ArticlePDF Available

Genre et pauvreté chronique en milieu rural au Benin

Authors:
  • National University of Agriculture of Porto-Novo, Benin Republic

Abstract and Figures

Poverty is a multidimensional, dynamic and continuous phenomenon. These characteristics of poverty showed that the poors are heterogeneous group and the necessity to target a specific kind of poors for an efficient struggle against poverty. That’s why the objective 1 of the Millennium Development Goals (MDGs) foresaw not to struggle against poverty in general, but to eradicate chronic poverty and hunger. The aim of this study implemented on the Adja plateau (Couffo Department) was to identify the causal factors of chronic poverty in order to light decision makers on useful policies for an efficient struggle against chronic poverty in Benin Republic. From a life history analysis of four chronic poor households identified on a monetary analysis basis, it’s revealed that chronic poverty is either due to lack of assets at he household foundation, or after by negative chocks that involve repeated expenses or affecting the household’s production capacity such as sicknesses, deaths and unfavourable social norms. Chronic poverty rate is very higher, 28.7 percent. Chronic poverty eradication in Benin could then succeed through policies such as social support of sicknesses for households, equitable assets endowment (rural-rural migration policy, land reform, …), living conditions improvement and the woman-headed households promotion (consequent speech for the defence, positive discrimination, …). Keywords: Benin, poverty, hunger.
Content may be subject to copyright.
Genre et pauvreté chronique en milieu rural au Bénin
Houngbo1*, N. Emile; Mongbo, Roch2 ; Homèvo Agossa, Christophe1; Djègo, Julien2 ;
Kindomihou, valentin2, Floquet, Anne2 & Sinsin, Brice2
1* Socioéconomiste, Ecole Nationale Supérieure des Sciences et Techniques Agronomiques de Kétou,
Université d’Abomey-Calavi, 05 BP 774 Cotonou (République du Bénin), Tél. 90943976 / 95246102,
E-mail : enomh2@yahoo.fr
2 Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin
2
Résumé
Des études avancent la prépondérance au Bénin de la pauvreté en milieu rural et au sein des
femmes, sans pourtant spécifier la forme de pauvreté ; ce qui ne permet pas la politique de
ciblage qui est désormais recommandée pour une lutte efficace contre la pauvreté. La présente
étude a pour objectif de combler cette lacune de connaissances en milieu rural. Elle a porté sur
le plateau Adja (Département du Couffo) au sud-Bénin. A partir d’un échantillon de 122
ménages, l’analyse quantitative de la dynamique de pauvreté sur la période 2000-2007 a
permis d’identifier 35 ménages pauvres chroniques, soit 28.7 %. Cette approche quantitative a
été complétée par l’analyse de la trajectoire de vie de quatre ménages pauvres chroniques,
dont deux ménages dirigés par les hommes et deux ménages dirigés par les femmes. Ce papier
présente les résultats spécifiques aux ménages pauvres chroniques qui révèlent que :
- Il existe une certaine disparité des formes de pauvreté selon que le ménage est dirigé
par un homme ou par une femme. Le taux de pauvreté chronique est beaucoup plus
élevé au sein des ménages dirigés par les femmes qu’au sein des ménages dirigés par
les hommes : 47,1 % contre 25,7 %. La pauvreté chronique domine la pauvreté
transitoire au sein des ménages dirigés par les femmes, pendant que c’est le contraire
au niveau des ménages dirigés par les hommes.
- La pauvreté chronique relève de dispositions structurelles économiques et
socioculturelles qui affectent négativement la capacité de production des ménages.
Elle procède en général d’une répétition d’événements négatifs qui les fragilisent et
réduisent la capacité des ménages à supporter les chocs ou à profiter des événements
positifs : décès, maladies, sécheresse, Les ménages dirigés par les femmes
subissent en plus le poids pervers des réalités socioculturelles qui les fragilisent
davantage : exclusion quasi-totale de l’héritage de la terre, obligation d’inactivité suite
au décès de l’enfant ou du mari, …
Dans la lutte contre la pauvreté en milieu rural au Bénin, la priorité doit être donnée à la pire
forme de pauvreté - la pauvreté chronique - avec une attention particulière aux ménages
dirigés par les femmes qui en sont plus exposés. Ceci exige des mesures structurelles telles
que la prise en charge sociale de la santé, la dotation en actifs des ménages et la promotion
des femmes chefs de ménage.
Mots clés : Pauvreté chronique, Pauvreté transitoire, Genre, Trajectoire de vie, Bénin
3
Abstract
Gender and chronic poverty in rural Benin
Some research findings revealed that poverty rate in Benin Republic is higher in rural area
and within the women, without specifying the forms of poverty; what does allow targeted
policy which is recommended nowadays for an efficient struggle against poverty. This study
aimed at filling up this knowledge gap in rural area. This study was implemented in the Adja
plateau (Department of Couffo), southern Benin. From a sample of 122 households, the
quantitative analysis of poverty dynamics on the period 2000-2007 allowed identifying 35
chronic poor households, say 28.7 percent. This quantitative approach was completed with
life history analysis of four representative chronic poor households, two households headed
by men and two households headed by women. This paper presents the findings specific to
chronic poor households that revealed that:
- There’s a disparity of the forms of poverty as far as the households headed by men and
that headed by women were concerned. The chronic poverty rate is higher in the
women headed households than in that headed by men: 47.1 % versus 25.7 %.
