ArticlePDF Available

Complexité de la cavité nasale du lapin

Authors:

Abstract and Figures

Les lapins respirent obligatoirement par le nez, aussi bien en période de repos ou lors d'un effort physique par le nez. Cette particularité est partagée avec le cheval, au contraire de nombreux mammifères. L'anatomie et la morphologie (structure externe) de la tête du lapin sont complexes, avec ses différents organes qui permettent de se nourrir, de marquer son territoire, de surveiller son environnement ou de respirer. La bouche est entourée de lèvres préhensibles et de vibrisses. Les glandes (organes sécrétant diverses substances) sous le menton permettent de marquer le territoire ou les objets. Les organes de perception de l'environnement incluent les yeux et les oreilles. Les narines, quant à elles, permettent de communiquer entre l'environnement et les poumons (Figure 1). Figure 1 : Morphologie de la région nasale du lapin.
Content may be subject to copyright.
Complexité de la cavité nasale du lapin
Esther van Praag
Les lapins respirent obligatoirement par le nez, aussi bien en période de repos ou
lors d’un effort physique par le nez. Cette particularité est partagée avec le cheval,
au contraire de nombreux mammifères.
L’anatomie et la morphologie (structure
externe) de la tête du lapin sont complexes,
avec ses différents organes qui permettent
de se nourrir, de marquer son territoire, de
surveiller son environnement ou de respirer.
La bouche est entourée de lèvres
préhensibles et de vibrisses. Les glandes
(organes sécrétant diverses substances)
sous le menton permettent de marquer le
territoire ou les objets. Les organes de
perception de l’environnement incluent les
yeux et les oreilles. Les narines, quant à
elles, permettent de communiquer entre
l’environnement et les poumons (Figure 1).
Figure 1 : Morphologie de la région nasale du lapin.
MediRabbit.com Février 2014
DOI: 10.13140/2.1.1236.8647 2
Celles du lapin sont mobiles et peuvent être
gardées ouvertes ou fermées. Au repos, il
est possible d’observer un mouvement
vertical régulier d’ouverture et de fermeture
des orifices nasaux de haut en bas,
suivant plus ou moins le rythme respiratoire.
Il est néanmoins impossible d’évaluer la
fréquence respiratoire en se basant sur le
nombre de mouvements nasaux par minute.
En effet, les narines peuvent rester fermées
chez un animal au repos, se trouvant dans
un endroit frais, ou rester grande ouverte
après un effort physique ou un voyage en
voiture.
Structure osseuse licate de la cavité
nasale
La cavi nasale du lapin est divisée en
fosse droite et gauche, séparée par une
cloison médiane cartilagineuse, le septum
nasal. Chaque fosse nasale contient de
nombreuses lames osseuses qui se
détachent de la paroi osseuse (Figure 2, 3).
Celles-ci sont minces et recouvertes d’une
tunique muqueuse. Les fosses nasales
contiennent des lames osseuses, appelées
cornets nasaux. Leur structure en labyrinthe
permet de faire passer l’air inspiré le long de
la muqueuse olfactive riche en
chémorécepteurs lié à l’odorat. Chez les
lapins, les cornets nasaux sont
particulièrement vascularisés et ramifiés, ce
qui augmente la surface de contact entre
l’air et les muqueuses. Selon leur
emplacement, les cornets ont une fonction
olfactive ou respiratoire, en chauffant et
humidifiant l’air inspiré et en le purifiant
d’impuretés et de poussières. Alors que
l’augmentation de la surface de contact
entre l’air et les muqueuses au niveau des
cornets est efficace et contribue au sens
aigu de l’odorat chez les lapins, le flux de
Figure 2 : Coupe sagittale du crâne de lapin, avec détails des différents sinus nasaux.
MediRabbit.com Février 2014
DOI: 10.13140/2.1.1236.8647 3
l’air vers les poumons s’en trouve perturbé,
créant une résistance de l’écoulement de
l’air.
Besoins en oxygène et respiration orale
Lors d’un effort physique, le lapin adapte
sa respiration aux besoins en oxygène de
son corps et le transit d’air entre les narines
et les poumons augmente. L’augmentation
du volume d’air inspiré cause une
augmentation de la résistance de l’air vers
les poumons ainsi qu’une élévation de la
pression au niveau des vaisseaux sanguins
des poumons. Cette résistance de
l’écoulement de l’air vers les poumons nuit
aux lapins souffrant de problèmes
respiratoires ou de déformations des sinus.
Afin de s’oxygéner suffisamment, ces
animaux auront tendance à recourir à la
