ArticlePDF Available

"Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques de tri?

Authors:

Abstract

Sorting practices and social representations of waste and recycling As an embodiment of the announced ecological apocalypse, waste today represents the environmental problems stemming from the generalized consumerism of Western society. Confronted with the evergrowing amount of waste, governments have developed recycling policies that involve varied and numerous actors. In order for this project to be a success, as many people as possible must adopt it; while individuals tend to dispose of their waste as rapidly, discreetly and simply as possible, they must better control their practices in order for it to work. Selective sorting therefore brings to light the relationship of individuals to their waste. A network analysis of the social representations of these two objects shows us that these social representations have common semantic elements. In addition, we will see that, if the representation of waste is mostly negative, that of sorting is particularly positive. Furthermore, the analysis of these representations for the practices of selective sorting will highlight much common cognitions between individuals. At the same time, it underscores some differences, in particular in the perceptions of simplicity or complexity involved in sorting and the power of individual action.
"REPRÉSENTATIONS SOCIALES DU TRI SÉLECTIF ET DES DÉCHETS
EN FONCTION DES PRATIQUES DE TRI"
Mickaël Dupré
Presses universitaires de Liège | Les cahiers internationaux de psychologie sociale
2013/2 - Numéro 98
pages 173 à 209
ISSN 0777-0707
Article disponible en ligne à l'adresse:
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-internationaux-de-psychologie-sociale-2013-2-page-173.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour citer cet article :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dupré Mickaël, « "Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques de tri" »,
Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 2013/2 Numéro 98, p. 173-209.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Liège.
© Presses universitaires de Liège. Tous droits réservés pour tous pays.
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en
France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
1 / 1
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales du tri sélectif
et des déchets en fonction des
pratiques de tri
Sorting practices and social
representations of waste and
recycling
Mickaël DUPRÉ
Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et
Communication - LESTIC, Université de Bretagne Sud, France
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales du tri sélectif et des déchets en fonction des pratiques de tri
Avatar de l’apocalypse écologique annoncée, le déchet incarne aujourd’hui les problèmes
environnementaux issus du consumérisme généralisé de la société occidentale. Face à la quantité
sans cesse croissante des déchets, les pouvoirs publics ont développé une politique de revalorisation
qui implique des acteurs aussi variés que pluriels. La réussite de ce projet repose néanmoins
essentiellement sur l’adhésion du plus grand nombre et invite l’individu à une gestion contrôlée
de ses déchets alors que sa posture individuelle voudrait qu’il s’en débarrasse le plus rapidement,
discrètement et simplement possible. Le tri sélectif questionne donc le rapport de l’individu à ses
déchets. Une analyse des représentations sociales du tri sélectif et du déchet nous enseignera que des
éléments sémantiques sont partagés entre elles. En outre, nous verrons que si la représentation des
déchets est essentiellement négative, celle du tri est au contraire particulièrement positive. L’analyse de
ces représentations en fonction des pratiques du tri sélectif mettra par ailleurs en évidence l’existence
de nombreuses cognitions communes chez l’ensemble des individus mais également des différences
portant notamment sur les contraintes perçues et sur le sentiment de responsabilité..
Sorting practices and social representations of waste and recycling
As an embodiment of the announced ecological apocalypse, waste today represents the environmental
problems stemming from the generalized consumerism of Western society. Confronted with the ever-
growing amount of waste, governments have developed recycling policies that involve varied and
numerous actors. In order for this project to be a success, as many people as possible must adopt
it; while individuals tend to dispose of their waste as rapidly, discreetly and simply as possible, they
must better control their practices in order for it to work. Selective sorting therefore brings to light the
relationship of individuals to their waste. A network analysis of the social representations of these two
objects shows us that these social representations have common semantic elements. In addition, we
will see that, if the representation of waste is mostly negative, that of sorting is particularly positive.
Furthermore, the analysis of these representations for the practices of selective sorting will highlight
much common cognitions between individuals. At the same time, it underscores some differences, in
particular in the perceptions of simplicity or complexity involved in sorting and the power of individual
action.
Soziale Repräsentation des selektiven Sortierens und von Abfall in Abhängigkeit von Praktiken des
Sortierens
Das Unglück einer ökologischen Apokalypse kündigt sich an; Abfall verkörpert heute das
Umweltproblem, das sich aus dem allgemeinen Konsumverhalten in der westlichen Welt ergibt.
Gegenüber der Unmenge ständig weiter wachsender Abfälle haben Behörden eine Politik einer
Neubewertung entwickelt, die viele unterschiedliche Akteure einschließen. Der Erfolg dieses Projektes
ruht im Wesentlichen auf der Zustimmung einer großen Zahl von Bürgern. Die individuelle Person
ist zu einem kontrollierten Umgang mit seinen Abfällen eingeladen, wobei aus seiner individuellen
Haltung heraus es wünschenswert sein dürfte, Abfall so schnell wie möglich, so diskret und einfach wie
möglich zu entsorgen. Das selektive Sortieren stellt diese Haltung gegenüber seinem Abfall allerdings
in Frage. Eine Analyse der sozialen Repräsentationen selektiven Sortierens und des Abfalls zeigt uns,
dass bei ihnen semantische Elemente gemeinsam sind. Unter anderem sehen wir, dass, wenn die
Repräsentation von Abfall im Wesentlichen negativ ist, die Präsentation der Abfalltrennung dazu im
Gegensatz besonders positiv ausfällt. Die Analyse dieser Repräsentationen verweist außerdem je nach
der Praxis der selektiven Mülltrennung deutlich auf die Existenz zahlreicher gemeinsamer Kognitionen
bei der Gesamtheit der Individuen, wie aber auch auf Unterschiede, die sich vor allem auf die
wahrgenommenen Zwänge und auf das Gefühl der Verantwortlichkeit beziehen.
Representaciones sociales de la separación selectiva de basuras en función de las prácticas de reciclaje
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Avatar del apocalipsis ecológico anunciado, las basuras encarnan actualmente los problemas
ambientales originados por el consumismo generalizado de la sociedad occidental. Frente a la cantidad
creciente de basuras, los poderes públicos han desarrollado una política de revalorización que implica
a actores tan variados como plurales. El éxito de este proyecto descansa sin embargo, esencialmente
en la adhesión de un cada vez más grande número e invita al individuo a una gestión controlada
de sus desechos, al tiempo que su postura individual quisiera que ellos se deshagan lo mas rápida,
discreta y fácilmente posible. La selección selectiva cuestiona la relación del individuo a sus desechos.
Un análisis de las representaciones sociales del reciclaje y de la basura nos mostrara los elementos
semánticos compartidos entre ellos. Además, veremos que si la representación de las basuras es
esencialmente negativa, la el reciclaje es al contrario particularmente positiva. El análisis de estas
representaciones en función de las practicas de separación selectiva pondrá en evidencia la existencia
de numerosas cogniciones comunes en el conjunto de individuos, pero así mismo diferencias basadas
especialmente sobre las restricciones percibidas y sobre el sentimiento de responsabilidad.
Representações sociais de triagem seletiva e de resíduos em função de práticas de triagem
Avatar do Apocalipse ecológico anunciado, os resíduos encarnam hoje os problemas ambientais
oriundos do consumismo da sociedade ocidental. Diante da crescente quantidade de resíduos, os
governos têm desenvolvido uma política de revalorização que implica diversos atores. O sucesso deste
projeto baseia-se essencialmente, no entanto, na adesão do maior número e convida o indivíduo a
uma gestão controlada dos resíduos ao passo que ao nível da sua posição individual queira removê-los
mais rapidamente, de forma discreta e tão simplesmente quanto possível. A triagem seletiva questiona
pois a relação do indivíduo com os seus resíduos. Uma análise das representações sociais da triagem
seletiva e do resíduo ensinar-nos-á que elementos semânticos são triagem partilhados entre eles. Além
disso, veremos que, se a representação dos resíduos é essencialmente negativa, a da triagem é em
vez disso particularmente positiva. A análise dessas representações com base nas práticas de triagem
seletiva também vai destacar a existência de muitas cognições comuns entre todos os indivíduos, mas
também de diferenças, incluindo restrições percecionadas e sentido de responsabilidade.
Le rappresentazioni sociali della raccolta differenziata e dei rifiuti, considerati in funzione della pratica
di tale raccolta
Avatar di un’apocalisse ecologica annunciata, il rifiuto incarna oggi i problemi ambientali scaturiti
dal consumismo generalizzato della società occidentale. Di fronte alla crescita senza fine dei rifiuti,
i poteri pubblici hanno sviluppato una politica di rivalorizzazione che implica la partecipazione di
attori molto diversi e plurali. Tuttavia, la riuscita di tale progetto è affidata essenzialmente sull’adesione
del maggior numero possibile di persone e chiede a ognuno di gestire in modo controllato i suoi rifiuti,
mentre la sua posizione individuale richiederebbe invece che egli quanto più possibile se ne sbarazzi
in modo veloce, discreto e semplice. La raccolta differenziata mette in gioco dunque il rapporto di
ognuno con i propri rifiuti. Un’analisi delle rappresentazioni sociali della raccolta differenziata e dei
rifiuti ci permetterà di cogliere gli elementi semantici condivisi dalle due rappresentazioni. Inoltre,
potremo notare che se la rappresentazione dei rifiuti è essenzialmente negativa, quella della raccolta
differenziata è al contrario particolarmente positiva. L’analisi di queste rappresentazioni in funzione
delle pratiche della raccolta differenziata metterà infine in evidenza l’esistenza di numerose cognizioni
comuni nell’insieme dei partecipanti ma anche l’esistenza di differenze, che riguardano in particolar
modo gli obblighi percepiti e il sentimento di responsabilità.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
La correspondance pour cet article doit être adressée à Mickaël Dupré, CRPCC-LESTIC, 51
route de Locronan, 29000 Quimper, France ou par courriel à <mickael_dupre@yahoo.fr>.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 177
B « Ce qu’il y a de plus important à étudier dans une société, ce sont
ses tas d’ordures » (Mauss cité par Harpet, 1998, 4ème de couverture)
1. Introduction
Bien que les problèmes et les solutions apportées aient été considérablement dif-
férents en fonction des époques, la relation de l’homme à ses déchets n’a que peu
évolué au cours de l’histoire humaine (De Silguy, 1996). Au niveau de la gestion
urbaine, des questions d’encombrement et des problèmes sanitaires et écologiques
se sont succédés et combinés, avec toujours la même réponse d’appeler à une
intervention collective (Barbier, 1997).
La revalorisation des matières déchues a longtemps été la norme. Ainsi, jusqu’à
la n du 19ème siècle, il n’existait pas de déchets ultimes voués à l’élimination,
l’ensemble des résidus d’activités humaines trouvaient leur place dans les circuits
agricoles et industriels (Barles, 2005). La n de la complémentarité entre la ville,
l’industrie et l’agriculture induite par la révolution industrielle a conduit à la néces-
sité de se pourvoir de moyens techniques et nanciers pour assurer l’élimination
des déchets. C’est dans ce contexte qu’en 1884, le préfet Poubelle met en service
sur la ville de Paris un contenant auquel il donnera son nom et à vocation de
recevoir les déchets. Il prévoit alors la première collecte sélective avec trois ux
séparant les matières putrescibles, les papiers et les chiffons, et le verre, la faïence
et les coquilles d’huîtres. Cette règlementation ne sera alors que très partiellement
respectée et il faut attendre près d’un siècle pour que soit mise en place une poli-
tique rigoureuse de collecte sélective et de revalorisation.
Les années 1970 marquent en effet un tournant dans la gestion des déchets. La
France enterre l’édit royal de Villers-Coterêt qui faisait autorité sur le territoire na-
tional en matière de gestion des déchets depuis 1539 et se dote d’une véritable
politique publique de gestion des déchets avec la Loi du 15 juillet 1975.
Cette loi pose notamment comme priorité nationale que « l’élimination des déchets
doit être assurée (..) dans des conditions propres à faciliter la récupération des ma-
tériaux, éléments ou formes d’énergie réutilisables » (Loi n°75-633, titre V, article
15). Cette politique de gestion contrôlée des déchets a par la suite été renforcée
par la Loi du 13 juillet 1992 qui a imposé de nouveaux objectifs de revalorisation.
Selon le rapport de l’ADEME de 2010, 98,5 % de la population a un accès à un
service de collecte sélective et 59 millions de personnes trient leurs déchets à son
domicile. Toutefois, l’intensité de la pratique varie considérablement en fonction
de la nature des déchets : environ 80% de la population témoigne trier régulière-
ment le verre, 70% les piles et les journaux, 40% les plastiques. Pour comparaison,
en 1998, l’enquête permanente sur les conditions de vie de l’Insee enregistrait
des taux beaucoup moins élevés : 65% pour le verre, 30% pour les piles et 37%
pour les papiers. En 2011, 63% des déchets ménagers ont été recyclés et l’objectif
désormais annoncé au cours des 10èmes Assises Nationales des Déchets en 2009
est de recycler 75% d’ici 2015.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 178
Les Lois de 1975 et 1992 ont engendré des modications majeures dans la gestion
des déchets, avec en premier lieu, la mise en place de la collecte sélective des
déchets. La politique de gestion contrôlée des déchets repose en effet en grande
partie sur la participation des usagers et marque ainsi une rupture avec la logique
de déresponsabilisation qui avait cours jusqu’alors et avait pu conduire jusqu’à,
localement, la mise en place de services complets, dans lesquels les habitants
n’avaient même pas à sortir leurs poubelles (Guigo, 1991). Avec le tri, les habitants
sont extraits du cours ordinaire de la vie quotidienne pour être saisis dans un état
public, mis en rapport et en ordre (Charvollin, 1998). Ils deviennent des trieurs
de déchets, invités par la collectivité locale à ne déposer dans la poubelle du tri
que les seuls déchets d’emballages conformes aux consignes. Aussi, le tri, et plus
globalement, la gestion des déchets domestiques, s’articule entre espaces privés
et publics, entre problèmes visibles et invisibles, entre enjeu local et global, entre
identités individuelles et collectives. Face à l’apocalypse écologique annoncée, le
déchet fait ofce de véritable avatar de la pollution comme de la question écolo-
gique, et la gestion contrôlée des déchets se présente comme la porte d’entrée pour
le citoyen vers un mode de vie plus durable. Le déchet est inhérent à toute produc-
tion humaine et avec une société orientée vers la consommation, l’ensemble des
pays industrialisés doit désormais faire face au dé de briser le lien entre croissance
économique et impacts environnementaux de la production de déchets. Surtout,
le tri sélectif et la gestion contrôlée des déchets plus globalement, ont une « vertu
pédagogique importante dans la perspective de la mobilisation générale qui serait
seule à la hauteur des nouveaux dés » (Barbier, 2002, p. 43).
2. Les déterminants des pratiques de tri
La réussite de la politique de gestion des déchets repose essentiellement sur la
participation du citoyen. Avec un tel enjeu, de nombreuses études ont été menées
an d’identier les facteurs qui conditionnent les comportements de tri. En France,
quelques travaux sociologiques (Charvolin, 1998) et socio-économiques (Laredo
et Barbier, 1999 ; Maresca et Poquet, 1994) se sont penchés sur cette question.
Les études sont néanmoins essentiellement anglo-saxonnes. Elles ont permis de
distinguer des facteurs sociodémographiques, psychosociaux et des facteurs liés
aux modalités de collecte.
