ArticlePDF Available

La loi de la valeur et le problème de la coordination des activités économiques

Authors:
  • Université Panthéon-Assas, Paris, France
La loi de la valeur et le problème de
la coordination des activités
économiques
Gilbert Faccarello
Isaak Illich Roubine (1886-1937)
I
A l’occasion des célébrations diverses qui entoureront le centième an-
niversaire de la mort de K. Marx, et à un moment ou les recherches mar-
xiennes s’essoufflent après de tapageuses controverses, peut-être n’est-il
Université Panthéon-Assas, Paris. Courriel: gilbert.faccarello@u-paris2.fr. Essai
publié dans L’homme et la société, n67-68, 1983, pp. 153-177. Les nombreuses fautes
d’impression ont été corrigées et les références bibliographiques ont été précisées,
notamment pour tenir compte des rééditions ultérieures. Les principes théoriques
sous-jacents à cette étude sont ceux exposés dans G. Faccarello, Travail, valeur et
prix. Une critique de la théorie de la valeur, Paris: Anthropos, 1983, et résumés en
anglais dans “Some reflections on Marx’s theory of value”, contribution publiée dans
Riccardo Bellofiore (ed.), Marxian Economics: A Reappraisal. Essays on Volume III
of Capital. Volume I: Method, Value and Money, Londres: Macmillan, 1997, pp. 29-47.
1
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 2
pas inutile d’attirer l’attention sur un auteur longtemps méconnu et, à
peine sorti de l’oubli, déjà négligé : Isaak I. Roubine 1. Récemment dé-
couvert grâce à une traduction de ses Essais sur la théorie la valeur de
Marx (3e édition, Moscou, 1928), son écrit majeur, sa pensée peut être
mieux cernée après la publication de son Histoire de la pensée économique
(2éme édition, 1929a) et d’une série de conférences qu’il fit en 1927 et en
1929 sur Le travail abstrait et la valeur dans le système de Marx (1927)
et Le développement dialectique des concepts dans le système économique
de Marx (1929b).
L’importance de Roubine nous parait fondamentale. Dès les années
vingt, il résout ou pose des problèmes que différents auteurs n’ont résolu
ou contribué à poser que quelques décennies plus tard. La question de la
distinction entre le travail productif et improductif, par exemple, récem-
ment réglée par C. Colliot-Thélène (1975), se trouve déjà établie dans les
Essais (1928, chapitre 19). Les thèmes majeurs de la nature du travail
“abstrait”, substance de la valeur, et des liens entre la théorie de la valeur
et celle du “fétichisme”, l’un des axes de la réflexion de L. Colletti (cf.
par exemple L. Coletti, 1968 et 1969) formaient déjà le fil conducteur de
la pensée de Roubine. De même, le statut ambigu de la déduction des
concepts dans Le Capital, sur lequel H. G. Backhaus a attiré de nouveau
l’attention il y a quelques vingt ans dans un court article (Backhaus,
1967), est implicitement souligné en 1928-1929. Mais l’intérêt que peut
susciter l’œuvre de Roubine ne réside pas seulement dans une antériorité
que l’on doit lui reconnaître. Son originalité consiste en ce qu’il traite si-
multanément, et avec une grande lucidité, les problèmes que d’autres ne
redécouvriront qu’isolément et par bribes : c’est là sa force. Sa faiblesse
est de ne pas suivre jusqu’au bout la logique enclenchée et de ne pas tirer
la conclusion à laquelle mènent implicitement tous ses développements :
1. La biographie de I. I. Roubine est très mal connue. Cf. l’avant-propos du tra-
ducteur, édition française des Essais, pp. 7-11. [Depuis la publication du présent essai,
les recherches sur Roubine ont progressé : voir par exemple Ivan Boldyrev and Martin
Kragh, “Isaak Rubin : historian of economic thought during the Stalinization of social
sciences in Soviet Russia”, Journal of the History of Economic Thought, 37(3), 2015,
pp. 363-386.]
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 3
une remise en cause de la construction même des textes de Marx et de
leur signification 2.
Mais l’analyse des idées directrices de la pensée de Roubine est éga-
lement intéressante à un autre titre qui nous retiendra ici. Elle marque
l’aboutissement d’une interprétation très particulière de la théorie dé-
veloppée dans Le Capital : la conception de la loi de la valeur-travail
comme mode de régulation et de coordination des activités économiques
dans une société atomisée de producteurs indépendants. Cette interpré-
tation a toujours été très marginale (voire, à certaines époques, totale-
ment inexistante) parmi les exégètes de Marx. Elle naît et (pourrait-on
presque dire) meurt pendant la période extrêmement intéressante et riche
en débats multiples que constituent les cinquante années suivant la mort
de Marx 3. Pour quelle raison occupe-telle cette place spécifique ? C’est
qu’elle était tout à la fois utile dans les débats avec les adversaires du
marxisme, et dangereuse pour l’orthodoxie naissante (puis dominante).
Pour saisir ce point, il est indispensable de situer, même à grands traits,
l’œuvre de Roubine dans l’histoire du thème qu’elle illustre. Il va de soi
que, dans cette perspective, de nombreux problèmes seront laissés dans
l’ombre, qui ne touchent pas directement au sujet.
II
Pour aborder le problème du statut et de la signification de la loi de
la valeur, il faut souligner au préalable que si la question de la “trans-
formation” des valeurs en prix de production est aussi ici en cause, ce
n’est jamais dans l’optique actuelle pourtant dictée par L. von Bortkie-
wicz en 1906-1907. On sait aujourd’hui que la tentative opérée par Marx
2. Le présent article constitue une brève enquête historique autour de principes
théoriques développés dans deux articles antérieurs (1981 et 1982), et étayés dans
notre ouvrage (1983) auquel nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé
par ces thèmes.
3. Pour un aperçu de ces débats, on peut se reporter à L. Colletti (1968 et 1969),
G. Dostaler (1978, chapitres 2 et 4 en particulier), R. Finzi (1977, articles sur A.
Graziadei), et aux premiers volumes de l’Histoire du marxisme contemporain (1976).
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 4
dans le livre 3 du Capital constitue un échec4, et, rétrospectivement, les
interrogations formulées dans les années 1880-1910 autour de la perti-
nence du concept de valeur nous paraissent justifiées. Mais, à l’époque,
ces interrogations pouvaient sembler arbitraires.
Le raisonnement était en général le suivant. Dans la mesure où les
marchandises ne s’échangent pas à leur valeur, mais à leur prix de pro-
duction, la signification de la loi de la valeur devient obscure, tout comme
la théorie de l’exploitation qu’elle est censée fonder. Car la valeur-travail
était conçue comme une théorie des rapports d’échange : tout ce qui
pouvait remettre en cause l’échange à la valeur minait par conséquent
les fondements de cette loi. Cette position peut paraître naturelle chez
des auteurs comme E. von Böhm-Bawerk : elle surprend en revanche
chez Werner Sombert et surtout chez Conrad Schmidt5. Ce dernier ne
reconnaît-il pas par ailleurs que “la façon dont Marx déduit le profit
moyen de la plus-value répond pour la première fois à une question que,
jusqu’alors, l’économie n’avait même pas soulevée, à savoir : comment se
détermine la grandeur du taux moyen de profit et comment se fait-il que
celui-ci s’élève à 10 ou 15 % par exemple, plutôt qu’à 50 ou 100% ?” (En-
gels, 1895, p. 30). La solution immédiate est donc écartée curieusement
dès l’emblée 6, selon laquelle les prix et le taux de profit ne sauraient
être connus sans le calcul de la valeur. Par conséquent, ceux qui, comme
Sombart et Schmidt, entendent conserver un rôle au concept de valeur,
tentent de justifier leur point de vue au moyen de voies plus détournées.
Sombart insiste sur le fait que la valeur représente une idée théorique
qui permet d’exprimer le mode particulier d’expression de la division
sociale du travail dans la société marchande.
4. Cf. G. Faccarello, 1983, chapitres VI-VIII.
5. Sur Conrad Schmidt, cf. B. Besnier (1976).
6. Elle est par contre naturellement acceptée par Roubine (1928, p. 293 et pp.
327-332). La conception de la transformation qui s’exprime dans les Essais est très
traditionnelle, et c’est là le côté le moins intéressant de cet ouvrage (chapitre 18,
pp. 293-337). Il est curieux que Roubine n’ait pas perçu la portée des arguments de
Bortkiewcz, auteur qu’il connaît et qu’il cite à l’occasion (1928, p. 145, note 6).
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 5
Il aboutit à ce résultat que la valeur [.. .] n’est pas un fait
empirique, mais un fait de pensée, un fait logique. La notion
de valeur, dans sa définition matérielle, chez Marx, n’est rien
d’autre que l’expression économique du fait que constitue la
force productive sociale du travail comme base de la vie éco-
nomique ; la loi de la valeur domine, en dernière instance,
les processus économiques dans un régime d’économie capi-
taliste. Elle y a d’une façon très générale le contenu suivant :
la valeur des marchandises est la forme spécifique et histo-
rique sous laquelle s’impose la force productive du travail qui
domine, en dernier ressort, tous les processus économiques.
(Engels, ibid.)
Manifestement embarrassé par cette conception, Engels se borne à
déclarer qu’“on ne peut affirmer que cette façon de concevoir la signifi-
cation de la loi de la valeur pour le mode de production capitaliste soit
inexacte” mais qu’“elle n’épuise nullement toute la portée de la loi de la
valeur pour les phases de développement économique de la société régies
par cette loi” (ibid.).
