BookPDF Available

À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services. La perspective des personnes toxicomanes.

Authors:

Abstract

Comment un consommateur de substances psychoactives est-il amené à s’inscrire dans une trajectoire addictive ? Quel en est le développement ? Comment en sort-on ? Dans quelles circonstances de son parcours la personne toxicomane aura-t-elle recours à l’un ou l’autre des services offerts au Québec et quelle sera sa trajectoire de services ? Quelles seront les interactions entre ces deux trajectoires ? Comment favoriser que cette interaction mène vers une sortie de la toxicomanie ou, tout au moins, une réduction de ses méfaits ? " Les cinq chapitres de cet ouvrage se penchent sur ces importantes questions en présentant les résultats d’une recherche québécoise qui s’est intéressée au point de vue des personnes toxicomanes en regard de leur trajectoire addictive et de leur trajectoire d’utilisation de services. À la suite d’une recension des écrits sur les enjeux que pose l'intervention en toxicomanie et de la présentation de résultats quantitatifs et qualitatifs sur les profils et les trajectoires des participants rencontrés, les auteurs discutent de trois éléments essentiels dans la mise en place de services optimaux : le niveau de sévérité des problématiques détectées par les services de santé et de services sociaux au Québec, la notion de cumul de services et la collaboration et les enjeux d'intégration des services qui y sont reliés.
À LA CROISÉE DES CHEMINS :
trajectoires addictives et trajectoires de services
La perspective des personnes toxicomanes
À LA CROISÉE DES CHEMINS :
trajectoires addictives et trajectoires de services
La perspective des personnes toxicomanes
Sous la direction de
Serge Brochu
Michel landry
Karine Bertrand
natacha Brunelle
catherine Patenaude
Maquette de couverture : Laurie Patry
Mise en pages : Diane Trottier
ISBN 978-2-7637-1935-1
PDF 9782763719362
© Les Presses de l’Université Laval 2014
Dépôt légal 3e trimestre 2014
Les Presses de l’Université Laval
www.pulaval.com
Toute reproduction ou diffusion en tout ou en partie de ce livre par quelque moyen
que ce soit est interdite sans l'autorisation écrite des Presses de l'Université Laval.
Les Presses de l’Université Laval reçoivent chaque année du Conseil des
Arts du Canada et de la Société de développement des entreprises cultu-
relles du Québec une aide nancière pour l’ensemble de leur programme
de publication.
Nous reconnaissons l’aide nancière du gouvernement du Canada par
l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.
Table des matières
Les auteurs ..............................................XIII
Remerciements ............................................XV
Introduction ................................................1
Michel Landry, Serge Brochu, Natacha Brunelle, Catherine Patenaude et Karine Bertrand
Chapitre 1 – Recension des écrits et problématique ...............9
La toxicomanie – une problématique alambiquée ; un traitement
complexe
Serge Brochu, Catherine Patenaude, Michel Landry et Karine Bertrand
Des produits et des consommateurs...................................9
Les coûts des usages problématiques de substances psychoactives ..........15
Les traitements de la toxicomanie et leur efcacité .....................16
Les modèles d’intervention efcaces en toxicomanie .................17
L’efcacité des traitements chez les personnes dont le problème est
chronique : vers un changement de paradigme ? ....................19
Faible pénétration des traitements dans la population....................22
Les problématiques associées – une difculté accrue.....................24
La nécessité d’une intervention intégrée ..............................27
Trajectoires addictives : survol de la littérature .........................32
Trajectoires addictives : quelques constats .........................32
Les trajectoires de service : survol critique .........................35
Les trajectoires addictives et de services : enjeux conceptuels ..............37
Trajectoires addictives : un concept qui tient compte de la complexité ...37
Les trajectoires de services : concept imbriqué dans celui de trajectoires
addictives...................................................39
Notre préoccupation .............................................40
Chapitre 2 – Méthodologie ...................................41
Catherine Patenaude et Natacha Brunelle
Stratégies d’échantillonnage et critères d’inclusion ......................42
Recrutement des participants (T1)...................................46
Échantillon de participants rencontrés au premier temps de mesure (T1) 50
À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services
Vi
Retraçage des participants au deuxième temps de mesure (T2) ............51
Échantillon de participants rencontrés au deuxième temps
