle, première partie) n’autorisant, aux termes
des alinéas 2 et 3 de l’article L. 122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement
réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les
analyses et les courtes citations dans le but d’exemple ou d’illustration, « toute représentation ou
reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou
ayants cause est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4).
Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une
contrefaçon passible des peines prévues au titre III de la loi précitée.
© IRD, 2007
ISSN : 0767-2896
ISBN: 978-2-7099-1634-9
... Bien que des études soient réalisées sur le porc-épic à crête à travers le monde, très peu sont effectuées au Bénin. Les dernières en date sont celles de De Visser et al. (2001), Oussou (2002), Oussou et al., 2007et Mouzoun (2014. Ces études se sont dans leur ensemble consacrées à une brève description de l'espèce, sa répartition géographique, son habitat, son statut au (Gitay et al., 2002). ...
... Le régime alimentaire du porc-épic à crête est du type herbivore. Il se nourrit des plantes herbacées, de tubercules, de bluté, des racines, de fruits tombés, des tiges, des bourgeons, de maïs et de concombres (Aulagnier et Thevenot ,1986 ;Oussou et al., 2007). Il se nourrit parfois des insectes et des petits animaux, il n'est pas aussi rare de trouver des peaux et os d'animaux dans leurs terriers (Granjon et Duplantier, 2009 ;De Visser et al., 2001). ...
Thesis
Full-text available
Le porc-épics à crête (Hystrix cristata) est le plus gros des rongeurs du Bénin, discret et peu connu. Il est une espèce en situation précaire, menacée de disparition à cause des pressions (chasse, destruction des habitats,…). La présente étude s’est appesantie sur l’écologie de l’espèce et les connaissances endogènes des populations riveraines des réserves de Biosphère de la Pendjari et du W du Bénin. Le principe de base est la présence des populations de Hystrix cristata dans ces réserves. L’objectif de cette étude est de contribuer à l’amélioration des connaissances sur l’écologie et l’importance sociocu turelle du porc-épic à crête. Les investigations menées pendant l’étude ont permis d’élucider les paramètres permettant de connaître les habitats fréquentés et les conditions écologiques qui régissent la survie de l’espèce ainsi que les relations entre les populations humaines et celles de Hystrix cristata. Les relevés des indices de présence ont été effectués suivant la méthode dite «marche de reconnaissance guidé » (recce guidé) et de comptage indirect en milieu naturel. Egalement des visites systématiques dans les milieux indiqués par les informateurs sont effectuées, de même des tournées nocturnes sont effectuées. Les données sur les pressions, les utilisations et le régimealimentaire et les observations sur le terrain. Les données ethnozoologiques sur l’espèce sont collectées à base des entretiens individuels auprès de 260 personnes constituées de pêcheurs, de chasseurs, de tradipraticiens, d’exploitants agricoles… dans 10 villages riverains. Les résultats des travaux ont permis d’étudier l’importance socioculturelle, les menaces, les différents habitats fréquentés et le régime alimentaire de l’espèce dans les réserves de biosphère de la Pendjari et du W au Bénin et leur périphérie. L’habitat préférentiel et la distribution de Hystrix cristata ont été examinés dans les réserves de la Pendjari et du W-Bénin. La présente étude combine des données sur la sélection de l’habitat, les menaces, les relations socio-économiques et le régime alimentaire. Cette étude a permis de constater que l’espèce a une préférence aux habitats moins fermés et les formations végétales sur des substrats rocheux ou pierreux. Il est constaté que les savanes arbustives concentrent 47,62% des sites d’occurrences contre seulement 3,28 % pour les galeries forestières. Le test de Kruskal-Wallis indique une différence significative (p = 0,002). Le taux de rencontre moyen est de 2,85 indices/km. Les principales menaces pesant sur l’espèce sont le braconnage (96,15%), les actions anthropiques ou dégradation des habitats. L’importance ethnozoologique de Hystrix cristata a été évaluée et quatre formes d’utilisation (alimentaire, médicinale, commerciale et ornementale) sont identifiées. La forme alimentaire (4,95) est celle pour laquelle la valeur de diversité d’utilisation est la plus élevée suivie de celle médicinale (3). Les organes les plus utilisés sont la peau et la chair, le piquant et l’estomac. Son régime alimentaire est très diversifié et constitué essentiellement des fruits, de racines, de tubercules, du dattier sauvage (65,5%), du baobab, de karité de cochlospermum à teinture (76,42%), etc., et il peut ronger les os en période de rareté des plantes. L’étude des interactions existant entre les populations locales, l’environnement et les porcs-épics à crête est indispensable pour une meilleure compréhension des capacités d'adaptation de Hystrix cristata aux perturbations de l’habitat et pour l’évaluation des menaces spécifiques au contexte local. De telles études peuvent contribuer à améliorer l’efficacité et la durabilité des actions de conservation ainsi que le développement des populations riveraines.
