Abstract

The place of culture in development of regional areas is a main question in geography and is also becoming one in regional areas economy. Without neglecting culture as the product of a regional area, the question is more particularly about what are the place and the part of culture in the identifying process and the mobilisation of the regional area resource. Regarding empiric examples, 3 states of the culture, as regional property or service, can be separated. First of all, the part of culture in regional areas building must be called again; particularly in the regional appropriation process. Then culture is proposed as a specific regional product. And, finally, the question of culture as a regional resource can be studied in 2 ways. The first one considers culture through its transformation from resource into credit. At this stage, patrimony plays a determining part, as a developer of cultural regional resource. The second propose a definition of the culture as an identifying operator and as gathering other resources.
1
La culture comme ressource territoriale spécifique
Pierre-Antoine LANDEL
Bernard PECQUEUR
U.M.R.PACTE
Laboratoire Territoires
Université Joseph FOURIER
GRENOBLE I
Pierre-antoine.landel@ujf-grenoble.fr
Bernard.Pecqueur@ujf-grenoble.fr
Résumé
La place de la culture dans le développement des territoires est une question centrale en
géographie, elle le devient en économie territoriale. Sans négliger la culture comme produit d’un
territoire, le questionnement porte plus particulièrement sur l’analyse de la place et du rôle de la
culture dans les processus d’identification et de mobilisation de la ressource territoriale.
La première interrogation porte sur la définition de la culture, et plus particulièrement, de la
culture territoriale ou territorialisée. Sur la base d’exemples empiriques, trois états de la culture
comme bien ou service territorial peuvent être décomposés. Si elle peut être considérée comme un
élément constatif de l’identité territoriale, elle peut être aussi un produit des constructions et
(re)compositions territoriales. Notre propos vise avant tout à considérer la culture comme
ressource territoriale et à l’aborder sous deux angles. Le premier envisage une mobilisation directe
de la culture, au travers de la transformation d’une ressource en actif. Le second propose de définir
la culture comme un opérateur de l’identification et de la mobilisation d’autres ressources.
Abstract
The place of culture in development of regional areas is a main question in geography and is also
becoming one in regional areas economy. Without neglecting culture as the product of a regional
area, the question is more particularly about what are the place and the part of culture in the
identifying process and the mobilisation of the regional area resource.
Regarding empiric examples, 3 states of the culture, as regional property or service, can be
separated. First of all, the part of culture in regional areas building must be called again;
particularly in the regional appropriation process. Then culture is proposed as a specific regional
product. And, finally, the question of culture as a regional resource can be studied in 2 ways. The
first one considers culture through its transformation from resource into credit. At this stage,
patrimony plays a determining part, as a developer of cultural regional resource. The second
propose a definition of the culture as an identifying operator and as gathering other resources.
2
Mots clés : Géographie économique et culturelle, territoires, ressources, spécification
Keywords : economic and cultural geography, territory, resources, specification
La question de la ressource territoriale est dominée par celle de la compréhension des relations entre
des matières, des acteurs et des pratiques sur un espace limité. Ainsi, ces matières « ne deviennent
ressources qu’à l’issue d’un processus de production complexe » (Raffestin, 2000). Dans la
compréhension des ces relations, la question du lieu est centrale dans le champ de l’économie
territoriale. Il s’agit de comprendre les différenciations spatio-temporelles qui justifient l’émergence
de nouvelles ressources et de leurs usages. « apparaît l’innovation, comment se diffuse-t-elle,
quels milieux se révèlent ils les plus aptes à lancer des activités nouvelles, à internaliser les
processus avancés, à diffuser en leur sein et au dehors les innovations ? » (Aydalot, 1985).
Les crises économiques et la remise en cause du modèle de développement postfordiste induisent la
conception selon laquelle le développement n’est pas uniquement fondé sur la dimension
économique. Il mobilise aussi des facteurs d’ordre culturel, social et environnemental, qui vont
avoir des effets déterminants sur les acteurs de ce développement, leurs modes d’articulation, ainsi
que les modes d’induction et d’utilisation du progrès technique. Dans un cadre la spécification
des produits devient une condition pour la création de nouvelles rentes, la culture est faite « des
savoirs, des valeurs, des normes et des symboles partagés par certains acteurs de façon discriminée
vis à vis d’autres acteurs » (Pecqueur, 2004). Assiste-t-on à un tournant culturel de l’économie où la
cognition et la culture trouvent le statut de facteur de production dans un contexte territorial
(Orlean, 2002) ?
La notion de territoire permet une synthèse des deux approches. En tant « qu’entités socio-
économiques construites, ils engendrent des processus de création de ressources, en vue de résoudre
des problèmes productifs inédits » (Pecqueur, 2000). Ces dynamiques reposent sur des modes de
coordination entre acteurs, expliqués par des critères de proximité et de confiance, qui dépassent les
seules relations économiques. Le territoire est aussi un espace défini avec ses frontières, donc
construit à côté des autres, si ce n’est contre les autres. « La science des marchés a fait des
territoires les sous ensemble d’un espace totalement malléable, ce qui conduit ceux qui bénéficient
de fonctionnements moins bons que d’autres à vivre leurs situations sous le seul angle du retard et
de la fatalité. Des partenariats locaux et des logiques d’organisation des territoires peuvent dépasser
ici le marché et construire les ressources du développement » (Greffe, 2001).
Parmi l’ensemble des ressources mobilisables au niveau territorial, la place de la culture ne cesse
d’interroger. Tout d’abord sa place est centrale dans la définition du territoire. Que ce soit pour le
nommer, le délimiter, l’organiser, le structurer en réseau, la dimension culturelle est mobilisée.
Toutefois, pour des économistes du territoire, la question centrale n’est pas là. Elle porte sur
l’analyse de la place et du rôle de la culture dans les processus de construction de la ressource
territoriale.