de mesure (T2) ..............................................53
Les instruments de collecte des données ..............................54
L’entretien de recherche qualitatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
Le questionnaire sur l’utilisation des services .......................56
Le DÉBA-Alcool/Drogues ....................................57
L’IDPESQ-14 ..............................................62
Déroulement de la collecte des données ..............................63
Méthodes d’analyse ..............................................65
Les analyses thématiques des entretiens qualitatifs ..................65
Les analyses statistiques des données quantitatives ..................68
Chapitre 3 – Résultats quantitatifs ............................69
Portrait et changement de la consommation d’alcool et de drogues,
de la détresse psychologique et de l’utilisation de services des participants
Catherine Patenaude, Isabelle Beaudoin, Michel Landry et Serge Brochu
Portrait sociodémographique des participants..........................70
Portrait de la consommation d’alcool et de drogues des participants
au premier temps de mesure (T1) ...................................73
La consommation d’alcool des participants ........................74
La consommation de drogues des participants......................76
Sévérité de la consommation d’alcool et de drogues des participants ....81
Sévérité de la détresse psychologique des participants au premier temps
de mesure (T1) .................................................83
L’utilisation de services par les participants avant le T1 ..................86
Portrait de l’utilisation des services ..............................86
Nombre de services spécialisés en toxicomanie utilisés par les
participants .............................................90
Description des suivis médicaux et psychiatriques, des médicaments
prescrits consommés et des suivis par plus d’un professionnel ......92
Variables associées à l’utilisation des services .......................98
Portrait et variables associées aux changements survenus entre le premier
et le deuxième temps de mesure ...................................101
Portrait des changements concernant la consommation d’alcool
et de drogues, le niveau de détresse psychologique et l’utilisation
des services des participants, en fonction du milieu de recrutement ....101
Vii
Table des maTières
Variables associées aux changements de la consommation d’alcool
et de drogues...............................................107
Conclusion ....................................................110
Faits saillants – résultats quantitatifs ................................111
Chapitre 4 – Résultats qualitatifs .............................113
Trajectoires de consommation : les inuences du point de vue
des personnes toxicomanes
Natacha Brunelle, Karine Bertrand, Jorge Flores-Aranda, Catherine Patenaude,
Michel Landry, Joanie Lafontaine et Serge Brochu
Introduction ...................................................113
Bref rappel méthodologique ......................................114
Résultats......................................................115
Pourquoi consommer ? .......................................116
Des incitatifs ...........................................116
Entourage de consommateurs ..........................116
Occasions de consommation ...........................118
Des émotions difciles à oublier ............................119
Tristesse et colère ....................................120
Sentiment de solitude.................................121
Stress..............................................122
Des obstacles au changement ..............................123
Manque de soutien social..............................123
Délinquance et problèmes judiciaires.....................124
Dépendance/sevrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
Aspects négatifs liés aux services ........................125
Modalités des services .............................126
Le personnel ....................................127
Déclencheurs de l’état de manque ...................128
Manque de motivation au changement ou au traitement .....129
Déni ou refus de modier sa consommation ...........129
Ambivalence ....................................130
Pressions externes ................................131
Diminuer ou cesser la consommation : pourquoi et grâce à quoi ?......132
Sources externes ........................................133
Se soumettre aux pressions.............................133
Effets positifs liés aux services...........................133
À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services
Viii
Sources internes.........................................136
Améliorer leurs conditions de vie........................136
Améliorer leur réseau social ou familial ..................137