Chronic poverty dominated transient poverty in the women headed households, while
it is the contrary in the households headed by men.
- Chronic poverty depended on economic and socio-cultural structures that affect
negatively the households’ production capacity. It generally proceeds of the repetition
of negative events that weaken and reduce the households’ capacity to support the
chocks or to take advantageous of positive events: deaths, sicknesses, drought, etc.
The households headed by women must face moreover the perverse weight of socio-
cultural norms which weaken them: exclusion of land inheritance, obligatory
inactivity after the death of a child or the husband, etc.
For efficient fight against poverty in rural Benin, priority must be given to the worst form of
poverty - the chronic poverty - with a particular attention to the households headed by women
who are more exposed to it. This imposes structural policies such as the social covering of
healthy, the sets reinforcement for the households and the promotion of the household headed
women.
Keywords: Chronic poverty, Transient poverty, Gender, Life history, Benin
4
INTRODUCTION
La pauvreté constitue l’un des principaux freins au développement durable à travers le monde.
Cette assertion à laquelle n’échappe pas le Bénin explique pourquoi la lutte contre la pauvreté
est devenue le leitmotiv de tous les gouvernants. En effet, selon le Rapport Mondial sur le
veloppement Humain de 2002, avec un Indicateur du veloppement Humain (IDH) égal à
0,420, le Bénin fait partie des pays à faible développement humain (IDH < 0,500). Il a occupé
le 158e rang sur les 173 pays dont l’IDH a été calculé sur la base des données de 2000
(MCPPD, 2003). Ainsi, la réduction de la pauvreté a figuré dans le Programme d’Actions
Prioritaires de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté 2007-2009 du Bénin
(SCRP 2007-2009). Ce programme d’actions inspiré des résultats et enseignements tirés de la
mise en œuvre du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) 2003-2005, a
pour ambition de réduire de façon significative l’incidence de la pauvreté à l’horizon 2009.
Mais pour plus d’efficacité, il importe que cette réduction de l’incidence de la pauvreté
s’accompagne de l’élimination de l’extrême pauvreté. Car, il est de plus en plus reconnu
qu’un bon ciblage des formes de pauvre est nécessaire pour venir à bout de la pauvreté. Plus
précisément, la pire forme de pauvre qu’est la pauvreté chronique doit être la principale
cible. A cet effet, Baulch (1996) précisait que la distinction entre la pauvreté chronique
(structurelle) et la pauvreté transitoire (conjoncturelle) est nécessaire à prendre en compte si
l’on veut cibler les interventions de réduction de la pauvreté par catégorie de bénéficiaires.
Pour le cas du Bénin, des résultats antérieurs (MCPPD, 2003 ; INSAE, 2003) avancent la
prépondérance de la pauvreté en milieu rural et au sein des femmes, sans pour autant spécifier
les formes de pauvreté ; ce qui ne permet pas une politique de ciblage qui est désormais
recommandée pour lutte efficace contre la pauvreté. C’est objet de la présente étude qui vise à
apprécier notamment l’ampleur de la pauvreté chronique au sein des ménages dirigés par les
femmes comparativement aux ménages dirigés par les hommes, afin d’en relever les facteurs
discriminants et les mesures porteuses.
MATERIEL ET METHODES
Milieu d’étude
L’étude a porté sur le plateau Adja, partie essentielle du Département du Couffo (Sud-ouest
du Bénin) dont il couvre tout ou partie de toutes les six Communes. Le Département du
Couffo est une zone à fort taux de ménages agricoles et de forte dépendance des femmes vis-
à-vis de l’agriculture. C’est l’une des principales zones de production agricole du Sud-nin
et dont la caractéristique propre est la concentration de plus de 90% de sa population dans
l’agriculture (Houngbo, 2005). En 2000, le Département du Couffo a présenté les indices de
pauvreté les plus élevés au Bénin après le Département du Borgou (MAEP, 2001):
- L’incidence de la pauvreté était de 0,475, contre 0,312 au niveau national ;
- La profondeur de la pauvreté était de 0,139, contre 0,085 au niveau national ;
- La sévérité de la pauvreté était de 0,060, contre 0,034 au niveau national.
Constitution de l’échantillon d’enquête
L’étude a porté sur 122 ménages agricoles tirés à partir de 166 ménages agricoles recensés
pour avoir é enquêtés lors de l’Etude sur les Conditions de Vie des Ménages en Milieu
5
Rural réalisée en 1999-2000 (ECVR 2). Le tableau 1 présente la composition de l’échantillon
de base et celle de l’échantillon final.
