Download full-text PDF

Les facteurs mécaniques de la performance dans la locomotion aquatique : résistance de friction et traînée de pression

Chapter (PDF Available)  · January 2011with169 Reads

In book: Sciences du sport, Chapter: Les facteurs mécaniques de la performance dans la locomotion aquatique : résistance de friction et traînée de pression, Publisher: Sherbrooke University Press, Editors: Desbien JF, pp.3-15
Authors and Editors
Abstract
La vitesse qui peut être maintenue dans la locomotion dépend du rapport de la puissance métabolique sur le coût énergétique. Si les aptitudes énergétiques qui contrôlent la puissance métabolique sont maintenant bien caractérisées, les facteurs qui régissent le coût énergétique de la locomotion aquatique sont quant à eux moins bien connus. Dans ce premier volet, les deux premières origines des résistances hydrodynamiques ainsi que leurs conséquences pratiques qui en découlent sont présentées. Mots clefs : natation, résistance hydrodynamique, coût énergétique, rendement de la propulsion The speed maintained during locomotion depends upon the relationship between the metabolic efficiency and the energetic cost. The metabolic characteristics controlling the energy output are well known; the factors that control the energetic cost are, however, not yet completely elucidated. In this first section, we will present the first two origins of the hydrodynamic resistance as well as their practical consequences.
Les facteurs mécaniques de la performance dans la locomotion aquatique :
résistance de friction et traînée de pression
Candau R.
1
,
Le Mieux A.
1
, Sanchez A.M.J.
1
, Borrani F.
2
,
1
Faculté des Sciences du Sport, UMR 866, Université Montpellier I, 2 Place Viala, 34060
Montpellier
2
Department of Sport and Exercise Science, Building 734.304, 261 Morrin Rd, Tamaki
Campus, The University of Auckland, Glen Innes, Auckland, Nouvelle Zélande
La vitesse qui peut être maintenue dans la locomotion dépend du rapport de la puissance métabolique
sur le coût énergétique. Si les aptitudes énergétiques qui contrôlent la puissance métabolique sont
maintenant bien caractéries, les facteurs qui régissent le coût énergétique de la locomotion aquatique
sont quant à eux moins bien connus. Dans ce premier volet, les deux premières origines des résistances
hydrodynamiques ainsi que leurs conséquences pratiques qui en découlent sont présentées.
Mots clefs : natation, résistance hydrodynamique, coût énergétique, rendement de la propulsion
The speed maintained during locomotion depends upon the relationship between the metabolic
efficiency and the energetic cost. The metabolic characteristics controlling the energy output are well
known; the factors that control the energetic cost are, however, not yet completely elucidated. In this
first section, we will present the first two origins of the hydrodynamic resistance as well as their
practical consequences.
Key words: swimming, drag, energy cost, efficiency of propulsion.
LES MAMMIFERES SEMI AQUATIQUES
La nage représenterait une simple modification de la locomotion terrestre. Contrairement à la
théorie qui veut que les mammifères aient d’abord été aquatiques avant d’être terrestres,
plusieurs observations sur la nature de l’évolution du squelette des mammifères permettent
maintenant d’envisager une histoire les mammifères ont eu de la terre collée sous les pattes
avant de pouvoir s’enfoncer dans l’océan (Wikipedia, 2010). Les mammifères n’auraient pas
été marins avant d’être terrestres mais bien l’inverse.
De ce point de vue, le mouvement alternatif des segments dans l’eau serait une simple
adaptation des patrons moteurs de la marche ou du trot. Pourtant, plusieurs mammifères
n’utilisent que deux de leurs segments pour nager donc rien à voir a priori avec la locomotion
terrestre quadrupédique. Cette contradiction n’est qu’apparente car il s’agit d’une petite
subtilité dans le processus d’évolution dans le sens d’une meilleure adaptation au milieu et en
particulier vers un déplacement plus économique. Le passage de mouvements quadrupédiques
à une locomotion aquatique utilisant seulement deux segments a pu être accompli grâce à
l’acquisition d’une épaisse fourrure capable d’emprisonner de l’air et qui autorise un gain de
flottabilité. Pour certains mammifères particulièrement bien adaptés au milieu aquatique
comme une espèce de rat australien, seules les pattes avant assurent la propulsion et celles de
derrière n’interviennent que très discrètement pour réguler la direction. Les nageurs avec leur
« pull boy » (petit floteur) ne font qu’imiter le rat australien en corrigeant à leur manière leur
problème de flottaison. Ce petit artifice permet de limiter le moment de tangage qui tend à faire
tomber les pieds au fond de la piscine et améliore ainsi grandement la glisse (di Prampero,
1986).
