Conference PaperPDF Available

Économie sociale et innovation. L'approche de la régulation, au coeur de la construction québécoise de l'économie sociale

Authors:

Abstract and Figures

The text that we submitted to this conference aims at presenting the Quebec social economy developed with the approach developed at the Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). While not synthetising all of CRISES production on the subject, we take inspiration from recent works that have focused on the way the social economy fosters social innovations and transformations. In the first part, we present the CRISES approach, which takes roots in three theoretical frameworks: the social movements approach, the institutionnalist theories (namely the French regulation and convention schools), and organization theories. These currents are re¬interpreted and articulated to one another in order to construct a research object: social innovations and social transformations. Two important elements are presented in more details, the notion of social innovation and that of development model. In the second part, we see that the definition of the social economy that ensues takes from classical theoreticians but also from researchers whose interest was with the new social economy (or solidarity based economy). The example of the Quebec development model is rapidly described with the help of this approach. In the end, we discuss the type of results attained with this approach that brings us to re¬think the relationship between social movements, institutions and organizations.
Content may be subject to copyright.
Économie sociale et innovation.
L’approche de la régulation, au cœur de
la construction québécoise de
l’économie sociale
Marie J. Bouchard
Benoît Lévesque
Communication aux Xe rencontres du
Réseau interuniversitaire de l’économie sociale et solidaire,
Luxembourg 34 juin 2010
Copublication
Chaire de recherche du Canada en économie sociale et
Centre de Recherche sur les innovations sociales (CRISES)
Juin 2010
Les Cahiers du CRISES
Collection Études théoriques
E
ET
T1
11
10
03
3
CahiersduCentrederecherchesurlesinnovationssociales(CRISES)
CollectionÉtudesthéoriques‐noE
ET
T1
11
10
03
3
«Économiesocialeetinnovation.L’approchedelarégulation,aucœurdelaconstructionquébécoisede
l’économiesociale»
MarieJ.BouchardetBenoîtLévesque
CommunicationauxXerencontresduRéseauinteruniversitairedel’économiesocialeetsolidaire,
Luxembourg3‐4juin2010
CopublicationChairederechercheduCanadaenéconomiesociale
etCentredeRecherchesurlesinnovationssociales(CRISES)
ISBN:978‐2‐89605‐310‐0
Dépôtlégal:2010
BibliothèqueetarchivesnationalesduQuébec
BibliothèqueetarchivesnationalesduCanada
P
PR
RÉ
ÉS
SE
EN
NT
TA
AT
TI
IO
ON
N
D
DU
U
C
CR
RI
IS
SE
ES
S
Notre Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)estuneorganisation
interuniversitairequiétudieetanalyseprincipalement«lesinnovationsetlestransformations
sociales».
Uneinnovationsocialeestuneinterventioninitiéepardesacteurssociauxpourrépondreàune
aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiterduneopportunitédaction
afindemodifierdesrelationssociales,detransformeruncadre d’action ou de proposer de
nouvellesorientationsculturelles.
Ensecombinant,lesinnovationspeuventavoiràlongtermeuneefficacitésocialequidépassele
cadreduprojetinitial(entreprises,associations,etc.)etreprésenterunenjeuquiquestionneles
grands équilibres sociétaux. Elles deviennent alors une source de transformations sociales et
peuventcontribueràl’émergencedenouveauxmodèlesdedéveloppement.
Les chercheurs du CRISES étudient les innovations sociales à partir de trois axes
complémentaires:leterritoire,lesconditionsdevieetletravailetl’emploi.
A
Ax
xe
e
i
in
nn
no
ov
va
at
ti
io
on
ns
s
s
so
oc
ci
ia
al
le
es
s,
,
d
dé
év
ve
el
lo
op
pp
pe
em
me
en
nt
t
e
et
t
t
te
er
rr
ri
it
to
oi
ir
re
e
Les membres de l’axe innovations sociales, développement et territoire s’intéressent à la
régulation, aux arrangements organisationnels et institutionnels, aux pratiques et stratégies
d’acteurssocio‐économiquesquiontuneconséquencesur ledéveloppementdescollectivités
et des territoires. Ils étudient les entreprises et les organisations (privées, publiques,
coopérativesetassociatives)ainsiqueleursinterrelations,lesréseauxd’acteurs,lessystèmes
d’innovation,lesmodalitésdegouvernanceetlesstratégiesquicontribuentaudéveloppement
durabledescollectivitésetdesterritoires.
A
Ax
xe
e
i
in
nn
no
ov
va
at
ti
io
on
ns
s
s
so
oc
ci
ia
al
le
es
s
e
et
t
c
co
on
nd
di
it
ti
io
on
ns
s
d
de
e
v
vi
ie
e
Les membres de l’axe innovations sociales et conditions de vie repèrent et analysent des
innovationssocialesvisantl’améliorationdesconditionsdevie,notammentencequiconcerne
la consommation, l’emploi du temps, l’environnement familial, l’insertion sur le marché du
travail,l’habitat,les revenus,lasantéetla sécuritédespersonnes.Ces innovationssesituent,
généralement, à la jonction des politiques publiques et des mouvements sociaux: services
collectifs, pratiques de résistance, luttes populaires, nouvelles manières de produire et de
consommer,etc.
A
Ax
xe
es
s
i
in
nn
no
ov
va
at
ti
io
on
ns
s
s
so
oc
ci
ia
al
le
es
s,
,
t
tr
ra
av
va
ai
il
l
e
et
t
e
em
mp
pl
lo
oi
i
Lesmembresdelaxeinnovationssociales,travailetemploiorientent leurs recherches vers
l’organisation du travail, la régulationdelemploietlagouvernance des entreprises dans le
secteur manufacturier, dans les services, dans la fonction publique et dans l’économie du
savoir. Les travaux portent sur les dimensions organisationnelles et institutionnelles. Ils
concernenttantles syndicatsetlesentreprisesquelespolitiquespubliques ets’intéressentà
certaines thématiques comme les stratégies des acteurs, le partenariat, la gouvernance des
entreprises,lesnouveauxstatutsd’emploi,levieillissementautravail,l’équité enemploietla
formation.
L
LE
ES
S
A
AC
CT
TI
IV
VI
IT
TÉ
ÉS
S
D
DU
U
C
CR
RI
IS
SE
ES
S
Enplusdelaconduitedenombreuxprojetsderecherche,l’accueildestagiairespostdoctoraux,la
formation des étudiants, le CRISES organise une série de séminairesetdecolloquesqui
permettent le partage et la diffusion de connaissances nouvelles. Les cahiers de recherche, le
rapportannueletlaprogrammationdesactivitéspeuventêtreconsultésàpartir de notre site
Internetàl’adressesuivante:h
ht
tt
tp
p:
:/
//
/w
ww
ww
w.
.c
cr
ri
is
se
es
s.
.u
uq
qa
am
m.
.c
ca
a.
JuanLuisKlein
Directeur
N
NO
OT
TE
ES
S
S
SU
UR
R
L
LE
ES
S
A
AU
UT
TE
EU
UR
RS
S
BOUCHARD,MarieJ.est professeure titulaire au Département d’Organisation et ressources
humainesdel’Écoledes sciences delagestionettitulairede la ChairederechercheduCanada en
économie sociale à l’Université du Québec à Montréal, ainsi que membre régulier du Centre de
recherchesurlesinnovationssociales(CRISES).
LÉVESQUE,Benoîtestprofesseurémériteàl’UniversitéduQuébecàMontréaletprofesseurinvité
àl’Écolenationaled’administrationpublique.IlafondéavecPaulR.BélangerleCentrederecherche
surlesinnovationssociales.
VII
TABLE DES MATIÈRES
LISTEDESFIGURES,ENCADRÉSETTABLEAUX ................................................ IX
RÉSUMÉ ........................................................................................................... XI
INTRODUCTION ................................................................................................ 1
1.L’APPROCHEDUCRISES .......................................................................................... 3
1.1Mouvementssociaux,organisationsetinstitutions .......................................... 3
1.2L’innovationsociale ........................................................................................ 5
1.3Modèlededéveloppement:régulation,coordination,gouvernance ................. 8
2.L’ÉCONOMIESOCIALEAUCRISES ............................................................................ 10
2.1Définitiondel’économiesociale .................................................................... 10
2.2Économiesocialeetinnovationssociales ....................................................... 12
2.3Économiesocialeetmodèlesdedéveloppement ............................................ 14
2.4«Modèle»québécoisd’économiesociale ........................................................ 16
CONCLUSION .................................................................................................. 21
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................. 23
ANNEXES ........................................................................................................ 31
Annexe1:Modesderégulation,coordinationetgouvernance ............................. 31
Annexe2:Quatreconfigurationsd’économiesocialeauQuébec.......................... 33
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
IX
LISTEDESFIGURES,ENCADRÉSETTABLEAU X
Figure1.Cadrethéorique:diversesapprochesthéoriquesintégrées .......................... 5
Figure2.Systèmequébécoisd'innovationd'économiesociale ................................... 18
Encadré1.L’innovationsocialeauCRISES ................................................................. 7
Encadré2.Définitioninstitutionnelledel’économiesocialeauQuébec ..................... 11
Encadré3.L’économiesocialesuivantlesdimensionsd’analyseduCRISES .............. 13
Tableau1.Typologiedesinitiativesd’économiesociale ............................................ 14
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
XI
RESUME
PourmarquerlesdixansduRéseauinteruniversitairedel’économiesocialeetsolidaire(RIUESS),
lesorganisateursducolloque,tenuàLuxembourgles3et4juin2010,ontvoulufairelepointsur
larecherchesurl’économiesocialeetsolidaire.Endépitdenombreusescontributionsayant
permisd’approfondirlesdiversenjeux,domainesetdifficultésdel’ESS,onconstatetoujours
l’absenced’unaccordsurlescontoursetlesfondementsdel’ESS.Ilyadonclieudes’interrogersur
lesfondementsconceptuelsetépistémologiquesdel’ESS,unemiseaupointvuecommel’unedes
conditionsindispensablesàl’accessiondel’ESSaustatutd’alternativecrédibleàlapensée
dominantesurl’économie.Letextequenousavonssoumisàcecolloqueviseàprésenter
l’économiesocialeauQuébecsousl’angledelaproblématiqueduCentrederecherchesurles
innovationssociales(CRISES).SansfaireunesynthèsedelaproductionduCRISES,letexte
s’inspired’ouvragesrécentsquimettentl’accentsurlesinnovationsetlesprojetsde
transformationssocialesportéesparl’économiesociale.Dansunepremièrepartie,nous
présentonsl’approcheduCRISESquiprendsessourcesdanstroiscourantsthéoriques,soit
l’approchedesmouvementssociaux,lesthéoriesinstitutionnalistes(notammentlathéoriedela
régulationetl’approchedesconventions)etlesthéoriesdesorganisations.Cescourantssont
réinterprétésetarticulésentreeuxafindeconstruireunobjetetunterrainderecherche:les
innovationsetlestransformationssociales.Deuxélémentsimportantsdel’approchesont
présentésdansunpeuplusdedétails,soitlesnotionsd’innovationsocialeetdemodèlede
développement.Dansunedeuxièmepartie,nousvoyonsqueladéfinitiondel’économiesociale
découlantdecetteapprochetientàlafoisdethéoriciens«classiques»,maisaussidesapportsde
chercheursquisesontintéressésàlanouvelleéconomiesociale(ouàl’économiesolidaire).