Tableau 1: Constitution de l’échantillon d’étude
Communes
Nombre de
ménages
recensés
Nombre de
ménages
retenus dans
l’échantillon
Klouékanmè
28
21
Djakotomè
30
24
Aplahoué
30
17
Dogbo
30
23
Lalo
29
23
Toviklin
19
14
Ensemble
166
122
Méthodes de collecte des données
Deux méthodes principales ont été utilisées pour la collecte des données. Le questionnaire
pour la collecte des données nécessaires à l’analyse quantitative de la dynamique de pauvreté
et l’histoire de vie pour la description des phénomènes explicatifs de l’évolution de l’état de
bien-être des ménages. L’indicateur quantitatif de l’état de bien-être du ménage choisi est
représenté par les dépenses de consommation par équivalent-adulte. Cet indicateur a été
calculé pour 2000 et pour 2007 au niveau de chaque ménage. Les dépenses de consommation
ont été converties en dépenses de consommation par équivalent-adulte (yi) pour tenir compte
de la taille et de la composition des ménages et donc pour les ramener au même niveau de
comparaison. Dans ce cadre, nous avons utilisé l’échelle d’équivalence estimée et utilisée par
Bazika et al. (2005) dans le cadre de l’étude de l’impact des politiques publiques sur la
pauvreté au Congo, un pays africain comme le Bénin. La formule d’équivalence utilisée pour
déterminer le nombre d’équivalent-adulte à la consommation, nEQ, est la suivante :
nEQ = (na + α.ne)β
Avec ne le nombre d’enfants dans le ménage, na le nombre d’adultes dans le ménage (y
compris le chef de ménage), α le paramètre qui permet de différencier le coût d’un enfant de
celui d’un adulte et β le paramètre de prise en compte des économies d’échelle dans le
ménage (Madkissi et al, 2003). Bazika et al (op. cit.) ont estimé les paramètres α et β
respectivement à 0,66 et 0,7. C’est ce que nous avons aussi utilisé dans cette étude.
Afin d’éliminer les effets des changements de prix généraux entre 2000 et 2007 et d’utiliser
un seuil de pauvreté unique, en l’occurrence celui de 2000 qui a été estimé à 85.162/
équivalent-adulte et par an lors de l’ECVR 2 pour le Département du Couffo, nous avons
converti les dépenses de consommation de 2007 en francs CFA constants de 2000. Le
déflateur utilisé est le ratio de l’indice des prix à la consommation (IPC) de 2000 par rapport à
celui de 2006. Ce ratio est de 114,3/136,5 = 0,84.
6
La description de la trajectoire de vie a porté sur quatre ménages-cas pauvres chroniques, dont
deux dirigés par des femmes et deux dirigés par des hommes.
Analyse des données
L’analyse des données est composée de deux volets. Le premier volet quantitatif a consisté à
la comparaison de l’état de bien-être permanent (moyenne inter-temporelle)
y
au seuil de
pauvreté Z défini en 2000 à 85.162 FCFA/équivalent-adulte et par an. Cette comparaison a
permis de distinguer :
- les ménages non pauvres : les dépenses de consommation par équivalent-adulte sont
supérieures à Z aux deux dates (2000 et 2007);
- les ménages pauvres chroniques :
y
< Z ;
- les ménages pauvres transitoires:
y
> Z, mais les dépenses de consommation par
équivalent-adulte sont supérieures à Z à une date et inférieures à Z à l’autre date.
Le second volet de l’analyse est qualitatif, centré sur l’analyse de la trajectoire de vie des
quatre ménages-cas pauvres chroniques. Les trajectoires de vie ont été représentées
simplement sous forme d’allure graphique en tenant compte du niveau de bien-être déjà
évalué quantitativement pour 2000 et pour 2007, puis de la nature positive ou négative des
événements (chocs) contés par les enquêtés. Lanalyse de ces trajectoires de vie a permis de
révéler les faits et événements qui ont influencé l’état de bien-être des ménages.
RESULTATS ET DISCUSSION
Résultats
Evaluation quantitative des formes de pauvreté selon le genre
Le taux de pauvreté chronique est globalement de 28,7 % sur le plateau Adja. Mais, il existe
une certaine disparité selon que le ménage est dirigé par un homme ou par une femme. Le
taux de pauvreté chronique est beaucoup plus élevé au sein des ménages dirigés par les
femmes qu’au sein des ménages dirigés par les hommes : 47,1 % contre 25,7 %. La pauvreté
chronique domine la pauvreté transitoire au sein des ménages dirigés par les femmes. Sur les
70,6 % de ménages pauvres dirigés par les femmes, le taux de pauvreté chronique est de 47,1
% contre 23,5 % de pauvreté transitoire. Le taux de pauvreté chronique est ainsi supérieur à
celui de la pauvreté transitoire, et ceci dans un rapport 2 :1. Ceci permet de dire que la
pauvreté est essentiellement chronique chez les femmes. En revanche, la pauvreté est
essentiellement transitoire au niveau des ménages dirigés par les hommes. Le taux de
pauvreté transitoire est plus fort que celui de la pauvreté chronique au sein de ces ménages.
Sur les 64,3 % de ménages pauvres dirigés par les hommes, le taux de pauvreté chronique
représente 25,7 % contre 39,1 % de pauvreté transitoire ; soit dans le rapport 1 : 1,5. La forme
de pauvreté dominante au niveau des ménages dirigés par les hommes est ainsi la pauvreté
transitoire ; la forme de pauvreté la moins grave.
7
Analyse qualitative des formes de pauvreté
L’analyse qualitative des formes de pauvreté a révélé des éléments intéressants qui expliquent
l’histoire et le niveau de bien-être des ménages-cas étudiés. Le recueil des histoires de vie ont
permis d’élaborer les trajectoires de vie de ces ménages.