Notre démarche repose sur la différenciation entre la culture considérée comme produit (output), et
celle qui identifie la culture comme une ressource (input). Sans négliger le premier aspect, qui porte
en particulier sur le champ des pratiques et activités culturelles, au travers desquelles le produit
culturel du territoire est directement valorisé, nous nous interrogerons sur la culture comme intrant
dans des processus de production. Après avoir approfondi la notion de ressource culturelle
territoriale, deux situations retiendront notre attention. En premier lieu, apparaît la transformation
d’une ressource territorialisée en actif stabilisé. Susceptible de rentrer dans un processus de
production d’un bien, cet actif est utile à une fin donnée et il a une valeur. Le problème est alors
3
d’identifier les conditions dans lesquelles la ressource culturelle territoriale se transforme en
« actif » ?
La deuxième situation est celle où la culture agit sur d’autres ressources. Comment la culture va-t-
elle opérer pour permettre leur mobilisation et leur transformation et ainsi générer de nouvelles
activités ? Deux hypothèses sont proposées ici. La première consisterait à proposer de finir la
culture comme un élément essentiel des processus d’innovation et de création éventuellement en
œuvre sur les territoires. La seconde poserait la culture comme origine d’une qualité spécifique au
territoire. Ainsi serait posée l’hypothèse de la culture, comme ressource territoriale, mais aussi
comme opérateur susceptible d’agir sur d’autres ressources, selon des modes qui restent à
caractériser.
1°) La culture territoriale ou territorialisée
A l’origine, une approche dominée par les dimensions anthropologiques et ethnologiques
Tous les auteurs insistent sur le caractère polysémique du terme de culture. L’approche
anthropologique vise à penser la spécificité humaine tout en s’intéressant à la diversité des sociétés.
Dés 1871, elle permet une définition très large du terme, spécifiant le rôle de la culture dans la
construction de l’individu : connaissances, croyances, art, morale, loi, coutumes, ainsi que toute
autre capacité ou manière d’être ou de faire, acquise par un être humain en qualité de membre d’une
société (Tylor, 1871). Cette approche se poursuit par une analyse des spécificités ou des singularités
des sociétés. Celles-ci s’expriment au travers des langages, croyances ou représentations propres.
L’importance et la variabilité des liens qui lient l’individu à sa culture est identifiée et pose la
question des liens à l’espace. En introduisant la dimension géographique sans pouvoir la cerner
avec précision, et en posant la question des superpositions d’échelles géographiques, en lien avec
d’autres clivages d’origine sociale ou temporelle, la question du territoire émerge progressivement.
Le discours sur l’identité de l’individu et son identité collective au travers des territoires est
mobilisé, pour enrichir l’espace global du sens que les sociétés lui confèrent. Ainsi, « une même
collection d’individus, pourvue qu’elle soit objectivement donnée dans le temps et dans l’espace,
relève simultanément de plusieurs systèmes de culture : universel, continental, national, provincial,
local, … et familial, professionnel, confessionnel, politique » (Lévy-Strauss, 1958) .
Une approche ethnologique permet de poser ainsi la question : quel est le critère culturel des entités
spatiales, correspondant ou non aux découpages administratifs auxquels on dit appartenir ?
Comment s’expriment et s’inscrivent dans l’espace les processus de différenciation et
d’identification culturelles ? Sur quoi se fondent les unités qui distinguent les mots pays, région.
Les processus de distribution des phénomènes culturels dans l’espace ont été introduits au travers de
la notion d’aire culturelle (Kroeber, 1952). Plutôt que de définir des frontières précises à la
diffusion d’une culture, il s’agit de la caractériser au travers d’un nombre significatif de traits
culturels, considérés comme en étant les plus petits composants. Le questionnement central devient
celui de la diffusion et des contacts entre différentes cultures : les traits culturels deviennent des
marqueurs de ces diffusions, superpositions et mélanges.
La culture, élément de singularisation des territoires
Ainsi, à côté de cultures classées selon les organisations qui les portent (culture d’entreprise, culture
syndicale, culture politique), existerait une culture « territoriale » dont les contenus restent à
préciser. L’observation montre que dans certains cas, la référence culturelle peut permettre de
distinguer l’espace physique du territoire par rapport à des territoires voisins, dans un département,
4
une région, voire au sein du territoire national (Landel, Teillet, 2003). La culture est alors
appréhendée d’une part, selon une logique d’identification et de spécification d’un territoire, d’autre
part, comme un instrument de cohésion. C’est de cette façon qu’elle est souvent considérée comme
pouvant contribuer au développement territorial. Au-delà des régions à forte identité (objectivées
par un patrimoine monumental caractéristique, des pratiques traditionnelles, une langue et des
œuvres consacrées), des territoires plus modestes, comme les pays, au sens de la loi Voynet sur
l’Aménagement du territoire, peuvent également trouver leur cohérence à travers des références
identitaires communes et l'existence de profonds liens sociaux entretenus à l'occasion d'activités
diverses, notamment symboliques. C'est donc dans ce sens proche de celui que lui confère
l'anthropologie, que la culture peut constituer un élément déterminant pour circonscrire un pays. S'il
en résulte un risque (au moins théorique) d'enfermement particulariste, ces dynamiques culturelles
peuvent aussi constituer, par la mise en valeur de formes d'expression entretenues ou réinventées
dans les pays et les régions, des formes de résistance à l'homogénéisation des pratiques et à la
dilution des identités.
Toutefois, ces enjeux culturels, à forte coloration identitaire, devront s'articuler dans le cadre de la
constitution d'un pays et plus largement, du veloppement local, avec des enjeux économiques,
sociaux ou environnementaux, qui ne conduisent pas à procéder aux mêmes découpages de l'espace
physique (les bassins d'emplois, par exemple, n'ayant pas nécessairement un référent culturel
commun). L’interrogation sur la dimension culturelle des pays doit donc nécessairement tenter
d'évaluer la place du culturel parmi les autres facteurs permettant de d’expliquer la cohérence du
territoire.
La nature complexe du territoire
Le territoire va en effet être caractérisé par une double nature : matérielle et symbolique. S’il est
« avant tout une construction sociale » (Di Méo 2001). Sa vertu essentielle réside sans doute dans le
fait que sa construction mobilise tous les registres de la vie humaine et sociale. Son édification
combine les dimensions concrètes, matérielles mais aussi les dimensions idéelles des
représentations et des pouvoirs » (Di Méo, 2001). Ce serait à partir du partage d’un sentiment
d’appartenance que se créeraient des espaces culturels homogènes. Le tracé des limites séparant
deux territoires devrait idéalement se poser les cultures changent (changement de langue, de
modes de vie et de savoir faire, d’histoire, de patrimoines..). Dans la réalité, il existe peu de
territoires mono-culturels, et l’on assiste à la cohabitation de plusieurs éléments.