L’exempledu«modèle»québécoisd’économiesocialeestbrièvementdécritàl’aidedecette
approche.Pourterminer,nousrevenonssurquelquesrésultatsquecetteapprochepermet
d’atteindreetquimènententreautresàrepenserlesrapportsentremouvementssociaux,
institutionsetorganisations.
TomarkthetenthanniversaryoftheRéseauinteruniversitairedel’économiesocialeetsolidaire
(RIUESS),theorganizersoftheLuxembourgconference(June342010)wantedtotakestockof
theresearchonthesocialandsolidaritybasedeconomy(SSE).Inspiteofthenumerous
contributionsaboutthevariousstakes,domainsanddifficultiesoftheSSE,thereisstillno
agreementaboutthecontoursandfoundationsoftheSSE.Thereisthereforeaneedtoquestion
theconceptualandepistemologicalfoundationsoftheSSE.Suchclarificationisoneofthe
conditionsfortheSSEtoreachastatusofacrediblealternativetothemainstreamwayof
thinkingabouttheeconomy.Thetextthatwesubmittedtothisconferenceaimsatpresentingthe
QuebecsocialeconomydevelopedwiththeapproachdevelopedattheCentrederecherchesurles
innovationssociales(CRISES).WhilenotsynthetisingallofCRISESproductiononthesubject,we
takeinspirationfromrecentworksthathavefocusedonthewaythesocialeconomyfosterssocial
innovationsandtransformations.Inthefirstpart,wepresenttheCRISESapproach,whichtakes
rootsinthreetheoreticalframeworks:thesocialmovementsapproach,theinstitutionnalist
theories(namelytheFrenchregulationandconventionschools),andorganizationtheories.These
currentsarereinterpretedandarticulatedtooneanotherinordertoconstructaresearchobject:
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
XII
socialinnovationsandsocialtransformations.Twoimportantelementsarepresentedinmore
details,thenotionofsocialinnovationandthatofdevelopmentmodel.Inthesecondpart,wesee
thatthedefinitionofthesocialeconomythatensuestakesfromclassicaltheoreticiansbutalso
fromresearcherswhoseinterestwaswiththenewsocialeconomy(orsolidaritybasedeconomy).
TheexampleoftheQuebecdevelopmentmodelisrapidlydescribedwiththehelpofthisapproach.
Intheend,wediscussthetypeofresultsattainedwiththisapproachthatbringsustorethinkthe
relationshipbetweensocialmovements,institutionsandorganizations.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
1
INTRODUCTION
L’économie sociale couvre un ensemble de réalités multiples et mouvantes et l’expression demeure
polysémique(LévesqueetMendell,1999).L’idéequel’économiesocialeestconstituéed’«organisations»
etd«entreprises»collectivesesttoutefoisaujourdhuibienrépandue au Québec: coopératives,
mutuelles,organismesà butnonlucratifavecactivitéséconomiqueset,deplusenplus,desfondations
lorsquellesontunegouvernance démocratique1. Mais l’économie sociale concerne aussi le
développementduterritoire,commeonlevoitdanslemouvementdudéveloppementlocaléconomique
et communautaire (Fontan, Klein et Tremblay, 2005), du développement régional (Klein, 1989).
L’économiesocialedésigne égalementdesactivitésquivisentàexpérimenter denouveauxmodèlesde
fonctionnementdeléconomie,telslesfondsdetravailleurs,les systèmes d’échanges locaux et les
monnaies sociales, le commerce équitable, l’insertion par l’activité économique, la micro‐finance, la
financesolidaire.
Cetextenevisepasàfaireunesynthèsedetoutcequiaétéproduitsurl’économiesocialequébécoise,
mais s’inspire d’une sélection d’ouvrages récents. Il prendra principalement appui sur l’approche
développéeparleschercheursduCentrederecherchesurlesinnovationssociales(leCRISES),quimet
laccentsurlaplaceetlerôledeléconomiesocialedanslesinnovationssocialesquipeuventmener,
éventuellement,àdestransformationssociales.Troisthématiquesontésuggéréespourabordercette
questionàloccasionducolloqueduRIUESS,soitlesdimensions économique, politique et éthique de
l’économiesociale.Maiscommel’économiesocialeajustement pourcaractéristiqued’établirdesponts
entre ces trois dimensions, des recoupements entre les trois aspects sont inévitables. Puisque la
dimensionéconomiqueestcentraledansl’approcheduCRISES,elleestenconséquenceiciplusdétaillée.
Dans une première partie, nous présentons l’approche du CRISES qui prend ses sources dans
troiscourants théoriques, soit lapprochedesmouvementssociaux, les théories institutionnalistes
(notammentlathéoriede larégulationetl’approchedesconventions)etlesthéoriesdesorganisations.
Ces courants sont réinterprétés et articulés entre eux afin de construire un objet et un terrain de
recherche:lesinnovationsetlestransformationssociales.Deuxélémentsimportantsdel’approchesont
présentés dans un peu plus de détails, soit les notions d’innovation sociale et de modèle de
développement.
Dansunedeuxièmepartie,nousvoyonsqueladéfinitiondeléconomie sociale découlant de cette
approchetientàlafoisdethéoriciens «classiques», mais aussi des apports de chercheurs qui se sont
intéressés à la nouvelle économie sociale (ou à l’économie solidaire). Nous exposons la vision de
léconomiesocialequisedégageàlaidedesdimensionsdanalyse du CRISES, soit les innovations
sociales portées par l’économie sociale et sa place dans les modèles de développement. L’exemple du
«modèle»québécoisd’économiesocialeestbrièvementdécritàl’aidedecetteapproche.
Pour terminer, nous revenons sur quelques résultats que cette approche permet d’atteindre et qui
mènententreautresàrepenserlesrapportsentremouvementssociaux,institutionsetorganisations.
1 Encesens,ladéfinitioncourantedel’économiesocialeauQuébecdiffèredecellequicouvrel’ensembledusecteurvolontaire
etsansbutlucratif,commeonl’entendsouventdanslesautresprovincescanadiennesouauxÉtatsUnis.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
2
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
3
1. L’APPROCHEDUCRISES
Fondé en 1985 par Paul R. Bélanger et Benoît Lévesque, le CRISES (Centre de recherche sur les
innovationssociales)développeunprogrammederecherchequitenteradevoircomment,enpériodede
crise, une société se refait. Sans négliger les effets négatifs de la crise, l’hypothèse est que la société
québécoise,commelaplupartdessociétés,traverseunepériodedemutationsprofondes,unepériode
lourdeendéfismaisfertileeninnovationssociales,aussibiendansle développementéconomiqueque
dansledéveloppementsocialetdansleurliaisonréciproquequetendàréaliserl’économiesociale.
Les recherches menées par les membres du CRISES concernent principalement les expérimentations
socioéconomiquesquiontprisnaissanceaucoursdesvingtoutrentedernièresannées.Cesinnovations
sociales se concrétisent dans de nouvelles formes organisationnelles et institutionnelles, de nouvelles
façonsdefaire,denouvellespratiquessociales,denouvellescombinaisons,denouvellesapprochesetde
nouveaux concepts, donnant lieu à des réalisations ou à des améliorationsquiparticipentàdes
transformations sociales. Les recherches sont orientées non seulementverscequisepasseenamont
(conditionsd’émergence) etenaval(conditionsdediffusion),maisaussisurlesprocessusd’innovation
(création),lesmisesenrapportquecelasupposeetleurconfigurationsocio‐territoriale.
Différentes approches théoriques sont mobilisées dans l’approcheduCRISES.Sanstomberdansle
bricolage,cetappareilconceptuelpermetdepréciserlesnotionsd’innovationssocialesetdemodèlede
développementdemêmequedequalifierlerôledel’économiesocialedanssestransformations.
1.1Mouvementssociaux,organisationsetinstitutions
Lesinnovationsetlestransformationssocialesconcernentdeuxtypesderelationsconstitutivesdetout
systèmesocial:1) des relationsdetravailentredesacteursassociésdanslaproductiond'unbienou
d'un service (dans la tradition de la sociologie du travail et des organisations); 2) des relations de
services,desrelationsentre producteurs etconsommateursdansuneactivité àcaractèreinstrumental
(industrie‐client) ou communicationnel et réflexif (ex. soins de santé‐usagers) (Habermas, 1978; Offe,
1985;Gadrey, 1990, 1992 et 1996)2. Cette analyse vaut autant pour l’organisationdutravaildansles
servicescollectifsetdanslesentreprisesquedansl’ensembledel’économie.Chacundecessystèmesse
noueselontroisdimensions(ouniveaux) : modes d'organisation, formes institutionnelleset rapports
sociaux,mettantainsienrelationtroisniveauxd’analyse,soitlesdimensionsmacro(structuressociales
etrégulation),micro(«agencéité»sociale,identité,logiquesd’action)et(mésoorganisation,réseaux).
Lecadrethéoriquemobiliseprincipalementtroisensemblesdapproches:lesapprochessociologiques
des mouvements sociaux (Touraine, Offe, Melucci), les approches économiques institutionnalistes (les
régulationnistes Aglietta, Boyer, Lipietz) et l’utilisation, dans les théories des organisations, de
lapprochedesconventionsenéconomie (Favereau, Salais, Thévenot) et en sociologie (Boltanski,
Tvenot,Chiapello).Enmettantenrelationcestroisensemblesthéoriques, chacund'entreeuxesten
2Àcesujet,notonsqueBélangeretLévesque(1991)introduisentlanotionde«rapportdeconsommation»,faisantréférenceà
l’idéequelerapportsalarialn’estqu’unedesfacesdumodedeproduction,l’autrerenvoyantaurapportentrecitoyenset
usagers,entreadministrationetagencesd’État.Lanotionderapportdeconsommationestprochedecellede«rapports
sociauxdeservices»(Gadrey,1990et1992),decoproductiondesservicesdeproximitéparlesproducteursetlesusagers
(Laville,XXXX),etdecoconstructiondespolitiquespubliques(Vaillancourt,2009).
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
4
quelque sorte redéfini, au moins partiellement, tout en conservant une pertinence en raison de
l'autonomie de chacun des niveaux que représentent les mouvements sociaux, les institutions et
l'organisation.
Lesrapportssociauxrenvoientauxclassessociales,auxmouvementssociauxetauprojetdesociété.On
yanalyseles relationsdepouvoiroùlesgrandsacteurs constituésinterviennentpourmanifester leurs
intérêts conflictuels (mouvements de consommateurs, de travailleurs, etc.) en même temps qu'ils
s'inscriventdans des processus d'apprentissage et d'affrontements. Ils interviennent pour produire et
inventerlasociété(Castel,1995;Donzelot,1984).Laformedesrapportssociauxs'institutionnalisedans
desrégulations institutionnelles (règles du jeu pour les acteurs). Ces règles, à leur tour, commandent
aussi la répartition et le statut des places respectives dans l'organisation qui constituent la troisième
dimension,celledesmodesdecoordination(divisiondutravailetrôledesconsommateursclients)en
vue des objectifs à atteindre. Mais l'organisation n'est pas queproduiteparlesinstitutions;elleest
relativementautonomeetsujetteauxchangementssouslapressiondel'environnementexterneoudes
revendicationsdesacteurs,changementsquisontsusceptiblesdes'institutionnaliser(Touraine,1971;
Parsons, 1971), car les compromis coordonnent des mondes diversifiés (Salais et Storper, 1994) et
laissentunemargedejeuauxacteurs(Friedberg,1993).