2.1 Les facteurs sociodémographiques
Le meilleur indice sociodémographique serait le niveau de revenu (Gamba and
Oskamp, 1994 ; Oskamp, Harrington, Edwards, Sherwood, Okuda et Swanson,
1991 ; Vining et Ebreo, 1990 ; Jacobs , Zinkgraf, Wormuth, Hartel et Hughey,
1981). Il affecte notamment la nature du logement (individuel Vs collectif) et donc
le mode de collecte (porte-à-porte Vs point d’apport volontaire), la taille du loge-
ment et le temps disponible. Tous ces éléments ont un impact sur les pratiques de
tri et plus précisément sur les contraintes qui y sont associées.
Toutefois, la plupart des facteurs sociodémographiques ont une relation condi-
tionnelle, voire faible à nulle, avec les pratiques de tri : L’éducation aurait ainsi
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 179
une relation incertaine (Hopper et Nielson, 1991; Oskamp et al., 1991; Gamba
et Oskamp, 1994) mais possiblement importante (Webster, 1975; Vining et Ebreo,
1990 ; Lansana, 1992) avec le tri. L’âge aurait des effets différents sur le tri selon les
situations (Swami, Chamorro-Premuzic, Snelgar et Furnham, 2010 ; Barr, 2007).
La taille du foyer serait négativement corrélée au taux de recyclage et positivement
au taux de compostage. Le genre serait un indice particulièrement faible (Webster,
1975 ; Vining et Ebreo, 1990 ; Hopper et Nielson, 1991 ; Oetamp et al., 1991 ;
Gamba et Ostamp,1994).
Ainsi, la littérature scientique donne régulièrement jour à des observations et
conclusions qui se contestent ou contredisent. Les caractéristiques sociodémogra-
phiques apparaissent donc comme des prédicteurs limités des comportements de
tri. C’est ce que conrme la méta-analyse réalisée par Roberts (1996) à partir de 29
études et qui conclue à une force prédictive de l’ensemble des facteurs sociodé-
mographiques de 8 à 9%.
2.2 Les modalités de collecte
Certaines caractéristiques de la collecte affectent dans une plus large mesure les
pratiques de tri (Timlett et Williams, 2011). Les observations suggèrent notamment
que la méthode de collecte est un facteur important des pratiques de tri. La col-
lecte en porte-à-porte est en effet considérablement plus efcace que la collecte en
point d’apport volontaire (Timlett et Williams, 2011). Les études concluent, qu’en
moyenne, 75% des personnes affectées à un mode de collecte en point d’apport
volontaire disent qu’elles trieraient davantage si elles avaient des poubelles à rou-
lettes. Une étude réalisée par Dahlén, Vukicevic, Meijer et Lagerkvist (2007) a
permis d’observer que 50% des non-trieurs qui témoignaient qu’ils trieraient s’ils
étaient équipés de bacs à roulettes à la place d’un point d’apport volontaire, trient
effectivement après la mise en place de l’équipement.
Si le mode de collecte par point d’apport volontaire est moins efcace que le
porte-à-porte individuel, plusieurs facteurs sont susceptibles d’en faire varier la
performance. Ainsi, autant que l’aspect technique, l’entretien des contenants et/
ou de l’espace dédié aux containers est primordial. Un état de souillure ou de
délabrement peut conduire jusqu’à l’arrêt de la participation (Timlett et Williams,
2011). La distance séparant le domicile est également décisif. Il existe en effet une
relation inverse entre la distance parcourue jusqu’au point d’apport volontaire et
le comportement de tri. En milieu urbain, la distance critique de 50 à 60 mètres du
domicile conditionne l’adhésion comportementale au tri (Saphoresa et Al., 2012).
Outre le mode de collecte, la fréquence de celle-ci affecte également les compor-
tements. Plus la collecte des ordures ménagères est fréquente et moins le taux de
recyclage serait important (Tucker et al., 2000; Woodward, Sommerville et Gua-
jardo, 2001). La fréquence de la collecte sélective conduisant quant à elle aux
meilleurs résultats est hebdomadaire (Everett et de Peirce, 1993 ; Noehammer et
Byer, 1997). Une collecte des ordures ménagères et de la collecte sélective réali-
sée le même jour n’affecterait pas (Noehammer et Byer, 1997) ou peu (Everett et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 180
de Peirce, 1993) le taux de recyclage. Par contre, la collecte d’autres ux que la
collecte sélective et les ordures ménagères, le même jour, augmenterait le taux de
recyclage (Wilson et Williams, 2005).
Enn, les contenants ont également un impact sur les pratiques. Les contenants
rigides produisent des taux de récupération plus élevés que les sacs (Everett et
Peirce, 1993). Curnow et Hinchy (1993) sont parvenus à faire passer le taux de tri
de 35%, à 68% avec la distribution gratuite de sacs et 95% avec des caisses rigides.
2.3 Les déterminants psychosociaux
De très nombreux facteurs psychosociaux ont été identiés comme susceptibles
d’affecter les pratiques de tri. Parmi ceux-ci, le contrôle perçu est régulièrement
désigné comme le plus prédictif (Carrus Passafaro et Bonnes, 2007). Il rend compte
de la capacité que l’individu se reconnait pour réaliser le comportement souhaité.
Il dépend lui-même de différents facteurs tels que les connaissances relatives aux
modalités de collecte ou aux impacts sociaux, économiques et environnementaux
du tri, mais également les contraintes de temps, d’espace, physiques ou esthétiques,
ou les croyances en l’efcacité du tri et de ses propres pratiques. Ces facteurs eux-
mêmes ont un impact plus ou moins important sur les comportements de gestion
des déchets. Par exemple, plusieurs études ont montré qu’il existait de fortes corré-
lations entre les comportements de tri et la croyance que le recyclage est efcace
et préserve l’environnement (Chan, 1998 ; Gamba et Oskamp, 1994 ; Vining et
Ebreo, 1990). Les connaissances relatives aux consignes de tri sont, quant à elles,
les connaissances les plus prédictives du tri. Elles permettent la compréhension et
l’appropriation de la règle juste. Toutes les études réalisées concluent que les non-
trieurs sont mal informés. Enn, la contrainte perçue rend compte des coûts per-
sonnels que l’individu perçoit de la pratique du tri. Ainsi, plus la contrainte perçue
est forte et moins l’individu trie. Les contraintes les plus fréquemment mentionnées
par les usagers sont les efforts physiques, le temps (Oskamp et al., 1991; McCarty
and Shrum, 1994) et l’espace requis (Vining et Ebrero, 1990; Boldero, 1995), et le
coût nancier (Ewing, 2001). Les études réalisées sur la perception des contraintes
montrent que les individus s’arrangent « au mieux » pour limiter les contraintes du
système. Ils ont tendance à adapter les consignes à leur quotidien (McCarty and
Shrum, 1994). Aussi, une différence essentielle entre trieurs et non-trieurs est la
mise en exergue par ces derniers des contraintes occasionnées par le tri alors que
cet aspect n’est pas souligné par les trieurs réguliers (Arkkelin, Schroeder, Sucho-
dolski, Skrenes et Rodriquez, 2000).
Les attitudes relatives à l’environnement et à la gestion des déchets sont de très
faibles prédicteurs des pratiques. Selon les études, la relation entre l’intérêt pour
l’environnement et les comportements pro-environnementaux est, au mieux, faible
à modérée. (Eckes et Six, 1994; Six, 1992). L’intérêt pour l’environnement n’expli-
querait pas plus de 10% de la variance des comportements écologiques comme
le recyclage (Bamberg, 2003). Les attitudes sont essentiellement orientées par les
pratiques habituelles et les valeurs personnelles (Thogersen et Grunert-Beckmann,
1997). Or, ces deux dernières ont montré des relations intéressantes avec les pra-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 181
tiques. En effet, les comportements de tri passés ont des conséquences directes sur
les pratiques futures. S’ils ont été effectués dans des contextes relativement stables,
les comportements conduiront naturellement à la formation d’habitudes (Kiesler,
1971). L’habitude peut elle-même conduire à un effet de généralisation du tri à
d’autres ux de déchets (Daneshvary, Daneshvary, et Schwer, 1998).
Des chercheurs se sont également intéressés à identier des traits de personnalité
susceptibles d’inuencer les pratiques de tri. McCrae et Costa (1997) qui ont
comparé les comportements de tri en fonction des résultats au test de personna-
lité du Big Five (Golberg, 1990) sont parvenus à la conclusion de relations faibles
à nulles. Swami et al. (2010) ont quant à eux observé qu’être consciencieux
pouvait affecter positivement le tri alors que le machiavelisme (Christie et Geis,
1970), le cynisme politique (Citrin et Elkins, 1975) et le conservatisme l’affec-
ter négativement. Parmi les différents facteurs de personnalité, la responsabilité
morale semble être le plus en lien avec les comportements de tri et plus généra-
lement les pratiques éco-citoyennes (Schwartz, 1977). Thorgersen (1996), dans
une revue critique de la littérature sur le tri, observe que les individus classent les
comportements pro-environnementaux dans le domaine de la moralité, de telle
sorte que pour eux la question n’est pas de calculer les coûts et les bénéces du
comportement, mais plutôt en rapport à un choix entre bien et mal. Les résul-
tats de différentes études suggèrent que si un individu a tendance à culpabiliser
concernant ce qu’il fait ou ne fait pas, il aura également tendance à se sentir
moralement responsable de l’environnement (Nolan, Schultz, Cialdini, Goldstein
et Griskevicius, 2008). Le sentiment d’obligation morale est ainsi prédicteur de
l’intention de trier (Webster, 1975 ; Swami et al., 2010) mais pas sufsant pour
prédire les pratiques de tri (Simmons et Widmar, 1990).
L’altruisme et la citoyenneté peuvent également affecter les comportements de
gestion des déchets par les biais de l’attachement à la communauté. Ce dernier
peut s’avérer particulièrement puissant pour prédire les pratiques de tri et plusieurs
études parviennent à la conclusion qu’il s’agit du plus fort indice des comporte-
ments pro-environnementaux (Tonglet, Phillips et Bates, 2004).
Enn, Barr, Ford et Gilg (2003) ont constaté que la dimension sociale était essen-
tielle dans la détermination des pratiques de tri. D’après ces auteurs, le tri serait un
comportement normatif et la visibilité sociale beaucoup plus élevée en collecte en
porte-à-porte qu’en apport volontaire conduirait à une plus grande assiduité des
comportements de tri.
3. Les représentations sociales
Parmi les dizaines de facteurs qui ont été identiés et les toutes aussi nombreuses
études qui ont été menées, la théorie des représentations sociales apparaît totale-
ment absente. Or, « la détermination des pratiques par les représentations est com-
munément admise » (Moliner, 2001, p. 45). Comprendre la relation que l’individu
entretient au tri sélectif semble donc primordial an de comprendre ce qui conduit
l’individu à pratiquer ou non le tri.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 182
Notre étude s’inscrit donc dans le cadre théorique des représentations sociales développé
par Moscovici (1961) qui dénit les représentations comme « des formes de savoir naïf,
destinées à organiser les conduites et orienter les communications (Moscovici, 1961, p.
10) ». Ce sont des interprétations de la réalité et des phénomènes complexes qui per-
mettent à l’individu d’interpréter et d’expliquer le monde, et ainsi de se situer dans un
environnement et de le maîtriser (Jodelet, Moulin et Scipion, 1997). Elles sont régies par
une double dynamique cognitive et sociale et remplissent quatre fonctions essentielles
(Abric, 1994) : une fonction de savoir, une fonction identitaire, une fonction d’orienta-
tion des comportements et pratiques et une fonction justicatrice des comportements. Il
résulte de ces différentes fonctions que la représentation représente un facteur d’explica-
tion pertinent dès qu’il est question d’analyser le lien entre la pensée et l’action (Jodelet,
1989 ; Abric, 1994 ; Flament, 1987, 2001 ; Guimelli, 1998 ; Moliner, 2001).
3.1. Représentations sociales et déchets
A notre connaissance, aucune étude n’a été réalisée sur les représentations sociales
du tri sélectif. Les travaux en sciences humaines et sociales sur les déchets sont éga-
lement relativement rares au regard des enjeux qu’ils impliquent. Les recherches
réalisées sur le rebut sont essentiellement techniques et visent des solutions tech-
nologiques à leur gestion (Le Dorlot, 2005). Les études autres que techniques oc-
cupent également une place marginale dans les productions bibliographiques de
l’Ademe et du Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de
l’Energie. Une seule étude a ainsi été réalisée à notre connaissance, sur la repré-
sentation sociale des déchets (Jodelet et al., 1997). Ce travail commandé par le
Ministère de l’Environnement dans le cadre d’une étude sur l’effet Nimby1 lors de
l’implantation d’une décharge d’ordures ménagères a donné lieu à une analyse ca-
tégorielle des éléments associés au mot « déchet » par une centaine de personnes.
La rareté de ce travail nous conduit à nous y intéresser de près.
Dans cette étude, l’analyse des éléments produits par les participants a conduit les
auteurs à dégager six groupes homogènes d’évocations :
– les éléments descriptifs (29% des évocations) rassemblent les différents types de
déchets, selon leur origine (industrielle, ménagère, etc.), selon leur composition
(verre, papier, etc.) ou leur état d’élaboration (poussière, gravat, etc.),
– les éléments techniques et fonctionnels (20%) sont les références à la désuétude
de l’objet devenu déchet (n de vie, etc.), à son statut après usage (rebut, déjec-
tion, etc.), à sa source (ménage, usine, etc.), à sa gestion ordonnée (surplus,
gaspillage, etc.), ou à une caractéristique technique (biodégradable),
– les éléments évaluatifs (19%) qui qualient négativement le déchet du point de
vue des nuisances (pollution, danger, etc.), de sa nature (sale, laid, etc.) ou de
son réceptacle (dépotoir, no man’s land, etc.),
– les éléments relatifs aux problèmes associés aux déchets (16%), qu’il s’agisse de
son origine (industriel), de ce qu’il affecte (qualité de vie), de sa nature (élimi-
nation, comment s’en débarrasser, etc.), mais également les solutions curatives
(revalorisation, tri, etc.) ou préventive (ne pas produire, produire propre, etc.),
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 183
– les éléments liés à la localisation (9%) (poubelle, décharge, etc.),
– les éléments renvoyant à une réexion sociale, politique ou économique (société
de consommation, intérêt économique, etc.).
Le tableau 1, ci-dessus, présente les résultats de l’analyse catégorielle de la repré-
sentation du déchet par Jodelet et al. (1997).
Les auteurs ont analysé conjointement les représentations du déchet et de la dé-
charge. L’analyse des données recueillies a montré que le déchet est décrit moins
négativement que la décharge. Dans la représentation sociale du déchet, les pro-
blèmes sont associés à des solutions au niveau individuel et social alors que la dé-
charge est globalement associée à l’irresponsabilité. Les références socio-politiques
suscitées par le déchet portent sur les modes de production et de consommation
alors que la décharge renvoie aux comportements des seuls acteurs qui y déposent
leurs déchets.
Outre ces différences, la comparaison des deux représentations a montré que les
deux termes sont ancrés dans les univers sémantiques de l’environnement et de
l’écologie et qu’elles sont directement marquées par l’actualité et l’expérience
directe. Les messages des médias ainsi que les pratiques courantes affecteraient
ainsi très clairement les représentations. Les auteurs concluent également que ce
n’est pas « l’objet déchet en tant que tel qui mobilise le refus dans le phénomène
NIMBY, mais la façon dont les problèmes qu’il pose sont pris en charge » (Jodelet
et al., 1997, p. 72).
