ChapterPDF Available

Contribution du yoga pour l'entraînement à l'apnée

Authors:

Abstract and Figures

Résumé L'intérêt de la pratique du yoga pour l'entraînement en apnée est indéniable du point de vue empirique mais il n'a été que partiellement démontré du point de vue scientifique. Au cours de ce chapitre, nous proposons de présenter dans un premier temps les principaux acquis scientifiques sur les vertueuses modifications induites par le yoga sur les paramètres physiques, physiologiques et psychiques de la perfor-mance en apnée. Nous abordons ensuite les rapports entre yoga et ap-née sur un plan plus pratique en proposant des exercices couramment utilisés par les apnéistes adeptes de ces arts complémentaires. Nous présentons successivement des exercices empruntés au yoga postural (Hatha-yoga), à la science yogique de la respiration (prânayâma) ou encore à la relaxation. À chaque reprise sont indiqués les intérêts des exercices ainsi que les techniques de leur mise en oeuvre. Un exemple de programme précompétition est enfin fourni à titre indicatif. Mots clefs : Yoga – Approche pratique – Hatha-yoga – Prânayâma – Relaxation – Postures – Exercices respiratoires.
Content may be subject to copyright.
Chapitre 3
Contribution du yoga
pour l’entraînement à l’apnée
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
Résumé
L’intérêt de la pratique du yoga pour l’entraînement en apnée est
indéniable du point de vue empirique mais il na été que partiellement
démontré du point de vue scientique. Au cours de ce chapitre, nous
proposons de présenter dans un premier temps les principaux acquis
scientiques sur les vertueuses modications induites par le yoga sur
les paramètres physiques, physiologiques et psychiques de la perfor-
mance en apnée. Nous abordons ensuite les rapports entre yoga et ap-
née sur un plan plus pratique en proposant des exercices couramment
utilisés par les apnéistes adeptes de ces arts complémentaires. Nous
présentons successivement des exercices empruntés au yoga postural
(Hatha-yoga), à la science yogique de la respiration (prânayâma) ou
encore à la relaxation. À chaque reprise sont indiqués les intérêts des
exercices ainsi que les techniques de leur mise en œuvre. Un exemple
de programme précompétition est enn fourni à titre indicatif.
Mots clefs : YogaApproche pratiqueHatha-yogaPrânayâma
RelaxationPosturesExercices respiratoires.
384
1. Introduction
Le terme yoga signie « union ». Il s’agit en l’occurrence de l’union
entre le corps et l’esprit, de la recherche de l’unité (). Cette me
osmose se retrouve dans l’apnée qui peut être considérée comme un sport
à part : elle requiert certes des qualités physiques, à l’instar de tous les
autres sports, mais aussi des qualités psychologiques, comme la capacité
de relaxation, la maîtrise de soi ou la concentration, censées favoriser
l’économie d’énergie. Il apparaît donc logique que yoga et apnée sont
intimement liés. À ce propos, Umberto Pelizzari, recordman du monde
de plongée en apnée à poids variable en octobre , écrit :
On ne descend pas en apnée pour regarder autour de soi mais pour
regarder à l’intérieur de soi… le corps disparaît et toutes les sensations
prennent une nouvelle forme.
Le yoga lui-même est une activité qui laisse une place importante à
l’apnée, notamment chez le pratiquant conrmé. Mais au-delà de cette
relation directe entre apnée et yoga, cet art oriental propose de multiples
techniques qui sont synergiques avec la pratique de l’apnée. Les plus
évidentes sont celle du contrôle et de l’amélioration de la respiration,
regroupées sous le terme sanscrit et international de prânayâma (),
ou celle de la relaxation. Certaines de ces techniques ont guré dans
la préparation de plongeurs illustres tels que Jacques Mayol, ou plus
récemment le Scandinave Wim Hof qui, le  mars , a parcouru
sous la glace la plus longue distance en apnée (, m) dans de l’eau à
 °C. Loïc Leferme, l’homme le plus profond du début du IIIe millénaire
( m), adhère à la philosophie orientale quand il propose, pour faire
face au stress que subit le corps au fond de l’eau, de se comporter comme
lors de la pratique d’un art marial, et de « considérer l’eau comme un
partenaire et non un adversaire ».
Mais l’apport du yoga ne s’arrête pas à l’utilisation du prânayâma ou
de techniques de relaxation. Le yoga postural, ou Hatha-yoga, peut lui
aussi contribuer à l’amélioration des performances en apnée, notam-
ment en favorisant la souplesse générale de la cage thoracique ou du
corps. Les preuves objectives de l’intérêt du yoga pour l’amélioration de
l’apnée ne sont néanmoins pas à la hauteur des synergies qui semblent
exister entre ces deux activités. Des études récentes conrment, si l’on
se restreint à l’exemple des exercices respiratoires, une amélioration de
la durée de l’apnée après seulement quelques semaines d’entraînement
au prânayâma (, ). Les mêmes études encouragent à persévérer dans
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
385
le sens d’une approche de plus en plus scientique et de moins en moins
empirique de la complémentarité de ces deux pratiques.
Nous nous proposons dans ce chapitre d’évoquer rapidement quels
sont les principaux apports du yoga scientiquement identiés à ce jour
comme favorisant la pratique de l’apnée, avant de présenter, selon une ap-
proche très pratique, certaines techniques de Hatha-yoga, de prânayâma
ou de relaxation auxquelles l’apnéiste peut avoir recours pour améliorer
sa préparation à la performance en apnée. Cette approche pratique va
jusqu’à la proposition, à titre indicatif, d’un programme en période de
précompétition.
2. Inuence du yoga sur les paramètres anatomophysiques,
physiologiques et psychologiques de l’apnée
2.1. Amélioration de la souplesse du corps
et de la fonction ventilatoire
Les techniques du Hatha-yoga consistent à prendre des postures, les
asanas, qui sont maintenues pendant une certaine durée an que le corps
en retire des bénéces notables. Ces postures visent à assouplir, étirer
et tonier le corps, tout en cultivant la détente physique et mentale. La
progression dans cette pratique repose à la fois sur l’amélioration des
asanas, demandant un accroissement de la souplesse, et sur l’augmen-
tation de la durée de la posture. La maîtrise de la ventilation joue un
rôle à la fois dans la prise de posture, notamment en limitant le travail
diaphragmatique et la gêne qu’il peut occasionner, et ensuite dans le
maintien de la posture qui s’eectue en poursuivant la ventilation et
non pas en apnée. La pratique du Hatha-yoga à des ns d’amélioration
de l’apnée s’eectue généralement sur la base d’une respiration essen-
tiellement thoracique, en proscrivant toute composante abdominale.
Le pratiquant est ainsi contraint à optimiser sa composante thoracique,
généralement et naturellement moins développée que la composante
abdominale. Des eorts sont consentis an d’améliorer mécaniquement
les capacités de contraction et de dilatation générales de la cage thora-
cique, certains exercices étant localisés dans des zones précises telles
que les zones sous-scapulaires ou infracostales. Outre l’amélioration des
capacités mécaniques de stockage d’air, le Hatha-yoga contribue à une
amélioration de la souplesse générale du corps et particulièrement de
la « chaîne postérieure » (tête, cou, colonne, bassin) dont on sait qu’elle
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
386
joue un rôle majeur dans l’aquacité et dans l’ecacité du déplacement,
contribuant à la performance en apnée (voir III, 2).
En complément du Hatha-yoga, le prânayâma permet une amélio-
ration de plusieurs paramètres de la fonction ventilatoire. Leet le plus
marquant des respirations yoga est l’augmentation de la durée de l’apnée.
Lapnée est prolongée après seulement six semaines d’entraînement au
prânayâma (). Madanmohan et coll. () précisent que l’augmentation de
l’apnée se fait aussi bien en n d’inspiration que d’expiration. Plusieurs
paramètres de la fonction respiratoire sont améliorés après entraînement
aux respirations du yoga. Il s’agit en particulier de la CVF (Capacité
Vitale) et du VEMS (Volume d’air expiré en  seconde ; , , ). L’amé-
lioration de ces paramètres témoigne d’un accroissement des volumes et
des débits ventilatoires, bénéques à la performance en apnée. En eet,
l’expiration qui précède la prise d’air juste avant l’apnée sera plus e-
cace, vidangeant de façon plus complète les poumons (volume de réserve
expiratoire augmenté). L’inspiration, quant à elle, sera plus profonde,
permettant d’augmenter le volume pulmonaire initial. La saturation du
sang en oxygène (proche de  %) ne sera pas modiée, mais la réserve
en oxygène sera légèrement améliorée, ce qui permettra de prolonger
le maintien d’une pression partielle en oxygène alvéolaire favorable au
gradient de transfert de ce gaz vers le sang.
2.2. Réduction du métabolisme de base et eets antioxydants
Pendant les exercices de base du prânayâma, la ventilation est lente et
profonde avec des apnées post-inspiratoires et parfois post-expiratoires.
Lapnée est considérée comme une phase très importante dans le cycle res-
piratoire. Il faut distinguer deux niveaux de prânayâma diérenciés par
la durée de l’apnée qui va conditionner la consommation d’oxygène. Lors
de la pratique des diérents types de respirations yoga qui comportent
de courtes pauses de l’ordre de quelques secondes (petits prânayâmas),
la consommation d’O2 augmente en eet de  %. En revanche, pendant
les respirations comportant de longues pauses (grands prânayâmas), la
consommation d’O2 est réduite d’au moins  % (). Dans ce dernier
cas, même si le volume courant est augmenté (chaque respiration étant
proche de la capacité vitale), la fréquence respiratoire est nettement ré-
duite (, ). Cela provoque une baisse du débit ventilatoire et de la
consommation d’oxygène par minute (-). Chez les personnes d’un
niveau avancé pratiquant régulièrement ces respirations avec de longues
pauses à chaque cycle respiratoire, la respiration naturelle non contrôlée
se trouve nettement modiée par rapport à la normale. Ce niveau plus bas
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
387
de consommation d’O2 observé au repos proviendrait d’un métabolisme
de base réduit, le tout étant compensé par une meilleure utilisation de
l’oxygène par les tissus ().