Améliorer leur santé physique ou psychologique............137
Stratégies utilisées .......................................138
Discussion.....................................................139
Faits saillants – Résultats qualitatifs : trajectoires de consommation ........148
Chapitre 5 – Résultats qualitatifs ............................151
Les trajectoires d’utilisation de services en toxicomanie
et les principaux enjeux associés : la perspective des usagers
Karine Bertrand, Jorge Flores-Aranda, Natacha Brunelle, Michel Landry,
Catherine Patenaude et Serge Brochu
Introduction ..................................................151
Quelques rappels méthodologiques ................................152
Résultats .....................................................153
Les demandes d’aide auprès du réseau de la santé
et des services sociaux........................................154
Demandes d’aide : motifs et contextes .......................155
Résultats de la demande d’aide ............................158
Appréciation du processus de demande d’aide ................160
Les freins à la demande d’aide .............................162
Les références vers des services en toxicomanie ...................163
Contextes entourant la référence en toxicomanie...............163
L’expérience de la référence : réactions et sentiments vécus .......166
Effets de la référence sur le niveau d’engagement en traitement ...167
Processus de référence et trajectoires de services................169
Effets perçus des services .....................................170
Effets des services en toxicomanie : au-delà des substances........171
Effets des autres services non liés à la toxicomanie ..............173
Enjeux entourant la collaboration entre les services : la perspective
de l’usager ................................................175
Des références avec ou sans soutien à la démarche..............176
Travail en concertation lors de suivis.........................178
Enjeux de collaboration selon les portes d’entrée . . . . . . . . . . . . . . .180
Collaboration absente ou mal communiquée . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Collaboration non souhaitée ..............................182
Avantages et désavantages de la collaboration .................182
Vécus reliés à la collaboration..............................184
iX
Table des maTières
Discussion ....................................................185
Les demandes d’aide : parcours à obstacles .......................185
Expériences satisfaisantes de demandes d’aide : ingrédients clés .......189
Détection et référence en toxicomanie : interventions signicatives ....190
Collaboration entre les professionnels : intégration des services variable 192
Faits saillants – Résultats qualitatifs : trajectoire de services ..............196
Conclusion ................................................199
Serge Brochu, Michel Landry, Natacha Brunelle, Catherine Patenaude et Karine Bertrand
Sévérité des problématiques.......................................199
Cumul de services ..............................................202
Une collaboration intégrée .......................................204
Bibliographie ..............................................207
Annexe ...................................................229
Liste des gures
FIGURE 1. Évolution de la prévalence de consommation de drogues
illicites et d’alcool chez les personnes de 15 ans et plus au Canada
et au Québec (12 derniers mois) de 2004 à 2012........................11
FIGURE 2. Drogues consommées de façon risquée par les participants. ....76
FIGURE 3. Drogue considérée comme la plus importante
par les participants (la plus fréquemment consommée ou celle causant
le plus de problèmes)..............................................79
FIGURE 4. Distribution du nombre de services en toxicomanie utilisés
par les participants. ..............................................91
FIGURE 5. Types de médicaments prescrits aux participants. ............96
FIGURE 6. Inuences sur la motivation ............................145
FIGURE 7. Demande d’aide et référence en toxicomanie :
différents parcours ..............................................170
FIGURE 8. Les corridors de services : description des trois types de portes
d’entrée vers les services en toxicomanie à partir de la perspective
des participants. ................................................180
Liste des tableaux
TABLEAU 1. Taux de dépassement des limites des directives
de consommation d’alcool à risque au Canada, en 2012,
en fonction du groupe d’âge et du genre...............................12
TABLEAU 2. Taux de prévalence de la consommation
de drogues illicites (cannabis et autres) au Canada, en 2012,
en fonction du groupe d’âge et du genre...............................13
TABLEAU 3. Échantillons visés et échantillons réels aux deux temps