3.2. L’approche structurale des représentations sociales
Pour notre étude, nous avons fait le choix de mobiliser la théorie du noyau cen-
tral (Abric, 1994 ; Flament et Rouquette, 2003) car en permettant d’identier la
structure de la représentation, elle nous semble particulièrement appropriée pour
appréhender le déchet et le tri sélectif qui sont des objets étroitement liés avec de
nombreux autres objets et enjeux sociaux (le danger, l’environnement, la politique,
etc.). L’approche structurale est en outre particulièrement adaptée pour analyser
conjointement les représentations de plusieurs objets car elle permet d’en ques-
tionner l’autonomie (Flament, 1987).
L’approche structurale repose sur l’hypothèse d’une double régulation de la repré-
sentation par un noyau central et un système périphérique (Abric, 1994, 2003).
C’est autour du noyau central que se structure la représentation (Abric, 1984).
Celui-ci est constitué de « la nature de l’objet représenté », de « la relation que le
Tableau 1 : Catégories des éléments associés à « déchet » (Jodelet et al., 1997)
Catégorie Descriptive Technique Evaluative Problèmes Localisation Socio-
économique total
Nombre total
d’évocation 215 (29%) 152 (20%) 140 (19%) 119 (16%) 69 (9%) 49 (7%) 744
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 184
sujet entretient avec cet objet » (Abric, 1989, p. 197) et des « systèmes de valeurs et
de normes sociales qui constituent l’environnement idéologique du moment et du
groupe ». (Abric, 1994, p. 23). On peut donc distinguer deux dimensions au noyau
central : une dimension fonctionnelle liée aux pratiques associées à l’objet repré-
senté et une dimension normative liée aux cadres historiques, sociaux, affectifs et
idéologiques au sein desquelles la représentation évolue (Abric et Guimelli, 1998).
Ce noyau central assure trois fonctions : d’une part, il donne la signication à la
représentation ; il donne leurs sens et leurs valeurs aux autres éléments de la repré-
sentation (Abric, 1994). D’autre part, il organise les « liens qui unissent entre eux
les éléments de la représentation. » (Abric, 1994, p. 21). Enn, il en est « l’élément
unicateur et stabilisateur de la représentation » (Abric, 1994, p. 22).
Autour du noyau central, se trouve un système périphérique qui fait ofce d’inter-
face entre la représentation et la réalité quotidienne. Il est constitué d’éléments
hétérogènes qui peuvent être des croyances, des opinions ou des descriptions sou-
mises à des variations individuelles et contextuelles (Souchet et Tafani, 2004). Ces
éléments ont également trois fonctions principales (Flament, 1987, 1994) : d‘une
part, ils prescrivent les comportements à adopter et les positions à prendre selon
les situations. D’autre part, ils font ofce de « pare-choc » du noyau central (Abric,
1994) en protégeant les savoirs non négociables de la représentation. Enn, ce
système permet d’intégrer de nouveaux éléments à la représentation.
La distinction de deux systèmes au sein-même d’une représentation conduit à
questionner l’autonomie des représentations et donc permet d’en dénir deux
types (Flament, 1987). En effet, les représentations peuvent être structurées de telles
sorte que leur noyau central sera une expression directe des expériences vécues. Il
s’agira dans ce cas d’une représentation autonome, qui a son propre noyau central
et dont l’objet de la représentation en sera le principe organisateur. Mais les objets
représentés peuvent également ne pas avoir de noyau central qui leur soit propre.
Dans ce cas, le noyau central ne se situe pas dans la représentation de l’objet
mais dans une représentation plus globale. Ces représentations sont dites non-au-
tonomes. La coexistence de représentations autonomes et non-autonomes conduit
à l’idée de relations potentiellement hiérarchiques entre elles et d’emboîtement
des unes dans les autres. De même, partant de l’argument heuristique que tous les
objets n’ont pas la même taille (Rouquette et Rateau, 1998), la question de l’auto-
nomie des représentations des objets de petite taille se pose. Les objets de grande
taille recouvrent en effet des champs plus larges que les objets de petite taille et ont
ainsi plus de relations avec d’autres objets que les seconds. Certains objets peuvent
donc être structurés en relation avec d’autres objets plus grands (Garnier, 1999).
3.3. L’analyse prototypique et catégorielle
An d’étudier les représentations du déchet et du tri sélectif, nous avons réalisé des
analyses prototypique et catégorielle des éléments sémantiques recueillis. Cette
analyse en deux étapes permet d’identier les éléments centraux et périphériques
de la représentation (Vergès, 1992, 1994).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 185
La première étape est l’analyse prototypique qui consiste à prendre en compte la
fréquence et le rang d’apparition des éléments an d’en dénir la centralité. Plus
un élément est fréquent, plus il est considéré comme important. Plus son rang
d’apparition est faible et plus il est accessible en mémoire. Cette analyse permet
donc de rendre saillants consensus et accessibilité en mémoire. Ces deux critères
permettent de dresser un tableau de quatre cases. Dans une première case (haut/
gauche), on trouve les éléments fréquents et avec un faible rang d’apparition, et qui
peuvent donc prétendre au statut d’éléments centraux.
Ces conditions ne sufsent pas à afrmer qu’un élément est central, il faut égale-
ment que celui-ci entretienne un nombre élevé de relations avec d’autres éléments
auxquels il donne leur signication. L’importance quantitative de ces liaisons est un
indicateur pertinent de centralité. Dans les seconde et troisième cases, on trouve
les éléments dont les valeurs des deux critères ne sont pas congruentes. Il s’agit
de la première périphérie. Les éléments fréquents avec un rang d’apparition éle-
vé (haut/droite), et les éléments plus rares avec un rang d’apparition faible (bas/
gauche) sont donc considérés comme appartenant à « une zone potentiellement
déséquilibrante, source de changement » (Vergès, 1994, p. 238). Ce sont dans ces
deux cases que se trouvent les termes les plus changeants. Avec une fréquence
d’apparition élevée, les items de la seconde case correspondent toutefois davan-
tage que les items de la troisième case à l’hypothèse de mobilité car un « élément
périphérique saillant est un thème nouveau dans une représentation sociale en
changement » (Flament, 1994, p. 90). Enn, les éléments rares et avec un rang
d’apparition élevé sont dans la quatrième case (bas/droite). Il s’agit de la seconde
périphérie de la représentation.
La seconde étape de l’expertise de la représentation est l’analyse catégorielle. Elle
consiste à regrouper autour de notions prototypiques les éléments sémantiquement
proches. Cette seconde analyse permet de soutenir et étayer la première.
Nous avons mobilisé cette méthode d’analyse qui permet d’identier le noyau cen-
tral et le système périphérique de plusieurs représentations et d’en comparer les
contenus sémantiques respectifs.
4. Objectif de l’étude
Alors que de très nombreuses études ont été réalisées an d’identier les facteurs
de tri, il apparaît un vide scientique indéniable concernant la représentation so-
ciale du tri sélectif. Bien que cette théorie ait été mobilisée pour étudier de très
nombreux objets, et malgré les enjeux associés à la gestion des déchets, l’étude du
tri sélectif par cette théorie est en effet totalement absente de la littérature scienti-
que. Pourtant, les représentations sont consensuellement reconnues comme des
préparations à l’action (Moscovici, 1976) et les liens entre les deux ont été mis en
évidence à de nombreuses reprises (Moliner, 2001). Comprendre la représentation
que l’individu a du tri sélectif semble donc primordial pour comprendre ce qui le
conduit à pratiquer ou non le tri.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 186
En outre, se questionner sur le lien de l’usager au tri ne peut s’acquitter de s’inté-
resser à la relation que l’homme entretient à ses déchets. En touchant « au domaine
physique et social, organique et humain » la notion de déchet est polysémique et
lourde de valeurs symboliques et constitue « un système d’accueil qui interviendra
dans la dénition des attitudes et prises de position du public » relatives à la gestion
des déchets et plus précisément au tri sélectif (Jodelet et al. 1997, p. 64).
Nous chercherons notamment à voir si l’absence de pratique de tri conduit à une
représentation avec une forte dimension de nature normative (Abric et Tafani,
1995) et si les représentations des trieurs réguliers ont quant à elles une dimension
plus fonctionnelle. Nous verrons ainsi si les différences entre les pratiques de tri
sont sufsantes ou non pour différencier les représentations (Flament, 1994).
Nous explorerons également les relations potentielles entre les représentations du
déchet et du tri sélectif. En effet, on peut s’attendre à ce que la représentation du
déchet puisse potentiellement impacter la représentation et les pratiques relatives
au tri, tant le déchet est un signiant puissant. De même, on peut s’attendre à ce
que le tri sélectif, en tant que contribution régulière à la revalorisation matérielle, et
en tant que participation individuelle à une politique collective de gestion contrô-
lée des ux, puisse modier la représentation du déchet.
Notre travail est donc exploratoire et se présente comme une contribution à la
compréhension des processus psychosociologiques sous-jacents aux pratiques de
tri des déchets ménagers. Plus précisément, l’objectif de l’étude est d’identier la
représentation que les usagers ont des objets « déchets » et « tri sélectif » et les
pratiques de tri qui y sont associées. Nous souhaitons ainsi explorer la dynamique
qui existe entre représentations sociales de ces objets et pratiques de tri.
5. Méthodologie
5.1. Population
Les participants de notre expérience sont des étudiants d’une grande agglomé-
ration de l’ouest de la France logeant en résidence universitaire. Deux campus
ont été sélectionnés pour réaliser notre étude. Ils sont très similaires et ont no-
tamment en commun l’absence de communication sur le tri au cours des dix
mois précédant l’étude, des capacités d’accueil d’environ 250 étudiants et des
modalités de tri sélectif similaires (containers d’apport volontaire). Au total, les
réponses de 377 sujets ont été traitées pour la mesure de la représentation sociale
du déchet. Ces sujets ont une moyenne d’âge de 22,7 ans. Les réponses de 432
sujets d’une moyenne d’âge de 22,3 ans ont été prises en compte pour la mesure
de la représentation sociale du tri sélectif.
Ces deux échantillons ne sont pas indépendants ; l’ensemble de ces données ont
été obtenues auprès d’un échantillon de 459 individus.
Traditionnellement, les études sur les pratiques domestiques et/ou citoyennes se
concentrent sur une population de foyers constitués d’individus entre 30 et 50 ans.
Plusieurs arguments plaident pourtant en faveur d’études sur la population étudiante.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 187
En effet, celle-ci, malgré un discours qui rend compte d’une sensibilité aux ques-
tions environnementales, est loin d’être « irréprochable » en termes de collecte
sélective. Ainsi, si ce sont les jeunes de moins de 25 ans qui ont les attitudes les
plus favorables envers la protection de l’environnement, ce sont les mêmes indi-
vidus qui ont les comportements les plus néfastes (Bonadona, 2003). L’âge oriente
en effet sensiblement les comportements de tri : les jeunes de moins de 25 ans
semblent trier beaucoup moins systématiquement que leurs aînés, qu’il s’agisse
du verre (64% contre 89% des septuagénaires), des piles (53% contre 80%), des
emballages (54% contre 86%) ou des papiers journaux (49% contre 84%) (Hoibian
2011). C’est donc chez cette population que l’on observe la plus grande distance
entre comportements et attitudes relatives à l’environnement (Schuster, 2003).
En outre, la population étudiante représente les foyers domestiques de demain et
donc la cible privilégiée de la politique de gestion contrôlée des déchets. Or, la vie
étudiante est une période transitoire, avec de nombreux changements et adapta-
tions, ce qui conduit à une « rénovation de la structure » favorable à l’adoption de
nouvelles pratiques (Lorenzen, 2012).
5.2. Procédure de recueil
Les données ont été recueillies par questionnaire auto-administré en porte-à-porte
dans les résidences universitaires. Le questionnaire était présenté comme rentrant
dans le cadre d’une étude étudiante sur le tri sélectif. Trois expérimentateurs diffé-
rents ont participé au recueil des données.
Bien que plusieurs études aient mis en évidence des différences particulièrement
importantes entre comportements de tri auto-déclarés et comportements effectifs,
la plupart des travaux sur les pratiques de tri reposent sur des comportements auto-
déclarés (Purcell et Magette, 2010 ; Ando et Gosselin, 2005 ; Robinson et Read,
2005 ; González-Torre et Adenso-Díaz, 2004 ; Bruvoll, Halvorsen et Nyborg, 2002,
etc.). Par exemple, une étude menée en Grande-Bretagne auprès d’un échantillon
représentatif de la population nationale a obtenu un témoignage de tri de 90%
alors que le taux de recyclage national était de seulement 9% (Perrin et Barton,
2001).
Il semblerait que les attitudes et comportements relatifs à l’environnement soient
régis par une norme sociale (Félonneau et Becker, 2008). Cet état de fait laisse
supposer la possibilité d’un biais de désirabilité sociale dans les réponses des par-
ticipants au sujet de leurs pratiques de tri.
Nous avons donc conçu notre questionnaire en cherchant à supprimer ou limiter le
poids de ce biais. Il était constitué de quatre questions :
- Question A : « Qu’évoque pour vous le tri sélectif ? »
- Question B : « Qu’évoque pour vous le déchet ? »
- Question C : « A quelle fréquence triez-vous vos déchets ménagers sur la résidence ? »
- Question D : « Dans quel container jetez-vous le plus souvent chacun de ces déchets ? »
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 188
Les questions A et B étaient des questions d’association libre. La consigne deman-
dait explicitement aux sujets d’écrire « les cinq à huit premiers mots ou expressions
leur venant à l’esprit ». Cette technique, couramment mobilisée (Di Giacomo,
1981 ; De Rosa, 1988), permet notamment de mettre l’accent sur l’accessibilité
en mémoire des éléments. « Le caractère spontané, donc moins contrôlé, permet
d’accéder, beaucoup plus facilement et rapidement ( ) aux éléments qui constituent
l’univers sémantique du terme ou de l’objet étudié » (Abric, 2003, p. 63).
Les questions C et D avaient pour vocation de mesurer l’adhésion comportemen-
tale au tri sélectif. Les sujets devaient répondre à la question C sur une échelle
de type Likert à six modalités (jamais, très rarement, rarement, souvent, très sou-
vent, toujours). Bien que classique dans les études sur les pratiques de tri (Tonglet,
Phillips et Bates, 2004 ; González-Torrre, Adenso-Diaz et Ruiz-Torres, 2003), cette
question n’immunisait pas les résultats contre un effet de désirabilité sociale.
C’est pourquoi, nous avons également formulé la question D pour laquelle une liste
de quinze déchets représentatifs de la consommation de notre population était pré-
sentée2. Pour chacun de ces déchets, les participants devaient désigner dans quel
container ils les jetaient. Ils avaient le choix parmi quatre propositions de réponses
(ordures ménagères, collecte sélective, container à verre et autre). Cette question de-
vait permettre de contrôler la désirabilité sociale susceptible de biaiser les réponses à
la question C. En effet, les trieurs occasionnels et non-trieurs se distinguent des trieurs
réguliers par un faible niveau de connaissances relatives aux consignes de tri (Mad-
dox, Doran, Williams et Kus, 2011 ; McDonald et Oates, 2003 ; Jenkins, Martinez,
Palmer et Podolsky, 2001 ; Thomas, 2001, etc.). L’ensemble des études sont consen-
suelles sur le fait que les non-trieurs sont toujours mal informés sur celles-ci (Guerin,
Crete et Mercier, 2001) ; les personnes ne triant pas régulièrement leurs déchets ont
donc peu de chances de connaître les consignes.
Nous avons contrôlé l’effet d’ordre des questions, tout en préservant les questions
d’évocation libre en début de questionnaire. Nous avons ainsi alterné l’ordre des
questions A et B d’une part et des questions C et D d’autre part. L’ordre de présen-
tation des questions, ainsi que les échantillons soumis à chacune des versions du
questionnaire sont présentés dans le tableau 2. Enn, à la n du questionnaire,
nous demandions quelques informations sur l’identité du répondant (âge, sexe,
lieu de résidence, etc.).