Dans les exercices de méditation du yoga et dans la relaxation pra-
tiquée comme en Occident, pour parvenir à un état de concentration
maximum, le yoga recommande de devenir conscient de sa respiration
et de la réduire progressivement jusqu’à ce quelle soit imperceptible. Elle
devient de plus en plus silencieuse, lente, et d’une amplitude pas plus
élevée que dans la respiration de repos. Lorsque le yogi pratique cette
respiration, il se trouve dans un état de vigilance situé entre la veille et
le sommeil (qui équivaut à l’état sophroliminal en sophrologie), où son
niveau de conscience est modié. D’après Wallace et coll. (), le métabo-
lisme de base diminue alors par rapport au repos et il équivaut à celui du
sommeil profond. Au niveau des paramètres sanguins, le débit cardiaque
est alors réduit de  %, la FC de  bpm, et la concentration de lactate
sanguin diminue sensiblement. Au niveau respiratoire, la ventilation
chute de  l.min-1 et de  cycles respiratoires par minute. Un niveau plus
bas de consommation d’O2 est observé au repos ainsi qu’une réduction
de la saturation artérielle en oxygène (SaO2, - % ; , ). Ces études
expliquent les résultats obtenus par un état hypométabolique compensé
par une meilleure utilisation de l’oxygène par les tissus.
Ce mécanisme de conservation de l’oxygène se rapproche donc de
celui observé pendant l’apnée. Il est par conséquent possible d’envisager
une préparation ventilatoire an de majorer cette économie d’oxygène,
et donc d’améliorer son apnée.
Les radicaux libres mesurés avant et après entraînement au prânayâma
sont diminués, et cela par rapport à un groupe contrôle, ce qui dénote
une amélioration du système antioxydant du corps ( ; voir III, 1).
2.3. Adaptation à l’hypoxie et à l’hypercapnie
Dans la plongée en apnée, l’un des problèmes principaux est le manque
d’oxygène pulmonaire qui entraîne un décit sanguin de ce gaz vital.
S’accoutumer à cette hypoxie est primordial pour le plongeur conrmé.
Mais repousser les limites physiologiques doit se faire toujours sans dan-
ger. C’est pourquoi le travail du prânayâma, de par son inuence sur le
métabolisme de base en réduisant la consommation d’oxygène, pourrait
aider l’apnéiste à mieux supporter une baisse du taux doxygène lors de
l’apnée.
Les respirations yoga ont des eets sur un autre gaz du sang, le dioxyde
de carbone (CO2). Pendant la pratique de grands prânayâmas, la fréquence
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
388
ventilatoire est très basse et elle ne permet pas de rejeter susamment le
CO2 qui s’accumule dans les cellules ; il s’ensuit une hypercapnie (taux
de CO2 trop élevé dans le sang). Stanescu et coll. () observent que la
réponse ventilatoire au CO2 par la méthode du rebreathing est moins
marquée pour les sujets entraînés au prânayâma que pour les témoins.
De plus, la sensibilité chémoréexe à l’hypercapnie se trouve réduite lors
de respirations très lentes ( cycles.min-1 ; , ). De même, la sensibilité
chémoréexe à l’hypoxie est augmentée, et la sensibilité baroréexe est
plus importante (). Pour un yogi conrmé, respirer au rythme d’une
respiration par minute pendant une heure avec une faible chémosensi-
bilité à lhypercapnie doit être dû à une adaptation de cette ventilation
contrôlée sur une longue période (). Dans ce cas, le pH artériel est bas
et la concentration artérielle en CO2 élevée (PaCO2).
Lapnée de longue durée produit une accumulation du CO2 dans le
sang. Au vu des résultats précédents, la pratique du prânayâma consti-
tuerait donc une méthode d’entraînement supplémentaire permettant à
l’apnéiste de tolérer une plus grande quantité de CO2 dans son organisme.
Ceci augmenterait la durée de son apnée, tout en élevant néanmoins les
risques de syncope liés à la disparition du stimulus de reprise respiratoire
inhérent à la capnie, lequel stimulus oce de « sonnette d’alarme ».
2.4. Relaxation et gestion du stress
En sophrologie, certaines techniques de respiration du yoga sont
utilisées pour induire la relaxation. Des auteurs ont remarqué une amélio-
ration des paramètres psychologiques (). Kamei et coll. () ont montré
une augmentation des basses fréquences de l’électro-encéphalogramme
(les ondes Alpha), ce qui est le signe d’une grande relaxation. Au niveau
hormonal, ces auteurs ont également mis en évidence que le cortisol, qui
est l’hormone du stress par excellence, diminue chez les pratiquants. Le
lactate est lui aussi abaissé au repos, ce qui dénote le caractère dominant
du système nerveux parasympathique. Au cours d’une étude sur des
athlètes, Raju et coll. () ont mesuré un taux de lactates plus bas au repos
et après l’exercice, par rapport à un groupe contrôle.
D’autres auteurs notent les eets relaxants du prânayâma sur le sys-
tème nerveux et sur le système cardio-vasculaire. La plupart des exercices
provoquent une diminution de l’activité du système nerveux sympathique
au prot d’une sollicitation du système nerveux parasympathique. Ceci
a été mesupar une évaluation du système cardio-vasculaire, et en
particulier par la mesure des catécholamines et de l’activité de la rénine
plasmatique. Le système de rénine-angiotensine se trouve amélioré, ce
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
389
qui aboutit à la régulation du volume sanguin (). D’après des enregis-
trements électrocardiographiques, l’entraînement au prânayâma module
la performance ventriculaire, ce qui corrobore l’eet sur l’activation du
système parasympathique ().
Les respirations yoga permettent une réduction de la pression artérielle
et de la fréquence cardiaque. Plusieurs études ont également démontré
ces résultats, doublés d’une baisse de la pression artérielle systolique et
diastolique (). Damodoran et coll. () ont ainsi signalé une baisse de la
pression artérielle, du glucose sanguin, du cholestérol et des triglycérides
chez des patients atteints d’hypertension. En yoga, il existe plusieurs
techniques respiratoires rapides et profondes (kapalabhati et bhastrika)
qui permettent d’augmenter la concentration. Bhavanani et coll. () notent
qu’après la pratique de ces respirations, les sujets font abstraction du
monde extérieur en ignorant les stimuli inadéquats. Ceci indique une
amélioration de la performance sensori-motrice et donc du système
nerveux central. Ces auteurs conseillent d’utiliser ces techniques pour
augmenter la concentration lors de situations demandant une grande
réactivité (photo no 1).
Une autre technique de respiration est la respiration alternée (Anu-
loma viloma). Il s’agit de respirer alternativement avec chaque narine. La
respiration alternée a un eet de balance sur l’activité des ondes bêta et
alpha des hémisphères gauche et droit (). D’autre part, respirer exclu-
sivement avec la narine droite stimule le système nerveux sympathique
(). À l’inverse, respirer par la narine gauche diminue la fréquence car-
diaque () et provoque une augmentation de la résistance galvanique
de la peau, interprétée comme une réduction de l’activité du système
nerveux sympathique ().
Photo no 1. – Une apnée en toute sérénité…
© Photo Jacque s Fabbi© Photo Jacque s Fabbi
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
390
3. Techniques posturales utilisables
dans la préparation de l’apnéiste
Nous proposons dans cette partie un panel de positions de Hatha-yoga
qui se veulent complémentaires et adaptées aux besoins de l’apnéiste.
Cette liste n’est pas exhaustive et elle peut être complétée selon les besoins.
Nous insistons sur le fait que certaines postures peuvent s’avérer dan-
gereuses pour un pratiquant novice et qu’il est fortement recommandé
de les eectuer sous la responsabilité d’un professeur agréé, notamment
dans la phase initiale de pratique.
3.1. Première position : le « chien » (Adho Mukha Svanasana)
Intérêt
La posture du chien est pratiquée en préliminaire aux autres postures,
en tant qu’échauement. Elle est excellente pour ressentir et améliorer
l’étirement du dos, du coccyx jusqu’au sommet du cou. Cette posture est
dynamique et viviante. Elle accroît notamment la circulation sanguine
au niveau de la tête. L’étirement du diaphragme vers la poitrine ralentit
les battements du cœur et contribue au relâchement.
Technique (photo no 2)
> Écartez les pieds de  centimètres ;
> placez les mains de chaque côté de la poitrine, les doigts pointant
vers l’avant ;
> tendez les bras et les jambes ;
> étirez le dos, avancez la tête entre les bras vers les pieds, et posez le
sommet du crâne sur le sol ;
> respirez profondément en rentrant l’abdomen l’inspiration
comme à l’expiration).
Variation du « chien » (Urdhva Mukha Svanasana)
Intérêt
Cette nouvelle posture renforce la souplesse de la colonne vertébrale
et elle améliore l’étirement des poumons grâce à l’ouverture de la poi-
trine.
