ArticlePDF Available

Une approche socioculturelle de l'hygiène au Cambodge : pratiques soignantes et risques de transmission virale

Authors:
  • French Research Institute for Sustainable Development

Abstract

Les modalités de la transmission nosocomiale du VIH, du virus de l'hépatite B (VHB) et le virus de l'hépatite C (VHC), et les logiques socioculturelles sous-jacentes qui la favorisent semblent assez mal connues et peu étudiées à l'échelle mondiale. La question de l'hygiène en milieu sanitaire a été abordée à l'heure actuelle, essentiellement d'un point de vue biologique [1,2].Or, celle-ci est traversée et modelée par des normes et des représentations socioculturelles qui sous-tendent les pratiques favorisant ou limitant la transmission des pathologies, toujours inscrites au sein de relations sociales [3-5]. De 2006 à 2009, une équipe d'anthropologues du centre de recherche cultures, santé, sociétés de l'université d'Aix- Marseille a conduit un projet de recherche1 dont l'objectif était de produire des connaissances sur les conditions de la transmission iatrogène des VIH, VHB, VHC, en s'intéressant aux dimensions socioculturelles de l'hygiène hospitalière au Cambodge. Ce projet contribue à montrer comment, dans une perspective d'application, il est indispensable de mieux connaître les logiques sous-jacentes aux pratiques d'hygiène pour adapter des formations destinées aux professionnels de santé, voire aux populations.
Une approche socioculturelle de l’hygi`ene au Cambodge
: pratiques soignantes et risques de transmission virale
Pascale Hancart Petitet, Anne Laure Faurand Tournaire, Alice Desclaux,
Vong Sirenda, Dumas C´eline
To cite this version:
Pascale Hancart Petitet, Anne Laure Faurand Tournaire, Alice Desclaux, Vong Sirenda, Dumas
C´eline. Une approche socioculturelle de l’hygi`ene au Cambodge : pratiques soignantes et risques
de transmission virale. Hygi`enes, 2011, 19 (2), pp.64-65. <ird-00982393>
HAL Id: ird-00982393
http://hal.ird.fr/ird-00982393
Submitted on 24 Apr 2014
HAL is a multi-disciplinary open access
archive for the deposit and dissemination of sci-
entific research documents, whether they are pub-
lished or not. The documents may come from
teaching and research institutions in France or
abroad, or from public or private research centers.
L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est
destin´ee au epˆot et `a la diffusion de documents
scientifiques de niveau recherche, publi´es ou non,
´emanant des ´etablissements d’enseignement et de
recherche fran¸cais ou ´etrangers, des laboratoires
publics ou priv´es.
HANCART PETITET ET AL. PRATIQUES SOIGNANTES ET RISQUES DE TRANSMISSION DES VIH, VHB, VHC. UNE
APPROCHE SOCIOCULTURELLE DE LʼHYGIENE AU CAMBODGE. HYGIENES - 2011 - VOLUME XIX - N° 2
Pratiques soignantes et risques
de transmission des VIH, VHB, VHC
Une approche socioculturelle de l’hygiène au Cambodge
P. Hancart-Petitet1,2, C. Dumas2, A.-L. Faurand-Tournaire2, S. Vong1, A. Desclaux2,3
1- Institut Pasteur du Cambodge, Phnom Penh, Cambodge 2- Groupe de recherche cultures, santé, sociétés, université Paul-Cézanne, Aix-
Marseille 3- Institut de recherche et développement (UMI 233 VIH/Sida et maladies associées), Dakar, Sénégal
Pascale Hancart-Petitet Institut Pasteur du Cambodge 5, Boulevard Monivong BP 983 Phnom Penh Cambodge E-mail :
hancartpetitet@pasteur-kh.org
Les modalités de la transmission nosocomiale du virus de lʼimmunodéficience humaine (VIH), du virus de
lʼhépatite B (VHB) et le virus de lʼhépatite C (VHC), et les logiques socioculturelles sous-jacentes qui la
favorisent semblent assez mal connues et peu étudiées à lʼéchelle mondiale. La question de lʼhygiène en
milieu sanitaire a été abordée à lʼheure actuelle, essentielle- ment dʼun point de vue biologique [1,2] . Or,
celle-ci est traversée et modelée par des normes et des représen- tations socioculturelles qui sous-
tendent les pratiques favorisant ou limitant la transmission des pathologies, toujours inscrites au sein de
relations sociales [3-5]. De 2006 à 2009, une équipe dʼanthropologues du centre de recherche cultures,
santé, sociétés de lʼuniversité dʼAix- Marseille a conduit un projet de recherche
1
dont lʼobjectif était de
produire des connaissances sur les conditions de la transmission iatrogène des VIH, VHB, VHC, en sʼin-
téressant aux dimensions socioculturelles de lʼhygiène hospitalière au Cambodge.