respiration buccale, au moindre coût
énergétique, mais peu efficace. Les lapins
ont en effet une structure unique de la
région laryngo-pharyngienne ; le voile du
palais est très allongé au niveau oral du
pharynx, alors que la lame cartilagineuse de
l’épiglotte repose directement contre le
palais mou. Ceci empêche toute
communication entre la cavité orale et la
trachée, organe faisant partie des voies
respiratoires. De ce fait il est impératif que
les différents organes de l’appareil
respiratoire du lapin (cavité nasale, sinus, os
nasal et mandibulaire, voies respiratoires,
poumons) ne présentent aucun phénomène
obstructif ou pathologique.
Figure 3 : Radiographie numérique incidence légèrement oblique du crâne d’un lapin, montrant la
structure complexe des structures nasales.
MediRabbit.com Février 2014
DOI: 10.13140/2.1.1236.8647 4
Longueur différente des sinus nasaux
selon les races
Les sinus nasaux sont des cavités
aériennes qui s’insèrent dans les structures
osseuses de la face et du crâne. Ils
débouchent dans la cavité nasale, au niveau
des méats situés entre les cornets nasaux.
Ces orifices permettent le drainage du
contenu des sinus. On distingue les sinus
conchaux ventraux et dorsaux et un sinus
conchal éthmoïdien incorporé dans
l'épaisseur de l’os ethmoïde. Le lapin ne
possède pas de sinus conchal frontal. Le
sinus conchal dorsal est bien développé. Les
sinus courts des lapins nains les rendent
particulièrement sensibles aux maladies des
voies respiratoires.
La cavité nasale contient aussi de
nombreuses glandes
La cavité nasale contient de nombreuses
glandes. Certaines de ces glandes
produisent une sécrétion séreuse qui joue
un rôle important dans la thermorégulation.
L’organe voméronasal, ou organe de
Jacobson, est peu développé chez le lapin. Il
contient des récepteurs neuronaux capables
de détecter les phéromones émises par leurs
congénères. L’activation des neurones induit
un comportement particulier chez les mâles,
qui rappelle le « flehmen » des étalons. Les
glandes nasales latérales sont situées entre
la cavité nasale et le sinus maxillaire.
Un des orifices du canal nasolacrymal,
reliant la glande lacrymale située sous l’œil,
Figure 4 : Ouverture du conduit nasolacrymal au niveau du vestibule nasal (flèche).
MediRabbit.com Février 2014
DOI: 10.13140/2.1.1236.8647 5
débouche dans la cavité nasale, sur le bord
intérieur externe de la narine (Figure 4).
L’autre orifice peut être observé sur le bord
interne de la paupière inférieure.
Le mouvement des narines est contrôlé
par des muscles
Les muscles nasaux sont en nombre pairs,
sauf un qui est situé au bout de l’os nasal.
Les muscles moteurs des narines sont reliés
aux narines et aux différentes structures
osseuses du crâne. Ils assurent directement
la dilatation ou la compression des narines,
ou provoquent un mouvement de côté de
l’aile de la narine, ce qui résulte en la
dilation de la narine chez les lapins. Leur
fonction est essentiellement motrice, et leur
contraction permet de contrôler l’ouverture
et la fermeture des narines et de réguler le
passage de l’air. Seuls quelques muscles
jouent un rôle dans l’olfaction en bougeant
les cartilages nasaux. Les muscles
contrôlant le mouvement des narines sont
sous le contrôle du nerf facial.
Remerciement
Un très grand merci à Arie van Praag, pour laide
apportée pour la prise de photos.
Références
Barone R. Anatomie comparée des mammifères
domestiques: Arthrologie et myologie. École
nationale vétérinaire, Laboratoire d'anatomie,
1966.
Kohler R.P.E. Etude anatomique et histologique
expérimentale des voies lacrymales dans
l’espèce canine. Thèse. Ecole vétérinaire de
Toulouse, Université Paul-Sabatier de
Toulouse. 2008.
oatao.univ-toulouse.fr/1230/1/jan_1230.pdf
Lebas F. La Biologie du Lapin. 5 - L'Appareil
Respiratoire. INRA 2013.
cuniculture.info/Docs/Biologie/biologie-05.htm
Moore KL, Dalley AF. Anatomie médicale:
aspects fondamentaux et applications
cliniques. Paris (France ) : De Boeck
Supérieur, 2001.
Pozet C. Pathologie respiratoire du lapin de
compagnie : étude bibliographique et
élaboration de fiches pratiques. Thèse. Ecole
nationale vétérinaire de Lyon. Université
Claude-Bernard-Lyon1. 2009.
Email : info@medirabbit.com
Site web : http://www.medirabbit.com
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
ResearchGate has not been able to resolve any references for this publication.