Technique (photo no 3)
> Descendez le buste entre les bras ;
> passez sur le dessus des pieds ;
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
391
> tendez les bras et poussez la poitrine en avant ;
> rejetez la tête et le buste en arrière sans que les genoux ne touchent
le sol : le corps ne s’appuie que sur les mains et la partie supérieure des
orteils ;
> respirez en invaginant l’abdomen (à l’inspiration comme à l’expi-
ration).
Photo no 2. – Posture du chien (Adho Mukha Svanasana).
Photo no 3. – Variation de la posture du chien (Urdhva Mukha Svanasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
392
3.2. Deuxième position : le « triangle » (Utthita Trikonasana)
Intérêt
La posture du triangle est un exercice qui contribue au développement
de la cage thoracique, notamment par une amélioration de l’étirement
intercostal. Il est important de conserver la rectitude et l’allongement
de la colonne en sentant les mouvements de cette dernière selon le ux
et le reux de la ventilation.
Technique (photo no 4)
> Écartez les pieds d’environ 1 mètre ;
> placez les bras à l’horizontale en alignement avec les épaules ;
> tournez le pied droit de 90° vers la droite et tournez légèrement le
pied gauche vers la droite ;
> gardez les deux jambes tendues ;
> expirez et échissez le buste et le bassin vers la droite en appro-
chant la main de la cheville droite puis si possible du sol, face externe
du pied droit (à faire très progressivement, en conservant la colonne
rectiligne) ;
> étirez le bras gauche vers le haut en l’alignant avec l’épaule droite
et étirez le buste ;
> regardez votre main gauche ;
> l’arrière des jambes, le dos et les hanches doivent être sur une même
ligne ;
> eectuez le même travail du côté gauche.
Photo no 4. – Posture du triangle (Utthita Trikonasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
393
3.3. Troisième position : le « chameau assis »
ou la « roue à genoux » (Kapotasana)
Intérêt
Cette posture améliore la capacité d’ouverture de la cage thoracique
et la tonicité des muscles abdominaux. Elle contribue aussi à la souplesse
de la colonne vertébrale.
Technique (photo no 5)
> Agenouillez-vous, pieds et genoux serrés (légèrement écartés pour
les débutants) ;
> placez les mains sur les hanches (ou sur l’arrière des cuisses), étirez
les cuisses et maintenez-les perpendiculaires au sol ;
> expirez et étirez la colonne vertébrale en échissant le dos vers
l’arrière et en projetant les hanches vers l’avant, pour ne pas laisser tout
le corps partir vers l’arrière ;
> placez enn les mains sur les talons.
Photo no 5. – Posture du chameau (Kapotasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
394
3.4. Quatrième position : posture de la « tête aux genoux »
(Janu Sirsasana)
Intérêt
Dans cette posture, la exion avant est plus facile à eectuer qu’avec
les deux jambes tendues. Elle peut donc servir d’échauement à la pos-
ture de la « pince » ou « exion avant » (voir III, 3, 3.5). Cette posture
tonie le foie, les reins et la rate et elle contribue au drainage de la sphère
abdominale.
Technique (photo no 6)
Commencez la posture en exécutant la exion sur la jambe droite
an de tonier le côlon ascendant, puis du côté gauche pour tonier le
côlon descendant.
> Asseyez-vous les jambes allongées ;
> pliez le genou gauche et placez le talon sur la face interne de la cuisse
droite, le plus près possible du périnée ;
> attrapez les orteils du pied droit et progressivement la plante du
pied puis le talon ;
> en expirant, avancez le buste et le bassin au-dessus de la jambe
droite ;
> veillez à garder la jambe droite tendue et l’arrière du genou en
contact avec le sol ;
> eectuez le même travail du côté gauche.
Photo no 6. – Posture de la tête aux genoux (Janu Sirsasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
395
Variation de la posture (Parvirtta Janu Sirsasana)
Intérêt
À l’inverse de la exion avant eectuée dans la posture précédente,
les côtés de l’abdomen sont ici largement étirés. Les deux variations sont
donc complémentaires.
Technique (photo no 7)
> Asseyez-vous les jambes allongées ;
> pliez le genou gauche et placez le talon sur la face interne de la cuisse
droite, le plus près possible du périnée ;
> tournez le buste et le bassin vers la gauche ;
> allongez le bras droit vers la jambe droite, et attrapez les orteils
droits ;
> passez le bras gauche au-dessus de la tête et attrapez le pied droit ;
> rejetez le buste en arrière et tournez-le vers le haut, le plus possible.
Photo no 7. – Variante de la posture de la tête aux genoux
(Parvirtta Janu Sirsasana).
3.5. Cinquième position : la « pince » ou la « exion avant »
(Paschimottanasana)
Intérêt
L’arrière du corps est totalement étiré depuis les talons jusqu’au som-
met de la colonne vertébrale. Dans cette posture, la colonne est maintenue
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
396
en ligne droite horizontale et le cœur se trouve à un niveau inférieur par
rapport à la colonne. Un bon travail dans cette posture permet donc un
massage du cœur, de la colonne vertébrale et des organes abdominaux.
Technique (photo no 8)
Ne cherchez pas à rapprocher la tête des genoux tout de suite, car cela
s’eectue généralement par une courbure du dos indésirable. Cherchez
plutôt à amener le torse le plus loin possible en avant, tout en gardant les
genoux et le dos rectilignes.
> Asseyez-vous les jambes allongées ;
> maintenez le dos rectiligne le temps de quelques respirations ;
> en expirant, pliez le corps vers l’avant en partant de la taille ; gardez
la poitrine et le dos rectilignes ;
> attrapez les orteils et étirez la colonne vertébrale en rentrant l’ab-
domen ;
> veillez à garder les jambes tendues et l’arrière des genoux en contact
avec le sol ;
> avec de la pratique, amenez le menton sur les tibias et la poitrine
sur les cuisses ;
> respirez profondément et tentez de progresser à chaque expiration
en maintenant le gain de exion à l’inspiration suivante.
Photo no 8. – Posture de la pince (Paschimottanasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
397
3.6. Sixième position : la « chandelle » ou « posture sur les épaules »
(Salamba Sarvangasana)
Intérêt
La chandelle a un eet direct sur les glandes thyroïde et parathyroïde
qui bénécient dans cette position d’une meilleure irrigation grâce au
blocage du menton. En position inversée, la circulation veineuse ramène
sans eort le sang vers le cœur ; elle irrigue largement la poitrine, le
cou et la tête. De ce fait, la posture de la chandelle apaise les tensions et
améliore l’irrigation de la sphère sinusoïdale qu’elle peut contribuer à
décongestionner.
Technique (photo no 9)
> Allongez-vous sur le sol, les jambes ensemble et les mains avec les
paumes vers le sol, à vos côtés ;
> en inspirant, poussez sur les mains et levez les jambes tendues à
la verticale ;
> soulevez les hanches du sol et amenez les jambes au-dessus, puis
derrière la tête avec un angle de ° ;
> en expirant, pliez les bras et soutenez le corps avec les mains placées
dans le dos, le plus près possible des épaules ;
> redressez le dos et amenez les jambes à la verticale ;
> pressez le menton fermement contre la gorge ;
> respirez lentement et profondément dans la posture en essayant
progressivement de rapprocher les coudes et d’abaisser les mains vers
les omoplates, an de redresser le torse ;
> pour sortir de la posture : déroulez lentement la colonne vertébrale
en vous aidant d’abord des mains jusqu’à ce que le buste touche le sol
(en maintenant les jambes tendues) puis en vous aidant des muscles
abdominaux pour abaisser les jambes jusqu’au sol.
Variation de la chandelle : la « charrue » (Halasana)
Intérêt
Cette posture assouplit la colonne vertébrale et la nuque. La position
des bras et des mains diminue la raideur dans les épaules.
Technique (photo no 10)
> Sans plier les genoux, expirez et descendez les jambes derrière la tête
(si les pieds ne touchent pas le sol, ne pas plier les jambes pour y arriver ;
respirez profondément dans la position atteinte) ;
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
398
> si les pieds touchent le sol, éloignez-les le plus possible de la tête, les
orteils retournés vers le sol ;
> redressez le torse vers le haut et les talons vers l’arrière ;
> puis croisez les mains et tendez les bras derrière le dos ;
> pour sortir de la posture : voir ci-dessus, la posture de la chandelle.
Photo no 9. – Posture de la chandelle (Salamba Sarvangasana).
Photo no 10. – Posture de la charrue (Halasana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
399
3.7. Septième position : le « poisson » (Matsyasana)
Intérêt
La posture du poisson est la contre-posture de la chandelle ; elle doit
être eectuée après celle-ci. Elle complète les étirements-compressions
des vertèbres cervicales eectués dans les postures de la chandelle et de
la charrue. Elle soulage la raideur dans la nuque, les muscles des épaules
et elle corrige la tendance à arrondir les épaules. Dans cette posture,
l’expansion de la cage thoracique permet une respiration plus profonde
et augmente la capacité des poumons.
.. : il est recommandé de rester dans cette posture au moins la
moitié du temps passé dans la posture de la chandelle.
Technique (photo no 11)
> Couchez-vous sur le dos en gardant les jambes tendues et serrées
l’une contre l’autre ;
> placez les mains sous les cuisses, les paumes tournées vers le sol ;
> en appuyant sur les coudes, inspirez et cambrez le dos pour former
une arche, et posez le sommet du crâne sur le sol ;
> respirez profondément en gardant les jambes et le bas du dos relâché.
Photo no 11. – Posture du poisson (Matsyasana).