Ce projet a permis de décrire et dʼanalyser les condi- tions matérielles dans lesquelles sʼinsèrent les
pratiques dʼhygiène, en précisant leurs logiques. Ainsi, les périodes de pénurie vécues par les soignants,
suite à des nom- breuses années de conflits sur le territoire, ont encore un impact sur les pratiques
marquées par des stratégies « dʼéconomie de bout de chandelle », perceptibles par exemple, lorsque des
produits sont dilués, ou utilisés bien quʼils soient périmés. Parfois une même seringue avec son aiguille
est utilisée pour un patient dont le traitement nécessite plusieurs injections consécutives.
Le projet fournit par ailleurs de nombreux éléments dʼana- lyse au sujet de la distance qui sépare les
connaissances
de leur mise en application. Ainsi, les matériels de pro- tection individuelle utilisés par les soignants
répondent à une logique de « protection pour soi ». Ces matériels sont parfois investis par les soignants
dʼun important pouvoir de protection pour eux-mêmes. Ces perceptions relèguent au second plan les
risques pour les malades, et la question des infections associées aux soins est sou- vent secondaire dans
les préoccupations soignantes. De plus, lʼétude de la condition des « ouvriers » (les kama- cor, qui
occupent une fonction proche de celle dʼagent hospitalier) en tant quʼacteurs-clés dans le domaine de
lʼhygiène a montré comment cette catégorie de person- nel, au niveau le plus bas de la hiérarchie
hospitalière et en charge des activités en lien avec lʼhygiène, endosse plusieurs rôles: acteur de
nombreuses tâches en lien avec lʼhygiène hospitalière (nettoyage des locaux, des instruments, des blocs
et tables opératoires, etc.), interlo- cuteur du système de soins privilégié des patients de part leur
proximité socioculturelle, lien entre les départements médicaux et entre les soignants. Pourtant, leur rôle
est souvent dénié par le personnel paramédical et médical, et certaines de leurs activités (enlever les
traces, faciliter la communication), assimilées à des activités domestiques plutôt quʼà des tâches
professionnelles, demeurent sou- vent invisibles.
1
Il sʼagit du projet intitulé La transmission des VIH, VHB, VHC dans les lieux de soins. Dimensions socioculturelles de lʼhygiène au
Cambodge. ANRS 12102 dirigé par le Pr Alice Desclaux et financé par lʼAgence nationale de recherches sur le sida et les hépatites et
Sidaction, réalisé en partenariat avec lʼInstitut Pasteur du Cambodge. Ce projet a donlieu a plusieurs publications scientifiques
mentionnées ci-après et dont certaines sont en accès libre en ligne.
HANCART PETITET ET AL. PRATIQUES SOIGNANTES ET RISQUES DE TRANSMISSION DES VIH, VHB, VHC. UNE
APPROCHE SOCIOCULTURELLE DE LʼHYGIENE AU CAMBODGE. HYGIENES - 2011 - VOLUME XIX - N° 2
Enfin, les deux sous-études consacrées aux pratiques dʼhygiène lors des accouchements et lors des
soins de santé de la reproduction conduisent à relever dʼautres aspects spécifiques de la construction des
pratiques dʼhygiène dans ces secteurs de soins. Dans une salle dʼaccouchement dʼun hôpital de
référence, les aspects en lien avec lʼhygiène identifiés concernent la mise en œuvre de pratiques
dʼautoprotection des per- sonnels de soin, et les réinterprétations locales des pré- cautions universelles en
matière dʼhygiène et des gles en matière de confidentialité. Par ailleurs, la gestion de lʼinfection à VIH
semble paradoxale entre lʼomniprésence du risque VIH perçu par les soignants auquel ils se sen- tent
exposés, matérialisée par le port dʼune tenue de pro- tection totale (casaque-chapeau-masque), et
lʼabsence de prise en compte du même risque pour ce qui concerne les patientes et les nouveau-nés, en
lʼabsence dʼapplica- tion du protocole de prévention de la transmission mère- enfant du VIH.