Enpériodedecrise,lesrégulationsmacro‐sociales(marché,État,conventionscollectives)sontébranlées
desortequel'espacepourlesinnovationsetlesexpérimentationss'élargit.Seloncettehypothèse
générale,lesmicro‐systèmespeuventconstituerdeslieuxd'intelligibilitédesprocessusd'émergencede
nouvellesrégularitéssociales.Lesnouvellesrégulationstirentleurorigineaussibiendesrapportsentre
lesgrandsacteurssociauxqued'expérimentationslocalessediffusantàl'échelledelasociété.Ilexisteun
effetdeproximitéquifavoriseunedynamiquecollectivesusceptibledemodulerouderejeterlesformes
dominantesetmêmedeproposerdessolutionsinstitutionnellesinnovatricespouruneentreprise, un
centre de services ou un territoire donné (Gilly et Pecqueur, 1995). Les innovations surgissant en
grappes (Schumpeter, Porter), elles peuvent faire système et, à terme, caractériser des nouvelles
trajectoires nationales de développement (Hollingsworth et Boyer, 1997; Strange, 1996; Crouch et
Streeck, 1996). Les innovations (économiques et sociales) participentainsiàlatransitionentreun
modèlededéveloppementetunautre(Lévesque,2007a).
Ainsi,ilfautdire quel'originalitédechercheursduCRISES quantàlatoriedelarégulation,c'estde
l'avoirunpeusociologisée.Lapprochedesnouveauxmouvementssociauxpermet d’enrichir la notion
d’acteurscollectifsquidésormaisnese limitent plus au seul mouvementouvrierniauxsyndicats.Ces
derniers ne disparaissent pas, maiss'ajoutentunepluralitéd'acteurs collectifs et demouvements, de
mêmequ’unediversitédetrajectoiresoùl’institutionnalisationne signifiepasnécessairementlafin(la
mort)dumouvement3.Celapermetégalementd'ajouterd'autresrapportssociauxaurapportdetravail,
d'oùd'ailleurslerapportdeconsommationetlerapportauterritoire.L’approcheinstitutionnalistemène
àexamineraussilesrapportsaveclesautresacteurssociaux(État,syndicat,patronat,coalitionssociales,
etc.).Pourles organisations,lamobilisationdelathéoriedesconventionsdevienttrèspertinentepour
analyser les formes de gouvernance. L’individualité est ainsi abordée, mais en tenant compte des
3CepointdevueestdifférentdeceluideTouraine,aussibienpourcequiconcernelacentralitédecesmouvementsquepourla
compréhensionduprocessusd'institutionnalisation.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
5
supportscollectifsqui lui permettentdesemanifester(Dubet, 2009).Enfin,ilfaut ajouteraussiquela
contributiondeLipietz(1989)futtrèsinspirante,notammentpourlanotiondeparadigmesociétaletde
modèlededéveloppement.
Cette combinatoire d’approches permet de distinguer les innovations organisationnelles (concernant
entre autres les modes de gestion et les modalités de coordination) des innovations institutionnelles
touchant le système politique degestiondesconflitsetdedéfinition des règles, des droits et des
responsabilitésdesacteurs(Bélangeret Lévesque,1991et 1994;Touraine,1993). Lecadreconceptuel
duCRISEShiérarchisecestroisensemblesthéoriquesdansunmodèlelogiqueoù«lesrapportssociaux
entraînentdesconflitsdontlasolutionpassepardescompromis institutionnalisés qui fournissent le
cadre de fonctionnement des organisations» (Lévesque, 2009: 158). En retour, les organisations, par
leurs pratiques et leurs relations avec les institutions, peuventcontribueràformulerlesnormesquiles
structurent(voirlaFigure1).
Figure1.
Québec.26mars2010
Cadrethéorique:diversesapprochesthéoriquesintégrées
Traditionclassique Courantsactuels
Marx Néoetpostmarxistes
Touraine,Melucci etalii
Weber Régulationnistes
Écolehistoriqueallemande Nouveauxinstitutionnalistes
Anciensinstitutionnalistes
Économiesolidaire
SocioEconomics
Durkheim,Mauss M.A.U.S.S.,conventionnalistes
ÉcoleF.desociologie Évolutionniste,NewEconomic
Sociology
RAPPORTSSOCIAUX
Classessociales
Mouvementssociaux
Projetdesociété
FORMES
INSTITUTIONNELLES
Compromissociaux
Règlesdujeu
Institutions
Modederégulation
FORMES
ORGANISATIONNELLES
Méc.decoordination
modedegestion
cultureorganisationnelle
interactionssociales
Source:Lévesque,BourqueetForgues,2001(inspirédeBélangeretLévesque,1991)
1.2L’innovationsociale
Leconceptd’innovationestaucœurdeladynamiqueéconomique,entantquesourced’accroissement
delaproductivité(Smith),entant qu’origine de conséquences sur les rémunérations et l’emploi
(Ricardo),voiredescrisesquirythmentledéveloppementdescycleséconomiques(Marx).Lesnouvelles
combinaisons(produits,procédés,débouchés,organisations)exécutéesparlesentrepreneursgénèrent
unprocessusde«destructioncréatrice»(Schumpeter)pardesinnovationsradicalesoudesinnovations
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
6
incrémentales.L’innovationfaitdoncpartiedelathéoriedel’économiecapitaliste,depuislesclassiques
jusqu’à aujourd’hui (Le Bas, 2004). Dans la période contemporaine, l’«innovation continue» serait
devenuelaspécificité même du nouveau modèle en émergence (Cros, 2002). Lesinnovationsseraient
nonseulementcentralesdanslenouveauparadigmesociétalenémergence,maisaussipartiesprenantes
des grandes transformations en cours (Bellemare et Briand, 2004). Autrement dit, les innovations
seraientdevenuesunedesprincipalesvoiesàpartirdesquelleslessociétésetleuréconomieserefont.
Leconceptd’innovationad’abordétéappliquéaudomainedelascienceetdelatechnologie,puisdans
celui du développement économique, dans la recherche et dans les politiques publiques, à travers
principalementlesnotionsdeprocessusetdesystèmed’innovation. Souscetangle,touteinnovation,y
compristechnologique,relèved’unprocessussocial.Maislanotiond’innovationsocialeestégalement
apparuesurleterraindudéveloppementsocialetdanslesinterfacesdudéveloppementéconomiqueet
du développement social. C’est sur ce terrain principalement qu’il sera question d’expérimentation
sociale, d’innovation sociale, de nouvelle économie sociale et de développement communautaire
(Lévesque,2007a).
Lesinnovationssontportéespardesindividusetdesgroupesdéviants,quibifurquentdesnormesetdes
règles (Alter, 2000, 2002) ou qui visent à les transgresser (Fontan, 2007). L’innovation ne saurait
toutefoisêtreconsidéréecommerésultantuniquementd’uneactionvolontaireetrationnelle.Ellenaît
plutôtdelaconjugaisondesimpassesstructurellesetdel’actiondesmouvementssociaux.Ils’agitd’un
phénomènequirelèveàlafoisdelaglobalité–entantqueconstructionsocialemarquéeparuncontexte,
desrapportssociauxetlesidéologies–etdelamanifestationdusujet,puisqu’elleentraîneuneprisede
conscience et un désir de faire autrement (Comeau, etal., 2007: 370‐371). Les innovations sont
l’occasion de l’expression identitaire et d’un empowermentdesindividusetdescommunautés.Les
organismesdelasociétécivile,notammentlesassociationsetlesgouvernancespartenariales,favorisent
l’émergence d’acteurs collectifs,«sujets de développement enmême temps qu’affirmation identitaire»
(Caillouette,2006,citédansComeau,etal.,2006).
Pour se diffuser dans différents contextes et à travers le temps,lesinnovationssocialesinterpellent
nécessairement le système institutionnel dans lequel ell es émergent. L’environnement institutionnel peut
être plus ou moins favorable ou craintif face aux nouvelles expérimentations, notamment lorsqu’elles
questionnent les retombées et laperformancedechacunedescomposantes du champ institutionnel
(Hollingsworth, 2000). Par ailleurs, les organisations, par leurs pratiques et leurs relations avec les
institutions, peuvent contribueràformulerlesnormesquilesstructurent (Hafsi et Thomas, 2005).
Linnovationsocialerenvoiedoncégalementauxinteractions,aux relations inter‐organisationnelles, par
lesquellesdenouvellesnormesinstitutionnellespeuventémerger.Cecipeutgénérerunnouveaumodede
gouvernancedesorganisationsetdesinstitutionsenincluantlaparticipationcitoyenneetdegroupesde
lasociécivile.L’actioncollectiveseconfronteàl’environnementinstitutionnelmais,paradoxalement,
elle contribue à construire des compromis sociaux et des dispositifs de régulation (Klein, Fontan,
HarrissonetLévesque,2009:4).Vis‐à‐visdusystèmeinstitutionnel,l’innovationsocialeaainsiunstatut
ambigu, contestant d’une part l’ordre établi, mais permettant, d’autre part, une régulation des
transformations en cours. L’innovationsocialepeutdoncagircommeunesortedesoupapedes
transformationsdusystème institutionnel«etfairepartiedujeusocial commebulled’oxygène,entant
querégulatricedusystème»(Cros,2002:223).
En résumé, le CRISES définit l’innovation sociale comme «une intervention initiée par des acteurs
sociaux,pourrépondre àuneaspiration,subvenirà unbesoin,apporterune solutionouprofiterd’une
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
7
opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, detransformeruncadredactionoude
proposer de nouvelles orientations culturelles». L’innovation sociale est donc liée à l’idée de
transformationsociale.Onpeutrepéreraumoinsquatretypesd’innovationssociales(voirl’encadré1),
selon qu’elles concernent les rapports de production (participation des travailleurs), les rapports de
consommation(participationdesusagers),les rapports entre entreprises(coopérationetconcurrence,
interdépendances non marchandes ou externalités) ou la configuration spatiale des rapports sociaux
(gouvernanceterritoriale).
Encadré1.L’innovationsocialeauCRISES
Définitiondel’innovationsociale
«une intervention initiée par des acteurs sociaux,  pour répondre à une aspiration,
subveniràunbesoin,apporterunesolutionouprofiterd’uneopportunitéd’actionafin
demodifierdesrelationssociales,detransformeruncadred’actionoudeproposerde
nouvellesorientationsculturelles»
Typesd’innovationssociales
rapportsdeproduction:implicationetparticipationdestravailleurs,nouvelles
formes d’OT, création d’entreprises autogérées, fonds de travailleurs,
entreprisesd’insertion
rapportsdeconsommation:implicationetparticipationdesusagers, co‐
productiondeservicesauxpersonnes,coconstructiondenouveaux
programmes et de nouvelles règles, consommation responsable, loisir et
tourismeresponsable,
rapportsentreentreprises:coopérationetconcurrence;interdépendancesnon
marchandes(externalités),responsabilitésocialedesentreprises
configurationspatialedesrapportssociaux:nouvellesformesdegouvernance,
développementéconomiquecommunautaire.
Lacontributionde larecherchepeutêtre icidéterminante,puisquelinnovationsocialeest«souventle
produitdubricolagesocial,d’unsavoirfondésurl’expérience,l’aboutissementdel’inattendu»alorsque
le savoir tacite y occupe beaucoup d’espace (C.Bouchard, 1999). Comme la plupart des innovations
socialesnesereconnaissentpascommetelles,unedespremresfonctionsdelarecherchedanscecas
seracelledeleuridentification et de leur reconnaissance (codificationetformalisation).Deplus,la
recherchepeut également contribuer au développement des innovations en intervenant aussibien en
amontqu’enaval.Enamont,lorsqu’elleestmiseàcontributionpouridentifierlesbesoinsoucirconscrire
lesproblèmesquerencontreunecollectivitélocaleouuneorganisation.Enaval,lorsqu’ellesefforcede
modéliser les innovations, d’identifier leurs conditions de succès et de diffusion ou encore leurs
modalités de transferts. Enfin, elles peuvent aussi intervenir directement dans la production de
l’innovationcommelorsqu’onutilise, par exemple, lathéoriedesdistrictsindustrielsde Marshall pour
mettre en place des agglomérations d’entreprises ou les théories pédagogiques de Paulo Freire pour
créerdesécolesalternatives.