Variation du poisson (Uttana Padasana)
Technique (photo no 12)
> Sortez les mains de dessous les cuisses et placez-les au-dessus de la
poitrine en position de prière ;
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
400
> puis montez les jambes jusqu’à former un angle de ° avec le sol ;
> allongez les bras parallèlement aux jambes et joignez les mains ;
> les bras et les jambes doivent être maintenus tendus, sans plier les
coudes ni les genoux ;
> les jambes doivent se toucher au niveau des pieds, des chevilles, des
genoux et des cuisses ;
> en expirant, abaissez les jambes et les bras sur le sol, allongez le cou
et la tête, laissez reposer le dos sur le sol et relaxez-vous.
Photo no 12. – Variante de la posture du poisson (Matsyasana).
3.8. Huitième position : postures sur la tête du « trépied »
et du « poirier » (Kapâlâsana et Shirsâsana)
Intérêt
Les postures sur la tête, reines des asanas, sont celles dont les eets
sont les plus puissants tant sur le corps que sur le mental. En inversant
les eets normaux de la pesanteur, elles soulagent le cœur et la pression
dans le bas du dos. Pratiquées régulièrement, elles améliorent la concen-
tration et les facultés sensorielles. Inverser le corps vous conduit à respirer
profondément, ralentit votre rythme cardiaque et améliore la perfusion
du cerveau par un sang oxygéné. Ces postures développent le calme et
l’équilibre, à condition de respirer par le nez.
Contre-indications
Toute pathologie liée aux vertèbres cervicales.
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
401
Technique du « trépied » (Kapâlâsana ; photo no 13)
Départ de la posture : mettez-vous à quatre pattes. Placez la tête au
sommet d’un triangle équilatéral et les mains à la base. Pour déterminer
le côté du triangle, utilisez la coudée.
Tête
Main
1 coudée
Main
> La tête une fois placée au sol, trouvez le point d’application du poids
du corps qui se situe vers l’avant du crâne (du côde la fontanelle).
Attention, si vous êtes trop sur l’arrière du crâne, au moment de lever
les jambes, vous culbuterez !
> la tête et les mains étant placées, tendez les jambes en gardant les
pieds au sol et transférez le poids du tronc sur le crâne ;
> jambes tendues, rapprochez les pieds le plus possible vers le vi-
sage ;
> repliez une jambe et placez le genou sur le bras, à quelques centi-
mètres du coude. Procédez de même avec l’autre genou ; habituez-vous
à cette posture pour la tenir avec aisance avant de passer à la suite ;
> soulevez ensuite les genoux et dépliez les jambes en pointant les
talons vers le ciel ;
> trouvez le point d’équilibre parfait où la pose sur la tête n’exige plus
d’eort musculaire et où vous pouvez vous décontracter ;
> Respirez lentement et profondément (toujours par le nez).
Pour sortir de la posture :
> pliez les genoux ;
> ramenez les pieds vers les fesses ;
> descendez les genoux vers les coudes et placez-les comme dans la
position de départ, sur les bras ;
> ramenez les pieds au sol ;
> restez quelques instants la tête au sol, détendez-vous et relevez-vous
lentement.
Variante 1 : technique du « poirier » (Shirsâsana ; photo no 14)
Si vous maîtrisez la posture du trépied, vous pouvez vous essayer à
la posture du poirier.
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
402
Départ de la posture : mettez-vous à quatre pattes. Entrelacez les doigts
sans les serrer, et repliez les coudes. Les pouces se touchent et le tout
forme une demi-coupe. Placez l’arrondi de la tête dans la demi-coupe et
le sommet du crâne sur le sol (vers la fontanelle comme pour le trépied).
Les coudes sont écartés et alignés avec la largeur des épaules.
Attention : les mains jouent un rôle de cale et non de support. Elles
empêchent la tête de rouler vers l’arrière.
> Tendez les jambes pour soulever les hanches et redressez le dos à
la verticale en gardant les pieds au sol ;
> le poids du corps repose maintenant en grande partie sur les avant-
bras ;
> sans plier les genoux, rapprochez les pieds le plus possible vers le
visage ;
> pliez les genoux vers la poitrine, et soulevez les pieds du sol en
poussant les hanches vers l’arrière ;
> trouvez l’équilibre avant de continuer ;
> puis, en gardant les genoux pliés, levez-les vers le plafond en utilisant
vos muscles abdominaux ;
> lorsque les hanches et le torse sont alignés, allongez lentement les
jambes vers le ciel ;
> le poids du corps repose sur les avant-bras ;
> Respirez lentement et profondément (toujours par le nez).
Pour sortir de la posture :
> pliez les genoux ;
> ramenez les pieds vers les fesses puis les genoux vers la poitrine ;
> posez les pieds au sol et restez quelques instants la te au sol,
détendez-vous et relevez-vous lentement.
Variante 2 : technique du « poirier » associée au « lotus »
(Urdhva padmasana en Sirsasana ; photo no 15)
Si vous maîtrisez le lotus en position assise, vous pouvez l’associez au
poirier pour accomplir la position la plus accomplie du Hatha-yoga.
Départ de la posture : comme pour le poirier simple. Une fois dans
la posture du poirier :
> expirez, pliez le genou droit et posez le pied droit sur le haut de la
cuisse gauche, le plus près possible de la hanche. Prenez une ou deux
inspirations ;
> expirez, pliez le genou gauche et amenez la partie antérieure du tibia
gauche devant la partie antérieure du tibia droit. Rapprochez les bords
externes des pieds de la naissance des cuisses ;
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
403
> gardez les deux genoux face au plafond ;
> serrez les genoux et rassemblez les cuisses ;
> respirez lentement et profondément (toujours par le nez).
Pour sortir de la posture :
> expirez, dégagez la jambe gauche et allongez-la, puis faites de même
avec la jambe droite.
> répétez la posture en commençant cette fois par la jambe gauche, en
suivant les indications ci-dessus. Restez dans la posture la même durée
que du côté droit ;
> revenez en position du poirier simple ;
> sortez de la posture comme indiqué dans le poirier ;
> posez les pieds au sol et restez quelques instants la te au sol,
détendez-vous et relevez-vous lentement.
Photo no 13. – Posture du trépied
(Kapâlâsana).
Photo no 14. – Posture du poirier
(Shirsâsana).
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
404
Photo no 15. – Variante de la posture du poirier combinée au Lotus
(Urdhva padmasana en Sirsâsana).
4. Techniques respiratoires recommandées
pour la préparation de l’apnéiste
Nous proposons dans cette partie un programme respiratoire qui
complétera les bienfaits du Hatha-yoga et de l’entraînement classique
à l’apnée. Ce programme n’est pas exhaustif et pourra faire l’objet de
compléments ultérieurs. Les exercices sont empruntés au prânayâma.
Prâna signie « énergie vitale » et le prânayâma peut se dénir comme
la science du contrôle du soue, assimilé à une énergie circulante.
4.1. Conseils préliminaires
4.1.1. Préparation posturale et psychologique
La pratique des exercices respiratoires modérés se fait soit à jeun, soit
 à  heures après un repas. Pour les exercices avec rétentions prolongées
et / ou rétraction abdominale, il vaut mieux attendre  à  heures après
un repas. Choisissez un lieu calme et aéré, et pratiquez toujours avant
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
405
une série d’asanas destinée à étirer la colonne vertébrale. La position doit
être confortable car la moindre gêne troublerait l’attention. La meilleure
attitude est assis au sol ou sur une chaise, les jambes repliées, si possible
en position du lotus, exceptionnellement debout (seulement en cas de
nécessité). La position de base des asanas est aussi fréquemment utilisée
pour les exercices respiratoires (photo no 16). Le placement des jambes
n’a pas d’importance dans ces diérentes postures, mais la colonne ver-
tébrale doit être droite et à la verticale, le bassin légèrement vers l’avant
et le menton en position basse. Seuls les muscles du dos sont légèrement
toniques. Le reste du corps est détendu, y compris le visage et la langue.
Il est recommandé d’avoir les yeux mi-clos an de mieux se concentrer.
Les pratiquants experts peuvent se permettre d’avoir les yeux totalement
clos car le risque de perdre le niveau de conscience requis est moindre.
Outre le fait de faciliter un travail ecace, la prise d’une posture parti-
culière est un rite qui permet de couper avec la vie habituelle : c’est le
« lâcher-prise », réalisé sur les plans physique et mental. Si des pensées
vous envahissent, laissez-les passer comme des nuages, sans lutter. Faire
le vide mentalement deviendra alors plus facile en focalisant son attention
sur la ventilation. À la n de chaque série de respirations, marquez une
pause, allongée de préférence, pour observer les résultats obtenus, sans
faire intervenir la volonté.
Photo no 16. – Asana de base pour les exercices respiratoires.
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
406
4.1.2. Conseils basiques pour la ventilation
L’entraînement de base pour la respiration consiste à allonger pro-
gressivement la ventilation. Pour cela, il faut obtenir le plus petit débit
ventilatoire possible, c’est-à-dire une ventilation calme, longue et régu-
lière, lente et douce. Plus elle est inaudible, plus vous vous rapprochez
du but, ce qui n’est possible quen minimisant l’eort. Concrètement, ne
forcez pas la respiration. Le contrôle se fera d’autant plus facilement que
vous aurez l’impression que l’air circule de lui-même en vous, simplement
en lui orant de l’espace. Pendant toute la séance, respirez toujours par
le nez, jamais par la bouche, mis à part les bâillements qu’il ne faut pas
réfréner. Essayez d’être conscient de votre respiration. Observez le cir-
cuit de l’air, ressentez et suivez son trajet, des narines jusqu’aux fausses
nasales et à l’arrière du palais. Cette concentration doit se faire avec un
minimum d’eort pour disposer de l’attention nécessaire an d’appré-
cier les sensations de vibration de l’air, surtout dans les narines. Il est
recommandé d’essayer d’atteindre l’amplitude ventilatoire de confort et
le rythme maximum dans l’aisance parfaite. Prenez votre temps pour
atteindre cette aisance et revenez au besoin à un niveau de diculté
moins élevé, si vous sentez la moindre gêne.