Tableau 2 : Échantillon des participants pour les passations du questionnaire
Nombre de sujets (n=459) Ordre de présentation des questions
119 A-B-C-D
103 B-A-C-D
114 A-B-D-C
123 B-A-D-C
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 189
5.3. Méthodologie du traitement des données
5.3.1. Analyse des représentations sociales
Nous avons analysé les représentations du déchet et du tri sélectif à l’aide du logiciel
Evoc 2000 conçu par Verges. Nous avons dans un premier temps effectué une ana-
lyse prototypique des représentations des déchets et du tri sélectif. An de compléter
cette première analyse, nous avons également réalisé une analyse catégorielle.
5.3.2. Les pratiques de tri
À partir des réponses des participants aux questions C et D, nous avons distingué
deux populations ad hoc relatives aux pratiques de tri :
Nous avons considéré comme « trieurs occasionnels et non trieurs » les participants
ayant répondu « jamais » ou « très rarement » à la question C portant sur leur fré-
quence de tri ainsi que l’ensemble des participants ne triant pas correctement plus de
neuf déchets. Cette catégorie regroupe donc les individus triant peu ou pas du tout.
Les participants remplissant la double condition d’avoir répondu « souvent »,
« très souvent » ou « toujours » quant à leur fréquence de tri et triant au moins dix
déchets correctement constituent les « trieurs réguliers ».
6. Résultats
Les données relatives à 425 participants ont été analysées pour mesurer la repré-
sentation sociale du tri sélectif et les réponses de 377 participants ont permis de
mesurer la représentation du déchet. Il s’agit de deux groupes appariés pour les-
quels l’effet d’ordre a donc été contrôlé.
6.1. Représentation sociale du tri sélectif
L’analyse porte sur les réponses de 425 participants dont 241 trieurs réguliers et
184 trieurs occasionnels et non-trieurs. Au total, nous avons recueilli 1680 évo-
cations, avec un nombre moyen d’évocations plus important par les trieurs régu-
liers que par les non-trieurs et trieurs occasionnels (t(423) = 7.187, p < .0001).
L’ensemble des informations quantitatives relatives à ces deux populations est
résumé dans le tableau 3.
Tableau 3 : Comparaison des deux sous-groupes à partir des différents indicateurs langagiers
de l’association libre au terme« tri sélectif »
Trieurs réguliers
N=241
Trieurs occasionnels ou
non trieurs N=184
Nombre total d’évocations 1039 641
Nombre d’évocations différentes 247 181
Nombre de mots cités exclusivement par
un sous-groupe 136 70
Nombre de mots communs 111
Nombre moyen d’évocations 4,31 3,48
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 190
Tableau 4 : Evocations au stimulus tri sélectif selon la fréquence et le rang d’apparition par
les non-trieurs et occasionnels et les trieurs réguliers
Trieurs occasionnels et non-trieurs
< 2.5 > 2.5
>10%
<10%
recyclage
écologie
environnement
propreté
nature
poubelle
utile
88
49
43
21
20
18
11
2,011
2,143
2,372
2,143
2,250
2,278
2,273
Economie
respect
verre
19
23
13
2,579
2,522
3,231
contrainte
important
écologique
protection
nécessaire ordre
séparation
citoyen
pollution
9
7
7
7
6
5
5
5
5
2,222
2,000
2,143
2,429
1,833
1,600
1,600
2,400
2,400
carton
couleur
plastique
avenir
déchet
citoyenneté
bien
tri
long
complique
énergie
9
9
9
7
7
6
6
6
5
5
5
2,667
2,778
3,222
2,714
4,000
2,500
2,500
2,500
2,800
3,400
3,400
Trieurs occasionnels et non-trieurs
< 2.5 > 2.5
>10%
<10%
recyclage
écologie
respect
propreté
plastique
82
52
31
24
20
2,080
2,115
2,484
2,250
2,450
environnement
économie
avenir
carton
verre
citoyen
nature
protection
poubelle
71
32
21
21
21
19
19
17
16
2,845
2,917
2,524
2,667
3,000
3,158
2,895
2,882
3,000
citoyenneté
nécessaire
responsabilité
récupération
bien
intelligence
solution
bouteille
nécessite
normal
habitude
11
10
9
9
9
9
6
6
6
5
5
2,182
2,100
1,556
1,778
2,000
2,444
2,444
2,167
2,333
1,800
2,400
utile
énergie
développement
durable
écologique
déchet
jaune
emploi
réutilisation
devoir
organisation
couleur
important
papier
volonté
acte
container
durable
14
14
13
12
12
10
9
8
8
7
7
7
7
6
6
6
6
2,571
2,929
3,615
2,833
3,250
3,300
4,111
3,375
3,500
2,571
2,714
2,714
2,667
2,833
3,333
3,667
2,800
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 191
6.1.1. Analyse prototypique
Les éléments présents dans les zones centrale et périphérique de la représentation
sociale du tri sélectif sont présentés pour les deux groupes dans le tableau 4.
L’analyse prototypique de la représentation du tri sélectif nous enseigne que le tri est
très fortement associé à la dimension écologique. Il est également le plus souvent et
le plus rapidement associé au recyclage. Enn, la propreté est la troisième référence
présente dans la zone centrale de la représentation quelles que soient les pratiques.
Malgré ces similarités entre les structures de la représentation en fonction des pra-
tiques, une distinction subtile mais vraisemblablement signiante apparaît. En effet,
les non-trieurs et occasionnels font référence à l’utilité du tri alors que les trieurs
réguliers l’estiment quant à eux nécessaire. Les niveaux d’importance respectivement
accordés au tri permettent de légitimer les pratiques quelles qu’elles soient. L’utilité
permet d’éviter un conit cognitif auquel la nécessité confronterait le non-trieur et
occasionnel. A contrario, le respect auquel font appel les trieurs réguliers renforce
l’idée de responsabilité individuelle déjà induite par la nécessité soulignée de trier.
Enn, avec la référence au plastique, une dimension descriptive et strictement tech-
nique est également présente dans la zone centrale chez les trieurs réguliers.
La représentation du tri sélectif semble donc fortement structurée autour des notions
d’écologie et de recyclage. Pour autant, avec les termes de nature et de poubelle, la
représentation chez les non-trieurs et occasionnels apparaît composée d’éléments essen-
tiellement consensuels et normatifs. La présence d’éléments techniques et les références
à la responsabilité traduisent une plus grande proximité à l’objet chez les trieurs réguliers.
L’analyse des zones périphériques corroborent ces observations. Les éléments
techniques, en l’occurrence, essentiellement des références à des matériaux de
constitution de déchets recyclables, sont plus nombreux chez les trieurs réguliers.
On trouve également chez ces sujets un plus grand nombre d’éléments évaluatifs
positifs. L’aspect contraignant, totalement absent chez les trieurs réguliers, est par
contre très présent chez les non-trieurs et occasionnels (t(423) = 1.62, p < .05) et
mentionné sous différentes formes (long, compliqué, difcile) dont certaines ne
sont pas mentionnées par les trieurs réguliers (casse pied, encombrant, laborieux).
Enn, les références à la responsabilité et la citoyenneté (t(423) = 2.13, p < .05),
ainsi qu’à l’avenir (t(423) = 1.86, p < .05) et à la durabilité sont beaucoup plus
présentes chez les personnes triant leurs déchets. Ainsi, on trouve à plusieurs re-
prises des termes tels qu’intelligence, emploi, prise de conscience, civisme, qui
sont absents du lexique dans la représentation chez les non-trieurs et occasionnels.
6.1.2. Analyse catégorielle
À partir des éléments les plus fréquents, nous avons créé six catégories distinctes
permettant de regrouper la plupart des termes évoqués. Les informations quanti-
tatives de chacune des catégories, pour les deux groupes, sont présentées dans
le tableau 5. Les catégories réfèrent à des aspects évaluatifs, à l’écologie, à des
aspects techniques, aux idées de revalorisation et d’ordre et à une dimension poli-
tique. Parmi les 417 mots différents évoqués par l’ensemble de notre échantillon,
14 n’ont pu être classés dans aucune de ces catégories.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 192
Tableau 5 : Analyse catégorielle des éléments associés au tri sélectif par les non-trieurs et occasionnels et les trieurs réguliers.
Catégorie
Population
Evaluatif Écologie Descriptif Revalorisation Politique Ordre NC Total
Positif Neutre Négatif Nature Consigne
Trieurs
réguliers
N=
Mots
différents
101 (41%) 27
(11%)
46 (19%)
24 (10%) 26
(10%)
16
(6%)
7
(3%) 247
47 (19%) 11 (4%) 43
(17%) 19 (8%) 27
(11%)
Nombre
total de
Mots
309 (30%) 290
(28%)
153 (15%)
160 (19%) 57
(5%)
62
(6%)
8
(1%) 1039
227 (22%) 17 (2%) 65
(6%) 64 (6%) 89
(9%)
Non-trieurs et
occasionnels-
N=
Mots
différents
69 (42%) 16
(9%)
39 (21%)
18 (10%) 19
(10%)
13
(7%)
7
(4%) 181
27 (15%) 8 (4%) 34
(19%) 19 (10%) 20
(11%)
Nombre
total de
Mots
131 (20%) 167
(26%)
127 (19%)
112 (18%) 55
(9%)
41
(6%)
8
(1%) 641
66 (10%) 9 (1%) 56
(9%) 60 (9%) 67
(10%)
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 193
Catégorie évaluative
Nous avons distingué les éléments évaluatifs en trois sous-catégories en fonction
de la nature de l’évaluation formulée. Ainsi, les éléments d’évaluation positive sont
beaucoup plus nombreux chez les personnes triant régulièrement leurs déchets
F(1,383) = 11.190, p < .001) alors que les évaluations négatives ont tendance à
être plus nombreuses chez les non-trieurs et occasionnels bien que la différence
entre les deux groupes ne soit pas signicative. Les éléments évaluatifs neutres sont
quant à eux beaucoup moins nombreux et ce, quelles que soient les pratiques.
Globalement, la représentation a une dimension plus évaluative chez les trieurs
réguliers (F(1,383) = 8.007, p < .0001).
Catégorie écologie
La seconde dimension la plus représentée est la dimension écologique. Il y est essen-
tiellement fait, sous différentes formes, mention de la protection de l’environnement :
préserver la nature, sauver la planète, protéger l’environnement, etc. Cette référence
à l’environnement apparaît en quantité similaire quelles que soient les pratiques.
Catégorie descriptive
Les éléments descriptifs et techniques occupent également une place importante
dans la représentation du tri sélectif. Les participants ont évoqué les consignes de
tri et de collecte avec des termes tels que « vert », « jaune » faisant référence aux
« couleurs » des « containers » et des « bacs ». Ils ont également évoqué différentes
informations relatives à la gestion contrôlée des déchets (point vert, logo, centre
de tri, etc.) Enn, ils ont mentionné des actions telles que « trier », « séparer » ou
« sélectionner ».
Les éléments descriptifs regroupent en outre les références concernant plus spéci-
quement la nature du déchet. Il s’agit de son origine (cuisine, ménager, nucléaire,
etc.), de son matériau de constitution (PET, verre, carton, etc.) ou de sa fonction
initiale (conserve, bouteille, journal, etc.).
La revalorisation apparaît également dans le discours des personnes interrogées.
Les mentions de « matière première », « nouvelle vie », etc., et surtout du « recy-
clage », sont présentes chez les deux populations. Les termes « compostage »,
« biodégradable » et « réutilisable » n’apparaissent que chez les trieurs réguliers.
Seul « nouveau produit » est spécique au lexique des non-trieurs et occasionnels.
Globalement, cette population fait davantage référence à des aspects techniques
que les trieurs réguliers (F(1,423) = 12.273, p < .001).
Catégorie politique
Le tri renvoie également à une dimension politique. Cette catégorie rassemble les
références à la « responsabilité » sous ses diverses formes (civilité, savoir-vivre, res-
ponsabilisation, etc.), au « collectif » (solidarité, communauté, citoyenneté, etc.),
à « l’avenir » (enfant, futur, long terme, etc.) et aux aspects « politique » et socio-
économique du tri (travail, argent, rentable, etc.). Cette catégorie est équivalente
quantitativement chez les deux populations.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 194
Catégorie ordre
Enn, la Dernière catégorie renvoie à l’idée d’ordre/désordre. Les éléments sé-
mantiques, bien que moins nombreux que les éléments représentatifs des autres
catégories, se regroupent strictement autour de l’idée de mise en ordre. Il nous est
donc apparu pertinent de relever cette perspective qui semble donc appartenir à la
représentation du tri. Les termes que l’on trouve dans cette catégorie sont l’ordre,
la propreté, le rangement, catégories, etc. Les deux groupes ne se distinguent pas
sur cette dimension de l’ordre.
Globalement, l’analyse catégorielle conrme les observations déjà réalisées grâce à
l’analyse prototypique. Pour résumer, nous pouvons dire que les trieurs réguliers ont
une représentation plus évaluative du tri, en l’occurrence essentiellement positive, que
les non-trieurs et occasionnels qui ont quant à eux une représentation plus technique.
6.2. Représentation sociale du déchet
Notre analyse a porté sur les réponses de 377 participants dont 154 trieurs occa-
sionnels et non-trieurs et 223 trieurs réguliers. Au total, nous avons recueilli 1497
évocations, dont 641 évocations pour le premier groupe et 904 évocations pour le
second. L’ensemble des informations quantitatives relatives à ces deux populations
est résumé dans le tableau 6.
6.2.1. Analyse prototypique
Le tableau 7 présente les éléments constituant la représentation sociale du déchet.
À la lecture des réponses des participants, on observe que la représentation est très
similaire chez les deux populations. De nombreux éléments sont présents dans
les zones centrales de la représentation chez les deux groupes. Quelles que soient
les pratiques, le déchet renvoie à des nuisances et dangers. Cet aspect est d’autant
plus saillant chez les non-trieurs et occasionnels qui l’associent à un problème et
soulignent sa nuisance olfactive (t(375) = 2.82, p < .05). La puanteur est également
mentionnée dans une zone périphérique et des termes telles que tétanos, rongeurs,
Tableau 6 : Comparaison des deux populations à partir des différents indicateurs langagiers
de l’association libre au terme « déchet »
Trieurs réguliers
N=223
Trieurs occasionnels ou
non trieurs N=154
Nombre total d’évocations 904 641
Nombre d’évocations différentes 216 168
Nombre de mots cités exclusivement
par un sous-groupe 120 73
Nombre de mots communs 95
Nombre moyen d’évocations 4,05 4,16
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 195
microbe, insecte, caca, sont spéciques à cette population. La saleté est quant à
elle la notion la plus fréquemment associée au déchet par les non-trieurs et occa-
sionnels. Si cette notion est également structurante de la représentation chez les
trieurs réguliers, ces deux populations se distinguent par la fréquence d’évocation
de celle-ci (t(375) = 2.18, p < .05).
On peut également relever la présence des notions « valises » d’ordure et de poubelle dans
cette zone centrale. Ces deux termes qui, comme celui de déchet, sont de véritables ballons
de baudruche extensibles à souhait, ne nous informent que peu sur la représentation.