Enconséquence,la méthodologie,pourlétudedesinnovationssociales,reposeprincipalement surdes
étudesdecaset,aubesoin,surdesenquêtesparsondage.L’étudedestransformationssocialessefaitpar
le biais d’analyses de politiques publiques  et des acteurs sociaux (ex. Boucher, 1994; Lévesque et al,
2001;Jetté,2008).LecadreconceptuelduCRISESesttraduitengrillepourlarédactionetl’analysedes
casd’entreprisesmanufacturières(Lapointe,1993)et d’économiesociale(Comeau,1996).LeCRISESa
ainsi produit plus de nombreuses études de cas, dont des cas d’entreprises d’économie sociale,
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
8
d’organismesdedéveloppementéconomiquelocalcommunautaire,d’initiativesd’échangeslocauxoude
commerce équitable. Plusieurs de ces travaux se sont déroulés dans un contexte de recherche
partenariale,notammentdanslecadredel’AlliancederechercheuniversitéscommunautésetduRéseau
québécoisderecherche partenariale en économie sociale (ARUC‐RQRP‐ÉS)(Sutton, 2007). Les travaux
duCRISESontaussiinfluencélaprogrammationdesactivitésduCentrederechercheetd’information
surlesentreprisescollectives(CIRIEC‐Canada),quiregroupedescentresderechercheavecdesréseaux
et entreprises d’économie sociale et d’économie publique, contribuantàconstruire,aveclesgroupes
concernés,lavisionactuelledel’économiesocialequébécoise.
1.3Modèlededéveloppement:régulation,coordination,gouvernance
Danssonacceptationlapluslarge,lanotiondemolededéveloppementneselimiteniausystèmede
production et encore moins au modèle d'entreprise, mais inclut en plus le mode de régulation et les
rapportssociaux(BélangeretLévesque,1995;Bourque,2000).
Ladimensioninstitutionnelles’areutilepourlerepéragedesnouveauxmodesderégulation,carelle
estlelieudes compromis institutionnalisés entre plusieurs ensembles d'acteurs: relations patronales‐
syndicales,relationsinter‐unités,relationsunités‐territoires,relationsauxusagers‐consommateurs.Elle
permetaussiderepérerlesrapportsentrel’organisationneletl’institutionnel,notammentlesmodesde
gouvernance.Lanotiondegouvernancevéhiculel’idéequedesresponsabilitésquiétaientassuméespar
l’État sont progressivement livrées aux mains d’acteurs sociaux et, par conséquent, décentralisées. La
gouvernancearbitreentredeuxforcescontradictoires:d’une part,lademanded’autonomievenantdes
acteurssociauxet,d’autrepart,lebesoind’unemeilleurecoordinationentrelespolitiquesquitraversent
lesfrontièresdesministèresetdesagencespubliques.Lagouvernancesecomposededeuxdimensions,
ladistributiondu pouvoiretlamotivationdes acteurs(HollingworthetBoyer,1997). Typiquement,la
distributiondupouvoirvarieentrelemarché(quidistribuelepouvoirhorizontalement)etlahiérarchie
(quiorganiselepouvoirdemanièreverticaleetdescendante).Lesmotivationsdesacteursvariententre
l’intérêt particulier et les obligations sociales. Un mode de gouvernance peut ne pas s’appliquer
uniformémentàtoutesituation,certainesexigeant un contrôle hiérarchique et d’autres une approche
marchande. La notion de «régime de gouvernance» (Enjolras, 2008) permet de rendre compte de la
gouvernance de secteurs d’activités, de politiques sectorielles ou de territoires, qui peuvent être
multiplesauseind’unmêmeétat‐nation.
Quatre grandes formes de régulation rendent compte des tendancesencours(voirlannexe1).Sans
entrer dans le détail, indiquons que la hiérarchie bureaucratiqueaétélaformedominante,depuisla
seconde guerre, dans les entreprises privées ou publiques. Ellesupposaitlacentralitédel'État,une
uniformisation des biens et services publics, l'opposition des intérêts particuliers à l'intérêt général.
Cetterégulation dite hiérarchique(Williamson,1994)oufordiste(Aglietta,1976)est actuellement en
perte d'efficacité aussi bien dans les entreprises que dans les services publics. La centralisation des
décisionsbloquelesinnovationsdanstouslesdomaines:organisationdutravail,conventionscollectives,
développementlocal,ajustementsàlaconcurrenceparlaqualité.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
9
Lemarchéseprésente souvent commelaseulealternative.Il correspond à ladéréglementationetàla
flexibilisationtousazimuts,danslesentreprisesoudanslesrelationsentrelesautrescomposantesdela
société.Ilsupposelamigrationdecertainesfonctionsdel'Étatverslesecteurprivé,ladéréglementation,
laflexibilisationetl'approche‐client. L'intérêt général correspondàlasommedesintérêts particuliers.
Cesnouveauxinstrumentsposentnotammentdesdéfisauxprincipesd'universalitéetd'accessibilité,et
àl'arbitrageentreobjectifscontradictoires(Bernier,2001).Onaurareconnulediscoursnéolibéraletsa
pratiquequelamondialisationtendàimposercommeunefatalité.
Lecommunautarisme,quiatoujoursexisté,prendaujourd'huiunsensnouveau,carilreprésenteune
alternative aux relations marchandes et/ou bureaucratiques. Cesrelationsàlafoisindividualiséeset
personnalisées,souventnourriesd'uneexpériencecommune,régulentaussibienleliend'emploietles
relations inter‐entreprises que les interactions locales. L'implication des individus repose alors sur la
confiance mutuelle inscrite dansdeslienscommunautaires,confiance souvent enrichie d'une culture
«cultivée»pardesleaderscharismatiques.Cetteformederégulationestprésentéeparcertainscommele
modèlequébécoisdedéveloppement(Aktouf,BédardetChanlat,1992).
Lepartenariatconstitueuneautrevoied'expérimentationpourunnouveaumodederégulation.Àla
différenceducommunautarisme,ilmetenprésencedesacteursquiontdeslogiquesd'actionautonomes
etdifférentesetqui, enmêmetemps,recherchentdes compatibilitéspourlacoopération.Ce faisant,il
favoriselaformationd'un capitalintangible,voired'uncapitalsocialconstituédesavoirs(Deloncourt,
1993),deréseaux (Putnam, 1993,1996)etde capacitésdecoopérer(Coleman,1990). Parailleurs,les
tensionsnedisparaissentpas pour autant puisquelespartenairescontinuentd'êtreautonomeset que
leurs rapports peuvent être hiérarchiques ou démocratiques, les logiques économiques et sociales
imbriquéesousubordonnées.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
10
2. L’ÉCONOMIESOCIALEAUCRISES
LapprocheduCRISEScontribueaurenouveaudunecompréhension désidéologisée de la théorie sur
l’économie sociale au Québec (D’Amours, 2006). L’accent est mis sur le caractère ancré, formel et
innovant de l’économie sociale, analysée comme des réponses sociales à des nécessités ou à des
aspirations.Conscientsquetousnepartagentpascetteapproche,leschercheursduCRISESseréfèrent
d’abord à la définition de l’économie sociale que se sont donnés les acteurs et se dotent ensuite
d’instrumentsthéoriquespour enfairel’analyse.L’économiesocialeestvuecommes’insérant dans un
processus historique plus large de démocratisation de l’économie et de la société. Dans la période
contemporaine, elle offre une réponseauxenjeuxsoulevésparla mondialisation et la montée du
néolibéralismeendevenant partieprenanted’uneéconomieplurielle.Ils’agit d’uneréponseinnovante
puisqu’elle repose sur de nouveaux agencements, de nouvelles propositions d’actions, de nouvelles
formesd’intervention,etc.(Lévesque,2004;D’Amours,2006).
2.1Définitiondel’économiesociale
Avantledébutdes années 1990,lanotiond’économiesociale étaitrelativementméconnueauQuébec,
principalement utilisée par les universitaires ayant été en contact avec les chercheurs européens des
pays francophones et latins (Lévesque et Malo, 1992). En 1995, la Marche des femmes contre la
pauvreté,puisleSommetsurl’économieetl’emploiorganiséparlegouvernementduQuébecenvuede
définir«lesgrandeslignesd’unnouveaupactesocial»,ontcontribuéàlareconnaissancedel’économie
socialeetàsadéfinitioninstitutionnelle(voirl’encadré2).Ellecomprendtroisgrandesdimensions.La
premièreconcernecequ’ilfautentendreparéconomie(pointdevuesubstantif,s’inspirantdePolanyi),
soit«laproductionconcrètedebiensoudeservices»,etparsocialdéfiniàlafoispar«l’améliorationde
laqualitédevieetdubien‐êtredelapopulation»etle«veloppementdémocratique»,lacitoyenneté
active.Ladeuxièmedimensionestconstituéedesprincipeséthiques(s’inspirantduConseilwallonde
l’économiesocialeetdeJacquesDefourny)dansunsensprochedesprincipescoopératifs.Latroisième
dimensionestdonnéeparlesstatutsjuridiquesdesentreprisesetorganismes,soitceuxdecoopératives,
demutuelleset d’associations.Cettedéfinitions’inscrivaitdanslaperspectived’une reconnaissancede
léconomiesocialecommepartenaireàpartentièredudéveloppementéconomique et social. Mêmesi
des tensions existent toujours entre les différentes composantes de l’économie sociale – notamment
quant au monopole de la représentation des diverses composantes–,ilyaaussiunevolontéde
convergence,commeen témoignel’Appelpouruneéconomiesocialeetsolidaire(CIRIEC‐Canada,1998)
exposée au Rendez‐vous de l’économie sociale en 1998 et confirmée par la déclaration solennelle du
Sommet de l’économie sociale et solidaire de 2006, déclaration acceptéeàlunanimitépartoutesles
composantes(Lévesque,2007b).
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
11
Encadré2.Définitioninstitutionnelledel’économiesocialeauQuébec
Économiesociale:
« économie»renvoieàlaproductionconcrètedebiensoudeservicesayant l'entreprise comme
formed'organisationetcontribuantàuneaugmentationnettedelarichessecollective.
«sociale»réfèreàlarentabilitésociale,etnonpurementéconomique,decesactivités.
Cetterentabilités'évalueparlacontributionaudéveloppementdémocratique,parlesoutiend’une
citoyenneté active, par la promotion de valeurs et d'initiativesdepriseenchargeindividuelleet
collective.La rentabilitésocialecontribuedoncàl'améliorationde laqualitédevieetdubien‐être
delapopulation,notammentparl'offred'unplusgrandnombredeservices.Toutcommepourle
secteur public et le secteur privé traditionnel, cette rentabilité sociale peut aussi être évaluée en
fonctiondunombred'emploiscréés.