4.2. Panel d’exercices
4.2.1. Premier exercice : la respiration du « souet de forge »
(kapalabhati)
Juste avant les exercices de prânayâma avec respiration très lente qui
peuvent aller jusqu’à l’hypoventilation, il est pré-requis de commencer
par kapalabhati. C’est la seule technique nous ne mettrons pas en
pratique les conseils ci-dessus. Sorte d’hyperventilation, cette respiration
est rapide et profonde, rythmée à  par minute (en yoga, vous pouvez
trouver un autre type d’hyperventilation sensiblement diérent : bhas-
trika, avec un rythme encore plus rapide). Cette technique produit une
réduction de la pression artérielle en CO2. Elle déclenche également les
mécanismes d’oxydation (augmentation de la créatine et de la tyrosine ; ),
c’est pourquoi elle est recommandée avant la pratique du prânayâma.
Technique
Tout l’exercice se fait par le nez, en mobilisant seulement la région
abdominale, la cage thoracique n’intervenant pas.
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
407
> Expirez puissamment et rapidement tout l’air des poumons, en
imitant le bruit d’un souet de forge. Cette expiration se fait uniquement
en contractant les abdominaux (rentrez le ventre à fond) et en relevant
le diaphragme ;
> inspirez naturellement : détendez les muscles du ventre et les pou-
mons se remplissent d’eux-mêmes sans forcer l’inspiration ;
> dès que les poumons sont remplis, videz-les immédiatement comme
au début, et recommencez. Une inspiration et une expiration forment
une respiration-kapalabhati.
> faites une douzaine de respiration-kapalabhati pour les débutants,
puis durant une minute sans interruption pour un niveau avancé ;
> respirez une fois lentement et profondément ;
> retenez votre soue une fois les poumons parfaitement pleins (au
début quelques secondes, puis le plus longtemps possible, mais sans
forcer).
Durée : respirez ainsi  à  fois.
Repos et observation : en position allongée.
4.2.2. La « respiration-yoga complète »
Cette façon de respirer est la base de tous les prânayâmas. Il s’agit de
goner lentement et au maximum les poumons, puis de les vider entiè-
rement, tout aussi lentement. L’amplitude des mouvements respiratoires
est telle que les muscles accessoires sont sollicités : l’inspiration et lexpi-
ration s’eectuent de façon méthodique par paliers successifs à trois
niveaux (abdominal, thoracique et claviculaire). Le ventre, la poitrine et
le sommet des poumons sont envahis par des vagues successives.
Technique
> Inspirez calmement et régulièrement par le nez :
– en abaissant d’abord le diaphragme, ce qui dilate la paroi abdominale
et ce qui permet à l’air d’envahir la partie inférieure des poumons ;
– en ouvrant ensuite la cage thoracique pour que l’air pénètre la partie
médiane des poumons ;
– en soulevant enn les clavicules et les épaules, ce qui permet de
remplir le sommet des poumons.
> Apnée : pendant  ou  secondes, maintenez l’air dans les poumons
sans contraction, simplement par suspension de la respiration.
> Expirez toujours calmement et régulièrement :
– en baissant d’abord les épaules ;
– en refermant ensuite la cage thoracique ;
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
408
– en tirant le diaphragme vers le haut ;
– et en rentrant le ventre.
> Apnée : arrêtez-vous  à  secondes, en ayant l’impression d’avoir
les poumons vides.
Durée : respirez ainsi pendant  à  minutes
Repos et observation : en position allongée.
4.2.3. Le « prânayâma carré »
Tandis que la respiration habituelle ne comporte que deux phases,
l’inspiration et l’expiration, le yoga en introduit deux autres qui sont des
apnées placées en n d’inspiration ou d’expiration. À noter que toute la
richesse du prânayâma véritable réside dans ces temps d’apnée.
Technique (gure no 1)
Le prânayâma carré est une respiration-yoga complète rythmée (donc
suivez toujours les consignes de la respiration complète). Elle est calme et
régulière. Sa spécicité est que chaque phase de la respiration a une durée
égale : la moitié du temps d’une respiration est une apnée. Si vous prenez
une base de  secondes (s), vous comptez  s pour l’inspiration,  s pour
l’apnée post-inspiratoire,  s pour l’expiration et toujours  s pour l’apnée
post-expiratoire. Progressivement, passez de  à  secondes. Dans le cas
d’une base de  secondes, le rythme de la respiration est en moyenne de
deux par minutes, ce qui correspond à un « grand prânayâma ».
Pour arriver au palier supérieur, mieux vaut d’abord n’augmenter que
les phases actives (inspiration et expiration). C’est le rythme qui constitue
l’élément important, la durée vient tout naturellement en fonction des
possibilités personnelles (tableau no 1).
Expiration
 à  s
Inspiration
 à  s
Apnée
 à  s
Apnée
 à  s
Figure no 1. – Schéma du prânayâma carré.
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
409
Durée : respirez ainsi pendant  à  minutes.
Repos et observation : en position allongée.
Paliers Inspiration Apnée
à plein Expiration Apnée
à vide Technique
 s  s  s  s Carré de  s
  s  s  s  s Intermédiaire
  s  s  s  s Carré de  s
  s  s  s  s Intermédiaire
  s  s  s  s Carré de  s
Tableau no 1. – Progression pour le prânayâma carré.
4.2.4. La « respiration complète rythmée »
(Kumbhaka prânayâma)
C’est un autre type de respiration rythmée. Elle symbolise la référence
dans les grands prânayâmas. Elle est réservée aux conrmés et demande
de l’entraînement. Il sagit d’allonger progressivement chaque respiration
en marquant une seule longue apnée post-inspiratoire. Cette longue pause
respiratoire est appelée Kumbhaka en sanscrit.
Technique (gure no 2)
Toujours suivre les consignes de la respiration complète. En pre-
nant pour base le temps de l’inspiration, le but est de maintenir l’apnée
 fois plus et d’expirer le double. Vous arrivez, par paliers successifs, au
rythme suivant :  unité pour l’inspiration,  unités pour lapnée et  uni-
tés pour l’expiration. On aboutit alors au rythme impressionnant d’une
respiration par minute, ce qui peut durer plusieurs heures (tableau no 2).
Seuls les apnéistes conrmés pourront s’essayer à la base de , comme
les grands yogis, tout en étant attentifs à maintenir une relative facilité
d’exécution.
Durée : recommencez à  fois ce prânayâma. Avec l’expérience,
vous pourrez le poursuivre plusieurs minutes.
Repos et observation : en position allongée.
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
410
Paliers Inspiration Apnée
à plein Expiration Technique
 s  s  s Intermédiaire
  s  s  s Intermédiaire
  s  s  s Base de  s
  s  s  s Base de  s
  s  s  s Base de  s
Tableau no 2. – Progression pour le Kumbhaka prânayâma.
Volume résiduel (  ml)
Volume de réserve
expiratoire (  ml)
Volume de réserve
inspiratoire (  ml)
Volume courant ( ml)
Légende
Respiration normale
Respiration du yoga
   

 
 
 
Volume (en ml)
Temps (en s)
Figure no 2. – Spirogramme qui représente la comparaison
entre la respiration complète rythmée (Kumbhaka prânayâma)
et la respiration normale.
4.2.5. L« étirement du diaphragme » (Uddiyana bandha)
Cet exercice n’est pas à proprement parlé respiratoire mais plutôt
un exercice d’assouplissement du diaphragme, complément essentiel
au prânayâma, surtout pour les apnéistes dits « profonds ». Dans l’ap-
née profonde, le corps subit d’importantes variations de pressions en
corrélation avec la profondeur. La pression s’exerce de façon aiguë sur
les cavités renfermant des gaz compressibles, ce qui est le cas de la cage
thoracique. En situation d’hyperbarie extrême, la cage thoracique et les
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
411
poumons sont comprimés et, une fois la limite de déformation de la cage
thoracique atteinte, un décollement de la plèvre interviendrait sans le
phénomène de blood-shi, ou « turgescence des poumons », qui protège
ces tissus par un apport sanguin massif. Dans sa partie inférieure, la
cage est délimitée par le diaphragme, un muscle en forme de dôme qui
se déplace sur un axe vertical tel un souet. La compression extrême des
poumons liée à l’augmentation de la pression extérieure aspire vers le haut
le diaphragme. Cette déformation du diaphragme peut être considérable
et l’atteinte de profondeurs importantes requiert une souplesse adaptée
de ce muscle, sous peine de lésions minimes voire graves.
Concernant la cage thoracique, il est possible de caractériser le phéno-
mène de compression en reprenant une image de Loïc Leferme qui com-
pare le corps à une bouteille que lon immergerait :
En verre elle va résister puis imploser, en plastique, elle va se déformer
mais n’éclatera pas. Il faut rendre le corps malléable, relâché, mobile.
Le travail du diaphragme est essentiel.
Si le Hatha-yoga peut contribuer à une souplesse accentuée de la cage
thoracique, le Uddiyana bandha est recommandé pour améliorer celle
du diaphragme. Par ailleurs, en étirant régulièrement le diaphragme, le
cœur est massé et s’habitue à être comprimé comme c’est le cas au cours
d’une plongée profonde.