Présentation de l’histoire de vie des ménages-cas
- Cas n°1
Le cas n°1 est un ménage pauvre chronique du village Fonkomè-2 (Arrondissement de
Dogbo-Tota) dans la Commune de Dogbo. Ce ménage représente le numéro 105 de notre
échantillon et est dirigé par un chef de ménage homme, analphabète, de 42 ans, dénommé
« BenD » dans ce document. Le chef de ménage BenD a perdu très tôt sa mère dont il était le
seul garçon. C’était en 1986 au moment il avait 21 ans. Les dépenses liées d’abord à la
maladie de cette maman, puis à ses funérailles, ont fortement pesé sur lui. Un an plus tard, il
perdit encore son papa dès suite d’une maladie. Mais, il hérita dès lors de 90 bowivés1 de
terres, soit 5,18 ha. En 1990, il perd le père et la mère de sa première épouse, et en 1991, la
mère de la seconde épouse. Ces événements l’ont fait beaucoup dépenser. En 2000, il réussit à
acheter 48 bowivés de palmeraies, mais note qu’en 2001, les faiseurs de pluie ont empêché la
pluie de tomber à cause des cérémonies. A l’issue de cette saison, il n’a pas pu faire de bonnes
récoltes, ce qui a constitué un événement qui l’a gativement marqué, Cet événement sera
suivi en 2003 d’une autre tragédie. Cette année-là, son jeune frère a été foudroyé par le dieu
du tonnerre appelé « Hêbiosso ». C’est une autre occasion le chef de ménage BenD a
faire d’importantes dépenses, puisque ce type de décès sur le plateau Adja est traité de
manière très particulière qui exige d’énormes sacrifices et dépenses. De plus, BenD s’engagea
à la recherche de l’auteur du malheur qui faucha son frère. Mais, il a aussi connu un
événement heureux cette même année 2003 où la saison a été bonne et lui a permis de
beaucoup récolter et vendre. Malheureusement, en 2004 encore, la série de malheurs va se
poursuivre. Son enfant souffrira d’une maladie grave qui va occasionner de nouvelles
dépenses. Le ménage BenD dont la schématisation de la trajectoire de vie est représentée par
la figure 1 s’adonne en ce moment aux activités agricoles, à la vente de fagot de bois, à
l’activité de manœuvre, à la vannerie et à la production d’huile de palme.
1 Le bowivé est une unité locale de mesure de la terre équivalant à 24mx24m = 576m²
8
Figure 1: Trajectoire de vie du ménage BenD, pauvre chronique
- Cas n°2
Le cas n°2 est un ménage pauvre chronique du village Adoukandji (Arrondissement
d’Adoukandji) dans la Commune de Lalo. Ce ménage numéroté 22 de notre échantillon est
dirigé par un homme, analphabète, de 100 ans, dénommé « HouZ » dans ce document. Le
chef de ménage HouZ se rappelle avoir hérité entre autres en 1967 de 8 bowivés de terre, soit
0,46 ha. Jusqu’en 1970, son ménage comportait beaucoup d’enfants, ce qui lui permettait de
cultiver suffisamment de terres. Malheureusement, en 1987, il perdit deux enfants après de
vaines tentatives de les sauver et fit beaucoup de dépenses. Depuis 1982, le poids de l’âge
aidant, le chef de ménage HouZ sent la fatigue générale et une perte d’énergie qui ne lui
permet plus de cultiver beaucoup de terres. En 1999, nombre de ses enfants ont migré vers la
ville de Cotonou et au Nigeria. Ils se sont retrouvés à Cotonou, qui pour faire l’activité de
conduite de taxi-moto communément appelée « Zémidjan », qui pour s’y installer en tant que
maître artisan avec son diplôme de fin d’apprentissage. Depuis ce temps, plus rien ne marche
bien, et ce n’est qu’en 2001 que HouZ a renoué avec la production, puisqu’il a réussi à
réaliser 2 hectares de palmeraies (par plantation et par achat). Le ménage HouZ dont la
schématisation de la trajectoire de vie est représentée par la figure 2, s’adonne en ce moment
vaille que vaille aux activités agricoles.
Bien-être
1987
2000 2007
Seuil de
pauvreté
1986
1991 2004
Temps
9
Figure 2: Trajectoire de vie du ménage HouZ, pauvre chronique
- Cas n°3
Le cas n°3 est un ménage pauvre chronique du village Zokpédji (Arrondissement d’Ayomi)
dans la Commune de Dogbo. Ce ménage numéroté 113 de notre échantillon est dirigé par une
femme, analphabète, de 85 ans, dénommé « GnoK » dans ce document. Le chef de ménage
GnoK est une veuve depuis 1970, quand elle avait 48 ans. C’est depuis ce moment qu’elle
s’est vue confrontée aux réalités de chef de ménage, fonction à laquelle elle ne s’était
préparée outre mesure. Sans moyens, elle se débrouillait vaille que vaille pour faire survivre
son ménage. Ce ne sera qu’en 1986 qu’elle hérita de 4 bowos de terre, soit 0,16 ha2. En 1989,
elle fera une très bonne récolte qui lui a permis de réaliser deux grands greniers de maïs. Elle
sera rattrapée par un événement malheureux en 1996. Des voleurs armés sont venus chasser
tout son ménage et ont occupé sa maison. Dès lors, tous les membres de son ménage ont élu
domicile ailleurs et continuent difficilement à se débrouiller. En 1998, elle réussit à prendre
en location 9 bowivés de terre, soit 0,52 ha. Mais, malheureusement, en 2006, elle connaîtra
encore une mauvaise saison agricole. Le coton qu’elle a cultivé cette année- n’a pas donné
un bon rendement alors que c’est l’année où elle a pris le risque d’acheter à crédit de
l’engrais. Elle s’en est sortie très endettée jusqu’à ce jour. Le ménage GnoK dont la
schématisation de la trajectoire de vie est représentée par la figure 3, s’adonne en ce moment
uniquement aux activités agricoles.