La mention des emballages par les trieurs réguliers semble plus riche d’instruc-
tion. En effet, les emballages, comme la boîte de conserve et le plastique, sont des
déchets recyclés et font vraisemblablement référence au tri sélectif et au recyclage,
éléments présents dans la première périphérie. Le terme de papier est également
mentionné par les trieurs réguliers et absent du discours des non-trieurs. Enn, le
Tableau 7 : Évocations au stimulus déchet selon la fréquence et le rang d’apparition par les
non-trieurs et occasionnels et les trieurs réguliers
Trieurs occasionnels et non-trieurs
< 2.5 > 2.5
>10%
<10%
saleté
poubelle
pollution
odeur
ordure
problème
69
57
55
25
22
11
2,058
2,088
2,255
2,480
2,182
2,455
recyclage
emballage
encombrant
tri
inutile
28
15
14
14
13
3,321
2,533
2,643
3,143
2,615
environnement
détritus
gaspillage
puanteur
résidu
9
8
7
5
5
2,444
2,250
2,429
2,200
2,400
décharge
encombrement
jeter
reste
consommation
container
8
7
6
6
5
5
2,750
3,143
2,500
2,500
3,800
4,400
Trieurs réguliers
< 2.5 > 2.5
>10%
<10%
poubelle
pollution
saleté
ordure
emballage
gaspillage
83
77
65
39
27
22
2,277
2,455
2,154
2,308
2,000
2,364
Recyclage
Tri
décharge
environnement
49
37
19
17
3,102
3,189
2,895
2,882
inutile
reste
consommation
détritus
13
12
11
10
2,462
2,000
2,000
2,818
plastique
odeur
encombrant
conserve
16
15
10
9
4,000
3,067
2,800
3,222
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Tableau 8 : Analyse catégorielle des éléments associés au déchet par les non-trieurs et occasionnels et les trieurs réguliers.
Population
Catégorie Descriptif
Écologie Nuisances Déchéance Revalorisation Politique Quantité NC Total
Nature Tri Gestion
Trieurs
réguliers
N=
Mots
différents
66 (30%)
9 (4%) 40 (18%) 28 (12%) 25 (11%) 30
(13%)
14
(6%)
12
(5%) 224
35
(16%) 13 (6%) 18
(8%)
Nombre
total de
Mots
320 (36%)
39 (4%) 255 (28%) 79 (9%) 86 (10%) 77 (9%) 36
(4%)
12
(1%) 904
125
(14%)
53
(6%) 142 (16%)
Non-trieurs et
occasionnels-
N=
Mots
différents
52 (30%)
6 (3%) 42 (24%) 26 (15%) 10 (6%) 19
(11%)
14
(8%)
5
(3%) 174
29
(17%) 7 (4%) 16
(9%)
Nombre
total de
Mots
163 (27%)
14 (2%) 232 (39%) 66 (11%) 41 (7%) 32 (5%) 40
(7%)
5
(1%) 593
56
(9%)
20
(3%) 87 (15%)
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 197
tri est plus souvent mentionné par les trieurs réguliers que par les non-trieurs et
occasionnels (t(375) = 1.99, p < .05).
Aussi, les non-trieurs et occasionnels ne font quant à eux aucune référence descrip-
tive relative à la nature des déchets dans la zone centrale.
La notion de gaspillage présente dans cette zone chez les trieurs réguliers semble
également structurante de la représentation (t(375)=1.86, p < .05). Celle-ci renvoie
à une considération évaluative du déchet en soulignant une ressource perdue inu-
tilement et une déchéance qui aurait pu être évitée. Avec les références descriptives
des déchets, il s’agit de la seule dimension de la représentation qui soit exclusive
aux trieurs réguliers au niveau de la zone centrale.
En résumé, on peut dire que les pratiques semblent affecter sensiblement la struc-
ture de la représentation du déchet. En effet, bien que les zones centrales soient très
similaires chez les deux populations étudiées, quelques différences apparaissent
néanmoins. La pratique du tri semble rapprocher la notion de déchet de celle du tri
sélectif alors qu’en l’absence de pratiques, ce sont les problèmes et nuisances du
déchet qui prennent une position plus centrale.
6.2.2. Analyse catégorielle
Comme nous l’avons déjà mentionné, une analyse catégorielle de la représenta-
tion sociale des déchets a déjà été réalisée dans un travail antérieur (Jodelet et al.,
1997). Les auteurs avaient dégagé six catégories référant à des aspects descriptifs,
techniques et fonctionnels, évaluatifs du point de vue des nuisances et pollutions,
relatifs à la gestion, à la localisation, et enn aux implications sociopolitiques et
économiques. L’analyse du corpus recueilli nous a conduits à proposer une caté-
gorisation sensiblement différente. Nous avons ainsi distingué sept catégories re-
groupant respectivement les éléments descriptifs en lien avec la nature du déchet,
sa gestion et plus spéciquement le tri, les éléments relatifs aux nuisances, à la
déchéance, à l’environnement, à la revalorisation, à une dimension quantitative,
et enn aux implications sociopolitiques et économiques. Sur les 289 termes re-
cueillis, seize n’ont pas pu être catégorisés. Le tableau 8 présente les informations
quantitatives relatives aux différentes catégories pour les deux populations.
Catégorie descriptive
Cette catégorie est la même que la catégorie descriptive de la représentation du tri
sélectif. On y retrouve donc l’ensemble des termes désignant le matériau de consti-
tution (métal, papier, verre, etc.), l’objet manufacturé initial (pile, journal, mou-
choir, etc.), ou l’origine géo-fonctionnelle (alimentaire, usine, ménager, etc.), mais
également les références à la gestion des déchets (déchetterie, benne, éboueur,
etc.) et plus spéciquement à la collecte et au tri sélectif (poubelles à verre, tri,
jaune, etc.). Cette catégorie est très représentée et constitue 27 et 36% des évo-
cations formulées respectivement par les non-trieurs et occasionnels et les trieurs
réguliers. Ces derniers ont ainsi une représentation plus descriptive que les per-
sonnes ne triant pas ou peu (F(1,376) = 11.352, p < .001).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 198
Catégorie écologie
Cette catégorie est également similaire à la catégorie du même nom présente dans la repré-
sentation du tri sélectif. Elle est toutefois nettement moins représentée car les évocations sur
ce thème ne concernent que 2 à 4% des évocations totales. Nous pouvons aisément en
déduire que le déchet n’est pas associé aux questions de l’environnement et de l’écologie.
Catégorie « nuisance »
Cette catégorie regroupe l’ensemble des nuisances mentionnées qu’elles soient
réelles (odeur, effet de serre, radioactivité, etc.) ou symboliques (maladie, tétanos,
asthme, etc.). On trouve également de nombreux termes faisant référence plus spé-
ciquement à l’idée de pollution (souillure, contamination, pollué, etc.). Enn, on
trouve des éléments issus du champ lexical de l’excrémentiel (caca, merde, daube,
etc.). Les non-trieurs et occasionnels évoquent signicativement plus de nuisances
que les trieurs réguliers (F(1,376) = 18.024, p < .001).
Catégorie « déchéance »
Cette catégorie regroupe l’ensemble des termes signiant l’avarie ou la désuétude
de l’objet déchu (périmé, avarié, reste, etc.). Ils constituent environ 10% des termes
mentionnés et sont indistinctement formulés quelles que soient les pratiques de tri.
Catégorie revalorisation
Les références à une revalorisation, même potentielle, du déchet sont regroupées
ici (compostage, fertilisant, réutilisable, etc.). Bien que les personnes triant réguliè-
rement leurs déchets semblent évoquer davantage cette perspective, les différences
de pratiques ne conduisent à aucune différence signicative.
Catégorie « sociopolitique »
La notion de déchet peut être contextualisée dans une réexion sur le social, l’éco-
nomique et le politique. Ce sont ces éléments que l’on retrouve dans cette catégo-
rie avec des références à la politique (politicien, libéralisme, capitalisme, etc.), à
la société de consommation (gâchis, gaspillage, etc.), à « l’avenir » (futur, devenir,
etc.) et à « l’économie » (travail, emploi, argent, etc.). Cette catégorie est également
équivalente quantitativement chez les deux populations.
Catégorie « quantitative »
Enn, la dernière catégorie regroupe l’ensemble des termes faisant référence à un
aspect quantitatif des déchets (beaucoup, prolifération, de plus en plus, etc.). Ces
termes représentent 4 à 7% des termes mentionnés et ne permettent pas de distin-
guer les deux populations.
L’analyse catégorielle corrobore les observations déjà réalisées dans l’analyse pro-
totypique. Les nuisances occupent une place très importante dans la représentation
que les participants ont du déchet. Ceci est d’autant plus avéré concernant les per-
sonnes qui ne trient pas ou peu. L’aspect technique est au contraire plus présent chez
les personnes qui trient régulièrement. Plus précisément, les références descriptives à
la nature ou à l’origine du déchet sont plus nombreuses chez cette population.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 199
En outre, au regard des analyses effectuées des représentations des deux objets, on
observe que les représentations sont emboîtées (Abric et Vergès, 1996 ; Marchand
et Weiss, 2009). En effet, plusieurs termes apparaissent dans les deux représen-
tations : environnement, recyclage, poubelle et plastique. Des contraires appa-
raissent également. La propreté et l’utilité mentionnées au sujet du tri semblent
faire écho à la saleté et l’inutilité du déchet. Enn, chacun des objets est présent
dans la représentation de l’autre objet. Le tri apparaît dans la première zone péri-
phérique de la représentation du déchet alors que ce dernier est dans la seconde
zone périphérique de la représentation du tri sélectif.
7. Discussion
La première remarque que nous pouvons faire concernant nos résultats est qu’ils
nous apportent des éléments de réponse et de réexion de pertinences différentes.
« Comme c’est souvent le cas en matière de représentations sociales, on balance
entre trivialités et originalités » (Moliner, Rateau et Cohen-Scali, 2002, p. 202).
Par exemple, nous pouvons relever que l’objet « poubelle » est présent dans la
représentation des deux objets. Ainsi, il pourrait être inclus dans l’un sinon les
deux objets étudiés ici et qu’il ne s’agisse pas d’un objet de représentation sociale.
Plusieurs arguments renforcent cette hypothèse. En effet, un objet matériel n’est pas
un objet social en ce sens qu’il n’appartient pas forcément au langage commun
d’un groupe donné (Lahlou, 1998). En outre, il n’est pas évident que les informa-
tions relatives à cet objet soient dispersées entre les individus et groupes sociaux
(Moscovici, 1961).
Cette observation ne nous informe néanmoins pas sur la dynamique entre pratiques
de tri et représentations. Aussi, nous allons restreindre ici notre discussion autour
des points de distinctions au sein des représentations en fonction des pratiques.
Plusieurs observations s’avèrent ainsi particulièrement intéressantes, corroborent
des résultats déjà mis en évidence dans la littérature ou apportent de nouveaux
éléments de réexion.
Les déchets représentent un objet complexe et mixte pour reprendre les termes
employés par Robic et Mathieu (2001) sur le développement durable, « c’est-à-dire
un objet dans lequel les dimensions naturalistes (matérielles) et les dimensions
sociales (représentations pratiques, conits-pouvoirs, appropriation-exclusion) ne
peuvent être dissociés ». Ces deux dimensions s’expriment très clairement au tra-
vers des représentations que nous avons mesurées. D’une part, les aspects des-
criptifs concernant sa nature ou sa gestion occupent une place importante dans
la représentation du déchet. D’autre part, des enjeux aussi divers que l’ordre ou
la propreté, l’environnement, la politique ou l’économie sont également présents
dans la représentation.
Plusieurs différences apparaissent entre les représentations du déchet chez les
trieurs réguliers et les personnes ne les triant pas régulièrement.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 200
Les personnes n’ayant pas une pratique régulière du tri associent d’autant plus de
nuisances au déchet. Cette mise en exergue du danger peut permettre de justier
l’indésirabilité qui l’accompagne et le peu d’attention qui lui est accordée quant
à sa gestion. En effet, « on ajoute des torts à son inutilité, il est gênant parce qu’il
encombre et parce qu’il témoigne d’un refus. Il faut donc l’éloigner, le mettre en
marge. Enn pour mieux fonder son exclusion, on lui attribue une nuisance plus ou
moins fondée : laid, sale, malsain, dangereux (…) » (Gouhier, 1984, p. 37). Pour-
tant, un déchet n’est à proprement dire ni sale ni dangereux, mais un amalgame
est fait entre différentes notions culturellement associées. En effet, le vocabulaire
ne distingue pas la propreté, notion culturelle, l’hygiène, notion bio-médicale et
la pureté-souillure, notion morale (Corbin, 1982). L’idée de saleté est structurante
de la représentation du déchet chez les personnes ne triant pas régulièrement leurs
déchets. Cette saleté doit s’entendre comme une mise en danger de la « bonne
forme », comme un dés-ordre (Douglas, 1971).
En outre, en se rapportant à l’étymologie du terme, on se rend compte que déchet
et tri sont inexorablement liés l’un à l’autre. En effet, le terme « déchié », apparu au
12ème siècle an de désigner un bien déchu, repose sur la racine latine « dis », qui
signie la « séparation », et « cadere », qui désigne la « chute ». L’idée d’un tri est
donc présente dans la notion même de déchet.
La représentation du tri sélectif est très marquée par son association aux questions
de l’environnement et de l’écologie mentionnées quelles que soient les pratiques
de tri. Pour autant, on sait que les attitudes sont très peu prédictives des compor-
tements de tri (Henning et Thorsten, 2011) et que la congruence entre attitudes,
valeurs et comportement est faible (Buttel, 1987; Oskamp et al., 1991; Derksen
and Gartrell, 1993). Il n’est dès-lors pas surprenant de retrouver l’expression d’une
association du tri à l’environnement sans que les pratiques en soient affectées.
L’écologie n’est en effet pas la motivation reconnue comme la plus importante pour
trier. Une étude menée par Cofremca (2001) a montré que les motivations décla-
rées pour trier pouvaient être de six natures différentes : le civisme et citoyenneté,
la volonté d’insertion dans le tissu social, l’écologie de proximité, la lutte contre les
excès de la société de consommation, un impact positif en faveur de l‘emploi, et la
simplicité des modalités de tri. Toutes ces motivations sont apparues avec plus ou
moins de récurrence dans le discours des trieurs réguliers. La recherche d’insertion
sociale et la motivation politique pour l’emploi ne sont en effet que très marginales
dans le discours des personnes interrogées. Cela est vraisemblablement dû à la
catégorie de la population interrogée qui est a priori socialement intégrée et pour
laquelle l’enjeu de l’emploi n’est que subsidiaire en comparaison aux différentes
autres motivations. La perception de la simplicité des modalités de tri est par contre
un point décisif dans la pratique du tri.
En effet, l’analyse catégorielle a montré que l’idée de contrainte était particulière-
ment présente chez les personnes qui ne trient pas régulièrement leurs déchets. Cet
aspect qualitatif de l’objet (Moliner, 1994, 1995) corrobore l’observation réalisée
par Arkkelin et al. (2000) qu’une différence essentielle entre trieurs réguliers et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 201
non-trieurs est l’aspect contraignant de la pratique que reconnaissent ces derniers.
Les contraintes mentionnées par nos participants concernent les efforts requis
(Oskamp et al., 1991; McCarty et Shrum, 1994), le temps (Bruvoll, Halvorsen et
Nyborg, 2002) et l’espace nécessaires (Vining et Ebrero, 1990 ; Boldero, 1995), et
le coût (Ewing, 2001). Il a déjà été mis en évidence que chacune de ces contraintes
perçues étaient des obstacles à la pratique du tri et permettaient de distinguer les
populations selon leurs pratiques du tri.
Une autre différence qui apparaît en fonction des pratiques concerne la prépondé-
rance accordée au tri. En effet, alors que les non-trieurs et occasionnels soulignent
l’importance du tri sélectif, les trieurs réguliers soulignent quant à eux sa néces-
sité. Cette différence, bien que subtile, rend compte de deux réalités différentes.
L’importance et la nécessité sont deux idées, deux évaluations d’un même objet.