Le territoire est un lieu de rencontre de ces différents éléments. Il cristallise des rapports sociaux
anciens, mais aussi des pratiques et des représentations actuelles structurées par les relations
sociales ( Géneau de Lamarlière, Staszak, 2000). Cette imbrication est un des éléments complexe
des approches des cultures territorialisées. Il s’agirait avant tout d’une sélection de traits culturels,
dont certains sont amplifiés et survalorisés, identifiés comme des marqueurs territoriaux (Garnier,
2005), comme éléments de représentation d’un territoire, pendant que d’autres sont conservés, voire
détruits, au gré des (re)compositions territoriales dans lesquelles sont impliqués les acteurs
concernés.
La culture élément constitutif du projet
Le projet de territoire est défini comme un mode d’articulation entre des objectifs, constatifs d’un
horizon partagé entre des acteurs multiples et des moyens à mettre en œuvre pour les atteindre.
Cette approche interroge sur le mode de construction du projet et l’importance déterminante des
représentations dans le processus de construction des objectifs. La capacité d’un territoire à
s’inscrire dans des logiques de projets met en évidence de fortes variabilités, dont une part peut être
expliquée par la puissance et l’efficacité des injonctions externes aux territoires, qui voient dans le
5
projet un moyen d’existence au niveau du territoire. La multiplication des procédures
d’Aménagement du Territoire issus de différents échelons, qu’il s’agisse de l’Union Européenne
(ex : Programmes leader), de l’Etat (ex : Pôles d’Excellence Ruraux), de la Région (Contrats de
Pays), des départements (contrats territoriaux) illustre ce mouvement.
Elle n’empêche pas de poser la question des dynamiques internes au territoire. Si l’on définit la
projectivité comme étant la capacité des territoires à s’inscrire dans des processus de projet, on
constate que certains territoires sont capables de s’inscrire dans des processus très construits et
aboutis, reposant sur une double démarche de diagnostic et de prospective qui leur permet ensuite
de contractualiser avec de multiples partenaires d’origine différentes. C’est la force et la stabilité de
leur projet qui leur donne une capacité à coordonner des normes externes d’origines multiples
autour de ces projets. A l’inverse, d’autres territoires vont présenter des formes de « malléabilité »
plus importantes. Leurs projets vont varier au gré de procédures. La situation a pu être rencontrée
dans des espaces intermédiaires, marquées par de fortes capacités de mobilité des acteurs, induisant
une « mutabilité » des ressources (Bonerandi, Landel, Roux, 2003). La diversité des situations et
cultures territoriales induirait ainsi des postures différentes au regard des ressources territoriales, qui
doivent être intégrées dans la compréhension des dynamiques territoriales.
2°) La culture comme ressource territoriale
La culture, un élément délicat à introduire en théorie économique :
La remise en cause des modèles de croissance de type fordiste s’accompagne de différentes
approches intégrant la culture comme facteur de croissance. En tout premier lieu, ce sont la
connaissance et la recherche, qui sont intégrés dans les années 1980, au travers de travaux sur les
modèles de croissance endogène (Romer, 1986). L’approche globale de la culture est limitée par
l’absence d’outils de représentation, en particulier statistique, à l’exception de ceux relatifs à la
recherche. Cette situation explique la prise en considération prioritaire de cette variable, au
détriment d’autres critères plus difficiles à appréhender du fait de l’impossibilité de les quantifier.
Progressivement, l’économie sociale et régionale introduit les éléments d’ordre culturel au travers
de différentes entrées :
- les travaux sur les zones de développement économique spécialisés avec leurs différentes
déclinaisons géographiques : districts industriels italiens, clusters américains, Systèmes
productifs localisés français ; (Bagnasco, 1977, Beccatini, 1977, Marshall, 1919, Courlet,
1994) ;
- L’économie de la proximité qui accompagne l’émergence du concept de gouvernance
territoriale plus particulièrement la question de la coordination entre acteurs sur un
territoire (Colletis, Pecqueur, 2004)
- Les travaux sur l’analyse des mécanismes d’innovation territoriale ;
- Le rôle de la confiance et de l’investissement intellectuel dans les réseaux d’innovation
(Alix § Krieger 1998)
Pour les économistes de la proximité, il s’agit de mieux comprendre la place de la culture dans les
processus de spécification de la ressource territoriale. La culture et les conditions de la coordination
joueraient là un rôle essentiel. Cela suppose de « comprendre en quoi un espace ou un territoire
particulier est révélé par le jeu d’acteurs engagés dans un processus de coordination. La notion
d’ancrage territorial désigne dans cette perspective le résultat de rencontres productives durables
issues le plus généralement de la mémoire de situations de coordinations antérieures réussies»
(Colletis, Pecqeur, 2004).
6
Les travaux relatifs à l’innovation ont été initiés en France par Philippe Aydalot, puis prolongés par
le GREMI, qui analyse un certain nombre de situations mettant en évidence une relation positive
entre l’environnement culturel et le développement économique. Ces analyses s’appuient sur la
« génération d’espaces comme acteurs de développement à travers les savoir faire locaux, les
qualifications, les capacités d’auto organisation, les comportements collectifs » (AYDALOT, 1986).
Ces travaux s’inscrivent dans le prolongement de ceux liés à l’économie territoriale, initiée par
l’analyse des districts industriels en Italie. Ils montrent que la stricte dimension économique se
trouvait liée à des critères autres, tels l’histoire, les constructions identitaires et les modes de
relation qu’ils génèrent. Ces facteurs ont été classés sous le terme générique « d’effet territorial »,
ou plus généralement « d’économies externes » de Marshall (1919). Le terme de proximité est ainsi
proposé : « l’analyse économique montre que la création de synergies et d’économies de proximité
relève moins d’une proximité spatiale que d’une proximité culturelle et sociale, en grande partie liée
à l’existence d’un patrimoine local fort » (Barrère, 2001).