Pris dans son ensemble, le domaine de l'économie sociale regroupe l'ensemble des activités et
organismes, issus de l'entrepreneuriat collectif, qui s'ordonnent autour des principes et règles de
fonctionnementsuivants:
- l'entreprise d'économie sociale a pour finalité de servir ses membres ou la collectivité
plutôtquedesimplementengendrerdesprofitsetviserlerendementfinancier;
- elleauneautonomiedegestionparrapportàl'État;
- elleintègredans ses statutsetses façons defaireunprocessus de décisiondémocratique
impliquantlesusagèresetlesusagers;
- elledéfendlaprimautédespersonnes etdutravailsurlecapitaldanslarépartitiondeses
surplusetrevenus;
- ellefondesesactivitéssurlesprincipesdelaparticipation,delapriseenchargeetdela
responsabilitéindividuelleetcollective.
Source:Groupedetravailsurl’économiesociale,1996
L’approchedel’économiesocialeduCRISEStientcomptedeladéfinition de l’économie socialequese
sontdonnéslesacteurs,celle‐ciétantlefruitd’unereconnaissancemutuelleetpolitiquedumouvement.
Ellesinspireaussiducouranteuropéen de l’économie sociale,notammentlapportdelœuvrede
Desroche(1976et1983)oucelledeVienney(1980et1994)etdeceuxquiontcontinuédes’eninspirer
(Defourny et Monzon Campos, 1992; Demoustier, 2001; Draperi, 2007), ainsi que des travaux sur
l’économiesolidaireen France(PerretetRoustang, 1993;EmeetLaville,1994;Laville,1994; Gardin,
2004) tout en ne réfutant pas l’apport de l’approche européenne de l’entreprise sociale (Defourny,
Nyssens,Spear,Borzaga)4.
4L’influencedesapprochesanglosaxonnesdunonprofit(BenNeretVanHoomissen,1993;AnheiretBenNer,2003;
Hansmann,1980;James,1983;SalamonetAnheir,1998;Weisbrod,1977;etc.)sefaitbeaucoupmoinssentirauQuébec.
Parailleurs,lanotiond’«entrepreneursocial»estdeplusenplussouventutiliséepourrendrecompted’initiatives
individuellesdansledomainedelapréventiondelasanté,del’intégrationdespersonnesatteintesdedéficiences
intellectuelles,etc.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
12
Unedéfinition«située»del’économiesocialeauQuébecsefondeainsisur:
«desstatutsjuridiquesdecoopérative,mutuelleetassociation(Desroche,1983),ainsiquepardes
valeurs de services aux membres et à la collectivité (Defourny, 1991), par des règles liant une
activité économique et une association de personnes (Vienney, 1980) et par l’hybridation des
divers principes économiques que sont le marché, la redistribution et la réciprocité (Eme et
Laville,1994)»(D’Amours,2006).
Surleplanthéorique,ladéfinitionsefondesurlestroisdimensionsquesontlesacteursenliaisonavec
les mouvements sociaux, les formes institutionnelles dont le statut juridique, les formes
organisationnelles,telqueleproposeentreautresl’approchedesconventions.Auplanmacro,ildevient
égalementpossiblededéfinirle«secteur»del'économiesocialeàpartirdesmêmesdimensionsmaisà
une échelle plus large où l'on retrouve les acteurs sociaux, lescompromis,lacoconstructiondes
politiques, le système d'innovation, les formes organisationnelles, le régime de gouvernance, la co‐
production des services. Ceci permet de qualifier la place de l’économie sociale dans le modèle de
développement, qui peut être résiduelle dans le modèle fordisteprovidentialiste,tiréeverslinformel
danslemodèlenéolibéral,ouencoreêtrereconnuecomme composante à part entière dans le modèle
partenarial(nousyrevenonsplusloin).
Cette définition est très proche decelledeClaudeVienney,maisellefaitappelàunenotiondacteur
approfondieparapprochedesmouvementssociaux(Touraine,Melucci).Ainsi,lesacteursneselimitent
pas à la seule recherche de leur intérêt, mais ils peuvent aussi être orientés axiologiquement (voir
Enjolras, Laville). La dimension institutionnelle ne se réduit pas au statut juridique, mais aussi aux
rapports avec les autres acteurs de la société. L’analyse des formes organisationnelles et la prise en
chargedediverseslogiquespermettentd’inclurelesvaleursdanslesformesdecoordination.
Cecadrepeutserviràl’analysedesinnovationssocialesdansl’économiesocialeetdesonrôledansles
transformationsdumodèlededéveloppementdansd’autrespays(aumoinsceuxdel’OCDE),commeila
étémontrédansl’ouvrageduCiriecsurlesservicessociauxd’intérêtgénéral(Enjolras,2008).
2.2Économiesocialeetinnovationssociales
Léconomiesociale,tellequevueàpartirdesdimensionsdanalyse du CRISES, constitue un terrain
privilégié pour l’expérimentation, l’innovation et les transformations sociales. Dans cette visée,
léconomiesocialeseprésentemoinscommeunealternativeglobale à l’économie capitaliste ou à
l’économieplanifiéeetdavantage comme unespaced’expérimentationsquipeut, si cesexpériencesse
généralisent, amender le capitalisme et l’espace public dans ladirectionduneplusgrande
démocratisation.Seréférant àl’idéequel’économien’estpasune finensoi, maisestencastréedans la
société(Granovetter,1985),qu’elleestunprocessusinstitué (Polanyi, 1957), nous pouvons concevoir
quel’économiesocialeestunenouvellemanièrederelierlasphèreéconomiqueàlasphèresociale.Les
innovationssocialesportéesparl’économiesocialesontdoncqualifiées, normativement,parleurvisée
detransformationsociale: nouveauxrapportssociauxen matièredetravail,de conditionsdevieetde
développement du territoire (les trois axes du CRISES). C’est en se penchant sur les dimensions
historiques,sociologiquesetpolitiquesdu projet de l’économiesocialequ’onpeutvoirson rôle – ouà
toutlemoinssesvelléités–danslestransformationssociales.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
13
Lecroisement des définitions del’économie sociale et de l’économie solidaire permet de qualifier, du
moinsd’un pointdevuethéorique,lesinnovationsportéesparl’économiesociale(Lévesque,2006).La
définition de C. Vienney  (1980, 1994) fournit un cadre pour l’analyse des types d’acteurs, des types
d’activités et des règles de fonctionnement des entreprises d’économie sociale vues comme la
combinaison d’un groupement de personnes et d’une entreprise réciproquement liés par un double
rapport d’activité et de sociétariat. Cette vision de l’économie sociale est fortement orientée par la
coopérativecommetypeidéal,oul’économie sociale «marchande» (MonzonCamposetChaves,1992).
Suivant cette définition, l’économiesocialepeutêtreunvecteur important des différents types
d’innovation développés par Schumpeter (1912). L’économie socialeélargitlagammedeproduitset
servicesverslessegments utiles maisnoncouvertsparle marché ouparl’État(nouveaux produitsou
services).Elleoffredenouvellesopportunitésàdesacteursexclusourelativementdominés(nouveaux
débouchés).Ellestimuleunenouvellesortedentrepreneuriatsocial ou collectif (nouvelles
organisations).Ellecontribueàinstituerdenouvellesnormesetrègles,notammentauplandes
pratiquesintraetinterorganisationnellesdecoopération(nouveauxprocédés).
Encadré3.L’économiesocialesuivantlesdimensionsd’analyseduCRISES
Mouvementssociaux:nouveauxrapportsdeproduction,deconsommation
danslesservicescollectifsetdegouvernanceduterritoire
Dimensionsinstitutionnelles:statuts juridiques,règles, valeurs,rapportsavec
autresacteursdelasociété
Dimensionsorganisationnelles: formes et logiques organisationnelles, co‐
productiondesservices,valeurs
Macro:«secteur»,acteurscollectifs, compromis, co‐constructiondespolitiques,
systèmed'innovation,régimedegouvernance,etc.
Placedel’ÉSdanslemodèlededéveloppement: résiduelle (fordiste‐
providentialiste); tirée vers l’informel (néolibéral); composante reconnue
(partenarial)
L’approche de l’économie solidaire (Eme et Laville, 1994) met en lumière le rôle stratégique de
l’impulsion réciprocitaire (et donc l’importance des ressources non marchandes et non monétaires),
notammentpourl’émergencedesservicesdeproximité. Cette vision est influencée par ses objets que
sontlesassociationsœuvrantdans des activités à dominante non marchande (ou de développement
social). On identifie ici une innovation «générique» ou transversale aux différents secteurs, soit «la
constructionconjointedel’offreetdelademandeparlesprofessionnelsetlesusagers»,cequisuppose
laconstitutionde mini‐espacespublicsetlaisseentrevoirunedimensionpolitiquesouventoccultéeen
cequiconcernelesinnovationssociales.Enfin,s’appuyantprincipalementsurPolanyi(1944),l’approche
montrequelanouvelleéconomiesocialereposesuruneconceptionélargiedel’économieetdupolitique
(Dacheux,2003;Laville,1994).Lamobilisationd’unegrandediversitéderessources(marchandes,non‐
marchandesetnon‐monétaires)permetdeparlerd’hybridationetdoncd’économiepluriellealorsque
laparticipationcitoyennefonde en quelque sorte l’idée d’une économie solidaire. Ces approches
théoriquesmettentbienenlumièrelaspécificitéinstitutionnelledeces initiativesdelasociétécivileet
commentcesdernièresconstituentunematricefavorableàl’innovationsociale.Commelestermesde
«mixedeconomyofsocialwelfare»oude«pluralismwelfare»lelaissentsupposer,cetyped’organisation
occupe un espace intermédiaire entre l’individu et l’État tout ensinscrivantdansunerégulation
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
14
concernantaussibienlemarché,lasociétécivileetledomestique(EversetLaville,2004:15).Souscet
angle, la «nouvelle économie sociale» participerait à la constitution d’un «nouveau régime de
gouvernancedel’intérêtgénéral»oùseraientmobilisésdefaçoninéditel’Étatetsesagences,lemarchéà
traverslesentreprises et la société civile, à travers entre autres les associations volontaires (Enjolras,
2008).
Ilenrésulte,notamment, une typologie originaledesinitiativesd’économiesocialequise fonde, d’une
part,surletypededynamiqueàl’émergencedel’organisation,commeréponseàdesbesoinsurgentsou
comme réponse à des aspirations et, d’autre part, sur le type dactivité,selonquilestàdominante
marchandeouàdominantenonmarchande(Lévesque,2004)(voirletableau1).
Tableau1.Typologiedesinitiativesd’économiesociale
Besoins/opportunités
Relationaumarché
Besoinsliésàdesaspirations Besoinsliésàdesnécessités
urgentes
Dominantemarchande
(développementéconomique)
CoopérativesdetravailleursEntreprisesd’insertion
Dominantenonmarchande
(développementsocial)
CentreàlapetiteenfanceCuisinescollectives
Source:Lévesque,2004
En somme, les chercheurs du CRISES sont généralement à l’aise avec la construction théorique de
léconomiesolidaire,maislesontmoinsavecuneposturenormativequiprivilégie une forme ou un
segmentenparticulier,ouquijugequelesstatutsjuridiquesn’ont pas d’importance. Ainsi,l’Appelen
faveurd’uneéconomieplussolidaire,signéparsoixante‐dixpersonnesen1998àl’instigationduCIRIEC‐
Canada,ditvouloir«contribueràl'édificationd'uneéconomiesolidaireparunsoutienéclairéetcritique
au développement de l'économie sociale». L’économie solidaire n’est donc pas un sous‐ensemble de
l’économie sociale, mais bien une forme d’inscription de l’économiesocialedansunmodèlede
développement,quipeutêtre néolibéralousolidaire.Ainsi,«[…] pourquel’économiesociale devienne
solidaire,ilimportequelespratiquesquis’enréclamentcorrespondentdanslesfaitsauxvaleursetaux
règlesénoncées.[…]Decepointdevue,lecaractèresolidairedel'économiesocialeestengrandepartie
tributaire du modèle de développement que ses pratiques et ses orientations favorisent» (CIRIEC‐
Canada,1998).Unetelleposturepermet de mettre en lumièrelepotentieldel’économiesociale,mais
aussidevoirquecelui‐cin’estpastoujoursentièrementréalisé.