Il existe des mammifères semi aquatiques à l’instar de l’homme, qui sont capables à la fois de
se mouvoir dans l’élément liquide comme sur la terre ferme. Leur position intermédiaire dans
le règne animal et dans le processus évolutif des mammifères, est particulièrement intéressante.
S’ils sont capables de tout, ils ne sont pas très performants dans l’eau ni sur terre. L’homme qui
se place volontiers au sommet de l’échelle de l’évolution est ramené ici à une place moins
glorieuse. C’est le plus mauvais nageur si on le compare à des mammifères de masse
équivalente (Figure 1) et encore la performance présentée ici concerne que la rare frange de la
population qui pratique régulièrement la natation. Au sein du règne animal, plus on possède un
gros gabarit plus on est économique. Il s’agit essentiellement du facteur taille qui est
soujascent. Comme nous le verrons plus loin une grande taille fournit un avantage
hydrodynamique certain. Pour une masse donnée, le coût de la nage en surface et celui de la
nage immergée sont bien différents l’un de l’autre ce qui souligne l’importance de la traînée
de vague en surface.
Figure 1. Relation entre l’économie minimale de déplacement et la masse corporelle chez les
mammifères semi aquatiques avec une comparaison par rapport aux poissons (tiré et adapté de
Fish et Baudinette, 1999).
Lorsque l’on compare notre économie de nage à celle des poissons, nous découvrons avec
stupeur que l’homme possède un coût énergétique de nage 22 fois plus mauvais que celui du
poisson de taille équivalente
(Fish et Bodinette, 1999). Les poissons représentent les êtres
vivants les plus économiques dans leurs déplacements. Parmi les mammifères semi-aquatiques,
une meilleure économie de nage est observée pour la loutre, l’otarie, le castor et
l’ornithorynque par rapport à l’homme. Cet avantage provient d’une locomotion totalement
immergée et à des mouvements ondulatoires de propulsion pour les mammifères semi
aquatiques. On verra plus loin pourquoi la locomotion totalement immergée est bien plus
économique que celle de surface. Quant aux mouvements ondulatoires, ils sont à la fois plus
esthétiques et plus performants que les mouvements alternatifs des segments corporels surtout
lorsque les mouvements ondulatoires sont associés à l’utilisation de segments qui ont évolué
vers une forme aplatie de foil. Il est possible de caractériser le foil comme une aile portante
immergée. L’homme est aussi le plus mauvais coureur si on le compare encore une fois à des
mammifères de masse équivalente (Figure 1,
Fish et Bodinette, 1999). Quoi qu’il en soit
l’homme est davantage un terrien qu’un aquatique si on en juge par son coût énergétique quatre
fois plus élevé en natation que lors de la course. Le rat nous ressemble étrangement de ce point
de vue. Lui aussi est nettement meilleur coureur que nageur à l’exception de l’espèce
australienne que nous avons citée précédemment et qui nage aussi bien qu’elle ne court. A
l’opposé de l’homme, cet animal définitivement terrestre, nous trouvons le pingouin excellent
nageur mais très peu adapté à la locomotion bipédique comme en témoigne son dandinement
caractéristique.
Toujours au sujet de l’économie d’énergie et aussi paradoxal que cela puisse paraître, c'est un
déplacement aquatique qui est le plus rentable parmi tous les modes de locomotion humains.
C'est surprenant, car 1 litre d'eau est 800 fois plus lourd qu'un litre d'air. En principe, il est
donc infiniment plus difficile de fendre l'eau que l’air. C'est d'ailleurs pour cette raison que la
natation est beaucoup plus coûteuse que le déplacement sur terre. Alors comment expliquer
que la locomotion humaine la plus économique se déroule tout de même en milieu aquatique ?