La culture comme actif territorial
Ces patrimoines peuvent être caractérisés par la mise en œuvre d’un double processus. Le premier
est celui de la transmission qui permet le passage du patrimoine entre des générations, sur une
longue durée. Il est systématiquement accompagné d’un travail de sélection sous l’influence des
cultures actuelles, dans le cadre d’un jeu d’acteurs territorialisés. Cette sélection est toutefois
subtile : bien que la destruction soit envisageable, elle n’est pas fréquente. L’objet patrimonial va
pouvoir passer par différents stades tel que l’abandon, l’identification, la protection, la conservation,
la restauration, l’exposition, la mise en valeur au travers de nouveaux usages. Cette transformation
a été esquissée au travers d’une confrontation entre « logique capitaliste et patrimoniale » (BAREL,
1981). La gestion patrimoniale ne se préoccupe pas ou se préoccupe moins de “ maximisation ” ou
d’optimisation. Gérer un patrimoine, c’est transmettre à peu près intégralement un stock
d’opportunités et aussi, peut être surtout, une faculté de créer de nouvelles opportunités. On y perd
certes en « croissance, en richesse, en résultat tangible, en output économique » mais on évite le
piège de l’irréversibilité, en protégeant une certaine diversification. Le patrimoine comporte en
général une « partie libre qui reste disponible pour des affectations éventuelles, des emplois
multifonctionnels. En résumé, le patrimoine est moins adapté et plus adaptatif » (Barel, 1981) .
Un stock patrimonial activé par un flux culturel permanent, dans le cadre d’organisations
territorialisées
Ce processus permet de proposer un positionnement spécifique du patrimoine par rapport à la
culture. Le premier pourrait être considéré comme un stock accumulé au cours de temps, qui se
transformerait sous l’effet de facteurs culturels sans cesse renouvelés, au gré de l’évolution des
territoires et des relations entre les acteurs qui les animent. Le patrimoine serait ainsi la
« matérialisation d’un flux culturel permanent », sélectionné par les acteurs locaux, au service de
leurs constructions territoriales. Toutefois, le patrimoine ne saurait être réduit à un simple stock.
Le patrimoine, en tant que ressource, subit une double évolution. Tout d’abord, on assiste à
l’extension continue de son champ de définition. Il comprend, outre les monuments historiques, le
patrimoine naturel, « les paysages, les savoir faire, les produits du terroir, les systèmes de
représentation» (Chiva, 1994). Le second mouvement concerne l’élargissement des acteurs et
institutions concernés : Si l’histoire des politiques du patrimoine est marquée par l’émergence puis
la domination de corps de spécialistes, dont la figure emblématique est celle du conservateur du
patrimoine, l’actualité montre l’importance de nouvelles institutions telles que les collectivités
territoriales ou les associations. Ainsi, la loi sur les libertés et responsabilités locales confirme les
7
termes des protocoles de décentralisation culturelle en transférant aux régions le soin de mettre en
œuvre les opérations d’inventaire du patrimoine. De la même façon, les Pôles d’Economie du
Patrimoine, mis en place en 1994 institutionnalisent l’élargissement de la gestion du patrimoine à
d’autres acteurs. Ils « s’intéressent au patrimoine dans ce qu’ils apportent aux territoires comme
levier de développement local…Ils ne doivent pas se positionner dans une logique de conservation,
mais dans une logique de développement durable s’appuyant sur la patrimoine » (Métivier, 2000).
La culture comme opérateur de ressources territoriales
Un tel assemblage d’acteurs ne se construit que progressivement, et sur la durée. Il repose sur une
capacité d’identification d’un problème commun, intégré dans un processus de spécification
impulsé sur un territoire. Ce dernier, et plus particulièrement le projet qu’il exprime, permet la
mobilisation des différences culturelles dans un objectif de complémentarité, au travers d’un mode
d’organisation qui lui est spécifique. Même si les concurrences jouent, la proximité des acteurs face
à des problématiques communes permet de définir des règles spécifiques et de développer des
échanges fondés sur certaines formes de réciprocité, en particulier au niveau technique et
commercial, reposant sur des complémentarités d’ordre culturel.
La culture élément de liaisons entre ressources territoriales
Les analyses économiques mettant en jeu la notion de territoire ont en commun de ne pas considérer
l’espace comme une seule réalité physique ou administrative, mais comme le résultat de l’action
humaine. Ainsi l’espace est plus qu’un réceptacle ou un ensemble de distances, il est un ensemble
de « rapports techniques, économiques et sociaux entre agents localisés en des lieux différents »
(Aydalot, 1986). En ce sens, il n’existe pas d’espace vierge que les entreprises modèleraient par leur
action, mais des villes et régions avec leur histoire. « Ces espaces sont plus ou moins riches
d’interactions entre agents. Ils donnent lieu à des processus d’apprentissage collectifs. Ces
caractéristiques définissent la notion de territoire, espaces privilégié des relations non marchandes
entre agents » (Benko, Lipietz, 2000). Ainsi, les modes d’interactions et d’articulation entre acteurs
pourraient être d’ordre culturel. L’hypothèse avancée par le GREMI
1
est que « la culture procède de
l’état de milieu. Le partage d’une même culture au sein de la communauté territoriale favorise la
convergence des points de vue, décourage les comportements conflictuels, voir opportunistes et fait
apparaître la ressource patrimoniale historico-culturelle comme faisant partie des biens collectifs.
L’intérêt général de la collectivité est de pérenniser cette ressource» (Matteoccielli, 2004). Sans
pouvoir décrire précisément les mécanismes en œuvre, nous proposons deux modes d’articulations
antagonistes.
L’effet puzzle ou la juxtaposition des acteurs sur un territoire.
Dans la prolifération des diagnostics qui accompagnent la construction des projets de territoire
apparaissent fréquemment des analyses internes (forces et faiblesses), des études de positionnement
par rapport à l’extérieur (opportunités/menaces). De plus en plus, les travaux portent sur des
analyses des jeux d’acteurs caractérisés par les enjeux dont ils sont porteurs, leurs ressources, leurs
contraintes et leurs stratégies. Ce type d’approche laisse entrevoir le mode d’articulation entre
acteurs, et un cas fréquent semble être celui de la juxtaposition entre acteurs, après un exercice de
partage du territoire, au niveau spatial et temporel.