... Bien que les études qui portent sur les inventaires des peuplements mammaliens tendent à s'élargir à travers le monde, l'écologie de beaucoup d'espèces animales reste méconnue au Bénin. Le porc-épic à crête reste peu connu au Bénin si l'on se réfère aux travaux qui lui ont été consacrés in natura (De Visser et al., 2001 ;Oussou, 2002 ;Mouzoun, 2014). Les types de formations végétales de la zone soudano-sahélienne du Nord-Bénin constituent une ressource alimentaire importante pour la faune sauvage, voire aussi un habitat pour certaines espèces animales comme des mammifères, rongeurs, oiseaux, reptiles, etc. En effet, l'étude de l'écologie et de l'éthologie de la faune sauvage des aires protégées du Bénin a permis de disposer des connaissances sur l'interaction végétation et animaux sauvages (Tèhou, 2001 ;Tèhou et al., 2012). ...
Article
Full-text available
RESUME Le porc-épic à crête (Hystrix cristata-Linnaeus, 1758) est l'un des plus gros rongeurs mammifères d'Afrique et utilisent divers habitats. L'objectif de cette étude est de connaître les caractéristiques générales de l'habitat de H. cristata .Les habitats utilisés par le porc-épic à crête dans les réserves de biosphère du Bénin (Pendjari et W du Bénin) ont été étudiés à travers la collecte des indices de présence par la méthode de «marche de reconnaissance guidée (recce guidé)» et la description des sites. L'aire d'étude est constituée des habitats qui sont divisés en 6 types, selon leurs caractéristiques: savane arbustive, savane arborée, forêt galerie, formation sur affleurement rocheux, formation buissonnante et champs et jachères. Les savanes arbustives (32,94 %) et les savanes arborées (29,76 %) sont prédominantes, et les mélanges de champs et jachères (1,04 %) sont faiblement représentés. Les savanes arbustives et les formations sur affleurements rocheux sont les habitats les plus préférés par le porc-épic à crête. Ces deux habitats ont enregistrés les fréquences les plus élevées des localisations, qui sont respectivement 47,62 % et 36,97 %. Les savanes arborées et les galeries forestières sont évités par l'espèce avec des indices de préférence d'habitat négatifs, respectivement (-0,10) et (-0,77). Il urge que des stratégies d'aménagement soient élaborées afin d'assurer le maintien à long terme des habitats de H. cristata dans les réserves de biosphère du Bénin. ABSTRACT The crested porcupine (Hystrix cristata-Linnaeus, 1758) is one of the largest mammalian rodents in Africa and uses a variety of habitats. The objective of this study is to know the general characteristics of the habitat of H. cristata. The habitats used by the crested porcupine in the biosphere reserves of Benin (Pendjari and W of Benin) were studied through the collection of presence indices by the method of "guided reconnaissance walk" (recce guidé) and the description of the sites. The study area consists of habitats that are divided into 6 types, according to their characteristics: shrub savannah, tree savannah, gallery forest, rock outcrop formation, bushland and fields and fallow. Shrub savannas (32.94%) and tree savannas (29.76%) are predominant, and field and fallow mixtures (1.04%) are poorly represented. Shrubby savannahs and rock outcrop formations are the most preferred habitats for rumped porcupines. These two habitats recorded the highest frequencies of the locations, which are respectively 47.62% and 36.97%. Tree savannahs and gallery forests are avoided by the species with negative habitat preference indices, respectively (-0.10) and (-0.77). There is a need for management strategies to ensure the long-term maintenance of H. cristata habitats in Benin Biosphere Reserves.
... Plusieurs études ethnozoologiques ont montré l'importance capitale du porc-épic à crête pour le bien-être des communautés locales en Afrique (Monteil, 1951 ;Bellakhdar, 1997 ;De Visser et al., 2001 ;Oussou, 2002 ;Cuzin, 2003 ;Codjia et Assogbadjo, 2004 ;Tchibozo et Motte-Florac, 2004 ;Yaokokoré-Beibro et al., 2010 ;Mouzoun, 2014). Cependant, peu d'études ethnozoologiques ont porté sur les aires protégées, et plus particulièrement sur les réserves de biosphère de la Pendjari et du W au Bénin. ...
Article
Full-text available
La demande croissante de viande de brousse en Afrique menace d’extinction de nombreuses espèces animales. Certaines sont en situation précaire, tel le porc-épic à crête (Hystrix cristata). Menacé d’extinction, il reste chassé dans plusieurs pays africains pour sa viande, très prisée par les populations locales, mais aussi ses poils modifiés en piquants. Peu connu, il présente des particularités qui lui sont spécifiques. Seul représentant de la famille des hystricidés au Bénin, il est exploité à diverses fins, dont l’alimentation humaine, en tant que source de protéines pour les populations locales, et la médecine traditionnelle. Par des enquêtes, des entrevues, des discussions informelles et des observations de terrain, nous avons étudié les usages du porc-épic à crête par les populations des réserves de biosphère de Pendjari et du W au Bénin. Cette espèce animale est utilisée dans quatre domaines : alimentation, pharmacopée, commerce et ornement. Les fréquences d’usage répertoriées sont la nourriture (100 % des personnes interrogées), la pharmacopée (80,3 %), le commerce (37,5 %) et l’ornement-artisanat (2,2 %). Les parties qui présentent les valeurs d’usage (VU) les plus élevées, toutes catégories d’usage confondues, sont la chair et la peau (viande) (VU = 1,00), les piquants (VU = 0,76) et l’estomac (VU = 0,42). La gestion effective du porc-épic à crête et de son milieu de vie suppose de conduire des recherches plus approfondies, notamment sur son importance économique et les éventuelles possibilités de son élevage en captivité.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.