Il s’agit du déplacement en gondole. Avec une telle embarcation, le rendement de la
propulsion est extrêmement bon car l’appui du gondolier au fond de la lagune est relativement
solide par rapport à la qualité habituelle des appuis dans la locomotion aquatique. Par ailleurs,
la vitesse de déplacement de cette embarcation est modeste ce qui implique nécessairement
des résistances à l'avancement minimes. Ces dernières évoluent avec le carré de la vitesse, ce
qui explique leur faible importance dans le cas de la gondole. Enfin et surtout, on peut
transporter beaucoup de poids dans l'embarcation sans trop augmenter les résistances
hydrodynamiques. Du coup, lorsque l'on exprime l'énergie dépensée par kg déplacé, ce qui est
le critère consacré pour caractériser l’économie d’une locomotion, le déplacement en gondole
est associé au plus faible coût énergétique jamais mesuré.
Autre surprise, la propulsion humaine permet d’atteindre la vitesse de 35 km/h sur l’eau !
Comment est-ce possible ? Evidement pas avec une gondole. Tout est dans l’usage de foils,
ces petites surfaces portantes qui permettent de s’affranchir de la fameuse vitesse limite que
nous évoquerons plus loin. La puissance humaine étant extrêmement modeste en regard de
celle dont dispose la plupart des espèces animales, seuls les foils permettent à une
embarcation ultra légère de déjauger et de diminuer sa surface en contact avec l’eau et donc
d’accélérer avec la seule puissance humaine. Les nageurs de l’élite mondiale arrivent eux
aussi, mais dans une proportion plus modeste, à déjauger. Leur vitesse de sprint leur permet
d’augmenter légèrement leur portance et de se comporter un peu comme un hors bord. A
quand un nageur monté sur foils qui survolera les vagues à l’image de ces kayakistes en
équilibre instable juchés sur leur curieuse embarcation ?
LES FACTEURS DE LA PERFORMANCE
Si l’homme affiche de faibles aptitudes à la locomotion aquatique par rapport aux autres
mammifères semi aquatiques, les nageurs peuvent améliorer dans des proportions étonnantes
leurs performances. Les compétiteurs peuvent s’entraîner très durement pendant de longues
années dans ce but. Deux stratégies sont possibles : centrer son effort sur l’entraînement
spécifique en enchaînant le plus possible de compétitions et d’entraînements qui y ressemblent,
ou développer séparément les divers facteurs qui contrôlent la performance. En réalité, ces
deux stratégies ne s’excluent pas mutuellement mais se complètent utilement car si
l’entraînement spécifique est le plus efficace, in fine, il est extrêmement contraignant et ne peut
être réitéré indéfiniment. Il s’agit avant tout d’accumuler les charges d’entraînement les plus
lourdes possibles afin de déterminer les adaptations les plus profondes possibles. Les
adaptations doivent naturellement porter sur les facteurs déterminants de la performance. Mais
quels sont-ils exactement ? Comme pour toutes les locomotions humaines, la performance en
milieu aquatique dépend de deux grands types de facteur : ceux liés aux aptitudes énergétiques
et ceux en rapport avec l’économie de déplacement :
(1)
est la performance ici exprimée en terme de vitesse moyenne en m.s
-1
, est la puissance
consommée en W et C est le coût énergétique en J.m
-1
(di Prampero, 1986). La puissance
consommée par le nageur, ou par tout autre athlète ou tout autre mammifère, est déterminée par
trois grandes aptitudes énergétiques distinctes : la capacité anaérobie, la consommation
maximale d’oxygène (VO
2max
), l’endurance c'est-à-dire le pourcentage de VO
2max
maintenu sur
un temps donné. Sur de courtes distances, c’est la première aptitude qui prédomine alors que
sur de longues distances ce sont les deux autres. Quant au deuxième grand type de facteurs de
la performance en milieu aquatique, ce sont ceux qui contrôlent le coût énergétique.