L’effet panier de biens ou l’imbrication des dynamiques locales
1
A.MATTEACCIOLI op.cit., le GREMI est le Groupe de Recherche Européen sur les Milieux Innovateurs.
8
Un autre cas de figure proposé est celui du panier de biens, caractérisé à la suite de travaux sur le
territoire des Baronnies, dans la Drôme (Lacroix, Mollard, Pecqueur, 2000). Les travaux ont porté
sur l’évaluation de l’impact de l’Appellation d’Origine Contrôlée (l’AOC) « Huile d’Olive de
Nyons et des Baronnies ». A partir du constat d’une forte valeur ajoutée liée à la mise en place de
l’AOC, ils ont montré que le produit révélait une image du territoire et contenait des caractéristiques
culturelles qui les différenciaient des autres. Ils ont aussi montré comment l’huile d’olive s’associait
à d’autres produits (lavande, tilleul, abricots, miel, agneau, vins…) et services (gîtes ruraux..) pour
constituer un panier de biens caractérisé par trois aspects :
- une offre autonome du territoire d’un ensemble de biens et de services complémentaires entre eux
(non substituables) qui se renforcent sur les marchés locaux ;
- la combinaison de biens privés et publics qui concourent à élaborer l’image et la réputation de
qualité d’un territoire ;
- la coordination interactive entre les producteurs du panier (club) afin d’internaliser la rente de
qualité territoriale.
Dans les Baronnies, le développement de relations transversales entre acteurs repose sur une liaison
très forte entre la coopérative oléicole et viticole de Nyons et le personnel politique local. Les
légitimités de chacun sont respectées sur le champ économique et politique, ce qui en fait une
organisation adaptée à la « culture » locale. Il est intéressant de souligner que les produits du terroir
et les savoir faire qui y sont liés sont systématiquement mis en avant dans la ressource patrimoniale.
Ces produits, reconnus au travers d’une forte spécificité et d’une organisation auraient une capacité
à « fédérer » les autres acteurs plus que d’autres patrimoines emblématiques ne l’ont sur d’autres
territoires.
La culture comme élément de l’attractivité territoriale
Une dernière approche propose de positionner la culture comme élément de l’attractivité territoriale.
Alors que la concurrence entre les territoires s’exprime souvent au travers de critères économiques
ou fiscaux, certains territoires construisent un positionnement sous l’angle culturel. Cette démarche
peut être illustrée au travers de l’exemple du Morvan, qui développe depuis des années une
politique culturelle audacieuse. Après le développement de politiques culturelles territoriales
classiques reposant sur l’accès à la culture, la mise en réseau des acteurs et le développement
d’actions éducatives, les derniers mois ont été marqués par la mise en place d’actions originales et
inédites.
Ces opérations contribuent à attirer de nouvelles populations, dans un milieu caractérisé par un
certain mode de relation et de proximité entre les gens, dont attesterait en particulier « la chaleur du
parler morvandiau ». Ainsi les documents promotionnels affirment que «la Nièvre, pays superbe
investi l’été par des vacanciers amoureux de la nature et de ses sites authentiques, doit ajouter à ses
richesses naturelles les personnes âgées ». Qui l’eut crû, alors que la lecture de dizaine de
diagnostics de territoire ruraux pose sans cesse le problème du vieillissement de la population ?
Ce questionnement peut s’inscrire dans celui de l’économie résidentielle, au travers duquel le
développement de certains territoires reposerait sur l’arrivée de nouvelles populations dont les
ressources seraient issues de l’extérieur, mais qui consommeraient localement, induisant ainsi de
nouvelles activités. Ces populations deviennent ainsi de nouvelles ressources susceptibles d’être
mobilisées. Si l’exemple de la Nièvre reste exceptionnelle, il montre que la culture locale est un
facteur d’attractivité important, en ce sens qu’elle révèle des modes de relations entre les gens. Il
montre aussi que le tourisme n’est pas le seul ressort des la patrimonialisation de ressources
localisées.
9
En conclusion,
Le présent papier avait pour objectif de mieux caractériser la place de la culture dans la construction
des territoires et de mieux comprendre les conditions dans lesquelles la culture devenait une
ressource. Au travers d’une succession d’exemples empiriques, il propose un certain nombre de
situations qui mériteraient d’être approfondies.
S’il confirme le rôle éminent de la culture dans les processus de construction des territoires, il
souligne l’importance de sa relation avec le mode d’organisation. C’est cet assemblage qui va être à
la base du fonctionnement du territoire et qui va permettre le passage d’une ressource potentielle à
un actif mobilisable. Un territoire aussi riche soit il du point de vue culturel ne fonctionnera pas
sans organisation. A l’inverse, une organisation territoriale solide ne fonctionnera pas sans base
culturelle solide.
Il propose un éclairage de la relation entre le patrimoine territorial et la culture. Le premier
fonctionnerait comme un stock d’opportunités, qui serait sans cesse transformé sous l’effet d’un
double processus de transmission et de sélection. Il ne s’agit pas d’un simple stock prêt à être
mobilisé. Les cultures locales exprimées au travers d’acteurs territorialisés déterminent les
processus de sélection qui vont intervenir pour permettre à ces patrimoines de devenir des
ressources territoriales.
Enfin, la culture peut aussi être un opérateur de la mobilisation d’autres ressources. En permettant
l’articulation entre acteurs, au travers de la construction d’organisations adaptées, elle va favoriser
la mise en évidence de nouvelles ressources et permettre leur mobilisation. Elle permet surtout de
mieux différencier une ressource spécifique et une ressource générique. En introduisant une qualité
spécifique, elle va permettre de la différencier par rapport à d’autres ressources territoriales. Cette
qualité spécifique, identifiée au travers de normes et de gles est issue du croisement entre une
culture et une organisation territorialisée. On montre donc que la proximité géographique est bien
une variable essentielle à l'intelligibilité du monde économique d'aujourd'hui.