de mesure (T1 et T2)..............................................54
TABLEAU 4. Caractéristiques sociodémographiques des participants
rencontrés au premier (T1) et au deuxième (T2) temps de mesure. .........72
TABLEAU 5. Comparaison des caractéristiques sociodémographiques
au T1 des participants rencontrés au premier temps de mesure (T1)
seulement et des participants rencontrés au premier et au deuxième
temps de mesure (T1 et T2). .......................................73
TABLEAU 6. Sévérité de la consommation d’alcool des participants
en fonction des milieux de recrutement. ..............................75
TABLEAU 7. Comparaison des proportions de consommateurs à risque
de cannabis, de cocaïne et d’autres stimulants en fonction des milieux de
recrutement.....................................................77
TABLEAU 8. Sévérité de la consommation de drogues des participants
en fonction des milieux de recrutement. ..............................80
TABLEAU 9. Sévérité de la consommation d’alcool et de drogues
des participants en fonction des milieux de recrutement. .................82
TABLEAU 10. Consommation problématique d’alcool seul,
de drogues seules et polyconsommation. ..............................82
TABLEAU 11. La détresse psychologique sévère, en fonction des milieux
de recrutement. .................................................84
À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services
Xii
TABLEAU 12. Prédiction de la sévérité de la détresse psychologique
au premier temps de mesure........................................85
TABLEAU 13. La variété des services utilisés en fonction des milieux
de recrutement. .................................................87
TABLEAU 14. Le nombre moyen de services utilisés en fonction
des milieux de recrutement au T1. ..................................89
TABLEAU 15. Les participants suivis par un médecin régulier,
en fonction du milieu de recrutement.................................93
TABLEAU 16. Les participants suivis par un psychiatre, en fonction
du milieu de recrutement. .........................................94
TABLEAU 17. La prise de médicaments prescrits et leur nombre,
en fonction des milieux de recrutement. ..............................95
TABLEAU 18. Avoir plusieurs intervenants de suivi, en fonction
des milieux de recrutement.........................................97
TABLEAU 19. Prédiction du nombre et de la variété des services utilisés
dans les cinq dernières années et dans l’année qui ont précédé le premier
temps de mesure. ................................................99
TABLEAU 20. Comparaison de l’utilisation des services,
de la consommation d’alcool et de drogues et de la détresse psychologique
des participants entre l’année qui a précédé le T1 et la période
de temps écoulée entre le T1 et le T2................................104
TABLEAU 21. Prédiction du changement dans la sévérité
de la consommation d’alcool entre l’année qui a précédé le premier temps
de mesure et la période de temps
entre le T1 et le T2. .............................................108
TABLEAU 22. Prédiction du changement dans la sévérité
de la consommation de drogues entre l’année qui a précédé le premier
temps de mesure et la période de temps entre le T1 et le T2. .............110
Les auteurs
Isabelle Beaudoin, professionnelle scientique – services sociaux,
Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS)
Karine Bertrand, professeure agrégée, Programmes d’études et de
recherche en toxicomanie, Département des sciences de la santé
communautaire, Faculté de médecine et des sciences de la santé,
Université de Sherbrooke
Serge Brochu, vice-recteur adjoint à la recherche – Lettres et sciences
humaines et professeur titulaire, École de criminologie, Université de
Montréal
Natacha Brunelle, professeure titulaire, Département de psychoédu-
cation, Université du Québec à Trois-Rivières
Jorge Flores-Aranda, candidat au doctorat, Département des sciences
de la santé communautaire, Faculté de médecine et des sciences de la
santé, Université de Sherbrooke
Joanie Lafontaine, diplômée à la maîtrise en psychoéducation,
Université du Québec à Trois-Rivières et psychoéducatrice, service
évaluation/orientation, Centre jeunesse de Montréal – Institut
universitaire
Michel Landry, conseiller à la recherche, Centre de réadaptation en
dépendance de Montréal – Institut universitaire
Catherine Patenaude, professionnelle de recherche, Université de
Montréal
Remerciements
Nous tenons à remercier les personnes qui ont collaboré
de près ou de loin à ce projet de recherche et à qui nous
devons sa réussite.
D’abord, nous remercions inniment les 127 personnes qui ont
accepté de rencontrer notre équipe de recherche et qui nous ont fait
conance en nous exposant le récit de leurs trajectoires de vie avec
beaucoup de générosité. La richesse des résultats ainsi obtenus peut
d’ailleurs en témoigner.