Quant à Conrad Schmidt, la valeur représente pour lui une simple
hypothèse scientifique, une fiction nécessaire à l’analyse
Il l’appelle une hypothèse scientifique, émise pour expliquer
le procès d’échange réel et qui se révèle être le point de dé-
part théorique inévitable, éclairant même les phénomènes de
concurrence entre les prix qui pourtant paraissent la contre-
dire totalement; d’après Schmidt, sans la loi de la valeur, il
n’y a plus de compréhension théorique possible du mouve-
ment économique de la réalité capitaliste. (ibid.)
Il est curieux de noter qu’Engels se méprend tout d’abord sur le sens
des propos de C. Schmidt. “Vous rabaissez la loi de la valeur à une fic-
tion nécessaire, à peu près comme Kant réduit l’existence de Dieu à un
postulat de la raison pratique. Les objections que vous faites à la loi de
la valeur atteignent tous les concepts, à les considérer du point de vue de
la réalité [. . .]. [Le] concept d’une chose et la réalité de celle-ci sont paral-
lèles, comme deux asymptotes [sic] qui se rapprochent sans cesse l’une de
l’autre sans jamais se rejoindre [. ..]. Du fait qu’un concept [. . .] ne coïn-
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 6
cide pas d’emblée [.. .] avec la réalité, dont il a fallu d’abord l’abstraire,
de ce fait il est toujours plus qu’une simple fiction, à moins que vous
n’appeliez fictions tous les résultats de la pensée” (Lettre à C. Schmidt,
12 mars 1895, dans Marx et Engels 1849-1895, pp. 416-416). Engels réa-
lise cependant, par la suite, sa méprise : il ne s’agit pas du rapport d’un
concept (la valeur) à une réalité (le prix), mais de la validité théorique
d’une déduction conceptuelle. “Je vous suis très obligé de votre ténacité
à propos de la ‘fiction’. Il y a là en fait une difficulté que j’ai pu sauter
seulement parce que vous avez insisté sur votre fiction” (6 avril 1895,
ibid., p. 422). La solution proposée par lui, sur la base d’un passage du
livre 3 du Capital, repose sur le processus de la transformation conçu
essentiellement comme un problème historique, les concepts de valeur et
de prix se développant parallèlement aux transformations empiriques de
la réalité marchande 7.
On sait que la réponse d’Engels ne règle pas le problème et ne fait,
au contraire, qu’accentuer la difficulté. “L’interprétation historique de
la question”, remarquera très justement Roubine (1928, p. 336), “nous
conduit [. ..] à négliger le caractère historique de la catégorie de valeur”.
Mais, pour ce qui nous concerne, une partie du décor est campée : la
7. Si Roubine accepte dans l’ensemble certains présupposés méthodologiques d’En-
gels, il rejette la conception “historique” de la transformation et tente d’expliquer la
raison d’être des passages de Marx qui s’y rapportent et qu’Engels cite à l’appui
de sa thèse (cf. 1928, pp. 332-337). “La question historique de savoir si les marchan-
dises étaient échangées proportionnellement aux dépenses de travail avant l’apparition
du capitalisme”, déclare-t-il très justement (ibid, pp. 335-336), “doit être distinguée
de la question de la signification théorique de la théorie de la valeur-travail. Si l’on
répond par l’affirmative à la première question, et si l’analyse de l’économie capita-
liste n’avait nul besoin de théorie de la valeur-travail, nous pourrions considérer cette
théorie comme une introduction historique à l’économie politique, mais en aucun cas
comme la base théorique fondamentale sur laquelle est construite l’économie politique
de Marx. Au contraire, si l’on répond par la négative à la question historique, mais
si l’on prouve que la théorie de la valeur-travail est indispensable à la compréhension
théorique des phénomènes complexes de l’économie capitaliste, cette théorie restera
le point de départ de la théorie économique, comme elle l’est maintenant. En bref, de
quelque façon que l’on résolve la question historique de l’influence de la loi de la valeur
dans la période qui a précédé le capitalisme, cette solution ne décharge pas le moins
du monde les marxistes de la responsabilité de relever le défi de leurs adversaires à
propos de la signification théorique de la loi de la valeur pour la compréhension de
l’économie capitaliste.”
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 7
loi de la valeur comme expression historique de la division sociale du
travail, et/ou comme simple fait de pensée, comme fiction nécessaire. Au
début du 20ème siècle, la première voie est développée par R. Hilferding
(1904 et 1910) ; la seconde par Franz Petry (1915) notamment qui, dans
le contexte de la sociologie “compréhensive”, opère une scission radicale
entre l’aspect quantitatif du Capital, relevant des sciences de la nature
et héritage (empoisonné) de l’économie politique, et l’aspect qualitatif,
propre aux sciences historiques et sociales, permettant une analyse en
compréhension de la réalité capitaliste (héritage de l’idéalisme hégélien
et véritable apport de la théorie marxienne de la valeur).
III
Pour ce qui nous concerne, les autres éléments du décor nous sont
fournis par le pamphlet de E. von Böhm-Bawerk (1896) contre la théorie
de Marx (et, en passant, contre la défense qu’en fit W. Sombart) et par
la réplique d’Hilferding (1904). Les commentateurs marxistes ont trop
souvent concentré leur attention sur les trois premières sections de l’écrit
de 1896 et sur les réponses, assez aisées à formuler, qui leur furent adres-
sées en 1904. Les quatrième et cinquième sections : “L’erreur du système
marxien, son origine et ses ramifications”, et “L’apologie de Werner Som-
bart”, en revanche, furent négligées. Pourtant, reprenant et développant
des arguments déjà formulés en 1884, elles possèdent une portée critique
beaucoup plus importante que les premières. Y sont attaquées, en parti-
culier, la manière par laquelle Marx présente le concept de valeur, celle
par laquelle la valeur est rapportée au seul travail incorporé, et la dé-
duction du travail “abstrait”, substance de la valeur. Est mise en cause
la légitimité même d’un raisonnement en termes de “prix naturels” indé-
pendants de la demande. Enfin, c’est la signification réelle de la valeur
comme “donnée uniquement conceptuelle” (Sombart) qui est examinée
de manière corrosive. Il s’agit là, on le voit, d’autant de points délicats
souvent esquivés par les défenseurs du système de Marx.
C’est le mérite d’Hilferding que d’avoir tenté de répondre à un ar-
gument de poids : le caractère totalement arbitraire de l’identification
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 8
valeur/travail dans Le Capital. Il n’est pas sûr que ce point ait été bien
saisi par la suite : aussi convient-il de s’y attarder. Le raisonnement de
Roubine s’y rapporte fréquemment.
La critique adressée par Böhm-Bawerk repose sur l’hypothèse expli-
cite selon laquelle la théorie de la valeur-travail ne saurait être autre
chose qu’une théorie des rapports d’échange : la déduction par Marx de
la commensurabilité des marchandises et de l’égalité des valeurs dans
l’échange, via le travail abstrait, semble en dépendre. Hilferding, même
s’il se contredit lui-même par la suite, déplace la question. La loi de la
valeur n’est pas essentiellement une théorie des rapports d’échange, le
fondement de la valeur dans le travail n’est pas duit par Marx, ni dé-
montré, mais il traduit simplement et plus immédiatement l’objet même
de l’étude. “La question critique de Böhm, à laquelle Marx aurait ré-
pondu d’une manière aussi erronée, est la suivante : ‘de quel droit Marx
peut-il proclamer le travail comme le seul élément créateur de valeur ?’ ;
notre anti-critique doit donc en premier lieu démontrer que l’analyse de
la marchandise comporte la réponse” (Hilferding, 1904, pp. 129).
L’habileté d’Hilferding consiste à rechercher une “analyse de la mar-
chandise” différente de celle, traditionnelle, contenue dans les premières
pages du Capital. Reprenant un thème effleuré par Sombart, la réponse
met l’accent sur le caractère spécifique de la division sociale du travail
dans une société de marché généralisé. Ce thème figure explicitement,
bien entendu, dans de nombreuses pages de la Contribution et du Ca-
pital, surtout dans celles qui sont consacrées au “fétichisme de la mar-
chandise”. Mais c’est plutôt une lettre de Marx à Kugelmann, datée du
11 juillet 1868, qui a dû dicter à Hilferding les termes mêmes de sa ré-
plique 8. Marx y affirme en effet que “même si, dans mon livre, il n’y
avait pas le moindre chapitre sur la ‘valeur’, l’analyse des rapports réels,
8. Les lettres de Marx à Kugelmann furent publiées en 1902, à la mort de leur
destinataire. On sait d’autre part, aux dires de Hilferding, que la réplique à Böhm-
Bawerk, publiée en 1904, était rédigée pour l’essentiel à la fin de 1902. L’analogie
frappante entre la célèbre lettre datée du 11 juillet 1868 et les développements du
texte démontrent à notre avis qu’Hilferding n’a pu que s’en inspirer.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 9
que je donne, contiendrait la preuve et la démonstration du rapport de
valeur réel”. La signification des termes “rapports réels” et “rapport de
valeur réel” reste bien entendu à préciser. “Le bavardage sur la nécessité
de démontrer la notion de valeur”, poursuit Marx, “ne repose que sur
une ignorance totale, non seulement de la question dont il s’agit, mais
aussi de la méthode scientifique. N’importe quel enfant sait que toute
nation crèverait, qui cesserait le travail” (Marx à Kugelmann, 1849-1895,
p. 229). Contrairement à l’optique habituelle, l’analyse est alors menée
au niveau global des branches et de la répartition du “travail social”
De même cet enfant sait que les masses de produits corres-
pondant aux divers besoins exigent des masses différentes et
quantitativement déterminées de la totalité du travail social.