Toutefois, en posant la question de la relation entre culture et organisation territoriale, cette
approche ouvre la voie à des travaux dont les modalités restent à définir. Il s’agit en effet
d’identifier sur les territoires les acteurs concernés, les objets culturels mobilisés, mais aussi
comprendre les enjeux et logiques sous tendus, afin de déterminer les conditions dans lesquelles la
culture peut constituer une ressource pour le territoire et éventuellement servir d’opérateur pour la
mise en évidence et la mobilisation d’autres ressources.
Ainsi pourrait on participer à une conjonction des approches géographiques et économiques et
contribuer à l’émergence d’une géographie économique et culturelle dont nous faisons l'hypothèse
qu'elle constitue le fondement de la compréhension du monde globalisé et "post-fordiste" qui se
développe aujourd'hui.
Bibliographie :
AGHION P., HOWITT P. (2000), les théories de la croissance endogène, Paris, DUNOD.
AYDALOT P. (1985), Economie régionale, Paris, Economica, 175 p.
AYDALOT P,( 1986) Les technologies nouvelles et les formes actuelles de la division
spatiale du trvail », cahiers du C3E, n° 47, cité par Andrée MATEACCIOLLI …
AYDALOT P. (1986) : Milieux innovateurs en Europe, GREMI, Paris, 361 p.
BAREL Y (1981) : “ territoires et codes sociaux ” ronéo, citée par Georges GOYET, in
Montagnes Méditerranéennes n° 15, juillet 2002, disponible auprès de l’Institut de
10
Géographie Alpine, ou au Centre d’Etudes et de Recherche sur les Montagnes Sèches et
Méditerranéennes (CERMOSEM), domaine Olivier de Serres, 07170 Mirabel
BARRERE C. (2001) : Les économistes face à l’objet patrimoine, Les entretiens du
patrimoine 2001, Université de Reims, à paraître.
BENKO G., LIPIETZ A. (2000) : La richesse des régions, La nouvelle géographie socio-
économique, Economie en liberté, PUF, 564p
BONERANDI E., LANDEL P.A., ROUX E. (2003) : Les espaces intermédiaires, forme
hybride : ville en campagne, campagne en ville ?, Revue de Géographie Alpine, Tome 91
N°4, 12 p.
BONNIOL et HOSTINGUE (2001), cités par de La SOUDIERE ( M.), 2004 : Lieux dits :
nommer, dé-nommer, re-nommer, Ethnologie française, XXXIV, 1, p.67-77
CHEVALLIER D. (2002) : « Des territoires au gré du patrimoine », Montagnes
méditerranéennes n° 15,Patrimoines, territoires et créations d’activités pp 25-30
CLAVAL P. (1995/2003) : géographie culturelle : une nouvelle approche des sociétés et
des milieux, Armand Colin, Paris, 287 p.
CHIVA I. (1994) : Une politique pour le patrimoine culturel rural, rapport présenté à
Monsieur Jacques TOUBON, Ministre de la culture et de la Francophonie, Paris, EHESS,
141 p.
COLARDELLE M.( 2001) : in Pays d’Art et d’Histoire et Pôles d’Economie du Patrimoine,
DATAR, Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Paris, La documentation Française,
p45-49
COLLETIS G., PECQUEUR B. (2004) : Révélations de ressources spécifiques et
coordination située, Groupe de Recherche « dynamiques de proximité », CD-ROM
présentant la synthèse des rencontres des 17-18 juin 2004
DEBARBIEUX B. (1995) : Le territoire est-il un lieu de mémoire, Revue L’espace
géographique, 1995, n° 2,
DI MEO G (2001) : Géographie sociale et territoire, Ed Nathan Université, p.273.
GREFFE X. ( 2001) : La réduction à l’économique dans l’ouvrage collectif sous la direction
de Yves MICHAUD, « Qu’est ce que la culture ? », Paris, Editions Odile Jacob, p.490 -511
GREFFE X.(1990) : La valeur économique du patrimoine, Paris, Anthropos, Economica,
253 p.
KROEBER A. (1952), The nature of culture, The University of Chicago Press, cite par
Denys CUCHE , La notion de la culture dans les sciences sociales, 1996, La Découverte,
collection Repères.
LACROIX A., MOLLARD A., PECQUEUR B. (2000) : Origine et produits de qualité
territoriale : du signal à l’attribut, Revue d’Economie Régionale et Urbaine n°4.pp 683-706.
LANDEL P.A., TEILLET P. (2003) : La place de la culture dans la recomposition des
territoires, le cas des pays issus de la loi Voynet, Grenoble, Observatoire des Politiques
Culturelles, 82 p.
LEVY STRAUSS C (1958), Anthropologie structurale, Plon, Paris,
MATTEACCIOLI A (2004) : Mise en scène territorialisée d’une ressource historico-socio-
culturelle et développement local durable : le Puy du Fou en pays Haut-Vendéen, dans
Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, GREMI, Neuchâtel,
Editions EDES
METIVIER V. (2000) : Evaluation des Pôles d’Economie du Patrimoine, DATAR-ETD,
ronéo, 45 p.
ORLEAN A. (2002) : Le tournant cognitif en économie, Revue d’Economie Politique,
n°112, vol5, pp.717-738
PECQUEUR B. (2000a) : Le développement local, Alternatives économiques, Syros 147 p.
Mise en forme : Puces et
numéros
Supprimé :
el
11
PECQUEUR B. (2000b) : Qualité et développement territorial : l'hypothèse du panier de
biens et de services territorialisés. Revue d'Economie Rurale, n° 261 ; janvier-février, pp.
37-49.
PECQUEUR B.(2004) : Vers une géographie économique et culturelle autour de la notion
de territoire, Revue Géographie et Culture, pp.71-86.
PECQUEUR B. et ZIMMERMANN J.B. (2004) : Economie de proximités, Hermès, Paris,
264 p.
RAFFESTIN Claude (2000), Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, Coll.
Géographie économique et sociale, (Paul CLAVAL dir.), t.13, pp.205-224.
ROMER D (1997): Macroéconomie Approfondie, Mc Graw-Hill / Ediscience, coll.
Sciences Economiques, 560 p.
TYLOR E. (1871), La civilisation primitive (trad française), Reinwald, paris, 2 vol.
WARNIER J.P.( 2002) : La mondialisation de la culture, Editions La découverte, collection
repères, 186 p.