Technique (photo no 17)
Il faut pouvoir vérier visuellement l’exécution de l’exercice au niveau
de l’abdomen (se vêtir de manière à voir cette partie du corps). Bien que
l’on puisse eectuer cet exercice assis, la position idéale est debout, les
jambes écartées, le dos légèrement penché vers l’avant et le regard posé
sur le ventre. Pliez légèrement les genoux et mettez les mains à plat sur
le haut des cuisses, les doigts tournés vers l’intérieur.
Attention : il faut impérativement être à jeun ou attendre  heures
après le dernier repas pour pratiquer cet exercice. Stoppez l’exercice si
celui-ci provoque la moindre douleur au niveau de l’abdomen.
L’exercice débute en n d’expiration :
> Expirez fortement et le plus profondément possible en  secondes,
puis expulsez le reliquat d’air par une ou deux expirations supplémentai-
res en contractant si nécessaire les abdominaux. Aidez-vous en appuyant
vos mains sur les cuisses ;
> fermez la glotte pour éviter d’inspirer (pour les débutants, pincez
le nez avec une main, c’est plus facile) ;
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
412
> en apnée, relaxez rapidement et complètement la sangle abdominale
que vous avez contractée pour achever l’expiration forcée ;
> puis écartez les côtes et simulez une profonde inspiration thoracique
(toujours en apnée). Dès que les côtes s’ouvrent, le diaphragme monte et
votre ventre se rétracte automatiquement pour former un creux impres-
sionnant. À noter que le terme bandha signie « blocage » () ; dans cet
exercice le blocage repose sur cette rétraction abdominale ;
> en même temps, soulevez le périnée ;
> restez dans la position, plus ou moins longtemps selon l’entraîne-
ment.
Fin de la posture : 1o dans un premier temps, lâchez la glotte, laissez
la cage thoracique reprendre son amplitude normale et le ventre revenir
à sa position habituelle en relâchant le diaphragme, et alors seulement
inspirer. Attention : si vous laissez auer directement l’air en Uddiyana
bandha, la dépression régnant dans le thorax provoque un violent appel
d’air dans les poumons, ce qui est traumatique pour les membranes
alvéolaires et est douloureux. Si vous inspirez profondément, c’est que
vous avez réalisé l’exercice avec succès ; 2o ensuite, relâchez toutes les
contractions : laissez tomber la cage thoracique, détendez les abdomi-
naux. À noter que ces muscles ne doivent pas être contractés pendant
l’Uddiyana bhan (voir description ci-dessus).
Répétition : respirez calmement et profondément une ou plusieurs
fois, puis recommencez.
Durée : réalisez  à  fois Uddiyana bandha.
Repos et observation : en position allongée.
Photo no 17. – Pratique du Uddiyana bandha.
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
413
4.3. Exemple de préparation pré-compétition
Le but est de réduire les stress psychologique et physique, c’est-à-dire
de diminuer l’activité du système nerveux sympathique au prot du
système parasympathique. Avant une plongée importante, la première
étape consiste à obtenir un état de « pré-calme ». Il faut rechercher le
« lâcher-prise » tel quecrit au paragraphe précédent. La deuxième
étape peut reposer sur la mise en pratique de tout ou partie des exercices
respiratoires suivants.
4.3.1. La « respiration polarisée gauche avec longue expiration »
Chez les Orientaux, l’énergie vitale est un phénomène essentiel. Pour
les Chinois, c’est le chi, le ki pour les Japonais, et le prâna en Inde pour
les yogis. Cette énergie est dicilement vériable et nous n’avons pas
encore la certitude de son existence. En acupuncture, elle est reconnue
pour être conduite par les méridiens, des trajets d’énergie courant le
long du corps. Il serait possible de la ressentir en prenant conscience de
son existence lorsque l’on respire, car elle circulerait dans notre corps
par la respiration. Cette énergie aurait deux polarités, ou deux actions
opposées : le Yin et le Yang.
Selon cette conception, chaque narine a une fonction de régulation
de cette énergie. Par la narine gauche, nous respirons un prâna négatif,
lunaire, dense, froid, qualié d’« inertie », tandis que par la narine droite
nous respirons un prâna positif, solaire, léger, chaud et dynamisant. Si
cette dénition peut sembler empreinte d’une certaine poésie, plusieurs
études ont néanmoins trouvé des similitudes entre la description de ces
deux énergies et des eets physiologiques. À titre d’exemple, respirer
exclusivement avec la narine droite stimule le système nerveux sympa-
thique (), ce qui correspond au côté dynamisant. À l’inverse, respirer par
la narine gauche provoque une augmentation de la résistance galvanique
de la peau, interprétée comme une réduction de l’activité du système ner-
veux sympathique (). Nous ne traiterons ici que la respiration polarisée
gauche, qui n’utilise que la narine gauche an de favoriser la détente.
De la même façon que le côté du nez par lequel on respire, le rythme
employé durant la respiration conditionne lui aussi le niveau de sollici-
tation du système nerveux. Toujours d’après les observations du yoga,
le cycle d’une respiration se composerait d’une phase inspiratoire dyna-
misante, et d’une phase expiratoire d’inertie, ou relaxante. De ce fait,
lorsque l’on privilégie un rythme avec longues expirations, le calme a
tendance à s’installer.
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
414
Technique (photo no 18)
Si possible, dans la position assise de votre choix, et après avoir obtenu
l’assise correcte et le calme :
> placez en appui sur le front le médium et l’index de la main droite
en repliant l’annulaire et l’auriculaire. Puis posez légèrement le pouce
sur la narine droite ;
> respirez par la narine gauche, calmement et régulièrement, comme
pour la respiration yoga complète en augmentant un peu le temps d’expi-
ration. La respiration par une seule narine orant plus de résistance à
l’écoulement de l’air, n’hésitez pas au début à ouvrir légèrement la narine
droite si vous en éprouvez le besoin ;
> soyez conscient de votre respiration : observez le circuit de l’air, sa
vibration dans les narines et plus haut dans l’arrière du nez, comme un
bruissement d’ailes.
Rythme :  secondes à  secondes d’inspiration et  secondes à  se-
condes d’expiration.
Durée : Vous pouvez poursuivre cette respiration plusieurs minutes.
Repos et observation : en position allongée.
Photo no 18. – Position des doigts pour la respiration polarisée gauche
(l’annulaire bloque la narine droite).
4.3.2. La respiration supercielle
Comme son nom le suggère, elle est de très faible amplitude. Elle
caractérise les états pré-extatiques, ou encore les états de méditation.
Elle intéresse donc l’apnéiste dans sa période pré-compétitive lorsqu’il
souhaite réduire son stress et se concentrer.
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
415
Technique
> Allongez progressivement la respiration jusqu’à équilibrer l’inspi-
ration et l’expiration dans la durée. Les apnées seront réduites de l’ordre
d’une seconde. Recherchez à atteindre votre amplitude respiratoire maxi-
mum de confort, c’est-à-dire en réduisant la marge au maximum. Conti-
nuez quelques minutes ;
> puis, en sens inverse, réduisez progressivement le rythme respi-
ratoire jusqu’à ce que l’expiration et l’inspiration ne durent qu’à peine
une seconde. À l’inverse de la respiration yoga profonde à trois niveaux
(abdominal, thoracique et claviculaire), situez la respiration au niveau
thoracique uniquement. Portez alors votre attention sur la périphérie
de la cage thoracique ;
> vous prendrez conscience d’une respiration ne et légère, de très
faible amplitude. Elle vous permettra de vous isoler du monde exté-
rieur, dans le calme. Le rôle des poumons diminue, alors que celui du
psychisme domine ;
> terminez par ce que vous avez commencé : l’allongement progressif
de la respiration.
4.3.3. La « respiration colorée »
Le prânayâma coloré se base sur le principe que les couleurs de l’arc-
en-ciel peuvent moduler l’humeur et inuer sur le système nerveux. Il est
bien connu en peinture que les couleurs chaudes que sont le jaune, le rouge
et l’orangé, sont toniques et dynamisantes. À l’opposé, le bleu, le violet et
l’indigo sont des couleurs froides, calmantes. Le vert, couleur intermé-
diaire, est équilibrant. En visualisant du bleu, l’eet sera donc calmant.
Technique
> La visualisation de la couleur bleue se fait durant le temps d’apnée
post-inspiratoire ;
> la couleur ne vient pas toujours naturellement, c’est pourquoi vous
pouvez vous aider d’un support en plaçant devant vos yeux un carton
ou une pastille de couleur bleue ;
> pour réaliser la visualisation, il faut être dans un état de réceptivité
et éliminer toute contraction.
4.3.4. Exemple de programme de pré-compétition
Après avoir testé diérentes techniques, vous pouvez choisir de prati-
quer toujours la ou les même(s), ou bien d’en combiner plusieurs. Cest ce
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
416
que nous vous proposons de faire. Voici donc deux respirations que vous
pouvez enchaîner après un exercice d’assouplissement du diaphragme.
Programme
> Létirement du diaphragme (Uddiyana bandha) : il peut se faire le
matin de la compétition pour préparer le diaphragme en l’assouplissant,
et également pour détendre le plexus solaire (antistress).
> La respiration supercielle colorée : il sut de reprendre la tech-
nique de la respiration supercielle en s’installant dans une ambiance
bleue. Terminez en position allongée si possible pour la récupération et
l’observation des eets.
> La respiration colorée, gauche, avec longue expiration : reprenez la
respiration polarisée gauche avec longue expiration et ajoutez la visua-
lisation du bleu. Finissez par la pause comme précédemment.