Il va de soi que cette cessité de la répartition du travail
social en proportions déterminées n’est nullement supprimée
par la forme déterminée de la production sociale : c’est la fa-
çon dont elle se manifeste qui peut seule être modifiée. (ibid.,
pp. 229-230)
Cette “nécessité” possède la force de “lois naturelles”. Mais, dans cette
perspective agrégée, que signifie à présent la notion de “valeur” ? Tout
simplement la “forme” spécifique par laquelle s’opère la répartition du
“travail social” dans une société où toute régulation de la production
fait a priori défaut. “Ce qui peut être transformé, dans des situations
historiques différentes, c’est uniquement la forme sous laquelle ces lois
[naturelles] s’imposent. Et la forme sous laquelle cette répartition pro-
portionnelle du travail se réalise, dans un état social où la structure du
travail social se manifeste sous la forme d’un échange privé de produits
individuels du travail, cette forme, c’est précisément la valeur d’échange
des produits” (ibid., p. 230).
Dans une société atomisée de producteurs indépendants, seul l’échange
forme le lien social qui fait défaut de prime abord. Le travail individuel,
privé, n’est pas immédiatement social, mais doit le devenir. Par quel
moyen? Par la preuve de son utilité sociale, c’est-à-dire par le fait que
son produit trouve un acquéreur sur le marché. Le rôle de l’échange, du
marché et, de manière implicite, de la monnaie, se trouve donc propulsé
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 10
au premier plan. C’est cette problématique que reprend Hilferding en
1904, dans les termes mêmes de la lettre à Kugelmann ; et qu’il résume
de manière fort claire en 1910 dans le premier chapitre du Capital Finan-
cier, en se référant davantage, cette fois, à l’analyse du “fétichisme de la
marchandise”
La communauté humaine de production peut être constituée
de deux façons. D’abord d’une façon consciente. La société —
que ce soit la famille patriarcale, le clan communiste ou la so-
ciété socialiste — se crée les organes qui fixent, en tant que re-
présentants de la conscience sociale, la quantité et le genre de
la production et répartissent entre ses membres le produit so-
cial. Comment, où et par quels moyens, dans les conditions de
production naturelles et artificielles existantes, de nouveaux
produits sont fabriqués, c’est ce que décide le pater familias
ou les représentants communaux, régionaux ou nationaux de
la société qui, connaissant soit par expérience personnelle les
besoins et les ressources de la famille, soit par tous les moyens
d’une statistique de la production et de la consommation les
besoins sociaux, déterminent d’une façon consciente toute la
vie économique d’après les besoins des communautés qu’ils re-
présentent et dirigent. Les membres d’une communauté ainsi
organisée entretiennent entre eux des rapports conscients en
tant que parties d’une même communauté de production. La
place qu’ils occupent dans le travail et la répartition de leurs
produits est soumise au contrôle central. Les rapports de pro-
duction apparaissent, dans la mesure où ils se rapportent à la
vie économique, comme des rapports sociaux déterminés par
l’ordre social et soustraits à leur volonté individuelle [. . .].
Il en est autrement dans la société dépourvue de cette organi-
sation consciente. Elle est composée d’individus indépendants
les uns des autres, dont la production apparaît comme une
affaire, non plus sociale, mais privée. Ils sont ainsi des proprié-
taires privés, contraints par le développement de la division
du travail d’entrer en relation les uns avec les autres; l’acte au
moyen duquel ils le font est l’échange de leurs produits. C’est
seulement par lui que la société éclatée dans ses atomes par
la propriété privée et la division du travail reçoit une certaine
cohérence. (1910, pp. 61-62 ; cf. aussi 1904, pp. 130-132)
L’échange et les rapports d’échange fixent la place de chacun dans la
production, dans la division sociale du travail, de manière indirecte et
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 11
contraignante. C’est là la forme de régulation propre à la société mar-
chande (1904, pp. 133-134)9. On voit donc en quoi, selon Hilferding, le
fondement de la “valeur” dans le “travail” découle de la manière même
de poser le problème et ne nécessite aucune autre “démonstration”. La
“valeur” n’est que l’aspect “social” de la marchandise, la valeur d’usage
en représentant le côté “naturel”. C’est là le premier sens de l’expression
de Marx selon laquelle la valeur doit être ramenée au “temps de travail
socialement nécessaire”. “Mais ce temps de travail n’est pas exprimé di-
rectement comme tel, comme par exemple dans la société imaginée par
Rodbertus, où l’autorité centrale fixe pour chaque produit le temps de
travail socialement valable. Il n’apparaît que dans la mise à égalité d’une
chose avec une autre dans l’échange. Dans ce dernier, par conséquent, la
valeur d’une chose, son coût de production social, n’est pas exprimée en
tant que telle, comme travail de huit, dix ou douze heures, mais comme
quantité déterminée d’une autre chose” (1910, p. 66), la monnaie (ibid.,
p. 67).
La représentation de la valeur, ce rapport social, dans une
autre chose [.. .] découle ainsi directement de la nature de la
production de marchandises et en est inséparable. Car ce n’est
que par le fait que le bien de l’un devient marchandise et par
là le bien de l’autre que naît le rapport social de ses membres
propre à la production de marchandises, leur rapport en tant
qu’échangeurs de leurs biens. C’est seulement l’échange une
fois accompli que le producteur sait si sa marchandise satisfait
vraiment un besoin social et s’il a bien employé son temps de
travail. Il se voit confirmé dans sa qualité de membre pleine-
ment valable de la société productrice de marchandises, non
pas par une personne qui pourrait parler au nom de cette
société [. . .] mais par une chose qu’il reçoit en échange de la
sienne. (ibid., pp. 66-67)
9. Roubine (1928, p. 117) utilise à ce sujet une image assez juste. “Les fluctuations
des prix du marché sont bien un baromètre, un indicateur du procès de répartition
du travail social qui se déroule dans les profondeurs de l’économie. Mais c’est un
baromètre d’un genre très particulier : il ne se contente pas d’indiquer le temps qu’il
fait, il intervient pour le corriger.”
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 12
IV
Parvenus à ce point, nous pouvons imaginer sans trop de mal com-
ment la problématique de Hilferding pouvait être tout à la fois la bien-
venue et fort embarrassante. Si elle parait réfuter directement un ar-
gument important de la critique de Böhm-Bawerk, elle n’en pose pas
moins d’importants problèmes à la théorie marxiste elle-même, dans son
interprétation habituelle. Le rôle du marché et de l’échange, et non de
la “production” proprement dite, comme lieu de socialisation des indivi-
dus peut surprendre, surtout si l’on songe qu’il conteste implicitement le
contenu de la théorie de la valeur-travail. “Le travail est donc le principe
de la valeur, et la loi de la valeur est une réalité : non pas parce que le
travail constitue le fait techniquement le plus important, mais parce qu’il
est le lien social qui rassemble la société décomposée en atomes” (Hil-
ferding, 1904, p. 134) 10. Cette simple phrase, qui résume les développe-
ments précédents, n’est certes pas anodine : elle implique une conception
très particulière de l’économie politique et de ses concepts, sociologique
et historique, limitée à l’étude du mode de production capitaliste et de
sa réalité réifiée. Mais Böhm-Bawerk eût pu légitimement rétorquer que
cette caractérisation est insuffisante et que la loi de la valeur de Marx
comporte un aspect quantitatif incontournable qui semble ici laissé de
côté. L’approche de R. Hilferding est elle conciliable avec la définition de
la valeur comme la quantité de travail “socialement nécessaire” incorpo-
rée dans une marchandise? La perspective globale, sociologique, n’est-elle
pas ici en conflit avec celle, individuelle et technique, liée au travail dé-
pensé ? Tout comme Marx, Hilferding ne voit aucune contradiction entre
les différents aspects de l’analyse :
Une fois le résultat du procès social de production ainsi ca-
ractérisé au plan qualitatif, il est quantitativement déterminé
par la masse totale du travail employé. Comme partie aliquote
10. Cf. Roubine (1928, p. 95) : “toute la critique de Böhm-Bawerk résiste ou s’ef-
fondre en même temps que les hypothèses sur lesquelles elle repose : à savoir que les
premières pages du Capital forment la seule base sur laquelle Marx a construit sa
théorie de la valeur. Rien n’est plus faux que cette conception”.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 13
du produit social du travail [.. .] la marchandise individuelle
est déterminée quantitativement par la proportion du temps
de travail total qui y est contenue. (1904, p. 132)
Pourtant, comment concilier cette affirmation avec les déclarations
précédentes, selon lesquelles la quantité de travail qui forme la valeur ne
peut être exprimée comme telle, avant l’échange, et que ce n’est qu’une
fois celui-ci effectué que la grandeur de valeur peut être connue? La
valeur ne semble plus déterminer les rapports d’échange, mais les rap-
ports d’échange la valeur et appeler celle-ci “quantité de travail” validée
par l’échange apparaît purement arbitraire. Simple question taxinomique,
mais qui embrouille l’analyse.
On perçoit alors l’important enjeu du déplacement de la détermi-
nation de la grandeur de valeur au niveau global de la société et des
branches. Considérer que “le produit total du travail se représente comme
valeur totale qui, dans la marchandise isolée, apparaît quantitativement
comme valeur d’échange” (1904, p. 131), n’est-ce pas en quelque sorte
neutraliser le marché? La quantité globale de valeur, déterminée par le
“travail social”, est donnée et ne fait que se répartir différemment sur les
diverses masses de marchandises suivant le volume des besoins sociaux.