2 Ce cas d’héritage de la terre par la femme est très rare et dérisoire sur le plateau Adja.
Bien-être
1967 2007
2000
Seuil de
pauvreté 2001
1999
Temps
10
Figure 3: Trajectoire de vie du ménage GnoK, pauvre chronique
- Cas n°4
Le cas n°4 est un ménage pauvre chronique du village Houégangbé (Arrondissement de
Houédogli) dans la Commune de Toviklin. Ce ménage numéroté 34 de notre échantillon est
dirigé par une femme, analphabète, de 65 ans, dénommé « GbeD » dans ce document. Dame
GbeD est devenue chef de ménage en 1990, à l’âge de 48 ans, suite au décès de son mari qui
lui laissa à charge quatre enfants. Grâce à ses efforts personnels, elle a pu préalablement
s’acheter 4 bowos de terre en 1989. En 2000, dame GbeD va perdre un de ses enfants suite à
une courte maladie. Traditionnellement pour marquer le deuil, elle ne devait plus sortir
pendant un certain nombre de temps afin de permettre à l’âme de son enfant défunt de se
reposer en paix dans l’au-delà. Elle a donc s’enfermer pendant un bon moment au point
que les animaux déprédateurs ont dévasté ses cultures au champ. En 2001, elle a souffert
d’une maladie qui s’est manifestée par les maux de ventre, la diarrhée et le vomissement.
Cette maladie lui a fait dépenser 20.000 FCFA. Heureusement, elle fera de très bonnes
récoltes en 2003 : ce qui lui a permis d’assurer le paiement des frais de scolarité de ses
enfants. Mais encore en 2004, elle fit une crise de santé pendant le sommeil et ne pourra se
réveiller qu’à l’hôpital de Lokossa. Cette année-là, elle n’a pas pu cultiver, alors qu’elle
n’avait personne pour lui venir en aide. Avec toujours le courage, GbeD s’est encore acheté 6
bowos de terre en 2005. Cette année 2005, la récolte a été meilleure, ce qui lui a permis de
donner du maïs à ses enfants qui se trouvent aujourd’hui à Azovè, Toviklin et Lalo. Mais, ce
ne sera pas le cas en 2006 les féticheurs ont empêché la pluie de tomber pour permettre
aux cérémonies de se tenir. Cette situation a été encore aggravée par l’harmattan qui a trop
sévi cette année. La conséquence a été la mauvaise récolte. Comme si cela ne suffisait pas,
GbeD qui se débrouille vaille que vaille jusqu’en ce moment avec ses activités agricoles, la
vente de l’akassa et la production de Sodabi, vient encore de perdre un enfant cette année
2007 et est une fois encore contrainte, pour cause de deuil, d’abandonner les champs pour
s’enfermer à la maison. Une schématisation de la trajectoire de vie du ménage GbeD est
représentée par la figure 4.
Bien-être
1989
2000 2007
Seuil de
pauvreté 1998
1970
1996
Temps
11
Figure 4: Trajectoire de vie du ménage GbeD, pauvre chronique
Aspect général des trajectoires et facteurs communs de pauvreté chronique
De façon générale, aucune des quatre trajectoires de vie n’a évolué de façon linéaire et
uniforme. Quel que soit le ménage, des chocs positifs et négatifs ont été observés sur la
trajectoire. Ces chocs sont tout autant idiosyncrasiques, affectant certains ménages pris
isolément (exemples des décès, des maladies, du vol perpétré contre le chef de ménage GnoK,
l’obligation de la femme de ne plus sortir après le décès de son mari ou de son enfant), que
communs (ou covariants), affectant l’ensemble ou le groupe de ménages (exemple de la
sécheresse provoquée, …). Un effort constant a été noté au niveau de tous les ménages pour
sortir de la pauvreté, mais en vain. C’est ainsi que le ménage BenD a réussi à acheter 48
bowivés de palmeraie en 2000. Le ménage HouZ a réalisé 2 ha de palmeraie en 2001. Le
ménage GnoK a pu louer 9 bowivés de terre en 1998. Le ménage GbeD quant à lui a réussi à
acheter 6 bowos de terre en 2005, avant de commencer à associer à l’agriculture des activités
de transformation après 2006.
Aspects spécifiques des trajectoires selon le genre
L’analyse approfondie de la trajectoire des ménages étudiés permet de constater que ceux-ci
sont des ménages fragilisés par les faits socioculturels ou économiques. La pauvreté
chronique procèderait d’une répétition d’événements négatifs (décès, maladies, sécheresse,
…) qui les fragilisent et réduisent la capacité des ménages à supporter les chocs ou à profiter
des événements positifs. C’est le cas typique du ménage BenD (ménage dirigé par un
homme). C’est aussi le cas du ménage GbeD (ménage dirigé par une femme). Ces événements
touchent donc tous les ménages pauvres chroniques, sans distinction de sexe du chef de
ménage. Mais, les ménages dirigés par les femmes subissent particulièrement le poids pervers
des réalités socioculturelles telles que l’exclusion quasi-totale des femmes de l’héritage de la
terre. Les ménages dirigés par les femmes sont de ce fait plus exposés à la pauvreté chronique
du fait d’être défavorisés au démarrage. Ainsi, la femme qui remplace son mari défunt à la
tête du ménage n’a pas systématiquement accès aux terres laissées par ce dernier. La pauvreté
chronique est due à des facteurs généraux frappant tous les ménages, mais aussi à des facteurs
spécifiques socioculturels qui ne frappent que les ménages dirigés par les femmes.