En natation, les femmes sont plus économiques d’environ 30% que leurs homologues
masculins pour des vitesses sous maximales (di Prampero, 1986). Encore un domaine les
femmes sont supérieures aux hommes! Cette différence semble s’expliquer en partie par une
inclinaison optimale du corps sur le plan hydrodynamique en rapport avec une composition
corporelle plus favorable pour la flottaison en position parfaitement horizontale. Toutefois
l’avantage en termes de coût énergétique semble disparaître lorsque l’on exprime le coût
énergétique en fonction des dimensions corporelles. Cela sous entendrait que la différence de
coût énergétique est simplement liée à la différence de surface frontale entre homme et femme.
Pour l’élite mondiale, l’avantage en terme de coût énergétique n’est pas forcément en faveur de
la gente féminine en raison du facteur taille qui possède un impact plus important sur les
résistances hydrodynamiques spécialement à hautes vitesses comme nous le verrons plus loin,
les nageurs de sexe masculin étant plus grands que leurs homologues féminins.
L’âge influence le coût énergétique de façon nettement plus marquée que le genre. Ainsi, au
cours de l’adolescence le coût énergétique est amélioré et donc la performance aussi et ceci de
façon indépendante des quantités d’entraînement (Zamparo et al., 2006). Ceci veut dire qu’à un
niveau d’entraînement identique, un jeune adulte a besoin de moins d’énergie pour parcourir
une distance donnée qu’un préadolescent ou un adolescent. Intuitivement, on pourrait penser
que c’est la même histoire qu’en course à pied. Sur terre, on devient de plus en plus
économique au fur et à mesure que nos jambes s’allongent. Dans l’eau, l’amélioration de
l’efficacité de la propulsion dépend nécessairement un peu de l’allongement des bras et de la
taille totale comme nous le verrons plus loin dans la section sur les résistances
hydrodynamiques, mais aussi de la force musculaire des membres supérieurs ainsi que vient de
le proposer Zamparo (Zamparo et al., 2006). Sous l’influence des processus de maturation qui
s’opèrent notamment au niveau de la masse musculaire, le nageur devient progressivement plus
puissant. Il profite aussi d’une propulsion plus efficace et cela se constate notamment au
travers d’une distance parcourue plus grande à chaque cycle de bras. Cette relation entre force
musculaire et efficacité de propulsion est retrouvée dans une situation opposée : dans le
développement de la fatigue. A l’épuisement, la force musculaire dont dispose encore le nageur
n’est plus suffisante pour conserver des trajets moteurs efficaces. On comprend dès lors
l’utilité du renforcement musculaire qui peut être réalisé par la musculation chez les nageurs de
compétition. Il reste à saisir pourquoi la force musculaire conditionne de façon si importante
l’efficacité de propulsion. Déjà, parce que les masses musculaires qui permettent de mouvoir
les segments supérieurs sont relativement petites par rapport à celles des membres inférieurs.
De surcroît, ces muscles sont constitués d’une proportion importante de fibres rapides,
entendez par là rapidement fatigables. Quels sont les facteurs du coût énergétique en natation ?
Nous venons de voir que la taille et la force musculaire possèdent une influence sur deux
grandeurs qui elles-mêmes sont en rapport direct avec l’économie de déplacement : les
résistances hydrodynamiques et l’efficacité de propulsion. Le coût énergétique peut être
exprimé en fonction du rendement musculaire global ( et du travail total fournit par mètre
en J.m
-1
) :
(2)
Dans la locomotion aquatique, le rendement de la propulsion dépend quant à lui du rapport
suivant :
(3)
est le travail utile, celui nécessaire pour vaincre les résistances hydrodynamiques
exprimé aussi en J.m
-1
.
En combinant les équations 2 et 3, il devient évident qu’une augmentation du rendement de la
propulsion détermine une diminution de C et vice versa (Zamparo et al. 2006) :
(4)
Avec l’équation 4, il apparaît immédiatement aussi qu’une réduction des résistances
hydrodynamiques permet une optimisation du coût énergétique. Avec cette équation, nous
cernons deux facteurs mécaniques essentiels de la performance : le rendement de la propulsion
et les résistances hydrodynamiques. Comme nous allons le développer ultérieurement, ces deux
facteurs dépendent des caractéristiques anthropométriques du nageur, mais encore plus de sa
maîtrise technique.