Elle recouvre ainsi de manière adéquate, partielle ou fort imparfaite les
quantités de travail effectivement dépensées suivant les branches ou, à
l’intérieur de celles-ci, suivant les différents producteurs. L’échange ne
crée donc rien et ne fait tout au plus qu’opérer des “transferts”, si l’on
veut raisonner par analogie avec le schéma de la “transformation” (dont
Hilferding a pu s’inspirer) et bien qu’ici ce terme soit inadéquat.
Telle est donc la logique de la problématique de Hilferding, telle qu’elle
peut être extraite, selon nous, des passages assez brefs et confus consacrés
à ce dernier point. “Il s’agit de trouver la loi de cette société en tant
que communauté de production et par conséquent de travail. Le travail
individuel apparaît [. . .] sous un aspect nouveau, en tant que partie du
travail collectif dont dispose cette communauté de production” (1910, p.
64). “Mais la quantité [de marchandises] transformée en échange ne vaut
que comme partie de la quantité de production sociale. Celle-ci à son
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 14
tour est déterminée par le temps de travail que la société a dû employer
à la fabrication du produit global. La société est considérée ici comme
une unité qui a fabriqué son produit avec toute sa force de travail et
le travailleur isolé en tant qu’organe de la société ; celui-ci ne participe
au produit que dans la mesure où sa force de travail correspond à la
moyenne de la force de travail totale, supposée donnée selon l’intensité
et la productivité” (p. 65). Si ce travailleur a produit trop lentement, ou
bien des choses inutiles, précise Hilferding, “son travail est ramené à du
travail moyen (temps de travail socialement nécessaire)”.
Tout ce raisonnement, bien entendu, indépendamment des problèmes
qu’il pose au plan de sa logique interne (l’articulation des deux niveaux
de l’analyse, individuel-privé et agrégé-social) est suspendu à la définition
que l’on peut fournir de ce “travail collectif”, ou “social”. S’agit-il d’une
structure ou d’une somme ? La première solution (un vecteur de travaux
concrets) n’a guère de sens ici. S’il s’agit d’une somme, que devons-nous
additionner ? Tous les travaux effectués dans la production marchande ?
Ou bien ceux qui ont été socialement validés par l’échange ? Le deuxième
cas supposant le problème résolu, seul le premier doit être retenu : il
correspond d’ailleurs à l’idée, exprimée plus haut, de la correspondance
privé/social. De toute manière se pose le problème de l’homogénéité des
grandeurs à agréger. Et sur ce point, Hilferding reste évasif. Lorsqu’il
parle du processus d’abstraction du travail, il renvoie à la détermination
sociale ; lorsqu’il aborde la question du “travail collectif”, il parle de travail
“abstraitement humain”, ou “humain général”. En bref, il ne se rend pas
compte que le problème du processus d’abstraction du travail chez Marx,
soulevé par Böhm Bawerk, et auquel il avait cru répondre (1904, pp. 131-
132), se pose toujours avec autant d’acuité et ne disparaît pas du simple
fait du changement de niveau de l’analyse.
V
Une certaine orthodoxie l’emporte donc chez R. Hilferding, lui faisant
manquer son but. Mais la problématique qu’il a dégagée va pouvoir vivre
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 15
de manière autonome, bien que discrète. A notre connaissance, de très
rares auteurs la firent leur. On la retrouve chez Nicolas Boukharine, au
début de L’Économie politique du rentier (1919, pp. 58-59) où elle est
exposée en liaison avec le problème du fétichisme de la marchandise et
du thème connexe de la fin simultanée du mode de production capita-
liste et de l’économie politique en tant que science. On la trouve bien
entendu développée avec la plus grande ampleur chez I. I. Roubine. Mais
il convient de ne pas négliger un important chaînon intermédiaire : Rosa
Luxemburg.
Pourquoi cette raréfaction du thème? Il aura sans doute suffi à toute
une génération de savoir, souvent par ouï-dire, que l’essai de 1904 avait
“définitivement” réfuté Böhm-Bawerk pour qu’elle ne se préoccupe plus de
ces questions : elle pouvait s’en tenir plus sûrement à la vulgate engelso-
kautskienne (et bientôt léniniste) et, éventuellement, compter les points
dans les autres débats (autour de l’appréhension théorique de l’impéria-
lisme, en particulier, puis de la construction de la société soviétique).
Disputer sur la valeur était l’affaire des adversaires de la seconde, puis
de la troisième Internationale. L’évolution politique ultérieure de R. Hil-
ferding contribua aussi à discréditer ses propres principes, tout comme la
position minoritaire de R. Luxemburg et son échec final ensevelirent sa
pensée sous l’opprobre et l’oubli qui sont le lot des vaincus. Le stalinisme
fit le reste.
Par comparaison avec les développements précédents, l’optique pro-
posée par R. Luxemburg représente tout à la fois un recul partiel et une
très sérieuse avancée stratégique : recul partiel dans la mesure où, pour
conserver une cohérence au propos, elle reste moins fidèle que R. Hilfer-
ding à l’optique globale adoptée et se rabat sur un mécanisme économique
classique ; mais avancée importante de par le développement rigoureux
qu’elle imprime à tous les thèmes socio-économiques. Ce dernier point
est sensible si l’on compare les premières pages de L’Accumulation du
capital (1913), dans lesquelles le problème de la coordination n’est que
rappelé, à l’Introduction à l’économie politique (ouvrage posthume, 1925)
où il est magistralement précisé et développé (chapitre 4, pp. 214-250,
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 16
en particulier, pour ce qui concerne la société marchande), jusqu’à en
informer la structure même de l’essai. Mieux qu’Hilferding, et avec une
acuité théorique remarquable, R. Luxemburg fait le lien avec la théorie
du fétichisme 11 (ibid., chapitre 1) dont un aspect consiste en l’identifica-
tion des catégories de l’économie politique à des rapports sociaux réifiés
(par exemple : ibid., pp. 214-224), et avec le caractère nécessairement
monétaire de l’échange marchand (pp. 227 et suivantes).
En réalité, l’échange de marchandises sans argent est impen-
sable et les variations de prix qu’on voulait supprimer sont
le seul moyen d’indiquer aux producteurs de marchandises
s’ils produisent trop ou trop peu d’une marchandise, s’ils em-
ploient à leur production plus ou moins de travail qu’il ne
faut, s’ils fabriquent les marchandises qu’il faut ou non. Si
l’on supprime cet unique moyen de s’entendre entre produc-
teurs de marchandises isolés dans une économie anarchique,
ces derniers sont complètement perdus, ils ne sont pas seule-
ment sourds-muets, mais aveugles. La production s’arrête et
la tour de Babel capitaliste s’effondre. Les plans socialistes
qui voudraient faire de la production marchande capitaliste
une production socialiste par la seule suppression de l’argent
sont donc une pure utopie. (ibid., pp. 249-250)
Bien entendu, tous les problèmes se posent de nouveau : quel rap-
port établir, notamment, avec la théorie de la valeur-travail ? Comment
préciser le rôle du marché? “Un travail, aussi sérieux et solide soit-il,
n’a pas dès l’abord un but et une valeur du point de vue social, seul
le produit qui peut s’échanger a de la valeur; un produit que personne
n’accepte en échange est sans valeur, c’est du travail perdu, aussi solide
et bon soit-il” (ibid., p. 219), du travail qui reste privé et ne devient pas
11. Roubine considère la théorie du fétichisme comme de la plus haute importance.
Il lui consacre sept chapitres (1928, pp. 19-91). Cf. ibid, p. 23 : “Marx ne montre
pas seulement que les rapports humains sont voilés par des rapports entre les choses,
mais en outre que, dans l’économie marchande, les rapports sociaux de production
prennent inévitablement la forme de rapports entre les choses et ne peuvent être
exprimés autrement qu’au travers de choses. La structure de l’économie marchande
fait jouer aux choses un rôle social particulier et extrêmement important et leur fait
ainsi acquérir des propriétés sociales particulières [. . .]. La théorie du fétichisme de
la marchandise se transforme en une théorie générale des rapports de production de
l’économie marchande, en une propédeutique à l’économie politique”.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 17
social. C’est sur ce point que R. Luxemburg marque un léger retrait par
rapport à la tentative de R. Hilferding. En premier lieu, sa définition
du “travail social” global “comme somme des travaux des membres de la
société les uns pour les autres” (ibid., note 1) semble impliquer, eu égard
au contexte, le rôle effectif (et non seulement potentiel) de l’échange ; les
marchandises “surproduites [. . .] ne sont pas du travail social” (ibid., p.
220, note ; avec cette remarque : “Rapport avec le besoin. . .”). Définition
ad hoc, donc, selon toute vraisemblance : qui ne fait que nous ramener
aux questions de taxinomie soulignées auparavant. Il est clair, en second
lieu, que R. Luxemburg abandonne la définition “globale” de la valeur dès
qu’elle passe à un discours proprement “économique”. Sa cohérence est
donc différente de celle d’Hilferding. Elle consiste simplement à éviter le
problème soulevé et à se rabattre sur le mécanisme classique de la gra-
vitation des prix de marché autour des prix naturels : c’est du moins ce
que l’on peut déduire des propos tenus dans les premières pages de L’Ac-
cumulation du capital (1913, tome 1, pp. 24-25). Solution toute verbale,
on le voit aujourd’hui, puisque le mécanisme de la gravitation, pour dire
le moins, suppose clairement défini tout ce que la problématique retenue
remet précisément en cause, et exige lui-même d’être démontré.