Bien-être
1989
2000 2007
Seuil de
pauvreté
2005
1990
2004
Temps
12
Discussion
Différence de réception des chocs par les ménages
Après une analyse qualitative de la dynamique de pauvreté réalisée au Bangladesh, Davis
(2006) a constaté le même phénomène ; à savoir que « les chocs négatifs (qu’ils soient
idiosyncrasiques ou covariants) sont socialement structurés et différemment vécus par les
ménages pauvres. » Il identifie à ce sujet, quatre facteurs qui expliquent cette différence de
réception des chocs. Il s’agit du degré d’exposition du ménage (exposure), des ressources de
sécurité dont dispose le ménage (insurance resources), de la vulnérabilité du ménage
(vulnerability) et de la résilience du ménage face aux chocs (resilience). Pour lui, la
distribution de l’exposition des ménages aux crises est en défaveur des pauvres qui ont
tendance à vivre dans les endroits les moins salubres et à environnement risqué. Les réseaux
sociaux de soutien sont plus limités pour les pauvres que pour les non pauvres. Une crise
économique perte d’emploi ou frais médicaux élevés pour un parent – a plus tendance à
réduire le bien-être des pauvres que celui des non pauvres. Du Toit (2005) constate pour sa
part qu’au Cérès, le principal facteur qui maintient les ménages dans la pauvreté chronique
était la dépendance vis-à-vis des revenus issus du salariat agricole. Puisque la possession de la
terre détermine principalement la capacité de production du ménage agricole traditionnel et
que la pression foncière a déjà atteint la limite supportable sur le plateau Adja, avec apparition
de « paysans sans terre » (Houngbo, 2005), on pourrait aussi accepter que cette assertion de
Du Toit (2005) y est aussi vraie. Car, en réalité, le ménage qui dispose de moins (ou pas) de
champs est prédisposé à dépendre du salariat agricole. Le constat de Davis (2006) sur le cas
du Bangladesh paraît aussi vérifié dans la zone. Ceci justifie l’intérêt de l’analyse précise des
principaux faits marquants décelés sur les cas étudiés.
Causes de la pauvreté chronique selon le genre
Les ressources disponibles au démarrage du ménage influent fortement sur sa résilience, c’est-
à-dire sa capacité à supporter les chocs négatifs. Ces ressources de départ sont aussi le moyen
le plus approprié pour faciliter l’ascension du ménage par l’exploitation efficace des
opportunités économiques. Les ménages dirigés par une femme partent défavorisés en termes
de ressources de sécurité. Ces ménages manquent de ce que Davis (2006) appelle « buffers »,
c’est-à-dire des tampons ou amortisseurs de chocs. En plus des dépenses qu’imposent à tout
ménage les maladies chroniques et les décès, les femmes supportent des charges
supplémentaires qui aggravent la dégradation de leur capacité de production. Les ménages
dirigés par les femmes sont contraints de connaître un ralentissement de leurs activités dès
qu’un enfant ou que le mari meurt. Or, il n’y a pas un dispositif social prévu pour aider ces
femmes à supporter leurs charges pendant cette période d’inactivité obligatoire. Ces faits
sociaux et économiques sont bien en conformité avec les conclusions de Hulme et al. (2001)
qui rapportaient que les pauvres vivent la discrimination sociale et celles de Clément (2003)
qui révélait aussi que la pauvreté chronique s’explique par des facteurs structurels et plus
particulièrement par les dotations en actifs des ménages, alors que les causes de la pauvreté
transitoire sont avant tout conjoncturelles et étroitement liées à la situation sur le marché du
travail.
13
CONCLUSION
La pauvreté chronique est très présente en milieu rural au Bénin, même si son taux est
globalement en deçà de celui de la pauvreté transitoire. Elle relève de dispositions
structurelles qui affectent négativement la capacité de production des ménages. Les ménages
dirigés par les femmes en sont particulièrement plus affectés, du fait de facteurs socioculturels
et normes sociales défavorables à l’expression de leur potentialité managériale et économique.
Dans la lutte contre la pauvreté en milieu rural, la priorité doit être donnée à la pauvreté
chronique, avec une attention particulière aux ménages dirigés par les femmes. Ceci exige des
mesures structurelles telles que la prise en charge sociale de la santé (mutuelles de santé, soins
gratuites aux plus pauvres, etc.), la dotation en actifs des ménages (réformes foncières,
migration-rurale-rurale, etc.) et la promotion de femmes chefs de ménages (plaidoyer,
discrimination positive, etc.).
14
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Baulch B., 1996, ‘’Neglected Trade-Offs in Poverty Measurement’’, in Revue The Institute of
Development Studies Bulletin, 22, 2, p 155-173.