Nous sommes également redevables aux établissements-partenaires
qui ont participé à la recherche, et en particulier aux intervenants qui ont
sollicité les personnes intéressées par l’étude parmi leur clientèle. Le
soutien de ces partenaires a aussi été précieux pour que nous puissions
aller à la rencontre des participants (accès à des locaux, autorisation de
visiter des participants hébergés par leurs services, aide pour trouver des
coordonnées valides lors du retraçage pour le deuxième temps de mesure,
etc.). Nous remercions donc les organisations suivantes :
Centre d’aide et de réhabilitation pour alcooliques et toxicomanes
(CARAT)
Centre de réadaptation en dépendance de Montréal – Institut
universitaire (CRDM-IU)
Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance
Centre de santé et de services sociaux Lucille-Teasdale
Centre de santé et de services sociaux de Maskinongé
Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie –
Centre-du-Québec
À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services
XVi
Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières, Centre
hospitalier aflié universitaire régional
Centre L’envolée
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
L’Autre Côté de l’Ombre
La maison Carignan
Services correctionnels du Québec
Toxi-Co-Gîtes
Université de Sherbrooke
Université du Québec à Trois-Rivières
Plusieurs agents de recherche ont travaillé avec beaucoup de compé-
tence, d’efcacité et de dynamisme à ce projet. Leur travail rigoureux à
chacune des étapes de la recherche (collecte des données, analyses,
diffusion des résultats, coordination) a grandement contribué à la qualité
des résultats obtenus. Nous remercions chaleureusement : Jorge Flores-
Aranda, Joanie Lafontaine, Isabelle Beaudoin, Maggie Ringuette, Ève
Paquette, Annie Gendron, Sara-Maude Joubert, Luba Moshcovic,
Karine St-Germain, Catherine Arseneault, Mélisa Bergeron, Sabrina
Champoux, Caroline Bernard, Kevin Bureau, Anthony Caron, Vanessa
Corbeil, Pierre Corneloup, Tania Giffard-Boily, Chrystelle Houde
St-Pierre, Maryline Jutras, Dominique Larivière, Jonathan Maheux et
Jany Pichette.
Nous remercions enn le Conseil de recherches en sciences humaines
du Canada (CRSH) et l’Université de Montréal qui ont subventionné ce
programme de recherche ARUC sur les trajectoires addictives et les
trajectoires de services. Merci également à la Chaire de recherche du
Canada sur les trajectoires d’usage de drogues et les problématiques
associées de l’UQTR pour une partie de la gestion des ressources
humaines, nancières, informatiques et le matériel nécessaire à la réali-
sation de ce projet de recherche.
Introduction
Michel landry, Serge Brochu, natacha Brunelle,
catherine Patenaude et Karine Bertrand
Au Québec, comme ailleurs dans le monde, l’usage de
substances psychoactives, que ce soit l’alcool, les drogues
illicites ou les médicaments psychotropes, est largement
répandu dans la population. Une minorité des usagers de ces substances
en fera ou en a fait un usage à risque, et certains d’entre eux dévelop-
peront à un moment de leur vie une dépendance à l’un ou plusieurs de
ces produits, cette dépendance pouvant se poursuivre pendant plusieurs
années. Ces personnes, au moins pendant une période de leur vie, auront
fait de la consommation de substances psychoactives (SPA) le centre de
leur vie, au point d’y consacrer la majeure partie de leurs énergies et de
leurs ressources, et ce, malgré les conséquences néfastes que cette consom-
mation a pu entraîner sur leur santé physique et mentale, leur vie familiale
et professionnelle et même leur liberté. C’est ce que nous qualierons ici
de trajectoire addictive.