VI
Tel est l’héritage théorique assumé par Roubine au beau milieu de
controverses dont les thèmes nous sont donnés par les titres des ar-
ticles et ouvrages cités dans les Essais de 1928, mais qui restent encore
très mal connues (pour un exemple, cf. 1929b). Face aux analyses par-
tiellement convergentes, rappelées ci-dessus, et aux multiples questions
qu’elles posent, Roubine tente de clarifier au mieux les différentes posi-
tions théoriques et, par une analyse aussi précise et logique que possible
des œuvres de Marx, de définir avec rigueur les concepts employés et
leurs rapports réciproques au sein du Capital.
Il a fallu attendre le travail de Hilferding pour que l’on com-
mence à comprendre correctement le caractère sociologique
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 18
de la théorie de la valeur de Marx. Le point de départ de
cette théorie est un cadre social donné, une société possédant
une structure de production déterminée. Cette conception a
souvent été défendue par les marxistes; mais, jusqu’à Hil-
ferding, personne n’en avait fait la pierre angulaire de tout
l’édifice de la théorie de la valeur de Marx. Hilferding mérite
des louanges, malheureusement il s’est contenté de traiter les
problèmes de la théorie de la valeur de façon générale, sans
en présenter la base de façon systématique. (Roubine, 1928,
p. 96)
Bien entendu, il n’est pas question de passer ici en revue tous les as-
pects du commentaire de Roubine. Nous ne retiendrons que ce qui peut
se présenter, de manière directe, comme une tentative de solution ou un
éclaircissement des problèmes soulevés dans les pages qui précèdent. Afin
de mieux cerner ceux-ci, il convient de rappeler de nouveau le point de
départ de l’analyse : l’inversion pure et simple de la démarche tradition-
nelle. Le développement théorique ne part plus de la valeur, du rapport
d’échange, pour remonter à la substance de la valeur qui forme sa gran-
deur, le travail, mais part du “travail” pour caractériser le concept de
“valeur”. Roubine ne se lasse pas de souligner cet aspect, de manière fort
claire.
Notre point de départ n’est pas ici la valeur mais le travail.
La conception qui veut que Marx soit parti des phénomènes
qui se rapportent à la valeur dans leur expression matérielle
et les ait analysés, pour en arriver à la conclusion que le ca-
ractère commun des choses qui s’échangent et se mesurent
ne peut être que le travail, est une conception fausse. Le rai-
sonnement de Marx se déroule exactement en sens inverse.
Dans l’économie marchande, le travail des producteurs mar-
chands individuels, qui a directement la forme de travail privé,
ne peut acquérir le caractère de travail social, c’est-à-dire ne
peut-être intégré au procès de connexion et de coordination
mutuelles que par l’intermédiaire de la “valeur” des produits
du travail. Le travail, en tant que phénomène social, ne peut
être exprimé que par la valeur. La spécificité de la théorie de
la valeur-travail de Marx tient à ce que Marx ne la fonde pas
sur les propriétés de la valeur, c’est-à-dire sur l’évaluation et
la mise en équivalence des choses, mais sur les caractéristiques
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 19
qui sont celles du travail dans l’économie marchande, c’est-à-
dire sur l’analyse de la structure du travail et des rapports de
production. (1928, p. 121 ; cf. aussi ibid, pp. 96-97)
Ainsi, “ce sont les rapports mutuels entre les différentes espèces de tra-
vaux dans le procès de leur répartition” (p. 104) qui constituent l’objet
de la théorie de la valeur. Dans cette perspective, c’est l’aspect qualita-
tif de la loi de la valeur qui est tout d’abord souligné : c’est-à-dire son
caractère sociologique, historique, comme expression de rapports sociaux
réifiés. Mais cette démarche inversée est-elle capable de récupérer égale-
ment l’aspect quantitatif de la valeur-travail, ce sur quoi la présentation
traditionnelle insiste de manière presqu’exclusive? C’est ce que prétend
Roubine, qui reproche par ailleurs à F. Petry 12 d’avoir rejeté le côté
quantitatif de l’affaire après avoir insisté, avec raison, sur le fondement
sociologique de la conception de Marx. Dès lors, les questions soulevées
précédemment se posent de nouveau : qu’est-ce que la valeur s’il ne s’agit
pas uniquement de la “forme de l’échangeabilité” des produits du travail?
Comment définir le travail social et le travail abstrait, s’il ne s’agit pas là
non plus de simples caractéristiques qualitatives, mais aussi de grandeurs
qui peuvent et doivent être déterminées ? Enfin, quel rôle l’échange et le
marché jouent-ils dans cette construction? Malgré son effort d’analyse,
Roubine ne parvient pas, en définitive, à recoller les morceaux du vase
qu’il a lui-même, par sa rigueur, achevé de briser. En ce sens, après les
écrits de R. Hilferding et de Rosa Luxemburg, l’œuvre de Roubine re-
présente sans doute, sous cet aspect, le point ultime d’un commentaire
marxiste de Marx.
Les Essais de 1928 tentent donc de mener simultanément une double
analyse, quantitative et qualitative, en partant d’un concept premier,
celui de “travail”. Il nous incombe ici de démêler au mieux l’enchevêtre-
ment des thèmes, afin d’examiner le bien fondé et la cohérence d’une telle
articulation.
L’analyse qualitative nous est déjà familière. La structure d’une éco-
12. Cf. 1928, pp. 127 et 183. Sur Petry, cf. notre ouvrage, 1983, chapitre 13.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 20
nomie marchande exige que le lien social se noue sur le marché, par le
biais de l’échange des produits. L’égalité des produits dans l’échange, leur
permutation, induit l’égalité sociale des producteurs indépendants, et par
là l’égalité de leurs travaux. Mais peut-on préciser la nature de cette
“égalité” qui transforme le travail privé en travail social ? Trois types de
“travail égal” doivent être distingués : le travail “physiologiquement égal”,
le travail “socialement égalisé” et le travail “abstrait” (1927, Il ; 1928, cha-
pitre Il). Roubine, qui critique par ailleurs la conception physiologique
du travail abstrait (1928, chapitre 14), écarte immédiatement la première
signification. En opposition avec la conception sociologique et historique
de Marx, le concept de travail physiologique ne peut être qu’une condi-
tion très générale de la division du travail, de la répartition variable du
travail au sein de la société : “ce travail physiologiquement homogène
n’est pas l’objet mais plutôt le présupposé de la recherche économique.
En réalité, si le travail en tant que dépense d’énergie physiologique est
un présupposé de toute économie humaine, l’homogénéité physiologique
du travail est alors un présupposé biologique de toute division sociale du
travail” (ibid, p. 188).
Il reste le travail socialement égalisé et le travail abstrait. Dans la me-
sure où, dans des économies organisées, le travail concret est d’emblée so-
cial, le concept de travail abstrait est spécifique à l’économie marchande :
il signifie que le processus de socialisation, lié à l’échange, égalise les dif-
férentes formes de travaux de manière indirecte, en faisant abstraction
de tout caractère concret des marchandises et du travail. En outre, dans
une économie “planifiée”, le travail n’est pas nécessairement “égalisé”, ou,
tout au moins, ce caractère représente un aspect secondaire du processus
de répartition du travail social (pp. 102, 137-138). Dans une économie
marchande, en revanche, le travail ne devient social que parce qu’il est
“égalisé”, et il n’est “égalisé” que parce qu’on fait “abstraction” de toute
différence sur le marché13 :
Donc, si l’on compare une économie marchande à une com-
13. Sur ce point, Roubine ne fait que reprendre Hilferding.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 21
munauté socialiste, il semble qu’il y ait eu une permutation de
deux propriétés du travail, la propriété d’être social et la pro-
priété d’être socialement égalisé. Dans la communauté socia-
liste, la propriété qu’a le travail d’être égal ou égalisé était le
résultat du procès de production, des décisions de production
que prenait un organisme social qui socialisait et répartissait
le travail. Dans l’économie marchande, le travail ne devient
social que dans la mesure où il est égalisé à toutes les autres
formes de travail, dans la mesure où il se trouve socialement
égalisé. Le travail social ou socialement égalisé, sous la forme
spécifique qu’il revêt dans une économie marchande, peut être
appelé travail abstrait. (p. 139)
A l’évidence, cependant, le terme “égal” ne comporte pas ici de conno-
tation quantitative ou “substantielle”. Il ne désigne que la mise en corres-
pondance d’un type donné de travail avec tous les autres par le biais de
l’échange. Il confirme l’égalité sociale des producteurs indépendants.
Dans cette problématique sociologique, et muni de cette première défi-
nition, Roubine opère ensuite un rapprochement entre le travail abstrait,
la valeur et le travail. Puisqu’on sait que les prix de marché font office de
baromètres correcteurs (ci-dessus, note 9), la répartition du travail social
varie sous l’effet des modifications des rapports d’échange.