2.3Économiesocialeetmodèlesdedéveloppement
Telquenouslavonsvu,létudedesinnovationssocialesetdestransformationssocialessupposeleur
miseenperspectiveparrapportàunparadigmedesociétéouàun modèle de développement. Les
vagues ou grappes d’émergence de l’économie sociale correspondentàdesréactionsetàdes
propositionsfaceauxtransformationsducapitalisme.Desdemandesetdesaspirationsnonsatisfaites
témoignentdeslimitesd’unmodèlededéveloppementetgénèrentsaremiseenquestion.L’approchedu
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
15
CRISES permet de concevoir l’économie sociale à la fois sous l’angle de la critique de l’économie
capitalisteetdesesinstitutionsetsousceluidelaproposition d’alternatives qui réconcilient
l’économique,lesocialetlepolitique.L’économiesocialeestvuecommeuntémoinetunrévélateurdes
tensionsquis’exercentsurlemodèlededéveloppement(Bouchard,2007;Lévesque,2007a,2007b).
On note ainsi que, dans les sociétés industrielles, les vagues d’émergence de l’économie sociale sont
corréléesauxpériodesdecrisesducapitalisme(LévesqueetPetitclerc,2010).Cescrisesexprimentune
incompatibilitéentreladynamiquedudéveloppementéconomique(oulerégimed’accumulation)etles
formesinstitutionnellesetsocialesquiavaientassurélesuccès du mode de croissance antérieur
(Delorme et André, 1983). Comme on l’a vu, la «crise» amorcée au tournant des années 1970 se
manifesteenphases(Lipietz,1989),lacriseculturelleprécédantlacrisedutravail,elle‐mêmedevançant
lacrisedel’emploietduprovidentialisme(notammentlaremiseenquestiondesonautonomieetdela
démocratisation),suiviedelacrisedesfinancespubliques.
Vuescommelacapacitéàenvisagerdautresoptionsquelareproduction, les innovations sociales
poresparl’économiesocialetiennentnotammentdanslapropensionàrepenser les institutions, en
particulier lorsque celles‐ci sont incapables de répondre aux nouvelles demandes (Lévesque et
Vaillancourt, 1998). Les mouvements sociaux appelant à un changement social se situent souvent en
amontdel’innovationsociale(Zald,2004),quipassesuccessivementdelacontestation,àlarevendication,
puis au partenariat  (Bélanger et Lévesque, 1992; Bélanger, Boucher et Lévesque, 1994). L’économie
sociale,toutenétantfilledesmouvementssociaux,sendissocie néanmoins avec le temps (Chanial,
2003;GislainetDeblock,1989;Vienney,1980).Seposantcomme«solution»etcomme«alternative»,son
rôleoscille entreceluidepallieraux faillesdel’économieetdesinstitutions,etceluideparticiperàles
réorienter(ShraggeetFontan,2000).
Le positionnement de l’économie sociale a connu différentes configurations suivant les époques.
Quatreconfigurationssuccessivespeuventêtrecaractérisées(Lévesque,2007b; Lévesque et Petitclerc,
2010), chacune dépeignant un rapport plus ou moins contestataire ou complémentaire vis‐à‐vis de
l’économiedominante(voirl’annexe2).LestravauxduCRISESontprincipalementportésurla«nouvelle
économiesociale»,soitcellequiémergeàpartirdesannées1960‐1970,sansnégligerunsecteurtouché
pardestransformationsimportantes,celuidescaissesDesjardins.Lacrisequis’amorceaveclesannées
1970estvuecommeunecrisestructurelledufordisme.OnassisteàuneruptureducoupleÉtat‐Marché
qui avait soutenu la croissance au cours de la période antérieure des «trente glorieuses». L’économie
sociale contribue, dans ce contexte, à formuler une «solution» quipasseparuneréarticulationÉtat
Marché‐Société civile au sein d’une économie plurielle en émergence (Eme, Laville, Favreau et
Vaillancourt, 1996, cité dans Lévesque, Bourque et Forgues, 2001)5. Alors que le couple État‐marché
avait la facilité d’une opposition conceptuelle claire entre intérêt individuel et intérêt général, le trio
État‐marché‐sociétécivileappelleuneconstructionpluscomplexe,une«nouvellefigureducompromis»
(Thévenot,1994),combinantl’intérêtindividuel,collectifetgénéral(voirl’annexe1).
Danscecontexte,deschangementss’imposentdanslemodedegouvernancedel’Étatetdesentreprises
d’économiesociale.Sousl’influencedel’exigence de participationdelasociétécivileàlagouvernance
publique et d’ouverture de l’État à la participation citoyenne (Côté et Lévesque, 2009), le partenariat
caractérisecertainesexpériencesquébécoises et semblevouloirs’instaurerà l’encontre del’optionqui
5Cetteanalysereposesuruneconceptiondel’économiesubstantive(Polanyi,1944),composéenonseulementd’activités
marchandesmaiségalementnonmarchandes,commedanslecasdelaredistribution,etnonmonétairesrelevantdela
réciprocité.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
16
cherche à s’imposer par la voie néolibérale. La gouvernance partenariale fait appel à une nouvelle
économiemixte(etdoncplurielle)quiimpliquelesentreprises et les administrations publiques, le
secteurprivéetl’économiesociale.Cemodedegouvernancerenvoieàdenouveauxrapportsàl’échelle
inter‐organisationnelle(lagouvernanceenréseau)etgéo‐institutionnelle(lagouvernanceterritoriale).
Danslemodèlepartenarial,l’Étatestsubsidiaire,detypefacilitateur6.L’économiesociales’ydéveloppe
aveclesoutiendespouvoirspublics,maisdansuneoptiquededémocratisationdutravailetdesservices
(Vaillancourt et Laville, 1998), voire du pilotage même du développement. Le partenariat, vu comme
type‐idéal,sedéclineenplusieursdimensions,soitlacoproductiondesservicesparlestravailleursetles
usagers,lacoopérationinter‐organisationnelle(public,privé,économiesociale)etlaco‐constructiondes
politiquespubliquesparlesdestinatairesetlespouvoirsinstitués.Cemolelaisseaussidavantagede
place à la démocratie sociale, directe et délibérative, par la concertation des acteurs sociaux, la
décentralisation, la promotion de l’organisation apprenante et l’entreprise‐réseau, ainsi que
l’empowermentdescollectivités.
Toutefois,cemodèleestmenacéparlespressionsexercéesendirectiond’unmodèlenéolibéralsoutenu
parladéfensed’intérêtsindividuelsetcorporatistes(BélangeretLévesque,2001).Cette situation,tout
enreprésentantune«menace»auxpartenariatsinstituésexistants,pourraitaussifavoriserlarecherche
etlamobilisationenvuedenouvelles perspectives. On le voitentreautresaveclacréationdune
coalitionforméed’universitaires,depersonnalitésdumondesyndicaletdemédiasdédiésauxréflexions
surl’économieetl’environnement,etleurappelàparticipationàunChantierpourunesocialdémocratie
renouvelée,uneréflexionetunprogrammedetravailportantsurl’état etl’avenir de la démocratie au
Québec7.Larécente crisefinancièremèneaussi àrepenserl’économie,commeentémoignelacréation
duRéseaupourunchangementdelogiqueéconomique(CLÉ)auquelparticipeentreautresleChantierde
l’économiesociale8.
2.4«Modèle»québécoisd’économiesociale
LeQuébecsecaractériseparuneforteprésencedeléconomiesociale. Ainsi, 70% de la population
francophoneduQuébecestmembred’une coopérative,cequicorrespond auplushaut tauxauCanada
(Secrétariat aux coopératives, 2006). Par rapport au Canada, le Québec est la province où les
coopérativesetlesassociationssontlesplusprésentes:avec23,6%delapopulationcanadienne,ony
retrouve 39% des coopératives et 29% des organismes à but nonlucratif(OBNL).Faitànoter,le
Québecestlaprovincecanadienneoùlemontantmoyendedonsannuelsetoùletauxdebénévolatsont
6 VoirentreautreslescongrèsduCiriecinternational:Économiesocialeetéconomiepublique:lesnouvellesformesde
coopérationàl’èredelamondialisationMontréalen2000)Lerenouveaudespolitiquesdebienêtreetd’intérêtgénéral.
Institutionspubliques,marchésréglementés,économiesocialeNaplesen2002).
7Voirwww.chantiersocialdmocratie.org.Commelefaitremarquerl’undessignatairesdutextederéférencedelacoalition,
MichelDoré,cettedémarchen’estpassanslienavecd’autresgroupesderéflexioncréésenEuropeetdontlaFondation
européenned’étudesprogressistesestunbonexemple(«Nouvellegaucheeuropéenne:«nextleft»,articlepubliédans
Délibérationpubliquele28décembre2009.)
8LeRéseauCLÉestun«regroupementpanquébécoisd’organismesetd’individusquiviseàpromouvoiruneapproche
économiqueauservicedelasociétéetdesescommunautés,enparticulierauQuébec.Cefaisant,leCLÉmetdel’avantune
visiondudéveloppementquiprendexplicitementencomptelesenjeuxsociaux,culturels,territoriauxetenvironnementaux
danslesprocessusdécisionnelséconomiques.Ainsi,leCLÉsoulignelesobjectifsplurielsdel’économie,entreautres
l’importance,auxcôtésdessecteursprivéetpublic,d’unsecteurassociatiffortassurantlaproductiondesbiensetdesservices
pourlebienêtredesindividusetdescollectivités.»Voir:www.economieautrement.org.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
17
lesplusfaibles(Hall,etal.,2009),maisoùlesorganismesbénévolesetsansbutlucratiftirent60% de
leursrevenusdesgouvernements(àl’opposé,lesOSBLenAlbertan’entirentque33%deleursrevenus)
(Hall,etal.,2004).Le Québec se démarque aussi parle soutien de l’État etdepartenairescommeles
syndicats et les institutions financières. Les liens entre l’économie sociale et le syndicalisme sont
d’ailleurs très anciens (en particulier avec la Confédération dessyndicatsnationaux–CSN,maisaussi
aveclaFédérationdestravailleursduQuébec‐FTQàtraversledéveloppementlocaletlemploi).Les
fondsdetravailleurs(Fondsdesolidarité‐FTQetFondaction‐CSN)ontconfirleurappuiàl’économie
socialeàdenombreusesoccasions:entreautresensignantl’Appelpouruneéconomiesocialeetsolidaire
en 1998), en participant à une ARUC en économie sociale, en étantmembresduréseaudelafinance
solidaire. Enfin, l’une des particularités du Québec réside dans sa tradition de concertation (sommets
socio‐économiques, tables de concertation locales ou sectorielles) et dans l’existence de nombreuses
instancesdesoutientechniqueetfinancieraudéveloppementappuyéespardespolitiquespubliques.Ce
quitémoignededifférencesimportantesaveclesÉtats‐Unisetlesautresprovincescanadiennes.
Lescomposantesde l’économie socialesontdonctrèsimportantesau Québec,notammentparlaplace
qu’ellesoccupentdanslastructureéconomiqueet par le rôle qu’ellesjouentdansleprojetdesociété.