Le déplacement du nageur génère nécessairement une force qui s’oppose à son avancement.
Cette résistance est d’ailleurs parfaitement en équilibre avec la force propulsive produite à
vitesse constante. Cette force contre laquelle le nageur doit orienter son énergie recouvre
l’ensemble des résistances hydrodynamiques. Elles sont de trois ordres essentiellement
distincts : la traînée de friction, celle de pression et la résistance de vague.
LA TRAINEE DE FRICTION
La traînée de friction est liée à la viscosité de l’eau, ou de n’importe quel fluide dans lequel un
mouvement survient.
Figure 2. Relation entre les résistances hydrodynamiques en fonction de la vitesse de nage.
Les trois types de traînée hydrodynamiques sont présentées séparément (tiré et adapté de
Vennell et al., 2006).
Il s’agit essentiellement de forces de friction entre les différentes couches d’eau qui peuvent
se mouvoir les unes par rapport aux autres. La viscosité de l’eau s’exprime au travers du
coefficient de viscosité (C
v
) qui vaut 0,897 10
-3
N.s.m
-2
à une température de 26°C. La couche
d’eau directement en contact avec le nageur colle littéralement à sa peau par des forces de
cohésion relativement importantes. C’est d’ailleurs grâce à cette force d’adhésion qu’il est
possible de faire monter un liquide dans un capillaire. Dans le cas du nageur, cette couche
d’eau se déplace à la même vitesse que son corps. La vitesse de l’eau diminue de plus en plus
au fur et à mesure que l’on s’éloigne du corps du nageur. Evidemment, les couches d’eau
éloignées du nageur ne sont pas animées de mouvement. Au total, les filets d’eau à proximité
du corps du nageur sont retardés par la couche immédiatement à son contact. Cette même
couche est elle-même retardée par celle qui la jouxte et ainsi de suite jusqu’à ce que l’eau soit
calme.
Aussi longtemps que l’eau qui entoure le nageur est organisée en couches, l’écoulement est
dit laminaire et les résistances à l’avancement se limitent essentiellement à la traînée de
friction. Au-dessus d’une certaine vitesse, le flux commence à devenir turbulent et une
nouvelle forme de traînée apparaît. Les résistances augmentent soudain vers 1 m.s
-1
(Figure
Résistances hydrodynamiques (N)
2). En ce qui concerne la traînée de friction, retenons qu’elle est relativement faible et qu’elle
est dépendante de l’ensemble de la surface mouillée et de la rugosité de surface. Assez
logiquement, plus la rugosité est importante, plus grande est la résistance de friction.
LA TRAINEE DE PRESSION
Le début des turbulences intervient de façon subite et marquée et se manifeste pour un
nombre critique de Reynolds (Re, sans dimension). De façon générale, le nombre de Reynolds
permet de caractériser la nature (laminaire, transitoire, turbulent) de l’écoulement d’un fluide
autour d’un corps en mouvement. Dans le cas du nageur le nombre critique de Reynolds est
atteint pour une valeur 4,5 . 10
6
Re (Toussaint et al., 2000).
𝑅𝑒 =
!!
!
!
=
!!!"""
!,!"#!"
_!
= 4!459!309! (5)
v est la vitesse du nageur, L sa longueur, ρ la densité de l’eau et C
v
le coefficient de
viscosité de l’eau. La vitesse qui correspond au nombre de Reynolds critique de 2 m.s
-1
indique que quasiment dans toutes les compétitions de natation sur courtes distances,
l’écoulement de l’eau est nécessairement de type turbulent et les résistances hydrodynamiques
sont majeures. L’équation (5) met en outre en exergue le fait que la traînée de pression est
dépendante de la taille. Cela explique pourquoi les recordmen et recordwomen sont de
grandes tailles et pourquoi le coût énergétique diminue avec l’âge de l’enfance à l’âge adulte.