Un climat donné peut en remplacer un autre même sans l’in-
dication d’un baromètre. Mais une structure donnée de la
répartition du travail social ne succède à une autre que par
l’intermédiaire des fluctuations des prix du marché, et sous
la pression de ceux-ci. Si le mouvement des prix du marc
est le lien qui relie deux structures successives de la réparti-
tion du travail dans l’économie sociale, nous sommes fondés à
supposer une étroite relation interne entre l’activité de travail
des agents économiques et la valeur. Nous chercherons alors
l’explication de cette relation dans le procès de la production
sociale, c’est-à-dire dans l’activité de travail des hommes, et
dans les phénomènes qui sont extérieurs à la sphère de la
production ou qui ne sont pas reliés à celle-ci par un lien
fonctionnel permanent. (pp. 117-118)
Est ainsi renoué un lien entre la valeur, le travail abstrait et le procès
de travail. Ce lien n’est évidemment pas celui qui, habituellement, est
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 22
souligné. Il ne dit apparemment rien, en particulier, sur la détermination
quantitative des rapports d’échange (cf. ci-dessous, § VIII). Mais le voca-
bulaire traditionnel est conservé, et cela permet à Roubine d’opérer une
connexion avec l’analyse quantitative.
Par l’intermédiaire du travail abstrait, la valeur se rapporte
à la fois à la forme sociale du procès social de production et
à son contenu matériel-technique. (ibid., p. 112)
Le passage à ce second type d’analyse s’opère insensiblement, bien
qu’il comporte, si l’on y prend garde, de substantielles modifications.
La définition du processus d’abstraction est apparemment conservée (p.
112), mais le travail abstrait est cette fois ramené au concept de “travail
socialement nécessaire”, ce dernier étant défini par Roubine comme le tra-
vail techniquement nécessaire en moyenne (quelle que soit la définition de
cette moyenne : cf. chapitre 16, 1928), à la production d’une marchandise
donnée. L’auteur renoue ici avec l’analyse traditionnelle, technique, du
“travail incorporé”. Le rôle du marché, de l’échange, s’estompe, et seule
les conditions de production importent. L’analyse quitte le niveau glo-
bal et social pour revenir à un aspect individuel et privé qui informe de
nouveau toute la fin des Essais : chapitres 16 à 18, et une bonne partie
des chapitres antérieurs. Unique écho des considérations précédentes : la
fréquente apparition du mécanisme de gravitation qui est censé annuler,
comme chez Rosa Luxemburg, les perturbations dues à l’intrusion du
marché :
Le mécanisme qui supprime surproduction et sous-production
et provoque la tendance au rétablissement de l’équilibre entre
les différentes branches de production de l’économie, c’est
l’écart des prix de marché par rapport aux valeurs. L’échange
de deux marchandises différentes à leur valeur correspond à
l’état d’équilibre entre deux branches de la production. (ibid.,
p. 101)
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 23
VII
Manifestement, I. I. Roubine est convaincu d’être parvenu à réunir
les deux aspects de l’analyse de Marx. “La définition de la valeur comme
expression de rapports de production entre les hommes ne contredit pas
sa définition comme expression du travail abstrait, telle que nous l’avons
donnée ci-dessus. La différence tient seulement à ceci : auparavant, nous
avons analysé la valeur sous son aspect quantitatif (comme grandeur),
alors qu’il s’agit maintenant de son aspect qualitatif (comme forme so-
ciale). De la même façon, le travail abstrait a d’abord été présenté sous
son aspect quantitatif, alors qu’on l’étudie maintenant sous son aspect
qualitatif, c’est-à-dire comme travail sous une forme spécifique qui pré-
suppose que les hommes entrent dans des rapports de production en tant
que producteurs de marchandises” (ibid., p. 107).
La reconstruction du discours nous mène cependant à une conclusion
toute différente : l’unité théorique n’est qu’illusoire, et ne repose que sur
un vocabulaire commun qui revêt, dans chaque type d’analyse, une accep-
tion différente. Quoi qu’en dise l’auteur, le fait d’avoir renversé l’analyse
traditionnelle pour établir la conception sociologique de la loi de la valeur
ne l’autorise pas à reprendre en sous-main l’optique habituelle afin de dé-
terminer les rapports d’échange normaux. Les deux logiques s’opposent
radicalement 14. L’assimilation n’est possible que par abus de langage :
parce que l’on nomme travail “abstrait”, ou travail “égal”, deux réalités
différentes, parce que l’on assimile les mouvements de prix et le rôle du
marché, propres à l’optique historique, avec le mécanisme classique de la
gravitation, et parce que l’on dégage pour cette conception historique un
lien valeur/travail abstrait/procès de production qui ne possède qu’un
vague rapport d’homonymie avec l’analyse du “travail incorporé”. Malgré
toutes ses qualités, le raisonnement de Roubine se trouve, sur ce plan,
sans cesse engagé dans une rhétorique reposant sur de pures analogies
verbales 15. L’orthodoxie finit aussi par triompher. Le passage suivant,
14. Cf. Faccarello 1983, chapitres 5 et 14.
15. Le caractère ambigu des propositions de Roubine n’a évidemment pas échappé
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 24
mêlant les différents niveaux d’analyse, en est un exemple.
La grandeur de la valeur d’échange change en fonction de la
quantité de travail abstrait socialement nécessaire, mais, du
fait du double caractère du travail, les modifications dans la
quantité de travail abstrait socialement nécessaire résultant
de modifications dans la quantité de travail concret, donc du
développement du procès matériel-technique de production,
en particulier de la productivité du travail. Ainsi le système
de la valeur tout entier est-il fondé sur un grandiose système
de comptabilité et de comparaison sociales spontanées des
produits des travaux de diverses espèces, exécutés par des
individus différents et figurant comme des fractions du tra-
vail social abstrait total. Ce système est caché et n’apparaît
pas à la surface des événements. A son tour, ce système de
travail social abstrait total est mis en mouvement par le déve-
loppement des forces productives matérielles, facteur ultime
de développement de toute société. La théorie de la valeur
de Marx se trouve ainsi reliée à sa théorie du matérialisme
historique. (pp. 167-l68)
VIII
Une bonne illustration des conclusions précédentes consiste à exa-
miner ce que Roubine dit du “travail social” et du rôle du marché. Ses
hésitations à ce sujet sont perceptibles et traduisent bien le heurt de deux
problématiques opposées et inconciliables.
Le travail social global, tout d’abord, est conçu comme la somme des
quantités de travail dépensées dans les différentes branches de produc-
tion. Cette définition est implicite et forme la toile de fond de nombreux
passages. “La production de tissu peut [. . .] ou bien dépasser la demande
[. ..], ou bien rester en deçà de celle-ci [. . .]. En d’autres termes, la quan-
tité de travail social qui est dépensée dans la production de tissu est ou
bien trop grande, ou bien pas assez grande” (ibid., p. 100). “Le travail
est social lorsqu’on le considère en tant que fraction de la masse totale
de travail social [sic] homogène ou, comme Marx le dit fréquemment, si
à ses contradicteurs. Cf. 1929b.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 25
on le considère du point de vue de son ‘rapport au travail total de la
société’ (p. 193). Ou encore (pp. 101-102) :
Une heure de travail du bottier et une heure de travail du tis-
serand sont égales l’une à l’autre, chacune représentant une
portion égale du travail total de la société, réparti entre toutes
les branches de la production. Le travail créateur de valeur
apparaît ainsi non seulement comme du travail quantitative-
ment réparti, mais aussi comme socialement égalisé (ou égal)
ou, plus brièvement, comme du travail “social”, au sens de
masse totale de travail égal et homogène dont dispose la so-
ciété dans son ensemble.
Cette optique présuppose à l’évidence la problématique traditionnelle
dans laquelle le travail est considéré comme “abstrait” dès le procès de
production, et donc agrégeable puisque homogène. Le processus d’abs-
traction pose évidemment problème.
D’autres passages, en revanche, définissent le travail social comme
celui qui est validé par l’échange, qui a produit une marchandise trouvant
acquéreur. L’accent est mis ici sur l’échange réel, et non sur la simple
production en vue de l’échange.
Les travaux privés des producteurs marchands isolés sont liés
aux travaux de tous les autres producteurs de marchandises
et ils ne deviennent du travail social que si le produit d’un
producteur particulier est mis en équivalence, en tant que va-
leur, avec toutes les autres marchandises [. . .]. Cela signifie
que les travaux privés des individus isolés n’acquièrent pas le
caractère de travail social sous la forme concrète sous laquelle
ils ont été dépensés dans le procès de production, mais qu’ils
l’acquièrent seulement dans l’échange, qui représente une abs-
traction des propriétés concrètes des objets particuliers et des
formes spécifiques des travaux [.. .]. Cette mise en équivalence
des travaux comporte tout d’abord un aspect préliminaire de
“représentation dans la conscience”. Mais elle doit toutefois
s’accomplir dans l’acte d’échange réel. (p. 108)
L’analyse est reprise au chapitre 14 (ibid., pp. 194-195), après que
Roubine ait précisé le rôle essentiel joué par l’équivalent général (chapitre
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 26
13). L’échange de l’habit contre de l’or “égalise” le travail du tailleur avec
celui du producteur d’or et “se trouve ainsi égalisé et mis en relation avec
toutes les formes concrètes de travail. Egalisé avec ces formes, comme
forme de travail égale à elles, le travail du tailleur se transforme de travail
concret en travail général ou abstrait. Étant mis en relation avec les autres
travaux dans le système unifié du travail social total, le travail du tailleur
se transforme de travail privé en travail social. L’égalisation globale (par
l’intermédiaire de la monnaie) de toutes les formes concrètes de travail et
leur transformation en travail abstrait créent simultanément entre elles
une connexion sociale qui transforme le travail privé en travail social” (pp.
178-179) 16. C’est ici l’optique sociologique qui prévaut, la détermination
quantitative posant, à son tour, problème.