Elles sont historiquement liées à l’identité québécoise, au développement du territoire, à la
modernisationdel’économieetdel’Étatquébécois.Depuislemilieudesannées1990,l’économiesociale
connaît une forte reconnaissance publique. Il s’agit d’un «tournant historique» (Lévesque, 2007b)
puisque les coopératives, les mutuelles et les associations ayantdesactivitéséconomiquesse
reconnaissent comme parentes. Elles développent de nouveaux outils de développement, notamment
par le financement et le soutien aux entreprises et, ensemble, elles obtiennent une reconnaissance
publiquesansprécédent.
Cetteconfigurationconstitueun«systèmed’innovation»enéconomiesociale(voirlafigure2).Aucentre
dusystème,on trouve une gouvernance nationale relativement autonome, mais reconnue et soutenue
parl’État(Chantierdel’économie socialeetConseilquébécoisdelacoopérationetdelamutualité).Un
réseaud’institutionsintermédiairesconstituéesengouvernanceslocalesousectoriellesquiaccompagne
le développement (fédérations et regroupements sectoriels, coopératives de développement régional,
pôlesrégionauxd’économiesociale,corporationsdedéveloppementlocaléconomiquecommunautaire,
sociétéd’aideaudéveloppementdescollectivités,groupesderessourcestechniquesenhabitation,etc.),
lefinancementdédié(Associationcommunautaired’emprunt deMontréal,Caissed’économiesolidaire,
RéseaudinvestissementsocialduQuébec,FiducieduChantierde l’économie sociale, Fonds de
solidarité‐FTQ,Fondaction‐CSN,Fondsquébécoisd’habitation communautaire,etc.9),la formationdela
main d’œuvre (Comité sectoriel de main‐d’œuvre en économie sociale et action communautaire,
formations universitaires pour étudiants réguliers et pour cadres en exercice, etc.) et la recherche,
productionetdiffusiondesconnaissances(ex.Alliancesderechercheuniversitéscommunautés).
9 RécemmentréunisdansleRéseaudelafinancesolidaireetsocialementresponsable.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
18
Figure2.
Source:B.Lévesque,Alliancederechercheuniversités‐communautésenéconomiesociale
Commetouteautreorganisation,l’espace social qui constituel’organisationd’économiesocialerésulte
de tensions entre des comportements innovateurs et des comportements conservateurs (Bouchiki,
1998).Ilyaaussi différentes phases du«cycledevie»desinnovationssociales(nouveauté, diffusion,
maturité, déclin), l’institutionnalisation, la banalisation voirelaprivatisationmarquantlafindu
mouvement.Or,danslecasduneinnovationsociale,linstitutionnalisation peut aussi signifier la
consécrationdesonsuccès danslamesureoùelle permet unediffusiondesesapports danslasociété
(Bouchard,2006;Bouchard,LévesqueetSt‐Pierre,2008).Ainsi,dansunpaysoùl’État‐providenceétabli
etouvertàlareconnaissancedel’économiesociale–commel’aétédansunelargemesureleQuébecdes
trentedernièresannées–,l’institutionnalisation peut mêmeêtresouhaitéeparcertainsacteurs,plutôt
qu’êtrevuecommeunerécupération.
Nous avons ainsi pu repérer au Québec différentes trajectoires d’institutionnalisation qui montrent
quellesnesignifientpastoujourslafin(lamort)dumouvement social. Une première forme,
l’institutionnalisationnégociée,estcellequ’aconnuunepartiedesorganismescommunautairesengagés
dansdesmodesalternatifsdeproductiondeservicessociauxetdesantéetdanslapromotiondesdroits
depersonnesmarginalisées.Lareconnaissancepubliquetientcomptenonseulementdelaspécificitédes
méthodes–souventtransversalesetglobales–maisaussidel’autonomiedesgroupesconstituéssurune
basevolontaire(Jetté,2008).Ainsi,lesprogrammeslesconcernant nepeuventremettreenquestionla
définitionoul’orientationdeleurmission.Celle‐ciesteneffetuneconditionmêmedeleurperformance,
puisqu’ellepermetdedétecterrapidementdenouvellesdemandesoudenouvellesaspirationssociales,
demêmeque depenserdesinitiativesqui croisentlesapproches(vs lespolitiquesensilos). C’est,par
exemple, le cas des organismes sans but lucratif d’habitation destinés à des personnes vivant des
problèmesparticuliers(vieillissementetperted’autonomie,santémentale,criminalisation,etc.).
Une autre trajectoire, l’institutionnalisation flexible, permetlagénéralisationduneinnovationàune
échellepluslarge,maisentenantcomptedeladiversitédesdemandesetdel’adaptationdesformulesà
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
19
descontextesparticuliers.Onfaciliteainsil’accèsàdesressourcesdaccompagnementetdesoutienau
développement qui, tout en étant «le bras» de politiques publiques (souvent plus d’une, d’ailleurs),
s’ajustentàdescontexteslocauxouàdesbesoinsparticuliers.Cesorganismes(OSBLou coopératives)
sont orientés par des instances locales de gouvernance multipartitequiintègrentdesusagers,des
travailleurs et d’autres acteurs tels les syndicats, des employeurs, des coopératives financières, etc. Il
existeunevariétédegroupesauQuébecqui,émanantàl’originedelasociétécivile,sesontvusconfier
des mandats de développement local et régional, de développementsectoriel,oudefinancementdu
développement.
Enfin,laphasedematuritéd’uneinnovationpeutexigerunretourversl’innovation(Vézina,2003;Malo
etVézina,2004).Ainsi,alorsquelesmeilleures pratiquesd’unmouvementsontsujettesàunecertaine
standardisation durant la phase de leur diffusion, celle‐ci s’accentuedurantlaphasedimitation,au
risqued’unetropgrandesimplification,enparticulier lorsqu’elle est adoptée par des concurrents non
alternatifs qui la banalisent ouquiladénaturent.Lorganisation peut se trouver en rupture avec le
mouvementquil’acréée,mais elle peut aussi investirdenouvellesinnovationsquisecombinent avec
celles qui ont été standardisées ou qui refocalisent les activités vers les besoins et aspirations
émergentes,maisnoncomblées.C’estlecasparexempledelaCaisse d’économiesolidairequi,tout en
partageantlesstandardsdela grandeinstitutionfinancièrequ’estleMouvementDesjardins,développe
des produits financiers alternatifs (verts ou socialement responsables) et apporte son support à de
nouvellesinitiativesdanslesquartiersdéfavorisés(lessystèmesd’échangesdeproximitéAccorderiesen
sontunbonexemple).
Ensomme,sil'onpeutparlerd'un«modèlequébécois»d'économiesociale,cen'estpasdanslesensd'un
modèleidéalounormatif,maisbiendanslesensd'unensembledecaractéristiquesquiluidonnentune
configurationrelativement originale et légitime, même si les éléments identifiés pris un à un peuvent
êtreprésentsdanslaplupartdespaysmembresdel'OCDE.Danscettevisée,nouspouvonsidentifierau
moinscinqélémentsquiconfèrentunecertaineoriginalitéà cette configuration: 1) la reconnaissance
partouslesacteurssociauxdelanouvelleéconomiesocialepoursonpotentieldecréationd'emploiset
dedéveloppementlocal;2)l'adoptiond'unestratégiededéveloppement relativement cohérente au
moinspourcertainssecteurs,stratégiequiallieaidegouvernementaledenaturefinancièreettechnique
aveclemaintiendel'autonomiedecesentreprisesetorganisations;3)l'importancederegroupements
sectorielset d'une gouvernance locale; 4)le refus d'un modèledualauprofitd'uneéconomiesociale
faisantpartiedepleindroitdel'ensembledel'économieetdes services collectifs; 5) une diversité de
formesd'institutionnalisation,àpartird'expériencesditespilotes(LévesqueetNinacs,1997).
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
21
CONCLUSION
L’économiesocialeestuneréalicomplexequi,parsonessencemême,appelleàuneconceptualisation
multioutransdisciplinaire.LecadreconceptuelsurlequelreposeleprogrammederechercheduCRISES
prendformeàpartirdetroisvoletsougroupesdethéories,soitlathéoriedesmouvementssociauxetles
théories institutionnalistes en économie et en sociologie, notamment les approches françaises de la
régulationetdes conventions.Cequipermetd’amender chacunedecesthéories àlalumièredes deux
autres,enoutredelesréinterpréterdanslecontexted’unesociéténordaméricainepluraliste.Certes,il
s’agit d’une méthode audacieuse, mais elle permet de ne pas rester enfermé dans une seule école et,
surtout,deconstruireunterrainderecherche.
LestravauxduCRISES portentsurlesinnovationssociales etlestransformationssocialeset analysent
l’économiesocialesouscetangle.Onditque«lorsqu’onaun marteaudanslesmains,onvoitdesclous
partout».Bienentendu,touteléconomiesocialenestpastoujoursinnovante.Certainseffetsdes
innovations ne se feront voir qu’à long terme. Enfin, les innovations sociales sont potentiellement
réversibles, ne transformant pas toujours durablement les rapportssociaux.Cecidit,lapprochedu
CRISESfournituncadrecohérentpourparlerd’économiesocialeaumoinssurtroisplans,soitceluidela
définition de l’économie sociale, sur les rapports entre mouvementssociauxetinstitutions,etsurles
rapportsentreinstitutionsetorganisations.
Enpremierlieu,comme chercheurs, nousnenoussommespas donnés le devoirdefairelapromotion
d’unevisionou d’uneautredel’économie sociale.LeCRISESa adoptéunedéfinitiondésidéologisée de
l’économiesociale,permettantdemettreenlumièresonpotentiel,maisaussidevoirquecelui‐cines’est
pasentièrementréalisé.Toutenreconnaissantladéfinitioninstitutionnelledel’économiesocialequese
sontdonnéslesacteurs,unedéfinitionplusthéoriquefondéesur les dimensions d’analyse du CRISES
prendencomptelesbesoins,maisaussilesaspirationsetlesvaleursdesacteurssociaux(individuelset
collectifs), les dimensions institutionnelles et les dimensions organisationnelles des entreprises et du
secteur de l’économie sociale, ainsi que leur inscription dans une régulation d’ensemble, soit un
«modèle» de développement. Ceci permet de voir différentes configurations et de qualifier les
trajectoiresde différentesgénérationssuccessivesd’économiesociale,jusqu’àunerelativeconvergence
durant la période contemporaine. Ainsi, les secteurs coopératifs sont passés de l’antiétatisme à la
participation,aunationalismepuisaumouvementcoopératifplurieletàlareconnaissancedel’économie
sociale. Les groupes communautaires, pour leur part, sont passés de la contestation‐revendication à
l’autogestionpuisà laconcertation‐partenariatetau développementlocal(Comeau,Favreau, Lévesque
et Mendell, 2001; Gagnon, 2005; Favreau, 2008; Jetté, 2008). Ensemble, les innovations portées par
léconomiesocialecontribuentàl'émergenced'unenouvelleconfiguration des rapports État‐marché‐
société civile et, plus largement encore, d'un nouveau modèle de développement. Même s’il existe
toujours des tensions, l’économie sociale contribue, dans ce contexte, à formuler une proposition
crédibleet durable de participationauseinduneéconomiepluriellequisedéfinitdanslamixitédes
formes de propriété, la pluralité des ressources mobilisées et des logiques d’action (Eme, Laville,
Favreau,Vaillancourt,1996).