Bazika B. J. C., Makosso B., Dzaka-Kikouta T. & Yila J., 2005, La pauvreté en République
du Congo et l’impact des politiques publiques. Rapport final révisé. CERAPE, Brazzaville,
Congo, 86 p.
Clément M., 2003, Dynamiques et persistance de la pauvreté en Russie, Document de travail
89, Bordeaux, France, Centre d’Economie du Développement, Université Montesquieu-
Bordeaux IV, 39 p.
Davis P., 2006, Poverty in time: Exploring poverty dynamics from life history interviews in
Bangladesh. Paper presented at Workshop on Concepts and Methods for Analysing Poverty
Dynamics and Chronic Poverty, Manchester: University of Manchester, 41 p.
Du Toit A., 2005, Chronic and Structural Poverty in South Africa: Challenge for action and
research, in CPRC Working Paper 59, University of Manchester, United Kingdom.
Houngbo N. E., 2005, Pauvreté et adoption des technologies de conservation des espaces
cultivés: Cas du Mucuna et de l’Acacia dans le village Godohou (Plateau Adja). Mém. de
DEA en Gestion de l’environnement, Abomey-Calavi, EDP/FLASH/UAC, 78 p.
Hulme D., Moore K. & Shepherd A., 2001, Chronic poverty: meanings and analytical
frameworks, in CPRC Working Paper No 2, 41 p.
INSAE Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique, 2003, Troisième
Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH3) : Synthèse des analyses,
Cotonou, Direction des Etudes Démographiques, 42 p.
INSAE, 2004, Cahier des villages et quartiers de ville. Département du Couffo, Cotonou,
INSAE, 26 p.
Madkissi P., Therrien Y. & Wodon Q., 2003, L’impact des transferts publics et des taxes sur
la pauvreté au Canada et aux Etats-Unis, Cahier de recherche, Université de Sherbrooke,
Département d’Economie, Canada.
MAEP Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, 2001, Etude sur les
Conditions de Vie des Ménages Ruraux (ECVR 2). Edition 1999-2000. Profil de pauvreté
rurale et caractéristiques socio-économiques des ménages ruraux, Synthèse des
départements, Cotonou, MAEP, 84 p.
MCPPD-Ministère Chargé du Plan, de la Prospective et du Développement, 2003, Premier
rapport sur la Objectifs du Millénaire pour la Développement, Cotonou-Bénin, MCPPD, 28
p.
ResearchGate has not been able to resolve any citations for this publication.
Article
Full-text available
Résumé Dans cet article, nous analysons l’impact des politiques de transferts publics sur la pauvreté au Canada et aux États-Unis à l’aide de la base de données du Luxembourg Income Study . Pour ce faire, nous utilisons une méthode basée sur la valeur de Shapley afin de pouvoir attribuer à chaque politique un impact sur la pauvreté qui est indépendant de l’ordre arbitraire dans laquelle on aurait pu la considérer. Nous constatons que la pauvreté est plus élevée aux États-Unis qu’au Canada. Ceci est principalement dû au fait que les politiques de transferts au Canada sont plus généreuses qu’aux États-Unis. Nous montrons aussi que la principale source de réduction de la pauvreté dans les deux pays provient des transferts vers les personnes âgées.
Article
Full-text available
L’objectif de cet article est de décrire et expliquer les dynamiques de la pauvreté monétaire en Russie entre 1994 et 2000, à partir des enquêtes Russia Longitudinal Monitoring Survey. Dans un premier temps, l’utilisation des outils classiques de l’analyse des dynamiques de pauvreté – indices FGT, dominance stochastique, etc. – révèle que les évolutions de la pauvreté ont suivi les fluctuations macroéconomiques. L’incidence de la pauvreté atteint un maximum de 27,5 % en 1998, quelques mois après la crise financière. Dans un second temps, le recours aux données de panel permet, selon trois approches différentes, d’évaluer l’importance relative de la pauvreté chronique et de la pauvreté transitoire. Les résultats montrent qu’en Russie, la pauvreté est essentiellement un phénomène transitoire. Enfin, l’étude économétrique des déterminants des formes dynamiques de pauvreté, à partir de modèles Tobit, révèle que la pauvreté chronique s’explique par des facteurs structurels et plus particulièrement par les dotations en actifs des ménages, alors que les causes de la pauvreté transitoire sont avant tout conjoncturelles et étroitement liées à la situation sur le marché du travail. This article describes and explains the dynamics of poverty in Russia between 1994 and 2000. In the first place, the use of classical tools of poverty dynamics analysis – FGT indices, stochastic dominance, etc. – reveals that poverty evolutions are parallel to macroeconomic fluctuations. The poverty headcount index reaches a maximum of 27,5 % in 1998, just after the financial crisis. In the second place, the recourse to panel data helps to measure chronic and transitory poverty, according to three different methodologies. The results show that, in Russia, poverty is chiefly a short term phenomenon. Finally, the econometric study of chronic and transitory poverty determinants, with Tobit models, shows that long term poverty is mainly
Article
Ten years after liberation, the persistence of poverty is one of the most important and urgent questions facing South Africa. This paper reflects on some of the findings of research undertaken as part of the participation of the Programme on Land and Agrarian Studies (PLAAS) at the University of the Western Cape in the work of the Chronic Poverty Research Centre, situates it within the broader literature on poverty in South Africa, and considers some emergent challenges. Though PLAAS's survey, being only the first wave of a panel study, does not yet cast light on short term poverty dynamics, it illuminates key aspects of the structural conditions that underpin poverty that lasts for a long time: the close interactions between asset poverty, employment vulnerability and subjection to unequal social power relations. Coming to grips with these dynamics requires going beyond the limitations of conventional "sustainable livelihoods" analyses and functionalist analyses of South African labour markets. The paper argues for a re-engagement with the traditions of critical sociology, anthropology and the theoretical traditions that allow a closer exploration of the political economy of chronic poverty at micro and macro level.