Confronté à ces difficultés, l’embarras de Roubine devient visible lors-
qu’il tente de répondre à ses critiques (pp. 200 et suivantes). A la ques-
tion de savoir, par exemple, si le travail abstrait tel qu’il le définit (une
“substance sociale”) est susceptible de recevoir une détermination quanti-
tative, il ne fait que réaffirmer, somme toute, sa position 17, et le parallèle
qu’il trace avec la mesure du travail (à notre avis tout aussi probléma-
tique) dans une société socialiste n’est guère convaincant. Quant à la
question du rôle de l’échange, il tente de la contourner en distinguant
l’échange proprement dit, phase succédant à la production, de l’échange
en général, structure de la société marchande 18. Le travail abstrait résul-
terait de l’échange au second sens, et préexisterait au premier. Roubine
ne peut cependant s’empêcher d’ajouter que cette préexistence n’est fina-
lement que virtuelle et “reste soumise à une vérification très brutale dans
le procès d’échange” (p. 205) au premier sens du terme. Pour ajouter :
16. On trouve même, enfin, des formulations intermédiaires dans lesquelles le travail
social semble désigner la totalité des travaux effectués et le travail abstrait la fraction
qui en est validée par l’échange. Cf. 1927, p. 21 : “on désigne par travail abstrait toute
partie du travail social total, qui, dans le procès de division sociale du travail, est
égalisée par la comparaison des produits du travail sur le marché”.
17. Cf. 1928, p. 208 : “Travail abstrait signifie ‘détermination sociale du travail’,
valeur signifie ‘propriété sociale du produit du travail’ ”.
18. Cf. 1928, pp. 203-205.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 27
“Tout cela montre qu’il ne faut pas envisager le problème de façon trop
littérale” (p. 206).
On nous permettra d’être d’un avis tout opposé. Si le problème doit
être résolu, c’est précisément en prenant au pied de la lettre toutes les
affirmations de Marx et en n’en négligeant aucune. C’est là le prix à
payer pour l’intelligibilité de son discours et la reconstruction d’une pos-
sible cohérence, dépassant du même coup tout discours réducteur qui ne
ferait que choisir les passages qui lui conviennent. Mais il est vrai que
l’ordre de cette cohérence n’implique pas nécessairement la cohésion des
propositions qui la composent. Il nous semble cependant que c’est à ce
réexamen que nous invite la logique inaugurée par Hilferding et interrom-
pue avec Roubine. Peut-être affirmera-ton que celui que nous proposons
par ailleurs, et dont cette note historique forme le complément, n’est pas
la seule voie praticable. C’est possible, et même probable : mais au moins
convient-il de prendre enfin au sérieux les nombreuses interrogations for-
mulées au cours des années 1883-1933. Elles recouvrent, même de manière
confuse, de réelles difficultés que seul le dogmatisme a pu occulter 19.
Références
Backhaus, Hans-Georg (1967), “Zur Dialektik der Wertform”, dans Alfred
Schmidt (dir.), Beiträge zur marxistischen Erkenntnistheorie, Francfort sur le
Main : Suhrkamp. Repris dans H.G. Backhaus, Dialektik der Wertform. Un-
tersuchungen zur Marxschen Ökonomiekritik, Fribourg : Ca Ira Verlag, 1997,
pp. 41-64.
Besnier, Bernard (1976), “Conrad Schmidt et les débuts de la littérature écono-
19. Nous n’avons abordé ici qu’un aspect, essentiel il est vrai, de la pensée de I.
I. Roubine. D’autres problèmes, telle la déduction dialectique des concepts dans Le
Capital, sont laissés de côté : nous avons par ailleurs tenté d’en rendre compte (1983,
chapitres 15 et 16). Notons enfin que si Roubine raisonne sur la “valeur” et l’“économie
marchande simple”, alors qu’il refuse l’interprétation historique d’Engels, c’est que cet
aspect des choses possède à ses yeux un statut logique. Pour d’autres considérations
sur les Essais, on pourra se reporter à C. Colliot-Thélène (1979), A. Neusüss-Fögen
(1973), F. Perlman (1972), Projekt Klassenanalyse (1975) et A. Cutler, B. Hindess,
P. Hirst et A. Hussein (1977).
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 28
mique ‘marxiste’”, dans VV.AA., Histoire du Marxisme Contemporain, Paris :
U.G.E. 10/18, tome 1, pp. 383-445.
Böhm-Bawerk, Eugen von (1884), Kapital und Kapitalzins. Erste Abtheilung :
Geschichte und Kritik der Kapitalzinstheorien, Innsbrück : Verlag der
Wagner’schen Universitäts-Buchhandlung.
—– (1896), Zum Abschluss des Marxschen System, dans Otto von Boenigk
(dir.), Staatswissenschaftliche Arbeiten. Festgaben für Karl Knies, Berlin : Hae-
ring, 1896, pp. 87-205. Traduction anglaise dans Paul Marlor Sweezy (dir.),
Karl Marx and the Close of his System, New York : Augustus M. Kelley, 1949,
pp. 1-118.
Boukharine, Nicolas (1919), L’économie politique du rentier, traduction fran-
çaise, Paris : EDI, 1967.
Colletti, Lucio (1968), “Bernstein e il marxismo della seconda internazionale”,
introduction à Bernstein, Socialismo e Socialdemocrazia, Laterza, Bari. Repris
dans L. Colletti, Ideologia e Società, Bari : Laterza, 1969, pp. 61-145.
—— (1969), Il Marxismo e Hegel, Bari : Laterza.
Colliot-Thélène, Catherine (1975), “Contribution à une analyse des classes so-
ciales”, Critique de l’Économie Politique, n19, pp. 27-47, et n21, pp. 93-126.
—– (1979), “Afteword” à I.I. Roubine, 1929a, pp. 385-431.
Cutler, Antony, Barry Hindess, Paul Hirst, et Athar Hussein (1977), Marx’s
Capital and Capitalism Today, Londres : Routledge & Kegan Paul.
Dostaler, Gilles (1978), Valeur et prix : histoire d’un débat, Grenoble : Presses
Universitaires de Grenoble et François Maspéro.
Engels, Friedrich (1895), “Ergänzung und Nachtrag zum III. Buche des Kapi-
tals”. Traduction française par C. Cohen-Solal et G. Badia, “Complément et
Supplément” au livre 3 du Capital de Marx, dans K. Marx, Le Capital, Livre
3, tome 1, Paris : Éditions Sociales, 1969, pp. 26-44.
Faccarello, Gilbert (1981), “KarI Marx et la problématique des prix naturels”,
Revue d’Économie Politique, Paris : Sirey, n4, pp. 373-397.
—– (1982), “L’échec de Marx : pour rouvrir un débat”, Cahiers d’Économie
Politique, n8, Paris : Presses Universitaires de France, pp. 65-85.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 29
—– (1983), Travail, valeur et prix. Une critique de la théorie de la valeur.
Paris : Anthropos.
Finzi, Roberto (dir.) (1977), Neo-Ricardiana : Sraffa e Graziadei, Bologne : Il
Mulino.
Hilferding, Rudolf (1904), “Böhm-Bawerks Marx-Kritik”, dans Max Adler and
Rudolph Hilferding (dir.) Marx Studien. Blätter für Theorie und Politik des
wissenschaftlichen Sozialismus, I, 1904, pp. 1–61. Traduction anglaise dans
Paul Marlor Sweezy (dir.), Karl Marx and the Close of his System, New York :
Augustus M. Kelley, 1949, pp. 113-175.
—– (1910), Das Finanzkapital. Eine Studie über die jüngste Entwicklung des
Kapitalismus, Vienna : Verlag der Wiener Volksbuchhandlung Ignaz Brand
(Marx-Studien, vol. III), 1910. Traduction française par Marcel Ollivier, Paris :
Éditions de Minuit, 1970.
Luxemburg, Rosa (1913), Die Akkumulation des Kapitals, Berlin : Buchhand-
lung Vorwärts Paul Singer. Traduction française, par Marcel Ollivier et Irène
Petit, L’accumulation du capital, Paris : François Maspéro, 2 vol., 1969.
—– (1925), Einführung in die Nationalökonomie. Traduction française par J.
B., Introduction à l’Économie Politique, Paris : UGE 10/18, 1973.
Marx, Karl, et Friedrich Engels (1849-95), Lettres sur le Capital, traduction
française par G. Badia et J. Chabbert, Paris : Éditions Sociales, 1964.
Neusüss-Fögen, Annette, (1973) “Einleitung” à l’édition allemande partielle des
Essais, 1928, de Roubine, Studien zur Marxschen Werttheorie, Frankfort sur le
Main : Europäische Verlagsanstalt, 1973, pp. 7-30.
Perlman, Fredy (1972), “Introduction” à l’édition anglaise de Roubine 1928,
Essays on Marx’s theory of value, Detroit : Black & Red, pp. IX-XXXVIII.
Petry, Franz (1915), Der soziale Gehalt der Marxschen Werttheorie, Iena :
Fischer.
Projekt KIassenanalyse (1975), “Zur Debatte über das System der Kritik der
Politischen Ökonomie in der UdSSR”, dans I. I. Rubin, S. A. Bessonow et alii,
Dialektik der Kategorien, Berlin : Verlag für das Studium der Arbeiterbewe-
gung (VSA), 1975, pp. 137-190.