... The sharing of the same culture by a community favors the convergence of interests, restricts conflicts and causes the emergence the historical-cultural heritage resource as part of the collective assets [13]. ...
... According to the author, it is a matter of identifying the players involved, the cultural objects they mobilize in the territories, but also of understanding the underlying issues and logic, in order to determine the conditions under which culture can be a resource for the territory and possibly serve as operator to highlight and mobilize other resources [13]. ...
Article
Full-text available
The formation of the grape growing area of Jundiaí was influenced by Italian immigration and the diffusion of cultivar Isabella. After 1930, the coffee economy crisis, the destructuring of the large monoculture property and the emergence of the Niagara Rosada cultivar allowed for the specialization of the Jundiaí grape growing agglomeration. The diffusion of this cultivar characterized the physiognomy of the regional vineyard with the practice of the “espalier” conduction system, and developed the intangible heritage based on the religious character of the cultural manifestations and harvest celebrations. Currently, urban and industrial expansion provides negative externalities of the geographic proximity between the diverse uses of the agricultural space, a fact that imposes threats to the sustainability of the traditional grape growing activities. This work is based on the hypothesis that the Geographical Indication of the Niagara Rosada grape presupposes governance among the agents and constitutes a project of valuation of the traditional landscape and the cultural heritage, in order to contribute to adding value to the grape and to territorial development. The specific resources, even outside the market sphere, can contribute to the commercial valuation of the Niagara Rosada grape and wealth generation beyond the classic notion of “productivity”.
... e cultural action also allows this kind of social changes (BERESTETSKY et al., 2008). erefore, culture is more and more considered as a real territorial resource linked to unavoidable urban resilience (LANDEL, PECQUEUR, 2009;SINAÏ, 2015). ...
Article
Este artigo tem como foco o processo de rotulação territorial que ocorreu em 2013 no território de Marselha-Provença (MP13). Com efeito, este caso é particularmente representante das políticas de desenvolvimento na área cultural e questões decorrentes. Como Glasgow no passado, Marselha tem sido seriamente impactada por inúmeras crises contra a qual tem lutado, a partir da cultura e criatividade. Para os políticos e planejadores urbanos, a distinção de “Capital Europeia da Cultura” representa um grande passo no sentido social, econômico e de renovação urbana. Assim, é relevante mostrar como Marselha foi capaz de obter este título específico (especialmente pela valorização de suas próprias fraquezas territoriais). Mostramos aqui, em que medida esta distinção está relacionada às grandes transformações urbanas e quais são suas conexões com o neoliberalismo. No entanto, para além daqueles elementos que contribuem para resultados econômicos e turísticos positivos, o evento MP13 enfrentou alguns inconvenientes, pois, na verdade, não foi possível integrar as pessoas mais pobres e bairros que não foram capazes de valorizar os artistas locais, que muitas vezes defendem outras vias de expressão cultural.
... Many researchers have emphasized the role of material or immaterial and generic or specific resources in reinforcing attraction. Yet among these resources we must include culture (Ritchie and Zins, 1978 ;Pecqueur and Landel, 2009 ;Mareste, 2011 ;Guillon and Scherrer, 2012 ;Delfosse, 2013 ;Proulx, 2016…), cultural levers being museums, festivals, events organised around local products...For Meyronin (2010), there are three reasons underlying cultural development : reviving a positive image, demolishing a negative image and reinforcing a positive image. In the Sancy mountain range, which of these reasons is behind Horizons -Arts Nature ? ...
Article
Full-text available
Since 2007, the Massif du Sancy (Puy de Dôme) has hosted the Horizons-Arts Nature festival. For the CRDT (Comité Régional de Développement Touristique/Regional Tourism Development Committee), this Land Art event “is a wonderful collision of art with nature”. At first glance, the festival may indeed appear surprising for a region like Auvergne which is perceived as a less open-minded territory and an unlikely place for innovative activities.The object of this paper is twofold. First we want to understand the organisation and success of such an event in the region. What are the secrets to such a long run (10th edition in 2016) ? Why are artists so inspired by the area ? Is it the terrain that generates so much enthusiasm or simply the history of the site ? We are also interested in the role culture plays in making the area attractive. In the Sancy mountain range, which of these reasons is behind Horizons - Arts Nature ? What have local authorities and tourism professionals tried to achieve by creating the event ?
... Nombre de chercheurs ont mis en avant le rôle des ressources matérielles ou immatérielles, génériques ou spécifiques, dans le renforcement de l'attractivité. Or parmi ces ressources, il faut compter sur la culture (Ritchie et Zins, 1978 ;Pecqueur et Landel, 2009 ;Mareste, 2011 ;Guillon & Scherrer, 2012 ;Delfosse, 2013 ;Proulx, 2016…), les leviers culturels étant alors des musées, des festivals, des fêtes autour des produits du terroir… Pour Meyronin (2010), trois raisons soustendent le développement culturel : renouer avec une image favorable, casser une image défavorable, conforter une image positive. Dans le Sancy, laquelle de ces logiques a soustendu Horizons -Arts Nature ? ...
Article
Full-text available
Since 2007, the Massif du Sancy (Puy de Dôme) has hosted the Horizons-Arts Nature festival. For the CRDT (Comité Régional de Développement Touristique/Regional Tourism Development Committee), this Land Art event "is a wonderful collision of art with nature". At first glance, the festival may indeed appear surprising for a region like Auvergne which is perceived as a less open-minded territory and an unlikely place for innovative activities.The object of this paper is twofold. First we want to understand the organisation and success of such an event in the region. What are the secrets to such a long run (10th edition in 2016)? Why are artists so inspired by the area? Is it the terrain that generates so much enthusiasm or simply the history of the site? We are also interested in the role culture plays in making the area attractive. In the Sancy mountain range, which of these reasons is behind Horizons - Arts Nature? What have local authorities and tourism professionals tried to achieve by creating the event?
... Un questionnaire d'une dizaine de minutes a été soumis à 249 personnes, enquêtées majoritairement à Bellac, secondairement à Limoges 1 . Il s'agit de déterminer d'une part comment la population locale s'approprie aujourd'hui ce patrimoine littéraire et d'autre part comment l'image de l'écrivain peut contribuer à la valorisation et au développement culturel de Bellac (Gravari-Barbas et Violier, 2003 ;Landel et Pecqueur, 2004.) ...