Particulièrement avant une plongée, ne forcez pas la respiration, mais
axez plutôt votre travail sur l’aisance et sur le confort. Faites intervenir
la volonté en minimisant tout eort.
5. La relaxation
La relaxation est une composante essentielle de la préparation de l’ap-
néiste, notamment juste avant une performance. Elle permet de diminuer
le métabolisme de base et elle conditionne l’organisme à un eort maîtrisé
qui sera le meilleur compromis entre dépense d’énergie et actions à déve-
lopper lors de la performance. Nous proposons ici à la fois une posture
de relaxation, souvent utilisée à la n d’une séance de hatha-yoga an
d’en ressentir les bienfaits, et une technique de relaxation.
5.1. Exemple de position : le « Cadavre » (Savasana)
Le précepte de base repose sur le fait que notre état mental et notre
état physique sont intimement liés : si les muscles sont détendus, le mental
le sera également ; de la même manière, si le mental est tendu, le corps
sourira.
Intérêt
La posture du cadavre paraît simple de prime abord mais c’est une
des postures les plus diciles à réaliser correctement car il n’est pas
aisé de renoncer à l’agitation du corps et de l’esprit. Elle demande une
détente totale, tout en maintenant une certaine vigilance de l’esprit.
L’endormissement est très fréquent dans cette posture, mais il doit être
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
417
évité. Elle permet de se relaxer tout en concentrant son esprit sur d’autres
exercices à venir.
Technique (photo no 19)
> Allongez-vous sur le dos ;
> écartez les jambes d’un mètre environ ;
> écartez les mains de  centimètres du tronc, paumes tournées vers
le ciel ;
> mettez-vous à l’aise dans la position et vériez la symétrie du corps ;
> les cuisses, les genoux et les orteils sont tournés vers l’extérieur ;
> fermez les yeux et respirez profondément (respiration complète) ;
Si l’esprit commence à s’égarer, concentrez-vous sur le rythme de la
respiration.
Photo no 19. – Posture du cadavre pour un exercice de relaxation.
5.2. Protocole de relaxation
Il existe de nombreuses techniques de relaxation. Nous proposons
ici une méthode simple et accessible à tout le monde. Elle consiste à se
concentrer chronologiquement sur diérentes parties du corps an de
les détendre successivement et de façon cumulative.
Détente du visage
> Détendez votre front ;
> détendez vos paupières ;
> détendez votre mâchoire : lèvres desserrées, bouche entrouverte ;
> laissez votre langue se décoller du palais et devenir souple.
© Photo Éric Clua© Photo Éric Clua
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
418
Détente du corps
> Détendez votre nuque qui ne soutient plus le poids de la tête ;
> détendez vos épaules ;
> détendez votre bras droit, de l’épaule jusqu’au bout des doigts ;
> détendez votre bras gauche, de l’épaule jusqu’au bout des doigts ;
> détendez tout votre buste : thorax, abdomen, muscles le long de la
colonne vertébrale ;
> détendez votre bassin ;
> détendez votre jambe droite, de la hanche jusqu’au bout des orteils ;
> détendez votre jambe gauche, de la hanche jusqu’au bout des orteils ;
> sentez l’ensemble de votre corps détendu et lourd sur le sol ;
> sentez comme la respiration est calme et paisible ;
> écoutez les battements de votre cœur.
Détente du mental
> Détendez votre mental « comme si c’était un muscle » ;
> laissez venir à vous toutes vos pensées sans les retenir, sans vous y
accrocher. Soyez-en simplement spectateur ;
> concentrez-vous sur le rythme paisible de votre respiration en gar-
dant l’esprit vigilant ;
Pour sortir de la posture : faites quelques respirations profondes, bou-
gez lentement les mains et les pieds et évitez les mouvements brusques
en vous levant.
6. Conclusions
Ce chapitre nous a permis de présenter un certain nombre d’acquis à
ce jour sur l’intérêt de la pratique du yoga pour l’apnéiste à la recherche
d’un gain de performance. Force est de constater que si cet intérêt ne
fait pas de doute, la démonstration objective des eets du yoga n’en est
qu’à ses débuts. Il nous semble par ailleurs important d’insister sur le
fait que si ce chapitre nous a permis de présenter les trois domaines issus
du yoga que sont les pratiques posturales, les exercices respiratoires et la
relaxation, il est un quatrième domaine qui peut s’avérer, lui aussi, por-
teur pour l’apnéiste : il s’agit de la méditation. Les eets directs de cette
pratique seront indéniablement diciles à mettre en évidence concernant
la performance en apnée. Mais étant donné l’importance du mental,
nous avons toutes les raisons de penser quil s’agit là d’une voie complé-
mentaire et prometteuse, à l’instar des autres domaines évoqués dans
ce chapitre.
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
419
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
Remerciements
Les auteurs tiennent à remercier Rolland Meyer, professeur de yoga
à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), pour sa contribution dans la descrip-
tion et le choix des postures de Hatha-yoga, ainsi qu’Élisabeth Auplat
et Laurent Metairie (initiateur fédéral d’apnée à l’école APNÉA de
Nouvelle-Calédonie), qui ont accepté de se laisser photographier dans
un but didactique.
Références bibliographiques
. B L., B A., P C., S L., « Slow breathing
reduces chemoreex response to hypoxia and hypercapnia, and
increases baroreex sensitivity », Journal of Hypertension, ,
vol. , no , p. -.
. B S., P U. S., V N. S., « Improvement
in oxidative status with yogic breathing in young healthy males »,
Indian Journal of Physiology and Pharmacology, , vol. , no ,
p. -.
. B A. B., M, U K., « Acute eect of Mukh
bhastrika (a yogic bellows type breathing) on reaction time », In-
dian Journal of Physiology and Pharmacology, , vol. , no ,
p. -.
. D A., M A., P N., S N., S,
M S., « erapeutic potential of yoga practices in modifying
cardiovascular risk prole in middle age men and women », e
Journal of the Association of Physicians of India, , vol. , no ,
p. -.
. D B. P., G M. L., « Eects of kapalabhati on blood urea,
creatinine and tyrosine », Activitas Nervosa Superior (Praha), ,
vol. , no , p. -.
. D A O M. A., N. D., D. C., « Implementation of yoga therapy
for peak athletic performance training », Sports Chiropractic & Re-
habilitation, , no , p. .
. J L. N., J V. D., G L. V., « Eects of short term “Prâ-
nayâma” practice on breathing rate and ventilatory functions of
lung », Indian Journal of Physiology and Pharmacology, , vol. ,
no , p. -.
420
. K T., T Y., K H., O S., K H., K-
 K., « Decrease in serum cortisol during yoga exercise is correlated
with alpha wave activation », Perceptual and Motor Skills, ,
vol. , no , p. -.
. M, T D. P., B B., N-
 T. K., TS., F N., C A.,
« Eects of yoga training on reaction time, respiratory endurance
and muscle strength », Indian Journal of Physiology and Pharma-
cology, , vol. , no , p. -.
. M M., NK., I K., K K., S-
 M., H S., « Is man able to breathe once a minute for
an hour? e eects of yoga respiration on blood gases », Japanese
Journal of Physiology, , vol. , no , p. -.
. R P. S., K K. A., R S. S., M S., G-
 K., B C., R M. V., A N.,
R M. E., G D., « Eects of yoga on exercise tole-
rance in normal healthy volunteers », Indian Journal of Physiology
and Pharmacology, , vol. , no , p. -.
. R P. S., M S., P K. V. V., R M. V., R M. E.,
S B. K. et M K. J. R., « Comparison of eects of yoga
& physical exercise in athletes », e Indian Journal of Medical Re-
search, août , no, p. -.
. R P. S., P K. V., VR. Y., M K. J., R M. V.,
« Inuence of intensive yoga training on physiological changes in
 adult women: a case report », Journal of Alternative and Comple-
mentary Medicine, , vol. , no , p. -.
. S F. J., A B., S O. W., « Physiological and
psychological eects of Hatha-Yoga exercise in healthy women »,
International Journal of Psychosomatics, , vol. , nos -, p. -
.
. S W., S K., R U. S., T R. R.,
H K. S., R U. et S K. C., « A new physio-
logical approach to control essential hypertension », Indian Journal
of Physiology and Pharmacology, , vol. , no , p. -.
. S-K D. S., K B., « e eects of unilateral
forced nostril breathing on the heart », e International Journal of
Neuroscience, , vol. , nos -, p. -.
. S L., G A., P C., M N., B L.,
« Yoga and chemoreex response to hypoxia and hypercapnia »,
Lancet, , , , , p. -.
Éric Clua, Élisabeth auplat et Florence Villien
421
. S A. Jr, K M., « EEG changes during forced alternate
nostril breathing », International Journal of Psychophysiology, ,
vol. , no , p. -.
. S D. C., N B., V C., M C., « Pattern
of breathing and ventilatory response to CO2 in subjects practi-
cing hatha-yoga », Journal of Applied Physiology, , vol. , no ,
p. -.
. T S., D T., « Oxygen consumption during pranayamic
type of very slow-rate breathing », e Indian Journal of Medical
Research, , no , p. -.
. T S., N R., N H. R., D T., « Physio-
logical changes in sports teachers following  months of training in
Yoga, Indian Journal of Medical Science, , vol. , no , p. -
.
. T S., N R., N H. R., « Breathing through
a particular nostril can alter metabolism and autonomic activities »,
Indian Journal of Physiology and Pharmacology, , vol. , no ,
p. .
. TS., N R., NH. R., « Physiological
measures of right nostril breathing », Journal of Alternative and
Complementary Medicine, , vol. , no , p. -.