La loi de la valeur-travail. Sur Isaak Illich Roubine 30
Roubine, Isaak Illich (1927), “Abstraktny trud i stoimost w systeme Marksa”,
Pod Znamenem Marksizma, 6, pp. 88-119. Traduction allemande par Eva Mayer
et Peter Gerlinghoff, “Abstrakte Arbeit und Wert im Marxschen System”, dans
I. I. Roubine, S. A. Bessonov et alii, Dialektik der Kategorien, Berlin : Verlag
für das Studium der Arbeiterbewegung (VSA), 1975, pp. 7-53.
—– (1928), Ocherki po teorii stoimosti Marksa, troisième édition, Moscou et
Leningrad : Gosudarstvennoe Izdate. Traduction française par Jean-Jacques
Bonhomme d’après l’édition anglaise [Essays on Marx’s Theory of Value, tra-
duction par Miloš Sarmardźija and Fredy Perlman, New York : Black & Red,
1972], Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Paris : François Maspéro,
1978.
—– (1929a), Istoriya ekonomicheskoi mysli, Moscou : Gosizdat RSFSR, deu-
xième édition. Traduction anglaise par Donald Filtzer, A History of Economic
Thought, Londres : Ink Links, 1979.
—– (1929b), “Dialekticheskoe razvitie kategorii v ekonomicheskoi sisteme
Marksa”, Probleme Ekonomiki, 4/5. Traduction allemande par Eva Mayer et
Peter Gerlinghoff, “Die dialektische Entwicklung der Kategorien im Ökonomi-
schen System von Marx”, dans I. I. Rubin, S. A. Bessonow et alii, Dialektik
der Kategorien, Berlin : Verlag für das Studium der Arbeiterbewegung (VSA),
1975, pp. 55-68 et débat pp. 68-135.
VV.AA., (1976), Histoire du Marxisme Contemporain, Paris : U.G.E. 10/18,
volumes 1 et 2.
... The translations from Russian and French are made by Masha Benatova and NikolayNenovsky.27. An analysis of the theory of fetishism and the commoditization in Rubin's interpretation of Marx has been made by Voeyikov(2017)andFaccarello (1983, Russian translation in 2017. There are several studies dedicated to fetishism in the French literature including Rubin's theory, i. e.Artous (2006). ...
Article
Full-text available
We focus on some original approaches so as to find a solution to the “coordination problem” of the decentralised commodity economy in the different interpretations (and refutations) of Marx, stressing the central role of money. We reconstruct in a comparative perspective the approaches of two contemporary French scholars, Jean Cartelier and André Orléan and of two Russian economists, Isaak Rubin and Peter Struve who worked in the beginning of the last century. Our reconstruction starts with Marx although other approaches are also possible. Each of the four scholars under review offered his own methods of solving the issue of coordination. Although the ideas of the four authors intertwined, we can differentiate between two pairs namely Rubin/Orléan (part 1) and Struve/Cartelier (part 2). This corresponds to the radicality of their analytical solutions. While the former pair upheld the theory of value (each one in his own way), the latter actually eliminated it (again each one in his own way). https://journals.openedition.org/regulation/15916
... In England, where Marx was living since 1849, he remained largely unknown during his lifetime. (For more detailed assessments of the reception of Marx's economics, see Howard and King 1989, 1992and Steedman 1995 The theory of value and prices (Rubin 1927(Rubin [1978(Rubin ], 1928(Rubin [1972), especially his 1928 Essays on Marx's Theory of Value (Faccarello 1983b(Faccarello , 2000b for a historical setting of Rubin, see Boldyrev and Kragh 2015). ...
Article
Full-text available
We focus on some original approaches so as to find a solution to the “coordination problem” of the decentralised commodity economy in the different interpretations (and refutations) of Marx, stressing the central role of money. We reconstruct in a comparative perspective the approaches of two contemporary French scholars, Jean Cartelier and André Orléan and of two Russian economists, Isaak Rubin and Peter Struve who worked in the beginning of the last century. Our reconstruction starts with Marx although other approaches are also possible. Each of the four scholars under review offered his own methods of solving the issue of coordination. Although the ideas of the four authors intertwined, we can differentiate between two pairs namely Rubin/Orléan (part 1) and Struve/Cartelier (part 2). This corresponds to the radicality of their analytical solutions. While the former pair upheld the theory of value (each one in his own way), the latter actually eliminated it (again each one in his own way). https://journals.openedition.org/regulation/15991
Thesis
Ce travail propose une interprétation de la catégorie de la valeur économique qui prend pour fil conducteur une alternative aux lectures « économicistes » de Marx. Au lieu de parler de la « théorie de la valeur travail de Marx » et au lieu de nous interroger sur la véracité de cette théorie en termes de capacité de prédiction des prix des marchandises à partir de ce qui est exposé dans Le Capital, nous proposons de nous concentrer sur la forme de la valeur économique. D’après nous, il est possible de considérer la forme de la valeur économique du point de vue de l’action humaine. Ainsi, la valeur économique constituerait le reflet catégoriel d’une modalité d’action caractérisée par le fait que les hommes ne peuvent se comporter les uns vis-à-vis des autres, vis-à-vis du monde naturel et vis-à-vis du monde social, sans faire fonctionner une certaine catégorie de substance comme condition de possibilité, comme médiatrice et comme principe de rationalisation de leurs conduites. Cette compréhension de la valeur économique implique la prise en compte de la quantification de cette substance, afin de rendre opératoires la plupart des interactions. Cette quantification peut être vue comme une norme sociale qui s’inscrit dans les actions des hommes sans qu’il s’agisse, pour autant, d’un acte intellectuel ayant lieu « dans leur tête ».
Book
This book explores Russian synthesis that occurred in Russian economic thought between 1890 and 1920. This includes all the attempts at synthesis between classical political economy and marginalism; the labour theory of value and marginal utility; and value and prices. The various ways in which Russian economists have approached these issues have generally been addressed in a piecemeal fashion in history of economic thought literature. This book returns to the primary sources in the Russian language, translating many into English for the first time, and offers the first comprehensive history of the Russian synthesis. The book first examines the origins of the Russian synthesis by determining the condition of reception in Russia of the various theories of value involved: the classical theories of value of Ricardo and Marx on one side; the marginalist theories of prices of Menger, Walras and Jevons on the other. It then reconstructs the three generations of the Russian synthesis: the first (Tugan-Baranovsky), the second, the mathematicians (Dmitriev, Bortkiewicz, Shaposhnikov, Slutsky, etc.) and the last (Yurovsky), with an emphasis on Tugan-Baranovsky's initial impetus. This volume is suitable for those studying economic theory and philosophy as well as those interested in the history of economic thought.
Chapter
Full-text available
Two controversies concerning Marx’s theory of value were of particular importance during the 1960s and 1970s. The first is well known and has attracted most of the attention of Marxian scholars during these decades: I allude to the celebrated ‘transformation problem’2 and to the spirited debates that followed the publication of Sraffa’s Production of Commodities by Means of Commodities. The second one, however, is much less well known among economists but is also of fundamental importance: it was more methodological in character and centred mainly on Marx’s ‘logic’ and the relationship between Marx and Hegel.
Article
Research within the history of economic thought has focused only little on the development of economics under dictatorship. This paper attempts to show how a country with a relatively large and internationally established community of social scientists in the 1920s, the Soviet Union, was subjected to repression. We tell this story through the case of Isaak Il’ich Rubin, a prominent Russian economist and historian of economic thought, who in the late 1920s was denounced by rival scholars and repressed by the political system. By focusing not only on his life and work, but also on that of his opponents and institutional clashes, we show how the decline of a social science tradition in Russia and the USSR as well as the Stalinization of Soviet social sciences emerged as a process over time. We analyze the complex interplay of ideas, scholars, and their institutional context, and conclude that subsequent repression was arbitrary, suggesting that no clear survival or career strategy existed in the Stalinist system, due to a situation of fundamental uncertainty.
Article
Full-text available
http://ejpe.org/pdf/7-1-int.pdf
Article
This volume is concerned with the re-evaluation and criticism of Capital itself. it is in three parts, each covering a specific area of Marxist theory. The first part contains an investigation into Marx’s theory of value and considers the types of questions and modes of analysis to which this theory leads. in the second part the nature and implications of necessary economic ‘laws of tendency’ in the capitalist mode of production are covered. Finally there is an analysis of the role of class structure and economic agents in Marxist theory. © A. J. Cutler, Barry Hindess, Paul Q. Hirst and A. Hussain. All rights reserved.
Conrad Schmidt et les débuts de la littérature économique «marxiste», dans AA
  • B Besnier
B. Besnier, 1976, Conrad Schmidt et les débuts de la littérature économique «marxiste», dans AA. VV., 1976, tome 1, pp. 383-445.
Bernstein e il marxismo della seconda Internazionale , introduction à Bernstein
  • L Coletti
L. Coletti, 1968, Bernstein e il marxismo della seconda Internazionale, introduction à Bernstein, Socialismo e Socialdemocrazia, Laterza, Bari ; repris dans Colletti, îdeologia a Società, Laterza, Bari ; 1969, pp. 61-145.
Contribution à une analyse des classes sociales
  • Colliot-Thélène
Colliot-Thélène, Catherine (1975), "Contribution à une analyse des classes sociales", Critique de l'Économie Politique, n • 19, pp. 27-47, et n • 21, pp. 93-126. --(1979), "Afteword" à I.I. Roubine, 1929a, pp. 385-431.
Bôhm-Bawerks Marx-Kritik, dans Marx Studien
  • R Hilferding
R. Hilferding, 1 904, Bôhm-Bawerks Marx-Kritik, dans Marx Studien, Vienne. Trad, dans P.M. Sweezy, 1 949, pp. 1 1 3-1 75.