La traînée de pression est liée au fait que le flux laminaire au contact du corps du nageur doit
nécessairement se séparer en un certain point. La localisation de ce point de décollement
dépend de la forme et des dimensions du corps ainsi que de la vitesse du nageur. Au-delà de
ce point précis, le flux se renverse et forme alors deux tourbillons distincts. Il en résulte
naturellement une asymétrie de pression entre l’avant et l’arrière du corps du nageur. Si l’on
plonge la main à l’avant d’un bateau qui se déplace, cette dernière est vigoureusement plaquée
contre la proue. C’est la manifestation de la pression élevée qui règne à l’avant du corps en
mouvement. Et maintenant, si l’on passe à l’arrière du bateau, on peut alors observer des
tourbillons dans son sillage. Il s’agit de la dépression qui se forme à l’arrière d’un corps en
déplacement et qui dévie de façon drastique le trajet des filets d’eau. L’importance de cette
asymétrie de pression dépend de la surface que le nageur offre à l’eau et de la forme de son
corps.
La traînée de pression (Tp) dépend essentiellement de la vitesse :
Tp = ½ SCx ρ v² (6)
SCx est le coefficient de traînée de pression avec S la surface frontale offerte aux filets
d’eau en m² et Cx le coefficient forme du corps du nageur (sans dimension puisqu’il s’agit en
fait d’un rapport).
L’analyse de l’équation (6) révèle que le nageur doit se maintenir le plus à plat possible sur
l’eau afin de minimiser la surface offerte aux filets d’eau (S). À l’opposé, rappelez-vous que
le déplacement avec les pieds qui frottent contre les carreaux de la piscine représente ce qu’il
y a de pire pour les résistances hydrodynamiques et donc pour l’économie de déplacement et
la performance. Le moment de tangage est très important chez le nageur néophyte et
nécessairement les résistances hydrodynamiques aussi. Pour glisser, il est nécessaire de
s’allonger et d’immerger la tête. C’est d’ailleurs le premier élément à acquérir pour le
débutant avant de penser à affiner l’efficacité de la propulsion. En outre, il est nécessaire de
placer la tête dans le prolongement du reste du corps toujours dans le but de minimiser la
surface frontale offerte à l’eau. Pour y parvenir, il est impératif d’immerger presque
totalement la tête. Une des astuces qu’utilisait Popov, le nageur russe qui a dominé le sprint
dans les années 1990, consistait à fixer du regard le fond de la piscine afin de conserver la tête
parfaitement en ligne. Une hyper extension du cou avec le regard porté en avant comme on en
ressent spontanément le besoin pour apprécier ce qui se passe devant provoque
immédiatement une répercussion négative sur l’hydrodynamisme. Voir ou glisser, il faut
choisir! La che se complique encore un peu plus lorsque l’on doit respirer. L’inspiration est
opérée idéalement sans augmenter la surface frontale, donc sans se désunir et sans majorer les
résistances hydrodynamiques. Une simple rotation latérale du nageur amplifiée par celle de sa
tête permet de trouver de l’air frais dans le creux de la vague créé par la vitesse du nageur et
cela sans perturber l’équilibre horizontal, le fameux moment de tangage alors que le réflexe
initial du néophyte consiste à dégager très nettement la bouche de l’eau afin d’inhaler
avidement de l’air aussi loin que possible de l’écume.