Les coûts de la consommation problématique de SPA sont immenses,
tant pour l’individu lui-même et pour son entourage immédiat que pour
la société dans son ensemble. Il s’agit d’un problème de santé publique
majeur qui fait l’objet d’une attention soutenue partout dans le monde,
notamment auprès de l’Organisation mondiale de la santé (2007b), qui
fait la promotion de nombreux programmes de prévention et de
traitement de la toxicomanie. Le gouvernement du Québec (Ministère de
la Santé et des Services sociaux, 2007), pour sa part, a déployé son offre
de services en dépendance an de prévenir la toxicomanie et les nombreux
problèmes qui y sont associés et offrir de l’aide aux personnes qui en sont
À la croisée des chemins : trajectoires addictives et trajectoires de services
2
affectées, directement ou indirectement. Cette offre de services se traduit
par un réseau complexe composé d’établissements de santé et de services
sociaux et d’organismes divers auxquels les personnes toxicomanes ou à
risque de le devenir peuvent avoir recours pour faire face aux difcultés
liées à leur dépendance. Nous entendrons ici par trajectoire de services le
parcours des personnes dépendantes ou à risque à travers les différentes
composantes de cette offre de services.
Comment un consommateur de SPA est-il amené à s’inscrire dans
une trajectoire addictive ? Quel en est le développement ? Comment en
sort-on ? Dans quelles circonstances de son parcours la personne
toxicomane aura-t-elle recours à l’un ou l’autre des services disponibles
au Québec et quelle sera sa trajectoire de services ? Quelles seront les
interactions entre ces deux trajectoires ? Comment favoriser que cette
interaction mène vers la sortie de la toxicomanie ou tout au moins à la
réduction de ses méfaits ?
C’est dans le but de répondre à ces questions qu’un groupe de
chercheurs et de partenaires concernés par la toxicomanie et ses méfaits
au Québec se sont unis et ont obtenu du Conseil de recherches en sciences
humaines du Canada (CRSH) une subvention de recherche dans le cadre
de son programme Alliance de recherche universités-communautés (ARUC).
Les partenaires de ce projet rassemblent la majorité des organisa-
tions susceptibles de recevoir des personnes toxicomanes et de leur offrir
des services, identiées comme des acteurs importants dans l’Offre de
service du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Ce
sont l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale,
l’Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-
du-Québec, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal,
l’Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec
(ACRDQ), l’Association des centres jeunesses du Québec, l’Association
québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), le
Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT), le Centre de
réadaptation en dépendance de Montréal – Institut universitaire
(CRDM-IU), le Centre de réadaptation en dépendance Domrémy
Mauricie–Centre-du-Québec, la Direction générale des services correc-
tionnels du Québec, l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal,
l’Institut universitaire en santé mentale Douglas et le Service correc-
tionnel du Canada.
... There are multiple negative consequences associated with excessive use of psychoactive substances such as cannabis and alcohol: cognitive impairment, psychosocial development disorders, impacts on physical health, etc. (Brochu, Landry, Bertrand, Brunelle, & Patenaude, 2014). According to the Advisory Council on the Misuse of Drugs in the UK, substance misuse is a "condition that may cause an individual to experience social, psychological, physical or legal problems related to intoxication and/or regular excessive consumption, and/or dependence" (National Collaborating Centre for Mental Health, 2008). ...
... This qualitative study is part of a broader research program supported by the Community-University Research Alliance Program of the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (Brochu et al., 2014). The purpose of the program is to study links between addiction trajectories and service use trajectories, from the users' points of view. ...
... Among the entire sample, 41% reported one or less consultation among specialized addiction services during the last five years, mostly following the recent detection episode, despite long lasting alcohol and drug problems (Brochu et al., 2014;p. 90). ...
Article
Full-text available
Substance addiction in young adults is particularly problematic. Yet, much remain at stake in understanding the specifics of this population’s access to services. The objective of this study is to explore young adults’ initiation of substance misuse treatment. Our study sample was composed of 35 individuals aged 18 to 30 with problematic psychoactive substance use who have been identified in criminal courts, hospital emergency departments, and Health and Social Services Centers in Québec (Canada). A thematic analysis was performed on the 62 semi-structured interviews conducted with participants. Three components emerged. First, personal elements—expectations, individual motivations, perceptions of use, and capacity to control it—influence initiation of substance misuse treatment. Second, family and peers have noticeable influences. Finally, system characteristics and prior care experiences also shape the process. Consideration should be given to tailor interventions that can reach young adults and encourage them to initiate appropriate care.