Dans des institutions du secteur formel comme du sec- teur informel de soins, les pratiques dʼhygiène
sont le lieu dʼinterprétations, dʼinventions et de transpositions de pra- tiques dʼusage domestiques dans le
milieu de soins. Elles sont construites par chaque soignant en fonction du type de soin, du lieu où le soin
est donné, et du cadre formel ou informel de lʼexercice. Les pratiques à risques dans le milieu de soins
informel soulèvent de nombreuses questions. Par ailleurs, nous interrogeons la dimension du risque dans
le milieu formel, lorsque ces pratiques sont effectuées en dehors du cadre officiel des activités des
soignants. La construction des pratiques dʼhygiène met en avant le rapport de pouvoir des soignants vis-
à-vis des patients dans un contexte lʼhygiène sʼachète et se négocie. Les pratiques des soignants qui
ne respectent pas les normes en matière de prévention du risque noso- comial sont rarement contestées
par les patients. Ils pré- fèrent se taire de peur quʼune critique ou un question- nement remette en cause
lʼobtention du soin demandé.
Lʼhygiène fait lʼobjet de discours et dʼinterventions de la part de nombreux « acteurs » individuels et
collectifs - notamment institutionnels - au niveau local, national et international. Ce projet contribue à
montrer comment, dans une perspective dʼapplication, il est indispensable de mieux connaître les
logiques sous-jacentes aux pra- tiques dʼhygiène pour adapter des formations destinées aux
professionnels de santé, voire aux populations.
Références bibliographiques
1- HutIn YJF, HaurI am, armstrong gl. Use of injections in healthcare settings worldwide, 2000: literature review and regional
estimates. BMJ 2003; 327: 1075-1080.
2- Yuan C, et al. Perceptions of hand hygiene practices in China. The Journal of Hospital Infection 2009; 71(2): 157-162.
3- Bonnet D, JaFFré Y. Les maladies de passage. Transmission, pré- vention et hygiène en Afrique de lʼOuest. Paris: Karthala;
2003.
4- BourDelaIs P. Les hygiénistes enjeux, modèles et pratiques. XVIIIe- XXe siècles Paris, Belin; 2001.
5- JaFFré Y. In: Les maladies de passage. La construction sociale des notions de transmission. Bonnet D, Jaffré Y, éditeur. Karthala
: Paris; 2003. Anthropologie et hygiène hospitalière.
Publications des auteurs relatives à ce projet
Hancart-Petitet P, Dumas c, FauranD-tournaire aL, DescLaux a, Vong s. Social and cultural dimensions of hygiene in Cambodian
health care facilities. BMC Public Health 2011; 11(1): 83. Social and cultural dimensions of hygiene in Cambodian health care
facilities. http://www.biomedcentral.com/qc/1471-2458/11/83
Hancart Petitet P. Les pratiques de soins de santé de la reproduc- tion sont-elles à risques de transmission du VIH, VHB, VHC ?
Études de cas au Cambodge. Cahiers Santé 2010; 20(1): 3-8. http://www. john-libbey-eurotext.fr/fr/revues/sante_pub/san/e-
docs/00/04/58/92/ article.phtml
Dumas c, FauranD-tournaire aL. Ethnographie dʼun hôpital cam- bodgien : espaces et dynamiques sociales. Mousson recherche
en sciences humaines sur lʼAsie du Sud-est. IRSEA - Institut de recherche sur le sud-est asiatique 2010; 15: 97-120.