La traînée de pression évolue avec le carré de la vitesse et la résistance de vague quant à elle
évolue avec le cube de la vitesse si bien que les résistances totales évoluent avec v
2,3
. La
résistance est majeure en surface (figure 2, de la courbe du haut. Si le nageur est immergé à
une profondeur d’un mètre (figure 2, courbe du bas), la résistance est alors largement diminuée
simplement parce que le nageur ne lève plus de vague dans son sillage. Seule la trainée de
pression s’oppose alors à son déplacement. Si l’on retranche la courbe du bas à celle du haut on
obtient celle du milieu, la trainée de vague (figure 2). Autrement dit, si l’on soustrait la trainée
de pression à la traînée totale on peut alors visualiser la traînée de vague. A une vitesse 2 m/s
(7,2 km), la résistance de vague représente 60% de la traînée totale
En conclusion, si les différences de performances entre nageurs peuvent provenir de leurs
aptitudes énergétiques, l’essentiel de la performance demeure cependant dépendant du coût
énergétique et donc de ses facteurs mécaniques. Ces facteurs mécaniques sont liés notamment
à la traînée de frottement et à celle de pression. Le coefficient de traînée hydrodynamique
(SCx) quant à lui caractérise l’ensemble des aptitudes du nageur à glisser. Pour le minimiser, il
convient d’optimiser le moment de tangage en étant le plus à plat possible sur l’eau malgré les
contraintes mécaniques liées à la nécessité de se propulser et de respirer. Le tronc demeure
gainé chez les nageurs d’élite et la tête dans le prolongement. La taille détermine grandement
l’importance des résistances. L’hyper extension du membre supérieur en début de phase de
glisse constitue en quelque sorte une augmentation de la taille du nageur et favorise ainsi sa
glisse. Enfin, l’étude de l’effet du processus de maturation sur l’amélioration des performances
permet de mettre en exergue l’importance de la force musculaire dans le placement optimal des
surfaces motrices et cela dès le début du cycle de nage. D’où l’importance de la musculation et
du renforcement musculaire dans les progrès du nageur tant sur l’efficacité de propulsion que
sur la glisse, la traînée active étant bien supérieure à la traînée passive.
REFERENCES
Di Prampero PE, The energy cost of human locomotion on land and in water, International Journal
Sports Medicine, 1986, vol. 7, n°2, pp. 55-72.
Fish FE et Baudinette RV, Energetics of locomotion by the Australian water rat, The Journal of
Experimental Biology, 1999, vol. 202, pp. 353363.
ORGANISME : Wikipedia, Titre : Les mammifères, Disponible sur :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mammif%C3%A8re (consulté le 5/03/2010).
Toussaint HM, Hollander AP et al, Exercise and Sport Science, Philadelphia: Lippincott & Wilkiins,
2000, pp. 639-660.
Vennell R, Pease D et al, Wave drag on human swimmers, J Biomech, 2006, vol. 39, n° 4, pp. 664-71.
Zamparo P, Pendergast DR et al, An energy balance of front crawl, Eur J Appl Physiol, 2005 May, vol.
94, n° 1-2, pp. 134-44.
Zamparo P, Effects of age and gender on the propelling efficiency of the arm stroke, Eur J Appl
Physiol, 2006 May, vol. 97, n° 1, pp. 52-8.
Project
Ergogenic, metabolic and hormonal responses of salbutamol during physical exercise: acute and short-term administration
Project
To question the effectiveness of altitude training in elite athletes. To propose improvement in monitoring and prescription. To develop innovative strategies based on combination of different hypox…" [more]
Chapter
Full-text available
January 2011
    Dans cet article nous centrons ici notre attention sur la troisième origine des résistances hydrodynamiques, la traînée de vague. L'importance majeure ainsi que les mécanismes de ce type de résistance sont mis en exergue. Enfin, les principales stratégies d'optimisation des résistances hydrodynamiques sont passées en revue. In this article, we focus our attention on wave drag, the third origin... [Show full abstract]
    Article
    Full-text available
    February 2009 · Arbeitsphysiologie
      The aim of this study was to investigate the role of trunk incline (TI) and projected frontal area (A(eff)) in determining drag during active/passive measurements. Active drag (D(a)) was measured in competitive swimmers at speeds from 0.6 to 1.4 m s(-1); speed specific drag (D(a)/v(2)) was found to decrease as a function of v (P < 0.001) to indicate that the human body becomes more streamlined... [Show full abstract]
      Article
      Full-text available
        In front crawl, stroke length (SL) and stroke rate (SR) are two important technical determinants of performance. The relationship between these parameters has been investigated by several authors and two propulsion efficiency indices have been proposed to assess improvements of the front crawl stroke effectiveness in swimmers. The stroke index (SI), proposed by Costill in 1985, relates the... [Show full abstract]
        Article
        Full-text available
        December 2009
          Propulsive efficiency is one of the most interesting issues for competitive swimming researchers, has it presents significant relationships with the swimmer’s biophysical behavior and his/her performance. Although propulsive efficiency is a variable that has been quite studied in elite swimmers, there is no research on this issue in young and non-expert swimmers. Thus, the aim of this study... [Show full abstract]
          Discover more