... This qualitative study is part of a broader research program supported by the Community-University Research Alliance Program of the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC; Brochu et al., 2014). The purpose of the program is to study links between addiction trajectories and service use trajectories from the users' points of view. ...
... Among the entire sample, 41% reported one or less consultation among specialized addiction services during by guest on December 5, 2016 qhr.sagepub.com Downloaded from the last 5 years, mostly following the recent detection episode, despite long-lasting alcohol and drug problems (Brochu et al., 2014). However, nearly 60% were twice or more in addiction services during the same period (Brochu et al., 2014). ...
... Downloaded from the last 5 years, mostly following the recent detection episode, despite long-lasting alcohol and drug problems (Brochu et al., 2014). However, nearly 60% were twice or more in addiction services during the same period (Brochu et al., 2014). For the present study-focusing on young adults-only participants aged 18 to 30 were retained (N = 35/127). ...
Preprint
Substance addiction in young adults is particularly problematic. Yet, much remain at stake in understanding the specifics of this population’s access to services. The objective of this study is to explore young adults’ initiation of substance abuse treatment. Our study sample was composed of 35 individuals aged 18 to 30 with problematic psychoactive substance use who have been identified in criminal courts, hospital emergency departments and Health and Social Services Centers in Quebec (Canada). A thematic analysis was performed on the 62 semi-structured interviews conducted with participants. Three components emerged. First, personal elements—expectations, individual motivations, perceptions of use and capacity to control it—influence initiation of substance abuse treatment. Second, family and peers have noticeable influences. Finally, system characteristics and prior care experiences also shape the process. Consideration should be given to tailor interventions that can reach young adults and encourage them to initiate appropriate care.
... These apprehensions are frequently shared by other service providers who are untrained in these fields, but interact with this clientele, such as police officers (Chappell & O'Brien, 2014). In Quebec, more specifically, interprofessional, interdisciplinary and intersectoral collaborations also face obstacles such as the presence of different organisational and administrative procedures and a lack of knowledge regarding the different organisations involved in the prevention and treatment of either disorder (Brochu, Patenaude, Patenaude, Landry, & Bertrand, 2014;Fleury, Béland, Béland, Cazale, & Touati, 2009). ...
Article
Co‐occurring disorders in mental health and addiction present a high prevalence, but services available to prevent and treat them are often fragmented. Cross‐training activities have been used to help minimise breaks in service continuity. This study assesses to what extent positional clarification (a specific type of cross‐training activity) can help bridge fragmented services for co‐occurring disorders by providing information and promoting interactions to help professionals better orient and treat their clientele. A total of 2,107 participations were recorded for 11 positional clarification events taking place within the Montreal Cross‐Training Program for mental health and substance use disorders between 2010 and 2016. The Kirkpatrick four‐level training evaluation model was used to evaluate these activities. Evaluation questionnaires (n = 1,650) and interviews with a convenience sample of 32 participants were analysed using descriptive statistics and thematic analysis. More than three‐quarters of participants reported that the activity met their expectations and was relevant to their practice. Respondents also reported receiving useful information to better orient their clientele, discovering new resources, learning about the functioning of other resources, identifying members of other networks who could orient them when needed, and learning more about the theme of the activity and the different mechanisms for collaboration among the related services. Among those who participated in more than one positional clarification event, roughly three‐quarters reported that they were able to call upon new resources at least once as a result of their participation, and were able to establish referrals towards resources that were unknown or less familiar to them prior to their participation. Results suggest that the programme meets its service integration objectives and that positional clarification events can lead to changes that can help facilitate the integration of fragmented services by improving participants' knowledge of specific themes and available resources to better orient and treat their clientele.