Article
This paper provides an overview of the meaning of 'chronic poverty,' and identifies frameworks for analysing it, as understood by the Chronic Poverty Research Centre (CPRC) during the initial stages of research. After an introduction to the CPRC, the second section briefly reviews the major frameworks for conceptualising, defining, explaining, and measuring poverty in its broader sense, and relates these to the study of chronic poverty. It is suggested that research undertaken by CPRC should focus on poverty in its broadest, multi-dimensional sense, and that those who are chronically poor are likely to be poor in several ways, not only in terms of income. At the same time, the analysis of money-metric and other quantitative indicators are the primary means by which study of chronic poverty is presently undertaken, and will continue to have an important role to play in research. Our understanding of chronic poverty is also likely to draw upon notions of both absolute and relative poverty, vulnerability, social exclusion, and capabilities and freedoms, as well as upon subjective assessments by the poor themselves. In the third section, the characteristics of chronic poverty are presented. Long duration is identified as both necessary and sufficient for poverty to be considered chronic. It is hypothesised that chronic poverty will also often be multi-dimensional and severe. It is proposed that a five-tiered categorisation of the poor be adopted - always poor, usually poor, churning poor, occasionally poor and never poor - and that transitions between different levels over time be closely monitored. It is suggested that the tightest possible definition of chronic poverty would be intergenerationally transmitted (IGT) poverty, which is likely to be relatively intractable and therefore likely to escape current poverty reduction efforts. In this way, IGT poverty is both a characteristic and cause of chronic poverty. The subsection on IGT poverty draws upon the literature surrounding the intergenerational transfer of different capitals. This is followed by an analysis of the ways in which severity and multi-dimensionality are often characteristics of chronic poverty, and a brief review of the relevance of the World Bank's Voices of the Poor studies to an understanding of chronic poverty. The final two subsections argue that the chronically poor are a heterogeneous group. There are several sets of people who are particularly susceptible to chronic poverty, and that are likely to experience multiple and overlapping vulnerabilities. These groups include those experiencing deprivation because of their stage in the life cycle, those discriminated against because of their social position in the community or household, those with health problems and impairments, and people living in remote rural areas, urban ghettos and regions where prolonged violent conflict and insecurity have occurred. In the fourth section, the causes of chronic poverty at different levels of analysis are explored, and analytical frameworks for their understanding are laid down - quantitative panel data analysis; livelihoods analysis; freedoms; social and political exclusion; and policy analysis frameworks, which include consideration of avoiding the negative impacts of development which help to extend and deepen poverty for the poor. The final two sections bring together the preceding work and discuss the implications of our initial understanding of chronic poverty for future research.
Neglected Trade-Offs in Poverty Measurement'', in Revue The Institute of Development Studies Bulletin
  • B Baulch
Baulch B., 1996, ''Neglected Trade-Offs in Poverty Measurement'', in Revue The Institute of Development Studies Bulletin, 22, 2, p 155-173.
Poverty in time: Exploring poverty dynamics from life history interviews in Bangladesh
  • P Davis
Davis P., 2006, Poverty in time: Exploring poverty dynamics from life history interviews in Bangladesh. Paper presented at Workshop on Concepts and Methods for Analysing Poverty Dynamics and Chronic Poverty, Manchester: University of Manchester, 41 p.
Etude sur les Conditions de Vie des Ménages Ruraux
  • Maep Ministère De L 'agriculture
  • De L 'élevage Et De La Pêche
MAEP – Ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche, 2001, Etude sur les Conditions de Vie des Ménages Ruraux (ECVR 2). Edition 1999-2000. Profil de pauvreté rurale et caractéristiques socio-économiques des ménages ruraux, Synthèse des départements, Cotonou, MAEP, 84 p.
Cahier des villages et quartiers de ville
INSAE, 2004, Cahier des villages et quartiers de ville. Département du Couffo, Cotonou, INSAE, 26 p.
Pauvreté et adoption des technologies de conservation des espaces cultivés: Cas du Mucuna et de l'Acacia dans le village Godohou (Plateau Adja). Mém. de DEA en Gestion de l'environnement
  • N E Houngbo
Houngbo N. E., 2005, Pauvreté et adoption des technologies de conservation des espaces cultivés: Cas du Mucuna et de l'Acacia dans le village Godohou (Plateau Adja). Mém. de DEA en Gestion de l'environnement, Abomey-Calavi, EDP/FLASH/UAC, 78 p.
La pauvreté en République du Congo et l'impact des politiques publiques. Rapport final révisé
  • B J C Bazika
  • B Makosso
  • T Dzaka-Kikouta
  • J Yila
Bazika B. J. C., Makosso B., Dzaka-Kikouta T. & Yila J., 2005, La pauvreté en République du Congo et l'impact des politiques publiques. Rapport final révisé. CERAPE, Brazzaville, Congo, 86 p.