La seconde apparaît toutefois plus proche de l’action que la première. La nécessité
laisse moins de place que l’importance à d’autres possibles que celui de la pra-
tique du tri. L’importance perçue par les non-trieurs revêt un aspect normatif et ne
témoigne pas d’une responsabilisation relative aux pratiques afférentes.
Les idées de responsabilité, de citoyenneté ou d’action, mentionnées par les trieurs
réguliers, confèrent à la représentation une dimension fonctionnelle et témoigne
d’un pouvoir d’action perçu. Or, le sentiment d’un pouvoir d’action est prépon-
dérant dans l’engagement en faveur de l’environnement (Moser, Ratiu et Vanssay,
2004 ; Ratiu, 1999). L’absence de sentiment de responsabilité permet aux non-
trieurs de se prémunir d’émotions inconfortables (Gardner et Stern, 1996) qui
nécessiteraient de leur part des modications de pratiques (Hardin, 1968). Ces
observations ne nous permettent pas pour autant de nous prononcer sur la nature
du lien entre le sentiment de pouvoir d’action et la pratique du tri. Aussi, plusieurs
recherches ont montré que le sentiment de responsabilité n’était pas décisif dans
l’adoption de pratiques pro-environnementales (Michel-Guillou, 2005 ; Michel-
Guillou et Moser, 2006). Aussi, il semble dès-lors plus prudent d’envisager ce sen-
timent comme pouvant apparaître de surcroît avec la pratique.
Pour résumer, nous pouvons dire que le tri sélectif est fortement associé à la sphère
pro-environnementale alors que les déchets évoquent en premier lieu des nui-
sances. Les fortes connotations négative des déchets et positive du tri sélectif sont
relativement consensuelles. Toutefois, deux différences majeures apparaissent au
niveau de la représentation du tri sélectif. Pour les individus ne triant pas leurs
déchets, le tri évoque une tâche contraignante, ce que ne signalent pas les trieurs
réguliers. Au contraire, ces derniers soulignent leur pouvoir d’action et la nécessité
de cette pratique en faveur de l’environnement.
8. Conclusion
Notre étude s’inscrit dans la lignée des travaux sur les représentations sociales
dans le domaine de l’environnement. Bien que de plus en plus nombreuses au
cours des dernières années, ces travaux demeurent encore rares (Michel-Guilloux,
2011 ; Fraïsse, Bonardi, Laurens, Masson, Orfali, Stewart et Viaud, 2006 ; Guimelli
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 202
et deschamps 2006 ; Weiss, Colbeau-Justin et Marchand, 2006 ; Marquis, 2001).
Ces travaux parviennent à la conclusion qu’il existe un décalage, parfois important,
entre représentations et pratiques en matière d’environnement.
La technique de l’association verbale à laquelle nous avons eu recours nous a
permis de mettre en évidence des liens entre la représentation sociale du déchet et
du tri sélectif ainsi que les pratiques de tri. D’une part, avec plusieurs évocations
communes et la présence de chacun des objets dans la représentation de l’autre
objet, les représentations du tri sélectif et du déchet apparaissent incontestable-
ment emboîtées. D’autre part, et bien que les représentations du tri sélectif et du
déchet soient relativement consensuelles quelles que soient les pratiques de tri, il
n’en demeure pas moins que les quelques différences observées pourraient s’avérer
décisives dans l’adoption et la pérennisation de pratiques de gestion contrôlée des
déchets. En effet, notre étude a permis de mettre en évidence que la représentation
sociale du tri sélectif variait sensiblement en fonction des pratiques de tri. Si la
plupart des cognitions sont partagées au niveau de la zone centrale de la représen-
tation, l’hypothèse que la représentation soit différemment structurée en fonction
des pratiques n’est pas à exclure.
Aussi, les observations réalisées semblent particulièrement importantes à considé-
rer dans la conception d’opération de communication sur le tri. En effet, les pou-
voirs publics et associations orientent traditionnellement leurs opérations de com-
munication sur la nécessité écologique ou sur la citoyenneté de la pratique du tri.
Il s’agit alors bien souvent d’une littérale éducation au tri, avec la prescription du
bon geste. Or, bien que l’ensemble des individus semble considérer la dimension
environnementale de cette pratique, aucun argument ne tend à indiquer l’existence
d’un lien entre cette attitude et le comportement de tri. Au contraire, les recherches
en psychologie environnementale tendent à montrer que les préoccupations per-
sonnelles et locales sont souvent disjointes des préoccupations globales et collec-
tives (Dunlap, Van Liere, Mertig et Jones, 2000). Aussi, l’argument environnemental
ne semble pas offrir un levier particulièrement pertinent pour le changement de
pratiques (Moser, 2009).
Avec la «culture de la complaisance» répandue dans la société occidentale, et des
individus qui se sentent constamment à court de temps, le recyclage va à l’encontre
de la dynamique individualiste, en exigeant un effort supplémentaire pour trier et
stocker les déchets dans des récipients séparés (Martin, Williams et Clark, 2005).
Par exemple, les usagers qui trient régulièrement leurs déchets consacrent en
moyenne trente minutes par semaine à la gestion de ceux-ci (Bruvoll et al., 2002),
et sans en retirer aucun autre bénéce individuel qu’une potentielle auto-percep-
tion favorable. Ainsi, parce qu’il exige de l’individu qu’il prenne de son temps,
de son énergie et de son espace, pour le collectif, le tri apparaît comme le seul
comportement à visée strictement collective. La question des-lors est de savoir si le
sentiment de responsabilité évoqué par les trieurs réguliers s’établit a priori et/ou a
posteriori de l’adoption de la pratique du tri. S’il s’avérait préexistant à l’adoption
de la pratique du tri, la communication devrait alors rechercher la responsabilisa-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 203
tion de l’usager et la mise en saillance de la capacité d’action individuelle. Enn,
nos résultats suggèrent que la simplicité de l’acquisition et de la pratique quoti-
dienne du tri domestique puisse être un second axe de communication à explorer.
Notes
1.« Not In My Back Yard » pouvant être traduit par « pas de ça chez moi ».
2. Les quinze déchets présentés étaient : cannette de soda, carton d’emballage de pizza, sac
plastique, brique de lait, pot de yaourt, piles, bouteille d’huile en verre, bouteille d’eau en
PVC, boîte de conserve, journal, barquette de fruits en PVC, bidon de lessive, barquette de
lardons, barquette en aluminium, assiette en carton.
Bibliographie
Abric, J.C. (2003). L’approche structurale des représentations sociales : développements
récents. Psychologie et société, 4, 81-103.
Abric, J.C. (1994). Les représentations sociales : Aspects théoriques. In J.C. Abric (Ed.),
Pratiques sociales et représentations. Paris, France : Presses Universitaires de France.
Abric, J.C. (1989). L’étude expérimentale des représentations sociales, In D. Jodelet (Dir.),
Les représentations sociales, Paris, France : Presses Universitaires de France.
Abric, J.C. (1984). L’artisan et l’artisanat : analyse de contenu de la structure d’une
représentation sociale, Bulletin de Psychologie, 37, 366, 861-875.
Abric, J.C. et Guimelli, C. (1998). Représentations sociales et effets de contexte. Connexions.
N° spécial : Logiques sociales de la connaissance, 72, 2, 23-38.
Abric, J.C. et Tafani, E. (1995). Nature et fonctionnement du système central d’une
représentation sociale : la représentation de l’Entreprise. Cahiers Internationaux de Psychologie
Sociale, 28, 22-31.
Abric, J.C. et Vergès, P. (1996). L’étude des relations entre différents objets de représentation:
noyau central, emboâtement et réciprocité. Communication à la Troisième Conférence
Internationale sur les Représentations Sociales, Aix-en-Provence.
Ando, A.W. et Gosselin, A.Y. (2005). Recycling in multifamily dwellings : does convenience
matter ?, Economic Inquiry, 43, 2, 426-438.
Arkkelin, D., Schroeder J., Suchodolski, K., Skrenes, J. et Rodriquez, M. (2000). Why Some
People Don’t Recycle: Environmental Concern, Recycling Knowledge, Reasons For/For Not
Recycling and Future Commitment to Recycling. Communication présentée aux Rencontres
Annuelles de l’Association de Psychologie du Midwest, Vaparaisau, Midwest.
Bamberg, S. (2003). How does environmental concern inuence specic environmentally
related behaviors? A new answer to an old question. Journal of Environmental Psychology,
23, 21-32.
Barbier, R. (2002). La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets. Flux,
48, 35-46.
– Barbier, R. (1997). Les déchets dans la ville, un parcours historique. Traverse, 2. 83-98.
– Barles (2005). L’innovation des déchets urbains 1790-1990, Seyssel, Champ Vallon.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Barr, S. (2007). Factors inuencing environmental attitudes and behaviors : A UK study of
household waste management. Environment and Behavior, 39, 435-473
Barr, S., Ford, N. J. et Gilg, A. W. (2003). Attitudes towards Recycling Household Waste in
Exeter, Devon: Quantitative and Qualitative Approaches. UK: Routledge.
Boldero, J. (1995). The prediction of household recycling of newspapers: the role of attitudes,
intentions, and situational factors. Journal of Applied Social Psychology, 25, 440-462.
Bonadona, S. (2003). L’environnement, les déchets ménagers et la citoyenneté. (thèse de
Doctorat non publiée), Université de Provence, France.
Bruvoll, A., Halvorsen, B. et Nyborg, K. (2002). Households’ recycling efforts. Resources,
Conservation and Recycling, 36, 337-354.
Buttel, F.H. (1987). New directions in environmental sociology. Annual Review of Sociology,
13, 465-488.
Carrus, G., Passafaro, P. et Bonnes, M. (2007). Emotions, habits and rational choices in
ecological behaviors: The case of recycling and use of public transportation. Journal of
Environmental Psychology, 28, 51-62.
Chan, K. (1998). Mass communication and pro-environmental behavior: waste recycling in
Hong Kong. Journal of Environmental Management, 52, 317 -325.
Charvollin, F. (1998). Le trieur : essai d’une problématique sociologique relative aux
usagers de la collecte sélective des ordures ménagères. In Davoine (Ed.), Traduction des
comportements humains dans la simulation des projets de collecte et de traitement des
déchets ménagers (pp. 28-42). École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne,
Conseil Régional Rhône-Alpes.
Christie, R. et Geis, F. (1970). Scale construction. In R. Christie et F. Geis (Eds.), Studies in
machiavellianism (pp. 338-400). New York, NY: Academic Press.
Citrin, J. et Elkins, D.J. (1975). Political disaffection among university students : Contents,
measurements an causes. Berkeley, CA: University of California Press.
– Corbin, A. (1982). Le miasme et la jonquille, Paris, France : Aubier Montaigne.
Curnow, R. C. et Hinchy, J. (1993). Making Recycling Work by Understanding the
Community. South Australia: City of Tea Tree Gully.
Dahlén, L., Vukicevic, S., Meijer, J.E. et Lagerkvist, A. (2007). Comparison of different
collection systems for sorted household waste in Sweden, Waste Management, 27, 1298–
1305.
Daneshvary, N., Daneshvary, R. et Schwer, R. K. (1998). Solid-waste recycling behavior and
support for curbside textile recycling. Environment and Behavior, 30, 144-161.
De Silguy, C. (1996). Histoire des hommes et de leurs ordures : du Moyen-âge à nos jours.
Paris, France : Le Cherche Midi.
De Rosa, A.S. (1988). Sur l’usage des associations libres dans l’étude des représentations
sociales de la maladie mentale. Connexions, 6, 51, 27-50.
Derksen, L et Gartrell, G. (1993). The Social Context of Recycling. American Sociological
Review, 3, 58, 434-442.
Di Giacomo, J.P. (1981). Aspects méthodologiques de l’analyse des représentations sociales.
Cahiers de Psychologie Cognitive, 1, 397-422.
Douglas, M. (1971). De la souillure, essai sur les notions de pollution et tabou, Paris, France : Maspero.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 205
Dunlap, R.E., Van Liere, K.D., Mertig, A.G. et Jones, R.E. (2000). Mesuring Endorsement of
the New ecological Paradigm: A revised NEP Scale. Journal of Social Issues, 56, 3, 425-442.
Eckes, T. et Six, B. (1994). Fakten und ktionen in der einstellungs-verhaltens-forschung :
Eine meta-analyse. Zeitschchrist Für Sozialpsychologie, 25, 253-271.
Ewing, G. (2001). Altruistic, egoistic, and normative effects on curbside recycling.
Environment and Behavior, 33, 733 -764.
Etude Conseil national de l’emballage – COFREMCA – Sociovision, La place de l’emballage
dans la vie des Français en 2000, juin 2001.
Everett, W. et Peirce, J.J. (1993). Curbside recycling in the USA: Convenience and mandatory
participation. Waste Management and Research, 11, 49-61.
Felonneau, M.L., et Becker, M. (2008). Pro-environmental attitudes and behavior: Revealing
perceived social desirability». Revue Internationale de Psychologie Sociale, 21,4, 25-53.
Flament, C. (2001). Pratiques sociales et dynamique des représentations, In P. Moliner
(Ed.) La dynamique des représentations sociales (p. 255-277). Grenoble, France : Presses
Universitaires de Grenoble.
Flament, C. (1994). Structure, dynamique et transformation des représentations sociales.
In J.C. Abric (Ed.), Pratiques sociales et représentations (p. 37-58). Paris, France : Presses
Universitaires de France.
Flament, C. (1987). Pratiques et représentations sociales. In J.L. Beauvois, R.V. Joule et J.M. Monteil
(Dirs.), Perspectives cognitives et conduites sociales (p. 143-150). 1, Cousset, Suisse : DelVal.
Flament, C. et Rouquette, M.L. (2003). Anatomie des idées ordinaires. Paris, France :
Armand Colin.
Fraïsse, C., Bonardi, C., Laurens, S., Masson, E., Orfali, B., Stewart, I. et Viaud, J. (2006).
Représentations sociales des risques et rapport à la nature : le cas de la vache folle. In K. Weiss
et D. Marchand, (Eds.), Psychologie sociale de l’environnement (p. 193-204). Rennes, France :
Presses Universitaires de Rennes.
Gamba, R. et Oskamp, S. (1994). Factors inuencing community residents’ participation in
commingled curbside recycling programs. Environment and Behavior, 26, 587-612.
Gardner, T.G. et Stern, P.C. (1996). Environmental Problems and Human Behavior, Allyn
and Bacon.
Garnier, C. (1999). La genèse des représentations sociales dans une perspective
développementale. In M.L. Rouquette et C. Garnier (Dirs.), Etudes sur la genèse des
représentations sociales (p. 88-113). Montréal, Québec : Editions Nouvelles.
Goldberg, L.R. (1990). An alternative “description of personality”: The big-ve factor
structure. Journal of Personality and Social Psychology, 59, 1216-1229.
González-Torre, P. L. et Adenso-Díaz, B. (2004). Inuence of distance on the motivation and
frequency of household recycling. Waste Management, 25, 15-23.
Gouhier, J. (1984). Géographie des déchets : l’art d’accommoder les restes. Paris, France :
Centre de documentation industrielle, Centre Georges Pompidou.
Guerin, D., Crete, J. et Mercier, J. (2001). A Multilevel Analysis of the Determinants of
Recycling Behavior in the European Countries. Social Science Research, 30,195-218.
Guigo, D. (1991). « Sisyphe dans la ville, la propreté de Besançon au l des âges ». Annales
de la Recherche Urbaine, 53, 47-58.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
CIPS n°98 – 2013 – pp. 173-209 206
Guimelli, C. (1998). Chasse et nature en Languedoc. Etude de la dynamique d’une
représentation sociale chez les chasseurs langedociens. Paris, France, L’Harmattan.