Article
Issues Music is among the most frequently used medium to promote young adults' well‐being. To that aim, the efficiency of music is explained by its capacity to modulate emotions through its effect on the brain's reward pathways. Hence, music could help individuals suffering from dysregulations in these pathways, whose experience of positive emotions is often inhibited. Such dysregulations are particularly present in individuals with problematic psychoactive substance (PAS) use, who are overrepresented in the context of homelessness. While few of them initiate treatment, they successfully rely on their own resources to promote their well‐being, including music, though its impact in this context remains under‐studied. Approach This scoping review describes the impact of music on the well‐being, PAS use and addictive trajectory of young housed and homeless individuals with problematic PAS use. Eleven French and English databases were screened for peer‐reviewed articles using concepts and keywords related to music, PAS and well‐being. From the 3697 results, 39 were reviewed. Results were organised according to the observed impact of music and analysed critically. Key Findings Literature shows that PAS users value the impact of music in meeting emotional, psychological and social needs, especially when they experience homelessness. Yet, research has been highly limited to the harmful consequences of music, limiting our knowledge of its potential benefits. Implications and Conclusion To deepen our understanding about the impact of music, future research should endorse a broader perspective and consider the personal and contextual experiences accompanying the involvement in music, factors that were traditionally overlooked.
Article
Full-text available
People with mental disorders (MD) have high rates of substance use problems (SUP) that are undertreated and understudied despite their adverse outcomes. The objective of this study is to examine barriers and facilitators that influence help-seeking to addiction treatment from the perspective of people with co-occurring MD and SUP. Forty-three individuals with MD and SUP were selected from the sample (n = 127) of a larger research project. This sub-group participated in semi-structured interviews and completed questionnaires. Interview contents were thematically analyzed using a trajectory approach. Based on participants’ addiction trajectories, two mental health experiences were identified: the “multiple disorders experience” and the “anxiety disorder experience.” The analysis highlighted how participants relate to barriers and facilitators to addiction help-seeking at the individual level (denial/minimization of problematic drug use, fear of being labeled an addict, influence of social networks, and knowledge of addiction services) and health system level (waiting time, costs, relationships with health providers, therapeutic approaches, and availability of psychological support). Interventions should be sensitive to the different experiences of people with MD and SUP. Integrated addiction services and a “no wrong door” approach are suggested.
.163 L'expérience de la référence : réactions et sentiments vécus
  • .......... Contextes Entourant La Référence En Toxicomanie
Contextes entourant la référence en toxicomanie...............163 L'expérience de la référence : réactions et sentiments vécus.......166
180 Collaboration absente ou mal communiquée
  • ........................... Enjeux De Collaboration Selon Les Portes D 'entrée
Enjeux de collaboration selon les portes d'entrée............... 180 Collaboration absente ou mal communiquée.................. 180 Collaboration non souhaitée..............................182
184 iX Table des maTières Discussion
  • ............................................................................ Vécus Reliés À La Collaboration
Vécus reliés à la collaboration..............................184 iX Table des maTières Discussion....................................................185
101 Portrait des changements concernant la consommation d'alcool et de drogues
  • ................................. De Mesure
Portrait et variables associées aux changements survenus entre le premier et le deuxième temps de mesure...................................101 Portrait des changements concernant la consommation d'alcool et de drogues, le niveau de détresse psychologique et l'utilisation des services des participants, en fonction du milieu de recrutement....101
90 Description des suivis médicaux et psychiatriques, des médicaments prescrits consommés et des suivis par plus d'un professionnel
  • ........................................... Nombre De Services Spécialisés En Toxicomanie Utilisés Par Les Participants
Nombre de services spécialisés en toxicomanie utilisés par les participants.............................................90 Description des suivis médicaux et psychiatriques, des médicaments prescrits consommés et des suivis par plus d'un professionnel......92
163 Contextes entourant la référence en toxicomanie163 L'expérience de la référence : réactions et sentiments vécus
  • Les Références Vers Des Services En Toxicomanie
Les références vers des services en toxicomanie...................163 Contextes entourant la référence en toxicomanie...............163 L'expérience de la référence : réactions et sentiments vécus.......166
Joanie Lafontaine et Serge Brochu Introduction
  • Natacha Brunelle
  • Karine Bertrand
  • Jorge Flores-Aranda
  • Catherine Patenaude
  • Michel Landry
Natacha Brunelle, Karine Bertrand, Jorge Flores-Aranda, Catherine Patenaude, Michel Landry, Joanie Lafontaine et Serge Brochu Introduction...................................................113