Hancart-Petitet P. Des hôtesses de karaoké à Phnom Penh. Négo- ciations des risques en santé de la reproduction. Mousson
recherche en sciences humaines sur lʼAsie du sud-est. IRSEA - Institut de recherche sur le sud-est asiatique 2010; 15: 137-155.
Hancart Petitet P, DescLaux a. 2010. Reproductive health and HIV in Cambodia from Anthropology to Public Health. GReCSS,
ANRS, Sidaction 76 pages.
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00566335/fr/
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
Au Cambodge, depuis 1994, les activités de santé de la reproduction sont conduites par le National Reproductive Health Programme (NRHP). Néanmoins, actuellement la prévalence contraceptive est de 27 %. Les contraceptifs médicaux sont souvent perçus par de nombreuses femmes comme étant à l'origine de troubles physiques mal supportés. De plus, de nombreuses jeunes femmes redoutent les effets secondaires qui leur ont été rapportés et n'utilisent aucun moyen de contraception moderne. Par ailleurs, depuis 1995, les moyens de contraception sont fournis dans toutes les institutions de soins publiques (préservatifs, contraceptifs oraux et injectables, implant contraceptif, stérilet et contraception d'urgence). Cependant, en dehors des préservatifs distribués gratuitement, en particulier dans le cadre de programmes de prévention du VIH menés par des organisations non gouvernementales (ONGs), l'accès aux méthodes contraceptives est payant. Les cliniques privées, les ONGs locales et internationales, les soignants du secteur privé ainsi que les praticiens formés ou non et exerçant hors du milieu formel de soins fournissent aussi une large part de ces services. Enfin, de nombreuses femmes ont recours à des avortements dont certains particulièrement à risques. Dans ce contexte, notre objectif est d'analyser la construction culturelle et sociale de certaines pratiques de soins de santé de la reproduction et d'envisager dans quelles mesures ces pratiques, telles qu'elles sont mises en ½uvre par les soignants des milieux formel et informel de soins, sont à risques de transmission du VIH, du VHB et du VHC. Nous nous intéresserons particulièrement aux pratiques d'injection de Dépo-Provera ®, d’insertion de stérilet, de lavage vaginal et d'avortement chirurgical.
Article
Full-text available
The frequency of bloodborne pathogen healthcare-associated infections is thought to be high in developing Southeast Asian countries. The underlying social-cultural logics contributing to the risks of transmission are rarely studied. This report provides some insights on the social and cultural factors that shape hygiene practices in Cambodian health care settings. We conducted qualitative surveys in various public and private health facilities in Phnom Penh, the capital city and in provinces. We observed and interviewed 319 participants, health care workers and patients, regarding hygiene practices and social relationships amongst the health care staff and with patients. We also examined the local perceptions of hygiene, their impact on the relationships between the health care staff and patients, and perceptions of transmission risks. Data collection stem from face to face semi-structured and open-ended interviews and focus group discussions with various health care staffs (i.e. cleaners, nurses, midwives and medical doctors) and with patients who attended the study health facilities. Overall responses and observations indicated that hygiene practices were burdened by the lack of adequate materials and equipment. In addition, many other factors were identified to influence and distort hygiene practices which include (1) informal and formal social rapports in hospitals, (2) major infection control roles played by the cleaners in absence of professional acknowledgment. Moreover, hygiene practices are commonly seen as an unessential matter to be devoted to low-ranking staff. Our anthropological findings illustrate the importance of comprehensive understanding of hygiene practices; they need to be considered when designing interventions to improve infection control practices in a Cambodian medical setting.