Article
Full-text available
The main objective of this article is to try to highlight the main components of what makes territory. In the abundant literature developed over the past three decades on this conceptual category, it is difficult to find an appropriate definition. Hence the need to attempt a synthesis which does not pretend to be exhaustive, but simply trying to facilitate reading of this new paradigm of development is necessary. The basic assumption underlying the different conceptions of the territory consider it as social construct derived from a combination of coordination of actors, meeting to solve a productive problem and resources which are activated for a renewed dynamic of the territory. The latter is characterized by the mobilization of actors who following a logic of cooperation and coordination of their actions. The logic of cooperation can be realized through the establishment of diverse governance systems, different from the traditional mode of regulation which is the market. Contracts, agreements, networks, and formal or informal cooperation are a range regulation models that are mobilized by the actors to transform their space in a dynamic territory. Secondly, the territory is based on the revelation of latent resources, preferably specific, non-transferable, identified and activated by the mobilization of actors.
Article
La question du rôle de l'origine dans l'évaluation qualitative des produits par les consommateurs fait l'objet d'une abondante littérature qui développe une analyse en terme de signal. Pour différentes raisons (coûts d'information, limites cognitives des consommateurs, incertitudes sur la qualité des biens, existence de caractéristiques de confiance ou d'expérience, spécificité du bien lié au terroir...), les consommateurs utilisent la caractéristique d'origine du bien comme seul signal permettant d'améliorer l'évaluation qualitative précédant l'achat. Pourtant, l'origine peut aussi jouer un rôle d'attribut du produit : elle devient alors une caractéristique recherchée pour elle-même. Le consommateur en retire une utilité indépendante de sa fonction de signal, puisqu'elle persiste quand l'information disponible sur le produit augmente. Dès lors, l'origine peut avoir une valeur, intégrée sous forme d'externalité qualitative dans le prix des produits. Les auteurs proposent une méthode permettant de montrer l'existence de cette valeur en s'appuyant sur l'exemple de l'huile d'olive de Nyons, mis en parallèle avec d'autres produits de même origine.
Article
Ten years ago, we have proposed the notion of “factor’s specificity” and suggested to distinguish between a resource (existing in a latent or virtual status) and its valorisation or revelation process under the form of an asset. In this paper we wish to update these definitions and to show that the distinction between a specific resource and a specific asset still remains an useful methodological tool to analyse the topics related to globalisation and territorial embededness of production processes.In a first part, we discuss again our conceptual framework based on what we have called the “factors of spatial competition” by adding some more details concerning what is a resource and what means specificity. Our approach is presented among a bunch of other works having as a common base an argumentation in terms of resource creation and externalities production.In our second part, we draw out some consequences of our dynamic approach
Article
Qu'appelle-t-on " espaces intermédiaires " ? Tel est le questionnement central et l'objet de cette contribution. Les dynamiques socio-spatiales des espaces urbains et des espaces ruraux ont souvent été prépondérantes pour expliciter l'ensemble des dynamiques spatiales, selon un modèle dominant centre-périphérie. De cette conception binaire, émergent des espaces " encadrant " (les pôles urbains et leur couronne périurbaine), ainsi que des espaces périphériques. Entre deux, apparaît une nouvelle catégorie spatiale, plus difficile à caractériser : les espaces intermédiaires. Ces espaces sont à considérer dans une configuration de " marqueterie territoriale " dépassant le modèle centre-périphérie, et dans une acception d'espaces à enjeux, d'innovations, de dynamiques spécifiques. Ces dynamiques peuvent être mises en perspective et précisées, via une approche par les représentations, sous l'angle privilégié de la place et du rôle que tient l'agriculture.
Article
[eng] Quality and territorial development: the assumption of the territorialized set of goods and services - This paper seeks to define a model of supply of goods and services anchored in a territory in a composite and specific form. This model combines the characteristics of the supply of goods per batch or set (bundling) and those of an offer of products of quality anchored in a soil of the type of the products labellized by a Controlled Label of origin. The type of offer which appears is called "basket of goods and services territorialized". Such a model results from an institutional construction which brings together on the scale of a territory various producers of goods or private services and the producers of local public goods. The supply of goods of basket can constitute a strategic objective for public policies of local development. [fre] Cet article cherche à définir un modèle d'offre de biens et de services ancré territorialement sous une forme composite et spécifique. Ce modèle combine les caractéristiques de l'offre de biens par lot ou par assortiment (bundling) et celles d'une offre de produits de qualité ancrée dans un terroir du type des produits labellisés par une Appellation d'origine contrôlée. Le type d'offre qui apparaît est appelé "panier de biens et services territorialisés". Un tel modèle résulte d'une construction institutionnelle qui réunit à l'échelle d'un territoire divers producteurs de biens ou services privés et les producteurs de biens publics locaux. L'offre de biens de panier peut constituer un objectif stratégique pour des politiques publiques de développement local.
Les économistes face à l'objet patrimoine
  • Géographie Alpine
  • Centre Mirabel
  • bullet Barrere C
Géographie Alpine, ou au Centre d'Etudes et de Recherche sur les Montagnes Sèches et Méditerranéennes (CERMOSEM), domaine Olivier de Serres, 07170 Mirabel @BULLET BARRERE C. (2001) : Les économistes face à l'objet patrimoine, Les entretiens du patrimoine 2001, Université de Reims, à paraître.
La richesse des régions, La nouvelle géographie socioéconomique , Economie en liberté Les espaces intermédiaires, forme hybride : ville en campagne, campagne en ville ?
  • bullet Benko G
  • Lipietz A Puf
  • bullet 564p
  • Landel P A Bonerandi E
@BULLET BENKO G., LIPIETZ A. (2000) : La richesse des régions, La nouvelle géographie socioéconomique, Economie en liberté, PUF, 564p @BULLET BONERANDI E., LANDEL P.A., ROUX E. (2003) : Les espaces intermédiaires, forme hybride : ville en campagne, campagne en ville ?, Revue de Géographie Alpine, Tome 91 N°4, 12 p.