. U K., M, B A. B., V P.,
KN., « Eect of prânayâma training on cardiac
function in normal young volunteers », Indian Journal of Physiology
and Pharmacology, , vol. , no , p. -.
. V L A., Prânayâma. La dynamique du soue, Paris, Flam-
marion, ,  p.
. V L A., J’apprends le yoga, Paris, Flammarion, ,
 p.
. VP., M, BA. B., P A.,
B K., « Modulation of stress induced by isometric handgrip
test in hypertensive patients following yogic relaxation training »,
Indian Journal of Physiology and Pharmacology, , vol. , no ,
p. -.
. W R. K., B H., W A. F., « A wakeful hypome-
tabolic physiological state », American Journal of Physiology, ,
no , p. -.
. Y R. K., D S., « Eects of yogic practice on pulmonary func-
tions in young females », Indian Journal of Physiology and Pharma-
cology, , vol. , no, p. -.
III, 3 : Contribution du yoga pour l’entraînement à l’apnée
Chapter
Full-text available
L'intérêt de la pratique du yoga pour l'entraînement en apnée est indéniable du point de vue empirique mais il n'a été que partiellement démontré du point de vue scientifique. Au cours de ce chapitre, nous proposons de présenter dans un premier temps les principaux acquis scientifiques sur les vertueuses modifications induites par le yoga sur les paramètres physiques, physiologiques et psychiques de la perfor-mance en apnée. Nous abordons ensuite les rapports entre yoga et apnée sur un plan plus pratique en proposant des exercices couram-ment utilisés par les apnéistes adeptes de ces arts complémentaires. Nous présentons successivement des exercices empruntés au yoga pos-tural (Hatha­yoga), à la science yogique de la respiration (prânayâma) ou encore à la relaxation. À chaque reprise sont indiqués les intérêts des exercices ainsi que les techniques de leur mise en oeuvre. Un exemple de programme précompétition est enfin fourni à titre indicatif.
Article
Full-text available
Twelve normal healthy volunteers (6 males and 6 females) undergoing yoga training for 90 days were studied for the effect of yoga on exercise tolerance. Their ages ranged from 18 to 28 years. The volunteers were taught only Pranayama for the first 20 days and later on yogic asanas were added. Sub-maximal exercise tolerance test was done on a motorized treadmill by using Balke's modified protocol, initially, after 20 days (Phase-I) and after 90 days of yoga training (Phase-II). Pyruvate and lactate in venous blood and blood gases in capillary blood were estimated immediately before and after the exercise. Minute ventilation and oxygen consumption were estimated before and during the test. Post exercise blood lactate was elevated significantly during initial and Phase-I, but not in Phase-II. There was significant reduction of minute ventilation and oxygen consumption only in males in Phase-I and II at the time when the volunteers reached their 80% of the predicted heart rate. Female volunteers were able to go to higher loads of exercise in Phase-I and II.
Article
Yoga is an ancient science that is becoming a vital component in contemporary athletic running. This literature review details some of the mental and physical benefits of yoga. These benefits can be applied to sports chiropractic. Scientific research on the use of yoga as a therapy in developing psychological skills and physical training for sports is presented, as are the effects of meditation, breath control, and yoga postures in the enhancement of increased athletic performance. The coordination of metal and physical training and the elimination of psychological barries that often inhibit performance. The coordination of mental and physical training and the elimination training and the elimination of psychological and physical that often inhibit performance potential are described. The concept of integrating chiropractic and yoga philosophy is presented.
There is evidence that the practice of yoga improves physical and mental performance. The present investigation was undertaken to study the effect of yoga training on visual and auditory reaction times (RTs), maximum expiratory pressure (MEP), maximum inspiratory pressure (MIP), 40 mmHg test, breath holding time after expiration (BHTexp), breath holding time after inspiration (BHTinsp), and hand grip strength (HGS). Twenty seven student volunteers were given yoga training for 12 weeks. There was a significant (P < 0.001) decrease in visual RT (from 270.0 +/- 6.20 (SE) to 224.81 +/- 5.76 ms) as well as auditory RT (from 194.18 +/- 6.00 to 157.33 +/- 4.85 ms). MEP increased from 92.61 +/- 9.04 to 126.46 +/- 10.75 mmHg, while MIP increased from 72.23 +/- 6.45 to 90.92 +/- 6.03 mmHg, both these changes being statistically significant (P < 0.05). 40 mmHg test and HGS increased significantly (P < 0.001) from 36.57 +/- 2.04 to 53.36 +/- 3.95 s and 13.78 +/- 0.58 to 16.67 +/- 0.49 kg respectively. BHTexp increased from 32.15 +/- 1.41 to 44.53 +/- 3.78s (P < 0.01) and BHTinsp increased from 63.69 +/- 5.38 to 89.07 +/- 9.61 s (P < 0.05). Our results show that yoga practice for 12 weeks results in significant reduction in visual and auditory RTs and significant increase in respiratory pressures, breath holding times and HGS.
Thirty three normal male and forty two normal female subjects, of average age of 18.5 years, underwent six weeks course in 'Pranayam' and their ventilatory lung functions were studied before and after this practice. They had improved ventilatory functions in the form of lowered respiratory rate (RR), and increases in the forced vital capacity (FVC), forced expiratory volume at the end of 1st second (FEV1%), maximum voluntary ventilation (MVV), peak expiratory flow rate (PEFR-lit/sec), and prolongation of breath holding time.
Article
To determine whether the yogic Ujjayi pranayamic type of breathing that involves sensory awareness and consciously controlled, extremely slow-rate breathing including at least a period of end-inspiration breath holding in each respiratory cycle would alter oxygen consumption or not, ten males with long standing experience in pranayama, and volunteering to participate in the laboratory study were assessed. These subjects aged 28-59 yr, had normal health appropriate to their age. Since kumbhak (timed breath holding) is considered as an important phase of the respiratory cycle in the pranayama, they were categorised into two groups of five each, one group practising the short kumbhak varieties of pranayama, and the other the long kumbhak varieties of pranayama. The duration of kumbhak phase was on an average 22.2 percent of the respiratory cycle in the short kumbhak group, and 50.4 per cent in the long kumbhak group. The oxygen consumption was measured in test sessions using the closed circuit method of breathing oxygen through the Benedict-Roth spirometer. Each subject was tested in several repeat sessions. Values of oxygen consumption of the period of pranayamic breathing, and of post-pranayamic breathing period, were compared to control value of oxygen consumption of the prepranayamic breathing period of each test session. The results revealed that the short kumbhak pranayamic breathing caused a statistically significant increase (52%) in the oxygen consumption (and metabolic rate) compared to the pre-pranayamic base-line period of breathing. In contrast to the above, the long kumbhak pranayamic breathing caused a statistically significant lowering (19% of the oxygen consumption (and metabolic rate).(ABSTRACT TRUNCATED AT 250 WORDS)
Article
The present study conducted on twelve normal healthy male subjects showed decrease in blood urea, increase in creatinine and tyrosine after one minute of Kapalabhati, a fast-breathing technique of Hatha Yoga (120 respiratory strokes (min.). From biochemical point of view the practice of Kapalabhati seems to promote decarboxylation and oxidation mechanisms due to which quieting of respiratory centres is achieved, which is also the prerequisite for the practice of Pranayama, another important technique of Yoga.
Article
WE studied eight Belgian subjects well advanced in the practice of hatha-yoga and compared them with eight sex-, age-, and height-matched control subjects. Practice of yoga (range 4-12 yr) involves control of posture and manipulation of breathing, including slow near-vital capacity maneuvers accompanied by apnea at end inspiration and end expiration. Average values for the yoga and the control group (in parentheses) are as follows: ventilation (VE) 5.53 1 X min-1 (7.07); tidal volume (VT), 1.03 liters (0.56); rate of breathing, 5.5 min-1 (13.4); end-tidal PCO2, 39.0 Torr (35.3). All differences are significant (P less than 0.05). Ventilatory response to CO2 (rebreathing technique) was significantly lower in the yoga group (P less than 0.01). The regression relating VE to VT during rebreathing of CO2 was VE = 8.1 (VT - 0.23) for the yoga group and VE = 15.8 (VT - 0.16) for the control group (P less than 0.005). We attribute these changes to chronic manipulation of respiration.
Article
Hatha-Yoga has become increasingly popular in western countries as a method for coping with stress. However, little is known about the physiological and psychological effects of yoga practice. We measured heart rate, blood pressure, the hormones cortisol, prolactin and growth hormone and certain psychological parameters in a yoga practicing group and a control group of young female volunteers reading in a comfortable position during the experimental period. There were no substantial differences between the groups concerning endocrine parameters and blood pressure. The course of heart rate was significantly different, the yoga group had a decrease during the yoga practice. Significant differences between both groups were found in psychological parameters. In the personality inventory the yoga group showed markedly higher scores in life satisfaction and lower scores in excitability, aggressiveness, openness, emotionality and somatic complaints. Significant differences could also be observed concerning coping with stress and the mood at the end of the experiment. The yoga group had significant higher scores in high spirits and extravertedness.
Article
The effects of 10 min forced alternate nostril breathing (FANB) on EEG topography were studied in 18 trained subjects. One type of FANB consisted in left nostril inspiration and right nostril expiration and the other type in right nostril inspiration and left nostril expiration. Mean power in the beta bands and partially in the alpha band increased during FANB irrespective of the type of nostril breathing. In addition, hemisphere asymmetry in the beta 1 band decreased in the second half of FANB suggesting that FANB has a balancing effect on the functional activity of the left and right hemisphere.