Endeuxièmelieu,lestravauxduCRISESmontrentquelesrapportsentrelesmouvementssociauxetles
institutions ne sont pas unidirectionnels. Ainsi, les expérimentations réussies et leur diffusion
confirmentlalégitimitédesproblématiquessocialeset la reconnaissance d’acteurs issus de la société
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
22
civile et orientés vers l’intérêt général. Le passage del’expérimentation à la diffusion des innovations
sociales passe par leur reconnaissance institutionnelle. Celle‐ci comporte, certes des risques de
standardisation et de dénaturation, mais il existe différentes trajectoires d’institutionnalisation qui ne
signifientpastoujoursledéclindel’ialassociatifvéhiculéparlemouvementsocial.L’économiesocialeau
Québec,quiconnaîtundegréd’institutionnalisationrelativementélevé(surtoutsionlecompareaurestedu
CanadaetauxÉtatsUnis),présente ainsi différentes formes d’institutionnalisation (négociée, flexible,
refocalisée)quirésultentdeprocessusdelutte,denégociationetdecompromisentrelespartiesprenantes,
etdontcertainessontfavorablesàdesexpériencespilotes(vesqueetNinacs,1992).Cequisignifieaussi
que les innovations sont porteuses de changements à différents degrés. On voit ainsi de l’expérience
québécoisequelesinnovationsapportéesparl’économiesocialeseproduisentàlamargedusystèmede
protectionsocialeetdesanté,produisantdesgrappesdechangements incrémentaux, sans toutefois
remettre en cause complètement le système. Quelques innovations représentent toutefois des
changementsradicaux,plusgénériques,commelatransversalitédespratiqueséconomiquesetsociales
(vslespolitiquessilos),laconcertationetlepartenariat(vslahiérarchieoulelaisser‐faire).
Enfin,entroisièmelieu,lestravauxduCRISESontmobilisélanotiondegouvernancedesorteàqualifier
les rapports plus proches observés entre les organisations et lesinstitutions.Lestransformationsdu
capitalismeontprovoquédenouvellesdemandesdepriseenchargedudéveloppementàl’échellelocale
ousectorielle.Desinstancesdegouvernanceontémergéetétablidesponts entrelesentreprisesetles
communautéslocales,etentrelesorganismesdedéveloppementéconomiqueetceuxdudéveloppement
social.Detellesinitiativesontmenéprogressivementàlacoconstructiondepolitiquespubliques.Ainsi,
laconfigurationpartenarialenesedécrètepas,maislesacteursdécouvrentlagouvernancecommel’un
desmécanismes par lesquels elle seconstruit. La notion de gouvernance reste sans doute à redéfinir,
notammententermesderapportsentrecoordinationetrégulation(Bouchard,2005et2007b),dansun
contexteoùlesorganisationsfontdeplusenplusde«gouvernement»,c’est‐à‐direqu’ellesprennentde
plusenpluspartàladéfinitiondesrègles,àlaformulationdes politiques publiques, à leur mise en
œuvreetàladéfinitiondescadrespourleurévaluation(Bouchard,2010).Laperformanceetlesuccès
desorganisationsnesontainsipasliésuniquementau contrôle,maisaussiàlacapacitédedéfinirun
projetdansuneperspectivestratégique.
Le programme du CRISES doit certainement se poursuivre, notamment par le suivi longitudinal des
innovationsrecensées.Maisildoitaussienrichirsaprobmatiquepourprendreencomptelenouveau
contextemarquépardescrisesmultiples:criseéconomique,quisuitunecrisebancaireetquiprovoque
une crise financière des États; crise politique avec la perte deconfiancedansladémocratie
représentative;crisesocialeaveclacroissancedesinégalités,lafragmentationdemouvementssociaux
etlepossibleretourdescommunautés;etcriseenvironnementalequisupposederepenserlemodede
productionetlemodedeconsommation.Cecontextemarquebienlapertinencedepenseruneéconomie
etunedémocratieplurielles,maisilprésentedenouvellescontraintesenmêmetempsquedenouvelles
opportunitéspourl’économiesociale.Ainsi,lecycled’innovationsamorcéautournantdesannées1970‐
80arrivantàmaturité,larecherchedevrasepenchersurlesnouveauxtypesd’innovations,lesnouvelles
valeurs,lanouvellerégulationoulenouveauparadigmesociétalquisemettentenplace.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
23
BIBLIOGRAPHIE
AGLIETTA, M., 1998, Accumulationetcrisesducapitalisme,Paris,OdileJacob(premièreédition,
1976).
AKTOUF, O., R. BÉDARD, et A. CHANLAT, 1992, «Management, éthique catholique et esprit du
capitalisme:l'exemplequébécois»,Sociologiedutravail,no1/92,83‐99
ALTER,N.(dir.),2002,Leslogiquesdel’innovation.Approchepluridisciplinaire.Paris,LaDécouverte.
ALTER,N.,2000,L’innovationordinaire,Paris,PressesUniversitairesdeFrance.
ANHEIER, H. & A. BEN‐NER (eds), 2003, Advancesintheoriesofthenonprofitsector. New York,
Kluwer/Plenum.
BÉLANGER,P.R.,J.LBOUCHER,etB.LÉVESQUE,1994,«L’économiesolidaireauQuébec:laquestion
dumodèlededéveloppement»inLAVILLE,Jean‐Louis(dir.),L’économiesolidaire,uneperspective
internationale,Paris,DescléedeBrouwer.
BÉLANGER,P.R.etB.LÉVESQUE,1991,«La‘’théorie’’delarégulation,durapportsalarialaurapport
deconsommation.Unpointde vuesociologique»,Cahiersderecherchesociologique,no17,p.17‐
52.
BÉLANGER, P. R. et B. LÉVESQUE, 1992, «Le mouvement populaire et communautaire: de la
revendicationaupartenariat»,dansDAIGLE,G.etG.ROCHER(dir.),LeQuébecenjeu.Comprendre
lesgrandsdéfis,Montréal,Pressesdel’UniversitédeMontréal.
BÉLANGER, P. R. et B. LÉVESQUE, 1994, «Modernisation sociale des entreprises: diversité des
configurationsetmodèlequébécois»,inP.R.BÉLANGER,M.GRANT et B. LÉVESQUE,La
modernisationsocialedesentreprises,Montréal,LesPressesdel’UniversitédeMontréal.
BÉLANGER,P.R.etB.LÉVESQUE,1995,«Lamodernitéparlesparticularismes.Lemodèlequébécois
dedéveloppementéconomique»,dansJ.‐P.DUPUIS(dir.),Lemodèlequébécoisdedéveloppement
économique,Cap‐Rouge,PressesInterUniversitaires,p.115‐131.
BÉLANGER, P.R. et B. LÉVESQUE, 2001,Lemodèlequébécois:corporatismeoudémocratiesociale?,
Montréal,CahiersduCRISESno0111
BELLEMARE,G.etL.BRIAND,2004,Définitionstructurationnistedesinnovationsettransformations
sociales,Montréal,CahiersduCRISES,noET0414
BEN‐NER, A. et T. Van HOOMISSEN, 1991, «Nonprofit Organizations in the Mixed Economy : A
Demand and Supply Analysis», AnnalsofPublicandCooperativeEconomics/LesAnnalesde
l’économiepublique,socialeetcoopérative,vol.62,no4,p.519‐550.
BERNIER, L., 2001, Gouvernanceetmanagementpublic:élémentspourunerecherchecomparée,
Congrèsdel’associationcanadiennedesciencepolitique,UniversitéLaval
BERNIER, L., M.J. BOUCHARD and B. LÉVESQUE, 2003, «Attending to the General Interest: New
MechanismsforMediatingBetweenIndividual,CollectiveandGeneralInterest»,AnnalsofPublic
andCooperativeEconomics,vol.74no3,p.321‐347.
BOIVIN,L.etM.FORTIER,‐1998,L’économiesociale.L’avenird’uneillusion.Montréal,Fides.
ÉCONOMIE SOCIALE ET INNOVATION. L’APPROCHE DE LA RÉGULATION, AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION QUÉBÉCOISE DE LÉCONOMIE SOCIALE
24
BOLTANSKI,L.etÈ.CHIAPELLO,1990,Lenouvelespritducapitalisme,Paris,Gallimard.
BOLTANSKIL.etL.THÉVENOT,1991,Delajustification.Leséconomiesdelagrandeur,Paris,Éditions
Gallimard.
BORZAGAC. et J. DEFOURNY (dir.), 2001,Theemergenceofsocialenterprise, LondonetNewYork,
Routledge.
BOUCHARD,C.,1999,Contributionàunepolitiquedel’immatériel.Rechercheenscienceshumaineset
socialesetinnovationssociales, Conseil québécois de la recherche sociale, Groupe de travail sur
l’innovationsociale.
BOUCHARD, M. J., 2005, «Introduction: nouvelles formes de régulation et de coordination dans la
gouvernance des entreprises collectives», in: M. J. BOUCHARD (dir.) Lagouvernancedes
entreprisescollectives, numéro thématique de la revue Annalesdel’économiepublique,socialeet
coopérative,vol.76,no4,décembre2005,p.581‐584.
BOUCHARD,M.J.,2006a,«Del’expérimentationàl’institutionnalisationpositive,l’innovationsociale
dans le logement communautaire au Québec», Annalesdel’économiepublique,socialeet
coopérative,numérothématiquesurl’Innovationsociale,vol.77,no2,p.139‐165.
BOUCHARD, M. J., 2006b, «La gouvernance, une vieille et une nouvelle réalité pour l’économie
sociale»,Introductionaudossierin:BOUCHARD,M.J.,J.BOUCHER,R.CHAVES,R.SHEDIWY(dir.),
Gouvernanceetmanagementenéconomiesociale, numéro thématique de la revue Économieet
solidarités,vol.35,nos1‐2,2005(paru2006),p.16‐25.
BOUCHARD,M.J.,2007,«Lesdéfisdel’innovationsocialeenéconomiesociale»,in:J.‐L.KLEINetD.
HARRISSON (dir.), Innovationssocialesettransformationssociales, Presses de l’Université du
Québec,p.121‐138.
BOUCHARD,M.J.(ed.),2010,Theworthofthesocialeconomy.Aninternationalperspective,Brussels,
P.I.E.PeterLang.
BOUCHARD, M. J., B. LÉVESQUE et J. ST‐PIERRE, J., 2008, «Modèle québécois de développement et
gouvernance.Entrelepartenariatetlaconcurrence?»inB.ENJOLRAS(dir),Gouvernanceetintérêt
généraldanslesservicessociauxetdesanté,Bruxelles,P.I.E.PeterLang,p.39‐64.
BOUCHER,J.,1994,TransformationdudiscoursdelaCSNsurlamodernisationsocialedesentreprises
(19701992),Montréal,UniversitéduQuébecàMontréal,Thèsededoctoratensociologie.
BOUCHIKI, H., 1998, «Living with and building on complexity: a constructivist perspective on
organizations»,Organization,vol.5,no2,p.217‐232.
BOURQUE, G. L., 2000, Lemodèlequébécoisdedéveloppement:del'émergenceaurenouvellement,
Sainte‐Foy,Pressesdel'UniversitéduQuébec
BOYER,R.,1990,Lathéoriedelarégulation:uneanalysecritique,Paris,LaDécouverte.
CASTEL,R.,1995,Lesmétamorphosesdelaquestionsociale.Unechroniquedusalariat.Paris,Fayard.
CHANIAL,P.,2003,«Lestrésors perdusdusocialismeassociationnistefrançais»,Hermès, vol.36,p.
45‐54.
CHANTIER DE L’ÉCONOMIE SOCIALE,Définitiondel’économiesociale, Site web
http://www.chantier.qc.ca.