Guimelli, C. et Deschamps, J.C. (2006). Représentations sociales, contextes socio-
environnementaux et temporel. In K. Weiss et D. Marchand (Eds.), Psychologie sociale de
l’environnement (p. 75-85). Rennes, France : Presses Universitaires de Rennes.
– Hardin, G. (1968). The Tragedy of the Commons. Science, 162, 1243-1248.
– Harpet, C. (1998). Du déchet : philosophie des immondices. Paris, France : L’Harmattan.
Henning, B. et Thorsten, K. (2011). The impact of attitudes and behavioral costs on
environmental behavior: A natural experiment on household waste recycling, Social Science
Research, 40, 3, 917-930).
Hoibian, S. (2011). Enquête sur les attitudes et comportements des Français en matière
d’environnement : Edition 2010. CREDOC, N° R270, Paris, France : Collection des Rapports.
Hopper, J. R. et Nielsen, J. M. (1991). Recycling as altruistic behavior: normative and
behavioral strategies to expand participation in a community recycling program. Environment
and Behavior, 23, 195-220.
– Jacobs, H. L., Zinkgraf, S. A., Wormuth, D. R., Hartel, V. F. et Hughey, J. B. (1981). Testing
ESL composition : a practical approach. Rowley, MA: Newbury House.
Jenkins, R. R., Martinez, S. A., Palmer, K. et Podolsky, M. J. (2001). The determinants of
household recycling : a material-specic analysis of recycling program features and unit
pricing. Journal of Environmental Economics and Management, 45, 294-318.
Jodelet, D. (1989). Folie et représentations sociales. Paris, France : Presses Universitaires de France.
Jodelet, D., Moulin P. et Scipion C. (1997). Représentations, attitudes et motivations face à
la gestion des déchets, autour du phénomène NIMBY. Rapport du laboratoire de psychologie
sociale de l’EHESS pour le Ministère de l’Environnement.
Lahlou, S. (1998). Penser manger. Alimentation et représentations sociales. Paris : Presses
Universitaires de France.
Lansana, F. M. (1992). Distinguishing potential recyclers from nonrecyclers: a basis for
developing recycling strategies. Journal of Environmental Education, 23, 16-23.
– Laredo, P. et Barbier, R. (1999). L’internalisation des déchets. Paris : Economica.
Le Dorlot, E. (2005). Les déchets ménagers : pour une recherche interdisciplinaire. Strates,
mis en ligne le 14 janvier 2005 : http://strates.revues.org/410
Lorenzen, J.A. (2012). Going Green: The Process of Lifestyle Change. Sociological Forum,
27, 1,
Maddox, P., Doran, C., Williams, I. D. et Kus, M. (2011). The role of intergenerational
inuence in waste education programmes : The THAW project. Waste Management, 31,
2590-2600.
Marchand D. et Weiss K. (2009). Application du modèle structural des représentations
sociales à l’étude du confort dans les trains. Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale,
84, 107-124.
Maresca, B. et Poquet, G. (1994). Collectes sélectives des déchets ménagers et comportements
des ménages. Credoc, Collection des Rapports.
Marquis, G. (2001). Les représentations sociales de l’environnement : une comparaison des
jeunes du Quebec et du Sénégal. Canandian Journal of Environmental Education, 6, 158-177.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 207
Martin, M., Williams, I. D. et Clark, M. (2005). Social, cultural and structural inuences on
household waste recycling: A case study. Resources, Conservation & Recycling, 48, 357-395.
– McCarty, J.A. et Shrum, L.J. (1994). The recycling of solid-wastes – personal values, value
orientations, and attitudes about recycling as antecedents of recycling behavior. Journal of
business research, 30, 53-62.
McCrae, R.R. et Costa, P.T., Jr. (1997). Personality trait structure as a human universal.
American Psychologist, 52, 509-516.
McDonald, S. et Oates, C. (2003). Reasons for non-participation in a kerbside recycling
scheme. Resources, Conservation and Recycling, 39, 369-385.
Michel-Guillou, E. (2011). La construction sociale de la ressource en eau. Pratiques
psychologiques, 17, 219–236.
Michel-Guillou, E. (2005). Qualité des eaux souterraines : attribution de responsabilité et
implication personnelle des agriculteurs. In J.C. Abric et C. Guimelli (Dirs.), Psychologie et
société (p. 171-193). Eres, 8.
Michel-Guillou, E. et Moser, G. (2006). Commitment of farmers to environmental to
environmental conscience. Journal of Environmental Psychology, 26, 3, 227-235.
Moliner, P. (2001). La dynamique des représentations sociales. Grenoble : Presses
Universitaires de Grenoble.
Moliner, P. (1995). Noyau central, principes organisateurs et modèle bidimensionnel des
représentations sociales. Vers une intégration théorique ? Les Cahiers Internationaux de
Psychologie Sociale, 28, 44-55.
Moliner, P. (1994). Les deux dimensions des représentations sociales. Revue Internationale
de Psychologie Sociale, 2, 73-85.
– Moliner, P., Rateau, P. et Cohen-Scali, V. (2002). Les représentations sociales. Pratique des
études de terrain. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.
Moser, G. (2009). Psychologie environnementale. Les relations homme-environnement.
Bruxelles : De Boeck.
Moscovici, S. (1976). La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses Universitaires
de France.
Moscovici, S. (1961). La psychanalyse, son image, son public. Paris : Presses Universitaires de France.
Moser, G., Ratiu, E. et De Vanssay, B. (2004). Water use and management in the light
of sustainable development : Social representations, Ideologies and practices in different
societal contexts. IHDP Update, 04, 13-15.
Noehammer, H.C. et Byer, P.H. (1997). Effect of design variables on participation in
residential curbside recycling programs. Waste Management Research.15, 407–27.
Nolan, J. M., Schultz, P. W., Cialdini, R. B., Goldstein, N. J. et Griskevicius, V. (2008).
Normative social inuence is underdetected. Personality and Social Psychology Bulletin, 34,
913-923.
Oskamp, S., Harrington, M., Edwards, T., Sherwood, D., Okuda, S. et Swanson, D. (1991).
Factors Inuencing Household Recycling Behavior. Environment and Behavior, 23, 494-519.
– Perrin, D. et Barton, J. (2001). Issues associated with transforming household attitudes and
opinions into materials recovery: a review of two kerbside recycling schemes. Resources,
Conservation and Recycling, 33, 61-74.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Purcell, M. et Magette, W.L. (2010). Attitudes and behavior towards waste management in
the Dublin, Ireland region. Waste Management, 30, 1997-2006.
Rapport Annuel sur la Gestion des Déchets. 2010. ADEME.
Ratiu, E. (1999). Modèles d’analyse psychosociologique et différenciation des rapports
environnementaux à l’eau. In C. Aspe et P. Point (Eds.), L’eau en représentations. Gestion des
milieux aquatiques et représentations sociales (p. 15-26). Paris : CEMAGREF.
Roberts, J. A. (1996). Will the real socially responsible consumer please step forward ?.
Business Horizons, 39: 79-83.
Robic, M.C. et Mathieu, N. (2001). Géographie et durabilité : redéployer une expérience
et mobiliser de nouveaux savoir-faire. Le développement durable, de l’utopie au concept.
Elsevier.
Robinson, G. M. et Read, A. D. (2005). Recycling behaviour in a London Borough : Results
from a large-scale household surveys. Resources, Conservation et Recycling, 45, 70-83.
Rouquette, M.L. et Rateau, P. (1998). Introduction à l’étude des représentations sociales,
Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.
Schuster, K. (2003). Lebenstil und Akzeptanz von Naturschutz. Heidelberg und Kröning,
Asanger Verlag.
– Schwartz, S. H. (1977). Normative inuences on altruism, in L.Berkowitz (coord.) Advances
in Experimental Social Psychology. New York: Academic Press.
– Simmons, D. et Wildmar, R. (1990). Motivations and Barriers to Recycling: Toward a Strategy
for Public Education. The Journal of Environment Education, 22, 13-18.
Six, B. (1992). Rcent develoments and trends in attitude-behaviour research. In E.H.
Witte (Ed., Hamburger symposiums zur methologie der sozialpsychologie, Einstellung und
Verhalten. Beiträge des, 7, pp. 13-33. Braunschweig : Braunschweiger.
Souchet, L. et Tafani, E. (2004). Pratiques, engagement et représentations sociales :
Contribution expérimentale à un modèle de la dynamique représentationnelle. Cahiers
Internationaux de Psychologie Sociale, 63, 81-92.
Swami, V., Chamorro-Premuzic, T., Snelgar, R. et Furnham, A. (2010). Personality, individuel
differences, and demographic antecedents of self-reported household waste management
behaviours. Journal of Environmental Psychology, 31, 21-26.
Thogersen, J. et Grunert-Beckmann, S.C. (1997).Values and Attitude Formation Towards
Emerging Attitude Objects: From Recycling to General, Waste Minimizing Behavior. Advances
in Consumer Research, 24, 182-189.
Thomas, C. (2001). Public understanding and its effect on recycling performance in
Hampshire and Milton Keynes. Resources, Conservation and Recycling, 32, 259-274.
Timlett, R. et Williams, I.D. (2011). The ISB model (infrastructure, service, behaviour): A tool
for waste practitioners. Waste Management, 31, 1381-1392.
Tonglet, M., Phillips, P. S. et Bates, M. P. (2004). Determining the drivers for householder
pro-environmental behaviour : waste minimisation compared to recycling. Resources,
Conservation and Recycling, 42, 27-48.
Tucker, P., Murney, G. ET Lamont, J. (2000). Predicting recycling scheme performance : a
process simulation approach. Journal of Environmental Management, 53, 31-48.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Représentations sociales et pratiques de tri 209
Vergès, P. (1994). Approche du noyau central, propriétés quantitatives et structurales, In C.
Guimelli (Dir.), Structure et transformations des représentations sociales (p. 233-353). Paris,
France : Delachaux et Niestlé.
Vergès, P. (1992). L’évocation de l’argent : une méthode pour la dénition du noyau central
d’une représentation. Bulletin de psychologie. Nouvelles voies en psychologie sociale (numéro
spécial), XLV, 405, 203-209.
Vining, J. et Ebreo, A. (1990). What Makes a Recycler? A Comparison of Recyclers and
Nonrecyclers. Environment and Behavior, 22, 55-73.
Webster, F. E. (1975). Determining the characteristics of the socially conscious consumer.
Journal of Consumer Research, 2, 188–196.
Weiss, K., Colbeau-Justin, L. et Marchand, D. (2006). Entre connaissance, mémoire et
oublis : représentations de l’environnement. In K. Weiss et D. Marchand (Dirs.), Psychologie
sociale de l’environnement (p. 145-157). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
Wilson, C.D.H. et Williams, I.D. (2005). Kerbside collection: a comparison of three wards
in the north-west of England. In: Proceedings of the 10th international waste management and
landll symposium.
Woodward, A. L., Sommerville, J. A. et Guajardo, J. J. (2001). How infants make sense of
intentional action. In B. Malle, L. Moses et D. Baldwin (Eds.) Intentions and intentionality:
Foundations of Social Cognition. Cambridge, MA: MIT Press
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Bretagne occidentale - - 195.83.247.68 - 16/10/2013 09h11. © Presses universitaires de Liège
... Verbal elements are grouped into categories, which involves using lexical fields, and descriptive or evaluative dimensions of the terms provided by the individuals. Dupré (2013) recently applied these analyses to a joint study of the social representation of waste and sorting. His study population consisted of 425 French citizens. ...
... His study population consisted of 425 French citizens. Dupré (2013) asked them: "What does sorting mean to you? (give 5 to 10 of the first words that come to mind)" and "What does waste mean to you? (give 5 to 10 of the first words that come to mind)". He showed that while the representation of waste is mostly negative, that of sorting is particularly positive. ...
... This aspect does not come up for the usual sorters. Dupré (2013) states that sorting social representation is highly connected to ecology and recycling. The economic stakes and the link with consumption are also clear. ...
... Ce champ de recherche, popularisé par des articles de la première moitié des années 1990 (Gamba and Oskamp, 1994;Oskamp et al., 1991;Schahn and Holzer, 1990;Taylor and Todd, 1995;Vining and Ebreo, 1990), a vu une croissance soutenue des publications internationales sur le sujet, qui s'est accélérée depuis 2015 (Figure 1.1). (Dupré, 2013;Miafodzyeva and Brandt, 2013). ...
... Les indicateurs testés sont souvent liés à des attitudes basées sur des sentiments de responsabilité personnelle (Kurz et al., 2007;Meneses and Palacio, 2005), sur des sentiments altruistes (Hopper and Nielsen, 1991;Martin et al., 2006) ou le respect de l'environnement (Gamba and Oskamp, 1994;Tonglet et al., 2004). Si l'impact des normes basées sur le sentiment de responsabilité personnelle semble avoir un effet relativement stable entre les différentes études (Miafodzyeva and Brandt, 2013), les impacts des sentiments altruistes et de l'intérêt pour l'environnement sont faibles voire inexistants pour la distinction statistique des trieurs et des non-trieurs (Dupré, 2013;Vining and Ebreo, 1990). ...
... Lorsque ces déterminants sont pris en compte comme variables de contrôle ou comme variables médiatrices dans des modèles considérant aussi des facteurs socio-psychologiques, il semble qu'elles n'aient que des relations conditionnelles, souvent faibles, avec les pratiques de tri (Dupré, 2013). Par contre, il nous semble important de noter que certaines analyses, basées uniquement sur les relations entre les comportements de tri et les DSD, parviennent à produire des résultats significatifs (Berger, 1997;Owens et al., 2000;Tonglet et al., 2004). ...
Preprint
Full-text available
Premier rapport intermédiaire du projet de recherche SIMODEM du LabEx IMU Plus d'infos : https://imu.universite-lyon.fr/projet/simodem-simuler-la-mobilite-des-dechets-menagers-2018/ Les résultats publiés dans ce rapport sont des résultats intermédiaires, susceptibles d'être modifiés au cours du projet
... Ce n'est qu'à partir de 1970, à la suite du développement économique des sociétés modernes, qu'émergent les premières préoccupations liées aux déchets et plus particulièrement aux déchets plastiques (Rocher, 2008 ;Dupré, 2013). Peu d'études se sont intéressées aux matériaux plastiques utilisés en aquaculture ou pour les activités de pêche. ...
... Thus, it is essential to assess toxicity of environmentally-aged MPs on marine fauna. In 1970, due to the economic development of modern societies, questions were raised internationally in relation to plastic waste (Rocher, 2008;Dupré, 2013). Few studies considered plastic materials from aquaculture and fishing activities. ...