Technical Report
Full-text available
Data presented in this report have been collected within the framework of ANRS 12102 project “HIV, HBV, HCV Transmission in Health Care Settings: Social and Cultural Dimensions of Hygiene in Cambodia”. This document presents more specifically results from the substudy « HIV, HVB, HVC Transmission and Reproductive Health Care in Cambodia, An anthropological approach. » also funded by Sidaction. The ethic committee of Cambodia has allowed the ANRS 12102 project on the 21st of October 2005
Article
Full-text available
To describe injection practices worldwide in terms of frequency and safety. Literature review. The global burden of disease project of the World Health Organization defined 14 regions on the basis of geography and mortality patterns. Data sources included published studies and unpublished WHO reports. Studies were reviewed by using a standardised decision making algorithm to generate region specific estimates. Healthcare facilities, both formal and informal. General population and users of healthcare facilities. Annual number of injections per person and proportion of injections administered with syringes or needles, or both, reused in the absence of sterilisation. The analysis excluded four regions (predominantly affluent, developed nations) where reuse of injection equipment in the absence of sterilisation was assumed to be negligible. In the 10 other regions, the annual ratio of injections per person ranged from 1.7 to 11.3. Of these, the proportion administered with equipment reused in the absence of sterilisation ranged from 1.2% to 75.0%. Reuse was highest in the South East Asia region "D" (seven countries, mostly located in South Asia), the eastern Mediterranean region "D" (nine countries, mostly located in the Middle East crescent), and the western Pacific region "B" (22 countries). No information regarding injection safety was available for Latin America. Overuse of injections and unsafe practices are still common in developing and transitional countries. An urgent need exists to use injections safely and appropriately, to prevent healthcare associated infections with HIV and other bloodborne pathogens.
Article
Hand hygiene is considered one of the most important infection control measures for preventing healthcare-associated infections. However, compliance rates with recommended hand hygiene practices in hospitals remain low. Previous literature on ways to improve hand hygiene practices has focused on the USA and Europe, whereas studies from developing countries are less common. In this study, we sought to identify common issues and potential strategies for improving hand hygiene practices in hospitals in China. We used a qualitative survey design based on in-depth interviews with 25 key hospital and public health staff in eight hospitals selected by the Chinese Ministry of Health. We found that hospital workers viewed hand hygiene as paramount to effective infection control and had adequate knowledge about proper hand hygiene practices. Despite these positive attitudes and adequate knowledge, critical challenges to improving rates of proper hand hygiene practices were identified. These included lack of needed resources, limited organisational authority of hospital infection control departments, and ineffective use of data monitoring and feedback to motivate improvements. Our study suggests that a pivotal issue for improving hand hygiene practice in China is providing infection control departments adequate attention, priority, and influence within the hospital, with a clear line of authority to senior management. Elevating the place of infection control on the hospital organisational chart and changing the paradigm of surveillance to continuous monitoring and effective data feedback are central to achieving improved hand hygiene practices and quality of care.
Les maladies de passage. Transmission, pré-vention et hygiène en Afrique de lʼOuest
  • D Bonnet
  • Y Jaffré
Bonnet D, JaFFré Y. Les maladies de passage. Transmission, pré-vention et hygiène en Afrique de lʼOuest. Paris: Karthala; 2003.
Les hygiénistes enjeux, modèles et pratiques. XVIIIe-XXe siècles
  • P Bourdelais
BourDelaIs P. Les hygiénistes enjeux, modèles et pratiques. XVIIIe-XXe siècles Paris, Belin; 2001.
Les maladies de passage. La construction sociale des notions de transmission. Bonnet D, Jaffré Y, éditeur. Karthala : Paris
  • Y Jaffré
  • In
JaFFré Y. In: Les maladies de passage. La construction sociale des notions de transmission. Bonnet D, Jaffré Y, éditeur. Karthala : Paris; 2003. Anthropologie et hygiène hospitalière.
In: Les maladies de passage. La construction sociale des notions de transmission
  • Y Jaffré
JaFFré Y. In: Les maladies de passage. La construction sociale des notions de transmission. Bonnet D, Jaffré Y, éditeur. Karthala : Paris;
Ethnographie dʼun hôpital cam-bodgien : espaces et dynamiques sociales. Mousson recherche en sciences humaines sur lʼAsie du Sud-est. IRSEA -Institut de recherche sur le sud-est asiatique
  • Faurand-Tournaire Dumas C
  • Al
• Dumas c, FauranD-tournaire aL. Ethnographie dʼun hôpital cam-bodgien : espaces et dynamiques sociales. Mousson recherche en sciences humaines sur lʼAsie du Sud-est. IRSEA -Institut de recherche sur le sud-est asiatique 2010; 15: 97-120.