Article

DEUX CAS D’INTOXICATION CIGUATOXIQUE PAR INGESTION DE POISSONS PÊCHÉS EN BAIE DE PRONY (Nouvelle-Calédonie) - Two ciguatera poisoning cases from New Caledonia

Authors:
To read the full-text of this research, you can request a copy directly from the author.

Abstract

Deux cas d’intoxications ciguatoxiques ont été relevés respectivement en janvier et mai 2010 suite à l’ingestion de poissons pêchés en Baie de Prony. Le premier cas repose sur l’intoxication légère de 4 personnes, dont un enfant, qui ont consommé de la chair de plusieurs loches saumonées (Plectropomus leopardus), dont une était âgée (75 cm LT). Il s’agit pour ces personnes, précédemment intoxiquées en septembre 2009, d’une légère rechute. Le deuxième cas repose sur l’intoxication très sévère mais non léthale d’un chaton qui a consommé de la chair d’un jeune lutjan (Lutjanus fulviflamma) de 18 cm LT. Ces deux cas incriminent d’une part un poisson âgé, et donc à risque, mais d’une espèce rarement ciguatoxique, et d’autre part un jeune poisson d’une espèce certes à risque, mais ayant forcément consommé au cours de sa courte vie, un nombre limité de proies porteuses de toxines. Ils conduisent à penser que la charge environnementale en organismes à l’origine de la production des toxines est potentiellement élevée en Baie de Prony, a minima dans certaines zones. Ces densités élevées, si elles sont avérées, pourraient être liées à un stress de l’environnement, notamment lié à la conduite de travaux lourds dans la zone à partir de 2004, dans le cadre de la mise en place du port de l’usine Goro-Nickel. Une recherche spécifique in situ de ces organismes permettrait de partiellement valider cette hypothèse, de même que la recherche de toxines sur des poissons résidents de la Baie.

No full-text available

Request Full-text Paper PDF

To read the full-text of this research,
you can request a copy directly from the author.

ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Dinoflagellates (of the species Gatnbierdiscus toxicus), which produce precursors of cigpatoxins, are consumed by herbaceous fish. The herbaceous fish are eaten by carnivorous fish that live in tropical and semitropical areas, and ciguatoxins bioaccumulate in the carnivorous fish. Cats that eat fish contaminated with ciguatoxins exhibit signs of quadriplegia and extreme sensitivity to pain within a few hours of fish consumption. Diagnosis is based on a history of consuming coral reef fish that often contain ciguatoxins (e.g., parrotfish, grouper, red snapper, barracuda) as well as the classic clinical signs.
Knowledge on ciguatera in Noumea
  • D Laurent
  • P Joannot
  • P Amade
  • P Maesse
  • B Colmet-Daage
Laurent D., Joannot P., Amade P., Maesse P., and B. Colmet-Daage (1992) Knowledge on ciguatera in Noumea. Bulletin de la Société Pathologique Exotique 85:520.
La Ciguatera : un guide référence de terrain
  • Labrosse
Labrosse (2005). La Ciguatera : un guide référence de terrain. CPS. XX pp.
Micronesian reef fishes
  • R F Myers
Myers, R. F. (1991) Micronesian reef fishes. Second Ed. Coral Graphics, Barrigada, Guam. 298 p.
Un nouvel organisme producteur de ciguatoxine : une cyanobactérie
  • Anonyme
Anonyme (2006) Un nouvel organisme producteur de ciguatoxine : une cyanobactérie. Bulletin Médical de Nouvelle-Calédonie. Septembre 45 : 7-8.
Fish poisoning in the South Pacific
  • R Bagnis
Bagnis, R. (1973) Fish poisoning in the South Pacific. SPC Noumea, 112pp.