Thesis
Les microplastiques (MP) sont largement répandus dans les zones côtières et les océans du monde entier. Les MP sont préoccupants sur le plan environnemental en raison de leurs impacts potentiels sur un large éventail d’organismes marins, de sorte que l'évaluation de leur impact sur les écosystèmes est devenue une priorité de recherche. En complément, les substances phytosanitaires utilisées régulièrement en agriculture se déversent dans les milieux côtiers, par ruissellements. Ces travaux de thèse se sont focalisés sur (i) une étude exploratoire d’un site pilote des Pertuis Charentais (PC) afin d’évaluer l’importance de la contamination plastique et pouvoir évaluer leur toxicité sur (ii) les stades précoces et (iii) tardifs de développement de l’huître creuse, Crassostrea gigas. Ces travaux fournissent une première investigation de l’état de contamination plastique (macro et micro) d’un site d’étude littoral des PC, où la présence de plastiques ostréicoles ainsi que des concentrations élevées en MP dans les sédiments de plage ont été identifiés. De plus, les expérimentations menées en conditions de laboratoire contrôlées, nous informent sur le caractère toxique des MP de PE et des pesticides sur les stades précoces de développement (embryo-larvaire) de l’huitre creuse. Les pesticides dosés dans les eaux des PC ont montré des effets significatifs à des concentrations proches de l’environnement naturel alors que les MP s’avèrent toxiques pour des concentrations plus fortes. Ces effets apparaissent sur le développement, la croissance et le comportement natatoire des larves d’huitre creuse. Des expérimentations complémentaires, effectuées sur des stades plus tardifs, notamment les naissains d’huitre creuse, ont permis de montrer un comportement valvaire modifié suite à une exposition de 25 jours aux MP de type PE et au Chlortoluron, en conditions de laboratoire. Les effets intergénérationnels ont pu être observés avec l’utilisation de MP environnementaux (cocktail de PE, PP et PVC), vieillis aux abords des concessions ostréicoles. La qualité et le succès de fécondation ont été modifiés ainsi que le développement et le comportement de nage des larves-D issues de parents préalablement exposés durant deux mois. Ces premiers résultats permettront de renforcer les connaissances de la communauté scientifique et d’informer les professionnels et acteurs conchylicoles sur les risques des contaminants émergents, tels que les MP et les pesticides. Des adaptations des pratiques conchylicoles seront nécessaires afin d’éviter une probable dégradation de la qualité des eaux littorales dans les PC.
... « Et pourtant, ils trient », a-t-on envie de dire, pour toutes sortes de raisons, parce que ce n'est pas trop compliqué, parce qu'on leur demande, parce qu'ils trouvent cela satisfaisant, parce que le nouveau système est plus pratique que l'ancien, parce qu'on s'y habitue rapidement et que tout est fait pour que le nouveau geste se trouve comme enchâssé dans un nouvel univers matériel et symbolique qui le soutienne fermement. (Barbier, 2002, p. 44) Selon certaines études européennes, l'action de trier, de jeter le déchet « au bon endroit » constitue un effort, effort motivé par le civisme (Thogersen & Gruner-Beckmann, 1997 ;Deleuil, 2004), l'habitude et le sens de la responsabilité (Schwartz, 1977 ;Dupré, 2013). Ainsi, les trieurs réguliers soulignent la nécessité du geste individuel pour un bénéfice collectif, alors que les nontrieurs associent surtout le tri à une tâche individuelle contraignante exigeant du temps et de l'espace pour stocker les déchets dans des récipients séparés (Martin et al., 2006). ...
... Différentes études montrent par ailleurs que l'adoption du tri est positivement corrélée au revenu (Vining & Ebreo, 1990 ;Oskamp et al., 1991 ;Derksen & Gartrell, 1993). Le revenu affecte notamment la nature du logement (individuel ou collectif) et donc le mode de collecte (porte-àporte versus point d'apport volontaire), la taille du logement et le temps disponible (Dupré, 2013). McCarty et Strum (2001) indiquent également que dans leur échantillon d'étude, les personnes ayant un revenu plus faible ont une perception négative du tri, le considérant comme une contrainte. ...
Thesis
Cette thèse s’intéresse à l’entrée des jeunes enfants dans une première culture scientifique, visant la construction de savoirs dans le contexte de pratiques quotidiennes dans les familles. La recherche porte sur les pratiques de compostage domestique des déchets organiques. L’enjeu est de croiser une étude didactique des conceptions enfantines sur le compostage, et une étude sociologique des modalités de construction de ces conceptions au travers de la transmission familiale. L’analyse repose sur une enquête empirique par entretiens avec 48 enfants âgés de cinq ans, ainsi qu’avec leurs parents. Après avoir catégorisé les conceptions en trois niveaux selon leur distance aux savoirs visés, la thèse croise les niveaux de compréhension des enfants aux caractéristiques familiales et aux pratiques de gestion des déchets.
... Waste released in a neighbourhood can be a resource in agriculture [2]. The waste management is done by the chain: first inside houses, followed by neighbourhoods, and cities [3,4]. Nematchoua and Reiter [5] explained that a sustainable neighbourhood incorporates, upstream of its design, many criteria, such as waste treatment through the selective collection of waste, sorting, recycling, composting, etc. ...
Article
Full-text available
This research aims to quantify and to compare the effect of the energy mix of 150 countries on the waste products generated by an eco-neighbourhood. To perform this comparison, the same neighbourhood design is applied to in 150 countries, but four parameters are adapted to each country: energy mix, local climate, building materials and occupants’ mobility. The life cycle of the neighbourhood was assessed over 100 years. This environmental impact was evaluated by the Pleiades simulation software under four phases (construction, use, renovation, and demolition). Among the four local parameters (energy mix, local materials, climate, and transport), the energy mix has the most significant effect on the waste product emission. In this sense, the results showed that the most important quantity of waste products (35.3% of the total) is generated during the demolition phase. What is more, the application of photovoltaic panels in eco-neighbourhood increases up to 12% of the total waste product emission over 100 years. Globally, in the 150 Countries, 80% of waste products come mainly from building materials and domestics and the waste product emission per occupant was between 10 and 20% higher in developed countries (USA, Japan, Canada, France, Germany, etc.) than in poor or developing countries (Madagascar, Cameroon, Vietnam, Haiti, Costa Rica, Afghanistan, etc.). Finally, the waste generation concentration of an occupant of an eco-neighbourhood was estimated to be around of 322 kg per year. Graphical Abstract
... Thus, it is essential to assess toxicity of environmentally-aged MPs on marine fauna. In 1970, due to the economic development of modern societies, questions were raised internationally in relation to plastic waste (Rocher, 2008;Dupré, 2013). Few studies considered plastic materials from aquaculture and fishing activities. ...
Article
Plastic is currently used in aquaculture as a material for settlement and magnification of oyster spats. Plastic weathering and fragmentation under natural conditions can lead to the production of micro and nanoparticles and additive leakage, with potential toxic effects on marine life. This study investigates the effects of the exposure to microplastic (MPs) cocktail derived from aged aquaculture material on oyster pediveliger larvae (Crassostrea gigas). The cocktail was made of high-density polyethylene (HDPE), polypropylene (PP) and polyvinyl chloride (PVC). The concentrations tested were 0, 0.1, and 10 mg MP·L-1. During the 7-day fixation phase, pediveliger larvae (17 days) were exposed to the MP cocktail in laboratory-controlled conditions. After exposure, the success of settlement was significantly lower for larvae exposed to 10 mg MP·L-1 (49 ± 0.9%) compared to control ones (61.8 ± 1.6%). No malformations or metamorphosis abnormalities were observed. Growth of pediveliger and spat stages was monitored up to 11 months. During the first twenty-eight days of development, spat growth was significantly lower for the two MPs exposure conditions (0.1 and 10 mg MP·L-1; respectively -51.8% and -44.4%) compared to control group. Subsequently, the previously exposed oysters grew faster than the control condition, resulting in a significantly greater growth (0.1 and 10 mg MP·L-1: +18.3% and +19.7%) than the control group at the end of follow-up. The nearly one-year follow-up highlighted the potential effects of MPs from aquaculture on larvae and spat of C. gigas.
... Mais c'est pas fait pour tout le monde !... Certains enfants, envoyés par les parents, sont parfois désorientés par les bornes » (SE) ; « Sur le papier c'était bien mais ce n'est pas au point… » (ED) ; « Je suis obligé de faire régulièrement des allers-retours… » (ED)) . Dupré (2013) insiste sur l'importance de cette dimension logistique en rappelant que la distance parcourue jusqu'au point de collecte est un élément essentiel dans le comportement des clients-usagers en matière de tri (voir également Cirelli, Maccaglia et Melé, 2017) . Dans le cas de la CPOM, cette responsabilisation n'a pas fait l'objet d'une négociation sociotechnique préalable visant à définir la norme sociale acceptable d'utilisation du système, contrairement aux préconisations de Callon et Rip (1992) : en imposant ce système de collecte aux citoyens de l'écoquartier concerné, la municipalité seule définit la norme sociale acceptable concernant l'utilisation du système et crée indirectement des insatisfactions, source de déviance . ...
Article
This study focuses on the customers-users attitudinal and behavioral perspectives regarding an automated vacuum waste collection system (AVWCS) implemented in Romainville (France) eco-districts. We implement a qualitative exploratory data analysis based on interviews of the owner-builder, the company operating the system, and the inhabitants of Romainville eco-districts. Our study shows that the AVWCS is the subject of ambivalent customers-users representations in spite of important public communication campaigns regarding their practicality and positive ecological incidences. Some customers-users attitudes/behaviors are dissonant combining AVWCS’ ecological arguments, reliability and viability. Cognitive dissonance can deter some customers-users from AVWCS adoption, leading to effective resistant and sometimes deviant behaviors.
... Au niveau des éléments périphériques, on a une première périphérie constituée des mots et expressions dont la fréquence et le rang ne sont pas congruents (Dupré, 2013). Il s'agit d'une « zone potentiellement déséquilibrante, source de changement » (Vergès, 1994, p. 238). ...
Article
Full-text available
Résumé Introduction Des outils de mesure fiables susceptibles d’évaluer les différentes dimensions des représentations du travail informel sont inexistants. Cette situation contribue à limiter la possibilité d’études quantitatives sur le travail informel. Objectif L’objectif de cette étude est de proposer un instrument de mesure des représentations du travail informel présentant des qualités psychométriques satisfaisantes. Méthode Trois études ont été réalisées au Cameroun : la première est qualitative et permet, par l’analyse d’évocations, d’identifier les éléments saillants des représentations du travail informel ; les deux autres sont quantitatives. Les données y sont collectées par questionnaire et des analyses factorielles exploratoires et confirmatoires en sont faites à l’aide des logiciels SPSS17.0 et Amos.21. Résultats Les résultats montrent que les représentations du travail informel se déclinent en trois dimensions : nature et sécurité, aspects normatifs, et aspects financiers liés au travail informel. On note aussi que l’intention de s’engager dans les programmes de restructuration du travail informel est significativement orientée par les représentations du travail informel. Conclusion L’applicabilité de l’échelle ainsi validée, ses perspectives et ses limites sont discutées. Abstract Introduction Reliable tools capable of assessing the various dimensions of the representations of informal work are inexistent. This very situation contributes in eliminating the possibilities of quantitative studies on informal work in psychology. Objective The objective of this study is to put forward a quantifying instrument of the representations of informal work, presenting adequate psychometric qualities. Method Three case studies have been realized in Cameroon: the first one is qualitative, and enables the identification of considerable elements of the representations of informal work through proper analyses; the last two studies are quantitative. Data are collected with a questionnaire and analysed using exploratory and confirmatory factor analyses through SPSS17.0 and Amos.21 software. Results Three dimensions of representations of informal work arises from analyses: nature and security, normative aspects, financial aspects related to informal work. It is also noted that intentions to engage into the restructuring programmes of informal work are significantly oriented by the representations of informal work. Conclusion Thus, the convenience of the scale once validated, its perspectives and its limits remain arguable. Mots clés: Représentations sociales; Travail informel; Restructuration; Sécurité et bien-être au travail; Qualité de vie au travail Keywords: Social representations; Informal work; Restructuring; Security and well-being at work; Life quality at work
Thesis
Depuis juillet 2015, le Liban a connu une crise de gestion des déchets avec des conséquences désastreuses aux niveaux de la santé et de l'environnement. Plusieurs initiatives ont pris lieu depuis afin de réduire l'impact de cette crise. L’objectif est de comprendre comment ces nouvelles pratiques émergentes amènent ainsi plusieurs acteurs de la crise à interagir et à s’organiser entre eux à travers le déchet actant non-humain, afin de former une organisation de tri et de recyclage. Les interactions entre les actants humains et non-humains peuvent être considérées sous l’angle d’un réseau de tri et de recyclage formant ainsi une organisation apprenante. Pour cela, nous avons mobilisé l’approche de l’acteur réseau qui privilégie les interactions entre acteurs sociaux et la co-construction entre individus et structure du réseau.La particularité de cette thèse relève d’une relecture de la situation au Liban, l’émergence de réseaux sociaux de gestion de déchets, ainsi que l’implication de plusieurs acteurs qui, en interagissant sur ces réseaux, forment des organisations de gestion et de valorisation des déchets ménagers. Ceci nous amène à voir si les représentations des individus vis-à-vis des déchets ont changé et si le fait d’être impliqué dans leur gestion en interagissant dans des réseaux de tri et de recyclage débouche en un apprentissage organisationnel. Ce travail de recherche essaie de relier deux phénomènes, à savoir l’apprentissage organisationnel et le développement durable en matière de déchets.Cette recherche vise donc à comprendre, au travers du « modèle de l’intéressement », la mobilisation d’actants humains à partir des actants non-humains que sont les déchets au regard de leur collecte, de leur tri et de leur recyclage. Partant d’un problème qui touche la majorité des individus, des actants hétérogènes acceptent de coopérer et de discuter autour du projet commun qui est ici la collecte, le tri et le recyclage des déchets. Elle conduit à observer les intentions, les discours, les actions et les interactions. C’est une recherche-action et une observation participante menées dans le champ du développement durable et fondée sur une approche inductive en observant en quoi le déchet est générateur d’une organisation apprenante compte-tenu d’enjeux sociaux, politiques et économiques. Ils ont été à l’origine d’une dynamique entrepreneuriale
Article
When the influential are influenced Influence is an essential, unalienable force relating individuals in any social organization. However it is usually seen as the unilateral action of one party (the source) on another (the target). Studies lead us to reconsider this point of view and focus on the potential effects of influence on its source. To analyze the potential cognitive and behavioral modifications induced by an action of “proselytizing” in a professional setting, a study was made of employees in communications on an awareness campaign about waste management. Semidirective interviews, informal discussions and observations during fieldwork produced a valuable corpus of information on these persons’ practices and attitudes toward the environment. As the findings show, these employees considerably modified their ideas and behaviors about not only the management of wastes but also “environmental citizenship”. These modifications of the source of influence have several implications for management.
Article
Full-text available
At the beginning of the 1990s, local authorities, industrials and the State started a large scale collective experiment aiming at a new waste management model. This model focuses on the valorisation of household packaging waste and it is based on user’s participation. Within ten years, packaging waste separate collection has been integrated in behaviors on a long term basis. Due to a steadfast and systematic effort of assessment, the user has become a relatively foreseeable and controlable variable. And this, through a few ratios, some reasonable requirements and a relatively simple doctrine of project management. The whole process could be assimilated to a « colonization of behaviors » for the benefit of the economic system. Nevertheless, even if the initiatives has been taken most of the time by local councillors, some kind of negociation with users has been organized at different levels. Furthermore, because of its implications in terms of opportunities of dialogue with users and the fact that the doctrine of project management includes an obligation of accountability, this process contains in itself the fragile but real principle of its democratization.
Article
This study focuses on identifying the differences between traditional farmers (those who maintained traditional agricultural practices) and pro-environmental farmers (those who committed to practices aimed at preserving the environment), in terms of environment-related beliefs and representations. From studying the structure of their social representation of the environment, their beliefs about water pollution and their interest in voluntary pro-environmental action, we tried to find out if farmers’ commitment to pro-environmental steps is related to their increased environmental awareness. A questionnaire that consisted of a scale of attitudes towards pro-environmental practices and towards water, followed by a word association test, was administered to 205 farmers. The results tend to indicate that farmers’ commitment to pro-environmental action depends more on social factors than on increased environmental awareness. Instead, adopting such practices seems to trigger interest in the environment, particularly in terms of conceptualizing the environment and of assessing the farmer's own capacity for action.